AccueilRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez
 

 Scared Of Aging [Solo][TERMINE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jimmy Reed
Jimmy Reed


Messages : 852
Date d'inscription : 12/08/2016
Age du personnage : 37
Localisation : Malibu

Who Am I?
Birth place: Los Angeles
Je suis: Le chef des Los Diablos
Song: The Man Who Sold The World - David Bowie


Scared Of Aging [Solo][TERMINE] Empty
MessageSujet: Scared Of Aging [Solo][TERMINE]   Scared Of Aging [Solo][TERMINE] I_icon_minitimeSam 27 Jan - 11:33



Scared Of Aging
ft. Jessica Hill


J’y vais ? Ou je n’y vais pas ?

Telle était la question alors que je venais d’ouvrir mon courrier pour y découvrir l’invitation personnelle de Mademoiselle Hunt à venir assister à la pièce de théâtre qui serait donnée à l’occasion des fêtes de Noël…

Ce n’était pas la première année que j’étais invité à ce genre d’événement, en tant que mécène de Fairfax High School. Mais c’était bien la première fois que je me posais la question. Chaque année jusqu’ici, j’avais fait ni une ni deux et avait offert cette invitation à ma mère qui adorait ce genre de chose. Elle allait ainsi me représenter à Fairfax.

Sauf qu’aujourd’hui, deux jours avant le jour J, les choses étaient différentes et le disque d’Olivia Cortez que je me passais en boucle depuis des jours n’était pas pour m’aider. D’autant que je savais que la jeune fille avait obtenu sans peine le rôle de Juliette.

Sur la petite table à côté de mon fauteuil était posé le numéro tout frais de L.A.People que je n’avais pas encore eu l’occasion de lire, bien trop occupé à me poser des questions existentielles. Personne de bien important ne figurait en première page, de toute façon. Et si quelque chose m’avait concerné directement, ce serait en première page, pas ailleurs.

Olivia m’appelait… Always On My Mind jouait fort dans mon immense salon.

Il fallait que je lui réponde.

Mais John, mon majordome, me tira de mes réflexions, l’air furieux mais tentant péniblement de garder son calme.

-Monsieur, veuillez m’excuser, je…

Il se fit bousculer sans ménagement par derrière et Jessica Hill, en pleurs, limite hystérique, pénétra dans mon salon pour venir se jeter à terre devant moi et se mettre à sangloter bruyamment sur mes genoux. Je levai l’invitation à Fairfax que je finis par poser sur le numéro de L.A.People en regardant Jessica qui mouillait mon pantalon de ses grosses larmes de crocodile son visage dissimulé entre ses bras.

Mon attention se porta en premier sur mon majordome qui arborait un air outré et désolé à la fois.

-Ne vous en faites pas, John. Vous pouvez nous laisser.

Je soupirai et passai une main dans les cheveux de Jessica.

-Tu ne peux pas entrer ici comme ça, Jessica.

Elle sanglota de plus belle… Je renversai ma tête en arrière tout en lui caressant le crâne d’une main.

-Que se passe-t-il ? Je ne peux rien faire si tu ne fais que ruiner mon pantalon.

Elle se calma un peu, renifla sans aucune grâce et releva la tête vers moi. Je me raidis, surpris. Son visage était non seulement gonflé par ses pleurs, son maquillage ruiné par ses larmes de rage plus que de tristesse… Mais ce n’était pas ça qui me surprenait.

Jessica avait un œil au beurre noir gonflé et la joue opposée griffée jusqu’au sang.

Elle respira par à-coups avant de pouvoir parler.

-C’est à cause de cette petite pute de Bailey Raphaël !

Je fronçai les sourcils, secouai négativement la tête et fis une moue d’incompréhension.

-Nom de dieu, Jessica, qui est Bailey Raphaël ?

C’était un nom que je ne connaissais pas, ce qui était déjà des plus étonnants. Jessica tendit le bras vers la petite table à côté de moi et prit sans ménagement le L.A.People, faisant tomber l’invitation pour la pièce de Fairfax. Je soupirai d’exaspération alors que le disque sur ma platine s’arrêtait, étant arrivé au bout de la chanson.

Jessica chercha frénétiquement une page dans le magazine avant de me le tendre ouvert à la section du courrier des lecteurs où était écrite une longue lettre. Je devais lire ? Elle ne pouvait pas juste m’expliquer, non ? Elle renifla encore et je secouai la tête, désapprobateur… Je lus la lettre.

Si vous êtes de ceux qui pensent que les hommes sont naturellement violents, allez voir un peu du côté de femmes : elles sont violentes ET salement vicieuses, pour bien faire.

Et j’avais, dans le spectacle dont j’étais un acteur involontaire aujourd’hui, une preuve de ce que je pensais. N’avais-je donc pas raison de m’en méfier comme de la peste ?

