AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Dream Lover [PV Maritza][TERMINE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Jimmy Reed


Messages : 717
Date d'inscription : 12/08/2016
Age du personnage : 36
Localisation : Malibu

Who Am I?
Birth place: Los Angeles
Je suis: Le chef des Los Diablos
Song: The Man Who Sold The World - David Bowie


MessageSujet: Dream Lover [PV Maritza][TERMINE]   Dim 11 Mar - 17:57



Dream Lover
ft. Maritza Cortez


J’avais quitté Fairfax High School sans que personne ne s’en rende compte et ce dès après avoir rencontré ma fille, Olivia, pour la première fois. J’avais la nette impression que notre rencontre avait été prématurée, que je n’avais pas été prêt à ça.

Je n’aurais pas non plus pensé voir autant d’attentes et d’espoirs dans les yeux d’une jeune fille qui s’en sortait extrêmement bien sans moi. Qui s’en était toujours très bien sortie sans moi. Sur ce point, elle était l’exacte réplique de sa mère. Je n’avais dû lui donner qu’une apparence trompeuse suffisante pour la faire se sentir comme le vilain petit canard dans le conte du même nom. Petite blonde perdue en plein milieu de Tijuana.

M’étais-je fais des idées sur cette rencontre malgré moi ? Oui. Bien sûr que j’avais ratissé le moindre petit scénario possible, autrement, je ne m’appellerais pas Jimmy Reed.

Je l’avais imaginée me bombardant de questions.

Je l’avais imaginée me bombardant d’insultes.

Je l’avais imaginée sauter dans mes bras.

Mais je ne l’avais pas imaginée mener la conversation exactement comme j’aurais pu le faire, utilisant les paroles de sa chanson comme un code, son non verbal comme un code.  

Je ne m’étais pas imaginé me faire la conversation à moi-même et ce même si c’était bel et bien les espoirs de Maritza qu’il y avait dans ses yeux.

Que font deux aimants de même polarité lorsqu’on les rapproche ?

Ils s’écartent l’un de l’autre.

Quand j’étais enfant, j’avais un petit train de bois dont les wagons s’aimantaient les uns aux autres et mon grand plaisir avait toujours été de faire avancer un wagon avec un autre, sans qu’ils se touchent, en  plaçant un à l’envers pour que les deux aimants de mêmes pôles se repoussent. C’était ce qui faisait avancer l’un des deux wagons comme par magie.

Mais ma conversation avec Olivia avait plutôt ressemblé aux fois où je m’amusais à essayer de forcer de toutes mes petites forces de l’époque pour que les aimants se touchent. Sans jamais y arriver, quoi que je puisse faire et aussi déterminé que je puisse être.

En conduisant et en y pensant, mon œil n’arrêtait pas de tiquer et je ne cessais de mordiller ma lèvre, regardant la route sans la voir et conduisant par pur réflexe.

Jusqu’à arriver à Beverly Hills.

Je n’avais pas donné rendez-vous là à Maritza par hasard… Et le symbole était d’autant plus fort après ce que je venais de vivre. Comme si mes propres choix se révélaient à moi-même avec un temps de retard.

Je lui avais donné rendez-vous là parce que c’était là qu’avait commencé l’aventure d’Olivia à Los Angeles, en compagnie des Winter Wolves.

J’avais donné rendez-vous là à Maritza parce que je sentais qu’il fallait, quoi qu’il arrive, que je reprenne le fil de mon histoire depuis le début.

Là où je l’avais coupé.

Je garai la voiture dans l’allée et entrai dans cette maison qui appartenait à BSC.

Je fis les cent pas, incapable de m’asseoir, de me poser, ni même de réfléchir réellement posément. Je marchais en plein dans l’inconnu et je n’aimais pas ça. Je n’avais pas l’habitude de ça.

Les émotions et réactions de Maritza et Olivia m’étaient impossible à calculer et anticiper. Tout comme je ne pouvais pas être certain, à cet instant, que Maritz allait répondre à mon appel.

Pour une seule et très simple raison.

Je les aimais.

@ Billy Lighter



This is my world and you're a tourist.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Maritza Cortez


Messages : 135
Date d'inscription : 05/08/2017
Age du personnage : 35
Localisation : Tijuana, Mexique


MessageSujet: Re: Dream Lover [PV Maritza][TERMINE]   Dim 11 Mar - 22:30



Dream Lover
ft.  XX J.R.





Je reste longtemps assise sur mon siège, alors même que le rideau est tombé et que l’amphithéâtre est maintenant complètement vide.  Je digère encore, je crois, le choc  de cette triste réalité qu’est la mienne. Je viens de briser le cœur d’un homme qui me fut dévoué pendant les 16 dernières années en renouant sous ses yeux avec celui qui a torturé le mien pendant  tout ce temps.

Dans ma main, la carte que Jimmy m’a glissée en me chuchotant qu’il se trouverait là, cette nuit. Je ma tourne et retourne, la tapant par moment contre l’accoudoir du fauteuil, en proie à un questionnement douloureux qui vient remettre en doute bien des choses que j’ai érigés autour de moi au fils des ans et ce, avec la conviction profonde que je faisais ce qu’il fallait pour protéger ma fille.

Olivia, cependant, m’a prouvé qu’elle est bien plus forte que moi. Elle sait naviguer en eaux troubles, et probablement aussi qu’elle sait se protéger elle-même mieux que je n’ai cru le faire pendant toute sa vie.  J’ai échouée, plus souvent qu’autrement, croyant faire la bonne chose.

Mais j’ai échouée !

Je tergiverse longtemps encore, laissant ce mené un combat sans fin entre mon cœur et ma raison.  Et j’ai terriblement peur !

Qu’a donc en tête Jimmy Reed ?  Me donne t-il rendez-vous pour me faire comprendre que, tout compte fait ma place à moi, ainsi que celle d’Olivia n’est pas ici ?  Est-ce traquenard dans lequel je vais me jeter.  Je crains de me retrouver devant le même gros bras qui m’a raccompagné à Tijuana, en pleurs et en colère.

J’ai cru mourir de chagrin. Jusqu’à ce que j’apprenne porter l’enfant de l’homme qui m’avait brisé le cœur. Je me souviens m’être juré ce  jour là que jamais plus Jimmy Reed n’aurait le pouvoir de faire couler mes larmes.

Et c’est précisément la raison pour laquelle je décide de me rendre à ce rendez-vous. Je me sais plus forte aujourd’hui et bien qu’il ne me fasse toujours autant d’effet,  je sais avec certitude que je ne pourrai jamais être plus blessée que je ne l’ai été.

Qu’ai-je à perdre, maintenant que je n’ai plus rien ?

Olivia m’en voudra très certainement mais je la sais entre bonnes mains.

Je quitte donc l’établissement à bord du premier taxi que je croise et je donne l’adresse du point de rendez-vous au chauffeur. Il ne pose aucune question, de toute façon son  boulot est de conduire les gens et c’est ce qu’il fait en roulant jusque là où je le lui ai demandé et quand il se gare, je lui glisse les billets demander pour le prix de la course et je sors de la voiture aussi longtemps que doit marcher un condamné le long de la ligne verte.

Tout aussi lentement, je me dirige jusqu’à la porte sur laquelle je ne toque pas. Je l’ouvre, tout simplement. Et comme elle n’est pas verrouillée, je ne vois pas pourquoi je me gênerais.  En entrant, je me sens comme en ce jour de Noël 1964 quand, après une succession d’indices semés ici et là dans le calendrier, je touchais enfin à la fin de l’aventure et que j’entrais dans la petite épicerie de l’Eastside.

Je me revois, jeune, naïve, vierge.

Et c’est plus fort que moi, quand je le vois ce soir, debout en plein milieu du salon, je le revois ce soir là, devant un étalage et alors, la seule chose que je trouve à lui dire est précisément ce qu’il m’avait dit à ce moment là :

- Qu’est-ce que tu veux manger ce soir ?


@ Billy Lighter


She can take it back, she will take it back some day… ©️Pink Floyd
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Jimmy Reed


Messages : 717
Date d'inscription : 12/08/2016
Age du personnage : 36
Localisation : Malibu

Who Am I?
Birth place: Los Angeles
Je suis: Le chef des Los Diablos
Song: The Man Who Sold The World - David Bowie


MessageSujet: Re: Dream Lover [PV Maritza][TERMINE]   Lun 12 Mar - 18:09



Dream Lover
ft. Maritza Cortez


Perdu dans mes réflexions, n’ayant toujours pas pris la décision de me poser, de m’asseoir, comme si je ne savais pas quel fauteuil choisir, je n’entendis pas la porte de la maison s’ouvrir. J’en étais toujours à superposer dans mon esprit les yeux de Livia et ceux de Maritza. Si, concrètement, elle avait mon regard, celui de Livia était définitivement adouci par les espérances de sa mère, ce qui le rendait plus magnifique encore que je n’aurais jamais pu l’imaginer.

