AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Debriefing After The First One [ PV Jack] [Death Valley - California (USA)][TERMINE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Olivia Hughes


Messages : 720
Date d'inscription : 29/01/2017
Age du personnage : 16
Localisation : Ici, et là

Who Am I?
Birth place: Tijuana
Je suis: têtue
Song: Don't ignore me


MessageSujet: Debriefing After The First One [ PV Jack] [Death Valley - California (USA)][TERMINE]   Ven 8 Juin - 21:18



Debriefing After The First One
ft.  Jack Perry





- C’était…

Je n’ai pas les mots pour expliquer à Julian comment fut ma première vrai expérience sur scène devant un public qui a bien accueillit ma musique. Confortablement installée dans un immense fauteuil, les pieds allongés  sur un tabouret rembourré tout aussi disproportionné, le cornet du téléphone coincé entre mon épaule et mon oreille, mes mains occupées à enrouler et dérouler une mèche de cheveux.  J’étouffe un bâillement et pousse sur mes jambes pour m’étirer.

- J’aurais aimé que tu sois là, tu sais.

C’est un concours de circonstances qui ont fait que Julian n’a pu être présent au premier concert de la tournée.  Je l’ai appris tout juste avant de monter sur scène et j’avoue, j’ai eu une réaction de gamine passant près de dire à Jack que si Julian n’était pas là, je n’y allais pas.  J’ai ravalé mon chagrin et j’y suis allé. Sans dire que j’ai oublié ma déception une fois devant le public, l’effet électrisant  que cette sensation unique procure m’a remit le sourire et j’ai pu livrer la marchandise comme on dit.

De mon point de vu, j’ai l’impression que ça bien été. Pas parfait  mais quand même, pour une première réelle expérience, je crois que je peux être fière.

- J’attends de voir Jack pour qu’on en parle, il saura mieux me dire les bons et moins bons points. […] Oui, oui !  J’y ai pensé aussi mais je ne crois pas que d’imaginer tous les spectateurs nu fonctionnerait comme pour un débat en anglais !

C’était un des trucs que m’avait proposé Jess avant de partir quand j’ai dit que ma plus grande crainte était d’oublier les paroles de mes chansons sur scène et de me faire huer par le public. Mon amie avait alors proposé de faire comme lors des débats en classe d’anglais et d’imaginer le public complètement nu. Nous avions bien rigolé, Jess, Julian, Tyler et moi.  
Heureusement, je n’ai pas eu à le faire.  Le simple fait d’y penser m’a fait du bien et m’a rapidement mise en confiance.

Jack entre dans la chambre et je lui souris tout en écoutant Julian me parler  d’un moteur ou d’une pièce de voiture qu’il a trouvée pour celle sur laquelle il travail en ce moment.  Ça me fou un peu le moral à plat de devoir lui couper ça court mais je lui promets de l’appelé dès mon réveil demain matin. Après une dizaine de « Je t’aime ! Non… toi raccroche… tu n’as pas raccroché je t’entends respirer ! Moi aussi je t’aime ! » je fini par reposer le cornet du téléphone et  je suis prête à discuter avec Jack.

- Désolée… nous avions beaucoup de choses à nous dire. Il te salut, au fait.

Je ramène mes jambes  sous mes fesses et me  place plus droite pour discuter avec Jack. Nous avons la tête pleine, tous les deux, de tant de choses à  voir et revoir mais ça va. Je ne suis pas si fatiguée, au contraire on dirait que je suis toujours sur l’adrénaline du moment.

- Ça été ? Je veux dire… je m’en suis bien sortis pour une première fois ?

Je suis suspendue à ses lèvres, impatiente de savoir ce qu’il en a vraiment pensé. Quand je suis sortie de scène, il y avait cette espèce d’effervescence qui nous a enveloppés.  J’ai bu un sprite et mangé du pop corn au caramel.  J’ai regardé Roadtramp depuis les coulisses et  donc voilà, nous n’en avons pas vraiment parlé.

Je suis toute ouïe pour mon manager. J'ai hâte de savoir ce qu'il a pensé, même s'il y a des trucs moins bien à me dire.  C'est une vraie première expérience que nous venons de vivre et, même si j'aurais voulu que Julian soit avec moi ce soir, le premier verdict, à chaud, c'est avec Jack que je veux en parler.


@ Billy Lighter


Jimmy's daughter


Dernière édition par Eddy Cort le Lun 18 Juin - 13:37, édité 2 fois (Raison : rectification d'une phrase)
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Jack Perry


Messages : 277
Date d'inscription : 14/02/2017
Age du personnage : 36
Localisation : BSC Tower

Who Am I?
Birth place: Los Angeles
Je suis: dépassé.
Song: See-Saw - Pink Floyd


MessageSujet: Re: Debriefing After The First One [ PV Jack] [Death Valley - California (USA)][TERMINE]   Dim 10 Juin - 10:55



Debriefing After The First One
ft. Olivia Cortez


Avant que Livia ne monte sur scène, j’étais pratiquement aussi fébrile qu’elle… peut-être même plus, sauf que je le montrais moins. J’avais beau essayer de me dire que ce serait comme pour les autres groupes que j’avais managé jusqu’ici… mais non. Avec Livia, c’était complètement différent pour un tas de raisons.

Déjà, elle n’avait que 16 ans et un échec ne serait pas pris par elle comme le prendrait des artistes plus âgés. C’était un peu la jouer quitte ou double. Si ça se passait mal, elle pourrait très bien se décourager d’un coup et ne plus jamais vouloir monter sur scène, ce qui, vu son talent, serait extrêmement dommage.

Ensuite, Livia, malgré les musiciens de sessions de BSC qui l’accompagnaient, était en quelque sorte seule en scène, elle ne faisait pas partie d’un groupe dont les membres pouvaient se soutenir les uns les autres. Heureusement, à ce niveau-là, j’avais compris que je pouvais compter sur Roadtramp qui couvait Liv au moins autant que moi. Autrement dit, elle était très bien entourée.

Enfin, et c’était peut-être ce qui faisait que j’étais aussi stressé, j’avais tendance à ne pas réfléchir en manager mais en père qui voit son enfant plonger dans un monde compliqué, mais qui croise aussi les doigts pour qu’elle puisse réaliser son rêve.  

