AccueilRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez
 

 Into The Phenomenon (December,1980)[PV Cash][TERMINE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Carolyn Adam
Carolyn Adam


Messages : 199
Date d'inscription : 07/06/2018
Age du personnage : 0


Into The Phenomenon (December,1980)[PV Cash][TERMINE] Empty
MessageSujet: Into The Phenomenon (December,1980)[PV Cash][TERMINE]   Into The Phenomenon (December,1980)[PV Cash][TERMINE] I_icon_minitimeSam 30 Juin - 20:32



Into The Phenomenon
ft. Cash Izbel





Le moins que je puisse affirmer, c’est que The Lightening savent nous faire accourir, nous, groupies, tous autant que nous sommes.  La séance de dédicace organisée aujourd’hui même chez Sunrise Record, le plus gros détaillant de music en ville, voit probablement la foule la plus hystérique se masser devant ses vitrines.  Je suis de celles qui a dormi à la belle étoile, à même le trottoir devant la bâtisse, pour espérer être dans les premières à obtenir un autographe de mes idoles.

Les portes ouvriront bientôt et je trépigne d’impatience,  sautillant sur place, jouant du coude pour conserver mon rang dans la file d’attente. Il fait chaud ou bien est-ce simplement que les esprits s’échauffe ? Qu’importe, je ne me laisserai pas déclasser et je suis prête à bien des bassesses pour y parvenir.

Quand enfin les portes s’ouvrent, c’est l’hystérie collective qui s’empare de nous tous, courant comme si une armée de zombies nous pourchassait.

Dans ma course, j’entends un grand fracas mais je ne me retourne pas ! Je continu jusqu’à arriver, au plus près que je puisse l’être du début de la file, juste avant la table derrière laquelle bientôt deux des hommes les plus sexy du monde viendront s’installer pour dédicacer nos albums, posters, poitrine.  Je compte bien les laisser  me marquer les seins, si j’en aila chance. Parfois, les garde du corps sont un peu pointilleux et nous empêches  de réaliser le plus petit des fantasme.

Une fois bien en place dans la file finale, je me retourne pour constater que c’est un étalage de disque qui a été la victime de notre enthousiasme.  Ce sont les vinyles de «  best of Christmas » à rabais qui ont été piétinés.  Ça tombe bien, j’en avais marre d’entendre  « Jingle Bells » à toutes les sauces. Je n’aurais pas été surprise d’apprendre qu’Atticus Fetch avait lui-même fait des reprises de chansons de Noël. Quand certains artistes tombent en liturgie, se lancer dans ce genre de projet semble être une tare collective.

Les cris se soulèvent, me sortant de mes songes et je vois arriver The Lightening. Je ne peux résister à l’envie de m’égosiller moi aussi alors que la première personne voit son immense affiche de son groupe préféré marquer de la griffe des deux protagonistes.  Mon tour est encore loin, je dois m’armer de patience et espérer que la séance ne sera pas écouter pour une raison ou une autre. Il faut dire que  Cash Izbel tout comme Billy Lighter ne sont pas reconnus pour leur patience à toute épreuve.  

Je replace mon sac sur mon épaule, vérifiant que mon affiche y est encore, roulée et retenue par un élastique, tout comme mon magazine et mon vinyle puis je déboutonne un bouton de mon chemisier pour mettre la marchandise en valeur, bien que l’étalage ne soit malheureusement pas des plus garnis. Je porte tout de même un soutif rembourré qui donne de l’espoir.

Petit à petit. L’attente diminue et je ne sais faire autrement que de fixer Cash, assit sur la seconde chaise. Je ne sais pas pourquoi je suis comme hypnotisée par lui alors que j’ai toujours éprouvé une admiration profonde pour Billy.  Qu’importe, j’aurai la chance dans quelques instants de leur parler à tous les deux.

Et quand vient mon tour, j’oublie presque la présence de Lighter, comme s’il y avait un aura autour de Cash,  plongeant tout le reste dans la pénombre.  Mes mains tremblent au point ou j’ai presque du mal à sortir mon attirail de mon sac pour le lui faire signer.


@ Billy Lighter
Revenir en haut Aller en bas
Cash Izbel
Cash Izbel


Messages : 769
Date d'inscription : 07/10/2013
Age du personnage : 24
Localisation : L.A.

Who Am I?
Birth place: Los Angeles
Je suis: introverti, gentil, shooté
Song: Nightrain - Guns'n Roses


Into The Phenomenon (December,1980)[PV Cash][TERMINE] Empty
MessageSujet: Re: Into The Phenomenon (December,1980)[PV Cash][TERMINE]   Into The Phenomenon (December,1980)[PV Cash][TERMINE] I_icon_minitimeVen 6 Juil - 19:56



Into The Phenomenon
ft. Carolyn Adam


Lenny transpirait, Billy tordait ses mains l’une contre l’autre et moi… moi j’avais un pied au Sunrise Recors et l’autre dans le sable du Désert, carburant au speedball qui me faisait passer de l’un à l’autre à une vitesse phénoménal. Mon cœur battait beaucoup trop vite puis trop lentement la minute d’après.

Je voyais tout, je savais tout, je carburais à la puissance pure.

Et j’avais envie de dormir.

Une goutte de sueur coulait le long du visage rond et gras de Lenny Knowles et je la suivais d’un regard fasciné derrière les verres fumés de mes lunettes de soleil.

-Vous êtes prêts, les enfants ?

Mon regard quitta presque douloureusement celui de Lenny pour se fixer sur les portes d’entrée du Sunrise que deux employés étaient sur le point d’ouvrir. Il me semblait percevoir un grondement sourd venant de derrière et je pouvais voir les vagues de fans se briser sur les portes vitrées. S’ils n’ouvraient pas bientôt, elles allaient céder.

