AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Let Me Fix That For You [PV Howard Stone][TeRmInÉ!]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Bailey Raphaël


Messages : 777
Date d'inscription : 11/06/2017
Age du personnage : 24
Localisation : Eastside

Who Am I?
Birth place: Florida
Je suis: Une folle attachante
Song: The Night We Met


MessageSujet: Let Me Fix That For You [PV Howard Stone][TeRmInÉ!]   Mer 21 Juin - 19:34



Let Me Fix It For You ft. Howard Stone




La rumeur  voulant qu’Howard Stone s’était fait refaire le portrait par les Los Diablos courait partout dans l’Eastside. Et étant sans nouvelle de lui j’étais remonté aux sources pour en avoir le cœur net.

Apolline m’avait confirmé la rumeur et bien que l’envie de me précipité à son chevet m’eut rongé par en dedans,  c’est que quelques jours plus tard que je me décide d’aller lui rendre visite.

J’ai en horreur les hôpitaux. Chaque séjour que j’y ai fait m’a traumatisé.  Le personnel te regarde de haut, on te soupçonne d’avoir été joué dans l’armoire de narcotique alors que t’es attaché à ton lit, les murs sont peint d’une couleur oscillant entre mal de cœur et lendemain de veille. Bref !  J’aime pas !

Howard dort quand j’entre dans sa chambre. J’ai dans les mains le Teddy Bear qu’il m’avait gagné lors d’une soirée à la fête foraine. Je l’ai toujours gardé. Mais aujourd’hui j’crois qu’il en a plus besoin de moi.

Puisqu’il dort et que j’ai la dalle, j’en profite pour lui piquer sa gelée de fruit et les petits biscuits qui l’accompagnent. Il n’est pas prêt de mastiquer si j’en juge par l’enflure de sa mâchoire.

Je remarque la petite figurine que lui a apportée Apolline. Elle m’en a parlé. C’est chouette de sa part.  Je souris tout en savourant la gelée.  Ils sont graves tous les deux à tourner autour du pot. Putain, le jour où je serai amoureuse, j’vais pas attendre et foncer !

Mouais… ça me va bien de dire ça… Je chasse Delfino de mes pensées et  je termine ma collation. J’prends pas la peine de me lever, j’lance le tout dans la corbeille.  J’reste assise sur ma chaise, les pieds allongés jusqu’au lit d’Howard et je regarde sa perf de morphine avec envie.
Il dort… Il en a pas réellement b’soin ?

J’me lève pour mieux y jeter un œil et c’est alors que Stone lui-même papillote des siens jusqu’à émerger de son sommeil.  Et merde, meilleure chance la prochaine foi Bailey !

- Tiens ! Salut le Prince aux Bois Dormants !

J’suis contente de le voir réveiller même si j’pas trop certaine qu’il est tout à fait conscient. J’lui embrasse le front et je me retourne pour attrapé l’ourson en peluche et le lui montrer.

- Y’en a un  qui se porte volontaire pour te tenir compagnie.  Et puis moi j’suis prête à me sacrifier. T’sais, qu’est-ce que je ne ferais pas pour mon meilleur ami ?

De le voir aussi amoché me rends cependant triste.  Ça me révolte ! Un mec gentil et adorable comme Stone ne mérite pas de se faire massacrer par une bande de lâche sans cervelle.

J’approche ma chaise du lit et je m’y rassoie en posant mes bras sur le bord du lit et ma tête, sur mes mains.  Cette histoire tourne en boucle dans ma tête et à force de trop vouloir comprendre, je ne comprends plus riens.

- T’sais, si tu dois de l’argent aux Los Diablos, j’peux t’aider a rembourser. J’peux le faire. J'suis prête à le faire.

Payer la dette d’Howard en couchant avec le clan rival tout entier, autant de fois que nécessaire, j’peux le faire. Le truc c’est que j’sais pas si ça décidera mon ami d’arrêter de se frotter à eux. Et là, c’est bien ce qui me fait peur. J’veux l’aider mais j’dois gagner ma vie, pas la perdre. Mais après réflexion, pour le peu qu'elle vaut, on s'en fou et je n'ai rien à perdre a tout tenter.

Mais Howard à toujours été correct avec moi, même à l’époque où il me payait pour le sexe. Il ne m’a jamais considéré comme un objet, ni même manqué de respect. Ensuite, naturellement l’amitié c’est installé et tout ça a cessé.

- Oh fait, j’ai mangé ta gelée de fruit !  De toute façon tu ne l’aurais pas mangé ! Vieux, tu boufferais même pas la chatte d’une femme si t’en avais l’occasion ! C’est triste ta vie en ce moment.

J’suis toujours partante pour remonter le moral d’un ami !