Une fois Livia sur scène, j’étais resté au bord des coulisses, pour qu’elle puisse me voir rien qu’en se retournant, histoire de la soutenir et de la rassurer au cas où. C’était cette même place que prenait Ricci lors des concerts de ses groupes aussi et je comprenais mieux pourquoi désormais : on voyait tout, de là : le travail des roadies, les artistes sur scène et les réactions du public, ce qui donnait une impression de contrôle assez grisante.

Tout s’était très bien passé et même mieux que ça ! Livia avait été géniale bien qu’un peu figée au départ mais c’était la première fois aussi qu’elle se retrouvait devant un public aussi nombreux ! De plus, c’était un public qui ne correspondait pas spécialement aux gens qui étaient forcément susceptibles d’aimer ce que faisait Livia puisque c’étaient majoritairement des fans de métal.

Cependant, j’avais été ravi d’apercevoir tout de même çà et là des filles plus jeunes, de l’âge de Livia ou plus jeunes encore, avec des t-shirt qu’elles avaient confectionnés elles-mêmes ou des banderoles sur lesquels était écrit en lettres rondes ou carrément reproduit le logo LIVIA. Souvent accompagnées d’un grand frère ou d’un père qui, eux, allaient voir Roadtramp.

Mais même en dehors de ça, il semblait que Always On My Mind ait conquis la majorité du public, à force de passer à la radio. Et on avait bien fait dans la set list, de placer les nouvelles chansons de Livia en alternance avec les chansons que les gens étaient susceptibles de connaître. Du coup, Livia avait eu, en terminant par Always On My Mind un public pour lui répondre et chanter avec elle. Et déjà que la chanson était émouvante en soi, la voir jouer en plus avec le public m’avait donné des frissons.

L’apothéose du spectacle, par contre, ne se fit pas durant la première partie. Je ne savais pas ce que Livia avait trafiqué avec Eddy Cort et les autres, mais à un moment, pendant le concert de Roadtramp, le chanteur, alors que Livia mangeait tranquillement ses pop-corn à côté de moi, me permettant de lui en voler de temps en temps, appela la jeune fille.

J’avais regardé Livia, interloqué et elle m’avait donné son sac de pop-corn pour remonter sur scène, acclamée par le public chauffé par Roadtramp.

Et là, je faillis bien me mettre à pleurer en l’écoutant chanter Never Cared, seulement accompagnée par Roadtramp aux instruments. J’avais réussi à me retenir, mais de justesse.

A la fin du concert, nous rentrâmes à l’hôtel et je laissai Livia aller dans la suite, avec deux chambres, qui nous était réservée par BSC, le temps d’un premier débriefing avec Ricci. Un débriefing qui porta sur d’infimes détails parce que tout s’était extrêmement bien passé.

Quand je rejoignis la jeune artiste dans la chambre, celle-ci était au téléphone et je n’avais pas besoin d’un dessin pour savoir avec qui. Je savais qu’avant de monter sur scène, elle avait été plus que chagrinée que son petit-ami ne soit pas présent. Elle n’avait pas eu besoin de me le dire, je l’avais vu. Mais hey, c’était ça, la vie d’artiste et on ne pouvait pas tout avoir. L’année scolaire n’étant pas terminée, Brooke n’était pas présente non plus, je n’en faisais pas une maladie pour autant.

Heureusement, Livia avait eu la présence d’esprit de ne pas se démonter et de ne même pas aborder le sujet avec moi. Et puis, une fois sur scène, son chagrin s’était comme envolé. Un bon point pour elle. Parce que ce ne serait pas le sujet sur lequel je serais le plus indulgent.

Alors elle l’avait bien mérité, son coup de téléphone et je la laissai donc terminer sa conversation avec son petit-ami, qu’elle chercha tout de même à abréger, enfin, plus ou moins… Je levai les yeux au ciel en rigolant en les entendant se renvoyer la balle pour être celui qui finirait par raccrocher.

Quand ce fut fait, je vins prendre place dans le fauteuil en face du sien. Ses jambes recroquevillées contre elle, elle avait on ne pouvait plus l’air d’une enfant encore. Alors que sur scène, c’était bel et bien une jeune femme que j’avais vu.

-Dire que tu t’en es bien sortie serait un euphémisme, Livia. Tu as été géniale.

Je souris en coin, penché en avant vers elle, mes yeux bleus rieurs levés vers elle.

-Tu m’avais caché que tu allais chanter avec Roadtramp… Je ne suis peut-être pas… probablement pas… objectif, mais c’était encore mieux que l’original.

Je marquai une pause avant de lui demander :

-Toi, comment tu te sens ? Qu’est-ce que tu as ressenti ? Tu avais l’air à l’aise, de mon point de vue, mais est-ce que tu l’étais vraiment ?

@ Billy Lighter



You know that I care what happens to you, And I know that you care for me too ©️️ Pink Floyd
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Olivia Hughes


Messages : 720
Date d'inscription : 29/01/2017
Age du personnage : 16
Localisation : Ici, et là

Who Am I?
Birth place: Tijuana
Je suis: têtue
Song: Don't ignore me


MessageSujet: Re: Debriefing After The First One [ PV Jack] [Death Valley - California (USA)][TERMINE]   Lun 11 Juin - 3:45



Debriefing After The First One
ft.  Jack Perry





Ça me fait vraiment du bien de parler à Julian une fois installé dans la suite réservée pour Jack et moi, et même s’il est tard, je prends le temps de lui raconter ma première expérience sur une vraie scène de professionnelle et de l’écouter lui me parler de comment il a occupé sa journée.  Ce n’est que partie remise, selon lui, il sera en mesure de me rejoindre d’ici peu puisqu’il sera chez son père. Je me croise les doigts, les orteils, les bras et les jambes même pour que ce soit vrai.  Depuis notre moment passé chez son ex beau-père,  j’ai besoin plus que jamais de ne retrouver avec lui. C’est comme si la révélation de son secret nous liait et que de ne pas l’avoir près de moi m’amputait de la moitié de moi-même. C’est fou, non ?

Après avoir étiré au maximum le moment de se dire au revoir au téléphone, je  regarde Jack avec une certaine appréhension. Même si j’ai l’impression de mon point de vu que je m’en suis tiré pas si mal pour une première expérience,  je sais qu’il y a des choses que je dois améliorer.
C’est de ça que nous devons parler.

