AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 If I Was Ur Girl (1981) [PV Delfino ALvarez][HOT][TeRmInÉ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Bailey Raphaël
avatar


Messages : 128
Date d'inscription : 11/06/2017
Age du personnage : 24
Localisation : Eastside



MessageSujet: If I Was Ur Girl (1981) [PV Delfino ALvarez][HOT][TeRmInÉ]   Jeu 22 Juin - 2:28



If I Was Ur Girl ft. Delfino Alvarez




Il y a déjà près d’un an que je suis tombé sous le joug des South Panters et que l’un d’eux, Ricardo, s’occupe de moi. Au début, ce devait être que pour me donner un coup de pouce. Me trouver facilement de la came et des clients si je n’y parvenais pas moi-même. Mais, petit à petit, il est devenu le seul à décider de mes allés et venues et à gérer mes « revenus ».

L’argent, la majorité du temps, j’en vois même pas la couleur.  Ricardo collecte pour moi et, comme il le dit, ça m’évite de me frotter à des clients récalcitrants. Bon ce passage je ne l’ai jamais très bien capté car le gros du boulot c’est moi qui le fait et qui en subit les frais.

Mais puisqu’il dit que c’est mieux ainsi…

Ça m’oblige cependant d’être constamment surveillé par lui ou des sbires des SP. Je ne me sens pas totalement en sécurité malgré leur omniprésence.  S’ils surveillaient mieux leur business au lieu de nous, leur putes, garder enchaînées.

Il y a des soirs, comme ce soir, où je parviens cependant à m’échapper à leur surveillance et faire ce dont j’ai envie. Comme aller passer du bon temps avec Apolline ou Howard. Ou les deux, c’est encore mieux.

Mais ce soir, j’sais pas où ils sont partis glander. Et ça me gave parce que j’avais envie de m’éclater, de faire la fête.  J’avais besoin de chaleur humaine. De m’envoyer en l’air par plaisir et non par intérêt. Le contexte fait toute la différence.

En même temps, l’Eastside n’est pas le lieu de prédilections d’aucun des deux. J’peux pas leur en vouloir.

Je marche depuis des heures. Ça me fait drôle de déambuler sur un trottoir dans «  faire le trottoir »!  Je marche et puis c’est tout. Sauf que le manque commence à se faire ressentir et  j’suis pas certaine que je tiendrai jusqu’au bout de la nuit comme ça.

Je n’aurai pas le choix de me trouver à la fois un client et un vendeur. Un client vendeur ce serait encore mieux mais y’a longtemps que je ne crois plus aux licornes et au Prince Charmant. Le dernier prétendu Prince que j’ai rencontré avait  la corne de la licorne planter dans l’c... l’arrière-train !

Mais ça c’est une autre histoire…

Je marche donc sans but précis sauf de me trouver un dealer qui accepterait de prendre un peu de plaisir comme monnaie d’échange. En fait, j’en ai un en tête – il y est constamment – et j’crois même savoir où le trouver.  Et parfois le hasard faisant bien les choses, je ne me trouve pas tellement loin de là.

Delfino Alvarez n’a jamais été qu’un simple client pour moi.  Ce que je ressens chaque fois qu’il me touche… chaque fois qu’il pose même simplement les yeux sur moi me chavire. Il n’est pas comme les autres. Un point c’est tout.

Dans sa façon de m’aborder. De me toucher. Quand il s’inquiète de ce que je ressens alors que les autres ne pensent qu’à leur plaisir personnel. J’ai toujours eu l’impression que nous faisions l’amour et non que nous baisions.

Delf, donc, se trouve bel et bien à l’arrière du Dizzy. Deux types sont avec lui, ils discutent calmement, une bière à la main.  J’me préoccupe pas des autres types, je vais directement enlacer Delfino et lui plaquer un énorme bisous sur la joue.

- Tu m’as manqué Delf !

Je me blottis contre lui, je sais qu’il ne me repoussera pas. Il n’est pas comme ça. Et j’en ai rien à foutre des deux autres connards qui râlent que je viens perturber leur discussion.  Je glisse ma main dans celle de Delf, tirant légèrement dessus pour lui faire comprendre que j’veux m’isoler avec lui.

- J’ai un truc à te demander en privé… et ça serait encore mieux si  on irait en discuter chez toi.


@ Billy Lighter


Dernière édition par Bailey Raphaël le Sam 22 Juil - 14:37, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Delfino Alvarez
avatar


Messages : 218
Date d'inscription : 28/10/2013
Age du personnage : 35


Who am I?
Je suis: oppurtuniste et un sacré emmerdeur
Relations:
Song: David Bowie-Ashes To Ashes


MessageSujet: Re: If I Was Ur Girl (1981) [PV Delfino ALvarez][HOT][TeRmInÉ]   Ven 23 Juin - 19:06



If I Was Ur Girl
ft. Bailey Raphaël


Mon service au Dizzy s’était bien passé. Ce travail était toute ma vie et je n’avais jamais été aussi heureux que depuis que je servais bières et autres verre d’alcool aux clients, habitués ou non, du bar underground.

Cette nouvelle vie, j’avais décidé de la mener depuis 3 ans déjà suite au décès de ma mère. Je savais que, si elle me voyait aujourd’hui, elle serait fière de l’homme que je suis devenu. Je ne vendais plus de drogue et, malgré les pressions continuelles de mon ancien gang, je gardais le cap. La peur n’avait pas encore réussi à me faire craquer et c’est grâce à mes amis comme Abel Hudson que je tenais bon.

Une barmaid venait prendre le relais pour le service suivant. J’aimais bien ce moment où je passais le flambeau et que j’allais profiter un peu de la soirée avec quelques-uns de mes amis à l’arrière de bar. C’est ce genre de petit moment que je n’arrivais pas à apprécier quand je n’étais qu’une petite merde de dealer.

Bryan et Byron étaient venus me rejoindre pour discuter autour d’une bière. Les blagues potaches et les discussions sur la musique allèrent bon train. C’était mes amis depuis deux ans déjà, des habitués du Dizzy. Ils faisaient partie des rares clients à ne pas consommer de drogues et à fréquenter ce bar.

J’étais tellement captivé par notre discussion sur The Lightening que je n’avais pas vu venir Bailey. La jeune fille et moi, nous nous connaissions depuis longtemps. Elle a eu le malheur de tomber sous le joug des South Panthers, le gang rival des Los Diablos, mon ancien gang. Je regrettais qu’une fille comme Bailey, une fille de l’Eastside, soit en proie aux même démons que le Delfino d’il y a 4 ans mais j’étais encore trop lâche que pour l’aider franchement à se sortir de ses vices et de la prostitution. Il n’était pas toujours facile de survivre dans l’Eastisde. A la place, je faisais appel à ses services de prostituée en espérant qu’elle utilisait l’argent qu’elle gagnait pour pouvoir s’acheter à manger.

