AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 [HOT] Piège de Crystal [PV Sonne] [TERMINE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
avatar
Sonne Ferguson


Messages : 311
Date d'inscription : 12/11/2016
Age du personnage : 22
Localisation : All around the world

Who Am I?
Birth place:
Je suis:
Song:


MessageSujet: Re: [HOT] Piège de Crystal [PV Sonne] [TERMINE]   Ven 30 Déc - 20:20

J’avais anticipé sa première réaction. Je parle du moment de stupeur où l’information met un moment à vraiment prendre tout son sens dans sa tête.  C’est un choc, un changement notoire dans la vie d’un couple que d’accueillir un enfant. Surtout quand les parents sont aussi déjantés qu’Atticus et moi puissions l’être.

Les responsabilités, la vie d’un être innocent entre les mains de deux écorchés vif.  Devoir se ranger et devenir des gens bien afin de tracer au rejeton un chemin un tant soit peu droit dans la vie.

Naïvement, j’avais cru que cette nouvelle le réjouirait. Qu’il verrait en mon hypothétique grossesse le tremplin pour se relancer. Rebâtir sa vie, sa carrière et notre couple  d’un même souffle.

Redressé sur mes coudes, je le regardais faire les cents pas, ne sachant que dire devant la panique qui l’envahissait de façon fulgurante.  Et dans un élan de rage, il prit un vase et  le lança en ma direction.  J’eu de justesse le temps de me baisser la tête en la couvrant de mes bras. Un cri strident s’échappa de ma gorge et ce fut à mon tour de me laisser emporter par la panique.


- Putain mais c’est pas possible!

- Et ça t’étonne ?  Toutes les fois où je te dis que c’est dangereux,  et que tu me dis : "t’en fais pas je me retirerai avant! " et tu finis toujours pas m’éjaculer en dedans ! Et Tu demande vraiment si c’est possible ?!


Des larmes silencieuses coulaient sur mes joues. Je relevais ma robe ; l’heure n’était plus au fantasme, ni même à l’amour.  J’étais maintenant, toujours sur la table, semi assise, regardant le gâchis de cette soirée qui  avait pourtant si bien commencé.

Ses propres paroles revinrent à mes oreilles, comme une  arrogante ritournelle « A nous, et particulièrement à toi, qui malgré mes défauts continue de me supporter. » Il continuait de déambuler devant moi. Et moi, entre deux sanglots étouffés, essayait d’articuler son prénom.

Je descendis de cette maudite table, et, comme une conne automatisé, alla ramasser le verre brisé. Qu’avais-je mieux à faire ? Peu importe ce que j’aurais pu dire, il l’aurait prit comme une bravade de ma part et j’avais peur. Très peur.

Pas peur qu’il me frappe. Ça, j’y étais habitué. Je ne redoutais plus ses coups. Sa fureur, j’y avais goûté que trop souvent.  J’avais apprit à [sur]vivre à ses assauts.  J’avais peur qu’il s’en prenne à mon ventre. Qu’il se déchaîne sur cette partie de mon corps.  


- Tu vas avorter. J’veux pas de ce gosse putain ! Si tu n’avortes pas, j’irai chercher ce gosse de mes mains et je le foutrai dans l’feu. Compris ?

Il lisait en moi comme dans un livre ouvert. Il n’avait pas dit cela à tout hasard. Il l’avait dit car il savait pertinemment que je le savais capable et que c’était la chose que je craignais le plus. Il me la jouerait en Charles Manson style.

Atticus ne dormit pas avec moi cette nuit là. Ni la suivante.  Non plus qu’il ne m’adressa la parole. Et, je ne dormis pas. Morte de peur, sursautant au moindre bruit, craignant de le voir entrer dans notre chambre, complètement  saoul et poudré, couteau à la main.

Le second matin, lorsque je me suis réveillé,  une affreuse douleur lancinante me traversa le bas ventre. Je grimaçais, contenant difficilement des larmes de douleurs. Je me redressais, péniblement et ouvrit les draps pour y découvrir une énorme tache de sang.

