AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 To End The Night In Style [1980][PV Carolyn] [TERMINE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Daniele Ricci


Messages : 1501
Date d'inscription : 28/09/2013
Age du personnage : 40

Who Am I?
Birth place: Rome en Italie
Je suis: le meilleur
Song: Back In Black-AC/DC


MessageSujet: To End The Night In Style [1980][PV Carolyn] [TERMINE]   Lun 25 Juin - 21:20



To End The Night In Style
ft. Carolyn Adam


Ce concert avait été une réussite – comme tous les concerts des poulains du grand Daniele Ricci. J’avais bien fait de proposer aux Planes ce concert inédit au Hollywood Bowl, un an après leur adieu à la scène. L’idée m’était venue d’un seul coup – il y a plusieurs semaines – et j’avais tout organisé en un temps record pour le plus grand bonheur des fans du groupe. Nigel – le chanteur – n’avait pas hésité à accepter. Je sentais en lui la nostalgie de la scène quand je l’avais appelé pour ce concert unique et inédit.

Les applaudissements que j’entendais m’avait manqués ! Ça faisait depuis la retraite des Planes il y a quelques mois que j’étais en recherche de la perle rare. Personne – jusqu’ici – n’avait sied aux oreilles délicates du grand Daniele Ricci. Personne n’avait la trempe de devenir un de mes poulains dans ce que j’avais entendu dans les clubs de L.A. C’était l’avantage d’être le grand Daniele Ricci – et d’avoir un salaire fixe chez BSC en plus d’une incommensurable fortune -, je pouvais me prendre une année sabbatique sans que ça ne gêne personne même pas Jim. Il était du genre à préférer la qualité à la quantité, n’est-ce pas ?

Quoi qu’il en soit, j’étais sûr que Jim allait aimer les critiques de ce tout dernier concert des Planes. Le public était aussi ravi que moi. Nigel et les autres avaient assurés à la perfection en reprenant leurs tubes les plus connus.

Pour fêter ce triomphe, je méritais bien du whisky – le meilleur qu’il soit – et l’une ou l’autre femme que j’allais très certainement trouver en chemin. J’étais Daniele Ricci – j’étais un véritable aimant à alcool et à femmes.

Seulement, avant d’aller me mettre une mine, j’avais félicité Nigel comme il se devait – à coup de grands compliments et de grands gestes. Il m’avait dit avoir passé un très bon moment. C’était tout ce qui comptait – enfin, presque tout ce qui comptait, je tenais aussi aux éloges que fera la presse sur ce triomphe.

Mon tour de scène terminé, je n’étais pas – encore – entré dans les coulisses… Pourquoi ? Parce que Dustin – manager de BSC et ex-manager des Planes juste avant moi - était là, juste devant la porte principale des coulisses. Il regardait autour de lui – j’étais certain qu’il m’attendait. J’aimais me foutre de la gueule de Dustin mais j’avais encore plus envie de m’envoyer en l’air après m’être envoyé une bouteille de whisky.

C’est ainsi que j’avais fait un détour – un grand détour mais un détour utile. Je connaissais le Hollywood Bowl comme ma poche et je savais qu’il y avait d’autres entrées aux coulisses – des entrées prisées par les journalistes non-invités qui s’aventuraient, parfois, là où ils ne pouvaient pas aller. Elles étaient parfois gardées – ces entrées – mais il arrivait qu’il y ait quelques trous dans la sécurité…

Je m’attendais à voir un stewart mais c’est une jeune femme qui trainait dans le couloir où se trouvait l’entrée « secrète ». Ce n’était pas une journaliste ou une roadie – sinon, elle aurait un badge. C’était – donc – un intrus. Un intrus qui avait sûrement dû redoubler d’imagination et de détermination pour se retrouver ici.

-Tu es perdue ?, demandais-je avec un sourire en coin affiché sur le visage.

Mon charme à l’Italienne transpirait – déjà – de tous mes pores. La jeune femme avait la chance d’être très jolie. Une groupie en perdition ? Si c’était le cas, elle venait de tomber sur le bon numéro.

@ Billy Lighter


You're never gonna die, you're gonna make it if you try, they gonna love you
©️ Pink Floyd
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Carolyn Adam


Messages : 89
Date d'inscription : 07/06/2018
Age du personnage : 0


MessageSujet: Re: To End The Night In Style [1980][PV Carolyn] [TERMINE]   Lun 25 Juin - 22:32



To End The Night In Style
ft.  Daniele Ricci





Je souffle sur une mèche de mes cheveux qui vient me barrer le front après m’être assuré que plus personne ne me court après.  Je n’ai jamais eu autant de difficulté à entrer quelque part que ce soir au Hollywood Bowl. À croire qu’il y avait un Steward planté à chaque porte, chaque fenêtre, bref chaque issue quel quelle soit, m’empêchant d’entrer à l’intérieur ou The Planes offre une prestation inédite. Malheureusement pour moi, j’ai appris  bien trop tard l’évènement et je n’ai donc pas pu mettre la main sur un précieux billet.  Un coup à vous foutre le moral en boule.

Bien loin de me laisser démonter, je me suis présenté à la porte comme si je possédais mon billet et, une fois  devant le guichet, j’ai tenté le tout pour le tout en prétextant l’avoir donné en début de file mais être ressortit parce que j’avais oublié mon sac à main.

- Impossible que vous ne vous souvenez pas de mon visage ! Une bouille comme la mienne ça ne s’oublie pas !

Un bel effort mais vain. Bien entendu on m’a rit au visage me pointe la direction opposée à celle que je voulais prendre.  Je maugrée, mais dans ma tête, humiliée et je tourne les talons pour longer la file en sens inverse, évaluant mes prochaines options. Impossible de ne pas entrer à l’intérieure et rater ce concert qui est vraisemblablement ma dernière chance de voir les Planes sur les planches.

Ma première tentation, enfin la seconde si on oublie l’entrée principale,  consiste à passer par la porte réservée au personnel de l’établissement mais je suis stopper à peine ai-je pos. Ma main sur la poigne de porte.  Et vu l’air mauvais qu’à le gérant de l’endroit sur moi, je préfère ne rien dire, me contentant d’un geste poli de la main et de filer en douce, rebroussant à nouveau chemin.

L’endroit est immense, il doit bien y avoir une façon d’y entrer.  Je tente ma chance avec quelques fenêtres, allant même jusqu’à empiler quelques poubelles en pyramide pour parvenir à bonne hauteur… mais en forçant contre le rabat de la fenêtre, je fais basculer mon podium de fortune  et je me retrouve bien vite sur le plancher des vache en milieu de déchets.

- Fait chier !!

Je perds un temps précieux à forcer les entrées et je suis presque prête à abandonner quand, contournant une énième fois l’édifice par la ruelle, je remarque une porte bien dissimulée du fait qu’elle est peinturée dans les mêmes teintes que la brique.  Ce serait comme avouer croire au Père Noël si je tournais la poignée et que, comme par magie la porte s’ouvrait.

- Putain !!

Non seulement la porte s’ouvre comme par enchantement mais en prime, personne ne se tient devant empêchant quiconque d’entré.  Je me retrouve dans un long couloir qui forme un angle tout au bout pour continuer sur quelques mètres.  Je m’y engouffre lentement et précautionneusement prenant un air sur de moi malgré le stress qui grandit de plus en plus. J’y suis, il serait bête de me faire de nouveau sortir par le fond de culotte !

Je me permets presque de respirer normalement alors que je progresse quand un homme vient à ma rencontre. Un homme que je reconnais, en bonne groupie que je suis, j’ai fait mes devoirs !

- Non ! Je… reviens des toilettes !

Je n’ai vu aucune salle de bain sur mon trajet mais qu’importe, je ne dois pas paraître nerveuse ou baisser le regard devant le grand manager dont la réputation à elle seule suffit à le conférer au plus haut sommet.

- J’étais dans la salle. J’ai mon billet, vous savez !

Je fouille dans mes poches puis dans mon sac, sachant très bien que je ne trouverai rien mais j’acte tout de même pour me donner un semblant de crédibilité.

- J’ai dû le faire tomber en allant me chercher une bière… Je crois que je devrais retourner dans la salle…

Le spectacle, de toute évidence est terminé mais  le but ici est de jouer le plus possible low profil pour éviter de me faire raccompagner vers la sortie par des agents de sécurités et risquer de me faire barrer de l’endroit et me faire raté pleins de bons spectacles !


@ Billy Lighter
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Daniele Ricci


Messages : 1501
Date d'inscription : 28/09/2013
Age du personnage : 40

Who Am I?
Birth place: Rome en Italie
Je suis: le meilleur
Song: Back In Black-AC/DC


MessageSujet: Re: To End The Night In Style [1980][PV Carolyn] [TERMINE]   Mer 27 Juin - 22:40



To End The Night In Style
ft. Carolyn Adam


Je crois que je venais de prendre la jeune femme en flagrant délit – sa petite bouille et son hésitation l’avait trahi. Elle essayait – pourtant – de se donner un air sûr d’elle. Elle avait dit revenir des toilettes ce qui aurait pu être une excuse tout à fait valable et légitime si les toilettes ne se trouvaient pas de l’autre côté de l’enceinte – si on excluait les coulisses et les loges qui étaient interdites à ceux qui n’y étaient pas conviés. C’était bien tenté de la jeune fille – j’aimais ça.

-Les toilettes sont à l’exact opposée. Tu en as fait un sacré détour, dis-je avec un sourire en coin et un air sarcastique à souhait.

Elle soutenait mon regard et je me surprenais à aimer ça – bien que ça ne soit pas vraiment surprenant parce que j’étais Daniele Ricci et que j’aimais les femmes qui avaient du caractère.

Elle continuait de me faire valoir son histoire. Elle venait de la salle et voulait me montrer son billet comme preuve. Elle essayait de trouver ledit billet – sans aucun succès. Comme s’était dommage ! Je m’amusais de son petit manège. C’était probablement un fan qui avait essayé – presque avec succès ! – de s’introduire dans les coulisses. Ce n’était pas la première à tenter ce genre de coup. Parfois ça marchait et à d’autres moments ça ne fonctionnait pas. Vous croyez que ça va marcher pour cette jeune femme ? Ça c’était au grand Daniele Ricci de le décider.

La jeune femme avait dit que son billet avait dû tomber. Encore une excuse bateau – je ne savais pas si elle s’enfonçait dans le mensonge ou si elle n’avait pas de chance. Ce qui était amusant c’était qu’elle avait dit qu’elle allait retourner dans la salle alors que le concert était terminé. Était-ce une preuve qu’elle n’avait pas de billets et qu’elle n’avait pas vu le concert ?

-Retourner dans la salle
, dis-je d’un air sceptique. Le concert est terminé. Il n’y aura bientôt plus personne dans la salle.

Mon air exprimait un parfait amusement. Ça serait bien dommage de la laisser partir.

-Tu n’as pas de billet mais tu as mieux que ça, dis-je avec un petit sourire laissant légèrement planer le suspense.

La porte « secrète » des coulisses était juste à côté de nous. Je savais que la jeune femme était proche du but que je pensais qu’elle voulait atteindre. J’aimais avoir ce pouvoir de décider si elle allait y arriver ou non – c’est ce que j’aimais dans mon incommensurable pouvoir.

-Tu m’as moi, dis-je en écartant les bras. J’imagine que tu n’en as jamais eu, de billets… C’est bien ça ? Tu ne l’as pas vu le concert ? C’est vraiment dommage, dis-je avec un air faussement déçu pour elle. Mais je peux t’offrir encore mieux… Tu veux voir les Planes ? Ils sont justes derrière cette porte, dis-je en montrant la porte à côté de nous.