@ Billy Lighter


Dernière édition par Bailey Raphaël le Mer 28 Juin - 15:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Howard Stone


Messages : 1039
Date d'inscription : 25/11/2015
Age du personnage : 33
Localisation : Chez Apolline

Who Am I?
Birth place: L'Eastside de L.A.
Je suis: un menteur, il parait...
Song: It's My Life - Bon Jovi


MessageSujet: Re: Let Me Fix That For You [PV Howard Stone][TeRmInÉ!]   Ven 23 Juin - 13:36



Let Me Fix It For You
ft. Bailey Raphaël


J’avais envie d’alcool… J’avais envie de coke… J’avais envie de cigarette… Mais j’avais le droit à rien de ses trois choses. J’les réclamais à toutes les heures de la journée où j’étais réveillé… Et chaque fois j’obtenais la même réponse des médecins et infirmières :

-Non, Monsieur Stone.

Un p’tit verre à jamais fait d’mal à personne pourtant… J’comprends pas. Surtout que là, le manque de ses trois choses essentielles me rendait malade, au point que mon opération du genou avait été reportée à demain. Comme si la douleur de mes blessures étaient pas suffisante…

Y’avais qu’une seul des infirmières qui avait un peu pitié de moi… C’était celle qui venait de temps en temps me donner de la morphine. Sans ça, j’arrivais pas à dormir donc, chaque fois qu’elle venait, j’savais que j’allais pouvoir piquer un somme.

C’est, d’ailleurs, ce que j’étais en train de faire. Dormir. Mais ça dura pas longtemps. J’sentis qu’on bougeait dans la pièce. Il me fallut le temps d’émerger et d’ouvrir les yeux. Et quand ils furent plus ou moins ouverts, je vis Bailey. J’eus un p’tit sourire. J’crois que j’avais jamais vu autant mes amis l’un à la suite de l’autre que depuis que j’étais couché dans cet hôpital.

Elle me salua et j’lui répondis d’une toute petite voix du type qui émerge :

-Salut Bailey.

Elle m’embrassa sur le front qui devait être un endroit pas trop amoché parce que c’était là aussi qu’Apolline avait posé sa main quand elle était venue me voir. Au moins, il reste des parties d’mon visage plus  ou moins intact.

Bailey me montra son ourson en peluche. J’me rappelais que c’était moi qui lui avais gagné. Elle l’avait pris avec elle pour qu’il me tienne compagnie. Elle disait être prête à se sacrifier pour moi, son meilleur ami. J’souris.

-Merci Bailey. J’crois que j’en ai bien besoin de cet ourson.

Surtout s’il y a de la coke cachée dedans… Ça serait cool. Parce que j’crois que c’est une des seules choses qui pourrait un tant soit peu me remonter l’moral. Et, surtout, faire disparaitre tous les symptômes du manque. Parce que j’crois que, ça, c’était encore pire que mon mal de genou.

Bailey prend place sur la même chaise qui avait vu passé Hank et Apolline. Elle s’appuya sur mon lit et j’la regardais. Elle était comme moi Bailey : c’était un enfant de l’Eastside. On avait ça en commun. Sauf que moi, j’en étais parti et qu’elle, elle y trainait toujours.

Bailey savait déjà tout… Elle savait que c’était les Los Diablos qui m’avaient refait le portrait. Elle était à la source des informations là où elle vivait alors ça m’étonnait pas. Et elle voulait m’aider à rembourser l’argent que j’leur devais. Bailey était reliée au South Panthers. J’savais à quel point c’était dangereux pour elle d’se livrer comme ça, à corps perdu, aux Los Diablos. Et j’voulais pas de ça pour elle.

-T’es vraiment gentille, Bailey… Mais non, j’veux pas que les Los Diablos aient le plaisir de te toucher. J’leur donnerais l’argent. J’ai largement les moyens d’les payer maintenant.

J’comptais pas les rembourser. Ni maintenant, ni jamais. Mais j’avais pas envie que Bailey s’en mêle. Y’avait déjà eu assez de dégâts comme ça. J’voulais pas qu’mes amis soient blessés. J’avais qu’eux, après tout. Et si un p’tit mensonge pour la dissuader d’aller régler mes comptes avec les Los Diablos, ben j’le lui donnais.

J’avais les yeux à moitié ouvert. La morphine, ça shootait assez bien mais comme ils me limitaient largement et ben c’était pas encore suffisant pour totalement me foutre dans l’gaz alors j’arrivais à bien raisonner. Et à bien mentir, aussi.

Bailey déclara qu’elle avait mangé ma gelée de fruit et elle y allait d’son p’tit commentaire en finissant par dire que ma vie était triste en ce moment. Bailey savait trouver les mots pour me remontrer l’moral. Mais c’était propre au personnage. Et, au lieu d’m’apitoyer sur mon sort, j’rigolais un peu. Un tout p’tit peu. Autant que mes côtes cassées me l’permettaient.

-Ça tombe bien j’déteste le gelée de fruits. En fait… J’déteste la bouffe des hôpitaux. J’serais content quand j’pourrais sortir d’ici.

Mais c’était pas demain la veille. Les médecins ne m’avaient encore donné aucune date de sortie et j’devais encore subir une opération. A cette pensée j’fis une moue triste.

-Mais y a pire que cette bouffe dégueulasse… C’est que j’suis en manque à mort. J’ai envie d’coke, d’alcool et de cigarette… Si j’pouvais déjà avoir rien qu’une clope, ça m’changerait déjà la vie.