J’ouvre grand les yeux et les oreilles prêtes à tout entendre puis je pousse un long soupire qui se change vite en rire quand Jack m’affirme que j’ai été géniale. Ça, ça fait du bien au moral ! Et son expression moqueuse  ne calme aucunement mon propre rire.

- Merci Jack !

Si je ne lui saute pas au cou, c’est qu’il me parle tout de suite de ma prestation avec Roadtramp et ce qu’il en pense m’emballe plus que ce qu’en a pensé Eddy lui-même.  Je baisse la tête, jouant avec mes cheveux avant de relever les yeux et de hausser des épaules.

- Bah… j’crois que j’ai oublié, aussi bêtement que ça, de t’en parler. J’ai vu Eddy au studio. En fait il m’a surpris alors que je la jouais au piano et il a adoré. Il est aller chercher son manager ensuite et l’idée est venu que je vienne la faire sur scène avec eux.

J’aurais peut-être dû lui en parler.

Mais vu sa réaction, je ne regrette pas ne pas l’avoir fait.  Et, comme je viens de lui expliqué, ça résulte réellement d’un stupide oublie et non pas d’une cachoterie.

- En tous les cas, le public a vraiment bien réagit ! Je n’ai jamais eu de sifflements aussi intenses !

En même temps, ce n’est pas comme si on m’avait ovationné des tonnes de fois dans la vie…
Je souris à Jack, mes yeux remplis d’étoiles. J’ai encore l’impression de flotter et j’ai vraiment hâte au prochain concert pour récidiver. J’espère que ce sera encore avec la même sensation enivrante que je vais livrer mes chansons au public.

- Je me sens… Je me sens… épuisée je dirais. Mais, épuisée comme après une belle soirée en famille et qu’on rentre à la maison avec le fou rire. Comment après le réveillons de Noël chez tes parents.

Ouais… ça ressemble à ça ! Mais en mieux ! Je suis épuisée mais je ne me sens pas capable de dormir. C’est comme si je carburais encore sur l’adrénaline que la scène m’a offert. Je pourrais passer la nuit debout à exalter de joie sans ressentir la fatigue !

- Au début, je ne m’entendais pas. Le son, dans mon oreille revenait pas bien mais ça s’est ajuster après c’est comme si  je m’étais fait au son de la foule.

Ça m’a fait figer un peu au début de ma prestation. Je n’osais plus bouger de peur de perdre le son et de cafouiller dans le tempo. Tranquillement, mon oreille s’est ajusté ou alors il y a quelqu’un qui a remarqué que quelque chose n’allait pas et a ajuster  le contrôle ou je ne sais quoi mais ça s’est résorbé tout seul et tant mieux sinon, je ne sais pas comment je m’en serais sortit.

- C’était intimidant les 5 premières minutes mais ensuite, ce fut comme si j’oubliais qu’il y avait pleins de gens devant moi. M’est venu l’idée de m’imaginer que je chantais que pour toi, Julian, Brooke et mamita et ça allait tout seul !

D’exprimer tout ça fait dégonfler petit à petit mon ballon d’adrénaline et je n’arrive pas à réprimer un bâillement. J’allonge mes jambes pour me pencher vers l’avant et me laisse tomber dans les bras de Jack.

- Merci de croire en moi et de m’avoir permis de réaliser ce rêve là !

Je ne sais pas s’il sait que je lui suis vraiment reconnaissante d’avoir cru en moi dès le premier jour alors même que je ne lui donnais pas forcément des raisons de persister. Notre relation a nettement évolué depuis l’anniversaire de mariage où nous nous sommes rencontrés.

- Pour le prochain concert, je crois que je vais faire attacher mes cheveux parce qu’ils reviennent tout le temps dans mon visage quand je bouge trop rapidement et que j’ai l’impression que ça fais un espèce de « grshhhgrshhhiiiiishhhhh » dans le micro, ça s’est entendu ?

Pleins de petits détails comme ceux là auxquels je n’ai pas pensé avant de monter sur scène mais qui vont devenir, j’imagine une routine au fil du temps.  Je vais revoir ma tenue aussi question d’être plus à l’aise et d’avoir moins chaud.

- Un jour, tu crois que ce sera moi, la tête d’affiche ?  Ce serait trop top d’avoir une carrière comme celle de Lola !

Mais avant de me rendre là… je vais déjà passé au travers de cette première tournée !


@ Billy Lighter


Jimmy's daughter
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Jack Perry


Messages : 277
Date d'inscription : 14/02/2017
Age du personnage : 36
Localisation : BSC Tower

Who Am I?
Birth place: Los Angeles
Je suis: dépassé.
Song: See-Saw - Pink Floyd


MessageSujet: Re: Debriefing After The First One [ PV Jack] [Death Valley - California (USA)][TERMINE]   Lun 11 Juin - 21:44



Debriefing After The First One
ft. Olivia Cortez


Olivia prétendait avoir oublié de me parler de la chanson qu’elle avait prévu de chanter avec Roadtramp… Et je la regardai, les sourcils levés… Je n’étais pas mécontent qu’elle ne m’en ait pas parlé, que du contraire ! Ça avait été une merveilleuse surprise ! Mais parce contre, j’étais étonné sur un point :

-Tu as juste… oublié que tu allais chanter une chanson… non… la chanson qui risque fort de devenir culte de Roadtramp, avec le groupe, sur scène, devant des milliers de personnes…

Je secouai la tête en rigolant…

-Si c’est un mensonge, je serai soulagé… Parce que si tu as vraiment oublié ce minuscule détail… C’est que tu es bonne à enfermer, Olivia Cortez.

J’aurais été à sa place, à son âge, ça aurait pas été un truc que j’aurais oublié. Ça non, sûrement pas. J’aurais pensé qu’à ça jusqu’à ce que ça se produise… Bien qu’en y réfléchissant bien, la jeune femme avait eu bien d’autres choses bien moins amusantes à l’esprit, ces derniers temps… Le divorce de ses parents et la parution d’une photo de sa mère avec son père biologique en grand dans L.A.People, ça non plus, ce n’est pas rien.

Largement de quoi occulter même Roadtramp. Et c’était ma propre euphorie d’avoir vu ma protégée assurer sur scène et sublimer une magnifique chanson qui m’avait fait oublier cet autre « détail ». Egalité.

