AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 New And Tasty (1977) [PV Peyton][Hot]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Daniele Ricci


Messages : 1184
Date d'inscription : 28/09/2013
Age du personnage : 40

Who Am I?
Birth place: Rome en Italie
Je suis: le meilleur
Song: Back In Black-AC/DC


MessageSujet: New And Tasty (1977) [PV Peyton][Hot]   Jeu 14 Sep - 20:12



   
New And Tasty
   ft. Peyton Davis


   
-Je n’en reviens pas que cette petite Peyton Davis a eu le Grammy de la meilleure chanteuse !!! Il devait être pour moi !, dit une Victoria Hunter en colère.

C’était plus que de la colère – je dois avouer. Elle pleurait presque, la pauvre. Elle était certaine d’avoir le Grammy Awards – mais la jeunesse de Davis avait largement fait la différence. Le problème, avec Victoria, c’est qu’elle se sentait encore dans le coup – alors que le manager que j’étais avait remarqué qu’elle ne l’était plus depuis déjà au moins 5 ans.

-Tu l’auras l’année prochaine, Victoria, dis-je pour la rassurer.

Je ne crois pas – du tout – que Victoria aura encore le moindre trophée pour le reste de sa carrière mais je m’étais gardé de le lui dire. Elle était un de mes coups régulier, je n’allais pas m’enlever le plaisir de la voir nue dans mon lit pour une parole mal placée – ça serait trop bête.

-Tu crois vraiment ce que tu dis, Dany ?, demanda-t-elle les larmes aux yeux.

-Mais oui, la petite Davis a juste eu de la chance cette année, dis-je en passant ma main dans ses cheveux.

La petite Davis n’avait pas eu que de la chance – elle avait aussi le talent. Ce n’était pas la première fois que je voyais Davis. Je l’avais déjà vu en concert – il y a un an – et elle m’avait ébloui. Il en faut pourtant beaucoup pour éblouir le grand Daniele Ricci. Elle, elle l’avait fait – et ce n’était pas seulement à cause de son physique avantageux.

-Merci, Dany. Je devrais aller me refaire une beauté, je reviens tout de suite, dit Victoria en prenant congé.

Va – moi, j’ai des gens à rencontrer ! Parmi eux, Peyton Davis en personne. Elle devait être quelque part dans la grande salle du théâtre de l’Hollywood Palladium où venait d’avoir lieu la cérémonie des Grammy Awards.

J’avais pris un whisky sur un plateau – parce qu’un Daniele Ricci sans whisky était une Daniele Ricci incomplet. Trouver Peyton ici était aussi difficile que de trouver une aiguille dans une botte de foin – et c’est peu dire ! L’endroit était rempli d’artistes, de manager et autres – si bien que j’étais arrêté toutes les trois minutes pour recevoir des félicitations de la part de ces mêmes artistes, managers et autres. Car oui, j’avais aussi une raison d’avoir des félicitations – mon groupe, Les Planes, avait reçu le Grammy du meilleur album de l’année. N’étais-ce pas magnifique ?

J’avais serré quelques mains pour, enfin, tomber sur Peyton Davis. C’était pas trop tôt !

-Bonsoir, Peyton, dis-je en souriant à la jeune femme. Félicitation pour votre récompense. Il n’y avait pas photo, de toute façon. Les autres chanteuses n’avaient strictement aucune chance, ajoutais-je avec un sourire en coin.

J’avais la classe devant la jeun Davis. Costard noir, une main dans une poche et un verre de whisky – du grand Daniele Ricci.

-Je suppose que vous allez aligner cette récompense à côté des autres. Ce n’est pas votre premier trophée, d’après ce que je sais, ajoutais-je en souriant toujours.

La jeune Davis n’avait – peut-être – que 20 ans mais elle avait déjà une sacrée carrière.

   
@ Billy Lighter   


You're never gonna die, you're gonna make it if you try, they gonna love you
©️ Pink Floyd


Dernière édition par Daniele Ricci le Dim 15 Oct - 20:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Peyton Davis


Messages : 44
Date d'inscription : 20/08/2017
Age du personnage : 25
Localisation : Hollywood


MessageSujet: Re: New And Tasty (1977) [PV Peyton][Hot]   Sam 16 Sep - 16:48



New And Tasty (1977)
ft. Daniele Ricci




La consécration ultime après avoir trimé corps et âme en studio vient, bien entendu, des prix que l’ont récoltes pour  notre travail. C’est aussi l’un des rares soirs de l’année où je flotte et que je souris.  

Non pas pour faire bonne figure sur les photos. Mais parce que je suis réellement  de bonne humeur.

Le champagne coule à flot, je fais la fête avec mes musiciens. Je ne pense à rien d’autre  qu’à avoir du plaisir et ce, par tous les moyens possibles et imaginables.  Je suis jeune, belle et ce soir, la reine de la soirée ni plus ni moins.

À preuve, pas moyen de faire un seul pas sans être retenu par un journaliste, un chanteur ou guitariste d’un des groupes en nominations, victorieux ou non, de fans admis par je ne sais quel moyen de persuasion.

J’ai chaud et je tente de me diriger vers la terrasse  du Hollywood Palladium mais ma progression est sens cesse retardé par un nouveau visage. En temps normal, j’aurais déjà pété un câble et ordonné qu’on me laisse aller là où je veux mais pas ce soir.
J’ai la tête et le cœur en fête.

J’en suis à un énième verre de champagne que j’attrape au vol sur un plateau quand de nouveau, on vient m’aborder. Et ce n’est pas n’importe qui. Probablement le seul homme au monde pour qui je serais prête à ramper sur le sol.

- Victoria Hunter, pour ne pas la nommer. La pauvre, elle devrait se recycler dans les spectacles pour enfants. Sa voix vacillante ne s’en porterait que mieux.

C’est tout moi, rabaisser gratuitement les gens de qui je pourrais en fait prendre conseils et admirer le parcours.  Mais ça va à l’encontre de ma philosophie.

Je suis LOLA et je suis LA nouvelle génération. Celle qui va changer le visage du courant musical actuel, qui va trancher de la pop gaga et qui va, éventuellement, devenir une référence pour les chanteuses de l’an 2000.

Je me vois déjà là, au sommet, et pas ailleurs.

- Je songe d’ailleurs à m’aménager une pièce dans mon loft uniquement pour mes trophées et récompenses. J’en ai tellement que ça devient effrayant.

Je commence effectivement à avoir une belle petite collection mais… pas au point où je veux bien le faire croire.  Mais je ne m’adresse à personne d’autre que Daniele Ricci. Il faut être taré ou avoir vécue dans une grotte pendant les dernières décennies pour ignorer l’homme et son parcours.

- Peut-être que si vous m’offrez un verre, nous pourrions en discuter sur la terrasse, c’est plus intime et surtout moins bruyant qu’ici, non ?


@ Billy Lighter
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Daniele Ricci


Messages : 1184
Date d'inscription : 28/09/2013
Age du personnage : 40

Who Am I?
Birth place: Rome en Italie
Je suis: le meilleur
Song: Back In Black-AC/DC


MessageSujet: Re: New And Tasty (1977) [PV Peyton][Hot]   Dim 17 Sep - 15:58



New And Tasty
ft. Peyton Davis


Peyton était jeune et jolie – et resplendissante dans sa tenue, aujourd’hui. J’avais bien envie de la connaitre plus en profondeur – loin de moi l’idée de semer le doute avec cette phrase…

Tout d’abord, je l’avais félicité comme il se devait pour sa récompense glanée aujourd’hui – un Grammy ce n’était pas rien ! Je lui avais fait savoir que les autres chanteuses n’avaient eu aucune chance. Elle avait ciblé – plus précisément – Victoria Hunter. Elle ne s’était pas gênée de tacler Hunter – et sans remord en plus ! J’aimais ça. Cette rage de vaincre de la petite jeunette était belle à voir.

-Sans doute, dis-je en buvant un coup de mon verre. Je lui passerais le message si vous voulez, rajoutais-je avec un sourire en coin.

Rien de tel que d’alimenter une rivalité entre deux filles. C’était drôle de les voir se prendre le bec pour des histoires d’ego.

Les commentaires de Peyton sur Victoria étaient gratuits – mais il m’avait bien fait rire. Autant que le commentaire sur la pièce remplie de trophées que devrait s’aménager la jeune Peyton. Elle devait surévaluer son nombre de récompenses – mais ça n’avait pas d’importance pour moi, j’avais une tolérance à la vanité que n’avait pas les autres.

-Je crois que je devrais aussi m’en aménager une si, tout du moins, il y avait des récompenses du meilleur manager de l’année, dis-je en souriant – répondant à sa vanité par la mienne. Hélas, on ne récompense que les artistes, pas l’homme qu’il y a derrière.

Ouais, c’était bien dommage – il faudrait inventer ce genre de trophées. J’en aurais un chaque année comme ça. Car, il ne fallait pas se leurrer – j’étais le meilleur manager du monde !

Peyton avait bien envie que je lui offre un verre – et elle voulait le boire sur la terrasse. Elle ne perdait pas le nord – et c’était tant mieux !

-Avec plaisir !, dis-je en lui faisant un clin d’œil.

J’avais pris un verre de Martini que je lui avais offert. Nous étions allés sur la terrasse où il n’y avait pas une âme. Les autres convives préféraient discuter à l’intérieur au chaud. La nuit était belle – pourtant.

-Alors, Peyton. Quand est-ce que vous comptez quitter la froideur de New York pour vous installer à L.A. ?, demandais-je en souriant. Une jeune femme pleine d’ambition comme vous brillerait dans la Cité des Anges.

Peyton était une New Yorkaise qui avait réussi à faire son trou grâce à la télévision – elle était actrice avant d’être chanteuse. Elle avait elle-même fait sa notoriété et sa réputation – qui était celle d’une diva, parait-il. Avoir une perle pareille à L.A. serait une valeur ajoutée à mes fêtes. Du sang neuf c’est toujours bien !


