AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 I Know Where You Live [PV Sonne][TERMINE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
River Moriarty


Messages : 205
Date d'inscription : 12/06/2014
Age du personnage : 24
Localisation : Nowhere

Who Am I?
Birth place: Troy (Michigan)
Je suis: dangereux mais amusant.
Song: Alice Cooper - Dangerous Tonight


MessageSujet: I Know Where You Live [PV Sonne][TERMINE]   Dim 23 Avr - 17:52



I Know Where You Live
ft. Sonne Ferguson


Il faisait chaud et plein soleil à L.A. aujourd'hui, un temps à rester cloîtré dans mon appartement car ma peau trop blanche ne pouvait pas être exposée à toute cette lumière écrasante. Depuis le début de l'été, j'étais pratiquement contraint et forcé de vivre à l'inverse de la race humaine, intrinsèquement diurne. Je ne sortais qu'une fois que le soleil commençait à décliner.

Ce ne fut donc qu'à 20 heures que je pointai mon nez dehors, évaluant où la course de l'astre solaire en était, comme un vampire. Le ciel se teintait doucement d'une teinte sanguinolente et je souris, satisfait. J'en avais marre de rester enfermer et ça me rendait nerveux.

Ces derniers temps, attendant toujours d'être contacté par MTI au sujet du clip de The Lightening, Henri, mon agent, m'avait dégoté un rôle dans un film d'épouvante plutôt prometteur, pas une série B. Il lui était très facile de me trouver ce genre de rôle, allez savoir pourquoi... Il y avait des tas de réalisateurs qui étaient demandeurs, mais je ne prenais que les scénarios les plus réalistes, ceux qui me permettraient de penser moi-même que c'était vrai.

Pour me rendre, en semaine et en journée au studios, j'étais obligé de faire le chemin en sweater à capuche et lunettes de soleil comme si nous étions en plein hiver, ce qui faisait que je souffrais deux fois plus de la chaleur, jusqu'au moment où je me retrouvais dans la climatisation bénie des studios. Heureusement, ce genre de films comportaient une majorité de scènes nocturnes, ce qui n'était pas pour me déplaire, ne serait-ce que physiquement parlant.

Mais aujourd'hui, nous étions samedi et donc, pas de tournage. Pas de tournage, pas de défouloir qui me permettait de passer le reste de ma journée relativement serein. Et je sentais que j'avais les pieds qui mordaient sur la ligne d'une limite invisible. Invisible mais bien réelle. Et si je la franchissais...

Je secouai la tête et, dans mon champ de vision, le soleil qui mourrait à l'horizon en laissant une traînée sanglante revint, attirante. Je sortis de l'immeuble pour marcher... Pour me fatiguer, mes grands yeux trop fixes alors que l'ennui faisait divaguer dangereusement mes pensées.

Mes pérégrinations me menèrent de Hollywood à Beverly Hills, avec un peu d'aide du métro dans lequel une jeune femme avait croisé mon regard. Me reconnaissant, elle avait souri et s'était contentée d'un petit signe de la main que je lui avais rendu. Puis il m'avait été impossible de détacher mes yeux d'elle, la fixant littéralement, m'imaginant lui faire un tas de choses qui allaient des plus douces aux plus douloureuses.

Elle avait fini par descendre du métro avec une expression de malaise.

Ce qui me sauvait, c'était que les gens croyaient que le problème venaient d'eux, parce qu'ils m'avaient trop vu dans des rôles bizarres et se persuadaient au fond d'eux que je n'étais pas comme dans les films, mais que mon regard était juste un peu dérangeant.

Arrivé à Beverly Hills, je sus où je pouvais aller. Cela faisait un moment que je n'avais pas vu Axel ou qu'il ne m'avait pas téléphoné. En réalité, notre dernière rencontre datait de l'émeute lors de la tournée de The Lightening.

Autant aller lui demander s'il m'évitait...

Je savais où il habitait. Il me l'avait dit, un jour, et j'avais retenu l'adresse. J'y étais déjà allé, mais chaque fois, il était absent. Ça ne m'avait pas empêché de faire le tour de l'habitation par l'extérieur et de me poser un peu dans le jardin à l'arrière.

Ce fut donc naturellement que j'allai directement à l'arrière de la villa, les mains dans les poches, à pas de loup. Je souhaitais surprendre mon cousin, tel un prédateur...

Arrivé à l'arrière, je constatai qu'une lumière ténue filtrait à travers la porte-fenêtre donnant sur la terrasse. Mais je n'entendais rien : pas de bruit de conversation. Pas plus que je ne percevais de mouvement à l'intérieur. Je m'approchai donc et m'amusai de voir que la porte-fenêtre était basculée, probablement à laisser s'évacuer la lourde chaleur de L.A.

Doucement et sans bruit, je passai ma main dans l’entrebâillement et attrapai la poignée intérieure pour ouvrir complètement la porte. Je pénétrai dans la villa, tous mes sens éveillés. Puis, je fermai les yeux pour mieux entendre. Venant de l'étage, je pouvais entendre de l'eau couler, comme dans une baignoire et une radio allumée diffusait doucement de la musique, provenant également d'en haut...

Rouvrant les yeux, je pris l'escalier et montai. Je trouverai probablement Axel à l'étage, occupé à la salle de bain et il me tardait de voir sa tête quand il verrait que j'étais arrivé sans peine aucune jusque-là.

Mais alors que je progressais dans le couloir richement décoré qui menait à la salle de bain, me fiant au bruit, je passai devant une pièce dont la porte était entrouverte et d'où sortaient les exclamations plus ou moins articulées de ce qui me semblait être un enfant.

Je souris et changeai de trajectoire, poussant la porte pour l'ouvrir complètement. Debout dans son lit-cage, un enfant essayait d'attraper les petits personnages du module au-dessus de lui. Je m’approchai alors qu'il se désintéressait totalement de son jouet pour me regarder avec toutes les interrogations du monde dans ses yeux.

Puis, comme s'il me reconnaissait, il tendit les bras vers moi. Je le pris par dessous les aisselles et le soulevai pour mettre ses yeux au niveau des miens.

-Qui t'es, toi ?

Avec sa touffe de cheveux roux, il ne ressemblait pas du tout à Axel. Et j'étais sûr et certain de ne pas m'être gouré de baraque.

Et là, son regard se planta dans le mien et ce fut comme s'il n'était plus du tout sûr de m'avoir reconnu, comme s'il avait remarqué que quelque chose clochait. J'eus un sourire sadique en voyant le visage interrogateur de l'enfant se transformer en une grimace qui annonçait que les sanglots n'étaient pas loin.

Et il se mit à hurler.

@ Billy Lighter




dangerous tonight
I'm dangerous like a razorback. Deadly like a heart attack. Well, I don't bend and I don't crack. Dangerous tonight... ©️ Alice Cooper
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sonne Moriarty


Messages : 455
Date d'inscription : 12/11/2016
Age du personnage : 22
Localisation : All around the world

Who Am I?
Birth place:
Je suis:
Song:


MessageSujet: Re: I Know Where You Live [PV Sonne][TERMINE]   Lun 24 Avr - 2:38



I Know Where You Live
ft. River Moriarty




La température avait grimpé en flèche depuis deux jours à Los Angeles rendant tout le monde un petit peu plus irritable que d’habitude.  Tous cherchaient un petit coin d’ombre pour profiter d’un  petit répit ou encore, faisaient des pieds et des mains pour avoir accès à n’importe quelles boutiques, restaurants, grocery offrant la climatisation.  

La villa d’Axel, ou devrais-je dire la notre,  n’échappait pas aux caprices de Dame Nature. Alan était plus pleurnichard, ne sachant trop comment exprimer son exaspération face à la chaleur et, pour la première fois depuis le début de notre courte histoire, Axel et moi avions eu quelques mots plus ou moins agréables. Rien d’alarmant, uniquement des ajustements qu’il fallait faire à un moment où a un autre…

Ce soi-là, d’ailleurs, il avait seulement prévenu qu’il rentrerait tard et que je ne devais pas me sentir obligée de l’attendre. J’ignorais  ce qu’il faisait et avec qui il traînait.  Mais je n’avais pas envie de revivre les mêmes erreurs que dans ma précédente relation alors même si  je vivais difficilement  les heures en son absence, je choisissais de lâcher prise et de lui faire confiance.

J’avais fini la vaisselle et baigné Alan. L’eau l’avait rafraîchit et calmer avant que je ne lui donne son  dernier biberon du soir et que je ne le borde dans son petit lit de bébé.  J’avais remonté son  mobile et les petites peluches  suspendues tournaient doucement au son d’une berceuse.

J’avais laissé la porte entrouverte avant de quitter la pièce sur la pointe des pieds et descendu au premier, me verser un verre de vin amplement mérité que je savourais bien installé sur un transat de la terrasse.

Pas besoin d’avoir une horloge interne pour savoir que l’heure tournait et toujours sans nouvelle d’Axel, je décidais de rentrer. La différence de température entre l’extérieur et l’intérieur était présente. La chaleur du jour avait bien envahit la maison alors que l’extérieur  se rafraîchissait de quelques degré, Pas assez pour laisser croire que la canicule tirerait sa révérence mais au moins pour permettre de laisser quelques fenêtres ouvertes aérer.

Je verrouillais la porte de la terrasse et après avoir fait le tour de la maison pour éteindre les quelques lumière, sauf celle du hall, je montais à l’étage prendre une bonne douche froide. Rien de tel pour remettre les pensées en place.

Je pressais une bonne quantité de shampooing dans la paume de ma main et frottais partout mon cuire chevelue pour faire mousser abondamment. Les doux effluves de vanille et fraises envahirent la salle de bain et je me surpris même  à fredonner sous la douche.

C’est presque à contre cœur que je tournais le robinet d’eau. Je serais bien resté là toute la nuit !

Je posais un pied sur le tapis de bain puis l’autre et enfin j’attrapais une serviette que j’enroulais autour de mes cheveux puis une autre autour de mon corps.  Par la fenêtre entre ouverte, je pouvais entendre le chant des grillons qui s’en donnait à cœur joie, Doux contraste quand, le jour, en général, je n’entends que les klaxons des voitures depuis la fenêtre de mon bureau chez BSC.

Je remarquais que rien ne semblait avoir changé au premier étage. Pas de lumières allumées, sauf celle que j’avais laissée. C’était donc dire qu’Axel n’était toujours pas de retour.  Mais en passant devant la chambre d’Alan, je constatais qu’elle était complètement ouverte.  Le petit se serait-il réveillé et j’allais trouver Axel entrain de le bercer ?

De plus en plus il commençait à avoir ce genre de gestes envers mon fils. Axel faisait vraiment son maximum afin que les choses fonctionnent bien et pour tout le monde. Je regrettais de m’être emporté plutôt avant le dîner en lui reprochant ses nombreuses  sorties le soir. Souvent il restait plus tard le matin à la maison pour me permettre d’être moins pressée avant d’aller bosser. La nounou  ayant quelques ennuies de santé,  il avait fallu revoir la coordination de nos emplois du temps.  

J’allais lui demander pardon. Lui dire que je devais être plus conciliante et  reconnaissante de tout ce qu’il sacrifiait depuis  que j’avais fait de lui un amoureux à temps pleins.

Il était bien là, devant le berceau  de mon fils, le tenant  devant son visage.  Je sourcillais devant cette scène plus qu’étrange et j’avançais un peu plus – jusqu’à la table à langer – pour y allumer la petite lampe. J’éviterais un choc avec une luminosité trop intense qu’aurait propagé le plafonnier.

L’homme qui tenait mon bébé et qui venait de provoquer les sanglots de mon fils n’était pas Axel.  Mon cœur s’emballa alors que je découvrais  son visage. Un regard bleu clair, une peau diaphane, une mâchoire sévère.

