AccueilRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez
 

 When Youth Goes Wild (1964)[PV Howard][TERMINE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sonny Robson
Sonny Robson


Messages : 108
Date d'inscription : 27/06/2018
Age du personnage : 34
Localisation : Eastside


When Youth Goes Wild (1964)[PV Howard][TERMINE] Empty
MessageSujet: When Youth Goes Wild (1964)[PV Howard][TERMINE]   When Youth Goes Wild (1964)[PV Howard][TERMINE] I_icon_minitimeSam 30 Juin - 20:34



When Youth Goes Wild
ft. Howard Stone


-On va mourir !

Je disais ça, mais je me marrais comme un con, en fait alors que j’étais en train de pincer entre les lames de la pince monseigneur que j’avais piquée – empruntée – à mon père, l’anneau métallique de l’énorme cadenas qui nous interdisait l’accès au garage des Stone.

Est-ce que c’était du vol ? Boh… Sûrement pas plus que pour la pince… Vu que j’étais quand même avec Howard Stone. Ce garage était à ses parents, donc il était aussi un peu à Howard, si on y réfléchissait bien. Tout ce qui leur appartenait lui appartenait aussi.

Ou c’était l’inverse ?

Puis on allait remettre à sa place ce qu’on allait prendre dès qu’on en aurait plus besoin.

J’en savais rien. Mais on avait absolument besoin de la voiture de son frangin ! On avait 16 ans, mais aucun de nous deux avait de voiture. Et puis mon père avait besoin de la sienne pour aller bosser demain matin au garage… Alors que le frère d’Howard, lui, il devait s’en foutre un peu vu qu’il était à la caserne militaire pour son instruction et qu'il allait partir au Vietnam.

D’ailleurs, Howard disait qu’il reviendrait peut-être jamais.

Or, si on voulait participer à la course dont Otto et Luis nous avait parlé, et sur laquelle Otto, qui avait 18 ans, allait courir, il nous fallait une caisse ! On allait leur mettre une branlée à ces latinos frimeurs !

Et il y en avait justement une, de voiture, qui dormait tranquille dans le garage des Stone. Il n’y avait qu’à se servir !

Roger nous en voudrait pas… J’étais sûr ! Il le saurait même pas d’ailleurs, si je roulais assez bien !

Par contre, Howard et moi, on allait être super riches si je gagnais cette course !

Et on avait intérêt à se grouiller parce que le départ était dans deux heures, à 01 :00 du mat’ pile, sur Cesar Chavez Avenue au niveau de Maravilla, Eastside. Et l’arrivée se ferait au niveau de Little Tokyo, Downtown.

Je pris les deux poignées de la pince et serrai. Il n’en fallut pas plus pour que le cadenas saute, ce qui me fit jubiler et regarder Howard.

-Et t’y étais pas arrivé, toi ?...

Howard faisait au moins… 20 têtes de moins que moi… Et probablement aussi une cinquantaine de kilos de moins. En fait,  il avait encore l’air d’avoir 13 ans alors que moi, je dépassais tout ceux de notre classe d’une myriade de centimètres. Bon… Ok… Howard et moi, on avait 16 ans et nos camarades de classe en avaient 14… Enfin… On faisait pas trop la différence entre Howard et les autres mais moi… Bah c’était simple… Les petits m’appelaient Gulliver. Bah, je le prenais pas mal, vu qu’ils fuyaient tous dès que je levais la main de peur que leur tête fasse un 360…

Comme si j’allais frapper des petits… Enfin… Seulement s’ils étaient chiants quoi… Mais j’avais jamais besoin d’aller jusque-là.

On ouvrit le garage pour découvrir la bagnole de Roger, le frère de Howard, qui dormait là…

Et je répétais, toujours surexcité :

-On est grave morts !

@ Billy Lighter

Revenir en haut Aller en bas
Howard Stone
Howard Stone


Messages : 2360
Date d'inscription : 25/11/2015
Age du personnage : 34
Localisation : Chez moi avec David et Kenzie

Who Am I?
Birth place: L'Eastside de L.A.
Je suis: un menteur, il parait...
Song: It's My Life - Bon Jovi


When Youth Goes Wild (1964)[PV Howard][TERMINE] Empty
MessageSujet: Re: When Youth Goes Wild (1964)[PV Howard][TERMINE]   When Youth Goes Wild (1964)[PV Howard][TERMINE] I_icon_minitimeLun 2 Juil - 13:15



When Youth Gone wild
ft. Sonny Robson


-Maaaais non…

J’tentais de rassurer Sonny en lui disant qu’on n’allait pas mourir. On faisait juste qu’emprunter la caisse de mon frère qui sera même pas là pour s’en rendre compte vu qu’il était à la caserne pour un bon p’tit moment encore.

