AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Girls Fight [FrEe]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Olivia Cortez


Messages : 576
Date d'inscription : 29/01/2017
Age du personnage : 16
Localisation : Ici, et là

Who Am I?
Birth place: Tijuana
Je suis: têtue
Song: Don't ignore me


MessageSujet: Girls Fight [FrEe]   Jeu 14 Sep - 17:02



Girls Fight

         

ft. FrEe





- Dites nous, Mademoiselle Cortez, selon nos sources,  ce ne serait pas votre « vrai » nom de famille » ?

- Hmm… Et bien, Clint, c’est un peu le pourquoi de mon single… la recherche identitaire. Qui je suis, en somme.


- N’est-ce pas troublant de ne pas connaître ses origines ?

- Oui… et non. J’ai toujours été bien encadré et je n’ai jamais manqué de rien ayant comme figure paternel mon beau-père Enrique.


- Et Jimmy ?


Je fronce des sourcils ne comprenant pas trop là où le journaliste veut en venir et comme, surtout sait-il pour Jimmy. Je cherche un peu vers les coulisses là où devrait se trouver Jack mais je ne le repère pas et je sens la panique grimper légèrement en moi.  Reportant mon attention sur l’animateur du talk show, je lui souris nerveusement en répétant « Jimmy ?

- Jimmy Reed, ton père ! Et il est parmi nous mesdames et Messieurs, je vous pris d’accueillir Jimmy Reed sur notre plateau !

Les gens dans le public applaudissent frénétiquement alors que je sens mon cœur vouloir bondir hors de ma poitrine. Sans trop savoir pourquoi, je me lève de mon siège en cuire et j’applaudis en souriant nerveusement, toujours en cherchant Jack  du regard.

Jimmy Reed sort des coulisses, un sourire à 10 000 balles bien plaqué sur le visage, traînant un sac d’une main détendue. Il  m’enlace quand  il arrive à sa hauteur et m’embrasse sur le front en  disant à l’intention du journaliste « N’est-elle pas magnifique, ma fille? »

- Jimmy Reed, tout d’abord permettez moi de vous remercié d’avoir accepté notre invitation ! C’est un réel bonheur que d’être le premier talk show à recevoir père et fille en même temps !

- Mais, tout le plaisir est pour moi, Clint ! C’est un immense bonheur que d’appuyer ma fille dans sa carrière.  J’ai mis un point d’honneur à être présent pour elle depuis le tout début.

-
C’est… faux ! , m’exclamais-je.

Mais à quoi ça rime tout ça ? Et… Où est Jack?  Je tente de me lever mais mon père me fait rester assise en posant une main autoritaire sur ma cuisse. Nos regards se croisent et c’est le choc des «  générations » qui opère. Je me vois à travers lui et je sais qu’il en va de même pour lui.  Mon père vient de prendre le contrôle de mon existence et, cela n’est pas étranger au fait que je ne trouve plus Jack en coulisse.

- J’ai d’ailleurs apporté à ma fille, la première récolte de son succès !

- Un disque platine ?
demanda l’animateur, avide de savoir.

- Bien mieux que cela ! Mais elle pourra aussi l’accrocher sur le mur de sa chambre, à même ma spacieuse Villa, si elle ne le désire.

Et c’est alors que mon père ouvre le sac qu’il a traîné avec lui et en ressort une immense, beaucoup trop immense pour avoir pu être contenu dans son sac, un tableau sur lequel la tête de Jack et d’Howard Stone y a sont placées. Comme un… trophée de chasse ?!

Je me lève, horrifié, en hurlant à plein poumons. Je veux fuir le plateau mais Delfino Alvarez  apparaît des coulisses tenant une corde en nylon d’une main et un sac de jute de l’autre.

- Elle est si belle, ma fille ! Ne trouvez-vous pas ? Trop belle… Et plus aucun autre homme ne viendra mettre ses  mains poisseuses sur elle !

Et c’est là que je me suis réveillée en hurlant, tout comme dans mon cauchemar.  J’en tremble et je suis en sueur.  Dois-je y voir un signe ?  Je préfère ne pas y penser. Surtout que c’est une grosse journée pour moi. C’est aujourd’hui que je dois passer mon audition pour Juliette et… je n’ai pas revue Julian du reste du week end.

Je ne sais pas comment je me sentirai quand je le croiserai à l’école et que l’envie me prendra de l’embrasser ou simplement de l’enlacer.  D’un commun accord, nous avons convenu de garder notre relation secrète.

Avec le rêve que je viens de faire, je ne sais plus si c’est une bonne idée… ou si je viens de lui sauver la vie…

Jack, n’est pas là ce matin. Je savais qu’il y avait une importante réunion chez BSC et que tous devaient y être présents. Rares sont ces meetting, surtout de si bonne heure et, malheureusement pour moi, ça devait être ce matin.

Il m’a quand même laissé une note  me souhaitant bonne chance pour mon audition et ça me touche. Il pense à tout, mon manager plus que parfait !
J’arrive presque en retard en classe. Je n’aime pas prendre le transport en commun pour me rendre à Fairfax.  Faire le trajet avec Jack c’est toujours plus agréable puisque nous pouvons discuter et je me sens moins «  larguée ».

Je croise Jess tout juste avant d’entrer dans l’école. J’viens lui prendre le bras et nous nous dirigeons vers  l’établissement en discutant comme deux petites pies bavardes.  Elle me raconte son weekend en détails en moins deux  minutes et, alors que j’allais lui dire que le mien avait été plutôt calme  tout en tirant la porte de l’école -  secret oblige-  je tombe face à face avec Melody Summers qui distribue des photos à tous les étudiants. Et pas n’importe laquelle. MA photo avec Howard Stone, sur la plage.

Je vois rouge. Je suis furieuse. Et déjà, Jess invective Melody qui reste de marbre en continuant sa distribution. Et, pire encore, en levant les yeux, je me rends vite compte que  les casiers en sont placardés.

- T’es…vraiment une sale garce ! lui lançais-je avant de me précipiter pour arracher des murs, les reproductions de ma photo.

Tout le monde l’a vue, c’est bien évident ! Tout le monde  en parlera et tout le monde en rira en me jugeant. Et Julian… s’il ne l’avait pas encore vu u s’il n’avait pas cru bon de m’en parler, cette fois, ce sera difficile de faire autrement…


© Billy Lighter


Jimmy's daughter
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hank North


Messages : 282
Date d'inscription : 05/06/2017
Age du personnage : 38
Localisation : Los Angeles

Who Am I?
Birth place: Los Angeles
Je suis: nerveux...
Song: One Of My Turns - Pink Floyd


MessageSujet: Re: Girls Fight [FrEe]   Sam 16 Sep - 14:58



Girls Fight
Libre


-Lâche-moi, Stopher ! Lâche-moi deux secondes !