Je soufflai la bouffée de nicotine et de goudron dont je venais d’enduire mes poumons puis me tournai vers Billy qui hocha silencieusement la tête, mais en regardant la table.

-Ouais… Déchaîne les Enfers, Lenny…

Les portes s’ouvrirent en grand et une marée humaine déferla sur nous, les employés du disquaire étant noyé dans la foulée et nous ne fûmes sauvés que par les tables qui nous séparaient de ces fans assoiffés de musique et de fantasmes. Combien, parmi eux, comprenaient vraiment les paroles de Billy ? Combien avaient une vision de mon monde en écoutant les riffs de ma guitare ? Peut-être plus que je ne voulais le croire. Peut-être plus que la violence de nos fans ne le laissaient penser.

A moins qu’ils ne soient à notre image… Destructeurs.

Après tout, nous les avions créés.

« Jingle Bells » venait de l’apprendre à ses dépens.

Mais ce qu’il y avait de plus impressionnant encore… C’était le bruit… Ce que nous entendions là, c’était le bruit pur, non retravaillé, de la folie. Ce que nous entendions-là m’inspirait des riffs plaintifs et excités montant haut dans les aigus qui pourraient contraster avec les notes les plus graves que pouvait atteindre Billy.

Je gribouillais avec un marqueur sur tout ce qu’on me tendait, des dessins parfois, mon nom quand j’arrivais à l’écrire et d’autres fois, juste des formes abstraites ressemblant le plus souvent à un serpent.

Jusqu’à ce qu’une jeune femme se poste devant moi en tremblant tellement, alors que je la regardais de derrière mes lunettes de soleil, qu’elle n’arrivait pas à ouvrir son sac… Je la laissai faire un moment, faisant tourner mon marqueur sur la table. Moi, j’avais le temps, mais les autres filles derrière étaient moins patientes que moi.

Je souris et posai mon marqueur pour finalement poser mes mains sur les siennes qui torturaient son sac. Mes mains étaient pleines du sable du Désert et je voyais que j’en mettais partout.

-Pourquoi tu trembles ? Je suis désolé pour le sable… Mais il ne faut pas avoir peur…

@ Billy Lighter



Guitars are like women. You'll never get them totally right. ©️ Slash
Revenir en haut Aller en bas
Carolyn Adam
Carolyn Adam


Messages : 199
Date d'inscription : 07/06/2018
Age du personnage : 0


Into The Phenomenon (December,1980)[PV Cash][TERMINE] Empty
MessageSujet: Re: Into The Phenomenon (December,1980)[PV Cash][TERMINE]   Into The Phenomenon (December,1980)[PV Cash][TERMINE] I_icon_minitimeLun 9 Juil - 19:24



Into The Phenomenon
ft. Cash Izbel






Je n’arrive pas à m’expliquer pourquoi je tremble autant alors que je suis finalement devant Cash Izbel mais c’est ainsi. Il y a de ces gens qui nous font un effet tel que nous perdons tout sens du contrôle. Je me bas avec les attaches de mon sac, n’arrivant même pas à l’ouvrir. Les cordons me glissent entre les doigts et je n’arrive qu’à balbutier quelques mots insipides pour expliquer ma maladresse.  Et puis tout fige en moi quand le grand Cash Izbel vient poser ses mains sur les miennes, s’excusant pour le sable et m’assurant que je n’ai pas besoin d’avoir peur.  Je prends le temps de respirer et de rassembler mes idées avant de réussir à lui répondre le truc le plus stupide qui soit.

- Le… le sable… heu… ouais… j’en ai pleins dans mes chaussures aussi tu veux voir ?

Et non seulement c’était déjà un rassemblement d’un gros n’importe quoi, mais je joins vraiment les gestes à la parole en retirant une de mes chaussures et en la vidant  sur la table. Il ne tombe pas beaucoup de sable mais le peu qui se trouve sur la table est tout de même plus que ce dont s’est excusé l’artiste. Car de son sable à lui, je n’ai rien vu, pas un seul petit grain.

Pourtant, l’homme aux longs cheveux bouclés  semble croire qu’il en a déverser en bonne quantité sur mes mains. C’est peut-être la chaleur ici dedans qui lui fait croire ça. On pourrait facilement se croire dans un désert. Les filles qui hurlent se métamorphosant en vautours et  The Lightening, en une proie de choix. Les étalages de disques, des oasis et des mirages.

Je me fais bousculer par la fille d’à côté qui est pressée de passer à Cash alors que l’autre après elle est tout aussi ingérable devant son tour imminent.  Secouant la tête comme pour reprendre un peu de contrôle, je parviens à sortir de mon sac mon disque, une affiche puis  quelques autres articles promotionnels à leur effigie.

- Pardon… vous êtes impressionnant… en vrai !

Et y’a pas que ça ! Les cris de la foule m’étourdissent et je commence à avoir la tête qui tourne, j’ai chaud et des acouphènes bourdonnent dans mes oreilles. Ma gorge est sèche et un frisson me parcours l’épine dorsale  depuis la nuque jusqu’aux fesses.

- Je… enfin… si tu… vous… voulez me signer tout ça… Mon nom est Carolyn.

D’avoir pu prononcer une phrase compréhensible me donne l’impression de pouvoir tenir encore longtemps mais la façon dont Cash joue avec son crayon, la foule qui s’impatiente de plus en plus et la chaleur suffocante qui règne à l’intérieur du Sunrise Reccord vient à bout de mes réserves.

Je fini par tourner de l’œil et j’emporte avec moi dans ma chute, la table qui se reverse. Il n’y a plus un son autour de moi. Tout est calme, frais et apaisant.  Je suis un peu surprise de voir le visage de Cash au dessus du mien et je le regarde longtemps, en souriant, ne déchiffrant pas un seul des mots qui sortent de sa bouche.  Je fronce des sourcils essayant de me rappeler comment je sis arrivé là et avec lui qui plus est !  Je ne me souviens pas avoir quitté la boutique… est-ce que j’ai eu une absence passagère qui m’a laissé un trou noir dans la tête ?

