AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 The Power Of Hate (1980) [PV Peyton][Hot]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Howard Stone


Messages : 959
Date d'inscription : 25/11/2015
Age du personnage : 33
Localisation : Chez Apolline

Who Am I?
Birth place: L'Eastside de L.A.
Je suis: un menteur, il parait...
Song: It's My Life - Bon Jovi


MessageSujet: The Power Of Hate (1980) [PV Peyton][Hot]   Ven 15 Sep - 12:43



The Power Of Hate
ft. Peyton Davis



L’était 3h du matin. Faisait nuit (ben, ouais, c’est souvent le cas à trois heure du matin). J’étais mort shooté et j’continuai a empiré mon cas en sniffant des lignes de coke dans ma chambre d’hôtel. J’étais accompagné du chanteur d’un groupe local, de son guitariste et du bassiste de Peyton. J’avais oublié le nom des trois mais ça n’avait pas d’importance… Et on faisait les cons dans ma chambre depuis une heure du mat’, heure du fin du festival qu’on venait de quitter.

Ça avait été un super festival, le Monterey International Pop Music Festival. J’crois que j’avais jamais fait mieux. On avait été la tête d’affiche du jour qu’il n’en déplaise à Peyton qui était juste avant nous. On avait été grandiose et maintenant, j’faisais l’afterparty dans ma propre chambre. On avait mis la musique à fond et on faisait les cons en sautant sur le lit de temps en temps. Le reste du temps, on causait musique et filles entre deux lignes. Ça c’était vivre !

Mais c’était, comme tout, j’avais fini par me lasser… Et, un Howard qui se lasse est une Howard qui a des mauvaises idées. Et j’en avais une là, maintenant, tout de suite.

-Si on déplaçait la fête dans le couloir ?

Le bassiste de Peyton m’avait regardé avec des yeux comme des soucoupes (ça devait être à cause de la drouge…) et avait hoché de la tête.

-Ok ! Mais dans ce couloir-ci. Pas celui à l’étage ! Parce qu’à l’étage, il y a Peyton. Et que la princesse ne va pas être contente qu’on l’ennuie en pleine nuit. Elle doit reposer sa voix, tu sais, Stone…

Il n’aurait jamais dû me dire ça. Jamais. Tout, dans cet univers, qui pouvait ennuyer la p’tite Lola, m’amusait. Surtout parce que ça finissait, toujours, de la même façon.

-Elle est en haut ? Génial !

Un grand sourire s’afficha sur mon visage. Je bondi hors du lit habillé seulement d’un jeans troué au niveau des genoux et pris mes baguettes de batterie.

-Mettez la musique encore plus fort. J’vais aller faire un tour à l’étage.


Les deux musiciens locaux éclatèrent de rire en approuvant mon idée. Sans attendre, ils montèrent le son de la musique alors que le bassiste de Peyton hochait négativement de la tête.

-T’es fou, Stone. Elle va te tuer.

Je souris d’un grand sourire au p’tit bassiste de Peyton qui était, maintenant, mort de peur (en plus d’être mort shooté).

-Tant mieux, j’aime quand elle essaye d’me tuer.

J’rigolai et sorti de la chambre pour monter à l’étage. Contrairement à celui d’en dessous, il était calme… Enfin, il était calme, avant que je ne mette mon plan à exécution. Maintenant, on entendait la musique de ma chambre jusqu’ici. Armé de mes baguette, j’commençai à taper avec sur les murs et les portes de l’étage le rythme d’une chanson de mon propre groupe. J’sais pas à partir de quand la p’tite Peyton allait péter un câble et sortir de son trou pour venir me dire d’arrêter ce vacarme.

J’l’attendais ! Avec impatience !

@ Billy Lighter


Don't give in without a fight ©️ Pink Floyd


Dernière édition par Howard Stone le Sam 23 Sep - 20:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Peyton Davis


Messages : 27
Date d'inscription : 20/08/2017
Age du personnage : 25
Localisation : Hollywood


MessageSujet: Re: The Power Of Hate (1980) [PV Peyton][Hot]   Dim 17 Sep - 21:14



The Power Of Hate
ft. Howard Stone




J’avais accepté à contre cœur de faire le Monterey International Pop Music Festival.  Je n’aimais pas nécessairement  me produire en festival parce qu’en général ils sous paies les groupes pour permettre aux fans des prix plus aborales à l’entrée.  J’avais pour  dire que, si un fan ne sait pas s’offrir un ticket au prix qu’il vaut, il n’a qu’à rester chez lui et puis voilà !

