AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 The Dark Side Of The Moon (1975 - 1980)[Solo][TERMINE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Daniele Ricci


Messages : 1236
Date d'inscription : 28/09/2013
Age du personnage : 40

Who Am I?
Birth place: Rome en Italie
Je suis: le meilleur
Song: Back In Black-AC/DC


MessageSujet: The Dark Side Of The Moon (1975 - 1980)[Solo][TERMINE]   Sam 4 Nov - 21:02



   
The Dark Side Of The Moon
   1975


   
Elda venait de se dérober de mon étreinte – d’un coup, comme ça, sans prévenir ! Après la nuit qu’on venait de passer, c’était assez – voir vraiment – curieux.

-Daniele, je ne comprends pas,
dit-elle en se tournant vers la table pour continuer à y déposer le déjeuner.

Elle ne comprenait pas – ce n’était pas étonnant. Elda connaissait – comme toute personne à L.A. – la réputation du grand Daniele Ricci. Elle savait – comme tous les autres – que jamais Daniele Ricci ne restait avec une femme le lendemain d’une nuit de plaisir.

-Tu ne comprends pas quoi ?, demandais-je en écartant les bras en signe d’incompréhension.

Je savais – déjà – ce qu’elle ne comprenait pas mais je n’avais pas l’intention de lui montrer que je savais. Je devais couvrir mes arrières un maximum dans cette affaire et – pour cause – je n’avais pas séduit Elda Esposito pour rien…

Elle était la femme – dévouée et fidèle comme vous pouvez le constater – d’Ilario Esposito, un tout nouveau soldat de la Famille de Los Angeles, la mafia locale. Mafia avec laquelle je fais officieusement affaire depuis 1966. Mon rôle jusqu’ici n’avait consisté qu’à aider Dominic Brooklier à blanchir son argent sale – à l’aide d’auto-prêt, d’investissements divers sous mon couvert légal et autres techniques toutes aussi efficaces. Seul le Parrain et son Consigliere sont au courant de mon lien avec leur organisation – notre cher Ilario ne se doutait donc de rien.

Tout ça pour quoi me direz-vous ? L’argent – tien ! – quoi d’autre ? Je gagnais un pourcentage assez intéressant sur tout l’argent blanchi qui allait bien au-delà de mon salaire de manager.

Seulement – Brooklier en prison – c’est son remplaçant Jimmy Fratianno qui était au commande de la Famille. Je détestais Fratianno – il n’avait pas l’étoffe d’un chef. Le problème, c’est que je devais me conformer aux désirs de la Famille – et donc de celui de Fratianno. Si Brooklier ne cherchait jamais vraiment à m’impliquer préférant m’utiliser comme aide pour son argent sale, Fratianno – lui – voulait profiter de ma notoriété et du fait que personne n’avait connaissance de mes liens avec la Famille pour obtenir des informations sensibles. En effet, Ilario – aussi fidèle qu’il avait l’air – était, d’après Fratianno, un agent infiltré du FBI. Un traitre de la pire espèce – d’après lui.

Mon boulot aujourd’hui, était de trouver des preuves de ça. D’où ma présence dans l’appartement d’Ilario en compagnie de sa femme.

C’était dangereux – je le savais – et j’aurais largement pu refuser d’être impliquer, mais bon, la Famille, en échange de ce service, m’avait promis un sacré pactole.

Un Ricci ne crache jamais sur l’argent – et j’étais LE Ricci.

-Je ne comprends pas pourquoi tu n’es pas parti, dit-elle en se retournant vers moi.

Oh, Elda – si tu savais…

-Peut-être parce que je t’aime…, dis-je comme une évidence.

Que ne ferait-on pas pour cent mille dollars – n’est-ce pas ?

-Quoi ? Mais, Daniele… On se connait que depuis hier. Et, je suis mariée, je te rappelle, dit-elle désemparée par ma révélation.

C’est vrai – j’avais séduit Elda hier dans un bar où se rassemblaient pas mal d’Italien de la ville. Elle y était allé seule – son mari étant plus occupé à jouer au poker au casino. Un coup de chance ? Non, la mafia est juste très bien informée sur ses membres – enfin sauf quand il s’agit de savoir s’ils font partie du FBI, apparemment…

Mon charme – et ma notoriété… - avant poussé la jeune Elda à me ramener chez elle. J’avais attendu qu’elle soit endormie pour commencer mon investigation – mais le bureau d’Ilario était fermé à clé et je n’avais pas encore de compétences en crochetage…

-Tu ne crois donc pas au coup de foudre ?, dis-je en faisant une moue triste.

