AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Still Alive? [PV Lele]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Eddy Cort
avatar


Messages : 1667
Date d'inscription : 24/09/2013
Age du personnage : 22
Localisation : L.A.


Who am I?
Je suis: un déconneur colérique
Relations:
Song: SEEK & DESTROOOOOY


MessageSujet: Still Alive? [PV Lele]   Dim 2 Juil - 17:58



Still Alive ?
ft. Daniele Ricci


Heureusement qu'il y avait Maria. C'était ce que je m'étais dit ces derniers temps et ce que les autres n'hésitaient pas à dire tout haut. Tout ce qu'on savait, c'était que Daniele avait des problèmes de santé... Mais ce que je savais moi, c'était que c'était probablement son cœur qui lui posait problème... Mais j'avais promis à Lele de rien dire à personne, le jour où il avait fait un malaise dans son bureau...

Jusqu'à aujourd'hui, j'avais gardé ce secret pour moi, même si ça me faisait me sentir mal vis-à-vis de Roadtramp. Et d'un autre côté, j'avais aussi un peu peur de la réaction des autres s'ils savaient. Parce que je n'avais aucune envie de changer de manager.

Alors heureusement qu'il y avait Maria, qui assurait, en quelque sorte, l’intérim le temps de la disparition de Daniele. Même dans L.A.People, on le voyait plus, depuis l'annonce de sa relation officielle avec Maria. Et quand j'y pensais, je commençais à les accumuler les secrets, entre cette nuit que j'avais passée avec elle en tournée et le cœur de Lele.

Seulement, ces trois derniers jours qu'on avait passés en studio, on avait pas vu Lele... ni Maria.

Et tout ça commençait à sérieusement m'inquiéter parce qu'il allait être temps de réfléchir à la pochette de l'album et on avait besoin d'être guidés, d'être conseillés par notre manager. Parce qu'on savait ni comment faire, ni qui contacter...

Alors merde. Pour finir, quand les autres avaient commencé à s'impatienter et que j'arrivais plus trop à trouver des excuses à notre manager, j'avais annoncer que j'allais aller le voir et lui parler.

Parce que, l'air de rien, je commençais un peu à lui en vouloir, de pas être là...

Comme prévu, je m'étais donc ramené sur Beverly Hills au volant de la voiture de Clepto, qu'on partageait pour l'instant... Mais si le nouvel album fonctionnait bien, qui sait, on allait peut-être pouvoir avoir chacun la notre. Auquel cas, faudrait penser à construire un parking devant chez Clepto.

J'avais garé la bagnole et avait remonté l'allée... J'aurais bien mis mes mains dans mes poches, mais mon jeans noir était trop serrant.

Arrivé à la porte, j'appuyai sur la sonnette... Et quelque chose de l'autre côté de la porte se mis à hurler...

Je fis un pas en arrière, surpris parce que des hurlements de bébés étaient bien la dernière chose que je me serais attendu à entendre ici.

J'étais toujours immobile et les yeux écarquillés quand la porte s'était ouverte devant moi. Mais avant, les pleurs s'étaient éteints... Ou avaient été étouffés... Je savais pas trop. Mais je l'entendais plus...

Alors la première chose que je dis à mon manager fut :

-Faut que j'arrête de boire...

@ Billy Lighter











EDDY
Revenir en haut Aller en bas
Daniele Ricci
avatar


Messages : 1028
Date d'inscription : 28/09/2013
Age du personnage : 40


Who am I?
Je suis: le meilleur
Relations:
Song: Back In Black-AC/DC


MessageSujet: Re: Still Alive? [PV Lele]   Mar 4 Juil - 19:47



   
Still Alive?
   ft. Eddy Cort


   
Je commençais à m’endormir… Il fallait dire que ce fauteuil était extrêmement confortable – normal, c’est le mien – et que Tony, qui était sur sa couverture au beau milieu du salon, dormait à poing fermé.

La fatigue m’avait pris pendant que j’étais en train de faire des plans pour une tournée de mes deux groupes. Je m’étais longtemps – à cause de tout ce qui s’était passé ces derniers mois – éloigné de Roadtramp et Winter Wolves... Ce qui avait fait que tout tournait au ralenti – il était temps d’entreprendre des choses avant que je ne perde ma putain de réputation !

Seulement, il n’y avait rien à faire – la fatigue gagnait doucement son combat. J’avais – déjà… - lâché mon carnet qui s’était retrouvé au sol sans que je ne m’en rende compte.

Le sommeil allait – complètement – gagner la guerre quand…

DING DONG !

-Putain !, lâchais-je en sursautant.

La sonnette – ce n’était que la sonnette… S’en était suivi les hurlements de Bastardo – évidemment…

-Stai zitto, Bastardo mio…,
dis-je complètement blasé et sans grande conviction – ben oui, je commençais à me faire aux décibels des pleurs de Bastardo.

Réveille-toi, Ricci ! Il y a quelqu’un derrière la porte et Erik et Maria ne sont pas là ! Tout ça combiné m’avait fait me lever très vite – il y a quelqu’un derrière cette putain de porte et ton gosse chiale comme un dingue dans ton salon, Ricci !

-Putain !, dis-je tout de suite un peu plus alerte. Stai zitto !, lâchais-je à Bastardo avec bien plus de conviction – en sachant pertinemment que ça n’allait pas faire taire ses pleurnicheries.

J’avais couru jusqu’à la cuisine - et j’avais rempli le biberon à anse du coca qui trainait dans le frigo. Il était dégazé – Erik n’allait donc pas me tuer pour ça… J’avais couru dans l’autre sens – et j’avais tendu le biberon à ce braillard de Tony.

