AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 If I Lie, You Die [PV Howard Stone][HOT...again !][Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Olivia Cortez
avatar


Messages : 422
Date d'inscription : 29/01/2017
Age du personnage : 16
Localisation : Ici, et là



MessageSujet: If I Lie, You Die [PV Howard Stone][HOT...again !][Terminé]   Jeu 18 Mai - 3:14



If I Lie, You Die
ft. Howard Stone




Furieuse.

Je ne vois pas un autre mot pour d’écrire comment je me sens en ce moment même.  Il y a quelques heures, j’étais pourtant comblée de joie.  J’avais passé une journée parfaite en compagnie de Jack, je savais avoir trouvé en lui bien plus qu’un manager.

Puis il m’avait raccompagné, et j’avais raconté ma journée à Dom et Dean dans les moindres détails au point où ils m’ont vite trouvé redondante mais j’assumais ma volubilité maladive parce que je voulais que tout le monde sache que la fille la plus heureuse de L.A., bah, c’est moi !

Et en entrant dans ma chambre, c’est sur mon lit que je l’ai trouvé. Il m’a nargué au premier regard. J’savais que quelque chose clochait.  Une feuille de papier et pas n’importe laquelle. Je reconnais bien le style de la feuille, la couleur des lignes, les trous dans la marge.  C’est une page de mon journal et c’est Howard qui est venu la déposer là.










Je sais qu’il te manque, si tu veux le ravoir, viens me rejoindre au Dizzy Warhol ce soir à 23h.
H.S.


© Billy Lighter


Je n’ai pas osé demander à Dom  s’il a entendu quelque chose ou vue quelqu’un rôdé aux alentours. Il serait capable de rester éveillé toute la nuit uniquement pour s’assurer que tout va bien. Et puisque j’ai rendez vous,  j’dois m’assurer qu’il dorme quand je passerai la fenêtre et que j’irai récupérer mon journal.

D’un côté, je suis contente que ce soit lui qui l’ait. J’sais maintenant que je peux le ravoir. Mais d’un autre, j’ai la certitude qu’il l’a lu et allez savoir ce qu’il pourra faire de mes écris. J’y parle de ma vie à Tijuana. De mon demi-frère et ce que j’ai enduré là-bas. J’y raconte mes joies et mes déceptions.  Mes rêves, mon père, ma carrière. Ma rencontre avec  les WintersWolves… Tous les dédales obscurs de mon cerveau y sont et c’est entre les mains de Stone.

J’ai dû prendre de longues minutes – voir heures – pour me calmer et prendre ma décision à savoir si j’y allais ou non.  Mais comme je veux mon journal coûte que coûte, je décide de me rendre dans l’Eastside.

Mais Stone ne l’aura pas facile s’il pense m’embobiner autour de son petit doigt comme la dernière fois. D’abord je ne boirai pas de whisky. Je ne ferai pas confiance à ses paroles d’or et surtout, il ne me touchera pas !

Je mets un temps fou à me préparer mais j’veux quand même être à mon meilleur et comme c’est un bar – encore-  si j’veux entrer, sans fausses cartes,  j’dois compter sur mon visage et mon assurance pour projeter un 21 an bien assumé.

J’peux pas croire, putain, que je vais encore flirter avec le danger après avoir passer ma journée avec Jack et le – me – convaincre que j’avais bel et bien appris la leçon et que jamais plus je ne tomberais dans le panneau.

Il est près de minuit quand j’arrive au Dizzy.  Faut bien  se faire désirer un peu et j’doute qu’il sache lire l’heure. Encore, j’suis surprise qu’il ait pu m’écrire une note.  Venant de lui, je m’attendais à de petits dessins.

J’rentre facilement dans le bar mais je ne m’y sens pas à l’aise comme au Stryge.  Les gens y sont… étrange et me regarde comme si j’étais un morceau de viande dans un steak house.  Au bar, bien adossé, comme si le monde lui appartenait, un Howard Stone en grande discussion avec une belle femme, grande, brune, généreusement gâtée par la nature.

Ça me fait sourire.

J’avance et je m’installe sur le banc à côté de lui. Je ne lui adresse pas un seul regard. Je me contente de me commander un verre, un Tango, bien entendu et je fais signe à la serveuse que c’est sur la facture de Stone.

Il me doit bien un verre.


@ Billy Lighter


Jimmy's daughter


Dernière édition par Olivia Cortez le Mer 7 Juin - 20:36, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Howard Stone
avatar


Messages : 808
Date d'inscription : 25/11/2015
Age du personnage : 33
Localisation : Chez Apolline


Who am I?
Je suis:
Relations:
Song:


MessageSujet: Re: If I Lie, You Die [PV Howard Stone][HOT...again !][Terminé]   Jeu 18 Mai - 15:51



If I Lie, You Die
ft. Olivia Cortez


Atticus était mort. J’l’avais appris hier… C’était la période des hécatombes. Après Kayden, Atticus… A croire qu’la mort avait décidé de faucher dans le p’tit monde des rockstars. Un monde donc je faisais partie…

Le problème c’était que la mort de Kayden avait réussi à m’arracher des larmes alors que c’était qu’un collègue… Celle d’Atticus m’avait fait plus d’effet. C’était un bon pote à moi le Fetch. On en a fait des virées en voiture ensemble. Sans compter les fêtes. J’lui avais trouvé un nouveau manager et j’l’avais aidé à devenir le Phoenix… C’était mon meilleur ami… Et maintenant, il était mort pour de bon. J’savais que les larmes viendraient un jour… Elles arrivaient toujours à retardement. Mais, pour l’instant, j’avais juste une boule au ventre…

Aujourd’hui matin, j’me tapais encore le contrecoup de la nouvelle. J’avais le soutien d’Apolline mais pas possible de me tirer un seul sourire. Ni une seule larme… Il me fallait de plus grands moyens pour arriver à oublier que j’avais perdu un de mes rares amis. J’avais alors pris la caisse pour faire le tour de la ville. Et quand j’me suis arrêter à une station-service pour m’acheter une bouteille de whisky, j’avais cherché mon portefeuille dans la boîte à gant et était tombé sur le journal d’Olivia. La vision du journal n’était pas sans me rappeler la branlée que m’avait foutu son manager y’a peu de temps de ça… En plein milieu de chez MTI en plus…

Je soupirai et remis brutalement le journal dans la boîte à gant. J’allai acheter mon whisky et revins dans la voiture avec dans l’idée qu’il fallait vraiment que j’me débarrasse de ce foutu journal… Que je détruise tout ce qui me reliait à Olivia. Mais pas en lui facilitant la tâche. Pourquoi j’en voulais tant à l’ado ? Parce que j’avais l’impression qu’elle m’avait fait passé, auprès de Jack, pour plus connard que je ne l’avais été. Et que ça m’avait valu une trace (qui était toujours-là) au-dessus de l’arcade. Telle père, telle fille. L’ado ne devait pas être plus vertueuse que son foutu père. Et elle avait dû faire sa p’tite victime. C’est pour ça que je ne voulais pas qu’elle s’en sorte aussi facilement.

Et puis... Ça allait être plus fun comme ça...

Je bus un grand coup de whisky… Et, j’arrachai une page vierge du carnet d’Olivia. Je sortis un bic de ma boîte à gant et écris un message destinée à la fille de Reed. Il me restait plus qu’à déposer le message à un endroit où Olivia n’allait pas le rater.

Et cet endroit c’était chez elle.

Je démarrai en trombe gardant une main sur le volant et l’autre pour le whisky que je portai à ma bouche toute les trente secondes. J’arrivai, quelques minutes plus tard, devant la maison des Winter Wolves où résidait Olivia. C’était l’problème de tout mettre dans un journal intime. Quand on le perd, on donne à celui qui le trouve toutes les informations pour se faire trouver. Olivia avait de la chance que j’suis pas un psychopathe sanguinaire.

J’suis qu’Howard Stone… Batteur de The Burning Fire.

J’arrivai devant la porte de sa fenêtre. L’avantage c’est qu’il ne semblait pas il y avoir quelqu’un… La fenêtre était entrouverte sans doute à cause de l’été caniculaire de L.A. J’y entrai sans faire de bruit et déposai la lettre sur le lit…

Y’avait plus qu’à attendre de voir si la grande gueule qu’était Olivia avait, enfin, du courage.

***
-C’était un brave gars, j’te l’jure Mandy…

L’alcool coulait dans mes veines… La drogue me montait au cerveau. Et pourtant, c’était sans trop de mal que j’arrivais à faire la conversation avec Mandy, une jolie brune qui était une des coiffeuses de The Lightening.

Il était presque 23h et on était au Dizzy. J’avais passé ma pré-soirée à arpenter les bars… J’savais qu’Apolline devait faire pareil de son côté. Et rien que cette idée me faisait faire la moue.

-Je sais Howard… Tu me le répète depuis une heure. Atticus était un gars bien. Et c’est vraiment horrible ce qu’il lui est arrivé.

J’approuvai de la tête buvant mon verre de vodka. Mandy allait sûrement être ma conquête de la soirée et j’allais être prêt à conclure quand j’entendis, à côté de moi, une voix de fille que je connaissais. Je me tournai vers la source de la voix

Olivia Reed…

Ah ouais… J’avais oublié que je lui avais donné rendez-vous… J’avais, pourtant, son journal dans ma poche. Je l’avais mis là en début de soirée avant de rentrer dans le Dizzy.

Elle fit signe à la serveuse de mettre son p’tit Tango sur mon compte.

-J’me rappelais pas que j’te devais un verre.

Elle se gênait pas la p’tite. Ce qui n’était pas pour atténuer la rancune que j’avais envers elle. Pour moi, c’était qu’une p’tite cafteuse qui s’était plaint à son manager.

Mandy, voyant que j’étais déjà préoccupé par autre chose qu’elle, s’en alla discuter avec quelqu’un d’autre.

Je toisai déjà Olivia du regard toujours adossé au bar mais la tête tournée vers elle. La serveuse lui apporta son Tango et je bus le reste de mon verre de vodka jetant un regard méprisant au verre d’Olivia.

-En plus tu m’fais payer un Tango… J’croyais que j’t’avais appris à apprécier les bonnes choses. Pas les p’tits cocktails de p’tite fille.


Un sourire en coin s’afficha sur mon visage. Mais mon regard restait étonnamment sérieux. L’intervention de Jack et d’autres sentiments par rapport à d’autres trucs qui n’avaient rien à voir était la raison de ça.

Je sortis le carnet d’Olivia de ma poche et le posait d’un coup sur le bar juste à côté du verre d’Olivia.

-Voilà ton journal, Miss Tijuana…

Une fois son journal posé, je fis mine de regarder ailleurs. Le journal était rendu. Je ne lui devais plus rien à la p’tite gamine de Reed.

@ Billy Lighter


Don't give in without a fight © Pink Floyd
Revenir en haut Aller en bas
Olivia Cortez
avatar


Messages : 422
Date d'inscription : 29/01/2017
Age du personnage : 16
Localisation : Ici, et là



MessageSujet: Re: If I Lie, You Die [PV Howard Stone][HOT...again !][Terminé]   Jeu 18 Mai - 19:03



If I Lie, You Die
ft. Howard Stone




J’commande mon cocktail et j’sens que Stone se dévire  vers moi. J’sais pas s’il m’a vu, s’il s’est rendu compte que je suis là mais  j’ai pas tant envie de lui parler. Tout ce que je veux, c’est mon journal et j’suis prête mentalement à me le voir filer sous le nez.

J’ai aucunement confiance en Stone, valait donc mieux que j’envisage toutes les possibilités. J’avais pensé à tout sauf à comment  tout ça va se terminer.

C’est quand la serveuse se penche vers lui – probablement pour lui demander son dû – qu’il lance, en gueulant par-dessus la musique :

- J’me rappelais pas que j’te devais un verre.

- T’inquiète, j’suis même surprise que tu te souviennes de moi !


Il veut quoi, une médaille en plus ?  Je fais tourner mon tabouret pour lui faire face, je croise mes jambes et je pose mon sac sur le comptoir et j’attends qu’il se passe un truc. J’veux que mon journal et foutre le camp.

On m’apporte mon verre, c’est d’jà ça de prit mais c’pas ce qui m’importe pour l’instant. Je bois une gorgée de mon Tango  - imitation d’un Tango – ça a la couleur, mais ça n’a pas le goût de celui du Stryge. Celui-ci st amer, mais en fin de compte, c’est probablement dû qu’à la présence de Stone.

- En plus tu m’fais payer un Tango… J’croyais que j’t’avais appris à apprécier les bonnes choses. Pas les p’tits cocktails de p’tite fille.

- Ah ouais ! Tu m’en a biens appris des choses… l’une m’a fait vomir, l’autre m’a fait saigner. Et juste pour info, c’est Eddy Cort qui m’a initié au Tango et au moins, j’ai pas eu a baiser avec pour ça !


La serveuse en échappe un verre qui roule sur le comptoir et se brise sur le sol. J’m’en fiche un peu qu’elle ait entendu.  Tout comme Mandy qui était revenu  se commander un nouveau verre, à elle et son nouveau prospect.

- Jolie l’arcade sourcilière. C’est paiement pour service rendu ou alors ta dernière conquête c’est simplement rendu compte qu’elle aurait été mieux servis par son index ?

J’vais loin. Trop loin mais j’ai tellement de colère en moi contre lui que je dois la faire sortir, qu’importe comment.  J’lui en veux à mort. Pas pour l’alcool. Pas pour le sexe. Mais pour m’avoir laissé sans réponse. Pour m’avoir laissé gérer tout ça seule sans savoir, sans comprendre. De ne pas s’être inquiéter  de savoir si j’étais en mesure de bien prendre mes décisions.

Jamais il ne m’avait forcé à faire quoi que ce soit mais déjà, sur la plage, quand je titubais pour retourner à sa voiture, il aurait dû arrêter voyant dans quel était j’étais.

Mais il a choisit de continuer. Pour lui. Pas pour moi.

Il sort de sa poche mon journal qu’il vient claquer sur le comptoir. Je sursaute un peu croyant sur le coup qu’il allait me frapper avec.  Je lui sers un regard des plus glacial alors que déjà je le prends et le met dans mon sac.

- Voilà ton journal,  Miss Tijuana…

- En plus de manquer de jugement, la notion du privé tu connais pas ?  Clairement que tu as lu mon journal autrement tu saurais pas pour Tijuana. Et j’imagine que tu as lu et que tu t’es payé un mega fou rire… mouais…  t’as sans doute fait ça.


