AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Down In The Jungle (1979) [PV Bailey/Cash]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Billy Lighter


Messages : 2202
Date d'inscription : 24/09/2013
Age du personnage : 27
Localisation : Dans la mer avec les dauphins

Who Am I?
Birth place: Lafayette, Indiana
Je suis: Instable, possessif, sensible, perfectionniste
Song: Guns N'Roses - Estranged


MessageSujet: Down In The Jungle (1979) [PV Bailey/Cash]   Lun 30 Oct - 15:49



Down In The Jungle
ft. Bailey Raphaël & Cash Izbel


Je venais de raccrocher le téléphone après une longue conversation avec Savannah. On avait souvent des discussions elle et moi depuis notre rencontre il y e deux semaines. Elle était intelligente et avait de la conversation.

Je souriais encore après avoir raccroché. J’entendais encore sa voix dans ma tête. Et cette voix m’inspira des notes. Je me dirigeai vers mon piano pour y jouer les mélodies douces que j’avais dans la tête. J’accompagnai mes notes de ma voix éraillée. Il n’y avait que de l’amour… Je tombais amoureux de Savannah. Petit à petit. Bientôt, elle sera le point central de mon monde. Je le savais.

Je fermai les yeux. Mes mains pianotaient toujours sur le clavier. Rien ne pouvait entraver cette nouvelle paix retrouvée.

Rien… Excepté le téléphone.

Il sonna. Et sonna encore. Je finis par rater une note. La paix disparut. D’un seul coup. Ne laissant place qu’à la mauvaise humeur.

Je décrochai brutalement le combiné. A l’autre bout du fil, c’était Pamela. La barmaid du Dizzy. Elle me connaissait. Je la connaissais. Je ne l’aimais pas. C’était une vipère en quête de potins sur tout le monde. Je l’écoutai à l’autre bout du fil me dire que Cash avait un problème. Qu’il était au Dizzy et qu’il me réclamait. Je fronçai les sourcils. Cash… C’est Cash qui m’avait sorti de mon nuage de bonheur. Cash qui me ramena aux problèmes.

Je raccrochai sans confirmer que je viendrais ou non. Mais dans ma tête c’était clair : j’allais aller chercher Cash. Je n’avais pas le choix. Je sentais, au fond de moi, que je devais y aller. Que si je n’y allais pas quelque chose de grave allait ce passé. Ce n’était pas une pensée concrète. C’était viscéral.

Je sortis de mon appartement et pris le chemin de Dizzy en voiture. J’y arrivais très vite. Parce que j’avais roulé vite. Parce qu’il le fallait. J’entrai dans la salle du Dizzy où, ironiquement, « You Know Where You Are ? » du premier album de The Lightening passait. La chanson avait raison. Ici on était en pleine jungle. Une jungle qui m’avait adopté à mon arrivée à L.A. Et j’étais au milieu…

Je croisai le regard de Pamela qui me montra le chemin des loges.

-Il est avec Bailey.

Je ne connaissais aucune Bailey. Mais je pris le chemin des loges sans un autre regard pour Pamela. Arrivé là, je trouvai Cash, le pantalon aux chevilles et, à ses côté, une fille. Jolie… Toute droite sortie du monde dépravé où je vivais depuis mon arrivée ici. Le monde dans lequel j’excellais. Dans lequel je m’étais enfoncé. Le monde où j’avais créé notre musique avec… Cash…

Cash délirait. Cash était mal. Cash s’était drogué. Cash ne pouvait plus se drogué. J’avais tout arrêté quand on avait commencé à être connu il y a peu. Et j’avais demandé aux autres de faire de même.

Mais Cash n’avait pas écouté. Je fronçai les sourcils et parlai de ma voix grave :

-Cash… On s’en va !


Je ne regardai pas Bailey. Je ne savais pas ce qu’elle était dans cette histoire. Je savais juste que Cash n’avait pas son pantalon baissé pour rien.

Je l’aidai à le remettre et soutint Cash pour qu’il se tienne plus ou moins debout. J’envoyai un regard à Bailey.

-Il en a pris combien ?


Je disais ça alors que j’avais déjà commencé à marcher vers la sortie, Bailey sur mes talons. Je voulais savoir quelle dose. Je voulais savoir quoi.

Quand on arriva dans la salle du Dizzy. Certains regards étaient déjà sur nous. Un homme bourré rigolait en montrant Cash du doigt. Un autre clamait haut et fort que The Lightening était dans la place. Leur voix m’arrivait très fort. Leur voix me transperçait. Mes muscles se contractaient. J’essayais de me retenir de sauter sur l’un ou sur l’autre et de frapper. Encore et encore.

-Il faut sortir !

Je disais ça pour moi… Et pour Bailey. On arriva dehors et je déposai Cash dans la voiture que j’avais garée très mal juste devant le Dizzy. Je m’installai côté conducteur. Bailey était toujours là et j’ouvris la fenêtre pour qu’elle puisse parler. Et pour que je puisse parler.

-Il faisait quoi ? Tu lui as fait quoi ? C’est toi qui lui as donné ?

C’était un interrogatoire. Mais mes questions laissaient transparaitre de l’inquiétude. Pour Cash… Parce que s’il n’y avait plus de Cash… The Lightening mourrait.

Je sortis nerveusement une cigarette que mon paquet quand la voix de mon guitariste se fit entendre. Il disait qu’elle avait un nouveau message. Je le regardai.