Certes, j’avais vu le regard de ma fille en photo, sur les pochettes de ses deux premiers singles. Mais la regarder en face ne donnait pas le même effet. Sur les photos, Livia avait exactement le même regard que moi. Parce que l’image figée et sans âme n’arrivait pas à capter cette nuance tellement subtile qui faisait d’Olivia une jeune femme vivante, pleines de rêves,… pure…

Une âme que je ne voulais pas corrompre ne fut-ce que par ma simple présence.

Je ne me retournai, en me rendant compte qu’elle se tenait là, que lorsque la voix de Maritza emplit subitement la pièce…

Et pas pour dire n’importe quoi… Maritza prononça la phrase qui avait sans doute marqué le début de notre histoire.

Mais pas seulement. C’était aussi une phrase de tous les jours, que nous nous envoyions l’un l’autre alors que nous vivions notre amour innocemment dans son appartement de l’Eastside.

Maritza, par cette seule phrase marquait à la fois un nouveau départ… et une continuité…

Comme s’il ne s’était jamais passé 16 ans depuis la dernière fois que je l’avais eue en face de moi. Comme si l’épisode « Alonso » n’avait jamais existé.

Je n’avais pas voulu corrompre Livia. Je n’avais pas voulu corrompre Maritza. C’était en partie ce pourquoi je les avais éloignées toutes les deux mêmes si alors, aucun de nous deux n’était au courant de l’existence embryonnaire de notre fille.

Olivia m’avait parlé en code dans la salle de l’infirmerie tout comme j’aurais pu crypter moi-même notre conversation.

Et maintenant, Maritza faisait de même, démarrant une conversation sur une seule phrase pour au moins deux niveaux de lecture.

Il y en avait un troisième… Un troisième niveau de lecture et qui ne me plaisait pas vraiment. Il était trop tard : l’une comme l’autre étaient déjà corrompues et usaient de ce qu’elles avaient appris et hérité de moi pour tenter de communiquer avec moi.  

J’étais à la fois fier, admiratif et… dégoûté par moi-même.

Je la regardai dans les yeux, mordant ma lèvre inférieure, mon œil tiquant une fois, presque imperceptiblement, sans savoir combien de temps j’étais resté là, planté au milieu du salon, sans bouger, plongé dans l’analyse de cette seule et unique question.

Alors qu’elle aurait pu en poser des centaines d’autres.

Puis j’ouvris la bouche pour lui répondre.

-Mon arrogance.

@ Billy Lighter



This is my world and you're a tourist.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Maritza Cortez


Messages : 135
Date d'inscription : 05/08/2017
Age du personnage : 35
Localisation : Tijuana, Mexique


MessageSujet: Re: Dream Lover [PV Maritza][TERMINE]   Lun 12 Mar - 21:50



Dream Lover
ft. XX J.R.





L’empreinte de sa jeunesse ne semble aucunement avoir été ébranlée malgré les années qui se sont écoulées. Jimmy est tel qu’il l’était dans mes souvenirs, comme s’il avait été figé dans le temps. Je ne suis pas assez près de lui pour scruter son visage, découvrir quelques ridules naissantes au coin de ses yeux, aux commissures de ses lèvres. Peut-être a-t-il quelques cheveux blancs au travers de sa tignasse couleur blé.

Qui suis-je moi, maintenant ? Quelques bougies de plus, mon corps n’est plus celui qu’il a caressé jadis, marqué par mes grossesses, par le poids des ans, par les nuits d’angoisses. Je ne crois plus aux contes de fées ou il ne faut qu’un baiser du prince pour délivrer la belle princesse prisonnière de sa tour. J’ai perdu mon innocence, celle qui me faisait éclater de rire alors que nous jouions sous les draps après l’amour.

Pourtant, malgré ça, j’ai encore quelque chose en commun avec la Maritza d’avant. Je suis encore éperdument amoureuse de Jimmy. La ressemblance s’arrête là. Celle que j’étais avant aurait déjà franchit la distance qui nous sépare pour l’enlacer, l’embrasser, m’abandonner à lui l’autorisant à me briser de nouveau. Aujourd’hui, je reste là, mes yeux rivés sur lui, prudente, méfiante.

Je brise la glace d’une seule phrase. Banale pour un autre mais, qui pour Jimmy, je le sais, revêt une grande signification. Celle qui fut, pour moi, le véritable élément déclencheur de notre relation. C’est encore dans ma tête comme si c’était hier.

Jimmy demeure silencieux, ses yeux rivés aux miens. Il n’a pas besoin de parler pour que je devine que dans sa tête, il active les pièces du puzzle. Avait-il calculé prendre le dessus dès la première minute ? Je le connais assez pour savoir qu’il a en horreur de ne pas avoir en mains les rennes. Jamais au cours de notre idylle il n’a laissé voir une perte de contrôle.

Alors de le voir silencieux, hésitant me fait presque mal. Je fais un pas sur le côté, puis un autre, le regardant toujours alors qu’il me répond finalement que son arrogance est au menu. J’hoche de la tête, continuant ma progression, laissant ma main courir sur le mobilier que je contourne sans pour autant me rapprocher de lui, je ne m’arrête que lorsque je suis derrière lui.

- Tu as l’intention de nourrir beaucoup de personnes ?

Si son arrogance était un plat, nous réglerions le problème de famine dans le monde. C’est à peine une exagération.

Je m’avance jusqu’à ce que ma poitrine presse légèrement contre son dos et que je puisse glisser l’une de mes mains dans la sienne qui pend le long de son corps. La délicieuse odeur de sa peau se rappel à mes souvenir faisant hérisser ma peau puis je ferme les yeux.

- Qui es-tu, Jimmy Reed ?

Un homme ? Ou un lâche ?

C’est une question qui est demeurée sans réponse pendant trop d’années et qui ne peut plus rester en suspend plus longtemps. J’ai besoin de savoir qui j’ai en face de moi. Je refuse de croire que j’ai été la seule à combattre, à souffrir et espérer.

Devant nous, l’inconnu. Je suis prête à m’y avancer, ma main dans la sienne et suivre le chemin qu’à tracer, sans le savoir, notre fille, notre plus belle réussite.


@ Billy Lighter






She can take it back, she will take it back some day… ©️Pink Floyd
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Jimmy Reed


Messages : 717
Date d'inscription : 12/08/2016
Age du personnage : 36
Localisation : Malibu

Who Am I?
Birth place: Los Angeles
Je suis: Le chef des Los Diablos
Song: The Man Who Sold The World - David Bowie


MessageSujet: Re: Dream Lover [PV Maritza][TERMINE]   Mar 13 Mar - 15:32



Dream Lover
ft. Maritza Cortez


Maritza se méfiait de moi, je pouvais le sentir. Là où à une époque, elle avait foncé tête baissée dans les jeux de pistes amoureux que je lui proposais, elle restait aujourd’hui immobile, calculant ses coups avant de les jouer.

C’était bien la preuve que j’avais échoué depuis longtemps. Que j’avais échoué en essayant d’éviter l’échec.

Mais si elle se méfiait de moi… Sentait-elle que je me méfiais d’elle ?

Quand elle parcourut la pièce autour de moi, il me fallut faire un énorme effort pour ne pas suivre sa progression du regard… Pour la laisser approcher, finalement, par derrière moi sans que je puisse la voir. Et si mon cœur battait à tout rompre maintenant, c’était à la fois à cause de l’amour que je lui portais encore… Mais aussi et surtout parce que j’étais délibérément en train de lui laisser, de lui offrir, le contrôle de la situation en ne me retournant pas.

Sa voix s’éleva encore après que je lui aie annoncé ce qu’il y avait au menu de ce jour. Je sentis du sarcasme et du reproche dans sa voix…

Aussi sûrement que je sentis bientôt sa poitrine se coller contre mon dos, son souffle balayer les petits cheveux dans ma nuque et sa main se glisser doucement dans la mienne.

Elle souffla une question. Cette éternelle question.

Qui es-tu, Jimmy Reed ?

J’étais un ami, un chef de gang, un patron impitoyable, un requin, un amant, un protecteur, un enfoiré, un fils, un père, un fantôme, le Diable, une idole, un allié, un ennemi, un mécène, un fils à papa plein aux as, le maître de L.A., un marionnettiste…

J’étais…

-Personne.

Et tout le monde… Un personnage différent élaboré dans l’esprit de chacun de mes interlocuteurs. Je n’avais pas d’identité propre ayant vécu dans un environnement où le paraître l’emportait sur tout le reste.

Je n’avais eu un aperçu de moi-même que durant une seule année.

L’année que j’avais vécue aux côtés de Maritza, tapi là où personne ne penserait jamais à venir me chercher… Tout du moins, le croyais-je… Jusqu’à ce que mon arrogance me pousse à en vouloir toujours plus et ne m’attire les foudres des South Panthers aujourd’hui décimé pour une part, recyclé pour une autre part.

