AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 New And Tasty (1977) [PV Peyton]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Daniele Ricci


Messages : 1126
Date d'inscription : 28/09/2013
Age du personnage : 40

Who Am I?
Birth place: Rome en Italie
Je suis: le meilleur
Song: Back In Black-AC/DC


MessageSujet: New And Tasty (1977) [PV Peyton]   Jeu 14 Sep - 20:12



   
New And Tasty
   ft. Peyton Davis


   
-Je n’en reviens pas que cette petite Peyton Davis a eu le Grammy de la meilleure chanteuse !!! Il devait être pour moi !, dit une Victoria Hunter en colère.

C’était plus que de la colère – je dois avouer. Elle pleurait presque, la pauvre. Elle était certaine d’avoir le Grammy Awards – mais la jeunesse de Davis avait largement fait la différence. Le problème, avec Victoria, c’est qu’elle se sentait encore dans le coup – alors que le manager que j’étais avait remarqué qu’elle ne l’était plus depuis déjà au moins 5 ans.

-Tu l’auras l’année prochaine, Victoria, dis-je pour la rassurer.

Je ne crois pas – du tout – que Victoria aura encore le moindre trophée pour le reste de sa carrière mais je m’étais gardé de le lui dire. Elle était un de mes coups régulier, je n’allais pas m’enlever le plaisir de la voir nue dans mon lit pour une parole mal placée – ça serait trop bête.

-Tu crois vraiment ce que tu dis, Dany ?, demanda-t-elle les larmes aux yeux.

-Mais oui, la petite Davis a juste eu de la chance cette année, dis-je en passant ma main dans ses cheveux.

La petite Davis n’avait pas eu que de la chance – elle avait aussi le talent. Ce n’était pas la première fois que je voyais Davis. Je l’avais déjà vu en concert – il y a un an – et elle m’avait ébloui. Il en faut pourtant beaucoup pour éblouir le grand Daniele Ricci. Elle, elle l’avait fait – et ce n’était pas seulement à cause de son physique avantageux.

-Merci, Dany. Je devrais aller me refaire une beauté, je reviens tout de suite, dit Victoria en prenant congé.

Va – moi, j’ai des gens à rencontrer ! Parmi eux, Peyton Davis en personne. Elle devait être quelque part dans la grande salle du théâtre de l’Hollywood Palladium où venait d’avoir lieu la cérémonie des Grammy Awards.

J’avais pris un whisky sur un plateau – parce qu’un Daniele Ricci sans whisky était une Daniele Ricci incomplet. Trouver Peyton ici était aussi difficile que de trouver une aiguille dans une botte de foin – et c’est peu dire ! L’endroit était rempli d’artistes, de manager et autres – si bien que j’étais arrêté toutes les trois minutes pour recevoir des félicitations de la part de ces mêmes artistes, managers et autres. Car oui, j’avais aussi une raison d’avoir des félicitations – mon groupe, Les Planes, avait reçu le Grammy du meilleur album de l’année. N’étais-ce pas magnifique ?

J’avais serré quelques mains pour, enfin, tomber sur Peyton Davis. C’était pas trop tôt !

-Bonsoir, Peyton, dis-je en souriant à la jeune femme. Félicitation pour votre récompense. Il n’y avait pas photo, de toute façon. Les autres chanteuses n’avaient strictement aucune chance, ajoutais-je avec un sourire en coin.

J’avais la classe devant la jeun Davis. Costard noir, une main dans une poche et un verre de whisky – du grand Daniele Ricci.

-Je suppose que vous allez aligner cette récompense à côté des autres. Ce n’est pas votre premier trophée, d’après ce que je sais, ajoutais-je en souriant toujours.

La jeune Davis n’avait – peut-être – que 20 ans mais elle avait déjà une sacrée carrière.

   
@ Billy Lighter   


You're never gonna die, you're gonna make it if you try, they gonna love you
©️ Pink Floyd
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Peyton Davis


Messages : 27
Date d'inscription : 20/08/2017
Age du personnage : 25
Localisation : Hollywood


MessageSujet: Re: New And Tasty (1977) [PV Peyton]   Sam 16 Sep - 16:48



New And Tasty (1977)
ft. Daniele Ricci




La consécration ultime après avoir trimé corps et âme en studio vient, bien entendu, des prix que l’ont récoltes pour  notre travail. C’est aussi l’un des rares soirs de l’année où je flotte et que je souris.  

