AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Don't Let Me Turn Off The Light [PV Bailey]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Billy Lighter
avatar


Messages : 1926
Date d'inscription : 24/09/2013
Age du personnage : 27
Localisation : Dans la mer avec les dauphins


Who am I?
Je suis: Instable, possessif, sensible, perfectionniste
Relations:
Song: Guns N'Roses - Estranged


MessageSujet: Don't Let Me Turn Off The Light [PV Bailey]   Lun 19 Juin - 13:37



Don't Let Me Turn Off The Light
ft. Bailey Raphaël


Apolline devait être la fille de Be Mine… Mais il y avait Gaïana. Cash avait bouleversé mes plans d’un revers de la main. Le clip s’animait dans ma tête avec comme image, pour la fille, Fender et personne d’autre.

Mais The Lightening s’était déchiré en deux… La fille s’était déchirée en deux. Avec, d’un côté Apolline et de l’autre Gaïana. Deux filles différentes qui allaient se battre pour le même rôle.

Je fumai le regard fermé en pensant à ça. Il faisait nuit. Rien ne filtrait au travers de la fenêtre car j’avais bien fermé les rideaux. La seule chose qui passait était la forte lumière de l’éclairage public. La chambre d’hôtel où j’étais installé était silencieuse. Et j’attendais… J’attendais de savoir. J’attendais de voir Gaïana à l’œuvre !

Le siège où j’étais installé faisait face à la télévision éteinte. La pièce était un fumoir… Et la table basse était couverte de canette de coca alignée à égale distance. Je fermai les yeux. Je sentais que j’allais exploser. A cause de Cash. A cause de la fille.

Et je me levai d’un bon. Je pris le téléphone. Et je téléphonai pour demander de la compagnie. N’importe qui. Une fille. Un dénommé Ricardo répondit. Et quand je disais être Billy Lighter, j’eus tout son attention. Comme un tour de magie mal exécuté.

-Je suis chambre 141 à l’Hôtel Roosevelt d’Hollywood. Je n’en veux qu’une seule. Et je veux la plus intelligente !

C’était important. Le reste m’importait peu. Je voulais oublier Gaïana. Oublier Cash. Et surtout, il me fallait quelqu’un. Sinon, les murs allaient se refermer sur moi. Je les sentais me menacer. Je les regardais. La chambre devenait inquiétante.

Je raccrochais quand ma demande fut enregistrée par le proxénète. Et je repris ma place dans le fauteuil. C’est la porte que je regardais fixement, maintenant. Pour ne pas regarder les murs que j’entendais presque ricaner.

Et j’attendais une bouffée d’oxygène… J’attendais que la porte s’ouvre.

@ Billy Lighter


Nothing last forever and we both know hearts can change © GN'R
Revenir en haut Aller en bas
http://la81rocks.forumgratuit.be
Bailey Raphaël
avatar


Messages : 50
Date d'inscription : 11/06/2017
Age du personnage : 24
Localisation : Eastside



MessageSujet: Re: Don't Let Me Turn Off The Light [PV Bailey]   Mar 20 Juin - 10:08


Don't Let Me Turn Off The Light ]

ft. Billy Lighter




Ricardo s’énerve facilement ce soir.  Il râle un max parce que je n’ai pas rapporté d’argent ce soir et que je lui ai  - encore -  demandé de me dépanner avec de la came.  J’peux pas travailler sans ça. C’est impossible.  Et c’est pire depuis que j’ai essayé l’héroïne.  

J’suis assise sur le canapé crasseux de son studio tout aussi crade et je me ronge les ongles dont le vernis noir est plus qu’écaillé.  Je tape nerveusement du pied droit sur le sol collant faisant sautiller ma jambe gauche croisée par-dessus la droite.

J’suis en manque et j’ai faim. Et Ricardo qui commence à me hurler dessus en  me poussant la tête du bout de l’index mélange les voix dans ma tête qui se moquent de lui.  Je rigole quand l’une d’elles supposent qu’il devrait aller lui-même faire le trottoir, ça changerait pour une fois.

- Qu’est-ce qui t’fais marrer ?