Je me tournai vers Maritza. Il fallait que je voie ses yeux.

Parce que c’était là que je vivais vraiment. C’était en elle que je pouvais voir qui j’étais vraiment. Parce que mon âme, je l’avais placée en Maritza, et envoyée avec elle à Tijuana. Comme pour la sauver elle aussi.

-Il n’y a que toi qui te souviens de moi.

Pas même moi.

Je posai ma main qui n’était pas enlacée dans la sienne sur sa joue. La regardai dans les yeux une seconde.

Puis me penchai pour sceller nos lèvres dans un baiser que je n’avais toujours réservé qu’à elle seule.

@ Billy Lighter



This is my world and you're a tourist.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Maritza Cortez


Messages : 135
Date d'inscription : 05/08/2017
Age du personnage : 35
Localisation : Tijuana, Mexique


MessageSujet: Re: Dream Lover [PV Maritza][TERMINE]   Mer 14 Mar - 3:50



Dream Lover
ft.  XX J.R.




♥️

Notre histoire n’est pas digne de Roméo et Juliette.  Jamais Roméo n’aurait chassé Juliette de sa vie aussi cavalièrement que Jimmy ne m’a fait quitter la ville. C’était une autre époque. Une autre vie. Pourtant, bien que l’eau ait coulée sous les ponts et malgré tout ce que j’ai pu ériger pour me protéger de lui, dès l’instant où j’ai sentis sa présence à Fairfax j’ai su que tout ceci n’était qu’un leurre. Pendant toutes ces années, je me suis efforcé de le haïr au point de m’en convaincre mais il ne lui aura fallu qu’une toute petite seconde pour  faire éclater 16 ans de combat acharné.

J’en suis même surprise de me voir si forte alors que nous là, l’un devant l’autre. J’ignore ce qu’il se passe dans sa tête à lui mais dans la mienne, tout est très clair et j’en profite pour prendre le pas, lui montrer que je ne suis plus comme autrefois.  J’ai changée.  Je suis tombé mais je me suis relevé et, même s’il le voulait, il n’arriverait plus à me faire autant mal.

Si moi j’avance, Jimmy, lui, reste immobile. Il ne cherche pas à me suivre du regard. Je ne m’arrête que lorsque je suis derrière lui, puis je m’avance jusqu’à pouvoir glisser ma main dans la sienne et presser mon corps au sien.

Et si son odeur n’a pas changé, si la douceur et la chaleur de sa main  ravive mes souvenirs, à ma question il répond n’être personne.  Un frisson me parcours alors depuis ma nuque pour mourir le long de mon épine dorsale.

Jimmy se retourne plongeant son regard dans le mien, sa main reprenant la mienne comme si elles ne s’étaient jamais lâchées. Ce qu’il me dit ensuite, avant de poser sa main délicatement sur ma joue et de m’embrasser vient de nicher au plus profond de mon cœur comme s’il venait de le transpercer avec une fléchette contaminé de son amour.

Le baiser nous transporte, nous fait valser dans la pièce jusqu’à me retrouver coincé entre lui et un mur. Je mets alors un terme au baiser, mes mains tenant entre elles son visage, son front contre le mien.  

Oui, je me souviens. De tout dans ses moindres détails et le temps de ce baiser, j’ai tout revécue, ressentis à nouveau. Les murmures dans la nuit, les fous rires du midi. Les jeux innocents comme les plus torrides.
Tout tourne dans ma tête.

Que suis-je donc entrain de faire ?

- Alors reste avec moi !, lui soufflais-je

Je reprends ma vie là où elle s’est abruptement arrêter. Voilà ce que je fais !



@ Billy Lighter


She can take it back, she will take it back some day… ©️Pink Floyd
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Jimmy Reed


Messages : 717
Date d'inscription : 12/08/2016
Age du personnage : 36
Localisation : Malibu

Who Am I?
Birth place: Los Angeles
Je suis: Le chef des Los Diablos
Song: The Man Who Sold The World - David Bowie


MessageSujet: Re: Dream Lover [PV Maritza][TERMINE]   Mer 14 Mar - 18:05



Dream Lover
ft. Maritza Cortez


Je ne me rendis compte que nous avions bougé, que nous avions littéralement volé à travers la pièce, que quand notre progression fut doucement stoppée par le mur du salon. Mais je ne cessai pas de l’embrasser pour autant, comme si en un seul baiser, je voulais rattraper tout le temps perdu. Tous nos baisers perdus. Et dieu sait qu’en 16 ans, nous en aurions échangé des millions.

J’avais toujours aimé Maritza, malgré mes efforts, malgré le temps qui avait passé, malgré les conquêtes, les opportunités. Je l’avais aimée sans discontinuer et ce n’était pourtant pas faute d’avoir enterré cet amour. Je l’avais anesthésié seulement, à coup de débauche et de méchanceté, de plans dans les plans, d’écrans de fumée.

J’avais voulu devenir totalement le Jimmy Reed que je cachais à Maritza lorsque nous vivions dans l’Eastside. Et ce n’était pas forcément le chef de gang le pire.

J’avais presque réussi… J’avais même été longtemps convaincu d’avoir réussi. Mais ce n’était que de la poudre aux yeux. Parce que les lettres de Maritza comme les photos d’Olivia, je les avais gardées. Planquées, mise hors de ma propre vue, enterrées… Mais pas détruite. Récupérables.

Quand est-ce que j’avais compris ça ?

Dans le bureau de Daniele, quand j’y avais croisé Olivia pour la première fois par un pur hasard. Et que j’avais eu envie de les regarder encore.

Maritza mit fin au baiser… Comme parce que je ne pouvais pas me résoudre à le faire. J’avais cette vague impression d’être dans un rêve et que desceller nos lèvres allait provoquer mon éveil et un brusque retour à la réalité.

Mais non. A la douceur de sa bouche succéda celle de ses mains sur chacune de mes joues. Mes yeux cherchèrent les siens, en vain. Mon front contre le sien, j’étais trop près. Alors je fermai les yeux et me concentrai sur sa voix.

Elle ne prononça qu’une phrase, n’émit qu’un souhait que son accent hispanique élevait au statut d’ordre, même s’il était donné dans un souffle.

Alors reste avec moi !

Je restai immobile un moment, respirant juste profondément, mon front contre le sien, comme si j’essayais de calmer les battements beaucoup trop rapides de mon cœur. Puis, je décollai mon front du sien et plongeai mon regard dans le sien.

-D’accord.

Comment on allait faire ? Qui où quoi comment pourquoi ?

Toutes ces questions restèrent en suspens. Je n’avais pas calculé ma réponse.

J’avais juste donné ma réponse.

J’allais agir à l’inverse de toutes mes habitudes et plutôt que de m’adapter au monde, j’allais faire en sorte que le monde s’adapte à nous. Je savais qu’il me faudrait du temps, que ça passerait par des magouilles et mes propres phrases d’acceptations.

Mais Maritza avait sa réponse.

Une vraie réponse.

Je repris notre baiser là où nous l’avions laissé, mes mains remontant de ses hanches le long de ses flancs puis sur ses bras, jusqu’à son visage… Puis de redescendre pour aller défaire les fins boutons de son haut.  

@ Billy Lighter



This is my world and you're a tourist.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Maritza Cortez


Messages : 135
Date d'inscription : 05/08/2017
Age du personnage : 35
Localisation : Tijuana, Mexique


MessageSujet: Re: Dream Lover [PV Maritza][TERMINE]   Mer 14 Mar - 19:41



Dream Lover
ft.  XX J.R.






Ce que Jimmy et moi sommes entrain de faire n’a aucun sens ! Comment puis-je me permettre de réduire à néant tout ce que j’ai bâtis au cours des 16 dernières années en renouant  avec mon amour de jeunesse ? Il n’est plus question de mes enfants, d’Enrique ou d’Olivia mais bien d’une passion qui ne s’est jamais éteinte et qui vient de littéralement m’éclater au visage me faisant perdre pied.

Il n’est question que de Jimmy et moi et c’est tout ce qui compte.

Ce que nous avons vécus, ce que nous avons perdu, nos rêves et nos espérances. Tout renaît par la force de ce baiser qui nous fait voyager a travers la pièce jusqu’à finir contre un mur.  Mon cœur palpite au point où je le sens dans mes tempes. Ça en est presque assourdissant.

Mes mains encadrent le visage de Jimmy alors que je cherche mon souffle son front contre le mien.  Tout est maintenant si clair. Nous venons de replonger dans notre passé, là où nous avions arrêté.

Pour mieux reconstruire. C’est ce que je veux, au prix de tout ce que j’ai à perdre.  Mais c’est ce que je veux et je ne reculerai pas.

