AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 [20:00] Suicide Squad [PV Daniele][TERMINE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Evan "Sniper" Kurtz
avatar


Messages : 318
Date d'inscription : 17/07/2015
Age du personnage : 39
Localisation : Eastside



MessageSujet: [20:00] Suicide Squad [PV Daniele][TERMINE]   Ven 25 Nov - 14:58



Suicide Squad
ft. Daniele Ricci


Je n'avais plus passé autant de temps avec Daniele depuis les années 60. Et qu'est-ce que ça faisait du bien ! Au point que je sortais même plus qu'une fois par jour, désormais. Certes, toujours en compagnie du manager et affublé d'une casquette et de lunettes de soleil afin de passer incognito et non seul. Je ne serais jamais sorti, seul. Mais c'était déjà ça, non ?

On commença par aller à l’hôpital et le premier plaisir que j'eus fut d'entrer dans la voiture de Daniele, une Pontiac Firebird Trans Am avec, sur le capot, un grand phénix doré. C'était un peu comme un signe d'encouragement... En tout cas, c'est comme ça que je pris la chose. Puis, c'était une superbe bagnole, sièges en cuir, bonne sonorisation, décapotable. La totale ! J'avais l'impression d'être revenu plus de 10 ans en arrière.

Le premier jour, on avait été à l’hôpital. C'était la première chose, et la plus importante, à faire. On y passa quelques putains d'heures à attendre alors Daniele n'avait pas pu s'empêcher, pour mon plus grand plaisir, de se mettre à sortir son baratin à chaque infirmière qui lui plaisait. Et on en avait bien rit. Daniele m'avait invité à essayer aussi, mais j'avais décliné, préférant rester mon cul sur ma chaise à essayer d'oublier les tremblements qui me prenaient alors que le manque commençait à se faire sentir. Ben ouais, j'avais pas mon casier à proximité et on était dans un hôpital... Pas facile de boire un coup. Mais fallait que je décide de ce qui était important : me reprendre et espérer, peut-être, voir Jess plus souvent, ou décapsuler une bière ?...  

N'empêche que, si je n'avais pas été avec Daniele et que j'avais essayé de faire la procédure tout seul (en admettant que j'aurais eu plus ou moins les moyens financiers de le faire) ça aurait pris des jours, voire des semaines ! Ici, ça n'avait pris que quelques heures. Et à la fin de la journée, après au moins 25 000 tests, on nous appelait de nouveau chez le spécialiste qui me plaça des nouveaux appareils auditifs, beaucoup plus petits, discrets et efficaces que ceux que j'avais avant.

Et j'avais ouvert de grands yeux en me rendant compte que j'entendais jusqu'au tic-tac de l'horloge accrochée au mur.

Sûr, ces appareils se voyaient encore, mais beaucoup moins que les autres. Le médecin affirma aussi que mon eczéma allait finir par guérir et il m'avait filé de la pommade pour soulager les démangeaisons.

Bon... L'audition, c'était fait. Et après cette journée entière à l’hôpital, j'avais été bien content de rentrer. J'avais enfin pu boire une bière... Mais je n'en avais bu qu'une, même pas... Parce que sortir aussi longtemps m'avait tellement éreinté que je m'étais endormi dans mon fauteuil avant même de pouvoir la terminer.

Et le lendemain, c'était reparti pour un tour. A croire que Daniele avait pris quelques jours de congé pour bien préparer ce gala auquel il comptait m'emmener alors que je n'étais même pas invité. Et c'est à une véritable journée shopping qu'il m'emmena. Même du temps de The Army, on avait jamais fait ça. Fallait dire que Daniele et moi, on portait pas vraiment les mêmes trucs, que ce soit à l'époque ou maintenant.

Mais mon ancien manager disait qu'il était très important de bien présenter, que ce serait ma première sortie officielle depuis plus de 10 ans et que ce serait l'occasion d'en mettre plein la vue à tout L.A. qui pensait que Sniper était devenu une épave. Je l'avais alors regardé, un peu dubitatif. J'étais une épave. L.A. People avait certes accusé à tort Daniele de mon état, mais ça n'empêchait que j'étais quand même dans cet état-là.

Daniele, lui, pensait autrement. Daniele était persuadé que non, qu'on pouvait rattraper le coup.

Alors je lui faisais confiance, comme avant.

On alla dans un magasin de haut standing, toujours camouflés par nos lunettes de soleil et nos casquettes. Et ce n'est qu'une fois à l'intérieur que Daniele m'avait fait signe qu'on pouvait les enlever, que les vendeurs ici respectaient la vie privée des stars qui se pointaient ici. Car il n'y avait que des stars qui pouvaient s'offrir de tels vêtements.

Alors, j'avais enlever mes lunettes de soleil et ma casquette... Et le vendeur était devenu tout pâle avant d'écarquiller les yeux. Ouais, sorry vieux... L.A.People a pas menti.

Mais au final, tout le staff de ce magasin a été très gentil, nous offrant du café et autres biscuits le temps qu'on choisissent nos tenues pour la soirée de Barbara.

Et autant vous dire que Daniele, en séance shopping, est pire qu'une gonzesse...

Enfin, soit, on avait trouvé nos tenues et j'étais encore revenu trop crevé à l'appartement pour m'enfiler plus d'une bière. J'allais jamais tenir le coup à ce rythme-là.

Le dernier jour avant le jour J, C'est chez Daniele lui-même qu'on est allés. Mon ancien manager voulait qu'on règle les derniers détails de notre apparence. J'aurais jamais cru que ça prenait autant de temps et d'énergie de se préparer pour un gala de ce genre... J'y étais toujours allé comme j'étais, moi... En treillis militaire et t-shirt kaki... J'étais le chanteur de The Army, après tout...

Sauf que plus maintenant...

Le majordome m'avait accueilli avec une émotion que je ne lui avais jamais vue. Mais revenir dans la villa que j'avais mise à sac un jour que j'étais tellement bourré et en colère que j'avais pété un câble me mettait mal à l'aise. Il fallait que je le dise à Daniele. Un jour, je le dirais à Daniele. Mais je n'étais pas prêt.

Erik nous coupa les cheveux à tous les deux. Je ne lui connaissais pas ce talent, mais il était doué parce que, quand il eut terminé, j'avais presque l'air en bonne santé.

Daniele avait voulu que je reste chez lui, pour ne pas que je fasse de connerie comme me mettre une mine d'enfer, juste par angoisse, pendant la nuit. Et il avait donc mis une chambre à ma disposition. J'avais aussi eu droit à un vrai bon repas. Mais Erik avait un peu présumé de mes capacités. Ça faisait tellement de temps que je mangeais peu que je n'avais pas grand appétit malgré que ce soit délicieux. Je m'étais confondu en excuses malgré que le majordome affirmait qu'il comprenait bien et m'encourageait à tenir le coup.