Bailey était très démonstrative, ce qui agaçait mes deux amis. Je n’avais pas repoussé la jeune fille qui ne faisait que me montrer l’affection qu’elle me portait.

-Tu m’as manqué aussi Bailey. Je suis heureux de te voir en forme.

J’étais heureux de la voir en forme et vivante. Survivre dans l’Eastside quand on fricote avec un gang, je savais que ce n’était pas facile pour l’avoir vécu de nombreuses années. La mort et la prison nous pendaient au nez.

Une de mes mains était venue se mettre dans le dos de Bailey mais l’autre était déjà prise en otage par la jeune femme. Elle souhaitait me demander quelque chose dans un lieu privé. Mes deux amis râlaient et je m’étais excusé à eux avant qu’ils ne partent. Je n’étais pas fâché d’avoir été interrompu. J’étais très heureux de voir Bailey.

-Je ne peux pas refuser quand tu me le demandes comme ça. D’accord, on va chez moi.

Je nous avais tiré jusqu’à ma voiture qui n’était pas loin. Je préférais qu’on discute ailleurs qu’au bord des rues. Je savais que les Los Diablos ne trainaient pas très loin, ce qui était un danger pour Bailey et moi.

Je m’étais installé dans la voiture et nous nous étions vite retrouvés sur les routes à rouler jusqu’à la maison de ma mère qui était devenue la mienne depuis sa mort.

-Quelle est cette chose que tu as à me dire ? Ce n’est rien de grave, j’espère.

Je voulais éviter les malheurs et éviter la merde aussi. J’essayais de m’empêtrer le moins possible dans les affaires des personnes vivant dans ce quartier en me posant comme observateur passif. Je vivais ici car je n’avais pas l’opportunité d’aller ailleurs et aussi parce que j’avais de l’affection pour la maison dans laquelle je résidais.

@ Billy Lighter


Revenir en haut Aller en bas
Bailey Raphaël
avatar


Messages : 128
Date d'inscription : 11/06/2017
Age du personnage : 24
Localisation : Eastside



MessageSujet: Re: If I Was Ur Girl (1981) [PV Delfino ALvarez][HOT][TeRmInÉ]   Ven 23 Juin - 20:17



If I Was Ur Girl ft. Delfino Alvarez




La sensation de manque que je ressens devient de plus en plus prenante. Ça envahit ma tête sans laisser place à autre chose tout en s’écoulant au travers le reste de mon corps de par mes veines. L’ensemble de mon être tremble alors que je déambule dans l’Eastside à la recherche de Delfino.

Derrière le Dizzy, une bière à la main, mon beau Prince Latino discute avec des potes. J’en ai rien à foutre d’eux c’est Delf que j’ai dans ma mire et c’est contre lui que je viens trouver un peu de chaleur.

S’il est content de me revoir, je ne peux en dire autant de ses amis, contrariés que j’accapare ainsi toute l’attention de Delfino.  Ce dernier s’excuse auprès d’eux qui, maintenant qu’ils ont été interrompus, s’en vont.

Je n’ai pas besoin de beaucoup d’argument pour le convaincre de m’amener chez lui. Simplement que je dois lui parler et en privé.  Ma main toujours dans la sienne, nous marchons jusqu’à sa voiture dans laquelle nous prenons place sans perdre de temps.  Je le sais prudent. J’ai conscience du danger que notre proximité représente pour nos « clans » respectifs.

Je ne prononce aucun mot du trajet en voiture. Parce qu’en fait les lumières se déforment sous mon regard alors que Delfino conduit au travers des rues de l’Eastside.  Chaque fois que j’en fixe une, elle s’enfuit en une traînée lumineuse et je plisse les yeux sous l’éclat aveuglant que cela produit.

- Quelle est cette chose que tu as à me dire ? Ce n’est rien de grave, j’espère.

« J’veux te dire  que nous deux c’est dangereux mais que c’est ça justement, puis l’inconnu et l’impossible qui m’attire vers toi. T’es le gars que je rencontre par hasard et qui marque chaque fois mon cœur à l’encre indélébile. J’reste des heures accrochée au  feeling qui me chatouille le cœur quand je pense à toi. »

C’est ça que j’ai envie de lui dire. De lui crier même. Mais les mots s’étouffent dans ma gorge et je reste silencieuse. La voiture garé dans l’entré je le suis à l’intérieur de la maison.  J’aime me retrouver ici. Cette maison respire un vécu, elle a une âme. Elle a sa propre histoire.  Pour d’aucun, cette demeure n’est qu’une bicoque de l’Eastside, mais pour moi, c’est un château fort et je m’y sentais en sécurité.

J’aime regarder les photos qui meublent  la bibliothèque du salon. Le poste de télé et ses «  oreilles de lapin » est placé juste à côté et, devant, longeant le mur du fond, un grand divan  sur lequel on a déposé une couverture tricotée à la main.

Delfino a conservé l’essentiel de la décoration de sa mère et je ne peux faire autrement que de trouver cela mignon.

J’lui dois encore une réponse.

Mais en fait, je n’avais rien de particulier à lui dire. J’voulais  rien d’autres que sa compagnie. De me trouver un truc à me mettre dans le nez puis finir sans ses bras.

- T’as un truc pour me booster un peu ?  Tu dois bien de temps en temps te rouler un joins ou t’faire une ligne… J’en ai besoin… Faut en trouver !

Je me tourne, face à lui puis je traverse la pièce pour me plaquer à lui et l’embrasser avec fougue.  Ça aussi, ça peut très bien faire l’affaire.  Je presse mon corps contre le sien, tirant sur les pans de sa veste, nous dirigeant jusqu’au grand divan.

- J’ferai tout ce que tu veux… Delf… Je t’aime !

Ma voix n’est qu’un murmure qui s’échappe entre deux baisers. De l’embrasser avec autant de passion parviens à amoindrir la sensation de manque. Je compense une addiction par une autre, ni plus ni moins.