Ce n’était pas tout à fait derrière la porte à proprement parlé – mais c’était une façon de parler. Derrière se trouvait les coulisses qui menaient aux loges des artistes – dont la mienne.

-Je serais ton passe-droit… Qu’est-ce que tu en dis ?,
demandais-je avec un grand sourire.

Vous allez me demander pourquoi je lui faisais une telle faveur. La réponse est que cette jeune femme était jolie et ne manquait pas de culot – elle avait tout pour plaire au grand Daniele Ricci.


@ Billy Lighter


You're never gonna die, you're gonna make it if you try, they gonna love you
©️ Pink Floyd
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Carolyn Adam


Messages : 89
Date d'inscription : 07/06/2018
Age du personnage : 0


MessageSujet: Re: To End The Night In Style [1980][PV Carolyn] [TERMINE]   Sam 30 Juin - 0:42



To End The Night In Style
ft.  Daniele Ricci





J’en reviens pas encore d’avoir tout tenté pour entrer dans le bâtiment, jusqu’à tomber à la renverse dans un tas d’ordure pour finalement entrer aussi facilement qu’un couteau dans du beurre en découvrant une porte plutôt bien dissimulé  le long du mur de briques donnant sur la ruelle. Il n’y a pas un chat pour me refuser l’accès, ce qui rend le tout encore plus excitant. Et malgré cela, je marche sur la pointe des pieds comme si je pouvais me faire repérer en faisant craquer une planche du parquet alors que l’endroit bourdonne de bruits de voix, d’éclats de rire et de musique.  Cela dit, je ne fais que quelques pas avant de croiser le chemin du manager le plus célèbre de notre époque, selon mon opinion.  Je pense a vive allure pour trouver une raison qui expliquerait ma présence ici et, la première qui me vient à l’esprit est celle des bonnes vieilles toilettes.  Cependant, comme il me le fait remarquer, il n’y en a pas dans ce coin ci du Hollywood Bowl.

- Ah bah voila pourquoi je ne les trouvais pas !

Je dis ça en me tapant le front et en prenant un air consterné.  Question de rendre le tout un tout petit peu plus vrai, je fouille dans mon sac à la recherche du billet que je n’ai jamais eu en ma possession et pousse ma chance jusqu’à prétendre que je dois l’avoir égaré au moment de m’acheter une bière. J’en retiens presque mon souffle, au moment ou je m’avance pour passer au côté de Daniele Ricci et me rendre dans la salle quand il me fait remarquer que le spectacle est terminé et que bientôt la salle sera vide.

- B…be…Ben… pour m’en aller, je dois repasser par là, non ?

Là, mon esprit s’emballe même si je reste de marbre, question de jouer la fille irréprochable jusqu’à la fin.  Je ne veux pas être impoli ni me confondre en excuses bidon. Je sais que je n’avais pas le droit d’entrer par effraction mais  l’appel de la musique était plus fort que tout !  Même plus fort que mon jugement.

Daniele Ricci n’a pas l’intention de me foutre dehors.

Au contraire,  il me propose d’être mon laisser passé pour rencontrer les Planes après avoir détaillé parfaitement mon véritable parcours. Je devrais apprendre à mentir avec plus de conviction !  Cependant, je crois que c’est justement ce qui a joué en ma faveur et qui fait que Daniele Ricci ne m’a pas agrippé par le chignon du cou pour me sortir à grands coups de pied au cul.

- Vous feriez ça ? Pour de vrai ?

Je ne serai jamais assez bête pour refuser une chance pareille en continuant d’affirmer que j’ai bel et bien perdu mon billet tout comme mon chemin. Faute avouée est à moitié pardonnée, pas vrai ? Je m’avance sur un pas hésitant même si sur mon visage, on peut certainement y lire un plaisir à peine contenu.

Nous passons donc une porte qui mène… sur pleins d’autres portes ? Ça ressemble aux coulisses en fait et vu le brouhaha de gens qui vont et viennent, je me dis que c’est effectivement là où nous sommes. Mes doigts s’emmêlent nerveusement; je n’arrive pas à croire que je vais  rencontrer en personne, et mieux encore, leur parler, à des icônes de la musique !

- C’est vraiment chouette de votre part de ne pas m’avoir viré. Je sais que je n’aurais pas du me laisser tenter jusqu’à entrer par effraction mais je suis une fan de musique et de cinéma. Posé moi une question, n’importe laquelle et je saurai y répondre !

Je rigole pas !

Je souris au manager le plus sexy du monde en lui faisant un résumé détaillé de ce que je sais de sa carrière. J’ai conscience que, quand je me lance sur ces sujets qui me passionne, j’ai tendance à avoir un débit de mot très rapide, parlant en ne respirant que lorsque vraiment nécessaire et, quand j’en arrive aux dernières informations  rendues publique jusqu’à aujourd’hui, je le regarde avec un air plus que gênée en me disant que ça doit lui faire un sacré choque que d’avoir entendu live, sa biographie.  

- Pardon. Votre parcours est inspirant et admirable, quand  on y pense. Je me suis laissé emporter par le sujet.


@ Billy Lighter
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Daniele Ricci


Messages : 1501
Date d'inscription : 28/09/2013
Age du personnage : 40

Who Am I?
Birth place: Rome en Italie
Je suis: le meilleur
Song: Back In Black-AC/DC


MessageSujet: Re: To End The Night In Style [1980][PV Carolyn] [TERMINE]   Mer 4 Juil - 21:15



To End The Night In Style
ft. Carolyn Adam


La jeune femme me sortait des excuses les plus bidons les unes que les autres – je ne sais pas pourquoi mais j’adorais ça. Elle essayait de rentrer par effraction sans avoir le moindre billet. La preuve étant qu’elle n’avait même pas l’air de savoir que le concert était terminé – ou bien elle avait désigné la salle dans l’intention de prendre la fuite. J’aimais la faire mariner et la laisser s’imaginer qu’elle n’aurait aucune chance de rentrer…

Seulement, quand elle avait cessé le combat et qu’elle s’était résignée à sortir, j’avais empêché qu’elle ne s’en aille. Elle avait tenté d’entrer – si je n’étais pas venu par ici elle aurait réussi. Elle avait de la chance en plus d’être culotée et ingénieuse ! Je ne pouvais pas laisser filer un talent pareil – j’étais Daniele Ricci, je ne laissais jamais filer les talents… Son physique plus qu’avantageux était aussi une des raisons qui m’avait poussée à ne pas virer cette fille du Hollywood Bowl. J’avais accepté d’être son laissé passer et elle était toute surprise de ce dénouement heureux.  

-Oui, je ferais ça !, dis-je avec un grand sourire. Je suis Daniele Ricci. Je fais ce qu’il ne plait.

Or, ce qui me plaisait – à l’instant – c’était cette fille dont je ne savais pas encore le nom mais ça finira bien par sortir.

Je lui avais fait passer la porte qui devait mener – pour elle – au Paradis. Putain, c’était effrayant à quel point j’aimais le pouvoir que j’avais. Il n’y avait pas meilleure sensation que celle d’être admiré et d’avoir le pouvoir d’être approché ou non par toute sorte de personnes. C’était très certainement pour ça que j’avais voulu devenir manager de musique et non un homme d’affaire quelconque ou un chef d’entreprise – pour pouvoir avoir la chance de pouvoir me mêler, parfois, à la Plèbe et d’être vénéré pour ce que je faisais. J’aurais fait une rockstar parfaite – mais j’étais encore meilleur en tant que manager.

La jeune fille était vraiment contente de ne pas avoir été virée par le grand Daniele Ricci – elle était trop jolie pour que je la refoule à l’entrée du Paradis. Elle était fan de musique et de cinéma et semblait savoir tout sur ces deux arts.

-Ce n’est pas grave. Tu as joué, tu as gagné ! Tu méritais ton entrée, dis-je avec un grand sourire. Et si tu connais tout sur la musique, tu dois connaitre tout sur le meilleur manager de L.A., rajoutais-je avec un petit sourire.

Était-ce une façon d’aborder mon sujet favori qui n’était autre que « moi » ? Il n’y avait même pas besoin de se poser la question – bien sûr que c’était pour ça ! Je n’avais pas été déçu d’aborder le sujet. La jeune femme était entrée dans une déclamation détaillée de l’entièreté de ma carrière – de The Army à nos jours. Elle connaissait certains aspects de ma vie privée – qui n’avait rien de privé. C’était impressionnant et mon ego se nourrissait avidement de chacune de ses paroles. Putain – qu’est-ce que j’adorais ça ! J’avais envie de me garder cette fille pour moi tout seul sans partager avec Nigel et consort.

Elle s’était arrêté à la fin de ma biographie – elle s’excusait de s’être emportée.

-Ne t’en fais pas ! J’ai adoré que tu me racontes ma propre carrière, dis-je en souriant. J’aime inspirer les gens.

Ma carrière était un bel exemple d’une vie parfaitement réussie – mon père vous dira que passer de potentiel milliardaire à multimillionnaire, ce n’est pas glorieux mais il ne faut pas écouter cet enfoiré d’Antonio Ricci. Je serais milliardaire un jour – je n’avais qu’à attendre qu’il rende l’âme !

Ce n’est pas vers les loges des Planes que j’avais emmené la jeune femme – mais vers la mienne. Je l’avais ouverte.

-Voici la loge du grand Daniele Ricci, dis-je en écartant les bras.

Ma loge était grande et décorée avec des cadres où étaient représentées des voitures de sport. Les avoir accrochée au mur avant mon arrivée était ma seule exigence vis-à-vis de toutes les salles de concerts où je passais. Les bouteilles de whisky – vides et remplies – trônaient sur une table. Il y avait aussi des paquets de chips et un magnifique – et spacieux ! - fauteuil en cuir.

-C’est ta loge pour aujourd’hui aussi. Je suis d’humeur partageuse, dis-je avec un sourire en coin et en fermant la porte derrière nous. Whisky ?, demandais-je en me déplaçant jusqu’aux bouteilles où se trouvaient aussi des verres.

Je m’en étais servi un.

-Alors comme ça tu sais absolument tout sur moi ? C’est super ! Tu dois être le genre de groupie à ne pas rater un concert, je me trompe ? Pourquoi tu as raté celui-ci ? J’ai fait une erreur dans mon plan marketing ?, demandais-je avec un sourire en coin tout en me retournant vers elle. C’est la première fois que tu viens dans les coulisses de stars ou tu as déjà tenté le coup légalement… Ou non ?, rajoutais-je curieux.

J’avais – déjà – entrepris d’enchainer les gorgées sachant très bien comment allait se finir tout ça. A force, il n’y avait plus de suspens – j’étais Daniele Ricci et il y avait une groupie dans ma loge comment voulez-vous que ça finisse ?



@ Billy Lighter


You're never gonna die, you're gonna make it if you try, they gonna love you
©️ Pink Floyd
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Carolyn Adam


Messages : 89
Date d'inscription : 07/06/2018
Age du personnage : 0


MessageSujet: Re: To End The Night In Style [1980][PV Carolyn] [TERMINE]   Jeu 5 Juil - 21:12



To End The Night In Style
ft.  Daniele Ricci





Malgré le fait que j’ai complètement raté le spectacle, on peut dire que j’ai de la chance puisque je suis tombé par hasard sur Daniele Ricci qui  me propose de me conduire en coulisses et de rencontrer le groupe ! Le genre de proposition impossible à refuser surtout quand elle vient d’un des hommes les plus influents de sa génération. Je suis aux anges et peine à dissimuler mon excitation.