Était-ce mes menstruations qui arrivaient tardivement, ou bien l’œuvre du destin ? Je ne le saurai vraiment jamais. Je préférais nettement rassembler les draps et les porter à tremper.  Pleurant à chaude larmes, en sortant de la salle de lavage, je croisais Woody dont ses yeux se posèrent sur mes cuisses et le bas de ma nuisette, tâché de sang.


- Woody… Vous direz à Monsieur que je me suis débarrassé du… petit détail encombrant ! Merci…



Dernière édition par Sonne Ferguson le Sam 7 Jan - 19:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sonne Ferguson


Messages : 311
Date d'inscription : 12/11/2016
Age du personnage : 22
Localisation : All around the world

Who Am I?
Birth place:
Je suis:
Song:


MessageSujet: Re: [HOT] Piège de Crystal [PV Sonne] [TERMINE]   Sam 7 Jan - 18:38

Juillet 1981

Rien n’allait plus entre Atticus et moi.  Il buvait et s’adonnait au plaisir artificiel de la cocaïne plus que jamais.  Il m’évitait le plus clair de son temps et ça m’arrangeait en fait. Ça lui évitait de me foutre une claque parce que j’aurais respiré trop fort à ses côtés.

Ma carrière était à son apogée. Contrairement à la sienne. Je crois que c’est ce qui le rendait aussi  amer à mon endroit.  Je préférais passer un maximum de mon temps au  Golden Nipples plutôt qu’à la maison.

Viny n’en pouvait plus de me voir arriver en début d’après-midi avec mes lunettes de soleil pour caché un œil tuméfié, ou un col roulé dissimulant des marques dans mon cou.  Plusieurs fois il m’avait menacé d’aller à la police et de dénoncer la violence dont j’étais victime. Et moi, en pleure, je le suppliais de ne rien faire.


- Il va se ressaisir… Il ne lui faut qu’un peu de temps. C’est de ma faute, je l’ai réveillé trop tôt.  J’ai trébuché et me suis cogné contre une porte, je suis tellement maladroite…

Autant d’excuses que de raisons, je les avais toutes plusieurs fois exploitées.  La vérité était bien plus horrible.  Sans trop savoir quand, ni comment, j’étais tombé amoureuse d’Atticus et j’avais tellement espoir qu’il renaisse de ses cendres, que je m’acharnais à rester là.  Je pouvais bien encaisser encore…

Une nuit, je rentrais du club. J’étais complètement exténuée, mes pieds me faisaient souffrir. J’avais peur de retirer mes putain de talon haut et de ne plus jamais pouvoir les remettre tant je les savais enflés.

La maison était plongé dans l’obscurité la plus total, je  croyais donc qu’Atticus devait s’être évanouie quelque part trop saoul pour émerger.  Il m’arrivait encore d’espérer qu’il soit là à mon retour. Souriant et heureux de me voir.  Qu’il m’enlace et m’embrasse avant de me soulever et me porter à notre chambre tel un preux chevalier…

Tout en me dirigeant vers notre chambre, je retirais mes boucles d’oreille et  ma veste et laissais tomber mon sac à main quelque part dans le couloir.  Je poussais la porte et fut intriguée par la lueur  d’une lampe. Avais-je oublié d’éteindre ?  Je relevais la tête et le spectacle qui m’accueillit me coula sur place.

Atticus était là, avec une autre femme. Tous les deux nues, bien entendu et il semblait se servir d’elle, ou plutôt de sa poitrine comme plateau pour sa coke.  Et sans trop comprendre, j’attrapais la lampe de bureau d’Atticus et la leur balançais rageusement, ne contenant plus mes larmes et ma douleur.


- Alors c’est ça ?  C’est ce que je mérite pour t’avoir enduré toi et ta violence C’est ça toute ta considération que tu as pour moi ?  Va au Diable Atticus Fetch !!

Je sortis de la chambre, pleurant de douleur. J’avais accepté pendant toutes ces années les immondices de son caractère, les caprices de ses paradis artificiels mais l’infidélité… Je  me sentais étourdis, faible mais déterminé plus que jamais de le quitter pour de bon.