J’adorais mon frère, mais ces derniers temps, tout le monde me tapait sur les nerfs… Et mon avocate et moi avions convenu que nos rencontres se feraient non pas dans ma villa de San Fernando Valley, mais chez mon frère. C’était moi qui avais demandé à ce que ça se fasse comme ça, pour avoir une soupape de sécurité en Christopher, pour qu’il me rattrape au vol avant que je ne prononce des choses que je risquerais de regretter par après.

Et je n’en avais rien à foutre que ces concertations soient confidentielles, à partir du moment où j’autorisais mon frère à m’appuyer, je pouvais. Or, je n’avais (presque) rien à cacher à mon frangin.

Debout à tourner comme un lion en cage dans la cuisine, je passai mes deux mains dans mes cheveux. Je n’avais toujours pas pris la peine de me raser… Parce que… Parce que ça n’avait pas l’air de déplaire à Bailey.

Mon avocate disait que si on voulait aller en appel de la décision, il suffisait qu’un des témoins de Kate revienne sur sa déclaration, ce qui revenait, pour la personne en question, à avouer un parjure. Mon avocate, et mon frère, qui étaient probablement les seuls au monde à croire dans mes déclarations comme quoi j’étais innocent, avaient la même foutue idée… Parce que j’avais apporté la preuve d’un parjure… Un mot très court que j’avais trouvé dans la chambre de Julian, alors que j’y étais allé comme pour faire mon deuil de l’adolescent que je ne pourrais plus jamais revoir…

Pardonne-moi, s’il te plait… Je ne voulais pas faire ça.

Julian


Pour eux, ça suffisait à rouvrir le dossier et à tenter une nouvelle fois de prouver mon innocence… Mais pour moi, ça revenait à foutre Julian dans une merde noire et je ne pensais pas au parjure, en tant que mineur, il ne serait probablement pas reconnu coupable pour ça… Mais sa mère, elle, n’allait pas le rater !

-Vous devriez tenter le coup, Monsieur North. Ce n’est pas une petite condamnation qui figure désormais sur votre casier et pensez à votre carrière. En tant que personnalité publique…

Je posai brutalement mes deux mains sur la table, me penchant vers elle, la regardant droit dans les yeux et lui clouant le bec du même coup.

-Et vous n’avez aucune idée des conséquences que ça aurait pour Julian.

Mon frère reprit le relais, assis sur sa chaise, les bras croisés :

-Explique-toi ?

Je pointai un index menaçant vers lui.

-Lâche-moi, j’ai dit.

Il fronça les sourcils.

-J’avais envoyé une lettre à Julian, pour un stage de cinéma. Tu le sais, ça, Hank. Et bien tu sais quoi ? Je n’ai jamais eu de réponse à cette lettre.

Je regardai mon frère dans les yeux, et ricanai cyniquement.

-Sans déconner…

Evidemment qu’il n’aurait pas de réponse. S’il avait envoyé une lettre à Julian, à l’adresse à laquelle il vivait maintenant seul avec sa mère, j’étais sûr et certain que l’adolescent n’avait jamais vu la couleur de cette lettre.

J’en avais complètement oublié mon avocate qui suivait notre échange.

Stopher continua, mettant une lettre scellée sur la table.

-Alors, j’en ai fait une autre. Je vais l’envoyer chez son père, j’aurais dû le faire comme ça dès le départ. Mais je voulais voir ce que ça ferait si je l’envoyais chez Kate, parce que jusqu’à preuve du contraire, TU as une mesure restrictive par rapport à lui. Pas moi. Elle n’a pas à l’empêcher d’avoir ce stage. Et c’est ce qu’elle a fait.

Je secouai la tête, dépassé par Stopher. Bien sûr, il ne pouvait pas s’imaginer que grâce à sa petite manigance pour jauger Kate, Julian avait sûrement pris une raclée.

Mais avant qu’il retire la lettre de la table, je l’attrapai promptement, frappant de ma main à plat dessus. Et Stopher comprit que c’était pas trop le temps de tenter sa chance alors que je lui disais :

-Ah ah ! Pas touche ! C’est fini les conneries !

Je pris la lettre et puis ma veste et m’éclipsai, mais c’était sans compter sur le fait que mon avocate me suivrait dans la résidence de mon frère, malgré que j’entendis Stopher lui dire de ne pas le faire.

-Henry ! Hank ! Attendez !

Je me retournai vers elle.

-Quoi ?!

Elle secoua la tête…

-Je commence à vous connaître, pas besoin d’être un génie pour savoir que vous allez aller donner vous-même cette lettre à Julian Hughes. C’est une violation de vos conditions ! Si quelqu’un vous voit, vous reconnaît… Si un paparazzi…

Je l’interrompis là.

-Vous êtes gentille. Vous êtes une bonne avocate. Mais j’ai déjà violé mes conditions.

Elle me regarda, bouche bée. Je soupirai. J’avais frappé Apolline Mclagan, non ? J’avais fait ce que j’avais clamé n’avoir jamais fait pendant une semaine…

Je repris mon chemin, la plantant là. Elle tenta le coup une dernière fois.

-Hank…

Je me retournai, écartant les bras avec un vague sourire, comme si j’étais impuissant à m’arrêter moi-même.

Je pris ma voiture et roulai jusqu’à Fairfax High School… C’était pas très loin de chez Christopher. Avec un peu de chance, je serais là tôt assez pour intercepter Julian à l’entrée de l’école, avant qu’il n’aille en cours. Une fois garé à proximité de l’établissement, j’enfonçai une casquette sur ma tête et mis des lunettes de soleil pour cacher mes traits…

Je traversai la cours à grandes enjambées… Je ne pouvais pas me permettre d’attendre dehors, en plein terrain dégagé pour les paparazzi qui étaient peut-être en planque pour avoir des photos de la génération qui allait un jour prendre le relais à L.A., une génération dont Julian faisait partie.

J’entrai donc dans le hall de l’école où ça hurlait déjà… Des filles étaient en train de se crêper le chignon et je souris en coin… Y a des trucs qui changent pas…

J’avisai le casier à côté de moi où était scotchée une photo photocopiée tirée de ce bon vieux et crapuleux L.A.People… Je la détachai et y reconnus Howard, fatalement, avec une toute jeune fille que je reconnus comme étant l’un de celle en train de hurler des insultes à ce qui semblait être la garce de service…

On parle des hommes, mais en voyant ça et avec l’expérience que j’en avais, je pouvais dire que les femmes avaient autant, si pas plus, la violence dans le sang que nous.

