AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Don't Let Me Turn Off The Light [PV Bailey][Hot][Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar
Billy Lighter


Messages : 2034
Date d'inscription : 24/09/2013
Age du personnage : 27
Localisation : Dans la mer avec les dauphins

Who Am I?
Birth place: Lafayette, Indiana
Je suis: Instable, possessif, sensible, perfectionniste
Song: Guns N'Roses - Estranged


MessageSujet: Don't Let Me Turn Off The Light [PV Bailey][Hot][Terminé]   Lun 19 Juin - 13:37



Don't Let Me Turn Off The Light
ft. Bailey Raphaël


Apolline devait être la fille de Be Mine… Mais il y avait Gaïana. Cash avait bouleversé mes plans d’un revers de la main. Le clip s’animait dans ma tête avec comme image, pour la fille, Fender et personne d’autre.

Mais The Lightening s’était déchiré en deux… La fille s’était déchirée en deux. Avec, d’un côté Apolline et de l’autre Gaïana. Deux filles différentes qui allaient se battre pour le même rôle.

Je fumai le regard fermé en pensant à ça. Il faisait nuit. Rien ne filtrait au travers de la fenêtre car j’avais bien fermé les rideaux. La seule chose qui passait était la forte lumière de l’éclairage public. La chambre d’hôtel où j’étais installé était silencieuse. Et j’attendais… J’attendais de savoir. J’attendais de voir Gaïana à l’œuvre !

Le siège où j’étais installé faisait face à la télévision éteinte. La pièce était un fumoir… Et la table basse était couverte de canette de coca alignée à égale distance. Je fermai les yeux. Je sentais que j’allais exploser. A cause de Cash. A cause de la fille.

Et je me levai d’un bon. Je pris le téléphone. Et je téléphonai pour demander de la compagnie. N’importe qui. Une fille. Un dénommé Ricardo répondit. Et quand je disais être Billy Lighter, j’eus tout son attention. Comme un tour de magie mal exécuté.

-Je suis chambre 141 à l’Hôtel Roosevelt d’Hollywood. Je n’en veux qu’une seule. Et je veux la plus intelligente !

C’était important. Le reste m’importait peu. Je voulais oublier Gaïana. Oublier Cash. Et surtout, il me fallait quelqu’un. Sinon, les murs allaient se refermer sur moi. Je les sentais me menacer. Je les regardais. La chambre devenait inquiétante.

Je raccrochais quand ma demande fut enregistrée par le proxénète. Et je repris ma place dans le fauteuil. C’est la porte que je regardais fixement, maintenant. Pour ne pas regarder les murs que j’entendais presque ricaner.

Et j’attendais une bouffée d’oxygène… J’attendais que la porte s’ouvre.

@ Billy Lighter


Nothing last forever and we both know hearts can change © GN'R


Dernière édition par Billy Lighter le Mer 26 Juil - 19:27, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://la81rocks.forumgratuit.be
avatar
Bailey Raphaël


Messages : 230
Date d'inscription : 11/06/2017
Age du personnage : 24
Localisation : Eastside

Who Am I?
Birth place: Florida
Je suis: Une folle attachante
Song: The Night We Met


MessageSujet: Re: Don't Let Me Turn Off The Light [PV Bailey][Hot][Terminé]   Mar 20 Juin - 10:08


Don't Let Me Turn Off The Light ]

ft. Billy Lighter




Ricardo s’énerve facilement ce soir.  Il râle un max parce que je n’ai pas rapporté d’argent ce soir et que je lui ai  - encore -  demandé de me dépanner avec de la came.  J’peux pas travailler sans ça. C’est impossible.  Et c’est pire depuis que j’ai essayé l’héroïne.  

J’suis assise sur le canapé crasseux de son studio tout aussi crade et je me ronge les ongles dont le vernis noir est plus qu’écaillé.  Je tape nerveusement du pied droit sur le sol collant faisant sautiller ma jambe gauche croisée par-dessus la droite.

J’suis en manque et j’ai faim. Et Ricardo qui commence à me hurler dessus en  me poussant la tête du bout de l’index mélange les voix dans ma tête qui se moquent de lui.  Je rigole quand l’une d’elles supposent qu’il devrait aller lui-même faire le trottoir, ça changerait pour une fois.

- Qu’est-ce qui t’fais marrer ?

Je pince les lèvres en balayant mon visage de mon index pour lui faire comprendre que ce n’était absolument rien et j’évite une gifle  de justesse. Ce n’est vraiment pas le bon soir pour  se foutre de lui. Ça ne l’est jamais d’ailleurs.

Je devrais vraiment m’éloigner de lui et retourner auprès de Delfino. Seulement. Il ne vend plus lui et de toute façon, ça finirait comme la dernière fois et j’ai pas envie de revivre une peine d’amour.

Le téléphone sonne. J’me lève pour répondre mais  Ricardo allonge le bras et je me retrouver projeté contre le mur sur lequel je me frappe la tête. Ça s’agite là dedans. Son regard noir se pause sur moi alors qu’il porte le cornet à son oreille.

- Chambre 141, Roosevelt… Mouais c’pas comme si j’en avais des tonnes…

Ricardo regarde le cornet du téléphone et je me demande s’il  s’attend à voir son interlocuteur en sortir.  Il le pose durement sur l’appareil avant de reporter son attention sur moi. Son air mauvais se change néanmoins assez pour laisser un rictus de former sur ses lèvres.

- Change toi, t’es attendu ce soir !

C’est en  moins de 30 minutes que je me retrouver devant la porte de la chambre 141 de l’Hôtel Roosevelt.  J’ai eu droit à un peu de coke, juste de quoi tenir quelques heures pour satisfaire mon client dont l’identité ne me tardera pas à être dévoilé.

Je frappe 3 coups à la porte et j’attends. On vient m’ouvrir après  seulement quelques secondes à croire qu’on est impatient de me voir.

Billy Lighter m’ouvre donc la porte, me fait entrer  puis la referme derrière moi. La chambre est plongée dans la pénombre et la fumée de cigarette vient m’égratigner le fond de la gorge.

- Billy, Billy, Billy ! J’aurais dû m’en douter. Chaque fois tu demande la « plus intelligente » et chaque fois on m’envoie. Alors soit je suis vraiment intelligente, soit je suis le prix de consolation…

Billy ne semble pas aller très bien ce soir. Mais en fait, il ne va jamais très bien quand il demande mes services. C’est un peu aussi l’utilité de faire venir une pute. Se changer les idées. Et j’suis là pour ça ce soir. Pour lui offrir le meilleur moyen de s’évader possible.

Sauf s’il fait comme la dernière fois et qu’il utilise mon temps à m’entretenir des sujets qui le passionne. Ça aussi, je dois l’admettre ça fait du bien. Parce que c’est Billy Lighter et qu’avec lui, je ne peux jamais m’attendre à rien.


© Billy Lighter

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Billy Lighter


Messages : 2034
Date d'inscription : 24/09/2013
Age du personnage : 27
Localisation : Dans la mer avec les dauphins

Who Am I?
Birth place: Lafayette, Indiana
Je suis: Instable, possessif, sensible, perfectionniste
Song: Guns N'Roses - Estranged


MessageSujet: Re: Don't Let Me Turn Off The Light [PV Bailey][Hot][Terminé]   Mer 21 Juin - 12:02



Don't Let Me Turn Off The Light
ft. Bailey Raphaël


Les minutes passent… Et la pièce rétrécit. Les murs me menacent. Ils rient. Je les regarde l’air inquiet. Il faut que la fille arrive. Vite…

Je me crispais dans mon siège. Ma cigarette se consumait toute seule entre mes doigts. Je devais regarder la porte. Il n’y avait qu’elle qui déciderait de si j’allais m’en sortir ou non. Les minutes étaient comptées. Je le savais.

Je sentais mon cerveau entrer en ébullition et les murs se refermer définitivement sur moi quand j’entendis toquer à la porte. Trois fois. Trois coups. C’était Bailey. Bailey frappe toujours trois fois. Bailey venait toujours.

Et aujourd’hui, elle était venue à temps.

Je bondis hors du siège et j’ouvris la porte à la volée. J’avais raison. C’était bien Bailey. Je la laissai entrer… Je jetai un œil dans le couloir. Il était vide. Je refermai la porte. A clé.

Et je me tournai vers Bailey. Elle déclara qu’elle aurait dû s’en douter. Que quand je demandais la plus intelligent on l’envoyait. Je savais qu’en appelant, c’était elle qui allait venir. Je n’en voulais pas d’autre… Je voulais juste Bailey.

-Tu es la plus intelligente.

Je ne connaissais pas les autres. Mais Bailey était intelligente. Je le savais. Elle me l’avait montré. Ce n’était pas un lot de consolation. Je ne voulais pas de lots de consolation !

-Ne t’approche pas des murs.

Je disais ça en écrasant nerveusement ma cigarette dans le cendrier. Je m’installai, ensuite, dans le siège que j’avais quitté, il y a quelques secondes à peine. Je regardai Bailey. Elle, elle n’aurait pas pu être la fille de Be Mine. Elle était trop fragile… Une fragilité presque semblable à la mienne.

-J’avais besoin de toi… J’ai besoin d’inspiration… Je l’ai perdue à cause de Cash.

Ma voix était grave et profonde. Et mon regard transperçait Bailey. Mon corps était sous tension. Il allait exploser… D’une seconde à l’autre… Rien qu’à cause de Cash… Et de Gaïana. Deux amants nés pour me détruire.


@ Billy Lighter


Nothing last forever and we both know hearts can change © GN'R
Revenir en haut Aller en bas
http://la81rocks.forumgratuit.be
avatar
Bailey Raphaël


Messages : 230
Date d'inscription : 11/06/2017
Age du personnage : 24
Localisation : Eastside

Who Am I?
Birth place: Florida
Je suis: Une folle attachante
Song: The Night We Met


MessageSujet: Re: Don't Let Me Turn Off The Light [PV Bailey][Hot][Terminé]   Mer 21 Juin - 13:56


Don't Let Me Turn Off The Light ]

ft. Billy Lighter




Billy m’ouvre la porte à la volé et me laisse entrer non sans avoir bien vérifié le couloir derrière moi. Je comprends vite que la soirée va être longue et pas pour la raison que je crois – celle qui aurait dû m’amener ici.

Fidel à lui-même, il verrouille la porte alors que j’inspecte la pièce des yeux. Dans la pénombre je ne vois pas très bien surtout avec la fumée des cigarettes qu’il a enchaînées les unes derrière les autres.  Les chambre d’hôtel se ressemblent toutes au final. Un ou deux lits, un poste de télé, une grande fenêtre drapée et une salle de bain attenante.

C’est surtout cette pièce qui m’intéresse.

- Tu es la plus intelligente , me dit-il après ma réflexion.

Intelligente ou non, il est plus qu’évident qu’il ne va pas bien ce soir. C’est palpable et l’ambiance de la pièce ne fait rien pour arranger les choses.

- Ne t’approche pas des murs

- Je ne m’approcherai pas des murs, Billy. Je vais poser mon sac sur le lit et quand tu seras assis dans le fauteuil,  je te masserai les pieds pour te détendre, d’accord ?