Ce n'était qu'en me couchant dans le lit que je m'étais rendu compte que je souffrais du dos à force de dormir assis dans mon vieux fauteuil défoncé... Mais je n'eus pas assez mal pour que ça m'empêche de m'endormir comme une masse... Ce fut la première nuit complète que je passais depuis longtemps... Pour ne me réveiller qu'à 11 heures le lendemain.

Et à partir de là, de nouveau, Daniele ne me laissa pas souffler si ce n'était pour griller de temps en temps une clope et encore... Je commençais seulement à me rendre compte qu'il essayait probablement de me maintenir occupé et actif pour ne pas que j'aie le temps de réfléchir, de penser au passé ou à boire... Et vous savez quoi ? Ça fonctionnait.

Finalement, on fut prêt pour partir, en costumes (j'avais gardé, comme accessoire, les plaques militaires de mon père accrochées à mon cou) quand Erik nous signala qu'il était presque temps... On était même presque en retard déjà...

Je soupirai, regardant Daniele qui était super classe...

-Ok... T'es prêt ? Parce que moi... Pas trop...

Ouais... On avait bien fait les malins, jusque-là... mais là, mon estomac commençait à morfler d'angoisse... Et j'avais envie d'une bière...

On avait quand même pris la voiture, la Pontiac, encore une fois. Et on était allé jusque chez Barbara. Je ne savais même pas où vivait Jess... et je fus bouche bée quand on se retrouva dans un immeuble de luxe, juste avant de sourire. Au moins, la petite était bien, avec sa mère.

Daniele tira le frein à main, me faisant sursauter...

Je m'attendais à ce qu'il ouvre la porte et sorte. Je n'étais pas prêt pour ça...

-Heu... Dany... T'es bien conscient que je vais me faire incendier ?

J'étais vraiment plus sûr du tout, là...

-Peut-être... Peut-être qu'on devrait commander des pizzas et rentrer manger à la villa, hein ? Ou je peux même y aller tout seul. Je prendrai le bus, si tu me files tes lunettes de soleil...

@ Billy Lighter











SNIPER


Dernière édition par Evan "Sniper" Kurtz le Lun 12 Déc - 15:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Daniele Ricci
avatar


Messages : 1000
Date d'inscription : 28/09/2013
Age du personnage : 40


Who am I?
Je suis: le meilleur
Relations:
Song: Back In Black-AC/DC


MessageSujet: Re: [20:00] Suicide Squad [PV Daniele][TERMINE]   Sam 26 Nov - 18:18



Suicide Squad
ft. Evan "Sniper" Kurtz


J’étais sorti de l’hôpital assez vite – une fois mes poumons un peu plus en forme. Je n’avais quasi aucune séquelle de l’incendie - à part un mal de gorge qui, d’après les médecins, finira par disparaitre si j’évite de trop fumer. Par contre, il ne fallait pas compter sur une tournée du grand Daniele Ricci – ma voix en avait pris un coup et il valait mieux que j’attends un peu le temps que ça revienne avant de suggérer à Maria quelques concerts.

De toute façon, Maria avait pris des congés – je savais qu’elle comptait partir au Texas après avoir plaqué le merdeux… Cela fait, elle s’était envolé chez son père… J’aurais bien voulu la rejoindre – un jour ou deux… - mais il fallait que je prépare Evan pour le gala de Barbara. Elle me manquait déjà – surtout après tout ce qui s’était passé. Nos dernières paroles avaient été échangée le jour de l’incendie – je ne l’avais pas vue depuis, les médecins m’assignant à ma chambre accroché à ma bombonne d’oxygène. Je n’avais pas eu beaucoup de visite pendant mon séjour – à part celle de Jim et d’Erik.

Je m’étais consacré à Evan – pour ne pas penser à Maria. On avait commencé par aller à l’hôpital – ouais, aussitôt sorti, aussitôt rentré – pour qu’Evan puisse avoir de nouveaux appareils auditifs. Je m’étais amusé à discuter avec les infirmières – qui étaient toutes très heureuses de discuter avec le grand Daniele Ricci. J’avais fait croire à l’une d’entre elle que j’avais un bâtiment à mon nom en Italie – et elle l’avait cru, en plus… J’avais essayé d’inciter Evan à se prêter au jeu – en vain. Il était encore un peu crispé assis sur sa chaise… Il n’aurait – pourtant – pas hésité en 1965… Comme quand il avait osé passer ses mains autour de la taille de Victory Miller en public au beau milieu d’un casino huppé de Vegas tenu par le père du petit-ami de cette dernière – et on avait dû fuir,  pour la cause… Putain, c’était le bon vieux temps…

Les appareils auditifs remplacé, il avait été temps de passer au shopping – ce qu’on avait fait dès le lendemain. Je n’avais pas laissé une seconde de répits à Sniper – ni à moi, il fallait que je reste actif pour que le temps qui nous séparait du gala passe plus vite et que je puisse partir au Texas. Direction le meilleur magasin de vêtement de luxe de Beverly Hills – où on avait été accueilli comme des rois. Evan n’avait – strictement ! – rien n’à se mettre pour le gala – pas question qu’il y aille avec ses vieilles guenilles qu’il n’avait plus changé depuis une décennie. J’allais me ravitailler toutes les semaines dans ce magasin – où la vie privé des stars étaient strictement respectée. Nous avions pu nous libérer de nos casquettes et de nos lunettes de soleil à l’intérieur – plus pratique pour faire des essayages. Le physique ravagé de Sniper avait stupéfait ma vendeuse favorite – dont le nom ne me revenait plus – qui n’avait pas fait de commentaire.

Le choix avait été difficile – pour ne pas dire cornélien. Costards de toutes les couleurs possibles, des cravates – de la classique à la plus originale – à foison… Je ne vous parle même pas des chemises et des chaussures. J’en avais essayé des tenues – pendant que les vendeurs veillaient à trouver la meilleure pour un Evan perdu. J’avais – pour finir – jeter mon dévolu sur trois tenues différentes. Je ferais mon choix final la vieille du gala.

La veille – d’ailleurs – j’avais invité Evan chez moi. Il était plus facile qu’il vienne loger à ma villa plutôt que je vienne le chercher le jour-même dans l’Eastside – j’évitais son appartement comme la peste. Ça avait – aussi – comme intérêt qu’Evan n’essaye pas de se défiler au dernier moment – j’étais sûr qu’il en était capable – ou se saoul la gueule à mort.