Et  ça me fou encore plus la haine. Parce qu’en lisant ça, il sait que Sylvio a abusé de moi. Il sait qu’Enrique m’a supplié de ne pas le dénoncer. Il sait que ma mère  a fermé les yeux là-dessus. Il sait aussi  tout sur mes histoires, mes copines,  ce que j’ai  fait pour me faire virer du lycée.

Toutes mes compositions, mes chansons, mes poèmes. Mes rêves au sujet de mon père. Putain il a dû bien rigoler le Howard ! Il sait aussi qu’une fois à L.A. j’ai volé des trucs un peu partout. La liste y est avec la date et l’argent que je dois. Il sait aussi que pour certain, j’ai commencé à rembourser en allant laisser l’argent  près des tiroirs caisses incognito.

Il sait plein de truc et je me sens agressé intellectuellement.

J’hésite une seconde à lui foutre mon verre en plein gueule.  Mais je me contente de descendre de mon banc. J’ai plus rien à faire ici.  Je sors  un billet de 20$ et je le claque sur le comptoir là où lui-même avait posé mon journal.

- Tiens ! ça paie mon drink, puis la monnaie, garde là comme salaire pour service rendu !

Bon j’viens limite de le traiter de pute mais… j’trouve ça drôle quand même. J’replace mon sac sur mon épaule et je commence à me frayer un chemin vers la sortie.


@ Billy Lighter


Jimmy's daughter
Revenir en haut Aller en bas
Howard Stone
avatar


Messages : 808
Date d'inscription : 25/11/2015
Age du personnage : 33
Localisation : Chez Apolline


Who am I?
Je suis:
Relations:
Song:


MessageSujet: Re: If I Lie, You Die [PV Howard Stone][HOT...again !][Terminé]   Ven 19 Mai - 13:49



If I Lie, You Die
ft. Olivia Cortez


Olivia avait le culot de me faire payer l’verre. C’est uniquement ça qui m’avait fait remarqué la présence de l’ado. Sans me regarder, elle déclara qu’elle était déjà surprise que je me souvienne d’elle. Comment je n’aurais pas pu m’en souvenir ? Amon, Apolline et Jack avait tout fait pour que j’oublie pas l’histoire.

-J’suis plein d’surprise, que veux-tu…

Olivia me fit enfin face et j’fus quand même un peu déçu que tout ce qu’elle voulait me faire payer c’était un misérable Tango. Le Dizzy vendait la meilleure vodka de l’Eastside et, la p’tite Livia, elle s’prenait un foutu Tango. C’était nul.

Olivia rétorqua que j’lui avais bien appris les choses. Et elle me rappela tous les effets secondaires indésirables des expériences que je lui avais fait vivre. Et elle ajouta que l’Tango, c’était Cort qui l’y avait initié et qu’elle avait pas eu à baiser pour ça. J’fis la moue et haussai les épaules. Cort buvait vraiment du Tango ? P’tin…

Olivia parlait très fort. Assez pour que les gens autour entendent notre conversation. Dont la serveuse qui en lâcha son verre. J’m’en foutais qu’tout l’monde le sache… J’m’en foutais de tout. C’est souvent ce qui arrivait quand la drogue et l’alcool altérait mon esprit. Comme ce soir où j’avais encore abusé même si ce n’était pas tant visible. Et je savais que j’allais pas m’arrêter là…

-J’ai jamais dit qu’devenir adulte c’était sans douleur… Et sans contrainte…

J’relevai pas le reste des remarques. Elle me prenait pour le méchant. Et j’avais de moins en moins de doute quant au fait qu’elle avait fait sa victime devant Jack.

Mandy était revenu près de nous avec un type accroché à son bras. J’m’en foutais qu’elle s’en trouve un autre. J’m’en foutais de Mandy. Et j’m’en foutais déjà avant qu’Olivia n’arrive en réalité.

J’avais sifflé ma vodka et j’en commandais une autre alors que la serveuse, maintenant, me regardait d’un drôle d’air. Mais j’relevai pas ça non plus, j’me contentai d’écouter Olivia… Ouvertement me provoquer. Elle avait remarqué ma belle arcade amochée et elle n’avait pas pu s’empêcher d’aller trop loin en remettant en cause mes compétences.

Comme devant Pac Man.

J’lui envoyai un regard noir. Elle devait jamais m’avoir vu avec un tel regard. Mais ses p’tites interventions d’ado provocatrice qui avait rien dans l’ventre commençait à m’taper sur les nerfs.

-Y’a pas que toi qui as subi des effets secondaires indésirables de cette foutue journée à la plage, Reed.

Elle m’en voulait. J’lui en voulais. C’était comme ça. Je m’enfilai le verre de vodka comme si c’était de l’eau et finis par sortir le journal et le déposer sans cérémonie sur le bar. J’lui révèle en une phrase que j’en avais lu toutes les pages sans l’moindre remord. Et Olivia se braqua en disant que j’devais m’être tapé un bon fou rire en le lisant.

Non… Ça ne m’avait pas amusé du tout, tout ce que j’avais appris dans ce p’tit carnet. En vrai, mes remords avaient commencé à arriver quand j’l’avais lu. Pas parce que j’étais en train de violer la vie privée d’une ado en lisant sans souvenir… Mais parce que j’savais que ce que j’avais fait c’était mal… Mais, avec tout ce que j’avais pris ce soir, j’étais incapable de l’avouer comme ça. En réalité, même sobre c’était pas simple à avouer.

Je ne dis rien. J’soupirai seulement hochant négativement de la tête comme pour exprimer à Olivia que j’avais pas ri en lisant tout ça. Et Olivia posa un billet de 20 dollars sur le comptoire. C’était pour le verre et pour service rendu. Elle continue dans la povoc’. Je soupire… J’vois que tout ça chamboule Olivia. Autant que ça m’chamboule moi-même. Mais j’ai pas le temps d’en placer une qu’Olivia commence à partir.

J’me rappelais de tout ce que j’ai lu. Et je fermai les yeux brutalement. J’pouvais pas rester là-dessus. J’pouvais pas continuer, aux yeux d’Olivia, à être le grand méchant qui, en plus de s’taper des ados, lit leur journal intime. Surtout après ce que j’avais lu dans ce dernier. Je rouvris les yeux. Et j’vois le regard de Mandy qui m’exhortait, sans rien dire, à rattraper l’ado. J’abandonne le billet de 20. Il fallait que je la rattrape.

Je réussi à arriver à sa hauteur avant qu’elle ne rejoigne le sortir. Je posai ma main sur son épaule.

-Attends, Livia…

Je la fis se retourner vers moi.

-Ecoute, j’aurais pas dû lire tout ça… Et… J’m’en veux pour l’autre jour…

Il y avait du monde autour de nous et on avait du mal à s’entendre.

-Viens, j’ai quelque chose à te dire… Mais ici, on ne s’entend pas…

Je l’entrainai dans les coulisses derrière la p’tite scène du Dizzy. J’ai aucun mal d’y accéder. Aucun employé ne me barrait la route. Parce que j’étais le batteur de The Burning Fire et que, j’avais l’droit d’entrer partout. Rien que pour ça. On entends moins la musique et le couloir des coulisses est totalement vide parce qu’il y avait pas de concert prévu ce soir.

-J’ai lu ton journal. Et… J’suis vraiment désolé d’avoir été si loin avec toi l’autre jour. J’savais pas pour…

J’pris un air désolé et j’soupirai en même temps n’arrivant pas à mettre des mots sur ce que j’avais lu… Et sur ce que j’avais fait.


@ Billy Lighter


Don't give in without a fight © Pink Floyd
Revenir en haut Aller en bas
Olivia Cortez
avatar


Messages : 422
Date d'inscription : 29/01/2017
Age du personnage : 16
Localisation : Ici, et là



MessageSujet: Re: If I Lie, You Die [PV Howard Stone][HOT...again !][Terminé]   Ven 19 Mai - 16:17



If I Lie, You Die
ft. Howard Stone




J’suis toujours aussi furieuse mais à ce sentiment, s’ajoute le chagrin de savoir mes secrets entre les mains d’un être cultivant si peu  civisme et respect.  Il se prend pour le Roi du monde, il a tous les droits et nous, nous sommes que des tapis sur qui sa Majesté Stone s’essuie les pieds.

Pauvre petit garçon qui pleurniche  ne pas être le seul à vivre les contres coups de cette journée à la plage.  J’vois pas trop ce qu’il a à gérer, en même temps, j’veux pas le savoir.  Personne va l’embêter pour une stupide photo.  Ou presque personne… ?

Je lui ai dit ce que je pensais de lui, j’ai récupéré mon journal, je n’ai plus rien à faire  ici alors je prends mon sac et je saute en bas de mon tabouret pour me frayer un chemin au travers des gens. La progression n’est pas facile, l’endroit est probablement rempli à pleine capacité et j’ai beau jouer du coude pour passer, j’suis pas prête de sortir d’ici.

- Attends, Livia…

Et merde… il veut continuer cette joute verbale encore longtemps ? Howard m’a rejoins et posa sa main sur mon épaule pour m’arrêter, me faisant me tourner vers lui. Je le fusille du regard. J’veux pas qu’il me touche, j’veux pas qu’il me parle. Mais prise aux pièges entre des fêtards imbibés qui me bloquent la sortie et Stone qui me retient doucement – quoi que fermement – j’n’ai pas tellement le choix.

- Écoute, j’aurais pas dû lire tout ça… Et… J’m’en veux pour l’autre jours…

J’force un peu pour l’entendre mais je capte un mot sur deux.  Je fronce des sourcils en levant une main en l’air vers mon oreille pour lui faire comprendre que j’ai pas tout saisi et il se penche un peu plus vers moi pour  me dire ce que je sais déjà :

- Viens, j’ai quelque chose à te dire… Mais ici, on ne s’entend pas…

J’hésite une seconde. J’ai pas tellement envie d’écouter ses salades et le laisser, une fois de plus, m’embobiner comme une conne. Mais en même temps, j’risque quoi dans un bar bondé de monde ? Il ne peut pas arriver grand-chose.

Howard me prend par le bras pour m’entraîner  vers ce qui me semble être les coulisses. Personne ne nous barre le chemin cette fois. L’air à l’arrière est plus respirable. Il fait moins chaud et c’est surtout beaucoup moins bruyant.

D’entrée de jeu, Howard me confirme avoir lu mon journal et je suis d’jà prête à lui arracher les yeux mais il prononce des mots dont je l’ignorais capable.

- J’suis vraiment désolé d’avoir été si loin avec toi l’autre jour. J’savais pas pour…

- Tu savais pas pour… Pour Sylvio ?


Je ferme les yeux en secouant lentement la tête de la gauche vers la droite.  J’peux pas croire qu’il tente de faire un rapprochement entre ce qui s’est passé avec Sylvio et ce que nous avons vécu l’autre jour.  C’est tellement… différent !  

- Howard… arrête.  Tu peux pas… ramener des trucs que tu as lu en ayant l’impression de comprendre ce que j’ai vécu. Et ce qui s’est passé entre nous, c’est à milles lieux de ça.
J’ouvre les yeux et je le regarde.  Pour une fois, il semble réellement sincère et je lève ma main, effleurant du bout du doigt son arcade sourcilière enflée.  Ça en est un, effets secondaires indésirables de cette foutue journée à la plage ?

- J’t’en veux… pas pour l’alcool, ni même pour l’après… j’t’en veux parce que… t’aurais pas dû me laisser faire.  J’fais peut-être fausse route mais de nous deux, c’est toi l’adulte. T’avais pas envie a un moment de me stopper, de me dire que c’était pas raisonnable ?  T’es partie comme un putain de voleur ! Et pas b’soin de me dire que c’est moi qui a ouvert la fenêtre ! J’sais tout ça ! J’comprenais plus ce qui venait de se passer. J’avais peur, j’avais mal et terriblement honte. Pis t’es partit…

Délivrance !  Y’a pas de mot pour décrire  ce que je ressens là que je viens de lâcher le morceau. Et à la bonne personne.


@ Billy Lighter


Jimmy's daughter
Revenir en haut Aller en bas
Howard Stone
avatar


Messages : 808
Date d'inscription : 25/11/2015
Age du personnage : 33
Localisation : Chez Apolline


Who am I?
Je suis:
Relations:
Song:


MessageSujet: Re: If I Lie, You Die [PV Howard Stone][HOT...again !][Terminé]   Sam 20 Mai - 17:30



If I Lie, You Die
ft. Olivia Cortez


Olivia me fusillait du regard. Si j’avais pris l’temps de lui courir après c’était parce que j’m’en voulais. Et, si j’me trouvais des excuses depuis l’début et que j’étais aussi brute, c’était pour me donner bonne conscience. Parce que j’voulais pas qu’on me croit comme seul coupable de ce qu’il s’était passé. J’avais d’jà eu les reproches d’Apolline. J’avais d’jà eu le point de Jack. Et c’était assez... J’avais pas b’soin des remords que me filait Olivia. Et que j’avais déjà sans elle…

J’lui avouai m’en vouloir, mais on s’entendait pas trop bien au milieu de la foule et avec la musique qui y allait plein tube. Il fallait qu’on puisse se parler sans crier. Et pour ça, j’décidai d’entrainer Olivia vers les coulisses du bar. J’l’ai senti hésiter… Mais elle finit par me suivre.

La musique et le bruit de la foule devient moins audible dans les p’tites coulisses vides. On s’arrêta au beau milieu et j’m’excuse d’entrée de jeu… J’m’excuse parce que j’savais pas... Et, si je n’arrivai pas à mettre des mots sur les choses, Olivia me les extirpa de la bouche.

-Ouais… J’savais pas pour Sylvio…

J’voulais pas qu’elle me confonde avec ce type. J’flirtais souvent avec les limites… Mais j’étais pas comme ça. Elle secoua la tête. Et elle déclara que j’pouvais pas comprendre ce qu’elle avait vécu… Que ce qu’on avait fait n’avait rien à voir avec ce que Sylvio lui avait fait subir. J’soupirai et baissai un peu les yeux. J’devais comprendre quoi ? Que ce qu’on avait fait c’était pire ? Que c’était pas grave ?

