AccueilRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez
 

 First step : Medical File [Pv Julian Hughes]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Anonymous
Invité
Invité



First step :  Medical File  [Pv Julian Hughes] Empty
MessageSujet: First step : Medical File [Pv Julian Hughes]   First step :  Medical File  [Pv Julian Hughes] I_icon_minitimeJeu 19 Juil - 13:29



First step : Medical File
ft. Julian Hughes





Après avoir passé le coup de téléphone à l’hôpital pour prévenir l’un de mes confrères que j’avais besoin de lui pour une urgence, j’avais tout de même confié à Cathy ma secrétaire que je partais avec mon jeune patient au Good Samaritan. Je lui avais laissé son après-midi de libre. Elle n’aurait plus qu’à appeler mes patients pour leur trouver un autre horaire de rendez-vous, de classer les dossiers sortis et de pouvoir rentrer chez elle.
Une fois que Julian se sentit prêt à sortir de mon bureau et que j’avais pris toutes mes affaires et son traitement contre son angine avec moi, on fila à ma voiture qui était garée devant l’entrée de l’immeuble où se trouvait mon cabinet.

Julian était assis à côté de moi et j‘avais pris soin de lui mettre la ceinture de sécurité. La tête baissée en pleine réflexion, il était resté silencieux pendant tout le trajet qui n’avait pas duré très longtemps. Je n’avais pris aucun risque sur la route même si l’angoisse de Julian avait été palpable - et l’était encore - quand dans mon cabinet, il m’avait dit d’y aller rapidement.
L’immense bâtiment du Good Samaritan se dessinait devant nous et si Julian avait peur de se faire remarquer par le premier inconnu aux alentours ou dans les couloirs de l’hôpital, nous avions tout de même une situation propice pour nous : c’était qu’avec toutes ces allées et ces venues, on ne remarquerait pas un jeune adolescent au milieu de cette foule composée de patients et de personnels soignants. C’était une chance qu’il fallait saisir pour se faufiler au milieu de tout ce monde et se fondre parmi les gens.

J’avais emprunté le parking souterrain de l’hôpital et j’avais trouvé une place tout près de l’ascenseur. C’était parfait pour les déplacements de Julian et éviter de rencontrer plein de monde. Une fois le moteur de ma voiture coupé, nous avions attendu qu’un jeune couple monte dans l’ascenseur, pour descendre du véhicule et attendre à notre tour l’ascenseur. A l’intérieur, il n’y avait personne ce qui rassura le jeune garçon malgré sa peur que je percevais toujours. Avec une voix douce et rassurante, je lui décrivis ce que nous allions faire.

- Nous allons nous rendre directement au 4 ème étage. C’est là que le Docteur Sébastian Shaw nous attend. C’est à lui que j’ai passé le coup de téléphone avant de partir. C’est un pédiatre et un très bon ami. Pour composer ton dossier médical, on a besoin d’un vrai pédiatre parce que tu n’es pas encore adulte et d’un médecin généraliste, comme moi.  Il va t’ausculter, prendre des photos de tes hématomes. Il est obligé et te faire passer des radios.

Les portes de l’ascenseur s’ouvrirent devant nous et je passai ma main dans le dos de Julian pour le conduire à travers le long couloir tout en continuant à lui expliquer toute la démarche.

- Il va te poser quelques questions, je sais que c’est difficile pour toi, mais il faut que tu y répondes. Je vais faire un rapport sur tout ce que tu m’as raconté dans mon bureau et ce compte-rendu sera joint aux examens et aux conclusions du Docteur Shaw. Une fois cela de fait, nous irons au commissariat.

On s’arrêta devant une porte où un petit écriteau mentionné le nom du médecin. Je toquai deux coups et une voix masculine se fit entendre et nous demanda d’entrer.

- Tu verras, il est très sympathique. Tous les enfants l’adorent ! Tu es prêt ?

Je laissai à Julian quelques secondes de répit avant d’ouvrir la porte du bureau. Un homme en blouse blanche s’approche de nous et il me fit la bise. Son regard surpris et inquiet passa de Julian à moi. Il n’était pas certain de le reconnaître. Je mis alors fin à ses doutes.

- Oui, Sébastian, c’est bien Julian Hughes. C’est pour cela que j’ai besoin de toi. C’est une urgence et tout doit se passer dans une entière discrétion.

- Bonjour Julian, tu peux m’appeler Sébastian ou Docteur Shaw, comme tu veux. Installez-vous tous les deux et tu vas me raconter ce que tu as dit au Docteur Moreno.

On prit place chacun dans un siège devant le bureau du médecin. Je sentais Julian complètement affolé et je ne voulais pas qu’il lâche prise. Je décidai de rapprocher ma chaise près de la sienne pour lui tenir sa main dans la mienne.

- Il faut deux témoins dans le corps médical pour constituer un dossier, Julian. Il faut que tu racontes ce que tu m’as dit.

Et pour le mettre en confiance, je commençai par expliquer un peu la situation à mon confrère.

- La maman de Julian est violente avec lui. Il subit de nombreux coups depuis un moment.

- Depuis quand cela dure et avec quoi elle te frappe ? Je te ne poserai pas beaucoup de questions. J’aimerai surtout que tu répondes à ces deux-là et après nous irons faire quelques radios et un scanner.






@ Billy Lighter
Revenir en haut Aller en bas
Julian Hughes
Julian Hughes


Messages : 363
Date d'inscription : 04/08/2017
Age du personnage : 16
Localisation : Entre Malibu et Beverly Hills

Who Am I?
Birth place: Los Angeles
Je suis: un futur Jimmy Reed... En beaucoup mieux.
Song:


First step :  Medical File  [Pv Julian Hughes] Empty
MessageSujet: Re: First step : Medical File [Pv Julian Hughes]   First step :  Medical File  [Pv Julian Hughes] I_icon_minitimeSam 28 Juil - 13:31

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]First Step: Medical File
ft. Gabrielle Moreno


Le Docteur Moreno me rassura par rapport à mon parjure. J’étais un peu rassuré mais aussi soulagé qu’Hank puisse avoir une révision de son dossier quand tout ça arrivera chez le juge. Parce que je me sentais coupable depuis le jour où j’avais confirmé, devant le juge, les accusations de violence conjugale d’Hank sur ma mère. Alors même que c’était l’inverse.

J’hochai la tête pour montrer que j’avais bien compris. Mais ça n’empêchait que la suite du programme allait me contraindre à sortir et, peut-être, rencontré des paparazzis. Parce qu’ils étaient partout. Ils ne traquaient tout le temps… Le Docteur Moreno me demandant si j’avais une casquette ou des lunettes de soleil mais j’hochai négativement de la tête. Je n’avais rien de tout ça. J’étais tellement stressé tout à l’heure que je n’y avais même pas pensé.

Je pris, ensuite, les médicaments que m’avait donné le Docteur et j’étais rassuré que le Docteur Moreno me dise que ma mère pourrait guérir même si ça prendrait du temps.

Elle me laissa, ensuite, seul et je pus téléphoner à Hank. Malheureusement, il n’était pas là et j’avais laissé un message sur le répondeur. Le Docteur Moreno revint alors et je fus pris d’une soudaine angoisse… Et si ma mère avait intercepté le message ? Et s’il y avait des micros dans les téléphones ? C’était une pensée irrationnelle mais elle semblait être rationnelle dans mon esprit. L’angoisse montait en, avec elle, mes tics s’amplifièrent encore. Le Docteur Moreno me frotta le dos et déclara qu’il n’y avait aucun micro et qu’Hank prenait ses précaution. Que ma mère ne pourrais jamais savoir où j’étais. J’hochai la tête me raclant la gorge avant d’expirer et d’inspirer lentement comme me demandait le Docteur Moreno.