- Oh ! Mais tu es vraiment mignon toi !

En disant ça, j’entends des éclats de rire tout autour de moi et la volupté féérique dans laquelle nous étions plongés se dissipe me faisant réaliser que je suis étendue sur le sol du Sunrise Record.

La honte de ma vie !



@ Billy Lighter
Revenir en haut Aller en bas
Cash Izbel
Cash Izbel


Messages : 769
Date d'inscription : 07/10/2013
Age du personnage : 24
Localisation : L.A.

Who Am I?
Birth place: Los Angeles
Je suis: introverti, gentil, shooté
Song: Nightrain - Guns'n Roses


Into The Phenomenon (December,1980)[PV Cash][TERMINE] Empty
MessageSujet: Re: Into The Phenomenon (December,1980)[PV Cash][TERMINE]   Into The Phenomenon (December,1980)[PV Cash][TERMINE] I_icon_minitimeMer 18 Juil - 15:44



Into The Phenomenon
ft. Carolyn Adam


Elle avait du sable dans les chaussures… Elle me demanda si je voulais voir alors que ses mains tremblaient encore sous les miennes… Elle avait du sable dans ses chaussures… Ouais, je voulais voir… Je voulais voir le sable qu’elle avait dans les chaussures…

Elle les vida sur la table pleine de posters, disques, K7, qui traînaient et sur lesquels les gens voulaient qu’on mette du marqueur noir… Même si on écrivait rien, que ça ne ressemblait à rien, les gens étaient contents parce que c’était nous qui avions fait un petit graffiti…

Le sable qu’elle versa était blanc… Et contrastait avec les grains d’or que j’éparpillais un peu partout et qui venaient du Désert.

-Tu as été à la plage de Santa Monica… C’est le sable de Santa Monica.

Je relevai mes yeux, cachés derrières mes verres fumés et lui souris.

-Tu es une fille de L.A.

Mon cœur repris un rythme plus soutenu d’un seul coup, me faisant soupirer et ouvrir la bouche et trembler légèrement à mon tour. Puis, il ralentit à nouveau… Elle nous trouvait impressionnant en vrai. En quelques mois, nous étions devenus des Dieux à Los Angeles, ou au moins des oracles, à l’instar de la vieille Betty Loops.

J’attrapai mollement les affiches et autres qu’elle me tendit et dessinai des ondulations, des serpents… regardant parfois les affiches comme si c’était la première fois que je les voyais. Tout en signant, dessinant, laissant la pointe du marqueur glisser sur le papier glacé, je soufflai à Billy…

-Elle va s’effondrer.

Je le savais, je le sentais… Billy ne m’entendais pas à cause du bruit de la foule et des cris des groupies et je continuais à signer. C’était le chaos total et ma constatation n’était qu’une goutte de plus dans l’océan. Moi-même, j’avais prononcé ses mots avec un calme que j’aurais perdu quelques secondes plus tard, quand les effets de l’héroïne auraient à nouveau fait place pour quelques secondes à ceux de la cocaïne.

« Carolyn »… C’était le nom que j’écrivais sans être sûr de savoir comment ça s’écrivait. Et je ne relevai les yeux que pour la voir s’effondrer, comme je l’avais prédit.

Billy sursauta, jura, les employés du Sunrise Records firent place et se ruèrent sur Carolyn qui gisait à terre. Les fans protestèrent comme si la fille l’avait fait exprès. Je souris et rampant, ventre par-dessus la table, faisant tomber quelques objets et affiches au passage, pour m’y retrouver couché sur le ventre, regardant la jeune femme du haut de mon perchoir.

Les employés du Sunrise l’appelaient, la secouaient…

-Elle est partie…

Où était-elle ? Loin ? Tout près ? Qu’est-ce qu’elle voyait maintenant qu’elle avait brièvement quitté ce monde pour un autre…

Je descendis de la table et les employés du Sunrise me laissèrent approcher. Je m’accroupis aux côtés de Carolyn, regardant ses yeux clos, passant ma main plusieurs fois à quelques centimètres devant ses paupières…

-Où tu es ?...

Je posai ma main sur la joue et elle rouvrit les yeux comme par magie. Je souris, la cigarette que j’avais entre les lèvres dessinant un « u » rougeoyant dans les airs en bougeant.

Je rigolai quand elle souffla que j’étais mignon. Je lui tendis la main.

-Viens avec moi…

Je la soulevai, la soutins aussi bien que mon propre état me le permettait et un employé me demanda s’il voulait qu’il s’en occupe. Je secouai la tête et emmenai la jeune femme jusqu’à l’arrière-boutique qui faisait aussi office de stock. Je la fis asseoir sur une caisse et pris une bouteille de Jack Daniel’s entamée que je lui tendis.

-Tu es partie où ?

@ Billy Lighter



Guitars are like women. You'll never get them totally right. ©️ Slash
Revenir en haut Aller en bas
Carolyn Adam
Carolyn Adam


Messages : 199
Date d'inscription : 07/06/2018
Age du personnage : 0


Into The Phenomenon (December,1980)[PV Cash][TERMINE] Empty
MessageSujet: Re: Into The Phenomenon (December,1980)[PV Cash][TERMINE]   Into The Phenomenon (December,1980)[PV Cash][TERMINE] I_icon_minitimeJeu 19 Juil - 2:45



Into The Phenomenon
ft. Cash Izbel





Mes pieds s’enfoncent dans le sable brûlant alors que ma main glisse dans celle de Cash Izbel, lui aussi pieds nus. Le soleil brûle ma peau et se reflète dans ma chevelure qui prend une teinte éclatante de rouge, comme si elle était en feu. Les boucles du musicien, elles, ondulent comme si elle était faite de dizaine de serpents.  À l’horizon, je vois la démarcation entre le sable doré et le ciel par une mince ligne flou.