@ Billy Lighter


You're never gonna die, you're gonna make it if you try, they gonna love you
©️ Pink Floyd
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Peyton Davis


Messages : 44
Date d'inscription : 20/08/2017
Age du personnage : 25
Localisation : Hollywood


MessageSujet: Re: New And Tasty (1977) [PV Peyton][Hot]   Dim 17 Sep - 23:54



New And Tasty (1977)
ft. Daniele Ricci




S’il y avait des occasions dans la vie que je ne voulais rater pour tout l’or du monde, discuter avec Daniele Ricci, aka The Best, en était belle et bien une. L’homme dont la réputation n’est plus à définir est reconnu comme étant le meilleur manager de Los Angeles, et non seulement là, mais des États-Unis et je serais prête à jurer sur la Bible qu’il était le meilleur en Amérique du Nord.

Et bel homme en plus. Il ne devait pas avoir à argumenter longtemps pour rafler tout ce qu’il y avait de femmes sur son chemin. En tous les cas, j’étais plutôt heureuse d’avoir croisé ses pas ce soir.

Qui plus est, c’est lui qui ouvre le dialogue entre nous, je n’ai qu’à « récolter » et apprécier.

Il vient immédiatement flatter mon égo en plaçant en évidence ma victoire de ce soir. De toute façon, personne n’était à ma hauteur. C’était inscrit dans le ciel dès les nominations annoncées. Un trophée de plus à mettre à ma collection.

- Je n’en doute pas du tout ! Vous auriez une collection impressionnante si vous aviez un trophée pour chacun que vos artistes vous ramènent. Quoi que ces « récompenses », vous les avez déjà sous forme de 0 alignés dans votre compte en banque. Ce doit être plutôt assez impressionnant.

Parce que c’est bien beau tout ça mais les manager empochent quand même leur gains sur notre dos alors qu’une fois lancé, ont fait tout le boulot. Notre nom seul suffit à vendre et boucler des dates.  Ils n’ont pratiquement plus rien à faire, mais ça, je ne le dirai pas à l’homme devant moi…

Les voix s’élèvent dans la salle et j’avoue que l’alcool que j’ai bu commence à faire son effet. Le bourdonnement m’étourdie et j’aimerais bien aller prendre l’air sur la terrasse adjacente.

Le célèbre manager accepte ma proposition d’un verre et, mon martini maintenant en main, nous sortons par les grandes portes balayés par de grands rideaux vaporeux. C’est presque romantique, trop même. Beurk !

- Je me plais bien à New York, c’est mon patelin de naissance. L.A. me semble trop hautaine et ne recèle pas de défi assez attrayant pour que je songe y déménager.

Prenant une toute petite gorgée de mon cocktail, j’ajoutais ensuite :

- Je n’ai pas besoin de Los Angeles pour briller d’avantage… La question ne serait-elle pas plutôt : « Ne vous demandez pas ce que Los Angles peut vous offrir mais ce que vous pouvez offrir à Los Angeles ? »

Je soutenais le regard du manager en affichant un petit sourire narquois. Je ne me pensais pas meilleure que personne d’autre, je savais que je l’étais de toute façon.  Je demande, on m’offre, aussi simple que ça.

Le jour où je déciderai de quitter New York pour Los Angeles, c’est que je saurai avoir tout donné pour ma ville natale et que Los Angeles à aura un besoin urgent de redorer son étoile. Autrement, à quoi bon se fatiguer ?

- Et vous ? Pourquoi vous confier dans la cité des Anges et n’exploreriez vous pas les différentes options qui s’offrent à vous ?

J’avais dis ça en m’approchant de lui, assez pour saisir le premier bouton de sa chemise et de m’amuser à le tortiller légèrement jusqu’à l’extirper de sa boutonnière.



@ Billy Lighter
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Daniele Ricci


Messages : 1184
Date d'inscription : 28/09/2013
Age du personnage : 40

Who Am I?
Birth place: Rome en Italie
Je suis: le meilleur
Song: Back In Black-AC/DC


MessageSujet: Re: New And Tasty (1977) [PV Peyton][Hot]   Mar 19 Sep - 17:14



New And Tasty
ft. Peyton Davis


Peyton avait beaucoup de trophées – mais j’en aurais beaucoup aussi s’il y avait des trophées pour les managers. Peyton n’avait pas de doutes là-dessus ce qui avait tendance à renforcer ma sympathie pour elle. Entre gros ego on aimait se flatter l’un l’autre – Peyton ne dérogeait pas à cette règle. Elle avait – toutefois – dit que, les récompenses, je les trouvais bien sur mon compte en banque. C’est vrai, mon métier de manager me rapportait pas mal d’argent mais ce n’est pas de là que je tirais la plus grande part de ma fortune – il ne fallait pas être dupe, aucun manager ne pourrait gagner autant que je gagne et ce n’était pas sans raison.

-Effectivement, dis-je avec le sourire. Mais aucun billet ne pourra remplacer la saveur de recevoir une récompense devant une salle remplie de célébrités.

Ce n’est pas l’argent qui manquait dans ce monde – surtout pour moi – et j’aimais cent fois mieux gagner une récompense et pouvoir faire un discours pour flatter mon ego plutôt que de recevoir des billets. Sûrement parce que – de l’argent – j’en avais en masse.

Moi et Peyton étions allés sur une des terrasses de l’hôtel – sans oublier l’alcool au passage. C’était plus intimiste que l’intérieur où tout le monde se bousculait pour discuter et serrer des mains.

J’avais entamé la conversation sur la possibilité – pour Peyton – de venir s’installer à L.A. Je ne vous cache pas que j’avais bien envie de la voir plus souvent dans la Cité des Anges. Seulement, la chanteuse n’avait pas envie de quitter New York – dommage. Il n’y avait pas assez de défis – à L.A. – pour la jeune diva. Sans oublier qu’elle n’avait pas encore tout donné à New York – si je décryptais bien ses dires.

-Dommage. J’aurais bien voulu vous voir plus souvent à L.A., dis-je non sans montrer ma déception – un peu exagérée, je dois bien l’avouer.

Ma question m’avait été renvoyée. Pourtant, ce n’était pas tant sa question qui m’intéressait mais bien ses doigts qui s’étaient permis de déboutonner l’un de mes boutons – le premier d’une nombreuse série, j’espère.

-Comme vous. J’ai encore à offrir à Los Angeles et le reste du monde ne recèle pas de défis assez attrayants pour moi, dis-je en souriant – reprenant les mots de Peyton. Surtout que j’ai déjà mis ma marque ailleurs. Je suis Romain et tout le monde, à Rome, sait qui est le grand Daniele Ricci, rajoutais-je en posant mon verre sur le bord du balcon – et en mettant mes mains sur les hanches de Peyton.

Peyton était toujours en train de mettre sa pattes dans son fief de naissance – moi j’étais déjà au stade supérieur en colonisant L.A. alors que j’étais Romain.

-En plus, je dois avouer que le climat de L.A. est pour beaucoup dans le fait que je n’ai pas envie d’aller voir si l’herbe est plus verte ailleurs, dis-je en souriant.

Il faisait beau presque toute l’année à L.A. – ça serait idiot de changer de terrain de jeu.

-New York, n’a pas le même climat. Vous deviez vraiment penser à prendre des vacances sur la côte Ouest. Vous pourrez, ainsi, découvrir ce que c’est de participer à une vraie fête en faisant un saut à la villa Ricci, dis-je en plongeant mon regard dans le sien – et en prenant un ton à la fois suave et sûr de moi.



@ Billy Lighter


You're never gonna die, you're gonna make it if you try, they gonna love you
©️ Pink Floyd
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Peyton Davis


Messages : 44
Date d'inscription : 20/08/2017
Age du personnage : 25
Localisation : Hollywood


MessageSujet: Re: New And Tasty (1977) [PV Peyton][Hot]   Ven 22 Sep - 19:57



New And Tasty (1977)
ft. Daniele Ricci




Pour Daniele, les billets n’avaient pas le même effet stimulant et encourageant que de recevoir un prix devant ses pairs et d’être glorifier devant une foule de jaloux. Pourtant moi, sans diminuer l’importance que je rattache aux trophées, l’argent qui entre dans mon compte en banque est presque autant satisfaisante que n’importe quelle statuette, aussi prestigieuse soit-elle !

Je l’invite donc à poursuivre cette conversation sur la terrasse. J’ai chaud, et les bruits des conversations me rendent folle – bien que plusieurs vous diront que c’est déjà fait-  je ne déteste pas non plus l’idée de me retrouver seul avec le séduisant Italien.

La nuit est clair, un beau ciel noir étoilé s’offre à nos yeux mais les miens ne sont attirer que par le manager donc seule la réputation suffit à m’exciter au possible.  Je m’approche de la balustrade sur laquelle je pose mon martini puis je me tourne pour faire face à Daniele qui me questionne sur une possible intention de ma part de m’établir dans la cité des anges.

Mais L.A. ne m’attire pas plus que ça. Pour moi, elle ne représente rien de plus que le bac à sable du jardin d’enfant. Et moi, j’suis déjà dans la cours de récré des grands. Pourquoi je reculerais quand je peux continuer d’avancer et de miser sur plus large, l’Europe, par exemple, et viser l’international ?
Alors je lui retourne la question, puisqu’une pointure comme lui ne devrait pas se contenter de jouer avec des sceaux et des pelles dans un ridicule bac à sable entouré de gamins immatures pour ne pas dire insipide et dans le talent est une lacune remarquable.

Et cette question, je la lui posais en le regardant droit dans les yeux tout en détachant le premier bouton de sa chemise. Bien entendu, je me suis approché de lui suffisamment pour qu’il puisse poser ses mains sur mes hanches. Cette proximité vient  me chatouiller comme si j’étais traversé par une brise chaude.