Non pas pour faire bonne figure sur les photos. Mais parce que je suis réellement  de bonne humeur.

Le champagne coule à flot, je fais la fête avec mes musiciens. Je ne pense à rien d’autre  qu’à avoir du plaisir et ce, par tous les moyens possibles et imaginables.  Je suis jeune, belle et ce soir, la reine de la soirée ni plus ni moins.

À preuve, pas moyen de faire un seul pas sans être retenu par un journaliste, un chanteur ou guitariste d’un des groupes en nominations, victorieux ou non, de fans admis par je ne sais quel moyen de persuasion.

J’ai chaud et je tente de me diriger vers la terrasse  du Hollywood Palladium mais ma progression est sens cesse retardé par un nouveau visage. En temps normal, j’aurais déjà pété un câble et ordonné qu’on me laisse aller là où je veux mais pas ce soir.
J’ai la tête et le cœur en fête.

J’en suis à un énième verre de champagne que j’attrape au vol sur un plateau quand de nouveau, on vient m’aborder. Et ce n’est pas n’importe qui. Probablement le seul homme au monde pour qui je serais prête à ramper sur le sol.

- Victoria Hunter, pour ne pas la nommer. La pauvre, elle devrait se recycler dans les spectacles pour enfants. Sa voix vacillante ne s’en porterait que mieux.

C’est tout moi, rabaisser gratuitement les gens de qui je pourrais en fait prendre conseils et admirer le parcours.  Mais ça va à l’encontre de ma philosophie.

Je suis LOLA et je suis LA nouvelle génération. Celle qui va changer le visage du courant musical actuel, qui va trancher de la pop gaga et qui va, éventuellement, devenir une référence pour les chanteuses de l’an 2000.

Je me vois déjà là, au sommet, et pas ailleurs.

- Je songe d’ailleurs à m’aménager une pièce dans mon loft uniquement pour mes trophées et récompenses. J’en ai tellement que ça devient effrayant.

Je commence effectivement à avoir une belle petite collection mais… pas au point où je veux bien le faire croire.  Mais je ne m’adresse à personne d’autre que Daniele Ricci. Il faut être taré ou avoir vécue dans une grotte pendant les dernières décennies pour ignorer l’homme et son parcours.

- Peut-être que si vous m’offrez un verre, nous pourrions en discuter sur la terrasse, c’est plus intime et surtout moins bruyant qu’ici, non ?


@ Billy Lighter
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Daniele Ricci


Messages : 1126
Date d'inscription : 28/09/2013
Age du personnage : 40

Who Am I?
Birth place: Rome en Italie
Je suis: le meilleur
Song: Back In Black-AC/DC


MessageSujet: Re: New And Tasty (1977) [PV Peyton]   Dim 17 Sep - 15:58



New And Tasty
ft. Peyton Davis


Peyton était jeune et jolie – et resplendissante dans sa tenue, aujourd’hui. J’avais bien envie de la connaitre plus en profondeur – loin de moi l’idée de semer le doute avec cette phrase…

Tout d’abord, je l’avais félicité comme il se devait pour sa récompense glanée aujourd’hui – un Grammy ce n’était pas rien ! Je lui avais fait savoir que les autres chanteuses n’avaient eu aucune chance. Elle avait ciblé – plus précisément – Victoria Hunter. Elle ne s’était pas gênée de tacler Hunter – et sans remord en plus ! J’aimais ça. Cette rage de vaincre de la petite jeunette était belle à voir.

-Sans doute, dis-je en buvant un coup de mon verre. Je lui passerais le message si vous voulez, rajoutais-je avec un sourire en coin.

Rien de tel que d’alimenter une rivalité entre deux filles. C’était drôle de les voir se prendre le bec pour des histoires d’ego.

Les commentaires de Peyton sur Victoria étaient gratuits – mais il m’avait bien fait rire. Autant que le commentaire sur la pièce remplie de trophées que devrait s’aménager la jeune Peyton. Elle devait surévaluer son nombre de récompenses – mais ça n’avait pas d’importance pour moi, j’avais une tolérance à la vanité que n’avait pas les autres.