Fallait juste qu’on fasse sauter le cadenas que Roger avait mis pour que personne ne pique sa voiture pendant son absence. L’y tenait à sa voiture… Et il avait peur des p’tits voleurs qui trainaient un peu partout dans l’Eastside. Puis, l’avait jamais voulu que je rentre dans ce foutu garage et j’ai jamais su pourquoi. Il y cachait sa drogue ou quoi ? Naaan… Roger était trop parfait que pour cacher de la drogue…

Sonny était super excité par la course qu’on allait fait. Il allait conduire et moi, j’serais son copilote et on allait mettre une raclée à ces deux abrutis de Luis et Otto. Il nous fallait juste une voiture et y’en avait justement une ici… Aucune chance qu’on s’fasse prendre, mes parents dormaient tous les deux et l’temps qu’ils se réveillent on sera déjà revenus.

J’souris d’un grand sourire quand Sonny fit sauter le cadenas. Il se demanda comment moi j’y étais pas arrivé et j’haussai nonchalamment les épaules.

-Bah, non, c’était trop dur…


C’était pas faute d’avoir essayé plusieurs fois en plus… Mais fallait dire que j’avais pas vraiment la carrure de mon pote. L’était grand et plus musclé que moi. Moi, j’étais p’tit… Tout le monde disait que j’étais p’tit. Ma grand-mère le disait souvent et elle disait que c’était ma faute parce que j’bouffais pas assez. C’était par pire que mon grand-père qui, lui, disait carrément qu’en plus d’être p’tit et pas fort, j’étais stupide. Mais mon grand-père, l’était vieux et sénile alors j’l’écoutais pas… En fait, j’écoutais personne.

Quand le garage s’ouvrit sur la Simca 1000 à la couleur douteuse de mon frère ben l’excitation de Sonny monta encore d’un cran. J’affichai un très grand sourire.

Voiture:
 


-Maais non… On va pas mourir, on va devenir riche !


Oui, j’croyais que cette course allait nous rendre riche. Et c’était un peu l’cas parce que, si on gagnait, on obtenait la voiture mise en prix. C’était pas une voiture de merdre qu’on risquait de gagner… Puis, si on était deuxième ou troisième on aura aussi le droit à un prix : pas mal de thunes. En gros, j’croyais que si on gagnait, on allait pouvoir sortir de l’Eastside. Parce que j’croyais qu’avec 1000 dollars, on pourrait sortir de l’Eastside… Et j’savais qu’avec Sonny au volant, on allait gagner les doigts dans l’nez.

-J’crois que Roger a laissé les clés ici.

J’montrai du doigt le plan de travail sur le côté. Je m’avançai vers lui et fouillait les tiroirs sans rien trouver hormis :

-Waaaaaaaaaw.

J’étais pas tombé sur les clés mais sur un Colt 1911 A1 de calibre 45. Je le sortis précautionneusement du tiroir et le montrai Sonny.

-T’as vu ça ? J’savais pas que Roger cachait ça dans l’garage. L’aurait pu me le dire.

Mon frère savait que j’collectionnais les armes même s’il était pas pour… En fait, l’était totalement contre. Je trouvais les balle juste à côté et les mis dans ma poche alors que je gardai le flingue en main. Je me tournai vers mon pote.

-J’ai trouvé l’flingue mais pas les clés. L’a dû les garder avec lui… Tu sais démarrer la caisse quand même ?

L’étais pas garagiste son père ? Sonny devait sûrement pouvoir faire quelque chose.

@ Billy Lighter


Revenir en haut Aller en bas
Sonny Robson
Sonny Robson


Messages : 108
Date d'inscription : 27/06/2018
Age du personnage : 34
Localisation : Eastside


When Youth Goes Wild (1964)[PV Howard][TERMINE] Empty
MessageSujet: Re: When Youth Goes Wild (1964)[PV Howard][TERMINE]   When Youth Goes Wild (1964)[PV Howard][TERMINE] I_icon_minitimeJeu 5 Juil - 12:30



When Youth Goes Wild
ft. Howard Stone


Howard disait qu’on allait pas mourir. Moi, je préférais quand même penser qu’il y avait un risque parce que ça envoyait un truc super cool dans mes veines qui me rendait complètement euphorique. Howard, il avait quand même toujours un électrocardiogramme presque plat. Même quand les plus belles filles de l’école, celle qui étaient en dernière année, venaient le draguer, il restait cool et tout alors que moi, quand ça m’arrivait je perdais complètement les pédales.

