AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Un nouveau départ (pv Ashton)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité



MessageSujet: Un nouveau départ (pv Ashton)   Mar 1 Mai - 15:17



 
Un nouveau départ
  ft. Ashton A. Saint


 


Ross sifflotait joyeusement tout en faisant la vaisselle. Il repensait à la façon dont les choses s’arrangeaient pour sa fille et lui. Un mot, un seul de Daniele Ricci avait suffit à changer ses perspectives de vie. Comment le fait de travailler pouvait-il modifier ainsi tout un environnement, ou plutôt la perception de cet environnement ? BSC lui avait versé une avance sur salaire assez conséquente pour lui permettre de régler le premier trimestre d'internat à Fairfax de Iola. Il avait aussi pu mettre une option sur l'immense appartement qui occupait tout le dernier étage de l'immeuble. Ce truc était démentiel. Il avait une surface de 300 m2 et plus de huit pièces sans compter les trois salles de bains. Seulement, voilà, il y avait un hic. Le loyer était quand même un peu trop élevé pour Malko tout seul. Il pourrait y subvenir durant quelques mois, mais guère plus. Cela finirait par peser trop lourd dans son budget. La surface immense et les pièces, les commodités séparées permettaient largement d'envisager une collocation, mais encore fallait-il trouver les oiseaux rares.

Et l'ingé son avait longuement pesé la question avant de prendre la résolution de tenter l'aventure. Il avait un métier un peu bruyant parce qu'il manipulait du son. Son travail ne se limitait pas à ses heures chez BSC. Il avait bien l'intention de procéder comme lorsqu'il mixait pour des groupes en Europe et de faire de petites expérimentations chez lui, pour inventer de nouveaux trucs. Et puis Malko avait craqué pour une guitare d'occasion et un ampli de qualité satisfaisante. La basse viendrait plus tard, et le piano probablement... Il s'était un peu raconté des histoires au début pour justifier son achat, comme se dire que ça serait utile pour expérimenter des réglages, ou autres choses. Mais Iola, le voyant débarquer du magasin de musique au bas de la rue, avait remis les choses en contexte en lui sautant au cou en pleine cohue. "Han ! Papa, tu vas te remettre à jouer ! C'est trop génial! "

Qui disait guitare disait musique et bruit, qui disait Malko disait couchers tardifs, allées et venues de gens bruyants et musicalisés. D'ailleurs de ce point de vue c'était aussi une bonne chose que Iola soit en internat même sans parler de la tournée. Elle ne serait pas distraite par les fréquentations de son père. Restait à trouver des colocataires qui ne soient pas non plus trop dérangés par ce petit monde vivant et musical. Pandora hésitait, parce qu'elle disait que sa vieille peau n'avait pas tellement sa place au milieu de jeunes, chevelus ou pas.

Et même si elle ne voulait pas l'avouer, elle avait aussi du mal à quitter son appartement rempli de souvenirs de son fils et de son ex mari. Elle finit par dire à Malko qu'elle verrait s'il peinait à trouver un troisième colloc, elle y réfléchirait. Mais il fallait déjà trouver le second. Malko avait passé une annonce dans plusieurs journaux et collé des petites affiches dans les commerces. Il avait reçu plusieurs coups de fil, dont certains avaient donné lieu à des visites complètement farfelues dont il avait gentiment écarté la candidature. On allait éviter la quarantenaire avec sept chihuahuas par exemple. Malko n'avait rien contre les animaux, mais sentait obscurément qu'il finirait par marcher sur l'un d'eux sans faire exprès avec ses grandes jambes ou s'emmêler les pieds dedans. Sans compter qu'elle le regardait bizarrement.

Cet après-midi, il attendait l'arrivée d'un nouveau visiteur, un jeune qui, cela tombait bien, était musicien et avait déjà vécu en collocation. Cela semblait trop beau pour être vrai. Malko croisait les doigts pour que le courant passe entre eux et aussi pour que le gars soit solvable et capable d'assumer sa part de loyer. Après avoir passé l'éponge sur la table pour nettoyer les reliefs du repas qu'il venait de prendre avec Iola, il fit chauffer la cafetière italienne et vérifia qu'il y avait des bières dans le frigo. Iola était dans la seule chambre de leur deux pièces en train de faire ses devoirs. Il fallait aussi que le candidat, s'il était intéressé par le loft, accepte de voir déambuler une ado dans l'appart les week end.