Il avait arrêté de pleurer – ouf ! – mais il n’avait pas pris le biberon qu’il regardait avec un drôle d’air.

-Daje !, dis-je pour l’encourager à le prendre – mais sans succès.

-Papa, dit-il sans aucun rapport – ce gosse ne sachant dire que ça…

Putain – pas moyen de communiquer avec ce môme. J’avais déposé le biberon à côté de lui – parce que, putain, je n’avais pas que ça à faire ! J’avais – ensuite – quitté la pièce en oubliant complètement de fermer la porte fenêtre qui menait à la terrasse.

J’avais ouvert la porte d’entrée – Eddy était derrière.

-Eddy !, dis-je en montrant – le mieux possible – que j’étais heureux de le voir.

La première déclaration qu’il m’avait faite était qu’il devait arrêter de boire

-Pourquoi tu dis ça, Cort ?, dis-je avec un sourire en coin. Il n’y a pas meilleure activité que celle de boire ! Ça serait bête d’arrêter…

Je n’avais aucune envie qu’il découvre l’existence de Bastardo – facile, il suffisait d’éviter le salon !

-J’étais justement en train de travailler sur votre prochaine tournée, dis-je enjoué. Viens, on devrait discuter de tout ça dans le jardin, rajoutais-je en fermant la porte derrière moi et en entrainant Eddy vers le jardin par l’extérieur – pas de salon comme ça.

Je savais qu’il allait me poser des questions sur mon absence – j’avais déjà mes réponses toutes préparées. Cort savait que j’avais des problèmes cardiaques – il m’avait vu faire une crise juste devant lui -, alors j’étais en train de peser le pour et le contre de lui dire la vérité sur ce qu’il s’était passé.

-Alors, comment ça va avec Roadtramp ?, dis-je en entrainant toujours mon poulain vers mon grand jardin.

   
@ Billy Lighter   


You're never gonna die, you're gonna make it if you try, they gonna love you
© Pink Floyd
Revenir en haut Aller en bas
Eddy Cort
avatar


Messages : 1667
Date d'inscription : 24/09/2013
Age du personnage : 22
Localisation : L.A.


Who am I?
Je suis: un déconneur colérique
Relations:
Song: SEEK & DESTROOOOOY


MessageSujet: Re: Still Alive? [PV Lele]   Jeu 6 Juil - 13:15



Still Alive ?
ft. Daniele Ricci


Daniele apparut à la porte, très souriant, clamant mon nom. Mais même si son sourire était contagieux, le mien ne fut qu'un fantôme en réponse au sien... Parce que je tendais l'oreille. Hey... La journée ne faisait que commencer, si je me chopais un Delirium maintenant, c'était pas bon signe. Mais les pleurs que j'avais cru entendre avaient disparus.

-Bah... Il est tôt et j'ai déjà des hallucinations... J'ai cru entendre un bébé qui pleurait.

Du coup, Daniele me dissuada d'arrêter de boire, affirmant que c'était la meilleure activité qui soit et mon sourire se fit plus franc. Mais, j'étais pas un peu venu pour lui reprocher d'avoir disparu, moi ? Comme si je pouvais vraiment dire à Ricci comment faire son job alors que ça ne faisait que quelques années seulement que j'avais troqué les tétons de ma mère pour le goulot d'une bouteille de bière...

Mon manager ferma la porte derrière lui pour venir vers moi. Bonne nouvelle : il travaillait sur la prochaine tournée !

-Cool!

Il proposa d'aller parler dans le jardin et je le suivis sans trop me poser de questions, trop content d'avoir l'attention de Daniele dont je commençais à ressentir très fort l'absence quand j'étais en studio. Non seulement parce que les autres avaient fait de moi leur leader malgré moi mais qu'en plus, y avait encore des choses dont je n'avais aucune de comment on faisait ou de qui contacter chez BSC pour que ce soit fait. Bref, le groupe arrivait au bout de ses connaissances qui lui permettaient de fonctionner de manière autonome.

On s'installa dans le jardin et je ne me fis pas prier pour prendre place dans un transat'. Je connaissais bien la villa de Daniele parce que je venais souvent à ses fêtes et ce même bien avant qu'il ne soit notre manager. Plaçant mes mains derrière ma tête, je regardai Daniele.

-On a pratiquement tout enregistré pour le premier album studio... Maria nous a aidé un peu... Elle nous a dit que ta santé n'allait pas bien...

Je soupirai... Parce que moi, j'étais vraiment au courant des problèmes de santé de Daniele.

-J'ai rien dit aux autres pour tes problèmes de cœur. Mais là, j'avoue que je commence à être à bout d'excuses pour te couvrir...

Je marquai une pause, cherchant un peu mes mots avant de continuer...

-Et on arrive aussi au bout de ce qu'on peut faire tout seul...

Mon regard se fit plus inquiet... J'avais cru que je serais quand même un peu en colère parce que ça faisait partie de mon caractère, mais non.

-On était un peu rassurés par la présence de Maria... Mais maintenant, elle non plus, on ne la voit plus... Atticus est mort... Je comprends bien ça... Mais nous, on vit encore...

Et bizarrement, ni les problèmes cardiaques ni l'hospitalisation de Lele n'était apparu dans L.A.People... Bref, y avait des trucs pas clairs qui se tramaient dans le coin...

