AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 A Genesis Of Hate (1977) [PV Howard][TERMINE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Jack Perry


Messages : 215
Date d'inscription : 14/02/2017
Age du personnage : 36
Localisation : BSC Tower

Who Am I?
Birth place: Los Angeles
Je suis: dépassé.
Song: See-Saw - Pink Floyd


MessageSujet: A Genesis Of Hate (1977) [PV Howard][TERMINE]   Sam 23 Sep - 13:02



A Genesis Of Hate
ft. Howard Stone


Natacha s’était rendormie dans le lit de la chambre d’ami de mon appartement de Downtown. Elle ne voulait pas rentrer chez nos parents. Elle ne voulait pas dire ce qu’elle venait de faire à nos parents. Et pas sûr qu’elle ait tort parce que si, à moi, ça me foutait autant en pétard, je n’osais pas imaginer la réaction de notre père et de notre mère.

J’avais promis à Natacha de garder son secret qu’elle n’avait confessé qu’à moi, en pleurant. En même temps, elle n’avait pas eu vraiment le choix : elle était allée seule dans cet hôpital assez miteux que pour pratiquer l’avortement avec des techniques douteuses… Et une fois l’intervention terminée, alors qu’elle était encore à moitié dans les vapes, on lui avait annoncé qu’elle devait partir afin de laisser la place au meurtre suivant.

Du coup, il avait bien fallu que quelqu’un aille la chercher et j’avais donc reçu son coup de fil où elle m’avait demandé de venir, pleurant au téléphone, mais comme sans conviction tellement ils l’avaient shootée à mort.

Elle n’avait pas voulu m’expliquer ce qui lui arrivait au téléphone, alors autant dire que j’avais traversé la ville comme un fou furieux pour aller retrouver ma petite sœur. Quand j’étais arrivé devant l’hôpital, puis dans le hall de celui-ci, j’avais été loin d’être rassuré. Il y avait là des gens du monde entier (de L.A., en réalité, mais personne qui ait vraiment l’air américain, avec une majorité de Mexicains, probablement) et j’avais bien l’impression d’avoir passé deux ou trois frontières alors que je n’avais fait que traverser la ville. J’avais même pas l’impression que j’allais trouver quelqu’un ici qui parlait ma putain de langue.

Je n’avais pas dû faire la file jusqu’à l’accueil. J’avais trouvé Natacha à même ce hall, encore à moitié anesthésiée et en train de s’affaler sur le côté sur un banc d’une salle d’attente crasseuse. Je l’avais récupérée et on avait pas traîné là.

C’était dans la voiture qu’elle m’avait raconté qu’elle avait été mise enceinte par Howard Stone, qu’elle l’avait annoncé à ce dernier et qu’elle avait pris la décision d’avorter… Elle disait que c’était elle qui avait pris la décision seule. J’étais sceptique…

-Mais pourquoi ?! Pourquoi, nom de dieu ?!

Elle était encore trop sous l’effet de l’anesthésie pour avoir des propos cohérents. Mais de toute façon, dans ma tête, puisqu’il me fallait un responsable, puisque je ne voulais pas croire que Natacha ait pu prendre une décision pareille, c’était Howard le responsable. Howard devait l’avoir amenée à prendre cette décision. Peut-être même qu’il lui avait ordonné de le faire !

-Tu imagines les conséquences ?! Sans même parler du geste en lui-même ! Tu imagines qu’en ayant fait ça dans cet endroit-là, tu risques de ne plus jamais pouvoir avoir d’enfants ?!

Parce que j’en voulais aussi à Natacha d’avoir fait ça ! Elle pouvait très bien ne pas faire ce que Howard voulait !

-Et Howard, hein ? Il est où, Howard ?!

Mais ma petite sœur ne répondait déjà plus à mes questions, posées sur un ton agressif. Elle se contentait de regarder par la fenêtre le paysage qui défilait, la tête appuyée contre le montant de la voiture. Ok, je n’avais rien à dire dans cette histoire, c’était entre Howard et elle, voire ça ne regardait qu’elle ! Mais j’étais son frère, bordel ! Et je ne savais même pas, avant d’aller la rechercher dans ce pseudo hôpital, qu’elle attendait un enfant. Je l’apprenais alors qu’il était déjà mort, arraché brutalement au ventre de sa mère parce que son géniteur n’en voulait pas !

J’étais alors rentré, avec Natacha, je l’avais mise au lit et, épuisée par cette horrible aventure, elle s’était endormie très vite.

Pendant que moi, je ruminais ma colère envers Stone.

Je n’aimais déjà pas du tout la rockstar avec ses airs de se foutre de tout comme de sa première couche. Mais je m’étais toujours dit que c’était Nat qui sortait avec lui, pas moi.

Sauf qu’aujourd’hui, il avait mis ma sœur en danger.

Furieux, j’avais laissé dormir Natacha, lui laissant un mot sur la table de nuit comme quoi j’étais parti faire des courses et que je serais de retour bientôt, au cas où elle se réveillerait durant mon absence.

Mais ce ne fut pas au magasin que je me rendis, mais aux studios MTI, afin d’avoir des renseignements sur la localisation de Stone. Et j’avais tapé dans le mille parce que ce fut sur Kayden James que je tombai au détour d’un couloir. Je l’attrapai par le bras.

-Où est Stone ?

Il me répondit que le batteur était en train d’enregistrer sa ligne de batterie dans le studio 6. Alors, je me rendis d’un pas décidé au studio 6.

La lumière au-dessus de la porte était rouge. Pas grave.

J’entrai et directement, les techniciens derrière la vite me firent des gestes signifiant que j’avais rien à faire là et qu’il fallait que je me tire mais je les ignorai. Stone, lui, s’était arrêté de jouer et me regardait, sceptique.

Je vins shooter dans la batterie avant de me pencher sur lui.

-C’est quoi, ces conneries ?! T’as conscience ce que t’as fait faire à Natacha ?!