-D’accord.


Je pris la bouteille et bus un coup d’eau. Je retrouvais me fil de mes idées et aussi me rendit compte que ce que j’avais dit avant n’avait aucun sens. Le Docteur Moreno alla dans mon sens. Je respirais toujours me raclant de temps en temps la gorge de stress. Le Docteur Moreno passa, ensuite, un coup de fil à son contact à l’hôpital avant de me dire qu’on partirait quand j’étais prêt. Je me levai de ma chaise, hésitai quelques secondes avant de dire :

-On peut y aller.

Et je suivis le Docteur Moreno à l’extérieur de son cabinet. Je m’installai dans la voiture du Docteur où j’essayais de visualiser ce qui allait se passer ensuite. Je me voyais entrer à l’hôpital avec le Docteur Moreno, j’essayais d’imaginer ma conversation avec l’autre médecin. J’essayais d’anticiper tous les détails sachant très bien que chaque fois que je faisais ça, les choses s’avéraient être totalement différentes. J’en avais oublié de mettre ma ceinture mais le Docteur Moreno avait pallié à cet oubli en la mettant à ma place.

Je ne dis rien de tout le trajet qui fut court et quand on arriva à destination, je  regardais par la fenêtre s’il y avait des gens dans le parking souterrain où on s’était garé. A première vue, je ne voyais personne. Et on était tout près… De l’ascenseur. Je me raclai la gorge. Je n’aimais pas les ascenseurs mais j’avais encore plus peur des paparazzis. On sortit de la voiture pour entrer dans l’ascenseur. Je vins m’appuyer contre le mur de la petite cabine. Je détestais ce genre d’endroit petit, clos et mobile… Je n’aimais pas les ascenseurs pour toutes ses raisons mais aussi parce que j’avais toujours peur de ne pas tomber au bon endroit. De tomber dans une cave sombre sans aucune issue. Mais l’avantage, c’était qu’il n’y avait absolument personne dedans.

Heureusement qu’il y avait le Docteur Moreno… Elle me parla d’une voix rassurante et m’expliqua ce qu’on allait faire ensuite. Le Docteur qu’on allait voir était un ami à elle. J’hochai la tête en la regardant. L’homme allait m’ausculter et prendre des photos. Puis, j’allais devoir faire des radios.

-D’accord… Je comprends.

On arriva au quatrième étage comme prévu. Je suivis le Docteur dans le couloir où elle continua à m’expliquer que j’allais devoir répondre à des questions en plus des examens. Je sentais que la journée allait être très longue. Après ça on ira au commissariat. J’hochai la tête. Tout était clair.

-D’accord… J’espère que je répondrais comme il faut.

Encore une pensée irrationnelle. Parce qu’il n’y avait pas une bonne et une mauvaise réponse aux questions qu’allait me poser le Docteur.

On arriva devant le cabinet du Docteur et je me raclai la gorge. A quoi ressemblait le Docteur Shaw ? Était-il gentil ? Allait-il comprendre ? Le Docteur Moreno essayait de me rassurer en disant qu’il était sympathique. J’approuvai de la tête.

-J’espère… Oui, je suis prêt.


Je n’avais pas le choix que de l’être. J’étais trop loin dans ma démarche que pour revenir en arrière.

Le Docteur Moreno ouvrit la porte sur le Docteur Shaw. Il salua son amie avant de me regarder avec une expression surprise et inquiète. Une expression qui me fit me mordre la lèvre. Le Docteur Moreno lui confirma que j’étais bien qui il croyait que j’étais avant de dire qu’il fallait rester discret ce a quoi je tenais très fort. Ce fut au Docteur Shaw de me saluer.

-Bonjour, Docteur Shaw…

Je pouvais l’appeler Sébastian mais je savais que je n’y arriverais pas. Je n’avais pas l’habitude d’appeler les inconnus par leur prénom. Je m’installai à côté du Docteur Moreno quand il me donna l’autorisation. Plus les secondes avançaient plus le moment de parler arrivait et ça me mettais dans un état de stress. Le Docteur Moreno l’avait vu et pris ma main dans la sienne. Je la regardai alors qu’elle m’expliqua qu’il fallait deux témoins pour bien faire les choses.

-D’accord oui… Je vais raconter tout.

J’allais essayer mais je ne savais pas vraiment par quoi commencer. Je me raclai trois fois la gorge. J’hésitais, je bafouillai un petit peu avant que le Docteur Moreno ne m’aide en expliquant au Docteur Shaw ce qu’il se passait. Ça me soulagea un petit peu de ne pas avoir à dire ça au Docteur Shaw. J’approuvai juste timidement de la tête pour dire que c’était pour ça que j’étais ici.

Et le Docteur Shaw me posa deux questions. Il était facile de répondre à la première mais la deuxième moins… Il disait que c’était les seules questions qu’il me posera avant de faire des radios et un scanner. Je me raclai la gorge et frottai nerveusement l’arrière de ma tête.

-Je… Ça dure depuis toujours… Enfin, je ne me rappelle pas que ça a déjà été différent. Je croyais que c’était normal. Mon père ne disait rien et mon ex-beau-père non plus même s’il se prenait des coups aussi.

Je disais beaucoup de chose parce que la deuxième question était plus complexe. Je tremblai.

-Et… Elle me frappe avec… Ses poings… Elle me frappe avec ses poings…


Je secouai la tête pour arrêter de répéter sans cesse la même phrase. Mon regard croisa celui du Docteur Moreno. Un regard rempli de détresse. Ma mère utilisait rarement autre chose que ses poings. Sauf parfois… Je me mordis la lèvre.

-Parfois elle utilise ce qu’elle trouve… Mais c’est rare… Des bouteilles, en général… Un jour, j’ai passé la nuit dehors. Il faisait froid et il pleuvait. Mais c’était ma faute, j’avais dépassé les limites. J’avais poussé une fille à l’école et j’avais eu des jours de renvois.

Je tremblais un peu plus en me rappelant de ça. J’avais été malade les jours suivants.

-Je n’ai pas osé sortir du jardin. Je savais que si je le faisais, ça aurait été pire.

Je baissai les yeux. J’avais répondu aux deux questions du médecin. Je me tournais vers le Docteur Moreno. J’étais tellement stressé que j’avais envie d’une cigarette.

-Je… Je peux fumer une cigarette ?

Ça me calmait en général.

@ Billy Lighter


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Hank North
Hank North


Messages : 2675
Date d'inscription : 05/06/2017
Age du personnage : 39
Localisation : San Fernando Valley

Who Am I?
Birth place: Los Angeles
Je suis: nerveux...
Song: One Of My Turns - Pink Floyd


First step :  Medical File  [Pv Julian Hughes] Empty
MessageSujet: Re: First step : Medical File [Pv Julian Hughes]   First step :  Medical File  [Pv Julian Hughes] I_icon_minitimeSam 28 Juil - 22:16

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]First step : Medical File
ft. Docteur Moreno & Julian Hughes
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Spoiler:
 

Hank, c’est Julian… Je suis chez le Docteur Moreno… Je lui ai dit pour maman… Je ne savais plus quoi faire. Je vais aller dormir chez le Docteur Moreno parce que papa est à New York. Fais attention à maman… Quand elle va savoir ce que j’ai fait, je ne sais pas ce qu’elle va faire.