@ Billy Lighter











EDDY
Revenir en haut Aller en bas
Daniele Ricci
avatar


Messages : 1028
Date d'inscription : 28/09/2013
Age du personnage : 40


Who am I?
Je suis: le meilleur
Relations:
Song: Back In Black-AC/DC


MessageSujet: Re: Still Alive? [PV Lele]   Ven 7 Juil - 20:08



Still Alive?
ft. Eddy Cort


Le petit Cort – qui était à ma porte – se plaignait d’hallucinations. Il avait entendu un bébé qui pleurait – ben voyons… Putain, si tu savais mon pauvre petit Cort…

-Oh, c’est sans doute le gosse du voisin, dis-je en haussant les épaules. Il braille à toutes les heures de la journée, rajoutais-je en faisant semblant d’être exaspéré par le faux bébé du voisin.

Mentir a du bien – parfois… En l’occurrence, l’alibi du voisin était parfait.

Eddy Cort devait avoir une bonne raison de venir – et je supposais que cette raison était ma longue absence. C’est pourquoi j’avais tout de suite dit que j’étais en train de travailler sur une nouvelle tournée – histoire de lui montrer que je faisais quand même des choses. Je l’avais entrainé vers le jardin par l’extérieur – pour éviter d’entrer en collision avec Bastardo. Les transats nous attendaient – il n’en fallait pas plus pour que Cort fasse comme chez lui. Le seul inconvénient concernant la présence de Bastardo était qu’on devrait se passer d’alcool – putain, c’est bien ma veine…

J’avais demandé des nouvelles de Roadtramp – et les nouvelles étaient sorties de la bouche de Cort. L’album studio était presque terminé – mais les inquiétudes sur ma santé étaient vite arrivées sur le tapis. Il n’y allait pas par quatre chemins, le Cort.

-Maria…,
dis-je en soupirant un peu.

Elle n’avait pas eu le choix que de dire au groupe que j’avais des problèmes de santé – comment justifier mon absence autrement que comme ça. Cort était naïf mais pas au point de ne pas faire le lien avec mes problèmes cardiaque dont il avait été témoin. Il avait quand même eu la présence d’esprit de ne rien dire aux autres – c’est bien, ça petit Cort ! Seulement, le groupe avait au bout de ce qu’il pouvait faire sans moi – je sais, je suis indispensable. J’étais assez en forme pour revenir – enfin, physiquement parlant, on s’entend bien… Seulement, je voulais être là pour Maria – j’allais devoir concilier les deux. Maria qui était – aussi, du coup – aux abonnés absents ces derniers temps aux studios de BSC. La mort d’Atticus me sauvais un peu – je n’aurais pas besoin d’expliquer l’absence de Maria. Tant mieux car la dernière fois que j’avais formulé le problème de Maria tout haut, j’avais fini à l’hôpital.

-Mouais, dis-je en soupirant – parce que je savais que j’allais devoir tout expliquer à Eddy. Cort… Si je n’ai pas été très présent ces dernières semaines c’est parce que j’ai fait une crise cardiaque… Et qu’il m’a fallu le temps de m’en remettre, rajoutais-je en faisant une petite moue qui montrait que je ne savais pas vraiment comment présenter les choses à Cort.

Je me rendais compte seulement maintenant du temps qui avait passé – et putain, qu’il passait vite. Je ne citais pas Bastardo qui avait participé à la longueur de cette absence – il n’y avait rien à faire, ce gosse avait tout chamboulé.

-Maria est moins présente à cause de la mort d’Atticus. Il faut lui laisser le temps. Elle doit remettre sa carrière sur les rails, mentais-je à moitié.

Le négatif était dit - passe au positif Ricci !

-Mais maintenant, je vais être là à 100%. Je pète la forme. Je passerais vous voir aux studios dès demain avec les plans de tournée, c’est pas beau ça ?
, dis-je avec le sourire – et avec les gestes !

J’avais tout dis – enfin, presque… J’étais concentré sur Cort – je ne regardais que lui – si bien que je n’avais pas vu l’ignoble Bastardo s’aventurer à quatre pattes sur la terrasse à quelques mètres de la piscine…


@ Billy Lighter


You're never gonna die, you're gonna make it if you try, they gonna love you
© Pink Floyd
Revenir en haut Aller en bas
Eddy Cort
avatar


Messages : 1667
Date d'inscription : 24/09/2013
Age du personnage : 22
Localisation : L.A.


Who am I?
Je suis: un déconneur colérique
Relations:
Song: SEEK & DESTROOOOOY


MessageSujet: Re: Still Alive? [PV Lele]   Sam 8 Juil - 16:49



Still Alive ?
ft. Daniele Ricci


Daniele affirma que c'était la faute du bébé du voisin, ces pleurs... Je regardai alors à gauche et à droit de la villa de Daniele. Les habitations autour étaient pas à un kilomètre, mais c'étaient pas vraiment des maisons mitoyennes non plus...

-Putain... Y braille fort alors ! Peut-être un futur chanteur de métal...

Amusé par l'idée, je m'étais laissé guider jusqu'au jardin, à l'arrière de la villa, par mon manager. Faire le tour de la villa prenait certainement plus de temps et demandait plus d'efforts que de traverser par l'intérieur, mais au moins, ça prouvait que l'Italien n'allait pas si mal que ça.

Un autre fait rassurant fut que Daniele parla directement de tournée et ça, c'était génial. Parce qu'une fois l'album sortit, on aurait plus que ça à faire, tourner ! Et, quelque part et un peu malgré moi, j'espérais que cette fois, on serait tête d'affiche ou, tout du moins, qu'on aurait pas à la partager avec The Lightening. Je gardais un trop mauvais souvenir de St-Louis, même si j'avais rien contre The Lightening... Mais leur public était... spécial... A des années-lumières de celui de Roadtramp qui était peut-être moins nombreux, plus bruyant, mais moins violent d'une certaine façon. Disons le platement : moins méchant.