Il écrasa sa cigarette et repris place dans son fauteuil. Bien.  Je m’assoie devant lui sur le sol et je lui retire ses chaussures avant de faire de même avec les chaussettes puis je me concentre sur un pied à la fois, commençant pas le droit que je masse en effectuant des mouvements circulaires avec mes pouces.

- J’avais besoin de toi… J’ai besoin d’inspiration… Je l’ai perdue à cause de Cash.

- Cash…  est ton opposé naturel. Tu as besoin de cette contradiction Billy. Parce qu’il te challenge sans cesse et c’est ce qui provoque ta créativité.


Je masse maintenant le pied gauche de Billy, levant de temps en temps les yeux pour le regarder. Je ne le confronterai jamais du regard, il ne supporterait pas. Mais j’ai besoin de le regarder pour savoir les différents états d’esprit au travers lesquels il navigue.

Avec Billy, tout va toujours très vite psychologiquement parlant.  Jamais encore je ne l’ai mis à mal contre moi mais je sais ce dont il est capable quand tout bascule entre ses deux hémisphère.

Je le sais parce que, ça m’arrive encore de vivre en eaux troubles.

Je m’applique autant que possible puis que cela semble le calmer et après un moment. Je le sens prêt à passer à autre chose. Je dois lui faire oublier les murs et les voix qui hurlent dans sa tête.

- T’as envie de prendre un bain avec moi, Billy ? Ça serait bon de se détendre, tous les deux.

Je me relève espérant que l’idée lui plaise. De toute façon ça finira sans vêtements alors que ce soit dans le bain ou dans le lit, aussi bien joindre l’utile à l’agréable.


© Billy Lighter

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Billy Lighter


Messages : 2034
Date d'inscription : 24/09/2013
Age du personnage : 27
Localisation : Dans la mer avec les dauphins

Who Am I?
Birth place: Lafayette, Indiana
Je suis: Instable, possessif, sensible, perfectionniste
Song: Guns N'Roses - Estranged


MessageSujet: Re: Don't Let Me Turn Off The Light [PV Bailey][Hot][Terminé]   Ven 23 Juin - 10:54



Don't Let Me Turn Off The Light
ft. Bailey Raphaël


Bailey ne devait pas approcher les murs… Ils n’aimaient pas sa présence. Ils savaient, maintenant, qu’ils ne pourraient plus rien faire contre moi. Car Bailey était là.

Mais ils restaient menaçants.

Bailey déclara qu’elle ne s’en approcherait pas. Elle disait à l’avance tous les gestes qu’elle allait faire. Je voyais à l’avance qui allait venir. Et c’était rassurant. Assez pour que je hoche la tête.

-D’accord.


Je pris place dans le fauteuil. Et, si les murs ne semblaient plus vouloir attaquer, la tension accumulée me rongeait. Cash… Je n’avais que Cash et son amante en tête. Alors que la fille de Be Mine était Apolline.

Je rongeai mes ongles alors que Bailey commença son massage. Ses doigts son froid et me font du bien. Je déclarai avoir besoin de Bailey. Que l’inspiration était partie. A cause de Cash. Et Bailey enchaina en disant que Cash était mon opposé naturel. Qu’il provoquait ma créativité.

Bailey avait raison.

Cash et moi n’étions jamais en symbiose. C’était une fausse idée. Une illusion de l’esprit. Cash et moi étions le big-bang. Des opposés qui entre en collision et crée quelque chose de nouveau.

-Oui… Cash est tout l’opposé de moi. Je sais que, sans lui, rien ne se crée. Je sais que, sans lui, The Lightening ne pourrait pas exister. Mais il n’a pas compris que j’avais besoin d’Apolline pour ce clip. Pas d’une fille des rues.

Divergence artistique pourrait dire les médias. Mais, la vérité est plus compliquée. Tout est toujours plus compliqué qu’il n’y parait. Les médias font des raccourcis. Ils biaisent la vérité.

Le message marchait. Je sentais les tensions diminuer. Je sentais que les murs étaient moins oppressants. Bailey avait ce pouvoir de tout faire disparaitre sans provoquer en moins un quelconque sentiment négatif.

Je fermai les yeux. J’essayais de ne plus entendre les voix qui clamait dans ma tête que je devais tout détruire pour montrer à Cash qu’il avait tort. Et le pouvoir de Bailey opère. Bientôt, les voix s’estompèrent et je rouvris les yeux au moment où la fille demanda si je voulais prendre un bain.

Je regardai vers la porte de la salle de bain. Tout était normal.

-Pourquoi pas.

Je me levai et suivi Bailey, pied nu, jusque dans la salle de bain. La fumée n’avait que très peu envahi cet endroit et le store n’était pas tiré ce qui faisait que la lumière artificiel envahissait l’endroit.

Je tirai le store.

Et je me tournai vers Bailey en enlevant mon t-shirt. Je la regardai. Elle changeait souvent de couleur de cheveux. Mais elle restait toujours la même. Elle était comme Gaïana, une fille des rues. Mais Bailey était ma fille des rues. Là était toute la différence.

-Je veux de l’eau très chaude.

Pour me sentir vivre. Comme à chaque fois.



@ Billy Lighter


Nothing last forever and we both know hearts can change © GN'R
Revenir en haut Aller en bas
http://la81rocks.forumgratuit.be
avatar
Bailey Raphaël


Messages : 230
Date d'inscription : 11/06/2017
Age du personnage : 24
Localisation : Eastside

Who Am I?
Birth place: Florida
Je suis: Une folle attachante
Song: The Night We Met


MessageSujet: Re: Don't Let Me Turn Off The Light [PV Bailey][Hot][Terminé]   Ven 23 Juin - 17:54


Don't Let Me Turn Off The Light ]

ft. Billy Lighter




L’atmosphère dans la pièce est des plus troublantes.  Je n’aime pas me retrouver dans la pénombre avec quelqu’un de plus cinglé que moi. Même si je l’affectionne particulièrement, Billy demeure  instable et je ne sais jamais quand je dirai ou ferai le truc de trop.

C’est pour ça que je joue de prudence en énonçant mes intentions au fur et à mesure. Je veux qu’il puisse se sentir en confiance en ma présence et qu’il croie qu’en fin de compte, c’est lui qui contrôle.

Je lui masse donc les pieds, m’appliquant bien sur les points de tensions. Je sais, par exemple, que les orteils correspondent à la tête. Je me concentre donc là-dessus un moment afin qu’il puisse déjà se relaxer. Le cou, les épaules et le cœur se situent sur la partie la plus large sous les orteils.  Et un mec tel que lui en à lourds à porter sur ses épaules c’est donc  cette partie de ses pieds que je masse ensuite.

Savoir ce genre de truc peux s’avérer être très pratique quand on exerce ma profession. Offrir au client les meilleurs soins afin qu’il soit dans les dispositions optimales peut être très payant.  Mais ce soir, ce n’est pas pour ça que je le fais. Je veux vraiment donner le meilleur à  Billy qui ferme les yeux alors que je le masse.

Je le sais maintenant détendu et en confiance.

Nous parlons alors que je le masse, de sa confrontation avec Cash Izbel. Deux êtres à la personnalité aussi forte mais complètement opposée ne peuvent subsister en parfaite harmonie. Mais leur génie n’est pas dissociable. L’un ne va pas sans l’autre.

Il est question du clip qu’ils prévoient faire et, étant très proche d’Apolline, je sais très bien qu’elle est le choix de Billy. J’ignorais cependant qu’elle ne faisait pas l’unanimité. Izbel à lui aussi une fille en tête. Une « fille de rues ».

Je ne peux pas faire autrement que d’être blessée par cette remarque. J’suis pro Apolline pour le clip mais je ne peux m’empêcher de rétorquer que parfois, les « filles de rues » valent plus que ce que l’ont peu croire.

Je masse encore un moment les pieds  de Billy puis je lui propose un bain.  Les salles de bain du Roosevelt sont réputé pour être les plus luxueuses du circuit hôtelier de L.A. Billy accepte donc ma proposition et je me relève en lui tendant la main.

Ce serait comme pour tout le reste, une aventure dans le noir puisqu’il ne supporte pas, semble t-il, aucune lumière ce soit, allant même jusqu’à tiré le store.  Je soupire légèrement alors que j’ouvre les robinets et que je mets le bouchon dans le fond de la baignoire. Billy veut de l’eau chaude, de l’eau chaude il aura. Place ma main sous le jet et tourne le robinet d’eau froide au minimum, jusqu’à ce que l’eau soit à ce point chaude que j’en grimace.

- J’crois que comme ça, ça ira. Je vais t’aider à te dévêtir.

Billy est déjà torse nu. Je m’approche doucement de lui, et je pose délicatement ma main à plat sur son torse chaud. Je peux sentir les battements de son cœur sous ma paume. De mon autre main, je me saisi de sa boucle de ceinture que je défais et, ensuite, j’ouvris son jeans afin qu’il puisse se dévêtir complètement.  Et moi de même.

Une fois complètement nue, je lui prends les mains pour les poser sur mes hanches. Je veux entrer dans cette baignoire en me tenant tout contre lui. J’ai conscience que l’eau est beaucoup trop chaude pour moi. Je peux voir la vapeur s’élever dans la pénombre et sentir l’humidité rapidement lécher nos corps entrelacer.

Il décidera du moment opportun. Il nous guidera jusque dans la baignoire. En attendant, je lui couvre le torse de baisers.  


© Billy Lighter

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Billy Lighter


Messages : 2034
Date d'inscription : 24/09/2013
Age du personnage : 27
Localisation : Dans la mer avec les dauphins

Who Am I?
Birth place: Lafayette, Indiana
Je suis: Instable, possessif, sensible, perfectionniste
Song: Guns N'Roses - Estranged


MessageSujet: Re: Don't Let Me Turn Off The Light [PV Bailey][Hot][Terminé]   Dim 25 Juin - 12:50



Don't Let Me Turn Off The Light
ft. Bailey Raphaël


Les voix se dissipèrent avec le massage de Bailey. Elle avait ce pouvoir. Le pouvoir de faire taire les démons qui me parlaient constamment. Et, si je m’étais plaint de Cash et de Gaïana, j’avais fini par me taire en voyant les murs se calmer, eux aussi.

La bombe que j’étais était en train d’être désamorcée par les doigts habiles de Bailey. Je ne cherchais plus d’échappatoire, je venais de le trouver. Et, du coup, quand elle demanda à aller dans la salle de bain, j’acceptai sur le champ.

La salle de bain était éclairée par la lumière extérieure. Une lumière agressive. La lumière de L.A., la ville de Cash… Et la maison de Gaïana. Je fermai le store d’un coup. Je ne voulais pas voir L.A. Je voulais voir Bailey et c’est tout.

J’enlevai mon t-shirt pendant qu’elle fit couler l’eau. Je la voulais brûlante. Je voulais sentir qu’on était bien dans le monde réel. Parce que la réalité cherchait à m’échapper à chaque fois. La vapeur envahissait, déjà, la pièce. Une fumée qui réchauffait. Chaude et humide.

Je me tenais devant Bailey et elle commença à m’aider à me déshabiller. Je la laissais faire. Je la laissais me toucher. Et on finit nu dans la salle de bain déjà très chaud à cause de l’eau. Plus rien n’était menaçant. Ni les murs… Ni les voix.