Je pince les lèvres en balayant mon visage de mon index pour lui faire comprendre que ce n’était absolument rien et j’évite une gifle  de justesse. Ce n’est vraiment pas le bon soir pour  se foutre de lui. Ça ne l’est jamais d’ailleurs.

Je devrais vraiment m’éloigner de lui et retourner auprès de Delfino. Seulement. Il ne vend plus lui et de toute façon, ça finirait comme la dernière fois et j’ai pas envie de revivre une peine d’amour.

Le téléphone sonne. J’me lève pour répondre mais  Ricardo allonge le bras et je me retrouver projeté contre le mur sur lequel je me frappe la tête. Ça s’agite là dedans. Son regard noir se pause sur moi alors qu’il porte le cornet à son oreille.

- Chambre 141, Roosevelt… Mouais c’pas comme si j’en avais des tonnes…

Ricardo regarde le cornet du téléphone et je me demande s’il  s’attend à voir son interlocuteur en sortir.  Il le pose durement sur l’appareil avant de reporter son attention sur moi. Son air mauvais se change néanmoins assez pour laisser un rictus de former sur ses lèvres.

- Change toi, t’es attendu ce soir !

C’est en  moins de 30 minutes que je me retrouver devant la porte de la chambre 141 de l’Hôtel Roosevelt.  J’ai eu droit à un peu de coke, juste de quoi tenir quelques heures pour satisfaire mon client dont l’identité ne me tardera pas à être dévoilé.

Je frappe 3 coups à la porte et j’attends. On vient m’ouvrir après  seulement quelques secondes à croire qu’on est impatient de me voir.

Billy Lighter m’ouvre donc la porte, me fait entrer  puis la referme derrière moi. La chambre est plongée dans la pénombre et la fumée de cigarette vient m’égratigner le fond de la gorge.

- Billy, Billy, Billy ! J’aurais dû m’en douter. Chaque fois tu demande la « plus intelligente » et chaque fois on m’envoie. Alors soit je suis vraiment intelligente, soit je suis le prix de consolation…

Billy ne semble pas aller très bien ce soir. Mais en fait, il ne va jamais très bien quand il demande mes services. C’est un peu aussi l’utilité de faire venir une pute. Se changer les idées. Et j’suis là pour ça ce soir. Pour lui offrir le meilleur moyen de s’évader possible.

Sauf s’il fait comme la dernière fois et qu’il utilise mon temps à m’entretenir des sujets qui le passionne. Ça aussi, je dois l’admettre ça fait du bien. Parce que c’est Billy Lighter et qu’avec lui, je ne peux jamais m’attendre à rien.


© Billy Lighter

Revenir en haut Aller en bas
Billy Lighter
avatar


Messages : 1926
Date d'inscription : 24/09/2013
Age du personnage : 27
Localisation : Dans la mer avec les dauphins


Who am I?
Je suis: Instable, possessif, sensible, perfectionniste
Relations:
Song: Guns N'Roses - Estranged


MessageSujet: Re: Don't Let Me Turn Off The Light [PV Bailey]   Mer 21 Juin - 12:02



Don't Let Me Turn Off The Light
ft. Bailey Raphaël


Les minutes passent… Et la pièce rétrécit. Les murs me menacent. Ils rient. Je les regarde l’air inquiet. Il faut que la fille arrive. Vite…

Je me crispais dans mon siège. Ma cigarette se consumait toute seule entre mes doigts. Je devais regarder la porte. Il n’y avait qu’elle qui déciderait de si j’allais m’en sortir ou non. Les minutes étaient comptées. Je le savais.

Je sentais mon cerveau entrer en ébullition et les murs se refermer définitivement sur moi quand j’entendis toquer à la porte. Trois fois. Trois coups. C’était Bailey. Bailey frappe toujours trois fois. Bailey venait toujours.

Et aujourd’hui, elle était venue à temps.

Je bondis hors du siège et j’ouvris la porte à la volée. J’avais raison. C’était bien Bailey. Je la laissai entrer… Je jetai un œil dans le couloir. Il était vide. Je refermai la porte. A clé.

Et je me tournai vers Bailey. Elle déclara qu’elle aurait dû s’en douter. Que quand je demandais la plus intelligent on l’envoyait. Je savais qu’en appelant, c’était elle qui allait venir. Je n’en voulais pas d’autre… Je voulais juste Bailey.