Pourtant, The Lightening avait des paroles dures, abordait des thèmes controversés, mais si « méchant » décrivait leur public (ou tout du moins une partie qui foutait la merde), ce n'était pas le terme que j'aurais employé pour décrire le groupe lui-même.

Mais avant que je ne puisse lui en demander plus sur la tournée, il m'avait demandé des nouvelles du groupe et je lui avais expliqué où on en était... Soit à la limite de ce qu'on pouvait faire sans lui. Y avait rien à faire, un manager, c'était pas que pour faire de la figuration...

Je lui avais aussi dit que Maria avait dit au groupe que sa santé n'allait pas bien et il avait soupiré son nom, comme si elle avait fait quelque chose de mal.

-Faut pas lui en vouloir... Elle avait pas vraiment le choix. Clepto et les autres posent plein de questions...

… à raison...

-...Fallait bien leur répondre quelque chose, à la fin... Puis si elle l'avait pas fait, moi je l'aurais fait, vu que je le savais.

Ce que je ne savais pas et que Daniele m'apprit, c'était qu'il avait fait une autre crise cardiaque... Je le regardai, plein de compassion dans le regard.

-Faut faire gaffe, Lele...

De même que je hochai la tête en ce qui concernait le fait que Maria n'avait pas le temps pour nous étant donné qu'elle devait remettre sa carrière sur les rails maintenant qu'Atticus n'était plus.

-Ouais... J'ai vu l'annonce dans L.A.People...

Je le regardai plus intensément, mais en souriant.

-Toi, par contre, t'as réussi à leur échapper. Personne à L.A. est au courant pour ta crise cardiaque, je sais pas comment t'as fait parce que Howard Stone, lui, L.A.People l'a pas raté.

Mais Daniele affirma qu'il voyait le bout du tunnel et qu'il viendrait nous voir dès le lendemain aux studios. Que ça soit une belle coïncidence que je me ramène justement le jour avant qu'il ne réapparaisse ? J'en avais rien à foutre. Le principe, c'était qu'il réapparaisse. Et tant mieux si j'avais pas à le forcer.

Un grand sourire illuminait mon visage.

-Oh Yeah !!! Excel...!!!

Je m'étais arrêté net, les yeux écarquillé et les bras à moitié levés en l'air en signe de victoire parce que...

-Alerte intrus!

Je me levai en souriant et en m'approchant de l'intrus... Pour finalement le prendre dans mes bras...

-Salut toi ! Y a pas de fête ici maintenant, sorry...

Je me retournai vers Daniele, à moitié hilare...

-On devrait le ramener chez tes voisins, non?

Le petit tendit alors les bras vers l'Italien après m'avoir regardé d'un air sceptique...

-Papa!

J'éclatai de rire en me retournant vers le môme dans mes bras...

-Ah non je crois pas n...

Heu... A bien y regarder, peut-être que si...

-Il déconne ? Hein ? Lele ? Qu'il déconne...

@ Billy Lighter











EDDY
Revenir en haut Aller en bas
Daniele Ricci
avatar


Messages : 1028
Date d'inscription : 28/09/2013
Age du personnage : 40


Who am I?
Je suis: le meilleur
Relations:
Song: Back In Black-AC/DC


MessageSujet: Re: Still Alive? [PV Lele]   Mar 11 Juil - 18:03



Still Alive?
ft. Eddy Cort


Bastardo, futur chanteur de métal – mouais, il en avait largement les capacités vu le nombre de décibels qu’il m’envoie dans les oreilles en général. J’étais – en tous cas – content qu’Eddy gobe complètement mon histoire de gosse braillard appartenant aux voisins.

J’avais mené le petit Cort vers le jardin – seul endroit où on ne risquait ni d’entendre, ni de voir Bastardo. J’avais parlé de tournée – que je venais de commencer à préparer – et j’avais rassuré Eddy sur tout. Ce n’était pas assez pour réfréner ses questions et ses doutes – sur ma santé, notamment. Maria avait laissé entendre que je n’allais pas bien – elle ne devait pas avoir eu fort le choix. Cort ne voulait pas que j’en veuille à Maria – je n’arrivais pas à lui en vouloir pour rien, de toute façon -, car les membres de Roadtramp s’étaient mis à poser des questions.

-Je comprends… Je ne lui en veux pas,
dis-je en soupirant – avant d’avouer la vérité sur mon état.

Je n’aimais pas voir cette compassion dans le regard de mon poulain – ça montrait que je n’étais pas invulnérable. Il avait dit que je devais faire gaffe.

-Je fais gaffe. Il ne faut pas t’inquiéter, dis-je avec un grand sourire.

Je suivais les conseils des médecins – à moitié mais j’en suivais quand même une partie.

L’absence de Maria était – aussi – dans la bouche de Cort. J’avais utilisé Atticus pour faire passer la pilule – et ça avait passé crème ! Cort était au courant – grâce à L.A.People et l’annonce de Maria – et s’était demandé comment, moi, j’étais arrivé à échapper au magazine people. Jimmy Reed – voilà comment… Stone n’avait pas eu la même chance. Le petit merdeux s’était fait tabasser en plein Eastside. En entendant parler de Stone, je m’étais un peu mordu la lèvre. Je savais – à presque 100% - que c’était Jim qui avait envoyé son gang tabasser le merdeux. J’étais en partie responsable – j’avais vendu Stone à Jim pour la voiture – mais j’essayais de me dire que, si Jim avait fait massacré le merdeux, c’était parce que Stone avait touché à la petite Cortez. C’était mon moyen de déculpabiliser – même si je ne portais pas du tout Stone dans mon cœur. N’empêche que le merdeux avait bien failli y passer – je ne pensais pas que Jim irait si loin…

-J’ai plus de bons contacts que ce petit merdeux de Stone, dis-je en haussant les épaules. Tout est une question de liens, dans la vie, Cort, n’oublie jamais ça, rajoutais-je en souriant.