Mes mains finirent sur les hanches de Bailey. Sa peau était douce comme à chaque fois. Bailey était là pour me faire oublier. Et, comme à chaque fois, elle trouvait les gestes et les mots pour le faire. C’était pour ça que c’était la plus intelligente.

Je fermai les yeux quand ses lèvres touchèrent mon torse à plusieurs reprises. Je descendis mes mains sur ses fesses. Les sensations étaient amplifiées par la chaleur, la vapeur et la pénombre. Mais je ne me sentais pas encore assez vivre. Pour se sentir vivre, il fallait souffrir.

Et, sans crier gare… Sans rien dire… Je pris Bailey portai Bailey passant un bras sous ses genou. Et l’autre sur derrière son dos. J’entrai, alors, dans la baignoire. L’eau brûla la peau de mes jambes. Puis celle, de mes cuisse quand je vins m’assoir dans l’eau entrainant Bailey avec moi. Je ne dis rien. Pas un cri de douleur. Pourtant, l’eau brûlait vraiment.

Je laissai Bailey reposer contre moi. Sa poitrine contre mon torse. Je posai mes lèvres dans son cou. Je goût sa peau. Et je la mordillai par moment. Mes mains touchaient son dos et ses fesses. Je me sentais vivre. Et je savais que Bailey pouvait me faire encore plus me sentir vivant.


@ Billy Lighter


Nothing last forever and we both know hearts can change © GN'R
Revenir en haut Aller en bas
http://la81rocks.forumgratuit.be
avatar
Bailey Raphaël


Messages : 230
Date d'inscription : 11/06/2017
Age du personnage : 24
Localisation : Eastside

Who Am I?
Birth place: Florida
Je suis: Une folle attachante
Song: The Night We Met


MessageSujet: Re: Don't Let Me Turn Off The Light [PV Bailey][Hot][Terminé]   Dim 25 Juin - 16:54


Don't Let Me Turn Off The Light ]

ft. Billy Lighter




J’appréhende le premier contact de l’eau brûlante sur ma peau étrangement froide. Mais je ne fais pas attendre Billy dont la patience à des limites bien définis. Je peux découvrir son corps en entier, l’explorer du bout des doigts alors qu’il nous guide vers la baignoire.

Je me colle tout contre lui. Peut-être que je crois – à tord – que le choc sera moins grand s’il est l’investigateur.  Ses mains sur mes hanches, il me caresse à son tour, je peux sentir la précision avec laquelle il parcourt mon corps.

Et sans crier gare, parce que c’est Billy Lighter, il me soulève comme une jeune mariée le soir de sa nuit de noces, et entra dans la baignoire.  Je ferme les yeux alors que doucement il s’accroupie  et s’assoir complètement dans l’eau fumante, moi, toujours dans ses bras.

L’effet de picotement est instantané. Je me retiens de geindre malgré l’impression désagréable qui lèche mon corps depuis mes orteils jusqu’à ma taille. J’ai l’habitude d’avoir mal, au point o;u je parviens à me convaincre que c’est normal.  C’est tellement chaud que je suis certaine que déjà, la peau de mon corps qui est sous l’eau doit être rouge.

Je me repose contre Billy, à demi tournée vers lui, la tête contre son épaule. Je sens ses lèvres embrasser mon cou qu’il mord au gré de ses envies, pendant que ses mains continuent l’exploration de mon dos, passant par moment sur mes fesses avant de remonter jusqu’à ma nuque.

Mon bras droit, qui était jusqu’alors coincé entre moi et le torse de Billy, se soulève pour passer derrière sa nuque. Je peux voir malgré la pénombre, la vapeur quitter ma peau. Ça me fascine au point ou j’en oublie presque la température de l’eau.

- Je ferai tout ce dont tu as envie, Billy.

J’ai toujours les yeux fermés et la tête contre son épaule droite, ma poitrine contre son torse.
Les démons de Billy sont puissants. Si puissant qu’ils parviennent toujours à revigorer les miens. Je deviens, à son contact, un être fragile, cherchant la reconnaissance par la soumission.  Il m’a fait venir pour le combler.

Et j’ai besoin de le faire.

Je décolle mon corps siens, le temps  de me repositionner sur ses cuisses, mon dos contre son torse. Son érection embrasse sans pudeur mon intimité prête à l’accueillir. L’eau s’agite dans la baignoire alors que doucement, nos corps ne font plus qu’un.

Mes cheveux collent à mon dos moite. L'humidité de la pièce me donne l'impression que nous nous trouvons dans une grotte, un repair secret à l'abri de la folie de l'homme.

J’ouvre bien les bras pour prendre appuis sur les rebords de l’immense baignoire, et je me permets maintenant  de gémir autant qu’il ne le faut pour exciter Billy. Je sais ce qu’il aime, ce que je dois faire pour combler ses besoins.

Je  soulève un peu mes fesses pour revenir les presser contre ses cuisses et ainsi de suite. Mon dos glisse contre le torse de Billy. L’humidité  ambiante et nos corps en sueur  accentuent le plaisir de l’acte. Je ne ressens plus la douleur de l’eau.

- Tout…ce que tu veux…



© Billy Lighter




Pis demain matin tu m’prendras dans tes bras
On va faire comme si le malaise était pas là
J’vais m’en aller de mon bord, toi du tiens
Peut-être qu’on se recroisera en chemin.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Billy Lighter


Messages : 2034
Date d'inscription : 24/09/2013
Age du personnage : 27
Localisation : Dans la mer avec les dauphins

Who Am I?
Birth place: Lafayette, Indiana
Je suis: Instable, possessif, sensible, perfectionniste
Song: Guns N'Roses - Estranged


MessageSujet: Re: Don't Let Me Turn Off The Light [PV Bailey][Hot][Terminé]   Mar 27 Juin - 11:46



Don't Let Me Turn Off The Light
ft. Bailey Raphaël


L’eau brûla ma peau sans que je ne dise quoique ce soit. Et Bailey n’avait pas émis un son non plus. La brûlure était douloureuse. Mais douce à la fois. Elle me prouvait que je vivais bien. Que la réalité était là. Crue et douloureuse… Mais bien réelle.

Bailey est dans mes bras. Elle reposait sa tête contre mon épaule. Je m’habituais à la température de l’eau. L’homme à cette capacité de s’habituer à tout même à la pire douleur. Pourtant, celle-ci laisse des traces… Et, quand on se croit guérit, il suffit d’un fortement pour que la douleur revienne. Rien ne disparait jamais.

J’embrassai le cou de Bailey. Je combattais la douleur par le plaisir. Comme je combattais mes démons par la musique. La peau de Bailey était brûlante et mes mains, pas encore entièrement réchauffée par l’eau, la refroidirent rendant les caresses plus percutantes.

Bailey bougea son bras pour le mettre derrière ma nuque. Sa peau était rouge. Je le voyais malgré la pénombre. Je le sentais sur ma nuque préservée de l’eau brûlante. Et Bailey déclara qu’elle fera tout ce dont j’avais envie. Je souris de mon sourire angélique qui n’avait d’ange que le nom. Je sentais son corps se soumettre, lui aussi.

Bailey changea de position pour se mettre dos à moi. Et, on ne fit plus qu’un assez rapidement. Je lâchai un gémissement étouffé. Je ne sentais plus la douleur de la brûlure de l’eau sur ma peau. Je sentais juste Bailey. Je sentais qu’elle se laissera faire jusqu’au bout. Elle gémissait déjà sans se retenir. Je mis mes mains sur ses seins suivant le rythme qu’elle donnait à son corps. Je les massai sans retenue alors qu’elle déclara encore qu’elle ferait tout ce que je voulais.

Je mordillais de temps en temps son coup alors que son dos frottait mon torse. Ses mouvements de vas et vient m’arrachèrent des gémissements. Je me collai encore plus à son dos, un de mes mains étant, maintenant, en train d’accentuer le plaisir en caressant son point le plus sensible.

Je fis les mouvements, moi aussi, pour y aller plus fort. Je ne ménageais pas Bailey comme à chaque fois. Je mordais sans retenue la peau de son cou. Elle allait plus vite. J’allais encore plus fort. Je n’arrêtai pas mes caresses.

Et mes derniers mouvements nous firent atteindre l’orgasme. J’enfonçai mes ongles dans le ventre de Bailey sans me rendre compte que ça pourrait lui faire mal. Et je relâchai tous mes muscles reposant mon dos contre la baignoire. Je repris mon souffle, Bailey contre moi.

J’avais oublié Cash. J’avais oublié Gaïana. Et les tensions s’étaient dissipées. Grâce à Bailey.

-Merci, Bailey.

Je soufflai ça à son oreille alors que ma respiration n’était pas encore régulière.


@ Billy Lighter


Nothing last forever and we both know hearts can change © GN'R
Revenir en haut Aller en bas
http://la81rocks.forumgratuit.be
avatar
Bailey Raphaël


Messages : 230
Date d'inscription : 11/06/2017
Age du personnage : 24
Localisation : Eastside

Who Am I?
Birth place: Florida
Je suis: Une folle attachante
Song: The Night We Met


MessageSujet: Re: Don't Let Me Turn Off The Light [PV Bailey][Hot][Terminé]   Mar 27 Juin - 19:47


Don't Let Me Turn Off The Light ]

ft. Billy Lighter




Mes yeux se révulsent au contact de l’eau brulante et de la désagréable sensation de picotement qui s’empresse d’envahir toute parcelle de ma peau qui se trouve maintenant sous l’eau. Y’a plus moyen de m’en sortir. Je suis captive des bras de Billy.

Je reste calme, si je m’j’vais  rendre Billy nerveux et je ne veux pas ça.  Je le laisse me mordiller le creux du cou un moment, le temps que je m’acclimater au possible à la température de l’eau. Pourtant j’ai l’impression que bientôt, ma peau tombera en lambeau.

J’suis peut-être pas normal ou alors je suis la seule qui l’avoue mais la douleur m’excite, malgré tout.  Je me repositionne sur les cuisses de Billy, plaquant mon dos à son torse.  La moiteur de nos corps  agit comme une succion me gardant encore plus blottit contre lui.

Je sens son érection s’infiltrer en moi alors que je comme doucement à bouger sur lui.  Il râle. Je sais que c’est exactement ce qu’il attendait de moi.  L’eau s’agite dans la baignoire alors que j’augmente le rythme, éclaboussant le carrelage immaculé.

Les mains de Billy se posent sur mes seins, les malaxant furieusement. Il les torture, roulant et pinçant mes mamelons entre ses doigts.  Une délicieuse torture qu’il propage sur mon corps alors qu’une de ses mains délaisse ma poitrine pour s’insinuer entre mes cuisses.

Je ne pense plus du tout à la température de l’eau. Y’a que les mains de Billy  sur mon corps devenu son havre de paix.  Il se déchaîne alors, mordant mon cou avec fureur. J’ai mal mais je ne me plains pas. Il n’apprécierait pas.

Billy prend le contrôle,  se redressant de la paroi de la baignoire et en soulevant son bassin pour donner le ton. C’est brutal comme ce doit l’être. Ses ongles se plantent dans mon ventre alors qu’enfin, il se libère en moi.

Il reprend ensuite sa position initiale m’entraînant avec lui, ses mains toujours sur mon ventre égratigné.  

- Merci, Bailey.

