AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 [21h45] I come back to you, always ( ft. Amon)[Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Sélène Mortiak


Messages : 269
Date d'inscription : 06/09/2016
Age du personnage : 26

Who Am I?
Birth place: France, Cannes
Je suis: râleuse, boxeuse et amoureuse
Song: Dangerous Women - Ariana Grande


MessageSujet: [21h45] I come back to you, always ( ft. Amon)[Terminé]   Dim 29 Jan - 16:41



I come back to you, always
ft. Amon Sørensen


Drake m'avait tout simplement rejetée, repoussée avec ses simples mots aussi tranchant qu'un rasoir et son regard insondable. Je n'avais rien trouvé à répondre à sa dernière réplique, si bien que je m'étais retournée vers la foule pour ne plus me sentir mal, le laissant définitivement derrière moi. Mais contrairement au résultat voulu, je me sentais encore plus mal, comme si j'avais râté quelque chose. Ouai, je n'ai pas réussi à garder Drake dans ma liste d'amis.

Tout ça ne se serait pas produit si je m'étais avouée plus tôt ce que je ressentais pour Amon. Mais dans le doute constent que je ressentais en sa présence, je m'étais aveuglée toute seule, créant le malheur d'un autre, remuant des souvenirs affreux dans ma tête qui allait bientôt me dire merde.

Le défilé avait commencé, je ne veux pas le râter étant donné qu'Amber y participe, mais je devais d'abord retrouver le réconfort dont j'ai terriblement besoin dans les bras d'Amon. Il y avait du monde devant la scène, j'ai dû jouer des coudes pour passer et m'éloigner, attérissant près de la terrasse. Je ne l'y trouverais pas, mais je fus attirée pour le calme de la nuit et la fraicheur du dehors. Je sortais donc, reprenant ma place devant la piscine.

Inspirer. Expirer. Je focalisais toute mon attention à faire uniquement ça. Instinctivement, j'étais venue jusqu'ici pour me retrouver quelques secondes seule et me concentrer sur moi-même. Je passais mes deux mains dans mes cheveux avant de les poser sur mes joues brûlantes. Sous mes doigts, les battements de mon coeurs tambourinnent dans mon crâne, me laissant penser que ma tête finira par tomber.

Enfin maître de mes émotions, je me postais près de la baie vitrée pour observer la salle et repérer Amon. Il se tenait près du buffet, observant le défilé. Je restais là, à l'admirer tellement il est beau. Je n'arrive pas encore à croire qu'il est mien. Si je me remémore nos débuts, tout aurait pu arriver sauf ça. Je gardais même une minuscule cicatrice près du sourcil gauche suite au premier coup de boule que je lui avais lancé en pleine poire.

Ce qui me fit penser que le collier qu'il m'offrit ce jour là ne me quittait plus, mais j'avais oublié de le mettre en partant de chez moi, légèrement en retard. J'avais fais attendre Drake depuis une bonne dizaine de minutes, j'étais donc sortie en quatrième vitesse, emmenant l'ocean d'Amon à ma suite. Et, avec nos retrouvailles, je n'avais plus pensé à le remettre à sa vrai place. Erreur que je corrigeais immédiatement, me dirigeant d'un pas sur vers lui.

Une fois à sa hauteur, je plongeais littéralement dans ses bras, enfouissant mon visage dans sa veste pour sentir son odeur. Je serrais fort son corps contre le mien, prise d'une envie irrésistible de passer à des choses plus agréables que faire figuration à ce Gala. Je relevais la tête, posant mon menton contre son torse, comme plus tôt dans la soirée.

" J'ai parlé avec Drake. Il m'a joliment envoyé paître. Je pense également qu'il ne veut plus entendre parler de moi."

Je lâchais un soupir. Tant pis, j'ai mon Amon, je n'ai pas besoin de plus. M'écartant de lui, laissant mon bras derrière son dos, je reportais mon attention sur le défilé, curieuse de voir Amber dans sa tenue.

@ Billy Lighter


"C'est la métamorphose.
Un matin on se lève et on comprend que dans le silence et la discrétion,
on est devenu quelqu'un d'autre"
- Virginie Despentes -




Dernière édition par Sélène Mortiak le Mer 15 Fév - 18:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Amon Sørensen


Messages : 568
Date d'inscription : 26/02/2014
Age du personnage : 31
Localisation : On the ring.

Who Am I?
Birth place: København, Danemark
Je suis: emmerdeur, fouineur, violent, incompris.
Song: Lost Cause - BleedingHeart


MessageSujet: Re: [21h45] I come back to you, always ( ft. Amon)[Terminé]   Dim 29 Jan - 20:07



I Come Back To You, Always
ft. Sélène Mortiak


Si Lars me voyait en ce moment, mon cul appuyé à moitié sur la table du buffet pour être plus près de la nourriture qui y était posée, il m'aurait lancé un de ces regards noir, malgré ses yeux verts, qui m'aurait enjoint en silence de mieux me tenir. Mais bizarrement, alors qu'il y avait peu encore les flashes où je voyais ou j'entendais mon père me réprimander étaient nets, autant maintenant, il ne me semblait être qu'un lointain fantôme. Et c'était un putain de poids en moins.

Je gardais l'idée que ma famille était a Copenhague, je ne les reniais pas et d'ailleurs, Freiya venait quand elle voulait. Mais j'avais de moins en moins l'impression que mon avenir se situait là-bas... Peut-être que l'idée de construire quelque chose ici, à Los Angeles, se stabilisait dans mon esprit. Passé d'impossible à concept envisageable.

Parce que j'avais une accroche maintenant. Une accroche qui n'était pas Freiya qui, de toute façon, avait sa propre vie et surtout, sa carrière, vu son discours, à construire.

Tout ça pour dire que je comptais bien resté là, avec mon cul à moitié sur la table du buffet.

Le défilé allait commencé et je me devais de le regarder pour chercher la moindre petite faute à rapporter dans L.A.People : une déchirure dans un vêtement, un mannequin qui trébuche... Des choses triviales de ce genre. Je ne pourrait même pas parler de fautes de goût parce que j'y connaissais rien...

Mais peut-être que je pourrai demander à Sélène quand elle reviendrait...

Je l'avais laissé aller parler à son ami Drake, le bassiste de BleedingHeart qui, entre nous, avait géré sur scène. Je pensais qu'elle était allé le voir dans l'idée de le féliciter, le remercier de l'avoir fait entrer ou un truc du genre. Jamais je n'avais pensé à autre chose, parce qu'elle ne m'avait pas laissé penser autre chose. Après tout, j'avais jamais entendu parler de ce Drake avant aujourd'hui où je l'avait découvert sur scène.

Je ne voulais pas l'accompagner pour aller voir le groupe en tout cas. Parce que si une mauvaise critique paraissait demain dans L.A.People, je ne voulais pas que son ami croit qu'elle me les avait servis sur un plateau.

Mais bientôt, alors que j'avais la bouche pleine d'un soufflé (aux crevettes, je crois), elle vint se lover dans mes bras et je l'y accueilli chaleureusement, passant mes bras autour d'elle et caressant sa nuque, sentant bien qu'elle portait maintenant une chaîne que je connaissais bien.

Quand elle releva son regard vers moi, je pus entrevoir brièvement un éclair turquoise qui ne laissait aucun doute sur ce qu'elle portait autour du cou. J'avais avalé ce que j'avais en bouche avant de sourire :

-Me semblait bien qu'il manquait quelque chose tantôt...

Je l'avais un tout petit peu écartée de moi pour venir prendre la petite pierre précieuse entre mes doigts, effleurant exprès la peau sensible, à la naissance de sa poitrine.

J'étais pourtant attentif à ses paroles qui me firent froncer les sourcils dans un premier temps. Pourquoi il ne voulait plus la voir maintenant alors que c'était son ami... Vous me prenez vraiment pour un con ? Non. Les liens sont facile à faire. Mais je finis par sourire parce que s'il ne voulait plus parler à Sélène, même si ça la rendait triste, ça m'arrangeait bien moi parce que ça voulait dire qu'il n'y avait aucun doute sur celui qu'elle avait choisi.

Je posai un bref baiser sur ses lèvres.

-Et ben tu sais quoi ? Un, il est con. Deux, je t'ai pour moi seul.

Je caressai sa joue et lui souris avant qu'elle ne se détourne pour regarder le défilé. L'avantage, c'était que le son de la musique allait bien moins fort que pendant le concert et on pouvait donc à la fois admirer les mannequins et se parler sans hurler.

Je pris un petit four ou une connerie du genre, du type de ceux que Sélène avait toujours semblé préféré jusque-là et la bousculai un peu pour attirer son attention. Quand elle me regarda, j'effleurai ses lèvres avec l'amuse-bouche, l'invitant à écarter ses lèvres sensuelles.

Je rigolai...

-Putain j'ai jamais été aussi peu attentif à ce genre de gala que cette fois-ci...