J’avais Jim – c’était presque assez pour échapper à L.A.People. J’étais prudent aussi – ce qui avait contribué à que rien ne filtre.

J’avais changé de conversation pour dire à Eddy que j’allais revenir dès demain aux studios – belle coïncidence, non ? Le petit Cort n’avait pas demandé son reste – il avait exprimé sa joie. Jusqu’à ce qu’il s’arrêté pour dire qu’il y avait un intrus. Un intrus ?

-Quel intr…,
dis-je avant de m’arrêter pour constater que l’ignoble – l’infâme, le terrible, l’horrible – Bastardo se pavanait à quatre pattes à quelques mètres de nous ! Putain, j’ai oublié de fermer la porte fenêtre !!!

Eddy s’était levé pour prendre mon petit Bastardo dans ses bras. Il avait parlé au môme en lui signalant qu’il n’y avait pas de fête – les gosses sont persona non grata à mes fêtes, Cort ! Pourquoi, il n’y en a plus à ton avis ?! La crédulité de mon poulain était salvatrice – il croyait que c’était le sale môme braillard du voisin ! Je m’étais levé – et j’allais marcher dans cette histoire ! Seulement, la donnée Bastardo avait changé la donne.

-Papa !
,
dit-il en tendant ses petits bras vers moi pour que je le prenne.

-Mamma mia, marmonnais-je déjà désespéré.

Il venait de me vendre… Maria, pourquoi lui as-tu appris ce mot ? Tu n’aurais pas pu lui apprendre « voisin » à la place ?!

Le petit Cort se tordait de rire – il ne croyait pas une seule seconde le petit Bastardo. Enfin, il avait fini par douter quand même en regardant Tony. Putain, pourquoi ne ressemblait-il pas à sa mère – dont je ne connais toujours pas l’identité… Cort avait demandé s’il déconnait – on dirait qu’il voulait que le môme déconne…

-Hélas, non, dis-je en soupirant. Il ne déconne pas.

Bastardo se contorsionnait dans les bras de Cort – il cherchait à venir dans les miens. Non ! Tu n’avais pas à me cafter ! Tu ne mérites pas que je te porte !

-C’est mon bâtard, avouais-je désespéré. Il s’appelle Anthony. Je n’ai aucune idée de qui est sa mère. Elle l’a déposé ici il y a plus ou moins deux mois. Erik n’a pas voulu que je le mette ailleurs…

-Papa !, disait Tony de plus en plus fort – alors que ses yeux se remplissaient de larmes.

Putain ! Ce gosse a compris la vie ! Il savait ce qu’il fallait faire pour qu’on réponde à tous ses caprices ! Je n’allais pas céder – j’étais meilleur que lui, j’étais Daniele Ricci !


@ Billy Lighter


You're never gonna die, you're gonna make it if you try, they gonna love you
© Pink Floyd
Revenir en haut Aller en bas
Eddy Cort
avatar


Messages : 1667
Date d'inscription : 24/09/2013
Age du personnage : 22
Localisation : L.A.


Who am I?
Je suis: un déconneur colérique
Relations:
Song: SEEK & DESTROOOOOY


MessageSujet: Re: Still Alive? [PV Lele]   Mer 12 Juil - 15:03



Still Alive ?
ft. Daniele Ricci


Bon ben au final, j'étais pas venu pour rien ! Daniele allait mieux, Maria, loin de se morfondre, faisait ce qu'il fallait pour se relancer et notre manager serait de retour dès le lendemain ! Que veut le peuple ? Je sais pas. Mais Roadtramp ne souhaitait rien de plus !

Daniele disait faire gaffe et il n'en voulait pas à Maria pour avoir dit au groupe qu'il n'allait pas bien. C'était que du bonus.

Mais fallait quand même m'expliquer comment Maria, suite au décès d'Atticus, et Howard Stone, suite à son passage à tabac, étaient exposés dans L.A.People. Et que Daniele, lui, y avait échappé alors qu'il avait été hospitalisé suit à une crise cardiaque. Où était la putain de différence ? Même moi, qui n'était pas vraiment dans les hautes sphères de L.A., j'y étais déjà apparu une ou deux fois. Alors Lele ?!

J'avais simplement posé la question à mon manager qui répondit qu'il avait de meilleurs contacts que ce merdeux de Stone. Il en ajouta une couche en soulignant que tout n'était qu'une question de liens.

Qu'est-ce que je pouvais répondre à ça si ce n'était :

-Je t'ai toi. Donc j'ai tous les liens qui vont avec?

Avec un sourire espiègle.

Mais la conversation sur « comment s'en sortir à L.A. » avait été interrompue par l'arrivée d'un intrus à quatre pattes. Et c'était pas un clébard. Et si je m'étais pas levé pour aller prendre la minuscule chose dans mes bras, j'aurais probablement cru que Daniele faisait une autre crise cardiaque. Mais je ne le vis pas blêmir.

J'étais persuadé que le petit s'était planté de villa. Enfin soit, j'avais un peu plaisanté avant que le môme ne tende les bras vers Lele en l'appelant « papa ». Et là, ce fut à mon tour de blêmir. C'était pas possible, il déconnait ! Je le saurais si mon manager avait un gamin, non ? Il me l'aurait dit, je l'aurais vu...