@ Billy Lighter
















JACK


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Howard Stone


Messages : 1067
Date d'inscription : 25/11/2015
Age du personnage : 34
Localisation : Chez Apolline

Who Am I?
Birth place: L'Eastside de L.A.
Je suis: un menteur, il parait...
Song: It's My Life - Bon Jovi


MessageSujet: Re: A Genesis Of Hate (1977) [PV Howard][TERMINE]   Dim 24 Sep - 11:07



A Genesis Of Hate
ft. Jack Perry


Aujourd’hui, c’était pas un jour cool. Pourtant, ça aurait pu l’être si on avait fait plus attention… Mais on l’avait pas fait… Et les conséquences de ça, c’est que j’avais dû conduire Natacha dans un hôpital miteux pour qu’elle puisse avorter. Pourquoi un hôpital miteux ? Parce que malgré la légalité de la chose, c’était rare les médecins qui voulaient bien faire un truc pareil. Et Natacha s’était fait claquer la porte par tous les bons hôpitaux de la ville. Du coup, Nat’ avait pas eu l’choix. Elle a dû choisir le miteux. J’trouvais ça pas cool de la part des médecins des bons hôpitaux de refuser d’opérer ma p’tite-amie. C’était le choix de Natacha, c’était elle qui prenait la responsabilité ! C’était pas eux qui allaient devoir vivre avec un enfant non désiré. Mais eux, ils s’en foutaient. Ils pensaient pas à Nat’. Ils pensaient qu’à leur p’tite conscience de merde.

Et ça m’faisait mal de la laisser là-bas. Mais j’devais absolument me rendre au studio… On avait des chansons à enregistrer. J’avais promis à Nat’ de venir la rechercher une fois mon enregistrement terminé.

Et, pendant que j’enregistrais, j’pensais qu’à Nat’. J’avais pas confiance aux médecins de cet hôpital. Ils avaient dit que tout irait bien et qu’ils faisaient ça souvent mais, fallait voir la vérité en face, c’était trop miteux que pour que tout soit bien fait. Et, pourtant, j’regrettais pas une seule seconde le choix de Nat’. On aurait rien fait de bien avec ce môme. Rien. On était pas fait pour avoir des gosses elle et moi. On était juste fait pour être Howard Stone et Natacha Perry. S’occuper de nous, c’était déjà bien suffisant.

J’arrivais pas vraiment à me concentrer sur ma batterie. Ce qui avait l’don d’énerver les techniciens puisqu’on devait recommencer chaque fois. Surtout que, chaque fois que je ratais, j’prenais le temps de vider un peu plus la bouteille de vodka que j’avais posé à côté de ma batterie.

Et, alors que j’avais encore raté, l’ingénieur de son s’exaspéra :

-Qu’est-ce tu fous, Stone ? C’est la vingtième fois qu’on recommence. Tu n’as jamais fait ça en deux ans qu’on se connait !

J’soupirai… J’avais parlé à personne de l’avortement de Nat’… Du coup, ils étaient pas vraiment indulgents, les roadies, aujourd’hui.

-Ouais j’sais… J’suis fatigué… C’est tout.

J’entendais l’ingénieur du son souffler dans le micro.

-Fatigué ou bourré ? Parce que la bouteille est presque vide, là !

Ok, il était fâché. Mais c’était pas une raison pour me parler comme si j’étais un gosse de trois ans. Parce que j’étais pas un gosse de trois ans.

-C’est bon. J’vais te la faire cette ligne de batterie. Après j’me casse.

Et je me remis à faire de la batterie. Avec un peu plus de conviction cette fois pour en avoir fini le plus vite possible. Parce que l’heure tournait. Et j’avais peur d’arriver trop tard à l’hosto miteux.

Mais, alors que j’avais quasi fini, un type entra dans le studio. Comme ça. Alors que j’étais en train d’enregistrer. L’avait pas vu la lumière rouge. Je fronçai les sourcils… Avant de vite déchanter quand j’reconnu Jack Perry, le frère de Nat’.

Ça sentait les emmerdes, ça ! Parce que Jack Perry, c’était Jack Perry. Je ne l’ai vu que de très rare fois et souvent en coup de vent… Mais je savais qu’il ne m’aimait pas. Ça se voyait dans sa façon de me parler et de me regarder. Pourtant, j’avais jamais rien fait à ce type.

La première chose qu’il fit, ce fut de shooter dans ma batterie.

-Hey !!

J’avais arrêté de jouer et je fronçai les sourcils. L’avait de la chance que c’était pas Aria. Sinon, je l’aurais frappé.

J’avais pas à m’interroger sur les raisons de sa présence. C’était à cause de Nat’. Je ne sais pas comment il avait été au courant de tout ça. Mais il savait.

-Qui te l’a dit ?

J’étais énervé. Parce que ma journée été déjà assez pénible comme ça. Ajouter Jack Perry à l’équation n’allait pas la rendre plus simple.

Il m’en voulait de ce que j’avais fait faire à Nat’ ! Ouais, « fait faire ». Comme si c’était moi qui l’avait obligé à avorter. Elle avait pris la décision avant même que je ne sache qu’elle était enceinte. Je ne regardais plus Jack, déjà. Je frappai doucement sur ma batterie en faisant la moue.

-J’ai rien fait faire à Nat’ ! Elle a décidé d’avorter. Je l’ai soutenue. Fin de l’histoire !

Y’avait aucun mensonge. Aucun. Je disais la pure vérité. Nat’ ne voulait pas de cet enfant. Moi non plus. Avorter avait été sa première idée. Et j’étais d’accord avec ça. On a même pas envisagé les autres. Elle a même pas envisagés les autres.

Je pris ma bouteille de vodka. Perry avait la vérité. Maintenant, il pouvait me foutre la paix.