Il fallait que Iola accepte aussi le nouveau venu. Même s'il ne cèderait pas sans raison valable à un veto de sa fille, il prendrait en compte son avis. Et puis l'air de rien, il s'arrangerait aussi pour avoir un avis de Pandora. Il avait vraiment envie d'avoir cet appartement et voyait déjà les aménagements géniaux qu'ils pourraient y faire pour le transformer en un endroit très cool. La sonnette émit un son strident qui fit sursauter Malko. Il faudrait trouver un son plus sympa pour la sonnette du loft ! Il se dirigea vers la porte et nota avec un sourire en coin que la porte de la chambre de Iola s'était par hasard entrebâillée. Il  tourna les trois verrous qui étaient la règle dans East Side et ouvrit la porte sur un jeune homme à la chevelure blonde et mi longue. Malko lui tendit la main et l'invita à entrer en disant:

- Ashton ? Bienvenue, je suis Ross. On va prendre un café ou autre chose si vous voulez bien. Avant de visiter. Histoire de faire connaissance un peu. Ça vous va ? Vous n'êtes pas trop pressé ?





 
@ Billy Lighter 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un nouveau départ (pv Ashton)   Mer 2 Mai - 5:06



Titre du RP
ft. Ross Venor Malko


Un escalier, une rue, une clope, une question, un briquet et le voilà simplement partis. C'était étrange, l'impression de partir pour de bon alors qu'il reviendrait directement après. ça lui faisait cela à toutes les visites. L'impression qu'un monde s'écroule lentement mais surement derrière lui alors qu'un autre fait surface devant et à chaque fois ça recommence. La cigarette calme son excitation, Dieu qu'il aime ça partir vers l'inconnu. C'est une étrange sensation à la fois excitante mais en même temps craintive comme s'il luttait contre ses propres instincts animaliers. Ses instincts qui lui dictaient bêtement de rester dans cet appartement dont il savait éperdument qu'il était trop grand pour qu'il puisse s'en sortir tout seul mais qui en même temps était son foyer.

Combien de temps avait-il passé dans ce bas quartier de Los Angeles ? Là où on ressentait la vie, là où on la transpirait. Chaque jour au bas de sa fenêtre il voyait des gens passer, des gens vivre, des gens simplement exister et ça le faisait revenir à la réalité dont il perdait le sens bien trop souvent lorsqu'il s'enfermait avec son instrument. Ce quartier, c'était sa vie depuis tellement de temps.. il avait tout vu, tout entendu, il connaissait tout le monde mais pourtant.. pourtant il devait partir.

C'était qu'une broutille, une bêtise pour bien des gens mais Ashton ça lui déchirait le cœur. Il détestait ce sentiment d'attachements à un endroit, c'était bien la première fois qu'il ressentait ça pour un lieu. Gainesville ne lui avait jamais manqué, c'était sa famille qui lui manquait, sa maison là-bas il s'en fichait royalement mais ici.. il ne saurait probablement jamais dire si c'était la maison, si c'était les gens ou si c'était le symbole qu'elle avait.

Mais voilà.. James allait enfin partir en tournée dans les états américains avec son nouveau groupe et il allait être absent pendant un bon moment et puis.. il ne payerait pas en son absence, il aurait besoin de cet argent sur la route. Il lui avait annoncé ça il y a quelques semaines avec un sourire forcé. Ashton le savait autant que lui c'était la fin de leur collaboration sur son projet mais tant pis, la musique avant tout après tout. Alors il avait cherché avec une pointe de colère infime au début puis après, avec le temps, il avait accepté ce fait et il avait visité pas mal d'appartements un peu partout.

Loyer trop cher, famille, déteste la musique et d'autres conneries l'avait pour le moment empêché de trouver son bonheur. Une longue réflexion s'était imposée, un tri assez étrangement minutieux de sa part avait eu lieu entre les potentiels candidats puis son regard s'était posé sur une annonce. Un musicien qui cherchait des colocataires pour un appart dans l'Eastside c'était pas le meilleur des coins mais c'était pas loin et dans son budget alors il était prêt à rendre visite.

Doucement le sablier s'écoula et le voila, le jour J. En bas des escaliers de l'endroit où il habite, une clope à la main pour rejoindre ce lieu. Il inspire une dernière fois l'odeur de ce lieu, il observe les gens qui bougent et qui vivent et ses jambes s'actionnent naturellement. Il les reverra ce soir comme d'habitude.

Une bonne trentaine de minutes plus tard et le bâtiment qui abritait son, peut-être, futur lieu d'habitation se dresse devant lui. Il appréciait, du moins comme on peut apprécier un bâtiment comme celui-ci dans l'Eastside. Les portes, les escaliers, LA porte et la sonnette. C'est parti, toujours son air habituel sur le visage, il attend tranquillement le propriétaire des lieux. Des bruits de verrous, le dernier lui arrache un sourire. C'est typique de ce genre de quartier mais lui, ça le faisait rire bien qu'il ignorait toujours pourquoi. Peut-être qu'il aimait trop le risque et le danger pour comprendre ce genre de sécurité ? Tant bien qu'il eut fallu l'ouverture de la porte pour le tirer de cette pensée-là.