Daniele soupira en m'avouant qu'il était bel et bien son « papa ». J'avais à nouveau regardé le petit garçon qui, lui, n'avait d'yeux que pour Daniele, comme tout le monde. Y avait pas photo. Si j'en doutais, il suffisait de bien le regarder deux secondes.

-Délire...

Daniele me déballa alors toute l'histoire. Ça ne faisait que deux mois que le petit vivait dans la villa Ricci, il ne savait pas qui était la mère du petit qui l'avait abandonné devant chez le manager... J'eus un regard un peu triste pour l'enfant. Personne méritait d'être abandonné...

-Deux mois... Ça fait un peu plus de deux mois qu'il n'y a plus eu de fête à la villa Ricci.

Je secouai la tête, désapprobateur malgré moi.

-Tu le caches ? Pourquoi tu le caches ?

Le petite attiré à nouveau mon attention en se penchant au point qu'il aurait été déséquilibre si je ne le tenais pas fermement. Il avait les yeux remplis de grosses larmes et son menton tremblait.

-Hey ! Hey... Prends-le... Il va pleurer. Je lui fais peur.

Mais je pouvais pas lui tendre le petit sinon il allait jamais le prendre ! Alors je le déposai à terre et le laissai courir à quatre pattes vers son géniteur.

-Tu vas pas pouvoir le planquer ici jusqu'à ses 21 ans...

Et les fêtes, merde... ?!

@ Billy Lighter











EDDY
Revenir en haut Aller en bas
Daniele Ricci
avatar


Messages : 1028
Date d'inscription : 28/09/2013
Age du personnage : 40


Who am I?
Je suis: le meilleur
Relations:
Song: Back In Black-AC/DC


MessageSujet: Re: Still Alive? [PV Lele]   Jeu 13 Juil - 16:56



Still Alive?
ft. Eddy Cort


Les liens que j’avais avec Jim m’avaient évité de finir – comme la plupart des stars – dans L.A.People. Etre exposé pour une crise cardiaque – quand on se croit invincible – c’est dur…

Le petit Cort s’était demandé si – du coup –, comme il m’avait, il avait les liens aussi. Cort ! Deviendrais-tu malin ? Il avait de la suite dans les idées – et commençait presque à penser comme un entrepreneur. Moins bête qu’il en avait l’air, le petit. Son sourire espiègle m’avait fait penser qu’il était conscient d’être malin.

-Dit donc, tu m’impressionnes, dis-je avec un sourire en coin. Moui, on peut dire que tu disposes, en gros, d’une partie de ces liens, rajoutais-je en souriant toujours. Mais c’est notre petit secret.

Une partie seulement – j’avais des liens en dehors de L.A. qui ne seraient d’aucune aide pour le petit Cort. Je ne pouvais pas non plus l’empêcher de figurer dans L.A.People – je n’étais pas en bon terme avec le patron du magazine.

J’aurais bien voulu continuer la conversation – et évaluer jusqu’où s’étendait l’intelligence du petit Cort – mais l’infâme Bastardo Ricci en avait décidé autrement. Il m’avait cafté – sans vergogne – ce qui m’avait contraint d’avouer la vérité à Eddy. Mon poulain trouvait ça délirant – sans blague…

J’avais tout déballé – du début à la fin – et le petit Cort avait fait le lien entre l’absence de fêtes et l’arrivée du môme. Putain mais… Qui êtes-vous et qu’avez-vous fait d’Eddy Cort ? D’où lui venait ce sursaut d’intelligence ? Tout son corps désapprouvait quelque chose – le fait que je cachais le môme sans doute.

-Je le cache parce que je ne suis pas prêt à ce que tout le monde sache que le grand Daniele Ricci a un môme, bâtard qui plus est, chez lui. J’ai une réputation à tenir, dis-je comme si c’était tout à fait normal de cacher au monde l’existence de ce gosse.

Ma réputation était que je détestais les monstres en couche culotte. Cacher Bastardo était vital pour moi – sans que je sache qu’en réalité, cette volonté de le cacher, avait sûrement une raison plus profonde qu’une simple réputation.

Bastardo ne voulait pas des bras de Cort – il voulait les miens ! Il était sur le point de pleurer pour que je cède à son caprice de sale gosse pourri gâté – par Erik ! Je n’allais pas cédé – malgré que Cort dise qu’il faisait peur au monstre et qu’il fallait que je le prenne. Non… Pas question !

-Il n’a pas peur ! Il fait semblant pour que je cède à son putain de caprice, dis-je en fronçant les sourcils et en croisant les bras.

Il avait déposé Bastardo à terre – il avait compris que je n’allais pas le prendre. Le môme avait marché à quatre pattes jusqu’à moi – toujours au bord des larmes. Je l’avais ignoré.

Le petit Cort – dont l’intelligence était de plus en plus surprenante – avait dit que je ne pourrais pas cacher l’infâme Bastardo jusqu’à ses 21 ans.

-Je sais, dis-je en soupirant alors que Bastardo tirait sur le bas de mon pantalon. C’est ce qu’Erik et Maria n’arrêtent pas de me répéter. Mais, je ne suis pas prêt à ce que tout le monde le sache. Je le dirais peut-être l’année prochaine, rajoutais-je en haussant les épaules.