Alors je secouai la tête en réalisant ce que je venais de dire.

-Je retire ce que je viens de dire, Livia… C’est moi qui parle sans réfléchir, pour le coup…

Je lui souris, un sourire d’excuse…

-Une vraie groupie, que je suis… Il y a un terme masculin pour « groupie » ?

Alors je lui avais demandé comment elle se sentait, après ce premier concert. Et plus elle parlait, plus mon sourire s’agrandissait. Elle compara ce qu’elle ressentait à ce qu’elle avait vécu au réveillon chez les Perry auquel je l’avais emmenée. Je rigolai.

-Mes parents seront ravis de savoir que leur dinde a eu le même effet qu’un très bon concert. Je leur ferai passer le message.

Elle était dans une réaction à chaud… Mais mentionna quand même ci et là des détails techniques qui pouvaient sembler anodins mais qui pouvaient faire la différence entre un très bon concert et un excellent concert. Je hochai la tête quant à sa remarque sur les premières minutes où elle avait des mauvais retours.

-Oui, c’est très courant qu’il y ait des ajustements à faire en début de concert, même en ayant fait les réglages avant. Il ne faut pas paniquer et tu peux toi mêmes faire des signes à la régie quand tu penses qu’il y a un problème, quand tu veux que certaines choses aillent plus fort ou moins fort. Il ne faut pas hésiter. Les ingénieurs du son sont à ton service à ce moment-là.

Je lui souris.

-Mais au niveau de ton chant, ça ne s’est pas entendu, c’était plutôt t’a posture qui était figée. J’ai pensé que c’était le stress puisque tu t’étais naturellement détendue par après. Je n’ai pas pensé une seule seconde à un problème de retour. Donc tu as chanté juste.

Elle repassa ensuite à quelque chose de plus émotionnel, quoi que, un peu entre le technique et l’émotionnel, en fait. En disant qu’elle avait pensé chanter pour un cercle très réduit de personnes, les plus chères à son cœur. Et j’étais ravi de faire partie de la liste, ainsi que d’y entendre le nom de Brooke.

C’était fou comme certains artistes pouvaient chanter à l’aise devant des milliers d’inconnu et être complètement perturbés face à leur entourage quand, pour d’autres comme Livia, c’était tout l’inverse. Un peu comme être gaucher ou droitier.

Mais avant que je n’ai pu dire quoi que ce soit, Livia se jeta dans mes bras et surpris d’abord, je répondis à son étreinte ensuite.

-C’est toi qui m’a convaincu dès le départ. Je n’ai fait que te donner les moyens d’atteindre ton rêve. Après, c’est toi qui fait tout.

Puis, elle revint à quelque chose de plus technique à nouveau, affirmant qu’elle attacherait ses cheveux la prochaine fois.

-Oui… Oui tu peux les attacher si tu en as envie… Je n’avais pas trop pensé à ça jusqu’ici, c’est toi qui m’y fais penser maintenant mais si tu veux, il y a des maquilleuses, costumières et coiffeuses qui travaillent pour BSC et qui pourraient t’aider et te conseiller pour tout ce qui est look. Ta personnalité doit se travailler à ce niveau-là aussi, quelque part.

Je secouai la tête.

-Mais non, ça ne s’est pas entendu. Moi, en tout cas, je n’ai rien entendu.

Puis, je rigolai quand Livia demanda si elle pourrait être tête d’affiche un jour, rêvant à une carrière telle que celle de Lola…

-Tant que tu n’attrapes pas le même caractère, je veux bien faire tout ce qu’il faudra avec toi pour y arriver.

Puis, mon regard se porta sur le téléphone qu’elle avait raccroché un peu plus tôt.

-Tu as déjà une idée de quand Julian pourrait venir te voir sur scène ?

@ Billy Lighter



You know that I care what happens to you, And I know that you care for me too ©️️ Pink Floyd
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Olivia Hughes


Messages : 720
Date d'inscription : 29/01/2017
Age du personnage : 16
Localisation : Ici, et là

Who Am I?
Birth place: Tijuana
Je suis: têtue
Song: Don't ignore me


MessageSujet: Re: Debriefing After The First One [ PV Jack] [Death Valley - California (USA)][TERMINE]   Mar 12 Juin - 3:34



Debriefing After The First One
ft.  Jack Perry





Jack, il est toujours septique quand je dis la vérité mais gobe un mensonge sans poser de question. Je suis pourtant on ne peut plus sincère quand je lui dis que j’ai oublié de lui parler  de la chanson de Roadtramp et de la proposition d’Eddy de monter sur scène avec eux.  J’ai bien envie de lui lancé un coussin quand il dit que je suis bonne à enfermer si c’est vraiment un oublie.

Heureusement pour lui, quoi que je sais aussi bien viser qu’une marmotte aplatie sur le bord de la route, il se rétracte et le sourire qu’il m’offre est digne des plus belles excuses. J’éclate de rire quand il me demande quel est le masculin de groupie.

- Heu… je crois que c’est la même chose en faite mais… c’est laid !

Le fou rire passé, la plus proche comparaison que je peux faire pour mettre des mots sur ce que j’ai ressentis pour mon premier spectacle c’est de comparer ça avec le réveillon de Noël passé avec la famille de Jack. Il y avait quelque chose de magic ce soir là avec ses parents et sa sœur Natasha.  Et ce qu’en dit Jack me fait de nouveau bien rigoler. Bon ok, ce que j’ai vécu ce soir était quand même mieux qu’une dinde dégusté en famille mais je parlais surtout de l’ambiance et de l’effet réconfortant de vivre un bon moment.

J’écoute ensuite attentivement ce que me dit Jack au sujet des réglages et de ce que je peux faire quand ça arrive. Je n’ai pas pensé faire signe  à la régie de peut de paraitre pour une amateur alors je crois que je vais réfléchir à comment le faire sans que ça ne paraisse pour les gens dans la salle. Ce qui me rassure, c’est que mon chant n’en a pas été perturbé bien que je semblais un peu limité dans mes mouvements.  Ce qui m’a permis de me détendre, c’est que, plutôt que d’imaginer les gens complètement nus, j’ai préféré m’imaginer dans une toute petite pièce, le salon de notre appartement, pourquoi pas, et de chanter que pour les gens que j’aime vraiment. À partir de là, il me semble que tout c’est enchaîné et que  j’ai pu  bouger, voir danser tout en inter agissant avec le public. Ça va s’approfondir en cumulant les spectacles, je deviendrai plus à l’aise puisqu’il faut apprendre à marcher avant de courir.