-Qui ?!

Je ne comprenais rien. J’arrivais au milieu du bordel sans rien comprendre. On m’avait tiré de mon bonheur pour me foutre dans une mare de peur et d’angoisse.

@ Billy Lighter


Nothing last forever and we both know hearts can change ©️ GN'R
Revenir en haut Aller en bas
http://la81rocks.forumgratuit.be
avatar
Bailey Raphaël


Messages : 869
Date d'inscription : 11/06/2017
Age du personnage : 24
Localisation : Eastside

Who Am I?
Birth place: Florida
Je suis: Une folle attachante
Song: The Night We Met


MessageSujet: Re: Down In The Jungle (1979) [PV Bailey/Cash]   Jeu 9 Nov - 4:55



 Down In The Jungle
ft.  Cash & Billy




Je suis calme et je tente de mon mieux de rassurer Cash, mais en dedans de moi, c’est la panique la plus total. J’ai la trouille qu’il me fasse une overdose et que je me retrouve encore plus dans les emmerdes.

J’suis trop défoncée pour réfléchir calmement à quoi faire au point que je ne pense même pas à lui remonter le pantalon quand je l’installe sur le fauteuil tout défoncer sur lequel nous venions de baiser.

- Merde ! Merde !

Pourquoi ça m’arrive à moi c’t’histoire de dingue ! Et ce qu’il m’a dit, c’était tout sauf rassurant. On aurait dit une mise en garde, un avertissement, comme s’il voulait me faire passer un message. Mais j’crois en fait que je lui ai peut-être fait une ligne un petit peu trop large pour sa capacité d’absorption.  

Après tout, j’ai aucune putain d’idée de ce avec quoi il s’est shooté avant ça !

Et alors que je me penche sur lui pour lui caresser les cheveux et lui murmurer encore et tout doucement que tout va bien et qu’il ne doit pas s’en faire, la porte de la loge s’ouvre et j’ai peur l’espace d’une seconde, de voir l’agent Keller ou n’importe quel autre  policier débarquer dans la pièce et nous foutre en cellule.

Mais non, c’est Billy Lighter, que je reconnais plus rapidement que je ne l’ai fait pour Cash, honte sur moi.  Ses yeux me transpercent l’espace d’une seconde et je fige littéralement sur place, comme la seule fautive de l’état de son acolyte. Je déglutis même avec difficulté quand il me demande avec une voix sont la hargne se dissimule avec difficulté, combien il a prit.

- Une seule ligne…, dis-je.

Avec moi, oui, une seule et c’est pas la Queen des poudres c’te came de mauviette. Elle gèlerait à peine un chat.  Billy a déjà soulevé Cash et, je comprends qu’il veut se diriger vers la sortie et, mon seul réflexe est de remonter le pantalon du pauvre Shaman qui allait se prendre la foule, le serpent à l’air si je n’avais pas stoppé Billy le temps de lui attacher sa ceinture.

Je les suis au travers de la foule qui s’arrête de danser alors que Billy et moi, enfin Billy plus que moi,  traînons l’homme en dehors du bar pour le faire prendre place dans la bagnole garé devant la porte.

Billy s’engouffra à son tour dans la voiture et moi, je reste planté là, debout a regarder le triste spectacle que j’ai partiellement mis en scène. J’allais retourner vers le bar mais Billy fait descendre la fenêtre et continu ses questions.

J’ouvre donc la portière, sans attendre qu’il m’invite et je me glisse sur le siège du passager avant.

- Rien, j’en sais rien… je l’ai trouvé déjà bien dans les vapes dans les toilettes des femmes, ensuite on a baisé, il a prit une ligne et il est tombé à genoux sur le sol en disant des trucs que je ne comprends pas !

Et il recommence. Billy et moi tournons la tête vers Cash et je fronce des sourcils en m’inquiétant corps et âme. Mais alors me viens une illumination, enfin, pas tant que ça.  

- C’est pas ma drogue ! J’ai rien moi !  C’est pas ma drogue qui le rend comme ça ! C’est ce qu’il a prit avant ! T’as prit quoi, Shaman, avant qu’on baise ? Hein, dans les toilettes des femmes ?

Comme si j’espérais qu’il me réponde clairement, mouais, tu parles, Charles !


@ Billy Lighter



Pis demain matin tu m’prendras dans tes bras
On va faire comme si le malaise était pas là
J’vais m’en aller de mon bord, toi du tiens
Peut-être qu’on se recroisera en chemin.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Cash Izbel


Messages : 643
Date d'inscription : 07/10/2013
Age du personnage : 24
Localisation : L.A.

Who Am I?
Birth place: Los Angeles
Je suis: introverti, gentil, shooté
Song: Nightrain - Guns'n Roses


MessageSujet: Re: Down In The Jungle (1979) [PV Bailey/Cash]   Ven 10 Nov - 17:10



Down In The Jungle
ft. Billy Lighter & Bailey Raphaël


Il faut sortir !

-Il faut partir… Billy… Il faut partir…

Partir de ce monde, de cette vie, de L.A…. Mais je ne pouvais pas quitter L.A.

Billy était apparu, ses cheveux aussi flamboyants que sa colère… Je pouvais sentir sa colère me transpercer de part en part et ce fut elle aussi qui me souleva du divan défoncé dans lequel j’avais atterri le cul à l’air.