Je relevai les yeux quand Olivia effleura mon arcade qui, au toucher, me faisait encore un peu mal. Jack avait une sacré droite…

Olivia reprit la parole… J’savais de toute façon pas quoi dire à part que j’étais désolé… Et que je le ferais plus… J’avais l’impression que c’était la phrase qui revenait tout le temps… Et que j’disais tout le temps… Parfois plusieurs fois aux même personnes. La fille de Reed m’en voulait pas pour les leçons… Elle m’en voulait pas mais disait quand même que j’aurais pas dû la laisser faire. Parce ce que c’était moi l’type de 33 ans… Elle la fille de 16…

Elle m’en voulait pour ça… Et parce que j’l’avais planté-là. Comme j’en avais planté-là des centaines d’autres avant elle. Elle avait eu peur de toutes les nouvelles sensations que je lui avais procurées. Et elle avait dû gérer ça toute seule parce que j’m’étais barré. Je baissai, à nouveau, les yeux.

-J’suis pas un adulte…

J’soupirai. J’ai toujours été un ado dans ma tête. Mon frère, avant sa mort, arrêtait pas de me dire qu’il était temps de grandir… Et comme j’ai passé ma vie à le contredire, j’ai tout fait pour rester irresponsable. Et c’était devenu mon mode de fonctionnement. Parce que j’voulais pas devenir comme Roger Stone. Et j’pouvais dire que j’excellais au fait d’être tout l’inverse de ce qu’il était.

-J’sais que j’aurais pas dû aller si loin... Mais j’ai pas pu m’en empêcher parce que j’suis comme ça. Je ne me suis pas rendu compte que ça t’avais tant bouleversé, ni que t’aurais du mal à gérer. J’sais pas si j’t’aurais été d’une grande aide en plus… Mais j’aurais dû rester quand même… J’crois que j’culpabilisais déjà, c’est pour ça que j’suis parti si vite.

J’soupirais.

-J’suis désolé… Pour ça et pour le journal…

C’est tout ce que j’pouvais dire. Et j’savais me faire pardonner. J’avais ça dans le sang. J’remontai mon regard pour le plonger dans celui d’Olivia. J’faisais mon air triste et désolé. Et j’l’étais… Il n’y avait qu’un geste parasite pour gâcher un peu l’tableau. Celui de frotter brièvement mon nez d’un revers de la main. Signe qu’il était bientôt temps de ne refaire une ligne de coke. Mais ça attendra.



@ Billy Lighter


Don't give in without a fight © Pink Floyd
Revenir en haut Aller en bas
Olivia Cortez
avatar


Messages : 422
Date d'inscription : 29/01/2017
Age du personnage : 16
Localisation : Ici, et là



MessageSujet: Re: If I Lie, You Die [PV Howard Stone][HOT...again !][Terminé]   Dim 21 Mai - 4:40



If I Lie, You Die
ft. Howard Stone




Tout va trop vite dans ma tête. Parce que j’dois déjà gérer le fait qu’Howard Stone m’offre un repentir plus ou moins sincère mais le fait qu’il ait lu mon journal c’est pire que tout le reste. De toutes les personnes à qui j’aurais pu confier mes secrets, il arrive nettement en fin de peloton.

Mais c’est fait.  J’ai le choix de lui en vouloir toute ma vie ou je  tourner la page et passer à autre chose. Et comme j’suis venue à L.A. pour commencer à vraiment vivre ma vie,  j’préfère oublier qu’il a lu mon journal  et les secrets que je préfère oublier de toute façon.

L’arcade sourcilière d’Howard semble vraiment douloureuse puisqu’il grimace alors que je ne l’effleure qu’à peine. J’en suis désolée. Et puisqu’on en est là, j’lui vide mon sac,  j’lui dit tout ce que j’ai sur le cœur depuis cette fameuse journée et ça fait vraiment du bien, même si j’ai les yeux bordés de larmes.

- J’suis pas un adulte…

- T’es pas un connard non plus…


Parce que malgré tout ce que j’ai pu penser, tout ce que j’ai pu ressentir,  j’arrive pas à le cataloguer dans ce registre.  J’aurais tellement envie, la tout de suite qu’il laisse tomber son masque. Parce que ouais, j’suis 100% convaincue qu’il se cache sous cette facette, ce faux air de connard qu’il se donne pour éviter de faire face a la vie et ses responsabilités.  

Mais pourquoi ?  Putain j’ai 16 ans et j’ai d’jà compris ça !

Howard laisse passer un long soupire.  Il baisse les yeux avant de me regarder de nouveau et d’y aller avec son propre constat.  

- J’sais que j’aurais pas dû aller si loin... Mais j’ai pas pu m’en empêcher parce que j’suis comme ça. Je ne me suis pas rendu compte que ça t’avais tant bouleversé, ni que t’aurais du mal à gérer. J’sais pas si j’t’aurais été d’une grande aide en plus… Mais j’aurais dû rester quand même… J’crois que j’culpabilisais déjà, c’est pour ça que j’suis parti si vite.

- Tu sais ce qui est pire que tout là dedans ? C’est que si c’était pas du fait que t’es partis alors que j’avais b’soin de toi, tout serait parfait,
et c’est trop difficile de les retenir, mes larmes coulent sur mes joues, et nous en serions pas là avec nos putains de remords à la con ! Sauf pour…  c’te crétin de photographe !

Parce que, faut bien être honnête, sans lui, il n’y aurait pas eu de photo et Jack n’aurait rien vu. J’aurais pas eu l’impression qu’on me regarde dans la rue en se demandant si j’suis pas la fille de la photo. T’sais, la photo avec Stone ?...  

- J’suis désolé… Pour ça et pour le journal…

J’ai rien à ajouter. J’le sens honnête et j’ai envie d’y croire. Pas parce qu’il me fait ses petits yeux de chaton et qu’il l’ancre au miens.  Non ça rien à voir. Quoi que…

- Pour toi, ça va aller là. Moi j’reste coincé avec une première fois désastreuse. J’aurai jamais une seconde première fois et j’vais toujours me dire «  Stone c’était l’horreur! »

J’laisse aller un rire nerveux alors que j’essuie mes larmes.  C’est triste et drôle à la fois.  Mais bon y’a pire comme situation. Comme de se retrouver dans les coulisses avec un mec qu’on a détesté de toutes ses forces il y a à peine 10 minutes et d’avoir  férocement envie de l’embrasser. Ça, c’est vraiment pire que de rire en pleurant…


@ Billy Lighter



∞:
 


Jimmy's daughter
Revenir en haut Aller en bas
Howard Stone
avatar


Messages : 808
Date d'inscription : 25/11/2015
Age du personnage : 33
Localisation : Chez Apolline


Who am I?
Je suis:
Relations:
Song:


MessageSujet: Re: If I Lie, You Die [PV Howard Stone][HOT...again !][Terminé]   Dim 21 Mai - 16:56



If I Lie, You Die
ft. Olivia Cortez


J’me catégorisais pas dans la case adulte. Parce que j’en étais pas un. J’savais que, dans ma tête, j’étais pas beaucoup plus vieux qu’Olivia. J’avais toujours envoyé chier les responsabilités parce que ça m’ennuyait. J’avais toujours envoyé tout chier pour vivre comme je vivais maintenant. J’buvais, j’faisais de la batterie, j’me droguais, j’dormais quand j’voulais, j’squattais où j’en avais envie, j’pariais, j’faisais la fête… J’étais même pas considéré comme un adulte par mon manager. Et ça m’allait très bien comme ça.

Mais si j’pouvais pas m’caser dans cette p’tite case, Olivia pouvait pas m’caser dans la case du « connard fini ». J’la regardai avec un peu de reconnaissance dans les yeux. C’était comme un soulagement d’entendre ça. Elle venait, en un mot, d’me libérer de mes remords. De me dissocier de Sylvio. Et c’était tout ce que j’avais besoin d’entendre.

J’expliquai j’aurais pas dû aller plus loin. Et j’m’excusai d’avoir pas assez fait attention à elle. Et elle confirma que si j’étais pas parti comme ça, tout aurait été mieux. J’sais pas… P’tètre bien. P’tètre que ça aurait été pire. Mais tout ce que j’savais c’est qu’Olivia blâmait surtout le photographe qui avait fait qu’elle s’était retrouvé exposée dans L.A.People. C’est c’t’article qui m’avait valu cette marque sur mon arcade… Et j’savais pas ce qu’Olivia avait vécu de son côté à cause de quelques mots et une photo. J’y avais pas pensé.

-Ouais… L’article c’était pas cool. J’aurais dû faire plus attention à ça… Et au reste, aussi.

Avec des « si » on refait l’monde. C’était ce qu’il disait toujours le Roger Stone. Quand j’relevai les yeux c’était pour constater que les larmes coulaient sur les joues d’Olivia. J’me rappelais que Jack m’avait dit que j’avais aucune idée ce que tout ça avait fait à l’ado. Maintenant, j’le voyais en direct. Et j’aurais préféré pas le voir. Tout ce que j’avais comme arme pour redorer mon blason c’était m’excuser. Et c’est ce que je fis en sortant mes p’tits regards habituels. Mes p’tites mimiques du p’tit Howard qui regrette. Un regard que j’avais servi des millions de fois avec plus ou moins de sincérité. Mais cette fois, j’étais sincère. J’voulais que toute ces conneries soient derrières moi.

Mais c’était pas tout à fait suffisant. Parce qu’Olivia disait qu’elle restait sur une mauvaise première fois. J’savais même pas s’il y avait des bonnes premières fois. Sans doute… J’sais pas. J’me rappelle même plus de la mienne. Elle aurait jamais de seconde première fois. Personne n’en a jamais. On a jamais d’seconde première fois, tout comme on a qu’une famille… Y’a des trucs qu’on a qu’une fois et pas plus. Et c’était mon ego qu’elle toucha. Un ego à fleur de peau à cause des substances ingurgitées pendant la soirée avant que la blonde ne se pointe. Elle rigolait nerveusement.

-J’suis sûr que ta seconde fois sera bien meilleure… Maintenant, on devrait oublier tout ça et aller s’amuser un peu.

Mais j’me risquai pas à dire que j’en serais responsable de cette seconde fois même si j’avais laissé transparaitre une moue. J’pouvais pas. Y’avait quelque chose de puissant qui me retenait de satisfaire mon ego et de faire oublier sa première fois à Olivia pour lui offrir une merveilleuse deuxième fois. Comme ça elle se dira, « Stone c’était l’meilleur ». La force qui m’en empêcher c’était pas les poings de Jack qui allaient suivre, pas l’ombre de Jimmy Reed ou des trucs dans ce genre-là. Ce qui m’en empêchait, c’était Apolline. Mon ego se battait avec cette puissance qu’était l’Ecossaise… Mais la puissance était réduite par l’alcool, la drogue et tout ça…

Le combat acharné continua. Mais moi, j’devais pas rester planté comme un con devant Olivia. J’approchai mes lèvres et les posai au bord de ses lèvres pour un bref mais intense baiser que j'voulais chaste (quoi que j'suis pas sûr de bien maîtriser le terme). Et j’comptais m’arrêter là…



@ Billy Lighter


Don't give in without a fight © Pink Floyd
Revenir en haut Aller en bas
Olivia Cortez
avatar


Messages : 422
Date d'inscription : 29/01/2017
Age du personnage : 16
Localisation : Ici, et là



MessageSujet: Re: If I Lie, You Die [PV Howard Stone][HOT...again !][Terminé]   Dim 21 Mai - 19:57



If I Lie, You Die
ft. Howard Stone




Y’a rien de plus à dire, même si nous le voudrions, j’crois que le sujet est clos. J’me sens mieux et j’espère que c’est pareil pour Howard. Seulement il se croit aussi responsable pour l’article alors qu’il n’y était pour rien.

- Tu aurais pu faire quoi ?  Courir après le mec, lui casser sa caméra ? Cette photo là, un jour, j’vais l’aimer et en être fière.  Elle a juste été publiée avec 5 ans d’avance… Faut l’assumer Howard. Y’a pas d’autre choix.  

Nous sommes, l’un comme l’autre, en proie à des sentiments partagés sur ce que nous avons vécu.  Des regrets, de l’amertume, mais aussi un certains soulagement  puisque nous avons pu  mettre carte sur table.

J’voudrais pouvoir le revoir en d’autres occasions et être autant heureuse de le croiser qu’un bon ami. J’veux pas et je souhaite pas qu’un malaise s’installe de façon définitive.

J’essuie mes larmes sur le dernier constat possible. Ma première fois sera jamais entachée par toute cette histoire aux dimensions disproportionnées.  Pour avoir parlé avec Natacha,  ce n’est généralement pas un bon souvenir pour la majorité des gens. Seulement,  ils ne se retrouvent pas tous dans L.A. People…

- J’suis sûr que ta seconde fois sera bien meilleure… Maintenant, on devrait oublier tout ça et aller s’amuser un peu.  

Howard a raison. Si nous oublions nous même, les autres aussi finiront par oublier. Parce qu’il n’y aura plus d’intérêt à raconter quoi que ce soit. Seulement,  ce que je ressens là tout de suite est à l’opposé de ma raison. Comme pour la première fois, sur la plage,  Howard dégage une telle force d’attraction sur moi que je suis sur le point de lui sauter au cou.

Et c’est come si lui-même venait de lire mes pensées puisqu’il m’embrasse à la commissure des lèvres, un baiser furtif mais intense.  Assez pour allumer la mèche d’une bombe qui ne va pas tarder à nous exploser en plein visage.

J’pose ma main sur son torse pour  tenter de le tenir a distance raisonnable mais c’est peine perdu puisque c’est moi qui se retrouve pendu a son cou à lui rendre ce baiser étourdissant. Je me retrouve coincé entre Howard et un mur sur lequel un tas de choses y sont accrochés. Mon seul équilibre repose sur celui de Stone qui n’a rien de stable, croyez-moi.

Ça n’a rien à voir avec la plage.

C’est brûlant, c’est furieux, c’est intense. C’est orageux, à l’image des derniers jours.

J’veux hurler pour exorciser tout ça, mais  j’me retiens, me contentant de lui mordre la lèvre au passage. C’est le baiser de la revanche, qui prend fin quand tous les deux sommes à bout de souffle. J’me retiens tant bien que mal, un bras autour du cou d’Howard, mon autre main tenant un câble alimentant j’sais pas quoi, mal fixé contre le mur.

- Si je m’électrocute, t’auras qu’à dire que j’étais trop instable comme fille !

J’ai  de nouveau la tête qui tourne sauf que cette fois, j’suis en pleine possession de mes moyens. J’sais parfaitement ce que je fais, et avec qui je le fais. Et si c’est ici, dans les coulisses du Dizzy Warhol que ça doit se faire. Il en sera ainsi !