J’avais fait sauter le cadenas qui maintenait le garage de son frère fermé puis on l’avait ouvert pour découvrir la voiture. Une Simca 1000, pas LA voiture de mes rêves, mais en l’occurrence, pour cette course, j’avais besoin de quatre roues et un moteur. Et si j’étais bon, peut-être que je gagnerais ma propre voiture et qu’on aurait plus besoin de « voler » pour courir.

C’était à peine si je sautillais pas sur place, laissant tomber la pince monseigneur au sol. Surtout qu’en plus, Howard affirmait qu’on allait devenir riches ! Et c’était vrai ! Le premier prix était une voiture et dans ce cas-là, on gagnerait d’autres courses et d’autres prize money ! Et puis même si j’étais deuxième ou troisième, les prix s’élevaient quand même à 10 000$ pour la seconde place et à 5000$ pour la troisième place !

Avec ça, on pourrait s’acheter une villa à Malibu et faire des fêtes !

-Putain, ouais ! Puis je pourrai peut-être devenir pilote officiellement aussi !

Si j’avais bien un seul et unique rêve, c’était celui-là ! Courir dans des grands prix ! Putain, ça ce serait le pied !

Je tournai autour de la voiture de Roger Stone. Putain, c’était plus que bon que j’allais devoir être pour gagner avec ça ! Parce que les autres auraient pas des bagnoles aussi merdiques. Howard, lui, se mit à chercher les clés et s’exclama, ce qui me fit me tourner vers lui. Je sursautai quand, pour me montrer sa trouvaille, il pointa le canon vers moi, puis rigolai sous cette nouvelle giclée d’adrénaline.

-Oouh !

Je m’approchai de mon ami qui mit des munitions dans sa poche, empoignai le canon d’une main et le lui fit poser sur mon front en rigolant :

-Bah prend-le aussi. Tu l’as pas encore celui-là, dans ta collection.

Je le lâchai et retournai près de la bagnole. On avait un flingue… C’était bien mais ça allait pas nous faire gagner la course. Il nous fallait les clés pour ça.

Je regardai autour de nous quand Howard demanda si je savais pas démarrer la bagnole quand même. Je testai la poignée de la portière… Verrouillée. Je fis la moue et scannai à nouveau le garage du regard.

-Heu… Ouais, passe-moi le cintre, là, juste à côté de toi.

Un cintre tout ce qui a de plus simple, juste une tige de métal pliée pour en faire un cintre. Quand Howard me l’amena, je la dépliai en modelant le bout en un petit crochet. Ok. Je passai la tige de fer entre le caoutchouc et la vitre et chipotai un peu jusqu’à ce que je sente que j’accrochais l’épingle du mécanisme de verrouillage. Plus qu’à tirer et la portière se déverrouilla.

-Trouve-moi un tournevis !

Je regardai Howard avec un grand sourire fier et ouvris la portière pour m’installer au volant, après avoir récupéré la pince de mon père que j’avais lancée sur la banquette arrière, et puis tendis le bras pour déverrouiller la portière du côté passager pour que Howard puisse prendre place lui aussi.

Avec le tournevis, je fis sauter le cache sous le volant… Je trouvai les fils qui fallait, les dénudai…

-Putain, j’espère que la batterie est pas à plat, si elle dort depuis longtemps, la caisse.

Je connectai le fil de la batterie et celui du contacteur ensemble… Les essuie-glaces se mirent en route et ça me fit relever la tête et rire.

-Elle est pas à plat.

Toujours à l’aide du tournevis, je dénudai le fil du démarreur. Quand ce fut fait, je regardai Howard.

-Approche pas ta tronche tout près.

Je frottai les deux fils l’un contre l’autre en tenant mon visage éloigné moi aussi au cas où il y aurait des étincelles. Ça en fit un peu et le moteur démarra… Je fis vrombir le moteur pour ne pas que ça cale. Je poussai un cri de victoire, au risque de réveiller les parents de Stone. Mais le temps qu’ils descendent jusqu’au garage, on serait déjà partis.

-Plus qu’à casser le verrou de direction !

Et pour ça, rien de plus simple : je forçai des deux bras en faisant tourner le volant jusqu’à ce que le verrou saute !

-Et on est partis !

J’enclenchai la marche arrière et démarrai en trombe et à reculons juste au moment où les parents de Stone débarquaient dans le garage, les yeux écarquillés et la bouche grande ouverte avant que le père d’Howard ne se mette à hurler en nous courant après alors que je traçais la route. Mais il resta pas longtemps dans mon rétroviseur !

Je regardai Howard en rigolant, poussant la bagnole à fond ! Le réservoir était plein. Prévoyant, le Roger ! Merci à lui et amen à ça !

-On est les meilleurs !