@ Billy Lighter



Don't look so frightened this is just a passing phase
one of my bad days ©️ Pink Floyd
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Julian Hughes


Messages : 129
Date d'inscription : 04/08/2017
Age du personnage : 15
Localisation : Entre Malibu et Beverly Hills

Who Am I?
Birth place: Los Angeles
Je suis: un futur Jimmy Reed... En beaucoup mieux.
Song:


MessageSujet: Re: Girls Fight [FrEe]   Sam 16 Sep - 19:30



Girls Fight
Libre


Je m’étais levé très tôt ce matin, il devait être 4h quand j’avais ouvert les yeux. J’avais pensé, tout le reste du week-end à ce qu’il s’était passé avec Olivia. Ma mère m’avait posé beaucoup de questions. Et je lui avais donné les réponses qui convenaient. De toute façon, elle ne pouvait pas savoir ce qu’il s’était passé entre moi et Livia. Elle n’avait pas encore mis des caméras miniatures sur mes vêtements pour le savoir. Je le savais. J’avais vérifié.

Avant de partir à l’école, j’avais travaillé sur ma voiture. Je boostais le moteur pour qu’elle aille plus vite en consommant moins… Mais même en faisant ça, je ne pensais qu’à Livia. Je savais qu’aujourd’hui c’était les auditions pour le rôle de Juliette… Et j’avais envie que ça soit elle… Et j’étais tellement perdu dans mes pensées que je n’arrivais à rien avec ma voiture et que je lui fis plus de mal que de bien. Je soupirai… Pas le temps de réparer les dégâts, ça allait être l’heure de partir.

Mon père était déjà pari chez MTI quand je sortis du garage pour prendre mon sac et me faufiler dans la voiture conduite par notre chauffeur personnel. Comme d’habitude, le trajet se passa dans le silence. Je ne parlais jamais au chauffeur à part pour échanger des formules de politesse.

Et quand j’arrivai à l’école, c’était pour rencontrer Tyler devant l’entrée.

-Salut Julian !


Il était tout souriant mais tout ce que je lui renvoyai comme politesse fut un regard noir. Il avait envoyé une rumeur comme quoi j’avais des vues sur Melody ce qui était totalement faux.

-Je n’ai pas de vue sur Melody, Tyler… C’est bien compris ?

Il leva un sourcil et haussa les épaules. Il prenait sa rumeur à la légère.

-Tu devrais. C’est la plus populaire de l’école. Et toi, tu es le plus célèbre de l’école. Vous êtes fait pour être ensemble.

Je levai les yeux au ciel.

-Je ne l’aime pas. Point !

J’avais dit ça avec beaucoup d’autorité. J’étais sûr que Jimmy Reed aurait fait pareil si un de ses managers avait moufté.

Il fit la moue et on entra dans l’établissement. J’avançai dans le couloir en remarquant que mon casier et ceux des autres étaient placardés d’une photo. Et, au bout du couloir, près de la cafétéria, je voyais Olivia et Melody, face à face en train de s’envoyer des « mots doux ». Je me mordis la lèvre en voyant ça. Melody tenait des photos dans sa main qu’elle distribuait aux élèves. Et ça semblait chauffer entre elle et Olivia sans compter Jess Kurtz qui y mettait son grain de sel. J’entendais les insultes d’ici, si bien qu’un petit groupe d’élèves se formait autour d’elles pour admirer le spectacle.

Je soupirai en me tournant vers mon casier pour me saisir de la photo. C’était une photo de L.A.People où on voyait Howard Stone avec… Livia. Je fis la moue en déchirant en mille morceaux cette photo. Je ne sais pas de quand ça datait… Mais ça me rendait quand même furieux. Je ne sais pas pourquoi… Peut-être parce que… Je sais pas. Livia n’avait jamais dit qu’elle avait eu une aventure avec le batteur…

Je m’avançai vers Livia et Melody prêt à m’immiscer dans leur dispute. Mais c’était sans compter sur l’homme que je reconnu dans un recoin du couloir.

-Hank ?

Mon visage exprimait la surprise… Puis, l’appréhension. Mon estomac se retourna… Je savais qu’Hank ne pouvait pas m’approcher… Je le savais. Mais je savais aussi que j’avais témoigné contre lui… Il venait sûrement pour me dire qu’il ne voulait plus jamais me voir. Mon cœur battait très fort.

-Tu… Tu ne peux pas être ici…

Tyler, n’avait même pas remarqué Hank. Il regardait avec avidité la bagarre entre les deux filles en criant « bataille de fille ! ». Ce qui ramena encore plus d’élèves. Et quand Livia cria un peu plus fort une insulte envers Melody, je me tournai, à nouveau, vers les filles. Ça allait mal finir… Mais je n’osais pas intervenir… Pas maintenant.

-Hank… Il faut que tu partes… S’il te plait…

J’étais mal à l’aise. Autant par la présence d’Hank, que par la photo et la bagarre… Je voulais que Livia gagne et s’en sorte… Et, en même temps, la photo me foutait les boules. J’essayais de ne pas regarder Hank mais de regarder les filles qui s’envoyaient des insultes. Il faudra que j’intervienne. Tôt ou tard… Juste pour défendre mon amie… Ma petite-amie… Mais je ne pouvais pas ignorer Hank… Je voulais savoir ce qu’il voulait. Et, en même temps, je me disais que ce n’était sûrement pas que pour me dire bonjour.

@ Billy Lighter


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Olivia Cortez


Messages : 576
Date d'inscription : 29/01/2017
Age du personnage : 16
Localisation : Ici, et là

Who Am I?
Birth place: Tijuana
Je suis: têtue
Song: Don't ignore me


MessageSujet: Re: Girls Fight [FrEe]   Mar 19 Sep - 2:46



Girls Fight

         

ft. FrEe




De quel droit et surtout, pourquoi Melody a telle décidé de s’en prendre à moi, sans raison sauf si ce n’est que nous auditionnons pour le même rôle  dans la pièce que monte l’école ? Est-ce justifié de sa part de m’attaquer gratuitement en dévoilant à l’intégralité de l’école ma petite incartade avec le batteur de The Burning Fire ?

Jess, fidèle amie, explose avant que je n’ai le temps de réagir réellement, figée sur place que je suis en regardant l’ampleur des «  dégâts », en invectivant Summers de tous les noms possibles.

- Pourquoi? , que je lui demande en me retournant vers elle.

Puis, je réitère ma question cette fois en hurlant.