Sa voix n’est qu’un murmure à mon oreille.  Je me tourne légèrement vers lui, posant ma tête contre son torse. Mes mains, sous l’eau partent à la recherche des siennes.  Billy n’aime pas qu’on lui retire trop rapidement ce avec quoi il s’amuse.  Alors je sais qu’il n’est pas prêt à ce que je quitte la baignoire.

- Je te l’ai promis… je ferai tout Billy.

Et je ne mens pas. Jamais à Billy du moins.  Tout est silencieux dans la chambre d’hôtel. Pas un son ne filtre du couloir ou de la fenêtre fermés. Je nous croirais facilement seul au monde. J’aimerais que ce soit la vérité.

- As-tu envie que je passe la nuit ici ?  Je peux rester si tu en as besoin.

En fait, c’est plus moi que lui qui en a de besoin. Je suis si amortie par notre spa improvisé que je me sens incapable de quitter la chambre.  L’idée de me revêtir et de sortir dans la nuit fraîche, marcher longtemps jusqu’à trouver un taxi qui me reconduire dans l’Eastside ne me réjouis aucunement.

Doucement, je me redresse dans la baignoire observant la réaction de Billy. J’ignore s’il est prêt à me laisser sortir mais là, tout de suite j’ai besoin de me faire une ligne pour me remettre les idées, et le courage, en place.


© Billy Lighter




Pis demain matin tu m’prendras dans tes bras
On va faire comme si le malaise était pas là
J’vais m’en aller de mon bord, toi du tiens
Peut-être qu’on se recroisera en chemin.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Billy Lighter


Messages : 2034
Date d'inscription : 24/09/2013
Age du personnage : 27
Localisation : Dans la mer avec les dauphins

Who Am I?
Birth place: Lafayette, Indiana
Je suis: Instable, possessif, sensible, perfectionniste
Song: Guns N'Roses - Estranged


MessageSujet: Re: Don't Let Me Turn Off The Light [PV Bailey][Hot][Terminé]   Ven 30 Juin - 10:26



Don't Let Me Turn Off The Light
ft. Bailey Raphaël


J’allais mieux. Les tensions étaient libérées. Je ne sentais plus la douleur que provoquaient mes muscles contractés. Et c’était grâce à Bailey.

Bailey qui savait trouver les mots.

Bailey qui savait se sacrifier pour moi.

Bailey qui était plus efficace que le lithium.

Et elle était encore là, contre moi. Elle n’était pas partie tout de suite hors de l’eau dont la température avait déjà baissée. Elle y restait, avec moi.

Et je la remerciai. Elle se retourna pour reposer sa tête contre mon torse. Et elle prit mes mains dans les siennes. Je la laissai faire. J’avais confiance en Bailey. Jamais elle ne faisait de faux pas. Jamais elle n’attisait la colère qui sommeillait en moi. Elle n’était pas comme ça. Elle n’était pas comme toutes les autres.

Je serrai ses petites mains. Mais pas trop fort. Et elle déclara qu’elle m’avait promis et qu’elle avait tenu sa promesse. Bailey ne mentais jamais. Bailey n’était pas comme les autres. Je souris profitant du silence apaisant de l’hôtel. Je fermai les yeux alors que Bailey me proposa de rester la nuit.

-Oui. Je veux que tu restes.

Et je savais qu’elle allait rester. Jusqu’au bout. J’en avais besoin. Sinon, les murs allaient se remettre à me menacer. Et les idées noires allaient revenir. Je le savais. C’était systématique.

Je ne dis rien d’autre. Les yeux fermés, attendant le bon moment pour sortir du bain. Ça dura de très longues minutes. Où je profitai du corps de Bailey contre le mien et du silence.

Et, sans rien dire… Je finis par sortir or du bain. Ma peau était rouge. Je pris un essuie de bain pour m’essuyer. Il y en avait un deuxième pour Bailey. Je la laissai me suivre.

Je remis, ensuite, mon caleçon. Toujours dans le silence total. Un silence rassurant. Jusqu’à ce que je le brise :

-Allons dans le lit… J’ai besoin de me reposer.

Je souris et passai ma main sur la joue de Bailey. Je faisais tout en fonction de ce que j’avais besoin. Bailey ne m’en tenait jamais rigueur.

Je revins dans la chambre, mes cheveux encore mouillés. Je m’allumai une cigarette et m’installai dans le lit. Je l’allumai et commençai à la fumée en regardant Bailey.

-Tu repartiras demain matin. Je te payerai un taxi et tout ce qu’il te faudra. Le déjeuner de cet hôtel est très bon.

Ce n’était pas la première fois que je venais. Je venais souvent. Je m’y perdais souvent. Je prenais toujours là même chambre. J’avais déjà fracassé la porte de la salle de bain, il y a plus d’un an. J’avais déjà essayé de fracasser une de mes ex ici. Je m’en rappelai comme si c’était hier. Et un frisson parcouru mon corps rien qu’à y repenser. Mon sourire s’effaça.



@ Billy Lighter


Nothing last forever and we both know hearts can change © GN'R
Revenir en haut Aller en bas
http://la81rocks.forumgratuit.be
avatar
Bailey Raphaël


Messages : 230
Date d'inscription : 11/06/2017
Age du personnage : 24
Localisation : Eastside

Who Am I?
Birth place: Florida
Je suis: Une folle attachante
Song: The Night We Met


MessageSujet: Re: Don't Let Me Turn Off The Light [PV Bailey][Hot][Terminé]   Sam 1 Juil - 4:46


Don't Let Me Turn Off The Light ]

ft. Billy Lighter




Billy est calme alors que je me blottis contre lui dans la baignoire dont l’eau  doucement, cesse de s’agiter. Je prends ses mains dans les miennes, les touchant, les flattant, puisque je sais bien qu’il a sans cesse besoin de sentir mon contact.

Alors qu’il sert maintenant mes mains dans les siennes, je lui propose de reste avec lui pour la nuit.  C’est quand il est calme que je sais qu’il à le plus besoin. Car son esprit est plus propice à partir en vrille dans des pensées noires et effrayantes.

Le chanteur me confirme vouloir me garder auprès de lui pour la nuit avant de s’enfermer quelques minutes qui me semblent être des heures dans un mutisme des plus total. Je ne sais pas ce que je donnerais pour pouvoir explorer les dédales obscurs du cerveau de Billy.

Il fini par s’extirper de la baignoire et je l’imite, enroulant autour de mon corps qui porte les marques de l’eau et de ses ongles, dans une serviette de bain. Je n’ai pas envie de toute façon de me vêtir et, puisque je dors ici, aussi bien rester ainsi. Ce sera plus rapide si Lighter à ses exigences nocturnes.

- Allons dans le lit… J’ai besoin de me reposer.

- Je t’y rejoins tout de suite… Je…  j’ai besoin d’utiliser la salle de bain quelques instants.


J’ai surtout besoin de me faire une ligne.  Je m’enferme donc dans la salle de bain, et je prends soin de placer une serviette sur le sol pour couvrir la fente qui aurait pu laisser passer de la lumière. Billy n’est pas dupe. Il sait très bien que je ne suis pas dans la salle de bain uniquement pour soulager un besoin primaire.  Et je n’ai pas besoin d’attiser sa colère en sniffant devant lui une ligne.

La coke, aussitôt dans mon organisme me revigore comme un coup de fouet. Comme le choc de l’eau brulante sur ma peau de soie.  Je peux voir l’effet réel alors que la lumière est allumée dans la pièce.  Je sens que demain, j’aurai des plaques douloureuses un peu partout.

Je range mon bazar puis j’éteins avant de  le rejoindre dans la pièce principale.

Billy est installé au lit, cigarette au bec. Je peux voir le point de feu à la hauteur de son visage alors qu’il tire une bouffée.  Telle une chatte, je grimpe sur le lit le rejoignant à quatre pattes et en ronronnant doucement à ses oreilles.

J’aime bien l’aguicher de cette manière.  J’aime encore plus être là, simplement là pour lui.

- Tu repartiras demain matin. Je te payerai un taxi et tout ce qu’il te faudra. Le déjeuner de cet hôtel est très bon.

- Encore mieux servit au lit en ta compagnie.  Je n’ai pas envie de penser à demain.  Uniquement à maintenant. À toi.


Je ne sais pas trop pourquoi, si j’ai dit quelque chose mais le sourire de Billy s’effaça  comme un tas de feuille soufflé par le vent. Son air maussade et secret reprit sa place sur son visage et cela me glace le sang dans les veines.

Je me redresse à genoux, sur le lit à ses côtés et je  me risque à prendre ses mains, de nouveau, dans les miennes.

- Hey… mon cœur… ça va ?  Tu peux me parler… J’ai besoin en fait que tu me parles.

Je lui ai parlé calmement dans brusquer ni haussé le ton de ma voix. Parce qu’un rien peut le faire exploser et je veux à tout prix éviter cela ce soir.


© Billy Lighter




Pis demain matin tu m’prendras dans tes bras
On va faire comme si le malaise était pas là
J’vais m’en aller de mon bord, toi du tiens
Peut-être qu’on se recroisera en chemin.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Billy Lighter


Messages : 2034
Date d'inscription : 24/09/2013
Age du personnage : 27
Localisation : Dans la mer avec les dauphins

Who Am I?
Birth place: Lafayette, Indiana
Je suis: Instable, possessif, sensible, perfectionniste
Song: Guns N'Roses - Estranged


MessageSujet: Re: Don't Let Me Turn Off The Light [PV Bailey][Hot][Terminé]   Dim 2 Juil - 13:39



Don't Let Me Turn Off The Light
ft. Bailey Raphaël


Je sortis de la baignoire après un temps de silence. Je voulais me reposer dans le lit avec Bailey. Je lui avais dit. Sans lui laisser vraiment le choix.

Elle allait me rejoindre. Mais pas tout de suite. Elle avait besoin de la salle de bain. J’approuvai en haussant les épaules. Et je sortis pour me retrouver dans le lit. Seul. J’entamai une cigarette. La fumée, qui avait eu un peu le temps de se dissiper quand on était dans la salle de bain, repris sa place dans la pièce. Il n’y avait aucun bruit qui sortait de la salle de bain.

Je sais ce qu’elle faisait… Je le savais…

Et l’idée même de ce qu’elle faisait ramena plus vite les idées noires. Cash aussi se droguait. Et ça avait failli le tuer. La drogue était ma hantise. Elle tuait. Elle rendait fou.

Je fermai les yeux. Pour les rouvris quand Bailey sortit de la salle de bain. Elle monta sur le lit à quatre pattes. Elle ronronnait à mes oreilles. Je soufflai la fumée essayant d’oublier la drogue. Essayant de ne plus penser à Cash.

Et pour ça je pensais à Bailey. Bailey dont la cocaïne flottait dans les veines. Je le voyais dans ses yeux. Je voyais les effets.

Mais Bailey ne voulait pas penser au déjeuner. Elle ne voulait pas penser à demain. Elle voulait juste penser à maintenant. Avec la drogue, elle était plus sûre d’elle. Mon sourire avait disparu. Disparu sous l’ombre de la drogue dont je sentais l’odeur.

Et Bailey remarqua que les démons revenaient à la charge. Elle prit mes mains. Je la laissai faire en la regardant. Elle voulait que je lui parle. Mon air morose ne me quittait plus. Cash… La drogue… Gaïana… Les problèmes s’accumulaient.