@ Billy Lighter

Revenir en haut Aller en bas
Howard Stone
Howard Stone


Messages : 2360
Date d'inscription : 25/11/2015
Age du personnage : 34
Localisation : Chez moi avec David et Kenzie

Who Am I?
Birth place: L'Eastside de L.A.
Je suis: un menteur, il parait...
Song: It's My Life - Bon Jovi


When Youth Goes Wild (1964)[PV Howard][TERMINE] Empty
MessageSujet: Re: When Youth Goes Wild (1964)[PV Howard][TERMINE]   When Youth Goes Wild (1964)[PV Howard][TERMINE] I_icon_minitimeSam 7 Juil - 20:03



When Youth Gone wild
ft. Sonny Robson


Ouais, après cette p’tite course on sera riche. Les prix étaient élevés et j’nous voyais déjà nous acheter une super grosse baraque à Beverly Hills. Avec une piscine et tout… Et Sonny, il se voyait carrément devenir pilote professionnel. C’est vrai qu’il était assez doué pour le devenir.

-Oh ouais, tu pourras. Moi, j’deviendrais une rockstar pendant ce temps-là.

On avait chacun notre p’tite rêve. Sonny, il voulait devenir pilote moi j’voulais devenir batteur. Et j’étais sûr que cette course sera le tournant de notre future carrière. Un tremplin qui nous permettra de toucher les étoiles et de quitter l’école et l’Eastside en même temps… Parce que l’école, c’était naze… J’y allais que pour les filles…

Pendant que Sonny admirait la voiture, moi, j’cherchais les clés pour qu’on puisse l’emprunter. Mais j’trouvais pas les clés… Juste un superbe flingue que mon frère cachait ici. Je pointai le canon nonchalamment vers Sonny pour le lui montrer et il vint carrément près de moi pour mettre le canon sur la tête. J’fis mine d’appuyer sur la détente et j’fis le bruit d’un coup de feu avec un sourire en coin avant que Sonny me dise de l’garder pour ma collection.

-Ouais, j’y comptais bien. J’comprends pas pourquoi mon frère l’a gardé que pour lui si c’est pour pas l’utiliser et pas le collectionner… Parfois, j’le comprends pas ce type…

Je gardai, donc, le flingue et les balles. Mais pas de traces de clés, du coup l’allait falloir que Sonny se débrouille pour démarrer la voiture sans clé. L’était fils de garagiste alors j’étais sûr qu’il y arrivera.

Il semblait pouvoir. J’souris et lui amenai le cintre qu’il voulait. Pourquoi un cintre ? J’en savais rien… Mais j’suppose que, lui, il savait ce qu’il faisait. J’le regardais plier le cintre pour en faire un crochet et il réussit à ouvrir la portière. J’souris.

-Cool !

Lui fallait un tournevis maintenant. J’me retournai et fouillai un peu dans le tiroir à outil pour trouver un tournevis. Quand j’le pris en main, j’me retournai vers la voiture où Sonny avait ouvert la portière côté passager. Je pris place à côté de lui et lui passai le tournevis avant de déposer mon flingue sur le tableau de bord.

J’regardai faire Sonny avec un regard plein d’intérêt et en retenant toutes les manipulations qu’il faisait. On savait jamais… Ça pouvait servir…

Sonny avait peur que la batterie soit à plat mais il constata vite que c’était pas l’cas. J’reculai un peu ma tête et y’eu une p’tite étincelle et tout. Et l’moteur démarra.

-Oh coool !!!

Mon cri de victoire fut couvert par celui de Sonny. L’avait crié très fort mais j’avais complètement oublié mes parents à l’heure qu’il était. J’pensais qu’à la bagnole, qu’à la course et qu’aux prix qu’on allait gagner.

Sonny réussit à casser le verrou de direction et c’était parti ! Il démarra en trombe et c’est quand on sorti du garage à toute vitesse que j’vis mes parents. Oh merde… Mon père nous courut après en gueulant et c’est non sans cacher ma joie de voir ça que j’avais lâché en regardant dans le rétroviseur.

-Oh putain, j’vais mourir !

En rentant, sûrement… Enfin, sauf si on gagne et que j’deviens riche. Dans ce cas-là, ben, j’me barrerais avec mes affaires. Mes parents auront plus rien à me dire.

Sonny poussa la voiture vers notre destination en disant qu’on était les meilleurs.

-Ouais, on est les plus forts !

Et j’tapai un rythme aléatoire mais pas pour autant dénouer de sens sur mes cuisses alors qu’on filait à travers les rues en s’marrant comme des cons.