Je veux lui montrer que je peux être digne d’une telle faveur, étalant mes connaissances sur sa carrière impressionnante. Il a bâti un véritable empire et son nom suffit à faire trembler des murs et est promesse de succès à quiconque s’y associe. Sauf que mes paroles s’emballes et j’en viens à faire une biographie quasi complète devant l’homme lui-même.  Je réalise mon enthousiasme qu’une fois la fin de mon speech,  mes joues s’empourprant de gêne mais mon hommage improvisé lui a de toute évidence plus.  J’aurais cependant dû m’en douter, lui qui est réputé pour aimé être flatté dans le bon sens. Il serait du genre à s’envoyer lui-même des fleurs avec une carte de compliment anonyme que pour montrer encore un peu plus sa forte popularité.

Nous entrons dans une loge dans laquelle je m’attends à voir  les Planes décompressés après leur prestation mais cette dernière est…vide ! Je me retourne un peu confuse vers le manager qui m’annonce que cette loge est la sienne et aussi la mienne, pour la soirée.  La pièce est immense et richement décorée, un truc de fou! Si sa loge est comme ça, je me demande de quoi à l’air celle du groupe qui, plus nombreux et assurément accompagnés de groupies et / ou de gens proches d’eux, doivent avoir  droit à  une double loge !  Je suis facilement impressionnable par ce genre de détails, pour en avoir visité plusieurs, c’est fun de pouvoir comparer.

Je décline le whisky qu’il m’offre, ne portant pas très bien l’alcool fort.

- Je ne rate aucune que je puisse me permettre, c’est vrai.

Malheureusement, le manque de budget et la courte période de promotions entourant l’évènement ont joués contre moi. J’avance lentement dans la pièce passant ma main sur le l’étoffe riche d’un immense divan pouvant facilement assoir 6 personnes.

- Je n’irais jamais jusqu’à vous dire comment faire votre métier, Monsieur Ricci. Mais   pour ce spectacle, il y a eu un léger manque dans la promotion. Pas assez de diffusion radiophonique et…  le prix était…plutôt élevé.

Je suis intimidé de confier ça à quelqu’un qui n’a probablement jamais mangé pendant une semaine un bol de Captain Crunch trois fois par jour.   Je lui souris timidement avant de me diriger de l’autre côté de la pièce me plantant devant  un immense cadre dans lequel affiché une photo d’une magnifique voiture sport.

Mon rire me trahi.

- Souvent, même !  Enfin, plus souvent pour  entrer en coulisses que pour le spectacle lui-même. Je suis prête à tout pour rencontrer mes artistes préférés. Et leur manager !

Cela dit, je n’ai jamais rien fait de hautement répréhensible.

- Je suis déjà allé en coulisses.   J’ai de la chance, ou alors je suis douée mais  j’y arrive presque chaque fois.

C’est dit avec une  note de fierté dans la voix maintenant que je me suis retournée et que je fais face au célèbre manager.  Mes mains sur mes hanches, je repenses à toutes ces fois où je me suis retrouvés en coulisse, où j’ai pu faire autographié tout ce que je voulais et même plus, beaucoup plus certaine fois.

Je gambade en retournant de nouveau au grand divan sur lequel je me laisse tomber et rebondir légèrement.

- The Planes…  c’était impossible de ne pas tout tenter, vous comprenez ?  C’est en plus le groupe préféré de mon papa !

Quand je vais lui raconter ma soirée, il ne va pas en revenir ! Une discussion avec le manager le plus connu de son temps, et une rencontre en tête à tête avec le groupe… parce que…  je m’imagine bien  que nous allons aller les voir dès que Monsieur Ricci aura terminé son verre.

- Dites,  je pourrais aussi vous demander un autographe ?


@ Billy Lighter
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Daniele Ricci


Messages : 1501
Date d'inscription : 28/09/2013
Age du personnage : 40

Who Am I?
Birth place: Rome en Italie
Je suis: le meilleur
Song: Back In Black-AC/DC


MessageSujet: Re: To End The Night In Style [1980][PV Carolyn] [TERMINE]   Dim 8 Juil - 18:17



To End The Night In Style
ft. Carolyn Adam


N’avais-je pas la meilleure loge du monde ? Si – bien que j’avais déjà eu plus grand comme loge. Celle des Planes était plus grande mais ils étaient plus nombreux. Ils n’avaient pas demandé de loges séparées – ils préféraient vivre ce dernier concert ensemble.

Je m’étais avancé dans la loge pour me servir un whisky. La fille avait refusé prendre un verre – elle était sage… Ce n’était pas la première groupie qui refusait un verre de whisky. Souvent, les jeunes femmes préfèrent des alcools moins forts comme la bière, les cocktails ou bien le vin ou le champagne.

La jeune femme ne ratait presque aucun concert – j’aurais dû m’en douter. C’était une groupie pur jus. Celle qui était du genre à claquer leur argent de poche dans une place de concert plutôt que d’économiser pour des choses vitales. Ces filles m’impressionnaient de par leur ténacité.

Seulement, cette groupie-ci n’avait pas assisté au dernier concert des Planes. Je voulais savoir pourquoi – histoire de voir si le problème venait d’elle ou de moi. C’était le manque de promotion et le prix qui avait empêché cette fille de voir – une toute dernière fois – les Planes sur scène.

-Je sais pour la promotion. Je n’irais pas jusqu’à dire que c’était voulu parce que ce n’est pas le cas mais disons que les délais étaient courts, dis-je en m’asseyant sur la table où je venais de me servir un whisky. Quant au prix, il est celui d’un ultime concert, rajoutais-je avec un assumant totalement le prix élevé du concert. Mais j’aime récompenser l’audacieux alors je t’offrirais un pass VIP pour un concert de la prochaine tournée de mon futur groupe.

Encore fallait-il que je me rappelle son nom d’ici là – c’était une toute autre histoire. En attendant, je pouvais passer pour Daniele Ricci le Généreux. C’est cette générosité que j’allais lui montrer aujourd’hui si elle le voulait.

La jeune femme était une habituée des virées en coulisse – j’aurais pu le parier. Elle entrait bien dans la catégorie des fans prêt à tout pour rencontrer les artistes ainsi que leur manager – je suis le meilleur manager alors je me croyais au top de la liste. Elle était de celle qui arrivait souvent à leurs fins.

-Tu es de celles que j’apprécie, alors ! J’aime les femmes qui savent ce qu’elles veulent et qui ont l’audace d’aller jusqu’au bout pour réussir,
dis-je avec un grand sourire. C’est grâce à ça que tu es ici aujourd’hui.

Elle était fier – j’aimais les gens qui assumaient leur fierté. Seulement, quand elle s’était mise à parler des Planes, c’était pour dire que son père en était fan. Le coup de vieux – vous imaginez ? Les Planes étaient – très – légèrement plus vieux que moi. Après la chute de The Army, j’avais entrepris de les prendre sous mon aile pour relancer leur carrière qui allait à la dérive. Je les avais volés à Dustin et je les avais remis au-devant de la scène jusqu’à ce que les Planes décident de prendre leur retraite pour – pour la plupart – poursuivre une carrière solo ou bien s’arrêter carrément pour leur vie de famille. Ils avaient commencé leur carrière avant que je ne commence la mienne mais – tout de même - savoir que le père de cette fille en était fan ça faisait mal.

-Ton père ?
, dis-je non sans cacher ce petit moment où je m’étais senti vieux alors que je n’avais que 38 ans. Ah… Il est si jeune que ça ?

La question devrait plutôt être : « quel âge as-tu petite ? ». Putain, les groupies étaient toutes de plus en plus jeunes de nos jours – ne venez pas me dire que c’est moi qui vieilli…

Je devais oublier mon coup de vieux pour me concentrer sur sa demande.

-Ouais ! Bien sûr que tu peux, dis-je en descendant de la table pour me diriger vers un tiroir où se trouvait tout le nécessaire pour signer un autographe. J’avais sorti une photo de moi-même – la première qui m’était passée sous la main. C’est quoi ton nom ?, demandais-je avec un sourire.

Photo:
 

Elle me l’avait donné et j’avais écrit : « Pour Carolyn » - j’avais signé le mot de ma plus belle signature, c’était presque de la calligraphie.

Je m’étais approché d’elle pour lui donner la photo.

-Voilà !, dis-je avec un grand sourire avant d’achever mon verre de whisky d’un seul coup et de m’en resservir un immédiatement. Si tu veux voir les Planes, ils sont quatre portes plus loin au fond du couloir. Ils doivent être en train de se saouler à la vodka en s’envoyant en l’air avec d’autres groupies. Quoi que... Depuis qu’ils ont tous une femme et des enfants, je ne sais plus trop ce qu’ils font de leurs après-concerts, dis-je avec la ferme intention – avec mon discours – de dissuader Carolyn d’aller faire un tour dans la loge des Planes.

J’avais achevé mon second verre de whisky – je m’étais servi un troisième.

-De toute façon, j’imagine que tu les as déjà dans ton palmarès, non ? Quelque part entre Billy Lighter et Kayden James, non ?, demandais-je avec un sourire en coin.

Une groupie qui semblait aussi aguerrie qu’elle me l’avait laissé entendre devait déjà avoir un palmarès long comme le bras.




@ Billy Lighter


You're never gonna die, you're gonna make it if you try, they gonna love you
©️ Pink Floyd
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Carolyn Adam


Messages : 89
Date d'inscription : 07/06/2018
Age du personnage : 0


MessageSujet: Re: To End The Night In Style [1980][PV Carolyn] [TERMINE]   Lun 9 Juil - 2:54



To End The Night In Style
ft.  Daniele Ricci





Je n’ai pas eu la chance de mettre la main sur un des précieux billets pour le concert des Planes et je ne suis pas la seule  à avoir été dans cette situation. Les publicités annonçant le concert n’ont pas été plus que ça diffusées et n’ont vraiment été visibles qu’à peine un mois avant la date. Pas faute d’avoir essayé d’en obtenir en  participant à différent concours, en appelant aux stations de radios et en allant même pleurnicher à la billetterie, rien à faire. Pas de chance, trop cher ou tout simplement plus de place disponible.  Par contre, je suis de celles qui ne renoncent jamais et qui a tenté le tout pour le tout pour entrer et c’est ce qui s’est passé. Je suis maintenant dans la loge de Daniele Ricci qui me promet des places VIP pour voir l’un de ses groupes lors d’une prochaine tournée.

Je ne suis pas dupe, cela dit. Bien que je le remercie avec un sourire, je sais très bien qu’il est plus que probable que cette promesse ne tienne plus dès que je serai sortie d’ici, ce soir ou demain. Alors je suis tenté, l’espace d’une minute, de lui demander des places pour The Lightening. Ce serait vraiment très drôle de lui voir l’air alors que je demande d’être VIP pour un groupe duquel il n’est aucunement associé.  Mais je me garde bien de pousser ma chance jusque là.

L’audace dont j’ai fait preuve pour parvenir à mes fins est saluée par le célèbre manager qui ne manque pas de me faire remarquer que c’est grâce à cela que je suis  ici aujourd’hui. Ouais, sauf que, je ne suis toujours pas dans la loge des Planes, le groupes favoris de mon papa. Cette confidence semble laisser l’homme à la fois perplexe et sans voix. Je me moquerais bien si je n’étais pas certaine qu’il puisse ensuite me jeter dehors !

