AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Let's Gamble (And Hope I Won't Lose) [PV Livia][TERMINE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jack Perry
avatar


Messages : 99
Date d'inscription : 14/02/2017
Age du personnage : 36



MessageSujet: Let's Gamble (And Hope I Won't Lose) [PV Livia][TERMINE]   Ven 10 Mar - 17:34



Let's Gamble ! (And Hope I Won't Lose)
ft. Olivia Cortez


A peine rentré chez moi après ma rencontre avec Dom Holder et la toute jeune Olivia Cortez, la première chose que j'avais fait, c'était m'installer dans mon fauteuil avec une bière fraîche à la main pour réfléchir un moment. J'avais un ersatz de plan en tête, concernant Cortez qui, à mon grand dam, m'avait touché sur scène et en dehors avec son histoire de père qu'elle cherchait... Et ce malgré qu'elle avait fugué, cette petite harpie !

Soit, j'avais un peu espéré qu'elle me sorte de la tête mais il était déjà 19:00 et pas moyen de penser à autre chose que ce putain de plan que j'avais à l'esprit. Mais putain, Jack, réfléchis ! Soit mature et ne joue pas les Natacha, tu veux ! Ce à quoi tu penses est pratiquement une adoption ! C'est bien plus, en tout cas, qu'un boulot de manager !

Mais ça, même si les minutes passaient, le petit diable sur mon épaule gauche n'en avait rien à faire.

Et il savait qu'il avait trois jours pour continuer à me souffler ses (mauvaises?) idées dans le creux de l'oreille.

Soupirant, je sortis la carte sur laquelle la petite avait écrit les coordonnées complètes de sa mère de la poche de mon pantalon de costume. Je n'avais même pas encore pris le temps de me changer.

Je pris le cornet du téléphone sur la petite table à côté de moi, le calant entre ma joue et mon épaule, et mon doigt resta suspendu deux secondes au dessus des touches... J'hésitai deux secondes à appeler Natacha en premier... Avant de finalement composer le numéro inscrit sur ma carte en lettre rondes à la fois féminines et enfantines.

Après quelques tonalités, je crus que c'était foutu. Mais alors que j'étais prêt à raccrocher pour réessayer plus tard, une voix fébrile répondit en espagnole à l'autre bout du fil. Je m'empressai de presser à nouveau le cornet contre mon oreille.

-Heu... Oui. Je suis bien chez Maritza Cortez ? Je me nomme Jack Perry et, désolé, mais je ne comprends pas un mot d'espagnol. Mais j'ai vu votre fille, Olivia, aujourd'hui.

La femme se mit alors à parler anglais, mais toujours au même rythme que si elle avait parlé espagnol et je plissais les yeux pour me concentrer sur ce qu'elle disait. Elle parlait très bien anglais, signe qu'elle avait probablement vécu ou vivait peut-être encore aux USA, où qu'elle soit...

Je commençai par rassurer la mère paniquée et un peu indignée que sa fille se soit enfuie de la sorte. Je lui signalai que la jeune fille allait bien, qu'elle vivait avec des garçons charmants (ou presque), que je l'avais vue chanter sur scène, etc. Et au fil de la conversation, la latina se calma, pour mon plus grand plaisir. Elle se tut même une seconde avant de me demander d'une voix tendue si la gosse avait retrouvé son père. Et ça me rappela qu'elle m'avait carrément pris pour son père.

-Hum, non... Enfin pas aux dernières nouvelles et celles-ci ne remontent qu'à quelques heures.

Puis, je pus en venir là où je voulais :

-Comme je vous l'ai dit, je me nomme Jack Perry et je suis manager pour une maison de disque de L.A., BSC, vous connaissez peut-être.

Pas de réponse... Juste un long et lourd silence... Alors, hésitant un peu, je continuai tout de même, mais sur un ton moins sûr de moi.

-Si je vous téléphone, c'est parce que j'ai quelque chose à vous proposer qui pourrait nous profiter à tous les trois.

Je lui expliquai mon plan dans les grandes lignes, lui donnant une garantie dans tous les cas. Et contre toute attente, elle m'écouta attentivement.

Pour finir par, après avoir posé quelques questions pour préciser certains points, accepter mon « offre »...

C'est donc de manière très courtoise, avec une mère emplie de gratitude au bout du fil, que je terminai la conversation en lui précisant tout de même que ça ne tiendrait que si Olivia acceptait toutes les conditions... Et si elle ne les acceptait pas... Ce dernier point serait mon moyen de pression sur la jeune fille qui, finalement, n'était encore qu'une adolescente.

Pendant trois jours, je me penchai donc sérieusement sur le cas Cortez. Je n'avais pas de grand groupe à gérer, de toute façon. Pendant trois jours, la porte de mon bureau chez BSC resta fermée alors que je la laissais d'habitude ouverte pour communiquer avec Daniele. Pendant trois jours, je passai coups de fils sur coups de fils pour savoir ce qui était possible ou non, quels seraient mes droits et mes devoirs ainsi que ceux des parents (mère et père adoptif) d'Olivia Cortez si je faisais ce que je souhaitais faire.

Et au fur et à mesure que les heures passaient, le contrat se rédigeait, lentement mais sûrement. Et il y avait déjà quelques pages. Je savais d'avance qu'elle n'allait jamais lire tout ça et que j'avais tout intérêt à bien avoir tout résumé et clair en tête pour pouvoir lui expliquer brièvement ce que j'attendais d'elle.  

Vinrent alors le jour J et l'heure H et, si j'étais fin prêt, j'espérais que je n'avais pas fait tout ça, toutes ces recherches, pour rien et que la jeune fille n'allait pas me faire faux-bond.

La porte de mon bureau était de nouveau ouverte, mais c'était celle de Daniele qui était fermée, bizarrement, alors qu'il était en grande conversation avec sa secrétaire. Mais, si je ne comprenais pas ce qu'il disaient, j'entendais assez bien le rythme de leurs voix pour savoir qu'ils discutaient et pas autre chose.

@ Billy Lighter
Revenir en haut Aller en bas
Olivia Cortez
avatar


Messages : 424
Date d'inscription : 29/01/2017
Age du personnage : 16
Localisation : Ici, et là



MessageSujet: Re: Let's Gamble (And Hope I Won't Lose) [PV Livia][TERMINE]   Ven 10 Mar - 22:05



Let's Gamble (And Hope I Won't Lose)
ft. Jack Perry




- Je vous le dis ! Jack Perry n’a aucune idée de ce que j’endure depuis trois jours ! Parce que, on ne va pas se mentir hein ! Il est pénard lui a faire durer le suspens alors que moi j’attends depuis t-o-u-t-e ma vie une chance comme celle là ! Vous imaginez ce que ça représente pour moi ?

- Le récit de votre vie est très intéressant, Mademoiselle, mais je vous ai simplement demandé si vous aviez l’intention de commander un truc à manger ? Ici c’est un snackbar ! Pas le courrier du cœur de Madame Mina

- Ah, eh, bah, en fait… Je n’ai pas d’argent sur moi mais…

- La porte est par là !


Non mais quel culot ! Il me jette comme une vieille chaussette, moi la prochaine Barbra Streisand, voir même possiblement Tina Turner !  Je me souviendrai de lui quand je serai riche et j’achèterai son snackbar et on verra qui est-ce qui aura besoin du courrier du cœur de Madame Mina !

Je pousse mon verre d’eau – que j’ai tout de même pris la peine de commander  - et je passe la ganse de mon étuis à guitare par-dessus ma tête en grommelant. Je vais faire quoi alors pour passer le temps ?

Coup d’œil rapide à l’horloge en forme de la tête du King installé au dessus de la porte d’entrée m’indique que j’ai encore deux longues heures à tuer avant de me pointer au bureau de Monsieur BCBG…. Situé juste en face du restaurant.

Je sens que ce petit accrochage au restaurant va perturber ma rencontre. Surtout que je ne suis pas en super forme. J’ai un chat dans la gorge depuis la soirée anniversaire de mariage. Dom m’a rassuré – j’ai forcé sur ma voix – alors selon lui il n’y a rien d’inquiétant là dedans.

Mais je ferai quoi alors quand je ferai des tournées mondiale et que je ferai des spectacles soir après soir ? Ma voix devra être parfaite, en tout temps, que j’ai forcée ou pas.

Je m’assois sur le dossier d’un banc en bois, les pieds sur le siège, ma guitare sur le dos et je fixe l’édifice devant moi les yeux remplis de rêves.  Jack Perry, si tu savais combien tu hantes mes pensées en ce moment, tu en aurais peur !

Je tambourine maintenant du pied sur le banc et je désespère de n’avoir aucun contrôle sur le temps qui défile très lentement.  

Je songe à la soirée. Les gens  étaient heureux, ils chantaient avec moi, ils dansaient et en redemandaient. Ils m’ont applaudit et m’ont fait des demandes spéciales.  C’était magique ! Et j’ai compris ce soir là que c’est vraiment ce que je veux vivre,  chaque jour de ma vie.  Je n’en ai aucuns doutes. Et faut croire que Jack Perry pense un peu comme moi. Sinon, pourquoi s’embêterait-il de me faire venir à son bureau s’il m’avait trouvé médiocre ?

Le soleil frappe fort aujourd’hui. Heureusement,  l’auvent du snackbar  me protège n’empêche que les chauds rayons  me cuisent littéralement.  Je fouille dans mon sac et en sort une bouteille d’eau pratiquement vide mais ça fera l’affaire puisque Monsieur Grognon à l’intérieur  ne veut pas me faire crédit.

J’en sors également mon cahier de music. C’est là dedans que j’écris les idées de mélodies ou de paroles de chansons qui me plaisent.  J’en ai plusieurs et je crois que Jack aimera le consulter. Il verra que je n’ai pas de la guimauve dans la tête et que je sais  composer !

Trois heures moins le quart. Quoi ? Déjà !  Mon cœur bat soudainement très vite, je ne peux pas croire que c’est déjà l’heure de traverser la rue.  Putain, le temps est un sale arnaqueur ! Un moment tu es trop d’avance, tu clignes des yeux et tu as une heure d’écoulée !

J’ouvre grand mon sac pour y ranger mon cahier et j’y vois la photo de mes papas. Oui, parce que, c’est plus marrant de tous les identifier comme tel et parce que je ne sais pas lequel d’entre eux c’est,  j’aimais mieux ne pas faire de discrimination et tous leur mettre l’épée de Damoclès au dessus de leur tête !

Je traverse la rue en respectant bien le passage piétonnier – promesse faites à Dom – puis je tends le bras pour tirer sur l’énorme poignée de la porte vitrée des bureaux de la BSC.  Je suis on ne peu plus impressionnée devant le décor qui s’offre à moi.

Pas étonnant qu’ils génèrent des rock stars ici ; ça doit coûter la peau du cul entretenir un endroit comme celui là ! L’ascenseur s’ouvre devant moi et je m’y engouffre parmi tous les autres qui s’y pressent.  Nous ressemblons à un essaim d’abeille, bourdonnant de plus en plus fort jusqu'à ce que petit à petit,  tous ai quitté le bataillon.

Je ne suis pas la seule à descendre à l’étage  BSC. Mais personne ne s’occupe de moi et je tourne sur moi-même cherchant  la bonne porte.  Mais ils ne sont pas cons ici. Il y a un écriteau sur le mur avec des flèches indiquant par où aller.  Alors je suis celle qui me fait aller sur la droite et j’arrive devant une porte entrouverte.

Bon… J’fais quoi là ? J’entre comme un clown qui sort de sa boîte à ressort ou  je frappe d’abord ?  Je me décide et je frappe sur le bord du cadre de la porte et j’entre presque sur la pointe des pieds poussant la porte doucement pour laisser passer mon étui à guitare, un peu encombrant sur mon dos.  Jack est là, assit derrière son bureau  et me voilà planté devant lui, mon bras étiré vers l’arrière, ma main encore posé à plat sur le rebord de la porte.