C’est comme si le ciel faisait l’amour à la terre.

Non ce n’est pas comme si… c’est exactement ce qui est entrain de se produire. Lentement, comme si je glissais dans mon mouvement, je me retourne pour faire face à Cash et passer mes mains sur son torse nu. Sa peau brille de sueur et mes doigts laissent d’éphémères traces blanches, signe évident du soleil qui pénètre violement  sa peau. Je m’aperçois à ce moment là que je suis également à moitié nue. En fait, nous sommes maintenant les deux, complètement nus !

C’est insensé !

Pourtant, même si cette constatation me trouble, je continue de me coller contre lui, à toucher son corps, à découvrir les frissons qui naissent en moi alors que tranquillement, il me soulève et tourne sur lui-même, me portant à bout de bras. Et quand il cesse, c’est pour me tenir sur son épaule et nous conduire à un oasis de paix, une étendue d’eau juste assez grande pour nous deux, une véritable bénédiction avec cette chaleur crevante.

Une fois étendus sur le sable à l’ombre d’immenses cactus et rocher, il se penche au dessus de moi  et sa voix, soudainement désincarnée, me demande où je suis.  Mais où suis-je en fait ? Où sommes-nous ? Comment sommes nous arrivés ici ?  Ma tête commence à tourner et mon cœur à s’emballer. J’accroche mon regard au sien, une tentative désespérée de rester calme et de retenir l’oasis qui semble doucement s’évaporer autour de nous.

- Oh ! Mais tu es vraiment mignon toi !

Ma tête me fait mal mais pas autant que mon orgueil. Disons que le retour à la réalité est brutal et que je voudrais bien m’évaporer aussi facilement que les cactus, les dunes de sables et tout le reste ! Cash, en me tendant a main, m’aide à me soulever en me demandant de le suivre. Je ne refuserai certainement pas la chance unique de l’accompagner mais plus encore, me faire oublier, si c’est possible, de toutes ces filles qui raconteront avoir vu une groupie perdre connaissance en rencontrant ses idoles.

Mon corps ne cesse de trembler alors que je m’appuie sur Cash qui m’entraine dans le backstore. C’est une réaction que je n’arrive pas à contrôler et probablement provoqué par le coup que j’ai eu à la tête en me la heurtant sur le sol, si j’en juge par la bosse que je sens quand j’y passe ma main. Cash me tend une bouteille d’alcool que je prends, de mes deux mains sachant que je risque fort probablement de l’échapper.  Quand il me demande où j’étais partie, je le fixe un moment avec l’impression que quelque part, il sait très bien où j’étais.  J’avale une longue gorgée de Jack Daniel’s, grimace et souffle mais l’effet est instantané, comme un coup de fouet qui me revigore de la tête aux pieds.

- J’étais… avec toi, dans le désert. Nous marchions dans le sable, complètement nus et, à un moment, nous avons trouvé refuge près d’un oasis.

L’alcool délie les langues.  

La gorgée suivante, sans être meilleure, est moins difficile à avaler. C’est comme si le choc de la première était passée.

- Mes cheveux étaient comme en feu et les tiens infestés de serpents. J’ai dû me heurter la tête vraiment très fort !



@ Billy Lighter
Revenir en haut Aller en bas
Cash Izbel
Cash Izbel


Messages : 769
Date d'inscription : 07/10/2013
Age du personnage : 24
Localisation : L.A.

Who Am I?
Birth place: Los Angeles
Je suis: introverti, gentil, shooté
Song: Nightrain - Guns'n Roses


Into The Phenomenon (December,1980)[PV Cash][TERMINE] Empty
MessageSujet: Re: Into The Phenomenon (December,1980)[PV Cash][TERMINE]   Into The Phenomenon (December,1980)[PV Cash][TERMINE] I_icon_minitimeSam 28 Juil - 19:24



Into The Phenomenon
ft. Carolyn Adam


La jeune femme tremblait. Ce devait être la différence de température, du Désert où elle s’était brièvement retrouvée, à l’atmosphère climatisée du Sunrise Records.

Assise sur une caisse, la bouteille de Jack Daniel’s que je lui avais donnée maintenant en main, elle me regardait avec des yeux qui disaient qu’elle savait que je savais. Le sable que j’avais eu sur les mains, quand je l’avais touchée, l’avait mené à se retrouver dans mon monde pendant quelques secondes.

Mais le temps ne passe pas pareil dans le Désert, il s’étant comme un riff de guitare larmoyant.

Je m’assis moi aussi, en tailleur, devant elle, la regardant boire une gorgée, puis une deuxième, du liquide ambré que contenait la bouteille.

Je pouvais voir les images qu’elle avait vues. Sentir ce qu’elle avait ressenti…

Je ris, le speedball repassant en phase cocaïne. Je parlais plus vite… trop vite. Au rythme de mon cœur.

-L’oasis faisait de la musique ? Est-ce que l’oasis faisait de la guitare ?

Je parlais presque avec les intonations d’un enfant… D’ailleurs ma voix semblait comme toujours en développement, comme si je n’avais jamais vraiment atteint complètement l’âge adulte.

Je passai une main dans mes cheveux en riant quand elle les décrit infestés de serpents.

-Non tu n’as pas heurté ta tête trop fort…

Je haussai les épaules et tendis la main pour qu’elle me passe la bouteille, le moindre muscle de mon bras tendu presque jusqu’au point de rupture par les effets de la drogue qui coulait dans mes veines sans que ça ne semble me troubler le moins du monde. Les hématomes témoignaient de nombreux voyages, déjà.