-Et merde !

J’avais bien entendu le téléphone du salon sonner à travers la porte-fenêtre ouverte sur la terrasse, mais j’avais décidé de pas répondre parce que j’étais en train d’essayer désespérément de réparer le filtre de la piscine, clope au bec.

Et que cette PUTAIN de saloperie était en train de me résister.

J’allais finir par le casser pour de bon. Ça me ferait une bonne raison d’en racheter un nouveau. Pourquoi je ne le faisais pas direct ? Bah, j’étais riche, mais j’avais quand même été élevé dans la classe moyenne normale et il y avait des trucs de mon éducation qui me restaient, comme le fait que tant que c’était réparable, il n’y avait pas lieu de racheter du neuf.

Sauf que j’étais plus fort pour casser des trucs que pour les réparer.

Bref, comme j’étais en train de ronchonner sur ce filtre de merde, je n’avais entendu et reconnu que trop tard la voix de Julian qui était en train d’enregistrer sur le répondeur. Bailey devait être en train de faire le ménage à l’étage et n’avait probablement pas entendu…

Je lâchai le filtre, l’abandonnant sur la terrasse pour courir vers le téléphone… mais c’était trop tard, au moment où je décrochai, Julian raccrocha…

-Putain !

Je rembobinai la bande du répondeur, écrasant ma clope dans le cendrier, et réécoutai le message… Si j’étais pas devenu pale comme un mort, je savais pas quelle tête j’avais tirée, mais Bailey, qui était descendue en m’entendant probablement courir dans la maison me regardait avec l’air de savoir qu’elle avait en face d’elle non plus Hank North mais un putain de baril de nitroglycérine.

Et elle n’avait pas posé de question puisqu’elle avait écouté le message en même temps que moi et en savait donc autant que moi sur ce qui se passait.

C’est-à-dire pas grand-chose. Hormis que Julian avait décidé de dégoupiller une grenade et qu’il était en train de la garder en main !

Je ne pouvais pas le laisser tout seul ! Je ne savais même pas qui était ce docteur Moreno ! Le premier choc passé, j’ouvris le tiroir sous le meuble du téléphone et en sortis l’annuaire en cherchant frénétiquement le numéro de ce fameux docteur Moreno pour repasser un coup de fil et savoir ce qu’il en était, bordel de merde.

Mais comme j’étais énervé, je mis deux fois plus de temps à trouver…

Quand je trouvai finalement le numéro, je le composai au risque de tuer le téléphone dans la manœuvre.

Une voix de femme annonça le cabinet du docteur Moreno à l’autre bout du fil.

-Ouais. C’est Henry North. Mon…

Mon quoi, d’ailleurs ?

-Julian North… merde ! Julian Hughes est chez vous là tout de suite ?

Ma main était tellement serrée sur le putain de cornet du putain de téléphone que mes jointures en étaient blanches.

-Oh… Monsieur North… Vous avez raté Julian de peu. Le Docteur Moreno vient de l’emmener au Good Samaritan pour des examens.

Je passai une main dans mes cheveux, les yeux écarquillés.

-A l’hôpital ?! Mais qu’est-ce qu’il a ?! Il va bien ?!

La secrétaire, ça devait être une putain de secrétaire puisqu’apparemment, c’était pas le docteur Moreno, affirma qu’elle n’aurait pas su me dire, que c’était du domaine du secret médical et que le docteur ne lui avait rien dit.

Je raccrochai sans rien ajouter, juste comme ça, remettant d’ailleurs le cornet du téléphone de travers. Puis, je m’adressai à Bailey tout en traversant le salon à la recherche des clés de la Lotus.

-Barricade toi. Fermes les portes et les fenêtres. Appelle Christopher pour qu’il vienne ici en attendant mon retour. Si Kate est en train de péter les plombs, on ne sait pas ce qui peut arriver. Je vais à l’hopital.

Bailey se mit en branle et moi aussi. Je sortis par l’arrière de la maison, shootant dans le filtre de la piscine au passage. Voilà au moins une affaire qui était réglée. C’était cassé, j’en achèterais un neuf.

Je démarrai la Lotus en trombe et filai vers Downtown et le Good Samaritan.

Quand j’arrivai là, j’entrai par les urgences. Rien à foutre, c’était une putain d’urgence, t’façon.

Je m’adressai au premier guichet que je vis.

-Le docteur Moreno. Je veux voir le docteur Moreno…

Je ne parlais pas fort, c’était même plutôt l’inverse parce que je ne perdais pas de vue que j’étais une putain de star, avec tout ce que ça implique comme emmerde quand on veut passer inaperçu. Mais mes yeux et l’espèce de grondement colérique sourd de ma voix suffit à faire comprendre à l’infirmière que je n’avais ni envie de jouer, ni envie de rigoler…

-Maintenant.

Elle décrocha son téléphone et se mit en quête du Docteur Moreno…

Et de Julian Hughes.

@ Billy Lighter



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Don't look so frightened this is just a passing phase
one of my bad days [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] Pink Floyd
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité



First step :  Medical File  [Pv Julian Hughes] Empty
MessageSujet: Re: First step : Medical File [Pv Julian Hughes]   First step :  Medical File  [Pv Julian Hughes] I_icon_minitimeVen 3 Aoû - 12:12



   
First step : Medical File
   ft. Julian Hughes et Hank North


   
Vivre ce genre de situation était certainement quelque chose d’indescriptible et je ne pouvais pas me mettre à la place de Julian. Je ne pouvais que l’aider et lui apporter tout mon soutien pour lui permettre  d’aller au bout de sa démarche. J’avais déjà vécu des cas de ce genre quand je travaillais encore au Québec, à l’hôpital : Centre mère-enfant Soleil et toutes ces histoires me touchaient toujours autant. Je me souvenais encore des paroles de mon défunt mari qui me répétait sans cesse d’essayer de me crée une sorte de limite entre mes patients et moi pour sauvegarder mon état émotionnel, mais je n’y étais jamais arrivée. Je m’impliquais toujours à deux cent pour cent. Et avec Julian, c’était la même chose.

Dans le bureau de mon confrère, le docteur Shaw, j’avais aidé Julian comme je le pouvais, en prenant en premier la parole pour donner au jeune garçon le moyen de rebondir sur ce que je résumais et pouvoir ainsi répondra aux questions du médecin. Je lui avais aussi expliqué que tout ceci était un processus normal et qu’il fallait la présence de deux médecins pour constituer un tel dossier. J’avais pris sa main dans la mienne pour lui donner tout le courage nécessaire pour se lancer dans les réponses que Sébastian attendait pour prendre note. Il ne le bousculerait pas avec plein de questions, au contraire, il voulait au moins que Julian réponde à ces deux-là. Pour le reste, il verrait bien au fur et à mesure.

Je sentis toute la tension de Julian rien quand lui tenant la main. C’était un jeune homme très courageux pour faire toute cette démarche. Il hésita, cherchant ses mots puis il finit par commencer. Je découvris comme mon confrère l’étendue de la situation sordide que vivait Julian depuis … toujours. Son père n’osait pas s’élever contre sa mère et l’ex beau-père avait lui aussi connu la violence de cette femme. Mon regard dévia de Julian vers Sébastian. Mais pourquoi donc personne, aucun adulte n’a porté plainte ? Pourquoi tout le monde a joué au jeu de l’autruche en laissant un gamin se faire taper violemment par sa mère ? Cela m’était totalement insupportable, moi qui étais une maman.