@ Billy Lighter











AMON
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sélène Mortiak


Messages : 269
Date d'inscription : 06/09/2016
Age du personnage : 26

Who Am I?
Birth place: France, Cannes
Je suis: râleuse, boxeuse et amoureuse
Song: Dangerous Women - Ariana Grande


MessageSujet: Re: [21h45] I come back to you, always ( ft. Amon)[Terminé]   Dim 29 Jan - 21:40



I come back to you, always
ft. Amon Sørensen


En voyant Amon le regard tourné vers la scène, et non vers moi, j'avais foncé comme un buffle vers lui, pressée de sentir sa chaleur et d'être à nouveau le centre de son attention. J'en avais besoin, tant à cause de mon échange peu constructif avec Drake qu'a cause de la semaine que nous avions passé loin l'un de l'autre. Je me souviens de la déchirure qui avait broyée mon coeur quand nous nous étions dit au revoir, le soir de notre retour de vacances. Il m'avait laissée sur le pas de ma porte, partant avec sa Mustang ronronnante dans la nuit.

La maison m'avait semblée bien vide, alors que la chambre d’hôtel que nous occupions contenait encore moins de chose. Il me manquait Amon. En ouvrant ma porte, je revoyais son ombre partout, lui qui avait marché dans le couloir jusqu’à ma chambre. Je pouvais presque suivre ses pas, les mouvements de son corps encore nettement imprimés sur le mien, ses paroles frissonnant à mon oreille comme une douce mélodie.

Je m'étais écroulée sur mon lit, ne sachant pas quoi faire. Le poster de Bleeding Heart me dérangeait, la silhouette d'Amon aurait mieux embelli mon mur. Je croisais ensuite le regard de mes peluches, celles qu'il m'avait proposé de prendre avec. J'en avais pris une dans mes bras, souriant à tout les souvenirs qui me revenaient en mémoire, les frissons qui animaient mon être, la douce chaleur de son corps s'unissant au mien.

Ce soir là, je n'avais pas trouvé le sommeil. Et depuis ce soir là, je dors très mal. Alors, au moment où je laissais mon visage se poser sur son torse, son odeur, sa chaleur me ramenèrent plusieurs jours en arrière, quand je m'endormais dans ses bras, nos corps nus l'un contre l'autre. Il est le remède à tout mes maux, la solutions à tout mes problèmes, je l'aime.

Sa carresse à l'arrière de ma nuque était la bienvenue, tant j'étais tendue. Ses doigts frôlèrent la fermeture de la fine chaîne d'argent, je relevais la tête pour qu'il puisse voir la larme précieuse orner ma poitrine.

-Me semblait bien qu'il manquait quelque chose tantôt..

Je lui rendis son sourire, les joues empourprées, expirant lentement, tel un gémissement retenu, quand il glissa ses doigts sur la pierre, s'attardant sur la zone de peau fragile et sensible qui rejoint le début de mes seins. La dernière fois, c'était ses lèvres qui avaient brûlées cette zone de désir, m'arrachant des grognement de plaisir. Je fermais les yeux, laissant ce souvenir prendre possession de mon esprit.

J'en oubliais presque les mots que j'avais prononcés, à propos de Drake. Amon n'était pas vraiment concerné, il ne connait pas les détails, et c'est peut-être un peu ridicule de lui parler de ça. Mais il déposa ses lèvres chaudes sur les miennes, chassant toute mauvaise pensée qui traînait encore dans ma tête.

-Et ben tu sais quoi ? Un, il est con. Deux, je t'ai pour moi seul.

Je ne pu m'abstenir de rire légèrement, charmée par ce qu'il venait de me dire. Levée sur la pointe des pieds, je l'embrassais profondément, longuement, remontant mes bras sur ses épaules pour caresser ses cheveux, avant de souffler sur ses lèvres ma réponse.

" Un, s'est quand même un mec bien. Deux, tu m'a depuis le premier jour où l'ont s'est rencontré, mais ils nous a fallu du temps pour le savoir. Et trois, le chiffre du jour, je t'aime."

Je redescendis de mon petit nuage, les talons bien ancrés au sol, la joue encore enflammée par la caresse d'Amon. Il me faut garder contenance, nous sommes à un Gala, entourés de gens riches et pompeux. Comme tout le monde, ou presque, je faisais semblant d'observer le défilé avec un œil connaisseur, alors que sûrement la moitié de la population présente ne saurait faire la différence entre un cardigan et un gilet. J'admirais les mannequins, sans porter de jugement, appréciant simplement de voir ces belles femmes se montrer à nos yeux, dans leurs sublimes vêtements.

Évidemment, je pouvais compter sur le danois pour me déconcentrer et rediriger toute mon attention sur lui. Ce n'est pas difficile, en même temps. Me retournant vers lui, je fus accueilli par un délicieux petit-four, mes préférés, ceux aux fromages, fondant devant mes lèvres. Je lançais un regard sensuel à Amon, tandis que j'ouvrais la bouche pour récupérer cette douceur pour les papilles, léchant aux passage ses doigts, ce qui le fit rire.

-Putain j'ai jamais été aussi peu attentif à ce genre de gala que cette fois-ci...

Je dégustais lentement ce petit carré de fromage chaud, récupérant avec mon index un filament de fromage perdu sur ma lèvre.

" Je me demande bien pourquoi. Tu aurais préféré une séance d'entraînement?"

Moi, je sais ce que j'aurais préféré comme séance de sport, mais à lui de le dire d'abord.

@ Billy Lighter


"C'est la métamorphose.
Un matin on se lève et on comprend que dans le silence et la discrétion,
on est devenu quelqu'un d'autre"
- Virginie Despentes -


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Amon Sørensen


Messages : 568
Date d'inscription : 26/02/2014
Age du personnage : 31
Localisation : On the ring.

Who Am I?
Birth place: København, Danemark
Je suis: emmerdeur, fouineur, violent, incompris.
Song: Lost Cause - BleedingHeart


MessageSujet: Re: [21h45] I come back to you, always ( ft. Amon)[Terminé]   Lun 30 Jan - 16:49



I Come Back To You, Always
ft. Sélène Mortiak


Une fois Sélène tout contre moi, je l'avais prise dans mes bras, peu importe ce que pensaient les gens. De toute façon, la plupart étaient déjà bien trop occupés à assimiler les péripéties incroyables de Sniper qui était brusquement revenu à la vie pour se soucier des affaires d'un petit enfoiré de journaliste people. Tout du moins, je l'espérais parce que dans ce monde, ce ne serait pas étonnant que les répercutions se ressentent à retardement.

En plus, je n'avais pas le cœur à repousser Sélène ou à lui dire de se tenir, de rester discrète. J'aurais du, pourtant, mais je ne le fis pas. Parce que j'aimais trop ça aussi, cette impression de ne pas être seul, de ne pas être seulement haï. Je n'étais plus seulement le cliché du journaliste people prêt à foncer sur le premier scoop facile comme un rapace sur sa proie, j'étais aussi un homme qui cherchait à savoir ce que serait son avenir en tant qu'homme dans a vie à lui. Et cette prise de conscience, je ne la devais à personne d'autre qu'à Sélène.

J'avais remarqué qu'elle avait à nouveau autour du cou le pendentif que je lui avais offert il y avait des années de ça lors d'un Noël plutôt mouvementé. Je savais qu'elle ne l'avait pas quitté depuis ou rarement (je lui demandais parfois en entraînement de l'enlever pour éviter qu'on accroche la chaîne en se battant). En la retrouvant au bord de la piscine, je n'avais pas vraiment fait attention qu'elle ne l'avait pas, mais maintenant que je la voyais avec, ça me sautait aux yeux.

Peut-être que j'aurais du me poser plus de questions sur ce Drake, peut-être que j'aurais du me montrer un rien jaloux. Mais sérieusement, Sélène ne me laissait aucun doute sur ses sentiments depuis notre voyage au Grand Canyon... Alors devais-je réellement avoir peur d'un petit punk à la mine sombre ? Je pense pas, non...

D'ailleurs, si ce mec avait vraiment remballé Sélène comme une malpropre, c'était qu'il était con et je ne m'étais pas gêné pour faire par de mon sentiment à Sélène, et ce même si je ne connaissais le gars ni d'Eve, ni d'Adam.

Elle m'avait alors embrassé car mes mots n'étaient finalement qu'une déclaration détournée. Ses mains dans mes cheveux me firent frissonner. Et, gentille qu'elle était, elle avait un peu défendu Drake. J'avais souris, rigolant légèrement. Ouais, je doutait pas que c'était un type bien, à moins que les chansons de BleedingHeart ne soient hypocrites.

-Les types biens sont souvent les plus cons...

J'en savais quelque chose, c'était pour ça que je m'efforçais d'être un enfoiré de première. Et je m'en foutais de l'être puisque Sélène savait qui j'étais vraiment et que c'était la seule chose qui importait.

Pour toute réponse au point trois, je l'avais regardée amoureusement, tendrement. Elle pouvait prononcer ces mots 10 000 fois sur la soirée, ils ne seraient jamais aussi fort pour exprimer ce que nous ressentions que l'éclat dans ses yeux, frère de celui que diffusait sur sa peau pâle la pierre précieuse qui n'avait pas terni d'un iota depuis toutes ces années.

Je posai un tout petit baiser, très léger sur ses lèvres avant de la laisser se détourner vers le podium où défilaient déjà de jolies jeunes femmes. Et pourtant, alors que je n'aurais pas été le dernier à les admirer, ça ne me faisait ni chaud ni froid. Pourquoi chercher ailleurs ce que j'avais à portée de main ?