Le type ouvre forcément, rien à redire pour le coup il a vraiment la tête du musicien et ça plaît à Ashton. Lui, au moins, il ne devait pas être accro à des trucs de musique électrique qu'il abhorrait plus que tout. Il avait même une plutôt bonne tête de metalleux et ça, en particulier, c'était fort plaisant. Saisissant la main tendue vers lui sans une once d'hésitation, le blond remarqua directement l'accent de son interlocuteur. Il ne devait clairement pas être d'ici. Après cette réflexion intérieure, le blond fit son entrée dans l'appartement timidement. Il n'était pas habitué à rentrer chez les gens comme ça pour le coup et à chaque fois il était mal à l'aise au début. Acquiesçant à ses dires, il lui offrit un léger sourire avec une réponse formulée du mieux qu'il pouvait : "Non, ça me va. Je ne suis pas pressé, personne ne m'attend pour le coup." Ouais, ça c'était vrai, personne ne l'attendait, lui.

@ Billy Lighter
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un nouveau départ (pv Ashton)   Mer 2 Mai - 13:38



 
Un nouveau départ
  ft. Ashton A. Saint


 

Malko guida Ashton jusqu'à la cuisine basique et vétuste qui servait de lieu de repas et l'invita à s'asseoir à la table où attendaient deux tasses et un bocal faisant office de sucrier.

- Un café ou une bière ? Je n'ai pas de thé malheureusement.

Le grand brun se servit un café fumant puis posa la cafetière italienne sur la table et sortit les bières du frigo en ajoutant :

- Servez-vous. Prenez ce qui vous fait envie.

Il espérait pouvoir dire prochainement "faites comme chez vous".

- Ça fait longtemps que vous êtes à Los Angeles ? Vous y êtes né, peut-être ? Moi je viens d'arriver. On a pris ce petit appartement en attendant, parce qu'il fallait d'abord que je trouve du travail. Mais on y est vraiment trop à l'étroit. Maintenant que je vais avoir du matériel à stocker en plus.

Il avait un peu honte de l'endroit où il vivait. Il avait fait son possible pour assainir les lieux en nettoyant à fond, mais ce petit deux pièces avait besoin d'être refait du sol au plafond et il n'avait pas les moyens jusqu'à il y a peu. Son attention revint sur Ashton. Il avait l'air d'un gars nature et discret mais parfois il fallait se méfier de l'eau qui dort. Le Polonais en était la parfaite illustration. Le jeune musicien qui se tenait assis dans sa cuisine, lui paraissait introverti mais ce pouvait n'être qu'une impression. De toute façon si l'affaire collait, Ross Malko saurait le mettre à l'aise.

- Vous, tu ... On peut se tutoyer non ? Tu es musicien alors ? C'est un plus pour partager une colloc avec un type comme moi. Comme je te l'ai dit, je travaille dans le domaine musical. Je suis nouvellement engagé à l'essai comme ingénieur du son chez BSC. Oui je préfère être honnête. A l'essai. Mais quoi qu'il en soit, même si cela ne devait pas fonctionner, je ferai un autre travail, je ne planterai jamais un colocataire. Tu n'as aucun souci à avoir à ce sujet. Et puis ...

Malko hésita à poursuivre... et pencha la tête pour voir la porte de chambre dont l'entrebâillement avait encore oscillé.

- Je vis avec ma fille qui vient les week end me rejoindre. Elle est scolarisée en internat à Fairfax. C'est une donnée à prendre en considération. Mais tu verras que la-haut, poursuivit Malko en désignant le plafond, on aura largement assez de place pour avoir comme une suite privée chacun et aménager un lieu de vie en commun.

Ashton écoutait ce que Malko expliquait et c'était bien normal que le Polonais soit encore le seul à parler pour le moment. Mais sachant qu'il avait tendance à être parfois bavard par accès, il marqua une pause et on n'entendit plus que le bruit de sa cuillère qui tournait dans la tasse. Ce qui était, il en prenait conscience, totalement idiot et purement nerveux, puisqu'il ne sucrait jamais son café. Il ajouta pour entrer dans le vif du sujet :

- Je suppose que le loyer te convient ? Pose tes questions si tu en as d'autres.

Puis, se souvenant qu'Ashton lui avait dit vivre déjà en collocation, il ajouta :

- Pourquoi quittes tu ta collocation actuelle ? Un souci de cohabitation à cause de la musique ?  Au fait, tu joues de quel instrument et quel genre de musique ? En tout cas, avoir un autre zicos dans les murs serait vraiment cool !

A voir le look d'Ashton, il paraissait évident que ce n'était pas du disco ou du tango, mais parfois on avait de sacrées surprises. Malko lui-même composait bien des mouvements classiques, ce que son apparence plutôt rock'n'roll n'aurait jamais permis de supposer. L'ingénieur du son sentait que ça pouvait fonctionner, mais avait envie d'en savoir plus sur ce gars, au demeurant plutôt sympa au premier abord, s'il devait cohabiter avec eux.

