AccueilRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez
 

 T. James Goldstein

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Anonymous
Invité
Invité



T. James Goldstein  Empty
MessageSujet: T. James Goldstein    T. James Goldstein  I_icon_minitimeVen 18 Aoû - 18:33




Theodore James Goldstein

ft. Taylor York

Stone Cold Crazy

21 ansLos Angeles
PhotographeRock alternatif, punk, pop-rock
Veste de cuir/Barbe de trois joursFan d'aucun groupe en particulier
CélibataireHétérosexuel


Ambitieux ♦ Créatif ♦ Discret ♦ Impulsif ♦ Jaloux ♦ Loyal ♦ Réfléchi ♦ Sérieux


Good memories

- 1000$ pour une seule photo ? Ça rapporte, mon pote !

James Goldstein haussa les épaules. Il n’était pas d’accord. Il restait persuadé qu’il aurait pu faire payer son exclusivité un peu plus chère, histoire d’être certain d’avoir de quoi manger à la fin du mois – ou plutôt d’être certain de pouvoir se contenter d’autre chose que de boîtes de conserve premier prix, de bière de seconde zone et de pâtes et pommes de terre à (presque) tous les repas. Sa situation n’était si désespérée. Si elle l’était, il aurait demandé de l’aide. Nombre de ses amis étaient généreux, lui auraient certainement prêté un peu d’argent. Mais James ne l’avait pas fait, par fierté. Et parce qu’en agissant ainsi, il profitait vraiment du moindre plaisir qu’il parvenait à se payer à force de travail – et de rien d’autre. Et cela, même s’il n’appréciait pas particulièrement son travail ; mais il fallait bien que quelqu’un le fasse, alors il le faisait. Le jeune homme jeta son regard brun sur son ami  Frank et rétorqua :

- C’est pas si cher payé Frankie. Certains deviennent riches pour à peine un peu plus de boulot.

James aimait beaucoup Frank Weiss. Ils partageaient beaucoup de points communs, et leurs histoires étaient semblables ; les grands-parents de James, qui par ailleurs étaient juifs, avaient fui leur Allemagne originelle dès 1933 lorsqu’ils avaient senti le vent tourner. D’une certaine manière, ils avaient eu de la chance. Leurs enfants respectifs s’étaient ensuite rencontrés à l’adolescence, puis les parents du jeune homme naquirent.  Puis sa grande sœur Abbie sept ans avant lui. Ça, c’était l’histoire de sa famille – Theodore James Goldstein ne la jugeait pas particulièrement intéressante et n’en parlait jamais. Cela n’intéressait sans doute personne, même si lui s’intéressait aux histoires des autres ; ou plutôt, c’était son travail qui l’obligeait à le faire. Il n’y prenait pas vraiment de plaisir.

Le jeune photographe était devenu paparazzi par nécessité, et il ne se considérait même pas comme tel. Lui, il voulait vendre du rêve à défaut de photos volées ; faire de l’art. Mais l’art était ingrat et l’art coûtait cher – alors il avait choisi d’exercer une profession qu’il savait capable de l’enrichir rapidement ; et parfois cela lui avait rapporté gros. Et c’était ce « parfois » qui le gênait. Tant qu’à faire quelque chose qui lui déplaisait, autant que cela lui serve vraiment à quelque chose ; mais la vie ne fonctionnait pas toujours ainsi et T.J l’apprenait peu à peu alors qu’il émergeait pour de bon de l’insouciance de l’adolescence. Et pourtant il savait que les plus belles années de sa vie étaient encore à venir.

- Et tes parents, ils ne peuvent pas t’aider un peu ? répliqua Frank Weiss.