Mais mes parents, brainwasher par mon agent  finissaient toujours par me convaincre en me parlant de mon image et des retombées positives sur ma carrière. Et ma carrière, c’était bien là tout ce qui comptait pour moi !

Alors j’avais finis pas accepter en répondant aux différents médias qui osaient encore m’aborder en entrevue que  j’avais bien hâte de me produire sur cette scène et que j’allais, comme toujours, offrir le meilleur de moi-même pour mon public.

En fait, j’avais surtout hâte de rentrer chez moi  et de vaquer à mes occupations. C'est-à-dire, prendre soin de moi et uniquement de moi. Parce qu’il faut dire que, depuis ma rupture avec Max Callaway, je ne me sentais pas très bien. Non pas parce que je souffrais d’une peine d’amour. Je dirais plutôt un chagrin d’orgueil. Je n’ai pas l’habitude d’être larguer… je préfère être celle qui tire le bouchon !

L’organisation du Monterey International Pop Music avait décidé de l’ordre des prestations selon des peccadilles et c’était  une honte selon moi que de me faire passer avant… The Burning Fire ?!

Uniquement car ils utilisaient de la pyrotechnie, un gâchis d’argent qui ne servait qu’à mettre de la poudre aux yeux aux public, selon moi,  en cachant leur manque de talent.

Rien de moins, voilà la vraie histoire. Et pendant ce temps là, de vrais artistes tel que moi devions nous coltiner les premières places. Mouais !

Le seul point positif. C’est qu’en passant avant eux, je pourrais rentrer directement à l’hôtel et m’éviter une confrontation en règle avec leur pseudo batteur, Monsieur grande gueule lui-même : Howard Stone.

Nous ne nous étions pas revu depuis notre dernière (et unique) rencontre et ça m’allais parfaitement bien comme ça. Pour mon plus grand soulagement, il ne m’avait pas laissé de souvenir impérissable en 1978.

J’l’aurais pas manqué sinon !  Parole de Peyton Davis !

Bref, après ma prestation, j’avais foncé vers ma limousine et, une fois à l’hôtel,  je me suis enfermée dans ma chambre avec l’idée de ne plus adresser la parole à quiconque avant le lendemain. Et encore ! Ça allait dépendre de mon humeur…

Il devait bien être pas loin de 3h 15 du matin quand on me tira de mon sommeil, très très précieux sommeil.  Je sursautais en croyant qu’un demeuré était entrain d’envoyer un message  morse à un aveugle.

Quoi qu’il en soit, ce connard de première, qui en avait visiblement rien à faire de l’heure, n’avait clairement pas le rythme dans le sang !

Pourquoi n’ai-je pas été surprise de constater que ce tapage nocturne était l’œuvre d’Howard Stone lui-même ?

- Qui d’autres aurait pu songer à être aussi désagréable que toi en pleine nuit ?  T’as tellement pas de vie que tu te sens obligé de pourrir celle des autres ou faire chier est un talent naturel chez toi ?

Avoir eu des carabines à la place des yeux, j’aurais fait une passoire à spaghetti avec Stone! Et encore, je suis gentille en pensant ça.

- Si tu as bientôt terminé, j’irais me recoucher !


@ Billy Lighter
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Howard Stone


Messages : 959
Date d'inscription : 25/11/2015
Age du personnage : 33
Localisation : Chez Apolline

Who Am I?
Birth place: L'Eastside de L.A.
Je suis: un menteur, il parait...
Song: It's My Life - Bon Jovi


MessageSujet: Re: The Power Of Hate (1980) [PV Peyton][Hot]   Mar 19 Sep - 11:40



The Power Of Hate
ft. Peyton Davis



Le couloir silencieux ne le fut plus une fois que mes comparses avaient mis la musique à fond (du The Burning Fire) et que j’avais commencé à taper avec mes baguettes (du The Burning Fire) sur les portes et les murs.

J’savais que, d’une minute à l’autre, mon p’tit manège allait tirer Peyton de ses songes. Et qu’elle n’allait pas être contente du tout. Surtout en constatant que c’était moi qui étais à l’origine de tout ce bordel. J’savais pas s’il y avait quelqu’un dans les autres chambres. Connaissant la p’tite Lola, c’est possible qu’elle ait réservé l’étage pour elle toute seul dans le but de ne pas être déranger.

Ben c’était raté.