- Comme convenue…

Pour la première fois de ma vie, je suis réellement intimidé. C’est peut-être mon avenir que je vais signer aujourd’hui.  Ou alors il va me dire que je lui fais perdre son temps. Mais d’une façon ou d’une autre, c’est entre les mains de Jack Perry que je dépends en ce moment.


@ Billy Lighter


Jimmy's daughter
Revenir en haut Aller en bas
Jack Perry
avatar


Messages : 99
Date d'inscription : 14/02/2017
Age du personnage : 36



MessageSujet: Re: Let's Gamble (And Hope I Won't Lose) [PV Livia][TERMINE]   Sam 11 Mar - 14:28



Let's Gamble ! (And Hope I Won't Lose)
ft. Olivia Cortez


J'avais encore une demi-heure devant moi avant qu'il ne soit 15:00. Mais je n'osais pas quitter mon bureau, même pour aller me chercher une tasse de café dans la petite cuisine installée à disposition des employés un peu plus loin dans le couloir. Je n'avais aucune envie de manquer la fille. En plus, comme j'étais en train de prier à moitié pour qu'Olivia accepte toutes mes conditions sans exceptions, sans quoi, ce serait foutu, c'était comme si j'arrivais pas à bouger.

J'avais les yeux rivés sur les cadres qui décoraient mon bureau. Dans l'un d'eux était mis en valeur un t-shirt à l'effigie d'un de mes petits groupes actuels. Ils avaient un certains succès dans les clubs de L.A. mais étaient trop instables pour aller bien loin. D'autres cadres protégeaient des posters à l’effigie de groupes comme Roadtramp (qui appartenait à mon voisin de bureau) ou encore The Army. Sur l'un, c'était les trois pochettes des albums sortis par le groupe de Sniper et sur un autre, les quatres membres du groupe au sommet de leur gloire. Bref, tout mon bureau était un hommage à la musique, mais en particulier à la musique produite par BSC.

Il fallait qu'Olivia accepte les termes du contrat. Pas parce qu'elle était tellement douée que je ne pouvais pas m'en passer, non. Elle avait encore énormément de choses à apprendre et c'était d'ailleurs en ça, en partie, qu'elle était intéressante car mon but n'était pas de la jeter directement en pâture au business de la musique mais bien de la former pour qu'une fois en âge et en pleine possession de son talent, elle puisse prétendre tenir sur la longueur et ne pas être juste une étoile filante.

Non, ce qui m'inquiétait si elle n'acceptait pas, c'était ce qu'elle allait devenir... C'était qu'une gosse ! Une gamine qui avait eu des raisons de se tailler de chez elle, je l'avais bien compris. Sa mère savait qui était son père, j'en étais persuadé après avoir parlé avec elle. Mais elle ne lâchait pas le morceau, pas même à sa fille !

Pourquoi ?... Bon dieu...

Bref, ce n'était pas ma carrière qui m'inquiétait, ni celle d'Olivia. C'était de devoir laisser le bout de chou s'en aller dans la nature à la recherche d'un père que même sa mère semblait craindre et haïr, d'une certaine façon. Le problème, c'était que sans les conditions que j'allais lui imposer, ça allait être ingérable pour moi. Et je n'aurais alors pas le choix.

Je fis pivoter mon siège quand j'entendis timidement frapper à la porte ouverte. Me retournant, je vis Olivia et lui souris.

-Bonjour Olivia. Pile à l'heure. C'est très bien.

Je me levai et lui désignai d'une main le siège en face de mon bureau. Je gardais ainsi une distance, la recevant comme une adulte, parce qu'elle n'était quand même plus vraiment une enfant. Et surtout, parce que j'avais bien compris qu'elle détestait qu'on la traite comme une gosse... Sauf quand elle se mettait à flipper.

-Installe-toi, pose ta guitare où tu veux, il a des choses dont je voudrais qu'on discute. Mais avant toute chose : tu veux un coca ?

J'ouvris un petit frigo dans un coin de la pièce et en sortis deux canettes de coca pour revenir ensuite m'installer en face d'elle. Par la grande fenêtre, on pouvait voir Downtown en contre-bas avec toutes les personnes, qui marchaient dans les rues, réduites à la taille de fourmis, comme si on pouvait soudain voir le monde comme Jimmy Reed lui-même.

-J'ai eu contact avec ta mère le soir même de notre rencontre. Tu as fugué. Ça, je le savais déjà. J'ai pu la rassurer et lui dire que tu allais bien. Elle avait prévenu les autorités mexicaines de ta disparition et elle va maintenant les rappeler pour leur dire qu'elle a retrouvé ta trace et que tout va bien. Je lui ai proposé quelque chose qui te permettrait de rester ici, à L.A., d'y tenter ta chance et de poursuivre les recherches concernant ton géniteur.

J'ouvris ma propre canette avant d'ouvrir un tiroir sur le côté de mon bureau pour y prendre le contrat à son nom, d'une cinquantaine de pages, qu'il m'avait fallut trois jours pour rédiger à la machine à écrire. Je le posai devant Olivia.

-Voilà ce que je te propose. Pour que ça marche entre nous, il faut que tu acceptes toutes mes conditions. Tu veux le lire ? Ou je t'explique les grandes lignes? Je commence par la partie sympa ou la moins sympa ?

@ Billy Lighter
Revenir en haut Aller en bas
Olivia Cortez
avatar


Messages : 424
Date d'inscription : 29/01/2017
Age du personnage : 16
Localisation : Ici, et là



MessageSujet: Re: Let's Gamble (And Hope I Won't Lose) [PV Livia][TERMINE]   Sam 11 Mar - 18:24



Let's Gamble (And Hope I Won't Lose)
ft. Jack Perry




Je suis figée dans l’entrée du bureau du manager, ce qui est très étrange comme sensation. J’ai imaginé plusieurs façons  de débuter l’entretien, rester planté là comme la statue de la Liberté n’avait pas fait partie de mes options.  

Mes yeux balais la pièce et ce qui me frappe au premier abord, c’est  la dimension de la pièce. Je crois pouvoir affirmer sans me tromper que l’appartement des Winter Wolves tiendrait sans mal dans le bureau de Jack Perry. Et il n’est pas  le manager vedette de la boîte ?  Alors là, je suis vraiment impressionnée et curieuse de voir le palace du King de l’endroit !

La pièce est chaleureuse,  sobrement décorée mais avec goût. Je regarde les cadres sur les murs et  je fronce légèrement les sourcils. Je ne peux m’empêcher de faire un parallèle  avec les chasseurs sauf que pour les manager, à la place  de mettre la tête de leurs prises, ils encadrent des albums de leurs protégés. Je  me demande si un jour, y’en aura un dédié à  moi accroché avec les autres.

Ça me fait sourire et j’avance à pas feutrés vers le centre de la pièce. Devant moi, un bureau sur lequel trône autant de fournitures que je peux en nommer et, derrière, un fauteuil qui pivote sur lui-même faisant apparaitre Jack Perry.  Magie.

Il me sourit et se lève me désignant un siège devant son bureau.  Son allure était plus décontractée que le jour de notre rencontre bien que ses vêtements de marques devaient valoir plus cher que le prix de toutes mes fringues réunis.

Aujourd’hui, bien que je comprenne l’importance de notre rencontre – Dom m’ayant  mis ne garde plus que nécessaire – je n’arrive pas à voir l’homme d’affaire en Jack. Non pas que je doute de son professionnalisme mais son visage, doux et  jeune,  ne lui donne en rien l’air d’un requin.

Il me propose de  m’installer sur un siège devant son bureau et m’offre d’amblé un coca. Ça tombe bien je meurs de soif ! J’accepte en hochant de la tête et je dépose ma guitare  sur le second siège.  Je prends l’une des deux canettes et  l’ouvre pour en boire une longue gorgée.

Je laisse éclater les petites bulles sur ma langue avant d’avaler le coca. Je peux presque sentir le trajet rafraîchissant du liquide jusque dans mon estomac et, l’effet inverse quand le gaz menace de remonter. Merde ! J’vais pas roté au visage de Jack quand même !

Je  me penche vers l’avant  faisant mine de relacer ma chaussure et je souffle  le trop plein  le plus subtilement possible, ni vu  ni connu, et je me redresse, étirant un sourire, les lèvres pincées. Morte de honte, je vous jure !

Ça semble avoir fonctionné, mon stratagème de la chaussure car Jack ne relève pas, ou alors il est soit trop amusé soit trop bien élevé pour s’en moquer.  Quoi qu’il en soit, il plonge maintenant dans le vif du sujet en commençant par me parler de « mamita ».


- J'ai eu contact avec ta mère le soir même de notre rencontre. Tu as fugué. Ça, je le savais déjà. J'ai pu la rassurer et lui dire que tu allais bien. Elle avait prévenu les autorités mexicaines de ta disparition et elle va maintenant les rappeler pour leur dire qu'elle a retrouvé ta trace et que tout va bien. Je lui ai proposé quelque chose qui te permettrait de rester ici, à L.A., d'y tenter ta chance et de poursuivre les recherches concernant ton géniteur.

- Oui, j’ai fugué mais je lui ai donné des nouvelles de temps en temps.  Deux ou trois fois.  Une fois au moins ! Mais je n’avais pas envie qu’elle me dise de rentrer ! Puis, de toute façon, jamais Mamita n’aurait remit  le plus petit de ses orteils  aux États-Unis, même pour venir me chercher…



Je sens très bien la panique grimper un peu en moi. J’ai peur de connaître la suite des choses.  Je ne connais pas ce Jack, et je sens déjà que mamita lui a remise ma destinée entre les mains.  Je porte on index droit à ma bouche et je ronge mon ongle, par nervosité.  Si Dom était là, il frapperait ma main pour me faire lâcher prise – il a horreur que je fasse ça – mais en ce moment, je le fais sans trop même m’en rendre compte.

Jack ouvre sa canette de coca, le petit « pchssss » témoigne du geste, mais aulieu d’en boire, il ouvre son tiroir et dépose devant moi, sur le bureau, un document épais comme le livre du téléphone.

- Voilà ce que je te propose. Pour que ça marche entre nous, il faut que tu acceptes toutes mes conditions. Tu veux lire ? Ou je t’explique les grandes lignes ? Je commence par la partie sympa ou la moins sympa ?

- Tout… Tout ça  c’est ta proposition ?  C’est tout ce que tu as discuté avec ma mère ?

Je prends le document et j’en coince l’extrémité inférieure entre mon pouce et mon index – le gauche – parce que le droit est tout mouillé – et je fais passer les feuilles devant moi comme un éventail.

Wow. Il est sérieux le Jack et moi je suis supposé faire quoi ? Lui faire confiance les yeux fermés ou lire toute cette paperasse alors que je risque de me noyer dans une mer de termes dont je ne comprends ni le sens ni la signification ?

- Je ne sais pas.  Pourquoi je te ferais confiance ?  Je veux dire… Qu’est-ce qui me prouve que tu vas me dire exactement  tout ce qui se trouve là dedans et que dans trois jours tu ne me diras pas que tu mets un terme a notre entente car je n’aurai pas respecté une condition qui était en tout petit caractère en bas d’une page ?

En fait, c’est comme pour Dean et son assurance auto. Il avait signé car il croyait que le renouvellement était idem au premier contrat mais  au bout du compte,  une nouvelle close inscrite en tout petit en bas d’une page lui avait fait perdre  beaucoup d’argent – et dire que je l’ai prévenu!- alors je dois à mon tour  m’assurer que je ne risque pas ce genre d’attrape.  Et, dans le doute,  je m’en remets à mon instinct.

- J’aimerais que tu m’en dises les grandes lignes mais j’aimerais pouvoir  le lire aussi. C’est un contrat, je vais avoir ma propre copie ? Et, est-ce que j’ai le droit de négocier ? Tu m’as dit que je devais accepter toutes tes conditions mais j’ai droit à une certaine marge de manœuvre ?  C’est à ça que ça sert non, cette rencontre ? Qu’on discute ?