Chez moi, Erik nous avait refait une coupe – très utile dans le cas d’Evan dont les cheveux avaient perdu de leur éclat depuis longtemps, à mon avis. Moi, je n’avais coupé que les pointes – mes cheveux étaient déjà parfaits ! Après un bon repas cuisiné par Erik – qu’Evan n’avait mangé qu’en petite quantité – on n’était allé dormir – de bonne heure, soit 23h30 pour moi.

J’avais mal dormi – pourtant, ce n’était pas mon genre d’angoisser. J’essayais de m’imaginer en face de Barbara – et, surtout, ce qu’elle allait me dire… Quelque chose me dit que ça n’allait pas être la joie – simple pressentiment. Je ne m’étais endormi qu’à 2h du matin – pour me réveiller 6h plus tard. J’étais passé devant le miroir que j’avais dans ma chambre – m’encourageant moi-même que tout irait bien. J’avais déjeuné seul – Erik n’est allé réveiller Evan qu’à 11h. Il avait dit que Sniper devait récupérer et qu’une grâce matinée lui ferait du bien. J’avais beau lui dire que Sniper avait eu le temps de dormir pendant 10 ans, Erik n’était pas de cet avis. Il en revenait mal pour le pauvre Sniper – ce qui était déjà moins mon cas depuis qu’il avait obtenu ses nouveaux appareils auditifs.

Evan réveillé, on s’était préparé pour la soirée. Costard, chemise rouge, lunettes de soleil colorées et gomina – le cocktail parfait pour mettre en valeur The Best. Vous savez quoi ? Même Evan ressemblait – enfin !!! – à un type en plus ou moins bonne santé. On était fin prêt – physiquement en tout cas. Mentalement, c’était différent – Evan avait déclaré qu’il ne l’était pas.

-Moi, je le suis, mentais-je avec un sourire assuré. Tu verras, tout ira bien !, rajoutais-je en tapant amicalement sur son épaule.

Nous avions pris ma Pontiac jusqu’au Penthouse de Barbara – qui se trouvait à même pas trois rues d’ici… Le voyage m’avait semblé court – il l’était, en réalité – et, arrivé devant la maison de Barbara, j’avais perdu mon sourire. Evan avait sursauté – et je l’avais regardé surpris de cette réaction. Ne m’angoisse pas !!!

Nous n’étions pas prêt – je l’avais remarqué quand Evan avait ouvert le bouche.

-Ouais, dis-je pour répondre à sa question en regardant vers le penthouse mon bras appuyé sur le dessus du volant.

Il ne serait pas le seul… Si ça tombe j’allais me faire tuer deux fois plus que lui – à raison, me direz-vous. J’avais – non seulement – ramené ma carcasse ici mais – en plus ! – j’avais emmené Evan avec moi – qui n’était pas invité. Barbara allait littéralement m’assassiner – dans d’atroces souffrances.

Evan avait commencé à se défiler – tout seul ou accompagné, il voulait commander des pizzas.

-Non… Je ne te filerais pas mes lunettes de soleil
, dis-je comme une évidence et sans hausser la voix toujours en regardant vers la maison de Barbara où les invités entraient au compte goute.

J’avais usé de l’argent pour l’essence, pour les fringues – et pour d’autres choses -, on ne pouvait pas se défiler.

-C’est pas le moment de flipper
, Evan, dis-je pour faire croire qu’il n’y avait que lui qui flippait. Barbara ne va pas t’engueuler devant tout le monde, rajoutais-je sans savoir si j’essayais de le convaincre lui ou moi.

Je ne voulais pas qu’Evan perçoive mon appréhension - pour ça il fallait parler de lui.

-Tu ne crois pas que Barbara va plutôt être agréablement surprise de te voir dans cet état ?, demandais-je en le regardant – enfin. Ok, tu n’es pas invité, mais c’est plus une bonne surprise qu’une mauvaise, non ? En plus, quand Barbara verra que ta môme est heureuse, elle n’aura pas le choix que d’être contente elle aussi, non ?, dis-je sans être sûr de ce que j’avançais.

Je ne pense pas que j’arriverais à le convaincre – parce qu’un homme non convaincu, ne pouvait pas en convaincre un autre…

@ Billy Lighter


You're never gonna die, you're gonna make it if you try, they gonna love you
© Pink Floyd
Revenir en haut Aller en bas
Evan "Sniper" Kurtz
avatar


Messages : 318
Date d'inscription : 17/07/2015
Age du personnage : 39
Localisation : Eastside



MessageSujet: Re: [20:00] Suicide Squad [PV Daniele][TERMINE]   Dim 27 Nov - 21:33



Suicide Squad
ft. Daniele Ricci


Daniele avait stationné la voiture, avait tiré le frein à main. Mais n'était pas sorti. Avant même que j'ouvre la bouche pour dire tout haut mes craintes, il n'avait pas fait un geste vers la poignée de la portière de la bagnole pour l'ouvrir. Et si, alors que nous étions toujours à la villa Ricci, mon ancien manager m'avait encouragé en me tapant sur l'épaule avec un sourire plus que confiant, il ne faisait plus la même tronche maintenant que nous étions assis comme deux cons dans une voiture de sport garée juste devant le penthouse de mon ex-épouse...

Tous les deux, nous regardions le bâtiment comme deux gosses à la foire qui se demandent s'il vont oser entrer dans la maison hantée pour la première fois de leur vie.

Moi, j'étais le môme qui cherchait à tout prix à se défiler. Daniele, c'était celui qui voulait absolument y aller, mais pas tout seul.

Et il ne voulait pas me prêter ses lunettes de soleil pour que je prenne le bus. Je soupirai, bouffé par l'angoisse, mes yeux si particuliers toujours fixés sur la baraque. Autour de nous, des gens très bien habillés sortaient, eux, de leurs bagnoles pour se diriger, souriants, vers le penthouse.

Daniele, qui avait probablement bien senti que j'avais le trouillomètre à zéro, me dit que c'était pas le moment de flipper, que Barbara n'allait pas m'engueuler devant tout le monde. Je me tournai alors vers mon ancien manager, les lèvres pincées.

-Tu connais pas Babs, toi...

Je me rappelais vaguement qu'elle m'avait déjà piqué des crises devant des gens... Mais c'était à une époque où elle devait être particulièrement à bout et fatiguée. Jess était toute petite et ne faisait pas ses nuits, quant à moi... Pfff... Ben j'étais pas beaucoup mieux qu'aujourd'hui. C'était une époque où elle devait de loin préférer quand j'étais en tournée à l'autre bout du monde plutôt que bourré affalé dans le fauteuil à longueur de journée. Et pourtant, je l'aimais, bordel... Sauf que j'étais ravagé, déjà.

Tout ça pour dire qu'elle m'avait engueulé plusieurs fois en public et pour de bonnes raisons.