L’histoire de Julian était terrible et j’en avais des hauts le cœur. Comment une mère pouvait-elle frapper son enfant de la sorte ? Sébastian était beaucoup plus serein que moi et il écrivait tous les détails sur son dossier. De ma main de libre, je frictionnai l’épaule de Julian.

- ça va aller maintenant, tu ne subiras plus jamais cela, Julian. Tu n’auras plus à avoir peur.

- Tu ne retourneras pas auprès de ta mère, Julian, c’est un fait assuré.

La seule chose qui semblait apaiser Julian était une cigarette. Je hochai négativement la tête, parce que je n’étais pas une fumeuse. Le Docteur Shaw ouvrit le premier tiroir de son bureau et posa son paquet de cigarettes et son briquet devant Julian.

- Par contre, je te demanderai de fumer sur le petit balcon qui se trouve là. Tu ouvres la grande porte-fenêtre.

On laissa Julian se détendre et fumer tranquillement sa cigarette sur le balcon. Sébastian se leva de son fauteuil pour s’asseoir à la place de Julian, près de moi. Il murmura quelques mots et je compris qu’il ne désirait pas que le jeune garçon entende notre conversation.

- Quelque chose m’inquiète Gabrielle. Il avait auprès de lui un père qui a laissé faire sa femme. Son père est tout aussi responsable aux yeux de la loi. C’est ce qu’on appelle : Non-assistance à une personne en danger et de plus, c’est un mineur. Quant à l’ex beau-père, s’il subissait aussi la violence de son épouse de l’époque, pourquoi ne pas avoir alerté la police ?

- Je ne sais pas. Julian m’a dit qu’il y avait eu un procès avec son ex beau-père, mais d’après ce que j’ai pu comprendre, quelque chose s’est mal déroulé. Il ne faut pas tirer de conclusions trop hâtives.

- Tu as pu avoir le père ou l’ex beau-père ?

- Le premier n’est pas à L.A. et pour le second, Julian lui a laissé un message.

- Très bien, je vais amener Julian passer une radio et un scanner.

Julian revint dans le bureau et le Docteur Shaw se leva pour lui annoncer la suite du processus.

- Je vais t’accompagner à la radiographie et au scanner. Je vais rester avec toi pour récupérer immédiatement les clichés et les faire interpréter par mes confrères. Le Docteur Moreno va nous attendre ici.

Et tandis que Julian suivait Sébastian, moi je me faufilais dans mon bureau qui se situait sur le même étage. Un bureau que je partageais avec un autre médecin puisque je n’étais pas un médecin attitré à l’hôpital et que je n’y faisais que des gardes. Je pris des feuilles d’ordonnances avec en en-tête mon nom, mon grade et mon matricule pour y écrire mon rapport que j’ajouterai à celui de Sébastian.  En cherchant les feuilles dans le tiroir de mon bureau, mon téléphone sonna.

- Docteur Moreno, j’écoute.

- Docteur Moreno, c’est Nadia de l’accueil des urgences, on vous demande. C’est très urgent.

- Je ne suis pas en consultations Nadia, je ne fais que passer.

- Docteur, vous devriez venir quand même.

- Qui me demande ?

- C’est … monsieur Henry North …

- Hooo ! J’arrive tout de suite !

Mes feuilles sous le bras que je glissai dans une pochette, je filai au rez de chaussée des urgences en courant aussi vite que je le pouvais, ce qui n’échappa pas aux regards intrigués de mes collègues que je croisais. Henry North me tournait le dos quand j’arrivai à son niveau.

- Monsieur North, soufflai-je doucement pour éviter une émeute autour de nous.  Je suis le Docteur Moreno.

Je lui tendis ma main pour me présenter.

- Julian est en train de passer des examens : une radio, puis un scanner avec l’un de mes confrères. Ça va prendre un petit moment. Si vous voulez bien me suivre, on sera beaucoup plus à l’aise pour discuter dans un bureau.

   
@ Billy Lighter   
Revenir en haut Aller en bas
Julian Hughes
Julian Hughes


Messages : 363
Date d'inscription : 04/08/2017
Age du personnage : 16
Localisation : Entre Malibu et Beverly Hills

Who Am I?
Birth place: Los Angeles
Je suis: un futur Jimmy Reed... En beaucoup mieux.
Song:


First step :  Medical File  [Pv Julian Hughes] Empty
MessageSujet: Re: First step : Medical File [Pv Julian Hughes]   First step :  Medical File  [Pv Julian Hughes] I_icon_minitimeMar 7 Aoû - 16:46

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]First Step: Medical File
ft. Gabrielle Moreno


Je crois que si le Docteur Moreno n’avait pas pris la parole en première pour expliquer brièvement la situation à l’autre Docteur, je n’aurais jamais su par où commencer.

Mais je réussis grâce à elle. Et je réussis à répondre aux deux questions du Docteur Shaw. C’était plus facile de dire depuis quand ça durait que d’expliquer comment ma mère procédait… Mais les mots sortaient quand même d’une façon un peu hésitante. Parce que tout en parlant, je me rappelais les pires moments tout en me demandant comment j’avais pu croire que c’était normal.

Alors que je parlais, le Docteur Shaw notait tout. Quand j’eus fini, le Docteur Moreno déclara que, maintenant, je n’aurais plus à avoir peur. J’hochai la tête, la croyant sur parole. Mais qu’en pensera ma mère ? Je continuais à croire qu’elle allait me détester à jamais à partir d’aujourd’hui. En tout cas, le Docteur Shaw déclara que je n’allais plus retourner auprès d’elle. J’hochai à nouveau la tête.

-D’accord…

Sans savoir si j’étais heureux ou malheureux de ça… Un peu des deux sans doute… Parce que j’adorais ma mère quand elle n’était pas violente. J’adorais quand elle était protectrice et qu’elle ne désirait que mon bien-être. Une facette d’elle que j’avais de moins en moins vue au fil du temps.

L’angoisse était toujours là parce que je pensais à tout ça. Et je savais que ce qui pourrait me calmer était une cigarette. J’en demandai une poliment aux médecins mais quand je vis le Docteur Moreno hocher négativement de la tête, j’allais m’excuser d’avoir demandé en sachant très bien qu’on se trouvait dans un hôpital. Mais le Docteur Shaw sortit quand même son paquet et son briquet. Je fus soulagé et ça devait se voir sur mon visage. Je sortis une cigarette du paquet.

-Merci Docteur.

Ce dernier voulait que je fume dehors ce que je comprenais parce qu’on était à l’hôpital.

-D’accord.


Je sortis sur le petit balcon et allumai la cigarette. La première bouffée me fit un bien fou. Mais, paradoxalement, être sur ce balcon me faisait ressasser ce que je venais de vivre en peur de temps. Et je pensais à ma mère… A ce qu’elle allait penser et faire… Seules les bouffées de cigarette calmaient mes pensées souvent négatives et irrationnelles.

Quand me cigarette fut finie, je rentrai dans le bureau où le Docteur Shaw déclara qu’il allait m’emmener faire des radios et un scanner. J’approuvai de la tête le suivant sans rechigner.

La suite fut longue… Je mis, d’abord, un vêtement d’hôpital qui laissait entrevoir, par endroit, mes hématomes. Je passai, ensuite, la radio… Je ne sais pas combien de temps je suis resté là mais chaque minute me paraissait interminable. J’angoissais toujours sans plus vraiment savoir pourquoi au final.