Mais j’étais pas sûr d’être capable de la fumer sans m’faire bien mal. Respirer, c’était déjà douleur alors fumé… P’tin, Bailey à raison. Ma vie est triste.

En parler à Bailey n’était pas innocent… Elle m’avait initié à la coke y’a des années et j’pouvais parler librement de ça avec elle. Mais, surtout, au fond de moi, j’avais dans l’espoir qu’elle pourrait régler mon p’tit problème de manque…

@ Billy Lighter


Don't give in without a fight ©️ Pink Floyd
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Bailey Raphaël


Messages : 777
Date d'inscription : 11/06/2017
Age du personnage : 24
Localisation : Eastside

Who Am I?
Birth place: Florida
Je suis: Une folle attachante
Song: The Night We Met


MessageSujet: Re: Let Me Fix That For You [PV Howard Stone][TeRmInÉ!]   Ven 23 Juin - 17:54



Let Me Fix It For You ft. Howard Stone




J’suis contente de voir qu’il se réveil. Parce qu’en fait, j’ai vraiment eu peur pour lui. Mais je lui avouerai pas, ça lui ferait trop plaisir. Et il a déjà la satisfaction de nous voir nous déplacer pour lui ici alors faut pas trop m’en demander. Qui plus est, je lui ai apporté Howie, mon ourson en peluche qui ne m’a jamais quitté depuis le jour où il me l’a gagné dans un stand de fête foraine.

Howard sourit à la vue de la peluche, avouant bien besoin de sa compagnie.  Je le dépose à ses côtés sur le lit et c’est à mon tour de sourire.  Mes deux « H » réuni pour le meilleur et pour le pire.  Il en a recueillit de mes larmes mon oursons.  Il a aussi été l’oreille attentive de toutes mes confidences et lubies.

J’ai la haine. On a fait mal à ce que j’ai de plus précieux au monde : mes amis. Parce qu’en plus d’Howard qui est coincé dans ce lit, y’a Apolline qui souffre en silence. J’l’a connais trop. Apo  rester forte à la face du monde mais quand elle referme la porte pour se retrouver seule, elle pleure sans aucun doute toutes les larmes de son corps.

Et ça, j’peux pas l’accepter.

Je sais pour les dettes d’Howard. Il m’en a déjà parlé, un soir j’sais plus trop ce que nous faisions. Mais il disait que tout était cool, que tout allait bien. Tu parles, Charles !

- T’es vraiment gentille, Bailey… Mais non, j’veux pas que les Los Diablos aient le plaisir de te toucher. J’leur donnerais l’argent. J’ai largement les moyens d’les payer maintenant.

- T’as des assurances ? J’veux dire… t’sais pour assurer tes jambes et tes mains, justement. Une assurance travail en quelque sorte. Si tu peux plus te servir de tes jambes ou de tes mains, tu es dédommagés, parce que c’est ton gagne pain. Sinon j’vois pas où tu l’as prit l’argent pour te renflouer.  


Tina Turner a fait assurer ses jambes car c’est sa marque de commerce. Elle gagne un max de pognons uniquement parce que dans ses concerts, elle porte des tenues qui mettent en valeur ses jambes. Si j’en avais des comme elle, je le ferais ! Mais moi j’suis qu’une pute. J’vaux pas grand-chose e kilos alors même si j’assurais mon corps…

Mais je doute qu’Howard puisse avoir été aussi prévoyant seulement, il a un manager qui lui doit l’être. Peut-être qu’il l’a fait. Il doit bien y avoir une protection pour les artistes.

- Ce que je fais de mon corps, Stone, et à qui je le vends, ne regarde que moi.

J’ai le menton qui commence à trembler. J’me retiens vraiment de pleurer.  Mais c’est trop dur alors je couche ma tête sur le lit le temps que ça passe.  Je prends une grande inspiration puis je relève la tête en essuyant mes yeux  comme si de rien était.

- De toute façon, c’est pas coincé dans ce lit que tu pourras m’arrêter. Et Hank et Apo ont bien plus important à faire pour l’instant que de voir à mon cul !

Je glisse ma main sous la sienne, fixant l’aiguille qui est planté sans sa chair. Le soluté s’y infiltre goutte à goutte. C’est un peu comme le temps qui passe. Une goutte à la fois apportant son lot de bonheur et de chagrin.

J’confesse avoir  mangé le goûté qu’on lui avait laissé sur son plateau bien que je sache qu’il déteste les gelées de fruits. Out comme la bouffe d’hôpital en général. Quand t’as rien dans le bide depuis plus d’une journée, la gelée devient un véritable festin.

- J’serais content quand j’pourrais sortir d’ici.

- Quand tu sortiras d’ici, je t’amènerai manger le meilleur Bifteck de tout L.A. !  Avec tous les trucs que tu veux dans l’assiette.