Je déteste me sentir acculé au pied du mur et j’ai la certitude que c’est ce qui va ce passé dès que Jack commencera la lecture de ses conditions. Des trucs sympas, des trucs pas sympas ? C’est quand même de moi qu’il est question; j’ai le droit quand même d’exprimer des objections et négocier des compromis !



@ Billy Lighter


Jimmy's daughter
Revenir en haut Aller en bas
Jack Perry
avatar


Messages : 99
Date d'inscription : 14/02/2017
Age du personnage : 36



MessageSujet: Re: Let's Gamble (And Hope I Won't Lose) [PV Livia][TERMINE]   Dim 12 Mar - 11:18



Let's Gamble ! (And Hope I Won't Lose)
ft. Olivia Cortez


La jeune fille est entrée, s'est installée et a accepté le coca que je lui offrais. Bon, c'était déjà beaucoup mieux comme entrée en matière que la première fois à ce fameux anniversaire de mariage. Et j'en venais à me dire que c'était peut-être l'ego d'Holder qui avait eu une mauvaise influence sur elle ce jour-là. Il n'empêche qu'elle avait quand même un regard étrange, indescriptible  qui pouvait un coup être doux et glacial la seconde d'après... Et pendant tout le temps entre les deux, il semblait naturellement supérieur.

Mais pour l'instant, vu comme elle avait pris sa canette, elle avait l'air d'avoir juste soif.

Alors que je m'installais, elle s'était brusquement penchée comme pour refaire les lacets de ses chaussures et je l'entendis faire un renvois. Je ne relevai pas. Elle avait essayé de le dissimuler plutôt que de le faire et demander « pardon » après... Je savais pas comment ça se passait au Mexique, mais y avait un sacré boulot à faire rien qu'au niveau de l'éducation.

Soit... On verrait ça plus tard.

Je commençai en lui disant que j'avais eu contact avec sa mère, que j'avais rassuré celle-ci, etc. Et là, je retrouvai un peu de la Olivia que j'avais vue chez Angelica Stuart. Elle s'indignait, mais je sentais bien dans sa voix qu'elle était aussi paniquée. Elle disait avoir donné des nouvelles à sa mère, mais ça passa très vite de trois fois à une seule fois... Je fis une moue sceptique... Puis, je repris la parole, les sourcils froncés quand Olivia affirma que sa mère n'aurait jamais remis les pieds aux States... Ok... Y avait aussi des choses que la mère avait préféré ne pas me dire.

Et ça me ramenait toujours à la même question : pourquoi ?

Toute cette foutue histoire m'intriguait. Je lui expliquai les choses avec un geste d'apaisement des deux mains.

-Je peux te comprendre. Y a des choses qu'on t'as cachées et tu veux savoir ce que c'est. C'est pas fair-play de la part de ta Mamita et on est d'accord là-dessus. Mais elle reste ta mère, ok ? C'est normal qu'elle s'inquiète et ça, tu dois le comprendre aussi.

J'étais déjà content qu'elle n'ait, jusque-là, jamais manqué de respect pour sa mère malgré qu'elle devait quand même lui en vouloir. Si un jour j'ai des gosses, jamais je ne leur mentirai, même par omission.

Olivia était nerveuse et se mit à se ronger un ongle. Ok, elle ne voulait pas rentrer chez elle, mais alors là vraiment pas. Et c'était sur ce désir de rester à L.A que je devais miser.

J'ouvris ma canette puis posai l'épais contrat devant elle. Tout en faisant défiler les feuilles entre ses doigts, elle demanda si tout ça était ma proposition.

-En effet. J'ai discuté de tout ça avec ta mère, elle en recevra elle-même un exemplaire qu'elle devra signer, tout comme toi, pour accord et me le renvoyer. Tu es mineure, je suis obligé, et je veux, faire les choses convenablement.

Elle demanda comment elle pouvait me faire confiance, comment elle pouvait savoir que je n'allais pas l'avoir à coups de notes de bas de page... J'écartai les bras en disant.

-Ben si tu veux être sûre, tu n'as qu'à le lire toi-même. Je compte bien que tu le fasses, d'ailleurs.

Et si je lui avais posé toute une série de questions (Est-ce qu'elle voulait lire ? Que je lui explique?), celles-ci m'étaient directement revenues en pleine poire.

Mais loin de me déstabiliser, ça me fit sourire. Elle voulait que je lui explique et avoir l'occasion de lire le contrat ensuite.

-Super ! Tu pourras prendre tout le temps qu'il te faudra et si tu as besoin d'explications supplémentaires pendant ta lecture, je resterai à ta disposition par téléphone. Et oui, bien sûr, tu auras ta propre copie.

Jusque-là, c'était facile. Mais quand elle demanda d'emblée si elle pouvait négocier, je sentis que les choses n'allaient pas tarder à se compliquer...

-T'es déjà dure en affaire avant de commencer. Laisse-moi te dire ce que je te propose et puis on verra.

Je joignis mes deux mains, entrelaçant mes doigts entre eux et regardant Olivia avant de baisser les yeux vers le contrat que je finis par retourner vers moi d'une main.

-Bon... On va commencer par les trucs sympas.

Je supposais que c'était la meilleure chose à faire avec une adolescente, mais j'en savais rien en fait.

-Les trucs sympas consistent en mes devoirs, en tant que manager, envers toi...

Je passai les quelques première pages qui étaient techniques et reprenaient mes données et les données d'Olivia ainsi que celles de sa mère en tant que parent, de même que l'approbation de Daryll Rogers (et ça n'avait pas été sans mal) pour en arriver aux premières conditions.

-Mon premier devoir envers toi sera de te former et t'épauler en tant qu'artiste, comme tout manager se doit de le faire. Pour ce faire, en pratique, ça consiste en :

1. Te donner accès aux locaux BSC et t'expliquer comment le système fonctionne, de l'écriture d'une chanson à son enregistrement en studio.

2. Te trouver au moins une date par mois, le week-end, pour jouer en live à L.A., te trouver, dans ce but, des musiciens de sessions de chez BSC pour t'accompagner et faire la promotion dudit concert.

3. Te reverser 50% des recettes de ces concerts, les autres 50% me revenant afin de financer les concerts suivants (matériel, promotion, musiciens et roadies).

Pour le reste, je dois toujours m'assurer que tu as ce qu'il te faut pour vivre : un toit, suffisamment à manger et de quoi t'habiller. Nous nous sommes mis d'accord avec ta mère pour qu'un compte à ton nom soit ouvert ici, à L.A. Ta mamita te versera chaque mois une somme largement suffisante pour vivre. A toi de le gérer en jeune femme responsable. Tout ce que j'aurai, sans pouvoir toucher à l'argent, c'est un droit de regard dessus afin de pouvoir intervenir à temps si tu déconnes. Je vérifierai ça chaque semaine.

Pour ce qui est du logement, pour moi comme pour ta mère, tu peux rester chez les Winter Wolves qui sont de toute façon chez BSC eux aussi. A toi de voir.


Holder m'avait donné l'impression d'être un bon gars, dans le fond. Un protecteur, en tout cas, et ça me suffisait. Je souris et relevai les yeux sur elle.

-Tu as des questions avant que je passe à tes devoirs à toi?

@ Billy Lighter
Revenir en haut Aller en bas
Olivia Cortez
avatar


Messages : 424
Date d'inscription : 29/01/2017
Age du personnage : 16
Localisation : Ici, et là



MessageSujet: Re: Let's Gamble (And Hope I Won't Lose) [PV Livia][TERMINE]   Dim 12 Mar - 21:59



Let's Gamble (And Hope I Won't Lose)
ft. Jack Perry




C’est drôle – sans l’être – la façon dont Jack semble vouloir tout contrôler à commencer par le sentiment que j’entretiens vis-à-vis les mystères de ma conception.  Effectivement,  si  je dois choisir entre retrouver mon père ou devenir la nouvelle sensation de Los Angeles, je ne sais pas lequel je vais placer au numéro un.

Je n’aime pas trop l’idée qu’il soit entré en contact avec mamita, bien que je me doute un peu des raisons derrière le geste. Mais je connais ma mère mieux que lui. Il a dû lui parler quoi, cinq minutes à tout casser – déjà ça coûte un organe entier de faire un interurbain au Mexique -  Dean-gratte-cenne me le rappel assez souvent – et il veut me faire la moral sur le respect que je lui dois ?

- Elle s’est jamais demandé elle, si ça m’inquiétais de pas savoir d’où je viens ? , m’indignais-je.

Comprenez moi, je l’aime ma petite mamita. Mais ça ne l’aurait pas tué de me donner au moins un prénom. Que je puisse me représenter mon père dans ma tête d’une façon ou d’une autre.  Et aujourd’hui, je dois me sentir coupable d’avoir fugué  car depuis, ma mère souffre d’inquiétude ?

Je passe ma frustration sur mon ongle et je laisse Jack continuer  sur sa lancé. Il est si beau… euh bien partit que je ne peux pas l’interrompre chaque fois que l’envie d’argumenter me prend.  

Mais là encore, Jack m’explique que, étant mineure, ma mère aurait donc une copie du contrat et les sonnettes d’alarmes s’agitent maintenant dans ma tête.

- Mais j’veux pas que ma mère s’en mêle moi ! Elle va foutre le bordel là dedans, elle va vouloir te montrer comment faire ton métier, elle va gueuler si tout va pas comme elle le veut !

Mon père, il signerait lui ! Seize ans sans se soucier de moi, il achèterait la paix en signant et en désignant Jack, ou mieux, Dom, comme mon tuteur légal et alors là je serai totalement indépendante de mes parents.  Mais je connais trop mamita et je me doute bien qu’elle a dû laisser blanc l’identité de mon père, trop trouillarde que je puisse un jour tomber dessus l’information.

Je  me replace sur la chaise en croisant les jambes. Ça me donne l’air – du moins j’aime le croire-  plus vieille et sérieuse.  Je fais la moue, mais je ne boude pas. Je commence seulement à comprendre que mon temps de gloire ou je pouvais faire tout ce que je voulais juste en affichant ma plus belle bouille vient de prendre fin et que c’est  l’apprenti manager qui tient le gros bout du bâton. Tout ce que je peux faire, au mieux, c’est de poser une tonne de questions.

Le document est imposant, terrifiant  et certainement remplis de phases bien faites de façon à ce que je ne comprenne pas ou pas tout à fait. Des termes d’attrape nigaud comme dirait Dean.  Je  choisis donc de faire confiance à Jack qui s’élance de nouveau et  me dresse la liste des trucs sympas - pas si sympa que ça -  de ses engagements envers moi.

Le point trois me fait regarder Jack comme s’il venait de sortir de sa boîte à ressort avec une tarte à la crème dans chacune de ses mains.  Cinquante pourcent c’est moins des soixante quinze dont me parlait Dom mais, c’est tout de même énorme.

- C’est parce que je suis mineure ou parce que je suis une fille qu’on me prend la moitié de mes gains ? Non parce que je me demande si c’est comme ça même quand on est  au top.  Au début, cinquante pourcent de pas grand-chose, ça fait mal !

Et, au final de ses devoirs envers moi, mon bien être était  mentionné. Mais ça aussi ça me fait sourciller car depuis que je suis à Los Angeles,  c’est Dom qui s’occupe de moi et je ne manque de rien. J’ai ma chambre, mes fringues, trois repas par jours et il m’a même traîné de force une fois chez le dentiste. Et il mentionne que ma mita veillera à verser de l’argent dans un compte pour moi  et qu’elle consent à ce que je continue de vivre avec mes colocs. Et puisqu’il ouvre la période des questions, j’en profite pour lui signaler une petite chose qui me chicote.

