AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Back To Our Regrets (1980) [PV Bailey][TERMINE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Hank North


Messages : 488
Date d'inscription : 05/06/2017
Age du personnage : 38
Localisation : Los Angeles

Who Am I?
Birth place: Los Angeles
Je suis: nerveux...
Song: One Of My Turns - Pink Floyd


MessageSujet: Back To Our Regrets (1980) [PV Bailey][TERMINE]   Lun 17 Juil - 17:03



Back To Our Regrets
ft. Bailey Raphaël


J'étais dans une bonne période. Une excellente période même ! Le clip de The Burning Fire You're The Truth Not I venait de sortir et était passé pour la première fois sur la chaîne musicale extrêmement prisée par les jeunes aujourd'hui. Mieux encore, il était plus que bien accueilli par les critiques musicaux comme de cinéma au point que certains en oubliaient même de préciser que j'avais été honteusement pistonné par mon ami Howard Stone et qu'on m'avait choisi contre l'accord de la majorité du groupe.

Bref, c'était un pied de nez à la critique, un pied de nez à ceux qui affirmaient que je ne jouais que dans les films de mon frère, et un pied de nez à Kayden James & co qui me croyaient non seulement ingérable mais incompétent si Christopher n'était pas là.

Alors, avant qu'ils ne retombent tous sur Terre, ou avant que je ne pète à nouveau une durite qui serait affichée dans L.A.People, je comptais bien fêter ça ! Même si le fait même de fêter pouvait m'amener à ramener tout ce beau petit monde à la réalité.

Mais on en était pas encore là.

The Burning Fire avait organisé une fête à l'occasion de la sortie officielle du clip et que Howard m'avait invité (j'étais invité d'office, de toute façon, puisque j'étais l'acteur principal du clip), je m'y étais rendu sans rechigner. C'est pas tous les jours que je remportais ce genre de victoire !

Et comme, en plus de tout ça, j'étais aussi (miracle!) en bons termes avec mon épouse (en partie parce que j'avais suivi les conseils d'une petite prostituées de l'Eastside, en partie parce que la culpabilité suite à cet événement, un mois plus tôt, me faisait plier au moindre de ses désirs), Kate était venue avec moi.

Timmy Evans faisait pas les choses à moitié et avait choisi pour lieu de réception le Grauman's Chinese Theatre. Mais, en dehors des stars officielles comme le groupe, moi ou tout ceux qui touchaient de près ou de loin The Burning Fire, les festivités étaient semi-ouvertes au plus grand nombre avec un tapis rouge d'où les fans pouvaient nous voir et des bars en plein air tout autour. Il n'y avait que pour entrer dans le bâtiment pour la projection du clip sur grand écran qu'il fallait être réellement invité mais tout le monde pouvait aussi le voir sur les télévisions disposées à l'extérieur. Il y avait aussi de quoi faire à l'intérieur, si on voulait être moins dans la foule et plus avec des gens qui faisaient partie de la jet set.  

Ce fut donc avec une Kate Julian radieuse et faisant la belle à mon bras que je parcourus, lentement et en même temps que The Burning Fire, notamment à proximité de Howard Stone, le tapis rouge. On s'amusait à poser pour les fans et la presse, tous ensemble, séparément ou en couple. Et ça me rappela que ma photo préférée de Kate et moi, Bailey me l'avait piquée avec tout le reste... Mais ce souvenir ne fit que m'effleurer. Je voulais chasser le souvenir de cette nuit-là aussi loin que possible, d'autant qu'après un mois d'accalmie, j'avais presque plus de marques sur le torse et les bras.

Pourvu que ça dure.

Après tout ce qui avait l'air vraiment codifié et officiel, après avoir vu ma tronche sur grand écran pour la 120 000ième fois, tout ce cérémonial laissa place à plus de liberté et de fun. Et comme il y avait l'air d'y avoir plus de fun dehors que dedans, je décidai d'emmener Kate danser à l'extérieur, avec la presse et les fans et les Angelenos...

Et ça valait vachement le coup !

On s'amusa comme au premier jour de notre relation... Jusqu'à ce que j'aperçoive un visage familier dans la foule... Bailey...

J'étais sûr que c'était Bailey...

Mon premier réflexe fut de me plaquer contre Kate qui manifesta son contentement. Mais ce que j'essayais de faire, c'était me planquer pour ne pas que Bailey me voit...

Ahah... North... T'es la star, ce soir... Tous les yeux sont sur toi et tu crois vraiment que tu vas y échapper ?

Bah... Ça me coûtait rien de fermer les yeux, le visage enfoui dans le cou de Kate alors qu'un slow commençait et de croiser les doigts pour que, quand je les rouvrirais, Bailey ait disparu.

Mais quand la chanson se termina, Kate, avec un sourire espiègle aux lèvres, me planta là en disant d'un voix sensuelle qu'elle allait chercher à boire tout en laissant glisser sa main le long de mon torse avant de s'éloigner.

Et Bailey était toujours là, au même endroit et les yeux toujours fixés sur moi. Comme une psychopathe. Et j'étais tiraillé entre rester là et espérer qu'elle s'en aille ou aller la trouver pour lui enjoindre de ne pas m'approcher.