@ Billy Lighter



Pis demain matin tu m’prendras dans tes bras
On va faire comme si le malaise était pas là
J’vais m’en aller de mon bord, toi du tiens
Peut-être qu’on se recroisera en chemin.
Revenir en haut Aller en bas
Delfino Alvarez
avatar


Messages : 218
Date d'inscription : 28/10/2013
Age du personnage : 35


Who am I?
Je suis: oppurtuniste et un sacré emmerdeur
Relations:
Song: David Bowie-Ashes To Ashes


MessageSujet: Re: If I Was Ur Girl (1981) [PV Delfino ALvarez][HOT][TeRmInÉ]   Jeu 29 Juin - 19:07



If I Was Ur Girl
ft. Bailey Raphaël


Je ne savais pas que Bailey allait être aussi silencieuse pendant tout le trajet jusqu’à la maison de ma mère. L’enthousiasme avec lequel elle m’avait abordé n’était qu’une façade qui était partie une fois les portières de ma voiture closes. Elle avait quelque chose à me dire mais elle ne m’en disait pas un mot même si je lui posais la question.

Les rues de l’Eastside étaient toutes les mêmes et chacune d’entre elles évoquaient un souvenir bon ou mauvais. Il n’y avait pas que du mauvais dans mon ancienne carrière de dealer. J’ai rencontré des gens écorchés vifs mais humains qui faisaient des mauvaises choses parce qu’ils n’avaient pas le choix. Bailey en faisait partie.

Je ne savais pas comment savoir la chose importante que Bailey devait me dire. Je restais sans réponse même arrivé chez moi. On était entré dans la maison à la décoration vieillotte mais à laquelle je tenais. Les vieilles photos de mon enfance parsemaient les murs et les meubles. La télévision était démodée mais fonctionnait encore très bien pour le peu que je la regardais. Tout était là pour me rappeler la femme qu’avait été celle qui m’a élevé et je ne changerais ça pour rien au monde.

Bailey s’avançait aussi dans la pièce mais je ne savais toujours pas ce qu’elle avait à me dire. J’espérais que ce n’était pas grave parce que je n’avais pas eu confirmation du contraire. La vie de Bailey était mouvementée et les ennuis frappaient souvent à sa porte. Je voulais bien l’aider dans la mesure du possible. Seulement, ce que voulait Bailey ce n’était rien d’autre que de la drogue… J’étais déçu de l’apprendre. Elle était ici dans l’espoir d’avoir une dose et pour rien d’autre.

Je n’avais rien à lui offrir. J’avais arrêté toute drogue depuis longtemps et je n’en avais pas sous la main pour pouvoir la lui donner. Je n’aimais pas la voir se droguer contrairement à il y a quelques années où je lui vendais tout ce qu’elle souhaitait pour le compte des Los Diablos. Maintenant, j’étais plus réticent à la voir se détruire mais encore trop lâche pour l’aider à s’en sortir vraiment.

-Je n’en ai pas… Je n’en consomme plus depuis longtemps.

La jeune fille devra faire sans si elle voulait rester ici car je n’avais rien. Elle s’était avancée vers moi d’un pas décidé. Je ne m’attendais pas à ce qu’elle m’embrasse comme ça. J’avais déjà fait l’amour avec Bailey mais jamais les choses ne démarraient aussi vite. C’était un baiser comme j’en recevais peu. J’étais célibataire depuis bien longtemps et tout ce que je recevais comme plaisir charnel venait de prostituées comme Bailey à l’exception qu’avec elle c’était plus spécial car on se connaissait très bien.

Le divan nous accueillit. Les baisers ne s’étaient pas arrêtés pour autant et Bailey n’avait le temps que de murmurer des mots lourds de sens pendant qu’elle pressait nos lèvres les unes contre les autres et que je faisais de même.

J’avais déjà ce que je voulais. Une vie simple, un boulot réglo, des amis sincères et une maison. Je n’avais pas besoin de plus pour l’instant mais ce que me donnait Bailey ne me laissait pas indifférent.

-Je t’aime bien aussi, Bailey. Je n’ai besoin de rien à part que tu sois bien dans ta peau. J’ai réussi à m’en sortir, je suis sûr que tu le peux aussi.

Je parlais de la drogue pas de la prostitution. Je savais que les problèmes devaient être réglés un à la fois. Je pense que si Bailey arrêtait la drogue, elle aurait une chance de trouver un boulot convenable. J’avais pressé encore mes lèvres contre le sienne. Je ne repoussais pas Bailey parce que j’avais aussi besoin de chaleur humaine et charnelle. Je m’étais allongé sur le divan pour que Bailey puisse, elle, s’allonger sur moi. Je restais tendre dans mes gestes que je posais sur le buste de Bailey au-dessus de ses vêtements.

-Ne pense pas à la drogue, au moins pour cette nuit.

Ça pouvait être un bon début pour arrêter définitivement mais je connaissais les drogués mieux que personnes. Ils étaient en proie à trop de démons pour pouvoir s’en sortir facilement.


@ Billy Lighter


Revenir en haut Aller en bas
Bailey Raphaël
avatar


Messages : 128
Date d'inscription : 11/06/2017
Age du personnage : 24
Localisation : Eastside



MessageSujet: Re: If I Was Ur Girl (1981) [PV Delfino ALvarez][HOT][TeRmInÉ]   Sam 1 Juil - 4:46



If I Was Ur Girl ft. Delfino Alvarez




La maison de Delfino prend forme d’un château fort pour moi. J’ai le sentiment que rien ne peut m’arriver à l’intérieur de ses murs. C’est peut-être la décoration vieillotte qui confère un climat sécurisant à l’endroit, ou alors la présence de Delfino près de moi mais j’ai l’impression qu’un poids immense vient de quitter mes épaules dès que nous franchissons le seuil.

Comme chaque fois, je fais le tour du salon, regardant les photos, les bibelots.  J’ai une pensée pour la maman de mon Prince Latino, que je n’ai malheureusement pas eu la chance de connaitre. Mais ce devait être une femme bienveillante et aimante, très dévouée à sa famille.

Du moins, c’est ce que je ressens en regardant les photos.

Delfino est coulé au suspense que j’ai créé en lui avouant avoir quelque chose d’important à lui dire. Quelque chose  qui demandait l’intimité, rien de moins. En fait, tous les moyens sont bons pour me retrouver seule avec lui, mais le manque de coke, parfois – voir tout le temps – altère mon jugement et je n’ai pas pensé pouvoir inquiéter Delf avec mon mystère.

Mettant fin à l’interminable attente, j’lui demande sans mettre de dentelle un truc pour me shooter. De la coke, des pilules, de l’herbe, qu’importe ! Tant que ça m’étourdie et calme la tempête qui gronde dans ma tête.

Mais Delf n’a rien.  Il a réussit l’a ou j’échoue. Quoi que, pour échouer, il faut essayer ce qui n’est clairement pas mon cas. Et s’il ne peut pas me fournir de quoi calmer l’orage, c’est autrement que je m’y prendrai.