-La drogue… Elle va tuer Cash. Elle va te tuer. Je déteste ça.

Mon regard transperçait Bailey.

-Gaïana aussi en prend. Je le sens. Elle a ça en commun avec Savannah. Je détestais quand Savannah en prenait. Quand ça arrivait, je…

Je ne terminai pas ma phrase. Je serrai juste plus fort les mains de Bailey. Quand Savannah en prenait, j’explosais. Et ces explosions allaient loin. Trop loin.

Je soupirai, à nouveau tendu.

-J’explosais. Elle ne méritait pas que j’explose. Mais je ne supportais pas la femme qu’elle devenait quand elle prenait cette coke. Elle devenait différente. Elle n’était plus la Savannah que j’aimais.

Je mélangeais tout. Gaïana, Apolline, Savannah… Ce qui devait être un clip était plus que ça pour moi. C’était une partie de ma vie que je voulais exposer au monde. Comme si en faire de l’art allait arrondir les bords.

-Cash, toi, Savannah et Gaïana… Tous, vous en avez besoin. Pourquoi ?

Oui pourquoi ? Je n’en prenais pas, moi… J’avais arrêté du jour au lendemain à l’aube de la gloire. Et, malgré les démons, je n’en prenais pas.

Ma voix était grave et profonde. Elle accompagnait mon regard neutre et perçant.



@ Billy Lighter


Nothing last forever and we both know hearts can change © GN'R
Revenir en haut Aller en bas
http://la81rocks.forumgratuit.be
avatar
Bailey Raphaël


Messages : 230
Date d'inscription : 11/06/2017
Age du personnage : 24
Localisation : Eastside

Who Am I?
Birth place: Florida
Je suis: Une folle attachante
Song: The Night We Met


MessageSujet: Re: Don't Let Me Turn Off The Light [PV Bailey][Hot][Terminé]   Dim 2 Juil - 22:39


Don't Let Me Turn Off The Light ]

ft. Billy Lighter




Je rampe jusqu’à Billy sur le lit, chose qu’il adore en temps normale mais là, tout de suite, il semble avoir rouvert la porte à ses tourments. Je peux le ressentir sans difficulté. Et ça me trouble puisqu’on ne peut jamais garantir de rien quand Billy Lighter flirte avec ses démons.

Je prends ses mains dans les miennes, lui parlant tout doucement. J’veux qu’il puisse me dire ce qui ne va pas, sans pour autant le presser, ou le pousser à bout. Je dois lui laisser le temps qu’il a besoin pour décider si oui  ou non il me parlera.

- La drogue… Elle va tuer Cash. Elle va te tuer. Je déteste ça.

- Billy…


Il n’y a rien de très diplomatique que je peux répondre à ça. Mais déjà, il s’exprime et c’est un très bon point que je ne peux laisser filer. J’hoche de la tête, passant ma main dans mes cheveux puis je m’assois à ses côtés, posant ma tête contre son torse, replaçant mes mains dans les siennes. J’ai autant besoin que lui de ce contact physique.

- Tu ne m’as jamais vraiment connu sans la coke. Tu ne veux pas voir ça. Je fais des choses… horribles. Je sais que la drogue, c’est pas ce qu’il y a de mieux, mais nous avons chacun nos tru… besoins et différentes façons de les combler.

Je ne lui ferai pas l’audace de tracer un parallèle entre la drogue que je consomme et son lithium. Car, ne nous trompons pas. La médication intensive devient une bouée de sauvetage et Billy n’échappe pas à son propre préjugé.

Du moins, c’est mon opinion.

- Gaïana aussi en prend. Je le sens. Elle a ça en commun avec Savannah. Je détestais quand Savannah en prenait. Quand ça arrivait, je…

Billy sert mes mains plus forts. Je peux aisément ressentir son mal être et la haine profonde qu’il voue à ses erreurs passées.

- J’explosais. Elle ne méritait pas que j’explose. Mais je ne supportais pas la femme qu’elle devenait quand elle prenait cette coke. Elle devenait différente. Elle n’était plus la Savannah que j’aimais.

- Elle…


Je ne peux pas me risquer sur un terrain aussi glissant que de parler de Savannah que je n’ai pas connue et qui continue de perturber mon beau Billy. Pourtant, y’a tant dans ce pan de sa vie qui mériterait d’être ramener à vie uniquement pour qu’il peut s’en exorciser une bonne fois pour toute.
J’aurais dû faire psychologue moi, j’vous l’dis !

- Je ne suis pas Savannah… et je te promets que je ferai des efforts. Mais j’ai besoin que tu ne me laisse pas tomber. Sinon, j’y arriverai pas. Tout comme je ne te laisse pas tomber. Tu comprends ?

J’peux pas faire mieux, là tout de suite et je m’appuie un peu plus contre lui, allongeant mes jambes sur le matelas. J’ai la peau ultra sèche et « raide » depuis le bain, C’est comme si elle allait craquer par endroit.

- J’ai arrêté un long moment de consommer, tu sais… et c’est à ce moment là que j’ai péter un câble. Tu te souviens ? T’avais essayé de venir me voir mais on laissait entrer personne parce que j’étais dans une chambre… fermée…

Pour pas dire en camisole de force et complètement timbrée.


© Billy Lighter




Pis demain matin tu m’prendras dans tes bras
On va faire comme si le malaise était pas là
J’vais m’en aller de mon bord, toi du tiens
Peut-être qu’on se recroisera en chemin.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Billy Lighter


Messages : 2034
Date d'inscription : 24/09/2013
Age du personnage : 27
Localisation : Dans la mer avec les dauphins

Who Am I?
Birth place: Lafayette, Indiana
Je suis: Instable, possessif, sensible, perfectionniste
Song: Guns N'Roses - Estranged


MessageSujet: Re: Don't Let Me Turn Off The Light [PV Bailey][Hot][Terminé]   Jeu 6 Juil - 10:41



Don't Let Me Turn Off The Light
ft. Bailey Raphaël


La drogue rongeait tous mes amis. Je pouvais presque la voir à travers les veines de Bailey. La drogue tuait. C’était elle le responsable des problèmes chez The Lightening. Elle qui faisait que rien n’allait.

Bailey s’approcha pour poser sa tête contre mon torse. Elle reprit mes mains. Je la laissai faire. J’avais confiance en elle-même si le produit qu’elle venait de prendre commençait à la consumer. Elle se défendit… Elle disait que sans coke, elle faisait des choses horribles. Je ne voyais pas Bailey capable de faire des choses horribles. Elle était douce. Mais les apparences sont trompeuses. Je le sais. Je viens de l’Indiana… C’est souvent les gens sans histoires qui cachent les pires horreurs dans leur placard. Mon père avait l’air respectable… Pourtant…

Je frissonnai. Je fermai les yeux brièvement. Je ne voulais pas que Bailey entre dans cette catégorie. Je ne voulais pas m’être trompé. La drogue était sa façon de ne pas faire toutes ces choses. Comme le lithium m’empêchait d’exploser… Autant qu’il me retirait tout envie de vivre aussi… Parce que le lithium ne prenait pas que les mauvaises choses, il prenait tout. La drogue aussi…

Je ne disais rien. A part que je détestais quand Savannah en prenait. Mais qu’elle ne méritait pas tout ce que je lui avais fait. Je me rappelais des coups qui se perdaient. De son visage horrifié. De la peur dans ses yeux. Je serrai plus fort les mains de Bailey au fur et à mesure que je me livrais. Elle déclara qu’elle fera des efforts. Cash ne m’avait jamais dit ça. Cash ne parlait jamais vraiment de ça. Jamais clairement. Bailey, si. Elle voulait mon soutien.

-Je n’abandonne jamais personne. Si tu fais des efforts, je serais là.

Je faisais attention à tous ceux qui m’entouraient. J’avais peur que si l’un d’entre eux vacillait, le monde entier allait vaciller avec. Je ne voulais abandonner personne. Parce que je savais ce que ça faisait.

Bailey déclara qu’elle avait déjà arrêté. Mais que ça l’avait rendu folle. Je me rappelais d’une période où je ne pouvais pas la voir. Même pas l’appeler. Elle n’était plus là pour moi. Et ça avait participé à ma réclusion qui avait conduit au mur.

Et l’idée même de l’asile me fit me retourner mon estomac. J’avais peur d’y finir un jour. De perdre définitivement la raison.

-Qu’est-ce qu’il s’est passé ? Qu’est-ce qui t’a fait arrêter ?

Je regardais Bailey. Mon regard cherchait des réponses.



@ Billy Lighter


Nothing last forever and we both know hearts can change © GN'R
Revenir en haut Aller en bas
http://la81rocks.forumgratuit.be
avatar
Bailey Raphaël


Messages : 230
Date d'inscription : 11/06/2017
Age du personnage : 24
Localisation : Eastside

Who Am I?
Birth place: Florida
Je suis: Une folle attachante
Song: The Night We Met


MessageSujet: Re: Don't Let Me Turn Off The Light [PV Bailey][Hot][Terminé]   Jeu 6 Juil - 14:16


Don't Let Me Turn Off The Light ]

ft. Billy Lighter




Y’a rien comme un écorché de la vie pour en comprendre une autre.  Et Billy, mieux que personne d’autre peut réellement savoir comment ça ce passe dans ma tête. Parce qu’il l’a traversé plus souvent qu’autrement son propre désert.

Et c’est ce qu’il veut savoir. Après m’avoir assuré. Qu’il ne m’abandonnerait pas – si je fais des efforts – il veut savoir ce qui m’a poussé à arrêté. Et ce qui s’est passé. Je n’ai pas envie de lui mentir. Pas à lui. Parce que je sais qu’il avait tenté de me visiter et qu’on lui avait refusé ce droit.

J’ai su après que ça avait bardé. C’est quand même con. Une Rockstar qui fait une scène dans un hôpital pour voir une prostituée. J’veux dire…ça arrive pas tous les jours. Mais j’étais trop  dans les vapes à cette époque pour comprendre.

Je joue quelques instants avec les doigts de Billy, les entrecroisant aux miens puis en mesurant nos mains en juxtaposant nos paumes. Elles me fascinent ses mains, Peut-être par le fait qu’elles sont si douces avec moi, et si brutales pour d’autres ?

- J’étais enceinte.  Et je me suis laissé convaincre que ce serait chouette d’être une mère. T’sais… raconter des histoires, préparer des goûtés pour l’école, planifier des pique-nique ne famille ce genre de conneries ! Et je me suis donner le droit d’y croire. Alors j’ai cessé la drogue comme ça, du jour au lendemain…

Je porte l’une des mains de Billy au creux de mon cou, comme s’il s’agissait d’une peluche précieuse et réconfortante.  J’ai  tant besoin de le sentir tout près de moi, alors que je suis déjà bien blottis contre lui.

- Quand le p’tit est né, tout a basculé dans ma tête.  Je l’ai détesté pour la souffrance.  Et pour tant d’autres choses. J’étais devenu un vrai zombie.

Je ferme les yeux car les images de ces semaines d’angoisses tentent de reprendre leur place dans ma tête et je veux éviter cela à tout prix. Je ne suis pas encore assez forte pour  me remémorer tout ça. Surtout… la dernière nuit.