- Le climat, en ma compagnie est toujours chaud… pour ne pas dire torride. Ma réputation est comme la votre. Elle nous précède avant même qu’on arrive.

Et hop,  1 second bouton qui  saute, puis un troisième.   Je vois déjà la toison  sur le torse du manager  et, penchant la tête sur le côté je pose ma main à plat dessus.

- Faudrait déjà que j’ai une bonne raison de vouloir prendre des vacances sur la Côtes Ouest. Et j’en ai plus qu’assez des hôtels.  J’aimerais loger à bonne enseigne sans avoir l’impression de vivre dans les valises…

Me planter les pieds quelque part en agréable compagnie ferait changement que de passer d’hôtels en hôtels en compagnie de mes parents et de toute l’équipe qui me suis !  Mon assistante, ma nutritionniste, mon professeur, mon entraîneur, ma relationniste, et mon manager donc son seul visage, sans parler de son rire ultra énervant commence à me rendre folle et l’idée de le larguer me fait de plus en plus plaisir.


@ Billy Lighter
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Daniele Ricci


Messages : 1184
Date d'inscription : 28/09/2013
Age du personnage : 40

Who Am I?
Birth place: Rome en Italie
Je suis: le meilleur
Song: Back In Black-AC/DC


MessageSujet: Re: New And Tasty (1977) [PV Peyton][Hot]   Dim 24 Sep - 18:06



New And Tasty
ft. Peyton Davis


La terrasse nous donnait une belle vue sur la Cité des Anges – ma cité d’adoption. La nuit était noire mais étoilée était magnifique – pourtant, je n’avais d’yeux que pour le beau regard de Peyton. Au Diable les étoiles – elle n’avait plus de valeur devant les beaux yeux d’une femme et son décolleté.

L.A. était au centre de notre conversation. La diva ne comptait pas en faire son nouveau terrain de jeu – dommage – et moi j’étais trop bien installé ici que pour aller voir si l’herbe est plus verte ailleurs. Sans oublier le climat qui était – en partie – responsable de ma « stagnation ». En parlant de climat, je commençais à avoir bien chaud. Peyton s’était attelé à déboutonner ma chemise –ce qui avait le don de monter la température. Elle ne mentait pas quand elle avait dit que le climat était toujours chaud en sa compagnie. Elle s’était vantée d’avoir – comme moi – une réputation qui la précédait.

-Oui, j’ai entendu parler de vos frasques, dis-je en frissonnant sous sa main qui s’était posée sur mon torse. Je suis fan de vos exploits sur et en dehors de la scène.

Les divas étaient des machines à fric – Peyton ne devait pas être différente. Son manager devait s’en mettre plein les poches avec elle.

La jeune femme n’avait pas envie de venir à L.A. si s’était pour s’enfermer dans un hôtel. Elle me tendait la perche pour que je lui offre une invitation dans l’inestimable villa Ricci – lieu de toutes les débauches !

-Vous en voulez une de bonne raison ? Une permission de venir loger quand bon vous semble à la prestigieuse villa Ricci. Pension complète. Alcool à volonté. Piscine privée. Salle de jeu. Chambres majestueuses. Tout ça pour vous, dis-je avec un éclat de malice dans le regard. Sans dépenser un rond et pour autant de temps qu’il vous plaira.

L’invitation était une opportunité qu’elle ne pouvait pas manquer ! La voir passer quelques jours à la villa Ricci m’excitait autant que son jeu sur mon torse – c’était dire !

-Alors, qu’en dites-vous ? Un séjour à L.A. ne vous dit toujours rien ?, dis-je sur un ton suave – ma bouche à quelques centimètres seulement de la sienne – et mes main maintenant à moitié sur ses fesses.

J’essayais d’amener Peyton sur le chemin de L.A. – et sur le chemin de sa chambre d’hôtel aussi… En ma compagnie – bien sûr !



@ Billy Lighter


You're never gonna die, you're gonna make it if you try, they gonna love you
©️ Pink Floyd
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Peyton Davis


Messages : 44
Date d'inscription : 20/08/2017
Age du personnage : 25
Localisation : Hollywood


MessageSujet: Re: New And Tasty (1977) [PV Peyton][Hot]   Lun 25 Sep - 5:14



New And Tasty (1977)
ft. Daniele Ricci




Les Italiens ont la réputation d’avoir le sang chaud et d’être facile d’approche quand on sait user de son charme. Je n’ai pas grand mal à tester cette théorie alors que je défais un par un, les premier boutons de la chemise du manager. Une qualité irréprochable, des boutons ivoire, nul doute qu’il a un goût très raffiné en matière de vêtement.

Bien  sûr, je suis satisfaite d’apprendre qu’il est déjà bien au fait de qui je suis et de ce qui me caractérise. Il aurait été décevant pour un homme qui se targue d’être le meilleur dans son domaine de ne pas avoir fait ses recherches.

- Je dois avouer avoir également suivis votre parcours. Vous ne vous refusez rien, il semblerait. Vous promenez au bras des plus belles femmes « mures », y’a de quoi faire des jaloux…

Daniele prêche pour sa patrie d’adoption, bien évidemment. Il tente de me vendre les charmes et bienfaits de Los Angeles.  Et sauf pour ses beaux yeux, rien au monde ne pourrait me faire quitter définitivement New York.

Cela dit, j’ai grandement besoin de vacances. Surtout maintenant que je peux surfer sur le succès de mon album et la fin des stupides Galas et autres célébrations de la musique. Mais qu’est-ce que des vacances si je dois passer mon temps dans mes valises, choses que je fais à l’année depuis… depuis… depuis fort trop longtemps !

Je veux une véritable pause. Un endroit ou me relaxer en bonne compagnie, où je n’aurai rien de mieux à faire que de profiter du bon temps et des luxes que je peux me permettre.

Bien entendu, je lui offre sur un plateau d’argent l’occasion en or – ça commence à être luxueux – de me faire une proposition que je ne saurai refuser.

L’Italien sait aligner les arguments qui font pencher en sa faveur. Loger dans sa villa avec toutes les commodités qui vont avec et, plus encore puisqu’il faut lire entre les lignes.  J’hoche de la tête à chacun de ses énoncés comme s’il faisait le résumé d’un club med à Riviera Maya ou un endroit dans le genre.

Sauf que, j’ai aussi des exigences.  

- Ce que j’en dis ?...

Nos lèvres s’effleurent et ses mains descendent de plus en plus sur mes fesses.  Je me dois de réfléchir à cette offre plus qu’alléchante.

Je délaisse alors  son torse sur lequel j’avais apposé la paume de ma main pour le contourner et venir m’assoir sur la rambarde de la terrasse, lui laissant l’espace entre mes jambes pour qu’il vienne s’y appuyer – contre la rambarde, par entre mes jambes, pas tout de suite quand même !

- J’en dis que c’est une offre que je ne peux refuser. Mais qu’il vous manque encore quelques bons arguments. Soyez plus agressif ! N’êtes vous pas  The Best ?


@ Billy Lighter
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Daniele Ricci


Messages : 1184
Date d'inscription : 28/09/2013
Age du personnage : 40

Who Am I?
Birth place: Rome en Italie
Je suis: le meilleur
Song: Back In Black-AC/DC


MessageSujet: Re: New And Tasty (1977) [PV Peyton][Hot]   Mar 26 Sep - 19:20



New And Tasty
ft. Peyton Davis


J’avais été attentif à la carrière – et aux frasques ! – de Peyton et j’étais agréablement – pas – surpris qu’elle ait été attentif à la mienne. Elle savait que j’étais un homme à femme – tout le monde le savait.

-Pourquoi me refuserais-je quelque chose ? Je suis Daniele Ricci, dis-je avec un sourire en coin.

Je ne me refusais rien et j’aimais avoir tout. C’est pour ça que j’essayais de faire la publicité de ma ville d’adoption – pour voir Peyton y déposer ses valises ne serait-ce que pour un séjour. Elle était belle, talentueuse et elle avait du caractère – elle avait tout pour me plaire ! Ça serait dommage de ne la voir qu’en coup de vent à des galas guindés.

Je lui avais proposé un séjour gratuit en pension complète à la villa Ricci – ce qui était le rêve d’un bon nombre de personne dans le monde ! Je pensais que ça serait assez pour faire battre le petit cœur de la jeune Peyton – mais j’avais, face à moi, une diva digne de ce nom. Elle avait effleuré mes lèvres – je n’ai pas besoin de précisé que la température était en train de monter – avant de me demander encore plus d’arguments. Ce petit jeu m’amusait – Peyton savait me divertir et me pousser à lui offrir le meilleur de moi-même.

-Dure en affaire, comme je vois,
dis-je en prenant appuis contre la rambarde – tourné vers Peyton ma main frôlant sa jambe. Et bien, vous aurez le droit de séjourner dans la plus belle chambre de la villa. Celle du maitre de la maison.

Ce n’était qu’un petit bonus – j’avais mieux encore pour une femme comme Peyton.

-San oublier l’accès à mon studio privé, dans le sous-sol avec, à votre disposition, les dernières technologies en matière de musique, murmurais-je à son oreille comme une confidence. Bien sûr, je serais là, aussi, pour vous faire passer le meilleur des séjours. Il n’y aura que vous et The Best… Pas de pression, pas de petits larbins suiveurs comme votre manager dans vos pieds, rajoutais-je en posant ma main sur sa cuisse et en passant mes doigts sous un pan de sa robe. Ces arguments-là vous suffisent-ils ?

Avais-je assez d’arguments pour la jeune diva ? Je l’espérais. Je n’aimerais pas me faire repousser par Peyton – je ne voulais pas avoir mal à mon ego. Avec les divas – surtout les jolies – on n’était jamais sûr de rien.