Et j'avais comme l'impression que c'était pas parce que j'avais coupé mes cheveux, pris un bain et mis une cravate que je n'étais plus une épave pour autant... Et je tremblais de plus belle, en plus, mais sans arriver à savoir si c'était à cause du manque ou de la peur.

Daniele appuya encore avec des questions... Plutôt rassurantes, pour le coup, les questions... Je baissai la tête sur mes mains tremblantes, pourtant. Puis je décidai de mettre celles-ci à profit pour prendre une clope dans ma poche de poitrine.

Je l'allumai, prenant mon temps, avant de répondre. Mais je n'en proposai pas à Daniele... Il avait l'air de souffrir de la gorge et avait la voix rauque, peut-être parce que l'enregistrement de son album avait fatigué ses cordes vocales... J'avais découvert cet album avec lui, ces derniers jours et il était génial. Tellement génial que je me demandais pourquoi il était manager et pas chanteur.

-Heu... Pfff...

Je haussai les épaules.

-Quel état, Dany ? J'ai mis une cravate. Si tu repeins une vieille bagnole sans traiter la rouille qui a en dessous, ça reste un vieux tacot de merde... Et crois-moi, Babs sait à quoi ressemble un vieux tacot de merde.

Je pris ma clope entre mes doigts et soufflai une longue bouffée fumée. Là où Daniele avait probablement raison, c'était que Jess serait contente de me voir, cravate ou pas cravate...

-Ouais... C'est vrai...

Je fis tourner la manivelle de la portière pour ouvrir légèrement la fenêtre et faire tomber mes cendres dehors. Il faisait beau, même si le soleil commençait à se faire la malle, mais Daniele n'avait pas décapoté la voiture... Bizarre.

Je regardai alors Daniele... Et s'en suivit un long silence... Je m'attendais, encore une fois, à ce qu'il sorte, mais non... Alors, je finis par reprendre la parole.

-Et toi, t'attends quoi ?

@ Billy Lighter











SNIPER
Revenir en haut Aller en bas
Daniele Ricci
avatar


Messages : 1000
Date d'inscription : 28/09/2013
Age du personnage : 40


Who am I?
Je suis: le meilleur
Relations:
Song: Back In Black-AC/DC


MessageSujet: Re: [20:00] Suicide Squad [PV Daniele][TERMINE]   Mar 29 Nov - 20:20



Suicide Squad
ft. Evan "Sniper" Kurtz


Qu’est-ce qui m’avait pris de prendre Evan à cette fête ? C’était un peu tard pour se poser la question – et pour revenir en arrière. J’avais trouvé l’idée très bonne jusque-là – je pensais même que c’était une idée de génie ! – mais maintenant que nous étions à quelques mètres du penthouse de Barbara, je n’étais plus aussi sûr – une première pour Ricci The Best.

Evan avait essayé de se défiler – le couillon ! Nous avions tous les deux peur de la même chose – la réaction de Barbara. J’étais invité à cette fête – j’avais tous les droits d’y être – mais ce n’était pas le cas de l’ex-chanteur. Comme c’était moi qui l’avait emmené – et vu mes antécédents avec la créatrice de mode – j’avais l’impression que c’était sur moi que la colère de Barbara allait s’abattre. J’avais essayé de rassurer Evan – ou moi, c’est à délibérer… Ça n’avait pas vraiment l’air de le rassurer – il pensait bien que je ne connaissais pas Barbara.

-Non, pas plus que ça, mentais-je en haussant les épaules.

Ce n’était pas tout à fait un mensonge – je ne l’avais vraiment connu que pendant deux mois. C’était difficile de savoir si elle était vraiment capable de ça – mais d’après la tronche que me faisait Evan, elle semblait en être capable. Ce n’était pas forcément rassurant.

Sniper avait la tremblote – je n’avais pas calculé depuis quand datait sa dernière bière mais ça devait déjà faire un moment. Je n’avais rien d’autre à faire que de le rassurer – que pouvais-je faire d’autre ? Ce n’était pas encore assez rassurant pour lui éviter de prendre une cigarette – ces derniers jours, j’avais remarqué à quel point énormément de gens fumaient… Il ne m’en avait pas proposé et je n’en avais pas demandé – je voulais en finir vite avec ce mal de gorge.

J’avais beau donner un tas d’arguments – plutôt valables, en plus – Evan avait entrepris – déjà ! – de les détruits les uns après les autres. Vous savez c’est quoi le pire ? C’est qu’il n’avait pas tort – le con ! Je lui avais trouvé un beau costard, des nouveaux appareils auditifs, je lui avais fait faire une nouvelle coupe de cheveux – mais ça restait Evan Kurtz… Le vieux Evan Kurtz – pas celui qui faisait les joies de tout un public il y a plus de 10 ans.

-Pas faux, hélas, dis-je en faisant une petite moue.

Ce n’est que l’argument sur sa môme qui avait fait mouche – décidément…

-Ça sera déjà ça. Ta môme, que tu sois un vieux tacot ou non, elle t’aime. Barbara ne va pas gâcher ça
, dis-je pour appuyer le seul argument qui avait marché.

Le silence s’était installé entre nous – moment où aucun de nous deux n’avait bougé de son siège. Même si Evan avait légèrement ouvert sa fenêtre, la fumée avait envahi l’habitacle. Putain, je n’arrivais pas à me convaincre de sortir – je devenais un couillon avec l’âge ou quoi ? Sniper avait – pour finir – posé la question. Putain, voilà maintenant il a vu que je n’étais pas du tout sûr de moi.

J’avais été pris d’une quinte de toux – à cause de la surprise de la question et de la fumée qui envahissait ma voiture. J’avais ouvert ma fenêtre – en essayant de me reprendre. J’avais utilisé ce moment pour réfléchir à quoi lui dire – sans parler de ce qui s’est passé en 1969…

-Je crois que Barbara me déteste. Non, je ne crois pas, je le sais. Elle ne m’a jamais vraiment aimé, à vrai dire, mentais-je à nouveau. Je crois qu’elle n’a pas aimé la manière dont j’ai rompu le contrat de The Army. Elle ne m’a plus parlé depuis cette époque, racontais-je en regardant vers le penthouse. Elle va sûrement me tuer pour avoir eu l’idée de t’emmener ici. Ou alors, elle va dire que je t’ai remis sur pied uniquement pour me faire bien voir après l’article, dis-je en soupirant. Qu’elle voit en bien ou en mal ta présence ici, elle aura de toute façon une raison pour m’en vouloir, rajoutais-je alors que ma voix s’essoufflait au fil de mes mots.

La base était un tissu de mensonge – mais pas le reste. Barbara pourrait – possiblement – me détester pour toutes les raisons du monde. En amenant Evan, je me donnais bonne conscience – mais je donnais aussi à Barbara le bâton pour me battre.