-Tu es la plus intelligente.

Je ne connaissais pas les autres. Mais Bailey était intelligente. Je le savais. Elle me l’avait montré. Ce n’était pas un lot de consolation. Je ne voulais pas de lots de consolation !

-Ne t’approche pas des murs.

Je disais ça en écrasant nerveusement ma cigarette dans le cendrier. Je m’installai, ensuite, dans le siège que j’avais quitté, il y a quelques secondes à peine. Je regardai Bailey. Elle, elle n’aurait pas pu être la fille de Be Mine. Elle était trop fragile… Une fragilité presque semblable à la mienne.

-J’avais besoin de toi… J’ai besoin d’inspiration… Je l’ai perdue à cause de Cash.

Ma voix était grave et profonde. Et mon regard transperçait Bailey. Mon corps était sous tension. Il allait exploser… D’une seconde à l’autre… Rien qu’à cause de Cash… Et de Gaïana. Deux amants nés pour me détruire.


@ Billy Lighter


Nothing last forever and we both know hearts can change © GN'R
Revenir en haut Aller en bas
http://la81rocks.forumgratuit.be
Bailey Raphaël
avatar


Messages : 50
Date d'inscription : 11/06/2017
Age du personnage : 24
Localisation : Eastside



MessageSujet: Re: Don't Let Me Turn Off The Light [PV Bailey]   Mer 21 Juin - 13:56


Don't Let Me Turn Off The Light ]

ft. Billy Lighter




Billy m’ouvre la porte à la volé et me laisse entrer non sans avoir bien vérifié le couloir derrière moi. Je comprends vite que la soirée va être longue et pas pour la raison que je crois – celle qui aurait dû m’amener ici.

Fidel à lui-même, il verrouille la porte alors que j’inspecte la pièce des yeux. Dans la pénombre je ne vois pas très bien surtout avec la fumée des cigarettes qu’il a enchaînées les unes derrière les autres.  Les chambre d’hôtel se ressemblent toutes au final. Un ou deux lits, un poste de télé, une grande fenêtre drapée et une salle de bain attenante.

C’est surtout cette pièce qui m’intéresse.

- Tu es la plus intelligente , me dit-il après ma réflexion.

Intelligente ou non, il est plus qu’évident qu’il ne va pas bien ce soir. C’est palpable et l’ambiance de la pièce ne fait rien pour arranger les choses.

- Ne t’approche pas des murs

- Je ne m’approcherai pas des murs, Billy. Je vais poser mon sac sur le lit et quand tu seras assis dans le fauteuil,  je te masserai les pieds pour te détendre, d’accord ?


Il écrasa sa cigarette et repris place dans son fauteuil. Bien.  Je m’assoie devant lui sur le sol et je lui retire ses chaussures avant de faire de même avec les chaussettes puis je me concentre sur un pied à la fois, commençant pas le droit que je masse en effectuant des mouvements circulaires avec mes pouces.

- J’avais besoin de toi… J’ai besoin d’inspiration… Je l’ai perdue à cause de Cash.

- Cash…  est ton opposé naturel. Tu as besoin de cette contradiction Billy. Parce qu’il te challenge sans cesse et c’est ce qui provoque ta créativité.


Je masse maintenant le pied gauche de Billy, levant de temps en temps les yeux pour le regarder. Je ne le confronterai jamais du regard, il ne supporterait pas. Mais j’ai besoin de le regarder pour savoir les différents états d’esprit au travers lesquels il navigue.

Avec Billy, tout va toujours très vite psychologiquement parlant.  Jamais encore je ne l’ai mis à mal contre moi mais je sais ce dont il est capable quand tout bascule entre ses deux hémisphère.

Je le sais parce que, ça m’arrive encore de vivre en eaux troubles.

Je m’applique autant que possible puis que cela semble le calmer et après un moment. Je le sens prêt à passer à autre chose. Je dois lui faire oublier les murs et les voix qui hurlent dans sa tête.

- T’as envie de prendre un bain avec moi, Billy ? Ça serait bon de se détendre, tous les deux.