- Si, ils sont le groupe favoris de mon père, comme probablement d’un tas d’autre personne, est-ce si surprenant ?

Chez nous, la musique à toujours occupée une place importante. Une fois par mois, mon père achetait un nouveau disque et nous l’écoutions en famille tout en mangeant ce que ma mère appelait un repas « fou »  qui se composait généralement de pancakes, de bacon et de céréales. C’était  rigolo, et ça a bercé mon enfance. Ce n’est pas pour rien qu’aujourd’hui je donne autant d’importance à la musique.

- Mon père à au moins 15 ans de plus que vous, je vous rassure !, ajoutais-je en rigolant

J’ai la bougeotte sur le canapé alors que je lui demande un autographe ce à quoi il consent en allant chercher une photo de lui et sur laquelle, il appose sa griffe.  C’est presque trop beau pour être vrai. Je regarde la photo que je tiens maintenant entre mes mains l’écoutant d’une oreille distraite. Je ne relève la tête que lorsqu’il me confie que, si je veux toujours voir les Planes, ils sont à 4 portes de nous mais qu’à l’instant, ils doivent probablement déjà être entrain de s’envoyer en l’air et l’idée d’entrer en pleine orgie me rebute complètement.  Il y a aussi comme, un petit peu trop de femmes et d’enfants dans la phrase de Monsieur Ricci pour que je puisse encore avoir vraiment envie de m’y rendre.

-  Non… je n’ai jamais eu la chance de les voir…J’imagine que… je devrais les laisser tranquilles… Peut-être que vous pourriez m’avoir des autographes plus tard et me les envoyer ? Ou je pourrais venir les chercher à la réception de votre bureau ?

Qui ne tente rien n’a rien et n’a-t-il pas dit qu’il appréciait mon audace ?  Je laisse la photo sur le canapé et je me lève pour rejoindre le manager qui se sert un troisième verre d’alcool. Peut-être devrais-je me laisser tenter moi aussi.  Je reconnais la chance de me trouver en sa compagnie n’empêche que j’essuie une légère déception de n’avoir pu serrer la main en personne du groupe mythique.  L’adage dit que rien n’arrive pour rien dans la vie alors  aussi bien  profiter de la compagnie du manager qui, de toute façon, est plus populaire que le groupe en question.

- Je pourrais vous demander un verre ?

Un coup de fouet ne me fera pas de tord, et j’en ai  grandement de besoin.

Mon verre en main, je le bois cul sec et j’offre au manager la plus mémorable de mes grimace alors que le liquide descend dans ma gorge puis qu’il se faufile au travers de mes veines.

- Brrrwaaaaaa !!  Ça a un goût de feu ! Et vous buvez vraiment ça comme de l’eau ?


@ Billy Lighter
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Daniele Ricci


Messages : 1501
Date d'inscription : 28/09/2013
Age du personnage : 40

Who Am I?
Birth place: Rome en Italie
Je suis: le meilleur
Song: Back In Black-AC/DC


MessageSujet: Re: To End The Night In Style [1980][PV Carolyn] [TERMINE]   Ven 13 Juil - 19:52



To End The Night In Style
ft. Carolyn Adam


Quand la fille avait parlé de l’attrait de son père pour les Planes, ça m’avait – un peu – rendu perplexe. De un, pour le coup de vieux et, de deux, parce que ce n’était pas franchement excitant quand une groupie se mettait à parler de son père. J’essayais – très souvent – d’oublier que les filles qui passaient dans ma loge pour une soirée étaient – très souvent – bien plus jeunes que moi. Seulement, Carolyn avait quand même dit, pour me rassurer, que son père avait 15 ans de plus que moi.

-Ah tu me rassure !,
dis-je pas complètement rassuré. Sinon, j’aurais pu déduire que tu étais mineur et j’aurais dû te foutre dehors ce qui aurait été dommage pour nous deux.

Pour l’instant rien n’indiquait qu’elle était mineur – ni elle, ni rien – alors je pouvais continuer mon petit manège qui, pour l’instant, consistait à éviter de la voir partir dans la loge des Planes. Pour arriver à mes fins, j’avais compté sur un schéma tactique très simple – celui de lui dire que les Planes devaient être en pleine orgie ou qu’il ne devait rien faire en attendant de retourner voir leur femme et leurs enfants. Tout ça pour m’assurer quelques heures avec Carolyn. Vous savez c’est quoi le mieux ? C’est que cette tactique avait marché à la perfection – Carolyn n’avait plus vraiment envie de s’immiscer dans la loge des Planes bien qu’elle ne les ait jamais vu de sa vie. Je cachais – facilement – ma joie.

-Bien sûr, je pourrais leur faire signer des autographes pour toi
, dis-je avec un grand sourire. Tu n’auras qu’à venir les chercher à mon bureau quand tu veux. Ou même à ma villa… Je fais des fêtes tous les samedis. Tu n’as qu’à venir y faire un tour.

La villa Ricci lui était ouverte – comme à bien d’autres groupies de L.A.

Carolyn voulait – maintenant – un verre. Elle l’avait refusé peu de temps avant mais il semblerait qu’elle ait changé d’avis.

-Bien sûr, dis-je en me retournant vers la bouteille de whisky pour servir un verre à la jeune groupie et le lui tendre.

Bois – ça te fera grand bien ! Elle l’avait fait et m’avait offert une très belle grimace. J’avais ricané en voyant son visage se tordre. Elle avait osé boire tout d’un coup – pas mal pour une première fois. Elle n’en revenait pas que je puisse boire ça aussi facilement. Je buvais autant de whisky que d’eau – voir même plus.

-C’est une question d’habitude, dis-je en haussant les épaules. Je bois du whisky depuis mes 15 ans, j’ai eu le temps de me faire au goût. Quand tu y seras habituée, tu ne voudras plus boire autre chose.

Elle avait de la chance – il n’y avait pas que du whisky ici. C’est comme ça que je lui avais sorti une bouteille de champagne hors de prix, plus approprié pour ses papilles de jeune femme. Je lui avais tendu la bouteille et avais abandonné mon propre verre pour la bouteille entière de whisky.

-Voilà qui devrait être plus buvable,
dis-je avec un sourire.

J’étais resté tout proche de Carolyn. Les groupies avaient l’art d’être plus entreprenante d’entrée de jeu mais ce n’était pas le cas de celle-ci.

-Alors, Carolyn… Tu veux qu’on se fasse un concours de celui qui tient le mieux l’alcool ? A moins que tu ne veuilles que je te parle des anecdotes de ma vie que tu ne connais pas encore et que tu pourras te venter de connaitre auprès de tous ? Ou bien, peut-être as-tu carrément une autre idée derrière la tête ?, demandais-je avec un sourire espiègle.




@ Billy Lighter


You're never gonna die, you're gonna make it if you try, they gonna love you
©️ Pink Floyd
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Carolyn Adam


Messages : 89
Date d'inscription : 07/06/2018
Age du personnage : 0


MessageSujet: Re: To End The Night In Style [1980][PV Carolyn] [TERMINE]   Dim 15 Juil - 2:48



To End The Night In Style
ft.  Daniele Ricci





Selon les dires de Daniele Ricci, il serait plus sage que je demeure en sa compagnie plutôt que de me risquer à entrer dans la loge des Planes et de me retrouver au beau milieu d’une orgie quoi qu’il avance que, peut-être, ils sont déjà entrain de plier bagage et de rentrer pour rejoindre leur épouse à la maison. C’est plutôt là-dessus que je miserais mais mon petit doigt me dit de faire confiance à leur manager.  En presque désespoir de cause, en plus de l’autographe de Ricci, je me risque de demander s’il lui serait possible de m’avoir celle du groupe. Sans surprise, vu sa proximité avec le band, Ricci m’assure qu’il me l’obtiendra mais là ou je suis le plus surprise, c’est qu’il m’enjoint de prendre part à l’une de ses fêtes qu’il donne toutes les semaines. Tout le monde a déjà entendu parler des célèbres mondanités à la Villa Ricci. Et de ce qu’on y fait.

- C’est vraiment gentil de m’inviter. Je viendrai…

Ou pas.

Je crois que je suis mure pour un verre, après une telle invitation. Et tant qu’à rester en sa compagnie, aussi bien tout essayer pour me détendre.  Il m’offre mon verre avec un air qui ne ment pas. Je les vois venir de loin, les hommes dans son genre. Charmeur, attentionné et qui ne parle pas au hasard.

Définitivement, le whisky n’est pas pour moi.  J’ai l’impression que le breuvage se propage dans mon corps comme de la lave.

- Habitude ou non, il faut être fait fort pour boire ça comme de l’eau comme vous le faites !

Pour substituer au breuvage du Diable,  Daniele me déniche une bouteille de champagne qui fait mon bonheur. Je vais préférer les bulles à l’amertume du whisky dans aucun doute. Je m’attends à ce qu’il fasse sauter le bouchon de la bouteille et me verse un verre mais il a tout autre chose en tête. En fait, il ouvre la porte pour la suite des choses, celle qu’il a en tête, bien entendu, comme tout homme normalement constitué qui se trouve en compagnie d’une jeune et jolie femme.

Je rougis un peu, mettons ça sur le compte de l’alcool qui se fait encore sentir et,  penchant la tête  vers le sol, le temps de me mordre la lèvre et de bien choisir mes mots, je me redresse ensuite pour le regarder.

- Et pourquoi pas les 3 ?  Continuons de boire pendant que nous créerons au moins une nouvelle anecdote que personne ne connait encore et donc je serai la seule à savoir.

Je soutiens son regard, affichant le même petit sourire espiègle. Je sais que je ne fais pas fausse route qu’en a mes impressions vis-à-vis les intentions de Ricci. Ce n’est pas parce que j’ai passé sous silence son palmarès  amoureux alors que je faisais l’étalage de sa vie, ou de ses grandes lignes que je ne suis pas au courant que je suis en présence de l’un des célibataires et coureurs de jupons les plus en demande du tout Los Angeles.  La liste de ses conquêtes est plus longue  que celle de ses succès et on murmure qu’il serait du genre à organiser des concerts privés que pour diversifié son bassin de pêche, ses fiestas ne suffisant plus à rapatrier de la chair fraîche. Mais ça, ce n’est rien de plus que des potins. Le genre de truc qui se partage, entre groupies.

Je me tourne vers lui sur le fauteuil, croisant mes jambes  en sa direction et toujours en le regardant droit dans les yeux.

- Nous pourrions joué à « Je n’ai jamais »,  nous devons boire un shot chaque fois qu’est mentionné une chose que l’on déjà fait.

C’est un peu comme le jeu de la vérité, en fait. Sauf que la conséquence est le shot à boire à chaque fois.  Pour savoir qui porte le mieux l’alcool, et pour balancé des anecdotes c’est parfait et, inévitablement,  ce qui n’a jamais été fait fini par être fait…

- Je me permets de commencer pendant que vous verser les verres... Je n'ai jamais... mentis pour mettre quelqu'un dans mon lit...

Amusée, je lui dit ça pour lui laisser l'honneur de boire le premier verre et lui permettre la vengence. Ce genre de petits jeux ne sont jamais aussi innoncents qu'ils ne le supposent...