La suite ne fut qu’une succession intense et enivrante de flashes de toutes les couleurs… Un magnifique caléidoscope qui me rappela une autre expérience mystique  suite à ma langue que j’avais laissée traîner sur un timbre-poste, simple leurre destiné à ce que seuls les initiés sachent que ce qui s’envoyait avec ça n’était pas des messages de papier, mais bien des messagers de chair et de sang… Pas d’un état à un autre… mais d’un monde à un autre…

Le voyage, ce voyage, fut de courte durée et l’atterrissage fut dur… Avec Billy aux commandes, il aurait été difficile d’en être autrement. Je regardai alors autour de moi bien que ça continuait de tourner. Dans ma poitrine, mon cœur lui aussi voulait partir.

De grands claquements, comme des coups de poings, retentirent et Billy finit par réapparaître devant moi. Dans une voiture, on était dans une bagnole… Moi derrière, Billy devant. Il y eut des cris et je bouchai mes oreilles comme un enfant… Je n’avais pourtant jamais eu peu de l’orage… Les déchirures dans le ciel étaient fascinantes, au contraire…

La colère rayonnait dans les émeraudes de Billy et je devais lui expliquer… je devais lui dire pour le message que L.A. avait pour…

-La Nymphe !

Elle apparut alors, sur l’autre siège avant, répondant à mon appel. Les yeux écarquillés, je regardai Billy communiquer avec la Nymphe… Je n’avais jamais vu Billy entrer en contact avec mon monde, lui qui le fuyait… Ce contact était hostile, cependant… Et je me bouchai à nouveau les oreilles.

-Ma tête va exploser…

La Nymphe… Bailey… me regarda et je retirai mes mains pour entendre ce qu’elle disait. Les muscles de tout mon corps étaient tendus et les veines à mes tempes ressortaient dangereusement.

Je regardai Bailey, m’accrochant à son regard.

-Rien… Je voulais traverser… Je n’arrivais pas à traverser…

Je secouai la tête…

-Tu es apparue… Tu m’as fait passer… Mais pas dans le Désert..

Dans son monde à elle, fait de plaisir… et de chaos.

@ Billy Lighter



Guitars are like women. You'll never get them totally right. ©️ Slash
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Billy Lighter


Messages : 2202
Date d'inscription : 24/09/2013
Age du personnage : 27
Localisation : Dans la mer avec les dauphins

Who Am I?
Birth place: Lafayette, Indiana
Je suis: Instable, possessif, sensible, perfectionniste
Song: Guns N'Roses - Estranged


MessageSujet: Re: Down In The Jungle (1979) [PV Bailey/Cash]   Dim 12 Nov - 14:14



Down In The Jungle
ft. Bailey Raphaël & Cash Izbel


Une seule ligne. La fille, appelée Bailey, me disait que Cash n’avait pris qu’une seule ligne. Je n’y croyais pas. Une seule ligne ne pouvait pas mettre Cash dans cet état. Une seule ligne ne pouvait pas venir à bout de ce qu’on avait construit Cash et moi ! Je refusais ça !

Je voulais sortir d’ici. Je voulais arrêter d’entendre les bruits provenant de la salle du Dizzy. Je remis le pantalon à Cash avec l’aide de la fille. Et on sorti de la loge pour traverser la salle du Dizzy. Une salle qui paraissait plus grande que d’habitude. Rempli de gens qui nous regardaient. Je pouvais presque les voir rire de la situation. Et je fuyais trainant Cash et cette fille.

Ce n’est qu’arrivé dans ma voiture que je me sentis plus libre. Les voix des gens ne me parvenaient plus. Seul restait l’angoisse de savoir si Cash allait s’en sortir indemne. Et le silence relatif m’aidait à réfléchir.

J’ouvris la fenêtre sur la fille qui m’avait suivi. Et je la mitraillai de questions sans aucun ménagement. Je voulais savoir. Tout en détails. Je voulais éclaircir toutes les zones d’ombre.

Et, telle une intruse, la fille s’engouffra dans la voiture sur le siège juste à côté du mien. Elle n’avait pas attendu un signe de ma part. Et l’instabilité de mon humeur n’arrangeait en rien ce sentiment d’intrusion.

Elle ne savait rien. Elle avait trouvé Cash dans les toilettes de fille, l’avait baisé, l’avait shooté et il était tombé. Je fronçai les sourcils. J’allais répliquer mais Cash parla avant tout le monde. Il parlait d’un message délivré par quelqu’un. Il semblait comme perdu, coincé dans un monde qui était partout sauf dans cette voiture.

Il répondit que le message venait de la Nymphe. Et mes yeux brillèrent d’une colère sans équivalant. Il revenait avec ses personnages sortis d’un autre monde. Ses métaphores incompréhensibles qui masquaient une vérité plus brute.

-Tss !

Cash disait que sa tête allait exploser alors que Bailey se défendait en disant que ce n’était pas sa drogue. Que Cash devait en avoir pris avant. La voix de Bailey et l’attitude de Cash était beaucoup à supporter. Moi qui, depuis quelques jours, vivait dans le calme de mon appartement à penser à Savannah et à un avenir plus beau que mon passé. Mais Cash et Bailey demeurait dans ce passé noir et le guitariste m’y ramenait sans cesse.