Pas sans lui.

C’est ce que je lui souffle, peut-être un peu trop férocement  alors que je me voulais tendre. Jimmy relève alors sa tête, son regard envoûtant le mien.  J’ai presque peur qu’il ne recule. Qu’il ne fasse volte face et me laisse une fois de plus brisée derrière lui.

Mais non… Jimmy  est prêt, autant que je ne le suis. Probablement dévoré par bons nombres de craintes et de questions mais il ne reculera pas.  Je sens mes yeux se border de larmes alors qu’il reprend notre baiser, ses mains découvrant les boutons  discrets de ma robe.  Et, tant qu’à y être, j’imite son initiative en faisant sauter un a un ceux de sa chemise.

Combien de fois en rêve je me suis vue faire ça ? Combien de fois me suis-je réveiller aux limites de l’orgasme, ses gémissements plein la tête ?  Le rêve redevient réalité.

Seulement, une petite voix hurle dans ma tête de ne pas le faire. Tout va beaucoup trop vite! Où est ma fierté de femme ?  Aurais-je les réponses aux questions avec lesquelles je me suis torturés l’esprit tout ce temps ? Rien ne me prouve qu’après, il ne m’abandonnera pas de nouveau me laissant une nouvelle fois brisée et plus seule que jamais… Ne serais-je qu’une femme de plus à son palmarès. Lui qui a défiler au bras de tant de conquête au fils des ans, j’en suis certaine !

- Jimmy…

Mais je n’y arrive pas. Je suis incapable de nous stopper au contraire, alors que j’atteins le dernier bouton, mes mains remontent sur son torse en pressant bien pour en sentir chacun de ses muscles, ressentir toutes les contractions de plaisir, jusqu’à ses épaules desquelles je vais glisser sa chemise pour mieux me rendre à son pantalon.

De nouveau, mon orgueil bien qu’affaiblit prend le dessus. Je me retiens bien de lui dire que je l’aime. Même si mon cœur le hurle et que mon corps l’exulte de par tous mes gestes, tous mes soupires.

- Jimmy… j’ai besoin que tu me le dises…


@ Billy Lighter


She can take it back, she will take it back some day… ©️Pink Floyd
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Jimmy Reed


Messages : 717
Date d'inscription : 12/08/2016
Age du personnage : 36
Localisation : Malibu

Who Am I?
Birth place: Los Angeles
Je suis: Le chef des Los Diablos
Song: The Man Who Sold The World - David Bowie


MessageSujet: Re: Dream Lover [PV Maritza][TERMINE]   Sam 17 Mar - 19:14



Dream Lover
ft. Maritza Cortez


D’accord.

Telle était ma réponse. J’étais d’accord de rester avec elle. J’étais d’accord de ne plus l’abandonner et la laisser livrée à elle-même. J’étais d’accord.

Mais ça allait prendre du temps pour que cet accord soit effectif.

Je ne savais pas si Maritza le réalisait. Je savais encore moins si elle l’accepterait. Je ne savais pas si elle allait se contenter, comme avant, de me suivre à l’aveuglette sans aucune explication de ma part, même si cette fois, c’était dans le but de reconstruire ce que nous aurions pu continuer tout simplement il y avait 16 ans de ça.

Mais pour l’instant, « d’accord » était la seule réponse, la vraie réponse, et la seule promesse que je pouvais lui faire.

Et je n’aurais de toute façon pas encore pu lui fournir des explications ou un plan à suivre, pas encore. Pas sur ce qui allait arriver dans le futur en tout cas. Parce qu’ayant donné ma réponse à l’instinct, je n’avais pas encore calculé quelle serait la prochaine étape.

Au fond de moi, quelque chose avait très peur de cette façon de faire.

Pourtant l’heure n’était plus au contrôle. J’étais en train de le perdre, le contrôle. Pire encore, j’étais en train de le concéder. J’étais en train de laisser la main à Maritza et de me laisser guider, comme d’un pas incertain.

Comme si j’apprenais à marcher.

Je repris notre baiser après avoir marqué mon accord quant à son désir… Un désir qui était partagé même si je n’avais aucune idée de comment j’allais rendre ça possible. Mes mains s’aventurèrent sur son corps, par-dessus ses vêtements, jusqu’à trouver les boutons de sa robe que je m’employai à défaire un à un…

Un jeu que Maritza reprit en miroir, faisant de même avec les boutons de ma chemise, ce qui me fit sourire contre ses lèvres. Je m’interrompis pour passer une main dans la brèche que j’avais créée dans sa robe et la caressai presque religieusement. Le contact de sa peau n’avait pas changé et se rappelait à mon souvenir avec une netteté incroyable. J’avais une bonne mémoire, mais je ne me serais pas cru capable de me rappeler aussi bien de la sensation qu’elle me faisait rien qu’en la touchant du bout des doigts.

J’avais eu des amantes à la pelle, ces 16 dernières années… Des amantes que je méprisais pour la grande majorité. J’avais une réputation de misogyne… Mais je comprenais seulement maintenant pourquoi : j’avais peur. J’avais peur que l’une d’elle ne vole mon cœur que j’avais toujours réservé à une seule et unique femme.

Celle qui prononça mon prénom à l’instant, dans un souffle, entre deux baisers.

Maritza fit glisser ma chemise de mes épaules après que ses mains m’aient fait soupirer de plaisir et frissonner à m’en faire dresser les poils sur les avant-bras. Mais si elle ne s’arrêtait pas elle-même semblant impuissante face à son propre désir, moi, je m’arrêtai pour la regarder à nouveau avec un regard interrogateur… Et ce même si ses doigts jouaient avec les attaches de mon pantalon de costume.

Maritza voulait être rassurée…

Ma main glissa hors de sa robe, remontant vers son visage sensuellement. Mes yeux restaient rivés dans les siens sans ciller. Je finis par encadrer son visage de mes deux mains, caressant ses joues et écrasant les larmes qui y coulaient au passage de mes pouces.

J’appuyai mon regard sur le sien et affirmai de ma voix naturellement grave, profonde et sûre :

-Le 02 décembre 1965, au moment de refermer la portière de la voiture sur toi, je t’ai menti.

J’avais nié l’avoir jamais aimé. Je revoyais la scène aussi sûrement que si ça s’était passé hier.

-J’ai refermé cette portière sur toi et je t’ai envoyée à Tijuana parce que je t’aimais. Je t’aime toujours et je t’ai toujours aimée.

Ça avait été et était toujours mon problème… Il me fallait éviter que cela le reste.

@ Billy Lighter



This is my world and you're a tourist.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Maritza Cortez


Messages : 135
Date d'inscription : 05/08/2017
Age du personnage : 35
Localisation : Tijuana, Mexique


MessageSujet: Re: Dream Lover [PV Maritza][TERMINE]   Lun 19 Mar - 2:35



Dream Lover
ft.  XX J.R.





Nous pourrions presque croire qu’il n’y a pas eu de cassure entre Jimmy et moi, comme si nous avions toujours été ensemble et très amoureux. Nos corps se souviennent parfaitement l’un de l’autre, suffit de voir comment ils réagissent pour s’en rendre compte.

Sous mes doigts, s’hérisse la peau de Jimmy alors que je viens à peine de faire glisser de ses épaules sa chemise. Je  retrouve ce petit grain de beauté à l’intérieur de son flanc, cette  subtile cicatrice sur ton torse à la hauteur de son cœur. Je me rends compte que ces choses m’ont manquées, comme si je les avais toujours cherché en vain et que de les retrouvés me rassurait.

Les doigts de Jimmy glissent sous l’ouverture de ma robe. Ressent-il la même impression de s’aventurer en terrain connu et oh combien rassurant ?  Je n’ai eu qu’un seul autre homme dans ma vie : Enrique. Mais Jimmy, combien de femmes a-t-il eu dans lit ? A-t-il cherché à me retrouver en elles, lui aussi ?

Mais si de retrouver son corps dans le même état que la dernière fois où je l’ai eu pour moi me rassure, j’ai besoin qu’il me dise qu’il m’aime. Je ne saurais pas continuer sans l’entendre de sa bouche.

Jimmy retire sa main de sous ma robe, j’ai peur l’espace d’un instant qu’il ne recule et qu’il  me demande de partir. Mais au lieu de ça, il  vient caresser mon visage tout en plongeant son regard dans le mien. Et ce qu’il me dit alors vient réduire à néant des années de colère, de doute et de larmes.

Quelque part au fond de moi, j’ai toujours su qu’il n’avait jamais cessé de m’aimer. Que ce qu’il m’avait dit ce fameux matin avait été dit dans le but unique de facilité la séparation. Il s’assurait de me faire assez mal pour que je n’ai plus envie de résister. Mais pourquoi ? Que s’est-il passé pour qu’il cherche aussi désespérément et cruellement à m’éloigner de lui ?