Jamais je ne parvins à oublier  cet homme. Je croyais cependant qu’il n’existait que dans mes rêves.  Qu’il était le fruit de mon imagination.  J’avais fini par me convaincre que même le moment où je l’avais heurté accidentellement  au centre commercial avait été  rien d’autre qu’une fiction créé de toute pièce pas mon cerveau.

Mais il se tenait là. Tenant mon fils devant lui, comme s’il examinait une pièce de viande à griller.

- Ne…touche…pas…mon…bébé !, articulais-je lentement avant de foncer sur lui  pour le lui prendre.


@ Billy Lighter
Revenir en haut Aller en bas
avatar
River Moriarty


Messages : 205
Date d'inscription : 12/06/2014
Age du personnage : 24
Localisation : Nowhere

Who Am I?
Birth place: Troy (Michigan)
Je suis: dangereux mais amusant.
Song: Alice Cooper - Dangerous Tonight


MessageSujet: Re: I Know Where You Live [PV Sonne][TERMINE]   Lun 24 Avr - 12:48



I Know Where You Live
ft. Sonne Ferguson


Les sanglots puis les hurlements du bébé avaient masqué le bruit des pas de sa mère qui s'était introduite dans la chambre, par derrière moi. Mais quand la lumière s'alluma, je me retournai brusquement, tenant toujours l'enfant à bout de bras. Il se passa une... deux... trois secondes avant que la jeune femme, vêtue d'un drap de bain sur la tête et autour de son corps nu, ne retrouve un tant soit peu de contrôle par dessus la terreur qui semblait l'avoir possédée quand elle m'avait aperçu.

Et elle serait probablement resté bloquée comme ça bien plus longtemps, à me regarder de ses yeux clairs et exorbités, si je n'avais eu son enfant entre mes mains trop blanches. Elle finit par ouvrir la bouche et je pris tranquillement le temps de prendre contre moi, sur un seul bras placé en dessous de ses fesses déformées par son lange, le petit garçon roux, libérant un de mes bras. D'une voix constituée d'un mélange de fureur et de terreur, elle articula lentement. On aurait dit un chat en train de feuler.

Déjà, mon cœur battait plus fort et je salivais d'un plaisir que mon regard ne pouvait dissimuler. J'étais dans une situation où je me sentais extrêmement bien, avec cette magnifique impression que ma force se décuplait. Cette impression d'être invincible et ce, même si le gosse me vrillait le tympan en hurlant dedans.

La fille fonça sur moi, comme une furie. Confiant au possible, je me plaçai un peu plus de profil, mettant l'enfant du côté opposé à celui vers lequel elle fonçait et tendis le bras brusquement. Tout ça se passa en un quart de seconde et dans ma tête, je me voyais déjà l'attraper directement à la gorge et me mettre à serrer.

Mais non. Elle arriva trop vite, avec trop de propulsion. Et quand je sentis ma main glisser sur son cou, j'eus comme premier réflexe de l'esquiver à la place, la laissant s'encastrer dans le lit-cage du petit.

Je m'en sortais pas mal et repris un peu de distance face à la maman en colère. Mais j'avais toujours le contrôle, parce que j'avais toujours le môme criaillant et impuissant sur mon bras, contre moi.

Le temps que la fille se remette de sa collision avec le lit en bois du gamin, je m'adressai à celui-ci en souriant de toutes ma dentition aux canines proéminentes.

-Oohhh... On dirait que maman est pas contente...

Mes yeux dans ceux du petit, il s'arrêta instantanément de pleurer pour prendre une expression terrorisée. Un véritable soulagement pour mon oreille, sans perdre le plaisir de le voir flipper à mort. Puis, je me tournai vers sa mère, marchant de long en large comme un prédateur tourne autour de sa proie, mais aussi pour rester simplement en mouvement au cas où elle essayerait d'attaquer encore.

-Où est Axel ? C'est lui que je suis venu voir...

Je souris, mauvais à la jeune femme dont le drap de bain qui dissimulait sa nudité à mes yeux menaçait de tomber, découvrant déjà une bonne moitié de sa poitrine, juste à la limite de ses tétons.

-Je suis de la famille... Toi, tu es quoi ?

Rien n'était vraiment sûr, ce n'étaient que les spéculations d'Axel et s'il avait pu éclaircir ses doutes entre temps sur notre lien de parenté, il n'avait pas encore eu l'occasion de me mettre au courant.

Puis, souriant à nouveau au gosse grimaçant, mais maintenant silencieux, tout en le berçant.

-Qui sait ? Je suis peut-être ton tonton River!

@ Billy Lighter




dangerous tonight
I'm dangerous like a razorback. Deadly like a heart attack. Well, I don't bend and I don't crack. Dangerous tonight... ©️ Alice Cooper
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sonne Moriarty


Messages : 455
Date d'inscription : 12/11/2016
Age du personnage : 22
Localisation : All around the world

Who Am I?
Birth place:
Je suis:
Song:


MessageSujet: Re: I Know Where You Live [PV Sonne][TERMINE]   Mar 25 Avr - 3:14



I Know Where You Live
ft. River Moriarty




J’étais complètement figée par la peur, ne comprenant pas ce que faisait l’homme de mon cauchemar debout dans la nurserie, tenant Alan à bout de bras. Cependant, il était hors de question qu’il  s’en prenne à mon fils; pas tant que je serais vivante.

Et étrangement, dans ma tête, j’accuse Axel de cette intrusion domiciliaire. S’il avait été à la maison au lieu de je-ne-sais-où à faire je-ne-sais-quoi, il aurait su agir. Neutraliser l’intrus et nous protéger. Mais il n’était pas à la maison ce soir là.

Je ne voyais d’autres solutions que d’agir par moi-même, même si mes chances contre un homme de cet acabit étaient pratiquement nulles. Je m’élançais  vers lui avec la ferme intention de lui prendre mon fils des mains mais il tendit le bras au même moment ou j’arrivais à sa hauteur et vînt frapper, ou plutôt c’est ma gorge qui vînt heurter la paume de sa main et je m’écrasais contre le lit à barreaux avant de m’effondrer sur le sol, le souffle complètement coupé.

- Oohhh… On dirait que maman est pas contente…

Je toussais, je râlais. L’air peinait à passer comme il faut dans ma gorge. Je voyais de petits points blancs danser devant mes yeux. Je ne relevais pas la immédiatement la tête, cherchant à reprendre mes esprits pourtant, je sais qu’il va et vient devant moi dans la chambre.  

- Où est Axel ? C’est lui que je suis venu voir…

- Ax…Axel ?


Pourquoi… que lui voulait-il ? Qui était-il ? Et c’est là que les mots de mon amie Sélène revinrent dans ma tête aussi clairement que si elle venait de me les murmurer à l’oreille.

" Vous dites ne pas faire de mal à une mouche. Pourtant vous semblez être bien au courant des stars qui veulent se venger. Et d'après vos dires, vous n’êtes pas le plus aimé des journalistes. Sonne n'a rien à craindre de vous, mais des autres? Et Alan?"

Ça ne peut être que ça. Cet homme était ici pour se venger des mots d’Axel et c’était moi et Alan qui allions payer. Je me relevais lentement, tenant tant bien que mal ma serviette en place, celle de mes cheveux ayant déjà perdu le combat.

- Axel n’est pas ici…  Allez-vous-en !

Bien entendu, il ne me répondit pas immédiatement.  Je ne le quittais pas du regard. S’il devait avoir le moindre geste envers Alan, je n’hésiterais pas une seule seconde, quitte à y laisser ma peau.

- Je suis de la famille… Toi, tu es quoi ?

- Je suis sa petite amie… Tu n’es pas de la famille… Tu es ici pour te venger, ou je ne sais quoi…mais de la famille ne s’en prendrait pas à nous !


Il mentait ! Axel ne m’avait jamais parlé de frère ou de famille vivant ici à Los Angeles. Alors il mentait.  Il cherchait à gagner du temps, faire durer la torture ou je ne sais quoi. Je fis quelques pas en sa direction, tendant un bras pour lui faire comprendre de me redonner mon fils.

- Qui sait ? Je suis peut-être ton tonton River !

- Alors sois un gentil tonton… donne moi mon fils je t’en supplie !



@ Billy Lighter
Revenir en haut Aller en bas
avatar
River Moriarty


Messages : 205
Date d'inscription : 12/06/2014
Age du personnage : 24
Localisation : Nowhere

Who Am I?
Birth place: Troy (Michigan)
Je suis: dangereux mais amusant.
Song: Alice Cooper - Dangerous Tonight


MessageSujet: Re: I Know Where You Live [PV Sonne][TERMINE]   Mar 25 Avr - 18:27



I Know Where You Live
ft. Sonne Ferguson


La main que j'avais tendue vers elle pour l'attraper à la gorge avait dérapé, mais non sans cogner convenablement sur sa trachée, lui rendant ensuite, alors qu'elle s'écroulait après avoir percuté le lit, la respiration difficile. Le choc contre sa gorge combiné à la peur faisait un cocktail détonnant qui l'envoya directement à terre alors que moi, je tenait toujours l'enfant dans mes bras, sans cesser de bouger et ne la quittant des yeux que pour m'adresser au minuscule rouquin.

Je lui annonçai que je voulais voir Axel et sa réponse me donna l'impression qu'elle essayait de me faire croire qu'il n'y avait pas d'Axel ici. Mes yeux bleus clairs se fixèrent à nouveau sur elle avec un air mauvais. Parce que je savais que je ne m'étais pas trompé d'endroit et qu'elle me donnait l'impression de vouloir m'avoir par la ruse.

Mais après quelques secondes où la seule chose que j'entendis fut sa respiration rauque et difficile, elle reprit la parole, sur de meilleures résolutions, apparemment. Plutôt que de faire comme si elle ne connaissait pas Axel, elle affirma que le journaliste n'était pas ici. Mais là n'était plus vraiment la question maintenant. J'étais déjà passé à autre chose : à savoir ce qu'elle foutait ici.

Elle voulait que je m'en aille ? Je la regardai avec de grands yeux aussi clairs que surpris, presque choqué.

-Je suis légitime ici. Mon nom est sur la sonnette.

Comme je le lui disais : j'étais de la famille. Elle, je ne savais pas ce qu'elle était. C'était pour ça que je lui demandai. Et quand elle affirma qu'elle était la petite amie d'Axel, mes yeux brillèrent d'un éclat diabolique. Soit elle me mentait... Soit Axel LUI mentait. Parce que j'avais vu ce qu'aimait vraiment Axel, au détour d'un couloir, en pleine nuit, lors d'une fête à la villa Ricci.

Et à cette idée, j'éclatai d'un rire tellement mauvais que le môme recommença à sangloter doucement, comme s'il avait peur de pleurer trop fort.

Et mon rire ne fit que croître, tant en malice qu'en volume, quand elle affirma que la famille ne leur ferait pas de mal à eux.

Puis, j'arrêtai de rire, d'un coup, la fixant à nouveau et parlant d'une voix doucereuse.

-Dis-moi que ta famille ne t'as jamais fait de mal. Jure-le. Vas-y.

Ma mère à moi ne m'avait jamais regardé dans les yeux.

Puis, m'adressant à l'enfant, le regardant à son tour dans ses petits yeux effrayés.

-Hein, dis, bébé... Tu ressembles pas à mon cousin Axel, toi, hein? Alors où est ta vraie famille, bébé ?

La jeune femme s'était relevée, ne se souciant que de son enfant et rien d'autre, pas même de son corps pratiquement à découvert.

Elle approcha, lentement, de quelques pas et je reculai du même nombre, gardant le gosse hors de sa portée. Parce que je lui avais posé une question, au bébé... Et le bébé ne répondait pas. Et je ne le lâcherai pas avant qu'il ait répondu.