J’avance vers lui, sans aucune hésitation et je l’embrasse avec autant de fougue que le manque que je ressens.  Je tire sur sa veste, l’entraînant avec moi jusqu’au divan.  Delf s’y allonge, moi par-dessus lui, et ses caresses par-dessus mes vêtements accentuent sans mal le désir que j’éprouve.

Pour lui, je saurai lâcher la coke. J’arrêterai le trottoir. Je deviendrai une personne respectable et honnête. Je saurai faire ça pour lui. S’il me le demandait. Mais il m’aime bien. Pas plus que ça. Et c’est pas suffisant pour tout ce que je ressens pour lui.

- Ne pense pas à la drogue, au moins pour cette nuit.

Tant que je suis dans ses bras, je n’y penserai pas. Mais j’sais déjà que demain matin, quand j’ouvrirai les yeux, ce sera toujours là, brûlant comme un volcan.  S’il a pu s’en sortir, c’est qu’il est plus fort que je ne le suis.

Je retire ma veste, puis mon haut, forçant l’arrêt temporaire des baisers, ce qui me permet aussi d’observer son visage. Ses traits, marqués par la vie et ses épreuves le rende séduisant à mes yeux.  J’veux ancrer mon histoire à la sienne et voguer avec lui contre vent et marées.  

- Alors, n’en tiens qu’à toi de me la faire oublier… du moins, pour cette nuit !


@ Billy Lighter
[/b]



Pis demain matin tu m’prendras dans tes bras
On va faire comme si le malaise était pas là
J’vais m’en aller de mon bord, toi du tiens
Peut-être qu’on se recroisera en chemin.
Revenir en haut Aller en bas
Delfino Alvarez
avatar


Messages : 218
Date d'inscription : 28/10/2013
Age du personnage : 35


Who am I?
Je suis: oppurtuniste et un sacré emmerdeur
Relations:
Song: David Bowie-Ashes To Ashes


MessageSujet: Re: If I Was Ur Girl (1981) [PV Delfino ALvarez][HOT][TeRmInÉ]   Lun 3 Juil - 17:15



If I Was Ur Girl
ft. Bailey Raphaël


Bailey était en manque de drogue. J’étais bien placé pour savoir le mal que ça provoquait. Elle était en recherche de quelque chose qui pourrait calmer ce manque. Je n’avais rien pour elle. Il y a bien longtemps qu’il n’y avait plus la moindre petite pilule chez moi. Bailey pouvait arrêter comme je l’avais fait il y a 4 ans. Je savais qu’avec de l’aide, elle pourrait se débarrasser de cette merde qui altère ses pensées. J’avais vu la vie d’une tout autre façon quand j’avais arrêté la cocaïne. Il n’y avait plus cette recherche d’une dose qui nous ronge de l’intérieur. C’est un poids en moins.

Je ne gardais pas mon sentiment pour moi. J’avais dit à Bailey qu’elle pourrait s’en sortir si elle le voulait. Déjà rien que maintenant, elle remplaçait les doses par un plaisir charnel. Elle m’entrainait avec elle dans cette danse qui nous avait mis l’un sur l’autre sur le divan du salon. J’aurais gagné ma journée si elle arrivait à ne pas penser à la poudre le temps d’une nuit. Ça serait un petit pas vers le salut de Bailey.

Le haut de Bailey avait été enlevé par la jeune femme. Elle était belle et un inconnu pourrait croire qu’elle n’est pas en proie à tant de problèmes dans sa vie. Une connaissance plus approfondie de son corps pourrait faire voir des minuscules cicatrices qui sont le résultat de son métier controversé et de son style de vie. J’avais pressé mes lèvres contre les siennes car c’était devenu leur refuge. On était ici pour faire oublier la sensation de manque à Bailey.

-Je suis ton homme pour ça.


J’allais lui faire l’amour et la laisser partager mon lit pour cette nuit. Elle était protégée entre les murs de la maison de ma mère. Les Los Diablos et les South Panthers ne pouvaient pas entrer dans ce château fort.

J’avais retiré ma veste, ma chemise et mon débardeur blanc. Il n’y avait plus que ma chaine en or plaquée qui ornait le tour de mon cou. J’avais mes lèvres qui touchaient toutes les parcelles de son visage. Je pourrais me contenter longtemps de simples baisers sur la peau du visage de femme de Bailey. On avait des heures entières à partager pour oublier la drogue.

Il n’y avait rien de plus tendre que les lèvres de Bailey qui en demandaient plus toutes les secondes. J’avais mes mains sur son buste que je passais en revenue en touchant chaque perfection et imperfection de sa peau satinée. Bailey n’était pas parfaite mais elle était unique. J’avais été jusqu’à ses fesses sous son jeans. Ce dernier avait fini par être enlevé par ma personne. Il n’y avait que le bruit de nos respirations dans la pièce ce qui changeait de d’habitue quand j’accompagnais le plaisir charnel de la musique de nos groupes préférés.



@ Billy Lighter


Revenir en haut Aller en bas
Bailey Raphaël
avatar


Messages : 128
Date d'inscription : 11/06/2017
Age du personnage : 24
Localisation : Eastside



MessageSujet: Re: If I Was Ur Girl (1981) [PV Delfino ALvarez][HOT][TeRmInÉ]   Lun 3 Juil - 22:19



If I Was Ur Girl ft. Delfino Alvarez




Allongée sur le corps chaud de Delfino, je savoure chacun de ses baisers avec une gourmandise insatiable. C’est mieux que n’importe qu’elle dose, c’est autant viscéral, c’est animal. J’retire mon haut, lui offrant ma nudité sans aucune censure, dans son authentique vulnérabilité Parce que je ne joue pas la pute. Parce que je suis moi. Dans ses bras, avec lui et pour lui.

- Je suis ton homme pour ça.

Oh, Delf ! T’es mon homme pour bien plus que ça !

Delf se dévêtit à son tour, retirant tout ce qui me gêne à l’exploration de son torse, ne gardant bien sûr que la chaîne qui orne son cou.  Je me suis toujours imaginer qu’elle devait être un héritage de famille. Un bijou d’une grande valeur sentimental qu’il portait comme une sorte de protection spirituel.

- Pas que pour ça… et tu le sais… Dis le moi. Une fois. Même si tu l’penses pas… Dis-moi qu’tu m’aimes !

J’suis rendu à quémander son amour. Parce que j’veux pas croire que ce que je ressens est à sens unique. La façon dont il me touche, chaque fois, n’a rien à voir avec celles de tous les autres.