@ Billy Lighter


Don't look so frightened this is just a passing phase
one of my bad days ©️ Pink Floyd


Dernière édition par Hank North le Mer 2 Aoû - 10:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Bailey Raphaël


Messages : 777
Date d'inscription : 11/06/2017
Age du personnage : 24
Localisation : Eastside

Who Am I?
Birth place: Florida
Je suis: Une folle attachante
Song: The Night We Met


MessageSujet: Re: Back To Our Regrets (1980) [PV Bailey][TERMINE]   Jeu 20 Juil - 0:44



Back To Our Regrets  ft.  Hank North




Chaque petite fille rêve un jour où l’autre d’être amener au bal. Avoir droit à la belle robe, à la belle coiffure et d’être paré de beaux bijoux. Pour certaines, c’est déjà tracé d’avance qu’elles vivront leur compte de fée. La vie de mondanité est monnaie courante à Los Angeles quand on est du bon côté de la population.

Et pour les autres, la meilleure façon d’être près de la gloire réside encore à se coller le nez contre l’écran du téléviseur.  Pour autant qu’ils en possèdent un.

La première du vidéoclip   You’re The Truth Not I de The Burning Fire était l’un de ses évènements dont les gens ne faisant par parti des proches du groupe s’arrachaient les billets V.I.P. dans l’espoir de pouvoir les côtoyer le temps d’une soirée.

Parfois, j’dois avouer avoir de la chance. Parce que c’est Howard Stone lui-même qui, un soir, est venu me trouver au Dizzy et invité à prendre part à la fête. Howard et moi, c’est une histoire vieille comme le monde et même si nous sommes des semaines sans se voir, jamais nous nous oublions.
J’ai dû piger dans mes maigres réserves mais j’ai quand même pu m’acheté une  - première – robe neuve et tout ce qu’il faut pour aller avec.  Ça fait tout drôle de voir mon reflet dans la glace et d’avoir l’air d’une   vraie femme et non pas de… qui je suis.

Je préfère laisse mes cheveux tombés sur mes épaules nues plutôt que de me coiffer. Je ne suis pas habile en général de toute manière avec les mises en plies.  Toutes mes tentatives se terminent généralement par des cheveux  en batailles ou remonter sur ma tête avec un élastique qui va finir par les arracher quand je le retirerai.  Alors à quoi bon ?

Ce soir, je me gâte. Je me donne le droit de vivre le moment présent et de profiter de la soirée. J’vais peut-être pouvoir voler quelques minutes à Howard, mais sinon, j’ai  juste l’envie de m’imprégner de l’atmosphère et  d’être heureuse pour mon ami et son groupe.

Et parlant d’atmosphère, l’ambiance est complètement dingue au Grauman’s Chinese Theatre.  Tout le gratin de Los Angeles – ou presque – se trouve ici pour  le visionnement du vidéoclip. J’suis tellement heureuse – et fan – que je jubile.  Et de ne connaître personne est presque plus merveilleux. J’peux être qui je veux ce soir, personne n’en saura jamais rien.

Personne. Sauf Howard, bien sûr mais mon ami irait jamais me présenter à qui que ce soit comme une pute de l’Eastside.  Il a encore assez de tact et de respect pour trouver à m’inventer une identité pour un soir. Et puis y’a Hank.

Il  se pavane comme un paon au bras de sa femme, l’air heureux, ce qui contraste avec le soir de notre rencontre.  Ce soir là, jamais je n’aurais cru que cet homme savait sourire. J’peux pas faire autrement que de le fixer. Non pas de le dévisager mais simplement  l’observer.  Tout comme j’avais passé des nuits à regarder la photo en compagnie de sa femme.  Ils sont le parfait reflet du bonheur.
Mais, tout ça n’est qu’une façade, pas vrai Hank ?  

En fait, je crois que je suis obsédé par cette photo uniquement pour ce qu’elle est vraiment. De la poudre aux yeux. Tout comme ce soir où les apparences sont misent au premier rang. N’est-ce pas ironique alors qu’il me confiait craindre l’infidélité de sa femme avec un photographe ?

J’savais, pour avoir discuté avec Stone, que Hank était au premier plan dans la vidéo et, à moins d’être complètement taré, j’avais compris que les chances de le croiser étaient  plus que probables.
De notre nuit passé ensemble, je garde plusieurs souvenirs. J’aurais aimé en avoir des bons.

Nos regards se croisent et l’évidence de son mécontentement à mon égard ne fait aucuns doutes.  N’empêche que je lui dois des excuses. J’ai beau être une pute, menteuse et voleuse, j’ai quand même une conscience. Et parfois, il m’arrive de l’écouter.

Je vide d’un trait le verre que j’ai à la main et sans réfléchir plus longtemps, je traverse la distance qui nous sépare. J’ai aucune idée de ce que je vais lui dire. Mais essentiellement, je veux lui présenter des excuses, chose plus facile à dire qu’à faire. Mais peut-être qu’il sera heureux de savoir que j’ai sa photo avec moi.

- Le clip est sensationnel. , lui dis-je.

Bon.  Comme entrée en matière, il y a mieux, je vous l’accorde. Mais n’est-ce pas tout de même un peu mieux que « Vous savez quoi ? Je dis pas ça contre vous mais, putain… Faut avouer que toutes les femmes sont des salopes… » ?

- Je dois être probablement la dernière personne avec qui tu as envie de discuter en ce moment. Je le comprends. Mais, j’aimerais tout de même que tu m’accordes quelques instants si… nous pouvions simplement s’éloigner une minute ou deux.

Bon, j’ai ouvert la porte et je m’attends à ce qu’il me la claque au nez.  J’peux pas le forcer non plus et se serait mal vue avec tous les gens qui papillonnent autour de nous.  J’aurais pu lui remettre discrètement et immédiatement ce qui lui appartient mais mon geste de rédemption ne sera pas complet tant qu’il n’écoutera pas mes excuses. Ensuite, qu’il les accepte ou non j’aurai au moins la satisfaction d’avoir, pour une fois dans ma vie, fait LE truc que je devais faire.  