- Faudrait pas que Nathan J. Williams apprenne que je me compare à un zombie ! Il en ferait une maladie ! Bref ! Je n’étais pas fait pour être mère et les demandes et soins constants du bébé ont eu raisons de moi… J’ai fini par hurler autant que le morveux et à me péter la tête dans les murs.  J’me suis débarrassé du bébé en allant le porter dans une crèche. J’ai au moins eu  assez de cœur pour lui offrir une meilleure vie que ce qu’il aurait eu avec moi.

C’est plus fort que moi. Une larme coule sur ma joue et alors que j’ouvre les yeux pour fixer la noirceur de la pièce, je ressens comme un horrible pincement au cœur. J’ai vraiment merdé ce soir là. Et pourquoi au final ?  Absolument rien. Puisque je n’ai plus rien…

- Après…  je ne me souviens plus très bien. J’étais dans cet hôpital de fou et  quand ils ont consentit à me laisser sortir, j’étais seule plus que jamais. Avec un bagage de démons impressionnant et le seul moyen que j’ai trouvé pour les tenir loin de ma tête, c’est de les embrumer bien comme il faut.

Je me redresse un peu sur le lit pour regarder Billy. Je tourne son visage vers le miens, posant mon front contre le sien. Nous serions un couple d’enfer parce qu’on se complète et qu’on se respect. Mais ça serait ça un court moment. Et après, nous chercherions à nous détruire. Ce qu’on fait là, c’est bon maintenant.

- Et j’suis vivante ! Je suis ne battante. Et toi Billy ? Tu te bats ?


© Billy Lighter




Pis demain matin tu m’prendras dans tes bras
On va faire comme si le malaise était pas là
J’vais m’en aller de mon bord, toi du tiens
Peut-être qu’on se recroisera en chemin.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Billy Lighter


Messages : 2034
Date d'inscription : 24/09/2013
Age du personnage : 27
Localisation : Dans la mer avec les dauphins

Who Am I?
Birth place: Lafayette, Indiana
Je suis: Instable, possessif, sensible, perfectionniste
Song: Guns N'Roses - Estranged


MessageSujet: Re: Don't Let Me Turn Off The Light [PV Bailey][Hot][Terminé]   Lun 10 Juil - 10:10



Don't Let Me Turn Off The Light
ft. Bailey Raphaël



Un déclic… Quelque chose avait fait arrêter Bailey de prendre de la drogue. Quel était cette chose ? Quel était ce déclic qui avait donné de la volonté à Bailey pour arrêter ?

Elle prit le temps avant de me répondre. Mais quand sa réponse tomba, c’était pour refaire apparaitre un sourire sur mon visage. Bailey avait été enceinte. Et qu’elle avait arrêté la drogue du jour au lendemain pour le bébé. J’imaginais le petit bébé dans les bras de Bailey. Je l’imaginais ressemblant à William.

Je la laissais guider ma main dans le creux de son cou. Mon esprit imaginait la suite. Il imaginait le bébé rire.

Mais soudain. Tout bascula. Le bébé né, Bailey l’a détesté. Mon sourire disparut. Je frissonnai d’un seul coup. Ce bébé avait été détesté au premier regard. Est-ce que ça avait été la même chose pour William ? Ses parents, aussi, l’avait-il détesté dès qu’ils avaient entrevu son visage ?

Bailey se compara à un zombie. Elle l’a gardé un temps… Avant de le laissé à une crèche. Pour lui offrir une meilleure vue qu’avec elle. Pas comme William. William n’a pas eu cette chance. Je regardai Bailey, à la fois touché par cette histoire et soulagé par son dénouement plus ou moins heureux pour l’enfant. Plus ou moins. Mieux que William qui a vu, toute son enfance, sa mère l’ignorer alors que son père frappait. Et frappait encore.

Bailey avait abandonné son enfant. Mais était-ce mal dans ce genre de situation ? Mon esprit était divisé en deux. Un côté disait « oui », l’autre criait « non ». Je m’étais crispé renfermant mes doigts sur les siens. Sur le visage de Bailey, je vis une larme. Est-ce qu’elle regrettait son geste ? Est-ce qu’elle s’en voulait de ne pas avoir aimé ce bébé ? Je ne sais pas. Mais cette histoire avait conduit Bailey à l’asile.

Mais elle était libre maintenant. Et vivante.

Je ne répondis pas à sa question. Son front était contre le mien. Je me reculais un peu pour mieux la voir.

-Tu l’as abandonné…


Mais elle avait cherché à l’aimer… Et, ne sachant pas le faire, elle lui avait donné une autre vie.

-Il n’en pouvait rien, lui… Il n’a rien demandé. Il était innocent.

William, non plus n’avait rien demandé. Il n’avait jamais demandé à vivre.

-Mais tu l’as sauvé en le donnant…

Mon visage était fermé. Mes yeux encore ancré dans ceux de Bailey. Je ne lui en voulais pas vraiment. Parce qu’elle avait sauvé l’enfant. Mon discours était à la fois accusateur. Et non.

-Je ne me bas pas. On peut se battre que si on est malade… Je ne suis pas malade.

J’en étais convaincu.

-Moi, je survis. Les démons sont là. Ils resteront là. Se battre c’est quand on peut gagner. Quand on peut le faire disparaitre. Moi, je survis. Parce que je sais qu’ils ne disparaitront jamais.

De ça j’en étais convaincu aussi.

-Si tu es né battante, Bailey. Tu peux battre la drogue.

Elle me l’avait avoué. Elle avait réussi une fois. Elle réussira à nouveau.



@ Billy Lighter


Nothing last forever and we both know hearts can change © GN'R
Revenir en haut Aller en bas
http://la81rocks.forumgratuit.be
avatar
Bailey Raphaël


Messages : 230
Date d'inscription : 11/06/2017
Age du personnage : 24
Localisation : Eastside

Who Am I?
Birth place: Florida
Je suis: Une folle attachante
Song: The Night We Met


MessageSujet: Re: Don't Let Me Turn Off The Light [PV Bailey][Hot][Terminé]   Mar 11 Juil - 17:08


Don't Let Me Turn Off The Light ]

ft. Billy Lighter




Billy écoute attentivement chacune de mes paroles. Je parie qu’il n’en rate pas une seule bien qu’il demeure silencieux.  Sa main contre mon cou, je referme mes doigts étrangement glacés alors que le reste de mon corps est encore bouillant suite au bain.

Je termine mon récit presque à bout de souffle tant cette confession est prenante et difficile à laisser aller. Parce que j’en parle jamais.  Je préfère en général faire comme si ce passage de ma vie n’avait jamais existé. Mais comment ignorer quelque chose qui nous a marqué à jamais, et ce, même au plus profond de son âme ?

Je clame cependant être une battante, car je suis toujours là et que je continue malgré la souffrance que j’endors sous des couches de cocaïne. Je suis qui je suis. Bailey, fille de la rue, pute, droguée mais forte malgré tout.

Les mots de Billy tombent au terme des miens. J’ai abandonné l’enfant. Pas le miens, mais celui que j’ai mis au monde. Je ne peux me prétendre être sa mère. Il a raison, je l’ai abandonné. Une mère ne ferait pas ça.

L’ai-je vraiment sauvé en allant le porter dans une crèche ?  Non. Je me suis sauvé moi. C’était un geste purement égoïste. Finalement, je me rends compte que je ne suis peut-être pas une battante. J’ai pris la fuite de mes responsabilités en les refilant à d’autres.

Billy s’est reculé alors qu’il me parle, pour mieux me regarder. Il a cette façon de poser ses yeux sur moi, comme s’il pouvait scruter les confins de mon âme trouble.  À force de flatter mes démons, il calme peut-être les siens.

Mais se bat-il lui ? Essai t-il de s’en sortir ou me sert-il tout simplement une morale pré mâché qu’il n’applique pas sur lui-même ?

Ses yeux ne quittent pas les miens, même pas le temps d’un battement de cils. Je suis suspendu à ses lèvres, presque effrayé par la dureté de ses mots. Il n’y avait pas de demi-mesure avec Billy.  Que du blanc… ou plutôt que du noir.

Et pour lui, il n’y avait pas lieu de se battre. Il n’est donc pas un battant, mais un survivant.  Il lutte jour après jour pour tenir tête à ses démons.  

Je fronce des sourcils. Billy est perpétuellement plongé dans le noir. Autant dans sa tête qu’en dehors.  Une noirceur malsaine qui le confine dans un état de méfiance constante. Mais qu’en est-il de ses propres dépendances ? Au lithium ? À la douleur ? À moi ?

- Si tu es né battante, Bailey. Tu peux battre la drogue.

- Et si ma drogue, en fait, c’était toi, Billy ?


Je me redresse sur le lit, pour venir m’assoir face a lui, mes jambes repliés sous mon corps.  J’ai conscience que j’ai détourné le regard du sien, et qu’il n’a sans doute pas apprécié.  J’ai conscience aussi que ma question viendra tourner dans sa tête, comme une surprenante contradiction.

- Que dois-je faire dans ce cas, Billy ? Te vaincre ? Je peux te vaincre…

Je lui agrippe les poignets pour l’attirer contre moi. Je suis instable sur le matelas, je peux verser vers l’arrière à tout moment.  Mais j’ai enclenché la provocation, il n’en tient qu’à lui de me prouver qu’on ne peut vaincre une addiction.  Et s’il le fait, je lui aurai donc prouver qu’il avait tort… et que j’avais raison…


© Billy Lighter




Pis demain matin tu m’prendras dans tes bras
On va faire comme si le malaise était pas là
J’vais m’en aller de mon bord, toi du tiens
Peut-être qu’on se recroisera en chemin.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Billy Lighter


Messages : 2034
Date d'inscription : 24/09/2013
Age du personnage : 27
Localisation : Dans la mer avec les dauphins

Who Am I?
Birth place: Lafayette, Indiana
Je suis: Instable, possessif, sensible, perfectionniste
Song: Guns N'Roses - Estranged


MessageSujet: Re: Don't Let Me Turn Off The Light [PV Bailey][Hot][Terminé]   Ven 14 Juil - 10:24



Don't Let Me Turn Off The Light
ft. Bailey Raphaël



Les contradictions étaient un fléau. Et elles commençaient à venir s’immiscer dans la chambre d’hôtel. D’abord avec cet enfant. Bailey l’avait abandonné. C’était un crime. Intolérable pour moi. Mais elle l’avait abandonné parce qu’elle n’arrivait pas à l’aimer. Elle l’avait donné à des gens qui en prendraient soin. L’enfant vivra dans une crèche. Peut-être sera-t-il adopté par une famille qui l’aimera plus que tout. William aurait préféré ça à une vie de souffrance entouré de parents qui ne l’aimaient pas.

Bailey avait mal fait…Mais Bailey avait bien fait.

Ce qu’elle avait fait était horrible. Et en même temps c’était ce qu’il fallait faire.

Les contradictions, c’est Bailey qui les amenait.

Je m’e libérai en répondant à sa question. Je ne me battais pas. Je n’étais pas malade. Je ne faisais que survivre. Parce qu’il n’y a pas de cure à ce que j’ai. On peut guérir une maladie. Guérir une blessure… Mais jamais on ne soigne les séquelles, ni les cicatrices.

Elles restent… A tout jamais.

Mais Bailey, elle, pouvait se battre. Elle était forte. Elle pouvait gagner contre la drogue.