Tous ses gestes. Que ce soit la façon dont il caresse mes seins, comme s’il les découvre chaque fois pour la première fois. C’est doux, c’est tendre.  Ou que ce soit comment il entre dans mes jeans, sans rien brusquer, simplement pour me chauffer.

Je me retrouve finalement complètement nue, sous le regard enveloppant de l’homme qui fait battre mon cœur – car oui, même les putes en ont un – non sans me sentir hautement vulnérable. Le sentiment n’est pas le même avec lui.  Je ne peux rien lui dissimuler ni revêtir mon indifférence qui me sert d’armure.

Je glisse ma main dans la sienne, l’attirant doucement vers moi.  C’est dans sa chambre que je veux aller. Dans son lit, là où son odeur imprègne les draps.  Je veux, l’espace d’une nuit, croire que ce sera notre lit, notre vie. Nous deux, amoureux et unis. Même si je sais que demain matin, le réveil sera brutal, qu'il me laissera de l'argent sur le coin de la table, bien que je n'en accepte jamais de lui. Qu'il m'ouvrira la porte quand je partirai longé des kilomètres de béton.

Parce que j'suis qu'une pute, et non sa femme.


@ Billy Lighter



Pis demain matin tu m’prendras dans tes bras
On va faire comme si le malaise était pas là
J’vais m’en aller de mon bord, toi du tiens
Peut-être qu’on se recroisera en chemin.
Revenir en haut Aller en bas
Delfino Alvarez
avatar


Messages : 218
Date d'inscription : 28/10/2013
Age du personnage : 35


Who am I?
Je suis: oppurtuniste et un sacré emmerdeur
Relations:
Song: David Bowie-Ashes To Ashes


MessageSujet: Re: If I Was Ur Girl (1981) [PV Delfino ALvarez][HOT][TeRmInÉ]   Lun 10 Juil - 17:48



If I Was Ur Girl
ft. Bailey Raphaël


Bailey était vulnérable. Sous ses faux airs de femme sûre d’elle, il y avait une femme perdue et brisée. C’est cette femme brisée qui s’était dévêtue à moitié pour se livrer et oublier le manque. J’étais son homme pour le lui faire oublier l’espace de quelques instants parce que j’étais trop lâche pour prétendre à plus. Son torse embrassait le mien avec beaucoup de douceur.

Bailey avait besoin d’amour même s’il n’était pas sincère. La tristesse qui émanait de ses mots me touchait. Il y avait trop d’âme comme Bailey dans l’Eastside. Des gens qui se contentent des mots « je t’aime » sans les sentiments qu’ils renferment.

-Je t’aime.

Les miens étaient sincères. J’aimais Bailey d’un amour amical. C’était pour moi une des plus belles affections qu’il soit. Je savais qu’elle voulait plus de moi mais j’étais assez lâche pour fuir des sentiments plus forts qui briserait ce qu’il y a entre nous.

Bailey était nue et m’avait rapproché d’elle. Ses seins pointaient contre mon torse. Je l’avais prise dans mes bras pour l’emporter dans ma chambre. La seule pièce qui ne ressemblait pas au reste de la maison. Elle était plus moderne et plus en désordre.

J’avais posé Bailey sur le lit avec beaucoup de précaution. J’avais un profond respect pour les femmes ce qui faisait que j’étais doux avec elles. Je m’étais posé à côté d’elle pour que son buste et ses cuisses reçoivent mes caresses. Bailey cherchait le réconfort, il n’y avait pas lieu de se presser.

J’avais pressé mes lèvres contre les siennes. Mes mots étaient plus lâches que mes gestes. Je me taisais, alors, pour laisser Bailey profiter du peu que je pouvais lui donner. Je ne prétendais pas pouvoir lui en donner assez que pour l’aider à aller mieux. J’étais, comme elle, coincé dans l’Eastside à la seule différence que j’essayais de rester dans le droit chemin.

J’avais enlevé mon jeans et mon slip. Je m’étais pressé contre Bailey mon membre contre sa cuisse. Je la dévorais du regard et je lui souriais. Je lui laissais le temps de poser les gestes qu’elle voulait et de profiter des miens. Ce n’est qu’après avoir réussi à dénombrer les infimes petites variantes de couleur dans ses yeux que j’avais aidé Bailey à se retourner. Je m’étais mis à califourchon sur elle pour masser son dos noué par la vie qu’elle menait.




@ Billy Lighter


Revenir en haut Aller en bas
Bailey Raphaël
avatar


Messages : 128
Date d'inscription : 11/06/2017
Age du personnage : 24
Localisation : Eastside



MessageSujet: Re: If I Was Ur Girl (1981) [PV Delfino ALvarez][HOT][TeRmInÉ]   Mer 12 Juil - 5:19



If I Was Ur Girl ft. Delfino Alvarez




Contre toute attente, il prononce ces trois mots fatidique et lourd de sens qui viennent faire éclater mon cœur et dont les miettes sont balayées par l’écho qui résonne dans ma tête.  J’y peux rien. Même s’il ne le pense pas, je les prends en entier et je veux y croire.

Même si c’est que pour une heure.

Tout doucement, comme si je suis faite de porcelaine, Delfino me soulève pour nous conduire dans sa chambre – son repaire secret -  pour me déposer sur son lit. Sa main flatte mon corps, depuis ma poitrine jusqu’à mes cuisses. Il a cette façon bien à lui de donner de l’importance à chacun de ses gestes. De rendre chaque petite chose que nous nous échangeons unique et d’en faire presque un rituel sacré.

Je le regarde se dévêtir complètement puis me rejoindre sur le lit, m’embrassant d’un regard pénétrant. J’aimerais bien savoir tout ce qu’il découvre de moi alors qu’il me fixe de ses yeux  noir.

Je détaille son visage en le touchant du bout des doigts. Son front, ses tempes.  La ligne de sa mâchoire, ses lèvres. Je m’accroche à cette vision d’un couple heureux, lové sur leur lit. Une histoire d’amour infinie. Le prince qui sauve la princesse de la tour dans laquelle elle est emprisonnée, une fin heureuse.

Mais j’y rêve toute seule. Delfino me délivrera peut-être de ma tour, mais je ne suis pas la princesse à laquelle il rêve.

Delfino, l’ai-je mentionné, n’est pas comme les autres. Il est d’une douceur infinie à mon égard, m’offrant la délicatesse qui manque cruellement à ma vie.  Il me fait prendre position sur le ventre et commence un massage des plus relaxant.

J’en tremble sur son lit. Toutes les tensions se dissipent sous ses mains habiles.  Je ferme les yeux, complètement détendue. Delfino passe en revue la totalité de mon dos, dénouant toutes les tensions qui pèsent sur moi. Chacun de ses gestes est précis. Il prend tout le temps nécessaire pour s’assurer de mon bien être.