@ Billy Lighter


Don't give in without a fight ©️ Pink Floyd
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Jack Perry


Messages : 215
Date d'inscription : 14/02/2017
Age du personnage : 36
Localisation : BSC Tower

Who Am I?
Birth place: Los Angeles
Je suis: dépassé.
Song: See-Saw - Pink Floyd


MessageSujet: Re: A Genesis Of Hate (1977) [PV Howard][TERMINE]   Mar 26 Sep - 10:26



A Genesis Of Hate
ft. Howard Stone


Et que faisait Monsieur Howard Stone pendant que ma petite sœur risquait sa vie et réduisait à néant celle de l’enfant qu’elle portait en elle dans un hôpital crasseux de South L.A. ? Et bien Monsieur Stone jouait de sa putain de batterie en se bourrant de vodka! Bien à l’abri dans les studios de MTI  dans lesquels j’étais moi-même entré grâce à la carte qui stipulait que j’étais l’un des patrons d’une petite boîte de prod peut-être prête à investir dans l’un ou l’autre de leurs artistes histoire de se faire connaître.

J’avais menti. Mais j’imaginais que le chemin qui menait à Howard Stone était toujours pavé de mensonges. Le couple de ma sœur et du batteur avait des hauts et des bas et de ce qu’elle voulait bien m’en raconter quand elle était à bout, cela concernait toujours la même chose : Howard était un fieffé menteur.

Mais quand j’étais arrivé en face de lui, tout avait été très vite. J’avais shooté dans la batterie histoire de capter son attention… Si par « attention » on pouvait qualifier le regard vitreux qu’il leva vers moi. Et je passai déjà une main sur mon visage, dépassé, quand il osa me demander qui me l’avait dit.

-A ton avis ?! Je viens d’aller ramasser ce qu’il reste d’elle dans un hôpital miteux de South L.A. !

Je l’avais mauvaise… Et je l’avais d’autant plus mauvaise que Natacha n’avait pas parlé à la famille Perry de son état. Il y avait d’autres solutions que l’avortement, moins dangereuses, plus éthiques !

-Et toi ? Je te trouve où ?! Ici à te bourrer la gueule !

La moindre des choses aurait été, au moins, qu’il reste à son chevet, qu’il veille à ce qu’on ne la vire pas de sa chambre encore à moitié droguée au milieu de la faune hostile de South L.A.

Le batteur s’était mis à taper à nouveau sur sa batterie, ce qui n’arrangeait strictement rien à mon énervement. J’avais l’impression d’avoir déjà perdu le peu de concentration qu’il était capable de m’accorder.

Mais il reprit la parole en disant que c’était Natacha qui avait décidé d’avorter et qu’il n’avait fait que la soutenir, fin de l’histoire… Fin de l’histoire ?!

J’attrapai sa putain de bouteille de vodka et la reposai violemment à sa position initiale avant qu’il n’ait le temps d’en boire une gorgée.

-Fin de l’histoire pour toi ! C’est vrai, qu’est-ce qu’une rockstar comme toi ferait avec un môme dans les pattes ? Evidemment que tu as soutenu la décision de Natacha !

Natacha qui, entre nous, n’était pas forcément réputée pour prendre des décisions réfléchies et intelligentes…

-Parce que tout ce qui t’intéresse, c’est tirer ton coup !

Quant à moi, je me retenais d’en mettre une ou deux à Stone.

-Pour l’instant, elle n’a pas conscience de ce qu’elle a fait. Je sais qu’elle finira par regretter son geste. Peut-être pas aujourd’hui, peut-être pas demain. Mais elle le regrettera. Pour ce qui est de réfléchir 10 ans en retard, vous vous valez bien !

Je m’éloignai un peu de Stone parce que sinon mon poing allait partir. Je fis un tour de la petite pièce, faisant un beau doigt d’honneur aux techniciens qui continuaient à me faire signe de me tirer de là, bien que médusés et avec moins de conviction.

Puis, je revins à la charge, mains sur mes hanches, regardant Stone.

-Elle pourrait ne plus jamais pouvoir avoir d’enfants suite à une pareille intervention si elle a été mal faite, tu savais ça ?

@ Billy Lighter
















JACK


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Howard Stone


Messages : 1067
Date d'inscription : 25/11/2015
Age du personnage : 34
Localisation : Chez Apolline

Who Am I?
Birth place: L'Eastside de L.A.
Je suis: un menteur, il parait...
Song: It's My Life - Bon Jovi


MessageSujet: Re: A Genesis Of Hate (1977) [PV Howard][TERMINE]   Mer 27 Sep - 17:44



A Genesis Of Hate
ft. Jack Perry


Jack entra dans la pièce et shoota dans ma batterie. C’était pas cool comme entrée. Mais ça m’étonnait pas de Jack. M’aimait pas ce type-là.

Et il savait pour Natacha. C’était pour ça qu’il était furax. Comme si moi, j’étais heureux de ce qui arrivait ! Non. J’étais pas heureux que Natacha doive passer ce mauvais moment parce qu’on n’a pas fait assez attention.

Jack avait appris pour Nat’ en allant la chercher dans l’hôpital miteux où je l’avais amené quelques heures plus tôt. Ça voulait dire que Nat’ l’avait appelé et qu’il avait été la cherché. Nat’ l’a appelé lui… Pas moi. J’fis la moue.

-Elle va bien au moins ?

C’était la première chose qui me passa par la tête. Savoir si elle allait bien. J’ai p’tètre pas l’air d’en avoir quelque chose à foutre mais c’est pas vrai. Je tenais à Nat’ ! P’tètre autant que Jack.

Mais ma question passa un p’tit peu sous les reproches que me faisait Jack. Il me reprochait d’être ici à me bourrer la gueule pendant que Nat’ souffrait dans un hosto miteux. J’fronçai les sourcils. Il venait ici pour me faire la morale ? Il s’est trompé de victime !

-J’me bourre pas la gueule ! J’enregistre ma foutue ligne de batterie pour ramener des thunes à la maison !