Par jeu, j'avais donc proposé presque sans lui laisser le choix, un amuse-bouche à Sélène, et la voir entr'ouvrir sensuellement les lèvres, ça, ça ne m'avait pas laissé froid. Je lui avais dit, d'ailleurs, que je n'étais pas du tout concentré sur le boulot que j'étais sensé faire ici. Et j'espérais un peu que Evy m'aiderait, comme un voisin de banc à l'école qui, amoureux, à passer les derniers cours à rêvasser plutôt qu'à écouter et se retrouverait tout con devant un contrôle surprise. Je comptais donc sur Ginger pour copier un peu ce que j'avais manqué.

Je rigolai.

-J'aurais été plus à l'aise pour une séance d'entraînement...

Je croisai alors le regard de Robin North, mais cette fois, je ne m'emballai pas. Il me fusilla du regard, à raison... Je m'attendais à le voir se diriger vers moi, mais il retourna à sa conversation à quelques mètres seulement de nous. Je saluai ce self-control que je n'aurais jamais su avoir à sa place...

Mais je sus alors une chose : ma rencontre face à face avec North se tiendrait ce soir...

Et je jouerais cartes sur table.

Pour protéger Sélène.

Je soupirai... Et désignai Robin d'un signe de tête à mon amante.

-Tu vois ce gars, là-bas ?

J'enchaînai directement.

-Il croit que j'ai poussé sa petite amie au suicide... Et je le crois aussi.

@ Billy Lighter











AMON
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sélène Mortiak


Messages : 269
Date d'inscription : 06/09/2016
Age du personnage : 26

Who Am I?
Birth place: France, Cannes
Je suis: râleuse, boxeuse et amoureuse
Song: Dangerous Women - Ariana Grande


MessageSujet: Re: [21h45] I come back to you, always ( ft. Amon)[Terminé]   Lun 30 Jan - 20:09



I come back to you, always
ft. Amon Sørensen


Je m'étais sentie obligée de défendre un peu Drake, après tout c'est lui qui en bave le plus, et c'est vraiment un mec gentil. Enfin... il a son caractère, et gentil n'est peut-être pas sa principale qualité, mais il est... il est... Serviable? Laisse tomber Sélène, tu t'enfonce. Ça ne sert à rien, toutes les qualités du monde n'aiderons pas Amon à l'apprécier ou à changer la vision qu'il doit se faire de lui.

Le point deux me fit vite oublier Drake. C'était pas un "je t'aime", mais le sentiment y est tout de même, alors cela m'avait suffit pour embrasser cet homme dont je suis raide dingue, lui démontrant ensuite à quel point c'est facile de dire ces trois petit mots, les imprimant sur ses lèvres. Il ne répondit pas, mais son regard était intense, brûlant d'amour, j'en sentais la douce caresse sur mon cœur palpitant qui manqua un battement. Je lui fis un grand sourire, pleinement heureuse avec ce simple regard qui m'avait manqué.

Un dernier baiser, léger comme une plume, frôla ma bouche, avant que je me tourne un peu vers le défilé.

Depuis le début de la soirée, on ne cessait de se toucher, de s'embrasser, avide l'un de l'autre. Non seulement nous ne nous sommes pas vu toute une semaine, mais nous traînons derrière nous des années de frustration, de non-dits et des actes manqués. Depuis le temps que j'attends de recevoir un peu d'affection, que se soit amical ou amoureux, maintenant que j'y est enfin droit, je ne pouvais m'empêcher de récolter tout cet amour chez Amon, espérant ne pas lui en demander de trop.

Il est comme une drogue. Une fois qu'on y goûte, on y est rapidement accro. Il comble un manque immense, un vide qui s'étendait de plus en plus dans mon être, me bouffant de l'intérieur et m'empêchant d'être quelqu'un de normal. Maintenant, c'est fini.

Je regardais distraitement la scène, sans plus d'attention que ça, je pourrais rater Amber même si elle tient une énorme pancarte lumineuse qui fait du bruit. Je serais capable de voir "Amon est derrière toi et il te bouscule" inscrit sur cette pancarte. D'ailleurs, il me bousculait vraiment, alors je m'étais retournée vers lui, amusée de le voir si joueur. Je le suivais dans son espièglerie, acceptant avec plaisir la nourriture qu'il me tendait. Je devais lui faire de l'effet, une lueur passa dans ses yeux, la même que lors de notre première nuit à l’hôtel.

Étonnée qu'il ne soit pas concentré sur son travail? Non, j'en étais ravie, simulant le contraire.

-J'aurais été plus à l'aise pour une séance d'entraînement...

... Vraiment? Je le regardais, sceptique. Il aurait pu dire tout autre chose, mais il avait choisit la boxe...

" Je sais quoi te proposer comme sport alors, à la fin du gala."

J'utilisais un ton presque déçue, voire vexée pour lui faire comprendre qu'il aurait pu achever de m'exciter avec d'autres mots, me transformant en une bombe à retardement pour le reste de la soirée. Mon corps réagissait déjà à ses baisers et ses caresses, prêt à recevoir le sien pour d'autres nuits loin du monde solide et gris de L.A..

Mais il ne faisait plus attention à moi, je voyais son regard dirigé plus loin que moi, et quand il me désigna un homme, je compris que l'ombre qui avait traversé le visage de mon homme, venait de celui qui se tenait la-bas.

-Il croit que j'ai poussé sa petite amie au suicide... Et je le crois aussi.

Tout s'était éteint autour de moi. Plus de sons, plus de lumière, je ne voyais plus que l'homme qui parlait un peu plus loin. Je n'entendais plus que les paroles d'Amon me disant que la petite amie est morte... suicidée... à cause...

Non. C'est faux. Ce n'est pas Amon. Je le sais. J'avais envie de pleurer, je ne voulais pas entendre telle chose, c'était insensé. Il n'a pas obligé cette fille à se tuer. C'est son petit ami qui aurait dû être là pour l'en empêcher.

Je fusillais Amon du regard, blessée et au bord de la crise de larmes.

" Ne dis plus ça. Jamais. Je sais que c'est faux. Tu n'a pas tué cette fille, c'est lui qui n'a rien fait pour la sauver."

Je ne sais pas pourquoi je me sentais si mal après cet aveu. Je ne m'y attendais pas. Je n'aime pas entendre Amon parler en mal de lui. Il ne voit que le mal qu'il répend autour de lui, alors que la preuve de son humanité se trouve juste devant lui. Je suis là, moi, bien vivante, alors que j'aurais fini dans le même état que cette fille s'il n'avait pas été la pour me tirer en arrière du bord du pont, pour couper la corde, pour retirer les médicaments de mes mains. Je n'ai jamais tenté tout ça, simplement parce que la présence d'Amon suffisait à m'en ôter toute envie. Il m'a accroché à lui, et à la vie.

C'est ça qu'aurait du faire cet homme. Ne plus lâcher sa petite amie.

" Et si ce mec vient te râler dessus pour ça, je te promets que je lui lance un coup de boule bien spécial en pleine gueule."

Je serrais les dents, crachant presque mes mots, en colère tout à coup.

@ Billy Lighter


"C'est la métamorphose.
Un matin on se lève et on comprend que dans le silence et la discrétion,
on est devenu quelqu'un d'autre"
- Virginie Despentes -


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Amon Sørensen


Messages : 568
Date d'inscription : 26/02/2014
Age du personnage : 31
Localisation : On the ring.

Who Am I?
Birth place: København, Danemark
Je suis: emmerdeur, fouineur, violent, incompris.
Song: Lost Cause - BleedingHeart


MessageSujet: Re: [21h45] I come back to you, always ( ft. Amon)[Terminé]   Mer 1 Fév - 15:58



I Come Back To You, Always
ft. Sélène Mortiak


Toute cette histoire entre nous promettait d'être belle. J'aimais Sélène, et depuis longtemps, même si je l'exprimais bien moins facilement qu'elle, à la fois par fierté et pour éviter la pression que le dire tout haut mettrait sur mes épaules. Alors que ça ne changeait rien, finalement. La pression était quand même là. Cette même pression qui m'était tombé dessus à chaque fois qu'une fille m'avait plu... Et qui m'avait fait me carapater en quatrième vitesse avant même que la fille en question n'ait eu le temps de poser les yeux sur moi.

L'amour, c'était trop de promesses à tenir, trop de concessions, trop de compromis... Et un territoire violé jusqu'à la moelle. Mais surtout, c'était une faille, une brèche par laquelle on avait laissé entrer la personne aimée... Une brèche qui ne se refermait jamais derrière celle-ci et laissait donc le champ libre à quiconque voudrait foutre le bordel.

L'amour, c'était dangereux.

Et si une grande partie de moi était déjà accro à Sélène... une autre ne cessait de s'alarmer car j'avais l'impression que notre amour était un cadeau empoisonné que l'on s'offrait l'un à l'autre.

Et en dehors de ça, tout n'était pas tout rose non plus car l'environnement lui-même était hostile. Et quand j'eus croisé le regard de North, quand nous échangeâmes notre premier regard conscient, je me dis qu'il était temps de montrer à Sélène qui était l'autre Amon, celui que la population de L.A. connaissait. Ce n'était pas le véritable Amon, le vrai, elle était la seule à le connaître

Le premier soir de notre rencontre, elle m'avait demandé d'être son prof de boxe et la première chose que j'avais fait n'avait pas été de lui répondre par l'affirmative, mais de lui foutre une baffe en pleine figure. Elle voulait apprendre, elle allait apprendre à la dure.