@ Billy Lighter



Pis demain matin tu m’prendras dans tes bras
On va faire comme si le malaise était pas là
J’vais m’en aller de mon bord, toi du tiens
Peut-être qu’on se recroisera en chemin.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hank North


Messages : 488
Date d'inscription : 05/06/2017
Age du personnage : 38
Localisation : Los Angeles

Who Am I?
Birth place: Los Angeles
Je suis: nerveux...
Song: One Of My Turns - Pink Floyd


MessageSujet: Re: Back To Our Regrets (1980) [PV Bailey][TERMINE]   Dim 23 Juil - 14:16



Back To Our Regrets
ft. Bailey Raphaël


Bailey était là et elle me regardait. Et je la regardais alors que mon cœur commençait à bondir de rage et de panique mélangée dans ma poitrine. Je savais au fond de moi qu'un jour, quand ce serait la fin, ce serait ce genre de truc qui marquerait le point final de mon existence. Que ce soit dans mon crâne ou dans ma poitrine, quelque chose allait exploser.

J'étais en rage parce que Bailey n'était qu'une sale petite voleuse qui m'avait laissé sans rien loin de chez moi. Et j'étais paniqué parce que je me retrouvais avec, au même endroit, mon épouse légitime, et la prostituée avec laquelle je l'avais trompée.

Le tout juste au moment où tout semblait pouvoir aller comme sur des roulettes pendant encore, je l'espérais, un bon mois.

Raté.

Ce fut Bailey qui cassa la distance qui nous séparait après avoir vidé sa coupe d'un coup. Instinctivement, j'avais mis ma main dans la poche de mon pantalon, me cramponnant comme un con à la boîte de cachet de codéine qui s'y trouvait, comme si ça allait changer quelque chose...

La Bailey que je voyais ce soir n'avait cependant, il fallait l'avouer, rien à voir avec celle que j'avais rencontrée dans l'Eastside. Elle portait une robe correcte, presque classe bien qu'une fois qu'elle fut tout près, je pus constater que ce n'était pas de la haute qualité. Mais j'étais, par contre, tellement occupé à gérer mes propres émotions (et leurs répercussions physiques directes) que j'étais incapable de dire ce que je voyais sur le visage de la jeune femme. Des remords ? De la provocation ? Aucune idée.

Mon propre visage était fermé. Mes yeux fixes, mes mâchoires serrées à crever et j'avais l'impression qu'on pouvait voir le sang me battre aux tempes et ma poitrine sauter à chaque battement de mon cœur.

Comme entrée en matière, Bailey fit ses compliments sur le clip. Ce à quoi je ne répondis rien. Pas de « merci » même pas un fourmillement dans mon regard. Pétrifié de rage et de peur que j'étais. Et si Kate revenait maintenant ? Si elle me demandait qui était Bailey ? Oh, ouais, chérie, je te présente la pute de l'Eastside avec qui je t'ai trompée la dernière fois que tu m'as blessé, histoire de me calmer les nerfs...

Non. Si Kate se ramenait, j'étais mort.

C'est pour ça que quand la prostituée proposa de s'éloigner pour discuter, je sautai sur l'occasion, même si je n'avais, comme elle le disait si bien, aucune envie de discuter avec elle. Pour ça et aussi parce que je ne voulais pas exploser en public. Parce que ça couvait sérieusement. Je l'attrapai par le bras, fermement, un peu trop même, peut-être, et la tirai plus loin, derrière un bar ambulant, à côté d'un groupe électrogène qui faisait un boucan d'enfer. Tant mieux. Si je gueulais, ça allait couvrir mes paroles. Et ce que je dirais resterait entre nous.

Je la plaquai contre le camion.

-Tu es malade ou quoi ?!

Je désignai du doigt la direction que Kate avait prise un peu plus tôt :

-Ma femme est présente, je te signale!

Et Bailey était un problème... A tel point que je ne voyais qu'une seule solution pourtant irréalisable : supprimer le problème. C'était ce que je faisais en général pour d'autres choses. Mais je ne pouvais pas supprimer quelqu'un !

Je passai une main sur mon visage, remarquant que je transpirais, en plus du reste, maintenant.

-Qu'est-ce que tu veux, bordel ? J'ai plus rien pour toi !

Je pris les médocs que j'avais en poche et lui balançai le flacon dessus.

-C'est ça que tu veux ? Vas-y, prends-les, et casse-toi ! Tiens-toi loin de moi et me regarde pas!

Tout allait bien. Je voulais pas qu'elle me bousille ça.  

@ Billy Lighter


Don't look so frightened this is just a passing phase
one of my bad days ©️ Pink Floyd
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Bailey Raphaël


Messages : 777
Date d'inscription : 11/06/2017
Age du personnage : 24
Localisation : Eastside

Who Am I?
Birth place: Florida
Je suis: Une folle attachante
Song: The Night We Met


MessageSujet: Re: Back To Our Regrets (1980) [PV Bailey][TERMINE]   Lun 24 Juil - 2:18



Back To Our Regrets  ft.  Hank North




Qu’on soit brusque avec moi, j’suis habituée. J’sais me défendre et réagir.  C’est donc sans grande surprise que, quand je propose à Hank de discuter un peu plus à l’écart, il me sert par un bras pour m’entraîner de l’autre côté du bar et me plaqua contre un camion.