Il me reprochait de pas être à son chevet, sûrement. Mais j’y pouvais rien… J’me voyais mal rester là à attendre de voir si tout se passait bien. J’aurais été inutile… Alors autant être utile quelque part. Ici, je l’étais…

Je détournai mon regard de Jack parce que je ne voulais pas qu’il y voit la peur que j’avais face à cette opération. J’y avais pensé toute la nuit et toute cette foutue journée. Pour ça que j’étais encore là à enregistrer. Parce que j’étais pas foutu d’aligner mes coup de baguette à cause de l’angoisse de cette foutue opération.

Et, alors qu’il m’accusait encore, je déclarai que c’était Natacha qui avait pris la décision et que je l’avais appuyé. La pure vérité, pour une fois. Pas un seul mensonge.

Il faucha ma bouteille de vodka sous mon regard de mauvaise humeur.

-Hey !

J’avais besoin de cette foutue vodka ! Il pouvait pas comprendre ça non plus, le p’tit Perry parfait. C’était comme ça qu’il croyait être : parfait. Toujours droit dans ses bottes et qui suit toutes les règles familiales. Un Roger Stone numéro 2. C’est comme ça que je voyais Jack.

Mon regard était noir alors qu’il continuait à me faire la morale. Ça l’étonnait pas que j’ai appuyé la décision de Nat’. Et il alla plus loin en disant que tout ce qui m’intéressait c’était de tirer mon coup.

-Non, j’l’aime vraiment !

Je pensais pas qu’à ça. Nat’ et moi on vivait ensemble. On voulait juste pas de môme. C’était si dur à entendre ? Dans la p’tite éthique bien carrée de Jack, ouais, ça l’était.

Jack (qui savait toujours tout apparemment), disait que Nat’ allait le regretter. Dans quelques jours ou quelques années. Mais elle allait le regretter. Je soupirai.

-Il fallait prendre la décision rapidement. Elle a choisi. C’est comme ça. Tu peux rien n’y faire.


Le technicien s’excitait de l’autre côté de la vitre. Mais Jack n’était pas prêt de partir. Il leur fit un doigt d’honneur alors que moi, par pur défi, j’avais repris ma bouteille de vodka pour en boire une grosse gorgée.

Jack se retourna, alors, vers moi en me demandant si je savais que Nat’, à cause de l’intervention, ne pourra peut-être jamais avoir d’enfants. Je levai un sourcil. Nat’ m’avait rien dit là-dessus. C’est elle qui avait pris les renseignement. Et j’lui avais fait confiance. Je laissai passer un silence avant de reprendre :

-Non… J’savais pas ça. Elle m’a rien dit. Les médecins de South L.A. non plus…

Faut dire que les médecins de South L.A. n’ont pas dit grand-chose à par le prix de l’intervention.

J’soupirai en regardant deux secondes le sol avant de reposer mon regard sur Jack.

-On est pas fait pour élever des gosses, Jack… Elle en voulait pas. J’en voulais pas. J’crois pas que ça changera avec les années. Elle veut pas d’enfants. Alors qu’elle puisse plus en faire ou non, ça change rien du tout…

Les mots m’avaient échappés. J’avais pas été avec des pincettes pour formuler ça. P’tètre que c’était à cause de l’alcool. P’tètre que c’était parce que j’pensais vraiment rester avec Nat’ jusqu’à la fin de ma vie et que notre décision sur les gosses ne changera pas avec le temps. J’pensais pas aux regrets que pouvaient avoir Nat’ parce que, justement, c’était sa décision.

J’achevai la bouteille d’une traite me levant pour la déposer sur un ampli. Jack pouvait pas m’en vouloir pour une décision prise par sa sœur. C’était injuste.

Puis, en plus, c’était pas son couple, pas son gosse, pas sa vie. L’avait rien à dire. Rien à juger.


@ Billy Lighter


Don't give in without a fight ©️ Pink Floyd
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Jack Perry


Messages : 215
Date d'inscription : 14/02/2017
Age du personnage : 36
Localisation : BSC Tower

Who Am I?
Birth place: Los Angeles
Je suis: dépassé.
Song: See-Saw - Pink Floyd


MessageSujet: Re: A Genesis Of Hate (1977) [PV Howard][TERMINE]   Ven 29 Sep - 18:03



A Genesis Of Hate
ft. Howard Stone


Le batteur de The Burning Fire me demanda si ma sœur allait bien, mais, si j’entendis la question, je ne daignai pas y répondre ! S’il avait réellement voulu savoir, s’il s’était réellement inquiété un tant soit peu pour Natacha, il serait resté là et aurait attendu de pouvoir la voir après l’intervention pour le lui demander lui-même.

Mais non, à la place, et je n’avais pas manqué de lui dire, il préférait se bourrer la gueule de vodka. Et qu’il dise, en plus, que ce n’était pas du tout ce qu’il faisait alors qu’il avait la bouteille entre les mains, c’en était trop !

Mais malgré tout, je fus gentil, je ne fis que lui prendre la bouteille des mains pour la reposer à sa place. Et peu m’importait, sincèrement, le regard noir de ce rebus de l’humanité qu’était Howard Stone ! Je ne voyais vraiment pas ce que ma sœur pouvait trouver à ce type-là, au point que je prenais leur relation pour rien de plus qu’une amourette d’adolescents rebelles sur le tard.

Mais c’était allé trop loin.

Howard protesta, affirmant avec ses yeux brillants à cause de l’alcool et non de la tristesse, qu’il aimait vraiment Natacha. Je soupirai, plus désespéré qu’énervé.

-Est-ce que tu fais seulement la différence, Howard ?

Est-ce qu’il était seulement capable de saisir la nuance entre attirance sexuelle et véritable amour ? Je n’étais même pas sûr que Natacha elle-même fasse la différence… Alors Howard…

Le batteur avait raison sur une chose, en tout cas : c’était trop tard.