 
@ Billy Lighter 


Dernière édition par Ross Venor Malko le Mer 23 Mai - 12:26, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un nouveau départ (pv Ashton)   Ven 4 Mai - 3:21



Titre du RP
ft. Ross Venor Malko


Il était légèrement mal à l'aise pour le coup, il ignorait totalement si son interlocuteur s'en était rendu compte ou non. Sa première envie était comme à l'habitude d'aller chercher son paquet de cigarettes dans la poche arrière de son jean néanmoins il était là pour faire bonne impression. Alors, ça pouvait être sympathique de s'en griller une avec un peut-être futur colloc mais il n'avait pas très envie de montrer qu'il avait besoin de ça pour survivre. Un jour, il arrêterait fumer mais c'était comme son projet probablement que ça n'aboutirait jamais et qu'il continuerait tout le reste de sa vie à payer pour s'enfumer les poumons.

Suivant le grand brun jusqu'à sa cuisine, le bassiste s'autorisait discrètement à jeter un coup d'œil aux pièces à vivre. Il n'était pas une fouine, loin de là même, mais par nature il aimait observer les choses autour de lui et cet endroit inconnu regorgeait probablement de chose qui pouvait le fasciner tant il n'allait quasiment jamais chez les gens. C'était d'ailleurs un miracle durant certaines périodes d'écriture s'il réussissait à mettre le nez dehors pour autre chose que pour faire les courses ou envoyer rapidement des essais à des agents locaux dont il ne recevait bien sûr jamais de réponse.

Ayant suivi le propriétaire des lieux, le blond jeta naturellement des coups d'œil un peu distrait jusqu'à ce qu'il lui adresse la parole directement. D'un geste naturel il passa sa main sur son semblant de barbe rasé et répondit clairement : "Un café si ça ne vous dérange pas." C'était étrange même pour lui de s'entendre parler de cette façon mais en même temps le jeu en valait la chandelle comme à chaque fois qu'il faisait cela. Puis en réalité, il aurait bien été tenté de prendre l'alcool mais pour une première rencontre c'était fort moyen que de mettre en avant son goût pour l'alcool puis il devait rester sobre pour pouvoir retourner écrire en rentrant.

Observant faire, il esquissa un sourire lorsque l'on lui dit de servir. Au moins, il mettait dans l'ambiance et naturellement le blond fit les gestes de tous les jours pour se servir un café.. des gestes bien rodés par les nombreuses gueules de bois qui allaient avec la ville de L.A. Laissant faire la cafetière pour le reste, il reposa son regard sur le dénommé "Ross" avant de récupérer la tasse légèrement chaude tout en l'écoutant. Il se doutait bien que ce dernier venait d'arriver à LA vu son accent, il n'y avait que peu de doute concernant ses origines non-américaines. Apportant la boisson caféinée à ses lèvres, il but une courte gorgée avant de répondre le plus simplement du monde : "Je suis pas de Los Angeles. Ma famille vient de Géorgie, je suis né à Gainesville." Bien qu'il doutait que Ross sache où était Gainesville au moins il n'y avait pas de secret entre eux là-dessus. Puis les quelques derniers mots de sa phrase intriguèrent le jeune bassiste. Du matériel ? Lequel ? Bien qu'il se doutait qu'il s'agissait probablement de musique au vu de l'annonce le rend encore plus envieux de savoir de quoi il s'agissait.

Néanmoins la réponse ne vint pas et le propriétaire des lieux bascula sur un autre sujet. Un simple hochement de tête suffit à Ashton pour faire comprendre à celui-ci qu'il pouvait le tutoyer à son aise. Il n'avait de toute façon jamais compris l'intérêt du vouvoiement et il en avait une sainte horreur bien qu'il l'utilisait par réflexe. Pour répondre à sa simple question sur musicien il répondit juste assez rapidement avant la suite de la phrase qu'il était bassiste mais il ignorait bien s'il avait entendu sa réponse puisque le brun continua. Ainsi il était ingénieur son chez BSC ? Ashton se contenta d'un large sourire pour répondre à cela, BSC était une grosse boite pour le coup et ingénieur son c'était un métier pas trop mal. Apportant une nouvelle fois le café à ses lèvres il haussa un sourcil lorsqu'il se mit à marquer une pause.

Voyant celui-ci se pencher pour regarder quelque chose, Ashton eut un court instant peur d'avoir fait une connerie sans le vouloir mais quelques secondes après il eut le soulagement de savoir que ce n'était pas lui. Le simple fait qu'il ait une fille ne le dérangeait pas bien qu'il n'appréciait que très peu les enfants en général mais puisque celle-ci était en internat la semaine, Ashton pensait pouvoir survivre. L'idée de demander l'âge de sa fille lui traversa l'esprit mais il eut peur que ce soit une question déplacée sur le coup et puis ça ne le regardait pas vraiment fallait-il dire.