Je ne le connaissais que d’une nuit mais j’pouvais  affirmer sans craindre de me tromper que  le Monsieur avait un petit problème avec l’impulsivité. Pas étonnant qu’il s’est prit un coup l’autre soir. L’amant de sa femme, ou  n’importe qui  voulant le remettre à sa place.  Je ne serais même pas surprise  d’apprendre que  ce fut peut-être sa femme elle-même, trop exaspérée, qui lui aurait arrangé l’épaule !  

Hank explose littéralement, complètement furieux mais surtout craintif que je puisse aller trouver sa femme. Ah ? Tiens, intéressant ça !

-  J’m’en balance moi de ta femme !  J’en ai rien à foutre qu’elle soit là ou pas.

Sa femme n’était pas un problème le soir où il m’avait suivit au motel non loin du Dizzy.  Elle n’avait pas non plus été une contrainte à sa virilité quand est venu le temps de faute sauter l’élastique de mon string et de me pilonner rageusement en m’étranglant.

- J’t’ai jamais forcé à me suivre, pour te rappeler la scène, t’étais même plutôt content que je sois là, deux fois plutôt qu’une même !  Alors si t’as un problème avec ta femme, fallait peut-être y penser avant de me sauter !

J’tiens jamais mes promesses. Mais  ce soir, j’ai quand même promis à Howard de pas asticoter et de me tenir tranquille. J’ai juré de pas faire d’esclandre, d’être une bonne fille et tout… Mais là j’sais pas ce qui me retient de déchirer ma robe puis de me frapper la tête contre le camion. J’retournerais près des gens en hurlant qu’Hank North vient de tenter de m’violer.

S’il veut de l’effet, j’peux lui en donner.

C’est tentant, très tentant. Mais j’fais rien.

- Qu’est-ce que tu veux bordel ? J’ai plus rien pour toi !

J’ouvre la bouche pour lui répondre mais Hank, toujours aussi furieux, me balance un flacon au visage, m’ordonnant de me tenir loin de lui et de ne pas le regarder.  Soit !  C’est ce que je ferai.
J’m’avance et je le contourne  sans le regarder. N’est-ce pas ce qu’il voulait ?  Mais avant de partir,  j’ouvre mon p’tit sac à main – que je trouve complètement inutile  pour contenir tout ce qu’on a b’soin pour une soirée, nous les femmes -  et je laisse tomber à ses pieds tout ce que je lui avait pris ce soir là.  Enfin, tout ce que j’ai pu récupérer. L’argent, mais pas les cartes,  le flacon de médoc duquel je n’ai rien repris et enfin… la fameuse photo qui m’a obsédé pendant des jours.

- Voilà.  J’voulais te dire que j’étais désolée. Pas tant pour  l’argent et les pilules mais d’avoir été ton exutoire ce soir là. Parce que ta photo, Hank, je l’ai regardé des heures de temps.  J’ai jamais vu autant d’amour dans les yeux d’un homme.  J’ai honte. Parce que tu méritais pas ça…

J’aurais  dû la déchirer cette photo et la laisser partir avec les eaux de la cuvette.  Pourquoi  j’ai cru qu’il aurait été reconnaissant de ce geste ?  Il m’a fait mal. Encore. Ce mec est mentalement malade. Mais dans l’histoire, on se souviendra uniquement que je suis la salope qui a couché avec un homme marié. Et, tiens au fait…

- Plus tôt, tout juste après les remerciements d’usage et le reste du blabla, si tu te souviens bien, ta femme était à la salle de bain, elle retouchait son maquillage tout en bavardant avec une autre femme, une robe rouge. Bref !  Tu devrais pas avoir de remords pour ce qu’on a fait, parce qu’elle en a aucun de son côté…

Pourquoi je me gênerais de lui dire ce que j’ai entendu alors que de toute façon, j’vais rester la vilaine fille de l’histoire ?  Cet homme là aime trop profondément sa femme pour lui en vouloir de quoi que ce soit alors que de son côté, il va se flageller à mort pour la moindre petite bêtise qu’il fera.

J’me faufile au travers de la foule, le laissant là avec sa photo, son argent et ses précieux médocs.


@ Billy Lighter



Pis demain matin tu m’prendras dans tes bras
On va faire comme si le malaise était pas là
J’vais m’en aller de mon bord, toi du tiens
Peut-être qu’on se recroisera en chemin.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hank North


Messages : 488
Date d'inscription : 05/06/2017
Age du personnage : 38
Localisation : Los Angeles

Who Am I?
Birth place: Los Angeles
Je suis: nerveux...
Song: One Of My Turns - Pink Floyd


MessageSujet: Re: Back To Our Regrets (1980) [PV Bailey][TERMINE]   Jeu 27 Juil - 15:10



Back To Our Regrets
ft. Bailey Raphaël


Je serrai les poings et les mâchoires quand Bailey m'envoya en pleine tronche qu'elle n'en avait rien à foutre que ma femme soit là. Et en même temps, ça m'étonnait vraiment pas. Fallait pas avoir de scrupules pour emballer des gars en perdition dans un bar pour se tailler ensuite avec tout ce qu'ils avaient, ne leur laissant que leur culpabilité.

-Et ben moi, j'en ai à foutre !

Et le pire, c'était que cette petite garce me remettait encore maintenant la faute sur moi. Ok, j'avais pas vraiment fait la fine bouche, le soir où on avait couché ensemble. Mais elle m'avait quand même tendu la perche, non ? J'avais fait que la prendre... Dans tous les sens du terme...