-Tu as passé une porte sans le voir…

Je pris la bouteille et en bu une bonne lampée à mon tour avant de frotter ma bouche de mon avant-bras puis de regarder ma main sur laquelle il n’y avait plus un seul grain de sable doré. Elle avait tout pris.

Mes yeux noirs la regardèrent à nouveau derrière les verres fumés de mes lunettes de soleil.

-Tu t’appelles comment ? Les serpents me demanderont quand j’y retournerai. Ils me demanderont qui est venu voir l’oasis.

@ Billy Lighter



Guitars are like women. You'll never get them totally right. ©️ Slash
Revenir en haut Aller en bas
Carolyn Adam
Carolyn Adam


Messages : 199
Date d'inscription : 07/06/2018
Age du personnage : 0


Into The Phenomenon (December,1980)[PV Cash][TERMINE] Empty
MessageSujet: Re: Into The Phenomenon (December,1980)[PV Cash][TERMINE]   Into The Phenomenon (December,1980)[PV Cash][TERMINE] I_icon_minitimeJeu 2 Aoû - 16:55



Into The Phenomenon
ft. Cash Izbel





Dans ma tête, la confusion règne à un point tel que je n’arrive pas à me décidé si j’ai rêvé m’être évadée dans le désert avec Cash Izbel où bien si ce fut réellement réel.   Mon côté rationnel  me dit que rien de cela n’est possible alors que tout le reste de mon corps, comme mes avant bras rougies par le soleil me hurlent d’écouter l’étincelle de folie qui subsiste en moi et qui lentement, écrase le rationnel.  

Je n’ai pas assez de deux gorgées pour  me ramener à la raison, la sensation du sable sur ma peau persiste tout comme la chaleur écrasante.  Elle me donne l’impression de craquer, même.  Il veut savoir, pour la musique et je ferme les yeux, pour me rappeler, entendre de nouveau les sons.
La mélodie est lente, suave. Elle donne envie de me balancer comme une feuille flottant au vent.  J’entends les accords, et je me souviens que je pouvais voir les notes au travers les monticules de sables. En fait, les notes allaient se fracasser contre le flanc des montagnes de sable et, quand il y en avait assez, s’envolaient de nouveau, emportant une nouvelle mélodie avec elles.

- Oui, ça ressemblait à de la guitare. La musique nous enveloppait, comme si elle provenait de partout autour de nous.

Ce n’était pas mon imagination.

Ou alors ce n’est qu’une coïncidence ?

Chassez le rationnel, il revient au galop c’t’enfouaré !

La douleur derrière ma tête élance quand je passe ma main dessus mais selon Cash,  c’est bel et bien arrivé.  Selon lui, j’ai passé une porte qui m’a conduite dans un endroit mystique dans lequel je me sentais bien et en sécurité.  Je lui redonne la bouteille, me levant précautionneusement pour m’installer à côté de lui, sur d’autres caisses, ramenant mes jambes sous moi.

- Je m’appelle Carolyn.

Et je passe ma main dans ses cheveux, voyant sans les voir, ses yeux derrière ses lunettes soleil.
Ses boucles s’entortillent autour de mes doigts, comme des serpents se mouvant autour de leur proie.  Lentement, je laisse retomber ma main, laissant ses cheveux glisser de mes doigts et ma main termine sa chute libre sur le torse de Cash. Son cœur bat contre ma paume, sa peau est brûlante, plus encore que la mienne.

- Pourquoi suis-je allé là-bas ?

Pourquoi moi et pourquoi aujourd’hui ?  Cash me semble être le seul qui puisse répondre à cette question.  Je peux sentir que ce lieu fait partit de lui, de ses songes. En fait, j’ai de plus en plus l’impression que je suis entrée dans la tête de Cash Izbel.

- Je voudrais pouvoir me sentir encore comme là-bas. Le sable léchait ma peau c’était chaud, brûlant même mais  je me sentais… libre !

Je ne vois pas de meilleurs mots que ça.

- Je voudrais y retourner avec toi


@ Billy Lighter
Revenir en haut Aller en bas
Cash Izbel
Cash Izbel


Messages : 769
Date d'inscription : 07/10/2013
Age du personnage : 24
Localisation : L.A.

Who Am I?
Birth place: Los Angeles
Je suis: introverti, gentil, shooté
Song: Nightrain - Guns'n Roses


Into The Phenomenon (December,1980)[PV Cash][TERMINE] Empty
MessageSujet: Re: Into The Phenomenon (December,1980)[PV Cash][TERMINE]   Into The Phenomenon (December,1980)[PV Cash][TERMINE] I_icon_minitimeMar 14 Aoû - 19:34



Into The Phenomenon
ft. Carolyn Adam


Je rallumai une cigarette, ne quittant la jeune Déesse du regard que quelques secondes… Non… Quand je reportai mes yeux sur elle, je sus que ce n’était pas une Déesse… Plutôt une nymphe ou une fée, le genre à voleter un peu partout à toute vitesse…

Je l’imaginais minuscule, dans le Désert, avec quatre petites ailes aux reflets rosés. Je souris, ma cigarette bougeant entre mes lèvres larges qui s’étiraient, quand elle parla de la musique. Elle avait entendu la musique, les riffs de guitare que je répétais ici… Autant de cadeaux que je ramenais à Los Angeles de chacun de mes voyages, comme des offrandes.

-Une musique jouée par personne… Parfois, les enfants peuvent voir la porte ouverte et entendre la musique aussi…*

Elle me rendit la bouteille que je pris, retirant ma cigarette de ma bouche pour boire avant de l’y remettre. Puis, je lui demandai son nom… Carolyn, me répondit-elle…

-C’est un nom qui tourbillonne on dirait…

Dans la sonorité… Parce que chaque mot était une musique aussi… Billy savait les faire chanter… Ou hurler. Il savait les faire amour, colère ou tristesse…

Billy savait…

Je repris une gorgée de Jack Daniel’s… La boisson des Dieux devait avoir cette même couleur ambrée, ce qui expliquait pourquoi le Roi Serpent que j’étais en était si friand.