Il me rattrapa alors que j’allais descendre l’escalier qui menait au premier. Sa main autour de mon bras me serra très fort mais j’ignorais la douleur, celle de mon cœur qui ne finissait plus d’éclater en miette était beaucoup plus insupportable.

Il me baratina des trucs, je n’entendais rien. Je voulais qu’il me lâche, qu’il me laisse partir mais il me retenait si fort.


- Ton père doit se retourner de honte, dans sa tombe, en voyant l’être minable que tu es devenu !

J’avais prononcé la pire des choses que j’aurais pu lui dire. Jamais encore je n’avais invoqué la mort de son père et je n’avais pas mesuré le pouvoir que mes mots auraient sur lui.  Il me lâcha, comme si je venais de le giffler alors que je n’avais rien fait.

Malheureusement,  j’étais si près du haut de l’escalier que j’en perdis l’équilibre et je perdis pied, le dévalant en entier. Je m’affalais lourdement sur le sol dans une bizarre de position. J’ouvris les yeux quelques secondes et je  vis Atticus accourir vers moi. Il passa un bras derrière ma tête et une main dans mes cheveux. L’instant d’après, plus rien.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [HOT] Piège de Crystal [PV Sonne] [TERMINE]   Mar 24 Jan - 21:18

Piege de Crystal
Sonne Ferguson ✧ Atticus Fetch

 
J'étais dans le lit ce jour là, Sonne elle, probablement au travail. J'étais tellement défoncé que j'étais plus proche de nager à travers l'univers de Dark Side of the Moon que jamais. J'étais au paroxysme de la défonce que le Studio 54 n'aurait jamais su atteindre même au carré VIP et malgré toute la volonté de sa poudreuse de luxe. J'avais essayé pour la première fois le LSD et j'avoue que c'était cool sur le moment. J'avais autour de moi trois nanas dont une à quatre pattes sur le lit. Je sniffais un nouveau rail de coke sur son cul et relevant la tête en arrière en riant nerveusement j'gueulais un truc du genre

- Quel âge t'as dis que t'avais déjà?

Aussi euphorique -et défoncée- que moi, elle se laissa tomber sur le lit, se retournant en laissant voir ses courbes magnifiquement sculptées, presque les mêmes que Sonne. A la différence que son grain de beauté entre les sein m'excitait plus que la nana dans mon lit.

- 16 ans putain! C'est trop d'la balle ce qu'on fait avec toi papa!

Je crognai un coup mais bien sûr, sans aucune volonté ni aucun effet autre que celle d'inciter une autre nana à me coucher pour me sucer la queue.

- M'appelle pas papa putain! Où j'te butte.

L'inceste était une expérience qui m'attirait autant que la zoophilie : Pas du tout. Quoi qu'il en soit, je voyais des formes toutes aussi bizarres les unes que les autres pendant que j'me faisais sucer, qu'une autre jouait avec la chatte de la suceuse et la dernière, celle de 16 ans, m'embrassait. Un bon bad trip comme on en faisait qu'en 60 après un concert de Jimi.

C'est alors que ma déchéance prit une claque dans la gueule, quand Sonne débarqua. J'aurais mieux préféré être loin d'elle à ce moment là. Loin de Sonne et quelque part, avec le LSD j'étais pas du tout sur terre. Mais bon, j'avais encore 2 neurones normaux ce qui était plutôt étrange vu la quantité de stupéfiants qui se baladaient dans mes artères. Prenant soin de me casser la gueule sur une paire de sein, je sortais du lit à poil sous les esclaffades des jeunes femmes totalement défoncées.


- Bébé attend j'peux tout essayer! Enfin non mais attend moi sérieux, j'ai les couilles qui ballottes ça fait mal!