Cash disait n’avoir rien pris. Qu’il n’arrivait pas à traverser. Que Bailey l’avait aidé mais pas au bonne endroit. Encore ces métaphores. Encore ces messages codés. Encore moi et moi seul pour les interprété.

Je fixai Bailey.

-Une ligne… La ligne de trop.

Je me tournai vers Cash.

-Tu sais ce que je pense de cette merde, Cash. Tu sais que le Dizzy c’est là qu’on trouve la mauvaise came. Tu sais que tu n’en as pas besoin.

Il avait la musique et, bientôt, les tournées. Il avait tout ce qu’il aimait et tout ce que je savais qu’il aimait. Il n’avait pas besoin de drogue. Il était heureux.

Je me tournais vers Bailey, les sourcils toujours froncés.

-Je vais le ramener chez moi. Tu restes avec moi. Tu restes bien ici. Tu vas m’aider.

Elle était comme un otage. Parce que je ne voulais pas rester seul avec un Cash délirant. Je ne voulais pas que son monde me mange.

Je démarrai la voiture et appuyai sur l’accélérateur. Mon état d’angoisse entrainait ma colère et nourrissait mes propres démons. Mon esprit était un tourbillon… Et je n’arrivais pas à en sortir.

-Il n’y a pas de Désert Cash… Il n’y a pas de Nymphe. Il y a juste L.A.

C’est ce que je disais, presque tout bas, comme un mantra qu’on répète et répète encore…


@ Billy Lighter


Nothing last forever and we both know hearts can change ©️ GN'R
Revenir en haut Aller en bas
http://la81rocks.forumgratuit.be
avatar
Bailey Raphaël


Messages : 869
Date d'inscription : 11/06/2017
Age du personnage : 24
Localisation : Eastside

Who Am I?
Birth place: Florida
Je suis: Une folle attachante
Song: The Night We Met


MessageSujet: Re: Down In The Jungle (1979) [PV Bailey/Cash]   Mar 14 Nov - 16:49



 Down In The Jungle
ft.  Cash & Billy





Billy me regarde, ou plutôt me transperce de son regard menaçant comme si j’étais la seule responsable du malheur du Shaman. Mais le fait est qu’il était déjà foutrement enfoncé dans son délire bien avant qu’il ne sniffe la coke entre mes seins !  Ce n’est pas ma drogue, ce ne peut être une toute petite ligne qui a fait flancher un gaillard comme lui.

Je refuse d’en être la responsable !

Sauf que Billy lui semble convaincu que c’est ma ligne qui fut de trop et, sans même me donner le choix, m’annonce qu’il va ramener Cash chez lui, et moi en prime. Je le regarde, bouche bée et confuse.

- Bah déjà c’est pas toi qui a le plus besoin d’aide mais lui ! , dis-je en désignant Cash d’un geste du menton.

Et si  je suis pour rester, ben je vais prendre soin de mon amant du soir et non pas de son copain névrosé ! Alors je me place en petit bonhomme sur le siège passager avant puis je me glisse entre les sièges pour aller rejoindre Cash.

Je  passe mes bras autour de lui pour qu’il s’appuie sur moi puis je lui caresse les cheveux en l’écoutant expliquer qu’il  était bien « passé » mais pas dans le « désert »… J’allais le questionner sur  ce qu’il voulait dire par tout ce charabia incompréhensible mais Billy, au volant, conduisant comme un dingue, marmonnait qu’il n’y avait pas  de désert, pas de nymphe.

- T’en sais rien ! T’es pas allé dans sa tête tu peux pas prouver que ce qu’il dit n’est pas vrai ! Y’a personne qui perçoit les choses de la même manière !

Ce n’est probablement pas l’idée du siècle que de le contredire vu combien il semble remonter et la vitesse à laquelle il conduit mais je ne peux pas m’empêcher de lui exposer mon point de vu.  

- Hey… t’es allé où ? T’as vu quoi?

Je questionne Cash  d’une voix douce puisqu’il dit avoir la tête sur le point d’exploser et je continu de lui caresser les cheveux d’une main en le tenant contre moi de mon bras passer autour de ses épaules.

J’en ai vu es étranges et je pourrais en raconter des soirées spéciales mais là, ça dépasse même mon imagination pourtant bien débordante.  N’empêche que j’ai la trouille et je ne sais pas quel message je dois tirer du délire du Shaman.  Et l’autre qui me force a resté dans l’aventure…

- On s’en va où comme ça ?  


@ Billy Lighter



Pis demain matin tu m’prendras dans tes bras
On va faire comme si le malaise était pas là
J’vais m’en aller de mon bord, toi du tiens
Peut-être qu’on se recroisera en chemin.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Cash Izbel


Messages : 643
Date d'inscription : 07/10/2013
Age du personnage : 24
Localisation : L.A.

Who Am I?
Birth place: Los Angeles
Je suis: introverti, gentil, shooté
Song: Nightrain - Guns'n Roses


MessageSujet: Re: Down In The Jungle (1979) [PV Bailey/Cash]   Sam 18 Nov - 16:36



Down In The Jungle
ft. Billy Lighter & Bailey Raphaël


L’hostilité entre Bailey et Billy me transperçait de toutes parts. Mais pire encore, je sentais plus que tout la fureur de Billy, comme un feu qui couvait en permanence et que je venais de raviver. Billy ne voulait plus que j’aille dans le Désert et je n’avais pas été voir Delfino le passeur pendant toute la période de création de l’album… la musique était un autre moyen de voyager.