La fée aux ailes invisible de ce côté des mondes passa sa main dans mes cheveux, je la laissai faire, soupirai de plaisir, accompagnant sa caresse d’un lent mouvement de tête vers l’avant jusqu’à tomber presque le menton contre mon torse…

Je ne relevai la tête que lorsque sa main fut sur mon torse à son tour… Mon cœur battait de façon tout à fait irrégulière, erratique et pourtant, rien sur mn visage ne trahissait ce dysfonctionnement total de l’un de mes organes vitaux.

Elle me demanda pourquoi elle était allée là-bas et j’enlevai mes lunettes de soleil pour qu’il n’y ait plus de barrière entre son regard où se mélangeaient le vert, le bleu, le gris et une pointe d’or et le mien, noir comme le charbon.

-Parce que l’enfant que tu es n’es pas mort encore…

Je tirai sur ma cigarette et laissai lentement s’échapper la fumée par mes narines et ma bouche entrouverte.

-Pas tout à fait…

Quand il le sera, elle aura besoin, comme moi, de la poudre des passeurs… L’enfant que j’étais était parti là où mon père était parti, en le tenant par la main…

Je ris quand elle s’enthousiasma sur les sensations… Mille et une sensations mais le sable et la chaleur restait ce que retenaient ceux qui arrivaient à trouver la bonne porte.

Elle voulait y retourner…

Elle voulait y retourner avec moi.

Et j’avais assez de speedball dans le sang pour y faire un tour…

Je posai mon front contre le sien, je pris doucement sa main qui était contre mon torse dans la mienne, cherchai l’autre et portai ses deux mains à mon visage en fermant les yeux…

-Ferme les yeux…

La musique de The Lightening nous vint en bruit de fond depuis la salle principale du Sunrise Records… Je lâchai ses main quand je sentis qu’elle avait compris qu’elle devait les tenir sur mon visage et plaçait les mienne exactement de la même façon, sur son visage.

-Tu sens la chaleur ?

Moi, oui. Les flashes furent d’abord des éclairs… Puis le phénomène s’amplifia, les flashes furent plus long, le rythme de mon cœur, irréguliers, les perturbant un peu…

Jusqu’à ce que nous soyons un pied dans le Désert, l’autre dans l’arrière-boutique du Sunrise Records…

Avec pour ambiance de fond mes propres riffs de guitare.

Mes mains glissèrent lentement de son visage, dans son cou, du bout des doigts… Jusqu’à la naissance de ses seins laissée nue par son décolleté…

@ Billy Lighter



Guitars are like women. You'll never get them totally right. ©️ Slash
Revenir en haut Aller en bas
Carolyn Adam
Carolyn Adam


Messages : 199
Date d'inscription : 07/06/2018
Age du personnage : 0


Into The Phenomenon (December,1980)[PV Cash][TERMINE] Empty
MessageSujet: Re: Into The Phenomenon (December,1980)[PV Cash][TERMINE]   Into The Phenomenon (December,1980)[PV Cash][TERMINE] I_icon_minitimeVen 17 Aoû - 20:38



Into The Phenomenon
ft. Cash Izbel





Je m’étais sentie en sécurité et complètement sereine le temps qu’à duré mon épopée à l’oasis en compagnie de Cash Izbel même si je n’ai aucune idée de comment je suis arrivé là et si c’était réel ou non.  Selon le musicien,  tout ceci l’était pourtant, je veux le croire. C’était trop beau pou que ça ne le soit pas !

Pour Cash, mon prénom tourbillonne. C’est la première fois qu’on dit cela de mon prénom et c’est bien aussi la première fois que je trouve la comparaison aussi juste.  Je lui souris, timidement peut-être en passant la main dans ses longs cheveux bouclés.  Ils sont si doux, je pourrais passer le reste de la journée, la nuit même, à le faire.

Tranquillement, ma main glisse jusqu’à se retrouver contre son torse aussi chaud que le sable ne l’était sous mes pieds. Contre ma paume, je peux sentir son cœur s’emballer, battre comme une maraca endiablé un rythme bien particulier. Je me risque à demander pourquoi ai-je pu voyager dans cet endroit mystique. Est-ce lui qui m’y a permis l’accès ? Une chose dont je suis certaine, c’est que c’est par son entremise, comme si de me trouver près de lui avec permis une connexion astrale.

Cash affirme que c’est l’enfant en moi qui n’est pas encore tout à fait mort qui m’a permis de m’exiler un moment. C’est à la fois beau, poétique et triste. Est-ce que ça veut dire qu’incessamment, je perdrai cette folie enfantine ? J’ai toujours été un peu fo-folle sur les bords. Le genre de fille qui s’amuse d’un rien, qui adore les belles histoires et qui regarde encore sous son lit avant d’aller dormir.

Alors je veux y retourner. En profiter encore et garder un souvenir éternel de ce moment magique.

Tout en me demandant de fermer les yeux, Cash pose son front contre le mien puis guide mes mains sur son visage. À sa demande, je ferme les yeux, j’inspire profondément aussi. Il se dégage de lui, à moins que ce ne soit de nous, une attraction sexuelle puissante. Ma respiration s’en trouve accélérer.

- Oui…

La chaleur du désert revient lécher nos corps, je la ressens pénétrer les pores de ma peau qui en redemandent.  Ses doigts glissent sur mon corps perlé de sueur. Je n’ose pas ouvrir les yeux puisque de toute façon, je vois plus clairement le désert dans lequel Cash vient de nous faire passer. Avec des mots, il m’a propulsé au-delà du rêve.

L’un en face de l’autre, comme si le temps venait de s’arrêter.