-Non, Daniele… Je n’y crois pas… Surtout venant d’un homme considéré par la presse comme un homme à femme,
dit-elle en soupirant – comme résignée par le fait que c’était impossible que je tombe amoureux d’elle.

C’était mal barré cette affaire – putain.

-Tu me sous-estime…, dis-je en montrant une tristesse jouée. Et tu te sous-estimes aussi. Bref, tu es mariée. Tu aimes ton mari… Je respecte ça…, rajoutais-je en montrant ma résignation.

Elda avait regardé le sol.

-Oui, je l’aime, dit-elle en soupirant. Malgré ce qu’on a fait hier, j’aime Peter plus que tout. Tu comprends ?

Attendez… Quoi ?! Peter ? Ne parlait-elle pas d’Ilario ? Alors qui est ce Peter ? Son mari ?

La pièce pris le temps avant de tomber – et pourtant, je suis habituellement vif d’esprit. Peter était le vrai nom d’Ilario. Ilario n’étant qu’un nom de couverture. J’avais la preuve de sa traitrise – ou, du moins, un début de preuve. Les agents infiltrés ayant – toujours – une nouvelle identité pour entrer dans une mafia ou dans un gang. Dans le cas de notre Peter Je-ne-sais-quoi, son identité était Ilario Esposito, mari d’Elda Esposito. Aucun doute qu’Elda – dans ce cas – ne s’appelait pas Esposito non plus.

-Peter, oui… Ton mari…, dis-je comme si j’affirmais la chose.

Elle avait approuvé baissant sa garde – sûrement parce que j’étais un personnage public et qu’aucun soupçon ne pesait sur moi. Depuis hier, elle parlait de son mari en le nommant « mon mari » - c’était la première fois que sa langue fourchait et elle ne semblait pas s’en rendre compte.

-Je comprends… Je ne voudrais pas casser votre couple. Il vaut donc mieux que… Je parte,
dis-je ayant – maintenant – ce que je voulais.

-Oui… Il vaut même mieux qu’on ne se voit plus jamais, dit-elle en me faisant part de sa culpabilité.

En effet, c’était mieux !

-Oui… Oublions tout ça,
dis-je en me dirigeant vers la porte.

-Je suis désolé Daniele,
dit-elle au bord des larmes.

Je lui avais fait signe que ce n’était rien – que je m’en remettrais – et j’étais sortis de chez Elda sans un mot de plus.

***

-Alors, tu es vraiment sûr que c’est un traitre ?, demanda Fratianno.

Sa voix était bien claire à l’autre bout du fil – et il était impatient d’avoir la confirmation de la traitrise d’Ilario.

-Oui. La langue de sa femme a fourchée, son vrai nom est Peter et non Ilario. Ilario est certainement le nom de sa couverture au FBI. Je n’ai pas eu accès à son bureau. Il était fermé à clé. Mais ce simple détail sur son nom me semblait largement suffisant. Sauf s'il ment à sa femme pour ses activités au sein de la mafia..., dis-je avant de boire une gorgée de whisky – affalé que j’étais dans mon fauteuil.

-Bien ! Beau travail, Ricci ! On terminera l'enquête nous même, dit-il satisfait.

Le FBI avait fait du travail merdique – infiltré un agent en couple n’était pas l’idée du siècle. Utiliser sa femme comme couverture non plus. Sauf si elle était un agent elle aussi – dans ce cas, ma notoriété lui avait fait baissé sa garde.

-Merci. Oh, n’oublie pas les cent mille dollars. J’ai dû annuler un dîner avec Jim pour séduire cette femme, dis-je avec un sourire en coin.

-Ne t’en fais pas, Ricci, tu seras payé en liquide comme prévu, dit-il avant de me souhaiter la bonne soirée et de raccrocher le téléphone.

Je n’avais pas besoin d’en entendre plus.

***

Erik avait déposé, sur la table, les journaux du matin. J’aimais lire L.A.People et compagnie avant de partir chez BSC – ça me détendait. J’avais pris – en premier – le journal local. La Une montrait une image d’un type et de sa femme – une femme que je connaissais.

-Mama mia, Elda, soufflais-je alors que mon teint était devenu blême.

J’avais lu l’article – je n’aurais pas dû.

Peter Smith a été assassiné hier soir aux alentours de 23h, dans l’explosion de sa voiture. Sa femme, Elda Rossi-Smith, était, elle aussi, à bord du véhicule lors de l’explosion.