@ Billy Lighter


You're never gonna die, you're gonna make it if you try, they gonna love you
©️ Pink Floyd
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Peyton Davis


Messages : 44
Date d'inscription : 20/08/2017
Age du personnage : 25
Localisation : Hollywood


MessageSujet: Re: New And Tasty (1977) [PV Peyton][Hot]   Jeu 28 Sep - 16:46



New And Tasty (1977)
ft. Daniele Ricci




Assise sur la rambarde de la terrasse du Hollywood Palladium, j’écoute attentivement l’offre de Daniele Ricci qui n’a de cesse que de me trouver de nouveaux arguments plus forts les uns que les autres pour me convaincre de venir passer quelques temps en sa demeure.

S’il savait que j’aurais dit oui simplement par une question aussi directe que « Peyton, acceptez de venir passer quelques temps en ma compagnie » aurait suffit pour me faire accepter sans autant de bénéfices. Mais mon plaisir aurait été moindre. De me faire supplier est bien une des choses qui me plait le plus.

- J’entends bien votre proposition et tout ce qu’elle comporte comme avantage. C’est une offre féroce et qui va au-delà de mes espérances. Seulement…

Je me laisse redescendre sur mes pieds pour presser mon corps contre celui du célèbre manager. Je penche ma tête sur le côté pour jeter un œil vers les portes et, voyant personne venir, ni même lorgner en notre direction,  je reporte mon attention sur l’Italien  avant de le saisir par la boucle de sa ceinture.

- Est-ce que le jeu en vaut la chandelle, Monsieur Ricci ?  Comment savoir que vous saurez alimenter tous mes caprices ?

Ce qui est tentant et stimulant c’est l’interdit et la saveur qu’il a.

Je tiens fermement la boucle de la ceinture et je fais quelques pas sur le côté, le forçant à faire de même. Plus à l’écart sur la terrasse sans être toutefois caché, disons simplement que nous ne sommes plus enligne directe avec les portes, j’adoucie ma main pour mieux défaire la ceinture dans un premier temps, puis ouvrir le pantalon du manager.

J’ai envie de découvrir si The Best n’a que de la gueule ou s’il n’est pas simplement équipé du plus gros égo que la terre puisse porter.  Je n’attends pas son ok pour glisser ma main à l’intérieur  et jauger de la marchandise.

- Que ferais-je dans votre studio si  je n’ai pas un micro à la hauteur de mes attentes ?
Alors que ma main s’active sur son seul argument valable, je plonge un regard empreint d’innocence, comme si c’était la première fois que je caressais un homme de la sorte. Je me mordille la lèvre inférieure en battant légèrement des cils, la tête légèrement penchée sur le côté.

- Ce n’est quand même pas moi qui vais vous apprendre qu’il faut battre le fer quand il est chaud… Et le votre… est si chaud qu’il pourrait exploser sous peu…

Relevée sur la pointe des pieds, je viens lui suçoter la lèvre avant de redescendre à ma hauteur et de retirer ma main de son pantalon. S’il est aussi arrogant que talentueux,  je sais qu’il ne tardera pas à me faire comprendre que son offre est finale.  Je me tourne, dos à Ricci et je m’appuie sur la rambarde, le dos arqué…


@ Billy Lighter
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Daniele Ricci


Messages : 1184
Date d'inscription : 28/09/2013
Age du personnage : 40

Who Am I?
Birth place: Rome en Italie
Je suis: le meilleur
Song: Back In Black-AC/DC


MessageSujet: Re: New And Tasty (1977) [PV Peyton][Hot]   Ven 29 Sep - 20:30



New And Tasty
ft. Peyton Davis


Mon offre était plus que généreuse ! Personne n’avait – normalement – accès à mon studio personnel hormis mes groupes et moi-même. Donner l’accès à la jolie Peyton n’était qu’une garantie de la voir venir à L.A. – dans ma prestigieuse villa. Cette offre était – de ses dires – au-delà de ses espérances. Je sais, je suis le meilleur – je suis Daniele Ricci !

Seulement, il y avait un « mais » - j’aurais dû m’en douter, j’avais affaire à une diva.

J’attendais la suite – en essayant de ne pas prêter attention à l’attirance purement physique qu’il y avait entre nous quand elle s’était collée à moi. Elle avait sa main sur la boucle de ma ceinture – pas besoin de baisser les yeux, je le sentais. Peyton voulait des garanties sur ma capacités à combler tous ses caprices – serait-ce un défi ?

-Pourquoi ? Vous en doutez ?,
demandais-je avec un sourire. Je pensais vraiment que ma réputation me précédait. Je peux vous faire une démonstration, si vous voulez, rajoutais-je en allongeant mon sourire.

Je m’étais laissé entrainer un peu sur le côté – plus loin de la porte. La diva était pleine de surprises – mais je ne m’attendais pas à ce qu’elle défasse ma ceinture pour plonger sa main dans mon pantalon. Ça c’était aussi rapide que surprenant – mais pas désagréable du tout ! J’avais entrouvert la bouche – de surprise. Peu de gens arrivaient à surprendre le grand Daniele Ricci.

Mon offre de visiter – et utiliser – mon studio n’était valable que s’il y avait un micro à la hauteur. J’avais en face de moi une femme douée avec ses mains – je ne vous précise pas comment je sais ça – et avec sa langue - là, c’est au sens figuré.

-Belle métaphore,
dis-je dans un souffle – et en me mordant la lèvre sous l’excitation provoquée par son petit massage intime.

Elle avait continué dans la métaphore – tant qu’à faire -, et m’avait attisé encore en suçant ma lèvre. Belle, talentueuse et douée – je n’avais pas besoin de plus.

Elle avait arrêté son massage – dommage – pour prendre appuis sur la rambarde. Loin de me décontenancé – je n’étais pas un ado, après tout – j’avais tenu bon sans sauter sur Peyton.

-Mon offre est telle et ne changera pas. A prendre ou à laisser, dis-je avec un sourire.

Je m’étais mis derrière Peyton – que j’avais fait se redresser un peu pour coller mon corps contre son dos. Son oreille frôlait mes lèvres quant à mes mains elles étaient plaquée sur ses hanches.

-Cependant, je peux vous fournir, dès maintenant, un échantillon des activités proposées à ma villa, soufflais-je à son oreille. Histoire que vous puissiez vous faire un avis avant d’accepter ou non. Bien que je sais d’avance quel sera votre choix, dis-je sûr de moi.

J’avais mordillé son oreille. Je devais avouer que ce que j’avais dans le pantalon criait que Peyton accepte de venir vérifier.

-Il suffit que vous me montriez le chemin de votre chambre d’hôtel, dis-je en faisant descendre – sans gêne – ma main sur son entrecuisse.

Inutile de se montrer en spectacle – nous pouvions apprécier ça dans l’intimité d’une chambre de luxe. Jusqu’au matin ça serait bien !




@ Billy Lighter


You're never gonna die, you're gonna make it if you try, they gonna love you
©️ Pink Floyd
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Peyton Davis


Messages : 44
Date d'inscription : 20/08/2017
Age du personnage : 25
Localisation : Hollywood


MessageSujet: Re: New And Tasty (1977) [PV Peyton][Hot]   Mer 4 Oct - 23:22



New And Tasty (1977)
ft. Daniele Ricci




Je n’hésite pas à plonger ma main dans l’égo, le pantalon du manager, pardon.  Je ne peux conclure un marché sans palper la marchandise. Je suis capricieuse et je sais ce que je veux et encore plus, ce que je ne veux pas.

Et son offre est à la hauteur de mes espérances, et même, au-delà.

L’italien s’en mord même la lèvre, ce qui ne manque pas de me plaire d’avantage. J’aime voir que ce que je fais atteint  le but précis que je me fixe. Et si j’ai en tête de le charmer, l’opération de la tâche est loin de me déplaire.

Quand on grandit dans un mode d’adulte, il ne faut pas s’étonner que l’on en devienne un avant son temps, avec toutes les envies et pulsions qui viennent avec. Mais l’innocence de l’interdit est encore bel et bien là. Mais ce n’est peut-être pas unique aux enfants stars puis que ça semble aussi être le cas de Ricci.

Je veux le torturer, le garder bien alerte et pendu au bout de ma ligne. Faire de lui mon nouveau petit joujou le temps de quelques folles nuits d’amour. Je retire donc ma main de son pantalon pour lui tourner le dos en m’appuyant contre la rambarde.

Je l’imaginais déjà relever ma robe et prendre sa revanche mais j’ai à faire à un homme d’expérience qui a la sagesse de son âge. Il sait que tout vient à point qui sait attendre alors que j’ai l’insolence de la jeunesse.

- Pourquoi un simple échantillon quand j’ai envie de tout goûter ce qu’il y a au menu ? , lui demandais-je alors qu’il me redresse pour se plaque contre moi.

Son torse contre mon dos, ses lèvres effleurent mon oreille me faisant fermer les yeux et pencher la tête sur le côté.  C’était déjà tout entendu dès la première seconde où  il m’avait abordé à l’intérieur du théâtre.

La rencontre n’aurait cependant pas été aussi plaisante si nous n’avions pas joué la séduction à peine voilée.

-  Ma chambre pour cette nuit. La votre pour le reste de mon séjour à L.A.

Me retournant pour lui faire face, je lui suggère de replacé son pantalon et de respirer quelques bonnes bouffées d’air avant de me rejoindre à ma chambre.  Impossible de quitter ensemble, ma mère surveillera mes moindres faits et gestes. Il me sera plus facile de lui envoyer de la poudre aux yeux en  quittant seule.

Quand je suis certaine que Daniele a bien compris et retenu mon numéro de chambre,  je le laisse à sa méditation, impatiente de le retrouver de nouveau.  Mais s’il ne veut pas avoir le clan Davis sur le dos, le mieux est de jouer nos pions stratégiquement.