Laissant le brun reprendre ce dernier continua ses explications et lui faisant une remarque sur le loyer Ashton lui offrit un nouveau sourire. Il n'était pas riche mais il n'était pas pauvre au point de ne pas pouvoir se loger. Les bars où il se produisait payaient tout de même assez bien pour qu'il puisse subvenir à des besoins minimaux et avoir même encore un peu d'argent. Certes, il n'avait pas la grande envie mais au moins..

Puis la question fatidique.. Ashton posa doucement la tasse de café qui s'était vidée au trois quarts à force d'écouter le brun. Plantant ses yeux bleus océans sur le guitariste il se contenta d'hausser les épaules avant de répondre avec une voix très franche : "Ce n'est pas un soucis de cohabitation, je m'entends très bien avec mon colocataire actuel." Il se gratta légèrement la tête en continuant son explication. "En fait, il part pour une tournée américaine avec son groupe et du coup il va s'absenter pendant presque un an et il peut pas se permettre de garder l'appartement." L'heure du mensonge arrivait. "Puis, je peux pas me permettre de garder l'appart, il est plutôt grand tout seul ce serait pas possible." En fait la seule vérité qui résonnait à l'intérieur d'Ashton c'était "tout seul ce serait pas possible." Il ne supporterait jamais de vivre seul, il avait besoin de vivre avec quelqu'un pour se sentir bien sinon ce serait absolument impossible à supporter pour lui.

Plaçant sa main gauche dans la poche de son jean, il continua de répondre à ce véritable petit interrogatoire qui l'amusait. "Je joue de la basse sinon ça m'arrive de jouer de l'harmonica donc si y a un véritable air du sud dans la maison il faut pas s'inquiéter." James n'aimait pas l'harmonica et ça donnait dès fois des disputes assez mythiques entre les deux hommes ou les deux s'amusaient à jouer d'un instrument que l'autre détestait en général l'harmonica pour Ashton et le synthé pour James. Pointant son doigt vers le plafond il eut une question naturelle qui lui vint. "Donc l'appartement, c'est celui du dessus ? J'pensais que vous viviez déjà dedans." Petit rire nerveux du blond avant qu'il n'attende la réponse de son interlocuteur.

@ Billy Lighter
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un nouveau départ (pv Ashton)   Sam 5 Mai - 15:14



 
Un nouveau départ
 ft. Ashton A. Saint


 

Plus les minutes passaient à écouter parler Ashton, plus Malko sentait qu'il serait déçu si le loft ne plaisait pas au jeune musicien. Parce que plus il en apprenait sur lui et plus il se sentait une sorte d'empathie avec lui. Pour tout dire, par certains côtés, Ashton lui faisait penser à quelqu'un. Cela faisait longtemps qu'il n'avait plus pensé à Michaël. Ashton devait avoir à peu près son âge. Le brun se demanda ce que faisait son frère à ce moment précis et où il se trouvait. Cela lui fit mal. Il s'efforça de penser à autre chose, comme à ce que lui disait son visiteur du moment.

Par certains aspects, le gars qui se tenait devant lui, lui rappelait aussi un certain jeune musicien un peu maladroit et timide. Lui-même, une quinzaine d'années en arrière. Il y avait un côté posé, une retenue chez ce type et ça plaisait à Malko. Lorsqu'il apprit qu'Ashton était bassiste également, il faillit avaler sa gorgée de café de travers. Décidément, ce candidat avait-il un défaut caché ? C'était trop beau pour être vrai.

- Un bassiste ! Bon sang! Enfin quelqu'un qui comprendrait l'intérêt de torturer des cordes aussi graves durant des heures ! Je me sentirais moins seul !
s'exclama-t-il en riant. Pas de problème pour l'harmonica non plus ! ajouta-t-il.

Il se souvint de son grand père qui jouait de vieux airs, des mazurkas et des polkas. Il avait voulu lui apprendre mais Malko trouvait ça ringard. Maintenant il regrettait. Il ajouta avec une pointe de nostalgie:
- Tu pourrais m'apprendre ? Et pour les airs du Sud, pas de souci. Je suis né au sud de mon pays, moi aussi. Plaisanta-t-il.

Malko avait demandé quel genre de musique Ashton jouait, mais le blond ne semblait pas vouloir trop en parler pour le moment, ou alors il n'avait pas retenu la question dans le flot de paroles du Polonais. Visiblement son interlocuteur n'était pas très à l'aise, peut-être timide ou solitaire. L'ingénieur se remémora les mots qu'il avait dit en entrant et qu'il n'avaient pas relevé plus que ça sur le coup. Personne ne l'attendait. Ce devait être dur de vivre seul dans une si grande ville, loin de sa famille, maintenant que son colocataire allait partir en tournée. Bon, cela dit Ashton avait peut-être eu le temps de se faire des amis depuis son arrivée dans la cité des anges. Du moins Malko l'espérait pour lui. Il songea combien il avait apprécié ce soutien moral de Pandora, puis de Duncan, même s'il n'était pas vraiment du genre à se confier facilement. Le brun émergea de ses pensées et revint à sa conversation.