Et, avec la vitesse à laquelle roulait Sonny, on arriva assez vite au lieu de rendez-vous. Les gens étaient là… Les voitures aussi… Elles avaient une bien plus belle gueule que la bagnole de Roger… J’fis la moue en les voyants.

-P’taaain… Notre voiture est moche comparé aux leurs…


Mais j’savais qu’on allait gagner quand même… J’le sentais bien. J’parierais sur nous-même si j’le pouvais. Mais j’le pouvais pas parce que j’avais plus un rond. J’étais privé d’argent de poche depuis un an et pour un an encore…

Otto et Luis étaient là… Et ils tardèrent pas à venir près de notre bagnole en s’foutant déjà de notre gueule. J’ouvris la fenêtre de mon côté et Luis me lança :

-C’est pas une bagnole ça ! Vous l’avez pêché où celle-là ? Dans une casse ?


J’haussai les épaules et je lâchai d’un air désinvolte.

-Bah, fallait bien vous laisser une p’tite chance... On voulait pas vous dégommé trop vite alors on c’est donné un p’tit handicap’.

Bah, c’est lui qui avait commencé… Otto ricana.

-T’es trop con, Stone. On va vous dégommer…

Ils étaient un p’tit peu trop sûr d’eux, non ?


@ Billy Lighter


Revenir en haut Aller en bas
Sonny Robson
Sonny Robson


Messages : 108
Date d'inscription : 27/06/2018
Age du personnage : 34
Localisation : Eastside


When Youth Goes Wild (1964)[PV Howard][TERMINE] Empty
MessageSujet: Re: When Youth Goes Wild (1964)[PV Howard][TERMINE]   When Youth Goes Wild (1964)[PV Howard][TERMINE] I_icon_minitimeVen 13 Juil - 17:08



When Youth Goes Wild
ft. Howard Stone


Après avoir piqué le flingue de Roger Stone, Howard faisant semblant de me tuer en appuyant sur la détente alors que je tenais le canon de l’arme contre mon front, insouciant que j’étais, c’était des rêves plein la tête qu’on avait aussi piqué la voiture du frère de mon pote. La vie dans l’Eastside, c’était pas vraiment le goulag, mais n’empêche que c’était assez merdique que pour qu’on pense qu’à une chose : se tirer d’ici.

Le père d’Howard nous avait poursuivis en courant, ce qui prouvait qu’il était à peu près aussi naïf que nous parce que jamais il nous aurait rattrapés comme ça… Et bientôt, on le vit même plus dans les rétroviseurs de la bagnole que je faisais filer à travers l’Eastside. Howard constata qu’il allait mourir et je le regardai en rigolant.

-Quand je te le dis qu’on va mourir !

Enfin, surtout lui, maintenant que ses parents savaient qu’on avait piqué la bagnole. Ils allaient sûrement aller se plaindre à mon père que j’avais une mauvaise influence sur Howard, bien que j’étais pas bien sûr de qui influençait mal qui, mais mon père, lui, il allait rien me dire… Pas qu’il en avait rien à foutre… C’était juste qu’il était cool, mon père… Et puis si je gagnais, j’allais quand même lui filer une partie de mon prize money…

Il avait un seul regret en dehors de celui de s’être fait royalement entubé par ma mère qui était partie avec son Anglais (Anglais qui l’avait larguée un peu après comme une pauvre merde), c’était de pas avoir assez de thune pour pouvoir développer mes talents de pilote et m’inscrire à des courses légales parce que ça taxait à mort.

Alors il allait sûrement pas m’engueuler parce que pour lui, c’était peut-être ce qui me mènerait à percer comme pilote, en empruntant comme qui dirait une « voie alternative »…

On arriva sur la ligne de départ de la course, à bord de notre Simca1000 et c’était… pas vraiment cool. Je savais qu’on aurait l’air un peu con de nous ramener avec ce genre de bagnole quand la plupart des autres avaient des voitures de sport trafiquées. J’aurais eu plus de temps, j’aurais pu aussi trafiquer la Simca, mais en l’occurrence, on en avait pas vraiment eu l’occasion.

Il y avait plein de gens, un public qui s’amassait le long des barrières de fortune installées-là pour pouvoir être retirée le plus vite possible après la course.

Evidemment, Howard était tout dépité à côté de moi.

-Ouais, mais ça, fallait s’en douter, Howie…

Une Ford XB Falcon rouge avec des bandes noires s’approcha de nous pour s’arrêter à notre hauteur, c’était Luis et Otto, je connaissais leur voiture.

Howard moulina pour ouvrir la fenêtre et prendre en pleine poire les commentaires hautement constructifs de Luis. Howard répliqua qu’il fallait bien qu’on se donne un handicap et je répliquai en me penchant pour regarder Luis dans les yeux.