-Je crois que je devrais aussi m’en aménager une si, tout du moins, il y avait des récompenses du meilleur manager de l’année, dis-je en souriant – répondant à sa vanité par la mienne. Hélas, on ne récompense que les artistes, pas l’homme qu’il y a derrière.

Ouais, c’était bien dommage – il faudrait inventer ce genre de trophées. J’en aurais un chaque année comme ça. Car, il ne fallait pas se leurrer – j’étais le meilleur manager du monde !

Peyton avait bien envie que je lui offre un verre – et elle voulait le boire sur la terrasse. Elle ne perdait pas le nord – et c’était tant mieux !

-Avec plaisir !, dis-je en lui faisant un clin d’œil.

J’avais pris un verre de Martini que je lui avais offert. Nous étions allés sur la terrasse où il n’y avait pas une âme. Les autres convives préféraient discuter à l’intérieur au chaud. La nuit était belle – pourtant.

-Alors, Peyton. Quand est-ce que vous comptez quitter la froideur de New York pour vous installer à L.A. ?, demandais-je en souriant. Une jeune femme pleine d’ambition comme vous brillerait dans la Cité des Anges.

Peyton était une New Yorkaise qui avait réussi à faire son trou grâce à la télévision – elle était actrice avant d’être chanteuse. Elle avait elle-même fait sa notoriété et sa réputation – qui était celle d’une diva, parait-il. Avoir une perle pareille à L.A. serait une valeur ajoutée à mes fêtes. Du sang neuf c’est toujours bien !


@ Billy Lighter


You're never gonna die, you're gonna make it if you try, they gonna love you
©️ Pink Floyd
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Peyton Davis


Messages : 27
Date d'inscription : 20/08/2017
Age du personnage : 25
Localisation : Hollywood


MessageSujet: Re: New And Tasty (1977) [PV Peyton]   Dim 17 Sep - 23:54



New And Tasty (1977)
ft. Daniele Ricci




S’il y avait des occasions dans la vie que je ne voulais rater pour tout l’or du monde, discuter avec Daniele Ricci, aka The Best, en était belle et bien une. L’homme dont la réputation n’est plus à définir est reconnu comme étant le meilleur manager de Los Angeles, et non seulement là, mais des États-Unis et je serais prête à jurer sur la Bible qu’il était le meilleur en Amérique du Nord.

Et bel homme en plus. Il ne devait pas avoir à argumenter longtemps pour rafler tout ce qu’il y avait de femmes sur son chemin. En tous les cas, j’étais plutôt heureuse d’avoir croisé ses pas ce soir.

Qui plus est, c’est lui qui ouvre le dialogue entre nous, je n’ai qu’à « récolter » et apprécier.

Il vient immédiatement flatter mon égo en plaçant en évidence ma victoire de ce soir. De toute façon, personne n’était à ma hauteur. C’était inscrit dans le ciel dès les nominations annoncées. Un trophée de plus à mettre à ma collection.

- Je n’en doute pas du tout ! Vous auriez une collection impressionnante si vous aviez un trophée pour chacun que vos artistes vous ramènent. Quoi que ces « récompenses », vous les avez déjà sous forme de 0 alignés dans votre compte en banque. Ce doit être plutôt assez impressionnant.

Parce que c’est bien beau tout ça mais les manager empochent quand même leur gains sur notre dos alors qu’une fois lancé, ont fait tout le boulot. Notre nom seul suffit à vendre et boucler des dates.  Ils n’ont pratiquement plus rien à faire, mais ça, je ne le dirai pas à l’homme devant moi…

Les voix s’élèvent dans la salle et j’avoue que l’alcool que j’ai bu commence à faire son effet. Le bourdonnement m’étourdie et j’aimerais bien aller prendre l’air sur la terrasse adjacente.

Le célèbre manager accepte ma proposition d’un verre et, mon martini maintenant en main, nous sortons par les grandes portes balayés par de grands rideaux vaporeux. C’est presque romantique, trop même. Beurk !

- Je me plais bien à New York, c’est mon patelin de naissance. L.A. me semble trop hautaine et ne recèle pas de défi assez attrayant pour que je songe y déménager.