Cette réponse, je l’aurai tôt ou tard. Parce qu’une chose est certaine : Je ne reviendrai pas dans sa vie sans une totale transparence. Pas après avoir vécu une idylle parfaite puis une descente aux enfers qui n’a cessé de me tourmenter.

La révélation de mon amant vient envelopper mon cœur d’une douceur inespéré.  C’est comme s’il recommençait vraiment à battre, mis en veille inutilement trop longtemps. Je le sens qui s’emballe, qui vient battre à même mes tempes, faisant ma respiration devenir plus pressante.

Mes mains viennent chercher les siennes pour les placer sur mon cœur. J’ai besoin d’une grande inspiration, pour replacer mes idées et surtout éviter de fondre en larmes.

- Je le savais. L’homme que j’aimais était incapable d’une telle chose. Et c’est lui que je suis venue trouver ce soir.

Qui es-tu, Jimmy Reed ?

Ma robe ouverte, je la fait glisser le long de mon corps Je me souviens m’être dénudée pour lui lors de notre première nuit ensemble. Avec quelques années et de l’expérience en plus, nous sommes à quelques gestes près de reproduire exactement la même nuit.

Et quand c’est son pantalon qui glisse au sol par mes bons soins, je  l’embrasse de nouveau, me pressant à lui jusqu’à  me hisser dans ses bras. Combien de fois avant m’avait-il porté jusqu’à notre lit pour me faire l’amour toute la nuit ?

C’est dans un tout autre décor que nous nous retrouvons. Une chambre, pas la sienne ni celle d’un hôtel. Mais ça n’a pas d’importance. Ce qui compte à mes yeux réside dans la façon dont nous nous donnons l’un à l’autre. Nos gémissements, les soupires, même de petits rires.

Jimmy, assit sur le lit, moi sur ses cuisses, mes longues jambes  croisées derrière lui. Je danse sur lui, mes seins contre son torse, nos lèvres presque inséparables sauf pour ces quelques fois où le besoin  de gémis prend le dessus.

Ce n’est qu’à ce moment que je m’accorde le droit de le lui dire vraiment.

- Je n’ai jamais cessé de t’aimer !



@ Billy Lighter


She can take it back, she will take it back some day… ©️Pink Floyd
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Jimmy Reed


Messages : 717
Date d'inscription : 12/08/2016
Age du personnage : 36
Localisation : Malibu

Who Am I?
Birth place: Los Angeles
Je suis: Le chef des Los Diablos
Song: The Man Who Sold The World - David Bowie


MessageSujet: Re: Dream Lover [PV Maritza][TERMINE]   Mar 20 Mar - 12:06



Dream Lover
ft. Maritza Cortez


Je me sentis bizarrement beaucoup plus léger, libéré d’un poids que je n’avais même pas remarqué que j’avais avant que celui-ci ne s’envole. Il ne m’avait fallu faire qu’une seule chose : avouer la vérité à Maritza. Seuls, en sécurité dans cette maison qui représentait un terrain neutre, j’avais affirmé avoir menti et l’avoir toujours aimée.

Maritza vint chercher mes mains et je la laissai faire, toujours déterminé à lui laisser un peu de contrôle même si ça me donnait l’impression de vouloir freiner désespérément, pour les poser sur son cœur, juste au-dessus des limites de son soutien-gorge qui maintenait encore ses seins prisonniers. Je sentis son cœur battre fort et vite comme je sentais que sa peau était de plus en plus brûlante.

Maritza prit une grande inspiration avant de reprendre la parole pour dire que l’homme qu’elle aimait était incapable de faire ce que j’avais fait. Que c’était lui qu’elle était venue trouver ce soir. Je baissai brièvement les yeux, me mordant la lèvre, avant de relever mon regard vers elle. Mon œil gauche tiqua.

-Je ne sais pas si je pourrai un jour redevenir cet homme-là…

Pas entièrement. J’étais trop empêtré dans mes ficelles. Celles que je tirais… Mais j’étais autant prisonnier que les marionnettes que je contrôlais, désormais. Si elles étaient liées à moi, j’étais également lié à elles.

Autant de ficelles que de protections, des ficelles que je n’étais pas prêt à couper.

Maritza fit glisser sa robe le long de son corps et j’en suivis le trajet de mes deux mains, les laissant parcourir la peau de la latina jusqu’à se poser sur ses hanches. Alors que je l’embrassais à nouveau, les yeux fermés, je sentis ses mains s’affairer sur mon pantalon qui finit par avoir le même inévitable destin que sa robe.

Marchant d’un pied sur l’autre, je me débarrassai de mes chaussures, envoyai valdinguer mon pantalon plus loin et soutins Maritza de mes deux bras sous ses fesses quand elle se hissa sur moi, riant… Je sus alors exactement ce que je devais faire… Parce que je devais déjà l’avoir fait des milliers de fois.

Je la portai jusqu’à la chambre. Une chambre qui n’était ni la sienne, ni la mienne. Toujours en terrain neutre. Dans un no man’s land entre le passé et l’avenir en attendant de savoir comment les choses allaient tourner.

Je m’assis sur le lit, elle sur mes cuisses, toujours vêtu de mon slip et Maritza de ses sous-vêtements. Je fis d’abord sauter les attaches de son soutien-gorge que je lui enlevai délicatement avant de caresser doucement ses seins de mes deux mains en la regardant dans les yeux. Son corps n’avait pas changé… Malgré qu’elle ait donné naissance à au moins un enfant à ma connaissance, elle n’avait pas changé.

Comme si son corps avait attendu ces retrouvailles inespérées.

Le mien régissait à son appel avec ferveur, tendant le tissu de mon dernier vêtement alors que Maritza frottait son sexe encore couvert contre le mien et que je ne pus résister à venir embrasser sa poitrine nue et délicieuse.

Maritza se cambra vers l’arrière et me fis le même aveu que celui que je lui avais fait un peu plus tôt.

Alors, l’enlaçant, je la portai pour l’allonger doucement sur ce qui serait notre lit pour cette nuit et vins l’embrasser langoureusement, une main me soutenant un peu surélevé et l’autre faisant descendre son dernier vêtement le long de ses jambes magnifiques.

Je pris le temps de l’admirer, depuis son visage, son sourire, jusqu’à ses petits pieds délicats. Ma main suivant le trajet de mon regard avec une attention particulière à ce petit triangle entre ses cuisses, même si c’était Maritza, toute entière, qui demeurait l’incarnation de mon désir.

@ Billy Lighter



This is my world and you're a tourist.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Maritza Cortez


Messages : 135
Date d'inscription : 05/08/2017
Age du personnage : 35
Localisation : Tijuana, Mexique


MessageSujet: Re: Dream Lover [PV Maritza][TERMINE]   Mer 21 Mar - 2:35



Dream Lover
ft.  XX J.R.





D’une démarche aussi suave que d’un pas décidé, Jimmy nous amène dans une chambre puis s’assoit sur le lit,  me faisant par le fait même prendre place sur ses cuisses. Je ne me gêne pas pour me frotter à lui alors que nos lèvres ne cessent de se caresser.  Quand il me retire mon soutient gorge, je mets un terme au baiser que pour soutenir le regard enflammé qu’il pose sur moi.

Et je le lui dis. Je lui avoue que moi aussi, malgré tout ce que j’ai bien voulu me faire croire et faire croire aux autres, je n’ai jamais cessé de l’aimer. Et si tel est ma confession, dans ma tête les choses sont bien plus profondes que cela : j’ai toujours  cru qu’un jour, nous reprendrions notre route ensemble.

Jimmy m’enlace avant de me porter pour mieux me faire m’allonger sur le lit et reprendre  nos baisers alors qu’il termine de me dénuder au complet.  J’en ai le cœur qui palpite alors qu’il se relève, embrassant mon corps de son regard pénétrant.  Les pointes de mes seins sont dressées, ma peau s’hérisse, ma lèvre inférieure tremble.

Je vis un véritable calvaire de tentation, d’abandon et de manque. Je tends les bras vers lui, comme une enfant impatiente, le voulant sans plus attendre, sur moi, en moi.  Mais plutôt que d’attendre qu’il ne se pli à ma demande silencieuse, me redressant sur les genoux et le débarrasse de son dernier vêtement.

J’en suis à ce point de non retour, après une trop longue attente, comme si chaque seconde sans qu’il ne me touche me faisaient mal. Et j’avoue que cette sensation me trouble et me fais mal. Je ne me croyais pas capable de pareil abandon  avant de recroiser sa route.

Mes mains remontent ensuite lentement jusqu’à ses épaules, palpant minutieusement  sa peau son mes doigts, renouant avec chaque détails de son corps. Et lorsque j’arrive sur ses épaules,  je l’attire à moi avant de nous projeter sur le lit, moi par-dessus lui, laissant un éclat de rire résonner dans la pièce avant d’être étouffer par nos baisers qui reprennent de plus bel.