Je me relève espérant que l’idée lui plaise. De toute façon ça finira sans vêtements alors que ce soit dans le bain ou dans le lit, aussi bien joindre l’utile à l’agréable.


© Billy Lighter

Revenir en haut Aller en bas
Billy Lighter
avatar


Messages : 1926
Date d'inscription : 24/09/2013
Age du personnage : 27
Localisation : Dans la mer avec les dauphins


Who am I?
Je suis: Instable, possessif, sensible, perfectionniste
Relations:
Song: Guns N'Roses - Estranged


MessageSujet: Re: Don't Let Me Turn Off The Light [PV Bailey]   Ven 23 Juin - 10:54



Don't Let Me Turn Off The Light
ft. Bailey Raphaël


Bailey ne devait pas approcher les murs… Ils n’aimaient pas sa présence. Ils savaient, maintenant, qu’ils ne pourraient plus rien faire contre moi. Car Bailey était là.

Mais ils restaient menaçants.

Bailey déclara qu’elle ne s’en approcherait pas. Elle disait à l’avance tous les gestes qu’elle allait faire. Je voyais à l’avance qui allait venir. Et c’était rassurant. Assez pour que je hoche la tête.

-D’accord.


Je pris place dans le fauteuil. Et, si les murs ne semblaient plus vouloir attaquer, la tension accumulée me rongeait. Cash… Je n’avais que Cash et son amante en tête. Alors que la fille de Be Mine était Apolline.

Je rongeai mes ongles alors que Bailey commença son massage. Ses doigts son froid et me font du bien. Je déclarai avoir besoin de Bailey. Que l’inspiration était partie. A cause de Cash. Et Bailey enchaina en disant que Cash était mon opposé naturel. Qu’il provoquait ma créativité.

Bailey avait raison.

Cash et moi n’étions jamais en symbiose. C’était une fausse idée. Une illusion de l’esprit. Cash et moi étions le big-bang. Des opposés qui entre en collision et crée quelque chose de nouveau.

-Oui… Cash est tout l’opposé de moi. Je sais que, sans lui, rien ne se crée. Je sais que, sans lui, The Lightening ne pourrait pas exister. Mais il n’a pas compris que j’avais besoin d’Apolline pour ce clip. Pas d’une fille des rues.

Divergence artistique pourrait dire les médias. Mais, la vérité est plus compliquée. Tout est toujours plus compliqué qu’il n’y parait. Les médias font des raccourcis. Ils biaisent la vérité.

Le message marchait. Je sentais les tensions diminuer. Je sentais que les murs étaient moins oppressants. Bailey avait ce pouvoir de tout faire disparaitre sans provoquer en moins un quelconque sentiment négatif.

Je fermai les yeux. J’essayais de ne plus entendre les voix qui clamait dans ma tête que je devais tout détruire pour montrer à Cash qu’il avait tort. Et le pouvoir de Bailey opère. Bientôt, les voix s’estompèrent et je rouvris les yeux au moment où la fille demanda si je voulais prendre un bain.

Je regardai vers la porte de la salle de bain. Tout était normal.

-Pourquoi pas.

Je me levai et suivi Bailey, pied nu, jusque dans la salle de bain. La fumée n’avait que très peu envahi cet endroit et le store n’était pas tiré ce qui faisait que la lumière artificiel envahissait l’endroit.

Je tirai le store.

Et je me tournai vers Bailey en enlevant mon t-shirt. Je la regardai. Elle changeait souvent de couleur de cheveux. Mais elle restait toujours la même. Elle était comme Gaïana, une fille des rues. Mais Bailey était ma fille des rues. Là était toute la différence.

-Je veux de l’eau très chaude.

Pour me sentir vivre. Comme à chaque fois.



@ Billy Lighter


Nothing last forever and we both know hearts can change © GN'R
Revenir en haut Aller en bas
http://la81rocks.forumgratuit.be
Bailey Raphaël
avatar


Messages : 50
Date d'inscription : 11/06/2017
Age du personnage : 24
Localisation : Eastside



MessageSujet: Re: Don't Let Me Turn Off The Light [PV Bailey]   Ven 23 Juin - 17:54


Don't Let Me Turn Off The Light ]

ft. Billy Lighter




L’atmosphère dans la pièce est des plus troublantes.  Je n’aime pas me retrouver dans la pénombre avec quelqu’un de plus cinglé que moi. Même si je l’affectionne particulièrement, Billy demeure  instable et je ne sais jamais quand je dirai ou ferai le truc de trop.