Me retrouvant en haut de l'escalier face à elle, j'pouvait pas m'empêcher d'éclater de rire, sans le vouloir. Comme si rien de tout ça était sérieux, et pourtant. Alors que la plus jeune de mes invitées s'époumonait à me signaler qu'elle pouvait s'occuper de mes couilles si je le souhaitait, j'tentais tant bien que mal de justifier l'horreur que Sonne venait de vivre. Horreur que je ne visualisais pas. Vive les drogues.

- Elles étaient à ma porte! J'te promets j'ai rien fais... Aller viens te coucher avec nous bébé, elles s'occuperont de toi pendant que j'bouffe ton p'tit minou soyeux...

Aussi alléchante -ou ragoutante- que pouvait être la proposition, Sonne ne semblait pas encline à accepter ça. De toute façon, peu m'importait j'étais juste défoncé et j'avais nullement l'envie de sortir de mon trip pour rejoindre la réalité. Elle voulu partir mais je pris son bras et c'est là que ses mots, telle une guillotine tombèrent, tranchant l'intégralité de mon corps me faisant sortir jusqu'à mon bad. Sonne admira la toute première larme que je versa, et elle était liée à mon père. Je lâcha son bras, et elle le sol.

Comme une scène au ralenti je la vis tomber les marches, poussant un cri effroyable à chaque marche qui venait taper dans sa colonne. Peu à peu mon sourire niais-défoncé se transformait en horreur et alors que les trois gonzesses à poil venaient elles aussi voir ce qui se passait, j'avais tout juste le temps d'apostropher l'une d'entre elle pour qu'elle me passe un peignoir.

Je descendais à toute allure, m'approchant de ma Crystal. Le piano long et sanglotant des Floyd raisonnait dans ma tête, ultimes souvenirs d'un bad qui commença mal. Je posais ma main sur son front, ses joues, soulevant sa nuque pour déposer son sac afin qu'elle ai un maintient.


- Sonne! Je suis là mon amour... T'en fais pas, j'suis désolé putain, mon coeur reste avec moi... WOODY! FAIT LE 911 ESPECE DE TANCHE!
© Starseed
 
(c) fiche:WILD BIRD & gifs:gifs hunt c l o s e d
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sonne Ferguson


Messages : 311
Date d'inscription : 12/11/2016
Age du personnage : 22
Localisation : All around the world

Who Am I?
Birth place:
Je suis:
Song:


MessageSujet: Re: [HOT] Piège de Crystal [PV Sonne] [TERMINE]   Mer 25 Jan - 2:23

- Jeune femme, début vingtaine, inconsciente. À trois, on la soulève, un…deux…trois ! C’est bien aller, pas de temps à perdre on l’amène. Monsieur vous êtes son…conjoint ?  
Venez avec nous !

- Quel est son nom ?

- Crystal…Sonne…Je veux dire… C’est ma femme putain sauvez là !


- Monsieur, nous faisons aussi vite que possible !


Mais pourquoi je ne vois rien ? J’entends des voix… Deux que je ne reconnais pas puis celle d’Atticus qui est étrangement déformée. On dirait presque qu’il pleure, mais ça ne lui ressemble pas de démontrer des émotions. Mais pourquoi je ne vois rien putain !

On m’amène mais je ne sais pas où. Il y a de nouvelles voix qui s’ajoutent à celles que j’entendais déjà. Des hommes, des femmes. Et y’a toujours Atticus qui beugle a plein poumon  de tout faire pour sauver sa femme. Mais  bon dieu ! Il ne parle pas de moi non ? Depuis quand il me considère comme sa femme ? Déjà ces derniers temps, j’avais moins de valeur à ses yeux que le paillasson d’entrée !

Je suis de nouveau soulevé et déposé sur ce qui me semble être un lit. Plus confortable que l’espèce de planche sur laquelle on m’avait attaché !  Aïe ! Qui est-ce qui me frappe sous les pieds : ça fait mal !


- Aucune réaction aux stimuli. Madame Fetch, restez avec nous !

- SAUVEZ MA FEMME PUTAIN DE BORDEL DE MERDE !!


- Qu’on le fasse sortir d’ici ! Donnez lui un calmant mais qu’on le fasse sortir de mon urgence !