- La Géorgie ... On a aussi un endroit en Europe de l'Est qui s'appelle Géorgie, mais c'est un pays à part entière.

Comme chaque fois qu'il évoquait l'Europe, le Polonais avait envie d'en griller une, mais il avait établi comme règle de ne jamais fumer dans ce deux pièces minuscule pour ne pas polluer l'air que sa fille respirait. Là-haut, il pourrait se le permettre, surtout avec la dépendance magnifique qui s'ouvrait à l'extérieur.

- Je ne connais pas Gainesville. Mais je dois t'avouer que je ne connais pas grand chose à part Staten Island et les petites villes du milieu de l'Amérique qu'on traverse quand on part de New York pour venir ici le plus directement possible. Et même ces villes, je ne sais même pas si je les reconnaitrais, maintenant... Quand je les ai traversées, j'étais dans un état second, pas vraiment moi-même ...

Malko se servit une seconde tasse de café et poussa la cafetière devant Ashton, lui faisant signe de se resservir s'il le souhaitait. Le blond lui dit qu'il s'entendait bien avec son colocataire actuel qui ne paraissait avoir qu'un défaut: celui de partir en tournée. Finalement ce type et lui avaient le même problème: ils ne pouvaient se permettre d'avoir un grand appartement en étant seuls. En revanche une pointe d'inquiétude germa dans l'esprit de l'ingénieur du son. Si Ashton était pressé d’emménager, ça pouvait être ennuyeux car, pour le moment le loft avait des allures de chantier. L'avantage était que chacun pourrait aménager sa partie à son goût. L'inconvénient était que ce n'était pour le moment qu'un squat sans eau et électricité.

- Je comprends. C'est pareil pour moi. Seul je ne pourrais pas payer le loyer pour un grand appartement. En revanche j'espère que tu ne seras pas trop pressé de vivre dans le grand confort. Ce loft est entièrement à aménager.
 

Le Polonais se leva et partit dans le salon pour en revenir avec un rouleau qu'il étala sur la table en le coinçant avec sa tasse et le sucrier.

- Voici les plans que j'ai dessinés vite fait pour l'aménagement. Y a trois niveaux. Oui, il se trouve bien au dessus de nos têtes . Il occupe en fait les deux derniers étages de l'immeuble qui en compte dix. Plus une terrasse panoramique sur le toit. On a donc deux niveaux de 150 mètres carrés et un de 100.  Si tu es tenté, on pourra revoir les plans ensemble et apporter des modifications. Sur le plan déco, chacun ferait ce qu'il veut de son coin et pour le niveau 2 on décide ensemble.

plan du niveau 1:
 

plan du niveau 2:
 

plan du niveau 3:
 

Malko laissa le temps à Ashton de jeter un coup d’œil et retourna dans le salon qui lui servait aussi de chambre et vestiaire pour chercher sa veste en jean usée. C'est qu'il y avait du vent là haut, et surtout ses clopes dans la poche de cette dernière. Revenu à la cuisine, il demanda :

- Alors, qu'est ce que tu en dis ? Je te fais visiter ?








 
@ Billy Lighter 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un nouveau départ (pv Ashton)   Mar 22 Mai - 3:50



Titre du RP
ft. Ross Venor Malko


Fallait-il que le jeune homme jauge comme à l'habitude son interlocuteur ? Le fait simple qu'on ne lui présente pas directement l'appartement avait tendance à le stresser pour une raison qu'il était incapable de décrire. Lui, qui était si à l'aise à l'habitude avec les êtres biologiques se trouvait dans un moment où il fallait qu'il se tienne correctement sans avoir à laisser transparaitre l'envie de voir l'appartement un étage au-dessus qui commençait à de plus en plus le prendre. Oui, il avait clairement envie de voir cet endroit une bonne fois pour toute tant la personne qui tenait celui-ci et lui proposait une collocation lui avait l'air sympathique puis c'était un musicne alors sans s'emballer Ashton était bien heureux.

D'autant plus qu'il n'y avait pas eu de réaction particulièrement désagréable à l'annonce qu'il jouait de la basse contrairement à certaines personnes dans les appartements qu'il avait pu visiter. C'était étrangement agréable que de tomber aussi rapidement dans la sympathie avec quelqu'un mais probablement que l'amour de la musique rapprochait les gens, c'était un des effets de cette magie que représentait celle-ci aux yeux du Géorgien.