Mais Nothing Lasts Forever et le processus de création avait touché à sa fin, nous laissant avec un vide immense à combler… Et tous les membres du groupe s’étaient dispersés… Seul un nouveau Big Bang, duquel naîtrait un nouvel album, pourrait nous réunir…

Ou le grand Serpent de la route, peut-être. Mais ce serait un périple dangereux.

Mais pour l’instant, nous n’avions plus rien. Chacun était rentré dans son sanctuaire personnel, mais moi, je n’arrivais pas à atteindre le mien. Pas si je ne voyais pas Delfino… Et Bailey, ma nymphe, était arrivée avant…

Je gardai mes mains appuyées sur mes oreilles, mais j’entendais quand même les reproches de Billy… Billy qui n’aimait pas cette merde… Billy qui n’aimait pas le Dizzy.

Billy qui pensait que L.A. n’avait qu’un visage.

-L.A. est tout… L.A. est le Désert, Bailey est la Nymphe…

J’émis un gémissement incontrôlé avant d’ajouter…

-Tu veux juste pas voir.

Je secouai la tête.

-Tu ne veux pas voir d’où vient la musique.

Je perdis les cheveux flamboyants de Billy de vue quand la Nymphe vint me rejoindre à l’arrière de la voiture. Je me blottis contre elle, mon bouclier contre la colère de Billy. Je retirai les mains de mes tempes et les laissai retomber, molles, l’une sur la banquette, l’autre sur les cuisses de Bailey. Sous mon crâne, la tempête se calma un peu, rassuré que j’étais par la chaleur de la douce nymphe et par les ronronnements puissants de la voiture de Billy.

Bailey protesta, se dressa contre Billy, avant d’employer un ton doux pour me demander où j’étais allé. Ma main qui semblait morte sur la banquette ressuscita et  plongea dans la poche minuscule de mon pantalon de cuir.

-J’ai été… sur de la moquette verte… Tu jouais avec des boules et des queues et puis L.A. t’a choisie pour mettre son avenir au monde…

Je sortis la main de ma poche, poing fermé et alors que la nymphe demandait où on allait, je plaçai mon poing à hauteur de l’épaule de Billy qui conduisait.

J’ouvris légèrement le poing et laissai s’écouler sur son épaule les grains fins et blancs du sable du Désert…

A moins que ce ne soit un reste de sable de la plage de Santa Monica…

@ Billy Lighter



Guitars are like women. You'll never get them totally right. ©️ Slash
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Billy Lighter


Messages : 2202
Date d'inscription : 24/09/2013
Age du personnage : 27
Localisation : Dans la mer avec les dauphins

Who Am I?
Birth place: Lafayette, Indiana
Je suis: Instable, possessif, sensible, perfectionniste
Song: Guns N'Roses - Estranged


MessageSujet: Re: Down In The Jungle (1979) [PV Bailey/Cash]   Dim 19 Nov - 17:30



Down In The Jungle
ft. Bailey Raphaël & Cash Izbel


Je ne voulais pas rester seul avec Cash. Son monde mystique, instable et irréel allait me manger tout cru. Il arrivait, souvent, en quelques mots, à faire vaciller la réalité auquel je m’accrochais. Ma seule once de stabilité s’effaçait là où passait mon guitariste.

Alors, j’avais obligé Bailey à rester avec moi. A m’aider. Je ne voulais pas la laisser partir de cette voiture. Et pour ça, je l’avais rendu responsable de la crise de mon guitariste. C’était le seul moyen que j’avais trouvé pour la garder près de moi : culpabilité.

Mais elle disait que ce n’était pas moi qui avais besoin d’aide mais lui… Je serrai les dents. J’avais besoin d’aide aussi.

Quant au délire de Cash, je le balayai d’un revers de la main. Ses simulacres de réalité. Ces histoire de Nymphes et des Désert. Tout ça n’avait pas de sens. Et, replié que j’étais dans mon esprit, je ne voyais pas Cash se boucher les oreilles. Je l’entendais seulement me dire que L.A. était tout ça. Et que c’était moi qui ne voulait pas voir.

-C’est faux ! C’est toi qui ne veut pas voir cette foutue réalité ! C’est toi qui fui avec cette drogue de merde.

Il ajouta que je ne voulais pas voir d’où venait la musique. La musique venait de nous. De moi. De lui. Des autres artistes. Pas d’un foutu Désert. Pas de L.A. Et pas des foutues Nymphes. Elle venait de ce qu’on avait en nous. Elle naissait de la haine que j’avais envers certaines choses.

Bailey quitta alors le siège passager pour filer derrière près de Cash. Moi, je regardais fixement la route roulant de plus en plus vite et de plus en plus violemment. Jusqu’à brûler un feu rouge. La fille ajouta que je ne savais rien. Que je ne suis pas allé dans la tête de Cash. Et que personne ne percevait les choses de la même manière.

Elle prenait parti pour Cash. Pour son monde irréel. Ne comprenant pas que si je m’y perdais, je n’en reviendrais pas.

-Je ne veux pas y aller… Je ne veux pas aller dans sa foutue tête.

Bailey d’une voix tellement douce, questionna Cash. Et il lui sortit des phrases incohérentes. Je serrai le volant. Tout ça n’avait pas de sens.