- C’est Dom qui  gère mon argent en ce moment. Je ne veux pas te manquer de respect mais je ne vois pas en quoi mon argent personnel te regarde.  Et aussi, elle va le prendre où cet argent mamita?  Parce que, sauf si elle a gagné  à une tombola… elle n’a jamais eu les moyens  d’économiser.  Et mon père ?  Tu m’as dit au mariage que tu m’aiderais à le retrouver, donc c’est ton devoir envers moi mais tu  n’a rien mentionné sur lui ? Mon père, il aura peut-être une opinion sur tout ça. Ma mère a toujours prétendu  qu’il en avait rien à faire de moi mais c’est peut-être pas vrai…

Et comme chaque fois, quand je me mets à supposer que mon père puisse avoir envie de faire partie de ma vie, je sens les larmes border mes yeux  et mon cœur s’emballer.  Mais  c’est difficile, de tuer l’espoir dans le cœur d’une petite fille.


@ Billy Lighter


Jimmy's daughter
Revenir en haut Aller en bas
Jack Perry
avatar


Messages : 99
Date d'inscription : 14/02/2017
Age du personnage : 36



MessageSujet: Re: Let's Gamble (And Hope I Won't Lose) [PV Livia][TERMINE]   Lun 13 Mar - 11:27



Let's Gamble ! (And Hope I Won't Lose)
ft. Olivia Cortez


Je savais que c'était une mauvaise idée...

Je n'avais même pas encore commencé à détailler les termes du contrat que j'allais lui proposer qu'Olivia me rappelait que c'était une foutue têtue et que je ne m'en sortirais pas à si bon compte. Si elle avait été emprunte de timidité lorsqu'elle était entrée dans mon bureau, c'était déjà bel et bien terminé, semblait-il...

Et elle avait à peine rouvert la bouche alors que je lui avais dit comprendre qu'elle devait l'avoir mauvaise que sa mère ne lui ait pas révélé qui était son père, mais qu'elle devait bien piger que sa fugue pouvait inquiéter sa génitrice, qu'elle répliquait que sa mère pourrait aussi s'intéresser au fait que ça pouvait inquiéter Olivia elle-même de ne pas savoir d'où elle venait.

Je me frottai déjà les yeux, à défaut de pouvoir m'éclater le crâne contre le bois plein et vernis de mon bureau.

-Ouais... C'est exactement ce que je viens de dire... Que te le cacher n'était pas correct. Écoute-moi, quand je te parle...

J'avais pas d'enfants, je n'avais aucune idée de comment on devait s'y prendre avec une ado... Mais si je voulais aider Livia, j'avais intérêt à apprendre... Et à apprendre vite.

-Je suis dans ton camp plus que dans celui de ta mère. Faut que tu comprennes ça.

A part par la sincérité, je voyais pas trop comment m'y prendre, jusque-là.

La jeune fille avait commencé à s'énerver quand j'avais répondu à sa question en lui disant qu'en effet, sa mère aurait une copie du contrat. Je soupirai encore une fois avant de la regarder dans les yeux. Je ne criai pas, mais parlai d'un ton ferme :

-Olivia... Olivia ! On se calme et on écoute. Ta mère habite pas la porte à côté, ça va être difficile pour elle de mettre son grain de sel. Elle va avoir beaucoup de mal à « foutre la merde » comme tu dis, surtout si elle ne veut pas mettre un orteil au USA.

Apparemment, ça marche. Enfin, plus ou moins. Elle se redresse sur sa chaise, croise les jambes et fait une moue contrariée. Je la regarde deux secondes en sentant comme une tension en moi... Un stress qui me semble familier alors que son petit regard suffisant soutien le mien. Et j'ai l'impression, pendant une bref moment, d'avoir le nom de son géniteur sur le bout de la langue sans arriver à le sortir.

J'arrive enfin là où je veux en venir et, le contrat devant moi, je lui détaille les points les plus importants concernant mes devoirs envers elle. Mais alors que je trouvais que c'était la meilleure partie du contrat en ce qui la concernait, elle n'était pas encore contente...

Mais je ne me décontenançai pas du tout. Parce que ça, c'était la partie que je maîtrisais le mieux. J'eus même un sourire.

-Oui, c'est parce que tu es mineure et surtout, parce que tu es inconnue et que c'est un contrat de « formation » que je te propose, que tu auras 50% de tes gains. Du moins, c'était ce que j'avais décidé. Mais si tu veux, je peux te faire un contrat en modifiant les pourcentages pour que tu gagnes comme si tu étais « au top ».

Mes mains se rejoignirent devant mon visage.

-Tu veux faire des maths ? T'as l'air d'aimer ça. Alors on va faire des maths. Chez de grandes maisons comme MTI et BSC qui ont les moyens, si un artiste vend entre 1 et 50 000 albums, il va toucher 6.4% sur un vinyle vendu... Et dès les 200 000 ventes, il touchera 9.7% sur un album physique. Sur les concerts, encore une fois, le pourcentage dépend du coût de l’organisation et du matériel : Pour une tournée dont le coût s'élèverait à 6 millions de dollars, l'artiste empochera 33%...

Je marquai une pause, la laissant assimiler les chiffres mirobolants et les pourcentages pas si élevés que ça avant de conclure par une question.

-Alors, dis-moi Olivia... Dans tous ces chiffres, tu te situes où avec 0 album à ton actif et les « concerts » de mendicité dans la rue ? Je serais à ta place, je sauterais sur les 50%. Mais si tu le veux vraiment, je peux te faire un taux « au top » à 33%.

J'en vins ensuite au reste de ses questions en essayant de ne pas me démonter. Elle avait, et c'était normal, plus confiance en Dom qu'en moi. Et la deuxième chose qui me sauta aux yeux, c'était qu'il y avait clairement un sérieux manque de communication entre la mère et la fille.

Je commençai par le début.

-Dom gère quel argent ? Les quelques dollars que tu te fais en jouant de la guitare dans la rue ? Celui des rares concerts du style de celui que tu as largement surtaxé à Angelica Stuart ? Ok, soit. Ce n'est pas de ça que je parle. Et les Winter Wolves seront peut-être bien contents que tu aies ton propre argent plutôt que de pomper le leur en plus de squatter chez eux.

Je pris une longue gorgée de coca avant d'aborder le sujet argent+maman parce que je sentais vaguement que j'allais encore lui faire des révélations sans le vouloir.

-Quant à ta mère, elle m'a affirmé qu'elle avait de l'argent pour toi et qu'il lui serait possible de te transférer 700 dollars tous les mois sans aucun problème. D'où vient cet argent, j'en sais rien, je ne sais pas de quelle classe sociale tu viens exactement. Je ne sais pas ce que ta mère t'as dit ou pas à ce niveau-là. Tout ce que je peux te promettre, c'est 700 dollars par mois, transférés directement depuis le Mexique via Western Union.

Et puis le papa revint sur le tapis. Elle en parlait avec comme un espoir qu'il ait envie d'avoir son mot à dire dans l'histoire. Mon regard s'adoucit, de même que mon ton... Fallait qu'elle comprenne.

-Pour ce qui est de ton père, tant qu'on ne sait pas qui c'est, on n'en saura rien. Alors si, pour l'instant, on pouvait faire comme s'il n'en avait rien à faire...

...ce qui, entre nous, était plus que probablement le cas...

-...ça simplifierait les choses. Le plus confortablement tu seras installée à L.A., au mieux tu pourras te concentrer là-dessus et comme promis, je t'aiderai... Si tu acceptes le contrat, je commencerai par jeter un œil, aujourd'hui même, sur la photo que tu as dit que t'avais.

Je soupirai... J'essayais de faire abstraction des larmes que je voyais poindre au bord des yeux de la jeune fille, mais c'était pas évident...

-Bon, je peux continuer maintenant ?

Bordel... Si j'avais déjà eu autant de mal avec cette partie-là, ça promettait pour le reste...

@ Billy Lighter
Revenir en haut Aller en bas
Olivia Cortez
avatar


Messages : 424
Date d'inscription : 29/01/2017
Age du personnage : 16
Localisation : Ici, et là



MessageSujet: Re: Let's Gamble (And Hope I Won't Lose) [PV Livia][TERMINE]   Mar 14 Mar - 15:54



Let's Gamble (And Hope I Won't Lose)
ft. Jack Perry




Je roule des yeux, je ne m’en cache pas. Le discours de Jack sonne on ne peut plus moralisateur mais ça me laisse indifférente. Je sais que j’ai raison au bout du compte. Il ne connait pas mamita, il verra bien  un jour où l’autre comment elle peut être casse couilles quand elle s’y met à temps plein.


Mais je le crois sincère quand il me dit être dans  plus dans mon camp que celui de ma mère.  De toute façon, c’est moi qui lui remplira les poches, pas elle.


Je me redresse sur ma chaise, croisant les jambes et je l’écoute d’une oreille, prête à répondre alors qu’on aborde  l’épineuse question d’argent.  Cinquante pour cent c’est énorme, quand on gagne peu mais sa démonstration mathématique me fait passer tout envie de répliquer.


Mais Jack  me décode un petit peu trop bien à mon goût et me questionne à savoir lequel du cinquante ou du trente-trois pour cent je préfère.


- Cinquante…, que je lui répond en ouvrant à peine la bouche.


Jack a maintenant l’avantage de l’argumentation et il continu sur sa lancé en dénigrant, du moins c’est ce que je perçois dans la façon dont il a de parlé de mes revenues actuel.


- Ouais, je n’ai pas un compte de banque dans les  six chiffres comme le tiens, ouais j’arrache quelques dollars aux gens en chantant aux coins des rues ! Et ouais je squatte chez les Winter Wolves mais je donne ce que je peux, quand je peux ! Et le reste, même si c’est rien à tes yeux, Dom y veille. Au moins j’le claque pas en bonbons ou en fringues !  J’ai presque huit cent dollars de côté si on compte l’argent que j’ai « surtaxé » à ton ex petite amie !


Ça me pique grave la façon  dont il réduit à néant mes actifs actuels. Je n’ai que seize ans, qu’il m’en nomme une seule autre gamine qui  roule sa bosse en ne perdant pas de vue ses deux objectifs.


Et là, il mentionne que ma mère peut déposer  sept cents dollars tous les mois pour moi et je manque de cracher la dernière gorgée de mon coca.


- Santa mierda ! Tu te fou de ma gueule là ? Elle a vendu son homme en pièces détachées ? Quoi qu’en le vendant au kilo ça expliquerait sa nouvelle source de revenu !


Je suis abasourdie d’apprendre que ma mère a autant d’argent à mettre à ma disposition. Et la, je sens la panique grimper. Qu’à t-elle fait pour pouvoir m’assurer une telle somme ? Les pires scénarios me viennent en tête et je ne suis pas certaine d’apprécier les hypothétiques possibilités.


Je fixe Jack intensément alors que je réfléchis.  Elle a peut-être mis la maison en vente. Ou elle a braqué une banque. Ouais  j’imagine trop ma mamita armée de ses broches à tricots et s’emparer de l’argent.


- Pour ce qui est de ton père, tant qu’on ne sait pas qui c’est, on n’en saura rien. Alors si, pour l’instant, on pouvait faire comme s’il en avait rien à faire, ça s’simplifierait les choses. Le plus  confortablement tu seras installée à L.A., au mieux tu pourras te concentrer là-dessus et comme promis, je t’aiderai… Si tu acceptes le contrat, je commencerai par jeter un œil, aujourd’hui même, sur la photo que tu as dit que tu avais.


Il a raison. Je le sais et c’est encore plus emmerdant que je ne peux même pas le contredire là-dessus.  Je me renfrogne sur ma chaise croisant mes bras sur mon ventre et je tourne la tête vers la fenêtre. De là où je suis, je ne vois que le ciel. Aucun nuage, que du bleu éclatant traversé par une volée d’oiseau.


Et là, me vient en tête une idée venue de je ne sais où mais déjà qu’elle ait germée dans ma tête m’accroche un sourire aux lèvres et je reporte mon attention sur Jack.