J’en salive déjà ! Et Apo viendra avec nous. Et Hank aussi s’il veut bien. Mais ça, j’sais pas. Faut pas trop faire de plan avec lui d’avance.  Mais un sage m’a dit un jour que les rêves gardaient en vie, et des rêves, j’en ai pleins la tête. Ça doit être pour ça que je suis toujours là.

- Mais y’a pire que cette bouffe dégueulasse…C’est que j’suis en manque à mort. J’ai envie d’coke, d’alcool et de cigarette…Si j’pouvais déjà avoir rien qu’une clope, ça m’changerait déjà la vie.

- Je te l’ai dit ! Howie va te tenir compagnie !


J’lui fais un clin d’œil entendu. L’œil droit de mon ourson a toujours été fuyant. À force j’ai finis par l’arracher et découvert que j’pouvais bien y dissimuler des trucs. Bon, je n’ai pas pu mettre autant que je voulais mais  y’a de quoi le faire tenir un jour ou deux s’il se gave pas trop, trop vite.  L’œil de mon ourson replacé on n’y voit que tu feu.

J’ai conscience que je ne l’aide pas.  Que la coke en ce moment est la dernière chose qui peut l’aider mais j’ai vécue le manque, la douleur qu’il fait naître. C’est pire que celle des coups qu’il a reçue.  J’ai hésité longtemps avant de remplir la tête de mon ourson. Mais Howard a le droit de choisir ses combats.  Qu’il soigne son corps en premier, le reste viendra plus tard.


@ Billy Lighter
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Howard Stone


Messages : 1039
Date d'inscription : 25/11/2015
Age du personnage : 33
Localisation : Chez Apolline

Who Am I?
Birth place: L'Eastside de L.A.
Je suis: un menteur, il parait...
Song: It's My Life - Bon Jovi


MessageSujet: Re: Let Me Fix That For You [PV Howard Stone][TeRmInÉ!]   Sam 24 Juin - 13:33



Let Me Fix It For You
ft. Bailey Raphaël


Bailey voulait absolument m’aider à payer mes dettes… Sauf que j’étais presque sûr que j’m’étais pas fait amocher que pour cette histoire d’argent. J’savais que c’était pour Olivia Reed… Et pour éviter que Bailey ne s’en mêle et ne finisse ici, elle aussi, j’préférais mentir en disant que j’avais l’argent pour payer les Los Diablos. J’comptais pas l’faire.

Du coup, elle ma parla d’assurance. De gens qui s’faisait assurer leurs jambes et leurs mains. J’avais jamais pensé à ça… Moi, j’vivais au jour le jour, ce qui faisait que j’pensais rarement aux assurances sauf pour ma villa et ma voiture. J’haussai les épaules.

-Non, j’ai pas pensé à ça. P’tètre que Timmy l’a fait, j’lui demanderais…

Si j’pouvais avoir de l’argent sur mon malheur, c’était bien. En tout cas, j’avais bien de l’argent, ça c’était pas un mensonge. Le mensonge, c’était que je voulais pas l’donner à Reed.

-Et j’ai gagné pas mal d’argent avec la vente de l’album.

C’était vrai. J’avais gagné assez d’argent que pour m’racheter de quoi remeubler ma villa qui était en travaux. Même si j’étais pas pressé d’y retourner…

En tout cas, une chose était sûr, j’voulais pas que Bailey couche avec les Los Diablos juste pour rembourser ma dette. Mais elle disait qu’elle faisait ce qu’elle voulait avec son corps. J’soupirai alors que j’voyais Bailey se renfermer sur elle-même en cachant sa figure. Elle se retenait d’pleurer. Et elle disait que, de toute façon, personne pourrait l’arrêter. Elle avait raison. Personne pouvait empêcher Bailey de faire ce qu’elle voulait.

-J’sais, Bailey… Mais j’ai pas envie qu’il t’arrive quelque chose parce que t’as couché avec le mauvais gang.

Elle passa sa main dans la mienne. Bailey était aussi inconsciente que moi. Pas étonnant qu’on se soit rencontré. On joue tous les deux avec le feu, on était fait pour se rencontrer et pour s’apprécier.

Elle déclara avoir mangé mon gelée mais j’lui en voulais pas. J’aimais pas la bouffe d’hôpital. Tout ce que j’avais envie c’était d’me barrer le plus vite possible de cet endroit. J’espérais qu’ils allaient m’lâcher après l’opération. Bailey préparait déjà ma sortie en m’proposant d’aller manger un bifteck. J’souris.

-Cool ! Merci Bailey.

On s’fera une belle fête. Avec alcool et tout. Loin de l’Eastside. En tout cas, si la bouffe n’était pas bonne, c’était pas pire que le manque. J’avais vraiment besoin d’alcool et de coke. Et j’l’avais dit à Bailey parce que c’était la seule qui serait capable de m’en donner.

Et, en effet, elle reparla de l’ourson et son clin d’œil m’indiqua qu’il devait contenir le remède à mon p’tit problème. J’fis un grand sourire et j’tournai la tête vers l’ourson. J’le pris et examinait le p’tit Howie. J’pris quelques secondes avant de découvrir l’œil qui tenait mal de la peluche. Je le démis pour trouver, dans la tête, la poudre magique. J’sortir un p’tit sachet. J’savais que j’devais économiser, mais j’avais besoin d’une ligne tout de suite.