Mon bassin  se plaque contre celui de mon amant,  jusqu’à ce que nos sexes se touchent, flirt puis, inévitablement, ne fassent qu’un.  Je me souviens qu’il aimait bien quand je me montrais plus téméraire, même s’il ne me laissait mener le jeu qu’un bref instant.
Rien n’a changé.

J’en profite pour onduler des hanches, alors que je me relève, mes mains joignant les siennes et nos doigts entrelacés que je porte à mes lèvres puis que j’abandonne sur ma poitrine. Je lui fais l’amour, je lui donne ma passion.

Si je tremblais il y a à peine quelques secondes, j’ai chaud maintenant.  Mes longs cheveux collent à mon dos pour la plus part, les autres, balayant au rythme de ma danse.  Me penchant un peu vers l’avant,  me place l’une main sur le ventre de Jimmy, sentant tous ses muscles se contracter de plus en plus.  De l’autre, je lui fais signe de l’index de se redresser lui aussi.






@ Billy Lighter


She can take it back, she will take it back some day… ©️Pink Floyd
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Jimmy Reed


Messages : 717
Date d'inscription : 12/08/2016
Age du personnage : 36
Localisation : Malibu

Who Am I?
Birth place: Los Angeles
Je suis: Le chef des Los Diablos
Song: The Man Who Sold The World - David Bowie


MessageSujet: Re: Dream Lover [PV Maritza][TERMINE]   Ven 23 Mar - 18:09



Dream Lover
ft. Maritza Cortez


J’avais bien pris le temps de redécouvrir le corps de Maritza. Le temps, pas plus que sa grossesse, ne semblait avoir altéré ses formes parfaites. Bien au contraire, elle me paraissait encore bien plus belle qu’avant, plus femme encore qu’elle ne l’était lorsque nous étions ensemble. Je n’avais pas pu m’empêcher de la caresser, de l’effleurer du bout des doigts de ses pieds jusqu’à son visage.

Une partie de moi avait encore tout simplement du mal à croire qu’elle était réelle.

Une autre encore n’était pas sûre d’être prête pour son retour.

Quelque part, plus profondément, une part plus partie se battait contre l’idée même de ces retrouvailles.

Et enfin, une partie ne laissait pas droit de citer à toutes les autres. Et je crois que c’est cette partie que les poètes appellent « le cœur ». Et ça n’a rien à voir avec la pompe que j’avais dans la poitrine et qui pourtant battait fort, très fort. D’où, probablement, l’amalgame entre les deux.

Maritza finit par tendre les bras vers moi et je crus déceler une lueur de détresse dans ses yeux. Comme si elle avait peur que je me volatilise. Et je ne pouvais pas lui en vouloir de le croire. J’allais me glisser dans ses bras quand ce fut elle qui se redressa sur ses genoux.

Accompagnant doucement ses gestes en gardant mes yeux rivés dans les siens, je l’aidai à enlever mon dernier vêtement. Tout en le faisant glisser sur mes cuisses, je murmurai à la femme que j’aimais :

-Doucement… Ne tremble pas, Maritza…

Je me retrouvai nu, face à elle… Et lui souris.

-Tu vois ? Aucune raison de trembler.

Je frissonnai lorsque ses mains remontèrent le long de mon corps jusqu’à mes épaules. Je frissonnai même tellement fort que je rigolai brièvement :

-C’est moi qui tremble, maintenant…

Riant elle aussi elle me poussa en arrière et se laissa aller contre moi. On rit encore un peu… avant de reprendre nos baisers…

Et j’eus cette drôle et agréable impression : celle d’un vrai rire… Pas un rire joué ou un rire qui tombe juste bien dans la conversation pour la ponctuer, ajouter un effet de communication ou autre chose.

Non j’avais… juste ri avec Maritza. Sans aucune raison réellement logique si ce n’était le bonheur de nous retrouver.

Ce fut moi qui redressai un peu ma tête pour venir cueillir passionnément ses lèvres, mais ce fut elle qui initia la valse entre nos sexes qui n’attendaient que ça depuis beaucoup trop longtemps. Une main enfouie dans ses cheveux, derrière sa tête, mon autre main posée sur l’une de ses fesses pour accompagner ses mouvements, je ne sus pas combien de baisers nous échangeâmes. Mais certainement pas encore assez pour rattraper 16 ans de séparation.

J’entrai en elle le plus naturellement du monde un peu après que je me sois mis moi aussi à danser sous elle.  Maritza vint entrelacer nos doigts pus guider mes mains jusqu’à sa bouche puis sur ses seins que je caressai sensuellement, traçant des dessins abstraits dans la sueur qui recouvrait nos corps, les faisant luire à la faible lueur qui traversait les carreaux et les rideaux de la chambre.

Je respirais plus fort à mesures que nos ébats passionnés prenaient en intensité. Les muscles de mon ventre dansaient sous sa main qui y prenait appuis. Je me redressai quand Maritza me fis signe de le faire, en lui souriant. Mes mains glissèrent de ses seins jusqu’à ses hanches pour guider ses mouvements alors que je gémissais.

Et entre chaque manifestation de mon plaisir et de son plaisir, nous ne pouvions que nous embrasser.

Dans une inspiration plus intense que les autres qui me fit dangereusement me rapprocher de l’orgasme, posant mon front contre son épaule, je prononçai son nom…

-Ritza…

Me sentant perdre pieds de plus en plus, je repris le dessus, doucement, l’allongeant à nouveau sur le lit dans une position féline dont la seule vue suffit à me donner encore plus en elle. Et ce faisant, j’embrassai ses lèvres et sa poitrine, jusqu’à ce que le plaisir allant crescendo ne m’autorise plus à le faire et que je ne puisse plus que lui donner tout ce que je pouvais lui donner pour l’instant : du plaisir et de l’amour.

@ Billy Lighter



This is my world and you're a tourist.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Maritza Cortez


Messages : 135
Date d'inscription : 05/08/2017
Age du personnage : 35
Localisation : Tijuana, Mexique


MessageSujet: Re: Dream Lover [PV Maritza][TERMINE]   Mar 27 Mar - 20:42



Dream Lover
ft.  XX J.R.







Vient un moment où mon corps en entier tremble. Cet instant où je bascule vers mon passé, renouant avec mon amour de jeunesse, où je redeviens la femme amoureuse et insouciante que je fus jadis.  Je ne tremble donc pas de peur. C’est mon corps qui s’abandonne tout simplement à Jimmy.

C’est une longue et belle chute libre ou je m’en remets, corps et âme à celui qui m’a brisé le cœur en milles morceaux, il y a longtemps. Si longtemps que, parfois, j’ai l’impression que c’était dans une autre vie.

Je tremble jusqu’à ce que Jimmy, se redresse pour  m’enlacer, ce fut comme si les réactions de mon corps passèrent au sien, le faisant trembler à son tour. Quand il me le fit remarquer, je ne pu qu’hocher de la tête, effleurant sa peau du bout des doigts. Il a cette capacité si unique, de sembler à la fois si fort et en même temps, si vulnérable. Comme à chaque fois, dans notre lit, quand il revenait de je ne sais où, de faire je ne sais quoi avec  je ne sais qui.

Nos doigts entrelacés, yeux dans les yeux, Jimmy, d’un mouvement aussi sensuel que doux, nous unis et commence alors une danse que nous avons toujours maîtrisés avec brio, tous les deux ensemble.

Parfois en riant, parfois en s’embrassant, ou tout simplement en gémissant, mais jamais sans cesser de se regarder. Étrangement, mon corps répond au quart de tour, comme s’il allait succomber à l’orgasme a chaque nouveau coup de bassin. J’en suis presque reconnaissante quand mon amant change la donne, prenant le dessus alors qu’il me fait allonger sur le lit.

- Jimmy…

Je souffle son nom,  a plusieurs reprises, mes mains voyageant dans son dos depuis sa nuque jusqu’à ses fesses, mes jambes l’enserrant de chaque côté de ses hanches.  Nos corps frottent l’un contre l’autre, enduis de sueur.

Nous sommes brûlant, atteint de la fièvre de l’amour.

Le plaisir  grimpe en moi comme la lave au cœur d’un volcan, jusqu'à l’irruption, lorsque mes hanches de cambrent, faisant presque se soulever Jimmy qui continu d’aller et venir, lui-même dévorer par la même intensité. J’en ai les orteils qui se contorsionnent en tout sens,  gémissant comme il y a longtemps que je ne l’ai pas fait.

- Oh ! Aaaah ! Jimmy !