Après les radios, le Docteur Shaw m’emmena passer un scanner. Là aussi, ça me parut long. Mais pas autant que le moment où il a fallu attendre les clichés pour les faire interpréter par d’autres médecins. J’attendais, j’angoissais, je me rongeais les ongles… Jusqu’à ce que le Docteur Shaw me dise qu’il avait tout et qu’on pouvait retourner coir le Docteur Moreno.

Spoiler:
 

@ Billy Lighter


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Hank North
Hank North


Messages : 2675
Date d'inscription : 05/06/2017
Age du personnage : 39
Localisation : San Fernando Valley

Who Am I?
Birth place: Los Angeles
Je suis: nerveux...
Song: One Of My Turns - Pink Floyd


First step :  Medical File  [Pv Julian Hughes] Empty
MessageSujet: Re: First step : Medical File [Pv Julian Hughes]   First step :  Medical File  [Pv Julian Hughes] I_icon_minitimeMar 7 Aoû - 16:47

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]First step : Medical File
ft. Docteur Moreno & Julian Hughes
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Heureusement, non seulement la réceptionniste des urgences ne demanda pas son reste et contacta qui de droit, mais en plus, le Docteur Moreno, que je ne connaissais ni d’Eve, ni d’Adam, ne me fit pas attendre 10 ans à ce putain de guichet. J’étais déjà à cran de penser qu’il était peut-être arrivé quelque chose à Julian, qui m’avait dit dans son message de me méfier de sa mère, mais en plus, l’hôpital était un endroit blindé de monde et j’étais persuadé que L.A.People postait des paparazzi aux entrées H24.

Je me foutais, à la limite, qu’on me voit là. Ce n’était pas le problème. C’était pas comme si j’avais pas un abonnement, par le fait que j’étais un bagarreur (ce qui avait fait que toutes les fois où je m’étais retrouvé à l’hosto à cause de coups portés par Kate, personne ne s’était jamais vraiment posé de question), mais je me foutais un peu moins qu’on y voit Julian ET moi. Parce que la violation de mon ordonnance restrictive pouvait m’envoyer en taule.

Enfin soit, au point où on en était, c’était peut-être déjà trop tard. Le Docteur Moreno se pointa donc par derrière moi en m’interpellant discrètement, je me retournai vivement pour découvrir un tout petit bout de femme. Elle me tendit la main mais mon premier réflexe ne fut pas de la lui serrer mais bien de l’attraper par les épaules pour dire en la secouant presque :

-Qu’est-ce qu’elle lui a fait ?! Qu’est-ce qu’il a ?! Où il est ?!!

Je ne criais pas, je parlais sur un ton paniqué mais je chuchotais presque. Je savais de quoi Kate était capable. Je m’en réveillais encore, complètement trempé de sueur, en pleine nuit, assez régulièrement.

Julian passait des examens, qu’elle disait, le Docteur Moreno. Ça allait prendre un petit temps et on pouvait parler plus à l’aise dans son bureau. Mes yeux bleu-vert voyageaient frénétiquement de l’un à l’autre de ses yeux marron alors que je me disais qu’avant que je sois « à l’aise » dans cette situation, les poules auraient des putains de dents.

Et en même temps, elle avait raison, je pouvais pas rester là, en plein milieu des urgences.

-Ok. Ok, je vous suis. Mais dites-moi au moins si c’est grave.

Et je la lâcherais pas tant que j’aurais pas au moins la réponse à cette question.  

@ Billy Lighter



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Don't look so frightened this is just a passing phase
one of my bad days [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] Pink Floyd
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité



First step :  Medical File  [Pv Julian Hughes] Empty
MessageSujet: Re: First step : Medical File [Pv Julian Hughes]   First step :  Medical File  [Pv Julian Hughes] I_icon_minitimeMer 8 Aoû - 11:54



   
First step : Medical File
   ft. Julian Hughes et Hank North


   


Au moment où j’arrivai à la réception des urgences du Good Samaritan, je devinai qui était l’homme qui me tournait le dos et qui s’impatientait de me voir arriver. Lorsque je me présentai, Henry North se retourna vivement. Je voulais éviter le regard du reste du personnel et aussi ceux des patients curieux qui reconnaitraient sans aucun mal le grand acteur. Si j’avais commencé à parler tout doucement pour être la plus discrète possible, ce ne fut pas le cas pour Monsieur North qui posa ses mains sur mes épaules pour me secouer sans gravité. Il était paniqué et angoissé de ne pas avoir des nouvelles de Julian. Mais il avait oublié que nous étions dans un grand hôpital et qu’il y avait autour de nous des agents de la sécurité. Je savais qu’à cet instant, même s’il ne haussait pas le ton de sa voix, les agents avaient remarqué ma conversation avec Henry North. Pour éviter tout problème inutile, je l’avais invité à me suivre dans un bureau où nous serions plus à l’aise, mais il ne me lâchait pas.

Mon regard dévia alors de mon interlocuteur vers les deux agents en uniforme de la sécurité. Je leur fis un grand sourire et un « non » avec ma tête. Je n’étais pas en danger et je n’avais pas besoin d’aide. Je comprenais parfaitement l’état émotionnel d’Henry North et ce n’était pas le moment de perdre son calme. Les deux agents s’arrêtèrent d’avancer vers nous et ils retournèrent faire leur ronde dans les couloirs des urgences, non sans jeter un œil vers moi pour bien être certains que tout se passait pour le mieux.

Une fois que cela fut fait, je posais ma main sur le bras de l’ex beau-père de Julian pour répondre enfin à ses questions, toujours sur un ton calme et doux.

- Julian n’a subi aucun coup. Il est venu me voir à mon cabinet pour une angine, puis, il m’a avoué son histoire. Je suis médecin, Monsieur North, et je ne pouvais pas fermer les yeux sur une telle situation d’urgence et qui est très grave. J’ai tout expliqué à Julian et il a été d’accord avec moi.
Maintenant, je vous raconterai tout, si vous consentez à me suivre dans le bureau où Julian et mon confrère doivent nous rejoindre.  Si vous voulez bien me suivre jusqu’à l’ascenseur. Le bureau se trouve au 4 ème étage.


Je me dégageai de son emprise qui retenait toujours mes épaules et d’un geste de la main, je lui montrai la direction des ascenseurs. Il était bien évidemment que notre petit échange avait vite fait d’éveiller le questionnement de nombreuses personnes. Henry North venait certainement d’être reconnu. Il fallait changer d’endroit le plus rapidement.

- C’est par ici.

Henry North obtempéra et il me suivit non sans un petit grognement. L’ascenseur nous monta jusqu’à l’étage désiré et une fois à l’intérieur du bureau du docteur Shaw, je pus lui en dévoiler davantage.

- Comme je vous le disais, j’ai tout expliqué à Julian quant à la démarche à suivre. J’ai un parcours d’ancienne gynécologue, de pédiatre et aujourd’hui je suis médecin généraliste. Je fais partie de l’ordre des médecins et lorsqu’un adolescent vient me voir en se confiant à moi, sur la maltraitance qu’il endure, vous comprenez que je ne peux pas fermer les yeux.

Je faisais quelques petites pauses dans mon explication pour permettre à Monsieur North de bien saisir tout le cheminement du processus.

- La loi est très formelle dans des cas comme celui que vit Julian : pour constituer un dossier, il faut des examens. C’est ce qu’il est en train de passer, ainsi que le rapport de deux médecins : le mien et celui de mon confrère, le Docteur Shaw. Après, cela, j’irai avec lui, avec tout ce dossier pour le porter à la police et déposer une plainte. Julian m’a parlé de votre ordonnance de la justice. Il s’est mal comporté et il est très inquiet pour cela. Dès l’instant où Julian portera plainte au commissariat, vous pourrez à votre tour déposer une demande pour la relecture de votre ordonnance restrictive. Vous pouvez aussi vous porter témoin de ce dossier. Julian aura besoin de l’appui des adultes qui l’entourent.