-Il est shooté. C’est tout !

Il n’y avait pas d’autres réalités. Pas de message caché. Juste les délires d’un accro à l’héroïne !

Je ne vis pas le poing de Cash à côté de mon épaule. Je ne vis que le sable tombé à travers le rétroviseur central. Le Désert… Le sable. Cash arrivait à rendre ses paroles réelles. A transformer ses délires en métaphores à remettre en doute ma propre réalité. Et je me perdais à nouveau. Je ne regardais plus la route. J’entendis vaguement la question de Bailey. Et j’y répondis dans un souffle.

-Chez moi…


C’est les klaxons d’un camion venant de face qui me ramena complètement à la réalité. J’avais changé de bande sans le savoir. Sans m’en rendre compte. J’évitai le camion en me remettant sur ma bande.

Quelques secondes après, j’arrêtai ma voiture sur le bord de la route à quelques mètres de mon immeuble. Mon cœur battait… Parce que je ne me voyais plus. J’étais tétanisé… Et pas à cause du camion. A cause du sable. De cet autre monde que je voulais irréel. Et qui ne semblait pas l’être.


@ Billy Lighter


Nothing last forever and we both know hearts can change ©️ GN'R
Revenir en haut Aller en bas
http://la81rocks.forumgratuit.be
avatar
Bailey Raphaël


Messages : 869
Date d'inscription : 11/06/2017
Age du personnage : 24
Localisation : Eastside

Who Am I?
Birth place: Florida
Je suis: Une folle attachante
Song: The Night We Met


MessageSujet: Re: Down In The Jungle (1979) [PV Bailey/Cash]   Ven 24 Nov - 20:38



 Down In The Jungle
ft.  Cash & Billy




Si je pensais avoir touché les limites de l’absurdité dans la loge du Dizzy alors que Cash délirait sur des prophéties sorties de je-ne-sais-où, maintenant, à bord de la Billy mobile,  je ne sens pas que ça va aller en s’améliorant. J’ai rejoins Cash sur la banquette arrière et je tente de le rassurer de mon mieux en le tenant tout  contre moi, en lui jouant dans les cheveux et en lui parlant doucement pour mieux comprendre.  Billy conduit comme un dingue en rageant que tout ce que Cash raconte n’est que mensonge et je m’insurge, peut-être a mes propres risques en lui disant qu’il en sait strictement rien.

Billy est furieux et continue de déverser sa hargne en tonnant qu’il n’a pas l’intention, de toute façon, d’aller dans la tête de Cash et que ce ne sont que les récits d’un mec complètement shooté.

Il me désespère. En fait, je me sens complètement désemparée et dépassée et, je ne trouve rien de mieux que de continuer a caressé les cheveux de Cash en  lui embrassant de temps en temps le front. Si Billy n’en a rien à faire de ce que raconte son acolyte musical, moi, je veux l’entendre.

Si ça se trouve, il aura peut-être la vision de la prochaine Powerball et je gagnerai le million !

- O…k… je jouais avec des boules et des queues… mais tu sais que ça n’a rien de différent de mon quotidien, ça, chéri ?

Elle m’a choisi pour mettre son avenir au monde. C’est bien poétique tout ça mais ça ne veut strictement rien dire.  Et alors que je demande a Billy où il nous conduit comme ça, Cash, qui avait plongé sa main dans la poche de son pantalon,  allonge le bras jusqu’à l’épaule de Billy et laisse s’écouler entre ses doigts ce qui me semble être… de la coke.

Je lui ramène la main brusquement vers l’arrière, trop même pour la vitesse d’exécution du Shaman.

- Ok, là, tu chercher vraiment à ce qu’il nous ramène dans le décor. Ton copain il  veut pas de drogue, c’est pas le moment de lui en proposer, Shaman !

Et justement, le bruit d’un klaxon me fait lever les yeux vers l’avant et je vois les lumières aveuglantes d’un poids lourd droit devant nous. J’ai que le temps de hurler que Billy nous ramène  sur le bon côté de la route.

- Ça va pas dans ta tête ? On roule à droit, cowboy !

Je suis tombé sur un prophète de Nostradamus et un aspirant futur Gilles Villeneuve.  Billy stop sa bagnole moi, tremblante de la tête aux pieds.  Après une peur aussi vive, j’ai des acouphènes dans les oreilles, je n’entends rien d’autre que mon cœur battre.

Je tente d’ouvrir la portière mais elle refuse malgré que j’actionne le verrou de haut en bas. La portière refuse de s’ouvrir.

- Laisse moi sortir de ta bagnole… tu m’entends ? Tu me laisse sortir !

Si y’a une phobie que je redoute plus que n’importe qu’elle autre, c’est bien de me retrouver coincée, enfermée, attachée contre mon gré.  Je me bas avec la poignée de la porte frénétiquement  mais cette dernière refuse toujours d’ouvrir.

- J’vais vomir !  Fais-moi sortir !


@ Billy Lighter



Pis demain matin tu m’prendras dans tes bras
On va faire comme si le malaise était pas là
J’vais m’en aller de mon bord, toi du tiens
Peut-être qu’on se recroisera en chemin.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Cash Izbel


Messages : 643
Date d'inscription : 07/10/2013
Age du personnage : 24
Localisation : L.A.