-T’es la meilleure, Bailey.


Je déposai l’ourson à côté de moi et j’pris, délicatement, la main de Bailey. J’fis une ligne pas vraiment droite sur sa paume et j’me saisis de la paille qui flottait dans le verre d’eau qui était sur ma table de chevet. J’sniffai la ligne d’un coup. Ça faisait mal au côté d’inspirer comme ça mais ça avait pas d’importance.

L’effet était immédiat. Quand on est autant en manque ça rate jamais. Sans compter la morphine qui flottait dans mes veines. J’me sentais déjà mieux et j’souriais.

-P’tain, ça fait du bien.

J’pris le temps avant de remettre le reste de la coke dans la tête d’Howie et de replacé l’ourson sur la table de chevet. Ni vu, ni connu. Les infirmières y verront que du feu. J’regardai Bailey frottant mon nez du revers de ma main.

-Sinon, toi ça va ? T’as pas d’ennuis ?

J’voulais juste des nouvelles d’elle. J’trouvais que j’avais assez parler de mes malheurs jusqu’ici.

@ Billy Lighter


Don't give in without a fight ©️ Pink Floyd
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Bailey Raphaël


Messages : 777
Date d'inscription : 11/06/2017
Age du personnage : 24
Localisation : Eastside

Who Am I?
Birth place: Florida
Je suis: Une folle attachante
Song: The Night We Met


MessageSujet: Re: Let Me Fix That For You [PV Howard Stone][TeRmInÉ!]   Sam 24 Juin - 16:39



Let Me Fix It For You ft. Howard Stone




J’veux plus parler du règlement de sa dette car j’en ferai qu’à ma tête de toute façon et je sais que ma proposition d’un bon souper au resto redonnera le sourire à mon batteur préféré.  Quel homme résisterait à un bon repas servit avec une bonne bière fraîche ? Sûrement pas Stone en tous les cas.

Et vu comment il est, j’ai largement le temps de mettre de côté de quoi payer la note car c’est hors de question qu’il paie – encore – pour moi. J’aime pas qu’on me fasse la charité de toute façon.

Mon ami souffre du même mal que moi, en plus de ses blessures. Le manque vient surclasser tout le reste, jusqu’à devenir une obsession plus prenante que la guérison en elle-même. J’lui fais un clin d’œil parce que justement, derrière l’œil du teddy bear, j’y ai caché un sachet de coke. Il devra le rationner au possible mais il devrait tenir quelque jour s’il coordonne bien avec ses doses de morphine.

- T’es la meilleure, Bailey.

- Tu parles ! La meilleure des putes, ouais ! Nomme-moi un truc. Un seul truc que j’ai fait de bien dans la vie ? Toi tu t’es sorti d’ici t’es devenu quelqu’un ! Les ados rêves de te rencontrer, de t’embrasser et si t’étais un peu moins con tu aurais Apolline aussi. Mais moi, sauf pour t’apporter de la came à l’hôpital… Et en plus c’est pas mon idée la meilleure ! Si ça se sait, genre, Hank, j’vais m’faire trucider !  


Mon palmarès des bons coups peut tenir sur un seul de mes doigts. Alors que de l’autre côté, j’accumule les mauvaises décisions et les idées stupides. J’suis la reine des emmerdes. Ça c’edt même pas discutable.

J’lui aurais bien ébouriffé les cheveux mais les salopards de Los Diablos sont très bons pour les coups derrières la tête. Howard doit très certainement avoir des ecchymoses cachées sous ses cheveux. Il a dû subir une commotion, un truc dans le genre.  Bref, je prends pas de chance.

Il prend alors ma main pour  y vider de quoi se faire une ligne qu’il sniffa aussitôt et moi, aussi, lèche les restes de poudre blanche sur ma main.

- Miam !

- P’tain, ça fait du bien.


Je m’assois sur le rebord du lit à ses côtés et, c’est plus fort que moi,  je laisse courir mon doigt le long de sa perf de morphine. Là qu’il a eu  un peu de coke, il pourrait me laisse me servir à mon tour. Depuis que j’suis retourné auprès de Ricardo, j’suis devenue une pro avec les aiguilles.

La coke ne suffisait plus…

- Sinon, toi ça va ? T’as pas d’ennuis ?

- Ah bah, moi, ça roule ma poule ! Tu m’connais…  


En fait non, ça va pas du tout. Et parce qu’on se connait parfaitement bien, et que j’ai pu capté sans problème qu’il me mentait en me disant pouvoir payer sa dette, j’sais qu’il voit passer le sous titre dans mes yeux disant « Ça va pas Howard ! »

- Delf me manque… Tu sais pas la douleur que je trimballe chaque putain de journée. Il ne me pardonnera jamais d’avoir donné l’bébé donc… Il comprend pas. J’peux pas m’occuper de mon cul alors un morveux à charge en plus…  J’ai essayé… 5 putains de long mois ! T’as vu le résultat.