Prenant une toute petite gorgée de mon cocktail, j’ajoutais ensuite :

- Je n’ai pas besoin de Los Angeles pour briller d’avantage… La question ne serait-elle pas plutôt : « Ne vous demandez pas ce que Los Angles peut vous offrir mais ce que vous pouvez offrir à Los Angeles ? »

Je soutenais le regard du manager en affichant un petit sourire narquois. Je ne me pensais pas meilleure que personne d’autre, je savais que je l’étais de toute façon.  Je demande, on m’offre, aussi simple que ça.

Le jour où je déciderai de quitter New York pour Los Angeles, c’est que je saurai avoir tout donné pour ma ville natale et que Los Angeles à aura un besoin urgent de redorer son étoile. Autrement, à quoi bon se fatiguer ?

- Et vous ? Pourquoi vous confier dans la cité des Anges et n’exploreriez vous pas les différentes options qui s’offrent à vous ?

J’avais dis ça en m’approchant de lui, assez pour saisir le premier bouton de sa chemise et de m’amuser à le tortiller légèrement jusqu’à l’extirper de sa boutonnière.



@ Billy Lighter
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Daniele Ricci


Messages : 1126
Date d'inscription : 28/09/2013
Age du personnage : 40

Who Am I?
Birth place: Rome en Italie
Je suis: le meilleur
Song: Back In Black-AC/DC


MessageSujet: Re: New And Tasty (1977) [PV Peyton]   Mar 19 Sep - 17:14



New And Tasty
ft. Peyton Davis


Peyton avait beaucoup de trophées – mais j’en aurais beaucoup aussi s’il y avait des trophées pour les managers. Peyton n’avait pas de doutes là-dessus ce qui avait tendance à renforcer ma sympathie pour elle. Entre gros ego on aimait se flatter l’un l’autre – Peyton ne dérogeait pas à cette règle. Elle avait – toutefois – dit que, les récompenses, je les trouvais bien sur mon compte en banque. C’est vrai, mon métier de manager me rapportait pas mal d’argent mais ce n’est pas de là que je tirais la plus grande part de ma fortune – il ne fallait pas être dupe, aucun manager ne pourrait gagner autant que je gagne et ce n’était pas sans raison.

-Effectivement, dis-je avec le sourire. Mais aucun billet ne pourra remplacer la saveur de recevoir une récompense devant une salle remplie de célébrités.

Ce n’est pas l’argent qui manquait dans ce monde – surtout pour moi – et j’aimais cent fois mieux gagner une récompense et pouvoir faire un discours pour flatter mon ego plutôt que de recevoir des billets. Sûrement parce que – de l’argent – j’en avais en masse.

Moi et Peyton étions allés sur une des terrasses de l’hôtel – sans oublier l’alcool au passage. C’était plus intimiste que l’intérieur où tout le monde se bousculait pour discuter et serrer des mains.

J’avais entamé la conversation sur la possibilité – pour Peyton – de venir s’installer à L.A. Je ne vous cache pas que j’avais bien envie de la voir plus souvent dans la Cité des Anges. Seulement, la chanteuse n’avait pas envie de quitter New York – dommage. Il n’y avait pas assez de défis – à L.A. – pour la jeune diva. Sans oublier qu’elle n’avait pas encore tout donné à New York – si je décryptais bien ses dires.

-Dommage. J’aurais bien voulu vous voir plus souvent à L.A., dis-je non sans montrer ma déception – un peu exagérée, je dois bien l’avouer.

Ma question m’avait été renvoyée. Pourtant, ce n’était pas tant sa question qui m’intéressait mais bien ses doigts qui s’étaient permis de déboutonner l’un de mes boutons – le premier d’une nombreuse série, j’espère.

-Comme vous. J’ai encore à offrir à Los Angeles et le reste du monde ne recèle pas de défis assez attrayants pour moi, dis-je en souriant – reprenant les mots de Peyton. Surtout que j’ai déjà mis ma marque ailleurs. Je suis Romain et tout le monde, à Rome, sait qui est le grand Daniele Ricci, rajoutais-je en posant mon verre sur le bord du balcon – et en mettant mes mains sur les hanches de Peyton.

Peyton était toujours en train de mettre sa pattes dans son fief de naissance – moi j’étais déjà au stade supérieur en colonisant L.A. alors que j’étais Romain.

-En plus, je dois avouer que le climat de L.A. est pour beaucoup dans le fait que je n’ai pas envie d’aller voir si l’herbe est plus verte ailleurs, dis-je en souriant.