T.J malgré lui, fut secoué d’un petit rire. La question de Frank le bassiste ne le surprenait pas vraiment. Il n’était pas le premier à le lui demander. C’était compréhensible. Les parents du jeune photographe vivaient à trois blocs d’ici et il vivait avec eux encore deux mois auparavant. On aurait pu s’attendre à ce qu’ils ne le laissent pas vivoter ainsi, qu’ils lui auraient fourni un peu d’aide, mais James ne comptait pas là-dessus. Pour lui il n’avait jamais été question de compter encore sur Erich et Monika Goldstein, ni même sur sa grande sœur qui vivait, à n’en point douter, la belle vie en Arizona avec son mari et ses deux enfants. Cette pensée égaya un peu le visage du jeune homme. Il ne voyait pas souvent son neveu et sa nièce, mais il les adorait ! Surtout Jennifer, la petite dernière qui avait à peine deux ans et qui ressemblait tellement à sa mère avec ses beaux cheveux châtains.

- Tu ne sais pas comment ils sont, répondit T.J d’un ton monocorde, ça se voit que tu ne les connais pas. Eux, ils sont du genre « coupe-toi les cheveux, fais des études, trouve un vrai travail, et arrête de rêvasser. »

Il avait dit cette dernière phrase avec une grimace qu’il ne parvint pas à dissimuler – car ils n’avaient pas vraiment tort pour le coup. Mais bon, c’est sans importance, se disait-il. Il ne détestait pas ses parents mais il avait toujours eu la sensation d’être de trop ; à l’adolescence heureusement (qui n’était pas une période si lointaine), il avait rencontré nombre de personnes intéressantes qui lui avaient donné l’impression de vraiment exister et de compter dans leur vie. Et puis bien sûr, l’amour et tout ce qui s’ensuivit … ses premières expériences étaient encore récentes, trois années à peine, et le souvenir était encore vif dans son esprit. James essaya de ne plus y penser et détourna son regard divaguant en direction de l’exemplaire du L.A People que Frank venait de prendre sur la table et qu’il lisait avec un certain amusement dans son regard. Par réflexe, James fit un pas vers lui, et comme, pour se défendre, dit alors :

- Stone, le batteur. Je l’ai vu avec cette fille sur la plage alors que j’étais dans le coin, pour je ne sais plus trop quoi d’ailleurs. Je me suis dit que c’était peut-être important, alors j’ai pris une photo.  Faut croire que ça intéressait vraiment quelqu’un.

Sans lever les yeux du magazine, Weiss s’écria :

- Si tu les avais surpris en train de baiser, sans doute que ta photo aurait terminé en première page !
- Ouais, sans doute, répondit Theodore James en se raclant la gorge, c’est peut-être ce qu’ils ont fait après d’ailleurs, quoiqu’en public … et je suis parti après avoir pris la photo de toute manière. Je me sentais déjà suffisamment mal.

Et c’était vrai. Ce n’était pas l’objectif de James Goldstein de faire du mal à qui que ce soit (même s’il savait qu’il existait des gens qui le méritaient vraiment, mais il n’y pensa pas), alors il s’était éclipsé juste après (ou avant ?) le moment fatidique, afin de soulager sa conscience et de ne rien regretter par la suite. Il avait d’ailleurs fait de même plus tôt dans l’année, à l’enterrement du chanteur Kayden James, lorsqu’il avait baissé son appareil photo et même retiré la pellicule au lieu de mitrailler comme un vautour. Et il s’était senti bien. Il avait eu l’impression de faire quelque chose de bien.

La passion de la photographie était venue très jeune à James, en pratiquant avec son grand-père maternel qui lui-même était un amateur passionné. Dès l’âge de huit ans, le garçon avait passé son temps à photographier tout ce qui pouvait l’être, et il n’avait jamais éprouvé le besoin de faire autre chose pour occuper ses journées, à part dessiner et écrire des petites poésies. James avait toujours été un artiste, ou du moins il s’était toujours considéré comme tel – et ce malgré le fait que sa famille, outre son grand-père qu’il adorait par ailleurs, n’avait jamais manifesté aucun intérêt pour l’art. Ils appréciaient un bon livre ou une bonne chanson bien sûr, mais cela s’arrêtait ici. Et bien évidemment, comme si les différences avec leur fils n’étaient pas déjà suffisantes, Erich et Monika Goldstein n’aimaient pas le rock alors que James grandit avec, encore une fois grâce à son grand-père bienveillant (paix à son âme) qui n’écoutait que ça.