N’est-ce pas, Jack ?

Fidèle a lui-même,  Jack reporte le mérite sur moi plutôt que de prendre le crédit pour la chance qu’il m’a offerte.  Inutile de le contredire et d’embarquer dans la joute du  « ouais mais c’est toi qui… » et ainsi de suite parce que têtue comme nous le sommes, nous voudrons toujours avoir le dernier mot.

Je reprends docilement ma place sur le fauteuil  puis le questionne sur mon look. Parce que c’est quelque chose que je n’ai pas envisagée et mes cheveux, quand je tournais la tête trop rapidement, s’empêtraient dans mon micro ou me barraient carrément la vu. Moi, j’ai eu peur que ça s’entendre comme un chuintement dans le micro. La bonne nouvelle  c’est que j’ai droit à des costumières, coiffeuses et tout le tralala pour me faire belle avant d’aller sur scène.

Ce n’est pas tombé dans l’oreille d’une sourde et  je compte bien  demander leur aide dès le prochain concert. Ça serait pas mal d’avoir un look un peu glam, légèrement sexy… J’en soupire déjà de plaisir. Je me sens littéralement comme une petite princesse.

Est-ce comme ça que se sent Lola ?

- J’ai du sang de Latina moi hein, faut pas l’oublier !

Je dis ça à Jack sur un ton moqueur parce que, en plus du sang des Cortez, j’ai aussi celui des Reed et vu comment on me décrit mon père à gauche et à droite,  je ne suis pas certaine que le mélange soit nécessairement bon, à long terme. En tous les cas, jusqu’ici, ça n’a pas encore fait trop de dommage. C’est peut-être pas si mal ou alors j’ai un bon dosage !

Qui sait ?

Manque que mon prince pour que mon rêve soit parfait et à la question de Jack, je réponds par un haussement d’épaule.

- Il doit demander à son père demain matin et me le dire quand je l’appellerai.  Et toi ? Est-ce que tu sais si Brooke viendra aussi bientôt ? Le spring break c’est dans quelques semaines.

Je suis plutôt satisfaite de voir Jack en amour avec ma prof d’histoire.  Ils forment un si mignon couple ! Je crois qu’ils sont de ceux qui se sont trouvés, tout simplement.

- Mamita disait vouloir venir me voir aussi, quand je serais en tournée. Mais j’imagine qu’elle est trop occupé à rouler des pelles à m on père pour se soucier de moi, maintenant qu’elle l’a récupéré !

Ça, j’en suis franchement pas revenue. Et je ne sais pas comment je dois me sentir vis-à-vis de ça. C’est vrai, quoi ?  Elle a passé ma vie entière à s’évertuer à me le faire haïr et au moment où je le retrouve et où je peux caresser l’espoir de peut-être nouer des liens avec mon père, suffit qu’elle s’amène pour mettre le grappin dessus  et foutre en l’air ce que j’avais de famille à Tijuana. Je ne sais même pas si je pourrai revoir mon frère et ma sœur. Ni même Enrique et Abuelo !

- Tu as su lui parler, toi ?  

Je suis presque certaine qu’il me dira que non mais sait-on jamais si ma mère aurait eu le temps entre deux guiliguilis avec Jimmy de contacter Jack et de se renseigner au sujet de la tournée et de quand et comment elle pourrait nous rejoindre.

- Tu sais ce dont j’ai envie, là, maintenant ?

Je regarde Jack avec un air espiègle puis, j’allonge le bras pour attraper le cornet du téléphone.

- Et si nous commandions une énorme pizza ?


@ Billy Lighter


Jimmy's daughter
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Jack Perry


Messages : 277
Date d'inscription : 14/02/2017
Age du personnage : 36
Localisation : BSC Tower

Who Am I?
Birth place: Los Angeles
Je suis: dépassé.
Song: See-Saw - Pink Floyd


MessageSujet: Re: Debriefing After The First One [ PV Jack] [Death Valley - California (USA)][TERMINE]   Mar 12 Juin - 21:50



Debriefing After The First One
ft. Olivia Cortez


Ce débriefing avait très peu de points négatifs… Pour ne pas dire aucun. Parce que tout ce qu’on releva ne fut que quelques points de détails comme son look ou le fait qu’il fallait qu’elle apprenne à communiquer avec la régie. A part ça, rien à redire ! Elle m’avait donné des frissons. Je n’étais peut-être pas un manager objectif mais j’imaginais que le public avait dû ressentir la même chose que moi.

Et je ne pus que rire quand, alors que je disais qu’elle pourrait avoir, peut-être, la carrière de Lola, en espérant qu’elle n’en aurait jamais le caractère, elle souligna qu’elle était latina… Oui, de fait, j’avais un peu tendance à l’oublier. Ce n’était pas comme si c’était flagrant, même si elle ne s’en laissait pas compter… Mais ce trait-là pouvait tout aussi bien venir des Reed… Même si elle était plus explosive. Là était probablement plus son côté latino.

-Je ne sais pas si c’est pour me rassurer.

Je rigolai encore avant d’en venir à un autre sujet, pas tout à fait lié au côté professionnel de la tournée, mais non moins important en particulier pour une adolescente de 16 ans… Pour qu’au moins, elle sache que je ne m’en foutais pas comme de ma première couche du fait que son petit-ami soit là ou non pour la voir.

Et avec ce que j’avais lu dans L.A.People, je préférais demander si Julian allait venir la voir plutôt que demander si sa propre mère viendrait la voir.

Livia m’expliqua que la venue de Julian se déciderait avec lui la prochaine fois qu’il l’appellerait.

-Très bien. J’espère qu’il pourra venir. Il ne peut pas rater ça !

Et elle me retourna la question au sujet de Brooke et je souris en coin.

-Oui, petite curieuse, Brooke nous rejoindra dès que les congés scolaires commenceront si d’autres obligations ne l’appellent pas ailleurs.

Mais Olivia dévia elle-même le sujet sur sa mère… Je comprenais que ça l’inquiète. Mais la pointai de l’index à ses paroles.