Pourquoi alors ne veut-il pas de moi ?

- On pourrait être heureux tous les deux, non ?

Moi, je le serais…

Je me retourne sur le dos, je veux le regarder dans les yeux quand il me répondra. Je veux voir dans ses yeux qu’il ne ressent rien pour moi, parce que ses mots disent une chose, ses gestes m’en prouvent une autre.

- Qu’est-ce qui t’en empêche ? Pourquoi tu ne nous donne pas une chance ? Parce que j’suis une pute, j’suis pas assez bien pour toi… ?

Je ne peux pas le blâmer. Qui voudrait faire sa vie avec une femme comme moi ? J’arrêterai tout pour lui. Je le ferai. Mais mon passé me poursuis. Il doit avoir peut de l’opinion des gens. Tout le monde connait tout le monde ici, sans l’Eastside.

S’afficher avec moi n’a rien de glorieux.  J’suis la fille qu’on baise, pas celle qu’on apporte à un dîner de famille. J’dois le comprendre et cesser d’espérer quoi que ce soit.


@ Billy Lighter



Pis demain matin tu m’prendras dans tes bras
On va faire comme si le malaise était pas là
J’vais m’en aller de mon bord, toi du tiens
Peut-être qu’on se recroisera en chemin.
Revenir en haut Aller en bas
Delfino Alvarez
avatar


Messages : 218
Date d'inscription : 28/10/2013
Age du personnage : 35


Who am I?
Je suis: oppurtuniste et un sacré emmerdeur
Relations:
Song: David Bowie-Ashes To Ashes


MessageSujet: Re: If I Was Ur Girl (1981) [PV Delfino ALvarez][HOT][TeRmInÉ]   Jeu 13 Juil - 18:48



If I Was Ur Girl
ft. Bailey Raphaël


Bailey avait un touché délicat. Elle s’appropriait mon visage du bout de ses doigts. La fragilité qui la caractérise faisait battre mon cœur à chaque fois qu’on se retrouvait seuls. Bailey était ici pour trouver de l’affection mais, chaque fois, elle me montrait que je avais autant besoin qu’elle. Je vivais seul et l’affection ne cours pas les rues ici.

Je lui avais offert un massage car je sentais qu’elle en avait besoin. Elle était tendue par la vie que Dieu lui avait offerte. Une vie dans les bas quartiers à survivre à coup de prostitution et de drogue. Aucun être humain ne devrait avoir à vivre ce genre de vie que la volonté seule ne peut pas toujours changer.

Je m’étais donné comme mission de faire oublier à Bailey le manque et ses soucis. Je me dévouais à ma tâche en passant sur tous les points endoloris de son dos jusqu’au-dessus de ses fesses. C’est Bailey qui m’avait fait arrêter avec des questions qui demandaient une mûre réflexion. Bailey m’aimait mais pas du même amour que je lui vouais. Elle était une de mes amies les plus proches mais un amour entre nous était impossible. Je me voilais peut-être la face en essayant de ne pas faire mûrir mes sentiments pour elle jusqu’au vrai Amour qu’elle attendait.

Je n’avais pas répondu tout de suite. Bailey s’était retournée. Il était encore plus difficile de lui dire ce que je pensais les yeux dans les yeux. Mon silence avait été trop long. Il avait permis à Bailey de se remettre à son rang de prostituée qui n’était pas assez bonne pour moi.

-Non Bailey. Ce n’est pas parce que tu es une pute. Pour moi, tu n’es pas une pute. Tu es Bailey. Une fille à laquelle je tiens beaucoup.

Elle avait une valeur humaine inestimable à mes yeux.

-Je ressens une profonde amitié pour toi. Je ne nous donne pas une chance parce que je veux nous protéger. Une relation entre nous, c’est trop dangereux pour toi et pour moi. Je ne veux pas que quelque chose d’affreux t’arrive à cause de moi alors que je ne suis pas sûr de ressentir de l’Amour avec un grand A pour toi. Ce ne serait pas juste pour aucune de nous deux.

Les Los Diablos n’avaient pas encore accepté mon départ du gang. Beaucoup d’entre eux vivaient avec l’espoir de me coincer dans une ruelle et de me frapper à mort. Je ne voulais pas que Bailey devienne une cible pour eux. Je ne me le pardonnerais jamais.



@ Billy Lighter


Revenir en haut Aller en bas
Bailey Raphaël
avatar


Messages : 128
Date d'inscription : 11/06/2017
Age du personnage : 24
Localisation : Eastside



MessageSujet: Re: If I Was Ur Girl (1981) [PV Delfino ALvarez][HOT][TeRmInÉ]   Ven 14 Juil - 4:30



If I Was Ur Girl ft. Delfino Alvarez




Delfino maitrise parfaitement l’art des messages et je me retrouve rapidement complètement détendue. Toutes les tensions qui nouaient mon dos depuis trop longtemps se dissipent alors qu’il passe minutieusement mon corps au peigne fin.

Mais si mon corps se détend, mes pensées elles,  vont en tout sens, refusant de croire qu’il ne puisse ressentir les mêmes sentiments que moi. Comment un homme aussi doux tant dans ses gestes que dans ses paroles peut- il ne rien éprouver ?

Je me dois de le questionner. De tenter, une fois de plus, ma chance. Parce que chaque fois que je me trouve en sa présence,  mes sentiments explosent. Seulement,  j’y vais de ma propre supposition. Delfino mérite mieux que moi. Mieux qu’une prostituée pour fonder un avenir.

J’ai rien à lui offrir. Rien sauf mon corps.

Alors je me retourne pour le regarder. Je veux entendre sa réponse. Mais je veux aussi la lire dans ses yeux.

Je ne suis pas une pute à ses yeux. Mais une amie sincère a qui il tient beaucoup.

Ça fait mal.

Je reste toutefois impassible à l’écouter m’expliquer les risques qu’une relation entre nous encourrait pour lui comme pour moi.  Certaines filles trouveraient ça romantique. Le sacrifice de l’amour pour protéger une fille… qu’il aime bien.

Moi je trouve ça lâche. Parce qu’il refuse par peur. Sans avoir essayé. Parce qu’il fuit. La fuite est plus facile que le combat.  J’en connais un rayon sur le sujet. Et je croyais, à tord, que ma fuite se terminait dans ses bras.

- Prévenir plutôt que de guérir… Pourquoi risquer d’être heureux quand on peut faire l’autruche et se prétendre heureux…  tu as raison, pardonne moi d’avoir été assez bête de penser que…ben que toi tu étais différent.