Adressant un sourire à son interlocuteur quand celui-ci lui demande poliment s'il pouvait lui apprendre l'harmonica, il retint un rire plus à cette idée qu'à la blague. C'était tellement rare de croiser quelqu'un qui voulait apprendre l'harmonica, dans la famille d'Ashton on l'apprenait par tradition par exemple pas par volonté. Puis fallait-il qu'il avoue que quand on a sept ou huit ans et rien à faire au fin fond de la campagne géorgienne rapidement la moindre petite chose capable d'égayer votre journée devient une réelle source d'intérêt. Alors forcément ici à Los Angeles, au milieu des immeubles et de la froideur du béton, il ne s'attendait pas à tomber sur des gens qui pouvaient vouloir apprendre l'harmonica.

Vint ensuite la confirmation de ce que pensait le blond : son interlocuteur n'était pas d'ici. Au vu de ses quelques mots et des minuscules connaissances géographiques que possédait Ashton, il devait être né quelque part entre l'europe de l'est et l'asie de l'ouest. Oui, Ashton trouvait ça vaste aussi mais il n'était pas un professeur de Géographie émérite et il ignorait bien où pouvait se trouver cet autre Géorgie. Ce qui fait légèrement sourire Ashton ce fut la suite de la phrase de son futur colocataire : Il ne savait pas non plus où se trouvait Gainesville. à vrai dire Ashton parfois lui-même oubliait où cela se trouvait et était obligé d'aller chercher une carte pour montrer à ses amis où cette petite ville du comté de Hall se trouvait.

Repoussant gentiment l'offre de café en plus, il laissa son interlocuteur continuer son histoire. Fallait-il qu'il avoue être heureux de pour une fois tomber sur quelqu'un de plus bavard que lui, c'était rafraichissant puis, au moins, il pouvait simplement se taire et écouter.

Puis vint le moment fatidique : le moment des plans. Observant le brun partir, le blond arqua un sourcil avant de le revoir revenir avec un grand bout de tissu qu'il déroula pour lui offrir à la vue les plans de l'appartement. Jaugeant d'un rapide coup d'œil en écoutant Ross, il enregistra chaque pièce, chaque contour, chaque trait. Ses yeux parcoururent encore un instant le papier après que Ross eut terminé son petit discours, ceux-ci brillaient d'une petite lumière qui voulait tout dire de l'intérêt qu'il venait de susciter en plus chez Ashton, une bonne nouvelle pour lui.

Laissant partir celui-ci, il jeta un plus long moment son regard sur le papier pour s'y délecter, fantasmant un peu plus les pièces et laissant son imaginaire prendre le dessus sur sa raison comme il lui arrivait souvent plus jeune. C'était l'un des problèmes qu'il devait contrôler rapidement : cette proportion à se laisser dominer par cette partie de lui. Ce ne fut que la question de Ross qui le tira de ce moment, lui permettant de se tourner vers lui et de le dévisager avec un sourire bien plus large que ceux qu'il avait pu offrir à ce dernier et répondant un simple : "Allons y, j'ai hâte de voir ce lieu." Naturellement il vérifia que ses cigarettes étaient toujours dans ses poches et se redressa, prêt à suivre son interlocuteur jusqu'au bout du monde.

@ Billy Lighter


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un nouveau départ (pv Ashton)   Mer 23 Mai - 19:05



 
Un nouveau départ
 ft. Ashton A. Saint


 

Malko roula les plans, les coinça sous son bras prit un trousseau de clef et sa veste tout en invitant Ashton à le suivre. Il passa devant la porte de la chambre et y toqua doucement sans la pousser bien qu'elle fût ouverte.

- Iola, je monte faire visiter le loft à notre invité. Je regarderai ta composition sur les différentielles en revenant. Tu peux prendre un bout de gâteau si tu as envie. Je l'ai mis au placard mais tu nous en laisse un bout, hein !


- Ok ! J'ai pas faim de toute façon. Répondit une voix féminine avec un accent prononcé.

Le grand brun soupira puis ouvrit la porte de l'appartement et laissa passer Ashton avant de la claquer. Ils commencèrent l'ascension des étages par les escaliers. C'était l'un des points noirs de l'affaire. Le loft occupait les derniers étages et l'immeuble ne comportait aucun ascenseur. L'ingé son avait réfléchi au moment où il pourrait se payer un piano et s'était dit que ce ne serait pas une sinécure de le monter là-haut, mais à l'issue de ce monologue intérieur, il en avait conclut qu'il aurait peut-être les moyens de vivre ailleurs lorsqu'il pourrait se payer un piano à queue comme celui de Fairfax ou qu'il pourrait aussi faire installer un ascenseur extérieur n'accédant qu'au loft, mais que comme il n'était pas un rat, il ferait en sorte qu'il desserve aussi tous les autres étages pour rendre service aux autre locataires.

Malgré les quelques huit étages, ils furent assez rapidement rendus en haut, chacun des deux étant absorbé dans ses pensées durant l'ascension. A partir du huitième niveau, l'escalier débouchait sur une porte unique en acier blindé. C'était assez dingue comme impression.