- Bon, je peux continuer maintenant ?


- Oui tu peux mais avant…Pourquoi alors ne fais-tu pas une demande en règle pour devenir mon tuteur légal ? Bye bye  mamita et Bastardo Gringo et tu peux prendre toutes les décisions pour moi sans avoir à te référer à eux !  Je dis ça comme ça mais, penses au temps que tu sauverais…



Maintenant que j’avais balancé mon idée à Jack, je ne la trouvais plus si folle que lorsqu’elle avait éclot dans ma tête.


@ Billy Lighter


Jimmy's daughter
Revenir en haut Aller en bas
Jack Perry
avatar


Messages : 99
Date d'inscription : 14/02/2017
Age du personnage : 36



MessageSujet: Re: Let's Gamble (And Hope I Won't Lose) [PV Livia][TERMINE]   Mer 15 Mar - 12:00



Let's Gamble ! (And Hope I Won't Lose)
ft. Olivia Cortez


Quand j'avais l'âge d'Olivia, je détestais les maths par dessus tout. Mais aujourd'hui, j'étais bien content de m'être accroché un peu parce que ça venait de me tirer d'une question épineuse. J'avais refermé son caquet à la jeune blondinette qui finit par accepter les 50% sans autre commentaire. Bien... Ça faisait au moins un chapitre de clos et une de mes condition au moins à moitié acceptée.

Mais loin de se laisser faire, Olivia tenta alors de me prendre à revers, sur un autre sujet. Bon, il fallait vraiment que j'apprenne à mieux choisir mes mots pour ne pas choquer l'orgueil surdimensionné de la jeune fille. Ça m'éviterait de perdre du temps... En plus, mes sarcasmes avaient été un peu gratuits. Je voulais juste qu'elle comprenne que je lui donnais l'occasion de vivre avec les Winter Wolves avec qui elle s'entendait bien, mais pas à leurs dépends. Et j'aurais peut-être du le dire comme ça plutôt que de mettre l'accent sur le fait qu'elle n'avait rien...

Je la regardai cependant, les yeux écarquillés quand elle dit qu'elle n'avait pas un compte à 6 chiffres comme le mien... Mais je la laissai continuer sans l'interrompre et vomir ce qu'elle avait à vomir... Quand elle s'arrêta, je repris d'un ton calme.

-Un compte à 6 chiffres ? Ce n'est pas parce que je bosse chez BSC et que je porte une cravate que je suis millionnaire, gamine. Tu dois me confondre avec mon voisin de bureau, lui a un compte à 6 chiffres... Mais je n'ai ni la carrière, ni les groupes de Daniele Ricci.

Je souris et me penchai un peu plus vers elle. Elle avait un ego... Comme Daniele... Et qu'est-ce que Daniele aimait le plus si ce n'était les défis et les compliments ? Si je voulais quelque chose d'elle, il fallait que je fonctionne avec Olivia comme je fonctionnais avec Ricci.

-Mais si tu acceptes ce contrat et que tu écoutes mes conseils, avec le talent naturel que tu as, il se peut que dans quelques années, toi et moi, on puisse rivaliser avec lui.

Quant aux Winter Wolves, elle disait leur donner ce qu'elle pouvait quand elle le pouvait pour le logement et autre... Bon, j'allais peut-être mettre Holder et les autres un peu dans la merde, mais on dira que c'est de bonne guerre.

-Et comme tu donnes peu, ils peuvent exiger de toi de faire d'autres choses pour compenser. Je pense au rangement, à la vaisselles et autres choses désagréables. Avec ce que je prévois pour toi, tu pourras leur donner l'argent qu'il leur faut et adieu leur moyen de pression sur toi.

On appelle ça « faire un mal pour un bien ». Au pire, je rattraperai le coup plus tard, quand j'aurai toutes les cartes en main, de même que celle de son éducation...

Et donc, je lui avais expliqué que sa mamita était prête à lui envoyer 700 dollars par mois via Western Union. Je savais qu'il y avait anguille sous roche parce que la mère, durant les heures qu'on avait parlé au téléphone, réparties sur trois jours, avait insisté sur le fait que cet argent était et avait toujours été pour la gosse et SURTOUT, qu'il ne venait d'aucune activité illégale. Elle avait lourdement insisté sur ce dernier point.

Parce qu'en effet, comme l'avait insinué Olivia elle-même, à moins de gagner à la loterie, sa mère et son beau-père, qui avaient d'autres enfants à charge, auraient été incapables de mettre autant d'argent de côté avec leurs simples revenus. Ils n'étaient pas pauvres, mais ne roulaient pas sur l'or non plus.

Alors, devant la surprise de la jeune fille, je lui répétai exactement les mots que sa mère m'avait dit, même si j'avais un peu de mal à y croire moi-même.

-Cet argent, ta mère le verse sur un compte bloqué depuis ta naissance afin d'assurer ton avenir. Elle assure aussi qu'elle n'a strictement rien fait de répréhensible pour l'avoir. Mais je t'avoue qu'elle m'a laissé dans le flou sur sa provenance...

Je lui souris.

-On aura qu'à rajouter ça à ton enquête, si tu veux. En attendant, ton avenir se joue aujourd'hui, je te rappelle, et si tu veux rester à L.A., tu auras largement besoin de cet argent. Tu as une chance que peu d'artistes ont en commençant : un soutien financier pour t'assurer une vie correcte qui te permettra d'écrire et composer confortablement.

Ensuite, j'avais mis un point final à la question qui était de savoir si son père aurait pas quelque chose à dire, dans l'histoire. Facile à balayer, ça, puisqu'on l'avait pas, l'identité de son père, alors on allait avoir du mal de lui demander.

J'avais l'autorisation d'Olivia de continuer... C'était pas trop tôt. Mais avant... Ouais... Il y avait un « mais avant »... Je frottai mes yeux. J'avais su que j'en aurais pour des heures... Mais j'avais pas prévu d'en avoir pour des jours...

Je la regardai ensuite, lui expliquant calmement :

-J'y ai sérieusement pensé, figure-toi. Puis, comme tu dis, j'ai pensé au temps que je sauverais... En ne le faisant pas. Tu es jeune, mais je ne doute pas que tu sois une fille intelligente. Pour devenir le tuteur légal de quelqu'un, d'autant plus quand on a aucun lien familial avec cette personne, ça prend un temps dingue, sans parler de la paperasserie. Deuxième raison qui m'a poussé à abandonner l'idée c'est que tu as déjà des parents. « Cortez », c'est le nom de ton beau-père qui t'as prise à sa charge, non ? Et ce peu importait pour lui que tu ne sois pas sa fille biologique... Alors je pense que ce gars, de même que ta mère, ne méritent pas qu'un parfait inconnu leur spolie leur rôle...

Je marquai une pause, la laissant assimiler tout ça avant de reprendre et écartant les mains comme pour souligner l'évidence.

-En plus, je ne te connais pas, tu ne me connais pas. Tu t'amuseras vachement mieux chez les Winter Wolves que chez moi où tu serais forcément domiciliée si je devenais ton tuteur... Pour toutes ces raisons, je ne le ferai pas.

Puis, sans lui laisser le temps de poser à nouveau des questions, je repris le contrat pour continuer.

-Venons en à ce que moi, je veux de toi. Et il n'y a que deux choses que j'exige pour que ça puisse marcher entre nous.

Je souris et ouvris à nouveau un tiroir de mon bureau pour en sortir un prospectus que je lui tendis.

-Fairfax High School, sur Melrose Avenue. C'est l'école qui a vu naître des gens comme Cash Izbel. Si tu choisis de marcher avec moi, je t'y inscrirai afin que tu termines ta scolarité dans les règles. Et avant que tu n'accuses ta mamita de tous les maux, sache que l'idée est de moi. Je ne veux pas que tu traînes n'importe où pendant que je bosse et que les Winter Wolves bossent aussi. Ça, c'est la première condition. Tu t'y feras des amis, des connaissances qui pourraient t'être utiles dans ta future carrière.

Je marquai une pause, la laissant brièvement regarder le prospectus avant de continuer.

-La deuxième et dernière condition, comme tu vois, j'ai plus de devoirs envers toi que tu n'en as envers moi : lorsque tu n'auras pas cours et que je serai ici, tu viendras m'y rejoindre. Tu m'aideras dans mon boulot ou on en profitera pour que je te montre les studios, pour enregistrer quelques démos ou autres choses. Le tout, rémunéré à raison de 5 dollars de l'heure. Non déclaré, ce qui veut dire que c'est tout bénéf' pour toi...

Comme ça, si on se plantait sur ses talents d'artistes ou si ça ne prenait pas, elle pourrait toujours, si je la formais convenablement, prétendre à une carrière de manager plus tard.

J'entrecroisai à nouveau mes doigts et la fixai de mes yeux bleus.

-C'est à prendre ou à laisser.

Je croisais les doigts intérieurement pour qu'elle accepte.

@ Billy Lighter
Revenir en haut Aller en bas
Olivia Cortez
avatar


Messages : 424
Date d'inscription : 29/01/2017
Age du personnage : 16
Localisation : Ici, et là



MessageSujet: Re: Let's Gamble (And Hope I Won't Lose) [PV Livia][TERMINE]   Mer 15 Mar - 21:10



Let's Gamble (And Hope I Won't Lose)
ft. Jack Perry




Ça me fait ouvrir les yeux bien grands, et que dire de ma bouche, quand Jack annonce qu’il y avait pensé, justement, à faire une demande légale me concernant.  Je ne peux m’empêcher de croire qu’il croit vraiment en moi. Après une seule soirée ?

« Et ben ma vieille, t’es bénie et tu t’en rend pas compte ! », que je me dis.

Et Jack fait preuve de perspicacité quand il  avance que je préfère, et de loin, demeurer avec  les Winter Wolves que de déménager avec lui.  Effectivement,  pour rien au monde je ne désire être séparé de Dom et Dean, même de Zach pour qui je ne suis qu’un lot d’emmerdes. Mais n’empêche qu’ils sont là, pour moi, depuis un bon moment et j’ai développé pour  eux un véritable sentiment d’appartenance. Ils sont ma famille. Plus que quiconque.

Alors j’hoche de la tête  en écoutant mon peut-être futur manager et je le laisse continuer.
Il se penche alors pour sortir  d’un tiroir un prospectus qu’il me tend. AH non ! Et merde !

- Pas l’école ! Non ! Jaaaaaaack !

Je sens que je vais chialer, pour de vrai. Parce que, oui je ne suis pas une élève  douée. J’assure pour certaine choses mais je n’ai pas envie de retourner user des bancs de classes alors que je pourrais être dehors et chanter.

-  Fairfax High School, sur Melrose Avenue. C'est l'école qui a vu naître des gens comme Cash Izbel. Si tu choisis de marcher avec moi, je t'y inscrirai afin que tu termines ta scolarité dans les règles. Et avant que tu n'accuses ta mamita de tous les maux, sache que l'idée est de moi. Je ne veux pas que tu traînes n'importe où pendant que je bosse et que les Winter Wolves bossent aussi. Ça, c'est la première condition. Tu t'y feras des amis, des connaissances qui pourraient t'être utiles dans ta future carrière.

- Je suis vraiment obligé ?  Je ne pourrais pas avoir un professeur à domicile pour commencer ? Steuplé Jack !! Je te promets je serai sérieuse et studieuse mais, je suis forcée d’aller en classe ?
, je soupire et je regarde le prospectus, en plus, j’ai tellement manqué de cours  chez moi… je ne suis même pas certaine que j’arriverai à rejoindre mon niveau.  En fait… on  se moquait de moi  au lycée. Parce que j’ai la peau blanche, tu vois, parce que je ne suis pas comme les autres.  Je sais ici je vais me fondre dans la masse, mais ça m’angoisse, je te bluff pas.