- Monsieur Fetch, je vous pris de me suivre. Elle est entre bonne main. Le Docteur Green est le meilleur de tout le Cidar Cinaï.


- On se bouge le cul ou nous allons la perdre ! le rythme sinusal est très faible, sa pression est en chute libre ! Il faut la monter au scan, je suis certain qu’elle a un épanchement de sang au cerveau !


Mais bordel ! Qu’est-ce qui ce passe ! Allez-vous finir par me dire qui est-ce qui va crever et pourquoi je ne vois rien !!  Je me sens étourdis !  J’ai envie de vomir… Hey ! Je ne vous entends plus !! Vous êtes où tout le monde ?  J’ai peur… Atticus ?!  

- Bonjour la belle au bois dormant ! Tu nous a fait une sacré peur tu sais !

- Viny…
marmonnais-je avec la plus grande des difficulté  Où suis-je ?
- À l’hôpital… Tu as fait une sacré cascade !

- Atticus…

- En garde a vu ! Ce salaud va payer pour ça ! C’est une tentative de meurtre en ce qui me concerne ! Il va prendre cher c’t’enfoiré !

- NON ! Viny… Non… J’suis tombé Il n’était pas près de moi quand j’ai chuté…

- Ce n’est pas ce que l’une des putes qui étaient là ce soir là prétend. Je vais aller dire à l’infirmière que tu es réveillée et y’a un inspecteur aussi qui désire t’interroger.  


Je ne comprenais plus rien. Depuis combien de temps je me trouvais à l’hôpital. Et Atticus ?  Mon Dieu ! Pour une fois qu’il n’avait vraisemblablement rien à se reprocher, il se trouvait en garde à vue ?  Tout allait trop vite dans ma tête, je tentais de rassembler les pièces du puzzle mais une infirmière entra en trombe dans ma chambre, flanquée de ce qui devait être l’inspecteur. Elle s’acharna à me prendre mes signes vitaux alors que l’autre se présentait déjà comme était l’inspecteur  Godwin.  Il me bombarda de questions mais sa voix me revenait en écho comme s’il me parlait depuis l’extérieur de l’hôpital.  Ma pauvre tête menaçait d’exploser

- Inspecteur, Atticus n’a rien à se reprocher.  Sauf de m’avoir trompé une fois de plus vous ne pouvez pas le mettre en taule pour adultère ! Si tel était le cas, les prisons de Los Angeles manqueraient vite de cellule vue le nombre de mari infidèle ! Je me suis énervée, et dans ma hâte de quitter la maison…j’ai trébuché ! J’ai fait ça toute seule, comme une grande fille. Je n’ai pas eu besoin de son aide pour ça ! Relâchez-le ! J’ai besoin de lui à mon chevet…

L’inspecteur insista pour me laisser sa carte. Au cas où ma mémoire me reviendrait.  J’eu beau lui dire que je me souvenais parfaitement bien de ma chute, il avait le mot doute tatoué dans le front. Un médecin entra à son tour et chassa tout ce beau petit monde pour mon plus grand plaisir.

- Madame Fetch…

- Ferguson, je vous en pris. Atticus et moi ne sommes pas marié.

- Mademoiselle Ferguson, vous avez été somme toute très chanceuse dans votre malchance. Une chute de cette ampleur aurait pu vous être fatale. D’ailleurs nous avons cru  vous perdre un instant mais vous êtes une battante.


- Une survivante !

- Vous souffrez d’une commotion cérébrale grade trois,  une fracture de la clavicule, une entorse cervical, plusieurs côtes de cassées mais du reste, vous et le bébé vous portez très bien.

- Des heures de plaisirs à recoller mes morceaux…Bébé ?


Avait-il dit bébé ?  Il devait faire erreur, s’être trompé de dossier ! Atticus et moi n’avions pratiquement pas recouché ensemble depuis, justement, le soir  où je lui avais annoncé me croire enceinte.  Oh… Oui il y avait bien eu ce fameux soir ou j’avais cédé à sa demande. La panique s’empara de moi et je me retrouvais bien vite le visage inondé de larmes, suppliant mon docteur de garder ma grossesse sous silence. Pour rien au monde, Atticus ne devait être mis au courant de mon état. Je crois qu’il capta bien ma détresse car il me promit que personne n’ébruiterait l’affaire.