@ Billy Lighter


Jimmy's daughter
Revenir en haut Aller en bas
Howard Stone
avatar


Messages : 808
Date d'inscription : 25/11/2015
Age du personnage : 33
Localisation : Chez Apolline


Who am I?
Je suis:
Relations:
Song:


MessageSujet: Re: If I Lie, You Die [PV Howard Stone][HOT...again !][Terminé]   Lun 22 Mai - 20:47



If I Lie, You Die
ft. Olivia Cortez


J’vais loin… J’vais très loin dans les excuses. J’vais jusqu’à ma rendre en partie responsable de l’article. Parce que j’sais que se rendre responsable d’une cause qu’on ne peut pas contrôler, ça fait un retour d’ascenseur. Et Olivia ne tarda pas à me prouver que j’avais raison en disant que j’aurais rien pu faire. Elle en vient même à ce dire qu’elle sera fier de cette photo dans 5 ans. Mais que c’était trop tôt. J’approuvai de la tête. Assumer… J’savais pas faire ça. Mais j’savais faire semblant d’le faire.

J’m’excusai. Et j’déclarai que sa deuxième fois sera meilleur. Et j’me convaincs moi-même que la deuxième fois, ça sera sans moi. Parce que j’sens que mon esprit ne désire qu’une chose : Apolline… Mais que mon ego m’demande de régler c’problème de seconde et première fois sur le champ.

Et, perdu dans cette bataille entre raison, cœur et ego, j’finis par embrasser Olivia. Mais pas un vrai baiser. Un truc juste au bord de ses lèvres. Pas assez pour satisfaire mon ego… Déjà trop pour ma raison qui m’ordonnait d’pas aller plus loin. Et j’avais une boule au ventre de pas savoir quoi faire.

Et j’étais prêt à partir et à l’entrainer avec moi pour sortir des coulisses qui était l’endroit rêvé pour déraper. Mais j’voulais pas dérapé malgré les signaux d’mon corps. Et la fièvre monta d’un coup poussé par le geste d’Olivia qui posa sa main sur mon torse et par les substances qui circulaient dans mes veines qui rendaient ma raison moins forte. J’avais jamais lutté contre mes pulsions. Jamais. Et j’étais pas doué à ce p’tit jeu… Pas du tout.

Si bien que j’repoussai pas Olivia quand elle s’accrocha à mon cou et posa ses lèvres sur les miennes. J’sens d’la passion, de l’envie et tout un tas d’truc dans ce baiser. Tout ça émane d’Olivia. J’luttai intérieurement. J’cherchai à essayer d’la repousser sans arriver à faire un geste. A la place, j’prolongeai le baiser jusqu’à ne plus avoir le moindre souffle.

On brisa l’baiser. Olivia tenait mon cou. Et j’remarquai que j’avais mis mes mains sur ses hanches dans l’feu de l’action. J’contrôlais rien. Absolument rien. Olivia tenait un câble électrique qui pendait de j’sais-pas-quoi. Elle déclara qu’si elle s’électrocutait j’aurais cas dire qu’elle était trop instable. Ouais, elle l’étais. Et moi, j’l’étais pas. J’agissais toujours de la même façon. C’est p’tètre pour ça qu’j’étais, encore, en train de déraper ce soir, malgré toute la force que j’mettais à lutter.

-Instable, c’est l’mot.

Y’a dix minutes on s’détestait. Et maintenant, elle me sautait dessus. Et mon corps répondait à ça comme un réflexe dont j’pouvais difficilement m’défaire. Bordel et pourtant, j’le voulais.

Mais complètement battu sur toute la ligne par mes pulsions, j’plongeai mon regard dans celui d’Olivia avant d’l’embrasser à nouveau à pleine bouche. Ça lui fit lâcher le fil électrique et j’vins prendre sa main de la mienne plaquant la blonde contre le mur. Nos corps étaient l’un contre l’autre. Le baiser s’intensifia d’un coup. Mon autre main passa sous son t-shirt. J’avais plus toute les questions que j’m’étais posées la première fois… Ça servait plus à rien. Et t’façon ça n’avait pas servi à éviter toutes les conséquences après. Sa peau était brûlante.

Sans rien dire, en continuant de l’embrasser sauvagement, on s’décala sur la droite où s’trouvait une porte. C’était celle de la p’tite loge du Dizzy. J’ouvris la porte d’un geste en continuant d’embrasser Olivia quand j’posais pas simplement mes lèvres dans son cou en mordant parfois sa peau. On entra dans la pièce en s’battant pour la dominance.

A l’intérieur, y’avais un miroir, une tabouret juste devant un espèce de bureau pour poser l’maquillage et tous ces trucs là et un fauteuil assez grand. Mais c’est encore un fois contre le mur que j’plaquai Olivia sans difficulté. Et j’enlevai son t-shirt d’un coup pour cribler le haut de son corps de baisers. La drogue et l’alcool m’empêchait de réfléchir et m’faisait agir à l’instinct. Et mon corps n’était plus du tout apte, à ce stade à écouter ma raison qui criait haut et fort un mot : Apolline.



@ Billy Lighter


Don't give in without a fight © Pink Floyd
Revenir en haut Aller en bas
Olivia Cortez
avatar


Messages : 422
Date d'inscription : 29/01/2017
Age du personnage : 16
Localisation : Ici, et là



MessageSujet: Re: If I Lie, You Die [PV Howard Stone][HOT...again !][Terminé]   Lun 22 Mai - 22:48



If I Lie, You Die
ft. Howard Stone




Putain ! J’peux pas croire qu’on remet ça pour un second tour ! À croire que ni lui ni moi n’avons su tirer de leçon de la fois d’avant. Mais Howard est  pour moi un véritable aimant. J’suis attiré par lui dès qu’il se trouve tout près – trop près – et je ne répond plus de moi.

J’comprends rien de ce qui ce passe.

Mais en fait, y’a rien à comprendre. C’est une revanche, c’est une vengeance. Un gros doigt d’honneur à tous ceux qui nous emmerdes, qui nous ont emmerdés et qui nous emmerderons pour ça.  

Je tiens mon équilibre en passant mon bras autour du cou d’Howard et en venant tenir un câble d’alimentation. Si jamais je tire dessus, j’pourrais bien fermer les lumières du Dizzy ce qui serait plutôt  marrant dans les circonstances.

J’suis en complète contradiction avec moi-même. J’veux faire la paix avec cette histoire et j’sais que je suis à l’opposé de la façon correcte de le faire. Nous étions sur la bonne voix pourtant, juste avant qu’il ne vienne m’embrasser, bien que ce fut un baiser indirecte. Il nous a mis le doigt pour ne pas dire le bras tout entier dans l’engrenage.

Ouais, j’suis instable.

Mais lui, égale à lui-même. Il ne pensera pas plus loin que le bout de sa queue.

Pire encore quand il ancre son regard au miens. J’peux y lire tant de chose. Ça fait mal et ça fascine tout à la fois.  J’vois ce qu’il cache derrière sa façade de connard. J’devine aisément  qu’il est blessé par la vie, tout comme moi. Il n’agit pas méchamment. Il cherche ce qu’il à besoin. End of story.

Il me plaque contre le mur et je grimace en sentant un truc plus ou moins pointu s’enfoncer dans mon dos. Mais je ne m’en préoccupe pas. Il n’y a plus aucune logique de toute façon. Ses lèvres dévorent les miennes et je le lui rends bien et d’une main curieuse, il s’insinua sous mon t-shirt sans demander.

De toute façon, il n’aurait rencontré aucune résistance. Et je réponds à la même pulsion en tirant sur les pends de sa chemise faisant voler les boutons.  J’suis très inspiré soudainement, faut croire que mes réflexions ont portés fruits !

Je m’en remets à lui pour la suite. Il nous entraîne dans une pièce sur la droite. Ça ressemble à une loge, mais en plus miteux que ce à quoi j’espère avoir droit un jour. Ça devient bouillant, j’veux lui montrer que j’ai retenu son enseignement et que je suis prête à relever le défi.

Mais il est plus fort, plus déterminé que moi et c’est contre le mur qu’il me plaque avec autant de facilité que s’il avait joué avec une poupée de chiffon.  J’ris, ça me fait marrer de le sentir aussi déterminé.

Je perds mon t-shirt, me retrouvant à demi-nue sous ses yeux gourmands. Et sa bouche qui poursuit son œuvre commencé sur mes lèvres en  venant couvrir  chaque parcelle de ma peau qu’il peu atteindre.  Il n’est pas en reste.  J’peux aisément lui détacher son pantalon et entreprendre cette caresse que je n’avais pas osée la première fois dans ma chambre.

Mais j’en ai envie, très envie. J’n’écoute pas ma conscience qui m’implore d’arrêter ca là. J’veux lui remettre la monnaie de sa pièce et je tiendrai jusqu’à la fin. Il n’aura pas le dessus sur moi cette fois.

Ou alors j’suis pas une Reed !


@ Billy Lighter


Jimmy's daughter
Revenir en haut Aller en bas
Howard Stone
avatar


Messages : 808
Date d'inscription : 25/11/2015
Age du personnage : 33
Localisation : Chez Apolline


Who am I?
Je suis:
Relations:
Song:


MessageSujet: Re: If I Lie, You Die [PV Howard Stone][HOT...again !][Terminé]   Mer 24 Mai - 9:46



If I Lie, You Die
ft. Olivia Cortez


Olivia est métamorphosée. La p’tite fille qui avait peur sur la plage, elle existait plu. J’le su quand elle me rendait mon baiser au centuple. J’le sentis quand elle ne broncha pas quand j’passai ma main sous son t-shirt pour redécouvrir sa peau douce. Mais j’eus la vraie confirmation quand elle fit valser les boutons de mon t-shirt pour mettre à sa vue mon torse nu.

Olivia avait retenu les leçons de la dernières fois. Pas les leçons de morales… Mais les leçons que j’lui avais apprises par pur ego. Et pour le fun. Et moi j’avais rien retenu du tout. Je retenais jamais rien, de toute façon… Mais jamais ça ne m’avait fait autant mal qu’aujourd’hui. Ma conscience, qui d’habitude est sur « off », me faisait mal. Elle m’implorait d’arrêter. Elle criait que j’allais le regretter. Et ça résonnait dans ma tête.

Mais mon corps ne voulait, décidément, pas écouter. Et je continuai mes baisers chauds sur les lèvres et dans le cou d’Olivia. On finit dans une loge. Elle est miteuse, la p’tite loge du Dizzy… Et j’me rendis compte que ça faisait des lustres que j’y avais plus mis les pieds… L’étais loin le temps des concerts dans les p’tits clubs…

Dans la loge, j’continuai à m’enfoncer dans ma foutue amertume toujours incapable de m’débarrasser de cette pulsion qui m’animait. J’plaquai Olivia contre le mur l’entendant rire… C’était moi qui riais, l’autre jour sur la plage… Aujourd’hui, c’était à son tour. Comme un foutu retour de flammes. C’était une vengeance… Et j’l’aidais à l’accomplir comme un con que j’étais.

J’enlevai son t-shirt. J’savais que j’étais déjà à un point de non-retour. Alors j’voulais m’défendre autrement. Et c’était en menant les ébats avec rage que j’essayais de me venger en avance et d’essayer de faire taire mon malaise interne.

Mais Olivia a grandi… Et, alors que j’parcourais le haut de son corps de mes lèvres, elle ouvrit mon pantalon pour y plonger sa main sans hésiter. Ouais, bordel, elle avait pas hésité. Je fermais les yeux en me mordant la lèvre. Je lâchai un gémissement étouffé. Et j’cru être paralysé pendant deux secondes… Deux secondes intense où j’sentis les caresses d’Olivia sur mon point le plus sensible.

J’avais l’expérience… J’avais peur de rien… Mais j’étais tellement en train d’me battre avec moi-même que j’me faisais manger tout cru.

Fallait que j’reprenne le dessus… Et c’est ce que je tentai de faire en venant enlever son soutien-gorge et en léchant le bout de ses seins. J’en fis le tour avant d’en entourer un de ma bouche. J’voulais pas la laisser gagner comme ça. Fallait que j’prenne une avance certaine.

Je descendis mes mains vers la fermeture de son jeans que j’ouvris. Et je libérais Olivia de ce vêtement-là d’un geste bref. Je vins caresser son intimité par-dessus son dernier vêtement. J’voulais la rendre folle parce qu’elle me rendait dingue. Elle venait déterrer tout plein d’sentiment à la con qu’j’avais enterré y’a longtemps. Dont l’pire d’entre eux était la culpabilité. J’culpabilisais à mort. Et j’détestais ça.



@ Billy Lighter


Don't give in without a fight © Pink Floyd
Revenir en haut Aller en bas
Olivia Cortez
avatar


Messages : 422
Date d'inscription : 29/01/2017
Age du personnage : 16
Localisation : Ici, et là



MessageSujet: Re: If I Lie, You Die [PV Howard Stone][HOT...again !][Terminé]   Mer 24 Mai - 21:02



If I Lie, You Die
ft. Howard Stone




Les lèvres d’Howard courent partout de ma bouche à mon cou puis en descendant sur ma poitrine qui fleurissait de jour en jour. Je n’avais pas oublié la douceur de sa langue, impossible d’oublier une telle sensation.  J’en ferme les yeux alors que je continu de le caresser.

Je sais m’y prendre, bien malgré moi. Mais cette fois c’est différent, je le veux, j’en ai envie. Dans ma main, son sexe se durcit instantanément, me laissant savoir que je ne m’y prends pas trop mal. Ses gémissements à peine dissimulés non plus…
J’aime ça !

J’suis obligé d’arrêté quand il me retire mon pantalon. J’fais la moue, j’y prenais goût à le branler alors qu’il embrassait mes seins comme il l’aurait fait avec une glace par une chaude journée d’été.

Depuis la loge, on peut entendre les bruits de la salle, la musique et les voix qui s’élèvent, pourtant nous sommes seul au monde. Seul à répondre à nos pulsions sans songer aux conséquences. Seul à mener le combat l’un contre l’autre pour avoir l’avantage.

Et c’est Howard qui gagne pour le moment, me tenant à sa merci contre le mur. J’suis presque totalement nue, il ne me reste que ma culotte au travers laquelle il me caresse fiévreusement. Je m’en mords la lèvre inférieure, mes yeux ancrés en ceux de mon amant interdit.

Je me retiens tant bien que mal de hurler de plaisir. J’veux pas, comme la première fois lui faire trop d’honneur. Il ne mérite pas ça. Seulement, j’peux pas endurer ça encore longtemps alors que ses doigts glissent au travers de mon sous vêtement.

Comme plus tôt dans les coulisses, je le repousse en plaçant mes deux mains sur son torse, assez fort pour qu’il recule, puis encore une fois pour le faire tomber assis sur le canapé défraîchit et malodorant.