J’ai bien fait en sorte que personne ne vienne après moi. Ma mère, de toute façon, est déjà saoule et fait de l’œil à tout ce qui a une queue. Quant à mon père, il est  probablement en bonne compagnie dans un coin sombre et ce qu’il y fait ne me regarde en rien. Il y a longtemps que je ne m’offense plus des infidélités de mes parents.

Il me semble que mon invité se fait attendre au point que je commence à me demander s’il n’a pas trouvé mieux que moi pour  passer son temps. Quoique c’est complètement impossible. Il n’y a pas mieux que moi. Ni ici à Los Angeles, et encore moins à New York. Parce que JE suis Lola.

Trois coups feutrés se font entendre à ma porte et je souris, satisfaite.  Je savais.

- Monsieur aime se faire attendre ? , dis-je en ouvrant la porte, ne portant qu’un peignoir de soie, évidement, rien en dessous.


@ Billy Lighter
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Daniele Ricci


Messages : 1184
Date d'inscription : 28/09/2013
Age du personnage : 40

Who Am I?
Birth place: Rome en Italie
Je suis: le meilleur
Song: Back In Black-AC/DC


MessageSujet: Re: New And Tasty (1977) [PV Peyton][Hot]   Dim 8 Oct - 17:13



New And Tasty
ft. Peyton Davis


Peyton ne manquait pas de cran – et ça me plaisait. Après avoir vérifié la marchandise – car, je savais bien qu’il s’agissait autant que ça que d’une tentative  de m’exciter -, elle s’était détournée de moi en me faisant part de son appétit assez grand que pour dévorer l’entièreté du menu et non se contenter d’un petit échantillon.

-Vous avez de l’appétit comme je vois, dis-je avant de la redresser.

Je la savais déjà conquise – mais je continuais tout de même mon petit numéro. N’était pas Daniele Ricci qui voulait et j’aimais faire montre de mes techniques de séduction. Peyton était suffisamment conquise pour accepter de m’inviter dans sa chambre – si je lui donnais la mienne pour le reste de son séjour. Voilà qui est intéressant ! Aurais-je réussi à convaincre Peyton de passer du temps à L.A. ? Il semblerait que oui.

-Deal, murmurais-je, suave, à son oreille.

Elle s’était retournée et – avant de partir – m’avait donné quelques conseils avant de venir la rejoindre. Nous devions – apparemment – être discrets. J’étais assez renseigné sur tout le monde pour savoir que les parents de Peyton trainaient toujours autour de leur fille – ça devait être d’un ennui mortel.

Le numéro de la chambre de Peyton en tête, elle s’en était allée. J’avais reboutonné mon pantalon – pour, ensuite, achever mon verre d’une traite.

Comme les stars se font attendre – et que j’en suis une ! – j’allais faire attendre Davis. Je m’étais éclipsé de la terrasse pour me fondre – enfin, façon de parler, je ne pouvais pas vraiment me fondre vu que j’étais Daniele Ricci – dans la masse de gens. Victoria Hunter m’avait repéré et – toujours déprimée par les résultats des Emmys – s’épanchait encore sur l’injustice de tout ça. Cause toujours, tu m’intéresse… Si Hunter n’avait pas gagné aujourd’hui, c’était parce qu’elle était dépassée – rien de plus, rien de moins. Seulement, je n’avais pas envie de jouer la carte de la franchise aujourd’hui.

Notre échange avait duré quelques minutes – mais il était temps que je rejoigne Davis.

J’avais planté Victoria là – pour monter à l’étage de la chambre de la diva. J’avais toqué à la porte et c’est un – magnifique ! – Peyton en peignoir qui m’avait ouvert. Alors, sous-vêtement en dessous ou pas ? C’était la question à dix mille dollars.

Elle avait noté mon retard.

-Comme toutes les stars, dis-je en lui faisant un clin d’œil.

J’étais entré dans la luxueuse chambre de Davis. La porte fermée, j’avais enlevé ma cravate – elle était trop encombrante.

-Belle chambre, dis-je en souriant. Et beau peignoir. Je suppose que tu ne portes rien en dessous, rajoutais-je en abandonnant le vouvoiement.

C’était à moi de vérifier. Je m’étais approché d’elle. Mes mains s’étaient posée sur ses hanches. J’aurais pu commencer plus rapidement – et foncer dans le tas – mais la méthode douce est parfois la plus efficace. Mes lèvres avaient trouvé le chemin de son cou que j’étais venu gratifier de baisers. Tout ça semblait bien innocent – mais Daniele Ricci n’était pas innocent. Une de mes mains avait quitté sa hanche pour s’introduire dans l’ouverture de son peignoir et constater que Miss Davis ne portait rien en dessous.

-Tu m’as mâché le travail, murmurais-je à son oreille.

Ma main avait trouvé son entre-jambe – et elle l’avait gratifié de caresses intimes sensuelles. Le nœud de son peignoir avait cédé – en réalité je l’avais dénoué de ma main libre. Mes lèvres – elle – s’était posée sur celle de Peyton pour un baiser brûlant.


@ Billy Lighter


You're never gonna die, you're gonna make it if you try, they gonna love you
©️ Pink Floyd
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Peyton Davis


Messages : 44
Date d'inscription : 20/08/2017
Age du personnage : 25
Localisation : Hollywood


MessageSujet: Re: New And Tasty (1977) [PV Peyton][Hot]   Sam 14 Oct - 16:40



New And Tasty (1977)
ft. Daniele Ricci




Je vais et viens dans ma chambre d’hôtel, vêtue uniquement de mon peignoir en soie violet,  attendant avec impatience l’arrivé du manager Italien. Ne fait pas attendre Peyton David, qui veut !  Seulement, je n’attends pas n’importe qui non plus. Le plus grand et le plus adulé des managers est en direction de ma chambre en ce moment même.
Sauf s’il s’est joué de moi.

Non. Il n’en a pas l’intention. Ma main sur son érection m’a confirmé qu’il allait venir – dans tous les sens du terme – et assouvir ses pulsions les plus bases dans le but unique de m’ajouter a sa liste de conquête. Et l’inverse est aussi vrai. Avec une prime à la clé.

Je compte bien me servir de ce séjour en terre Sainte pour  m’assurer d’un cousin de sécurité si l’envie me prenait de quitter la grosse pomme pour m’établit à Los Angeles.

Je ne crois pas que cette ville est mieux que l’autre. Mais Daniele Ricci, lui, oui !

Et mon cœur arrête presque de battre quand enfin, j’entends ma porte sollicité de trois petits tocs feutrés. Je souris, passant ma langue sur mes lèvres pour les rendre plus luisante un peu et je vais ouvrir non sans lui faire remarquer l’attente – interminable – qu’il m’a infligé. Je dois reste moi-même jusqu’au bout, bien que l’envie pressante de m’agenouiller devant lui me fait tourner la tête.

Il n’attend pas d’invitation pour retirer en premier lieu sa cravate – dommage j’avais bien envie de l’utiliser cette laisse – et pour poser ses mains sur mes hanches avant de laisser l’une d’elle venir se prendre entre mes cuisses alors que ses lèvres brûlantes se posent sur les miennes
J’en frémis déjà, sentant toute la grande expérience du manager au bout de ses doigts. Il n’en est certainement pas à ses premières découvertes.  Et si mon peignoir cède presque trop facilement, glissant de mon corps comme feuille vole au vent, je n’en ferai pas autant.

Je viens mordre la lèvre du manager, non pas pour le blesser mais suffisamment pour le saisir et m’assurer de son attention.

- Je ne suis pas de celle que tu mettras dans ton lit sans lendemain.  J’ai besoin de toi et tu as besoin de moi. Vois cette nuit avec moi comme le début d’un partenariat qui pourra être on ne peut plus avantageux pour l’un comme l’autre.  

Parler business avec un homme alors qu’on s’offre à lui revient à mettre sous le nez d’un alcoolique une bouteille de whisky  et de le laisser humer  les effluves sans pour autant le laisser y tremper ses lèvres.

Par expérience, j’obtiens  beaucoup de mes désirs ainsi.

Mais je ne suis pas dupe. Je sais aussi que le manager est tout sauf stupide et cupide.  Il a vu neiger – enfin pas littéralement – et ne se laissera pas berner, même pas mon corps offert sur un plateau d’argent.  Je dois le garder concentrer et ouvert à la discussion et je le fais en pressant ma main contre la sienne entre mes cuisses, le guidant un peu sur ce que je préfère.

- Le sexe c’est comme le business, Daniele.  Si je ne te montre pas clairement mes besoins,  je ne serai pas réceptive aux tiens…


@ Billy Lighter
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Daniele Ricci


Messages : 1184
Date d'inscription : 28/09/2013
Age du personnage : 40

Who Am I?
Birth place: Rome en Italie
Je suis: le meilleur
Song: Back In Black-AC/DC


MessageSujet: Re: New And Tasty (1977) [PV Peyton][Hot]   Dim 15 Oct - 20:02



New And Tasty
ft. Peyton Davis


J’étais déjà en pleine découverte de son entre-cuisse – à peine entré dans sa chambre. Peyton se laissait faire sans aucune résistance. Je m’attendais à plus de résistance de la part d’une diva mais peut-être qu’elle n’avait pas envie de résister. Son peignoir – en tout cas – avait terminé au sol. Elle était totalement nue en dessous – elle m’avait décidément mâché le travail.

Elle m’avait mordillé la lèvre pour obtenir ma plus totale attention. Peyton avait une idée derrière la tête – un partenariat. La jeune femme était certaine qu’elle avait besoin de moi – autant que j’avais besoin d’elle ! Je retrouvais ici la diva ! Elle ne voulait pas être comme les autres filles – une conquête d’un soir. Elle en voulait un lendemain. Quel genre de lendemain ? Elle laissait le suspens là-dessus.

-Ah oui ?, dis-je avec un sourire en coin. Bravo, tu as réussi à attiser ma curiosité !