-Et si ma drogue, en fait, c’était toi Billy ?

Je la scrutai du regard. Et ce regard se noirci. D’un coup. Sans prévenir. Bailey venait de ramener une contradiction.

Si je la touchais, je l’aidais à plonger… Si je la repoussais, je l’aiderais à s’en sortir. Mais mes démons reviendraient me manger au moment où Bailey passera la porte.

Je serrai les dents. Bailey se demanda si elle pouvait me vaincre. Elle le demandait, aussi, à moi. Je fronçai les sourcils. Elle prit mes poignets et m’attira contre elle.

-Si tu en a la volonté, oui. C’est à toi de te battre.

Mes mots était dit sur un ton dur. C’était à elle de me repousser. Pas à moi. Si je suis sa source d’addiction, ce n’est pas à moi d’agir. La cocaïne ne lui fera pas le plaisir de la repousser pour éviter qu’elle en prenne. C’est à elle de se battre.

Elle venait de me relégué à un objet de destruction. Parce qu’une addiction, ça détruit tout. Billy Lighter, aussi, détruit tout. Et c’est en combattant ce rôle que je détestais que j’explosai.

Je poussai Bailey sur le côté pour qu’elle retombe sur le matelas. Je me mis sur elle sans toucher son corps à par ses bras que je tenais fermement. J’haussai le ton.

-Mais tu n’as pas le droit de dire que je suis l’objet de ton addiction. Je refuse de l’être. D’accord ?

Je refusais de l’être parce que je refusais de la détruire. Ce qui faisait que je devenais, moi-même, la contradiction. Je ne voulais pas la détruire… Et pourtant, mes gestes violents montraient le contraire.

Je serrai de plus en plus ses poignets. Je cherchais à arrêter… Mon moi intérieur y mettais tout son cœur. Mais il était enfermé derrière des barreaux, incapable d’agir. Et ce cri du désespoir, on le voyait dans mon regard.




@ Billy Lighter


Nothing last forever and we both know hearts can change © GN'R
Revenir en haut Aller en bas
http://la81rocks.forumgratuit.be
avatar
Bailey Raphaël


Messages : 230
Date d'inscription : 11/06/2017
Age du personnage : 24
Localisation : Eastside

Who Am I?
Birth place: Florida
Je suis: Une folle attachante
Song: The Night We Met


MessageSujet: Re: Don't Let Me Turn Off The Light [PV Bailey][Hot][Terminé]   Sam 15 Juil - 18:01


Don't Let Me Turn Off The Light ]

ft. Billy Lighter




Je ne sais plus trop ce que je fais, ce que je dis. Tout ce que je sais c’est que je viens de franchir une limite et que Billy n’entendra pas à laisser ça ainsi. Juste dans son regard je vois bien que je viens d’ouvrir une brèche et qu’il est sur le point d’exploser.

Je le tiens par les poignets, le regardant dans les yeux. J’veux savoir ce que je dois faire. Dois-je le vaincre ? Trop confiante, j’affirme que je peux le faire. Rien n’est moins sur.  J’ai le cœur qui bat maintenant très vite. Ce n’est qu’une question de seconde avant que ça dérape.

- Si tu en a la volonté, oui. C’est à toi de me battre.  , dit il.

Billy me pousse sur le côté et vient prendre place par-dessus moi, sans pour autant me toucher sauf pour mes bras qu’il serre très fort. Il me domine et me regarde de ses yeux mauvais.  Avec Billy, je ne peux jurer de rien. Il n’a pas apprécié mes paroles. Avec raison…

- Mais tu n’as pas le droit de dire que je suis l’objet de ton addiction. Je refuse de l’être. D’accord ?

J’hoche de la tête pour toute réponse. Parce qu’il me fait peur. Parce qu’il est plus fort que moi.  Jamais avant Billy n’avait haussé le ton. Faut dire que jamais avant je n’avais eu l’audace de le provoquer.

- Tu ne l’es pas… Mais ce que tu fais là, n’est pas toi… tu me fais mal !

Je cherche à me libérer de son emprise mais  il serre de plus en plus fort, me transperçant de son regard.  Impossible de prédire ce qui se passe dans sa tête  mais visiblement, il est déchiré par trop de démons.

- C’est pas toi…  tu comprends ? Ce n’est pas toi Billy ! , dis-je d’une voix brisée.

Mon corps me fait mal, ma tête veut exploser. Je ne sais pas si, c’est ce que j’ai dit ou comment je l’ai dit mais je parviens à retirer mes bras de ses mains maintenant à plat sur le matelas. La peau élance, j’aurai certainement  des marques demain.

- Billy…

Ce n’est plus qu’un murmure qui se perd dans le silence de la pièce. On entend même plus un son filtrant du reste de l’hôtel. Tout est fermé, hermétiquement. J’suis certaine que personne ne m’entendrait hurler.

- J’suis… désolée

Tout doucement, je lève ma main vers son visage. Je lui caresse la joue puis je repousse ses cheveux vers l’arrière.  



© Billy Lighter




Pis demain matin tu m’prendras dans tes bras
On va faire comme si le malaise était pas là
J’vais m’en aller de mon bord, toi du tiens
Peut-être qu’on se recroisera en chemin.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Billy Lighter


Messages : 2034
Date d'inscription : 24/09/2013
Age du personnage : 27
Localisation : Dans la mer avec les dauphins

Who Am I?
Birth place: Lafayette, Indiana
Je suis: Instable, possessif, sensible, perfectionniste
Song: Guns N'Roses - Estranged


MessageSujet: Re: Don't Let Me Turn Off The Light [PV Bailey][Hot][Terminé]   Lun 17 Juil - 10:54



Don't Let Me Turn Off The Light
ft. Bailey Raphaël



Bailey venait de me mettre dans un rôle que je ne voulais pas. Un rôle destructeur. Les médias m’y mettaient eux aussi… Mais Bailey, elle, s’était pire… Elle me mettait dans le rôle de celui qui allait la détruire elle. Une addiction destructrice. Car toutes les addictions sont destructrices.

Les contradictions sont trop fortes. La tension que je ressens tout d’un coup est trop forte. Et Bailey en est responsable. J’usai de ma force pour la mettre couchée sur le matelas. Moi au-dessus d’elle à serrer très fort ses poignets. Je lui clamai que je ne voulais pas être son addiction. Je ne le veux pas. Elle n’a pas le droit de me rendre coupable de ça. Elle hocha la tête pour m’approuver. Je voyais son regard effrayé. Effrayé par ma réaction. J’avais vu ce regard chez Savannah… Et chez toutes mes autres petites-amies avant elle. Et ça faisait mal.

Elle déclara que je ne l’étais pas. Mais ça ne diminua pas ma pression sur ses poignets qui augmentait à chaque seconde. Bailey ajouta que ce qu’elle voyait là, ce n’était pas moi et que je lui faisais mal. Je serrai les dents. Bailey, elle, essayait de se libéré. En vain. Je serrai bien trop fort. Je ne savais pas quoi faire… Je voulais lui faire payer ce qu’elle avait dit. Et je ne voulais pas lui faire de mal. Mon cerveau bouillonnait. Je devais arrêter. Le regard de Bailey me suppliait de le faire alors que je combattais cette nouvelle contradiction qui s’étendait en moi. Des larmes coulaient le long de mes joues. Elles étaient le fruit de la bataille psychologique que je menais contre moi-même.

-Tu n’avais pas le droit… Tu ne pouvais pas…

Bailey clamait d’une voix brisée que ce n’était pas moi. Elle le disait encore et encore. Je serrai encore plus. Je ne pouvais pas… Je ne pouvais pas lui faire mal. Je finis par lâcher progressivement ses poignets. Elle s’en libéra elle-même avant que je ne lâche complètement.

Je regardais Bailey. Je repris mon souffle comme si j’avais couru un 100 mètres. Bailey s’excusa. Je fermai les yeux pour laisser perler les dernières larmes. Elle caressa ma joue. Ses mots de tout à l’heure avait été durs… Tout le contraire de sa main douce sur ma peau et mes cheveux. Encore une contradiction.

-Je suis désolé aussi…

Ma voix était brisée.

-Je ne voulais pas te faire mal… Je ne veux pas être une addiction. Je ne veux pas te détruire.

Ses poignets étaient rouges. Et je la laissai me toucher… Me caresser.

-Il faut que tu te battes Bailey… Mais pas contre moi… Je ne veux pas que tu te battes contre moi…

J’avais mes propres démons… Je n’en voulais pas en plus. Je ne voulais pas que Bailey me rejette… Et je ne voulais pas non plus être ce qui la tient en vie. Je ne voulais, donc, pas être son addiction.

-Il faut que tu te battes contre toi-même pour t’en sortir.

Comme je me battais contre Billy… Celui que Bailey venait de voir. Celui qui détruit tout.

Je collai mon front contre le sien. Et je fermai les yeux. Il n’y avait plus de larme. La pression partait à nouveau. Tout va très vite. Tout va toujours trop vite. Les émotions défilaient aussi rapidement que mes pensées. Et j’avais toujours du mal de les rattraper.



@ Billy Lighter


Nothing last forever and we both know hearts can change © GN'R
Revenir en haut Aller en bas
http://la81rocks.forumgratuit.be
avatar
Bailey Raphaël


Messages : 230
Date d'inscription : 11/06/2017
Age du personnage : 24
Localisation : Eastside

Who Am I?
Birth place: Florida
Je suis: Une folle attachante
Song: The Night We Met


MessageSujet: Re: Don't Let Me Turn Off The Light [PV Bailey][Hot][Terminé]   Jeu 20 Juil - 0:36


Don't Let Me Turn Off The Light ]

ft. Billy Lighter




Je suis la seule responsable du combat que mène Billy entre sa raison et ses démons. Je l’ai délibérément provoqué même si à la base, ma question n’était pas vouée à ce résultat. Il me surplombe sur le lit, serrant très fort mes bras, serrant les dents pour exprimer son désaccord devant l’outrageuse contradiction que j’ai osé émettre.

Je suis allé trop loin, bien trop loin et si j’ai mal physiquement, Billy souffre intérieurement.  Je m’en veux pour cela.  Je lui répète que ce n’est pas lui, qu’il n’est pas comme ça. Lentement, il fini pas desserrer sa poigne sur  mes bras me permettant de me dégager.

Que puis-je dire d’autre, sauf lui présenter des excuses. Je lui caresse le visage puis les cheveux, les replaçant derrière son oreille.  Je le regarde avec douceur, voulant effacer les dernières minutes.

Billy se sent également désolé de s’être laissé emporter par la colère.  Il ne voulait pas me faire de mal, mais mes paroles provocatrices lui ont fait perdre le contrôle.  Je ne sais plus quoi dire d’autre, quoi lui répondre.  

Je m’en veux d’avoir voulu être audacieuse. D’avoir appuyé volontairement sur sa faiblesse.
J’aurais dû le savoir et éviter de jouer avec la goupille de la grenade.

Son plaidoyer est juste et sincère. Je ne dois pas me battre contre lui. Ni pour lui. Mais pour moi. Billy vient appuyer son front contre le mien et je ferme les yeux, posant mes mains sur ses épaules.  

- Je m’en sortirai. Un jour. Je l’ai déjà fait. Je peux le refaire.  Mais j’ai peur Billy.