@ Billy Lighter
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Daniele Ricci


Messages : 1501
Date d'inscription : 28/09/2013
Age du personnage : 40

Who Am I?
Birth place: Rome en Italie
Je suis: le meilleur
Song: Back In Black-AC/DC


MessageSujet: Re: To End The Night In Style [1980][PV Carolyn] [TERMINE]   Mar 17 Juil - 22:47



To End The Night In Style
ft. Carolyn Adam


A la bonne heure – la petite groupie allait venir faire un tour à la villa Ricci. Plus on est de fous, plus on rit à mes fêtes et une jolie bouille en plus ne sera pas de trop bien que j’étais persuadé, au fond de moi, que je n’allais aucunement reconnaitre Carolyn si elle venait à ma villa. Je n’avais pas forcément une bonne mémoire des visages – mais ça ne voulait pas dire que je n’avais aucun respect pour elle, c’est juste que je voyais pas mal de monde.

Elle s’était – pour finir – lancée à me demander un verre. Je voyais rarement des jeunes femmes comme elle boire du whisky mais j’aimais les filles qui osaient tenter. Le résultat avait été qu’elle semblait détester le breuvage ambré que je lui avais offert – c’était plutôt drôle à voir. Le whisky n’était pas fait pour les âmes sensibles ou les palets pas entrainé comme celui de Carolyn – mais ça viendra si elle s’obstine à en boire. Beaucoup de choses demandent de l’entrainement – sauf pour moi, moi je suis génial de naissance. Elle avait dit que j’étais quand même fort pour boire ça comme de l’eau et comme je prenais tous les compliments qui passaient, j’avais pris celui-ci aussi.

-Je sais, mais j’ai fait des exploits plus grands que celui-là,
dis-je avec un petit sourire.

Descendre le whisky aussi facilement n’était qu’un exploit d’adolescent – d’ailleurs, c’est à cette période de ma vie que j’avais entrainé mon corps à descendre autant whisky.

Seulement, comme le whisky n’avait pas vraiment plu à Carolyn, je lui avais trouvé un bon champagne qui devrait lui convenir parfaitement. J’avais l’intention de passer une bonne soirée avec elle et ça impliquait de savoir ce qu’elle voulait faire – tout en orientant le débat en lui faisant des propositions. Maligne et joueuse – bien qu’un rien « timide » - elle avait choisi les trois.

-Tu es une joueuse, toi. J’aime ça, dis-je avec un sourire en coin. Ça marche ! Jouons !

Je savais très bien où les jeux d’alcool pouvaient menés – j’en avais fait des milliers au cours de ma vie. Ça tombait bien c’était précisément là que je voulais aller et j’étais persuadé que c’était là aussi que voulait aller Carolyn. Sinon, elle n’aurait pas accepté mes trois propositions.

Elle avait fixé les règles d’un jeu qui allait certainement nous faire boire énormément – j’avais de la marge mais je n’étais pas sûr que ça soit pareil pour Carolyn.

-Ok, ça me convient, dis-je avec un sourire plus prononcé.

Pour lancer le jeu, je nous avais servi un shot chacun – un de whisky pour moi et un de champagne pour elle. Carolyn s’était lancée en premier et m’avait demandé si je n’avais jamais menti pour mettre quelqu’un dans mon lit. Elle y allait tout de suite avec des questions très personnelles – j’aimais ça !

J’avais bu mon shot de whisky d’une traite – répondant ainsi à la question.

-J’ai menti une seule fois, dis-je avec un petit sourire. J’avais 15 ans, j’étais en vacances en Sicile et j’avais fait le pari avec un ami à moi que je pourrais me faire la plus jolie fille de la fête à laquelle je participais. Elle avait 20 ans et disait à toutes ses amis qu’elle ne se ferait jamais un gamin parce qu’elle préférait les hommes qui en valaient le coup. J’ai prétendu avoir que j’avais 22 ans pour coucher avec elle. Je me demande comment elle a pu croire ça une seule seconde... Elle a mordu à l’hameçon.

C’était un simple et innocent mensonge. J’avais rempli mon shot de whisky pour le second tour – en attendant, c’était à moi de trouver les petites failles de Carolyn.

-A mon tour
, dis-je en souriant. Je n’ai jamais fait plus de trois fois l’amour avec la même star.

Façon d’en apprendre un peu sur son métier de groupies.




@ Billy Lighter


You're never gonna die, you're gonna make it if you try, they gonna love you
©️ Pink Floyd
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Carolyn Adam


Messages : 89
Date d'inscription : 07/06/2018
Age du personnage : 0


MessageSujet: Re: To End The Night In Style [1980][PV Carolyn] [TERMINE]   Mer 18 Juil - 3:24



To End The Night In Style
ft.  Daniele Ricci





Ma proposition semble plaire à Daniele.  Il s’agit d’un petit jeu pas tant innocent mais qui n’engage à rien de formel.  Il suffit de boire un verre quand nous avons fait la chose mentionnée. Je me permets de commencé en  affirmant que je n’ai jamais mentis pour mettre quelqu’un dans mon lit. Mon petit doigt me dit que ce n’est pas le cas de Daniele. Il a beau être incroyablement mignon et transpirer le sexe par tous les pores de sa peau, il a dû en enjôler plus d’unes en les entortillant autour de ton petit doigt à coups de belles promesses qui n’ont jamais vu l’heure de se réaliser. Comme ce soir, avec moi, en me promettant es signatures des Planes alors que je suis certaine à 99% qu’il aura oublié dès que j’aurai quitté sa compagnie. Il l’a probablement même déjà oublié.

Daniele boit son verre avant de me raconter qu’effectivement, il a déjà mentit. Une seule fois, bien entendu ! Il y a quelque chose de romantique dans son histoire. En tous les cas, moi j’y vois un petit côté rose bonbon… le gamin qui veut s’éveiller aux plaisirs de la vie en partant à la conquête d’une femme d’expérience et si elle a gober que, malgré son jeune âge, ou alors c’est qu’il a toujours paru plus vieux, c’est qu’il assure. Et y’a rien de plus sexy qu’un mec qui assure, surtout au lit !

Je m’en mords la lèvre inférieure en baissant un peu la tête sans savoir pourquoi je rougie, faisant tourner mon verre encore plein entre mes doigts.

C’est à  mon tour de répondre et… non, je ne boirai pas ce verre.

- Je n’ai jamais fait plus d’une fois l’amour avec une célébrité. Pas que je n’aurais pas voulu mais, l’occasion ne s’est simplement pas présentée.

À moins qu’il ne parle de fois en tant que tel et non pas d’occasion justement et si tel est le cas, alors les choses sont différentes, alors je devrais boire ce verre…  Je pousse un soupire amusée en relevant la tête pour regarder Daniele puis je bois mon verre.

- Dans la même soirée, j’ai couché deux fois avec le même mec. Une fois dans sa loge puis une fois à l’hôtel.  Je n’y ai pas songé parce que… bah ! C’était la même nuit !

Repenser à ma nuit avec Howard Stone a quelque chose de nostalgique. C’était vraiment une belle soirée.  Depuis, je ne le vois plus de la même façon. Howard Stone, quoi qu’on en pense, est un type bien avec un cœur immense mais bordé d’une naïveté troublante. Digne d’un enfant de 5 ans.  Il me ferait de nouveau venir en coulisses que je le suivrais sans hésité. Et pas forcément que pour s’envoyer en l’air. J’ai adoré discuter avec lui, boire et faire les fous.

Je rigole, amusée et gênée d’avoir momentanément naviguée loin dans mes pensées puis  remplis de nouveau mon verre. C’est à mon tour de dire quelque chose que je n’ai jamais fait dans le but d’obtenir une révélation qui émoustillera mes sens. Ce genre de petits jeux ont quelques choses de jouissif. Jusqu’à un certain point, c’est presque aussi torride que des préliminaires bien intenses.

- Je n’ai jamais coucher avec deux personnes en même temps !

Je suis curieuse de savoir s’il l’a fait lui ? On lui prête des histoires avec tellement de jeunes et jolies starlettes telle que Jessica Hill et Victoria Hunter qu’il est difficile de croire qu’il les enchaîne soir après soir… Forcément il a dû n prendre plus qu’une à la fois… Mythe ou réalité ? Lui seul détient la réponse et il me la partagera bientôt.


@ Billy Lighter
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Daniele Ricci


Messages : 1501
Date d'inscription : 28/09/2013
Age du personnage : 40

Who Am I?
Birth place: Rome en Italie
Je suis: le meilleur
Song: Back In Black-AC/DC


MessageSujet: Re: To End The Night In Style [1980][PV Carolyn] [TERMINE]   Dim 22 Juil - 22:37



To End The Night In Style
ft. Carolyn Adam


Ma petite anecdote avait fait rougir la jolie groupie. Je ne savais pas pourquoi – sûrement parce que les femmes aimaient ce genre de petites histoires innocentes. Ou bien pour tout autre chose mais ça avait certainement un rapport avec moi.

C’était à mon tour d’émettre une affirmation. Seulement, j’avais touché à côté parce que Carolyn n’avait pas bu une seule goutte de son verre. Elle n’avait jamais – aussi étrange que ça puisse paraitre venant d’une groupe – couché trois fois avec la même star dans sa vie de groupie. Elle n’en avait jamais eu l’occasion preuve qu’elle n’était qu’au tout début de sa carrière de groupie. Je n’avais – toujours – aucune idée de l’âge de Carolyn et je ne préférais toujours pas demander de peur de tomber sur un chiffre qui ne me conviendrait pas.

Seulement, après une petite hésitation, elle avait bu son verre. Carolyn avait tout de même fait l’amour avec la même star deux fois sur la même nuit ! C’était un partout !

-Il en a eu de la chance celui-là, dis-je avec un sourire.

Elle ne m’avait pas révélé qui mais ça n’avait pas vraiment d’importance – c’était certainement quelqu’un que je connaissais étant donné que j’étais le roi de la jet-set de L.A.

Carolyn était perdue dans ses pensées. Pendant ce temps, je nous avais rempli nos verres. L’alcool allait très rapidement rendre le jeu de plus en plus tendancieux – c’était souvent comme ça que ça finissait. N’était-ce pas pour ça qu’on y jouait après tout ?

Carolyn avait affirmé ne jamais avoir couché avec deux personnes en même temps. En était-ce de même pour moi ? J’avais commencé à porter mon verre à mes lèvres – mais j’avais arrêté mon geste pour le reposé.

-Effectivement, je ne l’ai jamais fait, dis-je avec un petit sourire. C’est un mythe. Je préfère une à la fois. Maintenant, en avoir plusieurs sur une soirée, ça oui. Je ne suis pas fan des parties à plusieurs. J’aime l’intimité d’être à deux, rajoutais-je un peu charmeur.

Était-ce vrai ? Peut-être – si j’avais fait une partie à trois, je ne m’en souvenais plus ce qui n’est pas à exclure. Seulement, de mémoire, je ne me rappelle pas avoir jamais fait ça bien que les rumeurs évoquent le contraire. Il y en avait des mythes sur le grand Daniele Ricci – la plupart étaient vrais, il faut bien l’avouer…

J’avais passé ma langue sur mes lèvres tout en accrochant le regard de Carolyn. C’était une tentative de séduction automatique – un geste que je n’avais même pas réfléchi. Il fallait que je trouve une affirmation assez vite.

-Je n’ai jamais fait de strip-tease complet devant plusieurs personnes, affirmais-je avec un sourire en coin.

Plusieurs personnes voulait dire au moins deux – pas forcément plus. Je risquais bien de le perdre ce petit jeu… Carolyn était peut-être bien plus sage que je ne l’imagine.