Alors j’acquiesce à ses paroles parce que plus rien ne sert d’argumenter.  Me redressant en position assise,  je passe mon bras derrière sa nuque pour le ramener à moi. Que puis-je faire d’autre que de le laisser profiter de mon corps ?

J’voudrais pourtant fuir, quitter sa maison, trouver quelque chose pour m’évader. Un truc assez puissant pour m’endormir et si la vie est bonne pour moi, ne jamais me réveiller. Parce que je suis lâche moi aussi.

- Écarte moi les cuisses, fais ce que tu as à faire… parce que j’suis pas une pute mais, tu me laisses tout de même de l’argent chaque fois que tu m’baises !

Je redeviens la Bailey froide et sans attache.  J’ veux plus avoir mal, pas à cause de lui. J’enfermerai mon amour pour  Delfino dans une petite partie de mon cœur, une partie qui vie encore mais qui est bien ensevelit  sous une couche de glace.

Jamais plus je ne laisserai parler mes sentiments. Car ils ne valent rien de plus que la fille qui les éprouve.  Et demain, quand je me réveillerai et que je partirai d’ici, je ne regarderai plus en arrière.


@ Billy Lighter



Pis demain matin tu m’prendras dans tes bras
On va faire comme si le malaise était pas là
J’vais m’en aller de mon bord, toi du tiens
Peut-être qu’on se recroisera en chemin.
Revenir en haut Aller en bas
Delfino Alvarez
avatar


Messages : 218
Date d'inscription : 28/10/2013
Age du personnage : 35


Who am I?
Je suis: oppurtuniste et un sacré emmerdeur
Relations:
Song: David Bowie-Ashes To Ashes


MessageSujet: Re: If I Was Ur Girl (1981) [PV Delfino ALvarez][HOT][TeRmInÉ]   Mar 18 Juil - 16:36



If I Was Ur Girl
ft. Bailey Raphaël


Ma réponse et mon explication ne plaisaient pas à Bailey. Le rejet que je faisais de ses sentiments envers moi la touchait. Je n’avais pas le courage de faire mûrir les sentiments que j’avais pour elle et que je savais possible parce que je ne voulais pas risquer de nous mettre en danger. Bailey préférait vivre heureuse et dans le danger plutôt que le contraire. J’étais trop lâche pour la suivre. Je ne voulais pas vivre dans la peur constante qu’il puisse lui arriver quelque chose. J’avais déjà perdu ma mère. Je ne voulais pas perdre Bailey. Elle devait comprendre ça.

-Bailey… Je ne saurais pas vivre dans la peur de te perdre. Je n’en peux plus de l’adrénaline et du danger. Je ne saurais plus vivre comme ça.

C’était lâche mais je ne pouvais me résoudre à agir autrement. La mort est déjà à mes trousses. Je ne veux pas qu’elle soit à celles de Bailey.

Mes mots ne pourraient pas soigner sa déception tellement celle-ci était grande. Je n’avais pas cédé à ses avances et Bailey en était blessée. Aucun mot ne pourrait, ce soir, la rendre heureuse. Je ne pouvais, pourtant, pas lui faire croire que je l’aimais de la même façon qu’elle. Ça ne serait pas sincère.

Bailey, malgré la blessure que je venais de lui infliger, n’était pas partie. Elle m’avait approché d’elle. Ses gestes étaient doux, tout le contraire de ses mots qui m’accablaient. Je pensais bien faire en lui laissant de l’argent. Je ne le faisais pas parce qu’elle était une pute mais parce que je tenais à elle. Je voulais être sûr qu’elle aurait assez pour pouvoir manger un bon repas.

-Je pensais bien faire Bailey… Je ne veux pas que tu sois sans rien.

Je me rendais compte qu’en lui donnant quelques billets, je ne faisais que me donner bonne conscience. Je faisais l’amour à Bailey et je lui laissais de l’argent. C’était la mettre moi-même dans le rôle de pute. Je me voilais la face en pensant autrement. Un ami ne ferait pas les choses comme ça. Il offrirait une place dans son foyer à cette fille qui était sans attache et dans le besoin. Ma peur de mon gang m’empêchait d’être sincère avec elle et avec moi.

-Je suis désolé de ne pas pouvoir être plus pour toi, Bailey.

Je ne savais quoi dire et quoi faire. Elle était devenue froide et elle voulait seulement remplir sa part du contrat en se donnant à moi. Ma lâcheté ne voulait pas débattre ou en entendre plus.

J’avais déposé mes lèvres sur les siennes. Il fallait que je me fasse pardonner par des gestes de tendresses. Je n’avais que ça, aujourd’hui, pour elle. Je ne pouvais pas lui offrir une vie à deux avec travail, maison et enfants. Ma lâcheté ne le voulait pas.

Mes lèvres étaient arrivées sur son buste après avoir lâché ses lèvres pulpeuses au goût délicieux. Il n’y avait pas une seule parcelle de sa peau qui n’avait pas reçu la visite de mes lèvres. De nombreux frissons secouaient mon corps et mon membre s’était pressé contre son sexe. Mes bras me servaient d’appuis pendant que mes lèvres cherchaient à procurer du plaisir à Bailey pour effacer ses blessures dont celle que je lui avais faite ce soir.



@ Billy Lighter


Revenir en haut Aller en bas
Bailey Raphaël
avatar


Messages : 128
Date d'inscription : 11/06/2017
Age du personnage : 24
Localisation : Eastside



MessageSujet: Re: If I Was Ur Girl (1981) [PV Delfino ALvarez][HOT][TeRmInÉ]   Jeu 20 Juil - 0:37



If I Was Ur Girl ft. Delfino Alvarez




Je suis en colère.

Non pas contre Delfino, qui a toujours été parfait envers moi. Je ne peux pas lui en vouloir d’avoir peur, de vouloir me protéger, de vouloir se sortir de la misère. De rêver d’une vie qu’on n’a rarement le droit d’espérer  quand on se plante les pieds dans l’Eastside.

Je suis furieuse contre moi-même.  Parce que, l’espace d’un instant, comme à chaque fois où je me retrouve dans ses bras, j’oublie. J’oublie qui je suis, ce que je fais, ce que je vaux.  J’oublie qu’en m’associant avec les South Panters il y a de ça quelques années, je ne suis plus Bailey Raphaël, p’tite fille de la Floride. J’suis une prostituée affiliée à un gang. Un produit, en somme.

Je n’ai plus le droit de rêver, d’espérer.  J’dois serrer les dents  et rentrer dans l’rang. Me caser avec un mec bien, avoir des enfants, une maison, des dettes de vie « normale » ce n’est pas pour moi.