Mais son sourire satisfait sur son visage suffit pour me faire perdre le contrôle de mes gestes et je viens la pousser plutôt fortement puis je m’éloigne d’elle pour arracher des murs les photos qui y sont collées.

C’est qu’elle y a mit les moyens, cette garce ! Y’en a pas qu’une dizaine… y’en a une bonne centaine ! D’une main tremblante, j’arrache encore et encore les photocopies de ma photo en la maudissant – en l’assassinant plutôt – dans ma tête.

Je ne la vois pas mais je sais qu’elle continue de distribuer des copies.  Jess arrache elle aussi des feuilles placardées sur les casiers cette fois mais si Melody continu de distribuer d’autres copies aux étudiants qui entrent tout juste dans l’école, ce que je suis entrain de faire n’est rien de plus qu’un coup d’épée dans l’eau.  

Alors d’un pas furieux, je retourne vers elle.

- Mais c’est quoi ton problème ? La seule façon que tu as de te sentir supérieur à moi c’est en  publiant cette photo ? Bah vas-y !  Tu sais quoi, j’en ai plus rien a foutre parce que contrairement à toi,  j’assume ce que je fais !

J’suis tellement occupé à lui gueuler dessus que je ne remarque même pas Julian qui est entré dans l’école, Tyler, bien entendu, tout près de lui.  Si y’en a un qui va se réjouir de ce qui ce passe ce matin c’est bien Tyler…. Comme si j’avais eu besoin de ça.

J’arrache des mains de Summr le reste des feuilles et je me dirige vers la cafétéria et, grimpant sur la table,  annonce que je signerai pour un temps limité à l’annonce du début des cours, toutes copies de cette photo.

- Dans 5 ans, ce cliché vaudra de l’or, plus encore s’il est autographié !  Alors dépêché vous cette offre est d’une durée limité !

Puis, sautant en bas de la table, je m’assois sur une chaise sortant un feutre de mon sac et je commence a signer mon nom sur les copies prises à Melody et j’attends qu’on vienne me faire signer celles ayant trouvées preneurs.

Il ne faut pas plus que 30 seconde pour voir un attroupement se former autour de moi.


© Billy Lighter


Jimmy's daughter
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hank North


Messages : 282
Date d'inscription : 05/06/2017
Age du personnage : 38
Localisation : Los Angeles

Who Am I?
Birth place: Los Angeles
Je suis: nerveux...
Song: One Of My Turns - Pink Floyd


MessageSujet: Re: Girls Fight [FrEe]   Mar 19 Sep - 15:52



Girls Fight
Libre


Les filles hurlaient et la bagarre attira très vite une petite foule d’adolescents avides de sang qui regardèrent la scène, en encourageant les filles qui se battaient plutôt que d’essayer de les faire cesser… Oh, j’allais pas les blâmer, bien que j’avais plus rarement fait partie de la foule que de ceux qui se bagarraient…

C’était vrai à l’école, et c’était encore vrai aujourd’hui.

Mais il ne fallait pas que j’oublie l’objectif de ma visite à Farifax High School parce qu’avec mes lunettes, ma barbe et ma casquette pour passer incognito, j’allais vite passer pour un pervers si je trainais dans le coin… Et c’était pas vraiment le moment… J’avais eu ma dose de condamnations…

Alors je m’attardai moins sur la bagarre et plus sur les adolescents qui s’agglutinaient autour des filles qui faisaient le spectacle. Mais ce ne fut pas moi qui trouvai Julian, ce fut Julian qui me trouva. Si moi, mon premier réflexe fut de lui sourire tant j’étais content de le voir, lui, il était blanc comme un mort.

Je connaissais cette expression, je l’avais souvent vue chez Julian quand sa mère haussait un peu la voix ou quand une dispute éclatait entre nous.

Et ça me faisait mal de voir que, cette fois, c’était moi qui lui faisait tirer cette tête-là.

-Hey… Julian… Ça va ?

Il regardait alternativement les filles qui s’engueulaient toujours et moi. Et j’avais l’impression qu’elles comme ma présence l’inquiétaient au plus haut point.

Quand Julian se concentra finalement sur moi, ce fut pour me dire, la peur pointant dans sa voix, qu’il fallait que je parte. Mon cœur se serra de l’entendre vouloir que je dégage le plancher… Alors qu’il n’y avait pas si longtemps, à mes yeux, il fonçait dans mes bras quand son père le déposait à San Fernando Valley…

-Ouais ouais, je sais mais…

Je fouillai frénétiquement dans mes poches…

-Je suis venu t’apporter quelque chose.

Je tirai l’enveloppe de la poche de ma veste et la tendis à Julian.

-C’est de la part de Stopher… Pour le stage. Il s’inquiétait de ne pas avoir de réponse.

Je tournai la tête vers les filles qui s’insultaient… Avant de reporter mon attention sur l’adolescent.

-Promets-moi d’aller à ce stage. Je sais que t’en as envie.

Je soupirai et mis mes mains dans mes poches…

-Et pour le reste, t’es tout pardonné.

Je me retournai vers la scène qui se déroulait un peu plus loin. Le bout du couloir s’ouvrait sur la cafeteria où la jeune blonde avait pris place, debout sur la table. Je la regardai par-dessus mes lunettes de soleil…

-C’est ce qu’on appelle avoir des couilles… Tu la connais ? J’ai l’impression de l’avoir déjà vue quelque part…

Ouais… Sur la photo, avec mon meilleur pote, sur la plage… Ma curiosité était piquée et j’avais toujours la photo en main, d’ailleurs. Je ricanai en regardant Julian.

-Je vais chercher un autographe, puis je me tire, promis.

Sans attendre la réponse de Julian, je m’avançai vers la cafétéria, toujours planqué par ma casquette et mes lunettes de soleil… Je regardais quand même à ce qu’il n’y ait pas d’éducateur ou quoi qui se pointe… Bien que même si c’était le cas, je pourrais toujours jouer la carte de la nostalgie, puisque j’étais moi-même un ancien élève de Fairfax…

Je me faufilai dans l’attroupement de gosses autour de la table qu’occupait la blonde et posai la photo devant elle et lui sourit.

-Je veux bien un autographe… C’est pour un ami…

@ Billy Lighter



Don't look so frightened this is just a passing phase
one of my bad days ©️ Pink Floyd
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Julian Hughes


Messages : 129
Date d'inscription : 04/08/2017
Age du personnage : 15
Localisation : Entre Malibu et Beverly Hills

Who Am I?
Birth place: Los Angeles
Je suis: un futur Jimmy Reed... En beaucoup mieux.
Song:


MessageSujet: Re: Girls Fight [FrEe]   Mer 20 Sep - 11:01



Girls Fight
Libre


Melody et Livia était en guerre ouverte dans le couloir. Les photos qui étaient placardé sur les murs et les casiers me faisaient enrager. Sur Livia. Et sur Melody. Parce que Livia ne m’avait pas dit qu’elle avait eu une aventure avec Howard Stone. Et Melody n’avait pas à exposer ça partout dans l’école.