Et je jubilai intérieurement en voyant la p’tite Lola sortir de sa chambre. La première chose qu’elle disait était qu’elle n’était pas étonnée que ça soit moi. Je souris arrêtant de frapper sur les murs pour me tourner vers Lola et la toiser du regard. Et les piques et insultes commencèrent tout de suite. Comme s’il y avait pas eu de temps écoulé entre maintenant et notre rencontre de 78.

-C’est un talent naturel. Et j’savais que ce talent en question te manquait alors j’suis venu ici te permettre d’y goûter à nouveau.

Elle me fusillait du regard. Si j’voulais la rendre furieuse, c’était réussi. Et j’souris de mon sourire désinvolte. Une désinvolture accentuée par la coke que j’avais sniffé toute la soirée.

Elle voulait aller se recoucher. Comme si j’allais la laisser dormir aussi facilement.

-Non, j’ai pas encore fini. J’ai décidé de faire tout l’album de The Burning Fire contre ta porte. Elle résonne bien ta porte alors j’m’en sers comme batterie.

Je souris encore plus. J’aimais bien voir la p’tite Lola s’énerver.

-Ah et j’voulais aussi te remercier d’avoir fait notre premier partie ce soir. C’était cool. J’aurais préféré avoir quelque chose de mieux… Mais comme on dit : faut faire avec ce qu’on a. Et il y avait que toi, apparemment.

Ok, c’était dur. Mais, comme la dernière fois j’avais l’excuse de l’alcool, aujourd’hui, j’avais celle de la drogue.


@ Billy Lighter


Don't give in without a fight ©️ Pink Floyd
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Peyton Davis


Messages : 27
Date d'inscription : 20/08/2017
Age du personnage : 25
Localisation : Hollywood


MessageSujet: Re: The Power Of Hate (1980) [PV Peyton][Hot]   Ven 22 Sep - 16:27



The Power Of Hate
ft. Howard Stone




Howard Stone.

Il est mon Gargamel,  mon Joe Dalton, mon Cacofonix !  

Il est un mal nécessaire servant uniquement à me rendre meilleure. Je dois  me mettre ça en tête autrement, bah, je risque bien de l’assassiner.

Je le toise d’un regard glacial alors que lui, bourré au possible, m’explique qu’il n’a pas l’intention d’en rester là.

- Ah bah j’ai pas à m’en faire alors…comme votre album, ça ne lèvera pas trop haut !
Et de son sourire on ne peu difficilement faire plus niais, il me nargue quelques secondes avant d’ajouter qu’il m’était reconnaissant d’avoir assuré la première partie de The Burning Fire.

- Je sais… j’ai une âme on ne peu plus généreuse ! Sans moi pour chauffer la salle, vous n’auriez pas eu de quoi écrire à votre mère tant la salle aurait été vide !  J’attire les foules, que veux-tu !

Et, croisant les bras sur ma poitrine, j’ajoute :

- S’il n’y avait que moi, chéri, c’est que personne d’autre n’a les reins assez forts pour préparer la foule à vos merdes ! Étonnant aussi que votre pseudo chanteur ait pu assurer sans tomber complètement saoul avant la troisième «  chanson » !

C’est le seul truc bien avec  Stone. Il n’est pas trop compliqué à retourner dans son short ! Le pauvre, il s’embrume tellement l’esprit avec la drogue et l’alcool qu’il en devient un être tout à fait minable et pathétique et son p’tit cul trop mignon dans son jeans moulant…mais  stop ! J’penses à quoi là exactement ?

-  Au risque d’avoir l’air aussi stupide que toi en reposant ma question,  t’as vraiment personne d’autre que moi à faire chier ce soir ?

La porte au fond du couloir s’entrouvre et, sans trop savoir pourquoi, j’attrape Howard par le bras et le tire à l’intérieur de ma chambre en refermant la porte derrière nous.  Une impression de déjà vu.

Je sais que c’est mon garde du corps qui doit revenir d’une ronde d’inspection dans les escaliers de retour. J’ai pas envie qu’il me voit en compagnie de Stone, de une parce que mon staff a une dent contre lui pour avoir fait croire à ma mère que mon père avait eu un malaise et de deux, parce qu’il leur a passé entre les pattes au moment de quitter ma loge la première fois.

Cependant, de me retrouver avec lui  à nouveau dans ma chambre éveil le souvenir de notre première rencontre officielle et, sans trop voir venir la chose, je le pousse sur le lit et je grimpe sur lui – sur Stone ! – et je viens l’embrasser fougueusement.