C’est mieux que n’importe quelle expérience qu’il me fut donné de vivre. Je m’accroche à lui, frottant mon corps au sien sans me rendre compte que petit à petit, le tissu s’envole pour laisser place à la nudité. Avec une telle chaleur, nous n’avons pas besoin de vêtements.

Le bout de mes doigts pianote sur les joue de Cash avant de descendre sur ses épaules puis ses biceps, jusqu’à rejoindre ses mains sur ma poitrine.

- J’entends la musique, elle vibre sous ma peau.

Je relève la tête, trouvant ses lèvres à mi-chemin.  Mes mains parcours alors le même chemin, à l’inverse, jusqu’à passer sur sa nuque et s’entremêler dans ses boucles noires.


@ Billy Lighter
Revenir en haut Aller en bas
Cash Izbel
Cash Izbel


Messages : 769
Date d'inscription : 07/10/2013
Age du personnage : 24
Localisation : L.A.

Who Am I?
Birth place: Los Angeles
Je suis: introverti, gentil, shooté
Song: Nightrain - Guns'n Roses


Into The Phenomenon (December,1980)[PV Cash][TERMINE] Empty
MessageSujet: Re: Into The Phenomenon (December,1980)[PV Cash][TERMINE]   Into The Phenomenon (December,1980)[PV Cash][TERMINE] I_icon_minitimeMar 28 Aoû - 17:10



Into The Phenomenon
ft. Carolyn Adam


Le front de la jeune femme contre le mien, je fermai les yeux et, aidé par la puissance du speedball qui coulait dans mes veine, nous projetai dans le Désert. Elle connaissait le chemin, c’était facile de l’y emmener.

La chaleur du Désert se mêla à celle de nos peaux et augmentait à chacun de nos contacts. J’étais le Serpent, froid aux écailles lisses, mais j’étais aussi le Désert lui-même, chaux, doux… dangereux…

Mes doigts couraient sur la peau de celle qui se déclara mon amante lors de ce voyage éclair… Et bientôt, plus rien ne fit barrage entre nos corps vibrant de désir. Ni à Los Angeles, dans l’arrière-boutique du Sunrise Records, ni dans le Désert. Il y eu comme une sensation de vertige quand nous descendîmes des boîtes sur lesquelles nous étions installés pour nous retrouver au sol, amortis par le sable.

Et nos vêtements nous créant un matelas de fortune.

Le monde autour n’existait pas, à moins que nous ne passions d’un à l’autre dans des flashes chaotiques et vertigineux. Mais une seule chose restait : la musique. Elle la sentait vibrer en elle, je la sentais la pianoter sur mes joues du bout de ses doigts.

Mes mains parcouraient les courbes de son corps brûlant comme mon esprit courait dans les dunes désertiques et mystiques de mon monde dans lequel j’avais déjà emmener tant de gens… Et dont certains n’en étaient jamais revenus.

Je ris, ses lèvres trouvèrent les miennes et je l’embrassai fougueusement, ma langue dansant avec la sienne au gré de la musique qui nous parvenait depuis la salle principale du Sunrise Records… ou s’élevait de nulle part sous le soleil accablant du Désert.

Elle s’accrocha à mon cou et je l’allongeai dans le sable, sur nos vêtements, sans me soucier le moins du monde des perturbateurs qui pourraient nous surprendre.

Parce que dans le Désert, nous seuls existions…

… et dans ce monde, rien n’avait d’importance.

Sexe et musique s’entremêlaient et transcendaient la chose pour qu’à nous deux, nous soyons de l’énergie pure… De l’art dans le plus strict sens incompréhensible du terme.

Je l’embrassai avec passion, puis, laissant courir ma langue en biseau sur ses lèvres, vint caresser son sexe du mien, la sentant s’écarter et s’ouvrir sous mes doux assauts jusqu’à ce que de deux entités et avec force de gémissements, nous ne fassions plus qu’un… Un seul être, Serpent avec des ailes de fée… Un seul être alors que j’allais et venait en elle avec autant de fougue que de tendresse sans pour autant que l’amour s’en mêle.

Un seul être parlant une langue universelle : celle du plaisir.

@ Billy Lighter



Guitars are like women. You'll never get them totally right. ©️ Slash
Revenir en haut Aller en bas
Carolyn Adam
Carolyn Adam


Messages : 199
Date d'inscription : 07/06/2018
Age du personnage : 0


Into The Phenomenon (December,1980)[PV Cash][TERMINE] Empty
MessageSujet: Re: Into The Phenomenon (December,1980)[PV Cash][TERMINE]   Into The Phenomenon (December,1980)[PV Cash][TERMINE] I_icon_minitimeSam 1 Sep - 17:43



Into The Phenomenon
ft. Cash Izbel





Je garde mes yeux clos, trop effrayée de voir la magie  s’envoler et de constater à regret que nous sommes encore assis sur nos caisses respectives et que rien de tout cela n’a eu lieu. Cash connait le moyen d’y retourner et il me guide dans ce voyage astral jusqu’à ce que de nouveau, la chaleur du désert lèche nos corps. Nos vêtements tombent de nos corps comme des pelures superflus de peau. La musique envahit mon corps et ma tête, je la sens vibrer en moi et je la partage à Cash en pressant légèrement du bout de mes doigts sur son corps, comme si je pouvais faire passer de moi à lui les mélodies.

Je crois que je provoque l’union de nos lèvres quand je relève la tête. Même les yeux fermés, je peux le voir, son visage contre le mien, nos langues se massent mutuellement d’abord doucement puis ensuite, fougueusement.  Je me retrouve vite de nouveau allongée sur le sable brûlant. Je brise mon étreinte pour allonger mes bras sur le sol, les grains de sables s’étendant sous ma peau en une sensation granuleuse.