-C’est pour ça que j’attends, dis-je en soupirant et en regardant Evan.

@ Billy Lighter


You're never gonna die, you're gonna make it if you try, they gonna love you
© Pink Floyd
Revenir en haut Aller en bas
Evan "Sniper" Kurtz
avatar


Messages : 318
Date d'inscription : 17/07/2015
Age du personnage : 39
Localisation : Eastside



MessageSujet: Re: [20:00] Suicide Squad [PV Daniele][TERMINE]   Mer 30 Nov - 18:00



Suicide Squad
ft. Daniele Ricci


Je fumais ma clope comme si c'était la chose la plus importante au monde à faire... J'aurais même presque voulu que ce soit le cas, même si c'était vachement lâche et que ma fille ne méritait pas que je pense comme ça. Fallait que je me mette en tête que j'avais quand même réussi un truc dans ma vie : Jess. Et ma gamine se trouvait à l'intérieur du penthouse dans lequel j'avais une trouille bleue de mettre les pieds. Ça devait être ça que Bilbo le Hobbit avait du ressentir avant d'aller réveiller Smaug...

Et c'était apparemment un sentiment partagé parce que sinon, Daniele aurait déjà bougé son cul de la bagnole. Or, ce n'était pas le cas. Fallait se rendre à l'évidence, j'avais toutes les raisons de flipper : j'étais ce que j'étais et Babs détestait ce que j'étais. Et en plus, Daniele ne connaissait pas toutes les ressources de colère dont la calme Barbara était capable.

Mais restait quand même une bonne raison de tenter le coup quand même : Jess. Toujours Jess. Et ce devait d'ailleurs être parce qu'il y avait Jess que je n'avais pas rejoint le reste de The Army six pieds sous terre.

J'avais hoché la tête quand Daniele en avait parlé, encore une fois... Jess m'aimait, et je le savais. Est-ce que je pouvais vraiment laisser ma peur de la réaction de Babs me priver de la voir ? Non...

Mais je voulais savoir pourquoi Daniele ne décollait pas. J'aurais plus facile s'il se levait, ouvrait la porte... J'allais pas rester comme un con dans la bagnole s'il se taillait...

Il m'expliqua et je le regardais attentivement. Je n'aurais jamais cru que Barbara lui en voudrait autant pour ce qui était arrivé à The Army. Mais il me semblait qu'il connaissait quand même mieux Babs que je ne l'aurais cru. Elle lui en voudrait pour m'avoir emmener ici ? Clairement. Mais je la reconnaissais encore plus quand il disait qu'elle allait prétexter qu'il m'avait mis un beau costume juste pour se faire bien voir après l'article de L.A. People.

-Ouais... Ce serait du Barbara tout craché...

J'avais dit ça avec affection... Je haussai les épaules en soupirant et en regardant à nouveau vers le penthouse.

-Tu sais, au pire, je lui expliquerai... On a fait plus que notre part de conneries à l'époque... On a tous fait capoter The Army.

Nuts prenait de la dope, les autres et moi, on buvait peut-être un peu trop, mais on était surtout des têtes brûlées... Daniele, lui, son seul tort avait été de décrocher un poste à responsabilité trop jeune, peut-être...

Je ricanai, vraiment ironiquement et balançai mon mégot par la fenêtre...

-Tu sais quoi ? Elle va peut-être nous sauter au cou en nous demandant pourquoi on est pas venus plus tôt...

Dans tes rêves, Sniper.

Je frottai mon visage de mes deux mains tremblantes avant de diriger mes grands yeux effrayés vers mon ancien manager...

-Denis Sherman va me dégommer...

Probablement pas physiquement... Mais psychologiquement, j'allais avoir l'air de quoi moi, à côté de ce type BCBG hyper friqué qui avait éduqué ma propre môme plus que moi-même ?

@ Billy Lighter











SNIPER
Revenir en haut Aller en bas
Daniele Ricci
avatar


Messages : 1000
Date d'inscription : 28/09/2013
Age du personnage : 40


Who am I?
Je suis: le meilleur
Relations:
Song: Back In Black-AC/DC


MessageSujet: Re: [20:00] Suicide Squad [PV Daniele][TERMINE]   Ven 2 Déc - 18:29



Suicide Squad
ft. Evan "Sniper" Kurtz


Nous n’avions toujours pas décollé de la voiture. J’avais expliqué la cause de ma réticence à Evan – parce qu’il avait fini par remarqué que je n’étais plus si chaud à entrer, pour finir… J’avais la certitude que Barbara allait m’en vouloir – que ce soit pour une raison ou pour une autre. Elle allait croire que j’avais passé mon temps à remettre Evan sur pieds juste pour me faire bien voir après l’article – ce qui… ben, n’était pas tout à fait faux… Sniper avait bien reconnu Barbara là – ce qui n’était pas forcément pour me rassurer.

-C’est bien ce qui m’inquiète, dis-je en soupirant.

Evan voulait y mettre de sien – et tout expliquer à Barbara. Il nous tenait – moi et tout The Army – comme responsable de la chute du groupe. Je ne savais pas comment Sniper pouvait être si peu rancunier mais c’était admirable. Il ne voulait pas que je sois le seul qui soit tenu pour responsable du naufrage – je ne savais toujours pas quoi penser de cet élan de gentillesse. Quand on y repensait, il ne devait pas être loin de la vérité – on a fait des excès dans tous les sens du terme à l’époque.

-Ça m’arrangerais, bien… J’espère qu’elle te laissera le temps d’expliquer, dis-je en appréhendant toujours ce qui allait nous arriver une fois dans le Penthouse.

Evan s’était débarrassé de son mégot – la fumée s’étant presque toute dissipée par ma fenêtre ouverte. Il m’avait – alors – présenté la meilleure chose qui pourrait arriver. Je ne sais pas pourquoi mais je ne voyais pas du tout les choses comme ça – peut-être parce qu’Evan était un optimiste et moi un réaliste.

-Ce serait le meilleur des dénouements,
dis-je avec un petit sourire. Je ne sais pas pourquoi mais, j’ai l’impression que ça ne se passera pas comme ça, rajoutais-je en cassant les rêves d’Evan.

Il fallait se rendre à l’évidence – Barbara ne nous sautera jamais au cou… Evan tremblait et je toussais toutes les deux minutes – on faisait un sacré duo… Les yeux bleus – et effrayés – de Sniper s’étaient posé sur moi. Il avait peur que Denis le dégomme – je l’avais oublié celui-là…

-Mais non, dis-je avec le sourire. Denis est un type bien. Il saura que tu es là pour ta fille… Il ne te fera rien, dis-je pour le rassurer.