Quand James avait grandi, presque tous ceux qu’ils connaissaient voulaient devenir musiciens. Certains y parvinrent, d’autres changèrent d’idée et d’autres se brûlèrent les ailes à trop vouloir se rapprocher du soleil dans le but de briller – quelques-uns même décédèrent. T.J lui, voulait demeurer dans l’ombre afin d’aider les autres à briller ; puis il avait eu l’ambition de briller par lui-même en vivant de la photographie. Puis il avait renoncé, avant d’y revenir. Et ce plusieurs fois – il avait toujours eu du mal à se fixer un objectif, à se concentrer sur une seule des idées qui germaient en permanence dans son esprit. Cet objectif, il se l’était fixé il y a deux ans ; et à présent il voulait le réussir. Ce ne serait pas facile ; cela l’était déjà, mais après tout, il ne savait rien faire d’autre.

- On boit pour quoi, déjà ? s’enquit Frank en voyant son compère déboucher une bouteille d’un alcool aux reflets cuivrés

T.J remplit deux verres avec attention, s’assurant de ne perdre aucune goutte. Depuis qu’il était sorti avec une écossaise, il appréciait beaucoup le whisky – mais ses réserves étant épuisées, il devait se contenter de mauvais bourbon. D’un geste, il leva son verre au niveau de son visage et, d’un regard complice, déclara presque solennellement :

- On fête mes deux mois d’indépendance, Frankie ! Deux mois livré à moi-même dans Los Angeles. Mais hé, j’apprécie plutôt pas mal pour l’instant, rajouta-t-il après avoir bu d’une seule gorgée son whisky sec.

Et il avait l’impression que cela ne venait seulement que de commencer. La soirée alors que le soleil se couchait lentement, et sa vie à Los Angeles maintenant qu’il était libéré de tout poids, ou qu’il se sentait ainsi.

© Billy Lighter


Dernière édition par T. James Goldstein le Dim 20 Aoû - 14:51, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité



T. James Goldstein  Empty
MessageSujet: Re: T. James Goldstein    T. James Goldstein  I_icon_minitimeVen 18 Aoû - 18:34

There's that girl I like ...



Apolline McLagan ♦ Ex
Apolline est une personne que j'estime énormément et à laquelle je tiens beaucoup. Nous sommes sortis quelques mois ensemble, puis nous sommes restés bons amis. Une chose rare, diraient certains, et qui m'avait pourtant semblé si naturelle. Malgré notre histoire, il n'y aucun malaise entre nous ; nous pouvons tout nous dire, et peu importe ce qu'il se passe je serai toujours là pour elle.




Zoey Dandeth ♦ Vieille amie
Zoey est une amie de longue date et une vraie pile électrique, parfois, ce qui me rend fou. Mais on ne s'ennuie jamais avec elle et son hyperactivité m'aide à me sentir mieux quand je ne suis pas en forme. Elle faisait partie du groupe d'amis d'Eddy Cort et c'est comme ça que je l'ai rencontrée. La "fille de la bande", en quelque sorte ... mais je n'ai jamais attendu d'elle plus que de l'amitié et réciproquement.




Olivia Cortez ♦ Bonne impression
Olivia Cortez avait répondu à une de mes annonces et c'est une jeune femme sûre d'elle et déterminée que j'ai découverte. Elle passe très bien à l'image, c'est certain, et il ne déplairait pas de travailler à nouveau avec elle. Nous ne nous connaissons que très peu, mais elle a l'air de savoir ce qu'elle veut et elle n'a pas hésité à prendre les devants lors de sa séance photo (en tout bien tout honneur).




Dawn Wilder ♦ Belle inconnue
Dawn a croisé ma route quand nous nous étions échoués dans le même bar. Je revenais de l'étranger et elle venait d'arriver à L.A. Alors que le bar fermait, j'ai aperçu deux types commencer à la malmener - je les ai fait fuir en prétextant la connaître, puis nous avons fait connaissance. Elle ne savait pas où dormir alors j'ai accepté de l'héberger pour la nuit. Elle est partie le lendemain et je ne l'ai plus revue.