Il faisait beau presque toute l’année à L.A. – ça serait idiot de changer de terrain de jeu.

-New York, n’a pas le même climat. Vous deviez vraiment penser à prendre des vacances sur la côte Ouest. Vous pourrez, ainsi, découvrir ce que c’est de participer à une vraie fête en faisant un saut à la villa Ricci, dis-je en plongeant mon regard dans le sien – et en prenant un ton à la fois suave et sûr de moi.



@ Billy Lighter


You're never gonna die, you're gonna make it if you try, they gonna love you
©️ Pink Floyd
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Peyton Davis


Messages : 27
Date d'inscription : 20/08/2017
Age du personnage : 25
Localisation : Hollywood


MessageSujet: Re: New And Tasty (1977) [PV Peyton]   Ven 22 Sep - 19:57



New And Tasty (1977)
ft. Daniele Ricci




Pour Daniele, les billets n’avaient pas le même effet stimulant et encourageant que de recevoir un prix devant ses pairs et d’être glorifier devant une foule de jaloux. Pourtant moi, sans diminuer l’importance que je rattache aux trophées, l’argent qui entre dans mon compte en banque est presque autant satisfaisante que n’importe quelle statuette, aussi prestigieuse soit-elle !

Je l’invite donc à poursuivre cette conversation sur la terrasse. J’ai chaud, et les bruits des conversations me rendent folle – bien que plusieurs vous diront que c’est déjà fait-  je ne déteste pas non plus l’idée de me retrouver seul avec le séduisant Italien.

La nuit est clair, un beau ciel noir étoilé s’offre à nos yeux mais les miens ne sont attirer que par le manager donc seule la réputation suffit à m’exciter au possible.  Je m’approche de la balustrade sur laquelle je pose mon martini puis je me tourne pour faire face à Daniele qui me questionne sur une possible intention de ma part de m’établir dans la cité des anges.

Mais L.A. ne m’attire pas plus que ça. Pour moi, elle ne représente rien de plus que le bac à sable du jardin d’enfant. Et moi, j’suis déjà dans la cours de récré des grands. Pourquoi je reculerais quand je peux continuer d’avancer et de miser sur plus large, l’Europe, par exemple, et viser l’international ?
Alors je lui retourne la question, puisqu’une pointure comme lui ne devrait pas se contenter de jouer avec des sceaux et des pelles dans un ridicule bac à sable entouré de gamins immatures pour ne pas dire insipide et dans le talent est une lacune remarquable.

Et cette question, je la lui posais en le regardant droit dans les yeux tout en détachant le premier bouton de sa chemise. Bien entendu, je me suis approché de lui suffisamment pour qu’il puisse poser ses mains sur mes hanches. Cette proximité vient  me chatouiller comme si j’étais traversé par une brise chaude.

- Le climat, en ma compagnie est toujours chaud… pour ne pas dire torride. Ma réputation est comme la votre. Elle nous précède avant même qu’on arrive.

Et hop,  1 second bouton qui  saute, puis un troisième.   Je vois déjà la toison  sur le torse du manager  et, penchant la tête sur le côté je pose ma main à plat dessus.

- Faudrait déjà que j’ai une bonne raison de vouloir prendre des vacances sur la Côtes Ouest. Et j’en ai plus qu’assez des hôtels.  J’aimerais loger à bonne enseigne sans avoir l’impression de vivre dans les valises…

Me planter les pieds quelque part en agréable compagnie ferait changement que de passer d’hôtels en hôtels en compagnie de mes parents et de toute l’équipe qui me suis !  Mon assistante, ma nutritionniste, mon professeur, mon entraîneur, ma relationniste, et mon manager donc son seul visage, sans parler de son rire ultra énervant commence à me rendre folle et l’idée de le larguer me fait de plus en plus plaisir.


@ Billy Lighter
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: New And Tasty (1977) [PV Peyton]   

Revenir en haut Aller en bas
 

New And Tasty (1977) [PV Peyton]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [F]PEYTON LIST ∞ LIBRE
» Tasty Tales
» ~ Tasty Tales
» - | Terminé | -- | - Jalousie & Rivalité - | -
» [UploadHero ] Arrête ton char... bidasse! [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: L.A Rocks :: Flashbacks-