Je suis surprise, je crois. Je ne m’attendais pas à vivre ce moment avec une telle intensité. En fait, je ne m’attendais pas à le vivre point. Mais c’est arrivé. Nous avons renouer, pour le meilleur et certainement pour le pire, puisque l’un ne va pas sans l’autre selon mon expérience de la vie.
Et si, dans le lit, tout semble cousu de fils d’or et prometteur, la réalité est tout autre. Je ne sais plus rien de l’homme dans les bras de qui je viens de goûter à l’orgasme.  Et pire encore, je me rends compte, que je ne me connais pas plus.

- Maintenant… j’ai peur…

Mes bras autour de son cou, je l’enlace, mes lèvres effleurant son visage, je recommence à trembler.  À lui seul, Jimmy représente mes plus beaux rêves et mes pires craintes.



@ Billy Lighter


She can take it back, she will take it back some day… ©️Pink Floyd
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Jimmy Reed


Messages : 717
Date d'inscription : 12/08/2016
Age du personnage : 36
Localisation : Malibu

Who Am I?
Birth place: Los Angeles
Je suis: Le chef des Los Diablos
Song: The Man Who Sold The World - David Bowie


MessageSujet: Re: Dream Lover [PV Maritza][TERMINE]   Mer 28 Mar - 21:23



Dream Lover
ft. Maritza Cortez


16 ans. Comment avais-je donc fait pour tenir 16 ans sans avoir Maritza à mes côtés ? Comment avais-je fait pour affronter mon quotidien, les deals, les magouilles, les plans dans les plans, les stratégies, sans plus pouvoir me ressourcer comme je le faisais avant quand je retrouvais Maritza dans l’Eastside ? Quand son appartement modeste me semblait être situé hors de L.A., hors du monde.

Un point de l’univers, infime, minuscule, que nous étions les seuls à connaître.

Comment avais-je fais ?

Facile. Ce qui restait de bon en moi, je l’avais laissé à Maritza, pour qu’elle le garde en elle et le protège, jusqu’à ce que je sois prêt.

Je n’étais pas prêt, c’était le hasard qui nous avait réunis… Ou plutôt… la détermination d’une jeune fille que nous avions sous-estimée, tous les deux.

Et prêt ou pas, Maritza était en train de me rendre ce que je lui avais laissé : le souvenir de ce qu’avait pu être, à un moment donné, Jimmy Reed.

Alors que nous faisions l’amour, Maritza venait, dans les profondeurs les plus sombres de mon être, de rallumer une toute petite, mais prometteuse, flamme.

Et comme si cette infime lueur dégageait autant de chaleur qu’un volcan, nous étions trempés de sueur, nous embrassant, riant sans raison et nous regardant dans les yeux. Je voyais dans le regard de mon amante du désir, du plaisir, de l’amour… J’étais enivré de tout ça.

J’allais et venait en elle, sans violence, mais exigent comme si je voulais rattraper un temps que je savais pourtant perdu à jamais.

Et Maritza qui m’appelait… C’était l’effet que me donnaient toutes ces fois où elle murmura mon nom. C’était un appel. Une invitation à oublier Jimmy Reed pour redevenir uniquement Jimmy.

La question n’était peut-être pas « Qui es-tu Jimmy Reed ? » mais « Où es-tu Jimmy ? ».

Ma réponse ne se fit pas attendre… J’allai plus loin, plus fort, agrippant les draps et les tordant dans mes poings de chaque côté de sa tête, respirant plus fort, gémissant de plaisir, la bouche entrouverte… Puis alors que l’orgasme approchait inévitablement, mes lèvres flirtèrent avec les siennes, sans que ce soit réellement un baiser tant j’avais besoin de pouvoir manifester mon plaisir au rythme de mes derniers coups de bassin.

Au moment de craquer, de céder à l’orgasme en même temps qu’elle, je cachai mon visage dans le creux de son cou. Un réflexe que je n’avais jamais eu avec Maritza avant mais que j’avais acquis avec mes amantes d’un soir pendant les 16 dernières années. Me cacher pour ne pas qu’elles voient à quel point j’étais faible à ce moment des plus intimes qu’était l’orgasme.

Au moment où j’avais l’air vraiment humain parce que l’orgasme est, par excellence, quelque chose de purement humain.

Et pendant les 16 années qui m’avaient séparé de mon seul et unique amour, je n’avais plus voulu être humain. J’avais refusé cet état de fait. J’avais renié ma nature.

Et…

Maintenant… j’ai peur…

J’avais pensé avec la voix de Maritza.

Non.

Maritza avait dit ce que je voulais penser.

Mon amante, la mère de ma fille, mon amour, m’enlaça et je posai mes lèvres au creux de son cou, là où je me cachais toujours. Je soupirai contre sa peau et glissai doucement mes mains sous son dos pour l’enlacer moi aussi.

Terrifié, sans savoir si elle pouvait ou non sentir mes larmes couler au creux de son cou, je murmurai.

-I missed you and I wished that you were here.

@ Billy Lighter



This is my world and you're a tourist.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Maritza Cortez


Messages : 135
Date d'inscription : 05/08/2017
Age du personnage : 35
Localisation : Tijuana, Mexique


MessageSujet: Re: Dream Lover [PV Maritza][TERMINE]   Jeu 29 Mar - 21:37



Dream Lover
ft.  XX J.R.






Le souffle de Jimmy, dans mon cou, est chaud et rassurant. Toutes les nuits où nous avons dormis ensemble, mon dos contre son torse, son nez sur ma nuque,  me sécurisait et c’est ce que je ressens alors que nous venons d’atteindre le point culminant.  Jusqu’à ce que tout redevienne plus calme et que mes pensées recommencent à aller et venir dans ma tête.

J’ai peur.

J’ai peur d’avoir encore mal. D’avoir fichu en l’air ma vie, mon autre vie, en  renouant avec l’homme que j’aime depuis tout ce temps pour une histoire d’un soir. Mais pire encore. J’ai peur de tout ce qui s’en vient. De comment nous devrons nous y prendre. Je ne peux pas parler pour Jimmy, je ne connais plus rien de lui.

L’ai-je seulement déjà connu ?

Mais moi ?

Je dois retourner à Tijuana, mettre un terme à ce qui me semblait être la vie que je devais mener. Divorcer d’un homme qui a pourtant sacrifié beaucoup pour moi et lui briser le cœur, tout comme on a brisé le mien. Je vais lui faire ce dont je me suis plain pendant 16 ans.

Je respire un bon coup, espérant de toutes mes forces de ne pas éclater en sanglots. Mais l’effort est inutile. Bien que je ne pleure pas à fendre l’âme, mes yeux se bordent de larmes que j’essuie rapidement d’un geste furtif de la main.

Mais quand Jimmy s’exprime, utilisant l’une des phrases de la chanson d’Olivia, il m’est impossible de me contenir d’avantage. Me dégageant de l’étreinte de Jimmy, je me tourne sur mon flanc pour le regarder, le caresser du bout des doigts.

Avant, j’aurais hésité. Longtemps. Pour finir par ne rien dire, sachant que de toute façon, je n’aurais pas de réponse ou du moins, pas celles que j’espérais. Mais nous ne sommes plus avant et il ne s’agit plus que de nous.

Il est aussi question d’Olivia qui n’a jamais rien demandé de plus que de pouvoir avoir pour elle, un peu de son père. Apprendre à le connaître pour mieux se connaître elle-même. C’est quelque chose que je n’ai jamais su lui donner et qu’il me serait cruellement égoïste de continuer de l’en priver.

- Olivia…

Je voudrais lui dire combien notre fille a besoin de lui. Combien elle a souffert de mon silence, de son absence. Que j’ai été si injustement incompréhensive envers ses questionnements pourtant légitimes. Mais que pourrais-je lui dire de si différent qu’elle ne lui a pas déjà dit sans ses chansons ?

Mes yeux se ferment et je soupire. Je suis épuisée par tant d’année à cultiver des sentiments diamétralement opposés. Je n’ai plus l’âge de l’innocence ce ne veut pas dire que je suis prête à renoncer à mes rêves.

- Je ne veux plus… imaginer ma vie sans toi, Jimmy. Je t’aime comme au premier jour et si toi aussi c’est ce que tu veux, je suis prête !


@ Billy Lighter


She can take it back, she will take it back some day… ©️Pink Floyd
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Jimmy Reed


Messages : 717
Date d'inscription : 12/08/2016
Age du personnage : 36
Localisation : Malibu

Who Am I?
Birth place: Los Angeles
Je suis: Le chef des Los Diablos
Song: The Man Who Sold The World - David Bowie


MessageSujet: Re: Dream Lover [PV Maritza][TERMINE]   Dim 1 Avr - 15:08



Dream Lover
ft. Maritza Cortez


Je n’eus pas le temps de camoufler les deux uniques larmes que je m’étais autorisée au creux de son cou quand Maritza brisa notre étreinte doucement pour pouvoir me regarder. Et ce fut donc à travers nos larmes respectives que nous nous regardâmes.