-Et puis nous, on a pas dealé de la dope pour l’avoir, cette bagnole. On l’a juste empruntée !

Petits dealers de mes deux…

Les deux latinos pensaient qu’ils allaient nous dégommer. Ce n’était pas leur première course… Mais c’était notre première course à nous. J’envoyais un bisou volant à l’attention de Luis.

-Tu me rediras ça à l’arrivée, chérie.

Je démarrai sans lui laisser le temps de répliquer, faisant crisser et chauffer les pneus de la Simca pour la placer le long de la ligne de départ… Enfin… Bien derrière en fait… Vu qu’on était des nouveaux participants, tous les autres étaient devant au départ, dont Luis et Otto.

J’avais laissé Howard dans la bagnole le temps de nous inscrire parce que comme j’avais démarré au fils, j’avais pas envie de couper le contact et de risquer de pas pouvoir redémarrer pour la course, donc je l’avais laissée tourner, avec Howard dedans.

Puis, j’étais revenu et avais collé le numéro 12 qui nous avait été attribué sur la portière avant de me remettre au volant, toujours aussi excité. On ouvrit les fenêtres pour pouvoir entendre le coup de feu du départ parce qu’au-dessus des bruits des moteurs qui vrombissaient, c’était pas forcément évident et ce serait con de perdre parce qu’on avait pas entendu. Ça sentait bon les gaz d’échappement, j’adorais ça !

BANG !

C’était parti ! La Simca patina un peu au départ, avant de fendre l’air comme un petit bolide. Mais je compris quand même assez vite que le moteur ferait pas le poids face aux machines que conduisaient les stars de la course, des pilotes confirmés (illégalement), depuis longtemps alors que moi, j’avais encore jamais tiré mon coup…

-Faut revoir nos priorités !

Le podium, donc, au moins ! Et au pire, fallait au moins qu’on soit devant les deux foutus latinos parce qu’on avait frimé juste avant !

Je ne mis par longtemps à les talonner, malgré qu’ils avaient un moteur plus puissant et une ligne plus aérodynamique que la Simca ! Mais pas moyen de les dépasser ! Ce qui me faisait grogner et serrer les poings sur le volant de même que me balancer d’avant en arrière comme si ça allait faire avancer ce tacot de merde de Roger Stone plus vite.

-Allez ! Allez ! ALLEZ ! Putain !

Pas moyen ! J’arrivais même pas à leur donner une pichenette dans le pare-choc pour essayer de les faire partir en vrille !

Heu… Jusqu’au moment où il y eut un « PATCH !! » et qu’ils partirent effectivement en vrille. Je braquai, ayant un beau réflexe pour ne pas qu’ils me fassent partir avec eux parce que l’un de leur pneu venait d’éclater alors que j’étais seulement à quelques centimètres derrière presque leur pare-choc arrière contre mon pare-choc avant. La manœuvre secoua un peu (beaucoup) Howard à qui je gueulais alors que je tendais mon bras par la fenêtre, complètement hilare pour faire un doigt d’honneur à nos rivaux directs qui étaient maintenant dans le fossé !

-Fais-leur un fuck, Howard !

Et on continua à toute vitesse, jusqu’à la toute fin ! On passa la ligne d’arrivée en 6ième position, sur 12 concurrents. Avec quand même 5 à qui on avait réellement mis une dérouillée, même avec la Simca et Luis et Otto qui finissaient bons derniers puisqu’ils avaient crevé.

Quand j’immobilisai la voiture, ça m’empêcha pas de renverser la tête en arrière sur mon siège en râlant de frustration en frottant mon visage à deux mains…

-Putain… C’est pas aujourd’hui qu’on va fuir l’Eastside, mon pote…

Je le regardai avec une moue…

-Je suis désolé pour ta villa à Malibu… C’est la bagnole de ton frangin… C’est un peu de la merde quand même…

@ Billy Lighter

Revenir en haut Aller en bas
Howard Stone
Howard Stone


Messages : 2360
Date d'inscription : 25/11/2015
Age du personnage : 34
Localisation : Chez moi avec David et Kenzie

Who Am I?
Birth place: L'Eastside de L.A.
Je suis: un menteur, il parait...
Song: It's My Life - Bon Jovi


When Youth Goes Wild (1964)[PV Howard][TERMINE] Empty
MessageSujet: Re: When Youth Goes Wild (1964)[PV Howard][TERMINE]   When Youth Goes Wild (1964)[PV Howard][TERMINE] I_icon_minitimeMer 18 Juil - 10:53



When Youth Gone wild
ft. Sonny Robson


Les voitures des autres étaient bien mieux que la bagnole de Roger… C’était vraiment pas cool du tout ça. C’est dingue ce que vendre de la drogue pouvait vous permettre d’acheter… J’pourrais l’faire aussi mais j’étais trop fainéant pour ça. J’préférais mater les filles et taper sur ma batterie plutôt que de passer mes nuits et mes journées à essayer d’vendre de la poudre à d’autres p’tits cons.