-Sauf qu’il y avait d’autres alternatives. L’avortement c’est… injuste… Pour l’enfant et pour la mère…

Je me laissai tomber assis sur un ampli… je savais plus trop si j’étais en colère, dépité, triste… ou si j’avais juste peur pour Natacha qui avait fait ça dans un endroit où j’aurais même pas mis les pieds pour me faire prescrire de l’aspirine. Je le fis remarquer à Howard, d’ailleurs, que ce genre d’intervention n’était pas sans risque. Même moi, je le savais !

Mais pas Howard Stone, apparemment… Qui ajouta que les médecins de South L.A. lui avaient rien dit. Je frottai mon visage à deux mains.

-Sans blague, Howard…

C’était le genre d’endroit où ils s’en foutaient tant qu’ils étaient payés, non ? Howard se fit alors un peu plus bavard et je le laissai parler. Une partie de moi rejetait complètement le geste de ma sœur, une autre voulait essayer de comprendre en sachant pourtant d’avance que c’était peine perdue.

Selon Howard, aucun d’eux ne voulait d’enfant. Ok. Ce n’était pas le problème. Je savais très bien que Natacha ne nourrissait pas vraiment les mêmes valeurs que moi et que pour elle, ce n’était pas parce qu’elle était femme qu’elle se devait de fonder une famille. Ok. Je trouvais ça dommage, mais je respectais.

D’autant plus quand le père potentiel est un Howard Stone.

-Fallait faire en sorte que ça n’arrive pas alors…

Mais ses derniers mots me firent relever mon regard vers lui. « Alors qu’elle puisse plus en faire ou non, ça change rien du tout… ». Et je passai directement ce seuil de l’énervement qui, plutôt que de vous faire hurler et insulter, vous fait rire… Mais un drôle de rire… Ce genre de rire qui sous-entend : « Je vais le tuer… »

-Parce que tu crois vraiment que ma sœur ne va pas se réveiller ?

Je me relevai, les poings fermés.

-Parce que tu crois vraiment, comme l’adolescent attardé que tu es, que Natacha et toi, c’est pour la vie ?

Je revins tout près de Howard et, m’appuyant  à deux mains sur sa batterie, plaçai mon visage à quelques centimètres seulement du sien.

-Non, Howard… Non… Parce qu’un jour, elle te verra comme moi, je te vois.

Je souris, vraiment mauvais.

-Et tu sais quoi ? Je parie 100$ que j’aurai même pas besoin de l’y aider. C’est toi, qui va tout faire capoter. La seule inconnue, c’est le temps que ça prendra.

@ Billy Lighter
















JACK


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Howard Stone


Messages : 1067
Date d'inscription : 25/11/2015
Age du personnage : 34
Localisation : Chez Apolline

Who Am I?
Birth place: L'Eastside de L.A.
Je suis: un menteur, il parait...
Song: It's My Life - Bon Jovi


MessageSujet: Re: A Genesis Of Hate (1977) [PV Howard][TERMINE]   Dim 1 Oct - 13:25



A Genesis Of Hate
ft. Jack Perry


J’aime vraiment Natacha… Et ça, j’avais l’impression que son coincé de frère ne le comprenait pas… J’serais pas avec depuis si longtemps si c’était que pour le sexe… Mais il voulait vraiment rien comprendre parce qu’il se demandait si j’savais faire la différence. Ouais j’savais… J’savais quand une fille m’attirait que physiquement ou si c’était autre chose.

-Ouais, j’sais faire la différence…

Et puis, est ce que j’avais vraiment de leçon à recevoir sur l’amour de la part d’un type célibataire depuis des années ? Non, l’avait rien à me dire le p’tit Jack Perry.

Je nous défendis (moi et Nat’) sur la décision prise. On pouvait pas se permettre d’attendre. Fallait pas attendre dans ces cas-là. Et le Jack Perry déclara qu’il y avait d’autres alternatives plus juste pour l’gosse et la mère. J’fis la moue en hochant la tête négativement.

-La décision la plus juste pour la mère c’est celle que la mère décide… J’suis pas sûr qu’elle aurait voulu les autres alternatives.

Et j’savais pas pourquoi… Nat’ et moi on en avait pas vraiment parlé des alternatives. J’savais qu’il y avait l’adoption… Mais Nat’ ne l’a même pas effleuré cette idée. Est-ce que j’aurais accepté ? J’sais pas… Sans doute. Mais y’aurais eu le risque de s’y attacher… Et donc, de le garder. Un risque qu’on pouvait pas vraiment prendre.

Mais c’était pas fini avec les reproches. Jack déclara qu’une telle opération pouvait faire que Nat’ n’aie plus jamais la possibilité de faire des enfants. Et ça, j’savais pas. Les médecins avaient rien dit et j’avais pas fait médecine. Mais ça n’étonnait pas Jack… Autant pour mon ignorance, j’suppose, que pour la désinformation des médecins. J’fis la moue alors que Jack semblait, maintenant, plus désespéré qu’en colère.

Mais j’continuai à me défendre en disant que ni moi, ni Nat ne voulions d’enfants. J’savais pas m’occuper de moi-même… Alors d’un gosse. J’voulais pas qu’il ait une vie de merde, moi… Mais, là encore, Jack m’envoya à la gueule qu’on avait cas faire attention. Facile quand on est pas dans le cas.

-On a fait de notre mieux. C’était un accident…


Comme si Monsieur Jack était parfait ne faisait jamais de gaffe ! Plus il causait plus j’avais l’impression d’entendre Roger. Et plus jamais l’impression d’entendre Roger plus mon visage s’assombrissait. Et c’est pour ça et à cause de l’alcool que des mots plus durs sortirent de ma bouche. Je déclarai que ce n’était pas si grave que Nat’ ne puisse plus faire d’enfants parce que, de toute façon, on n’en voudra jamais.

Moi, j’en voudrais jamais !