- Dans les années 50 un des locataires du huitième a gagné à la loterie nationale. Il a racheté les deux étages et l'accès au toit, puis fait abattre toutes les cloisons des appartements. Le mec aurait pu se payer une villa, mais il ne voulait pas déménager de son quartier.
Expliqua Malko en introduisant une clef dans la serrure. En tout cas, la porte est pas prête de bouger. Il avait prévu d'être peinard et ne voulait pas tenter le diable. Le type était plein aux as il parait, mais totalement parano envers les banquiers. Il planquait son flouz un peu partout. Il parait qu'il était aussi proprio d'une chaine de lav'O'matic et qu'il gardait tout le fric qu'il allait récolter dans les machines, à son domicile. Pas étonnant que l'endroit soit aussi blindé que Fort Knox, quand on connait le quartier. Mais je savais pas que la blanchisserie rapportait autant.


La porte s'ouvrit sur une vaste surface dont les murs avaient été recouvert de plaques isolantes qui donnaient à l'endroit l'aspect d'un vaste entrepôt bien isolé acoustiquement parlant. On aurait presque pu y donner des petits concerts. Le fond s'ouvrait sur des baies qui faisaient de larges trouées dans le mur. Des piliers disséminés ici et là soutenaient le plafond et l'étage du dessus. Le sol était recouvert d'une dalle en béton lissé brute. A terre de longues lambourdes de bois étaient empilées et contre le mur de gauche des plaques de bois en aggloméré et des rouleaux d'isolant.

- J'ai à peine fini d'isoler les murs qui donnent sur l'extérieur et le plafond sur le plan thermique et phonique. Comme tu vois, j'ai pas encore commencé à délimiter les chambres, ce qui fait qu'on peut encore modifier le plan de ce niveau.


Malko s'avança dans la pièce et laissa le blond découvrir le vaste espace qui s'offrait à lui.

- C'est difficile à imaginer mais on peut faire quatre chambres et trois salles de bain, tout confort, dans ces cent cinquante mètres carrés. Iola et moi on préférerait que nos chambres soient côte à côte mais on n'a pas de préférence. De toute façon ce sera mieux que maintenant. Tu as bien vu dans quoi on vit...


Le brun s'avança jusqu'à l'une des baies vitrées et en ouvrit une. Il n'était pas peu fier de cette partie de la rénovation. Il en avait chié à monter les baies dans l'escalier une par une et seulement aidé par Iola qui lui ouvrait les portes et  Pandora qui soutenait un coin histoire que la vitre qui valait un bras ne glisse pas et ne finisse pas en mille morceaux dans les escaliers.

Il sortit sur la terrasse qui offrait largement de quoi mettre une table des chaises et des bacs à fleurs. D'ailleurs il y avait installé trois caisses en bois renversées, de quoi prendre l'air et boire un café dessus. Mais ce que le Polonais préférait encore, c'était s'accouder à la balustrade et contempler la vue des collines et des buildings de Downtown et d'Hollywood au loin. La Big City quoi et à l'est, les mamelons végétalisés de la nature. C'était beau, ça lui inspirait toujours une sorte d'émotion solitaire et tranquille. L'agitation frénétique et illusoire de tous ces gens, cette vie qui pulsait sur un grand tapis de lumières, lui paraissaient à la fois totalement futiles et terriblement émouvantes.

Il avait toujours de bonnes idées d'écriture quand il venait sur cette terrasse, mais il n'avait guère le temps de se poser pour les approfondir. Le moment venu, il y reviendrait. En espérant que le filon serait toujours aussi inspirant pour lui. Ce duplex n'avait d'ailleurs pas inspiré que sa fibre littéraire mais aussi l'artisan qui sommeillait en lui.

- Chaque chambre aura un accès à la terrasse. Ce qui est sympa, je trouve. Et le comble du luxe : je pense installer un monte plat donnant à l'étage du dessus directement sur la cuisine, ce qui fait que chaque colocataire pourra recevoir du monde dans sa suite et manger sur sa terrasse privative.  

Malko sortit son paquet de cigarettes de sa poche et en extirpa une  avant de proposer la même à Ashton. Il se l'alluma et tira une bouffé en soupirant.

- Alors qu'est ce que tu en penses ? On n'est pas bien là ? Les rois du monde, c'est qui ? Et attends d'avoir vu les deux autres niveaux.

Le regard brillant du jeune bassiste n'avait pas échappé à son aîné et le Polonais se caressa la barbe. Finalement, c'était peut-être vrai ... Le rêve américain était peut-être là, à portée de main ...

Hrp:
 



 
@ Billy Lighter 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un nouveau départ (pv Ashton)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Un nouveau départ (pv Ashton)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» 01. Episode n°1 ; Un nouveau départ
» Petite Ode ○ La chanson du désespoir où la mélodie d'un nouveau départ ?
» Besoin d'un nouveau départ
» Un nouveau départ [Hoheinhem Van]
» Nouveau départ (PV Amarok)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Hors-jeu :: Archives :: Sujets archivés-