-J'étais bourré et sous analgésiques!

Comme dirait Howard, les excuses sont faites pour s'en servir. C'était ça ou lui mettre une claque, de toute façon... Et jusque-là, je faisais le bon choix, pourvu que ça dure... Et que les soupapes tiennent.

-Je sais même pas pourquoi j'essaye de me justifier auprès de toi ! T'es jamais qu'une pute ! Et c'est toi qui l'a dit.

Sauf que j'avais pas cru qu'elle l'était vraiment quand on avait passé la nuit ensemble. Mais le matin, ça avait été beaucoup plus clair : j'avais trompé Kate et avec une prostituée, qui plus était.

Alors qu'est-ce qu'elle me voulait maintenant ? J'avais pensé aux médocs, mais c'était peut-être juste me torturer qu'elle voulait. Et si c'était le cas, sa mission était accomplie parce que je me sentais vraiment mal. Je voulais qu'elle se casse, qu'elle me foute la paix ! Et je crus un instant qu'elle avait compris, qu'elle allait disparaître définitivement. Supprimer le problème, c'était mieux que de l'affronter.

Mais non, elle ouvrit la bouche en même temps que son sac à main pour déverser son butin au sol et des excuses qui me faisaient encore plus passer pour le mauvais dans l'histoire.

-Quoi ?!

Je m'approchai à nouveau d'elle et pointai mon index sur elle, entre ses deux seins, mais sans la toucher.

-Hors de question que j'accepte tes excuses ! Je suis fautif parce que j'ai pas dit « non » ! Mais t'es pas tout à fait innocente dans l'histoire ! Plutôt plus que consentante, que t'étais ! C'est toi qui a proposé ! Je te laisserai pas passer pour la victime !

Je le faisais déjà bien assez souvent avec Kate.

Je la fusillai une dernière fois du regard.

-Casse-toi.

Puis, je m'accroupis pour récupérer la photos et les médocs qu'elle avait balancés par terre. Je les mis dans ma poche distraitement tandis que je regardais la photo que j'avais cru ne plus jamais revoir. Je pensais, encore une fois, que Bailey allait s'éclipser, mais elle ne put s'empêcher de l'ouvrir encore une fois...

Son discours finit par me faire relever les yeux vers elle qui me dominait maintenant de toute sa hauteur (c'est à dire pas très haut) puisque j'étais accroupi.

Et ce ne fut qu'après avoir balancé une dernière bombe qu'elle se faufila dans la foule.

Fourrant la photo dans la poche de mon pantalon, laissant là l'argent à qui en voudrait, je me faufilai à mon tour dans la foule.

-Bailey!

Je grommelai dans ma barbe avant de la rattraper, à nouveau par le bras, et de la faire pivoter vers moi. Je la regardai deux secondes parce que les mots s’entrechoquaient dans ma tête et ce qui sorti finalement de ma bouche n'était pas vraiment ce que je voulais dire.

-Tu mens ! Tu n'es qu'une folle et une menteuse!

Kate s'était effectivement éclipsée après les remerciements pour aller se remaquiller. Mais Bailey pouvait très bien nous avoir observer depuis le début de la soirée.

Si c'était vrai ? Qu'est-ce qu'elle avait bien pu dire à Robe Rouge ? Qu'est-ce que Bailey savait, que je ne savais pas ou qui ne devait pas se savoir ?

Si je la traitais de menteuse, rien que le fait que je sois allé la rechercher dans la foule signifiait que j'accordais du crédit à ce qu'elle disait. J'avais élevé la voix et ne m'étais pas rendu compte que certains regards, parmi les personnes à proximité, s'étaient tournés vers nous.

-Des remords à propos de quoi?

@ Billy Lighter


Don't look so frightened this is just a passing phase
one of my bad days ©️ Pink Floyd
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Bailey Raphaël


Messages : 777
Date d'inscription : 11/06/2017
Age du personnage : 24
Localisation : Eastside

Who Am I?
Birth place: Florida
Je suis: Une folle attachante
Song: The Night We Met


MessageSujet: Re: Back To Our Regrets (1980) [PV Bailey][TERMINE]   Jeu 27 Juil - 22:39



Back To Our Regrets  ft.  Hank North




J’en ai assez entendu des reproches de Hank qui m’en veut plus qu’à la terre entière et me tient pour l’unique responsable de son dérapage entre mes cuisses de l’autre soir. Oui je lui ai tendu la perche mais  il  était libre en tout temps de me suivre ou de m’envoyer  bouler.

Et, sans vouloir me donner trop de crédit, il a semblé apprécié pouvoir ventiler en ma compagnie, deux fois plutôt qu’une.  De pouvoir évacuer sa frustration en m’empoignant par la gorge. Les quelques billets et la bouteille d’analgésique ont été un bien maigre salaire pour ce que j’ai enduré cette nuit là.

Pourtant c’est moi qui  suis là avec mes regrets et bonnes intentions. Pourquoi ? Parce que j’ai été  complètement chavirée par la photo trouvé dans son porte feuille.  J’ai passé des nuits à la regarder, envieuse de connaître moi aussi un jour le grand amour. Celui qui mets des étoiles dans les yeux et qui donne des frissons aux moindres faits et gestes.

À partir de ce moment là, je ne voulais qu’une chose, remettre à Hank  ce que je pouvais de ce que je lui avais volé et m’excuser. Qu’il accepte ou non, j’aurais le sentiment d’avoir fait, pour une fois, la chose à faire.