Je m’agenouille devant lui pour lui retirer son jeans. J’le veux au même niveau que moi et surtout, complètement sans défense. J’irai pas jusque  « là » j’suis pas prête mais j’peux me servir de mon imagination et parvenir a gagner sur lui.

Je me débarrasse de ma culotte et j’viens prendre place sur ses genoux, face à lui en retirant la pince de mes cheveux pour les laisser balayer mon dos.

J’embrasse son visage, son arcade blessée puis le bout de son nez. J’arrête pour le regarder, lui caresser du bout des doigts le torse.  J’vous plus le Howard « trou-du-cul » dont j’ai haïs de toutes mes forces ces derniers jours, mais un homme vulnérable en proie a d’innombrables démons intérieurs qu’il refoule sous  des litres d’alcool et des quantités phénoménales de drogue.

Un enfant blessé. Comme moi.

Mon souffle se fait court alors que je sens nos corps lentement  s’embrasser pour ne faire qu’un. J’assume ma position en bougeant d’abord lentement sur ses cuisses sans le quitter des yeux.


@ Billy Lighter


Jimmy's daughter
Revenir en haut Aller en bas
Howard Stone
avatar


Messages : 808
Date d'inscription : 25/11/2015
Age du personnage : 33
Localisation : Chez Apolline


Who am I?
Je suis:
Relations:
Song:


MessageSujet: Re: If I Lie, You Die [PV Howard Stone][HOT...again !][Terminé]   Jeu 25 Mai - 15:24



If I Lie, You Die
ft. Olivia Cortez


Baisers contre caresses… Je ne faisais pas le poids aujourd’hui. Mes tentatives pour reprendre le dessus étaient sans espoir. Je cherchais à faire craquer Olivia. D’lui monter que c’était moi qui contrôlais… Mais j’contrôlais rien… J’contrôlais ni mon corps, ni mes pensées qui allaient tous dans des sens opposés.

Ma quête de contrôle continua quand j’enlevai le pantalon d’Olivia ce qui lui fit lâcher mon point sensible. Elle était coincée entre moi et le mur. Et j’me mis à la caresser à travers sa culotte sans le retirer pour autant. J’la sens faiblir… Mais ce que j’ressentais intérieurement m’empêchait de savourer cette foutue victoire. J’prends aucun plaisir à ça… Mais pourtant mon corps de cesse d’en demander encore. Mes doigts glissèrent sous son vêtement. J’avais envie d’la faire craquer et de l’entendre craquer. Juste pour pas perdre la face… Et pour que ça s’arrête.

Mais j’ai pas longtemps l’avantage. Olivia me poussa une fois. J’la regardais droit dans les yeux dans un regard provocateur… Mais c’était pour cacher le malaise que j’ressentais… C’était que ça. J’allais revenir à la charge mais elle me poussa à nouveau. Et j’atterris sur le moche fauteuil qu’il y avait dans la loge. Elle tarda pas à m’enlever mon jeans me laissant vulnérable. Elle, au contraire, j’la sentais invulnérable, prête à tout et surtout à m’rendre la monnaie de ma pièce.

J’la regardai enlever sensuellement sa culotte. Et j’me mordis la lèvre. Mon corps la réclamait. Ma conscience m’disait que c’était trop tard, que j’avais d’jà bien merdé. Et, à cause de toute ça, j’laissai passer l’moment où j’pouvais reprendre le dessus. Olivia en profita pour se mettre sur moi enlevant sa pince pour libérer ses longs cheveux blonds. J’en frissonnai tout en caressant son dos sous ses cheveux.

Elle se mit à embrasser mon visage. Je frissonne quand elle posa ses lèvres sur mon arcade douloureuse. C’était l’œuvre de son manager. Et c’était comme si elle essayait d’me faire comprendre que j’le méritais en repassant dessus. Pourtant, ça fait pas mal… Au contraire. Elle me caressa le torse arrêtant ses baisers. J’la regardai… Elle me regarda. Mais chaque fois que j’croisai son regard, j’me disais que j’étais en train d’faire une connerie monumentale. La pire de ma foutue vie. Encore pire que ce jour-là à la plage.

Mais en totale contradiction, j’l’embrassai rageusement. J’la sentais bouger sur moi ce qui m’arracha des p’tits gémissements qu’j’étouffais en l’embrassant. C’était les seuls moments où elle me lâchait du regard, quand j’l’embrassais… Alors j’le faisais le plus souvent possible. J’passai sur ses seins, son cou, son oreille que je mordillai de plaisir et de rage.

Jusqu’au moment où on ne fit plus qu’un et où j’laissai échapper un gémissement que j’pouvais pas retenir. Elle avait pas eu peur. Elle avait fait ça comme si c’était la cinquantième fois qu’elle le faisait. Nos regards se croisèrent alors qu’elle bougeait pour nous procurer plus de sensations. Ma respiration s’accéléra et mes mains, dans son dos venaient la caresser et la griffer avec toujours cette foutue bataille interne qui m’empêchait d’apprécier tout à sa juste valeur.

A chaque mouvement d’Olivia, ma douceur baissait d’un cran et je mordais maintenant plutôt que d’embrasser la fille de Reed. C’était pas forcément violent… Ni déplaisant… Et j’faisais ça parce que j’avais l’dessus sur rien… Ni sur elle, ni sur moi. Et ça me rendait dingue.

Mes mains caressaient ses fesses qui bougeaient au rythme des ébats. Mes gémissements s’entendaient un peu plus tout comme les siens. J’essayais de dicter le rythme en bougeant sur Olivia et en passant mes mains sur ses cuisses… Mais c’était qu’une illusion… Olivia menait tout. Elle me tenait par les couilles et décidait ce qu’il en adviendrait de la suite. Et j’détestais ça.

La cadence augmenta. Mon souffle était court et entrecoupé de gémissements de plaisir. Parce que mon corps lui adorait ça. Olivia bougeait parfaitement bien. Ça m’tuait d’le penser. Et on finit par atteindre l’orgasme sans que j’ai, une seule fois, pu reprendre le dessus. Sans que j’en ai eu même la force.

J’reprenais mon souffle sans rien dire. Olivia toujours assise sur mes cuisses. J’la regardai sans l’air enjoué et désinvolte que j’avais l’habitude d’avoir… J’savais pas quoi dire. J’savais pas quoi faire. Tout ce que j’voulais c’était oublier… Et j’savais que j’avais de quoi me faire oublier dans la poche de mon jeans qui trainait au sol. C’était de ça que j’avais besoin pour être délivré de tout ça.



@ Billy Lighter


Don't give in without a fight © Pink Floyd
Revenir en haut Aller en bas
Olivia Cortez
avatar


Messages : 422
Date d'inscription : 29/01/2017
Age du personnage : 16
Localisation : Ici, et là



MessageSujet: Re: If I Lie, You Die [PV Howard Stone][HOT...again !][Terminé]   Ven 26 Mai - 3:24



If I Lie, You Die
ft. Howard Stone




J’réagis au feeling. Les gémissements d’Howard me guident au travers cette entreprise périlleuse. L’un de nous deux n’en sortira pas indemne et je compte bien ne pas être celle qui y laissera des plumes cette fois.

J’ai pris place sur ses cuisses sans le moindre doute, j’lui laisse aucune chance – je ne m’en donne aucune non plus- alors que nos corps se trouvent, s’embrassent, fusionnent.  J’ai jamais fait ça avant mais faut pas un guide illustré pour comprendre que j’ai qu’à onduler des hanches pour le rendre dingue.

De ses mains, il parcourt mon dos pour ensuite m’empoigner les fesses fermement. De sa bouche, il embrasse tout ce qu’il peut, ma bouche, mon cou, mes épaules, mes seins. Il contrôle ma vitesse en appuyant sur mes fesses, j’vais plus vite, je gémis plus fort alors que lui-même  ne se retient plus.

Howard se fait plus violent, plus intense. Ses baisers  laissent des marques sur ma peau, ses doigts s’enfoncent dans ma chair, il vient à la rencontre de mon bassin en  soulevant le sien. C’est vite l’apothéose, le vrai, celui qu’on m’avait raconté, que j’avais imaginé. Mais en mieux.

Je ralentis. De toute façon je n’ai pas le choix, je suis à bout de souffle et mon corps, en sueur, tremble de plaisir. Je quitte les genoux d’Howard sans le regarder et je prends mes vêtements qui jonchent le sol pour me rhabiller aussi vite que je me suis retrouvé nue.

Je suis devant le miroir poussiéreux de la loge et je me recoiffe alors qu’Howard se rhabille. Du moins c’est ce que je crois qu’il fait puisque je ne le vois pas dans l’angle du miroir.

- T’es amoureux Howard ?

J’ai jamais su en fait s’il avait une petite amie, s’il était en couple, marié ou célibataire endurcie. J’suis pas amoureuse de lui mais ça me déplairais franchement d’avoir jouer dans les plates bandes d’une autre. Aucune fille ne mérite de se faire tromper.

- Pourquoi j’demande… un mec comblé en amour va pas chercher à baiser tout ce qui bouge, surtout pas une gamine inexpérimenté comme moi, hein Howard ?

Je me retourne pour le sonder du regard.  Je ne veux pas voir éclater la faible confiance en lui qu’il a su faire naître ce soir avec ses excuses sincères. Ça me ferait mal. Plus que le fameux jour de la plage.

- Pourquoi tu fais ça ? Pourquoi tu as tant besoin qu’on te déteste alors qu’u fond c’est tout l’inverse que tu implore ? J’l’ai senti quand j’te regardais. Y’a qu’une âme blessée pour en comprendre une autre t’sais…

J’m’en fou de son opinion. J’sais bien qu’il va balayer ça du revers de la main ça aussi facilement qu’il met une femme dans son lit mais j’sais ce que j’ai ressentis.  J’suis prête à miser ma carrière naissante sur ce feeling.

- Ça vaut ce que ça vaut mais pour moi, tu seras jamais  un salop.  J’ai rien dit pour la photo, même si …, j’hésite un peu a lui balancer que Jack a péter un câble lors de mon inscription à l’école mais s’il est pour le croiser un de ces 4, vaut mieux qu’il sache, Jack a  vu rouge.  J’ai dit qu’on s’était embrassé, rien de plus.

J’veux être honnête avec lui parce qu’avec ce soir, j’sais qu’on a grave enfreins les limites de la moralité mais même en voulant très fort, j’suis incapable de le haïr.


@ Billy Lighter


Jimmy's daughter
Revenir en haut Aller en bas
Howard Stone
avatar


Messages : 808
Date d'inscription : 25/11/2015
Age du personnage : 33
Localisation : Chez Apolline


Who am I?
Je suis:
Relations:
Song:


MessageSujet: Re: If I Lie, You Die [PV Howard Stone][HOT...again !][Terminé]   Ven 26 Mai - 19:47



If I Lie, You Die
ft. Olivia Cortez


J’me sentais mal… J’croyais en avoir fini avec le conflit qui faisait rage en moi avec la fin de nos ébats… Mais j’m’étais trompé. C’était pire. J’me sentais coupable, maintenant. Et pas d’avoir récidivé… Mais d’avoir trahi Apolline. Trahi tous les sentiments que j’avais pour elle à cause d’mon ego. Et ça fait mal… Une douleur psychique que j’avais plus ressentie depuis longtemps. Parce que d’habitude j’me foutais de tout… J’essayais de me foutre de tout. C’était plus facile.

Olivia se retira pour remettre ses vêtements. Et j’me levai aussi pour faire pareil. On se dit rien… Rien du tout. On s’regardait même pas. J’remis mon boxer, mon jeans et j’repris ma chemise. Les boutons étaient morts. J’saurais pas la refermer… Et j’sentais d’avance les questions venir quand j’allais rentrer rien qu’à cause de l’état de mon foutu vêtement.  

Olivia se recoiffai et me posa une question qui me fit regarder dans sa direction. Amoureux… C’était ça l’problème… Ouais, j’l’étais. Et j’venais de merder. Et j’le savais. Mais j’fis qu’hausser les épaules comme si j’en avais rien à foutre de sa question. J’lui dois rien à Olivia. Pas même des réponses à ses questions. J’remis ma chemise en disant toujours rien. Tout ce que j’voulais c’était ma dose. Et rentrer… J’voulais voir Apolline et c’est tout.

Olivia répondit à sa propre question à défaut d’avoir ma réponse. Elle déclara que j’l’étais sûrement pas sinon j’me ferais pas un p’tite ado inexpérimenté. Et ça m’donnait presque envie d’gerber toute cette histoire. J’voulais pas me faire Olivia… Le jour sur la plage c’était par défi et parce que c’était la fille de Jimmy. Mais aujourd’hui, c’était… J’sais pas… J’ai pas d’excuse. Et c’est ça l’problème. C’est mon ego, puis mes pulsions qui m’avaient contrôlé.

-J’sais pas… Faut pas croire au conte de fée… Y’a des mecs qui aiment une fille et qui baisent partout quand même.

J’parlais pas pour moi… J’parlais en général. Mais ça n’empêchait qu’j’avais dit ça sur un ton amer même si j’essayais toujours pour que ça passe pour de la nonchalance.

Olivia posa son regard sur moi. Et j’la regardais aussi. J’souriais pas du tout. J’me contentai d’la regarder en mettant ma main dans ma poche pour palper le sachet d’coke que j’avais. Apolline aimait pas que j’me drogue. Mais j’en avais besoin.

Mais Olivia n’en avait pas fini. Elle déclara qu’pour elle, j’serais jamais un salop. J’haussai les épaules. J’m’en foutais, au final, ce qu’elle pensait de moi. Y’avait que l’avis d’la fille que j’venais de trahir qui m’importait. J’m’approchai du bureau miteux d’la loge quand elle ajouta qu’elle avait rien dit pour la photo mais que Jack il n’avait pas fort aimé ça… Je tournai la tête vers elle.

-J’sais… C’est son œuvre.

J’disais ça en montrant mon arcade endommagée. Jack devait sûrement pas l’avoir cru quand elle lui avait dit qu’on avait fait que s’embrasser. Il me connaissait trop bien le Perry.

-Mais il lui en fallait pas tant pour m’en foute une… Jack m’aime pas d’puis longtemps.

J’regardais déjà plus Olivia. J’sortis juste ma coke de ma poche sans rien dire. Pour moi, ça n’avait rien d’exceptionnel de sortir de la poudre comme ça. Surtout au Dizzy. Et j’le fais sans m’douter de rien. Et j’fis deux lignes. J’voulais bien partager. J’m’en foutais en fait. C’était plus des histoires de leçons ou quoi… C’était sûrement une vengeance, aussi, parce que, quelque part, j’voulais laisser une partie de ma faute de ce soir à Olivia. Me fallait un coupable. Et j’voulais pas que ce soit uniquement moi.