Et Jack rigola. D’un rire nerveux qui n’avait rien d’amical. Et ce qui lâcha ensuite n’était pas pour me plaire. Il déclara en gros que Nat’ allait finir par se réveiller. Et que le couple Howard/Natacha sera terminé. Mais le pire, c’est qu’il déclara qu’il n’aura rien à faire. Que c’est moi qui allais signer l’arrêt de mort de mon couple. Je regardai Jack droit dans les yeux alors qu’il s’appuyait sur ma batterie.

-T’en sais rien. Tu n’as aucune idée de ce qu’on vit tous les deux. T’as aucune idée de ce que je ressens pour elle et de ce qu’elle ressent pour moi. T’as pas à te mêler de nos affaires. T’as pas à décider pour elle si elle veut avorter ou non.

Mon ton était froid. Dans les yeux de Jack, j’voyais ceux de Roger. Et j’le voyais penser et dire exactement la même chose que Perry.

-T’es que son frère, Jack. Pas son tuteur. T’as rien à dire.

Je me levai de ma batterie pour aller prendre une autre bouteille de vodka. Ma démarche et mes gestes montraient mon énervement. Et je bus une grosse gorgée avant de regarder Jack.



@ Billy Lighter


Don't give in without a fight ©️ Pink Floyd
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Jack Perry


Messages : 215
Date d'inscription : 14/02/2017
Age du personnage : 36
Localisation : BSC Tower

Who Am I?
Birth place: Los Angeles
Je suis: dépassé.
Song: See-Saw - Pink Floyd


MessageSujet: Re: A Genesis Of Hate (1977) [PV Howard][TERMINE]   Lun 2 Oct - 12:49



A Genesis Of Hate
ft. Howard Stone


Je secouai la tête en soupirant, nullement convaincu quand Howard affirma qu’il savait faire la différence entre l’attirance sexuelle et l’amour. Il avait la maturité d’un gosse de 15 ans et un gosse de 15 ans ne sait pas faire la différence.

Je lui avais dit que ce qu’ils avaient fait n’avait rien de juste, ni pour la mère, ni pour l’enfant à naître. Et pourtant, dieu savait que je ne portais pas Howard Stone dans mon cœur alors c’était purement par respect pour la vie en elle-même que je désapprouvais totalement cet avortement. Parce que cet enfant aurait également lié à jamais Stone et ma sœur… Mais qu’importe. J’étais plus enclin à l’idée d’accepter Stone dans la famille, d’une certaine façon, qu’à accepter que ma sœur avait délibérément tué un enfant dans son ventre.

Stone, lui, en tout bon artiste qu’il était, disait quelle décision la plus juste était de laisser la mère décider pour elle-même. Mouais… Sauf quand la mère a la maturité d’une adolescente également ! Howard ajouta qu’il n’était pas sûr que Natacha ait voulu des autres alternatives.

Je soufflai entre mes dents.

-T’es pas sûr… T’es pas sûr ! Vous en avez même pas parlé !

Je désignai Howard d’un index furieux.

-Je vais te dire ce qu’il s’est passé : vous avez pris peur, tous les deux, vous avez eu la trouille. Et plutôt que de réfléchir posément à la question et de prendre vos responsabilités, vous avez choisi la solution de facilité !

Je ne torpillais pas seulement le batteur, dans l’histoire, quoi qu’il puisse penser, mais Natacha tout autant. Elle s’était mise en danger et c’était une décision qu’elle risquait, un jour, de regretter ! Est-ce que c’était mal, pour le grand frère que j’étais, que de vouloir que ma sœur ne se bousille pas son avenir par manque de discernement ?

Je passai ma main sur mon visage, fatigué à m’énerver comme ça… Dans le vide, parce que s’engueuler avec Howard avait autant d’efficacité que de pisser dans un violon.

-Et la plus dangereuse aussi, bordel…

Selon lui, ils avaient fait de leur mieux.

-Et ben votre « mieux » vole pas très haut.

Le seul moment où je pensais vraiment avoir touché Howard (enfin !), ce fut quand il affirma que je ne savais rien de leur histoire, en tant que couple et termina en disant que je n’avais rien à dire. Il n’avait pas tort. Pas tout à fait, tout du moins, c’était leur couple, leur vie.

-Tu as raison. Je ne suis QUE son frère. Je ne suis QUE sa famille… Toi, qu’est-ce que tu es, Howard ? L’homme de sa vie ?

Je suivis Howard des yeux pour découvrir que son but était une autre bouteille de vodka. Je ricanai. Il était irrécupérable.

-Si tu penses l’être, Howard. Prouve-le-moi. La femme que tu prétends aimer est chez moi, à moitié shootée par les médecins qui l’ont larguée dans le hall de l’hôpital. Dis-moi, Howard, ce qu’un homme digne de ce nom ferait, maintenant.

@ Billy Lighter
















JACK


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Howard Stone


Messages : 1067
Date d'inscription : 25/11/2015
Age du personnage : 34
Localisation : Chez Apolline

Who Am I?
Birth place: L'Eastside de L.A.
Je suis: un menteur, il parait...
Song: It's My Life - Bon Jovi


MessageSujet: Re: A Genesis Of Hate (1977) [PV Howard][TERMINE]   Mar 3 Oct - 16:11



A Genesis Of Hate
ft. Jack Perry


Jack disait vrai… On avait pas parlé des alternatives. P’tètre parce que Nat’ était tellement sûr de sa décision qu’il n’y avait pas eu lieu d’en parler. J’sais pas. On l’avait pas fait. Et maintenant, c’était bien trop tard pour le faire de toute façon… J’haussai les épaules en me dérobant au regard de Perry qui me pointait de son doigt comme avait l’habitude de le faire mon frère de son vivant.

Il déclara qu’on avait eu la trouille et qu’on avait choisi la décision de facilité… Je fronçai les sourcils en regardant, à nouveau, Jack. Ouais, j’avais eu la trouille quand elle me l’avait annoncé. Tout homme normalement constitué aurait eu la trouille.

-J’ai rien choisi du tout, moi. Nat’ a choisi et moi j’ai fait que la soutenir.