Je ne savais pas comment allait réagir Denis – je ne savais pas du tout ce qu’il pensait d’Evan. Je ne savais pas non plus si Sniper était là seulement pour sa fille.

-Tu es bien là seulement pour ça, non ?, dis-je en sous-entendant dans mon ton qu’il serait plus stratégique – pour nous – de le faire croire jusqu’au bout.

Nous n’allions pas pouvoir rester ici éternellement – sinon, autant retourner tout de suite mais ça ne le ferait pas trop et ce n’est pas le style de Daniele Ricci. On allait devoir passer à l’accueille – je suppose – avant de pouvoir arriver au Penthouse. Il nous fallait un plan d’attaque – ou un semblant de plan, en tout cas.

-Bon… J’ai pas trop envie de passer ma soirée ici moi… Il nous reste à entrer en espérant que tu ne sois pas recalé à l’accueil…, dis-je en faisant une petite moue de réflexion. On peut espérer que les gens de l’accueil ne te reconnaissent pas et que ça passe comme une lettre à la poste. Les invités ont le droit d’être accompagnés à ce genre de soirée, dis-je sur un ton qui montrait bien que je réfléchissais au fur et à mesure. S’ils te reconnaissent, j’arriverai bien à les baratiner un peu. Sinon, on court jusqu’à l’ascenseur, dis-je même si l’idée de courir ne me plaisait pas du tout.

Je ne voyais pas d’autres solutions – parce qu’il n’y en avait pas. J’avais – encore – toussé un peu après avoir déblatérer mon plan à l’ancien chanteur de The Army.

@ Billy Lighter


You're never gonna die, you're gonna make it if you try, they gonna love you
© Pink Floyd
Revenir en haut Aller en bas
Evan "Sniper" Kurtz
avatar


Messages : 318
Date d'inscription : 17/07/2015
Age du personnage : 39
Localisation : Eastside



MessageSujet: Re: [20:00] Suicide Squad [PV Daniele][TERMINE]   Lun 5 Déc - 22:47



Suicide Squad
ft. Daniele Ricci


J'enchaînai sur l'observation de mon ancien manager...

-Ouais... Non... Ça ne se passera pas comme ça...

Si même Barbara décidait de faire bonne figure pour ne pas foutre en l'air ce gala, elle nous en voudrait et on allait le ressentir. Je n'étais même pas sûr qu'elle allait me laisser lui expliquer notre présence, bien que Daniele ne serait pas un illégal, lui... Mais l'idée de m'amener ici venait de lui.

Je soupirai encore. Denis Sherman ne serait pas un problème, d'après Daniele. Il saurait que je serais là pour ma fille. Je savais pas. Dany connaissait probablement mieux ce type que moi. Parce que personnellement, je ne l'avais jamais rencontré, je ne lui avais jamais parlé. Tout ce que je savais de lui, je le savais par Jess. Au départ, ma fille, qui n'était pas encore une ado à l'époque, ne l'aimait pas beaucoup, mais avec le temps, son discours à son sujet s'était adouci...

Et ça m'avait pas spécialement fait plaisir bien qu'au point où j'en étais, je savais que je ne pouvais pas rivaliser...

D'après mon ancien manager, Sherman saurait que je venais pour ma fille. Et la question qui suivit de la part de Daniele me fit relever la tête.

-Hein ? Quoi ? Oh... Ouais, que pour Jess...

Quoi que... Je savais que je n'arriverais pas à reconquérir Babs... Jamais. Mais je l'aimais encore, c'était clair. Et ça allait me faire plaisir de la revoir... Ou peut-être pas... Peut-être que j'allais juste me rendre compte à quel point j'avais foiré... Que j'aurais pu avoir une belle vie de famille et que j'avais bien merdé.

Je le savais déjà, mais entre le savoir et le voir...

Quand Daniele affirma qu'il n'avait pas envie de passer la soirée dans la voiture, je me raidis un peu. Ça allait être de plus en plus compliqué de retarder l'échéance...

Mon regard se reporta vers le penthouse, n'écoutant qu'à moitié le plan de Daniele et je n'avais même plus l'excuse d'être vraiment sourd ou d'avoir des appareils auditifs qui ne fonctionnaient pas, par contre les flash des photographes à l'entrée étaient aussi une bonne excuse.

Je flippais et du coup, je transpirais et du coup, je rallumai une clope.

J'étais pas prêt pour ça. Même bien habillé, je n'étais pas sûr que passer devant tous ces journalistes serait une bonne expérience...

-Dany...

Je le regardai, la terreur se lisant clairement dans mes yeux.

-Ils nous laisseront jamais passer.

Je ne parlais pas de la vérification des invitations à l'entrée, mais bien de la marrée de journalistes qui allait faire barrage quand on allait se pointer. Je le sentais.

Malgré tout, j'avais quand même la main sur la poignée de la porte.

Fallait que je pense à Jess... Et rien qu'à Jess. Si je ne sortais pas de cette bagnole, j'étais juste bon pour retourner dans l'Eastside.

Tandis que si j'en sortais, il y aurait peut-être une chance que tout change.

Daniele toussa et j'avais l'impression que niveau condition physique, le manager était pas beaucoup mieux loti que moi... Je trouvais la force de rigoler un peu, comme pour détendre l'atmosphère, même si c'était plus un rire nerveux qu'autre chose.

-Tu crois qu'on va pouvoir courir ?

Parce que je sentais qu'on allais devoir courir pour échapper aux vautours qui rôdaient dans le coin.

On allait peut-être crever d'une crise cardiaque avant que Babs puisse nous exécuter, finalement...

@ Billy Lighter











SNIPER
Revenir en haut Aller en bas
Daniele Ricci
avatar


Messages : 1000
Date d'inscription : 28/09/2013
Age du personnage : 40


Who am I?
Je suis: le meilleur
Relations:
Song: Back In Black-AC/DC


MessageSujet: Re: [20:00] Suicide Squad [PV Daniele][TERMINE]   Mer 7 Déc - 19:06



Suicide Squad
ft. Evan "Sniper" Kurtz


Evan s’était inquiété à cause de Denis Sherman – le mari de Barbara. Je l’avais – tant bien que mal – rassuré alors même que je n’avais pas la moindre idée de comment allait réagir le millionnaire – à moins, qu’il ne soit carrément milliardaire… Tant qu’Evan était là pour sa fille – ce qui était légitime – Denis ne lui en voudrait pas d’être là.

J’étais quand même sceptique sur les vraies intentions d’Evan. Était-il là seulement pour sa fille ? Pas sûr – mais il fallait qu’il le fasse croire à tout le monde. Il avait déclaré que oui – mais avec tellement d’hésitations que je n’y croyais pas une seule seconde.