Who Am I?
Birth place: Los Angeles
Je suis: introverti, gentil, shooté
Song: Nightrain - Guns'n Roses


MessageSujet: Re: Down In The Jungle (1979) [PV Bailey/Cash]   Lun 27 Nov - 19:18



Down In The Jungle
ft. Billy Lighter & Bailey Raphaël


Le sable coulait sur l’épaule de Billy… Son regard émeraude reflété par le rétroviseur central fit dangereusement dévier la réalité. La nymphe fut la première à réagir, ramenant ma main en arrière, coupant le contact mystique qui s’était établi entre le chanteur et moi. Un regard, un éclair. The Lightening.

J’enfouis alors mon visage dans la poitrine de la nymphe, mais lui montrai ma main ouverte tout en disant d’une voix étouffée par ses seins délicieux.

-C’est juste du sable… Juste du sable…

Bailey hurla et je plaquai à nouveau mes mains sur mes oreilles. Son cri était effrayant, horrible, paralysant et pourtant, je me retrouvai projeté contre la portière de la voiture…

Puis tout s’arrêta alors qu’appuyé non plus sur la nymphe mais contre le corps de plastique et de métal froid de la voiture de Billy, les yeux écarquillés, j’étais désorienté.

Avec cette impression que j’étais le seul à voir et comprendre.

Plus rien ne bougea, même le son sembla s’éteindre pendant un temps indéterminé… Seule la lumière de l’éclairage publique de L.A., notre mère, nous éclairait à travers les vitres de la voiture.

Le son revint avec la voix de la nymphe.

Bailey voulait être libre… Libre de la tension électrique que The Lightening était en train de créer à l’intérieur même de la cage de faraday qu’était la voiture. Elle s’escrimait sur la portière, criait… Billy, lui, venait de s’étendre, son esprit venait d’exploser, de s’éparpiller, prenant toute la place. Je pouvais sentir la caresse brutale et douloureuse de son intelligence dans tous les pores de ma peau…

Comme de l’électricité.

Je tendis le bras, mais cette fois, pour atteindre le verrou de la portière de Billy, celle du conducteur… Je l’actionnai vers le haut,  déverrouillant toutes les portes d’un coup.

Bailey pouvait sortir…

L.A. pouvait entrer.

Je posai mon front contre l’appuie-tête du siège de Billy. Mon souffle caressait sa nuque au rythme de mes paroles.

-Nous sommes The Lightening…

J’inspirai un grand coup.

-Nous sommes les dieux du Chaos. Et ils nous aiment pour ça.

Nous sommes des rockstars.

-Accepte-le, William.

@ Billy Lighter



Guitars are like women. You'll never get them totally right. ©️ Slash
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Billy Lighter


Messages : 2202
Date d'inscription : 24/09/2013
Age du personnage : 27
Localisation : Dans la mer avec les dauphins

Who Am I?
Birth place: Lafayette, Indiana
Je suis: Instable, possessif, sensible, perfectionniste
Song: Guns N'Roses - Estranged


MessageSujet: Re: Down In The Jungle (1979) [PV Bailey/Cash]   Mar 28 Nov - 14:54



Down In The Jungle
ft. Bailey Raphaël & Cash Izbel


Le discours de Cash n’avait pas de sens. Ni pour moi. Ni pour Bailey qui dû bien se rendre à l’évidence que tout ça n’était que les élucubrations d’un drogué notoire.

Mais tout bascula d’un seul coup quand Cash fit couler du sable de sa main. Du sable qui donnait un sens réel à l’irréel. Un sable qui me scotcha sur place alors que Bailey ramena en arrière la guitariste en parlant de drogue. Mais non… C’était du sable… Du vrai…

Le sable du Désert.

Et le monde autour de moi bascula. Les traits continus que j’avais réussis à voir s’effritaient. Et je ne vis pas que je déviais avant d’être presque rentré dans le camion en face. Le cri de Bailey me vrilla les oreilles. Il résonna dans ma tête. Et ses reproches arrivèrent tout aussi vite que le cri s’était arrêté. Je ne répondis pas. J’avais toujours l’image du sable en tête.

Mes mains tremblaient et je les décollai doucement du volant. Je les regardais tentant d’y voir les contours. Mais tout se confondait.

Et Bailey s’affolait. Elle voulait sortir. Elle le criait haut et fort. Mais je ne bougeai pas… J’étais perturbé par ce sable…

J’entendis, soudain, le verrou se lever. Bailey était libre. Moi, je ne savais plus où j’étais.

Et je frissonnai d’un seul coup quand le souffle de Cash toucha ma nuque. Le discours de mon guitariste redevint cohérant.

On était The Lightening. Des Dieux du Chaos. Et les gens nous aimaient pour ça.

C’est ce que j’avais voulu. C’est ce que j’avais maintenant. Des larmes coulaient le long de mes joues. Mon cerveau venait, encore, de craquer. La réalité si fragile venait encore de m’échapper.

Et c’est Cash qui m’y ramenait tout doucement. Il n’était plus question de sable et de désert. Il était question de nous.

-Accepte, le William.


William… Mon cœur s’emballa et je me retournai d’un coup vers Cash.

-William n’existe plus !

Et je sortis de la voiture claquant la porte derrière moi. La fraicheur du soir me claqua à la figure. Et je me tournai vers Bailey.

-Il faut monter dans mon appartement. Là-haut on sera en sécurité. Et il ne nous arrivera rien.