Désormais, j'étais son petit ami, mais encore une fois, tout ça n'allait pas se faire sans peine. Je n'étais pas du genre à me faciliter la vie. Tout ce que je voulais obtenir, je devais trimer pour l'avoir, comme quand Lars avait voulu que je sorte tout seul de la neige... Et j'étais du genre à faire subir la même chose aux autres, en particulier les gens que j'appréciais.

Elle avait bien résisté au baffes à la salle de sport et je ne doutais pas qu'une fois sa surprise passée, elle encaisserait l'autre Amon aussi bien que le reste.

Alors, comme une bonne claque, je lui avais envoyé en pleine tronche, sur un ton calme et froid que je tenais de Lars, que Robin pensait que j'avais poussé sa copine au suicide. Et que je le pensais aussi, dans un sens.

La réaction ne se fit pas attendre. Elle me fusilla des yeux et je soutins son regard, bien plus facilement que je n'avais jamais su le faire de ses regards plein d'affection et d'amour qu'elle m'avait lancé pour la première fois au Grand Canyon. Parce que ça, j'y étais habitué. La haine, la colère, la peur, tout ça, je connaissais, je vivais avec. Je faisais avec.

Dès qu'elle reprit la parole, ses yeux se firent humides, au bord de la rupture. Mais elle devait encaisser. Je l'avais prévenue sur la terrasse et elle avait voulu me suivre. Maintenant, elle devait aussi faire avec.

Je ne quittais pas son regard et répliquai du tac au tac après qu'elle ait affirmé qu'elle allait le frapper s'il venait me trouver.

-Je l'ai fait. Selon Robin, je l'ai fait. C'est son point de vue. Et il a raison.

Et pourquoi son point de vue serait faux ? Sa réalité à lui était ainsi faite. Même si ma réalité à moi différait légèrement.

-Tu sais que c'est faux. Ça, c'est ton point de vue à toi. Parce que tu connais mes bons côtés. Et tu as raison.

Pourtant, elle avait déjà eu des aperçus des mauvais. Mais elle n'avait pas tort. J'étais aussi, voire surtout, le Amon dont elle était tombée amoureuse.

-J'ai un jour voulu croire que je l'avais tuée. Parce que ça me faisait du bien de le penser. Parce que c'est à cause d'elle que je suis en exil. Ça, c'est mon point de vue. Et il est valable aussi.

Maintenant, je regrettais parce que je pouvais imaginer ce que Robin North, qui n'était en rien responsable de tout ça, qui n'était peut-être même pas au courant de la raison qui m'avait poussé à écraser Karen Felberbaum de ma plume, avait pu ressentir quand je lui avais arraché sa bien aimée. Même si l'intention n'était pas de la mener au suicide, mais juste de lui faire mal.

Je me tournai carrément vers Sélène pour lui faire face. Mon regard était toujours froid.

-Tu as voulu me suivre. Je veux qu'on mène notre vie de concert. Mais alors on doit apprendre à accepter ce qu'on est en entier. En l'occurrence, tu vas devoir apprendre à vivre avec l'image que je me suis créée.

Je souris et mon regard s'adoucit un rien.

-Mais quand nous serons seuls, il n'y aura que toi et moi.

@ Billy Lighter











AMON
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sélène Mortiak


Messages : 269
Date d'inscription : 06/09/2016
Age du personnage : 26

Who Am I?
Birth place: France, Cannes
Je suis: râleuse, boxeuse et amoureuse
Song: Dangerous Women - Ariana Grande


MessageSujet: Re: [21h45] I come back to you, always ( ft. Amon)[Terminé]   Mer 1 Fév - 18:33



I come back to you, always
ft. Amon Sørensen


J'avais réagis comme une gamine. Une gamine pourrie gâtée à qui l'ont dit qu'elle est pourrie gâtée. Je niais, je râlais, je cherchais à avoir raison, le dernier mot. Qui suis-je pour donner mon avis? Qui suis-je pour juger? Malgré le lien évident qui m'unit à Amon, il est une partie de sa vie que jamais je ne pourrais contrôler ou même comprendre. Ce qui se passe avec cet homme, ce qui s'est passé avec la fille, je n'ai rien à en dire.

J'avais jugé les deux hommes. L'autre pour avoir accusé Amon, et Amon pour m'avoir dit ça sans même prendre des gants.

Mais, n'est-ce pas ce qu'il fait toujours? Si, combien de claques ou de coups j'ai encaissé sans qu'il ne prenne de mesures pour m'éviter toute souffrance? Trop pour les compter. Il avait continué ainsi, et continue encore car c'est moi qui le demande, c'est moi qui cherche à devenir plus forte, et on ne le devient pas avec des bonbons et des caresses. On s'est engagé tout les deux à faire de moi une boxeuse, et aujourd'hui s'est mission accomplie.

On s'est engagé à entrer en tant que couple à ce gala, j'ai décidé de le suivre, alors au lieu de réagir comme une enfant, j'aurais du me taire, et suivre le prochain signal d'Amon. Mais voila, réflexe, j'ai cherché à le défendre. Syndrome de la femme amoureuse, elle ne voit pas les défauts que les autres voient en son homme, le défendant bec et ongles. J'avais surtout envie, pour une fois, de prendre le rôle du défenseur qu'Amon tient depuis le premier jour avec moi. Mais... il lui va mieux qu'à moi.

Je l'écoutais, docile, calmée par son ton dur et son regard froid. Pour lui, autant Robin, moi et lui, on a des arguments valables pour appuyer ce que l'on pense. Je me sentais comme réprimandée, moralisée. Il a raison, j'ai parlé sous l'impulsion du moment et de la colère, ne prenant pas le temps de traiter l'information. Et surtout, après des baisers et des caresses, Amon m'avait lancé une belle claque en pleine gueule pour me rappeler que la vie n'est jamais rose, et que je devais redescendre de mon petit nuage.

Il s'était tourné face à moi, et même si je sais que c'est bien mon Amon devant moi, son regard glacial me laissait apercevoir l'autre, le masque qu'il montre aux autres, celui dont il se méfie lui-même.

-Tu as voulu me suivre. Je veux qu'on mène notre vie de concert. Mais alors on doit apprendre à accepter ce qu'on est en entier. En l'occurrence, tu vas devoir apprendre à vivre avec l'image que je me suis créée.

Ça fait mal. "apprendre à accepter ce qu'on est en entier". Je pensais que j'avais déjà tout accepté de lui, mais j'avais tort. Aveuglée par l'amour que je lui porte, je ne me suis pas rendue compte qu'il y a une partie de lui qui ne vit pas avec moi. Je ne suis pas le centre de son monde. Je dois effectivement apprendre à le connaître et cesser d'être égoïste pour penser que je sais tout de lui. Je baissais le regard, c'était dur de voir son visage fermé envers moi.

-Mais quand nous serons seuls, il n'y aura que toi et moi.

Le voir sourire me fit du bien, la peur de l'avoir blessé ou froissé me prenait au tripes, et encore maintenant je me sentais comme une enfant punie. Punie par soi-même. Je n'osais pas croiser son regard, le prendre dans mes bras ou même dire quelque chose. Les mots s'envolent, mon esprit s'embrouille, je me frotte nerveusement les mains pour focaliser mon cerveau sur autre chose et éviter la surcharge.

Je lançais un regard vers ce Robin, prenant le temps de l'observer et me faire une idée de lui. C'est à ce moment là que je me rendis compte que j'étais exactement comme lui, je vivais la même chose, ou presque. Ma mère est morte, et j'accuse avec toute la conviction possible mon père de l'avoir menée jusqu’à la tombe, alors que je n'ai pas de preuves.

Réflexe vieux comme le monde: trouver un coupable pour diminuer notre peine et notre responsabilité, et éviter de devenir fou en se méfiant de tout le monde. Un nom, un visage, un mobile, et la vie reprend, nos priorités devenant principalement de haïr la personne la plus coupable à nos yeux.

Je soupirais, vidée de toute énergie, larguant mon regard vers la scène.

@ Billy Lighter


"C'est la métamorphose.
Un matin on se lève et on comprend que dans le silence et la discrétion,
on est devenu quelqu'un d'autre"
- Virginie Despentes -


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Amon Sørensen


Messages : 568
Date d'inscription : 26/02/2014
Age du personnage : 31
Localisation : On the ring.

Who Am I?
Birth place: København, Danemark
Je suis: emmerdeur, fouineur, violent, incompris.
Song: Lost Cause - BleedingHeart


MessageSujet: Re: [21h45] I come back to you, always ( ft. Amon)[Terminé]   Ven 3 Fév - 11:41



I Come Back To You, Always
ft. Sélène Mortiak


Et elle s'était tue. Elle n'avait pas répliqué, elle n'avait pas essayé de défendre ses arguments seuls. Elle s'était contenté d'encaisser, d'assimiler et d'apprendre. Les larmes au bord de ses yeux n'avaient jamais coulé et c'était là la Sélène que je connaissais. Pas la fille amoureuse et câline, mais la boxeuse déterminée. C'était probablement ce qui m'avait séduit en grande partie chez la jeune rouquine : elle savait quand la boucler et réfléchir pour ne pas réitérer certaines erreurs. Parfois, il lui fallait plusieurs essais, plusieurs claques. Normal.