-Mouais, que pour Jess. Essaye que ça paraisse crédible aux yeux des autres, tu veux ?
, dis-je en faisant bien comprendre à Evan que c’était un piètre menteur – pour ne pas dire qu’il était complètement nul dans ce domaine.

Il venait sûrement – aussi – pour Barbara. Je ne pouvais pas vraiment lui en vouloir – Barbara était une sacré femme. Il devait être toujours attaché à elle.

Il nous fallait entrer – je ne voulais pas rester ici toute la nuit. J’avais élaboré un semblant de plan pour qu’on puisse passer l’accueil et montrer jusqu’au Penthouse. J’avais vu que Sniper n’était pas à l’aise – il avait rallumé une clope… Nous n’avions pas le choix pourtant – il fallait entrer, putain ! Il avait peur qu’on ne nous laisse pas passer. J’avais regardé vers l’entrée où une marée de journalistes et de photographes attendaient les invités – on ne change pas un vautour… C’était sûrement eux que Sniper redoutait.

-Ouais, ça ne va pas être simple, dis-je en soupirant – et en regardant toujours vers les journalistes.

Il nous fallait un plan pour ça aussi – génial comme début de soirée… Il n’y avait qu’Evan pour rigoler – certes, nerveusement – en ce moment. Il avait demandé si on pourrait courir.

-Non…, dis-je plus sérieusement que je ne l’aurais voulu. Personnellement, je n’y arriverai pas…

Je crois que je n’avais plus couru depuis les années The Army. Je ne voulais pas tenter l’expérience ce soir – pas avec mes poumons tout juste sortis de convalescence. De toute façon, je ne crois pas qu’Evan soit plus en état que moi pour ce genre d’exercice. Nous étions vraiment deux infirmes…

-Par contre, j’ai un plan
, dis-je en regardant – enfin – Evan. Ce qu’ils veulent c’est pouvoir photographier et interviewer les invités. On va leur donner ce qu’ils veulent. Je sors le premier, je leur donne ce qu’ils veulent et, toi, tu passes discrètement et tu entres dans le bâtiment, dis-je très confiant. Je te rejoindrais à l’accueil.

C’était la seule option qu’on avait – je n’en voyais pas d’autres. Je n’avais pas laissé le temps à Evan de dire quoi que ce soit. Je lui avais lancé les clés de voiture – comme il sortira le second, il sera contraint de la verrouiller – et j’étais sorti de la voiture en direction des journalistes.

Ces rapaces n’avaient pas attendu avant de mordre à l’hameçon.

-Monsieur Ricci ! Un commentaire sur le gala de ce soir ?,
dit une journaliste alors que les flashs des photographes avaient commencé à m’éblouir.

-Ça risque d’être une bonne soirée. C’est toujours le cas des galas caritatifs, dis-je très souriant.

Les journalistes voyaient que j’étais prêt à répondre à leur questions alors ils avaient tous afflués vers moi – se détournant de tout le reste.

-Allez-vous donner de l’argent à l’un des associations ?, me demanda un type – qui avait plutôt l’air d’un représentant de l’une de ces fameuses associations qu’un journaliste.

Allez, Ricci, rappelle-toi pour quels associations les gens viennent ce soir – et vite si possible ! Je n’étais pas capable de m’en rappeler – j’avais lu l’invitation en diagonale, comme d’habitude. J’avais regardé l’homme qui m’avait posé la question. Son pull – l’écusson sur son pull ! Ah oui ! Cancer Research !

-Bien sûr ! Je compte donner quelques milliers de dollars à Cancer Research. C’est une cause qui me tient très à cœur. Ma mère est morte d’un cancer quand j’étais enfant, dis-je sur un ton sérieux et un peu dramatique – quel bel acteur je faisais.

Ma mère n’était pas morte d’un cancer – je sais, mentir c’est mal. Elle est morte des suites de ses blessures après un accident de voiture. Je savais qu’une histoire dramatique – même fausse – avait l’art de plaire aux journalistes.

J’avais répondu à bien d’autres questions – sur moi, sur l’album et sur moi. J’avais - à un moment donné – regardé autour de moi. Il n’y avait pas de traces d’Evan – j’en avais conclu qu’il avait réussi à entrer.

-Bon, je vais vous laissez !, dis-je avec le sourire.

Ils m’avaient laissé passer en me souhaitant une bonne soirée. Après tout, je leur avais donné ce qu’ils voulaient – un petit bout de moi. J’étais entré à l’intérieur de l’immeuble – pour la phase suivante de plan.

@ Billy Lighter


You're never gonna die, you're gonna make it if you try, they gonna love you
© Pink Floyd
Revenir en haut Aller en bas
Evan "Sniper" Kurtz
avatar


Messages : 318
Date d'inscription : 17/07/2015
Age du personnage : 39
Localisation : Eastside



MessageSujet: Re: [20:00] Suicide Squad [PV Daniele][TERMINE]   Jeu 8 Déc - 16:38



Suicide Squad
ft. Daniele Ricci


J'avais essayé de convaincre Daniele que je n'avais accepté d'aller à ce gala que pour voir Jess. Mais on ne la fait pas à Daniele Ricci, je devrais le savoir et j'avais baissé la tête et rougis un peu, comme au tout début de The Army quand il me captait quand une fille me plaisait et qu'il se foutait de ma gueule... Tout ça datait d'avant même ma rencontre avec Barbara dans le magasin de disques de mon père... Parce qu'entre ce fameux jour et aujourd'hui, il n'y avait eu aucune autre femme dans ma vie, si ce n'était Jess, ma fille...

-Ok... Ok... Je serai crédible...

En même temps, quel espoir pourrai-je avoir, hein ?

De toute façon, on était pas encore rentrés dans le penthouse et je fis remarquer à mon ancien manager que ça allait pas être de la tarte. Il y avait une nuée de journaliste devant les portes. On aurait dit une nuée de guêpes. Ou des vautours... En tout cas, des animaux pas gentils...

Quant à courir, on était bien d'accord et ça me rassura : aucun de nous deux ne serait capable de détaler comme on l'avait fait à Las Vegas il y avait une putain d'éternité de ça.

Heureusement, le génie avait un plan. Il allait faire diversion et j'allais passer en douce jusqu'à l'accueil. Il avait le don, avec ses plans à la con, de réveiller Sniper, le petit gars aux cheveux mi-longs qui aurait fait n'importe quoi pour n'importe quelle raison tant que c'était fun et qui dormait encore, probablement complètement bourré, au fond de moi. Et y avait rien à faire, tout ça me ramenait plus de 10 ans en arrière et malgré que j'étais mal en point et que je tremblais, ça me faisait me sentir mieux.