Les mots d’Hank ont quand même réussis à me blesser, juste un petit peu plus que je ne le suis déjà. Je voudrais le gifler. Lui hurler que je ne me considère pas comme une victime, que j’assume l’entièreté de mes actes, contrairement à lui. Je voudrais lui dire aussi que j’aurais dû, oui, l’écouté plutôt que de lui offrir la facilité. Mais à quoi bon ?

Il l’a dit.

J’suis qu’une pute.

Mais avant de retourner dans la foule, je m’arrête alors qu’il est penché à ramasser ce que je lui ai balancé à ses pieds et je lui relate ce que j’ai entendu aux toilettes un peu plus tôt dans la soirée.
Bêtement, je cru qu’il en resterait là. Mais non, Hank m’a suivit et me freine maintenant en me rattrapant par le bras me faisant lui faire face. Sa mâchoire serré laissa échapper une nouvelle accusation, sous le regard curieux des gens autours de nous.

- Tu…me…fais…MAAAL ! , hurlais-je sans me soucier des gens qui nous regardaient avec un mélange de consternation et de curiosité. J’suis peut-être folle et menteuse, mais toi t’es un psychopathe qui prend son pied en violentant les femmes !

C’est que dans ma tête le bruit de frein ou bien…

- Tout va bien, Mademoiselle ? , demanda un homme dont la carrure n’avait rien à envie à celle de Hank

- Oui, bien sur, tout va bien, pas vrai, Monsieur North ? , que je lui réponds sans jamais avoir lâché du regard la main de Hank qui retient toujours mon bras.

À mon tour de tirer avantage même si ce n’est que de courte durée.  Les gens se dispersent, et j’attends de retrouver ma mobilité pour répondre à la question d’Hank sur mon allusion au remords.

- Pourquoi tu écouterais ce que j’ai à te dire ? Parce que… j’suis qu’une pute et que de toute façon, nous, les femmes, ont est que des salopes hein, Hank ?  Mais puisque ça t’intéresse, t’avais raison. Pour le photographe, j’veux dire. En tous les cas, c’est ce qu’;a raconter ta femme à « robe rouge ». Ne t’a-t-elle pas dit qu’elle partait en thalasso le week end prochain ? Si jamais tu doutes de ce que je te raconte, t’as qu’à t’y pointer.

Pour le coup, j’men pas. Robe rouge avait même l’air d’envier la femme de North pour  le week end qu’elle s’est préparé. Et pendant ce temps, lui  il restera à la maison à jouer le mari parfait, repentant pour son mauvais comportement.

Mais, c’est moi, la menteuse dingo… Ben tiens !


@ Billy Lighter



Pis demain matin tu m’prendras dans tes bras
On va faire comme si le malaise était pas là
J’vais m’en aller de mon bord, toi du tiens
Peut-être qu’on se recroisera en chemin.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hank North


Messages : 488
Date d'inscription : 05/06/2017
Age du personnage : 38
Localisation : Los Angeles

Who Am I?
Birth place: Los Angeles
Je suis: nerveux...
Song: One Of My Turns - Pink Floyd


MessageSujet: Re: Back To Our Regrets (1980) [PV Bailey][TERMINE]   Dim 30 Juil - 16:55



Back To Our Regrets
ft. Bailey Raphaël


Quand je l'attrapai par le bras et qu'elle hurla alors que je la retournais vers moi, je la lâchai instantanément, levant les mains en signe d'apaisement. On était en pleine foule et elle venait de hurler que je lui avais fait mal en me traitant de psychopathe et en disant que je prenais mon pied en violentant les femmes. Et quand je me rappelais la nuit qu'on avait passé ensemble, je n'étais pas sûr qu'elle ait tout à fait tort.

Cette soirée était en train de tourner au fiasco pour la faute que j'avais commise y avait un mois de ça.

Pourquoi il avait fallu qu'elle réapparaisse ? Et pourquoi ici, bordel ?

Par réflexe, j'avais regardé autour de moi... Je cherchai Kate... mais heureusement, elle n'était pas dans le coin.

J'étais quand même pas dans la merde, maintenant... Parce que plein de gens venaient d'entendre les accusations de Bailey. J'avais repris son bras pour appuyer mes paroles.

-Shh !!!! Ferme-la ! Baisse d'un ton, bordel!

J'avais dit ça d'une voix étranglée. Mais un gars était quand même venu voir si tout allait bien... Lui posant la question à elle, évidemment. Elle répondit que ça allait d'une façon qui ne me plut pas du tout et qui montrait bien que je n'avais plus aucun contrôle de la situation... Je lâchai son bras à nouveau parce que son regard vers ma main invitait le gars et les gens autour à remarquer ce détail.

Je m'adressai au type à la suite de Bailey.

-Ouais. Dégage y a rien à voir.

Et, contre tout attente, les gens se désintéressèrent de ce qui se passait... Mais ça me détendit pas pour autant. Je m'adressai à Bailey.

-T'es complètement tarée ! Tu veux vraiment m'attirer des emmerdes!

Mais quand Bailey reprit la parole, ce fut pour me remettre un bon coup de massue en pleine poire. Effectivement, Kate avait prévu un week-end thalasso ou je savais pas trop quoi avec une amie... Et c'était effectivement le week-end prochain... Moi, j'y allais pas parce que j'étais en tournage, et de toute façon, j'aimais pas ça, le thalasso...

-Non... Non non... Je te crois pas...

Je secouais la tête, je voulais  pas croire Bailey.