J’appris donc que la jeune Bailey Raphaël était l’une des nombreuses prostituées (pardon, ex-prostituée) que l’on pouvait trouver dans mes fêtes, celles de Daniele et à peu près partout où la jet-set pouvait s’adonner à un peu de débauche. MAIS que cette jeune femme était désormais la fiancée d’Hank North et je me rappelais maintenant que Jessica avait récemment, dans les pages de L.A.People, torpillé la fiancée de l’acteur. Je n’avais pas réellement prêté attention à cet article. Si je devais faire attention à toutes les sorties médiatiques de Jessica, je n’avais pas fini… A défaut d’être à l’affiche de films qui valaient le coup, Jessica se montrait régulièrement dans le pire torchon de Los Angeles afin d’attirer un peu de l’attention qu’elle perdait d’année en année, elle qui avait été LA starlette jusqu’au milieu des années 70.

Après ma lecture, je jetai nonchalamment le magazine sur la table et croisai mes mains en offrant un beau sourire sadique à Jessica qui me regardait en fronçant les sourcils.

-Tu ne t’attendais pas à ça, hein ?...

Elle fit la moue. Elle ne pleurait plus. Elle avait bien compris que les larmes ne suffiraient pas à lui attirer ma sympathie.

-Et ça te fait rire ! Je suis défigurée et ça te fait rire !

Je me penchai vers elle, mes doigts toujours entrelacés entre eux.

-Tu pensais qu’en t’attaquant à Hank North et sa fiancée de l’Eastside, jamais il n’y aurait de représailles… Parce que tu connais Hank North…

Mon sourire s’élargit.

-Mais tu as sous-estimé le caractère des filles de l’Eastside.

J’en avais connu une, intimement… Mais je ne savais pas encore, alors que nous étions à deux jours de la représentation à Fairfax, que je ne valais pas mieux que Jessica Hill, que moi aussi, je sous-estimais le caractère des filles de l’Eastside.

Plus je parlais et plus le visage tuméfié de Jessica devenait hideux de colère. A genoux à terre, elle serrait les poings.

-Je veux que tu la détruises, Jimmy ! Je te donnerai tout ce que tu voudras. Mais détruit cet odieux petit parasite !!

Je repoussai sa main qu’elle avait posée sur mon genou, cherchant à la glisser plus loin dans une caresse furieuse. Je me levai, m’éloignai de quelque pas et allumai une cigarette avant de la regarder à nouveau en soufflant doucement la fumée.

-Non.

Elle me regarda, interloquée.

-Q…Quoi ?

Je lui désignai le numéro de L.A.People.

-C’est trop tard. Tu t’y es mal prise. Et Sørensen, en publiant sa lettre ouverte, a nimbé ton ennemie d’une couche de protection médiatique… Jessica, dans quel camp crois-tu que l’opinion publique va se placer, même si cette lettre a quelques failles ? Du côté de la starlette vieillissante et de plus en plus aigrie et méchante au fil des années ? Ou du côté d’un jeune ange déchu en quête de rédemption et de bonheur ? En sachant que la plupart des gens de L.A. sont de sa classe sociale à elle, ou pas loin, le calcul est facile à faire.

Je secouai la tête et la désignai de la main qui tenait ma cigarette entre l’index et le majeur.

-Je ne suis pas là pour nettoyer derrière toi. Tu as joué, tu as perdu. Cette manche, du moins.

Je haussai les épaules.

-Réuni le Golden Triplet sortez votre arsenal vicieux et occupez-vous d’elle, si c’est si important.

Ce fut là que je vis Jessica pleurer pour la première fois depuis que je la connaissais. De véritables pleurs de peur et de tristesse mêlée alors qu’elle se laissait carrément aller au sol et ce fut à mon tour d’être interloqué.

-Je ne peux pas… Je ne peux pas, Jimmy…

J’étais bouche bée… Commençant à faire des liens.

-Jessica… Qui t’a frappée ?

Très sincèrement ? J’avais cru à Hank North. En lisant la lettre de Bailey Raphaël, j’avais cru qu’Hank North avait lui aussi fini par réagir à sa façon… Et en même temps, je m’étais dit que ça n’avait aucune logique parce que Jessica n’aurait pas eu à venir me voir, dans ce cas-là. Elle pouvait très bien envoyer l’acteur en taule en moins de deux.

Jessica dissimulait son visage tuméfié entre la moquette et ses mains qui entouraient sa figure.

-Kate ! C’est Kate !

Bailey Raphaël ne s’était pas seulement défendue, dans sa lettre, elle n’avait pas seulement défendu Hank North.

Elle avait aussi fait sauter le Golden Triplet.

@ Billy Lighter



This is my world and you're a tourist.
Revenir en haut Aller en bas
 

Scared Of Aging [Solo][TERMINE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» La liberté ne meurt jamais [RP solo]
» [FB solo] 14 ans, Marine 1ière classe
» Une petite fille sur une Ile tropicale [solo]
» Classement solo en Greater Rift
» variante mode solo

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: L.A Rocks :: Malibu :: Villa Reed-