D’après les autorités, l’explosion serait criminelle et l’enquête est actuellement en cours.

Le couple laisse derrière eux un enfant de deux ans, Anthony Smith.

J’avais déposé le journal sur la table – choqué par la nouvelle. La Famille n’avait pas trainé… Elle s’était débarrassée des indésirables sans aucun remord. Elda, femme innocente, avait été victime du travail bâclé de son mari et du FBI - même si l'article ne précisait en rien les liens de Peter avec le FBI... Seulement, penser ça n’était pas suffisant pour diminuer en moi les remords – ces putains d’enfoirés de remords. Mon information avait conduit à la mort d’un homme et de sa femme. Sans compter que le gosse était maintenant orphelin – je ne savais pas qu’il y avait un gosse, personne ne le savait…

C’est sous une tonne d’alcool que j’avais essayé d’oublier Anthony Smith et Elda Rossi – mais l’histoire nous montrera que je n’avais réussi à oublier qu’à moitié ce petit chapitre de ma vie.

   
@ Billy Lighter   


You're never gonna die, you're gonna make it if you try, they gonna love you
©️ Pink Floyd
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Daniele Ricci


Messages : 1236
Date d'inscription : 28/09/2013
Age du personnage : 40

Who Am I?
Birth place: Rome en Italie
Je suis: le meilleur
Song: Back In Black-AC/DC


MessageSujet: Re: The Dark Side Of The Moon (1975 - 1980)[Solo][TERMINE]   Mer 29 Nov - 20:35



The Dark Side Of The Moon
1980


-Je refuse, dis-je distinctement – avant de boire une gorgée de whisky.

Dominic Brooklier – le Parrain de la Famille de Los Angeles – n’était pas content de ce refus. Il comptait sur moi pour une nouvelle mission – putain, est-ce que j’ai l’air d’être un simple soldat, moi ? Cette fois, ce n’était pas sur ma célébrité qu’il comptait – mais sur mes liens familiaux…

-Danielino… La Casa Nuova vient de nous faire perdre des milliers de dollars rien que ce mois-ci rien que sur le trafic de drogue. Ils sont nouveaux et aucun de mes soldats n’arrivent à avoir des renseignements sur eux. J’ai besoin de toi, sinon ils risquent de nous faire concurrence, dit-il d’une voix ferme. Tout ce que je veux, c’est le nom de quelque capos histoire de leur mettre un bon coup et leur montrer qui est le chef ici.

La Casa Nuova – une nouvelle mafia née dans le courant des derniers mois à L.A. Mon rapport avec ce parasite ? Angelo – mon oncle. Quand il avait dit vouloir monter une affaire sur L.A., je n’aurais pas cru que ça se ferait aussi vite – et pourtant… Angelo en était le Parrain – et son expérience dans la mafia romaine l’aidait à grandir bien trop vite au goût du vieux Brooklier.

-Je ne peux pas, Dom… La dernière fois qu’il a mis les pieds dans ma villa, il m’a clairement menacé de mort, dis-je en parlant d’Angelo – et en réitérant mon refus total de la mission.

L’argent ne valait pas ma vie – il pourrait me proposer dix millions que je n’accepterais pas plus… Seulement, Dominic me connaissait – un peu trop bien même.

-Depuis quand les Ricci sont des lâches, Danielino ?, demanda-t-il sur un ton plus sérieux que provocateur. Ton père, lui, ne reculerait pas à cause de petites menaces de mort.

Yay – ça faisait mal. L’insulte – et la comparaison malvenue avec mon père. La combinaison venait de porter un coup fort à mon ego. Le coup qui m’avait fait passer d’une action raisonnable à mon arrêt de mort.

-Je ne suis pas un lâche, dis-je d’une voix sèche. J’accepte ta mission. J’irais voir Angelo. Je trouverais les noms que tu veux. Mais le prix sera de deux millions. Pas un.

La satisfaction était revenue sur le visage du vieux Dominic. Il avait ce qu’il voulait – son informateur.

-Va pour deux millions, Ricci,
dit-il en se levant – mon acceptation signant la fin de la discussion.

J’étais resté assis – il savait où était la sortie. Mon regard s’était perdu dans le vide. Je ne me rendais pas encore bien compte que ma manœuvre n’avait rien d’intelligente – et que ce n’était qu’un sursaut d’orgueil qui m’avait fait accepté une chose pareille.