Et, d'un coup, alors que la fille tentai encore un pas pour se rapprocher, je hurlai brusquement à la tronche de l'enfant, tous mes muscles contractés. J'étais en train de perdre les pédales, lentement, mais sûrement. Parce que dans ma tête, mon plan avait été de tomber sur Axel, de parler avec lui... Je m'étais préparé à ça, faisant mon petit scénario dans ma tête. Mais Axel n'était pas là... Et il n'y avait plus de plan.

-REPONDS-MOI!

@ Billy Lighter




dangerous tonight
I'm dangerous like a razorback. Deadly like a heart attack. Well, I don't bend and I don't crack. Dangerous tonight... ©️ Alice Cooper
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sonne Moriarty


Messages : 455
Date d'inscription : 12/11/2016
Age du personnage : 22
Localisation : All around the world

Who Am I?
Birth place:
Je suis:
Song:


MessageSujet: Re: I Know Where You Live [PV Sonne][TERMINE]   Mer 26 Avr - 17:15



I Know Where You Live
ft. River Moriarty





J’avais très mal à la gorge. Il ne m’avait pas manqué ou alors était-ce moi qui avais chargé trop vite, trop fort sur lui et m’était bêtement auto étouffée ? Quoi qu’il en soit, je peinais à retrouver mon souffle et à garder mon sang froid.  Je réfléchissais à toute vitesse essayant de faire des liens entre  ce qui expliquerait la présence de l’homme qui m’avait hanté l’espace d’une nuit mais marqué l’esprit pour la vie et Axel.

Je pouvais lire la peur sir le visage de mon fils et ça, c’était pire que tout le reste. Je me relevais péniblement prenant appuis sur le lit à barreaux et e tentais un pas, puis deux vers lui. Qu’il vole ce qu’il voulait, il pouvait tout détruire tout massacrer s’il en avait envie mais qu’il me redonne mon fils !

-  Je suis légitime ici. Mon nom est sur la sonnette.

- Je…vous…demande pardon ! Axel ne m’a jamais parlé de vous…


Je ne savais  que dire d’autre. De toute façon c’était la stricte vérité. Axel ne m’avait jamais parlé de qui que ce soit de s famille a l’exception de ses parents et je doute qu’il l’aurait fait si ces derniers n’étaient pas atterris ici à l’improviste le soir de mon emménagement avec lui ici.

Parler me ferais peut-être gagner du temps ou le distraire et je réussirais peut-être à  lui prendre Alan des bras. C’était mon unique préoccupation.  Je lui disais que la famille n’agissait pas ainsi, la famille ne s’en prendrait pas à nous, du moins pas au bébé puisque j’avais été victime des sous entendu à peine voilés de la mère d’Axel.

Il porta sur moi un regard brillant de malice, de démence. Puis il éclata d’un rire cynique qui trouva écho aux quatre coins de la pièce, faisant éclater Alan en pleurs effrayés. Mon fils hurlait de peur entre les mains de l’intrus, le désespoir s’emparait de moi.

- Dis-moi que ta famille ne t’as jamais fait de mal. Jure-le. Vas-y.

- Je le jure !!! JE LE JUUUUUURE !
, lui hurlais-je.

Et c’était vrai. Ma famille à proprement parlé ne m’avait jamais battue. Je n’avais pas le moindre souvenir de ma mère mais celui qui m’avait servi de père n’avait jamais levé la main sur moi. C’était une loque humaine, un alcoolique fini. Mais jamais il n’avait été violent physiquement ou verbalement envers moi.

- Hein, dis, bébé… Tu ressembles pas à mon cousin Axel, toi, hein ? Alors où est ta vraie famille, bébé ?

- Il… me ressemble. C’est tout… Faut pas chercher plus loin.


Tentais-je  en m’avançant encore très lentement. Tellement lentement que j’aurais reculé ça aurait été plus vite.  Seulement lui, il recula et je ne voyais plus Alan, caché par le profil de l’homme.

- Donne le moi…  j’t’en pris… Il a peur ! Ce n’est qu’un bébé !

Je suppliais maintenant, prête à n’importe quoi pour qu’il laisse mon fils tranquille. Je ne voyais aucune issu positive pour moi et mon fils alors je n’avais rien à perdre.  J’approchais encore, puis encore. Je ne savais pas si l’homme me voyait toujours. Il semblait plongé dans un délire si profond qu’il  hurla à mon fils, le sommant de lui répondre.

- C’n’est qu’un bébé ! Pitié… Il ne sait pas parler !!!

Je pleurais tout autant qu’Alan maintenant, mon sang glacé dans mes veines et mon cœur battant difficilement sous l’angoisse du moment.  Mais pourquoi Axel avait-il dû quitter la maison ce soir ? Pourquoi ne m’avait-il pas dit qu’il avait un cousin psychopathe qui aimait torturer les femmes et les bébés ?

- Donnez moi mon fils... je vous dirai où trouver Axel…

Le marchandage… La dernière option.


@ Billy Lighter
Revenir en haut Aller en bas
avatar
River Moriarty


Messages : 205
Date d'inscription : 12/06/2014
Age du personnage : 24
Localisation : Nowhere

Who Am I?
Birth place: Troy (Michigan)
Je suis: dangereux mais amusant.
Song: Alice Cooper - Dangerous Tonight


MessageSujet: Re: I Know Where You Live [PV Sonne][TERMINE]   Ven 28 Avr - 13:54



I Know Where You Live
ft. Sonne Ferguson




-Tu mens.

Elle jurait que sa famille ne lui avait jamais fait de mal. Et pourtant, je sentais à son comportement, à ses réactions, qu'elle savait ce que prendre des coups signifiait. Elle avait des automatismes pour réagir à la violence et ils s'étaient enclenchés dès que la douleur avait éclaté dans sa gorge. Et le premier de ces réflexes acquis avait été de me dire exactement ce que je voulais qu'elle dise, d'accéder à toutes mes requêtes dans l'espoir qu'en retour, je fasse de même.

Et elle n'avait qu'une seule et unique requête : que je lui rende ce que je lui avais pris. Mais je ne comptais pas le faire. Je voulais jouer avec.

L'enfant n'avait pas les cheveux noirs des Moriarty. La fille affirma que c'était parce qu'il lui ressemblait.

-Ça explique son air pathétique.

Je souris en la regardant. Je longeai les murs lentement, restant en mouvement et obligeant la jeune femme à tourner sur elle-même, cherchant à la désorienter. Ses yeux étaient exorbités de terreur et mouillés de larmes. Bientôt, je pourrai entendre ses sanglots. Mais je cherchais encore les boutons sur lesquels appuyer, je tâtonnais, conscient des limites... Conscient des traces que je ne pouvais pas laisser... Si ce n'était dans l'esprit de la femme et de l'enfant.

Je lui dissimulais sa progéniture, mon corps faisant rempart entre elle et l'objet de sa convoitise. Mais je ne pouvais plus reculer, limité par les murs de la pièces.

Puis, je m'adressai à l'enfant, quittant des yeux sa mère. Je voulais savoir d'où il venait, je voulais savoir qui il était pour Axel ! Je ne voulais pas croire qu'il était un Moriarty. Moi, j'étais un Moriarty ! Et Axel était le seul à me voir comme tel ! Axel était le seul à savoir ! Hors de question qu'un morpion prenne ma place.

Je tenais déjà le minuscule rouquin responsable du fait que je n'avais pas été en contact avec Axel depuis un bail.

Je hurlai alors sur le gosse qui se mit à hurler à son tour, mais ce n'était pas une réponse satisfaisante. Il n'y avait rien d'articulé dans ses hurlements. J'entendis la jeune femme à moitié nue dire qu'il ne savait pas parler, que si je lui rendais ce que je lui avais pris, elle me dirait où était Axel. Mais pourquoi je voudrais Axel quand j'avais trouvé bien mieux ? Et brusquement, mon regard se braqua à nouveau sur la fille, froid, mais pas vide. J'étais furieux.

-Axel... Je ne veux pas Axel.

La sueur dégoulinait le long de mon visage et trempait mon t-shirt noir qui collait à mon torse, mais ce n'était que parce que je souffrais de la chaleur tropicale de L.A. Et cette sensation de malaise due aux températures extrêmes de la Californie (j'étais né et j'avais grandi dans le Michigan), y était probablement pour quelque chose dans cette brusque saute d'humeur que j'avais. D'ailleurs, j'avais perdu quelques kilos depuis le début de cette canicule.

J'avançai encore, jusqu'à arriver à hauteur de la fenêtre. Le gosse continuait de hurler dans mon oreille qui était de son côté. Je ne criais plus, mais il y avait quelque chose de pire dans le ton sourd de ma voix.

-Il ne sait pas parler...

J'ouvris la fenêtre en quelques gestes brusques.

-Mais toi, tu sais.

Je tendis ma main libre vers elle, lui signalant de ne pas approcher. Puis, je repris l'enfant à deux mains et lui souris... Avant de le tendre au-dessus du vide, par la fenêtre. Pas une seule petite brise ne venait balayer les cheveux roux du môme...

Me contorsionnant le cou, je cherchai le regard terrifié de la jeune femme.

-Fais un pas en avant et je le laisse tomber. Dis-moi qui est cet enfant. Si tu mens, je le lâche...

Et si elle ne mentais pas... Peut-être que je le lâcherais aussi.

@ Billy Lighter




dangerous tonight
I'm dangerous like a razorback. Deadly like a heart attack. Well, I don't bend and I don't crack. Dangerous tonight... ©️ Alice Cooper
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sonne Moriarty


Messages : 455
Date d'inscription : 12/11/2016
Age du personnage : 22
Localisation : All around the world

Who Am I?
Birth place:
Je suis:
Song:


MessageSujet: Re: I Know Where You Live [PV Sonne][TERMINE]   Ven 28 Avr - 17:09



I Know Where You Live
ft. River Moriarty




J’avais beau tenter de lui parler, l’homme ne portait pas attention à mes supplications. Il n’avait nullement l’intention de me redonner mon fils et c’était bien ce qui m’effrayais le plus. Pourquoi notre maison, pourquoi nous ?

Du peu qu’il mentionna, je compris qu’il était donc apparenté aux Moriarty et qu’il était là pour Axel. Je me tenais tant bien que mal sur mes jambes, tenant ma serviette qui menaçait d’ouvrir à tout moment. En même temps, si je me retrouvais nue devant lui, il laisserait peut-être mon fils tranquille pour s'en prendre à moi ? J'aimais mieux qu'il me viole plutôt qu'il fasse du mal à mon bébé.

Ma gorge était en feu, douloureuse dû au coup que je m’étais prit moi-même en fonçant sur l’intrus. Et mes côtes droites n’avaient guère appréciées la façon dont j’étais retombée sur le lit à barreaux d’Alan.

Mes cheveux encore bien humides de ma récente douche, collaient en bataille sur mon cou, mes épaules. Il faisait chaud comme dans la caverne du Diable pourtant je frissonnais, dévorée par la peur que j’étais.

Il continuait d’aller et venir dans la nursery comme s’il dansait sans musique. Sa démarche avait quelque chose d’épouvantablement effrayante. Il ne produisait aucun son dans ses déplacements, comme s’il flottait, pourtant, je savais que ce n’était pas le cas. Il s’approcha de la fenêtre et je poussais un cris d’effrois, anticipant ce qu’il allait ensuite faire.

- Il ne sait pas parler… Mais toi tu sais.

Il avait ouvert la fenêtre puis passa mon bébé par-dessus bord, le retenant sous les aisselles. Ce fut comme si le sol s’ouvrait sous mes pieds et que la planète s’était mis à tourner à pleine vitesse sur elle-même. Je lâchais ma serviette sans y penser tendant les deux mains en désespoir vers le Moriarty cinglé, pleurant et implorant sa clémence.

- Fais un pas en avant et je le laisse tomber. Dis-moi qui est cet enfant. Si tu mens, je le lâche...