Toute cette histoire était à la fois complexe et dramatique.

- Vous comprenez aussi que pour le moment, vous ne pourrez pas prendre Julian avec vous, tant qu’il y a cette ordonnance restrictive qui vous entrave. Julian m’a dit que son père n’était pas à L.A. et je lui ai fait la promesse qu’il ne serait pas mis dans un centre pour jeunes, qu’il viendrait chez moi jusqu’au retour de son père ou si entre-temps vous arrivez à rendre caduc votre ordonnance.




   
@ Billy Lighter   


Dernière édition par Gabrielle Moreno le Lun 13 Aoû - 21:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Hank North
Hank North


Messages : 2675
Date d'inscription : 05/06/2017
Age du personnage : 39
Localisation : San Fernando Valley

Who Am I?
Birth place: Los Angeles
Je suis: nerveux...
Song: One Of My Turns - Pink Floyd


First step :  Medical File  [Pv Julian Hughes] Empty
MessageSujet: Re: First step : Medical File [Pv Julian Hughes]   First step :  Medical File  [Pv Julian Hughes] I_icon_minitimeVen 10 Aoû - 20:53

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]First step : Medical File
ft. Docteur Moreno & Julian Hughes
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Une fois le docteur Moreno devant moi, je n’avais plus vu en elle que les réponses qu’il me fallait au sujet de Julian, en particulier de savoir à quel point la situation était grave. Parce que les gens pouvaient pas se rendre compte des conséquences que la moindre de ces conneries pouvait avoir pour Julian, moi… et même Bailey, que j’avais laissée à San Fernando Valley en espérant que Stopher viendrait pour la protéger pendant mon absence.

Parce que personne n’avait une quelconque putain d’idée de la gravité de la folie de Kate Julian ! De jusqu’où elle pouvait aller ! De la vicieuse que c’était au point que j’en avais eu peur pendant des années, au point que je m’étais laissé faire, que je l’avais aussi laissée frapper Julian (pas quand j’étais présent, mais chaque fois que je m’absentais, j’étais bien conscient que ça arrivait !)… Au point que c’était moi qui avait été condamné pour ses actes à elle !

… au point que j’en avais fermé ma gueule pendant 7 ans… et le reste.

J’en oubliais complètement qu’on était pas seuls pendant quelques secondes, paniqué à l’idée de retrouver Julian en très piteux état ! Et j’étais encore en train de frôler la putain de crise cardiaque qui allait un jour me tuer.

Quant aux agents de sécurité, je les avais même pas vus. L’effet tunnel, qu’on appelle ça. Focalisé sur Julian, je ne voyais pas le reste. Juste le docteur Moreno et ce qu’elle représentait : une forme d’autorité qui pouvait tout faire basculer… Mais dans quel sens ?

La jeune femme posa une main sur mon bras et me parla doucement en commençant par dire que Julian n’avait pas pris de coup… Le soulagement fut instantané, presque brutal et je soufflai en laissant partir un peu ma tête vers l’avant. Mes tempes cognaient tellement que ça devait se voir… En réalité, Julian était allé chez ce médecin pour une angine et il avait finalement fait ce que je lui avais demandé s’il voulait qu’on le fasse, il y avait quelques temps de ça : tout dire… A quelqu’un, n’importe qui.

Julian avait finalement passé le cap tout seul. Qu’est-ce qui avait créé le déclic, j’en savais rien mais… il l’avait fait et j’étais un peu tiraillé entre deux pensées contradictoires… entre « ça y est, c’est fait » et le soulagement qui allait avec… Et « Putain, qu’est-ce qui va nous arriver maintenant ? » et les angoisses qui allaient avec.

Alors avec tout ça, j’avais bien voulu suivre le docteur jusqu’à son bureau où on pourrait parler plus tranquillement. Elle m’avait mis un peu en confiance quand même (enfin autant en confiance que j’étais capable de l’être… Je trépignais dans l’ascenseur, je savais pas quoi faire de mes mains, j’avais envie d’une cigarette, je jouais avec mon briquet dans ma poche.

Bref, ça me sembla beaucoup trop long…

Mais finalement, on arriva dans le bureau du médecin et je me laissai tomber dans le fauteuil en face de sa table de travail… Je jouais nerveusement avec mes mains, mais ça m’empêchait pas de la regarder droit dans les yeux… Si je jouais avec mes mains, c’était uniquement pour qu’elles ne se perdent pas là où il ne fallait pas…

Il fallait que je garde une rien de calme, et ce n’était pas évident… Pas pour moi, pas dans cette situation-là, même si dans un sens, je savais que c’était ce que Julian et moi, on aurait dû faire depuis un bail.

N’empêche que c’était certainement pas une épreuve facile à passer pour l’adolescent. Parce que si je n’avais plus de lien avec Kate, pour lui, elle resterait toujours sa mère.

Le docteur Moreno m’expliqua les choses en long en large et en travers… Et je ne l’interrompais pas parce qu’il me fallait déjà bien tous mes neurones pour comprendre ce qu’elle disait alors que j’avais des sueurs froides qui me coulaient dans le dos…

Ils allaient établir un dossier médical, puis porter plainte à la police… Elle parla aussi de mon ordonnance restrictive qui pouvait être revue… Que Julian s’était mal comporté et… j’avais fini par passer une main dans mes cheveux…

-Hey ! Hey…

Calme Hank… La madame veut aider… Et c’était pas la peine de rajouter une couche de merde et de faire pencher la balance du mauvais côté, c’était pour ça que j’avais baissé le ton sur mon deuxième « Hey… »… Je voulais juste qu’elle me bombarde pas trop d’informations à la fois.

-Julian ne s’est jamais mal comporté, c’est un super petit gars…

Il y avait de la tension dans ma voix, d’autant que je la pointai de l’index en disant ça, parce que je voyais pas de quoi elle pouvait parler et le témoignage de Julian n’était pas, pour moi, un parjure… C’était la réaction sage d’un petit gars qui obtempérait à une demande émanant d’une folle furieuse qui n’aurait pas hésité à le massacrer s’il n’avait pas témoigné contre moi.

La même réaction de silence qu’elle m’avait fait avoir moi-même.

Je ricanai, secouant la tête…

-Si vous prenez Julian chez vous, vous avez intérêt à vivre dans un putain de bunker, parce que Kate vous laissera pas lui prendre son bébé comme ça.

Et si je suivais l’exemple de Julian, hein ? Et si je vidais mon sac ? C’était l’occasion… Le petit avait eu les couilles de le faire, lui. Le temps que je me fasse cette réflexion, j’étais resté silencieux, la regardant toujours droit dans les yeux.

Puis finalement, ça commença à sortir, sur un ton sourd, comme un grondement de fond alors que je serrais les poings sur mes genoux.

-Tant que j’étais marié à Kate, je pouvais protéger Julian un minimum en m’interposant… Je serais probablement toujours marié à cette tarée rien que pour ça à l’heure actuelle si elle n’avait pas demandé le divorce et avait tout fait pour que je ne puisse plus rien faire pour me mettre entre elle et le môme…

Je commençais à me mettre à suer vraiment…

-Vous savez ce que Kate Julian a fait le jour où j’ai évoqué l’idée qu’elle aille consulter quelqu’un ? Qu’on aille faire une thérapie de couple ou une connerie du genre ?...