Mais j’étais quand même très dépité de voir que tous les autres avaient des plus belles voiture et Sonny disait qu’il aurait fallu s’en douter.

-Ouais mais bon…

Ça aurait été mieux si Roger avait calqué un p’tit peu plus de thunes dans une meilleure voiture… Mais il s’en fichait des voitures tant que ça roulait un peu. En fait, à part l’armée, il aime pas grand-chose le Roger. Ah si… P’tètre sa p’tite copine. Une fille qu’il fréquentait depuis qu’il avait 16 ans… Elle était même pas jolie…

Luis et Otto s’approchèrent de notre casse pas très belle et Luis nous envoya des piques pas vraiment gentille sur la voiture de mon frère… Mais j’répliquai à ma manière avant que Sonny ne dise qu’on avait pas dealer pour avoir la caisse, nous. Qu’on l’avait juste emprunté. J’hochai la tête d’un air totalement nonchalant.

-Ouais… Nous on a eu la caisse en toute légalité. Et t’fera moins le malin, Luis, quand notre caisse battra la tienne…


Mais Luis, il croyait qu’il allait nous dégommer. Sonny lui envoya un bisou volant en disant qu’il redise ça à l’arrivée quand on l’aura dégommé avec la laide et naze voiture de mon frère.

On s’mit alors à la ligne de départ. On était derrière tout l’monde mais j’croyais quand même qu’on allait gagner parce que l’Destin le voudra. Sonny me quitta quelques secondes pour aller nous inscrire avant de revenir dans la caisse. Je laissai ma fenêtre ouverte. On entendait parfaitement le bruit de toutes les voitures… Le bruit de la nôtre montrait que notre moteur avait la puissance d’une p’tite tortue mais c’était pas grave parce qu’on allait quand même foutre leur raclée aux autres.

On entendit le coup de feu de départ et la Simca démarra.

-Yoooooouhouuuuuuuuu !

On arrivait pas à dépasser les autres voitures… Semblerait que notre moteur soit pas vraiment des plus puissants. J’fis la moue parce que j’avais pas vraiment envie de finir derrière Luis et Otto après ce que j’leur avais dit. Mais Sonny disait qu’il faudra quand même revoir nos priorités.

-Non… Soit pas pessimiste. On peut gagner…


On était juste derrière Luis. J’tapai sur le tableau de bord de la voiture pendant que Sonne, lui, s’excitait pour essayer d’encourager la voiture à aller plus vite.

-Tu vas les dépasser ! Allez plus vite !

Mais ça fonctionnait pas… On arrivait pas à dépasser les deux latinos. Mais l’Destin était avec nous. La voiture de Luis parti en vrille après que leur pneu éclata. Sonny évita de justesse leur bagnole et j’fus tellement secoué que ma tête se cogna à la vitre de la voiture. Je me frottai le front mais j’souriais parce qu’on dépassait les deux p’tits cons. J’leur fis un doigt d’honneur en leur tirant la langue alors qu’ils étaient dans l’fossé.

-Bien fait pour eux c’est que des p’tits connards…

On continua la course… Sans crever, nous. Comme quoi, fallait pas avoir une bonne caisse pour pouvoir finir la course. On dépassa quelques voitures mais on termina en sixième position… Loin du podium…

J’fis la moue mais pas ma p’tite moue nonchalante… Non… Une moue à la fois triste et inquiète. J’aurais voulu gagné pour pouvoir me tirer de l’Eastside. Mais, comme le constata Sonny, ça pourrait pas être possible aujourd’hui parce qu’on avait rien gagné. Même pas un p’tit dollar.

-Ouais…


Sonny s’excusa pour ma villa que j’aurais pas demain. Il disait que c’était la faute de la caisse si on avait pas gagné parce que c’était de la merde. Je baissai les yeux.

-Ouais, j’sais que c’est de la merde… Roger achète toujours que de la merde. Même sa p’tite-amie, qui est gratuite, c’est d’la merde…


Mais maintenant, on allait devoir rentrer… Et j’savais que mon père m’attendait de pied ferme. L’allait m’foutre un dérouillée et j’aurais pas mon argent d’poche avant 1000 ans…

-Bon ben… On n’a plus qu’à rentrer…


J’fis une p’tite moue regardant par la vitre ouverte. Luis et Otto n’était toujours pas revenus parce qu’ils devaient encore essayer de réparer leur caisse qui avait finie dans l’fossé.