Un séjour en psychiatrie  et une tentative de suicide. J’en avais jamais voulu de ce bébé. J’avais cru, cependant, que d’être enceinte me libèrerais définitivement des South Panters puisque je devenais «  h ors service ». Ça fonctionné. Mais dans mon plan, je n’avais pas tenu compte qu’après l’expulsion de l’être, je devrais m’en occuper.

J’suis une mère médiocre. Et ça à  foutu en l’air mon histoire avec mon beau Prince Latino.

- Faut j’t’avoue un truc, tant qu’à être dans les confessions. Du pognon, j’en ai.  Quand Ricardo a commencé à m’voler l’argent de mes clients, j’ai commencé à tripler mes tarifs. J’lui donnais sa quotte, mais le reste, crois moi ou pas il est à la banque !

J’peux pas me retenir de rire. Parce que quand j’ai ouvert ce compte, j’ai créé tout un émoi dans les bureaux de la succursale. Disons que c’est pas toujours qu’on ouvre un compte épargne sur le dos de la prostitution.

- Ok, ça n’effacera jamais ta dette, mais j’sais comment aller chercher… beaucoup plus sans m’mettre dans le pétrin !


@ Billy Lighter



Pis demain matin tu m’prendras dans tes bras
On va faire comme si le malaise était pas là
J’vais m’en aller de mon bord, toi du tiens
Peut-être qu’on se recroisera en chemin.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Howard Stone


Messages : 1039
Date d'inscription : 25/11/2015
Age du personnage : 33
Localisation : Chez Apolline

Who Am I?
Birth place: L'Eastside de L.A.
Je suis: un menteur, il parait...
Song: It's My Life - Bon Jovi


MessageSujet: Re: Let Me Fix That For You [PV Howard Stone][TeRmInÉ!]   Lun 26 Juin - 13:33



Let Me Fix It For You
ft. Bailey Raphaël


Bailey m’avait apporté de quoi tenir quelques jours. J’disais qu’elle était la meilleure. Mais elle aimait pas qu’on la valorise. Elle disait qu’elle était rien d’autre qu’une pute et qu’elle avait rien fait d’bien dans sa vie. Elle avait toujours eu cette piètre opinion d’elle-même. Elle comparait ma vie à la sienne. Moi j’étais sorti de l’Eastside. Mais fallait voir la vérité en face, j’avais eu d’la chance. Si Amon m’avait pas repéré, j’serais p’tètre encore dans l’même quartier que Bailey.

Et dans toute sa p’tite tirade, Bailey lâcha quelque chose sur Apolline et moi qui m’fit lever un sourcil. J’pu pas m’empêcher de sourire un peu. On pouvait rien cacher à Bailey. Elle nous avait capté Apolline et moi. Ouais Apolline… J’aimais Apolline. Et Apolline m’aimait… C’était con l’temps que ça avait pris pour qu’on s’le dise. Et encore on s’l’était pas dit clairement. Et Bailey continua en disant qu’elle était bonne qu’à m’amener d’la came à l’hôpital. J’aimais pas quand Bailey parlait comme ça d’elle. C’était une fille cool.

-Hank le saura pas, Bailey. Et puis… J’ai besoin de cette coke…. Et t’as fait des trucs bien dans ta vie… Le problème c’est pas toi. Le problème c’est l’Eastside.

Hank aimait pas que j’prenne de la coke. Il était parfois vieux jeu mais j’lui en voulait pas… C’était son côté protecteur qui voulait ça. D’ailleurs, j’allais encore le décevoir parce que j’avais pas attendu avant de sniffer une ligne à même la main de Bailey.

La coke me faisait du bien. Elle me réveillait un peu. Me redonnait de l’énergie. J’savais que ça allait aider à ne plus sentir la douleur même si c’était que pour un temps. Y’avait pas meilleure remède. Même les effets de la morphine ne me faisaient pas tant de bien.

J’soupirai d’aise alors que les symptômes du manque disparaissaient petit à petit. Bailey fit partir toutes traces de coke en léchant ce qui restait sur sa main.

Et, comme on avait déjà beaucoup parlé de moi, j’demandais des nouvelles d’elle. Et elle disait que ça allait. Mais j’voyais bien dans son regard qu’elle mentait. Le mensonge ça avait toujours été notre mécanisme de défense. Et j’lui montrais, d’un regard, que j’la croyais pas. Ce qui la fit se livrer un peu. Delfino lui manquait. Moi, Delfino, j’le voyais souvent. Il était roadie pour mon groupe. Le latino lui en voulait pour cette histoire de bébé. Bailey avait eu un gosse… J’suppose que c’était un méchant cadeau surprise laissé par un de ses clients. Elle a un métier à risque, Bailey. J’avais jamais demandé qui était le père parce que j’estimais que si Bailey voulait m’le dire, elle me l’aurait dit. En tout cas, Bailey avait mal vécu la présence de ce gosse. Elle avait fini par le donner ou j’sais pas quoi… Tout ce que je savais c’est qu’elle avait fini chez les fous à cause de tout ça. Elle avait disjoncté. Mais depuis qu’elle s’était débarrassée du gosse, elle allait mieux. Enfin, presque mieux. Elle voulait voir son latino préféré. J’la regardais avec un regard compatissant. Même si ça devait faire bizarre avec mes yeux grands ouverts et mes pupilles toutes dilatées.