Quand j’ouvre les yeux, je me sens déjà plus sereine mais j’ignore s’il en va de même pour le chanteur.  Je ne sais que faire d’autre que de le serrer contre moi et de nous faire prendre place, allongés sur le lit, blottit l’un contre l’autre.

Je retrouve la chaleur de ses bras autour de moi, son cœur qui bat très vite dans sa poitrine.  Je viens entrelacer nos doigts, portant le dessus de sa main à mes lèvres.  Le silence nous enveloppe et m’apaise.

- Billy…pourquoi t’es venu me voir, quand j’étais à l’hôpital ? Comment… t’as su que de toutes les personnes au monde, tu étais la seule que je voulais voir ?

C’est juste trop con qu’ils aient refusé la visite à Billy.  Qui de mieux qu’un écorché vif de la vie pour en comprendre un autre ? Ils ont failli m’achever en m’attachant sur mon lit, ne me laissant aucun moyen de me protéger des voix dans ma tête.


© Billy Lighter




Pis demain matin tu m’prendras dans tes bras
On va faire comme si le malaise était pas là
J’vais m’en aller de mon bord, toi du tiens
Peut-être qu’on se recroisera en chemin.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Billy Lighter


Messages : 2034
Date d'inscription : 24/09/2013
Age du personnage : 27
Localisation : Dans la mer avec les dauphins

Who Am I?
Birth place: Lafayette, Indiana
Je suis: Instable, possessif, sensible, perfectionniste
Song: Guns N'Roses - Estranged


MessageSujet: Re: Don't Let Me Turn Off The Light [PV Bailey][Hot][Terminé]   Ven 21 Juil - 19:09



Don't Let Me Turn Off The Light
ft. Bailey Raphaël



Bailey s’excusait. Elle regrettait ce qu’elle avait dit. Elle disait que ce qu’elle voyait là ce n’était pas moi. Et, pendant ce temps-là, je me battais intérieurement pour la lâcher. Je n’avais pas envie de lui faire mal. Bailey ne méritait pas d’avoir mal.

Et je finis par gagner une partie du combat. Et de la lâcher. Ses poignets étaient rouges vif. Mais, avec moi, tout allait dans l’extrême. Les sentiments… La peur… La violence… Tout.

Et je m’excusai à mon tour. Je ne voulais juste pas être la chose qui était en train de détruire Bailey. Je voulais qu’elle se batte contre cette chose qui n’est pas moi… Mais juste des produits qui tuait autant la volonté que le bonheur. Le bonheur… Cette chose inaccessible. Je voulais qu’elle s’en sorte. Elle le pouvait. Elle devait se battre. Elle savait le faire. Elle m’avait avoué l’avoir fait pour un autre être qu’elle. Un être qu’elle ne s’était pas sentie assez forte pour élever. Elle devait le faire pour elle-même.

J’appuyai mon front contre le sien. Ils étaient chaud tous les deux. Je la laissai posé ses mains sur mes épaules. Elle y arrivera… Elle me le déclara. Mais elle avait peur. Je fermai les yeux à mon tour. Je sentais sa peur. Elle me contaminait comme son bonheur pouvait me contaminer quand Bailey était de bonne humeur.

-Tout le monde a toujours peur…

Même Cash… Il avait peur du réel. Il se cachait dans son monde.

On finit par se coucher blotti l’un contre l’autre. Mes tensions étaient toujours là. Ravivée par les contradictions à répétition. Ravivé par la peur de Bailey qui se mélangeait à la mienne.

Je l’entourai de mes bras comme si ça pouvait nous protéger des démons. Mais les démons sont à l’intérieur… Elle porta ma main à ses lèvres. Mes yeux étaient toujours fermés.

Après un temps de silence, je les rouvris en même temps que Bailey posa des questions sur son temps en asile psychiatrique.

-Je le sentais. Je sens tout.

Mais je n’avais pas pu entrer. On m’avait dit que Bailey ne voulait pas me voir.

-Je suis venu parce que...

L’asile est un endroit que je voulais éviter. Pour moi… Pour les autres.

-Pour te sortir de là.

Parce que je savais que Bailey n’était pas folle. Elle avait des démons. Elle avait des addictions. Mais rien qui était réversible. Je savais ce que c’étair d’avoir une étiquette. Et l’asile est le premier endroit qui t’en donne une. Bipolaire… Schizophrène… Paranoïaque… Ou simplement fou… Une étiquette c’est trop lourd à porter. Je le sais. Et je savais que Bailey n’était rien de tout ça.

-Comment un bébé peut apporter autant de… Malheur?

C’est la question que je crierais bien à la mère… Celle de William. Parce que je n’avais jamais eu de réponse à ça. Et lui non plus.



@ Billy Lighter


Nothing last forever and we both know hearts can change © GN'R
Revenir en haut Aller en bas
http://la81rocks.forumgratuit.be
avatar
Bailey Raphaël


Messages : 230
Date d'inscription : 11/06/2017
Age du personnage : 24
Localisation : Eastside

Who Am I?
Birth place: Florida
Je suis: Une folle attachante
Song: The Night We Met


MessageSujet: Re: Don't Let Me Turn Off The Light [PV Bailey][Hot][Terminé]   Ven 21 Juil - 21:02


Don't Let Me Turn Off The Light ]

ft. Billy Lighter




Le calme reprend tranquillement ses aises dans la chambre d’hôtel alors que je me blottis dans les bras de Billy. Je me sens si bien alors que, étrangement, quelques instants plus tôt, j’avais peur et très mal.

Je n’oserai pas émettre à haute voix mon ressentit. Ça ne ferait que raviver les tourments et je risquerais fort bien de me retrouver avec plus que les poignets rouges.

Seulement,  y’a quand même quelque chose que j’ai besoin de savoir. Que je n’ai jamais su ou même osé lui demander.  Le moment me semble opportun là que la tension redescend et que je le sens en meilleurs dispositions.

Pourquoi était-il venu me voir à quand je me trouvais interné ? De tous les gens que je connais, aucun n’a daigné venir. Pas même Howard ou Apolline.  Ça fait mal de se sentir isolé.  Je me savais déjà pas bien haute dans l’estime collective mais là, d’être abandonné à mon triste sort alors que j’avais le plus besoin de support…

Billy avoua qu’il avait ressentit au plus profond de lui ma détresse et que j’avais besoin de lui. Et après il ose dire qu’on ne souffre pas des mêmes maux !

Il voulait me sortir de là.

Me sortir de là ?

- T’aurais dû défoncer la porte !

J’rigole pas.  Il aurait dû le faire.  Mais bon. J’y suis pas resté très longtemps alors à quoi bon ? L’important c’est que maintenant, j’suis revenue et l’important n’est pas de savoir si je vais bien ou pas.  L’important est de continuer.

- Comment un bébé peut apporter autant de… malheur ?

- C’était pas…  


Je ne sais pas comment lui dire. Comme lui dire que  le problème n’était pas le bébé en tant que tel mais la dépression postpartum qui s’est ajouté à un équilibre psychologique déjà affaibli par la drogue vie en générale.

- Y’en avait trop en même temps.  Je n’étais pas à la hauteur comme mère, Billy. Il pleurait et je ne savais pas pourquoi.  Delfino… il savait tout de suite quoi faire. Alors ça m’a fait me sentir encore plus médiocre.  Et plus les semaines passaient, plus je voyais le père du gamin dans son visage. J’ai pété les plombs un soir. Mais je veux pas en parler de ça…

J’suis incapable de repenser aux détails de cette nuit là. Les cris… les larmes… le sang. La seule chose qui demeure claire pour moi c’est que j’aurais dû avorter pendant que je le pouvais encore. Plutôt que de me faire croire qu’il y avait pour moi aussi un bout de ciel clair.


© Billy Lighter




Pis demain matin tu m’prendras dans tes bras
On va faire comme si le malaise était pas là
J’vais m’en aller de mon bord, toi du tiens
Peut-être qu’on se recroisera en chemin.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Billy Lighter


Messages : 2034
Date d'inscription : 24/09/2013
Age du personnage : 27
Localisation : Dans la mer avec les dauphins

Who Am I?
Birth place: Lafayette, Indiana
Je suis: Instable, possessif, sensible, perfectionniste
Song: Guns N'Roses - Estranged


MessageSujet: Re: Don't Let Me Turn Off The Light [PV Bailey][Hot][Terminé]   Dim 23 Juil - 13:07



Don't Let Me Turn Off The Light
ft. Bailey Raphaël



La détresse de Bailey avait passé les murs de l’asile. Et je l’avais ressenti jusque dans ma propre réclusion. Je savais qu’elle n’était pas folle. Juste en proie à des démons. Mais, arrivée dans cet endroit morbide et sans âme, j’étais tombé sur le refus de Bailey. Elle ne voulait pas être sauvée.

Elle déclara que j’aurais dû défoncer la porte. J’hochai la tête négativement.

-Non ! Ils m’auraient enfermé avec toi !

Et je ne voulais pas ! L’idée même me retournait l’estomac.

Mais il restait une inconnue. Une question que William se posait. Que je me posais. Comment un bébé pouvait apporter tant de malheur. Un enfant innocent qui n’a demandé à personne de venir à la vie. Un être pur, dépourvu de haine. Bailey avait abandonné le sien. Bailey en était devenu folle. Je voulais savoir pourquoi. C’était vital.

Bailey commença à me répondre. Mais hésita. Elle disait qu’il y en avait trop. De malheur ? Elle disait qu’elle n’était pas à la hauteur comme mère. Et que Delfino, lui, savait comme agir alors qu’elle non. Delfino. Je n’aimais pas Delfino. Ce n’était qu’un dealer. Je le rendais responsable de la crise cardiaque de Cash. Je le rendais responsable de l’addiction de Cash. Et il avait, avec ses actes, fait croire à Bailey qu’elle était une mère médiocre.

Mais il n’y avait pas que ça… Elle voyait dans le visage de l’enfant, son père. Elle savait, donc, qui était le père. Elle le savait… Mais, l’enfant, lui ne le saura jamais. Et je ne savais pas si c’était bien ou mal. Bailey parla d’une crise. Mais sans ajouter de détails. Elle ne voulait pas en parler. Je savais pourquoi. Je savais ce que c’était.

-Je n’aime pas Delfino.

C’était sorti tout seul. Et c’était criant de sincérité.

-Tu connais le père de ton enfant… C’était un de tes clients ? Tu ne l’as mis au courant ?

L’enfant était loin de ses deux parents. En crèche attendant l’adoption. Sans connaitre ses racines. William aurait voulu la même chose. Mais il ne serait peut-être jamais devenu Billy si ça été arrivé.



@ Billy Lighter


Nothing last forever and we both know hearts can change © GN'R
Revenir en haut Aller en bas
http://la81rocks.forumgratuit.be
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Don't Let Me Turn Off The Light [PV Bailey][Hot][Terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Don't Let Me Turn Off The Light [PV Bailey][Hot][Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Happiness can be found, even in the darkest of times, if one only remembers to turn on the light ♣ C.J Snow
» Happiness can be found, even in the darkest of times, if one only remembers to turn on the light.[terminé]
» Lynn Withaker ~ The light behin' your eyes. |terminé|
» Editeur light libre
» the light of aerendil

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: L.A Rocks :: Hollywood :: Hôtel-