@ Billy Lighter


Don't give in without a fight © Pink Floyd
Revenir en haut Aller en bas
Olivia Cortez
avatar


Messages : 422
Date d'inscription : 29/01/2017
Age du personnage : 16
Localisation : Ici, et là



MessageSujet: Re: If I Lie, You Die [PV Howard Stone][HOT...again !][Terminé]   Sam 27 Mai - 3:43



If I Lie, You Die
ft. Howard Stone




L’attitude d’Howard est glaciale et ça me gonfle royalement. J’lui ai jamais tordu un bras pour qu’une récidive ait lieu.  Comme pour la plage, tout c’est fait spontanément sans aucune attente alors j’vois pas pourquoi il me fait la gueule.

Mais  j’en tiens pas compte plus que ça, s’il a un souci de conscience ou j’sais pas quoi, c’était à lui de stopper. Maintenant, qu’il assume. Ah mais non, il sait pas ce que c’est que de s’assumer !

J’me rhabille et il fait de même. J’veux racheter le coup, du moins lui faire comprendre que je ne garderai pas de mauvaises opinions de lui. Au contraire. J’ai la certitude profonde qu’on se complète plus qu’on ne peut le croire.

J’lui dis que j’ai gardé secret ce qui c’était vraiment passé ce jour-là sur la plage malgré que Jack avait péter un câble. Ça semble lui couler sur le dos. Alors quoi ? Il veut une médaille peut-être ? Un trophée d’excellence pour service rendu ?

Putain… Pourquoi je l’ai suivi en coulisse ? Pourquoi j’suis pas partit tout simplement comme j’en avais l’intention et laissé courir les rumeurs voulant qu’il ait abusé de moi.

Son arcade sourcilière est l’œuvre de mon manager mais à voir comment il se comporte là, tout de suite,  j’regrette qu’il se soit contenter de ça. Jack aurait dû lui défoncer la tronche, faire en sorte qu’il ne se relève pas, du moins pas sur le coup.

La colère est mauvaise conseillère alors je tente tant bien que mal de chasser cette pensée de mon esprit. Howard sort de la poche de son jeans un sachet et je devine aisément que ce n,est pas du sucre en poudre.

Il en verse sur la table et j’hésite à lui dire qu’il va sniffer autant de poussière que de drogue mais c’est son souci, pas le miens.  J’prends ma pince et je me recoiffe. J’vais pas sortir d’ici  avec les cheveux n’importe comment.  J’ai encore un peu de fierté.

- Pourquoi tu m’as amené en coulisse Howard ?  Pourquoi si ça te plaisait pas, si t’en avais pas envie t’as laissé les choses déraper ?  J’te demande, c’est peut-être juste une impression mais j’nous sens comme si nous étions revenue à ce fameux soir, sauf que j’suis toi, et toi, ben t’es moi…

Le photographe en moins. Quoi qu’on sait pas. Y’a peut-être des caméras caché ici au Dizzy et ont vient de passer sur bande vidéo. Ma première apparence télé et c’est pour une sextape.  Non mais, tant qu’à élaborer des complots, j’vais y aller à fond !

Howard à tracé deux lignes de coke et a sniffé la première. La seconde est toujours là mais il ne fait rien. Alors j’m’avance.  Pas trop pour pas qu’il pense que je quémande une part du gâteau mais quand même assez pour voir de près ce qu’il en est.

Si ça se trouve, j’ai peut-être envie de me brûler des neurones moi aussi.  Et ça effacerait probablement des passages de ma vie que j’ai envie d’oublier. À commencer par Sylvio puis mon père. Quoi que non, j’ai pas envie de l’oublier lui. Ce soir, j’irais volontiers sonner à sa porte lui sauté au cou lui dire que je l’aime, malgré tout et que même absent, il a été présent.

Si Howard avait pas tout gâché avec son attitude de merde, là, tout de suite, nous aurions pu tourner la page sur toute cette histoire, en rigoler même, boire un verre, ou deux se faire la bise amical et se souhaiter bonne soirée et à la prochaine.

J’n’ai plus rien à faire ici.

- Bon… j’crois que je vais rentrer.


@ Billy Lighter



Spoiler:
 


Jimmy's daughter
Revenir en haut Aller en bas
Howard Stone
avatar


Messages : 808
Date d'inscription : 25/11/2015
Age du personnage : 33
Localisation : Chez Apolline


Who am I?
Je suis:
Relations:
Song:


MessageSujet: Re: If I Lie, You Die [PV Howard Stone][HOT...again !][Terminé]   Sam 27 Mai - 15:55



If I Lie, You Die
ft. Olivia Cortez


J’faisais des lignes inégales sur la table. J’avais pas l’cœur à les faire parfaitement. Plus vite elles seraient dans mon nez, plus vite j’me sentirais mieux. J’faisais même pas attention à la poussière qui trainait sur l’vieux bureau. J’pouvais plus r’garder Olivia sans qu’elle me rappelle mon faux pas. Et c’était pas cool pour elle. Mais j’m’en fichais de ce qui était cool pour l’ado… C’était p’tètre égoïste mais c’était comme ça.

Elle se posa la question de savoir pourquoi j’l’avais emmené ici et pourquoi j’avais dérapé si c’était pour autant l’regretter après. J’savais pas moi-même alors j’étais pas sûr que j’étais en mesure de répondre à ses questions. J’eus juste une sale impression quand elle disait avoir l’impression que les rôles avaient été échangés par rapport à la plage. J’haussai les épaules.

-J’sais pas pourquoi j’ai fait ça… J’sais pas m’retenir, c’est tout. J’suis toujours mes pulsions… J’sais pas m’empêcher déraper, t’façon…

J’disais ça sur un ton dur pour moi-même et sans regarder Olivia. J’fixai juste la poudre blanche qui allait m’sortir de ces sales sentiments. J’étais déjà déchiré avant de déraper… Mais on combat le mal par le mal en général alors c’est ce que j’allais faire. Et j’avais envie de partager ça… Comme si j’voulais qu’Olivia oublie aussi. Si tout le monde oublie c’est comme si rien c’était passé. C’était con d’penser comme ça… Mais j’étais pas au top pour le moment alors j’pensais comme un con à défaut d’être un vrai connard. V’là ce qui n’allait pas dans ma tête : Olivia m’avait percé à jour… Et j’aimais pas ça. Elle avait vu toute la merde qu’il y avait en moi… Et j’détestais ça. J’voulais qu’elle oublie ce qu’elle a vu…

J’sniffai la première ligne… L’autre était destinée à la blonde. Elle s’approcha un p’tit peu sans que j’dise rien… Mais elle fit, ensuite, volte-face et déclara qu’elle allait rentrer.

Et m’laisser seul ici…

Je me retournai vers elle et la r’gardais vraiment pour la première fois depuis notre moment d’égarement.

-Merci d’avoir rien dit pour la photo… Et tout ce qu’il s’est passé à la plage…

J’soupirai…

-Et désolé d’avoir dérapé une seconde fois… C’est juste que… J’suis pas arrivé à arrêter tout. C’est à moi que j’dois en vouloir… Pas à toi…

J’avais juste pas envie qu’elle me laisse seul maintenant. Et j’étais prêt à m’rendre fautif pour ça. J’aurais voulu qu’Apolline soit là à sa place. Mais le fait était que j’avais pas de raison d’en vouloir à Olivia.

-Reste encore un peu… J’voudrais pas encore qu’on s’quitte encore en mauvais terme… C’est trop con pour une histoire de baise.

J’disais ça en me retournant vers le bureau. J’crois que j’allais m’en faire plein des lignes… J’fis signe d’un geste nonchalant à Olivia qu’elle pouvait se servir si elle voulait.



@ Billy Lighter


Don't give in without a fight © Pink Floyd
Revenir en haut Aller en bas
Olivia Cortez
avatar


Messages : 422
Date d'inscription : 29/01/2017
Age du personnage : 16
Localisation : Ici, et là



MessageSujet: Re: If I Lie, You Die [PV Howard Stone][HOT...again !][Terminé]   Sam 27 Mai - 22:46



If I Lie, You Die
ft. Howard Stone




J’soupire un bon coup quand encore une fois,  Howard réussis à me répondre en utilisant les mots j’sais pas d’une nouvelle façon. C’est si simple de se sortir des emmerdes en répondant  j’sais pas qu’il devrait songer à faire breveter la formule.

Il évite toujours de me regarder et j’roule des yeux en signe d’abandon. Pauvre petit garçon perdu dans un univers de grandes personnes ! La méchante Olivia va te prendre par la main et te reconduire chez toi et après un bon verre de lait chaud et la lecture des  3p’tits cochons, j’vais te border.

Au fait, Howard, t’es lequel des 3 cochonnets ?

Je termine de me coiffer alors qu’il se fait des lignes sur le coin du bureau  recouvert de poussière. C’est d’une tristesse infinie quand on pense qu’il semble déjà assez déchirer et qu’il ait besoin d’en ajouter une couche pour se sentir en contrôle.

Mais c’est sa vie, pas la mienne.

Alors soit, j’tire ma révérence en reprenant mon sac. C’est alors qu’il se retourne pour me regarder – enfin – et me remercier de n’avoir rien dit pour la photo ainsi que tout ce qui s’en ai suivis.

- Et désolé d’avoir dérapé une seconde fois… C’est juste que… J’suis pas arrivé à arrêter tout. C’est à moi que j’dois en vouloir… Pas à toi. ..

- Tu…ne…m’as…jamais…forcé… Howard ! Bordel entre toi ça dans la tête ! Mon seul reproche était en la façon dont tu t’es barré en me laissant seule. Ce soir…  Ni toi ni moi l’avions planifié. C’est arrivé comme ça,  c’est tout ! Faut croire qu’en quelque part, nous en avions b’soin. Arrête de tout psychanalyser !

J’ai envie de le gifler. Si fort que ça en ferait éclater son arcade fraîchement éclatée par les bons soins de Jack.  Je serre mêmes les poings et j’inspire profondément.  J’le ferai pas. Je ne le frapperai pas mais putain !  Il est lent à comprendre qu’il ne m’a jamais forcé en rien. Ni ce soir, ni l’autre fois.

- Reste encore un peu… J’voudrais pas encore qu’on s’quitte encore en mauvais terme… C’est trop con pour une histoire de baise.

J’laisse tomber mon sac et j’me dirige vers lui d’un pas décidé. Puis, lui prenant la paille d’entre les doigts, j’me penche sur sa p’tite collation du soir et je la renifle d’un trait. C’est instantané, les feux d’artifices qui explosent partout dans ma tête et qui viennent se propulser jusqu’aux extrémités de mes doigts.

- Alors là, t’as intérêt à pas me laisser gérer ça toute seule ! Parce que j’crois que j’risque de monter très haut, très vite !

La pièce est soudainement trop petite, trop étroite et faut vraiment qu’on sorte d’ici.  Qu’on bouge, qu’on danse, qu’on s’éclate.  J’lui rends son outils de travail préféré et je refais le chemin jusqu’à la porte de la loge en reprenant mon sac au passage.

Les coulisses sont pas tant vides que ca finalement.  Y’a des gens qui vont et viennent et leur regards me transpercent tel des rayons X.  J’crois qu’ils devaient être des faucons dans une autre vie. Ça fait changement des vrais cons.

Je continue d’avancer. J’sais même pas si Howard me suis mais j’m’en fou.  J’ai tellement chaud alors que je mets enfin les pieds sur la piste de danse sans pour  autant me déhancher.  Ce que je constate tout d’abord à de quoi  m’émerveiller. Jamais encore je ne m’étais rendu compte que j’avais ce pouvoir.

- Putain ! Merde ! ! J’peux toucher les sons !




@ Billy Lighter


Spoiler:
 
[/i]


Jimmy's daughter
Revenir en haut Aller en bas
Howard Stone
avatar


Messages : 808
Date d'inscription : 25/11/2015
Age du personnage : 33
Localisation : Chez Apolline


Who am I?
Je suis:
Relations:
Song:


MessageSujet: Re: If I Lie, You Die [PV Howard Stone][HOT...again !][Terminé]   Mer 31 Mai - 19:49



If I Lie, You Die
ft. Olivia Cortez


Olivia m’en voulait pas… Elle disait que j’l’avais pas forcé. Et que ce qui était arrivé c’était arrivé, sûrement parce qu’on en avait b’soin. Mais j’m’en voulais pas tant pour elle… Mais pour Apolline. J’en avais pas besoin. J’avais dérapé comme un con parce que j’avais trop bu, voilà tout. Faut pas chercher plus loin. Apolline méritait pas que j’lui fasse ça.

-J’psychanalyse pas. J’constate.

Mais l’ado avait pas toutes les données pour comprendre ce qui s’passait dans ma tête. Et j’comptais pas les lui donner parce que ma relation avec Apolline n’avait rien d’officiel.

J’lui demandai de rester, les yeux plantés sur la ligne de coke que j’avais faite pour Olivia. Elle l’appelait silencieusement. Et Olivia finit par répondre à son appel en venant la sniffer sans crier gare. J’levai un sourcil. C’était rapide, ça. Elle déclara que là, j’avais pas fort intérêt d’la laisser seule. Et elle sortit d’la pièce après m’avoir rendu la paille. La coke montait aussi à ma tête. Mais moins vite que l’ado. C’était normal. J’me shootais depuis… J’sais pas quand. Et elle, elle venait de sniffer sa première ligne. J’étais l’type qui lui a montré toutes ses premières fois. Pour le meilleur et pour le pire.

-Attends, Livia !

J’rangeai ma coke dans ma poche. Et j’sortis, moi aussi, de la pièce. Y’a déjà plus de gens dans les coulisses. Olivia allait vite. Mais mes propres sens étaient aussi décuplés que les siens alors j’arrivais à la suivre. J’réussis à la rejoindre au moment où elle arriva sur la piste de danse où plein d’monde se déhanchaient. C’était l’heure de pointe au Dizzy.

Les bruits, la musique, tout était plus fort et plus beau sous coke. Et l’énergie qui naissait en moi était juste due à la drogue. La culpabilité à cause de mes actes s’évaporait alors que la drogue faisait effet. Olivia constata qu’elle pouvait toucher les sons. J’souris.

-J’sais. Tu peux faire ça et plein d’autres choses encore.