J’avais pas à me justifier devant Jack, t’façon. Nat’ avait choisi l’avortement… C’était comme ça. On pouvait plus revenir en arrière. Elle avait décidé en connaissance de cause, j’crois… C’est pas parce que j’savais pas les conséquences de l’opération que Nat’ les savait pas… Mais Jack, lui, continuait à marteler que l’avortement, c’était l’plus facile mais, aussi, le plus dangereux. J’soupirai… P’tain, combien de temps il allait encore me faire la morale ?

Et quand j’lui disais qu’on avait fait de notre mieux pour éviter ça, il avait dit que « notre mieux » ne voulait pas très haut. Ouais, Jack était décidément pas prêt de passer à autre chose.

Et tout ça commençait à bien m’faire chier. J’avais vraiment l’impression de revivre des scènes pas vraiment agréable de mon enfance. Sauf que c’était pas Roger que j’avais en face de moi mais Jack. Même si la différence entre les deux était très fine. C’était p’tètre pour ça qu’on s’comprenait Nat’ et moi… Parce qu’on avait le même type de frère. Sauf que le mien n’était plus sur cette terre pour m’faire la morale.

Alors j’répliquai à tout ça en disant crument à Jack que tout ça, s’était pas c’est affaire. C’était notre couple à Nat’ et moi. Et il n’avait rien à voir là-dedans. Et tout ce qu’il me répondit c’était qu’il n’était que sa famille avec toute l’ironique que j’interprétais dans ses mots. Il me demanda, moi, ce que j’étais. Si j’étais bien l’homme de sa vie.

-Ouais ! J’le suis !

J’disais ça avant de boire une grosse gorgée de la bouteille que je venais de prendre. Ça ne fit rien d’autre que provoquer un énième ricanement de Jack. Monsieur Parfait me demanda de lui prouver que je l’étais avant de me donner la localisation de Nat’. L’aurais dû commencé par ça avant de m’engueuler. Par me dire où elle était et si elle allait bien. Et il me demanda ce qu’un homme digne de ce nom ferait maintenant. Je réfléchis sentant le piège à plein nez… J’savais que, peu importe ma réponse, ça plaira pas à Jack. Il trouvera toujours un moyen de me dire que c’est pas ce qu’il faut faire ou que c’est pas assez.

Parce qu’il était comme Roger.

Alors, complètement bourré, j’haussai les épaules.

-La ramener chez moi… Pour lui éviter de se faire engueuler par son frère si parfait quand elle se réveillera.


Malgré ce qu’il pensait, toutes mes pensées toutes la journée ont été dirigées vers Nat’. Je foudroyai Jack du regard avant de regarder vers la vitre où les techniciens montraient tous leur mécontentement. J’lui fis signe que c’était terminé.

J’allais aller chercher Nat’ et rentrer.

Je bus encore un coup de vodka. Parce que c’était quand même le meilleur anesthésiant contre cette journée de merde. Avant de déposer la bouteille. Et, pendant que j’enfilai ma veste en cuir, j’pu pas m’empêcher de lui dire :

-Tu m’fais la morale parce que j’étais pas prêt d’elle, hein… Mais toi… Qu’est-ce que tu fous ici alors ?

Il était ici à m’engueuler alors que Nat’ était chez lui… Il m’en voulait parce que j’avais pas été à ses côtés alors que ma p’tite-amie était shootée chez lui… L’avait pas à me faire la morale. L’avait rien à me dire.




@ Billy Lighter


Don't give in without a fight ©️ Pink Floyd
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Jack Perry


Messages : 215
Date d'inscription : 14/02/2017
Age du personnage : 36
Localisation : BSC Tower

Who Am I?
Birth place: Los Angeles
Je suis: dépassé.
Song: See-Saw - Pink Floyd


MessageSujet: Re: A Genesis Of Hate (1977) [PV Howard][TERMINE]   Jeu 5 Oct - 11:19



A Genesis Of Hate
ft. Howard Stone


Howard répétait sans cesse la même chose : il n’avait fait que soutenir la décision que Natacha avait prise. Et il répétait sans doute sans cesse la même chose parce que je faisais pareil en insistant sur le fait que ce qu’ils avaient fait était inconscient, elle d’avoir choisi l’avortement et lui de l’avoir soutenue dans cette voie.

Mais ce que je voulais par-dessus tout, bordel de merde, c’était provoquer une putain de réaction chez ce mollusque qu’était Howard Stone. Le batteur étant anesthésié par l’alcool autant que Natacha l’avait été dans la voiture par les drogues qu’on lui avait injectées en vue de l’intervention, j’avais l’impression d’être un peu seul au monde avec, entre les mains, une situation sur laquelle je n’avais aucun contrôle.

Et si Howard disait que ce n’était pas mes affaires, toute cette histoire, elle l’était devenue un peu par leur faute, non ? Fallait bien que quelqu’un avec un minimum les yeux en face des trous se charge de ce qu’il y avait à faire dans l’immédiat. J’avais déjà mis Natacha en sécurité dans mon appartement, me restait à mettre Howard au courant de la situation. Mais ce n’était pas la seule chose que je voulais faire.

Alors j’essayais désespérément de conscientiser Stone. Pas facile quand le mec n’était plus qu’un putain de baril de vodka à lui tout seul.

Je lui avais donc demandé qui il était et ce qu’il allait faire maintenant, puisque d’après lui, je n’avais rien à voir dans l’histoire ! Il était l’homme de la vie de Natacha ? Ok. Qu’il me le prouve. Qu’est-ce qu’il comptait faire maintenant ?

Et c’est avec ses yeux vitreux, brillants comme s’ils suintaient d’alcool (ce qui était le cas), et ses mouvements mous et lourds qu’il me répondit, m’exposant son plan.