Ce n’était pas rien d’avoir attisé la curiosité du grand Daniele Ricci. Peyton avait le don pour ça. Elle se prenait pour une petite femme d’affaire en herbe – et j’aimais ça !

Sa main était venue rejoindre la mienne. Elle me guidait à sa guise – comparant le sexe au business.

-Le sexe est plus simple que le business, crois-moi,
dis-je en souriant – et en la laissant me guider.

Sa comparaison avait quand même l’honneur d’être juste. En business comme en sexe c’était plus facile quand les deux parties se montraient le chemin mais c’était rarement le cas autant dans le sexe que dans le business – surtout dans le business.

-Le business est rempli de plans sous les plans. Il est toujours difficile de savoir ce qui se cache réellement derrière une demande,
dis-je en continuant mes caresses plus profondément – et plus sensuellement. Le business, c’est un jeu d’échec. Le sexe se fait à l’instinct.

L’instinct – c’est ça que j’utilisais en ce moment. Peyton me guidait mais j’essayais d’aller plus loin encore que ses expectatives.

-Alors quelles sont les vraies conditions de ce partenariat ? L’homme d’affaire en moi veut en savoir plus. Quels seront nos avantages respectifs ?, dis-je en arrêtant mes caresses pour parcourir son corps de mes lèvres – de ses seins sur lesquelles je m’étais arrêté un peu jusqu’à son entre-jambe que j’avais commencé à embrasser sensuellement.



@ Billy Lighter


You're never gonna die, you're gonna make it if you try, they gonna love you
©️ Pink Floyd
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Peyton Davis


Messages : 44
Date d'inscription : 20/08/2017
Age du personnage : 25
Localisation : Hollywood


MessageSujet: Re: New And Tasty (1977) [PV Peyton][Hot]   Dim 22 Oct - 4:54



New And Tasty (1977)
ft. Daniele Ricci




L’Italien a le doigté aussi sur qu’il a l’ego en béton. Je ne m’attendais à rien de moins d’un homme avec une réputation comme la sienne. Ça tombe bien car c’est justement ce à quoi je m’attends de faire face.

J’ai besoin de lui. Il a besoin de moi.

Pourquoi ne pas joindre l’utile à l’agréable en  négociant une certaine force de partenariat après une bonne partie de jambe en l’air ? Après tout, si j’ai bien retenue une chose de mes parents, la négociation se fait toujours mieux  sans vêtements.

Je lui dévoile un peu de mon plan  tout en l’attirant  un peu plus vers le lit. Il n’y a pas meilleur endroit pour négocier.

Guidant sa main un peu mieux entre mes cuisses, je dresse un parallèle entre le sexe et le business. Modèle qu’il réfute en affirmant que le business est un peu plus compliqué que le sexe.

Il ne s’est jamais réellement attardé aux plaisirs d’une femme lui, pour affirmer une telle chose ! D’aucun vous dirait que le business c’est du gâteau, une putain de grosse part même, comparativement aux besoins d’une femme au lit.

Mais je ne vais pas fermer abruptement le clapet de l’Italien et je le laisse croire ce que bon lui semble, si ça peut lui faire plaisir et m’assurer toute ta réceptivité.

- Le business se fait à deux, à trois, à plusieurs. Le sexe aussi. Si tu n’as pas d’instinct au lit, tu ne feras pas jouir ta partenaire, n’es tu pas en accord avec cette affirmation ?

Et s’il voit le business comme un jeu d’échec, le lit n’est-il pas le meilleur endroit pour mettre échec et math?  Et c’est ce que je compte bien faire, lentement mais surement, avec le beau Daniele Ricci.

Lentement, je nous dirige vers le lit jusqu’à ce que le matelas empêche le manager de reculer
d’avantage et, le poussant fermement en appuyant de ma main libre sur son torse, je viens ensuite prendre place sur ses genoux, mordant de nouveau sa lèvre, avec plus de conviction cette fois.

- Puisque le sexe est plus simple que le business, commençons par ça ! Et si je ne suis pas pleinement convaincu que tu es l’amant qu’il me faut, je réviserai mes positions concernant ce partenariat.

Voilà qui a le mérite d’être clair.


@ Billy Lighter
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Daniele Ricci


Messages : 1184
Date d'inscription : 28/09/2013
Age du personnage : 40

Who Am I?
Birth place: Rome en Italie
Je suis: le meilleur
Song: Back In Black-AC/DC


MessageSujet: Re: New And Tasty (1977) [PV Peyton][Hot]   Dim 22 Oct - 19:43



New And Tasty
ft. Peyton Davis


Le sexe c’était bien plus simple que le business – je parlais d’expérience. Pour être le meilleur en business – comme moi – il fallait être fourbe, savoir saisir des opportunités et voir toujours plusieurs coups à l’avance. Le sexe était une histoire d’instinct, de ressenti – pas une partie d’échec. Il ne valait mieux pas trop réfléchir pour être bon au lit – trop de réflexion avait tendance à tuer l’instant présent.

Peyton tenait – malgré mes nombreux et très bons arguments – à son parallèle. Elle avait dit que le sexe – comme le business – pouvait se faire à plusieurs. Certes, c’était vrai. Elle avait dit – aussi – que l’instinct était primordial pour faire jouir sa partenaire – certes, c’est ce que je disais.

-Je le suis, dis-je avec un sourire en coin. L’instinct est ce qui permet d’être le plus performant au lit.

J’essayais de montrer un avant-goût de mes compétences en matière de sexe – par des caresses intimes, principalement. Nous avions le temps – pas besoin d’aller trop vite même si Peyton était déjà dévêtue.

Elle m’avait fait reculer jusqu’à son lit où je m’étais assis – elle tombant sur mes genoux. J’avais très – très ! – envie de savoir en quoi consistait son partenariat. L’homme d’affaire en moi avait bien l’intention d’évaluer la chose.

Seulement, Peyton était bien trop joueuse – elle voulait d’abord que je sois convainquant au lit avant de faire sa proposition. Ma réputation n’était pas suffisante à la diva ?! Bien, il allait falloir que je lui montre en direct de quoi j’étais capable !

-Bien ! Je ne recule jamais devant un défi honnête
, dis-je avec un sourire franc.

Je ne voulais pas être l’amant de Peyton – je voulais faire de Peyton mon amante. La nuance était bien plus grande qu’il n’y paraissait.

Je l’avais embrassé en prenant bien soin – cette fois – de faire connecter nos langues. J’avais fait basculer la diva sur son lit pour la mettre dans une position bien plus vulnérable – et bien plus pratique. Mise ainsi sur le dos, ses courbes formaient un très beau tableau – bien meilleur que toutes les œuvres d’art archaïques qu’on pouvait voir dans les musées. J’avais enlevé ma chemise – mais pas mon pantalon de costard, je n’étais pas du genre à mâcher le travail d’autrui. Mes mains s’étaient faites un plaisir de parcourir le corps de Peyton. Après quelques minutes, les courbes de ses seins n’avaient plus aucun secret pour moi – raison de plus pour retourner visiter des endroits encore plus sensible. C’est ainsi que ma bouche avait remplacé ma main sur sa poitrine. J’avais laissé ma langue faire le tour de ses tétons – avidement.

C’est mes doigts qui étaient – en réalité – en train de faire le plus grand travail au niveau de son entre-cuisse. J’avais retenu les mouvements et les endroits que Peyton m’avait indiqué quelques minutes plus tôt – mais en accentuant tout ça, en rendant tout ça encore meilleur.

-Il faut de l’instinct et une bonne mémoire, soufflais-je après avoir quitté ses seins – et avant de m’emparer de ses lèvres.

Une bonne mémoire pour se rappeler de ce qui plait – ou non. Je venais de rencontrer Peyton – mais j’avais déjà retenu ce qui la faisait frémir.



@ Billy Lighter


You're never gonna die, you're gonna make it if you try, they gonna love you
©️ Pink Floyd
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Peyton Davis


Messages : 44
Date d'inscription : 20/08/2017
Age du personnage : 25
Localisation : Hollywood


MessageSujet: Re: New And Tasty (1977) [PV Peyton][Hot]   Ven 27 Oct - 4:05



New And Tasty (1977)
ft. Daniele Ricci




Depuis que je suis en âge de participer aux décisions me concernant moi et ma  carrière, j’ai  fini pas comprendre deux choses en observant mon entourage. Mes parents plus particulièrement.  Le sexe et l’argent mènent ce monde.

L’un ne va pas sans l’autre ou que dans très rare occasion.

Et le manager Italien n’échappe à cette règle. À preuve, je n’ai qu’à lui offrir mon corps nu sous un peignoir en soie et de parler de partenariat pour l’avoir toute ouïe et prêt à faire des « heures supplémentaires » si cela peut lui être profitable.

Je vois qu’on parle le même langage quand il accepte mon défi et qu’il m’embrasse en massant ma langue avec la sienne tout en me basculant sur le lit.  On voit qu’il a l’habitude de prendre les choses en mains et qu’il n’aime pas être en position d’infériorité.

Je le jauge et j’analyse.

La façon dont il investi mon corps en ne laissant rien au hasard. Il calcul plus qu’il ne se laisse aller a son instinct.

Longtemps et de la façon la plus délicieuse qui soit,  Daniele apprivoise ma poitrine de ses lèvres gourmandes alors que ses doigts explorent ma féminité.  Je ne laisse rien au hasard non plus, lâchant quelques gémissements lorsqu’il se fait plus intense, laissant mes mains lui caresser les épaules, remontant quelques fois dans ses cheveux.

- Heureusement, tu n’as pas de problème à ce niveau… lui soufflais-je alors qu’il m’affirme tout le contraire de mes pensées.  

Je ne peux consciemment pas  lui faire remarquer que c’est surtout son instinct qui a bonne mémoire  puisque je l’ai guidé avant de commencer.