Je marquai une pause, mes yeux bleus secs fixés toujours droit sur le docteur Moreno, mais une grosse goutte de transpiration me dégoulinant sur la tempe puis la joue.

-Elle a attendu que je sois dans le sauna de la villa et a fait péter la poignée de porte pour que je ne puisse plus en sortir… Elle m’a laissé là-dedans assez de temps pour que je me retrouve déshydraté dans ce même foutu hosto où on se trouve actuellement !

Je frappai brutalement du poing sur la table, parce que j’avais besoin de frapper dans quelque chose et mon regard n’avait pas quitté Moreno pour autant.

-Puis elle a joué les héroïnes dans L.A.People en prétendant qu’elle m’avait retrouvé juste à temps.

Je marquai une pause, hésitai, puis finis par ajouter :

-30 minutes de plus dans ce putain de sauna… et j’étais mort.

Je passai ma langue sur mes lèvres :

-Alors je repose ma question : vous vivez dans un putain de bunker ?

@ Billy Lighter



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Don't look so frightened this is just a passing phase
one of my bad days [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] Pink Floyd
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité



First step :  Medical File  [Pv Julian Hughes] Empty
MessageSujet: Re: First step : Medical File [Pv Julian Hughes]   First step :  Medical File  [Pv Julian Hughes] I_icon_minitimeLun 13 Aoû - 22:08



   
First step : Medical File
   ft. Julian Hughes et Hank North


   

Henry North était angoissé et une inquiétude féroce se lisait sur son visage. Cette famille recomposée et divisée  cachait de nombreux secrets. J’en avais déjà entraperçu quelques-uns avec ce que Julian m’avait raconté, sur ce que sa mère lui faisait subir et ce qu’il avait dû dire face à son ex beau-père devant la justice. Quoi qu’il en soit, je ne pouvais juger personne ici, car je ne tenais pas tous les tenants et tous les aboutissants. La seule personne dangereuse était la mère. J’avais donné ma parole à Julian qu’à partir de maintenant, il ne lui arriverait plus rien, qu’il ne recevrait plu aucun coup et j’allais m’employer à cela.

Les couloirs immenses des urgences grouillaient de patients et de personnel médical et paramédical. Nous avions aussi des agents de sécurité. Il en fallait toujours dans cette partie de l’hôpital parce que nous recevions toute sorte d’individus. Monsieur North ne s’était pas aperçu que son comportement vis-à-vis de moi avait éveillé le regard de nos agents. Je savais bien que le comportement de cet homme étai dictée par la peur et l’anxiété d’avoir des nouvelles de Julian. Alors pour éviter un accident inutile, j’avais demandé à Henry North de me suivre jusqu’aux ascenseurs pour rejoindre Julian qui passait actuellement des examens en compagnie d’un de mes confrères.

Il avait accepté de me suivre même si je le voyais trépigner d’impatience d’en savoir beaucoup plus sur toute cette histoire. Une fois à l’abri des oreilles indiscrètes set des curieux, dans le bureau du Docteur Shaw, j’expliquai exactement tout ce qui s’était passé à l‘ex beau-père de Julian. J’essayai d’être la plus claire possible malgré toutes les informations que je devais lui fournir, car nous n’étions qu’au début de ce dossier qui serait dès plus délicat face à la mère du jeune garçon.

Lorsque j’avais mentionné l’ordonnance restrictive qui l’obligeait à rester loin de Julian et que d’après les mots de l’adolescent, il n’avait jamais voulu cela vis-à-vis de son ex beau-père, ce dernier se libéra du peu de calme qu’il avait encore. Je fixai son regard puis son index qui me désignait comme si j’étais une ennemie.

- Je n’ai jamais dit qu’il s’était mal comporté. Je vous dis qu’il regrette son comportement face à vous. Il le sait et il en a conscience. Maintenant Monsieur North, je ne connais pas tout, je ne possède que ce que Julian a bien voulu me dévoiler, à moi et à mon confrère.

La solution que Julian avait accepté, c’était que je le prenne chez moi. Il ne désirait pas aller dormir dans un Centre pour adolescents jusqu’au retour de son père à L.A. Henry North possédait des informations tout aussi terribles que Julian. Je ne comprenais pas où il voulait en venir en me disant que je devais vivre dans un bunker pour faire face aux pulsions de la mère du jeune garçon.

Il avait lui aussi besoin de se libérer de ce poids qui le rongeait tout comme ce poids avait étouffé Julian. Un cercle vicieux où personne n’osait affronter la mère. Je m’assis sur une chaise, le dossier que je devais remplir, posé sur mes cuisses et sans l’interrompre, j’écoutais Henry North qui commença à évacuer tout ce qu’il avait enduré depuis toutes ces années.

J’appris ainsi que lorsqu’il était marié à la mère de Julian, il avait fait tout son possible pour le protéger. Il serait encore avec cette femme si cette dernière n’avait pas demandé le divorce. Avant que tout n’explose dans son couple, il avait tenté de le sauver en proposant une thérapie. Ce qui aurait été une grande aide pour ce couple … mais apparemment Kate Julian en avait décidé autrement. Cette femme ne reculait devant rien et son mari, à l’époque, avait lui aussi subi, cette violence qui ne semblait pas avoir de limites.

Je sursautai quand il frappa la table avec son poing. Son visage s’était durci, son regard ne me quittait pas, et j’avais enfin tout le puzzle de la vie de Julian reconstitué devant moi.

- Non, Monsieur North, je ne vis pas dans un bunker. Pourtant, j’ai promis à Julian qu’il n’irait pas dans un Centre pour adolescents … Pour le moment, sa mère ne sait pas tout ce qui est en train de se passer, parce qu’il n’a pas encore porté plainte. Mais une fois au commissariat, tout le processus se mettra en marche.

Je me redressai de ma chaise pour m’approcher de lui.

- Le Centre pour adolescents ne pourra rien contre la venue de Kate Julian. Son père n’est pas là et vous … Vous, vous pouvez faire pencher la balance si vous témoignez et que Julian revient sur sa déposition. Votre ordonnance peut vous être annulée sur le champ, si vous venez avec nous voir la police. Dans ce cas, vous pourrez le prendre avec vous et on demandera des flics en civil pour protéger votre maison. Si l’annulation de votre ordonnance ne se fait pas immédiatement, il viendra dormir chez moi et là aussi, je demanderai une protection.

C’était dangereux et compliqué, mais je ne laisserais pas tomber Julian.

- Je suis un Maman et je ne peux pas concevoir de laisser un jeune garçon se débattre tout seul face à sa mère. Elle a besoin d’être soignée et votre témoignage sera un appui de plus avec tout le dossier qui sera constitué. Maintenant, si vous avez une autre solution pour mettre Julian à l’abri, je vous écoute.

Je marquai une pause avant de poursuivre :

- Monsieur North, nous sommes dans le même camp. Nous voulons aider et protéger Julian.




   
@ Billy Lighter   
Revenir en haut Aller en bas
Hank North
Hank North


Messages : 2675
Date d'inscription : 05/06/2017
Age du personnage : 39
Localisation : San Fernando Valley

Who Am I?
Birth place: Los Angeles
Je suis: nerveux...
Song: One Of My Turns - Pink Floyd


First step :  Medical File  [Pv Julian Hughes] Empty
MessageSujet: Re: First step : Medical File [Pv Julian Hughes]   First step :  Medical File  [Pv Julian Hughes] I_icon_minitimeJeu 16 Aoû - 20:26

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]First step : Medical File
ft. Docteur Moreno & Julian Hughes
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Le docteur Moreno avait reformulé son discours, après que je lui ai fait comprendre que je ne laisserais personne raconter des conneries sur Julian. Que je ne laisserais personne dire qu’il s’était mal comporté de quelque façon que ce soit. Ouais, allez, passons, même si de mon avis à moi, Julian avait rien à regretter et rien à se faire pardonner.