L’après-midi même, Atticus se présenta à mon chevet, armé du plus gros bouquet de roses que je n’avais jamais vu de ma vie.  Je le remerciais d’un faible sourire et lui justifiais mon état léthargique dû aux trop nombreux antis douleur qu’on me donnait par intra veineuse.  Les jours passèrent et j’obtenu enfin mon congé. Atticus me ramena chez « nous »  et m’installa dans notre lit. Celui là même  dans lequel je l’avais surpris en agréable compagnie.  


- Atticus… Tu serais aimable si tu acceptais d’aller me chercher tous les médicaments dont j’ai besoin ainsi que certains produits féminins. Si je te fais une liste,  tu iras ?

C’est probablement parce qu’il était rongé par la culpabilité qu’il accepta immédiatement, proposant même un détour par l’autre bout de la ville pour me ramener ces petits plats Thaï dont je raffolais tant. Quand je fus certaine qu’il eut quitté la maison,  je me levais du lit et j’attrapais tout ce que je voyais qui m’appartenaient, jetant tout dans  mes valises.

Je décrochais le combiné téléphonique de la chambre et je demandais à la standardiste qu’on m’envoie un taxi d’urgence. En même temps que je lui donnais les coordonnées, je gribouillais sur une feuille de papier qui traînait  sur le bureau d’Atticus non sans me souvenir les nombreuses fois que nous avions fait l’amour dessus.  Je raccrochais et je tirais mes valises hors de la chambre.  


- Madame ?!

Woody se tenait là, probablement qu’il veillait sur moi depuis le corridor. J’eu peur qu’il ne me force à regagner le lit mais au lieu de ça, il me prit dans ses bras puis me fit descendre l’escalier de l’enfer puis il remontât aussi vite pour revenir les bras et le dos chargés de mes valises.


- J’espérais que vous en veniez à le faire… Vous me manquerez, Sonne.

Pour toute réponse, je lui souris.  Dehors, déjà le taxi m’attendait. Le chauffeur plaça mes valises dans le coffre et je m’engouffrais à l’intérieur.  Je lui demandais de me conduire à l’aéroport. Je savais qu’au Vermont, une maison pour femme en détresse m’attendait. Merci  au docteur Green qui m’avait aidé à planifier mon « évasion ».


J’avais tout de même le cœur gros. Malgré tout, je l’avais sincèrement aimé, mon Atticus… Et je pleurais en silence l’imaginant trouvé ma note. Il pourrait y lire : « Mon amour… n’essais pas de me retrouver. Tu sais aussi bien que moi que c’est une question de survie… pour moi…comme pour toi. Fonce vers ta véritable passion : La musique… Sonne.»






I wanted you to give me
Something unbelievable
All I got was almost
Instantly forgettable
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Atticus Fetch
Invité



MessageSujet: Re: [HOT] Piège de Crystal [PV Sonne] [TERMINE]   Mer 25 Jan - 20:57

Piege de Crystal
Sonne Ferguson ✧ Atticus Fetch

 
Tic.. Tac.. Tic.. Tac.. Tic.. Tac.. Il n'y avait pas plus pesant à l'heure actuelle que la trotteuse de la pendule de ce couloir d'hopital. Le seul son qui venait parfois couper ce rythme infernal était les annonces de l'hopital lui même. Sonne était au Bloc, du moins aux dernières nouvelles. Un docteur -du moins un psy- revint vers moi, un café fumant à la main. Il me le tendit et s'assit à côté de moi après que j'ai saisie la boisson qui annihilerait les dernières sensation du LSD. Il se mit à me parler après quelques gorgées de son propre café.

- Bien Monsieur Fetch. Vous êtes plus calme? Plus apte à la discussion? Nous avons à parler, vous savez.