- C’est…mon…fils… Pas …celui …d’Axel… pitié… ! Ne lui fait aucun mal !!À moi, mais pas à lui… pitié !


Voilà qui était la stricte vérité. Alan n’était pas le fils d’Axel, je ne l’avais jamais caché à personne, non plus que nous ayons tenté de le faire passé comme tel. Mais Axel en prenait soin, comme s’il avait été de son sang. Que pouvais-je dire de plus ? Que pouvais-je faire de plus ?

Je ne pouvais pas avancer, je n’avais aucun moyen de négociation. La vie de mon fils ne tenait qu’à la clémence ou démence d’un membre de la famille d’Axel dont il ne m’avait jamais parlé. Et, cet homme, mentait probablement. C’était un fou… évadé d’un asile…

Non ! C’était par vengeance. Il avait dû me suivre après le centre d’achat. Il avait bien calculé son coup. Jamais il n’était passé au Golden Nipples chercher l’enveloppe que j’avais laissée pour l’inconnu à la veste blanche que j’avais ruinée accidentellement. À la place, il avait dû mener une enquête, me suivre, et monter un plan pour me faire payer ma gaffe. Elle devait avoir une valeur inestimable à ses yeux cette veste pour vouloir tuer un bébé pour se venger !

- J’vais vous en acheter une nouvelle, une veste… des tas de vestes… toutes celles que vous voudrez ! J’vous jure que c’était un accident !

La peur ne me rongeait pas que les entrailles, mais ramollissait mon cerveau qui en était venu à me faire croire que tout cela n’était qu’à cause de cette fameuse veste.


@ Billy Lighter




Revenir en haut Aller en bas
avatar
Axel Moriarty


Messages : 450
Date d'inscription : 23/01/2015
Age du personnage : 26
Localisation : L.A.

Who Am I?
Birth place: Chicago - Illinois
Je suis: un manipulateur
Song: Reckless Life - Guns N'Roses


MessageSujet: Re: I Know Where You Live [PV Sonne][TERMINE]   Sam 29 Avr - 20:25



I Know Where You Live
ft. River Moriarty & Sonne Ferguson


-Il est tard ! Il est temps que je rentre !

Je sautai hors du lit pour enfiler mes habits à l’arrachée. Mon amant, allongé nu sur le lit marmonna un « déjà ? » déçu. Sonne devait se demander où j’étais. Et je ne pouvais pas lui laisser le temps de se poser trop de question.

Je ne répondis pas à mon amant. Je filai à la salle de bain attenante à la chambre pour me débarbouiller. Je me regardai, ensuite, dans le miroir. Et je passai le revers de ma main sur mon nez. Un réflexe de drogué. Je n’avais pris qu’une seule dose juste après le travail, aujourd’hui. Et j’avais eu le temps de redescendre. Sonne n’y verra que du feu.

Je remis mes cheveux en place et enfilai mes dernier vêtements. Je revins dans la chambre et me tournai vers mon amant.

-Si tu veux m’appeler, appelle sur mon numéro du bureau.

Il approuva de la tête et je disparu de la chambre du motel où je m’étais réfugié pour assouvir mes pulsions extra-conjugale et contraire à toutes les idées républicaines de mon père.

Je rentrai chez moi en voiture. Je rentrai sous les notes de The Lightening. J’arrivai un peu plus tard chez moi. Je me garai devant la maison. La voiture de Sonne devait être dans le garage donc je mis la mienne dehors. Je sortis de la voiture et entendais pleurer d’en bas. Les pleurs étaient très forts. Et c’était ceux d’Alan. Je levai les yeux vers la fenêtre de sa chambre et je vis le petit garçon gigoter dans le vide tenu à bout de bras par quelqu’un. J’eus les yeux ronds de surprises et d’effroi. Et, sans réfléchir une seconde, je couru à l’intérieur de la villa. Je montai quatre à quatre les escaliers qui menait à l’étage en entendant toujours les pleurs hystériques d’Alan. Je ne réfléchissais pas. Ce n’était pas le moment des questions. Il fallait agir.

J’entrai sans attendre dans la chambre d’Alan. Et je vis, à ma surprise, River qui tenait le petit pardessus la fenêtre. Et Sonne apeurée qui ne savait quoi faire.

-RIVER ! Rends-moi tout de suite cet enfant !

Je tendais le bras vers mon cousin et Alan. Je le regardais droit dans les yeux. J’avais bien choisi mes mots. Rends-moi et pas lâche-le.

Mon cousin était-il devenu fou ? Je savais qu’il y avait un problème avec lui. Il avait toujours été étrange. Et, depuis l’émeute, je l’avais évité parce que je savais qu’il pouvait, parfois, être dangereux. Mais, je ne savais pas à quel point jusqu’à aujourd’hui. Et la vision d’horreur que j’avais devant moi. Je savais que le malheur des autres l’amusait. Mais là, c’était chez moi ! Et c’était ma famille… Ce n’était pas de vulgaires inconnus à un concert.

Mon cœur s’emballait. Mais j’essayais de garder mon calme. Les yeux de mon cousin étaient comme fous. Je ne savais pas ce qui avait mené à cette scène. Et je n’avais pas, pour le moment, le temps de poser la question. Je devais éviter le drame.

-Rends-le-moi, s’il te plait… Tu vas faire une grosse erreur si tu lâche ce bébé innocent.

Je ne le suppliais pas. J’avais un ton ferme. Et j’essayais de ramener mon cousin à la raison.

@ Billy Lighter


I lead a reckless life and I don't need your advice ©️ Guns N'Roses
Revenir en haut Aller en bas
avatar
River Moriarty


Messages : 205
Date d'inscription : 12/06/2014
Age du personnage : 24
Localisation : Nowhere

Who Am I?
Birth place: Troy (Michigan)
Je suis: dangereux mais amusant.
Song: Alice Cooper - Dangerous Tonight


MessageSujet: Re: I Know Where You Live [PV Sonne][TERMINE]   Dim 30 Avr - 14:23



I Know Where You Live
ft. Sone Ferguson & Axel Moriarty


Aucune brise ne jouait dans les cheveux flamboyants de l'enfant que je tenais au-dessus du vide et le poids de l'absence d'air pesait sur mes bras tendus qui n'allaient pas tarder à trembler du manque d'oxygène dans mon sang à ce niveau-là. Pas grave... Il n'était rien. Juste une masse informe de chaire et d'os pissant, chiant, chialant à longueur de journée. Alors pourquoi il était chez Axel ? Pourquoi cherchait-il à prendre ma place ?

Je voulais savoir qui il était. Je voulais savoir s'il était un Moriarty, en réalité. Mais la folie m'aveuglant, je m'exprimais mal et les cris de la fille mêlés à ceux du gosse m'empêchaient de redescendre en excitation et de réfléchir. Parce que j'aimais ça. J'adorais ça.

Les bras tendus par-delà la fenêtre, j'étais tout puissant : à moi de décider si le môme vivait ou mourrait, à moi de décider si la santé mentale de la fille allait péricliter ou pas. Et le tout ne dépendait pas forcément de la réponse qu'elle me donnerait, de la satisfaction que cette dernière m'apporterait.

Non... Ça dépendrait juste de mon envie du moment.

La voix de la fille avait maintenant quelque chose de désincarné, d'inhumain. C'était la voix de la terreur viscérale.

Mes bras se mirent à trembler et je passai ma langue sur mes lèvres alors que je sentais un frisson de plaisir parcourir mon corps.

Puis, je saisis petit à petit le fond de son message. Il était son enfant à elle, pas celui d'Axel, ce n'était pas un Moriarty. Ce n'était qu'un môme seul avec sa mère. Pas de papa à l'horizon...

Ma voix se fit sifflante et mon regard se posa sur le gosse à qui je finis par m'adresser, avec une étrange pointe de ce qui pouvait sembler comme de la douceur. Malsaine, la douceur.

-Tu n'es qu'un sale petit bâtard...

Et ça ne sonnait effectivement pas comme une insulte... Et pour cause. J'étais, le bâtard... J'avais eu un lapin que j'avais appelé bâtard... mais il s'était arrêté de bouger, un jour. Il m'avait fallu des jours et une bonne explication de la part d'un junkie notoire à moitié nu pour comprendre qu'il était mort et qu'il ne puait pas juste parce qu'il était sale et qu'il fallait le laver.

J'étais tellement focalisé sur cette révélation que j'entendis à peine, et compris encore moins, ses nouvelles supplications impliquant une histoire de veste qui ne me revint pas en mémoire, du coup. Pourtant, c'était bien la fille qui m'avait bousculé, un jour. Déjà ce jour-là, j'avais pensé prolonger la rencontre, mais elle s'était vite éclipsée.

Je penchai la tête légèrement sur le côté, mes yeux de glace exorbités rivés sur l'enfant qui se balançait au bout de mes bras tremblant d'excitation. Bon dieu qu'il était laid...

Jusqu'à ce que je sursaute en entendant crier on nom, d'une voix masculine et familière, derrière moi. La surprise manqua de me faire lâcher l'enfant, mais un second réflexe me fit rattraper prise. Je tournai la tête, le gosse toujours au-dessus du vide, et souris à Axel.

-Oh ! Axel!

Je rigolai, mi-incertain, mi-hystérique. Toutes les données, tout l'environnement, venaient de changer avec l'apparition d'Axel. Comme si je n'étais plus vraiment tout puissant.

-Tu veux voir quelque chose de génial ? Dis ? Je peux te montrer quelque chose de génial. On va voir si ça explose comme une pastèque en se crashant en bas. Tu veux voir?

Mais Axel reprit la parole... Il ne voulait pas voir si bébé et pastèque, ça faisait la même chose en s'écrasant sur du béton. Axel n'était pas Jerry The Kid... Axel disait que le bébé était innocent. Mon regard se reporta à nouveau sur ce dernier comme si je le voyais pour la première fois.

-Un petit bâtard tout innocent...

Je pouffai de rire...

-Mais elle, elle ment... C'est un bâtard, elle ne veut pas du bâtard alors si je le lâche, c'est mieux.

Ce n'était pas de Sonne que je parlais... C'était de ma propre mère à moi.

@ Billy Lighter




dangerous tonight
I'm dangerous like a razorback. Deadly like a heart attack. Well, I don't bend and I don't crack. Dangerous tonight... ©️ Alice Cooper
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sonne Moriarty


Messages : 455
Date d'inscription : 12/11/2016
Age du personnage : 22
Localisation : All around the world

Who Am I?
Birth place:
Je suis:
Song:


MessageSujet: Re: I Know Where You Live [PV Sonne][TERMINE]   Dim 30 Avr - 16:21



I Know Where You Live
ft. River & Axel




Plus rien autour de moi n’existait. Il n’y avait que la nursery d’Alan et  cet homme le tenant au dessus du vide de part la fenêtre. Et moi, complètement morte de peur à l’idée qu’il  puisse le laissé tomber.

Mon cerveau  ne focusait que sur cette histoire de veste abîmé, vieille comme Mathusalem et dont j’avais fini par oublier l’existence.  Car mon esprit avait été embrouillé par le rêve, le cauchemar plutôt qui s’en était suivis.  Je me souvenais, des marionnettes. Des odeurs de corps en putréfactions et des asticots grouillants qui pullulaient des cadavres.

La présence de ce détraqué dans ma réalité n’était plus une coïncidence, mais un châtiment pour avoir oublié.

- Pardon… Je te demande pardon… Je serai ta marionnette… Mais pitié, épargne la vie de mon fils !

Oui, je serais sa marionnette. Ma vie n’aurait aucun sens sans mon fils, aucun sacrifice ne serait donc assez exorbitant pour lui laisser la vie sauve.  Même pas ma propre vie. Je tombais à genoux, les bras toujours tendu vers lui, des larmes infinies brouillant ma vie, ruisselant sur les joues.

- Tu n'es qu'un sale petit bâtard...