@ Billy Lighter
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Howard Stone


Messages : 959
Date d'inscription : 25/11/2015
Age du personnage : 33
Localisation : Chez Apolline

Who Am I?
Birth place: L'Eastside de L.A.
Je suis: un menteur, il parait...
Song: It's My Life - Bon Jovi


MessageSujet: Re: The Power Of Hate (1980) [PV Peyton][Hot]   Hier à 20:02



The Power Of Hate
ft. Peyton Davis



La p’tite Lola venait de sortir de son p’tit trou. Elle était pas contente du vacarme que je faisais dans le couloir. Tant mieux. C’était l’effet escompté.

Je me permis de lui dire que son supplice va encore durer. Parce que je comptais taper sur les portes de ce foutu couloir autant de temps que durera encore la nuit. Et, j’ai beau dire tout ça, Peyton n’en restait pas moins capable de me répliquer des trucs. Et ici, c’était encore pour rabaisser mon groupe. J’souris montrant à Peyton que, grâce à la drogue sûrement, ses piques ne m’atteignaient pas.

Mais elle me lança sur The Burning Fire. Et donc j’la remerciais pour avoir assuré notre première partie. Ça devait la faire chier un max de ne pas avoir été tête d’affiche ! Mais, encore une fois, elle réussit à ramener ça à son avantage en disant qu’elle avait chauffer la salle et tout ce blabla à la con. Elle insulta même Kayden. A croire que c’était pas que moi qu’elle aimait pas. C’était The Burning Fire en entier. J’savais pas ce que lui avait fait Kayden. Mais bon. J’sais que Peyton n’est rien d’autre qu’une p’tite garce. P’tain c’est tellement dommage qu’elle soit si bien foutue. Elle aurait été moche, tout aurait été plus facile. Mais y’avait rien à faire. Elle m’attirait d’une façon ou d’une autre.

-Ouais c’est ça. T’assume juste pas qu’on te soit passé devant et que les organisateurs ont décrété que la p’tit Lola valait bien moins que la machine de guerre qu’est The Burning Fire.

J’souris d’un sourire indétrônable. C’était dingue comme les piques de Peyton étaient bien plus faciles à encaisser sous l’influence de la drogue.

Elle me reposa la question du début. Elle voulait savoir si j’avais vraiment personne d’autre à emmerder ce soir.

-Naaaan. T’es ma victime préférée.

Mais j’eus pas l’temps d’en dire beaucoup plus. J’entendis un bruit de porte un peu plus loin et Peyton m’attrapa par le bras pour m’emporter dans sa chambre sans que j’émette la moindre résistance. J’savais pas ce qui lui avait pris. Elle avait péter un câble ou quoi ?

La drogue et l’alcool n’aidait pas à assimiler les informations assez vite. Du coup, j’me retrouvai vite sur le lit avec Peyton au-dessus de moi. C’est quand elle m’embrassa que j’repris le cours des évènements.

Je prolongeai le baiser massant la langue de Peyton avec la mienne pour rendre le baiser plus fougueux. J’savais pas ce qu’il lui avait pris… Mais j’pensais pas qu’on en arriverait là aussi vite. Torse nu, j’sentais tout mon corps frissonner à cause de baiser. J’sais pas combien de temps il dura mais j’finis par reprendre le dessus en me mettant au-dessus de Peyton. J’usais de ma force décuplée par la coke. J’souris brisant le baiser.

-J’sais pas comment on en est arrivé là. Mais cette fois, j’ai rien cherché.

C’était pas tout à fait vrai… Mais pas tout à fait faux non plus. J’embrassai, à nouveau, Peyton avant d’enlever son dessus. Bah, j’étais déjà torse nu alors autant nous mettre à égalité. J’souris me disant que j’allais encore gagner. Comme la dernière fois.

Je fondis sur sa poitrine pour mordre la mordre. J’réfléchissais pas. Elle m’avait entrainé sur ce terrain. Je jouais sur ce terrain.

Sauf que, contrairement à la dernière fois, j’allais faire durer l’plaisir. Et la faire souffrir encore plus. Parce que j’la détestais. C’était la fille que j’détestais le plus au monde.


@ Billy Lighter


Don't give in without a fight ©️ Pink Floyd
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: The Power Of Hate (1980) [PV Peyton][Hot]   

Revenir en haut Aller en bas
 

The Power Of Hate (1980) [PV Peyton][Hot]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Love me now or hate me forever!
» Honduras : la victoire du « Smart Power » par Eva Golinger
» Conversion de Power Fist pour gardes impériaux
» [Power Down] La liberté s'allume dans les ténèbres...
» [Photoshop][Difficile]The Power Sign'

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: L.A Rocks :: Flashbacks-