© Billy Lighter



Dernière édition par T. James Goldstein le Mar 22 Aoû - 22:45, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité



T. James Goldstein  Empty
MessageSujet: Re: T. James Goldstein    T. James Goldstein  I_icon_minitimeVen 18 Aoû - 18:35

Bros before hoes



Amon Sorensen ♦ Collaborateur
Amon Sorensen est mon contact au L.A People et il m'achète régulièrement des photos pour ses articles, que je lui vend sous le nom de "Theodore Golden". Dur en affaires et plutôt froid de premier abord, j'en suis venu contre toute attente à apprécier le professionnel qu'il est - je me demande parfois, cependant, comment il est en tant qu'homme. Quoiqu'il en soit, Amon est une source sûre de profits.




Axel Moriarty ♦ Collaborateur
Axel Moriarty travaille pour le magazine Guitar&Pen et me rémunère de temps à autre pour mes photos. Je n'ai pas eu beaucoup de contacts avec lui et le connais très peu - mais j'imagine qu'il n'est pas toujours irréprochable même s'il semble être intègre et très professionnel. Il a l'air du genre de personne avec qui je pourrais très bien m'entendre. Dans tous les cas, j'apprécie travailler pour lui.




Eddy Cort ♦ Vieil ami
Eddy Cort est un ami de longue date et très différent de moi, ce qui, étrangement, nous rapproche. Le musicien a le côté spontané et enthousiasme qu'il me manque peut-être et c'est parfois source de différends entre nous. Nous nous sommes connus quand nous étions adolescents et n'avons jamais vraiment cessé de nous voir depuis. Je trouve qu'on se complète, se tempère l'un l'autre.




Nathan J. Williams ♦ Ami proche
Nathan ... Nathan est un garçon un peu bizarre, mais je le considère comme mon meilleur ami ; ce qui signifie surtout de l'empêcher de trop faire de conneries. Il voit des méchants cyborgs et des aliens partout, mais c'est aussi un excellent chanteur et je le soutiendrai toujours. Tant qu'il ne commence pas à s'imaginer que je suis un reptilien sous couverture ...




© Billy Lighter



Dernière édition par T. James Goldstein le Ven 18 Aoû - 20:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité



T. James Goldstein  Empty
MessageSujet: Re: T. James Goldstein    T. James Goldstein  I_icon_minitimeVen 18 Aoû - 18:36



The truth never set me free/So I did it myself


RPs prévus
Bailey
Hank

RPs en cours
Busted ! - ft. Julian Hughes
I'm walking on sunshine - ft. Evelyn Fallen
I have to go inside - ft. Luke Werner
Awkward meeting - ft. Dawn Wilder

RPs terminés
Pay Day - ft. Amon Sorensen
Thinking By The Sunset - ft. Duncan Keller
Violation Of Privacy - ft. Daniele Ricci
Abandonné
Can You Smile For Me ? - ft. Olivia Cortez [CANON]

Chronologie
Pay Day - 20/09/1982
Thinking By The Sunset - 23/09/1982
Can You Smile For Me ? - 25/09/1982
I'm back, and I'm ready to work - 19/10/1982
Busted ! - 20/10/1982
I have to go inside - 21/10/1982
Violation Of Privacy - 23/10/1982
Awkward meeting - 24/10/1982
I'm walking on sunshine - 27/10/1982

© Billy Lighter


Dernière édition par T. James Goldstein le Mer 20 Sep - 10:47, édité 11 fois
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité



T. James Goldstein  Empty
MessageSujet: Re: T. James Goldstein    T. James Goldstein  I_icon_minitimeMar 22 Aoû - 22:46

Ajout de Dawn Wilder
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




T. James Goldstein  Empty
MessageSujet: Re: T. James Goldstein    T. James Goldstein  I_icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

T. James Goldstein

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» James Storm Vs Brock Lesnar
» Darnell James Williams [TERMINEE]
» [M] Theo James ∞ LIBRE
» (m) théo james → ex
» James Lafferty En Cours

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Hors-jeu :: Archives :: Fiches archivées-