- Pitié…ce n’est pas sa faute… c’est moi… c’est moi qui n’a rien dit à son père !


Atticus.  Il n’en savait rien et Alan allait payer pour mon silence ?  Tout ça n’avait rien à voir avec la veste ? C’était une chasse aux bâtards ?  Je me perdais dans ses réflexions lus disparates les une que les autres, cherchant à faires des liens entre les évènements de ma vie.  Mais rien n’avait de réelles logiques. En fallait-il, de toute façon, pour s’en prendre à un bébé ?

- RIVER ! Rends-moi tout de suite cet enfant !

Je me tournais vers là nouvelle voix qui venait de faire entrer en scène. Axel arrivé de je ne sais où se tenait tout près, prêt à intervenir.  Je tentais de me relever, prenant appuie contre le chiffonnier, comme si l’arrivée d’Axel venait de me donner suffisamment d’espoir pour me permettre d’affronter la scène sur mes deux jambes.

- Rends-le-moi, s’il te plait… Tu vas faire une grosse erreur si tu lâche ce bébé innocent.

- Oh ! Axel! Tu veux voir quelque chose de génial ? Dis ? Je peux te montrer quelque chose de génial. On va voir si ça explose comme une pastèque en se crashant en bas. Tu veux voir?


-NOOOOOON !,
hurlais-je alors, de nouveau envahit par la peur.

Mes jambes menaçaient de nouveaux de céder et mon regard passait d’Axel à  River sans jamais toutefois  vraiment quitter Alan de mon champ de vision.  Il ne pouvait pas laisser faire ça… Axel DEVAIT sauver mon fils qu’importe le moyen de persuasion qu’il utiliserait mais ça devait finir et maintenant !

Je reculais maintenant… au début, sans trop savoir pourquoi je m’étais mise à reculer puis… je finis par me dire que, si Axel entretenait assez longtemps la négociation avec son cousin, j’aurais la chance de me rentre a l’extérieur de la maison et de me placer sous la fenêtre et tendre les bras pour attraper mon fils… C’était une chance, une toute petite chance à saisir.

Mais de nouveau, River parla et le son de sa voix, comme toutes les autres fois, me tétanisa sur place. Ses paroles vinrent s’enfoncer cruellement en mon cœur. J’avais voulu donner Alan en adoption. J’avais souhaité même faire une seconde fausse couche,  non pas pour réellement me débarrasser de  l’enfant, mais pour effacer tout lien  avec son père. J’avais détesté être enceinte au point ou j’anticipais négativement de répéter l’expérience même si c’était avec l’homme que j’aimais.

Mais dès sa naissance, dès le moment où je l’avais vu, poser sur mon ventre, je l’avais aimé et regretté toutes les fois ou je l’avais tenu pour responsable de mon exile. De ma vie que j’avais abandonnée. Pour lui. Et aujourd’hui, j’étais prête à sacrifier ma propre vie pour le sauver.

- Un petit bâtard tout innocent... Mais elle, elle ment... C'est un bâtard, elle ne veut pas du bâtard alors si je le lâche, c'est mieux.

- C’est faux !  Je l’aime, plus que ma propre vie ! Plus que jamais personne ne pourra être aimé ! Tu ne sais rien, parce que tu n’es pas lui, et tu veux le faire payer pour ça ?


Je ne savais pas trop où je m’en allais avec ça, le provoquer ne servirait à rien, pire, je venais peut-être de mettre fin aux jours de mon fils avec ce que je venais de dire. Mais dans ma tête, c’était clair. Axel ne m’avait jamais parlé de son cousin fou, parce que personne ne veut avouer avoir une telle tache dans sa génétique.  Voilà le raisonnement d’une mère en proie au désespoir.  


@ Billy Lighter
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Axel Moriarty


Messages : 450
Date d'inscription : 23/01/2015
Age du personnage : 26
Localisation : L.A.

Who Am I?
Birth place: Chicago - Illinois
Je suis: un manipulateur
Song: Reckless Life - Guns N'Roses


MessageSujet: Re: I Know Where You Live [PV Sonne][TERMINE]   Mar 2 Mai - 13:32



I Know Where You Live
ft. River Moriarty & Sonne Ferguson


Quand j’étais arrivé, c’était une scène inédite et horrible qui m’attendait. River tendait Alan par-dessus la fenêtre prêt à le lâcher. J’intervins en disant fermement à River de me rendre l’enfant. Sonne se relevais complètement choquée par ce qui se passait. Je n’osai pas faire un pas vers elle de peur que ça suffise à River pour mettre fins aux jours du bébé. C’était complètement irréaliste ! River était détraqué… Mais je ne savais pas qu’il était atteint à ce point. C’était la vie d’un bébé qu’il mettait sur la sellette.

Mon cousin tourna la tête. Et se rendit compte de ma présence. Il s’adressa à moi sur un drôle de ton. Mon visage était fermé pour ne pas montrer mon effroi. Mais j’avais bien peur. Ça n’arrivait pas souvent. J’avais l’habitude de tout contrôler. Mais River était incontrôlable. Je ne regardais que mon cousin. Je ne voulais pas quitter le destin d’Alan des yeux. River s’exclama que ça serait bien de voir si le bébé explose comme une pastèque s’il se crash en bas. Sonne cria en lâchant un « Non », désespéré.

-Non, je ne veux pas voir ça, River ! Donne-moi l’enfant !

Je tentais de rester calme. Mais l’imprévisibilité de River ne me rassurait pas. Je lui disais qu’il ferait une erreur irréparable s’il lâchait le bébé du haut de cette fenêtre. Je craignais qu’un mot ou un geste de travers puisse mener à la mort d’Alan. Et River regarda l’enfant. La tension était forte. Je jetai un œil vers Sonne. Elle était terrifiée. Et je n’osais pas bouger. River appela Alan, bâtard, et disait que Sonne mentait. Qu’elle ne voulait pas d’Alan. Je me mordis la lèvre. Sonne avait toujours aimé son fils. River ne savait pas ce qu’il disait. Mais River avait quelque chose en commun avec Alan. Ils étaient tous les deux des bâtards. Et c’est peut-être ce qui expliquait la situation.

Sonne répliqua. Elle disait aimer Alan et que River ne pouvait pas savoir ce qu’Alan ressentait.

-Elle a raison, River. Tu n’as pas le droit de choisir pour l’enfant. Cet enfant n’est pas toi. Donne-le-moi. Si tu le lâches, personne ne pourra te sauver. Même pas moi.

Je tentai d’approcher de mon cousin tendant mes mains vers lui. Je respirai plus vite. Mais je gardais de la force pour garder un semblant de calme.

-River, s’il te plait. Tu peux encore le sauver en me le donnant. Et te sauver toi aussi.

Je ne savais pas sur quel pied danser. Je ne contrôlais pas River et je ne savais pas comment le prendre.


@ Billy Lighter


I lead a reckless life and I don't need your advice ©️ Guns N'Roses
Revenir en haut Aller en bas
avatar
River Moriarty


Messages : 205
Date d'inscription : 12/06/2014
Age du personnage : 24
Localisation : Nowhere

Who Am I?
Birth place: Troy (Michigan)
Je suis: dangereux mais amusant.
Song: Alice Cooper - Dangerous Tonight


MessageSujet: Re: I Know Where You Live [PV Sonne][TERMINE]   Jeu 4 Mai - 12:20



I Know Where You Live
ft. Sone Ferguson & Axel Moriarty


La peur déformait maintenant tellement les paroles de la fille que je ne comprenais plus rien à ses supplications. Mais je comprenais que c'en était. Et ça suffisait à mon bonheur. C'était pour ça que je n'avais pas encore lâché l'enfant pour le pur plaisir de voir du sang qui ne serait pas juste de l'hémoglobine de cinéma : parce que sentir la peur et entendre la fille hurler après ma clémence m'excitait beaucoup plus. Mais surtout parce que dès que le bébé s'écraserait par terre, tout ça prendrait fin.

Et je comptais bien faire durer le plaisir.

Je le fis durer suffisamment, d'ailleurs, pour qu'Axel sorte de nulle part et parle avec une voix autoritaire dans laquelle je cherchais un fantôme de terreur. Il y en avait, mais il fallait vraiment bien écouter.

J'invitai Axel à partager cette expérience avec moi, à venir se pencher à mes côtés par la fenêtre pour regarder le petit corps potelé s'écraser au sol tel une pastèque.

Mais Axel ne voulait pas.

Axel voulait que je lui donne le gosse.

Alors je dis que, de toute façon, la fille mentait : elle ne voulait pas du bâtard. Et elle se remit à crier et je secouai négativement la tête, frénétiquement, ne voulant pas croire à ce qu'elle disait, sachant d'expérience que ce n'était pas vrai. Elle disait que je ne savais rien.

Axel disait que je ne pouvais pas choisir pour lui. Mon visage se ferma et je changeai ma prise sur l'enfant, ne le tenant plus que d'une main par le dos de sa grenouillère que je sentais glisser doucement entre mes doigts.

-On va voir, si je peux pas le faire!

Le gosse hurla plus fort, comme s'il se rendait compte de ce qui lui arrivait.

J'allais le lâcher, quand Axel me rendit le contrôle alors qu'ils étaient, la seconde avant, en train d'insinuer que je ne savais pas ce que je faisais et que je ne pouvais pas choisir.

Si, je pouvais choisir ! Je pouvais choisir le le sauver ou pas. De devenir le héro qui aurait sauvé un enfant d'une mort certaine !

Je souris.

Et lâchai l'enfant.

Avant de le rattraper de mon autre main.

Quand je le hissai de nouveau pour le ramener à l'intérieur de la villa, il avait les yeux exorbités et ne pleurait plus du tout. Heureux, je le levai triomphalement vers Axel.

-Je l'ai sauvé!

Je fis deux pas vers mon cousin et le laissai prendre l'enfant, doucement, sans geste brusque. Pas tant pour l'enfant ou pour Axel, mais parce que quelque chose en moi savait qu'un truc avait déconné, que quelque chose avait été enclenché, comme un interrupteur... Et que la lumière s'était éteinte un moment dans ma tête. L'impression d'être au bord du gouffre et de regarder en bas en me demandant si j'allais faire encore un pas en avant ou non. Je me sentais comme le bébé que j'avais tenu au dessus du vide.

Une fois dans les bras d'Axel, le môme se remit à hurler, comme s'il n'avait pas respiré du tout entre le moment où je l'avais lâché puis rattrapé et le moment où il était entré en contact avec le corps chaud de mon cousin. L'air semblait entrer difficilement dans ses petits poumons et ses hurlements faisaient un bruit vraiment bizarre.

Et au moment même où l'enfant avait semblé reprendre vie, toute expression avait quitté mon visage et j'étais debout, les bras ballants, face à Axel. Comme si on m'avait éteint.  

@ Billy Lighter




dangerous tonight
I'm dangerous like a razorback. Deadly like a heart attack. Well, I don't bend and I don't crack. Dangerous tonight... ©️ Alice Cooper
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sonne Moriarty


Messages : 455
Date d'inscription : 12/11/2016
Age du personnage : 22
Localisation : All around the world

Who Am I?
Birth place:
Je suis:
Song:


MessageSujet: Re: I Know Where You Live [PV Sonne][TERMINE]   Ven 5 Mai - 15:05



I Know Where You Live
ft. River & Axel




Tout ceci était surréaliste et j’avais peur  de comprendre que jamais je ne m’étais réveillée  de mon cauchemar. C’était le Maître de cérémonie qui tenait mon fils au dessus du vide et, Axel, son acolyte qui ne portait plus son masque. Il ne manquait que le géant vert et son rire démonique pour venir compléter ce sinistre tableau.

Je tombais à genoux, cessant toute supplication. De toute façon je savais n’avoir aucun contrôle sur  le vrai marionnettiste.  Je m’attendais à voir les trous s’ouvrir  dans les paumes de mes mains et des fils venir s’y relier.