J’essuie une larme en tournant la tête vers la fenêtre mais je sais que l’école, ça peut être bien. Tant qu’à rien foutre de mes journées.  En plus j’ai toujours voulu, si je ne devenais pas chanteuse, être vétérinaire.  Et bon, ce n’est pas avec mon parcours actuel que  je saurai y parvenir.  En même temps, je suis bien consciente de mon talent, pourquoi j’aurais forcé à l’école ?


- Si… Quand… Ben… Tu pourras venir visiter avec moi avant, au moins, que je sache de quoi ça ressemble vraiment ?

C’est une demande honnête. Enfin, Jack  lance sa seconde condition et je l’écoute attentivement.

- La deuxième et dernière condition, comme tu vois, j'ai plus de devoirs envers toi que tu n'en as envers moi : lorsque tu n'auras pas cours et que je serai ici, tu viendras m'y rejoindre. Tu m'aideras dans mon boulot ou on en profitera pour que je te montre les studios, pour enregistrer quelques démos ou autres choses. Le tout, rémunéré à raison de 5 dollars de l'heure. Non déclaré, ce qui veut dire que c'est tout bénéf' pour toi...

- Quoi?  Mais t’es sérieux là ?


Alors là ! S’il avait commencé directement la rencontre avec cette proposition, j’aurais signé tout le document sans jamais demander à voir le reste ! Passer mon temps ici, payé de surcroît, risquer de rencontrer des gens connus, comme le beau et ténébreux Cash Izbel ou Apolline Mclagan…  why not ?

Je tiens maintenant difficilement en place, excitée comme pas possible. Je fixe Jack un long moment avant de laisser un large sourire éclairé mon visage. À prendre ou à laisser ? S’il n’y avait pas ce bureau entre lui et moi, je crois que je lui sauterais au cou pour lui signifier que  je prends.

- Je signe où ?


@ Billy Lighter


Jimmy's daughter
Revenir en haut Aller en bas
Jack Perry
avatar


Messages : 99
Date d'inscription : 14/02/2017
Age du personnage : 36



MessageSujet: Re: Let's Gamble (And Hope I Won't Lose) [PV Livia][TERMINE]   Jeu 16 Mar - 22:50



Let's Gamble ! (And Hope I Won't Lose)
ft. Olivia Cortez


Bon... Et bien, pas de nouveau commentaire concernant le fait que j'aie pensé devenir son tuteur légal mais que plusieurs raisons m'en avaient dissuadé... Juste deux grandes perles bleue-vert fixées sur moi et, pour une fois, pas pour me fusiller.

J'en avais donc profité pour continuer et, finalement, exposer mes conditions, ce qu'elle me devrait en échange des services que BSC et moi-même lui rendrions pour tenter que sa carrière prenne forme.

Ma première proposition provoqua une pure angoisse chez la jeune fille, sans que j'arrive à dire si elle se jouait de moi (auquel cas, je ferais mieux de l'envoyer faire un tour aux studios de Hollywood) ou si elle avait vraiment une peur panique de l'école au point que ses yeux en deviennent humides. Mais, comme dirait mon père et un tas d'autres personnes : « Dans le doute, abstiens-toi. ». Ce à quoi j'ajouterais : « Fais pas comme Natacha. ».

Je me fis une promesse à moi-même : si au bout de cet entretien, Olivia semble prendre les choses de manière positive, je filerai dans la première librairie que je verrais en sortant du boulot et y achèterai tous les livres traitant de l'adolescence !

Olivia m'expliqua d'où venait son appréhension : elle avait trop manqué les cours jusqu'ici, du coup, elle avait peur de ne pas être à la hauteur... Mais ce fut l'autre raison qui me fit froncer les sourcils. Ouais... Évidemment... Si ici, à L.A., elle pourrait prétendre faire partie des ados les plus populaires de sa classe grâce à sa gueule d'ange, il devait en être autrement au Mexique...

Mon regard s'était fait compatissant. Je ne voulais pas l'envoyer à l'école pour qu'elle flippe, encore moins lui foutre la pression. Je pris un ton rassurant et me penchai un peu plus vers elle, tendant le bras pour poser ma main sur la sienne qui tenait le prospectus.

-Hey... Calme... Je vais pas te demander de faire du 100% en résultat quand t'es aussi sensée en dehors essayer de démarrer une carrière. Mais on sait jamais... Rien n'est jamais joué, à L.A. Alors je voudrais que tu aies cette « roue de secours ». Tu feras ça à ton rythme, ça prendra le temps qu'il faut et le score minimum pour passer de classe me suffira.

Je marquai une brève pause pour lui sourire.

-Et puis je pourrai t'aider... Dom pourra peut-être t'aider... et j'ai une sœur qui sera peut-être ravie d'aider aussi...

Natacha était dans tous les coups foireux... Alors j'espérais qu'elle allait m'aider un peu à inaugurer le premier coup du genre de ma vie... Histoire que je puisse profiter un peu de son expérience...

-Et pour ce qui est des moqueries...  

Je souris en coin, un peu sceptique.

-...Ça m'étonne que la Olivia que j'ai vue chez Angelica mener Dom Holder par le bout du nez se laisse marcher dessus par ses camarades de classe...

Je lâchai sa main, la laissant aller écraser une larme qui lui roulait le long de sa joue. Elle demanda alors si je pouvais au moins venir visiter l'école avec elle. J'eus un sourire attendri de la voir pour la première fois aussi vulnérable, débarrassée de l'espèce d'air supérieur dont elle se targuait. Ou alors, j'étais littéralement en train de me faire avoir...

-Bien sûr qu'on ira visiter avant. J'ai jeté mon dévolu sur cette école parce que je sais qu'un tas d'artistes de L.A. y sont passés. Mais si elle ne te plaît pas, on pourra toujours en chercher une autre, au pire...

Comme la question de l'école semblait temporairement close, j'avais lancé ma deuxième et ultime condition. Et quand elle s'exclama, je soupirai et me frottai à nouveau les yeux du pouce et de l'index comme si elle me filait une migraine horrible, ce qui n'était pas loin d'être le cas.

-Oui, je suis sérieux, pourquoi ? Qu'est-ce qu'il y a, cette fois-ci ?

Mais ce fut finalement à elle de me prendre de court en me posant une autre question : où est-ce qu'elle devait signer ?

J'arrêtai de me frotter les yeux que j'ouvris grand, écarquillés pour la regarder. J'en croyais pas mes oreilles, en fait...

Il me fallut quelque chose comme... au moins trois secondes avant de réaliser ce qu'elle venait de dire.  Et quand je finis par retomber sur terre, je repoussai l'épais contrat vers elle. Épais uniquement à cause du nombre de détails nécessaires à l'enregistrement correct des conditions, mais il ne contenait aucune arnaque. Fallait pas être moral pour arnaquer un gosse...

-Wow... Doucement... Je croyais que tu voulais le lire. Prend le temps de le faire au calme, chez toi, ok ? S'il y a des trucs que tu ne comprends pas dedans, comme je te l'ai dit, je reste disponible par téléphone ou quand on se reverra pour la signature proprement dite... Tu peux aussi demander à Dom de t'aider, j'ai rien à cacher là-dedans.

Le contrat devant elle, je me laissai aller en arrière contre le dossier de mon fauteuil, soulagé, les bras posés sur les accoudoirs.

-Bon... T'avais pas une photo à me montrer?

@ Billy Lighter
Revenir en haut Aller en bas
Olivia Cortez
avatar


Messages : 424
Date d'inscription : 29/01/2017
Age du personnage : 16
Localisation : Ici, et là



MessageSujet: Re: Let's Gamble (And Hope I Won't Lose) [PV Livia][TERMINE]   Ven 17 Mar - 1:51



Let's Gamble (And Hope I Won't Lose)
ft. Jack Perry




Déjà, Jack se montre rassurant vis-à-vis  de ma reprise des cours. Il ne s’attend pas à ce que  je lui ramène des scores  parfait mais plutôt que je donne le meilleure de moi-même.  J’hausse des épaules, à demi satisfaite, pis, ben, ce n’est pas encore fait.

Je me dis qu’un diplôme en poche ce n’est pas mauvais et que je dois malgré ma grande réticence, donner une chance au projet.  De toute façon, je ne lui donne pas un an, voir six mois, qu’il devra me retirer de l’école, faute de trop d’engagements professionnel. C’est simplement…pour meubler le temps.

Reste le facteur garce, reine de la promotion. Le genre de filles que je hais car elles sont nées avec une cuillère d’argent dans la bouche. Mais ici, personne ne me connait et je vais me fondre dans la masse puisqu’ici, je ne détonnerai pas du lot. Je ressemble à une vrai Californienne, le bronzage en moins mais ça s’en vient; j’y travail !

- ...Ça m'étonne que la Olivia que j'ai vue chez Angelica mener Dom Holder par le bout du nez se laisse marcher dessus par ses camarades de classe...

- Parce qu’ici je suis moi. Là-bas… c’est là-bas. Tu comprends ? Et je n’ai pas dit que tout le monde était comme ça. Mais parfois, même  deux ou trois connasses suffisent à te faire assez mal pour  te démolir.


Je ne suis pas certaine s’il est sincère  mais sa main sur la mienne apaise tout de même mon ressentiment envers l’école et tout ce que ça implique.

Le point deux me fait littéralement oublier tout ce qui c’est dit avant et je m’imagine déjà entrer ici comme la petite reine des lieux,  fouinant comme bon me semble. J’sais pas trop mais ce serait trop classe de faire comme si "j'étais quelqu'un d'importante ! " Je veux m’associer avec les bonzes, les gros noms.

Ça me semble si irréelle, trop beau pour que ça m’arrive à moi, Olivia Cortez, que  je lui demande s’il  est vraiment sérieux

- Oui, je suis sérieux, pourquoi ? Qu'est-ce qu'il y a, cette fois-ci ?

- Je signe où ?
Plus de temps a perdre, Jack, mon vieux ! Enfin quoi si tu avais commencé par ça, je serais déjà entrain de tout raconter à Dom et je gambaderais partout dans la maison comme une petite gazelle !

- Wow... Doucement... Je croyais que tu voulais le lire. Prend le temps de le faire au calme, chez toi, ok ? S'il y a des trucs que tu ne comprends pas dedans, comme je te l'ai dit, je reste disponible par téléphone ou quand on se reverra pour la signature proprement dite... Tu peux aussi demander à Dom de t'aider, j'ai rien à cacher là-dedans.

Encore une fois, je soulève les épaules mais mon sourire ne défige pas.   M’en fiche des détails et je sais que je signerai avant même d’être sortis de l’ascenseur.  Je prends le précieux document et je le glisse dans mon sac.  Euh… ça devait être ma copier j’imagine…

- Bon... T'avais pas une photo à me montrer?

J’allais l’oublier lui ! Je fais signe que lui de la tête et je farfouille dans mon sac, tassant le document puis j’en ressors mon précieux carnet dans lequel j’inscris tout ce qui me passe par la tête. Des phrases solitaires, des débuts de chansons, des mélodies.  Et ce matin, j’y ai glissé la photo de « mes papas ».

Je la regarde, pinçant mes lèvres puis bougeant ma mâchoire de gauche à droite  à quelques reprises.  Je les regarde tous, un après l’autre.  Si ça se trouve, il ne figure même pas sur la photo.  Enfin, je tends la photo à Jack de façon tout aussi solennel que lui-même m’avait présenté mon  - notre- contrat.

-   Voilà  mon arbre généalogique à plusieurs racines.  Faut simplement trouver laquelle à été plus vigoureuse que les autres. À toi de jouer Jack Holmes.


