AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Insomnia [Solo][TERMINE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Hank North


Messages : 1895
Date d'inscription : 05/06/2017
Age du personnage : 38
Localisation : San Fernando Valley

Who Am I?
Birth place: Los Angeles
Je suis: nerveux...
Song: One Of My Turns - Pink Floyd


MessageSujet: Insomnia [Solo][TERMINE]   Mer 13 Déc - 12:12



Insomnia
Solo


Oh non…

Ça recommence…

Mes bras sont lourds, tellement lourds que je ne peux pas les lever. Je suis allongé dans mon lit, dans ma chambre, dans le noir, en pleine nuit, mais complètement incapable de bouger, comme si mon corps entier pesait des tonnes. Je ne sais même pas tourner la tête pour regarder autour de moi, pas plus que je n’arrive à me débattre. Ce n’est pourtant pas faute de contracter tous mes muscles pour essayer de bouger ! Si j’arrivais seulement à bouger un doigt ! Rien qu’un doigt, je serais content !

Je rêve, en fait. Et je sais pertinemment que je rêve. Je sais que je suis effectivement couché dans mon lit, que le décor réel est en tout point identique au décor que je vois actuellement. Sauf que je rêve, ce n’est pas vraiment ma chambre, ce n’est pas vraiment mon corps.

Mais je suis coincé. Je n’arrive pas à me réveiller et ce genre de connerie peut me sembler durer une putain d’éternité ! Alors j’essaye de hurler autant que de bouger, mais ma gorge est comme serrée et tout ce que j’arrive à sortir, c’est un tout petit filet d’air même pas bruyant alors que j’ai l’impression de me décrocher la mâchoire pour crier !

Je sais aussi, alors que je suis complètement bloqué, pris au piège de mon propre sommeil, que de l’extérieur, je dois tout juste me mettre à sursauter et à respirer très fort et très vite, gémir peut-être, au grand maximum. Je le sais par ce qu’Helen m’a déjà expliqué ce qui se passait dans le monde réel pendant que moi, j’étais coincé.

Chaque fois que ça arrivait, Helen me réveillait en me secouant doucement et mettait fin à ce putain de calvaire pour ensuite passer plusieurs minutes à me rassurer, restant éveillée jusqu’à ce que je me rendorme de la bonne façon… Même Kate me réveillait dans ces cas-là parce que mon agitation l’emmerdait. Et même si elle faisait ça en m’envoyant un bon coup de coude dans les côtes, en général, j’étais reconnaissant…

Et il était bien loin le temps où je laissais la porte de ma chambre, chez mes parents, entrouverte pour que mon frère, si ça arrivait et que, par chance, il m’entendait, vienne me réveiller lui aussi.

Mais aujourd’hui, j’ai grandi, j’ai divorcé d’Helen et de Kate… Quant à Bailey, je suis sûr qu’elle me réveillerait aussi doucement que l’aurait fait Helen…

Sauf que Bailey est en cure.

Et que je suis toujours coincé.

Pourtant, putain, je l’avais mérité ce sommeil ! Je ne sais pas exactement à quelle heure j’ai fini par m’endormir mais ce n’était probablement il n’y a pas longtemps. La dernière fois que j’avais regardé l’heure en grommelant sur mon réveil, il était 5 heures du mat’ ! Et avant ça, j’avais tout essayé, toutes les méthodes qu’on m’avait conseillées…

J’avais commencé par penser à des choses agréables et la seule qui me venait à l’esprit, c’était Bailey. J’avais essayé de me fatiguer en pensant à elle et en gaspillant largement de quoi repeupler cette foutue planète ! Sans succès…

Alors j’avais essayé la méthode de Robin, le « laisse aller, lâche prise » qui consistait, en gros à laisser mon cerveau partir dans tous les sens même si ce n’était pas cohérent. Impossible… Dès que le train de mes pensées devenait incohérent et que je m’en rendais compte alors que j’étais en train de m’endormir, je sursautais et j’étais bon pour recommencer…

Après 10 fois, j’ai abandonné…

Alors je m’étais levé, j’avais avalé un petit cocktail codéine-ibuprofen (je n’arrivais pas à me faire prescrire du valium), mais je devenais salement résistant à ces trucs-là…

Bref, tout ça pour dire que j’avais tout tenté, sauf m’assommer en m’agenouillant sur mon lit et en m’envoyant tête la première dans le mur.

J’avais été à deux doigts de tenter le coup quand les médocs avaient finalement fait effet.

Et maintenant, j’étais bloqué. Putain.

Et vas-y pour te réveiller tout seul !

Après avoir passé ce qui me semble être des heures à hurler, je finis par me réveiller en faisant un bond d’au moins un mètre dans mon lit. Je suis complètement trempé de sueur et essoufflé comme si j’avais battu le record du 500 mètres.

Et j’ai mal aux dents jusqu’aux oreilles tellement je me suis crispé.

J’envoie les couvertures jusque dans le fond du lit, cherchant de l’air et un peu de fraîcheur alors que la sueur dégouline sur mes flancs. J’ai l’impression d’irradier. Je sais d’avance que je vais être de très mauvaise humeur.

Je tourne la tête en frottant mes yeux une fois le choc du réveil passé… Je regarde l’heure sur le radioréveil de la table de nuit, remarquant bien que mon calvaire doit être terminé puisque le soleil perce timidement à travers les rideaux.

Il n’est que 7 heures… Bien joué, Hank ! Y a du progrès ! Si on compte que tu t’es endormi à 5 heures en comptant large, tu as dormi 2 heures… C’est mieux qu’hier…

Quel jour on est ?

Sur le radioréveil, il est marqué mercredi…

Je pourrai seulement aller voir Bailey lundi…

Je balance furieusement le radioréveil au travers de la pièce, me redressant et le débranchant dans le mouvement, et il va s’éclater contre le mur, tombant en morceaux… L’avait qu’à pas me contrarier !

T’façon, je m’en fous ! Je dormirai plus jamais ! C’est terminé ces conneries !

Je me laisse retomber allongé sur le dos dans mon lit et tends le bras pour attraper mon paquet de clopes et mon cendrier qui traînent toujours, au cas où, sur la table de nuit. Je m’en allume une en grommelant, le cendrier posé sur mon ventre.

Encore une journée où je vais tenir à coup de caféine et de nicotine…

Je frotte à nouveau mes yeux fatigués… Mais la jujube que je porte à l’annulaire me laisse une gosse trace plaquante sur la peau… Je regarde alors ma main et la bague de fiançailles de fortune que je porte. Depuis que Bailey me l’a passé au doigt, avec la chaleur de ma main, le bonbon a tendance à se déformer et un de ces quatre, il va lâcher tout seul… Sans compter qu’il est plus noir que rouge-orangé maintenant, à force que je laisse traîner mes mains partout.

Je souffle une longue bouffée de fumée.

Faut que je trouve une solution pour remplacer ça…

Et j’ai ma petite idée là-dessus.

@ Billy Lighter



Don't look so frightened this is just a passing phase
one of my bad days ©️ Pink Floyd
Revenir en haut Aller en bas
 

Insomnia [Solo][TERMINE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Salle à manger]Petit diner entre amis [TERMINE]
» présentation Bob Solo [Validée]
» Chasse de chasseur de renards (C, solo)
» Rompre la solitude (Solo acquisition Kuchiyose)
» Arrivé a Jadielle...Mouillé...(Solo) [TERMINÉ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: L.A Rocks :: San Fernando Valley :: Villa de Hank North-