-Au moins on a battu les deux p’tits cons…

Je relevai le regard vers Sonny et souris un p’tit peu.

-La prochaine fois, on gagnera… On trouvera une meilleure voiture.

On en volera une meilleure… J’sais déjà où on peut en voler à défaut de savoir comment.

J’retrouvai ma moue en repensant, d’un seul coup, à l’avenir proche.

-Dis, Sonny… J’peux venir dormir l’reste de la nuit chez toi… J’crois qu’il y a plus assez d’essence pour aller chez moi…

J’voulais pas m’prendre une dérouillée en fait et encore moins entendre ma mère me crier dessus et me parler et l'entendre dire "pourquoi est-ce que Dieu ne t'as pas fait comme ton frère"… Parce que mon excuse était débile… Chez moi, c’était moins loin que chez lui.



@ Billy Lighter


Revenir en haut Aller en bas
Sonny Robson
Sonny Robson


Messages : 108
Date d'inscription : 27/06/2018
Age du personnage : 34
Localisation : Eastside


When Youth Goes Wild (1964)[PV Howard][TERMINE] Empty
MessageSujet: Re: When Youth Goes Wild (1964)[PV Howard][TERMINE]   When Youth Goes Wild (1964)[PV Howard][TERMINE] I_icon_minitimeVen 27 Juil - 10:12



When Youth Goes Wild
ft. Howard Stone


On avait lamentablement perdu… Et tous les deux dépités dans notre Simca de merde, on était affalés sur nos sièges. Le pire, c’était que je pouvais même pas m’en vouloir à moi-même, me dire que j’avais pas mérité la victoire… Parce que ce qui nous avait fait perdre, c’était juste les performances propres à la voiture.

Mais j’étais surtout désolé pour Howard parce que je savais qu’il voulait se tirer de l’Eastside encore plus que moi. J’avais pas des parents chiants, moi, après tout. Ma mère était plus là depuis longtemps et mon père m’engueulait jamais.

Chez Howard, c’était pas la même rengaine.

Mais il me fit rire en parlant de son frère qui achetait que de la merde et que même sa petite-amie qu’il avait pas acheté, c’était de la merde.

Ouais, c’était pas faux ! Sa copine, à Roger, c’était une fille qui était en dernière année à Fairfax High School, le genre boutonneuse à mort, avec des lunettes que les verres c’étaient des culs de bouteille et puis avec les cheveux gras et le genre à faire 20/20 à tous les tests à l’école…

Beurk…

Mais bon, Roger avait pas forcément un look de playboy non plus. Moi, j’avais toujours pensé qu’Howard avait été adopté. Mais j’osais pas trop lui dire…

-Heureusement qui a des Roger quand même… Elles feraient quoi, les filles laides, sinon ?

Bon, tout ça changeait quand même rien au fait qu’on avait perdu… Et puis j’avais pas vraiment envie de continuer à parader dans le coin au volant d’une Simca 1000 à la couleur douteuse. Et Howard non plus, apparemment, puisqu’il proposa de rentrer… Mais il restait quand même optimiste en disant que la prochaine fois, on gagnerait.

-Pas question que j’abandonne, t’façon. J’aime faire que ça, conduire.

Je repris la route, nous éclipsant discrètement alors que tous les autres allaient maintenant faire la fête et bouffer des barbecues… Howard demanda alors s’il pouvait venir chez moi dormir parce qu’il y avait plus assez d’essence pour rentrer chez lui… Mouais, le réservoir était plein et il habitait plus près d’ici que moi, mais c’était pas grave. J’avais bien compris qu’il avait peur de se faire engueuler en rentrant.

Je souris à mon pote.

-Bah ouais, tu peux, quelle question ! Si t’en as marre, tu peux même venir vivre chez moi. On dira que t’es mon frère. C’est pas grave…

@ Billy Lighter



Don't Stop For Nothing It’s Full Speed Or Nothing ! ©️ Metallica
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




When Youth Goes Wild (1964)[PV Howard][TERMINE] Empty
MessageSujet: Re: When Youth Goes Wild (1964)[PV Howard][TERMINE]   When Youth Goes Wild (1964)[PV Howard][TERMINE] I_icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

When Youth Goes Wild (1964)[PV Howard][TERMINE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Baptême de Wild Cloud
» Sarah Wild
» WILD WILD WEST.
» Pandora | We like to keep some places wild like battlefields where no one fights [Finie]
» Mes yeux s'égarent ... [Lysandre][TERMINE]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: L.A Rocks :: Flashbacks-