@ Billy Lighter


You're never gonna die, you're gonna make it if you try, they gonna love you
©️ Pink Floyd
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Carolyn Adam


Messages : 89
Date d'inscription : 07/06/2018
Age du personnage : 0


MessageSujet: Re: To End The Night In Style [1980][PV Carolyn] [TERMINE]   Lun 23 Juil - 22:53



To End The Night In Style
ft.  Daniele Ricci





Je ressens un léger pincement au cœur en repensant à ma nuit avec Howard Stone. Ça avait été une très belle nuit, intéressante sur plusieurs aspects. Et ce que j’en ai retenu, de cette nuit là, c’est que Howard n’a absolument rien à voir avec la façon dont plusieurs publications peu flatteuses à son sujet le décrivent.  Et si ça a aussi bien cliqué entre lui et moi, c’est peut-être uniquement parce qu’il a sentit que je n’attendais rien de lui.

Daniele, en toute désinvolture, met le commentaire que cet homme là, a eu bien de la chance ce qui me fait hausser des épaules parce que, de mon point de vu, c’est moi qui ai eu le plus de chance.

Je crois bien le coincer avec mon affirmation suivante et, à ma plus grande surprise,  il me révèle n’avoir jamais prit par à une partie de jambes en l’air avec plus d’une partenaire à la fois. Je le pensais un petit peu plus olé olé comme homme. Le genre à  goûter à tous les plaisirs coupables que la vie puisse apporter.  Cela dit, s’il n’a toujours mis qu’une seule femme à la fois dans son lit, il ne nie pas l’avoir fait plusieurs fois dans la même soirée avec des partenaires différentes, ce qui n’est pas plus mal, selon moi.

- Une soirée bien occupée, donc !

Tant qu’aucunes des filles étaient un tant soit peu possessives et qu’il n’a confondu aucuns prénoms, j’imagine que ça passe encore ! Autrement, il ne serait pas ici pour en témoigner !

Le regard qu’eu Ricci ensuite déchargea en moi une foule de sensations que je ne saurais même pas expliquer. La façon avec laquelle il se passe la langue sur les lèvres en appuyant bien de ses yeux sur les miens. J’ai chaud et ça me chatouille à des endroits où normalement… bah… ça chatouille par forcément pour un simple regard. Je me sens fondre jusque dans mes sous vêtement en gloussant presque comme une gamine écervelée.

C’est moi où il fait de plus en plus chaud dans cette pièce ?

Daniele ayant répondu à ma question, c’est à son tour de tenter de me piéger avec une affirmation. Ce qu’il m’avoue n’avoir jamais fait ne m’étonne pas en même temps. Je ne l’imagine pas s’offrir en spectacle devant pleins de gens simplement pour le plaisir ou dans le but de conclure.  Selon moi,  est plutôt du genre à offrir une belle soirée, à boire et à charmer, un peu comme il est entrain de le faire en ce moment.

Sauf que moi…

Je bois mon verre cul sec.

Parce que moi je l’ai déjà fait !

- Quand j’ai terminé le High School, il y a eu cette fête complètement démente chez Bradley Turner et, nous y sommes tous  allés. C’était dans ce genre de grosse maison, comme la votre j’imagine.  C’était le genre de type qui avait tout dans la vie, ses parents n’étaient jamais là alors il l’avait facile.

Cette soirée là est à jamais gravée dans ma mémoire.  Je rougis encore plus si c’est possible mais je regarde toujours le  «  de plus en plus «  séduisant manager dans les yeux alors que je continu mon histoire.

- L’alcool a fait son œuvre et puis  j’avais envie de m’amuser. Pour de vrai.  Plus la soirée avançait, moins il y avait de gens sobres. Je crois que c’est un peu le but en même temps.  Puis il y a eu cette chanson, je ne me souviens pas le titre mais j’entends encore la mélodie dans ma tête.

Sans vraiment m’en rendre compte, je m’étais levé et fait quelques pas en avant puis je m’étais retournée pour faire face à Daniele. Mon cœur battait très rapidement mais je me sentais étrangement détendue.  Doucement, je commençais à me balancer sur mes pieds de la gauche vers la droite en ondulant des hanches puis je remontais mes bras en l’air, mes mains dans mes cheveux que je ramenais sur ma tête avant te les laisser retomber de nouveau sur mes épaules, continuant de bouger très lentement. Mes mains redescendent lentement en appuyant de chaque côté de mon corps, le long de mes flancs puis sur mes hanches avant de remonter lentement de nouveau, mais en apportant mon haut avec elles jusqu’à ce que je puisse le passer par-dessus ma tête et le laisser tomber aux pieds de Ricci.

- J’étais la fille timide à l’école. Celle qui n’aurait jamais osé dire un mot plus haut que l’autre pour ne pas embêter.  Mais ce soir là, j’ai eu envie de casser l’image…

Et ça m’a bien servi par la suite. Autrement, je n’aurais jamais eu l’audace de poursuivre mon rêve. Un rêve qui, certes, tour un peu en rond et ne mènera jamais nulle part mais pour moi, c’est la chose qui compte le plus en ce moment. Les artistes. Les côtoyer, même si ce n’est qu’une soirée.

Je tourne sur moi-même pour faire dos au manager et lentement, sans cesser de danser, je détache mon soutien-gorge mais en le gardant sur moi puis, je me retourne de nouveau pour lui faire face, mes deux mains sur mes seins alors que les bretelles de mon soutien-gorge pendouille sur mes épaule.

- Je n’ai jamais résister aux avances d’une charmante personne !

Non, je n’ai jamais pu résister à un homme qui me faisait du charme.  Pourtant, je crois à l’amour avec un grand A et j’aspire à vivre moi aussi un jour une belle et grande histoire qui verra naître pleins de petits. Mais pas tout de suite… J’ai une vie à vivre pleinement avant.  Je suis presque certaine qu’il en va de même pour l’homme qui n’en fini plus de me dévorer des yeux.

Je sais qu’il boira son verre.

Et je le sais parce que je viens de lui lancer mon soutien-gorge sur les genoux et que plus rien ne lui barre la vue.


@ Billy Lighter
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Daniele Ricci


Messages : 1501
Date d'inscription : 28/09/2013
Age du personnage : 40

Who Am I?
Birth place: Rome en Italie
Je suis: le meilleur
Song: Back In Black-AC/DC


MessageSujet: Re: To End The Night In Style [1980][PV Carolyn] [TERMINE]   Dim 29 Juil - 22:20



To End The Night In Style
ft. Carolyn Adam


J’avais cassé le mythe en réfutant une affirmation fausse – jamais je n’avais fait de partie à trois. Je n’avais fait qu’enchainer les femmes sur la même soirée. Une à la fois – c’était mieux que toutes en même temps. Des soirées bien occupées – Carolyn avait raison sur ce point.

-Tout à fait, dis-je avec un grand sourire.

C’était à mon tour de mieux cerner la jeune Carolyn. Nos affirmations tournaient toutes autour du même sujet – c’était un peu voulu en soi. C’était une façon de nous connaitre, des sortes de préliminaires avant les vraies préliminaires. Je ne faisais pas ça avec toutes les groupies – certaines tombaient dans mes bras une fois la porte de ma loge passée. Seulement, Carolyn n’était pas ce type de fille.

Quoi que… Quand elle avait bu son verre après mon affirmation, je m’étais dit que je ne l’avais pas si bien cerné que ça – elle n’était pas la petite fille sage que j’imaginais. Elle avait plusieurs facettes.

Intéressant !

Elle avait rougi en racontant son histoire où elle était la vedette – elle s’était risquée au petit jeu du strip-tease à une fête pleine de gens. C’était audacieux ! Carolyn s’était levée et s’était mise à danser. Me réservait-elle un strip-tease ? Oui – la réponse m’avait été donnée quand Carolyn s’était débarrassée de son haut.

De plus en plus intéressant !

Je me délectais de ce spectacle – mes mimiques trahissaient mon envie. Je n’étais pas réputé pour laisser passer des occasions quelles qu’elles soient. Ce soir, je n’allais pas laisser filer Carolyn et j’avais l’impression que ce n’était pas son intention. Je l’avais dévoré du regard pendant qu’elle achevait son histoire – celle de la fille timide qui sort du rang.

-Les filles timides sont souvent celles qui ont le plus de ressources,
dis-je sans lâcher Carolyn des yeux.

Carolyn avait de la ressource. Elle savait comment ménager le suspense en enlevant un vêtement à la fois. J’attendais la suite – le regard rivé sur elle. Elle s’était tournée et elle avait enlevé l’attache de son soutien-gorge – graaah, ça promettait. J’avais passé ma langue sur mes lèvres quand elle m’avait fait face pour m’envoyer une affirmation.

Je n’avais pas bu – je ne pouvais pas résister. Je n’avais jamais pu résister aux avances d’une charmante personne. Carolyn était charmante.

Elle avait lancé son soutien-gorge – je pouvais voir se seins nu.

-Non… Je n’ai jamais résisté à ça. L’affirmation est vraie
, soufflais-je avant de me lever.

Qui donc, pouvait résister ? Je m’étais approché d’elle. Je ne l’avais pas encore touché – mais les lèvres étaient à quelques centimètres de sa bouche. J’essayais de me retenir de ne pas la touché du tout. Je voulais qu’elle soit la première à faire le premier pas vers moi.

-Je n’ai jamais couché avec un manager, soufflais-je contre ses lèvres.

J’avais la vague impression qu’elle ne l’avait jamais fait – simple déduction logique en sachant qu’il n’y avait que moi qui valait le coup comme manager.




@ Billy Lighter


You're never gonna die, you're gonna make it if you try, they gonna love you
©️ Pink Floyd
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Carolyn Adam


Messages : 89
Date d'inscription : 07/06/2018
Age du personnage : 0


MessageSujet: Re: To End The Night In Style [1980][PV Carolyn] [TERMINE]   Jeu 2 Aoû - 19:13



To End The Night In Style
ft.  Daniele Ricci





Lentement, je m’étais levée de mon siège et avait entrepris de danser pour Daniele Ricci. Le casse l’image de la fille timide, j’en fais des confettis en balançant mon  soutient gorge qui termine son vol  sur le nez de Daniele avant de mollement tomber sur ses genoux, puis, au sol quand le manager se lève et me rejoint.

En fait, je me suis trompée.  Il n’a jamais su résister aux avances d’une femme et c’est pour cette raison qu’il n’a pas bu son verre.

Il est si près de moi que je peux sentir son haleine embrasser la mienne. La proximité suffit à m’exciter et me faire trembler.  Il n’y a pas de mot pour d’écrire l’intensité du moment alors même que nous n’avons encore rien fait.

Je crois alors qu’il va m’embrasser. J’en écarte légèrement les lèvres, fermant les yeux mais… c’est plutôt une affirmation qui vient effleurer ma bouche en cœur. Jamais je n’ai couché avec un manager, quelque chose me laisse croire que ce sera bientôt une affirmation mensongère.

Passant mes bras autour de son cou, plaquant ma menue poitrine contre son torse, je viens effleurer ses lèvres des miennes.

- Je…n’ai…pas…de…verre…

Je ne peux donc pas boire.

- Il faut donc faire en sorte que ce soit vrai.

J’aurais pu aussi lui demander carrément de me faire l’amour à ce moment là.

Brisant l’étreinte, mes mains glissent le long de ses bras puis sur ses hanches d’où je viens tirer sur les pans de sa chemise. Mes doigts remontent ensuite sur son torse en défaisant un a un ses boutons jusqu’à ce que je puisse découvrir son torse et caresser sa peau soyeuse.  