- Oui. Parlons je vous prie... Va t-elle s'en sortir?

- Comprenez qu'il est bien tôt pour donner un diagnostique surtout que ce n'est pas mon patient mais celui du docteur Green. Cependant, je suis mandaté par cette dernière pour vous tenir au courant de tout ce qui se passera durant l'opération. A l'heure actuelle, elle est au bloc opératoire. L'IRM à montrer une importante poche de sang dans le lobe pariétal droit.

- Ce qui signifie?

- Qu'elle peut devenir un légume.

- Vous êtes putain de doué pour rassurer les gens vous...

- Désolé Monsieur Fetch. Quoi qu'il en soit, j'ai besoin de savoir. Comment cela se fait-il qu'elle soit arrivée dans cette état? Dispute de couple? C'est fréquent vous savez, surtout chez les stars.


Visiblement, il y avait au moins une personne dans le monde qui ne m'avait pas oublié moi et mon nom. Je finissais déjà mon café en remuant frénétiquement la jambe. Lui, venait de prendre sa seconde gorgée. Il regarda l'heure en attendant ce qui devait être de toute évidence une réponse sincère de ma part. Autrement dit, un rare privilège.

- J'ai merdé... Grave merdé... Vous savez, c'est quand vous êtes à deux doigts de perdre quelqu'un que vous vous rendez compte à quel point vous tenez à lui...

- Prenez votre temps Atticus... Nous sommes que deux dans ce couloir, pleurez si vous voulez même.

- Ah! J'admet que j'aimerais bien mais je ne vais pas pleurer avant d'être certain d'une chose, qu'elle soit encore en vie... Le fait est que je me sens responsable... J'étais au lit, défoncé, avec deux nanas, peut-être trois... Sonne est arrivé à ce moment là, nous a surprit et comme j'étais trop raide, je n'ai même pas su répondre sérieusement. Elle était en haut de l'escalier, je lui faisais fasse et je l'ai agrippé par le bras pour la retenir.

- Et vous l'avez poussée, elle est tombée.

- Quoi?! Non putain j'suis pas ce genre de type! Elle... J'ai perdu mon père y'a presque trois ans et... Elle a prononcé des paroles l'impliquant le genre de... "Ton père se retournerait dans sa tombe en voyant ta déchéance"...

- Aie...

- J'ai... Je sais plus putain, je l'ai lâché, j'me sentais bouffé de l'intérieur et le temps de ré-ouvrir les yeux elle était par terre, en bas... Putain, c'est ma faute, si seulement j'avais au moins réussi à la rendre heureuse... Elle le mérite vous savez, elle me mérite pas, mais elle mérite le bonheur...

- Vous avez appelé les urgences de suite?


Cela y était, je pleurais en silence. Des larmes perlaient sur mes joues comme la pluie perle sur les carreaux. Je me bouffais le doigt frénétiquement jouant un boeuf avec ma jambe elle aussi frénétiquement dansante.

- J'ai demandé à mon majordome de le faire... Woody Harrelson. Dix minutes plus tard j'avais une ambulance récupérant mon bébé... Je suis con putain! J'voudrais tellement lui dire que je l'aime actuellement...

- Vous l'aimez? Le sait-elle?

- Non... On était en couple mais sans sentiments amoureux sauf que ça fait des semaines que aujourd'hui j'sais que j'l'aime... Elle est tellement belle et tellement intelligente...


A ce moment là, deux hommes en tenue de playmobile bleue arrivèrent devant nous, le docteur sans comprendre pourquoi car personne ne les avaient contactés regarda d'un air dubitatif.

- Atticus Fetch? Cela me fait chier de vous le dire, mon fils va probablement pleurer le fait que son père à foutu derrière les barreaux son idole mais je vous place en garde à vue pour aggresion sur la personne de Sonne Ferguson.


- Quoi?! Salaud! Vous vous êtes servit de ma détresse pour les flics! dis-je au médecin toujours le cul sur sa chaîne pendant que les policiers me traînait de force vers la sortie

- Restez calme Monsieur Fetch et ditent leur ce que vous m'avez dit!