Est-ce que j’étais devenue complètement folle au point de ne plus savoir départir un cauchemar de la réalité ? Tant que je ne tiendrais pas Alan contre moi,  oui, je serais plongée dans un brouillard épais.

- River, s’il te plait. Tu peux encore le sauver en me le donnant. Et te sauver toi aussi.  

Je n’y croyais pas. Pourquoi  écouterait-il Axel  plutôt que d’assouvir ses instincts  psychotique ? Pourquoi  laisserait-il la vie sauve à mon fils alors qu’il ne le tenait que par le dos de sa grenouillère ?  Pourquoi…

Et il le lâcha.

Et je hurlais. Encore.

River rattrapa Alan in extremis et le rentra à l’intérieur, affirmant fièrement à Axel qu’il l’avait sauvé. Mon cœur s’emballa et  quand River laisse Alan aux mains d’Axel, je me levais, je ne sais trop comment, et fonçais sur lui pour récupérer mon fils.

Je le serrais si fort contre moi, l’embrassant comme si c’était le seul moyen  de le rassurer. Ou de me rassurer, pleurant toutes les larmes de mon corps. Je lui murmurais que j’étais désolée, maman avait échouée à le protéger. Je m’en voulais. J’aurais dû verrouiller les portes ou simplement ne pas le laisser seul. Mais j’en voulais encore plus à Axel. De ne pas avoir été là. Pourquoi ? Encore ce soir avait-il dû s’absenter, comme depuis trop de soirs il avait eu  plus important que sa famille et ce soir, sa présence aurait fait toute la différence depuis le début.

- Rien de toute ça ne serait arrivé si tu avais été là… murmurais-je de façon presque inaudible.

L’émotion. Je devais réagir selon ma douleur et trouver un coupable. Qu’importe que ce fut justifié ou non.  J’avais manqué en n’étant pas auprès de mon fils mais plutôt sous la douche et Axel, en étant je-ne-sais-pas-où plutôt qu’avec nous. Je me souvenais surtout que je lui avais demandé de ne pas sortir ce soir. Que j’étais épuisée et que j’avais besoin de sa présence. Il m’avait fait la remarque que si j’étais épuisée, ce ne devais qu’être à cause de mes heures pour Daniele Ricci.

Axel  ne m’en avait jamais reparlé franchement, mais je sais que tout ce que je faisais pour Daniele et que je lui refusais de savoir le rendait furieux.

Je voyais ses absences comme une vengeance. Ni plus, ni moins. Mais ce soir, ça avait presque coûté la vie de mon fils. Et je ne lui pardonnerais jamais ça.

- Appel la police. Axel !

L’intrus se tenait devant nous, les bras ballant, l’air totalement perdu.  C’était le moment  d’agir.  Tout ne pouvait pas finir comme ça.


@ Billy Lighter
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Axel Moriarty


Messages : 450
Date d'inscription : 23/01/2015
Age du personnage : 26
Localisation : L.A.

Who Am I?
Birth place: Chicago - Illinois
Je suis: un manipulateur
Song: Reckless Life - Guns N'Roses


MessageSujet: Re: I Know Where You Live [PV Sonne][TERMINE]   Dim 7 Mai - 15:05



I Know Where You Live
ft. River Moriarty & Sonne Ferguson


Je ne savais pas quoi dire pour éviter à Alan une chute de plusieurs mètres. Je ne savais pas quel mot pourrait le sauver… Je tentai de résonner River sans faire de geste brusque et sans hausser la voix… Mais je ne savais pas si ça allait marcher ou nom. Je marchais sur des œufs.

Je disais à River qu’il ne pouvait pas choisir pour l’enfant. Et mes yeux s’écarquillèrent un peu quand le visage de mon cousin se ferma et qu’il ne tenait plus l’enfant que par sa grenouillèrent. Alan hurlait. Il allait le lâcher. J’en avais la conviction certaine. Et mon cœur battait plus vite de me rendre compte que je n’avais pas le contrôle sur la situation. Et que tout pouvait dégénérer très vite. River disait que j’allais voir s’il ne pouvait pas le faire. Alan était au bord du gouffre. Et Sonne, à genou à terre, impuissante devant l’horrible spectacle.

Je fis une dernière tentative en disant à River qu’il pouvait encore sauver l’enfant… Et il le lâcha. Mes yeux s’exorbitèrent. Mon souffle se coupa. Sonne hurla. Le temps me parut s’arrêter…

Et ce n’est que quand River rattrapa de justesse l’enfant que je me remis à respirer. Alan cessa de pleurer. Il était comme paralysé. Moi aussi je l’étais. Je ne savais pas quoi faire. Je ne savais pas quoi dire. River leva Alan en déclarant qu’il l’avait sauvé.

River s’avança vers moi. J’étais toujours muet… Il déposa Alan dans mes bras et le petit pleura à nouveau. Je soufflai de soulagement rien qu’à entendre l’enfant pleurer. Pendant deux secondes, j’ai cru qu’il était bloqué pour toujours.

Sonne ne tarda pas à me prendre son fils des bras. Je le regardai embrasser l’enfant et le serrer de toutes ses forces. Elle s’excusait à Alan. Mais c’est à moi qu’elle en voulait. Je le su quand elle déclara à mi-voix que ça ne serait pas arrivé si j’avais été là. Mes lèvres se pincèrent.

-Je sais…

Je soupirai. Je m’excuserais plus tard quand le choc sera passé. Je regardai vers River qui était inerte et mou. Les bras le long du corps, il ne bougeait plus du tout. Comme si son esprit avait quitté son corps.

Et Sonne demanda que j’appelle la police. Je me tournai vers ma future femme. Je soupirai avant de parler d’une voix franche.

-Non, Sonne. Je ne peux pas faire ça.

River était mon cousin. C’était un bâtard. Et rien de tout ça ne devait se savoir. Encore moins qu’il avait un problème mental. Mon père ne me le pardonnerait pas. Howard Moriarty avait enfuis les dérives de sa sœur pour éviter le scandale. Je devais faire la même chose avec River de peur que la réputation de la famille ne soit entachée.

-River est un acteur à la célébrité montante et c’est mon cousin. Si quelqu’un apprend qu’il est complètement cinglé mon père va en subir les conséquences. Et je ne peux pas lui faire ça.

L’histoire devait être enfuie. Je connaissais les pouvoirs des médias. Je l’utilisais tous les jours. Et l’incident de ce soir ne devait pas se savoir.

-On en subira aussi les conséquences, Sonne.

Je pris un air désolé et m’approchait d’elle. Je caressai son bras, jetant à Alan un regard tout aussi désolé.

-Et je n’ai pas envie que toi ou Alan soyez exposé. Je sais ce que la presse peut faire comme dégâts. Et je n'ai pas envie que ça vous arrive.


Je me tournai vers River qui était toujours dans ce même état léthargique.

-Je m’occupe personnellement de son cas.

Je m’avançai vers River. Et captai son regard.

-River… Ça va ? Tu devrais rentrer chez toi. Il est tard.

Je parlai d’une voix calme. Il fallait que ce psychopathe sorte de ma maison avant qu’il ne détruise mon couple !


@ Billy Lighter


I lead a reckless life and I don't need your advice ©️ Guns N'Roses
Revenir en haut Aller en bas
avatar
River Moriarty


Messages : 205
Date d'inscription : 12/06/2014
Age du personnage : 24
Localisation : Nowhere

Who Am I?
Birth place: Troy (Michigan)
Je suis: dangereux mais amusant.
Song: Alice Cooper - Dangerous Tonight


MessageSujet: Re: I Know Where You Live [PV Sonne][TERMINE]   Mar 9 Mai - 11:00



I Know Where You Live
ft. Sone Ferguson & Axel Moriarty


Le dernier hurlement de la fille prit le relais de ceux du gosse qui, lui, s'était brusquement tu lorsque je l'avais lâché. Quand je l'avais remonté à la surface, faisant ce qu'Axel avait dit, le sauvant, je m'étais rendu compte qu'il ne s'était pas seulement tu : il avait arrêté de respirer. Et ce ne fut que lorsque je le déposai dans les bras de mon cousin que l'air fit à nouveau des va-et-vient douloureux dans les poumons du petit. Il s'était remis à hurler mais maintenant, ça n'avait plus rien de jouissif, c'était juste exaspérant.

Et j'étais crevé.

L'enfant était très vite passé des bras de mon cousin à ceux de sa mère qui lui murmurait des mensonges éhontés. Elle s'excusait puis, elle accusa Axel, affirmant que c'était sa faute. Mais elle alors ? Elle était la mère du môme, c'était à elle de le protéger. Axel n'avait rien à voir dans l'histoire si les aveux qu'elle m'avait fait étaient vrais.

Je désirais ardemment réagir, défendre Axel. En remettre une couche en disant que c'était sa faute à elle, sa responsabilité seule : parce qu'elle était la mère, et parce qu'elle était présente ! Elle aurait du donner sa vie pour son fils au lieu de chialer.

Et elle pleurait d'ailleurs encore et toujours. Tout ce que j'arrivai à faire dans un premier temps, ce fut froncer les sourcils. Puis, elle cria, à travers ses sanglots. Elle voulait qu'Axel appelle la police. Et dans un effort désespéré pour essayer de remettre mon corps en branle, un long grondement sourd sortit des tréfonds de ma gorge, faisant vibrer mes deux paires de cordes vocales, rendant un son presque surnaturel. Comme deux voix différentes et superposées. Le même genre de grondement sourd qu'on pouvait entendre dans L'exorciste, mais je n'avais pas besoin d'effets spéciaux pour ça, je savais le faire délibérément... Sauf que là, ce n'était pas le cas. C'était juste que je forçais pour reprendre le contrôle de mon corps.

Il fallait que je bouge pour fuir.

Le drôle de grondement ne s'arrêta, net, que lorsque Axel affirma qu'il ne pouvait pas appeler la police. Il justifia la chose sans pudeur aucune : il ne voulait pas entacher les Moriarty, il ne voulait pas que la fille, nommée Sonne, et l'enfant sauvé d'une chute mortelle, en subissent les conséquences.

Ça valait ce que ça valait. Mais vu la situation, une seule chose comptait : m'en sortir, peu importait comment.

Axel s'adressa à moi et mes yeux se braquèrent brusquement sur lui. J'étais toujours incapable de bouger mais mes efforts pour essayer de refaire la connexion entre mon corps et mon cerveau avait contracté mes muscles presque jusqu'au point de rupture. Mes ongles, dans mes poings fermés, s'enfonçaient dans la paume de ma main et le sang n'allait pas tarder à dégoutter sur le tapis.

Je grondai.

-Je ne suis pas complètement cinglé. Je sais ce que je fais.

Mon regard se braqua alors sur la femme et son enfant.

-J'avais juste besoin de le faire. Les intrus, c'est eux. Pas moi.

Puis, à nouveau sur Axel, avec un rictus qui se voulait être un sourire mais ressemblait plus à une grimace à cause de mes mâchoires douloureusement serrées.

-Tu sais que je sais. Axel.

Une première goutte écarlate tomba sur la moquette.

-Toi aussi, tu es détraqué.

@ Billy Lighter




dangerous tonight
I'm dangerous like a razorback. Deadly like a heart attack. Well, I don't bend and I don't crack. Dangerous tonight... ©️ Alice Cooper
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sonne Moriarty


Messages : 455
Date d'inscription : 12/11/2016
Age du personnage : 22
Localisation : All around the world

Who Am I?
Birth place:
Je suis:
Song:


MessageSujet: Re: I Know Where You Live [PV Sonne][TERMINE]   Mar 9 Mai - 14:19



I Know Where You Live
ft. River & Axel




Il fallait que j’embrasse mon fils, que je le regarde sous toutes ses coutures pour m’assurer qu’il n’avait aucune marques, aucune hématomes. S’il devait avoir la même trace de cette nuit sinistre, je deviendrais folle.