Il me faut un verre.

Voir, toute la bouteille !

Je recule d’un pas, puis en fait un sur le côté et me distance de Daniele pour me saisir de la bouteille, pas celle de champagne, non, j’ai besoin d’un truc plus fort et le whisky me semble maintenant tout indiqué. Je prends la bouteille qu’avait Daniele, et nos verres et reviens sur mes pas pour me replacer presque exactement là où j’étais.

En fait, je m’installe sur un meuble, une mini étagère je crois, et place les verres et la bouteille à côté de moi.

- Fais-moi boire.

L’affirmation ne tiendra plus longtemps, par sa faute, il me semble juste qu’il me fasse boire ce verre.  Je passe ma langue sur mes lèvres, exactement comme il l’a fait en me regardant danser pour lui. Pendant qu’il nous versera à boire, moi, je défais l’attache de mon pantalon et soulève mes fesses que pour le faire glisser un peu question de  lui faciliter la tâche le moment venu.


@ Billy Lighter
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Daniele Ricci


Messages : 1501
Date d'inscription : 28/09/2013
Age du personnage : 40

Who Am I?
Birth place: Rome en Italie
Je suis: le meilleur
Song: Back In Black-AC/DC


MessageSujet: Re: To End The Night In Style [1980][PV Carolyn] [TERMINE]   Mar 7 Aoû - 20:26



To End The Night In Style
ft. Carolyn Adam


Mes préjugés sur la fille venaient – d’un seul coup – de voler en éclat au même moment où elle avait fait voler son soutien-gorge. Pour ma part, je voyais ça comme un feu vert – Carolyn était prête et acceptait de passer aux choses sérieuses.

Je n’avais pas bu mon verre après son affirmation car elle était vraie. Comment pouvais-je résister à autant de charme ? Ça serait stupide de ma part.

Je m’étais avancé vers elle – très près. Nous étions suffisamment proches que pour que je sente le souffle de Carolyn sur mon visage – j’adorais ça ! Je ne l’avais pas – encore – embrassé bien que ça n’était pas l’envie qui manquait. J’avais préféré mener notre jeu à son apothéose en affirmant que je n’avais jamais couché avec un manager – pour ma part, c’était vrai mais j’avais l’intention que ça ne soit plus le cas pour Carolyn. J’avais placé mes mains sur ses hanches avec la ferme intention de faire de cette affirmation un mensonge. Seulement – pour ça – il fallait que Carolyn soit armée d’un verre. Ce n’était pas le cas pour l’instant. Pour mener le jeu jusqu’au bout, il fallait soit que je rende l’affirmation vraie – soit lui offrir un verre après lui avoir fait goûter à une première fois avec un manager.

-Ou faire en sorte de te trouver un verre, soufflais-je – suave – contre ses lèvres.

Autant lui dire tout de suite que j’avais envie d’elle.

Putain – j’avais envie de l’embrasser. Carolyn avait des intentions sans équivoque – elle avait déboutonné ma chemise. J’avais frémi sous ses doigts et je l’avais caressée sous son haut.

Ses caresses avaient cessées le temps que Carolyn trouve ce qu’il nous fallait – une bonne bouteille de whisky. Ses goûts venaient de changer pour un mieux. J’avais chaud parce qu’elle me donnait chaud. Ma chemise avait glissée pour se retrouver au sol – je n’en avais plus besoin.

Carolyn avait grimpé sur un meuble. Quel bel endroit pour commencer ! Elle voulait que je la fasse boire.

-A tes ordres, lâchais-je avec un sourire en coin.

Je nous avais versé un verre chacun. Carolyn – elle – avait commencé à enlever son pantalon. Elle se donnait à moi en me facilitant la tâche. C’est ce genre de petit coup d’un soir qui renforçait la légende du grand Daniele Ricci.

Nos verres remplis, j’en avais bu une grosse gorgée – mais j’en avais gardé un peu en bouche. J’avais posé mes mains sur ses cuisses et je l’avais embrassée sans hésiter – assez que pour que le whisky qui restait passe de ma bouche à la sienne.

-L’affirmation est donc fausse ?, dis-je après avoir fait cessé notre baiser. Voyons ça…

Ma bouche avait entamé un périple dans son cou. Putain – sa peau était brulante et je sentais son cœur battre. J’étais arrivé à ses seins que j’avais pris en bouche – je les avais léché et sucé sensuellement. C’est en même temps que j’avais fait glisser son pantalon au sol.

Sa poitrine s’était gonflée dans ma bouche – il était temps de visiter d’autres terres inconnues. J’avais levé un regard plein de malice sur elle.

-Testons tes capacités de résistances, dis-je avec un petit sourire.

Testons ! J’étais descendu à ses lèvres intimes pour lui offrir la plus sensuelle – mais pas moins très osée – des caresses. Ma bouche s’était faite timide – mais c’était une façade pour tromper l’ennemi car, juste après, j’y étais allé avec toute la franchise dont j’étais capable. Pour m’aider, j’avais relevé un peu ses fesses – mes mains passées sous elles.

Résistera ? Résistera pas ? La pseudo timide était tellement un mystère que je ne saurais le dire.




@ Billy Lighter


You're never gonna die, you're gonna make it if you try, they gonna love you
©️ Pink Floyd
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Carolyn Adam


Messages : 89
Date d'inscription : 07/06/2018
Age du personnage : 0


MessageSujet: Re: To End The Night In Style [1980][PV Carolyn] [TERMINE]   Jeu 9 Aoû - 16:02



To End The Night In Style
ft.  Daniele Ricci





À partir de la dernière affirmation du manager, tout va très vite. Ou très lentement. Je ne sais pas lequel est le plus approprié puisqu’en fait, cette affirmation met un terme au jeu du chat et de la souris et nous passons directement aux choses sérieuses mais en même temps, rien n’est précipité.

J’ai besoin d’un verre pour jouer mon dernier tour mais surtout, pour  me donner la petite dose supplémentaire de courage pour me lancer.  Quand je reviens auprès de Daniele, avec la bouteille, et que je me suis installé sur le bureau en face de lui, il boit son verre sans me donner le mien et je le regarde faire, fascinée par la sensualité que son geste, aussi banale soit-il puisse dégager. Peut-être est-ce parce que je suis à moitié nue dedans lui et que ses mains, sur mes hanches, me tiennent fermement  au moment où il m’embrasse et m’abreuve du whisky qu’il vient de boire.

Sa langue chasse l’amertume de l’alcool le rendant même doux et velouté. Je prolonge le baiser au maximum jusqu’à ce qu’il se distance mais pas assez pour que nos lèvres ne cessent de s’effleurer alors qu’il me murmure que l’affirmation, au final est fausse.

Ma tête tourne un petit peu trop pour que je puisse réfléchir et commenter. Contrairement à moi, Daniele est en pleine possession de ses moyens. Lentement, ses lèvres descendent dans mon cou puis se perdent sur ma poitrine, passant d’un de mes seins à l’autre, habillement, minutieusement.  Sa bouche est gourmande et continu de descendre sur mon corps, traçant jusque sur mon ventre puis encore un peu plus bas.

- Impossible de vous résister !

Alors pourquoi veut-il me tester ?

Ma culotte ne lui résiste aucunement, c’est à croire que tout chez moi cède facilement au manager.

De sa bouche, il effleure d’abord mes lèvres intimes. Il agit sur moi comme le whisky : c’est ensuite que ça explose de partout. Il passe sur chacun des points sensibles de ma féminités avec une dextérité et un synchronisme parfait, me stimulant jusqu’aux bords de l’orgasme avant de passer à un autre point, faisant descendre la tension d’une part pour mieux la faire grimper de l’autre. J’en serre les bords de mon siège de fortune de mon mieux, exaltant de forts gémissements tout le plaisir qui m’est si gracieusement offert.  

Mes orteils s’écarquillent et vont en tous sens alors que mes yeux se révulsent de plaisir et que les muscles de mon corps  se contractent tous avant de relâcher quand je jouis une première fois. C’est tellement bon que je ne me gêne pas pour le hurler, mes mains maintenant perdu au travers des cheveux en batailles de mon amant.

Je suis molle, sans aucun tonus après ça.

Pourtant, j’en veux encore plus et encore plus intense !

- Encore !! J’en veux encore !

De mon pied que j'appuie contre son épaule, je le repousse fermement puis je descend de mon piedestal, m'attaquant férocement à son pantalon. Il sait s'y prendre avec sa bouche, je sais en faire tout autant et je ne tarde pas à le lui montrer, le prenant entre mes lèvres jusqu'à le faire tomber assis sur le fauteuil sur lequel nous étions un peu plus tôt.

Mes lèvres, ma langue, mes doigts, j'y vais de mes meilleurs efforts pour lui rendre la pareil au centuple. Faut dire aussi qu'il a de quoi combler une femme pendant des heures !


@ Billy Lighter
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Daniele Ricci


Messages : 1501
Date d'inscription : 28/09/2013
Age du personnage : 40

Who Am I?
Birth place: Rome en Italie
Je suis: le meilleur
Song: Back In Black-AC/DC


MessageSujet: Re: To End The Night In Style [1980][PV Carolyn] [TERMINE]   Mar 14 Aoû - 23:12



To End The Night In Style
ft. Carolyn Adam


Délicieuse – c’était comme ça que je pouvais qualifier la saveur de la peau de Carolyn. Je l’explorais à fond marquant de ma bouche le passage du grand Daniele Ricci. Ma récompense était sous forme de ses gémissements mais aussi de son aveu – il lui était impossible de me résister. Il n’en fallait pas plus pour que je la récompense de cet aveu. J’avais gratifié ses lèvres intimes avec des baisers. J’avais envie de faire durer le plaisir – et quand j’ai envie, je le fais.

Il était facile de sentir Carolyn dangereusement arrivé au point de non-route. Mon expertise en la matière me permettait de la laisser monter pour m’attarder sur d’autres zones pour recommencer à nouveau – je lui faisais faire des montagnes russes. C’était exaltant pour moi aussi de pouvoir jouer ainsi avec ses sens. J’avais été un peu plus loin quand ses mains s’étaient perdues dans mes cheveux légèrement ondulés – assez loin pour la faire hurler de plaisir à cause de l’orgasme.

Je l’avais regardé tout en léchant mes lèvres – j’étais assez satisfait de l’effet que je lui avais fait. Seulement, mon amante d’un soir en voulait encore. Douce musique à mes oreilles – je n’en demandais pas moins !

Elle m’avait repoussé à l’aide de son pied. Serait-ce un signe que la petite timide se dévergondait encore ? J’étais loin de me douter à quel point ! Carolyn avait fait descendre mon pantalon pour prendre mon sexe en bouche. Je m’étais laissé tomber sur le fauteuil – pour apprécier mieux ce que Carolyn avait à me proposer. Elle me comblait avec ses efforts visant à me rendre la pareille. J’avais jeté ma tête en arrière – mes mains torturaient le dossier du fauteuil.

-Ne t’arrête pas…,
soufflais-je les yeux fermés.