J’étais prêt à intervenir alors que Jess et Livia tentait, tant bien que mal d’arracher les photos… C’était peine perdue, Melody en avait encore plein sur les bras et continuait sa distribution.

Mais je tombai sur Hank… Et il me sourit… Qu’est-ce qu’il faisait ça… Tout de suite, un malaise vint m’envahir. C’était déjà le cas quand j’avais vu la photo. Mais là… C’était pire que tout. Je vivais un cauchemar ce matin. Il me demanda si ça allait, mais je ne répondis pas. J’avais les yeux rivé tantôt sur lui et tantôt sur les filles qui continuaient leur bagarre qui, j’en étais sûr, allait mal finir.

Hank avait changé. Il avait une barbe et les cheveux plus longs. Je ne l’avais jamais vu aussi négligé… Mais tout ce que j’avais envie, c’était qu’il parte. Il disait qu’il savait… Et moi, j’attendais avec appréhension le moment où il allait me crier dessus à cause de mon témoignage au tribunal.

Mais il ne venait pas pour ça. Il sortit une enveloppe de sa poche. C’était l’enveloppe de Christopher pour le stage. La même que ma mère avait déchirée. Je pris la lettre en main en la regardant tout en entendent, en arrière-plan, Livia crier qu’elle assumait ce qu’elle avait fait. Elle assumait pour son aventure… Peut-être même qu’elle était encore avec Stone…

Mes pensées là-dessus et sur Hank s’entremêlent et je secouai la tête négativement quand Hank disait que je devais aller à ce stage.

-J’en ai envie oui. Mais Maman ne veut plus que j’ai affaire aux North. Je ne pourrais pas faire ce stage, Hank. Elle m’en empêchera. Je ne peux rien te promettre. Je vais essayer de convaincre mon père de lui dire quelque chose… Mais… Je sais déjà qu’il ne voudra pas insister auprès de Maman…

Je soupirai enfouissant, quand même, la lettre dans ma poche. Je baissai les yeux. Mais je les relevai quand Hank disait que j’étais pardonné pour le reste. Mon regard était surpris et reconnaissant. Je croyais vraiment qu’il m’en voudrait à vie pour ce que j’avais fait. Mais non…

-Merci.


C’était un « merci » de soulagement. Mais je n’en dis pas plus sur l’évènement. Parler du jugement c’était parler de la partie de moi que je n’aimais pas.

Hank se tourna alors vers les deux filles. Livia avait pris place dans la cafétéria et commençait à signer les photos d’elle pour retourner la situation à son avantage. J’adorais la voir faire ça mais en même temps, je n’arrivais pas à gober cette photo. Hank constata qu’elle avait des couilles.

-Ouais, je la connais. C’est Olivia Cortez. C’est une… Une amie à moi. Tu as dû la voir dans L.A.People. Parce qu’apparemment elle a eu une aventure avec Stone…

Il y avait une pointe d’énervement dans ma voix. Livia avait aussi fait une apparition dans Guitar&Pen après la sortie de son album… Mais j’étais trop énervé par cette photo, sans compter la pression qui redescendait, que je n’avais pas précisé ça.

Je croisai les bras en regardant Olivia continuer son petit numéro. Melody était folle de rage. Et Hank en rajouta une couche en disant qu’il allait demander un autographe.

-Non, Hank ! Fait pas ça !

Trop tard, il était déjà au niveau de Livia. Je soupirai et m’approchai de l’attroupement. Hank demanda un autographe à Olivia en disant que c’était pour un ami. Je levai les yeux au ciel. Je savais que le meilleur ami d’Hank était Howard Stone. Je croisai le regard de Livia mais rien d’autre comme expression ne passait dans mon regard à part de la déception.

Melody, qui était à deux pas de moi, lançait des insultes à Livia. Et plus elle en disait, plus ça m’énervait. Je fermai les yeux deux secondes pour essayer de faire abstraction de ce que disait Melody et de la conversation entre Hank et Livia. Mais, après un moment, ça ne prenait plus.

-La ferme, Melody !

J’avais dit ça très fort à l’attention de Melody qui sursauta et se tourna vers moi.

-Julian, t’es dans le camp de cette connasse ? J’croyais que… Tu m’aimais…

C’était le mot de trop. Je poussai très violemment Melody qui trébucha et se tapa la tête contre une table de la cafétéria. Je n’avais pas senti ma force. Heureusement Melody n’était pas K.O., juste un peu sonnée et choquée.

-Merde…


Je me figeai sur place.


@ Billy Lighter


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Olivia Cortez


Messages : 576
Date d'inscription : 29/01/2017
Age du personnage : 16
Localisation : Ici, et là

Who Am I?
Birth place: Tijuana
Je suis: têtue
Song: Don't ignore me


MessageSujet: Re: Girls Fight [FrEe]   Jeu 21 Sep - 14:31



Girls Fight

         

ft. FrEe




C’est surréaliste ce que je ressens en ce moment. Un parfait mélange de colère, de chagrin et de déception profonde en le genre humain. Melody pouvait m’attaquer sur mes résultats scolaires, dans la bonne moyenne mais inférieur aux siens. Ou sur le fait que je suis plus petite qu’elle. Ou elle aurait pu ridiculiser mon  single en ce moquant de mes paroles. J’aurais su l’ignorer.

Mais d’étaler ma vie privée en l’affichant partout dans l’école ça dépasse toutes les vacheries que j’aurais pu croire possible venant d’une seule et même  connasse de 16 ans.  Mais cette photo est publique, ayant parue dans un magazine reconnu. Il doit même y avoir des gens dans cette école qui l’ont vu puisque c’est ici même  que Jack l’a découvert.

J’en arrache autant que je peux entre deux insultes échangées avec Summers, aidé par Jess ma meilleure amie qui  déchire tout ce qu’elle peut attraper, allant même jusqu’à prendre des mains la copies que certains étudiants ont pour eux.

Alors ne me reste qu’une option : celle de me sortir aussi dignement que possible de cette situation en la tournant à mon avantage. Un peu comme lors de l’entrevue avec Axel Moriarty quand il a abordé mon lien avec Howard Stone.

J’viens donc arracher des mains de Melody la pile de photocopie qui lui reste et je vais m’installer à une table de la cafétéria annonçant une séance d’autographe improvisée d’une durée limité.