-Ne t’en fais pas, Ricci. Personne ne sait que tu as un lien avec nous. Ton oncle y compris
,
dit Dominic en posant sa main sur mon épaule – avant de partir avec toute la prestance qu’un Parrain comme lui pouvait avoir.

Non, Angelo ne le savait pas.

-Il finira par le savoir, soufflais-je alors que j’étais – à nouveau – seul dans la pièce.

***

-Fouille-le !


Aldo s’était exécuté – c’était la case obligatoire avant de pouvoir discuter avec mon oncle. Angelo me dévisageait – cherchant, probablement, à savoir ce que je venais foutre ici.

-Il n’a rien, dit Aldo Battista après m’avoir fouillé.

Aldo Battista, je le connaissais bien – c’était le mari de la fille d’Angelo. Il était un des capos de la Casa Nuova – apparemment. C’est noté ! Premier nom de la liste.

Je pouvais avancer et m’installer – magistralement ! – sur le siège en face du bureau d’Angelo. Il ne m’avait pas encore dit bonjour – mais ce n’était pas la politesse qui l’étouffait… J’avais, sur mon visage, un grand sourie sûr de moi – un sourire digne d’un Ricci.

Première erreur.

Angelo – qui n’avait pas encore été très loquace – avait regardé vers Aldo pour lui faire un signe de tête. Avant que je ne me retourne, Battista eu le temps de faire un pas vers l’avant – et de littéralement taper ma face contre le bureau.

Cri de douleur – je regrettais déjà d’être ici.

-Putain !,
jurais-je en me tenant le nez – qui pissait le sang maintenant qu’Aldo venait de me le briser. T’es cinglé, Angelo ?!

Luigi Conti – le fils d’Angelo – avait laissé transparaitre un sourire. Luigi avait presque le même âge que moi – et avait grandi à Rome, comme moi. Il tenait la place de Consigliere aux côtés de son père – avec son costard et sa position debout juste à côté d’Angelo, ça ne laissait aucun doute sur sa position. C’est noté ! Deuxième nom sur ma liste.

Il était resté de marbre.

-Tu n’avais pas à me regarder comme ça,
dit Angelo en s’allumant un cigare. Dis-moi, Junior… Qu’est-ce que tu es venu faire ici ?

-Je ne m’appelle pas Antonio Junior, Angelo, dis-je en lui envoyant un regard noir – et en me tenant toujours le nez. Je m’appelle Daniele Ricci. Daniele pour Daniela. Ta sœur, dis-je en laissant transparaitre un sourire.

Je n’aurais pas dû dire ça – mais ça avait été plus fort que moi. Angelo avait levé le regard vers Aldo et j’avais levé les mains en signe d’apaisement.

-Non ! Pas de deuxième coup ! Je venais pour tenter de faire la paix, Angelo
, dis-je mes mains en l’air – pour éviter de prendre un autre coup. Toutes ces conneries ont assez durée, tu ne crois pas ?

C’était normalement des paroles en l’air – pour tenter de gagner du temps et glaner des informations au passage – mais au fond c’était probablement le mieux pour nous deux. Enterrer la hache de guerre et oublier les rancunes entre nos deux familles – cette putain de guerre ne ramènera pas ma mère de toute façon.

Angelo s’était levé et s’était mis debout devant sa fenêtre – probablement pour se donner un genre. En attendant, mon regard s’était perdu sur son bureau. Il y avait des notes en Italien dont une qui parlait de Mirko Battista – le frère jumeau d’Aldo. Vu les mots apposé à côté du nom, aucun doute que Mirko était le second capo. C’est noté ! Troisième nom sur ma liste.

J’en avais largement assez…

-La paix ?, dit Angelo – toujours debout vers sa fenêtre. Faire la paix avec toi ? Tu rêves, Ricci, dit-il en se retournant d’un coup. Jamais je ne ferais la paix avec toi ou ton père. Jamais je ne pardonnerais Antonio Ricci d’avoir tué ma sœur et de s’en être sorti sans aucune peine sur le dos. Tu sais, tout comme moi, qu’il a payé les flics et les juges pour éviter d’être condamné pour ça !, dit-il en exagérant sensiblement.

Il y croyait – et il l’avait toujours cru. Il croyait que mon père avait conduit – la voiture où il se trouvait avec ma mère - complètement bourré et que c’est son état d’ivresse qui avait provoqué l’accident qui avait été fatal à ma mère. Le comble – dans tout ça – c’est que je n’avais pas le fin mot de l’histoire.