J’avais dû lâcher le dossier pour entremêler ses cheveux – c’est vous dire à quel point j’appréciais. J’avais soupiré de plaisir pour montrer à Carolyn que je prenais mon pieds. Seulement, je ne lui avais pas céder la victoire de jouir tout de suite. J’avais relevé Carolyn pour qu’elle prenne place sur mes cuisses. Ses lèvres étaient miennes – elles goûtaient le whisky. Carolyn s’était fait entreprenante et m’avait surpris dans le bon sens du terme – j’avais apprécié. Devrais-je la nommée groupie du mois ? Nous verrons à la fin du mois. Pour le moment, nous n’étions plus que baiser et caresse et je nous avais uni pour – après – la laisser bouger sur moi. Cela avait duré jusqu’au plaisir de savourer les secousses de l’orgasme. J’avais gémi. Mon cœur avait fait un bond et ma respiration avait atteint sa vitesse maximale.

Après s’en était venu le moment de grâce où j’étais comblé. J’avais croisé le regard de Carolyn et lui avais sourire – je reprenais mon souffle et j’avais passé une main dans ses cheveux.



@ Billy Lighter


You're never gonna die, you're gonna make it if you try, they gonna love you
©️ Pink Floyd
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Carolyn Adam


Messages : 89
Date d'inscription : 07/06/2018
Age du personnage : 0


MessageSujet: Re: To End The Night In Style [1980][PV Carolyn] [TERMINE]   Ven 17 Aoû - 18:43



To End The Night In Style
ft.  Daniele Ricci





Le petit jeu pas si innocent que ça prend la direction grivoise que nous voulions le voir prendre sans véritablement l’avoir planifié. Disons que lui comme moi savions que les probabilités de nous retrouver dans une telle posture était aussi favorable que de trouver de la neige en Alaska. Et Daniele Ricci a tous les atours dans le pantalon pour n’avoir véritablement besoin d’arguments.  Je me suis d’ailleurs assez rapidement retrouver avec  son égo en bouche, le suçant et le caressant avec une assurance déconcertante. Le mélange de l’alcool, possiblement ou le simple fait d’avoir la chance de goûter un peu à la recette du succès.

Le manager, aussi grand et puissant puisse t-il être est comme tout autre homme. Son égo peut grimper et durcir aussi facilement qu’il peut retomber. Suffit de le mener un petit peu trop rapidement au sommet, ce que je fais en jouant de ma main et de ma langue sur sa corde sensible. Il ne lui en faut pas plus, alors que sa candeur tremble entre mes lèvres pour me faire me redresser et prendre place sur ses cuisses musclées.

Nos lèvres s’unissent de nouveau, avant qu’il ne me pénètre.

Les siennes sont chaudes et douces. Les miennes; engourdies et luisante de salive.

Son sexe s’enfonce en moi et aussi profondément qu’il ne l’a fait dans ma gorge.  De la paume de mes mains, je m’appuie, de chaque côté de sa tête, contre le coussin du fauteuil, extensionnant mes bras au possible, conservant une distance entre nos tronc que pour me permettre de bouger à ma guise. Mon bassin va d’avant- arrière en mouvement brusques et saccadés.  Je veux qu’il sente que je mène encore, avec fermenté et que je peux décider à tout moment de l’achever.

Je le fixe, je lui souris.

Vieux mais sexy. Il  est chaud comme la braise et je me consume  sur lui.

Je passe à la vitesse supérieure ondulant des hanches d’abord puis en sautillant sur ses cuisses poilues. Mes fesses claquent contre sa peau, c’est stimulant et excitant et mes seins, eux, bondissent à chaque remous. J’en renverse la tête vers l’arrière, me permettant de gémir aussi fort que j’en ai envie.

Jamais je n’oserais me prétendre une amante exceptionnelle, mais ce soir, j’ai envie de défendre ma place, de donner à Daniele Ricci une bonne raison de se souvenir de moi, si ce n’est pas comme la petite groupie distraite qui s’est introduite par effraction, comme d’une femme aux charmes envoûtants dans laquelle il s’est introduit.

Il atteint l’orgasme bien avant moi. Sa voix n’est qu’un souffle, tout au plus un râle. Je ne m’arrête que lorsque mon propre plaisir est comblé et ne ralentis que lorsque je suis totalement à bout de force. Je reste sur ses cuisses, mon front appuyé contre son épaule puis je me laisse tomber à côté de lui.

- Je crois que je viens de comprendre d’où vous viens votre surnom !

N’est-il pas toujours bon de continuer de flatter leur égo encore un petit peu après l’extase ?


@ Billy Lighter
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Daniele Ricci


Messages : 1501
Date d'inscription : 28/09/2013
Age du personnage : 40

Who Am I?
Birth place: Rome en Italie
Je suis: le meilleur
Song: Back In Black-AC/DC


MessageSujet: Re: To End The Night In Style [1980][PV Carolyn] [TERMINE]   Sam 18 Aoû - 20:51



To End The Night In Style
ft. Carolyn Adam


Je retire tout ce que j’ai pu penser – Carolyn n’est pas une groupie timide. Elle savait s’y prendre, elle était subtile et intelligente. C’est cette subtilité que j’avais prise pour de la timidité voir de la candeur. En réalité, Carolyn savait ce qu’elle faisait et elle me le démontrait en menant nos ébats d’une main de maitre – c’est le cas de le dire…

Elle m’avait mené jusqu’au paroxysme du plaisir juste avant que je me reprenne pour la faire grimper sur mes cuisses. Là, elle avait commencé à ondulé de la plus délicieuse des manières. Nous prenions notre pied en appréciant les soupires de plaisir de chacun. Carolyn menait la danse – je la laissais faire. Elle avait la maitrise. Son petit moment de gloire où elle pouvait jouer avec les sens du grand Daniele Ricci.

Elle sautillait sur mes cuisses de plus en plus fort – chacun claquement était un délice qui nous menait plus loin nos ébats. Ça m’avait mené jusqu’à la jouissance finale – seul, parce que Carolyn s’arrachait pour obtenir ce qu’elle voulait. Elle ondulait encore, criait encore et je l’y aidais en restant en elle et en la martelant encore.

Elle était arrivée à ce qu’elle voulait et s’était reposée sur mon épaule. Je sentais son souffle contre ma peau – ça me faisait encore frémir. J’avais même gémis un peu de protestation quand elle s’était remise à mes côtés tellement j’étais bien. Seulement, c’était pour qu’elle vienne flatter mon ego – alors la protestation n’avait pas duré longtemps.

-Et je ne suis pas le meilleur que pour ça,
dis-je en souriant toujours essoufflé par nos ébats.

J’étais le meilleur en tout – j’étais Daniele Ricci.

Je m’étais levé pour réenfiler mes vêtements – juste ceux du dessous, pas mon t-shirt. Je m’étais resservi un verre dans mon rituel d’après ébats. Je l’avais bu d’une traite et j’avais souris.

-Je crois qu’on sait tout l’un de l’autre maintenant, dis-je avec un petit sourire et en regardant Carolyn.

Je ne savais pas tout d’elle – elle ne savait pas tout de moi. Seulement, on avait eu ce qu’on voulait de l’autre – tout du moins, j’avais eu ce que je voulais d’elle. J’ai bien conscience que ça n’a rien de moral ou même de sympathique mais c’était ainsi que les choses étaient. J’enchainais les conquêtes – ce n’était pas un scoop.

Je ne lui proposais pas de venir dormir à ma villa – ce n’était pas l’heure de la fête… Je ne ramenais jamais de groupie à ma villa.

-Tu veux que je te ramène chez toi ?, demandais-je avec un petit sourire.

« Ramener chez elle » était un bien grand mot – en réalité, j’allais l’escorter hors des coulisses et demander à un roadie de lui appeler un taxi. J’avais encore des choses à faire ici.



@ Billy Lighter


You're never gonna die, you're gonna make it if you try, they gonna love you
©️ Pink Floyd
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Carolyn Adam


Messages : 89
Date d'inscription : 07/06/2018
Age du personnage : 0


MessageSujet: Re: To End The Night In Style [1980][PV Carolyn] [TERMINE]   Sam 18 Aoû - 22:17



To End The Night In Style
ft.  Daniele Ricci





Il est vieux, mais il est vigoureux, le beau Daniele Ricci. Malgré qu’il ait atteint l’orgasme bien avant moi, faut dire aussi que je l’avais amené bien prêt du point de non retour avec ma bouche, il ne perd pas en vigueur et se donne encore jusqu’à ce que je puisse moi aussi jouir.

Ce n’est peut-être pas si vrai que ça alors qu’il est un monstre d’égoïsme. Il aurait pu tout aussi bien s’arrêter là, une fois qu’il eu obtenu ce qu’il voulait mais ce n’est pas ce qu’il a fait. Peut-être aussi qu’il est simplement trop orgueilleux et qu’il n’a pas envie d’entendre qu’un soir, il n’aurait pas assuré. Ils en viennent à un certains âges, les hommes, qui les forces à devoir toujours donner le meilleur d’eux-mêmes.

Avec ces réflexions, je ne peux nier non plus qu’il mérite et haut la main sa réputation d’être le meilleur. J’ai rarement eu autant de plaisir en faisant l’amour avec un homme… sauf une fois… et ça c’était terminé en bataille de polochon !

Je cherche mes vêtements des yeux mais ils sont  éparpillés dans la pièce. Daniele se lève et enfile son pantalon en affirmant qu’il est bien le meilleur et pas que pour ça, et moi, je m’allonge sur le fauteuil pour le regarder alors qu’il se tourne vers moi en ajoutant que maintenant, nous savons tout l’un de l’autre.  Je me garde bien d’ajouter que je sais qu’il est un tout petit peu précoce mais ça se pardonne quand même, vu son âge.

Je m’étire, me lève et ramasse mes vêtements avant de les enfiler. J’en suis à remettre mes chaussures quand il me demande si je veux qu’il me raccompagne chez moi. Je serre un peu des dents, surprise, parce que franchement, je ne m’attendais pas à ça. Ok il est un bon coup mais non… je ne veux pas qu’il me raccompagne et remettre ça dans mon lit. Il est mignon riche et célèbre mais  ça ne m’empêche pas de ne pas avoir  envie de me réveiller avec lui à mes côtés.

- Heu… non ça ira… la soirée est encore jeune alors je vais aller quelque part…ailleurs...mais merci pour la proposition !

Est-ce qu’il va s’être rendu compte que tout ce que j’ai envie maintenant c’est de m’enfuir à toute hâte ?

- Je vais juste prendre la photo que vous m’avez offerte, si vous voulez m’aider à la retrouver et partir.

Je rigole, c’est la nervosité je crois.

Mais quand j’ai récupéré la photo, je remercie Daniele Ricci pour le moment que nous venons de partager et je sors de sa loge en soufflant  de soulagement. Je l’ai échappée belle !

Je ne prends pas la même direction pour sortir, en fait, je n’ai aucune idée de où je vais mais en tournant l’angle, je me retrouve avec l’intégrale des Planes  qui discute sagement avec des roadies.

- Excusez moi… j’ai raté cotre concert mais j’ai eu une invitation pour venir en coulisse… accepteriez vous de signer ma photo ?

Je n’aurai pas vu The Planes ce soir, mais j’aurai quand même un souvenir incroyable de ma soirée. Une photo de Daniele Ricci autographié par The Planes… et Ricci !


@ Billy Lighter
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: To End The Night In Style [1980][PV Carolyn] [TERMINE]   

Revenir en haut Aller en bas
 

To End The Night In Style [1980][PV Carolyn] [TERMINE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [WIP] Trak scratchbuild - DoW style
» Maison du Rohan style maison canadienne.
» Quel est votre style de musique ?
» Perfect night ♪
» Snow Night [F, Clan de Glace]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: L.A Rocks :: Flashbacks-