Il en faut pas plus pour faire tourner le vent et de voir les étudiants d’attrouper autour de moi en tendant leur copies et en n’en demandant d’autres pour eux-mêmes ou  qu’importe… J’entends qu’à moitié  ce qu’ils me disent tant la rage me bas encore dans mes tempes.

- Wow ! Olivia trop d’la chance ! Howard Stone ! Tu as son numéro perso ? , demande Keylla Anderson.

- Je voudrais trop qu’il pose les yeux sur moi lors de son prochain spectacle quand il salut la foule à la fin ! , espère tout haut  Julie Smith.

- Tu as encore des contacts avec lui ? Tu peux obtenir des billets pour voir The Burning Fire en concert, Liv ? demande… Miss Crawley la responsable de la cafétéria !!? Vraiment ?

Je ne réponds que pour la plus part des questions par non et non, et encore et toujours non, me contentant de signer les feuilles jusqu’à ce qu’un homme coiffé d’une casquette et de lunettes de soleil me demande un autographe pour son ami.

- Il s’appel comment cet ami ? , lui demandais-je en fronçant des sourcils devant son accoutrement lui donnant un air plus que suspect.

Je lève la tête, pas bien certaine d’avoir compris, ou alors parce que je ne veux pas comprendre le nom qu’il vient de prononcer mais mon attention est vite attiré vers l’entré de l’école  quand la voix furieuse de Melody s’élève au travers du cahot ambiant. Elle fait face à Julian et se dernier la pousse au point qu’elle tombe et… je ne la vois pas se relever.

Je me lève d’un bond et traverse les étudiants qui rouspète n’ayant pu voir leur copie de ma photo autographiée.

- Julian ! m’exclamais-je un fois à sa hauteur. Pourquoi…t’as fait ça ?

Je l’ai moi-même poussé un peu plus tôt mais de voir Julian le faire, alors qu’il n’est pas implicitement impliqué dans cette histoire me trouble.  Pour l’avoir vu me traîner de force dans les toilettes de l’arcade, pour sa montée de colère dans sa voix quand j’ai osé aborder le sujet de sa mère chez moi l’autre jour puis ce matin, de s’en prendre à Melody en la poussant contre le mur,  me laisse comprendre que mon petit ami ne va pas…. Forcément bien.

- Mesdemoiselles ! Messieurs ! Prenez le chemin des casiers je vous pris ! Olivia, Julian, Melody et Jess, celui de mon bureau, je vous pris !

La voix de Monsieur Maguire détonne au travers celles des autres.  Mon professeur titulaire est du genre à ne pas se laisser marcher sur les pieds et de savoir que c’est lui qui intervient et non pas une bonne pâte malléable comme Mademoiselle Hunt, par exemple, me glace le sang.

Mais je n’ai rien à me reprocher là dedans, pas vrai ? Je suis qu’une…victime ?


© Billy Lighter


Jimmy's daughter
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hank North


Messages : 282
Date d'inscription : 05/06/2017
Age du personnage : 38
Localisation : Los Angeles

Who Am I?
Birth place: Los Angeles
Je suis: nerveux...
Song: One Of My Turns - Pink Floyd


MessageSujet: Re: Girls Fight [FrEe]   Jeu 21 Sep - 20:13



Girls Fight
Libre


J’aurais cru que recevoir la lettre de Christopher aurait apporté un peu de bonheur sur le visage sombre et blême de Julian… Mais non… Et avant même qu’il le dise tout haut, je sus très bien pourquoi ça n’a pas cet effet-là : sa mère ne le laissera jamais faire ce foutu stage, elle ne voulait plus qu’il ait à faire avec les North. Et Don… Don avait peur de Kate.

Mais je savais aussi très bien que je n’étais pas venu jusqu’à Fairfax High School pour apporter cette lettre à Julian, ni pour lui faire promettre qu’il irait à ce stage.

J’étais venu pour voir Julian… La lettre n’était qu’un prétexte. J’arrivais pas à me faire à ma villa vide malgré les visites bien plus fréquentes, voire même du plusieurs jours, de Bailey… J’arrivais pas à perdre le rythme des semaines où Julian était censé être là sans jamais voir la voiture de son père arriver dans l’allée.

Ce qui m’aurait fait du bien, pour oublier un peu tout ça, ça aurait été un putain de tournage.

Mais Kate m’avait tiré d’un cercle vicieux pour me projeter dans un autre : le tournage de Factory War terminé, la post-prod allait commencer et ce n’était pas à ce moment-là que j’allais décrocher un autre rôle. Mais quand la post-prod serait terminée, avec le casier judiciaire que je me tapais maintenant, ce n’était pas dit que j’allais être sollicité direct… Je me voyais déjà reprendre le chemin des castings, d’ailleurs… Je me faisais déjà une raison…

Je mis mes mains dans mes poches et soupirai…

-Ouais… Je sais… Mais essaye toujours de voir avec Don, ok ? Christopher n’est pas moi, faut pas qu’elle l’oublie. C’est moi qui ait une ordonnance restrictive du juge.

Ordonnance dont je n’avais à première vue rien à foutre puisqu’il y avait largement moins de 100 mètres entre Julian et moi, actuellement.

J’avais alors dit à Julian que, pour le reste, il était tout pardonné et je le vis enfin, soulagé, reprendre un peu de couleurs. Le monstre, c’était pas moi, bordel…

Mais les hurlements des gonzesses un peu plus loin avait détourné notre conversation sur elles et, en particulier, sur la blonde qui assumait tout à fait d’avoir flirter avec le célèbre batteur de The Burning Fire dont je ne doutais pas que ce dernier soit bien plus coupable que la jeune fille elle-même. D’ailleurs, s’il avait été plus loin, il aurait un casier judiciaire aussi rutilant que le mien…

Mais elle avait un foutu cran, fallait l’avouer, parce qu’au départ, j’étais sûr que celle qui semblait tenir le rôle de la garce avait fait tout ça pour piéger la blonde. Je demandai alors à Julian s’il connaissait cette fille… Et mon petit pote avait pas l’air content de tout ce qui se passait là… Est-ce que mon petit protégé aurait des vue sur celle qu’il désigna comme Olivia Cortez ?

Je ricanai quand, d’un air renfrogner qui me confirmait une jalousie qu’il cachait mal, il me dit qu’elle avait eu une aventure avec Stone… D’après L.A.People…

Je finis par lui frotter les cheveux avant de me diriger vers la cafétéria, non sans lui dire :

-Faut pas croire tout ce qu’on lit dans L.A.People !