Son regard avait de nouveau bifurqué vers le podium mais je savais qu'elle ne le regardait pas vraiment, qu'elle ne le voyait pas vraiment. Elle était dans cette phase « d'enregistrement » et elle avait d'ailleurs regardé longuement North comme si elle essayait de voir en lui.

Et mon léger sourire n'avait pas quitté mon visage de la voir en train d'accuser le coup, sans broncher, comme toutes les fois où je lui avais mis des claques en pleine tronche en entraînement.

-C'est ce regard-là que je voulais voir.

Je caressai ses cheveux, contre sa nuque. J'étais maintenant convaincu que si elle avait encaissé ça, elle pourrait encaisser le reste. Parce que des choses à lui dire, pour qu'elle comprenne ce que je foutais ici, pour qu'elle puisse décoder le moindre de mes faits et gestes, j'avais encore deux ou trois trucs à lui dire et qui n'était pas forcément plus beau que cette histoire de suicide. Enfin... Tout dépendait de quel point de vue on se place.

Mais en tout cas, Sélène venait encore une fois de me prouver qu'elle était la femme qui pourrait vivre à mes côtés, avec qui je pourrais partager ma vie.

Et pourtant, je savais la boule d'émotions mêlées qu'elle était, je savais ce que ça lui coûtait de garder le silence en ce moment même.

Elle n'avait même pas demandé pourquoi je m'en étais pris à Felberbaum. Et je ne pensais pas que c'était par peur de découvrir quelque chose de plus sombre encore. Mais pour que je puisse le lui expliquer, il fallait que je passe par un autre aveu... Mais ça, ce serait pour plus tard.

Je pris une inspiration... Puis repris la parole.

-J'ai poussé sa petite amie au suicide, selon lui et selon une partie de moi qui s'en délecte encore. Mais je n'ai jamais parlé à North.

Mon regard se fixa sur lui qui, je le voyais, parlait avec d'autres personnes mais semblait distrait, probablement à cause de notre regard échangé un peu plus tôt.

-Et pourtant, regarde-le. Si les rôles avaient été inversés, je serais déjà en train de le démonter.

Je le savais maintenant. Je captais ce que je n'avais jamais pu capter avant parce que le concept de « petite amie » m'étais étranger.

Mon regard se posa à nouveau sur Sélène.

-Faudra que je lui parle, ce soir.

Parce que je voulais qu'il comprenne pourquoi j'avais fait ça. Parce que je n'étais pas sûr qu'il savait ce qui m'avait mené à écrire cet article... Je n'étais même pas sûr qu'il savait que je connaissais Karen bien avant lui.

Amber Cruz fut annoncée et défila tout le long du podium dans une robe magnifique. J'applaudis alors que je découvrais la collocataire de Sélène. et je ne peus retenir un petit rire.

-On dirait que tu connais personnellement bien plus de gens présents ici que moi.

En entraînement, Sélène m'avait parlé plusieurs fois d'une Amber Cruz qui était sa collocataire dans le tout nouvel appartement qu'elle avait trouvé. Je fronçai les sourcils en détaillant d'un peu plus près le visage de la jeune femme en question.

-Ce serait pas la petite amie de Jimmy Reed en plus?

Me semblait l'avoir vue au bras de l'héritier, sans avoir vraiment fait attention.

@ Billy Lighter











AMON
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sélène Mortiak


Messages : 269
Date d'inscription : 06/09/2016
Age du personnage : 26

Who Am I?
Birth place: France, Cannes
Je suis: râleuse, boxeuse et amoureuse
Song: Dangerous Women - Ariana Grande


MessageSujet: Re: [21h45] I come back to you, always ( ft. Amon)[Terminé]   Ven 3 Fév - 19:18



I come back to you, always
ft. Amon Sørensen


La pilule était dure à avaler. Amon me l'avait enfoncé dans la gorge, j'avais tenté de me débattre, mais au final je l'avais laissé faire. Comme à chaque fois avec ces pilules que personne ne veut, on te sort que "c'est pour ton bien". Non, c'est juste un truc qu'il faut avaler car y'a pas d'autre moyen, et après soit tu en fait ta bête noire, soit tu passe au dessus. Je décidais de passer au dessus, c'est ainsi que je fonctionne, et c'est ce qu'Amon attend de moi.

Je fermais ma gueule, sondant du regard Robin, cherchant une trace de cette perte, ou alors un miroir qui me renverrai une image médiocre de moi-même. Je juge, tout comme lui appose l'étiquette "meurtrier" sur Amon, sans preuve, sans plus d'informations. Pourtant, c'est pas l'envie qui me manque de lui demander se qui s'est passé, de tout me dire dans les détails. Mais je fermais ma gueule, il finira bien par trouver le bon moment pour me le dire.

-C'est ce regard-là que je voulais voir.

Regard que je gardais braqué sur le podium, mais il perdit en intensité et en concentration alors que les mains d'Amon jouent leur musique sur ma nuque, me berçant de leur douce mélodie, se balançant sur les cordes frémissantes de mon cœur qui laisse résonner son plaisir dans mes tempes. Je fermais les yeux pour en apprécier chaque note qui glisse sur ma colonne, sur mes côtes, jusque dans mon ventre.

Avec ce simple geste, je pouvais ressentir sa reconnaissance, satisfait de voir que je ne me laisserais pas abattre par ce monde merdique. Fidèle à moi-même, je garde la tête haute et j'endure. Je serais bien retournée dans ses bras pour chercher réconfort, mais ce n'est pas la Sélène dont il est tombé amoureux, ce n'est pas la femme que je veux être, et ce n'est pas dans nos habitudes. Ici, on est en société. Ensemble, on est ni Amon ni Sélène, on est Nous.

J'ai enterré mon passé, j'y mettrais celui d'Amon avec, pour ne garder que notre avenir, et surtout notre présent. Encore sous le charme de ses caresses, il avait continué de me parler de cette fille, du mec, de lui. Ces mots ne me percutent plus, je les écoute mais ne les imprime pas, un bruit gênant que l'on assourdit en fermant les fenêtres. Je mets mon masque, celui de la fille qui ne ressent rien, qui cache sa souffrance, qui se prive de ce qu'elle désire. Je ferais bien taire l'homme qui embrase mon corps avec ses doigts de musicien, entraînant son corps dans un registre plus énergique et plus... fatiguant, qui fait ressortir tout ce qui se tapis dans l'ombre de l'esprit, comme les sentiments, les envies, les fantasmes et les pulsions incontrôlées mais divinement délicieuses.

Soupir d'aise, tête en arrière, je rejoints sa main avec la mienne, croisant ses doigts aux miens, je dépose mes lèvres sur le dos de sa main, elles retombent plus bas que le cœur, mais ensemble.

Depuis ce qui me semblait une éternité, je glissais mon regard vers le sien, les vagues déchaînées qui s'y mouvent m’effleurent au niveau du sternum, au bout de la chaîne invisible.

-Faudra que je lui parle, ce soir.

Il y a beaucoup de monde à qui l'on doit parler, lui et moi. Drake, Amber, Robin, peut-être d'autres encore vont s'ajouter à la liste. Enfilons nos gants, troquons nos déguisements en tenue de sport, et affrontons ensemble la horde de sacs de frappe qui s’amène à nous.

La présence d'Amber fut annoncée, ma colère envolée, mon désir acharné calmé, je me retournais vers mon amie, l'admirant sur cette scène qui l'a met si bien en valeur, ma danseuse.

-On dirait que tu connais personnellement bien plus de gens présents ici que moi.

Le rire léger d'Amon passait comme plume sur mes blessures, l'ouragan est passé. Je souriais vers Amber, mais la moitié était pour lui, tout le reste avec. Il arrive à me faire passer d'émotion en émotion, me frustrant, me blessant, me faisant fondre comme neige au soleil avec ses paroles simples, ses mots qu'il doit chercher loin, peu nombreux mais tellement intenses. Il privilégie la qualité à la quantité, pour me rendre dingue.

Amber - petite amie - Jimmy Reed

Dans un geste rapide et fluide, mon visage se retrouva face au sien, incrédule. Mon sourire s’effaça, je voulais comprendre.

" C'est qui, celui-là? Le petit ami de mon Amber? Elle m'en aurait parlé dans ce cas. Ce doit être un simple ami, ou une connaissance. Il est où?"

Je voulais voir la tête de ce Jimmy machin chose. Je connais mon amie, elle m'en aurait parlé, ou du moins j'aurais remarqué un changement dans son comportement si ce mec est vraiment son copain, or elle passe son temps au théâtre ou à la maison avec moi. On discute tellement que l'info aurait fuité, et elle n'aurait pas résisté à l'envie de m'en faire part.

Mais... moi, je ne lui ai jamais parlé d'Amon. Cette semaine, j'en avais eu l'occasion, malgré nos horaires décalés et bien chargés, mais j'avais préféré garder ça encore un peu pour moi. Pourquoi n'aurait-elle pas fait de même?