-
@ Billy Lighter-


Jimmy's daughter
Revenir en haut Aller en bas
Jack Perry
avatar


Messages : 99
Date d'inscription : 14/02/2017
Age du personnage : 36



MessageSujet: Re: Let's Gamble (And Hope I Won't Lose) [PV Livia][TERMINE]   Ven 17 Mar - 16:41



Let's Gamble ! (And Hope I Won't Lose)
ft. Olivia Cortez


Selon elle, à l'école et à l'extérieur de l'école, ce n'était pas pareil. Elle parlait de ça comme si j'étais jamais passé par là. Bon, j'étais un gars et j'avais probablement pas tout à fait vécu les mêmes choses qu'une jeune fille put y vivre. Mais je suis au courant que l'école est un peu le purgatoire de la vie humaine... N'empêche que ça m'étonnait quand même... Olivia avoir peur de deux ou trois « connasses »... Dieu... le vocabulaire de la gamine était aussi à revoir...

-Je suis sûr que tu t'en sortiras. C'est L.A., ici, pas le Mexique...

J'avais finalement réussi à l'apaiser, semblait-il. Et tellement bien qu'en entendant ma dernière condition, elle avait voulu signer le contrat tout de suite. J'avais un peu calmé ses ardeurs, lui demandant de lire le contrat avant. Elle prit alors le dossier et le mit dans son sac, sans se départir de son grand sourire.

J'en étais alors venu à ce qui semblait la tracasser vraiment : cette photo qu'elle disait avoir et qui représentait son père. J'allais peut-être pouvoir assouvir ma propre curiosité, bien qu'il y avait des chance pour que le gars soit inconnu au bataillon. Juste un gars quoi... et des gars, il y en avait, à L.A. !

Elle prit un carnet et en sortit la fameuse photo, la désignant comme étant son « arbre généalogique à plusieurs racines ». Elle la fit glisser sur le bureau et je tendis le bras pour l'attraper. C'était une photo qui datait et qu'elle avait du passer des heures à manipuler car elle était abîmée. Mais ça ne m'empêcha pas d'écarquiller les yeux en reconnaissant chacune des personnes qui se trouvaient sur la photo. Je m'étais attendu à une photo de classe ou une photo d'équipe de foot ou encore une photo de famille, que sais-je...

Mais pas à ça. Jamais à ça.

La gosse était peut-être beaucoup plus près de son père qu'elle ne le croyait.

Mon regard passa de la fille à la photo et vice-versa un moment. Puis, je reposai la photo à plat sur le bureau, pour qu'on puisse la regarder tous les deux.

-Tu sais combien doit valoir cette photo?

Elle datait probablement de fin 60, début 70... Avant la chute de The Army en tout cas... Et j'y reconnaissais tout les protagonistes : quatre d'entre eux figuraient sur le poster derrière moi, revêtus pratiquement des mêmes vêtements que sur la photo d'Olivia.

-Cette photo est collector. Certains fans donneraient des milliers de dollars pour l'avoir. Je ne l'ai jamais vue avant. C'est pas une photo prise pour la presse. C'est une photo prise en privé. Et tu connais The Army, tu m'as chanté une de leur chanson. Donc...

Je lui désignai les quatre membres du groupe l'un après l'autre en prononçant leurs noms.

-Tu connais au moins Sniper, Sherman, Nuts et Captain. De nom, je veux dire.

Je fis la grimace... Avant d'avoir un regard désolé pour la jeune fille.

-Et tu dois donc savoir que ces trois là ne sont plus de ce monde.

Son père pouvait donc être potentiellement mort. Je soupirai avant de passer aux deux autres hommes, encore très jeunes sur cette photo...

-Lui, c'est Daniele Ricci. Je t'en ai déjà parlé. Il est dans le bureau juste à côté et c'est le manager de Dom... Tu l'as déjà vu ? Tu le reconnais?

Selon moi, il y avait bien moins de chance que Ricci soit le père. La mère d'Olivia était Mexicaine, Daniele était Italien... Aucune chance d'avoir une blonde aux yeux bleus comme résultat et fallait pas être généticien pour arriver à cette conclusion. Ou alors, j'y comprenais plus rien.

Puis, j'en vins au dernier... Non sans me dire que putain... ouais... peut-être bien...

-Et lui, c'est Jimmy Reed.

Je plongeai mon regard dans celui de la jeune fille, me rappelant son comportement à l'anniversaire de mariage, de comment elle faisait ce qu'elle voulait de Holder...

-Tout ce que tu peux voir autour de toi aujourd'hui, dans cette tour, lui appartient. Moi-même, je travaille pour lui. Ricci travaille pour lui...

Mais j'avais une question, moi aussi :

-Où est-ce que tu as eu cette photo, bon dieu?

@ Billy Lighter
Revenir en haut Aller en bas
Olivia Cortez
avatar


Messages : 424
Date d'inscription : 29/01/2017
Age du personnage : 16
Localisation : Ici, et là



MessageSujet: Re: Let's Gamble (And Hope I Won't Lose) [PV Livia][TERMINE]   Ven 17 Mar - 20:04



Let's Gamble (And Hope I Won't Lose)
ft. Jack Perry




Tendre cette photo à Jack  me coûte beaucoup. Non pas que je n’ai pas confiance, bien au  contraire mais  je n’ai jamais vraiment aimé qu’une autre personne que moi  ne la tienne. J’avais veillée sur cette photo comme un véritable Séraphin sur son or.

J’hésite un peu, contorsionnant ma bouche puis je la pose sur son bureau et la lui glisse. Jack  s’allonge le bras et moi, je le fixe, maintenant avide de savoir s’il peut m’en dire plus.

Mais déjà l’expression de son visage change, et ses yeux, magnifiques, passent de la photo à moi, de moi à la photo et ça me torture l’esprit que de ne pas savoir ce qu’il pense.

- Tu sais combien doit valoir cette photo?

- Ce n’est qu’une vieille photo, jaunis et  pliée.  Surement pas quand chose…

- -Cette photo est collector. Certains fans donneraient des milliers de dollars pour l'avoir. Je ne l'ai jamais vue avant. C'est pas une photo prise pour la presse. C'est une photo prise en privé. Et tu connais The Army, tu m'as chanté une de leur chanson. Donc...

- Tu déconne à chi… tu te fou de moi là, pas vrai ?


Ma photo vaudrait des milliers de dollars ? Et puis quoi encore ! Qui aurait laissé traîner une petite fortune dans la poche d’une veste en jeans.  Probablement quelqu’un qui ne savait pas que ça les vaudrait un jour… Mon père, par exemple.

- Tu connais au moins Sniper, Sherman, Nuts et Captain. De nom, je veux dire.

- Ouais… mais donc…

- Et tu dois donc savoir que ces trois là ne sont plus de ce monde.

- Génial, alors il est peut-être mort donc…


C’est chiant être une fille ! Chaque fois qu’une émotion nous passe, on sent les larmes grimpers aux premières loges.  Je grogne intérieurement. Mais non, il ne peut pas être mon, le Bastardo Gringo ! Et cette fois c’est moi qui  le désigne ainsi, ça ne vient pas de l’influence de ma mamita.

S’il est mort, je le déterrerai ! Je le ressusciterai, il entendra ce que je dois lui dire mais il le saura, d’une façon ou d’une autre. Cette pensée me fait frissonner. Je ne peux pas avoir rêvé d’un mort pendant toute ma vie. Je le refuse.

Mais  mamita s’impose dans la tête et je comprends qu’il doit être forcément en vie. Elle, elle le saurait s’il est mort.  Logique. Sinon elle n’aurait jamais  cherché a me dire que Los Angeles c’est le mal. Que mon père ne veut strictement rien savoir de moi, pour les peux de fois ou elle a consentit à me parler de lui. Elle m’aurait simplement dit qu’il était mort et basta ! End of story !

-   Lui, c'est Daniele Ricci. Je t'en ai déjà parlé. Il est dans le bureau juste à côté et c'est le manager de Dom... Tu l'as déjà vu ? Tu le reconnais?

- Oui, mais il est un peu chelou  sur la photo
et c’est vraiment pas facile de ne pas rire, je sais qui il est mais je n’ai jamais fait de lien entre lui d’aujourd’hui et lui de la photo…  Regarde sa tête…   C’est très… très… «  ancien temps » ?

Bon pas si ancien que ça mais le manager des Winter Wolves n’a rien à voir avec  son passé. Selon moi il est beaucoup plus… viril (!) aujourd’hui que sur la photo. Ce doit être le type d’homme qui  est comme le vin. Il  se bonifie avec les années.

Jack continu de scruter la photo et enfin, il me « présente » le dernier gigolo.

- Et lui, c’est Jimmy Reed.

- Enchantée ?  

- Tout ce que tu peux voir autour de toi aujourd'hui, dans cette tour, lui appartient. Moi-même, je travaille pour lui. Ricci travaille pour lui...


- Toutes les fois que j’ai regardé cette photo, Jack. Toutes les fois, pas une seule je n’ai misé sur lui.  Ne me demande pas pourquoi, j’sais pas. Alors, j’fais quoi ? Je vais frapper à la porte de sa grosse maison et je lui dis «  Salut, je suis peut-être ta fille, on va au parc se lancer la balle ? »


Et dieu sait que j’en avais miroité des scénarios de rencontre avec mon paternel. Tous les plans possibles et imaginables je les avais envisagés.  Mai s là que j’avais  possiblement que deux candidats sur ma liste, je ne savais plus du tout ce que je devais faire.

- Où est-ce que tu as eu cette photo, bon dieu ?

- Dans une veste de jeans lui ayant appartenu. C’est le seul truc que ma mère a conservé et que j’ai réussis a garder sans qu’elle ne le balance avec les ordures.  Pourquoi? Ça change quoi la façon dont j’ai  obtenu cette photo?  


Je m’étais levé et contournée le bureau de Jack pour regarder le fameux Jimmy Reed. Franchement, il avait un je ne sais quoi de mignon et oui une certaine – et très légère – ressemblance avec moi.  Mais l’autre, le manager de Dom,  puisqu’il partage le même bureau selon ce que m’a dit Jack quelques instants avant,  il saurait peut-être lequel de ces Messieurs est mon géniteurs, puisque lui-même figure sur la photo.

- C’est quoi la suite Jack ?


@ Billy Lighter


Jimmy's daughter
Revenir en haut Aller en bas
Jack Perry
avatar


Messages : 99
Date d'inscription : 14/02/2017
Age du personnage : 36



MessageSujet: Re: Let's Gamble (And Hope I Won't Lose) [PV Livia][TERMINE]   Sam 18 Mar - 12:21



Let's Gamble ! (And Hope I Won't Lose)
ft. Olivia Cortez


Je n'en revenais pas de cette photo que la jeune fille m'avait tendue. C'était une photo originale, qui n'était jamais parue dans aucun magazine, en tout cas, pas à ma connaissance. Une photo qui pouvait valoir, du coup, des milliers de dollars aux enchères et probablement la seule dans toute la collection de photos de The Army jamais prises où Jimmy Reed figurait au côté de son meilleur ami et de ses poulains. Pas que Reed n'aimait pas les photos, il paraissait dans L.A.People au moins une fois par semaine... Mais ce genre de figuration, en général, il le laissait faire à son pantin, Daryll Rogers qui était patron de BSC faisant fonction (autrement dit, c'était lui qui faisait le job de Reed par procuration)...

C'était ça qui me faisait dire que cette photo-là n'était pas une photo de presse mais une photo prise en privé, à l'une ou l'autre fête, chez Daniele ou chez Reed lui-même... Le photographe devant être l'un ou l'une de leurs proches.

J'avais donc annoncé la valeur de cette image à Olivia qui était bien loin de me croire. Je l'avais brièvement fusillée du regard en la sentant venir avec un langage de charretier et elle s'était reprise pour me demander si je me foutais d'elle. Et j'avais secoué négativement la tête en réponse à sa question. Non, je ne me foutais pas d'elle.

J'avais désigné les membres de The Army à la jeune fille, précisant d'un air désolé que Cap, Sherman et Nuts étaient morts. Et évidemment, l’adolescente réagit au quart de tour, ses yeux devenant humides. Ouais, je pourrais comprendre que ce serait extrêmement frustrant d'avoir fait tout ce chemin pour finalement se retrouver devant une tombe muette qui ne lui donnerait jamais les réponses qu'elle cherchait.