D’après L.A.People, j’avais frappé Kate… Et Julian savait très bien que ce n’était pas vrai, quoi qu’il ait pu dire au tribunal.

-Mais j’ai entendu son single à la radio !

Et comme je n’en faisais qu’à ma tête, j’allais faire ce que j’avais dit que je ferais : demander un autographe à la jeune fille… Quand j’arrivai devant elle, je lui dis que c’était pour un ami dont elle me demanda le prénom. Je répondis avec un sourire en coin :

-Howard.

Son regard bleu, trop bleu pour une « Cortez », plongea dans le mien malgré mes lunettes de soleil. Mais je n’eus pas le temps d’ouvrir à nouveau la bouche que la garce se mit à hurler… contre Julian. Je me tournai en direction des hurlements furieux de la fille qui n’était pas si loin, mais trop tard pour empêcher Julian de la pousser… Je l’avais pas vu venir, de toute façon… J’aurais pas imaginé que Julian pourrait faire ça…

Comme je n’avais pas imaginé pouvoir frapper une femme avant d’en mettre une en pleine poire à Apolline Mclagan.

Mais Julian et moi, on avait vécu la même chose… Lui pendant plus longtemps que moi, probablement, d’ailleurs… Et s’il s’était fait la même promesse que moi, sa réaction pouvait se comprendre.

J’étais complètement surpris.

-Oh merde…

Je me figeai sur place.

Ce fut la jeune Cortez qui se leva finalement d’un bond pour venir se placer près de Julian en lui demandant pourquoi il avait fait ça. La fille qui était tombée, elle, regardait Julian, son cul à terre, ses yeux comme des soucoupes, choquée.

Et manqua plus qu’un adulte se pointe en parlant d’une voix ferme… Et merde… Merde… J’avais rien à foutre là, à un mètre à peine derrière Julian qui venait d’apprendre la vie à une jeune fille. Mais d’un autre côté, j’arrivais pas à me résoudre à m’éclipser maintenant, alors que le prof qui arrivait allait s’en prendre à Julian et ses amies !

Mais ce fut lui qui vint vers moi en fronçant les sourcils après avoir ordonné à la petite bande d’adolescents de se rendre dans son bureau. Et merde… J’aurais dû écouter mon avocate. Elle et mon frère allaient me dépecer vivant…

-Qui êtes-vous et qu’est-ce que vous faites là ?

Je soupirai et retirai mes lunettes de soleil pour dévoiler mes yeux clairs en me répétant intérieurement de rester calme.

-Henry North… Je suis venu apporter quelque chose à Julian qui, entre nous, n’a fait que se défendre…

Je désignai la nommée Melody d’un signe de tête.

-C’est elle qui fout la merde.

Le prof secoua la tête, comme dépassé. Pendant ce temps-là, la cafeteria s’était vidée d’un coup.

-Quoi ?! Mais… Vous êtes au courant que vous n’avez rien à faire ici ? Je pourrais vous faire arrêter ! Nous avons une copie de l’ordonnance de restriction vous concernant avec une demande d’être vigilants affichée dans la salle des profs !

Et merci Kate… Je me demandais si j’aurais droit à des visites conjugales si c’était Bailey qui venait… Et si Howard viendrait m’apporter un walkman et Alexie des pâtisseries de chez Yummy’s… Quand je serai en taule…

Je respirai un bon coup, tentant de ne pas paniquer.

-Hey… C’est bon. J’ai vécu 7 ans avec ce môme. Je suis venu lui apporté un truc qu’il avait oublié chez moi, maintenant, je me tire…

Je me tournai vers Julian alors que je levais les deux mains en l’air, en signe d’apaisement.

-Pas vrai, Julian ?

@ Billy Lighter



Don't look so frightened this is just a passing phase
one of my bad days ©️ Pink Floyd
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Julian Hughes


Messages : 129
Date d'inscription : 04/08/2017
Age du personnage : 15
Localisation : Entre Malibu et Beverly Hills

Who Am I?
Birth place: Los Angeles
Je suis: un futur Jimmy Reed... En beaucoup mieux.
Song:


MessageSujet: Re: Girls Fight [FrEe]   Ven 22 Sep - 14:10



Girls Fight
Libre


J’étais centré sur Hank. Hank et la lettre. Hank et le stage. Il voulait que j’y aille quand même. Mais je lui disais que c’était impossible. Ma mère m’en empêchera par tous les moyens possibles. Et mon père ne fera rien. C’était comme ça depuis 15 ans.

Mais Hank me demandait quand même d’essayer. Il disait que ma mère devait faire la différence entre lui et son frère. Je soupirai.

-Ok… Je verrai ça avec mon père…


J’avais envie de ce stage. Mais mon père ne fait pas le poids contre ma mère. Si je voulais aller au stage, c’était moi qui allais devoir y laisser des plumes.

Hank me pardonna, ensuite. Ce qui me soulagea. Il n’y avait pas une nuit où je ne rêvais pas de ce tribunal et de mon témoignage. Pas une nuit où je ne rêvais pas de la réaction d’Hank s’il me voyait. Et tous mes rêves avaient été bien loin de la réalité.

Je fus sorti de mes pensées par Livia et Melody qui continuaient à s’engueuler. Livia avait retourné la situation à son avantage. Mais je fus énervé par le fait qu’elle assumait tant sa relation avec Stone. Et quand Hank demanda qui c’était je lui répondis en ajoutant, avec une pointe de jalousie, qu’apparemment Livia avait été en couple avec Stone. Je n’avais pas su retenir ma colère en le disant. Niveau discrétion, on repassera… Hank ricana avant de frotter mes cheveux comme il le faisait souvent. D’après lui, il ne fallait pas croire tout ce qu’il y avait de L.A.People.

-Parfois, certaines choses dedans sont vraies…

Le dernier article qui parlait de la condamnation d’Hank et du tribunal était vrai. C’était moi qui avais fait pencher la balance. Et je m’en voudrais jusqu’à la fin de mes jours.

Hank avait entendu le single d’Olivia. Je ne regardais pas mon ex-beau-père, je regardais simplement Olivia répondre aux questions des gens qui venaient lui chercher des autographes. Je serrai les poings. Mais me déraidit quand Hank disait qu’il allait aller chercher un autographe. Je voulais l’en empêcher. Mais c’était impossible. Il y alla quand même n’en faisant qu’à sa tête.

-C’est pas vrai !

Cette matinée était cauchemardesque. J’en avais mal à la tête. Et Melody en ajouta une grosse couche en insultant encore plus Olivia. C’était trop. Bien trop. Et quand elle s’adressa à moi, je ne pus m’empêcher de la pousser très violemment. Assez pour qu’elle tombe et se fasse mal.