~*~


Cela faisait des heures que je tenais tête aux flics qui m'accusaient encore et toujours d'agression. J'avais souvent été chez les flics pour conduite en état d'ivresse ou prise de stupéfiant mais jamais j'avais été pour agression. Puis vint enfin mon avocat qui réussit à me faire sortir. Appelant l'hopital depuis la voiture de mon avocat, je tombais sur le standardiste annonçant que Sonne était en réanimation mais que je ne pouvais pas venir la voir pour l'instant. L'opération s'étant passé sans encombre et que j'avais de la chance d'avoir une femme forte.

Mon coeur fit un bon, je me sentais légèrement plus serein. Il fallait cependant attendre l'après-midi pour lui dire ce que j'aurais du faire plus tôt. Ce qui me laissa le temps de passer chez moi, prendre une douche et ordonner à Woody de dégager l'alcool, la drogue et toute les dépravations de la maison. Il semblait faire la gueule mais je m'en foutais totalement. Je déposais une tape amical sur son épaule pour la première fois, il sourit puis je reparti aussi tôt, prenant ma chevrolet C1 vieillissante en direction de l'hopital.

Là, j'allais entrer mais un fleuriste faisait face à l'hosto. Je fis demi tour, prenant le plus gros bouquet et revenant. Je m'annonçais et on me donna le numéro de la chambre de mon aimée. Elle était là, tellement belle et tellement fatiguée en même temps. Elle me sourit légèrement, je vins déposé un léger baiser sur ses lèvres et, nous repartîmes ensemble après le feu vert du docteur quelques jours plus tard.

Les draps avaient été changées et le matelas remplacé même mais Sonne sembla montré un dégoût face au lit, ce que je comprenais.


- Sonne mon an...

- Atticus… Tu serais aimable si tu acceptais d’aller me chercher tous les médicaments dont j’ai besoin ainsi que certains produits féminins. Si je te fais une liste,  tu iras ?

- Euh... Oui, oui bien sûr, j'vais passer par le Gnom Gnom Thaï. La bouffe de l'hosto devait être immonde...


Elle sourit légèrement, je déposa un baiser sur son front puis parti.
Je ne revenais qu'une demie heure plus tard ayant avec moi produits et nourriture pour ma dulcinée.
J'arrivais dans la maison, commençant à parler de qui j'avais croisé au Thaï à savoir Howard et je souris légèrement mais arrivé dans la chambre, personne. Je ne compris pas de suite mais il y avait sur sa table de chevet rien d'autre qu'un rouge à lèvre abandonné. Le bureau avec nos multitudes de photos ensemble avait pour couronner le tout un mot de sa part. Le lisant, je fis tomber l'intégralité de ce que je transportais. Mes larmes revinrent.

Je glissa contre le mur de la chambre. Une heure passa, il faisait déjà sombre dans la maison, je descendit l'escalier maudit pour rejoindre mon piano silencieux depuis longtemps. Je m'y assis, déposant mes mains fébriles sur les notes et commença à jouer en soufflant un air.


- In a town where you can sum up every girl with just one sentence...

Je m’arrêta bien vite et posant ma main sur mes cuisses, senti quelque chose dans ma poche droite. Je sorti l’intrus en arquant un sourcil. Une boite rouge, une alliance à offrir dedans.
© Starseed
 
(c) fiche:WILD BIRD & gifs:gifs hunt c l o s e d
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [HOT] Piège de Crystal [PV Sonne] [TERMINE]   

Revenir en haut Aller en bas
 

[HOT] Piège de Crystal [PV Sonne] [TERMINE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» Veux tu de moi ? [Crystal Noir & Pépite d'Or]
» [Salle à manger]Petit diner entre amis [TERMINE]
» Fusil contre Poésie [ Pv ; Crystal Or Lune ]
» Un virus internet piège un pédophile allemand...
» Yoho, quand sonne l'heure...[pv Luth]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: L.A Rocks :: Flashbacks-