Il allait la ramener chez lui pour l’empêcher de se faire engueuler par moi. Je soupirai un grand coup et frappai mon front d’une main avant de dire, complètement désespéré :

-Mais ouais, Howard. Tu vas prendre ta bagnole et te crasher en chemin, c’est clair que ça ne rendra Natacha que plus heureuse.

Moi ouais… Mais Natacha, c’était moins sûr. Il pouvait bien me fusiller du regard, j’en avais rien à foutre.

-Et si même t’arrive jusqu’à Downtown et que tu arrives à retrouver mon adresse, vous vous crasherai à deux, tiens, quelle bonne idée !

Howard enfilait déjà sa veste, bien décidé à partir et me demanda ce que je foutais ici plutôt que d’être auprès de Natacha. Ce fut à mon tour de le fusiller du regard, parce qu’il était vraiment le type le plus définitivement con que j’aie jamais vu.

-Tu veux savoir ce que je fous ici? Je suis venu chercher le seul putain d’enfoiré de raté que Natacha voudra avoir auprès d’elle à son réveil. Et ce type en question, c’est toi. Parce que t’as beau être un imbécile fini, Howard, je sais que c’est toi qu’elle aime. Que ça me plaise ou non.

Je soupirai.

-C’est moi qui te ramène.

@ Billy Lighter
















JACK


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Howard Stone


Messages : 1067
Date d'inscription : 25/11/2015
Age du personnage : 34
Localisation : Chez Apolline

Who Am I?
Birth place: L'Eastside de L.A.
Je suis: un menteur, il parait...
Song: It's My Life - Bon Jovi


MessageSujet: Re: A Genesis Of Hate (1977) [PV Howard][TERMINE]   Sam 7 Oct - 12:02



A Genesis Of Hate
ft. Jack Perry


J’aimais pas le ton moralisateur que Jack employait pour me parler. J’aimais pas l’fait qu’il se mêle de nos affaire à moi et Nat’. J’aimais pas son regard de p’tit type parfait. Et j’aimais pas l’fait, non plus, qu’il débarque sur mon lieu de travail pour me mettre au rang de gamin inconscient qui a gâché la vie de sa p’tite sœur.

Jack venait de compliquer une journée déjà pas facile. Et il venait, en prime, de foute en l’air des heures de travail en débarquant au moment où j’allais, enfin, réussir à terminer cette foutue ligne de batterie.

Jack était, aujourd’hui, l’homme que j’détestais le plus sur cette terre vu que Roger était mort et que, donc, il pouvait plus emmerder.

Le frère de Nat’ alla jusqu’à me demander de lui prouver que j’étais bien l’homme de la vie de sa sœur. Et, pour ça, j’lui exposais ce que j’allais faire maintenant. Soit arracher Nat’ des griffe acérée de son frère. Elle devait pas être bien après cette opération. Et subir le regard plein de reproche de son frère, voir une engueulade, ça allait pas l’aider. Il lui fallait du calme. Alors j’allais aller la chercher et la ramener à ma maison.

Mais, comme je l’avais prévu, Jack trouva un moyen de critiquer mon plan. Il se frappa le front alors que j’venais de congédier les techniciens. Il disait que j’allais m’crasher si j’faisais ça. Il disait que ça allait rendre Nat’ heureuse que je me crash. J’le fusillai du regard n’arrivant pas, à cause de l’alcool, à savoir si ce qu’il venait de dire était ironique ou non.

-J’conduis tout l’temps dans cet état… Et j’me suis jamais crasher.

Si, j’m’étais crashé une fois quand j’avais 18 ans. J’avais volé la caisse de mon père et j’avais fait une course avec un Los Diablos. J’avais pris un poteau de face. Mon père était furieux si bien qu’il est pas venu me voir une seul fois à l’hosto. L’était furieux pour le vol… Et aussi parce que j’avais bu… Sans compter que j’me rappelais cette fois-là, aujourd’hui… Mais, qu’en fait, je m’étais crashé plusieurs fois… Et pas souvent avec ma bagnole…


Et Jack disait que, même si j’arrivais chez lui, j’allais p’tètre me crasher avec Nat’ au retour. J’fis la moue.

-N’importe quoi…


Et j’enfilai ma veste, prêt à partir. Et j’en profiter pour glisser un p’tit mot désagréable à Jack. S’il tenait tant à sa sœur, qu’est-ce qu’il faisait ici à m’faire la morale ? Il devrait être à son chevet vu qu’il m’avait tant critiqué parce que je n’y étais pas. L’était qu’un gros hypocrite.

Et c’est sa tête à lui qui changea. Alors, on sourit plus p’tit moralisateur ?

Il se défendit en disant qu’il était venu me chercher justement parce que Nat’ m’aimait. J’soupirai en me frottant la figure. Il arrivait encore à me faire croire que c’était vraiment moi l’enfoiré et lui l’type parfait. Comme Roger, il arrivait à faire penser à tout le monde ça… Même à moi-même.

Et je dis rien à ça. J’me contentai d’hausser les épaules en regardant le sol… Jusqu’à ce qu’il dise qu’il allait me ramener.

-Si ça te fais plaisir !


J’disais ça en ne le regardant même pas. J’avais juste envie d’être avec Natacha et de ne plus entendre Jack. D’ailleurs, jusqu’à chez lui, j’allais pas lui causer, ni écouter ses remarques moralisatrices.

Je me saisis de ma bouteille que j’avais déposée pour mettre ma veste et je passai la porte du studio ne regardant même pas si Jack me suivait ou non.



@ Billy Lighter


Don't give in without a fight ©️ Pink Floyd
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: A Genesis Of Hate (1977) [PV Howard][TERMINE]   

Revenir en haut Aller en bas
 

A Genesis Of Hate (1977) [PV Howard][TERMINE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Love me now or hate me forever!
» Howard Shore
» [Salle à manger]Petit diner entre amis [TERMINE]
» Sometimes I hate you so much [pv Lysandre]
» [Terminé] You hate me, I know ... [Nathan]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: L.A Rocks :: Flashbacks-