-Hey… on ne parle pas de sa mère comme ça, Livia.

C’était vraiment un reproche pour la forme et pas très convainquant parce que… Bon, c’était quand même un peu l’effet que ça donnait… Livia n’avait pas tout à fait tort. Sa mère était à Los Angeles, à Beverly Hills et hormis pour annoncer à sa fille qu’elle quittait son beau-père, Maritza n’avait pas réellement visité ou parlé à Livia.

A la limite, les seules nouvelles qu’on avait, on les avait eues via L.A.People. Je savais par contre qu’Enrique téléphonait régulièrement parce que j’entendais Olivia parler espagnol au téléphone de temps en temps.

Livia me demanda alors légitimement si j’avais pu parler à Maritza. Je soupirai.

-Non… Non, Livia, je suis désolé. Je ne sais même pas où la contacter. Le numéro que tu m’avais donné pour la maison BSC quand tu y vivais à ton arrivée à Los Angeles n’est plus valable. Jimmy Reed a dû faire changer le numéro de la ligne.

J’avais réellement essayé d’appeler là-bas, quand j’avais lu l’article de L.A.People, parce qu’avant ça, je n’avais même pas idée de l’endroit où se cachait Maritza, pas plus que sa propre fille !

Livia proposa alors qu’on se commande une énorme pizza et je la regardai, surpris.

-Il est… il est 2 :30 du matin, Liv !

Puis, je me mis à rire.

-Ok, d’accord. Appelle le room service. Tout est mis sur le compte de BSC, on va pas se gêner, pas vrai ?

Je la laissai commander les pizzas, une quatre saisons, pour moi, même si je n’étais pas sûr de réellement pouvoir avaler tout ça maintenant. Livia carburait, mais Livia avait 16 ans et était en pleine croissance ! Moi tout ce que je risquais, c’était de prendre du ventre !

Une fois qu’elle eut raccroché, je la regardai plus sérieusement dans les yeux.

-Liv… Ne condamne pas ta maman tout de suite, ok ? Tu veux bien ? On ne sait pas ce qui se passe vraiment… Jimmy Reed peut avoir une emprise sur les gens que tu n’imagines même pas. Même sur quelqu’un comme Daniele Ricci…

@ Billy Lighter



You know that I care what happens to you, And I know that you care for me too ©️️ Pink Floyd
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Olivia Hughes


Messages : 720
Date d'inscription : 29/01/2017
Age du personnage : 16
Localisation : Ici, et là

Who Am I?
Birth place: Tijuana
Je suis: têtue
Song: Don't ignore me


MessageSujet: Re: Debriefing After The First One [ PV Jack] [Death Valley - California (USA)][TERMINE]   Mer 13 Juin - 2:07



Debriefing After The First One
ft.  Jack Perry





Jack, tout comme moi, est aux aguets, attendant avec une impatience à peine contenu le moment où sa bien aimée viendra le retrouver.  Nous ressemblons à deux âme  vagabondes qui ères au travers les États-Unis en attendant la réunion de notre cœur avec sa douce moitié… et ce n’est que le tout début de la tournée ! Il faut bien avouer que l’amour rend un petit peu con sur les bords. Mais… juste un tout petit peu !

Quoi qu’il y en a qui sont plus atteint que d’autres.  Ma mère, par exemple, qui a fichu en l’air notre famille pour retomber dans les bras de mon père. Je n’ai pas besoin d’un second article dans L.A.People pour me le confirmer, ni même de leur parler. Ça saute aux yeux comme le nez en pleins visages. J’ai beau vouloir connaître mon père, je n’approuve pas du tout ce qu’il trame avec  ma mère. Je baisse un peu les yeux quand Jack me reprends sur la façon dont je me suis exprimée envers ma mère.

- Pardon…

C’est à demi sincère.  Parce que je ne peux pas non plus m’excuser de relater un fait. Cela dit, j’aurais pu choisir un petit peu mieux mes mots. J’aurais apprécié qu’elle daigne me l’annoncer elle-même ou bien qu’elle me passe un coup de fil pour me souhaiter bonne chance, question de sentir qu’elle m’encourageait pour la tournée.  Même Jack n’a su la rejoindre.

J’hausse simplement des épaules. Que puis-je honnêtement ajouter à cela ?

Maintenant que nous avons mis à plats les petites choses à améliorer et que nous avons trouvé des solutions  pour  me rendre plus à l’aise sur scène,  je propose à Jack rien de moins qu’un gueuleton de minuit ! Ok de 2h30 du matin ! Une bonne pizza avec pleins de trucs dessus, sauf des ananas, et recouverte de fromage fondant !

Tout d’abord, Jack en écarquille bien grand les yeux comme si je venais de dire une énormité mais il se laisse ensuite tenté par ma proposition  ajoutant  même que, puisque c’est BSC qui paye, pourquoi devrions nous nous en priver ? Je commandais donc deux énorme pizza, et tant pis s’il en reste !

La commande passée,  Jack revient sur le sujet épineux de ma mère, arguant que mon père, en fin manipulateur, arrive à faire danser n’importe qui au bout de ses cordes et que c’est précisément pour ça que je ne dois pas en vouloir à ma mère.

Là-dessus,  je ne peux que le croire mais, quelque chose me dit qu’ils se valent l’un l’autre, au final.
Y’a quand même un truc qui me turlupine depuis que j’ai vu les photos  et qui revient de temps en temps dans ma tête sans crier gare. Mon imagination me fait certainement avancer un petit peu trop loin dans le temps  mais je crains de sentir la soupe devenir chaude alors, je préfère émettre mes objections immédiatement alors comme ça, si ça devait devenir une réalité, personne ne pourra pas dire qu’un jour, je ne m’y suis pas opposée !

- Si leur but c’est de former une famille, je ne veux pas aller vivre avec eux. Je veux rester avec toi, Jack !

Avec Jack, tout va bien ! On se débrouille bien à la maison. Il me fait faire mes devoirs depuis qu’il a su que je n’y mettais pas les efforts espérés. Nous avons notre routine, notre mode de fonctionnement et avec lui, j’ai l’équilibre qu’il me fallait. Je n’ai pas besoin d’une famille qui arrive 16 ans trop tard.