Le corps de Cash presse contre le mien sans m’écraser.  J’écarte mes cuisses, je les relève. Je le laisse entrer en moi aussi facilement que nous avons pénétré ici.

J’ai chaud.

De plus en plus chaud.

Cash  me fait l’amour avec autant d’intensité qu’il y a de notes qui s’évaporent dans l’air.  J’en ai l’impression que nos corps finissent par se soulever du sol, tournant sur nous même, comme si nous étions une offrande au Dieu de la musique.  Les mouvements de Cash se font plus senties sans manquer de tendresse.

Il me fait l’amour comme il joue de la guitare : avec passion.

Je ramène mes bras sur lui, sans me soucier du sable qui glisse d’entre mes doigts, pour caresser son dos, ses épaules, sa nuque.  Il fait si chaud et pourtant je tremble. C’est l’excitation qui voyage en moi aussi facilement et rapidement que la musique nous séduit  quand on se donne la peine de l’écouter attentivement.

Derrière chaque note, se cache un secret.  

Je suis entrain de vivre l’expérience transcendante la plus phénoménale de toute ma vie ! Et l’orgasme qui s’en suit est aussi puissant que tout ce que  je viens de vivre. Je me risque alors à ouvrir les yeux. Un œil à la fois. J’ai peur qu’en faisant ça, je me retrouve brutalement expédier dans l’arrière boutique du Sunrise Reccords. Mais Cash est toujours là, ses cheveux bouclés tombant en cascade sur nos visages.  

Quand je serai chez moi ce soir, probablement allongée dans ma baignoire, les pieds relevés et appuyés sur le bord et que je repenserai à cette journée,  je n’arriverai pas à m’expliquer comment  tout ceci a pu se produire.  Même en tâtant la bosse derrière ma tête,  rien ne pourra me convaincre que ce ne fut pas réel.

Je regarde longtemps Cash avant de l’embrasser à nouveau.

Quelque chose me dit que jamais plus je ne saurai revivre une expérience comme celle là.  C’est triste mais d’un autre côté, ça la rend encore plus précieuse et unique.

La mélodie qui nous enveloppait  alors que nous étions en plein désert prend maintenant la forme des demandes des fans qui scandent le nom du musicien. Ils sont venus ici pour les mêmes raisons que moi.  

- Ils te réclament.

Je caresse de nouveau sa joue du bout des doigts en lui souriant.

Ce ne doit être qu'une question de minutes avant qu'ont viennent voir si tout va bien ici, dans l'arrière boutique du Sunrise Reccords.


@ Billy Lighter
Revenir en haut Aller en bas
Cash Izbel
Cash Izbel


Messages : 769
Date d'inscription : 07/10/2013
Age du personnage : 24
Localisation : L.A.

Who Am I?
Birth place: Los Angeles
Je suis: introverti, gentil, shooté
Song: Nightrain - Guns'n Roses


Into The Phenomenon (December,1980)[PV Cash][TERMINE] Empty
MessageSujet: Re: Into The Phenomenon (December,1980)[PV Cash][TERMINE]   Into The Phenomenon (December,1980)[PV Cash][TERMINE] I_icon_minitimeJeu 13 Sep - 14:02



Into The Phenomenon
ft. Carolyn Adam


Je ne savais plus ce qui était réel et ce qui ne l’était pas. Faisions-nous réellement l’amour dans le désert ou dans l’arrière-boutique du Sunrise ? Etions-nous en transe au Sunrise pendant que nous faisions l’amour dans le désert ? L’inverse ?

Les sensations étaient là : la chaleur de sa peau, celle du soleil brûlant, le goût de ses lèvres, la douceur de son corps. Ses cuisses se relevant sur mes hanches.

Speedball.

Auto-persuasion.

Hallucination collective.

Peu importait. C’était bon. Les frissons voyageaient pas vague le long de mon échine jusqu’à mon cuir chevelu… Mes écailles se hérissaient… Chaud, froid, doux, dur, tout se mélangeait. Et j’aimais vraiment ça.

Carolyn et moi ne faisions plus qu’un, hors de l’espace et du temps, hors des conventions, hors des règles. Personne ne pouvait nous retenir.

Nous étions libres. Libre de nous adonner au plaisir sous toutes ses formes.

Un plaisir qui grandit, grandit, grandit, jusqu’à ne plus pouvoir être contenu ni par elle, ni par moi, ni par nos deux corps unis.

Un plaisir qui finit par exploser dans tous les sens, comme un barrage qui aurait subi trop de pression.

Et l’eau se déversa…

Quand j’ouvris les yeux, ce fut pour voir la myriade de couleurs qui composaient les iris de Carolyn. Carolyn qui était partie avec moi et était revenue avec moi.

J’étais torse nu, au-dessus d’elle… Mais j’avais toujours mon pantalon. Je me mis à rire.

Qu’est-ce qui avait été réel ? Qu’est-ce qui ne l’avais pas été ?

Ils te réclament.

Je me penchai sur Carolyn, la petite fée ailée et volage et lui volai un dernier baiser…

@ Billy Lighter



Guitars are like women. You'll never get them totally right. ©️ Slash
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Into The Phenomenon (December,1980)[PV Cash][TERMINE] Empty
MessageSujet: Re: Into The Phenomenon (December,1980)[PV Cash][TERMINE]   Into The Phenomenon (December,1980)[PV Cash][TERMINE] I_icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

Into The Phenomenon (December,1980)[PV Cash][TERMINE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Mes yeux s'égarent ... [Lysandre][TERMINE]
» misuse of legal terms--- a phenomenon in haitian politics!!!
» SUJET TERMINE - L'alcool, les bêtises, toi et moi. [Allie]
» 04. Des cupcakes pas comme les autres (2) [TERMINE]
» 07.Chuuut !...That's a secret ! [TERMINE]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: L.A Rocks :: Flashbacks-