Je n’en avais pas envie – ni demain, ni l’année prochaine, ni même à ses 21 ans. Je vivais dans la peur constante que quelqu’un – un journaliste, par exemple – découvre le pot aux roses. Imaginez ce qu’il risque de se passer si tout le monde apprend que j’ai un gamin ici et qu’il m’appartient…

Un long cri – et des pleurs – étaient sortis de la bouche de Bastardo. Putain mais, arrêtes ! Tu vas attirer les voisins !

-Stai zitto,
dis-je en prenant Tony dans mes bras – ouais, il a gagné, je sais…

Aussitôt dans mes bras, Bastardo avait cessé de pleurer. Il avait enfoui son visage dans mon cou et tenait fermement mon t-shirt.

-Désolé Cort… Mais ça sera encore un secret que tu devras garder, dis-je à moitié désolé pour mon poulain. En attendant, je t’offre un whisky, rajoutais-je comme pour m’excuser.

Maintenant que Bastardo était découvert, on pouvait se le boire ce putain de whisky…



@ Billy Lighter


You're never gonna die, you're gonna make it if you try, they gonna love you
© Pink Floyd
Revenir en haut Aller en bas
Eddy Cort
avatar


Messages : 1667
Date d'inscription : 24/09/2013
Age du personnage : 22
Localisation : L.A.


Who am I?
Je suis: un déconneur colérique
Relations:
Song: SEEK & DESTROOOOOY


MessageSujet: Re: Still Alive? [PV Lele]   Lun 17 Juil - 11:26



Still Alive ?
ft. Daniele Ricci


Les bonnes nouvelles en poche pour le groupe, de même que des compliments de la part de mon manager qui me faisaient sourire, j'avais retrouvé le moral et la boule que j'avais sur l'estomac depuis quelques jours s'était évaporée. Demain, tout rentrerait dans l'ordre et on pourrait finaliser l'album.

Autre bonne chose à savoir, Roadtramp bénéficiait de certains liens qu'avait Ricci... J'étais pas un foudre de guerre, mais je commençais à comprendre qu'à L.A., la vie était plus complexe qu'il n'y paraissait. Alors si Daniele pouvait aider si jamais il arrivait quelque chose de pas cool, ce serait pas mal.

Je hochai la tête en souriant quand il me demanda de garder le secret. Encore un... J'allais finir par en faire la collection, avec Daniele. Mais j'étais pas encore au bout de la liste.

J'allais lui demander quelque chose à boire, mais c'était alors que l'intrus à quatre pattes avaient montré le bout de son nez. Un petit môme tout blond, mais aux yeux bruns, qui s’avéra n'être autre que l'héritier de mon manager. Et d'un coup, d'autres pièces du puzzle se mirent en place. Putain, sa santé était une chose, la mort d'Atticus en était une autre. Mais ça ! Je m'y serais jamais attendu !

J'en revenais quand même pas que Daniele planque son môme dans sa villa sans le dire à personne. Ça allait pas pouvoir durer comme ça longtemps ! Même moi, du haut de mes 22 ans, je le savais ! Mais il était pas prêt qu'il disait. Réputation à tenir.

C'était du délire et j'avais pas hésité à le dire à mon manager.

-Mais tu vas faire comment ? Il va quand même devoir aller à l'école et toute ces conneries, non ?

Le bébé avait fini par broncher. Il voulait son père, et j'étais persuadé que je lui faisais peur. Je l'avais donc posé à terre, sachant très bien que Daniele ne prendrait jamais l'enfant si je le lui tendais. Alors j'avais laissé le petit ramper tout seul jusqu'à son père qui disait qu'il faisait juste un caprice... Je rigolai, parce que c'était marrant quand même, cette histoire...

-Sans dec...

Niveau caprice, devait s'y connaître, le Lele...

Mon manager répéta qu'il n'était pas prêt à l'annoncer et qu'il ferait ça peut-être l'année prochaine... Je penchai la tête, perplexe. Le petit Anthony, à ses pieds, râlait pour qu'il le prenne. Jamais j'aurais pu résister aussi longtemps que lui à ses grosses larmes de crocodile...

-Heu... Et comment tu vas faire, dans un an, pour justifier que t'as un gosse de déjà quoi ? Deux ans ? Comment tu vas combler les trous ? T'as des liens pour ça aussi? T'as vu sa tête ? Tu peux même pas dire qu'il a été adopté !

A mon avis non, sinon, le problème serait déjà réglé. Finalement, Daniele avait pris l'enfant dans ses bras et je me sentis me détendre, comme si j'étais soulagé pour le petit. Ça devait être horrible d'être ignoré comme ça. C'était un peu ce que mes parents faisaient depuis le début de mon adolescence. Pas parce que j'étais ado, mais à cause de leur secte de merde à laquelle j'adhérais pas.

Daniele affirma que c'était encore un secret que je devrais garder.

-Au point où j'en suis... Je vais finir par avoir assez d'entraînement pour entrer à la CIA.

Je souris en voyant le petit se blottir contre son père. C'était une scène dont j'étais conscient d'être un témoin privilégié. Mais quand Daniele proposa un whisky, avec tout ça (et même sans) je ne pus qu'accepter avec enthousiasme.

-Je crois qu'on en a bien besoin!

Je suivis Daniele à l'intérieur et me précipitai sur le plateau avec les verres et le whisky. Pas parce que j'avais envie de boire (enfin un pue, mais pas que), mais parce que je ne voulais pas que Lele ait un prétexte pour déposer Anthony. Je nous servis deux verres et pris le mien, laissant celui de Daniele sur le plateau. Ne jamais oublier la règle numéro 5.

-Je vois pas où serait le mal à dire que tu as un fils.

Je soupirai...

-T'as lu L.A.People, ces derniers temps... Un peu d'infos sympas, ce serait pas de refus.