@ Billy Lighter


"C'est la métamorphose.
Un matin on se lève et on comprend que dans le silence et la discrétion,
on est devenu quelqu'un d'autre"
- Virginie Despentes -


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Amon Sørensen


Messages : 568
Date d'inscription : 26/02/2014
Age du personnage : 31
Localisation : On the ring.

Who Am I?
Birth place: København, Danemark
Je suis: emmerdeur, fouineur, violent, incompris.
Song: Lost Cause - BleedingHeart


MessageSujet: Re: [21h45] I come back to you, always ( ft. Amon)[Terminé]   Mar 7 Fév - 21:38



I Come Back To You, Always
ft. Sélène Mortiak


Elle avait bien encaissé. Avec un tout petit peu « d'aide » de ma part pour décoder ce bordel, mais elle avait encaissé et n'avait pas pleuré. C'était tout ce que je lui demandais : ne pas s'alarmer ou passer dans l'émotivité extrême au premier petit accro ou à la première chose choquante qu'elle apprendrait. Je n'en avais pas réellement conscience, mais ce que j'essayais de lui inculquer là, c'était la froideur et le flegme des Sørensen. Des qualités, des forces, que Freyia gérait tout naturellement. Des qualités que je possédais aussi mais dans une moindre mesure.

Le regard de Sélène s'était fixé sur le podium et étaient redevenus secs. Elle ne prononça pas un mot. Je fus satisfait et le lui fis savoir, par une phrase courte qui ne devait pas lui avoir fait autant d'effets que mes doigts dans sa nuque. Mais cet effet était à double sens, malgré que je ne montrais qu'un sourire léger. J'avais envie d'elle, j'avais envie de rentrer et d'envoyer L.A.People et leurs foutus articles se faire foutre. Rentrer et filer sous les couvertures, prendre du plaisir, en donner, me détendre...

Comme si elle avait lu dans mes pensées, sa main était venue à la rencontre de la mienne et nos doigts s'étaient enlacés, puis, elle y avait déposé un bref baiser qui me fit l'effet d'une décharge électrique, mais en plus agréable. Quand elle me regarda à nouveau, je lui signalai qu'il faudrait que je parle à Robin, ce soir. Je voulais classer cette affaire, en finir, que ce soit en bien ou en mal. Il fallait que ce dossier-là avance.

Mais mon attention fut détournée de mes propres affaires par un nom familier. C'était un nom que Sélène avait peut-être prononcé une ou deux fois mais que ma mémoire de journaliste people n'avait pas oublié, de même que je n'avais pas oublié que cette Amber était également la colocataire de la femme que j'aimais. Par contre, c'était la première fois que je voyais son visage. Et finalement, sa bouille ne m'était pas si inconnue que ça, parce que je l'avais vue un peu plus tôt au bras de Jimmy Reed.

J'avais été bien trop concentré sur Sélène et sur ce qui était en train de nous arriver pour me soucier jusque-là de savoir qui était la jeune inconnue. Mais maintenant, ça m'inquiétait. Parce que Sélène était proche d'Amber et si Amber était proche de Reed, cela rapprochait Sélène de lui, par extension... Et si je n'avais rien contre Reed et que Reed n'avait rien contre moi, je comptais bien que ça reste comme ça.

Il sembla que mes réflexions mirent du temps à atteindre Sélène qui était peut-être encore en train de rêver à cause des idées que nous gardions tous les deux dans un coin de notre tête pour plus tard. Ou tout simplement parce qu'elle était trop occupée à admirer son amie sur le podium. Mais elle finit quand même par me regarder, au risque que je me perde dans ses grands yeux clairs... Pendant une seconde ou deux, j'avais juste envie de la porter comme une jeune mariée, de l'emmener hors d'ici et de démarrer en trombe direction le loft pour d'autres aventures plus intéressantes que des Jimmy Reed, des Daniele Ricci, des Robin North et j'en passe...

Je secouai vaguement la tête comme si ça allait remettre mes foutus neurones en place (bien qu'à mon avis, le problème venait plutôt de mes hormones), et soupirai. Allez, Amon, encore quelques heures à tenir.

D'autant que Sélène semblait avoir retrouvé sa langue. J'avais quand même eu l'impression de me retrouver face à un miroir pendant un moment, vu son silence. Mais j'étais content d'entendre à nouveau le son de sa voix parce que si elle se mettait à parler autant que moi, on était mal barrés niveau communication.

Je fronçai vaguement les sourcils suite à ce qu'elle disait.

-Un ami ou une connaissance ? Ça m'étonnerait... C'est pas la façon de fonctionner de Reed.

Tout en parlant, je cherchais l'héritier des yeux pour pouvoir le désigner à Sélène.

-Si Amber est ici à son bras...

Je m'arrêtai. Était-ce vraiment nécessaire de lui dire que si Amber était ici au bras de Reed c'était qu'elle couchait ou couchera avec Reed à un moment donné ? Je savais pas trop. Sélène avait pas l'air de savoir qui était Jimmy mais ce n'était qu'une question de temps. Maintenant qu'elle était officiellement ma petite amie (ou que j'étais son petit ami, c'est selon), elle allait graviter autour de la jet set de L.A. et allait très vite se rendre compte de comment ça marchait...

Je décidai de formuler les choses autrement.

-Si Amber est au bras de Reed ce soir, c'est qu'il doit y trouver son compte.

Je repérai Jimmy qui était, fier comme un pan, au bord du podium, cigare et verre d'alcool dans une main, les yeux rivés sur Amber qu'il détaillait de la tête aux pieds.

Je souris à Sélène avec un air sceptique...

-Elle ne t'en a pas parlé... Et toi, tu lui as parlé de nous, à ta coloc' ?

Rien n'était moins sûr parce que jusqu'ici, il n'y avait rien d'officiel et que Sélène n'était pas vraiment du genre à vendre la peau de l'ours avant de l'avoir tué.

Je désignai discrètement de la tête Jimmy Reed, pour qu'elle voit qui il était.

-Il est là-bas. Ce type est l'un des plus riches de L.A. BSC, la maison de disque, lui appartient. S'il ne paraît pas dans L.A.People une fois par semaine, c'est qu'il a la grippe en encore, il est capable de s'arranger pour que ça se sache, un peu à la Ricci...

Je fis la moue, regardant l'homme blond...

-Un vrai scandale ambulant... Il pourrait faire vivre le magazine à lui tout seul.

Je haussai les épaules et pris deux verres de cocktails derrière moi, en tendant un à Sélène.

-Si Amber est ici et qu'en plus, elle défile, tu as le responsable devant toi. Tu m'avais pas dit qu'elle est danseuse ou un truc comme ça?

Voilà... Là, maintenant, je travaillais. Et il était presque temps...

@ Billy Lighter











AMON
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sélène Mortiak


Messages : 269
Date d'inscription : 06/09/2016
Age du personnage : 26

Who Am I?
Birth place: France, Cannes
Je suis: râleuse, boxeuse et amoureuse
Song: Dangerous Women - Ariana Grande


MessageSujet: Re: [21h45] I come back to you, always ( ft. Amon)[Terminé]   Mer 8 Fév - 20:11



I come back to you, always
ft. Amon Sørensen


En colère, je n'avais pas regardé Amon, préférant tourner mon regard froid vers la scène. C'était ça qu'il voulait, que j'apprenne le monde, son monde, et que je me taise, comme lors de nos entraînements de boxe. Si j'avais le malheur de parler au lieu de frapper, une claque me ramenait vite fait sur le droit chemin, celui qu'il veux que je suive. Un chemin dur, froid, dénué d'émotions et de sentiments. Je me calquerais sur lui, devenant froide et vide de l'intérieur pour être celle qu'il veut que je sois ici.

Une résolution déjà mise à mal sous le contact de ses doigts qui me dépossédaient de mes sens, mon cœur battant plus bas que mon ventre, ma peau frissonnante. Je récupérais sa main dans la mienne pour cesser ses agissements excitateurs d'hormones, les laissant pendre au bout de nos bras. La pilule est passée, mais une part de moi la sens encore au fond de ma gorge, je ne saurais dire si je suis droguée à l'amour ou à l'insatisfaction. Je ne me reconnais plus, mon corps ne communique plus avec mon cerveau, ou alors c'est l'inverse, mais je me sentais abattue, en proie aux fluctuations de mes émotions. Je suis pantin de moi-même, tout dysfonctionne, par réflexe je redeviens la Sélène qui ne dit rien et qui encaisse, encore et encore, enfouissant tout au plus profond de ses entrailles.

Je me forçais à me concentrer sur Amber, sur Jimmy Reed, enregistrant l'information avant de la décoder. Même à propos d'Amber, Amon sait des choses que j'ignore, et je n'avais d'autre choix que de le questionner du regard, lui demandant de me montrer qui était cet homme qu'il semblait également connaître, contrairement à moi. Il me semblait que ceux qui m'était proche sont à présent des étrangers, des personnes lointaines. Le temps est figé pour moi, en perpétuel mouvement avec les autres, je reste sur le quai alors qu'eux suivent le train.

Tout comme je reste de marbre alors que mon amie défile sans même me voir. L'explication d'Amon n'était pas réjouissante, il avait commencé sa phrase mais c'était ravisé avant de reformuler ses mots pour ne pas me choquer, j'imagine. J'avais tout de même compris où il voulait en venir, et bizarrement cela ne m'étonnais pas, autant venant de ce Jimmy que de Amber. Cela ne faisait pas longtemps qu'elle était venue s'installer à la maison, mais le première chose que je remarquais était sa volonté de fer à devenir une danseuse étoile reconnue, ne se laissant aucun répit, souffrant corps et âme à s’entraîner tout les jours pour monter sur la scène, pour briller lors du spectacle.