J’ai la tête qui tourne. Je mène un combat interne violent entre le manque de drogue qui refait surface et mon cœur blessé. J’voudrais être n’ importe où ailleurs sauf ici. Mais avec lui… Pas simple de se faire refuser les deux seules choses dont on a vraiment besoin pour tenir bon.

Delfino a été clair. Il ne peut pas se permettre une relation avec moi par peur de me perdre. Pourtant, n’est-ce pas exactement ce qui arrive ?

- Tu ne me perdras pas… Tu ne peux pas perdre quelque chose que tu n’as jamais eu…

L’ambiance n’a plus rien à voir avec celle d’il y a quelques minutes à peine.  J’suis une pute et j’lui vends mon corps. Alors c’est ce que je lui demande de faire. Qu’il en profite autant qu’il veut pour que j’encaisse mon dû et que je parte d’ici. Pour ne jamais revenir.

Je ne suis pas la seule à mener un combat ce soir.  Sa tête à parlé. Mais son corps aussi s’exprime.  Un combat entre la raison et la passion.  Si  pour lui, il vaut mieux suivre sa raison, son corps,  parle un tout autre langage.

Delfino se fait encore plus doux, plus attentionnée.  Il me fait l’amour avec une tendreté infini. C’est presque trop beau pour être réel.  Je refoule mes larmes, sachant très bien que c’est la dernière fois que je partage son lit.

Il me serait impossible de faire un décompte précis de toutes les fois où j’ai fait baiser avec un homme dans ma vie. Cependant, le nombre de fois où j’ai pu faire l’amour, et ressentir autant de bien être après l’orgasme peut tenir sur les doigts d’une seule main.  Et ce soir, c’est avec lui que j’ai la chance de vivre ça.

Je reste longtemps blottit contre lui, dans son lit, nos doigts entrelacés.  Nous ne parlons pas, il vaut mieux ne rien dire. Je crois que tous les deux nous savons que nos corps viennent de se dire adieux.

Je laisse le temps filer au rythme des battements de nos cœurs meurtris.  Jamais, même pas le temps d’un battement de cil, je ne le quitte du regard. Même pas quand il ferme les yeux. Je lui laisse le temps de s’endormir.  J’veux l’embrasser une dernière fois. Et que ce soit un secret entre moi et sa conscience.

Je dépose un  dernier baiser sincère sur ses lèvres avant de lentement, quitter son lit et d’enfiler mes vêtements éparpiller partout chez lui.  Dans la cuisine, je prends sa veste qu’il a laissée sur le dossier de la chaise et je l’enfile. J’espère qu’il ne m’en voudra pas trop longtemps de lui voler ce vêtement mais c’est ma façon de l’amener avec moi. Ça et tout ce que je garde dans ma tête.

Un dernier regard sur la cuisine rangée à la perfection puis, j’ouvre la porte de côté  en priant pour qu’elle ne grince pas trop.  Je la referme derrière moi, comme la couverture d’un livre qui se termine sur une histoire… sans fin.


@ Billy Lighter



Pis demain matin tu m’prendras dans tes bras
On va faire comme si le malaise était pas là
J’vais m’en aller de mon bord, toi du tiens
Peut-être qu’on se recroisera en chemin.
Revenir en haut Aller en bas
Delfino Alvarez
avatar


Messages : 218
Date d'inscription : 28/10/2013
Age du personnage : 35


Who am I?
Je suis: oppurtuniste et un sacré emmerdeur
Relations:
Song: David Bowie-Ashes To Ashes


MessageSujet: Re: If I Was Ur Girl (1981) [PV Delfino ALvarez][HOT][TeRmInÉ]   Hier à 13:52



If I Was Ur Girl
ft. Bailey Raphaël


Ma peur et ma lâcheté prenait toujours le dessus. Perdre Bailey reviendrait à perdre une personne qui m’était très cher. Je ne voulais rien risquer. Je n’étais pas d’accord avec Bailey et ses dures paroles. Je l’ai comme amie et ça compte pour autant qu’un amour véritable. Les amis étaient une chose précieuse. Je ne pouvais vivre sans.

Le silence est ce qui nous entourait. Plus aucun de nous ne parlait. On s’était assez fait mal comme ça. Bailey me donnait son corps et, lâche comme j’étais, je n’y avais pas renoncé. J’aurais dû discuter, m’expliquer et ne pas me laisser aller aux plaisirs charnels. A la place, je m’étais laissé croire que lui faire l’amour lui ferais du bien. Bailey méritait encore plus mais je n’étais pas capable de lui offrir. Je ne savais même pas si je la méritais et si j’étais l’homme qu’il lui fallait.

Je faisais attention à être le plus tendre possible. Je voulais oublier notre conversation et nous en soigner par la tendresse. Le calme qui avait suivi l’acte charnel était appréciable. On était blotti pour tirer encore des moments de saine tendresse. De loin, on aurait pu nous prendre pour un vrai couple. Que ça ne soit pas le cas n’était clair que dans ma tête. On n’avait utilisé aucun mot car ils blessaient trop. Il n’y avait que le touché qui pouvait nous apaiser.

Bailey n’avait d’yeux que pour moi. Elle ne clignait pas des yeux pendant que je m’endormais. Le lendemain allait être comme tous les lendemains. Je me devais de lui donner de l’argent pour ma bonne conscience.

Au petit matin, le bruit d’un bagarre dans le bas de la rue avait mis fin à mon sommeil. Je m’étais rendu compte que j’étais seul. Je m’étais précipité au salon sans trouver de traces de la jeune femme perdue de l’Eastside. Elle était partie en emportant ma veste. Le dépit et la tristesse était tout ce que je ressentais. J’en venais à maudire ma lâcheté de l’avoir repoussé hier soir. Je n’avais pas voulu croire, en lui faisant l’amour, que son corps me disait adieu. Je n’avais pas voulu entendre ça.

La douleur était à ce point grande que je savais Bailey dehors, en proie à ses démons. Je ne pouvais rien faire, j’étais trop lâche pour sortir et lui dire que j’étais désolé.




@ Billy Lighter


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: If I Was Ur Girl (1981) [PV Delfino ALvarez][HOT][TeRmInÉ]   

Revenir en haut Aller en bas
 

If I Was Ur Girl (1981) [PV Delfino ALvarez][HOT][TeRmInÉ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» London Stiller...she's a special girl
» Heartbreaker version girl [Finish]
» ♪ Who's that girl ♪
» A sweet girl and two bad boys [Kity & Jack]
» [MISSION] Escort Girl

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: L.A Rocks :: Flashbacks-