Ça fait du bien de lâcher le morceau même si j’appréhende que Jack ne soit pas de cet avis. Il est encore beaucoup trop tôt pour s’inquiéter de ça et nous avons encore toute une tournée devant nous pour  voir évoluer un tas de choses.



@ Billy Lighter


Jimmy's daughter
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Jack Perry


Messages : 277
Date d'inscription : 14/02/2017
Age du personnage : 36
Localisation : BSC Tower

Who Am I?
Birth place: Los Angeles
Je suis: dépassé.
Song: See-Saw - Pink Floyd


MessageSujet: Re: Debriefing After The First One [ PV Jack] [Death Valley - California (USA)][TERMINE]   Jeu 14 Juin - 21:40



Debriefing After The First One
ft. Olivia Cortez


Livia était tourmentée par ce qui se tramait entre son père biologique et sa mère… Et ça devait être d’autant plus difficile pour elle que cette histoire, même si elle ne dévoilait pratiquement rien à un public non-initié si ce n’était que Jimmy Reed avait une énième nouvelle conquête, était affichée dans les pages de L.A.People…

Alors qu’elle-même n’avait aucune nouvelle de sa propre mère de vive voix, pas même pas téléphone. Depuis que j’avais vu l’article, je me passais et repassais les conversations que j’avais eues avec le couple Cortez quand ils étaient venus pour voir Livia jouer Juliette sur la scène de Fairfax High School. Maritza et Enrique étaient déjà en froid alors, tout le contraire de ce que j’avais pu voir entre eux durant notre séjour à Tijuana.

Et j’en venais à me demander si Maritza n’avait pas profité de cette pièce pour délibérément renouer avec Jimmy Reed… Et qu’Enrique avait senti l’arnaque venir.

J’avais tout de même rappelé Livia à l’ordre, lui disant de ne pas parler de sa mère avec les termes qu’elle avait employés. Maritza restait sa mère et si elle était sérieusement en train de partir en vrille, elle l’avait quand même élevée jusqu’à ses 16 ans du mieux qu’elle avait pu.

Livia n’avait pas bronché, demandé pardon et ça s’était arrêté là. Quelque chose que la petite sauvageonne blonde pétrie d’orgueil que j’avais repêchée à un anniversaire de mariage n’aurait jamais voulu faire, préférant sans doute se révolter contre toute forme d’autorité, se pensant au-dessus de toutes les lois. Pensant pouvoir obtenir ce qu’elle voulait en charmant et en claquant des doigts.

Comme son père…

Puis elle avait reporté ça sur moi… Cette recherche d’identité, de limites… Et je les lui avais données d’abord comme un manager puis prenant bien malgré moi et presque inconsciemment le rôle de père de substitution. Je ne pouvais pas nier aimer ça.

Mais le fait était que je n’étais quand même pas son père.

Livia nous commanda finalement des pizzas, malgré l’heure plus que tardive. Mais je me voyais mal l’abandonner là-dessus et aller me coucher. Alors une fois le téléphone raccroché, j’avais essayé de sauver les meubles.

Pas pour Reed… Reed s’était damné tout seul bien avant que je ne sois entré dans le monde du management. Mais je pouvais au moins essayer de limiter les dégâts vis-à-vis de Maritza. Tout ce que je demandais à Livia, c’était de ne pas cataloguer sa mère tout de suite comme celle qui avait tout larguer pour retrouver son amour de jeunesse comme si, en réalité, elle n’en avait jamais rien eu à faire de ses propres enfants.

Je doutais que ce soit le cas… Je croisais les doigts pour que ce ne soit pas le cas.

Pour tout commentaire, Livia lança ce qui était à la fois un très beau compliment et… une affaire plutôt complexe à laquelle je n’avais même pas pensé.

Du coup, je la regardai bouche bée, à court de mots dans un premier temps. Qu’est-ce que j’étais sensé répondre à ça ? Je n’avais aucun pouvoir de décision là-dedans, je n’étais même pas le tuteur légal de Livia, tout s’étant fait dans un accord à l’amiable entre Maritza et moi. Un accord écrit et signé par les deux parties en cas de problème ou de litige mais légalement, je n’avais aucun statut qui me permettrait, d’une façon ou d’une autre de devenir le tuteur de Livia…

Je finis par lui ouvrir mes bras.

-Hey… Viens là.

Une fois qu’elle fut dans mes bras, je la serrai contre moi pour la rassurer, la berçant presque comme si elle était encore qu’une enfant et non pas une adolescente qui vient de faire un premier et magnifique concert au milieu de la Death Valley.

J’embrassai son front avant de lui dire doucement.

-Rien n’est fait… Rien… Tu vas trop vite…

On ne savait pas ce qui se passait alors encore moins ce qui allait se passer, même dans une future proche.

-Mais je serai là, ok ?

@ Billy Lighter



You know that I care what happens to you, And I know that you care for me too ©️️ Pink Floyd
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Olivia Hughes


Messages : 720
Date d'inscription : 29/01/2017
Age du personnage : 16
Localisation : Ici, et là

Who Am I?
Birth place: Tijuana
Je suis: têtue
Song: Don't ignore me


MessageSujet: Re: Debriefing After The First One [ PV Jack] [Death Valley - California (USA)][TERMINE]   Sam 16 Juin - 19:51



Debriefing After The First One
ft.  Jack Perry





Ma conversation avec Jack, me ramène a mes questionnements concernant la l’idylle naissante entre mon père biologique et ma mère. C’est quelque chose de perturbant du fait que j’ai passé une partie de ma vie à espérer voir ce rêve se réaliser et l’autre, à vouloir avoir mon père pour moi toute seule et préserver ma famille actuelle intacte. Sans en avoir parlé ouvertement avec Enrique, je peux affirmer que tout cela est extrêmement douloureux pour lui et qu’il passe difficilement au travers, tenant bon que pour le bien de Rosalynn et Maximo. Dans la foulée, il m’a aussi promit de toujours être la pour moi qu’importe ce qui arrivera. Ça me rassure, d’une certaine façon parce que, même si j’ai souvent exprimé mon besoin de retrouver mon père, forcément quand on détonne du reste de la famille, ça n’aide pas le sentiment d’appartenance, ça me confirme que Enrique n’a jamais été blessé par mon questionnement d’enfant et mon besoin légitime de savoir d’où  je venais.