-Tu mens encore ! Elle a peut-être parlé de son week-end thalasso, ok ! Et à partir de là, c'est facile d'inventer un putain de truc avec l'histoire du photographe que je t'ai raconté l'autre soir!

Je serrai les dents et les poings.

-C'est beaucoup trop facile!

Et puis y avait un autre truc.

-Comment t'es arrivée ici, déjà ! T'as du en voler et en sucer, des types, pour pourquoi te payer un ticket VIP!

Ok, c'était méchant. Mais c'était ça ou lui mettre une bonne gifle pour qu'elle arrête de cracher son venin et ses mensonges.

@ Billy Lighter


Don't look so frightened this is just a passing phase
one of my bad days ©️ Pink Floyd
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Bailey Raphaël


Messages : 777
Date d'inscription : 11/06/2017
Age du personnage : 24
Localisation : Eastside

Who Am I?
Birth place: Florida
Je suis: Une folle attachante
Song: The Night We Met


MessageSujet: Re: Back To Our Regrets (1980) [PV Bailey][TERMINE]   Dim 30 Juil - 17:45



Back To Our Regrets  ft.  Hank North




J’avoue que j’aurais bien aimé voir le mec qui s’est interposé foutre son poing dans la tronche de Hank uniquement parce qu’il m’a fait mal, ce soir, mais l’autre soir aussi.  Je ne lui en ai pas tenue rigueur ce soir là, parce que ça fait partie des risques de mon métier mais ce soir, il dépasse les bornes.

Qu’il m’aime ou pas, je m’en fiche royalement. Tout ce que je voulais était de lui remettre ce que je pouvais de ce que je lui avais volé et ça s’arrête là. Mais Hank est tellement certains qu’il est la victime unique dans cette histoire qu’il m’insulte et tente de me faire porter le chapeau de la salope qui l’a forcé à tromper sa femme.

Alors je n’observe aucun scrupules à lui balancer les propos tenus par sa parfaite et délicate petite épouse, dans les toilettes un peu plus tôt. Madame North a bel et bien un amant et prépare un week end romantique en Thalasso.

Donc en résumé, alors qu’Hank est dévoré de regrets pour se que je crois être sa seule et unique aventure extra conjugal, madame, elle, s’en vente à qui veut bien l’entendre, bafouant  l’honneur et la fierté de son époux au passage.

Alors, Hank, il ne te plaît pas le chapeau du cocu ?

Les reproches d’Hank deviennent redondants. À croire que je me suis levé ce matin là et que je me suis dit que ça serait bien de lui pourrir bien comme il faut son existence. Je les encaisses, le regardant droit dans les yeux.

J’vois bien qu’en fait, c’est ma révélation au sujet de sa femme qui fait son travail et qui le pousse aux limites de son selfcontrol.

- Non…Non non… Je te crois pas…

- Hank…
commençais-je mais Hank est furieux et n’en a pas fini avec ses sempiternelles accusations.

- Tu mens encore ! Elle a peut-être parlé de son week-end thalasso, ok ! Et à partir de là, c'est facile d'inventer un putain de truc avec l'histoire du photographe que je t'ai raconté l'autre soir!

- Si tu es si certains que je mens, alors pourquoi tu sens le besoin de la justifier ?  Tu pourrais simplement t’en aller et m’oublier, là que tu as récupéré ta photo et tes medocs ! J’en ai personnellement rien à foutre de comment ta femme occupe son temps libre. Je t’ai dit ce que j’ai entendu parce que t’es le seul con dans toute cette histoire qui nourrit des remords inutiles !  


Je suis une bonne âme dans le fond. J’ai toutes les raisons du monde de le haïr, quoi qu’il en ait tout autant, mais je suis profondément dégoûtée de savoir qu’il continu d’être le pion dans le jeu de sa femme. Un pion repentant.

À mes yeux, Hank est un homme blessé qui s’étourdit en avalant des médocs comme d’autres dévorent des Jellybeans. Il réagit comme un animal blessé. Il mord la main secourable pour mieux retourner vers son tortionnaire.

Je ne peux plus rien pour lui, et je compte bien trouver Howard pour le remercier et lui souhaiter une bonne fin de soirée mais Hank, encore et toujours dans le but de me faire mal afin de se soulager lui y va encore d’une remarque bien de son cru.

- Comment t'es arrivée ici, déjà ! T'as du en voler et en sucer, des types, pour pourquoi te payer un ticket VIP!

- Ah, et bien je me suis fait l’acteur principal du clip c’est d’jà un assez bon coup t’es pas d’accord ?


J’éclate de rire, puis reprenant un peu de mon sérieux, je secoue la tête pour replacer mes cheveux. J'ai bien quelques histoires avec les membres du groupe, principalement avec Kayden et Howard, mais l'invitation n'a rien à voir avec mes prouesses sexuelles. Mon amitié avec Howard est solide et avons plus souvent qu'autrement, besoin l'un de l'autre pour nous soutenir.

C'est à ce titre, et pour cette raison uniquement qu'il m'a officiellement invité, bien que conscient que nous ne ferions que nous entrevoir. Faut croire que pour lui ma présence était nécessaire, alors que pour Hank, elle est néfaste.

- C’est Stone qui m’a invité. Et pour ton information, j’ai pas eu b’soin de le sucer. C’était son idée et c’est peut-être simplement parce qu’on est très bons copains.  Sur ce, je vous souhaite une excellente fin de soirée Monsieur North.

J’suis peut-être bien une pute, et ok oui  un peu menteuse et occasionnellement voleuse, mais je ne suis pas adepte du masochisme. Que Hank me croit ou non, ça n’aura aucune répercutions sur ma vie. Il a le choix de faire l’autruche ou d’aller surprendre sa femme en Thalasso.