Puis, j'étais passé à Ricci et sa réflexion me fit rire. Elle connaissait Ricci, bien sûr, comme tout le monde, mais elle n'avait jamais reconnu que c'était lui sur la photo. C'était vrai qu'il avait l'air d'un gosse là-dessus.

-Ouais... Mais il était très jeune sur cette photo. Il avait quoi ? 25 ans à tout casser ?

Puis, je lui avais présenté Jimmy Reed... Et je lui avais expliqué qu'elle était, actuellement, les deux pieds dans l'empire du jeune gars aux cheveux blonds sur la photo. Ce à quoi elle me répondit qu'elle n'aurait jamais misé sur lui, je la regardai, perplexe...

-Ta mère ressemble à quoi ? A une vraie mexicaine, si j'ai bien compris... Si je devais me baser sur les maigres connaissances en génétique, il ferait clairement partie des suspects... Avec Captain qui avait les yeux bleus et les cheveux plus ou moins clairs et aussi Sherman qui était blond aux yeux bleus.

Je regardais la photo, concentré...

-Sniper, c'est possible aussi... Mais personnellement, je miserais pas sur Daniele ou Nuts... Pure déduction en fonction de ce à quoi tu ressembles. Sniper a une fille, Jess, elle est blonde aux yeux bleus, vous pourriez clairement être sœurs, alors... Physiquement, je veux dire...

Je pris le dernier numéro de L.A.People qui traînait dans un tiroir, celui de l'édition spéciale du gala des Shermans et l'ouvris à la bonne page pour lui montrer Jess Kurtz.

Elle se demandait ce qu'elle devait faire, du coup... Aller jusqu'à la villa de Reed et frapper à sa porte pour lui annoncer qu'il était le suspect numéro un d'une enquête concernant sa fille... Je secouai négativement la tête...

-Heu... Non... Mauvaise idée.

Je regardai à nouveau chacun des jeunes gars sur la photo...

-En plus, je vois pas comment l'un d'entre eux serait entré en contact avec une mexicaine de l'Eastside...

Sa mère m'avait dit au téléphone qu'elle avait vécu dans l'Eastside, Los Angeles, à une époque... Quand je lui avais demandé pourquoi Olivia pensait que son père se trouvait ici.

Je soupirai... je parlais un peu tout seul, faisant mes réflexions tout haut... Et je lui avais finalement demandé où elle avait eu la photo. Dans une veste ayant appartenu à son père et qu'elle avait réussi à garder. Elle se demandait pourquoi ça avait de l'importance.

-C'est un très bon indice. Voilà pourquoi je te demande.

Je lui rendis alors la photo de ses papas.

-Écoute. Je ne travaillais pas encore ici, à l'époque où cette photo a été prise alors voilà ce que je ferais si j'étais à ta place : vas voir Ricci. Peut-être pas aujourd'hui, je crois qu'il est occupé.

Je lui griffonnai en vitesse le numéro de téléphone du bureau du manager italien avant de lui donner.

-Alors téléphone à ce numéro et prends rendez-vous. Ne t'étonnes pas, tu vas certainement tomber sur sa secrétaire. Mais Ricci, lui, il est sur cette photo, il sait aussi qui était derrière l'objectif pour la prendre parce que, pour ce que j'en sais, ton père peut tout aussi bien être le photographe lui-même...

Je marquai une pause avant d'ajouter, frottant mon menton en pleine réflexion.

-Et si tu as toujours cette veste en jeans, prends-là avec toi quand tu iras voir Ricci. Il sait peut-être à qui elle appartenait.

Je réfléchis encore... Mouais... Pourquoi Daniele accepterait de voir Olivia ?

-Précise que tu viens le voir de ma part.

Je me levai alors, prêt à prendre congé. Avec tout ce que je venais de lui dire, la jeune fille devait ne plus tenir en place : elle avait obtenu un contrat et elle avait une piste à suivre concernant son père...

Je lui tendis la main pour clôturer notre réunion.

-Bonne chance... Et n'oublie pas de lire le contrat. Reviens ici dans deux jours pour la signature officielle, ok?  

@ Billy Lighter











JACK
Revenir en haut Aller en bas
Olivia Cortez
avatar


Messages : 424
Date d'inscription : 29/01/2017
Age du personnage : 16
Localisation : Ici, et là



MessageSujet: Re: Let's Gamble (And Hope I Won't Lose) [PV Livia][TERMINE]   Sam 18 Mar - 17:59



Let's Gamble (And Hope I Won't Lose)
ft. Jack Perry




Bon, donc mon père est potentiellement mort, et j’ai peut-être une sœur. Ça non plus je n’y avais jamais songé.  Non pas que je ne veux pas de frère et de sœurs. J’en ai toute une ribambelle au Mexique mais, mon père, je me le suis totalement et égoïstement approprié.

Je ne l’ai jamais imaginé avec une femme, alors encore moins avec la marmaille qui vient avec.  Alors… cette Jess Kurtz  n’était, et ne serait pas ma sœur.  Aussi simple que ça. Et, sinon, il me reste encore la piste du chef Boyardee et du blondinet milliardaire à explorer.

Cette petite réunion me donne mal au crâne et je commence à avoir de la difficulté à rester en place. Les informations bouillonnent dans ma tête, mais rien ne s’éclaircit. Pourquoi  Jack ne pouvait-il pas simplement me pointer un des visages et me dire «  Voilà, celui-ci est ton père! ».

Je propose d’aller frapper à la porte de Reed mais Jack  me prévient que c’est une mauvaise idée.  Je lève les mains devant moi et les laisse retomber aussitôt en signe de désespoir. Si je ne peux pas entrer directement en contact avec l’un d’entre eux, je dois faire quoi? Attendre de le croiser par hasard dans les rues de L.A. ?

- Où est-ce que tu as eu cette photo, bon dieu ?

- Dans une veste de jeans lui ayant appartenu. C’est le seul truc que ma mère a conservé et que j’ai réussis à garder sans qu’elle ne le balance avec les ordures.  Pourquoi? Ça change quoi la façon dont j’ai  obtenu cette photo?

- C’est un très bon indice. Voilà pourquoi je te demande.  


J’ai très envie de lui demander en quoi la provenance peut être un très bon indice mais je garde ma question pour moi. Pour plus tard. Parfois, c’est utile de pas tout savoir tout de suite…

Je me lève  et contourne le bureau de Jack avant de m’appuyer dessus, à ses côtés  alors qu’il me redonne ma photo.  Je la tiens entre mes doigts mais à mes yeux, elle n’a plus du tout la même signification.

- Écoute. Je ne travaillais pas encore ici, à l'époque où cette photo a été prise alors voilà ce que je ferais si j'étais à ta place : vas voir Ricci. Peut-être pas aujourd'hui, je crois qu'il est occupé.

- J’attends depuis seize ans, tu crois qu’une journée de plus fera une si grande différence ?

- Alors téléphone à ce numéro et prends rendez-vous. Ne t'étonnes pas, tu vas certainement tomber sur sa secrétaire. Mais Ricci, lui, il est sur cette photo, il sait aussi qui était derrière l'objectif pour la prendre parce que, pour ce que j'en sais, ton père peut tout aussi bien être le photographe lui-même...


Et voilà, on repart pour un tour ! Mon père est peut-être le photographe.  Ou alors un de leur amis, le cousin du voisin de la sœur du frère d’un de leur amis… Et la photo s’est retrouvé dans la poste de la veste de jeans de l’amant de ma mère et puis voilà !  Au final, Jack vient de me faire comprendre que je cherche une aiguille dans L.A.

Je prends le bout de papier et sans même y jeter un œil, je le glisse dans ma poche. Je suis contrariée, déçue, même.  

Jack me conseil de prendre la veste de jeans avec moi quand j’irai voir  Ricci. Maigre lueur d’espoir mais bon, je lui fais confiance maintenant, alors je ferai comme il me dit. Il ajoute, alors que je  regagne le devant de son bureau pour récupérer mon sac, de préciser que je viens de sa part.

- Bonne chance… Et n’oublie pas de lire le contrat. Reviens ici dans deux jours pour la signature officielle, ok?

- D’acc !  Dans deux jours, même heure. J’vais être là !


Jack me tend la main et, comme   j’sais pas trop quoi en faire, je lui en tape  cinq. Je balance mon sac sur mon dos une fois ma précieuse photo rangée et je salut une dernière fois Jack avant de quitter son bureau.

Je referme la porte derrière moi et je regarde sur la gauche, le bureau de Ricci. Peut-être que demain… j’en saurai plus !


@ Billy Lighter


Jimmy's daughter
Revenir en haut Aller en bas
Jack Perry
avatar


Messages : 99
Date d'inscription : 14/02/2017
Age du personnage : 36



MessageSujet: Re: Let's Gamble (And Hope I Won't Lose) [PV Livia][TERMINE]   Dim 19 Mar - 18:28



Let's Gamble ! (And Hope I Won't Lose)
ft. Olivia Cortez


J'ai bien conscience, alors que je réfléchis tout haut en regardant cette fameuse photo, que je n'aide pas la jeune fille qui est venue se poster à côté de moi pour regarder avec moi par dessus mon épaule. Je pense que je fais même pire parce qu'elle n'a pas l'air d'avoir imaginé toutes les possibilités, y compris celle que son père ne figure pas sur la photo, mais soit celui qui l'a prise. Et, pour ce que j'en sais, ça pourrait être aussi tout un tas d'autres personnes.

Et même s'il figure sur la photo, parmi ceux que je pourrais soupçonner avoir engendré Olivia, ça reste pas glorieux quand même : soit, son père est mort, soit il marine dans la misère de l'Eastside depuis 10 ans, soit... Soit c'est Jimmy Reed.

Je lui rends la photo et je vois dans ses yeux que je ne peux pas la laisser comme ça. Alors, je la redirige vers Ricci. Si quelqu'un doit savoir quelque chose, c'est Ricci... Et il est quand même plus accessible que Reed. Je ne pensais pas que Reed recevrait Olivia, quoi qu'il arrive.

Quant à Sniper, je n'avais aucune idée d'où il était. Alors que Ricci était dans le bureau juste à côté.

Je lui donnai quelques conseils avant de me lever pour prendre congé et lui souhaiter bonne chance. Je lui donnai deux jours pour lire le contrat et prendre sa décision finale.

Elle promit d'être là et je lui souris.

Elle reprit ses affaires avant de disparaître, fermant la porte derrière elle.

Avec le sentiment d'être épuisé, je me laissai retomber dans mon siège. Je frottai brièvement mes yeux avant de carrément laisser tomber ma tête sur mes bras croisés sur le bureau. Heureusement, la journée au bureau était presque finie. Après quelques minutes, je décrochai le téléphone et composai le numéro de Natacha.

Je tombai sur le répondeur, le contraire m'aurait étonné. Je laissai donc un message.

-Nat', c'est Jack. Tu vas être fière de moi : je viens probablement de faire une grosse connerie. Je vais aller manger au Canter's Deli, ce soir. Alors si le cœur t'en dit de fêter ça et d'assouvir ta curiosité que je vois venir d'ici, rejoints-moi là-bas à 19:00. Fais pas de bêtises.

Puis, je raccrochai, avant de laisser retomber ma tête entre mes bras et soupirer un bon coup.

@ Billy Lighter











JACK
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: Let's Gamble (And Hope I Won't Lose) [PV Livia][TERMINE]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Let's Gamble (And Hope I Won't Lose) [PV Livia][TERMINE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» La loi Hope, est-ce une solution? et IT?
» Le Congres americain pourrait adopter le HOPE
» • I hope that tomorrow will be better
» Le HOPE, une bouffée de gaz carbonique pour l’économie ?
» 01. Only Hope • Dakota (terminé)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: L.A Rocks :: Downtown :: Brown Sugar Corp. building-