Elle était plus sûre d’elle que je ne l’étais à ce moment. Et je ne sus soutenir son regard, le baissant tant j’étais honteux d’avoir pleuré, si tant était que l’on puisse appeler ça pleurer.

Je hochai simplement la tête, silencieux, quand Maritza prononça le nom de notre fille. Oui. Olivia. J’avais usé des mots d’Olivia parce que je n’étais plus capable de trouver ces expressions-là par moi-même. Je parlais et m’exprimais à travers ma fille et je voyais en elle, même d’aussi loin d’elle que je puisse me trouver, cette part de moi que j’avais laissée en plan au même titre que mon amour pour Maritza.

Comme si Olivia était l’incarnation même de « l’ancien » Jimmy : plus innocent, plus enjoué, moins calculateur et beaucoup plus spontané.

Je ne relevai mon regard vers mon amante que lorsqu’elle reprit la parole pour m’annoncer qu’elle ne voulait plus de la vie qu’elle avait eue pendant 16 ans, qu’elle était prête à détruire sans ménagement tout ce qu’elle avait construit sans moi dans le désir de faire illusion pour vivre notre amour qui, depuis le départ et encore aujourd’hui, était des plus sincères, des plus vrais.

Elle avait parlé, pour me dire, simplement qu’elle était prête.

Je la regardai longuement, mordant ma lèvre inférieure avec une seule question en tête.

Est-ce que j’étais prêt, moi ?

Non.

Ce qui engendrait une autre question : est-ce que je voulais la même chose que Maritza ?

Oui.

Est-ce que, maintenant que les South Panthers n’étaient plus un problème, je pouvais m’autoriser à faire ce que je m’étais refusé 16 ans plus tôt ?

Bonne question.

Le problème n’était plus les South Panther.

Le plus grand danger maintenant…

… c’était moi.

J’arrêtai de me mordre la lèvre et tiquai de l’œil encore une fois, entrelaçant mes doigts avec ceux de Maritza.

-Ce sera long… Laborieux… Je dois tout réapprendre, Maritza…

J’eus un pauvre sourire…

-Tu es prête pour ça ?

@ Billy Lighter



This is my world and you're a tourist.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Maritza Cortez


Messages : 135
Date d'inscription : 05/08/2017
Age du personnage : 35
Localisation : Tijuana, Mexique


MessageSujet: Re: Dream Lover [PV Maritza][TERMINE]   Dim 1 Avr - 22:09



Dream Lover
ft.  XX J.R.





Jimmy a pleuré. Pas à chaudes larmes mais deux traces marquent ses jouent et ça me suffit pour confirmer l’impression que j’ai depuis le début. Depuis le premier murmure soufflé pendant la pièce.

L’homme de qui j’ai été, et dont je suis toujours, éperdument amoureuse est bel et bien revenue.

Non.

En fait, il n’est jamais partit.

Il était encore là, quelque part, dans un corps et vivait, ou plutôt subsistait, comme une toute petite étincelle. Et c’est cette petite étincelle qui vient de renaître. Et moi aussi. Je le lui dis. Je suis prête à  recommencer, à reprendre là où nous… ou il nous a interrompu.

Je regarde Jimmy, amoureuse et confiante. Parce que j’ai confiance en qui nous sommes, maintenant, tout comme j’avais confiance en ce que nous étions avant.

Maintenant, lui comme moi, sommes muet, perdus dans nos pensées.  Je sais son regard sur moi alors que mes doigts  courent le long de son bras. Comme lorsque j’étais jeune fille, j’admire avec un certain amusement ses muscles se contracter légèrement.

J’ai l’impression que dehors, j’entends encore parler de leur grosses voix grasses, les commerçant de l’Eastside, les klaxons hystérique et les enfants rire, malgré l’heure tardives. Il n’y avait pas de couvre-feu dans l’Eastside, ce monde à part.

Jimmy entrelace nos doigts et je viens me blottir un peu plus contre lui.

« Ce sera long… Laborieux… Je dois tout réapprendre, Maritza…   »

Oh, bien sûr que ce sera long et laborieux. Pour lui, pour moi. Pour Olivia.

Tant de pages attendent d’être tournées, voir déchirées. Je m’apprête à faire éclater ma famille, me séparer de mes enfants. Mon père en mourra fort probablement de colère et de chagrin et je n’ose imaginer l’humiliation que subira Enrique. Et mes enfants ?  Pourrais-je les revoir ? Viendront-ils vivre ici avec moi ? Jimmy les acceptera t-il au même tire que Olivia ?  J’en doute… et je ne peux pas les lui imposer. Il ne ferait pas pour moi ce qu’à fait Enrique alors que je réalisais être enceinte.

Je redoute la réaction de notre fille.

Elle a toujours voulu connaître son père, nouer des liens avec lui mais jamais il n’a été question de ce qui se trame. Elle aime Enrique j’en suis certaine et… je la connais capable de beaucoup de rancœur.

« Tu es prête pour ça? »

- Tu es l’homme de ma vie, Jimmy ! Je t’ai attendu pendant 16 longues années…

Mais je n’attendrai pas encore 16 ans.  Je suis prête à lui laisser du temps, j’en ai besoin aussi.  Combien cela peut durer ?  Quelques semaines ? Quelques mois ?  Je n’en ai aucune idée et cette réalité, tant mienne que sienne me donne l’impression de me tenir devant un précipice.

- Laisse- moi t’aider à réapprendre.

Me redressant, appuyée sur un coude, je ne peux lui offrir plus sincère cri du cœur.  La route est longue, mais ne serait-elle pas moins périlleuse à deux ?

Je l’embrasse puis roule sur moi-même pour m’assoir sur le bord du lit, lui faisant dos.

- J’ai peur, Jimmy ! Si tu savais combien j’ai peur !

Je suis incapable de lui dire que ma plus grande crainte n’est pas de briser ma famille, mais de le faire pour qu’il me rejette ensuite…



@ Billy Lighter


She can take it back, she will take it back some day… ©️Pink Floyd
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Jimmy Reed


Messages : 717
Date d'inscription : 12/08/2016
Age du personnage : 36
Localisation : Malibu

Who Am I?
Birth place: Los Angeles
Je suis: Le chef des Los Diablos
Song: The Man Who Sold The World - David Bowie


MessageSujet: Re: Dream Lover [PV Maritza][TERMINE]   Mer 4 Avr - 20:33



Dream Lover
ft. Maritza Cortez


Je ne voulais pas mentir à Maritza. Pas sur ce qui nous concerne nous deux, directement. Le reste était encore une autre histoire, pour l’instant. Il fallait que je m’y prenne un pas à la fois pour ne pas tomber ou la faire tomber. Pour imager la façon dont je ressentais les choses en cet instant, c’était comme si Maritza et moi avancions chacun sur une poutre, nous tenant la main sans pouvoir nous lâcher. Et si l’un de nous tombait, il emporterait l’autre avec.

C’est pourquoi je lui avouai que rien ne serait facile, que tout était à refaire. Nous n’avions plus 18 ans, nous n’étions plus dans l’Eastside. Elle avait fait sa vie de son côté et moi, la mienne, pendant 16 ans. Nous avions chacun des sacrifices à faire. Dans la partie visible de l’iceberg que je voyais, il y avait son mariage pour Maritza, et mon image à moi… Mais je ne savais pas encore, et ne voulais pas encore savoir, combien ça allait bien au-delà de ça.

Je ne le saurais que lorsque je verrais Daniele en pleurs en pleine nuit dans le salon de ma villa, me suppliant de protéger les siens.

J’étais un danger pour ma propre famille tout comme Daniele était un danger pour la sienne. Et ça allait bien au-delà des gangs, de la mafia. C’était ce que nous étions devenus qui était dangereux.

Maritza affirmait être prête, pouvoir m’aider à apprendre ce que 16 années à me convaincre que j’étais l’homme le plus ignoble de Los Angeles m’avait fait oublié.

Et alors qu’elle était blottie contre moi, nos doigts entrelacés, je la croyais. J’étais prêt à lui faire confiance.

Alors qu’elle m’embrassait, j’étais prêt à me dire que peut-être ce n’était pas à elle de me suivre, mais à moi de la suivre.

Mais elle brisa le charme, instantanément, en roulant sur elle-même pour s’asseoir au bord du lit et clamer qu’elle avait peur.

Alors, regardant le plafond, plaçant une main derrière ma tête, je ne fus plus sûr de rien. Si ce n’était d’une chose :

-Ce sera long… Et laborieux.

@ Billy Lighter



This is my world and you're a tourist.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Dream Lover [PV Maritza][TERMINE]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Dream Lover [PV Maritza][TERMINE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Dream of Ewilan
» Hollywood Dream Boulevard
» Dream ticket :Obama/Gore
» California Dream !
» [Salle à manger]Petit diner entre amis [TERMINE]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: L.A Rocks :: Beverly Hills :: Maison (BSC)-