J’ouvris la portière pour que Cash sorte dans un geste violent. Je le laissai sortir sans le soutenir. J’avais peur que le toucher ne le fasse à nouveau parler et à nouveau faire chanceler mon monde.

J’avançai vers la porte de l’immeuble.

-Venez. On monte !

Je ne laissais le choix à personne. Je sortis ma clé mais mes gestes nerveux m’empêchait de l’insérer dans la porte de l’immeuble clos.

-Allez entres ! Putain mais entres !

Je commençais à shooter dans la porte sans arriver à m’arrêter.


@ Billy Lighter


Nothing last forever and we both know hearts can change ©️ GN'R
Revenir en haut Aller en bas
http://la81rocks.forumgratuit.be
avatar
Bailey Raphaël


Messages : 869
Date d'inscription : 11/06/2017
Age du personnage : 24
Localisation : Eastside

Who Am I?
Birth place: Florida
Je suis: Une folle attachante
Song: The Night We Met


MessageSujet: Re: Down In The Jungle (1979) [PV Bailey/Cash]   Jeu 7 Déc - 17:56



 Down In The Jungle
ft.  Cash & Billy




« Du sable… ce n’est que du sable ! ». Je me répète cette phrase sans en comprendre le sens pourtant tout ce qu’il y a de plus simple mais tout ce que dit Cash depuis qu’il semble avoir retrouvé l’usage de la parole semble teinté de surréalisme. Autant que ce camion qui fonce droit sur nous ou plutôt sur qui nous fonçons. Je cris à plein poumon et Billy évite de justesse la collision en ramenant sa caisse sur la bonne bande.

La voiture maintenant immobilisée, moi, je m’agitais en menant un combat contre la portière arrière qui refuse de s’ouvrir. Je sais que plus je panique, moins je réussirai mais je n’arrive pas à me calmer.  Tout ce que je veux c’est sortir de là et laissé c’est deux zigotos régler leurs discours codés entres eux.

C’est Cash qui, peut-être dans un effort surhumain de lucidité, parvînt à me libéré en tirant sur le verrou de la porte du conducteur. Je le savais… j’y ai simplement pas…pensé ?! Alors je m’extirpe de la voiture, tête première comme si je sortais d’une trappe sombre dans laquelle j’aurais été gardée captive.

La nuit est fraîche et je tremble comme une feuille au vent.  Je fais quelques pas loin de la voiture puis je reviens vers elle avant de recommence de nouveau mon va et viens, essayant de me calmer.

C’est au tour de Billy de sortir de la voiture, furieux et tonna que nous devions monter Cash a son appartement pour y être plus en sécurité.

- Ouais… Ouais… ok vaut mieux un appartement qu’un autre tour de voiture… t’as raison !

Visiblement, et le contraire aurait été surprenant,  Billy ouvre  rageusement la portière arrière et, sans aider son acolyte,  le laisse sortir de la voiture avant de nous faire nous diriger vers un immeuble pas si loin de là où il avait stoppé sa caisse.

J’sais plus me mettre entre les deux mais je sens que mon allégeance va à Cash de qui, je viens glisser ma main dans la sienne pour me rassurer, peut-être. Nous marchons sans trop d’assurance jusqu’à ce que, freiner par la porte verrouillée de l’immeuble, Billy tente de l’ouvrir sans succès.

Je peux voir malgré la noirceur sa main trembler – sans doute de colère – et sa clé raté de peu la serrure.  Je fais Cash s’appuyer contre le mur duquel je peux sentir la chaleur du jour qui a tiré sa révérence depuis un bon moment, encore émaner.

- Laisse moi faire, veux-tu ?

Je lui prends son trousseau de clés des mains et je déverrouille sans difficulté la porte de l’immeuble. Les hommes passent devant et je les suis jusqu’à l’ascenseur.  À l’intérieur, je demande à Billy le numéro de l’étage avant d’appuyer sur le bouton et de laisser la cage métallique nous faire grimper les niveaux.

Quand enfin nous entrons chez Billy, ce qui me frappe d’abord  c’est la propreté des lieux.  Je ne m’attendais pas à ça venant d’une rock star. Tout est bien ordonné, placé, cordé… Rien ne dépasse ou n’agresse le regard.

Un étrange contraste avec son caractère bouillant qu’il vient de me montrer. Je m’attendais presque de voir des trucs explosés sur le sol, des trous dans le smurs… enfin… des excès de stars, quoi !

- Et, maintenant ? , demandais-je à Billy en le regardant dans les yeux, tu attends quoi de moi ?

Bon… faut pas se leurrer. Je suis une prostituée et je n’ai pas vraiment l’habitude qu’on me fasse venir que pour se regarder dans les yeux.  



@ Billy Lighter



Pis demain matin tu m’prendras dans tes bras
On va faire comme si le malaise était pas là
J’vais m’en aller de mon bord, toi du tiens
Peut-être qu’on se recroisera en chemin.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Down In The Jungle (1979) [PV Bailey/Cash]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Down In The Jungle (1979) [PV Bailey/Cash]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Signature de contrat - Josh Bailey
» Dans la jungle, terrible jungle [pv Elkim]
» Trash To Cash II : A Golden Night
» Josh Bailey à MTL
» Cash Via Le Portable

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: L.A Rocks :: Flashbacks-