D'autant qu'une fois franchie la ligne d'arrivée, il y avait Jess... Et Babs...

Je n'avais pas encore eu le temps d'ouvrir la bouche pour parler, ne sachant pas moi-même si j'allais approuver ou protester que je me retrouvais avec les clés en main et que Daniele s'avançait d'un pas sûr vers la nuée de journalistes qui fondit sur lui dès que l'un d'eux l'eut repéré. Cette scène me fila un putain de frisson d'effroi. Je m'attendais à tout moment à voir mon manager ressortir sous forme de squelette parce qu'ils l'auraient dévoré sur place.

Je secouai brusquement la tête pour virer cette vision de mon crâne. Même mes Delirium Tremens n'était pas aussi effrayants. Je respirai un grand coup avant de planter ma clope dans ma bouche et sortis de la bagnole. J'eus l'impression qu'il me fallut une éternité pour la verrouiller tellement je tremblais. Je n'arrivais pas à glisser la clé dans la serrure.

Quand ce fut fait, je ne me laissai pas trop le temps de réfléchir et marchai vite vers l'entrée pendant que Daniele attirait l'attention de tous les journalistes sans exception. En vérité, alors que je ne m'en croyais pas capable, je courais presque. Je fus soulagé d'arriver en vie dans le hall de l'immeuble... Où une hôtesse m'interpella. Elle portait des vêtements dessinés par Barbara. Même si mon épouse n'était pas connue du temps de The Army pour les habits qu'elle créait, moi, j'avais eu l'occasion de voir ses croquis... Et je reconnaissais sa patte.

L'hôtesse, alors que je regardais ses vêtements, dut croire que je la matais parce qu'elle passa une main devant mes yeux pour me faire relever la tête.

-Votre invitation, Monsieur?

Je blêmis.

-Heu...

Je pointai une direction derrière moi. A première vue, l'hôtesse ne m'avait pas reconnu parce que je n'étais plus Sniper, bien que mes yeux aient peu changé, et je n'étais plus non plus tout à fait l'épave de la photo de L.A. People.

-C'est mon pote, Daniele, qui l'a...

Mais je n'osais pas me retourner et crier après lui parce que je risquais d'attirer l'attention des journalistes sur moi.

Elle me regarda, visiblement surprise...

-Oh... Quel est vote nom, s'il vous plaît ? Je vais déjà jeter un œil sur la liste.

Et merde... Je tremblais de plus belle.

-Heu... Je suis pas sur la liste. Je suis venu avec Dany...

Et il fallait absolument que Daniele ramène son cul parce que je voyais maintenant aux expressions de la jeune femme qu'elle essayait de se rappeler où elle m'avait déjà vu...

Au secours...

@ Billy Lighter











SNIPER
Revenir en haut Aller en bas
Daniele Ricci
avatar


Messages : 1000
Date d'inscription : 28/09/2013
Age du personnage : 40


Who am I?
Je suis: le meilleur
Relations:
Song: Back In Black-AC/DC


MessageSujet: Re: [20:00] Suicide Squad [PV Daniele][TERMINE]   Ven 9 Déc - 16:55



Suicide Squad
ft. Evan "Sniper" Kurtz


Ça avait été du grand Daniele Ricci – je sais, je suis modeste. Les journalistes avaient eu ce qu’ils voulaient – et ils étaient repus. La première partie du plan était accomplie – grâce à mon incroyable talent d’orateur et ma célébrité indiscutable. Je pouvais – désormais – rejoindre Sniper à l’intérieur. En espérant qu’Evan n’ait pas fait foirer la seconde partie du plan avec son stress – tellement perceptible qu’il rendait l’ancien chanteur suspect à tous les niveaux.

J’étais entré dans l’immeuble. Sniper était à l’accueil – avec, devant lui, une hôtesse qui le dévisageait. Oh oh… Il était plus que tant que j’intervienne !

-Jack !, dis-je en passant mon bras autour des épaules de Sniper. Désolé de t’avoir fait attendre, je posais pour les photographes dehors, rajoutais-je avec un grand sourire.

J’avais lâché Sniper pour prendre mon invitation qui était dans la poche de mon tout beau costume.

-Bienvenue Monsieur Ricci, dit la secrétaire avec un sourire – le même qu’elle devait donner à tous les invités qui se pointaient ici.

-Merci. Vous êtes tout simplement ravissante !,
dis-je en faisant un clin d’œil à l’hôtesse. Tellement que vous intimidez mon ami Jack, dis-je en présentant mon invitation à l’hôtesse.

Elle avait rougi – gagné ! En me regardant toute les deux secondes – moi et mon sourire charmeur – elle avait pris le temps de vérifier sur la liste.

-Vous n’avez pas prévenu que vous viendriez avec un ami… Je ne le vois pas sur la liste, dit-elle un peu ennuyée.

C’est vrai – je n’avais pas prévenu que je serais accompagné. Ce n’était qu’un tout petit détail – car j’étais Daniele Ricci et que j’amenais qui je voulais où je voulais.

-Oh… C’est normal, je l’ai invité à la dernière minute, dis-je sur un ton désolé. J’espère que ça ne dérange pas… Vous pouvez rajouter son nom vite fait ? Si vous vous faites prendre vous pourrez dire que c’est Daniele Ricci qui vous as demandé de le faire, rajoutais-je avec un sourire charmeur. Il s’appelle Jack Parker.

Elle était maintenant toute rouge.

-Bon, d’accord, dit-elle vraiment sous le charme - et en inscrivant le faux nom d’Evan sur la feuille des invités.

C’était un vrai succès. Pendant qu’elle écrivait, j’avais montré – en un seul regard – à Evan toute ma fierté.

-Merci, vous êtes un ange, dis-je avant de pousser discrètement Evan vers l’ascenseur.

Nous avions laissé la fille là – après qu’elle nous avait souhaité de passer une bonne soirée les joues encore toutes rouges.

Nous étions entrés dans l’ascenseur. Je m’étais appuyé contre la paroi de celui-ci.

-C’est pas si mal, dis-je en soufflant de soulagement. On a géré, rajoutais-je en regardant Evan avec un sourire fier.

Maintenant, le plus dur restait à faire – la confrontation avec Barbara. Les journalistes et l’hôtesse c’était un jeu d’enfant à côté


@ Billy Lighter


You're never gonna die, you're gonna make it if you try, they gonna love you
© Pink Floyd
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: [20:00] Suicide Squad [PV Daniele][TERMINE]   

Revenir en haut Aller en bas
 

[20:00] Suicide Squad [PV Daniele][TERMINE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Suicide Squad
» Suicide Squad
» Un affreux suicide
» the falcon squad
» Sinon c'est du suicide?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: L.A Rocks :: Events :: Gala de charité-