-Elle ne t'en a pas parlé... Et toi, tu lui as parlé de nous, à ta coloc' ?

Pendant un court instant, je perdis ma carapace de pierre pour rougir et afficher un sourire pincé. La première raison de mon silence est qu'avant de se retrouver ici et d'entrer au gala en tant que couple, il n'y avait rien d'officiel entre nous. Nous ne sommes pas passé par la case "on sort ensemble, et on voit comment ça se passe" que les couples lambda empruntent sûrement. Non, nous avons brûlés toute les étapes pour passer trois nuits ensemble, rattraper plusieurs années de retard et s'aimer avec nos corps avant de décider si nous étions vraiment un couple ou non.

" Non. Je n'ai rien dis. Le Grand Canyon n'appartient qu'à nous. Mais je lui parlerais de cette soirée, quand je trouverais le temps."

Je regardais Amon avec un petit sourire lourd de sous-entendus. Si je trouve le temps, mais surtout si j'arrive à le quitter pour rentrer chez moi et tout raconter à Amber. Je nourrissais l'espoir qu'avant la fin de cette soirée, quand Robin et Drake seront loin derrière nous, on partira chez lui pour s'adonner à une communication autre que verbale. Mais il me désigna un homme blond, plus loin, devant la scène, un sourire aux lèvres.  Il m’avait suffi d'un regard vers cet homme pour comprendre comment il fonctionnait, le regard pervers et possessif qu'il affichait à la vue de la danseuse était aussi débectable que l'odeur de son cigare que je pouvais presque sentir jusqu'ici.

Le discourt que tenait Amon à son sujet n'était pas élogieux. C'était effrayant et risible en même temps. Il faut vraiment avoir une vie merdique pour ressentir le besoin d'être ainsi au centre de l'attention, comme une maladie rare qui fait beaucoup de victimes et qu'on essaye d'éradiquer autant qu'on peut, sans vraiment y parvenir. Un égoïste à l'état pur, une plaie ambulante.

-Si Amber est ici et qu'en plus, elle défile, tu as le responsable devant toi. Tu m'avais pas dit qu'elle est danseuse ou un truc comme ça?

Je pris le verre qu'il me tendait, buvant rapidement trois-quatre gorgées pour sentir le liquide alcoolisé me brûler l’œsophage, une punition pour je ne sais quel crime. Je toussais sous l'action des vapeurs d'alcool qui embaumaient mes poumons et mon estomac. Ce n'est qu'une fois la crise passée que je trouvais les mots pour répondre à Amon.

" Oui, elle est danseuse au théâtre, une ballerine dans un grand spectacle. Elle m'a parlé d'un homme qui a financé tout le projet, qu'elle avait un rôle important et que c'était une occasion en or pour se faire un nom."

C'est presque instantanément que je fis le rapprochement entre le sponsor du ballet et le blond au cigare. Je n'avais pas eu plus d'informations quand à cet investisseur mystère, Amber ne semblait pas à l'aise d'en parler, je comprends seulement maintenant pourquoi. Je ne voulais même pas essayer d'imaginer ce qu'elle a du accepter de faire pour avoir sa place dans la troupe, le malaise qu'elle affichait à en parler m'enserrait à présent la poitrine, me donnant envie de vomir.

" C'est ça alors, la haute société de L.A.? Se sacrifier, se vendre pour avoir un morceau de rêve en main?"

Un regard dépité et une moue triste, voila ce que je montrais à Amon. C'est donc ça, son monde? Je comprends mieux pourquoi il porte un masque. Finalement, je n'ai pas à me plaindre de ma condition de vendeuse, au moins je ne dois rien à personne, et mon corps m'appartient.

@ Billy Lighter


"C'est la métamorphose.
Un matin on se lève et on comprend que dans le silence et la discrétion,
on est devenu quelqu'un d'autre"
- Virginie Despentes -


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Amon Sørensen


Messages : 568
Date d'inscription : 26/02/2014
Age du personnage : 31
Localisation : On the ring.

Who Am I?
Birth place: København, Danemark
Je suis: emmerdeur, fouineur, violent, incompris.
Song: Lost Cause - BleedingHeart


MessageSujet: Re: [21h45] I come back to you, always ( ft. Amon)[Terminé]   Sam 11 Fév - 10:52



I Come Back To You, Always
ft. Sélène Mortiak


Elle apprenait. Elle avait mal, mais rien ne s'acquière facilement ou tout du moins était-ce ce dont j'étais convaincu. Pour obtenir quelque chose, faut se battre, quitte à sacrifier un peu de son honneur, et si ce n'est pas nécessaire, c'est qu'il y a une arnaque quelque part. Je me rendais la vie difficile au quotidien en pensant comme ça, et je n'allais pas la rendre facile pour Sélène, bien malgré moi.

Je la forçais à rester froide malgré la révélation que je venais de lui faire. Puis j'avais corsé l'exercice, me mettant à mon propre travail bien tardivement en faisant le lien entre la coloc' de Sélène et la cavalière de Reed. J'avais employé le terme « petite amie » mais m'était avis que c'était plus une forme évoluée d'escort girl qu'autre chose. Et vu l'expression qu'arborait la fille sur le podium c'était pas de gaieté de cœur. Heureusement pour elle, on avait jamais vu un mannequin professionnel sourire à ce genre de défilé, donc, ça passait.

J'avais alors posé une série de questions à Sélène, en mode journaliste people. Parce qu'il allait quand même falloir que je sorte quelque chose d'intéressant demain. Ou que je donne quelque chose à Evy en échange de l'article sur Sniper Kurtz qu'elle m'avait gracieusement laissé à ma demande afin que je puisse rattraper le coup pour Timmy.

Mais au fil de notre conversation, je me rendis compte que Sélène en savait peut-être moins que moi sur la fille qui partageait son appartement... Et pouvait-on vraiment en vouloir à Amber ? Elle avait l'air d'être une jeune femme correcte et ça ne devait pas être évident pour elle d'avouer que pour avancer, elle s'était livrée à Jimmy Reed.

Sélène avait répliqué en disant qu'Amber lui en aurait parlé si elle avait un petit ami. Ce à quoi j'avais répondu par une question. Non, elle n'avait pas parlé à Amber du Grand Canyon.

-Tu gardes pour toi une relation qui est pourtant positive.

Je lui souris avant de reposer mes yeux sur Amber avec un regard qui n'était pas compatissant, mais qui essayait de la cerner.

-Alors imagine si pour évoluer, pour arriver à tes fins, tu t'abandonnais au pire connard de la ville... Tu en parlerais à ta meilleure amie, toi ?

La honte empêcherait quiconque de normalement constitué de le faire, j'en étais convaincu. Et pourtant, c'était ce que le monde nous forçait souvent à faire... Faire du mal pour s'en tirer. Écraser les autres pour survivre... C'est pas bien. Mais bienvenue dans le monde réel.

J'avais tendu un verre de cocktail à Sélène qui en bu rapidement quelques gorgées et je fis de même. Puis, ma petite amie confirma ce que je savais déjà. Cruz était danseuse. Mais elle parla aussi d'un homme qui avait financé le projet de la compagnie à laquelle elle appartenait. J'avais alors hoché la tête. Le puzzle était simple et complet, désormais. Reed donnait et Reed prenait en retour. C'était comme ça que ça fonctionnait.

Et Sélène de me poser clairement la question. Je la regardai à nouveau dans les yeux avec une expression un peu désolée pour répondre à sa moue triste. Puis, je finis par l'embrasser brièvement.

-Ouais... L.A. te prostitue, que tu le veuilles ou non, en particulier si tu attends quelque chose d'elle comme tous les artistes qui débarquent ici en pensant que ce sera simple...

Et en cela, j'étais content d'aimer une femme qui n'était personne. Parce que, dans le fond, je rêvais d'être personne. Mais, par vengeance, sans réfléchir, à chaud, j'avais mis les pieds dans quelque chose dont il était impossible de sortir.

-Pour le vivre bien, faut en avoir rien à foutre... Et Amber n'a pas l'air d'en avoir rien à foutre.

Et j'allais devoir enfoncer le clou... Peut-être aider Amber, bien que comme à chaque fois, ça passerait comme quelque chose de malsain. Mais si je parlais d'elle et de Reed dans un article, je leur donnerais ce qu'ils veulent tous les deux : de la publicité. Et leur « collaboration » n'aurait plus lieu d'être.

Je pouvais bien faire ça pour l'amie de Sélène.

Et comme un avertissement concernant le prochain exemplaire de L.A.People, je lançai à Sélène.

-Ne te fie jamais aux apparences... Pas quand nous voguons dans ce genre d'endroit...

Il fallait qu'elle se crée un masque... Un masque que je serai le seul à pouvoir enlever avec le reste de ses vêtements.  