C’est pour ça que je joue de prudence en énonçant mes intentions au fur et à mesure. Je veux qu’il puisse se sentir en confiance en ma présence et qu’il croie qu’en fin de compte, c’est lui qui contrôle.

Je lui masse donc les pieds, m’appliquant bien sur les points de tensions. Je sais, par exemple, que les orteils correspondent à la tête. Je me concentre donc là-dessus un moment afin qu’il puisse déjà se relaxer. Le cou, les épaules et le cœur se situent sur la partie la plus large sous les orteils.  Et un mec tel que lui en à lourds à porter sur ses épaules c’est donc  cette partie de ses pieds que je masse ensuite.

Savoir ce genre de truc peux s’avérer être très pratique quand on exerce ma profession. Offrir au client les meilleurs soins afin qu’il soit dans les dispositions optimales peut être très payant.  Mais ce soir, ce n’est pas pour ça que je le fais. Je veux vraiment donner le meilleur à  Billy qui ferme les yeux alors que je le masse.

Je le sais maintenant détendu et en confiance.

Nous parlons alors que je le masse, de sa confrontation avec Cash Izbel. Deux êtres à la personnalité aussi forte mais complètement opposée ne peuvent subsister en parfaite harmonie. Mais leur génie n’est pas dissociable. L’un ne va pas sans l’autre.

Il est question du clip qu’ils prévoient faire et, étant très proche d’Apolline, je sais très bien qu’elle est le choix de Billy. J’ignorais cependant qu’elle ne faisait pas l’unanimité. Izbel à lui aussi une fille en tête. Une « fille de rues ».

Je ne peux pas faire autrement que d’être blessée par cette remarque. J’suis pro Apolline pour le clip mais je ne peux m’empêcher de rétorquer que parfois, les « filles de rues » valent plus que ce que l’ont peu croire.

Je masse encore un moment les pieds  de Billy puis je lui propose un bain.  Les salles de bain du Roosevelt sont réputé pour être les plus luxueuses du circuit hôtelier de L.A. Billy accepte donc ma proposition et je me relève en lui tendant la main.

Ce serait comme pour tout le reste, une aventure dans le noir puisqu’il ne supporte pas, semble t-il, aucune lumière ce soit, allant même jusqu’à tiré le store.  Je soupire légèrement alors que j’ouvre les robinets et que je mets le bouchon dans le fond de la baignoire. Billy veut de l’eau chaude, de l’eau chaude il aura. Place ma main sous le jet et tourne le robinet d’eau froide au minimum, jusqu’à ce que l’eau soit à ce point chaude que j’en grimace.

- J’crois que comme ça, ça ira. Je vais t’aider à te dévêtir.

Billy est déjà torse nu. Je m’approche doucement de lui, et je pose délicatement ma main à plat sur son torse chaud. Je peux sentir les battements de son cœur sous ma paume. De mon autre main, je me saisi de sa boucle de ceinture que je défais et, ensuite, j’ouvris son jeans afin qu’il puisse se dévêtir complètement.  Et moi de même.

Une fois complètement nue, je lui prends les mains pour les poser sur mes hanches. Je veux entrer dans cette baignoire en me tenant tout contre lui. J’ai conscience que l’eau est beaucoup trop chaude pour moi. Je peux voir la vapeur s’élever dans la pénombre et sentir l’humidité rapidement lécher nos corps entrelacer.

Il décidera du moment opportun. Il nous guidera jusque dans la baignoire. En attendant, je lui couvre le torse de baisers.  


© Billy Lighter

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: Don't Let Me Turn Off The Light [PV Bailey]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Don't Let Me Turn Off The Light [PV Bailey]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Happiness can be found, even in the darkest of times, if one only remembers to turn on the light ♣ C.J Snow
» Happiness can be found, even in the darkest of times, if one only remembers to turn on the light.[terminé]
» Editeur light libre
» the light of aerendil
» Under the moon light [PV Fel]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: L.A Rocks :: Hollywood :: Hôtel-