@ Billy Lighter











EDDY
Revenir en haut Aller en bas
Daniele Ricci
avatar


Messages : 1028
Date d'inscription : 28/09/2013
Age du personnage : 40


Who am I?
Je suis: le meilleur
Relations:
Song: Back In Black-AC/DC


MessageSujet: Re: Still Alive? [PV Lele]   Mar 18 Juil - 19:04



Still Alive?
ft. Eddy Cort


Je devais cacher Bastardo – je tenais à la faire depuis l’instant où Erik l’avait ramené à la villa. C’était une putain de question de réputation !! Seulement, Eddy Cort – qui était, à ma grande surprise, doté d’une surprenante intelligence – avait pointé du doigt quelques problèmes d’ordre… Technique…

-Je peux lui engager un précepteur, dis-je en haussant les épaules.

Putain, ça allait coûter cher – Bastardo allait me ruiner… Seulement – si je voulais le cacher – je n’avais pas d’autre choix que d’engager quelqu’un qui se chargera de lui donner les cours à la maison. L’envoyer à l’école n’était pas envisageable si je voulais le cacher au monde.

Enfermer le monstre dans une prison dorée – c’était ça que je faisais sans me rendre vraiment compte des problèmes techniques qui viendront inévitablement réduire mes plans à néant.

Bastardo continuait ses simagrées – putain, ce gosses ne faisait que des caprices à toutes les putain d’heures de la journée !! Ça n’étonnait pas mon poulain – qui lui en riait… Si tu t’y connais tant que ça en caprice de bébé – Cort – prends le chez toi, ça me fera des vacances.

J’en étais revenu – à cause du petit Cort – à me justifier du pourquoi je voulais cacher le monstre. J’avais dit – sans réfléchir – que j’allais, peut-être, faire une annonce officielle dans un an. L’intelligence de Cort avait encore frappé avec des questions qui remettaient en cause mes idées de génie – enfin, pas tant de génie que ça… Il est possédé ou quoi – disons que oui, ça aidera à faire passer le fait qu’il soit aussi vif d’esprit.

-Je… J’en sais rien ! Je suis Daniele Ricci, j’officialise quand je veux ! Personne n’aura de questions à se poser !, dis-je en faisant une moue très contrariée – semblable à celle de Bastardo qui tirait toujours sur mon pantalon.

J’avais cédé au caprice du monstre – pas le choix, il chialait et les voisins allait entendre. Cort était au courant de tout – je n’avais pas eu le choix, Bastardo avait toujours l’art de prévenir les invités de sa présence. Mon poulain allait devoir garder le secret – pas un problème pour lui, au point où il en était.

-Bien ! Oublie la CIA, tu es très bien en chanteur de Roadtramp, dis-je avec un sourire en coin.

Il me fallait un verre – c’était vital ! Bastardo avait encore ruiné ma journée – alors j’avais mérité un remontant ! Nous étions rentrés – et Eddy s’était rué sur le plateau où trônait le whisky pour nous servir. Putain quelle rapidité d’action – il doit mourir de soif… Il avait pris son verre – j’avais pris le mien. Le petit Cort maitrisait la règle numéro 5 – tant mieux, ce n’était pas le moment de me contrarier.

Mon poulain était – encore !!! – revenu sur Tony et sur mon obsession de le cacher. Il avait dit qu’avec toutes les horreurs qu’on lisait dans L.A.People ces derniers temps, une touche légère faisait du bien. Putain Cort ! Je ne veux plus parler de ce sujet !

-J’en sais rien !, dis-je en soupirant avant de boire une – énorme – gorgée de whisky.

J’avais lancé un – très très très – furtif regard à Tony qui – bien loin de dormir – suçait son pouce sa tête reposant contre moi, les yeux grands ouverts.

-Je ne suis pas prêt, c’est tout… Quand je le serais, tu le liras dans la presse,
dis-je en achevant – déjà – mon verre.

Le dire serait si simple – mais que se passera-t’il quand ça sera fait ? Tout le monde le saura… Toutes les personnes lisant ce torchon de L.A.People saura que l’héritier des Ricci vit bien au calme dans ma villa. Non, il ne fallait pas que ça se sache – et au fin fond de mon être, je savais précisément pourquoi.

-L.A.People préfère les infos moches de toute façon, dis-je pour changer tout doucement de sujet. Voir autant de morts et de drames, ça fait leur chiffre d’affaire. Le patron doit s’en mettre plein les poches ces temps-ci, rajoutais-je sur un ton cynique. Tant que toi, Roadtramp et Winter Wolves n’y finissez pas, c’est tout ce qui compte pour moi.

J’avais envie d’un autre verre – mais il fallait que je dépose Tony. Sauf que si je déposais Tony, il allait pleurer.

-Serre-moi un autre verre, petit Cort, dis-je en lui tendant mon verre. Un double cette fois.

Tony avait cessé de sucé son pouce – il tendait le bras vers le plateau de whisky en lâchant des onomatopées incompréhensible. Sale petit alcoolique !




@ Billy Lighter


You're never gonna die, you're gonna make it if you try, they gonna love you
© Pink Floyd
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: Still Alive? [PV Lele]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Still Alive? [PV Lele]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [UPTOBOX] Dead or Alive [DVDRiP]
» DOA : Dead or Alive /!\
» Oriane Ω stay alive. (finiiiiiiii)
» Everything that kills me, makes me feel alive. [Morgan]
» Dead Or Alive 5 Ultimate

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: L.A Rocks :: Beverly Hills :: Villa de Daniele Ricci-