-Ouais… C’était une sale période… Si tu veux, j’parlerais à Delfino. J’lui dirais d’aller te voir. Il travaille pour The Burning Fire, maintenant, j’le vois souvent.

Elle déclara, ensuite, qu’elle avait plein d’thunes parce qu’elle « arnaquait » son mac. J’levai un sourcil en l’écoutant. Bailey était maligne… Et déterminée à effacer à tout jamais ma dette. J’soupirai profondément, j’voulais pas qu’elle efface ma dette parce que je ne voulais pas, moi-même effacer ma dette. J’voulais pas donner de l’argent à Reed. J’voulais pas qu’il ait ce plaisir de constater que son p’tit tour d’intimidation avait marché. Mais quand Bailey déclara qu’elle pouvait encore avoir beaucoup plus d’argent sans se mettre en danger, j’pris un air intéressé.

-Qu’est-ce que tu as derrière la tête Bailey ?

Bailey avait beaucoup d’mauvaises idées. Comme moi… Mais là, elle semblait sûre d’elle.


@ Billy Lighter


Don't give in without a fight ©️ Pink Floyd
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Bailey Raphaël


Messages : 777
Date d'inscription : 11/06/2017
Age du personnage : 24
Localisation : Eastside

Who Am I?
Birth place: Florida
Je suis: Une folle attachante
Song: The Night We Met


MessageSujet: Re: Let Me Fix That For You [PV Howard Stone][TeRmInÉ!]   Lun 26 Juin - 15:58



Let Me Fix It For You ft. Howard Stone




Howard, malgré son état, essais tout de même de me rassurer alors que c’est pour lui que je suis ici. Dans l’un des endroits que je hais le plus au monde. Chaque fois que le son du micro qu’on ouvre se fait entendre dans l’interphone, je redoute d’entendre qu’on appel la sécurité pour moi.

Mauvais souvenir.

Mon ami affirme que personne ne saura jamais pour la coke, que j’ai bien fait car il en a b’soin.  Sauf qu’il est quand même incapable de nomme clairement un seul de mes bons coups, supposant que le problème ne vient pas de moi, mais de l’Eastside.

- C’est quand même pas l’Eastside qui m’a mis sur le trottoir… Pis j’te signal que ma clientèle  est majoritairement hors Eastside. Le problème, c’est moi. Pas là où j’pieute.

C’est une réalité. Après mon séjour en psychiatrie, j’étais sobre et j’aurais pu prendre ma vie en main. Je m’étais même trouvé un petit boulot de serveuse.  Mais j’suis ce que je suis. La tentation s’est présentée par la grande porte et je l’ai suivi. End of story.

Je regarde mon ami.  Malgré son visage amoché, il reste magnifique.  J’ai toujours eu du mal à résister à son p’tit visage d’angelot. Quand il me demande un truc et qu’il  fronce légèrement les sourcils en  faisant une petite moue triste. Puis le visage d’Apolline s’impose dans la tête, et j’peux pas m’empêcher de sourire.  Le jour où ils retireront leurs œillères ces deux là…

Je m’assois sur le bord du lit d’Howard fixant avec envie l’aiguille planté dans sa main. Ce que je donnerais pour la lui retirer, le temps de bénéficier moi aussi des bienfaits de la morphine ! Mais Howard me tire de mes songes en me questionnant sur ma petite personne.

Quoi dire sur moi ?  J’couche, j’sniff, j’dors et j’recommence. À Howard, c’est difficile de rester de marbre et de ne pas me laisser aller. J’finis donc par lui dire que Delfino me manque mais je ne peux pas le blâmer d’être partit. J’ai grave disjonctée, avec lui, avec le bébé et ça devait arriver. On aura essayé…

- Ouais… C’était une sale période… Si tu veux, j’parlerais à Delfino. J’lui dirais d’aller te voir. Il travaille pour The Burning Fire, maintenant, j’le vois souvent.

- Non…
, j’lui souris faiblement en prenant sa main dans la mienne, Vaut mieux pas.  J’ai merdé, faut que j’assume.  Et pis il mérite mieux qu’une cinglée comme moi pour lui cuisiné ses churros. J’sais même pas bien les faire en plus…

Delfino ne reviendra pas parce que Howard le supplie de m’accorder une énième chance. Tant que je ne serai pas prête à changer, et tant qu’il ne comprendra pas que sans lui,  je ne changerai pas, bref nous aussi portons des œillères.

Mais la diversion sur mes problèmes ne change tout de même pas m on intention première : aider Howard de toutes les façons possible et imaginable. Et au-delà.  De l’argent, j’en ai. Bon ok ça ne suffira pas, loin de là, parce que je me doute que pour le laisser aux portes de la mort, mon ami doit plus que quelques centaine de dollars au Los Diablos, mais ça pourrait être vu comme un début. Comme une preuve de bonne  volonté.  