Mais je suis jeune moi, et je me lasse vite quand on ne me tiens pas constamment en alerte. Je n’ai pas besoin de préliminaires incessant qui n’en  finissent plus de finir ! J’ai besoin d’action, mais je me dois de laisser une marge de manœuvre à l’homme et son âge qui, forcément doit trouver son aise dans une pratique un peu plus… « pantouflarde ».

Une version gériatrique du sexe.  Il faut ce qu’il faut !

Mais ma jeunesse et ma fougue prennent le dessus, que je le veuille où non et je repousse le manager pour me redresser et m’attaquer à son pantalon.

- Faudrait quand même pas le faire attendre trop longtemps, non ? , lui-dis pour justifier mon impatience. Ma petite caresse de tout à l’heure a piqué ma curiosité…  je ne sais plus attendre…

Et je ne suis pas déçue ! Enfin, quelque chose qui répond à mes attentes et qui pourra, je n’en ai plus aucun doute, me combler, aussi gourmande que je ne le suis.

J’attire Daniele vers moi, reprenant la position dans laquelle il nous avait placé tout en l’enlaçant, gardant nos lèvres en communion et nos langues en perpétuel combat pour savoir laquelle aura le dessus sur l’autre.

Et, sans crier gare, je le mords. Pas trop fort, mais assez pour le saisir. Je veux qu’il se déchaîne. Qu’il me montre pourquoi il est «  The Best ». Qu’à donc t-il fait pour mériter ce titre.


@ Billy Lighter
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Daniele Ricci


Messages : 1184
Date d'inscription : 28/09/2013
Age du personnage : 40

Who Am I?
Birth place: Rome en Italie
Je suis: le meilleur
Song: Back In Black-AC/DC


MessageSujet: Re: New And Tasty (1977) [PV Peyton][Hot]   Dim 29 Oct - 17:17



New And Tasty
ft. Peyton Davis


Je n’avais aucun problème à aucun niveau – Peyton l’apprendra bien vite. J’étais en pleine exploration – et je prenais le temps de tout découvrir ! J’aimais faire doucement monter l’envie dans nos corps respectifs. Les préliminaires étaient plus savoureux quand on prenait son temps, n’est-ce pas ?

M’accaparer le corps sensuel de Peyton ne m’empêchait pas de parler de l’instinct et de ma mémoire intacte. J’avais parfaitement retenu les quelques caresses que Peyton m’avait montrées quelques minutes plus tôt – et je les avais mis en œuvre à la perfection tel le Ricci que j’étais.

Seulement, la jeune Peyton n’avait pas la patience suffisante pour se laisser aller à des pratiques plus douces – elle en voulait plus et tout de suite. Elle était jeune et pleine de fougue – elle ne savait pas encore faire durer le plaisir. Elle avait retiré mon pantalon avec vivacité. A son âge je n’aurais pas attendu éternellement non plus – je me rappelle qu’à l’époque je faisais ça à la chaine jusqu’à ne plus en pouvoir. Les préliminaires passaient souvent à la trappe – comme aujourd’hui…

Ainsi soit-il !

Nous nous étions embrassé – à nouveau – jusqu’à la morsure de Peyton sur ma lèvre.

-Aïe, dis-je sans conviction – mais avec un sourire malicieux. La fougue de la jeunesse. Vous ne savez vraiment pas prendre votre temps…, dis-je en parlant des « jeunes » en général – les guillemets sont là parce que je suis toujours jeune, je n’ai que 36 putain d’années !

Elle en voulait plus – et elle le voulait maintenant. Elle allait – donc – avoir ce qu’elle voulait. Je l’avais embrassé tout en frottant mon sexe au sien. Je ne lui faisais aucune entrave – elle avait toutes les latitudes qu’elle voulait pour me rendre la monnaie de ma pièce. Nos langues étaient en train de se livrer une guerre acharnée pour la domination. Nous nous étions retournés dans tous les sens roulant sur le lit et enlaçant nos sexes sans que jamais nous ne fassions qu’un. C’est à un moment bien donné que j’avais pris le dessus sur Peyton qui – placée sur le ventre dans le déchainement de nos ébats – avait baissé sa garde. Je nous avais unis dans un coup de rein – en prenant bien soin de remonter Peyton pour qu’elle prenne appui sur ses bras. Elle voulait que je me déchaine – je lui faisais une démonstration de ce que je pouvais faire. Tout ça, évidemment, n’était qu’un avant-gout, un échantillon de mon véritable talent – ne dévoilons pas toutes nos cartes le premier soir !

Elle ne pourra pas dire que j’avais joué au paresseux – j’y mettais beaucoup de ma personne pour savoir en quoi consistait son partenariat « win-win ».




@ Billy Lighter


You're never gonna die, you're gonna make it if you try, they gonna love you
©️ Pink Floyd
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Peyton Davis


Messages : 44
Date d'inscription : 20/08/2017
Age du personnage : 25
Localisation : Hollywood


MessageSujet: Re: New And Tasty (1977) [PV Peyton][Hot]   Jeu 9 Nov - 3:26



New And Tasty (1977)
ft. Daniele Ricci




Je me dois bien de le provoquer légèrement, sans quoi j’ai peur qu’il ne finisse par s’endormir.  Et je fais merveilleusement bien les choses puisqu’il ne lui fat pas plus qu’une petite pique et une morsure à la lèvre pour me faire la démonstration de sa fougue légendaire.

The best me maintient, face contre le matelas puis me fait me redresser juste ce qu’il faut pour qu’il puisse me pénétrer  et s’activer avec toute l’effervescence d’un opéra Italien.  Un peu plus et nous aurions une trame sonore interprété par la Castafiore elle-même tant c’est beau et bon de le sentir me prendre avec autant de fureur que d’expérience.

Il me fait la preuve que rien n’égal l’expérience, même pas l’insolence de l’âge.

Et si nous n’avons pas droit aux grands airs d’opéra, ce sont mes gémissements et ses grognements qui se répondent en écho dans la pièce pourtant dépourvu de tout air romanesque.

Plus je gémis, plus il se donne et plus il se donne, plus je gémis. C’est mathématique et c’est déjà, selon moi, assez win-win comme entreprise.

Je dois avoir les fesses rougis pas la puissance de ses coups de bassin, nul besoin qu’il me le claque, comme je m’attendais qu’il ne le fasse, Peut-être a-t-il passé l’âge de jouer à la fessée, ce qui est bien dommage puisque moi, ça m’excite.

Mais même sans ça, je jouis rapidement, peut-être trop même, mais il est difficile de bien se nuancer avec un partenaire aussi impliqué que Daniele Ricci. Ou est-ce tout ce qui  entour ma soirée qui m’a grandement émoustillée ? Des prix remportés haut la main à une partie de jambe en l’air avec celui qui a remporté le prix de l’homme le plus sexy de l’année, faut admettre qu’il serait difficile de rester impassible.

Mes bras ne me supportent plus tant l’orgasme est fort et me traverse de part et d’autres de mon petits corps maintenant complètement sous l’emprise de celui du manager Italien.  Je peux sentir sa sueur sur ma peau, son souffle dans mon cou alors que le mien se perd quelque part sur l’oreiller.

- Ça…

Je ne gagnerai certainement pas un Grammys pour  la teneur de mes gémissements mais  ma performance jumelé à celle de l’homme dont les poils de torse me font l’effet de centaines pour ne pas dire millier de petites ventouses contre mon dos, pourrait nous assurer une carrière dans un tout autre domaine.

Ne serait-ce pas ne corde a ajouter à mon arc ?

Je reprends donc mon souffle puisque j’en ai été incapable de terminer ma phrase. Je tente, en poussant légèrement avec mes fesses, de dégager le corps encore brûlant de mon amant du jour et ainsi, je retrouver l’aisance de respirer librement.

- C’était encore mieux que ce à quoi je m’attendais, je n’ai pas le choix de l’avouer !


@ Billy Lighter
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Daniele Ricci


Messages : 1184
Date d'inscription : 28/09/2013
Age du personnage : 40

Who Am I?
Birth place: Rome en Italie
Je suis: le meilleur
Song: Back In Black-AC/DC


MessageSujet: Re: New And Tasty (1977) [PV Peyton][Hot]   Sam 11 Nov - 15:18



New And Tasty
ft. Peyton Davis


J’étais passé – très vite, vu que Peyton s’impatientait… - aux choses sérieuses. Je devais me calquer sur l’impatience de la jeune artiste afin de ne pas passer pour un vieux pantouflard – ce que je n’étais décidément pas !

C’est sûrement à cause d’un sursaut d’orgueil que j’avais décidé d’être moins doux qu’à l’accoutumé. J’y aurais mis plus d’amour et de charme si ça avait excité un peu la jeune femme – mais elle semblait être adepte de la précipitation et de la hargne. Bien, je m’adaptais à tout – j’étais The Best !

J’étais en elle, accentuant mes coups de bassins sur ses fesses rebondies – et particulièrement jolies ! Ses gémissements montraient que ses cordes vocales avaient un certain entrainement – et qu’elle en avait dans le coffre. Ils se mêlaient aux miens – qui étaient là pour montrer à Peyton qu’elle n’était pas la seule à s’amuser. S’il y avait des voisins dans les chambres d’à côté, ils n’auront aucun doute sur l’activité auquel on s’adonnait actuellement – tant pis s’ils voulaient dormir.

Peyton avait joui dans un cri haut perché – sa puissance vocale était extraordinaire. Je n’avais pas tardé à la rejoindre en explosant en elle. On pouvait dire que Peyton était autant douée pour le sexe que pour la chanson - ce qui n’était pas peu dire.

J’étais collé à elle et je reprenais ma respiration après ces brefs – mais très bons – ébats. Elle me semblait bien plus fébrile maintenant qu’avant – comme si l’énergie déployée avait complètement vidé ses batteries. D’où l’importance de prendre son temps – l’économie d’énergie. Sauf que là, elle avait vidé les siennes – et les miennes.