Ce n’est que quand Melody me regarda avec un regard surpris et effrayé que je revins sur terre après mon moment de perdition. Je m’en rendis compte, bien trop vite, que j’avais été trop loin. Si bien que je sursautai quand Livia cria mon nom en me demandant pourquoi j’avais fait ça.

-Je…

Je regardais Livia… Puis Melody. Puis Livia. Je l’avais fait parce qu’elle le méritait. Mais… J’avais été trop fort. Je n’avais pas senti ma force. Et je m’en voulais de ne pas vraiment le regretter. Mon regard était comme perdu.

-Elle… T’insultais…

Et je sursautai à nouveau quand Monsieur Maguire nous avait interpellés. Il nous demanda de le suivre dans son bureau. Non ! Non, pas ça ! Je me retournai vers Maguire en lui envoyant un regard noir.

-Non !

Mais tout ce qu’il me renvoya c’était un regard très sévère. On allait prendre pour notre grade. Et ma mère allait savoir.

-Fait chier !

Je disais ça en frappant assez fort sur la table pendant que Maguire repéra Hank. Et mon ex-beau-père ne cacha pas son identité. Je soupirai désemparé. Je ne voulais pas qu’il se fasse mettre en prison à cause de cette lettre… Je regardai Livia ne sachant pas quoi faire. J’étais en colère. Et je savais que cette histoire ne pouvait finir que mal. J’entendais parler d’ordonnance de restriction. Mais Hank calma le jeu en disant qu’il était venu ici pour me rendre quelque chose. Il ne voulait pas d’ennui…

Et, comme ma mère me l’avait fait pour l’audience au tribunal, Hank me demanda son soutien. Je le regardai lui, puis Monsieur Maguire.

-Oui. Il n’a fait que me rendre quelque chose d’important. Il va partir maintenant.

Je ne voulais pas qu’il ait d’ennuie. La journée avait déjà assez mal commencée comme ça. Monsieur Maguire approuva de la tête.

-D’accord, Monsieur North. Mais la prochaine fois que je vous vois mettre les pieds dans cette école, j’appellerais la police sans hésiter.

Je regardai Hank d’un air désolé avant que Monsieur Maguire nous demande de le suivre, tous les quatre, dans son bureau. Je soupirai retrouvant ma colère et je suivi le mouvement non sans regarder Olivia avec un regard à moitié en colère et à moitié contrarié. La photo m’avait mis en colère. Le comportement de Melody m’avait mis en colère. Et la suite de la journée allait être pire, j’en étais sûr.

On arriva dans le bureau de Maguire. Et je me renfrognais dans la chaise où j’avais pris place. J’attendais la sentence. J’attendais avec appréhension, le moment où Maguire dirait qu’il allait appeler ma mère. Je regardais Livia toujours avec le même regard, sans rien dire.



@ Billy Lighter


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Olivia Cortez


Messages : 576
Date d'inscription : 29/01/2017
Age du personnage : 16
Localisation : Ici, et là

Who Am I?
Birth place: Tijuana
Je suis: têtue
Song: Don't ignore me


MessageSujet: Re: Girls Fight [FrEe]   Aujourd'hui à 1:02



Girls Fight

         

ft. FrEe




Je déglutis avec peine quand l’homme à la casquette me demande un autographe pour son ami, Howard.  Stone bien entendu. J’en suis certaine à 200%, bien qu’il n’y a pas qu’un seul Howard dans le tout Los Angeles.

Je n’ai pas le temps de lui faire son autographe puisque la voix de Julian s’élève d’entre les autres et je la voix pousser Melody qui chute. Je me lève d’un bond et fend la foule d’étudiants qui s’est amassée autour de la table à laquelle je me suis installé.

- C’est…pas une raison pour la pousser !

Je suis choquée de son geste. Lui qui a vu sa mère se faire battre par son ex beau-père, il devrait savoir plus que n’importe qui que ça ne se fait pas.  Je le regarde, longtemps, du moins c’est ce qui me semble être, ne sachant quoi lui dire. S’il est déçu de ce qu’il découvre de mon histoire avec Stone ce matin, je le suis tout autant en voyant qu’il ne sait pas contrôler ses pulsions colériques.

C’est plus fort que moi, je ne peux que faire un lien avec ça et la fois, à l’arcade, quand, dans la précipitation, il m’a heurté la tête contre la porte de la toilette. Ce fut involontaire, certes mais  impulsif. Et le ton qu’il avait fait grimper en me parlant de sa mère.

Je suis interrompu dans mes pensées quand la voix de mon professeur titulaire  nous ramène à l’ordre et nous intime de nous présenter, nous les 4 protagonistes à son bureau. Ça va barder, je le sens ! Jack va être…furax !

Mais Monsieur Maguire doit aussi rappeler à l’homme à la casquette qu’il n’a rien à faire à Fairfax puisqu’il est sujet d’une ordonnance de restriction concernant Julian. Et je réalise alors qu’il s’agit de Hank North. L’ex beau-père de Julian.

S’il  a Howard Stone dans son cercle d’ami, pas étonnant qu’il puisse avoir quelques neurones en moins et qu’il prenne son pied en cognant les femmes. Stone c’est bien en saoulant les adolescentes qu’il se soulage !?

- C’est  ton beau… ton ex-beau-père !?, murmurais-je à Julian.

North se défendit d’être présent ici parce qu’il devait remettre quelque chose à Julian et rien de plus et, ce dernier confirme cette version.  

Monsieur Maguire s’impatiente et menace d’appeler la police si jamais il aperçoit encore North dans les parages. Alors qu’il tourne le dos pour se diriger vers son bureau,  Summers sur les talons comme une bonne petite élève repentante,  j’attrape une nouvelle photocopie  de ma photo accrochée sur le mur et je me dépêche  d’y griffonner un truc et, alors que Monsieur Maguire tourne l’angle du couloir, je glisse dans la main de l’ex beau-père la photo roulée.

- Donnez-lui ça… et dites lui que…j’ai jamais rien voulu de tout ce qui arrive…

Je le regarde presque d’un air suppliant. Mais j’y ai vu une façon ultime de tourner la page.

Spoiler:
 


© Billy Lighter


Jimmy's daughter
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Girls Fight [FrEe]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Girls Fight [FrEe]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Jamaica struggles to fight crime
» Enfin.... : Passage en Free to Play « imminent » en Europe
» Bite fight...
» The Détroit Free Press : Couverture complète des Wings
» Heartbreaker version girl [Finish]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: L.A Rocks :: Hollywood :: Fairfax High School-