Je pleurais, je tremblais. J’avais la rage contre cet homme qui était venu en pleine nuit pour menacer la vie de mon fils. Et contre Axel. Qui n’avait pas été là.

Il avait entendu mon accusation que j’avais cru pourtant avoir chuchoté mais je l’assumais. Car oui il était responsable en partie de ce que je venais de vivre.  Je lui avais demandé de ne pas quitter la maison mais il avait dit ne pouvoir faire autrement. Nous avons toujours la possibilité de faire un choix et ce soir, il avait fait le mauvais.

River restait pantois dans la chambre, l’air perdu comme s’il était revenu à la réalité et ne comprenait pas ce qu’il faisait là ou ce qu’il venait de faire. Je demandais à Axel d’appeler la police ce que je m’attendais qu’il fasse, logiquement mais il refusa.

- Q…Quoi ? !

- River est un acteur à la célébrité montante et c’est mon cousin. Si quelqu’un apprend qu’il est complètement cinglé mon père va en subir les conséquences. Et je ne peux pas lui faire ça.

- Mais j’en ai rien a foutre qu’il soit acteur et ton cousin ! Il a voulu tuer mon fils ! Tu crois que sa réputation et ce qu’en pense ton père vaut plus que la vie de mon fils ?


Je n’y croyais pas.  C’était presque plus surréaliste que tout ce qui venait de ce passé.  Axel ne pouvait pas ruiner la réputation de son cousin mais s’il avait laissé tomber Alan, aurait-il encore juger plus important de protéger son cousin ?

-  Je lui dois rien moi à ton cinglé de cousin ! Je ne vais pas le protéger pour que ton père puisse dormir sur ses deux oreilles !

Je me dirigeais vers la porte, tenant toujours Alan bien fermement contre moi. Il ne pleurait plus. Peut-être parce que le contact de son cœur contre le miens le rassurait ou alors parce que je le tenais si fort qu’il n’osait plus s’exprimer.

- On en subira aussi les conséquences, Sonne. Et je n’ai pas envie que toi ou Alan soyez exposé. Je sais ce que la presse peut faire comme dégâts. Et je n'ai pas envie que ça vous arrive.

- Tu es sérieux quand tu dis ça ?  Pitié ne me dis pas que tu crois un seul  de tes mots !  Il a voulu tuer mon bébé ! Qu’est-ce qui peut bien être pire comme conséquences que le traumatisme que cette nuit aura sur  moi  et Alan ?

- Je m’occupe personnellement de son cas.


Si je n’avais pas eu  Alan dans les bras, je crois que je me serais ruée sur Axel pour le frapper avec toute la rage et le chagrin que ses paroles venaient de faire naître en moi. Il venait de me prouver qu’il n’avait pas le moins du monde d’affection ou de considération pour Alan. Il en avait rien à foutre en fait de ce qui aurait pu arriver, tant que sa petite famille, celle dont il venait de me mettre sous le nez que je ne faisais pas partie, était protégée.

- C’est parce que c’est le fils d’Atticus. Et non le tiens, c’est ça ? Si Alan avait été ton fils, si le sang des Moriarty coulait dans ses veines comme c’est le cas pour ton cousin qui t’es si précieux, tu aurais déjà appelé la police! Mais ce n’est pas le cas… Alors ça ne vaut pas la peine d’éclabousser une famille aussi prestigieuse…

River sembla retrouver l’usage de la parole quand il déclara que les intrus ici, c’était mon fils et moi et pas lui. J’aurais voulu lui sauter au visage, le ruer de coups, si je n’avais pas eu mon fils dans les bras mais ma confiance envers Axel n’était plus et je ne lui aurais pas confié Alan pour  assouvir mon besoin d’exprimer ma colère et ma rage.

- Tu sais que je sais. Axel. Toi aussi, tu es détraqué.

Et je fixais Axel plutôt que River l’interrogeant du regard. Alors lui aussi, il avait un ou des squelettes dans son placards, assez pour que son cinglé de cousin le qualifie lui aussi de détraquer ?  J’en pouvais plus, il fallait que tout ça cesse.

Je reculais encore d’avantage vers la porte de la nursery puis j’en sortis presque à la course pour  me rendre dans notre chambre, celle d’Axel et moi. Je déposais Alan sur le lit et j’attrapais les premiers vêtements que je vis pour les enfiler à toute hâte.

Les larmes ruisselaient sur mon visage alors que je foutais dans un sac, tout ce que je voyais. Hors de question que je reste ici. Hors de question que je laisse ça aller. Mon fils, ma raison de vivre, se remit à pleurer jusqu’à ce que je cesse de ramasser mes effets les plus importants puis je le repris dans mes bras et je sortis en trombe de la chambre pour m’enfuir.


@ Billy Lighter
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Axel Moriarty


Messages : 450
Date d'inscription : 23/01/2015
Age du personnage : 26
Localisation : L.A.

Who Am I?
Birth place: Chicago - Illinois
Je suis: un manipulateur
Song: Reckless Life - Guns N'Roses


MessageSujet: Re: I Know Where You Live [PV Sonne][TERMINE]   Mer 10 Mai - 16:48



I Know Where You Live
ft. River Moriarty & Sonne Ferguson


Sonne était choquée par ma décision. Elle bégayait. Mais je n’avais pas le choix. Appeler la police n’était pas une option. Je ne pouvais tout simplement pas livrer River. Ça provoquerait un tollé sans précédent dans ma famille. Et je ne parlais pas que de mes parents. Je parlais aussi de Sonne, Alan et moi. Et je n’osais pas imaginer la réaction de River si je décidais d’appeler la police. Il pourrait très bien décider de redevenir violent.

J’expliquai à Sonne une partie des raisons. Mais elle n’en avait rien à faire parce qu’il avait attenté à la vie de son fils. Et elle croyait, du coup, que la vie d’Alan importait moins pour moi que la réputation des Moriarty. Je soupirai.

-Non, ce n’est pas ce que je veux dire Sonne…

Mais elle me coupa pour dire qu’elle ne voulait pas protéger l’homme qui venait d’attenter à la vie de son fils. Et je la comprenais. Mais la situation était plus délicate qu’elle n’en avait l’air. Si j’appelais les flics, il n’y aura que nos témoignages. Et ça ne sera pas assez pour incriminer River… Et ce que je crains, par-dessus tout, c’est les représailles de mon cousin… Que je connaissais bien moins que je ne l’aurais cru.

Je soupirai enchainant en disant que si tout ça s’ébruitait, Alan et elle allaient être exposés. Mais elle répliqua en disant qu’il n’y aurait pas pire traumatisme pour Alan que ce qu’il venait de vivre. Je soupirai passant ma main sur mon visage. Elle avait raison. Mais dévoiler tout à la police n’est pas une solution. Je disais, donc, que j’allais m’occuper personnellement du cas de River. Sonne était choquée et fâchée. Et elle m’en voulait pour ce qui était arrivé à Alan. Et, en agissant comme j’agissais, ça ne faisait qu’empirer mon cas. Mais je ne pouvais pas agir autrement.

Et Sonne, folle de rage, déclara que je n’en avais rien à faire d’Alan parce qu’il n’était pas de mon sang. C’était faux. Je tenais à l’enfant autant qu’à Sonne. J’hochai négativement de la tête.

-Ça n’a rien à voir ! Je tiens à Alan autant que si c’était mon propre enfant, Sonne ! Je veux juste être sûr qu’il ne vous arrivera plus rien ! Mais appeler la police n’est pas la bonne solution, crois-moi !

Je tenais fermement mon point de vue. Et je m’adessai, ensuite, à River pour essayer de le mener doucement vers la sortie sans qu’il y ait d’autres drames. Et mon cousin sorti de sa drôle de transe pour dire qu’il savait ce qu’il faisait. Mes lèvres se pincèrent. Il venait de faire une crise de je-ne-savais-quoi, il y a quelques minutes et il disait, maintenant, qu’il savait ce qu’il faisait. Mon cousin était cinglé. Il y avait quelque chose qui clochait en lui. J’avais déjà pu déceler ça lors de l’émeute. Mais je ne savais pas que c’était aussi grave. Il se justifia en disant que Sonne et Alan étaient les intrus.

-C’est ma famille, River ! C’est ma future femme et son enfant ! Ils ont leur place ici !

Lui, l’avait beaucoup moins. Mais je me retins de le dire pour éviter une nouvelle crise. Je ne voulais pas de morts ce soir. Un rictus s’afficha sur le visage de River. Et le mien se ferma au moment où il déclara qu’il savait que je savais. Que je savais quoi ? Je fronçai les sourcils ne voyant pas que Sonne reculait doucement vers la sortie de la pièce. Une sueur froide me traversa au moment où mon cousin affirma que j’étais détraqué. Mon visage pris un air surpris et inquiet. Que savait-il ? J’étais pétrifié. Je savais qu’il savait pour la drogue. Mais j’avais l’impression que c’était d’autre chose qu’il parlait. Et si c’était ce que je croyais, j’allais devoir me préparer à donner des explications… J’allais répliquer pour démentir quand j’entendis Sonne filer hors de la pièce. Je me retournai d’un coup.

-Sonne ! Où vas-tu ?!

J’eus à peine le temps de crier ça qu’elle s’enferma dans notre chambre. Je n’osais pas quitter cette pièce tant que River était toujours ici. Je soupirai d’exaspération me tournant vers River. Il était en train de détruire mon couple. Et semblait apprécier ça !

-Je ne suis pas détraqué River !

Je tendis un doigt accusateur vers lui. Mes petits secrets ne devaient pas être révélés à ma future femme ! Et ce n’était pas mon cousin qui allait tout gâché !

-Qu’est-ce que tu as vu, hein ?!

Sonne sorti d’un coup de la chambre et je me retournai à nouveau faisant signe à River de rester en place et m’avançai jusqu’à l’encadrement de la porte. Sonne passa devant la chambre en coup de vent.

-Sonne où vas-tu ?!

C’était plus un cri du désespoir qu’un reproche. Et elle ne dit rien se contentant de passer comme une furie.

-Ne pars pas !

Je criai mais rien n’y fis. Sonne quitta la villa. J’entendis, grâce à la fenêtre grande ouverte, Sonne prendre sa voiture et s’enfuir avec Alan. Je fermai les yeux soupirant profondément. Si River n’était pas venu ce soir, rien de tout ça ne serait arrivé ! Je rouvris mes yeux et parlai d’une voix profonde qui témoignait de mon agacement.

-Tu essayais quoi River ? De foutre mon couple en l’air ?! C’est réussi !

Je bouillonnais intérieurement. Je devais d’abord me débarrasser de River avant d’aller à la recherche de Sonne. Si elle allait à la police, on était très mal.

-Tu te rends compte de ce que tu as fait ?! Tu as faillis tuer un bébé !

Je serrai les poings. Je devais savoir ce qu’il savait sur moi avant tout chose. Les règles des priorités se bousculaient dans ma tête à chaque seconde. Et je n’avais pas assez de recul que pour paraitre tout à fait calme.

-Je te le demande à nouveau : qu’est-ce que tu sais sur moi ?!

Je soutenais le regard de River.


@ Billy Lighter


I lead a reckless life and I don't need your advice ©️ Guns N'Roses
Revenir en haut Aller en bas
avatar
River Moriarty


Messages : 205
Date d'inscription : 12/06/2014
Age du personnage : 24
Localisation : Nowhere

Who Am I?
Birth place: Troy (Michigan)
Je suis: dangereux mais amusant.
Song: Alice Cooper - Dangerous Tonight


MessageSujet: Re: I Know Where You Live [PV Sonne][TERMINE]   Ven 12 Mai - 15:03



I Know Where You Live
ft. Sone Ferguson & Axel Moriarty


Seul mes yeux bougeaient dans leurs orbites, comme si je regardais un match de tennis, alors que la conversation était centrée sur moi, comme si je n'étais pas là. Axel,  Sonne, Axel, Sonne... Un échange sans gagnant ni perdant, les deux adversaires étant aussi perdus l'un que l'autre. Axel était de mon côté, c'était tout ce qui m'importait, tout ce qui me maintenait calme, aussi. Le bébé et sa mère étaient moins importants que moi pour Axel.