J’l’entrainai sur la piste de danse. Et j’commençais à danser comme à chaque fois que j’prenais de la coke et qu’il y avait des gens et de la musique. Mon cœur battait vite. Très vite. Mais j’avais l’habitude de ces sensations-là. J’savais que j’devais en profiter. J’savais que les effets ne dureraient pas et que la culpabilité allait revenu. Alors j’dansais presque collé à Olivia.

-Profites-en. Les pouvoirs sont pas éternels…


J’disais ça assez fort à son oreille alors que la musique me semblait aller très fort. Mes lèvres presque collé à l’oreille d’Olivia. J’avais chaud. J’avais soif. Mais c’était pas grave. J’voulais que les effets durent éternellement.

Mais rien n’est éternel.



@ Billy Lighter


Don't give in without a fight © Pink Floyd
Revenir en haut Aller en bas
Olivia Cortez
avatar


Messages : 422
Date d'inscription : 29/01/2017
Age du personnage : 16
Localisation : Ici, et là



MessageSujet: Re: If I Lie, You Die [PV Howard Stone][HOT...again !][Terminé]   Sam 3 Juin - 18:24



If I Lie, You Die
ft. Howard Stone




L’effet de la cocaïne s’est fait ressentir aussi rapidement que je l’ai reniflé.  Je ne peux pas voir mon cerveau mais je suis certaine que si on l’extirpait de mon crâne, nous verrions une activité électrique multicolore  le parcourir.

J’ai les mains bien levées devant mes yeux. Je peux toucher les sons. J’entends les couleurs. Oui, oui, c’est bien ça ! Les spots light me parlent alors qu’ils ne cessent de changer de couleur. Le rouge m’ordonne de bouger, de danser comme si ma vie en dépendait. Le bleu  me supplie de relaxer, d’aller m’assoir et de rigoler en sirotant un verre. Le jaune est une pie bavarde qui me répète sans cesse que j’ai  merdé. Le vert me parviens difficilement, en écho comme s’il était soufflé par le vent.  Puis le violet me rappel que j’ai toute la vie devant moi et que j’dois vivre toutes les opportunités qui s’offrent à moi.

- Putain ! Merde ! ! J’peux toucher les sons !

- J’sais. Tu peux faire ça et plein d’autres choses encore.


Howard m’entraîne alors sur la piste de danse et le contact de sa main sur mon bras devient ultra sensoriel. J’sais pas si je dois rire ou être effrayer. C’est comme s’il venait de s’ancrer à moi d’un simple toucher.

J’ai ultra chaud soudainement. J’ai envie de retirer tous mes vêtements mais j’ai encore une once de jugement pour me retenir de le faire.

- Profites-en. Les pouvoirs sont pas éternels…

- Ah ! C’est comme le sexe alors ?


J’sais pas trop pourquoi j’ai dit ça mais je l’ai dit.  Howard s’est rapproché de moi pour me hurler dans les oreilles. Pourquoi il hurle en fait ? Y’a que nous sur la piste de danse.  Je regarde sur la gauche, puis sur ma droite et je me rends compte que non. Et beh merde alors ! J’entends même plus les gens autour de nous !

J’pose mes mains sur ses hanches, y’a rien de sensuel là dedans j’veux que danser. Danser et encore danser. Toute la nuit ou jusqu’à ce que les couleurs se taisent.  Et c’est ce que je fais. Je n’ai plus conscience de rien autour de moi je danse comme je n’ai jamais dansé avant.

Y’a un moment, j’sais pas trop comment c’est arrivé en fait, je me retrouve avec un verre dans les mains et je bois c’qu’on m’a donné. Ça fait l’effet d’une nouvelle décharge électrique et j’ai un regain d’énergie.  J’sais plus trop si Howard est près ou loin de moi je le perds de vu par moment et un mec vient me prendre par la taille pour m’éloigner de la piste.

J’danse. Qu’est-ce que je suis supposé faire d’autre ?

- Mais, t’es qui toi ?

- Ton nouvel ami. J’te r’garde danser depuis tout à l’heure j’ai jamais rien vu d’aussi sexy.

- Euh !? Bah, merci ! Mais j’vais rejoindre Howard qui est…


Je regarde autour de moi mais je ne le vois plus et je me prends d’un fou rire qui devient légèrement nerveux.

- J’sais plus où il est en fait. J’vais  aller le rejoindre j’crois que ça vaut mieux.

- Laisse tomber ton copain, j’vais te raccompagner moi. Un tour dans ma Mustang ça te dirait ?

- Non, merci !


Je fonce vers la piste de danse à la recherche d’Howard. C’est plus cool du tout comment j’me sens là tout de suite. J’ai la tête qui tourne et  le mec continu de m’agripper par la taille.




@ Billy Lighter


Jimmy's daughter
Revenir en haut Aller en bas
Howard Stone
avatar


Messages : 808
Date d'inscription : 25/11/2015
Age du personnage : 33
Localisation : Chez Apolline


Who am I?
Je suis:
Relations:
Song:


MessageSujet: Re: If I Lie, You Die [PV Howard Stone][HOT...again !][Terminé]   Lun 5 Juin - 19:01



If I Lie, You Die
ft. Olivia Cortez


On dansait. J’sentais plus la culpabilité grâce à la coke. Et c’était mieux comme ça. Olivia était déchainée alors qu’on se déhanchait sur la piste de danse. Les sons étaient plus forts. Et les sensations étaient plus fortes. Il commençait à faire chaud. Mais ça avait plus d’importance.

J’disais à Olivia d’en profiter. J’savais pas si j’disais ça pour elle ou pour moi. J’savais qu’après ça j’allais m’sentir misérable. Elle s’posa la question d’savoir si c’était aussi éphémère que l’sexe. J’rigolai sans trop savoir pourquoi. J’rigolai nerveusement presque. Ouais comme le sexe. Comme le sexe entre nous deux. On en profite… Puis on sent mal. La coke ça allait être pareil. On finit toujours par regretter… Et j’détestais les regrets. J’m’étais blindé contre les regrets.

-Ouais, c’est ça…

Et on continua à danser. Jusqu’à ce que j’ai vraiment soif. Là, j’quittais Olivia. J’crois que j’l’avais prévenu. Mais, j’sais plus, en fait… Et j’me retrouve devant l’bar ou j’commandai deux verres de j’sais pas quoi. De l’alcool… Ça d’vais être un cocktail quelconque… Ou p’tètre de la vodka… Sans certitude. J’retournai près d’Olivia et j’lui mis le verre dans la main. Et j’bus le mien d’un coup.

Ok, c’est d’la vodka.

Le verre but d’une traite me fait voir le monde encore d’une autre manière. J’avais la tête qui tournait et j’m’éloignais d’Olivia sans trop m’en rendre compte. J’finis au bar, à nouveau, où la serveuse me demanda si ça allait. J’hochai la tête.

-Ouais… J’vais méga bien…

Elle était pas convaincue. Mais j’fis signe que c’était bon.

Assis, j’repris un rien mes esprits. Le monde se stabilisa et le drogue commença à amorcé la descente. J’en avais pas pris assez que pour m’offrir un trip plus long. Et les mêmes sentiments que tantôt commençaient à émerger à nouveau.

P’tain, fallait qu’j’me casse d’ici. J’me relevai de mon siège et cherchai Olivia des yeux. J’pouvais pas la laisser ici dans la fournaise du Dizzy. J’voulais pas un autre poing de Jack dans la gueule ou les reproches de la blonde. J’voulais que tout ça s’arrête…

J’finis par trouver Olivia. Elle était avec un type. J’le connaissais pas. Il semblait lui parler. Mais elle s’en détacha pour retourner sur la piste. L’gars la lâchait pas. Il l’avait rejoint sur la piste pour la prendre par la taille.

L’était vraiment temps d’se barrer avant que ça dégénère.

J’me trainai jusqu’à eux. Le type arrêtait pas d’coller Olivia. Je mis ma main sur l’épaule du type et j’le tirai en arrière.

-Fout-lui la paix, elle est avec moi.

L’type me fixa droit dans les yeux.

-Il n’est pas écrit ton nom dessus, Stone.


Ça y est… V’là qu’il me faisait chier. Il reprend Olivia par la taille et approche sa bouche de son oreille. J’sais pas s’il lui dit quelque chose. Mais c’est assez pour que j’le tire à nouveau en arrière.

-Dégage, mec…

Il fronçai les sourcils et m’fonce dessus en essayant d’me choper avec son poing. Mais j’l’évite, j’sais pas trop comment et il se plante au sol. Les gens rigolaient autour de lui. C’est pas aujourd’hui qu’j’allais prendre un poing par un foutu enfoiré de l’Eastside. J’pris Livia par le bras.

-La fête est finie. On s’casse. J’te ramène chez toi.

J’lui laissai pas vraiment l’choix. J’la tirai doucement vers la sortie du Dizzy. La descente de coke m’donnait envie de fuir très loin di Dizzy. J’voulais voir Apolline. Et essayer de m’faire rentrer dans la tête que tout ça n’était qu’un foutu cauchemar.

On était dehors. Il f’sait pas froid. Mais la différence de température avec l’intérieur m’donna un coup de fouet. J’regardai Olivia.

-Les gars de l’Eastside, c’est tous des cons. Faut pas trop les approcher.


J’disais ça à cause du type qu’on venait de voir ? P’tètre… Mais ça pouvait, aussi, inconsciemment, m’viser moi-même… J’sais pas. J’étais perdu. La culpabilité allait pas tarder à m’faire vomir. Ou l’alcool… Ou la drogue… Ou les trois…

-J’vais t’ramener chez Dom. C’est là qu’t’habites, j’crois ? Ma voiture est juste après cette rue.

J’montrai du doigt une p’tite rue perpendiculaire qui menait à une autre plus grande où était parqué des voitures dont ma Mustang.


@ Billy Lighter


Don't give in without a fight © Pink Floyd
Revenir en haut Aller en bas
Olivia Cortez
avatar


Messages : 422
Date d'inscription : 29/01/2017
Age du personnage : 16
Localisation : Ici, et là



MessageSujet: Re: If I Lie, You Die [PV Howard Stone][HOT...again !][Terminé]   Mar 6 Juin - 3:16



If I Lie, You Die
ft. Howard Stone




Putain ! Il a le cerveau complètement  séché ou bien c’est naturel chez lui de pas comprendre les sous-titres même s’ils sont diffusés sur un écran géant  devant ses yeux, mais le type ne me lâche pas et ça commence à me gonfler sérieusement.

Aussi étrange que cela puisse paraître, j’suis incapable de le repousser comme il se doit. « Putain Livia, aller quoi, un bon coup de genou dans le chapiteau et c’est réglé ! ». Mais c’est soit l’alcool ou alors la coke mais je ne suis plus l’unique maître de mes actes.

Je le laisse poser ses mains sur moi malgré mes protestations, alors que je cherche Howard en tournant la tête en tous sens.  Je l’aperçois enfin se diriger vers nous et taper sur l’épaule de l’importun qui ne daigne pas obtempérer.

- Il n’est pas écrit ton nom dessus, Stone.

- Dégage, mec…


Et c’est là que le mec en question me lâche enfin pour s’en prendre à Stone qui l’éviter habilement pour s’affaler au sol sous les rires des gens qui se massent autour pour mieux observer le ridicule de la scène.

- La fête est finie. On s’casse. J’te ramène chez toi.

Dans la foulée, profitant de la diversion, Howard m’empoigne par le bras et m’entraine vers la sortie. Je rigole comme une gamine – Wait ! Je suis une gamine ! – jusqu’à ce qu’enfin je ressente l’air frais sur mon visage et que la musique assourdissante cesse de me bourdonner en tête.

Je prends de grandes et profondes inspirations, laissant l’air bien s’infiltrer dans mes poumons.  Mes sens sont moins décuplés qu’il y a tout juste quelques instants et je commence à mieux percevoir la réalité.

- Les gars de l’Eastside, c’est tous des cons. Faut pas trop les approcher.

- Les mecs, vous êtes tous des prédateurs à l’affût de votre prochaine proie. Eastside ou Tijuana, tous des putains d’enfoirés !


Contrecoups de la drogue ou  juste une douche froide à saveur de réalité ? Je saurais pas dire.  Mais pour l’instant, le palmarès des hommes dans ma vie ne reluit pas d’homme d’honneurs. Des lâches, des menteurs, des voleurs et un abuseur.

Heureusement, quelques rencontres encore naissante me donne espoirs en la gente masculine.  Dom. Clepto. Jack. Delfino.

- J’vais t’ramener chez Dom. C’est là qu’t’habites, j’crois?  Ma voiture est juste après cette rue.

- Mouais, j’habite bien là, il me semble que tu connais le chemin de toute façon, t’es revenu me laisser une  no… merde !


Je me détache de Stone le faisant me lâcher le bras et je lève les bras pour lui faire comprendre que je n’ai pas mon foutue sac !

- Vas chercher ta bagnole, j’vais retourner à l’intérieur le chercher ! Putain j’peux pas y croire ! J’l’ai laissé  dans la loge ou j’sais pas trop…  Mierda !

Je ne lui laisse pas tellement le temps d’argumenter que je retourne à l’intérieur à la recherche de mon sac.  Heureusement pour moi, une cliente pas trop éméché m’a vu le laisser tomber et tentait de me retracer dans le bar pour me le redonner. Comme elle ne me trouvait pas, elle allait sortir pour voir si j’y étais.

- Merci ! J’me fou un peu de l’argent mais mon carnet c’est précieux plus que tout le reste.

- Plus que la coke qu’il y a dedans ?

- Hen ?  


J’suis pas trop certaine de comprendre ce qu’elle vient de me dire mais j’ai pas le temps de bavarder avec elle. Je la remercie encore et je sors de nouveau du bar. Bien sûr, Stone n’est pas encore là avec sa Mustang. J’serais pas surprise qu’il se soit endormi derrière le volant.

Je lance deux ou trois…douzaine de jurons et je marche en direction de là où Stone m’a indiquer se trouver la mustang.


@ Billy Lighter
[/i]


Jimmy's daughter


Dernière édition par Olivia Cortez le Mer 7 Juin - 19:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Howard Stone
avatar


Messages : 808
Date d'inscription : 25/11/2015
Age du personnage : 33
Localisation : Chez Apolline


Who am I?
Je suis:
Relations:
Song:


MessageSujet: Re: If I Lie, You Die [PV Howard Stone][HOT...again !][Terminé]   Mer 7 Juin - 16:48



If I Lie, You Die
ft. Olivia Cortez


On était enfin dehors. On entendait moins la musique et ça faisait du bien. Et les rires des gens ont les entendaient plus du tout ce qui était encore mieux. Il faisait pas vraiment frais dehors. Mais j’avais eu tellement chaud à l’intérieur que j’sentais la différence. Et ça faisait du bien.