- Qu’est-ce que tu as derrière la tête Bailey ?

Je le regarde, un p’tit sourire machiavélique sur les lèvres tout en lui caressant sa main que je convoite depuis tout à l’heure.  J’pourrais tout lui dire. La vérité sur le bébé et ce qui s’est passé. Comment je m’en suis réellement débarrassé. Je sais que notre amitié survivrait à mes mensonges, il n’est pas mieux que moi. S’est le roi du mensonge par omission !

- Rien que des bonnes choses Howie-choux ! Ça t’embête si je t’emprunte ça quelques instants ?

Précautionneusement mais sans lui laissé le temps de me répondre, j’lui retire l’aiguille de morphine de sa main et j’applique la pression nécessaire pour éviter qu’il ne saigne.

- Tu diras qu’elle s’est retiré toute seule… au bout d’un moment de toute façon ils doivent les changer de place pour éviter que tes veines nécrosent. Hey, fais moi confiance !


@ Billy Lighter



Pis demain matin tu m’prendras dans tes bras
On va faire comme si le malaise était pas là
J’vais m’en aller de mon bord, toi du tiens
Peut-être qu’on se recroisera en chemin.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Howard Stone


Messages : 1039
Date d'inscription : 25/11/2015
Age du personnage : 33
Localisation : Chez Apolline

Who Am I?
Birth place: L'Eastside de L.A.
Je suis: un menteur, il parait...
Song: It's My Life - Bon Jovi


MessageSujet: Re: Let Me Fix That For You [PV Howard Stone][TeRmInÉ!]   Mer 28 Juin - 15:00



Let Me Fix It For You
ft. Bailey Raphaël


J’remettais la faute sur l’Eastside… Elle la remettait sur elle. Pour moi, c’était ce quartier qui avait foutu la vie de Bailey en l’air. Pour elle, c’était ses choix. J’savais pas qui avait raison ou tort. C’était p’tètre un peu des deux. Faire des mauvais choix dans l’Eastside, c’était pire que de faire des mauvais choix ailleurs. J’haussai les épaules comme toute réponse à Bailey. Parce que j’savais pas qui avait raison entre elle et moi. Sûrement plus elle que moi. Mais j’voulais pas vraiment l’admettre.

Quand j’demandai des nouvelles sur elle, j’remarquai que ma vie n’était pas mieux que la sienne. Delfino lui manquait plus que tout. J’pouvais pas imaginer ce que ça faisait… En fait si… J’savais pas comment j’me sentirais si Apolline voudrais plus me voir. J’crois qu’elle me manquerait encore plus que la coke m’avait manqué il y a quelques minutes avant que je n’en ingère.

J’voulais bien aider Bailey en allant parlé avec Delfino. Mais elle voulait pas. Elle disait qu’elle devait assumer avoir merdé et que, de toute façon, elle savait pas bien faire les churros.

-Faut être latino pour savoir faire les churros, j’crois.

J’souris… En fait, en disant ça, j’voulais juste déresponsabiliser Bailey. J’étais l’roi pour me déresponsabiliser… Alors, j’partageais cette compétence avec mes amis pour qu’ils en profitent.

En tout cas, Bailey se dévalorisais encore et j’aimais pas ça.

-Et dis pas que t’es qu’une cinglée… T’es une fille géniale et j’suis sûr qu’il finira par s’en rendre compte.

Moi j’avais vite vu en Bailey en fille géniale… Et un peu comme moi aussi, ce qui avait largement contribué à me prendre d’affection pour elle.

Et si j’aimais bien Bailey… Elle m’aimait bien aussi. Suffisamment pour vouloir payer ma dette que je devais à Reed. Et même si j’avais pas du tout envie de la payer, Bailey attisa ma curiosité en parlant d’argent qu’elle pourrait gagner sans se foutre dans la merde. Mais, malgré mes interrogations, elle gardait son p’tit plan secret. J’fis la moue… Une moue qui était encore plus prononcée quand elle me vola ma morphine.

-Hey !

Elle appuya sur ma main pour ne pas que le sang coule. Et elle déclara que les infirmiers se douteront de rien si j’disais que ça s’est retiré tout seul. C’était pas ça qui m’ennuyais… C’était qu’elle me vole mon précieux Saint Graal.

Mais j’finis par me résoudre à lui laisser… La coke faisait, de toute façon suffisamment son effet pour que je partage ma précieuse morphine. Et j’savais que Bailey en avait besoin.

Peut-être même plus besoin que moi.


@ Billy Lighter


Don't give in without a fight ©️ Pink Floyd
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Let Me Fix That For You [PV Howard Stone][TeRmInÉ!]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Let Me Fix That For You [PV Howard Stone][TeRmInÉ!]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Aguante - Reroll Howard Valentine [Terminé]
» Howard Shore
» Howard Keynes
» LES POEMES DE ROBERT E HOWARD
» ROBERT ERVIN HOWARD

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: L.A Rocks :: Downtown :: Hôpital-