Un rictus victorieux s'était dessiné sur mon visage.

Jusqu'à ce que j'arrive à parler à  nouveau. Je savais que quelque chose ne tournait pas rond chez moi. Je savais que je devais cacher certaines de mes envies, les réprimer si j'y arrivais... Mais je savais qu'Axel avait ses propres vices, ses propres envies.

Il était aussi détraqué que moi. Si j'étais cinglé, je n'étais pas le seul à l'être dans cette pièce.

Cette révélation avait mis fin à la conversation du couple aussi net que si j'avais tranché entre eux avec un couteau bien aiguisé.

Sonne, qui reculait, fini par s'enfuir de la chambre du petit en courant, ne demandant pas son reste, ne posant qu'une question silencieuse du regard à mon cousin avant de disparaître.

Quant à moi, je récupérais petit à petit l'usage de mon corps, je pouvais bouger les doigts, rouvrir mes poings qui étaient restés serrés jusque-là et le sang put couler plus librement de mes paumes, gouttant sur la moquette de plus belle.

Axel me fixait, maintenant, comme s'il avait tout d'un coup oublié la fille et son enfant qui, une seconde avant, semblaient si importants pour lui. Maintenant, tout ce qui lui importait alors qu'il me pointait du doigt, c'était savoir ce que je savais.

Bien la preuve qu'il y avait quelque chose à savoir...

Je souris et, de la détresse dans la voix, il me demanda ce que j'avais vu. J'avais fait peur à Sonne, maintenant, c'était à Axel d'avoir peur. Et rien ne pouvait faire plus peur à Axel que cette information. Je n'en avais jamais parlé à personne, je n'allais probablement en parler qu'à lui. Mais j'avais, de par cette information, un pouvoir plus grand que n'importe qui d'autre sur mon cousin.

J'avais le contrôle.

Mon regard quitta brièvement mon cousin pour voir la fille courir dans le couloir, habillée maintenant, et son enfant dans les bras. Direction, la sortie.

Mais si Axel tentait de la dissuader de partir, il n'était pas assez fou pour me tourner le dos et lui courir après. Je ne savais pas moi-même ce que j'aurais fait s'il m'avait tourné le dos. Peut-être que je lui aurais sauté dessus... Peut-être pas...

Je ne fis que ricaner quand il gueula sur moi, remettant sur moi la culpabilité de son couple brisé. Essayant de me faire prendre conscience que j'avais failli tuer un bébé. Mais c'était inutile : j'en avais conscience. Tout autant que j'avais conscience que j'avais aimé ça, cette perspective, et tout autant que j'avais conscience des conséquences que ça aurait entraîné.

Sauf qu'une partie de moi n'en avait rien à foutre.

Il réitéra sa question et, alors que j'entendais, par la fenêtre toujours ouverte, le bruit d'une voiture démarrant en trombe dans l'allée, nous soutenions le regard l'un de l'autre.

-Je t'ai vu à la villa Ricci. Je t'ai vu au lit avec un gars... Les attributs de Sonne ne te suffiront jamais.

Je me mis à rire, machiavélique.

-Ton couple aurait périclité de toute façon... Aussi sûr que je suis le bâtard des Moriarty, pas vrai ?

@ Billy Lighter




dangerous tonight
I'm dangerous like a razorback. Deadly like a heart attack. Well, I don't bend and I don't crack. Dangerous tonight... ©️ Alice Cooper
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Axel Moriarty


Messages : 450
Date d'inscription : 23/01/2015
Age du personnage : 26
Localisation : L.A.

Who Am I?
Birth place: Chicago - Illinois
Je suis: un manipulateur
Song: Reckless Life - Guns N'Roses


MessageSujet: Re: I Know Where You Live [PV Sonne][TERMINE]   Dim 14 Mai - 18:09



I Know Where You Live
ft. River Moriarty & Sonne Ferguson


River souriait. Il n’avait plus du tout l’air perdu. Il reprenait ses moyen et fit des sous-entendus troublants qui avaient fait fuir Sonne de la pièce. River savait des choses. Et il était impératif que je sache ce qu’il savait ! Mon corps était contracté et je laissai passer ma détresse. Je n’avais plus le contrôle. River l’avait. Il me tenait par les informations qu’il savait.

J’essayais, sans quitter la chambre d’Alan, de dissuader Sonne de partir. Mais elle partit sans un seul mot à mon égard. Effrayée par River. Et déçue de mon attitude. Mais je ne pouvais pas céder à appeler la police. Ça nous mettra tous en danger. Je n’aurais pas eu mon cousin dans la pièce, j’aurais probablement couru après Sonne pour l’empêcher de partir et lui expliquer. Mais c’était impossible. J’avais peur de tourner le dos à un homme que je connaissais, en réalité, trop peu.

Je criai sur River que je rendais responsable du naufrage de mon couple. Mon plan était parfait, ma relation avec Sonne était sur de bons rails… Mais River venait de tout foutre en l’air avec ses tendances psychopathiques dont je venais de prendre sérieusement connaissance. Tout ce qu’il fit pour me répondre, c’était de ricaner d’un rire qui me fit frissonner d’effroi. River avait toujours été un homme bizarre. Mais là, c’était au-delà de l’imaginable. Il était… Complètement fou.

On entendit la voiture de Sonne démarrer en trombe en bas de la fenêtre. Et je savais, déjà, que les réconciliations allaient être laborieuses. Mais, pour l’instant, j’avais le problème River sur les bras. Et, surtout, les informations qu’il détenait et dont je n’avais toujours pas connaissance.

Je répétai ma question en m’emballant. Ma voix tremblait de colère et de peur. River déclara m’avoir vu à la villa Ricci avec un gars. Et que Sonne ne pourrait pas me suffire. Il savait la pire chose à savoir… J’étais coincé. Ma bouche s’entrouvrit de surprise. Le rire machiavélique de River me donna des sueurs froides. Rien qu’avec cette information, River était un danger pour moi et pour mon couple. Appeler les flics, à ce stade, reviendrait à signer mon arrêt de mort au sens figuré.

Il déclara que, de toute façon, mon couple n’aurait pas survécu à ça. Je serrai les poings. Je ne savais plus quoi faire.

-Ne révèle cette information à personne, River ! Mon couple, c’est mon affaire. Il tiendra parce que Sonne me suffit. J’ai arrêté mes autres relations au moment où ça c’est officialisé entre nous.

Je mentais. Mais River ne savait pas que je mentais. Ses informations étaient vieilles. Et je devais compter là-dessus. Surtout que, moi aussi, j’avais, depuis ce soir, une information sur River. C’était un vrai psychopathe. Je me calmai pour poser mes mots.

-Surtout que, depuis ce soir, je connais aussi tes vices.

Mon regard se fit dur. Mais on pouvait, aussi, voir une esquisse de sourire se former.

-Et si jamais j’apprends que tu as révélé à Sonne, ou à quiconque, ce que tu sais, c’est tout Los Angeles qui apprendra qui tu es vraiment.

Ça s’appelait une dissuasion nucléaire.

-On est quitte River. Je n’appellerais pas la police et toi, tu ne diras rien.

Je lui tendis ma main qui tremblait un peu. Mais mon regard tenait celui de River. Je n’avais qu’une seule envie : qu’il accepte le deal et qu’il sorte de chez moi.


@ Billy Lighter


I lead a reckless life and I don't need your advice ©️ Guns N'Roses
Revenir en haut Aller en bas
avatar
River Moriarty


Messages : 205
Date d'inscription : 12/06/2014
Age du personnage : 24
Localisation : Nowhere

Who Am I?
Birth place: Troy (Michigan)
Je suis: dangereux mais amusant.
Song: Alice Cooper - Dangerous Tonight


MessageSujet: Re: I Know Where You Live [PV Sonne][TERMINE]   Mer 17 Mai - 17:26



I Know Where You Live
ft. Sone Ferguson & Axel Moriarty


Je voyais de la peur dans les yeux d'Axel, je la sentais jusqu'ici comme si elle avait une odeur et ce alors que sa petite amie, Sonne, avait déjà décampé, submergée par cette peur. Ce n'était pas tout à fait la même terreur, mais il suffisait de trouver où appuyer. Sonne, c'était le gamin qu'elle avait peur de perdre. Axel, lui, c'était son image. On en avait déjà parlé à la villa Ricci, le lendemain même de sa petite partie de jambe en l'air avec un jeune premier dont je ne connaissais pas le nom. Je m'en rappelais comme si c'était hier, de notre discussion, au bord de la piscine. Moi, alerte comme si je n'avais pas passé la nuit à hanter la villa et Axel en train de cuver toutes les substances qu'il avait du prendre la veille.

Et quand il m'avait demandé de lui dire, en détresse totale, ce que je savais, je lui avais donc donné les informations en ma possession. Et alors que je ne pensais pas que ce soit possible, le visage d'Axel était encore devenu plus cireux, son expression se décomposant délicieusement. J'avais raison, j'avais saisi quel était le pire vice d'Axel.

Il était comme moi, hors norme.

Paniqué, il m'ordonna de ne jamais révéler cette information, à personne. Et je souriais de plus belle, même si cela ressemblait plus à un rictus malsain qu'à un véritable sourire. Il affirma ensuite que son couple tiendrait, parce qu'il avait arrêté ses relations contre-nature depuis l'officialisation de son couple avec Sonne.

Je hochai négativement la tête, une expression un peu plus compatissante sur mon visage trop pâle.

-Ça ne s'arrête jamais. Même si tu essayes, même si tu le veux et même si tu pries pour ça, ça ne s'arrête jamais. Ça revient toujours.

Je passai ma langue sur mes lèvres couverte de la bave de l'excitation d'un peu plus tôt.

-Si tu es comme moi, ça ne s'arrêtera pas.

Puis, je rigolai à nouveau...

-De toute façon, semblerait que ton « couple » soit maintenant officiellement brisé.

Je repris un  air plus sérieux quand mon cousin reprit la parole en disant que si je savais pour lui, il savait pour moi. Mais mon but n'avait jamais été de révéler cette information à quiconque, de toute façon, le seul que je voulais mettre au courant l'était, désormais.

Axel me menaçait. Si je disais ce qu'il était, il dirait ce que j'étais. Je hochai la tête, j'avais bien compris.

Il me tendit une main tremblante que je regardai une seconde avant de l'enfermer dans ma propre main, ferme. Ses yeux noirs étaient plongés dans les miens, bleus glace. Nous étions maintenant liés, plus que jamais, et par ce que nos esprits avaient de plus sombre.  

-Comme une vraie famille.

@ Billy Lighter




dangerous tonight
I'm dangerous like a razorback. Deadly like a heart attack. Well, I don't bend and I don't crack. Dangerous tonight... ©️ Alice Cooper
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: I Know Where You Live [PV Sonne][TERMINE]   

Revenir en haut Aller en bas
 

I Know Where You Live [PV Sonne][TERMINE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Symphonie des Sanglots, live or die [TERMINE♥] || Validée
» [Salle à manger]Petit diner entre amis [TERMINE]
» Yoho, quand sonne l'heure...[pv Luth]
» Live Fast, Die Young and Make a Beautiful Corpse - Anastasia Vanderbilt ❀
» Live your life to death (Featuring Nayki)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: L.A Rocks :: Beverly Hills :: Villa d'Axel Moriarty-