Livia avait rien dit. Elle s’était laissée tiré jusqu’à dehors. Et c’était mieux comme ça. J’la mis en garde contre les gens de l’Eastside. Sans faire vraiment le rapprochement que j’en étais un moi-même. Mais Livia, elle étendit ça au monde entier. Pour elle, les mecs s’étaient tous des prédateurs. J’haussai les épaules sans dire le contraire à ce qu’elle venait de dire. J’voulais pas m’battre. J’voulais rentrer et voir Apolline. La culpabilité devenant de plus en plus forte à chaque minute.

J’demandai confirmation si elle vivait bien chez les Winter Wolves. J’le savais, en fait… Et Olivia tarda pas à m’le faire remarquer… Mais elle s’arrêta en pleine phrase pour jurer. Bordel, mais qu’est-ce qui se passe encore ? Je levai un sourcil m’arrêtant. Olivia levai les bras et j’fis une mine encore plus perplexe. J’comprenais pas ce qu’il se passait…

Et elle finit par utiliser sa langue et me dire qu’elle avait oublié son sac à l’intérieur. Ce même sac où, un quart d’heure plus tôt, j’avais mis le reste de ma coke comme pour me faire pardonner de tout ce que j’avais fait. J’étais saoul, j’étais shooté et j’étais vraiment à côté de mes pompes alors j’croyais que c’était la meilleur chose à faire pour que tout baigne entre moi et Olivia. En lui faisant cadeau d’la coke. Ça allait être un cadeau surprise, j’lui avais pas dit…

Olivia voulait aller chercher son sac et j’fus content qu’elle me demande pas de l’accompagner. Y’avait un type à l’intérieur qui avait voulu me foutre un jetons y a pas trois minutes alors j’voulais pas rentrer à nouveau. J’ai une séance photo demain, j’crois… Et fallait pas que j’me ramène avec un bleu en plus.

-Ok, j’me ramène avec la voiture.

Olivia disparu en moins d’temps qu’il fallait pour le dire à la recherche de son sac. Moi, j’partis dans la direction opposée vers la p’tite ruelle. Il faisait sombre. Mais pas d’quoi m’faire peur. J’avais grandi dans s’quartier. J’crois même que j’ai déjà joué aux billes dans cette même ruelle.

Alors que j’étais en plein milieu, j’vis des gars venir par devant moi en sens inverse. Ils étaient trois. J’fis quelques pas de plus avant d’me rendre compte que c’était Alonso des Los Diablos et deux de ses potes.

J’savais que les Los Diablos appartenaient à Reed… Mais j’connaissais Alonso déjà avant qu’le blondinet ne devienne quelqu’un d’important. J’ai battu le latino aux billes à plusieurs reprise alors que j’avais 9 ans et lui 13. Il vendait déjà d’la came à l’époque, j’crois. J’l’ai plus vu depuis des années ce type… J’traine pas dans l’Eastside moi…

Sauf ce soir…

-Stone, ça faisait longtemps qu’on ne t’avait pas vu dans l’Eastside.

C’est ce que disait l’type à côté d’Alonso. J’sais pas qui c’est. Ou j’sais plus qui c’est… Ou, encore, j’suis trop loin pour me rappeler qui c’est. En tout cas, les trois gars s’étaient arrêtés à quelques pas de moi. Et j’avais fait pareil. Alonso m’regardait sans sourire. Juste avec sa tête de gros killer latino. Je levai un sourcil. Et j’regardai le type qui m’avait adressé la parole.

-Normal, j’traine plus ici… C’est nul l’Eastside.

J’souris avec désinvolture. Trop camé pour sentir la merde arriver. Et j’me remis en marche pour essayer d’sortir de la ruelle. Mais Alonso m’empêcha d’passer en m’retenant fermement par le bras. J’regardai mon bras. Puis Alonso. Il me repoussa un arrière, sans rien dire, et j’entendis, derrière moi, des rires. Je me retournais pour voir trois autres latinos dont un armé d’un poing américain. J’fis volte-face vers Alonso.

-Putain, c’est quoi ce bordel ? Si c’est pour les dettes de Reed, dis-lui que j’lui ferais un chèque demain.

J’étais pas obligé d’le faire… Mais j’pouvais juste le dire pour m’sortir de ce merdier…

Parce que, ouais… Ça sentait l’merdier… J’avais déjà vu ça quand j’avais 10 ans. Un type s’était fait tabassé dans ce genre de ruelle par une bande de blacks. J’avais été témoin d’la scène… Mais personne m’avait vu. Le lendemain, on apprenait qu’un homme était mort tabassé par un gang. C’était l’type que j’avais vu.

-Putain, déconne pas, Alonso !

J’reculais d’un pas. Mais ça servait à rien. Y’en avait trois autres derrière. Ma façade de type désinvolte s’évapora quand les deux sbires d’Alonso foncèrent sur moi pour me plaquer contre le mur.

Et l’cauchemar commença…

Les deux types me tenaient les bras m’empêchant de m’échapper ou même de bouger. J’me débattais… Mais ça servait à rien. Le type au poing américain s’avança et me foutu un poing en plein figure. Le coup était violent. J’voyais des étoiles… Mais j’étais encore bien conscient. J’sentais qu’mon arcade s’était rouverte… Et ça faisait mal à crever. Plus mal qu’après l’coup de poing de Jack.

Les autres types s’avancèrent et commencèrent à frapper encore et encore sur ma figure, dans mes côtes, dans le ventre… Sans retenue. J’criais de douleur me débattant encore. J’voyais plus grande chose… J’avais juste mal comme j’avais jamais eu mal. J’réussi à foutre un coup d’pied dans un des types. Ça lui plut pas… Et il me renvoya la même chose avec plus de force dans mon genou. Il craqua… Je criai fermant les yeux de douleur.

Alonso s’avança alors… Et il fit un signe aux deux types et l’un d’eux me tordit l’bras pour me mettre à terre. J’finis à genou à terre. D’façon j’tenais plus debout… J’arrivais plus à bouger ma jambe droite. J’avais du mal à respirer. J’regardai Alonso… J’le suppliais du regard. Mais j’arrivais à rien dire… Juste à penser que j’devais ça à une personne : Reed. J’le savais… Pour tout plein d’raison c’était lui. Pour les dettes. Pour Olivia…

Mes supplications silencieuses servirent à rien. Tout ce que j’reçu c’est un coup d’pied de sa part en plein figure. Assez pour me foutre complètement au sol… Je crachai du sang et j’entendais plus rien… Ni mes cris de douleur (j’sais même pas si j’criais encore…), ni le bruit des coups… J’regardais juste fixement un point d’fuite… La sortie d’la ruelle.

Et j’sais pas combien d’coups j’reçu encore alors que j’étais à terre à moitié conscient avant que l’cauchemar s’arrête. Ou, plutôt, avant quelqu’un éteigne la lumière…



@ Billy Lighter


Don't give in without a fight © Pink Floyd
Revenir en haut Aller en bas
Olivia Cortez
avatar


Messages : 422
Date d'inscription : 29/01/2017
Age du personnage : 16
Localisation : Ici, et là



MessageSujet: Re: If I Lie, You Die [PV Howard Stone][HOT...again !][Terminé]   Mer 7 Juin - 20:36



If I Lie, You Die
ft. Howard Stone




J’relève pas la remarque de la fille qui me redonne mon sac même si, en l’ouvrant – le sac hein, pas la fille ! – je vois 3 p’tits sachets de coke à l’intérieur. Je fronce les sourcils  et j’comprends vite que ça ne peut qu’être que Stone et, comme toujours, pelte ses soucis dans la cours des autres.
Rien de neuf sous le soleil en somme.

Je la remercie et je fais marche arrière afin d’attendre Stone qui doit ramener sa voiture et me reconduire chez moi. Mais après 10 minutes d’attente devant le Dizzy, et toujours pas d’Howard, je dois me rendre à l’évidence qu’il est soit assoupi derrière le volant, comme l’épave humaine qu’il est, ou alors il m’a juste oublié, ce qui est autant probable que ma première impression.

Je le tue 3 fois dans ma tête avant de me décider à marcher en direction de là où il m’avait indiqué être sa Mustang. J’avais pas planifié la marche de fin de soirée et je jure à chaque fois que le talon de ma chaussure  se coince dans le bitume fissuré.

Je marche, ou plutôt je titube  tout le long vers l’arrière du Dizzy avant de tourner sur ma gauche, seule avenue possible de toute façon et de m’enfoncer dans une ruelle sombre et peu rassurante.
Au loin des ombres s’agitent et je reste figé sur place alors que j’entends des plaintes sourdes, des insultes et des jurons.  Y’a quelqu’un qui passe un mauvais quart d’heure !

J’ose pas bouger, sauf pour me décaler sur ma droite pour me cacher derrière un conteneur nauséabond.  Je ferme même les yeux en me disant que si je ne les vois pas, eux, ils ne me verront pas non plus.

Je sais pas combien de temps je suis resté là mais je fini par me risquer à me lever et, ne distinguant plus rien bouger, je me risque d’avancer. Je n’ai pas trop le choix si je veux retrouver Howard et rentrer chez moi.

Tous les sons me semblent encore trop amplifiés. Un chat qui miaule farouchement, de l’eau qui s’égoutte d’une gouttière mal entretenue, le bruit de la circulation quelques rues plus loin. Puis, des gémissements d’un homme à qui on vient de refaire le portrait.

Je me reconnais uniquement de par la veste qu’il porte et je me retiens de hurler.  Howard est à mes pieds, le visage en sang et j’sais même pas s’il respire encore.

- Howard !!

C’est un murmure qui s’échappe de ma gorge, j’suis complètement terrorisée. Je me laisse tomber à ses côtés et je place nerveusement deux doigts dans son cou, seule notion d’un cours suivis au lycée de Tijuana. « Mais pourquoi j’écoutais pas quand la prof expliquait ! »
Je sens son pouls, dieu merci ! Il n’est pas mort.

Mais s’il n’est pas mort, il n’est pas très fort… Et c’est tout aussi embêtant.  Je le secoue sans trop  me soucier de savoir si je lui fait mal où non, j’veux juste savoir s’il m’entend mais comme il ne réagit pas, j’dois m’y prendre autrement.

- Tu pouvais pas te faire casser la gueule  un autre soir, merde ! Demain, par exemple !

Je tente de le relever en passant son bras autour de mon coup et je tire comme une forcenée afin de le faire au moins se mettre à genoux. Si  du sang lui coup dans la gorge, il va s’étouffer avec et ça serait encore plus stupide de crever dans une ruelle, noyé dans son propre sang.

-  Fais gaffe de pas m’foutre du sang partout sur moi !

En vrai, j’m’en fou de mes fringues, mais je me fou pas de l’explication que je devrai fournir a Dom ou Dean s’ils me voient rentré ensanglantée.  Mais c’est peine perdu j’en mets moi-même partout en essayant de le soulever.

Il pèse une tonne. Vois deux. Et il est mou comme une guenille. Je le traîne tant bien que mal jusqu’au bout de la ruelle, là ou y’a un p’tit lampadaire qui éclair les quelques voitures stationnées là. Dont celle de Stone.

- On va voir si t’es cours de conduite ont porté fruit, pris pour ton âme Stone ! Bouge pas de là !

Comme s’il allait fuir…

J’lui fait les poches, que pour trouver ses clés et je cours à sa voiture mais la nervosité  grimpe en moi à la vitesse de la lumière et mes mains trembles à un point tel que je les laisse tomber 3 fois sir le sol de la Mustang avant de réussir à les insérer dans le contact et d’enfin, démarrer la voiture.

J’embraye et je pars comme une cinglée sans trop savoir ce que je fais et ce serait vraiment hilarant comme histoire à raconter si y’avait pas un homme pissant le sang comme un porc qu’on venait d’égorger, couché sur le sol. J’donne un coup de volant pour tourner vers la bonne direction, heurtant un rassemblement de poubelle au passage puis enfin, freine tout près de Stone.

- Bah voilà quand tu veux, tu sais écouter !

Que je lui dis une fois sortit de sa Mustang plus tout à fait neuve et que je le hisse tant bien que mal  sur la banquette arrière. Quand bien même je lui pèterais deux ou trois côtes de plus dans l’effort, vu son état, ça fera pas grand différence !

J’suis vraiment couverte de sang et de poussière c’est horrible. J’suis nerveuse à un niveau insoupçonné et malheureusement pour Stone, ça me rend pas plus sympathique ou douillette.  J’lui ai coincé le pied dans la portière en refermant trop vite. Je m’excuserai plus tard. Ou pas.

Je retourner derrière le volant, en essayant de me rappeler comment c’était si simple quand nous étions allé à la plage. Putain ! J’noies le moteur 2 ou 3 fois avant de prendre une grande inspiration et d’réussir ma manœuvre. J’me débrouille pas si mal pour une fille qui a pas le permis, qui n’a même jamais réellement conduis, et j’réussis à me stationner à peu près pas sur le trottoir  tout près de l’hôpital.

Le truc, c’est que j’peux pas aller le porter moi-même sans que ça vienne soit aux oreilles de Jack, soit carrément à celles des charognards de journalistes.   J’me retourne vers Stone et j’lui touche de nouveau le cou. Son pouls est bien présent il est donc simplement dans les vapes.

- T’as fait ça comme un homme, champion !... Mais j’mérite pas de me faire éclabousser à cause de toi.

Alors je ferme le moteur et je me mets à courir. Le plus vite et le plus loin possible, ou, en fait, jusqu’à la première cabine de téléphone que je croise et je compose le numéro d’urgence.

- L.A., urgence, je vous écoute ?

- Y’a un mec presque mort, mais pas mort, enfin pas encore mort...qui s’est fait tabassé, dans une Mustang garé en face de l’hôpital. Faite vite !


Et j’raccroche.  Sans déconner, j’pouvais faire quoi de plus pour lui selon vous ?


@ Billy Lighter


Jimmy's daughter
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: If I Lie, You Die [PV Howard Stone][HOT...again !][Terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 

If I Lie, You Die [PV Howard Stone][HOT...again !][Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» LMDC Tag Team Championships: Floyd Mayweather & Randy Orton Vs Stone Cold Steve Austin & John Cena
» Stone, let's smoke some more weed
» Howard Shore
» Stone +16
» Cody Rhodes Vs Mark Henry Vs Stone Cold Steve Austin

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: L.A Rocks :: Eastside :: Dizzy Warhol-