Honnêtement, je souhaite de tout cœur que je me trompe. Que j’ai mal entendu. Même si je sais très bien que ce n’est pas le cas. Je préférerais renforcer mon image de menteuse dans l’esprit de Hank plutôt que de le savoir blessé de nouveau.


@ Billy Lighter



Pis demain matin tu m’prendras dans tes bras
On va faire comme si le malaise était pas là
J’vais m’en aller de mon bord, toi du tiens
Peut-être qu’on se recroisera en chemin.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hank North


Messages : 488
Date d'inscription : 05/06/2017
Age du personnage : 38
Localisation : Los Angeles

Who Am I?
Birth place: Los Angeles
Je suis: nerveux...
Song: One Of My Turns - Pink Floyd


MessageSujet: Re: Back To Our Regrets (1980) [PV Bailey][TERMINE]   Mer 2 Aoû - 10:17



Back To Our Regrets
ft. Bailey Raphaël


Je ne voulais pas croire Bailey. A choisir, je voulais bien prendre le blâme pour moi tout seul d'avoir trompé Kate, innocentant du même coup et mon épouse pour tout ce qui dans son comportement, m'avait mené à me bourrer la gueule au Dizzy ce soir-là, et Bailey elle-même, qui n'avait fait que saisir une opportunité...

Mais je voulais pas croire que Kate me trompait parce que je l'aimais. Et si en plus elle s'en vantait à qui voulait bien l'entendre, c'était encore pire!

Mais je ne pris pas le blâme. C'était tellement plus facile de traiter une pauvre pute de l'Eastside de menteuse...

Et elle essayait encore de se donner le beau rôle! On aura tout vu! Je haussai le ton à nouveau, malgré moi, mais plus de colère que d'indignation, cette fois.

-Et tu t'attendais à quoi? Un "merci"? Une médaille? Pour m'avoir juste rendu les trucs que tu m'a piqué quand j'étais trop shooté pour m'en rendre compte et me dire devant toute une putain de foule que ma femme baise quelqu'un d'autre? Dans quel monde tu vis, Bailey?!

Je nourrissais des remords inutiles, qu'elle disait... Et si je voulais les garder, ces remords? Et si je voulais sincèrement croire aux mensonges de Kate, c'était mon problème, non? C'était pas à Bailey de décider pour moi! Elle n'avait pas le droit de m'enlever ces remords qui me permettaient encore de croire qu'il y avait vraiment de l'amour entre Kate et moi.

Alors, tant que j'en étais à passer mes nerfs sur Bailey, tant que j'en étais à l'écraser, je n'allais pas m'arrêter en si bon chemin, essayant de la faire se sentir aussi mal que moi, je me sentais mal.

Mouais... peine perdue... Pour qu'elle se sente mal, il aurait fallu qu'elle ait un minimum d'estime pour elle-même. Et je pensais pas qu'une gonzesse qui s'abaissait à faire la pute pour quelques dollars dont la moitié revenait probablement à un enfoiré de chef de gang ait énormément d'amour propre.

C'était comme frapper sur un mur en béton armé... ou essayer d'attraper du vent...

Elle ne se cacha pas, ne baissa pas le volume de sa voix, pour affirmer haut et fort qu'elle était là parce qu'elle s'était fait l'acteur principal du clip, cfr. Moi.

Quand elle éclata de rire, je sus que j'étais à deux doigts de la démonter. Si il n'y avait pas eu autant de mon autour de nous, aucun doute que je l'aurais fait.

Elle s'était reprise... Mais j'avais décelé une forme de folie dans son rire... Ou alors, c'était juste ce que j'avais envie de croire. Je ne remis cependant pas en cause sa véritable version de l'histoire. Une idée à Stone... Ouais. C'était une mauvaise idée... Donc ça ne pouvait être qu'une idée de Howard.

Il sembla que Bailey finit par en avoir assez de me torturer et de me faire passer pour un con, un enculé et un cocu devant une foule qui, au début de cette soirée, m'avait pourtant à la bonne, pour une fois.

Ben maintenant, c'était fini...

Bailey s'en alla... Bon débarras. Je pris dans ma poche le flacon qu'elle m'avait rendu, pris trois cachets que j'avalai à sec. Terminée, la bonne soirée... Terminé, la bonne période. Tout ça à cause de quoi? Une prostituée de l'Eastside qui avait que ça à foutre de venir me foutre dans la merde sous couvert de “bonnes intentions”.

Kate, qui ne comprenait pas pourquoi j'étais à nouveau si sombre, ni pourquoi je la regardais d'un air si soupçonneux, mais il n'en fallut pas plus pour mettre fin à l'excellente période que nous venions de vivre ensemble... Chacun repris ses bonnes habitudes. Moi, je gueulais... Elle, elle fappait, mordait ou griffait.

Merci, Bailey...

@ Billy Lighter


Don't look so frightened this is just a passing phase
one of my bad days ©️ Pink Floyd
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Back To Our Regrets (1980) [PV Bailey][TERMINE]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Back To Our Regrets (1980) [PV Bailey][TERMINE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» R.M.S TITANIC IS BACK!
» Flash-Back with Hitsu [PV: Zelles Hitsugaya]
» [Salle à manger]Petit diner entre amis [TERMINE]
» Signature de contrat - Josh Bailey
» Gloglo is back avec un diplome en poche !!!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: L.A Rocks :: Flashbacks-