Malgré les choix douteux de ma mère, je sais que je n’ai pas perdu  le reste de ma famille resté à Tijuana.

Les pizzas commandées,  il me faut quand même évacuer une pensée qui me tourmente et tourne en boucle dans ma tête depuis que j’ai vu les photos. Hors de question que j’aille vivre avec mes parents si, d’aventure, ils décidaient de vivre ensemble. Ma vie, je la mène très bien sans eux, avec Jack pour me guider et jouer à la fois le rôle de père et de mère.

Sans lui, j’aurais été complètement perdue pendant la dernière année. Sans rien enlever à Dom et les Winter Wolfes, je n’avançais pas avec eux, n’allant pas en classe et passant mes journées à chanter sur le coin des rues en récoltant quelques pièces.  Puis Jack est arrivé et tout s’est enclenché, comme naturellement.  

Ma déclaration surprend mon manager qui, après ce qui semble être un petit moment de stupeur, fini par m’ouvrir les bras pour que je m’y réfugie.  C’est exactement ce dont j’avais besoin. De me faire rassurer et réconforter.

- Je sais… mais ça m’a quand même préoccupé un moment.

Effectivement, je sais que ma confession nous projettes dans un avenir qui nous est encore complètement inconnu seulement,  et probablement aussi est-ce exactement pour cela, tout déboule si vite depuis un an que je préfère le dire tout de suite que lorsque je serai mise devant un fait accompli.

J’ai peur de rentrer de l’école un jour et d’apprendre qu’on a déménagé mes affaires pendant la journée et que ma chambre se trouve maintenant quelque part dans une immense Villa de Malibu.

Je relève la tête, pour regarder Jack quand il me promet qu’il sera là. Je sais que s’il le dit c’est qu’il y croit. Il ne pourra peut-être rien empêcher mais au moins, il ne me laissera pas volontairement tomber.

- Quand je rêvais de retrouver mon père,  je rêvais exactement de ce que je vis avec toi.  

Je soupire, rassurée autant que je peux l’être par les paroles de Jack.

Au moins, je sais qu’il y en a au moins un, deux en comptant Julian, qui ne me laissera pas tomber.  Je reste à moitié couchée contre le torse de Jack, dans le silence complet de notre immense chambre d’hôtel et, fermant les yeux, commence lentement à me laisser gagner par le sommeil.


@ Billy Lighter


Jimmy's daughter
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Jack Perry


Messages : 277
Date d'inscription : 14/02/2017
Age du personnage : 36
Localisation : BSC Tower

Who Am I?
Birth place: Los Angeles
Je suis: dépassé.
Song: See-Saw - Pink Floyd


MessageSujet: Re: Debriefing After The First One [ PV Jack] [Death Valley - California (USA)][TERMINE]   Dim 17 Juin - 20:02



Debriefing After The First One
ft. Olivia Cortez


Je ne voulais pas qu’Olivia s’inquiète pour ça pour l’instant, pas de cette façon-là en tout cas. Il était plus que normal qu’elle s’inquiète et que toute cette histoire de divorce et de rabibochage entre sa mère et son père biologique la tourmente, surtout alors qu’elle était au tournant le plus important de sa vie… Et c’était ce moment que tous ceux qui auraient dû être là pour elle décidaient de se centrer sur eux-mêmes, se détournant d’elle.

Tous, sauf Enrique qui restait le plus sain d’esprit dans l’histoire.

Alors quoi de plus normal que Livia cherche à se raccrocher au seul qui lui offrait une forme de stabilité ? Et en l’occurrence, celui-là, c’était moi… Au point que le dernier Noël, elle l’avait passé avec moi et ma famille comme si elle avait été ma propre fille.

Sauf que je ne pouvais pas vraiment me substituer à ses parents et c’était de ça, plus que de tout le reste qu’Olivia avait peur et ça qu’elle avait besoin de me dire. Et encore une fois, je lui dis qu’elle allait trop vite…

Mais allait-elle réellement trop vite ? Ou s’arrangeait-elle pour prendre deux ou trois coups d’avance sur les autres, comme le ferait son père, en s’assurant de m’avoir à ses côtés si jamais les choses entraient dans cette configuration-là ?

Peu importait… Elle n’avait quand même pas besoin de ça pour que je sois à ses côtés. Elle était ma protégée et je l’avais laissée se réfugier dans mes bras alors qu’elle affirmait que ça la préoccupait depuis un moment. Caressant ses cheveux, je murmurai :

-Je sais.

C’était la vérité, je voyais que ça la préoccupait depuis qu’elle avait lu le dernier L.A.People. Mais j’avais attendu qu’elle m’en parle, ne voulant pas la brusquer, sachant aussi qu’elle avait peut-être choisi d’en parler à Julian Hughes plutôt qu’à moi.

Je lui promis d’être là pour elle. Nous étions désormais bien au-delà du contrat que je lui avais fait signé il y avait comme une éternité de ça.

Elle m’avoua dans une souffle que ce qu’on vivait là, c’était ce qu’elle aurait voulu vivre avec son père… C’était déchirant d’entendre ça quand on savait que son père était Jimmy Reed. Et quand savait qui était Jimmy Reed.

Pour toute réponse, je la serrai un peu plus contre moi, embrassant son front et sachant très bien que ce rêve-là, elle ne le réaliserait probablement jamais.

Je la sentis se détendre petit à petit et elle finit par s’endormir dans mes bras, respirant doucement, avant même que le room service n’apporte les pizzas commandées. Je la soulevai doucement dans mes bras pour l’emmener dans sa chambre et la bordai pour la laisser se reposer tranquillement… un repos bien mérité.

Parce que la tournée ne faisait que commencer et je comptais bien qu’à la fin, Olivia Cortez ait forgé sa propre et sa véritable identité.

@ Billy Lighter



You know that I care what happens to you, And I know that you care for me too ©️️ Pink Floyd
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Debriefing After The First One [ PV Jack] [Death Valley - California (USA)][TERMINE]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Debriefing After The First One [ PV Jack] [Death Valley - California (USA)][TERMINE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Technique du Jeune Jack
» rescue Jack Russel
» Commande Death at Koten
» Cities of Death
» Mes Death Skullz

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: L.A Rocks :: Tournées :: Sanitarium Tour 1983-