@ Billy Lighter











AMON
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sélène Mortiak


Messages : 269
Date d'inscription : 06/09/2016
Age du personnage : 26

Who Am I?
Birth place: France, Cannes
Je suis: râleuse, boxeuse et amoureuse
Song: Dangerous Women - Ariana Grande


MessageSujet: Re: [21h45] I come back to you, always ( ft. Amon)[Terminé]   Dim 12 Fév - 22:56



I come back to you, always
ft. Amon Sørensen


-Tu gardes pour toi une relation qui est pourtant positive.

Avait-il dit avant de percer de son regard Amber, comme pour la découper en phrases, en mots, en lettres pour son journal. J'avais bien senti qu'a présent il voyait des titres de Unes un peu partout, arborant son masque de journaliste. Il s'appliquait tout de même à me faire comprendre son monde, celui des autres personnes présentes, et celui d'Amber. J'avais momentanément retrouvé le sourire, un sourire gêné, mais je redevînt aussi sérieuse que lui.

Car c'est à travers lui que je commence à mieux comprendre ma colocataire, cette amie si discrète et timide qui ne parle pas beaucoup, ou du moins à son sujet. Je ne pouvais concevoir l'idée de se donner à un homme que l'on aime pas, ou pire que l'on déteste par dessus tout. Mais en parler par après? Comment garder une belle image de soi après une telle chose? Moi-même, j'ai du mal a parler de mon passé, à me définir comme une orpheline, sans famille...

Mais le plus horrible, ce n'est pas tant le fait de ne pas avoir de parents ou de devoir se sacrifier à un homme, mais que le regard des autres puisse autant nous détruire, nous faire passer pour des moins que rien, une poussière sur le meuble. Je ne juge pas Amber, car c'est ce Jimmy qui est à blâmer, mais que diront les idiots qui apprendront la nouvelle? Qu'elle n'est qu'une putain qui séduit l'homme qui peux lui rapporter gros. Ce sont ces personnes là qu'il faut juger comme des aveugles, des insensibles... des cons.

Je lui répondis que j'aurais honte de l'avouer à quelqu'un, que le regard des autres me ferait peur et je ne sais si c'est la rage ou la tristesse que vit Amon, mais il m'embrassa légèrement, effaçant la grimace qui s'était installée sur mes lèvres.

-L.A. te prostitue, que tu le veuilles ou non, en particulier si tu attends quelque chose d'elle comme tous les artistes qui débarquent ici en pensant que ce sera simple...

Aucunement concernée par ses paroles, je ne ressentais que de la peine pour ces personnes qui viennent ici pour accomplir leurs rêves, avec comme seul bagage ce qu'il sont, ce que la nature leur a donné. Je ne suis pas comme eux, presque chanceuse d'être arrivée ici sans but, sans rien, avec l'espoir de se perdre encore plus au point de ne plus trouver le chemin des vivants. Il est tout de même affreux de voir que les hommes comme ce Jimmy arrivent à leur fin, sûrement avec une cuillère en argent en bouche, alors que d'autres doivent subir l'injustice de ce monde pour arriver à mettre un peu de soleil dans le paysage grisâtre.

Je buvais les paroles d'Amon, comme un liquide compacte désagréable qui coule dans la gorge, brûlant puis glacé, laissant un arrière-goût impossible à définir. La description parfaite de l'ignominie humaine et de la trace qu'elle laisse derrière elle, comme une cicatrice boursouflée déformant le tableau coloré de la vie.

-Ne te fie jamais aux apparences... Pas quand nous voguons dans ce genre d'endroit...

Par réflexe, je parcourais la salle du regard, m'attardant quelques secondes sur chaque visage, ou plutôt chaque masque, cherchant à découvrir une trace de ce qui se trouve en dessous, un sourire, une larme, un sentiment. Mais je ne vis rien. Alors je posais mes yeux sur Amon.

" Tu attendais quoi de L.A., quand tu es arrivé ici?"

Je posais ma question doucement, un peu décontenancée par les informations que j'avais assimilée. On va tous quelque part pour une raison, si j'étais venue à L.A. pour me perdre, je ne trouvais pas la réponse pour Amon. Fuir son pays, entre autres. Mais quoi d'autre? Je me sens comme étrangère à tout cela, la ville ne m'a pas détruite, elle m'a forgée plus forte, avec l'empreinte d'Amon sur ma poitrine.

" Et tu attends quoi à présent, maintenant que tu t'es confronté à cette prostitution de masse?"

Vivant depuis plus longtemps que moi à L.A., la ville aurait-elle laissé des marques sur ses rêves? L'a-t-elle brisé? Je ne savais que dire à propos de la haute société, et égoïstement, cela ne m’intéresse guère. Je tournais le dos à la population violée, mon seul paysage à présent, c'est lui.

@ Billy Lighter


"C'est la métamorphose.
Un matin on se lève et on comprend que dans le silence et la discrétion,
on est devenu quelqu'un d'autre"
- Virginie Despentes -


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Amon Sørensen


Messages : 568
Date d'inscription : 26/02/2014
Age du personnage : 31
Localisation : On the ring.

Who Am I?
Birth place: København, Danemark
Je suis: emmerdeur, fouineur, violent, incompris.
Song: Lost Cause - BleedingHeart


MessageSujet: Re: [21h45] I come back to you, always ( ft. Amon)[Terminé]   Lun 13 Fév - 18:10



I Come Back To You, Always
ft. Sélène Mortiak


J'essayais de lui expliquer au mieux que je pouvais comment fonctionnait L.A. En particulier pour ceux, comme Amber Cruz, qui essayaient d'en gravir les marches afin de vivre de leur talent. C'était loin d'être facile comme beaucoup le croyaient. Je ne jugeais pas la jeune Amber qui était en train de l'apprendre à ses dépends si toutefois, c'était réellement un choix qu'elle avait fait. Beaucoup de jeunes artistes sont influencés et suivent à l'aveuglette les conseils de leurs managers ou agents.

Mais la danse classique était encore un milieu à part, du peu que j'en savais. Stricte et impitoyable seraient les deux mots que j'emploierais pour qualifier cet art et tout ce qui gravite autour.

Je mettais Sélène en garde. Parce que même si elle n'était pas artiste et qu'elle ne voulait pas le devenir se contentant d'essayer, déjà, de mener sa vie au mieux, elle allait devoir côtoyer ce monde sans en faire réellement partie. Et je me demandais si ce n'était pas encore pire... Quelque part, on aurait désormais tous les deux une forme de sanctuaire lorsque nous serions ensemble. Mais d'un autre côté... Et si L.A. l'aspirait là-dedans sans qu'on ne puisse rien faire contre ?

Bah... je lui avais appris à se battre... Et elle apprenait vite. Elle survivrait.

Sélène examinait la salle. Elle était déjà en train de s'adapter. Elle allait peut-être prendre des coups dans les jours et les mois à venir. Mais je savais qu'un jour, elle les rendrait. Et ce jour-là, quand elle aurait compris un peu mieux le fonctionnement de tout ce bordel, je voudrais pas être le type en face.

Je pris une bonne gorgée de mon cocktail tout en regardant Amber Cruz disparaître sous les applaudissements de la foule des invités... Et de Jimmy Reed, un sourire carnassier aux lèvres. Elle lui appartenait et quiconque le connaissait un tout petit peu pouvait le savoir rien qu'en regardant son visage en cet instant.

Je croisai à nouveau les beaux yeux clairs de mon amante quand elle me posa une question à laquelle je ne m'attendais pas.

Et pourtant, je lui répondis du tac au tac.

-Rien. Parce que je ne pensais pas rester longtemps.

Je croyais que je serais reparti avant même d'avoir fini ces foutues études de droit que m'avait payé Lars pour que je puisse me défendre moi-même en revenant. Et plus de dix ans plus tard, j'étais toujours là.

Elle voulait aussi savoir ce que j'attendais maintenant et j'eus un léger sourire bien malgré moi.

-Ici ou au Danemark, c'est pareil. Je suis né là-dedans.

Mon regard se plongea brièvement dans le fond de mon verre, avant de rejoindre ceux de Sélène.

-Mais... Peut-être que j'ai fini d'attendre. Parce que j'ai trouvé.

D'une main, je vins ajuster les mèches rousses de mon amante derrière une de ses oreilles, dégageant son visage. Freiya me téléphonerait maintenant pour me dire que je peux rentrer à København... Je lui dirais que je ne rentrerais pas seul, ou pas du tout.

J'avais eu cet avantage par rapport à beaucoup d'autres : je n'avais jamais voulu venir à L.A. J'étais ici parce que je n'avais pas eu le choix. C'était ça ou la taule.

-Ce n'est plus de L.A. que j'attends quelque chose.

Je prononçai une dernière phrase.

-J'ai deux ou trois trucs à apprendre, moi aussi.

Puis je l'embrassai. J'en avais assez vu pour ce soir, j'avais de quoi faire. Le défilé allait se terminer, le bal, commencer...

Mais j'avais envie d'une autre forme de danse.

@ Billy Lighter











AMON
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [21h45] I come back to you, always ( ft. Amon)[Terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 

[21h45] I come back to you, always ( ft. Amon)[Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» ║□▫I come back from oblivion▫□║ → [Terminée]
» R.M.S TITANIC IS BACK!
» Flash-Back with Hitsu [PV: Zelles Hitsugaya]
» Gloglo is back avec un diplome en poche !!!!
» Made in Flash Back

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: L.A Rocks :: Events :: Gala de charité-