Mon souffle s’écrasait contre son cou – Peyton, elle, essayait de commencer une phrase sans arriver à la finir. Elle essayait de se dégager un peu ce qui m’avait contraint à lui laisser plus d’air. J’étais allongé – juste à côté d’elle – sur le dos à regarder le plafond de sa chambre. J’avais ramené les couvertures sur moi – je détestais le moment où mon corps se refroidissait pour la bonne raison que j’étais un sacré frileux.

Mon talent l’avait ravi – que demander de plus ? Elle était comblée et ne s’était pas retenue de m’en faire part.

-J’aime ce genre d’aveu, dis-je avec un sourire en coin. Maintenant que tu es comblée donne-moi les détails sur ce partenariat…, rajoutais-je toujours aussi essoufflé.

Perdre le nord n’était pas mon style.



@ Billy Lighter


You're never gonna die, you're gonna make it if you try, they gonna love you
©️ Pink Floyd
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Peyton Davis


Messages : 44
Date d'inscription : 20/08/2017
Age du personnage : 25
Localisation : Hollywood


MessageSujet: Re: New And Tasty (1977) [PV Peyton][Hot]   Mar 14 Nov - 23:07



New And Tasty (1977)
ft. Daniele Ricci




Je comprends pourquoi Daniele Ricci  a le surnom de The Best vu comment il se démène en moi.  Et, sans aucun doute,  ce surnom pourrait être The Beast à en juger par les grognements qu’il émet. Il est petit mais il en a dedans !

C’est presque trop pour un seul homme. J’ai l’impression a quelques reprises qu’ils sont deux à  me baiser comme des bêtes tant je le sens partout en moi et sur moi.  De quoi rendre folle, même les plus friandes de sexe comme moi.

Je finis par succomber à l’orgasme en  poussant mes meilleures notes. Des comme celles là, cependant, ça reste dans le domaine de l’intime. Je ferais fureur si je les enregistrais mais peut-être pas pour les mêmes raisons qui font vendre mes disques en ce moment…

Je me libère donc du corps en sueur du célèbre manager pour reprendre mon souffle et  me remettre les idées en place, ce que lui, il semble déjà avoir fait alors que déjà il me demande de lui en dire plus sur mon idée de partenariat win-win.

- Déjà, un mec qui parle après le sexe c’est de quoi rester bouche-bée, tu seras mignon et tu vas me laisser le temps de souffler un peu !

Me redressant sur le lit,  je cherche de quoi me couvrir  et c’est avec la chemise de Daniele que je me couvre, le temps de me lever et de nous servir chacun un verre. Je n’ai que de la vodka dans ma chambre. Je ne jure que par la vodka.

Il devra s’en contenter ou aller voir ailleurs si j’y suis.

Je lui sert donc un verre mais au lieu de lui apporter je le laisse sur le cabinet à liqueur et je vais m’assoir dans le fauteuil se trouvant devant mon grand lit Queen.
- Parlons affaire…

Je bus une petite gorgée pour commencer  puis j’allonge mes jambes, reposant mes pieds sur un grand cousin prévu pour ça, placé devant.

- Tu te prétends être  le meilleur pourtant tu n’as mains que sur Los Angeles. Tu te dois d’avoir des poulains en dehors de cette ville puante que vous appelez la Cité des Anges.

Je lui désigne le verre d’un geste de la tête comme si je devais lui expliquer que le moment est venu de boire.  J’en roule des yeux avant de boire encore une petite gorgée.

- Et moi, je veux m’entourer des meilleurs et voir mon nom  sur toutes les affiches en permanences ! Toi, tu seras ma porte d’entrée à Los Angeles et moi, ton cousin de sécurité à New York.

Black Horse ne me propulse pas là ou je devrais être. Je gagne des Grammys, je comble les salles et je fais des tournées pourtant,  je sens que je stagne. Je veux un manager a Los Angeles qui s’occupera de me faire atteindre mon étoile au firmament.

- Mon contrat arrive à échéance et je n’entends pas le  reporter. Je te veux toi et si tu es malin, c’est une offre que tu considèreras et bien entendu accepteras. Je suis un produit qui fonctionne. Mon nom à lui seul vend.

Qui serait assez cinglé pour refuser une offre comme celle là ?

- On baisera,  je chanterai, tu empocheras…

Je parlais en faisant tourner ma vodka dans mon verre.

- [b] Je profiterai de tes contacts, de ta visibilités et de ta renommé alors que tout ce que tu as à faire c’est de surfer sur la vague Lola.  Reste à savoir qui a les couilles chez BSC.


@ Billy Lighter
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Daniele Ricci


Messages : 1184
Date d'inscription : 28/09/2013
Age du personnage : 40

Who Am I?
Birth place: Rome en Italie
Je suis: le meilleur
Song: Back In Black-AC/DC


MessageSujet: Re: New And Tasty (1977) [PV Peyton][Hot]   Jeu 16 Nov - 19:31



New And Tasty
ft. Peyton Davis


Peyton avait besoin de souffler – la jeunesse aurait-elle ses limites ? En tout cas, le partenariat qu’elle m’avait fait miroiter devant les yeux était devenu ma principale considération après ce moment de sexe intense.

-Jeune et si essoufflée ? Ma pauvre Peyton,
dis-je avec un petit sourire.

Elle s’était levée du lit – ce que je n’avais pas fait dans un premier temps. Je m’étais couché sur le ventre pour la regarder enfiler ma chemise et nous servir de la vodka – l’alcool, quel qu’il soit, était toujours appréciable après le sexe.

Seulement, Peyton n’était pas allé jusqu’à me servir – elle avait laissé le verre trainer et s’était assise dans un fauteuil. La jeune diva restait digne de sa réputation.

Elle était prête à parler affaire. Je m’étais levé de mon lit pour enfiler mon caleçon – je n’avais pas le force d’enfiler autre chose. Je m’étais appuyé contre le mur – sans prendre mon verre.

Le petite Peyton s’était improvisée femme d’affaire – et m’exposait son partenariat avec une assurance digne du grand Daniele Ricci. Elle avait commencé par m’expliquer ma situation – soulignant que je me DEVAIS d’avoir des poulains hors de L.A. La voilà donc la petite diva que bien des gens détestaient – et aimaient tout à la fois. Elle m’avait montré le verre d’un regard – pour que je le prenne, sans aucun doute. Je ne l’avais pas pris. Je restais le maitre – j’étais Daniele Ricci.

Elle voulait que je sois sa porte d’entrée à L.A. – et en contrepartie elle sera ma sécurité à New York. Un partenariat alléchant – si j’avais été à la mort, ce qui n’était pas le cas. Elle faisait sa propre pub – assez bien, il fallait lui rendre ça. Seulement, elle essayait – franchement ! – de me forcer la main. En réalité, ce qu’il y avait de vraiment intéressant – dans toute cette histoire -, c’était la baise.

Il y avait un hic – si on retirait le fait qu’elle me forçait la main. C’était que Peyton était une femme – et que Jim ne voudra certainement pas la faire signer.

-Les couilles ?, dis-je en prenant enfin mon verre. Engager un poulain qui a déjà une renommée mondial, ce n’est pas avoir des couilles. C’est se faire de l’argent facile, rajoutais-je avec un sourire en coin.

Je sentais que c’était surtout elle qui avait besoin de moi – ça s’entendait. Moi, j’avais les Planes – et ça marchait du tonnerre. J’avais une place de choix à L.A. – pourquoi conquérir New York ? Tout ça risquait de me coûter en voyage – et j’aimais éviter de voyager si je le pouvais.

-Mais je sens que tu as besoin de moi, Peyton. Ça, je l’entends, dis-je sans ménager l’égo de la jeune femme. Ça me ferait mal qu’une fille comme toi ne puisse pas exprimer tout son talent à cause d’un mauvais manager.

Je le pensais – des stars comme Lola, il y en avait peu.

-Seulement, New York n’est pas pour moi. Pas assez de soleil. C’est une ville trop morose. Je suis Italien, il ne faut pas l’oublier, dis-je en buvant mon verre. Par contre, j’ai des liens chez Black Horse. Je connais le boss de cette maison de disques. En un seul coup de fil, je peux leur demander de te donner le meilleur manager de la boite. Quelqu’un qui fera prospérer le nom de Lola. Moins bien que moi, je dois l’avouer, mais c’est le mieux que tu pourras avoir à New York. Je te donnerais aussi un tas de contact intéressant et entièrement gratuit car payé par moi pour faire prospérer ton nom jusqu’en Europe.

Peyton voulait le meilleur ? Elle n’avait cas se déplacer à L.A. et y demeurer !

-Si tu décides, par contre, un jour, de quitter ta ville pour emménager définitivement à Los Angeles, là je pourrais pleinement considérer ta demande et l’accepter les yeux fermés, dis-je avec un sourire confiant. Je deviendrais, à ce moment-là, ton manager à plein temps !

Voilà comment on calmait les ardeurs d’une petite diva – en étant encore plus borné qu’elle.

-Cependant, ma villa t’est entièrement ouverte et si tu comptes rester quelques jours ici, on pourra pleinement discuter d’autre chose que de business, rajoutais-je en déposant mon verre vide sur un meuble.

Mon offre était telle – et elle était inchangeable. Dans le monde des affaires – c’est Daniele Ricci qui dictait les règles.



@ Billy Lighter


You're never gonna die, you're gonna make it if you try, they gonna love you
©️ Pink Floyd
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: New And Tasty (1977) [PV Peyton][Hot]   

Revenir en haut Aller en bas
 

New And Tasty (1977) [PV Peyton][Hot]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le Tasty Shop
» Tasty Tales
» ~ Tasty Tales
» - | Terminé | -- | - Jalousie & Rivalité - | -
» [UploadHero ] Arrête ton char... bidasse! [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: L.A Rocks :: Flashbacks-