-J’avais deux ans, zio
, dis-je en regardant Angelo droit dans les yeux. Je n’ai rien à voir avec ça !

C’est – pourtant – moi qui payais aujourd’hui. Moi qui étais obligé de subir les regards d’Angelo. Moi qui étais obligé de le voir souiller mon territoire – et emmerder mes affaires. Moi qui étais obligé de l’entendre ressasser cette même putain d’histoire.

Moi ! Pas Antonio ! Encore une fois, je payais pour ce vieux con !

-Tu es comme lui, Ricci. Tu es comme ton père, soutenait-il, son regard plein de colère.

Ce n’était pas la première fois que j’entendais ça – je l’entendais même souvent, parfois même de la bouche d’Erik… Seulement, aujourd’hui, après l’avoir entendu ressasser l’histoire – tragique – de la mort de ma mère une fois de plus et l’additionner au fait que j’étais comme Antonio, c’était trop.

-Très bien, dis-je en me levant d’un coup. Pas de paix alors... C’est toi qui l’auras voulu, rajoutais-je en tournant les talons. Au moins, j’aurais eu le cran d’essayer, moi…

C’était les derniers mots que j’avais dit à Angelo avant de sortir de sa villa.

***

-Aldo Battista, Mirko Battista et Luigi Conti…,
dis-je en tenant bien fermement le cornet de téléphone. Deux capos, un Consigliere.

Je pouvais – presque ! – voir le sourire très satisfait de Brooklier à travers le téléphone.

-Bien joué, petit !, dit-il visiblement très content de mes informations. La Casa Nuova ne nous fera plus d’ombre grâce à toi.

Il avait raison – s’il gérait bien son coup, il pouvait faire très mal à Angelo et consort.

-Merci, dis-je sans arriver à vraiment me réjouir. Oh et n’oublie pas mes trois millions. Le prix a augmenté quand Aldo à fracassé mon nez sur la table.

Brooklier avait ri – je l’avais bien entendu.

-D’accord, petit. Tu auras ton argent la semaine prochaine, dit-il avant de raccrocher.

Trois jours plus tard – ouais trois putain de petits jours -, le job était fait. Dominic s’était débarrassé des frères Battista d’une balle dans la tête chacun quant à Luigi Conti sa voiture avait explosée avec lui – et sa femme… - dedans. Trois jours après ma visite chez Angelo. C’était trop peu – mon oncle n’était pas né de la dernière pluie. Il allait faire le lien.

Dominic – dans sa précipitation de vouloir en finir vite – venait peut-être de signer mon arrêter de mort.

***

Trois mois plus tard


-Le courrier du matin, Monsieur. On parle encore de votre meilleur ami dans L.A.People, dit Erik avec un sourire en coin.

-Putain ! Encore ?! Jim devrait me laisser quelques premières pages, ça me manque, dis-je alors que la dernière fois qu’on m’avait vu en Une de L.A.People c’était il y a deux semaines.

J’avais lu l’article concernant Jim – et tous les autres – avant de lire le reste de mon courrier. Jusqu’à ce que je tombe sur une lettre anonyme. Encore une fille qui veut se la jouer mystérieuse ?

Non…

A l’intérieur de la lettre se trouvait une photo – celle de Luigi Conti alors âgé de quelques années. Au dos, il y avait les mots qui allaient me hanter deux ans plus tard.

Lettre a écrit:
Salut Junior,

Tu dois sûrement avoir reconnu Luigi sur la photo. Luigi, mon fils… Je l’aimais plus que tout au monde. Il était la fierté de la famille Conti.

Et à cause de toi, il a explosé dans sa propre voiture…

Ricci, je te conseille de n’avoir jamais d’enfant. Car au moment même où ta descendance pointera le bout de son nez sache qu’elle sera en danger de mort. Tu sauras, alors, ce que ça fait de perdre son fils.

Tu avais raison, Junior… Tu n’es pas comme ton père…

Tu es bien pire.

Ciao,

A.C.

@ Billy Lighter


You're never gonna die, you're gonna make it if you try, they gonna love you
©️ Pink Floyd
Revenir en haut Aller en bas
 

The Dark Side Of The Moon (1975 - 1980)[Solo][TERMINE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Come to the Dark Side... we have cookies ! [PV Tom]
» London's Dark Side [+18 ans] - RPG Surnaturel / City
» walk you through the dark side of the morning (farokh)
» ULYSSE ≠ dark side of the moon
» Dark Side of the Moon

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: L.A Rocks :: Flashbacks-