Moi, par contre, c’était une autre histoire ! Si j’avais pris mes couilles à deux mains pour dénoncer Kate aux autorités dès la première fois que je l’avais vue lever la main sur le petit, plutôt que de les laisser entre les mains de cette dernière, cette histoire n’aurait jamais eu lieu d’être et Julian aurait pas eu à subir toutes ces années de torture physique et mentale.

Je m’en voulais et c’était aussi pour ça que j’étais à cran.

Je ne doutais pas de la bonne foi, de la volonté de bien faire du Docteur Moreno, mais je n’avais pas fort l’impression qu’elle se rendait compte de la gravité de la situation, de ce que Kate Julian pourrait faire si elle apprenait où était Julian et qu’une parfaite inconnue la tenait éloignée de son bébé en complotant avec les autorités contre elle.

Alors je lui avais raconté un épisode, juste un. Le pire peut-être… Mais l’accumulation de tous les autres étaient encore bien pire. J’avais quand même choisi celui-là parce que pour quelqu’un de l’extérieur, ça semblerait être le plus impressionnant. Et pourtant, je n’étais pas sûr que c’était les coups de Kate qui faisaient le plus mal. C’était cette capacité qu’elle avait à se faire aimer, malgré tout… Parce que je ne pouvais pas nier l’avoir aimée. Ça aurait été me mentir à moi-même.

Et quand j’étais au plus haut, quand je pensais que rien ne pouvait plus nous atteindre, que j’étais en sécurité, que Julian était en sécurité, Kate recommençait.

Et savait comment se faire pardonner ensuite…

Pour recommencer tout depuis le début.

Amour, violence, pardon, amour, violence, pardon, amour, violence, pardon…

Et ainsi de suite.

Alors quand je reposai ma question, le Docteur Moreno m’affirma qu’elle ne vivait pas dans un bunker.

-Ouais. Moi non plus.

Histoire de lui faire comprendre que rien n’arrêterait Kate Julian. Rien. La police ? J’avais comme l’impression qu’elle n’allait en faire qu’une bouchée, mais je n’étais peut-être pas objectif. Probablement pas.

Le Docteur Moreno continua et je tiquai quand elle affirma qu’elle avait promis des choses à Julian… Ou en tout cas, qu’il n’irait pas dans un centre pour ado. Il avait un père, déjà, donc dans ma tête à moi, il n’irait pas. Pour passer mes nerfs, je pris mon paquet de cigarettes dans la poche de poitrine de ma chemise et en glissai une dans ma bouche que j’allumais en regardant le docteur Moreno dans les yeux… Mon regard disait « Try Me ». Je savais que je ne pouvais probablement pas fumer ici.

Mais qu’elle essaye de m’en empêcher. Qu’elle essaye seulement.

Parce que ce n’était pas le moment.

Son discours sonnait comme si elle était la solution à tous nos problèmes, l’arrivée divine et salutaire… Le putain de deus ex-machina qui aurait fait tourner un film d’horreur en une comédie romantique à l’eau de rose.

-Vous connaissez Julian depuis combien de temps ? Trois heures ? Et vous lui faites des putains de promesses ? Des promesses que j’ai jamais osé lui faire en 7 ans où on a vécu dans la même foutue baraque ?!

Putain. Mon ton était sourd, en grondement de fond et mes yeux clairs étaient toujours fixés dans les siens.

Je soufflai la fumée de ma clope en ricanant, cynique.

-Vous vous prenez pour qui ? Wonder Woman ?

Je me penchai vers elle, un peu plus… Le bureau tenait une distance entre nous plus que raisonnable et c’était peut-être pour un mieux. Elle disait qu’on était dans le même camp.

Ok.

Et si Kate gagnait ? Elle avait les moyens, les liens pour le faire.

Et si Kate gagnait ?

-J’espère que dans toutes les promesses que vous avez faites à ce môme, vous lui avez pas fait miroiter un Happy End.

Je tirai sur ma clope avant de continuer.

-Parce que dans la vraie vie, ça existe pas. Moi, je suis devenu acteur pour en vivre un de temps en temps.

@ Billy Lighter



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Don't look so frightened this is just a passing phase
one of my bad days [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] Pink Floyd
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité



First step :  Medical File  [Pv Julian Hughes] Empty
MessageSujet: Re: First step : Medical File [Pv Julian Hughes]   First step :  Medical File  [Pv Julian Hughes] I_icon_minitimeLun 27 Aoû - 12:13



   
First step : Medical File
   ft. Julian Hughes et Hank North


   


Ok … Heureusement pour moi que je n’avais pas de caractère bouillonnant, ni je ne m’emportai pour un rien parce que là, j’avais devant moi un homme qui parce que c’était un grand acteur à succès, se permettait un comportement qui m’outrait au plus haut point. Il venait d’allumer une cigarette et même Julian, un adolescent, avait une meilleure éducation qu’un type comme lui. On était quand même dans le bureau d’un médecin ! Merde ! Un peu de politesse et de respect ne fait de mal à personne ! Apparemment, monsieur North se classait au-dessus de tout cela.

Si j’étais là, c’était pour Julian et si je n’avais pas pris le téléphone pour appeler la sécurité de faire sortir d’ici Monsieur North avec rapidité, c’était aussi pour lui, mais là il dépassait les limites du supportable.

Que les gens pouvaient être butés et parfois aveugles. J’étais là pour aider, pour trouver les meilleures solutions possibles, pas pour m’en prendre plein la gueule comme une gamine de quatorze ans qui se ferait remonter les bretelles par un adulte. Si j’étais loin de perdre mon calme, par contre, l’irrespect, c’ »tait bien quelque chose que je ne supportais pas et mon regard glissa une brève seconde vers le combiné téléphonique.

Bien, maintenant, je devais écouter sagement la grande morale de Monsieur North … et toutes ses grandes mimiques d’acteur, comme s’il récitait son dernier texte pour son prochain rôle. J’étais tombée sur la tête ? Peut-être … Ce type n’avait que les couilles d’allumer une cigarette dans un bureau, juste pour braver l’interdit, mais était incapable de prendre à bout de bras une situation extrêmement sensible et délicate pour se battre et protéger un jeune garçon.

Ses menaces ne me faisaient pas peur et je ne sourcillai même pas lorsqu’il se pencha vers moi. Le bureau était devenu la seule et unique distance entre nous deux. Je croisai les bras contre ma poitrine pour tenter de supporter encore la fin de son discours pour les Oscars. Lorsqu’il termina en me disant que les happy end n’existaient pas dans la vraie vie, je contournai le bureau pour aller ouvrir la fenêtre et aérer la pièce. Je commençais à en avoir marre de respirer de la fumée. Puis, je m’approchai de lui et je vrillai mes yeux dans les siens.

- On va reprendre Monsieur North ! Primo, je ne fais aucune promesse. J’ai tout expliqué à Julian dans les moindres détails, que tout serait long, que sa maman pourrait très mal prendre tout cela, mais qu’il avait fait le bon choix autant pour elle que pour lui. Alors avant de monter sur vos grands chevaux, vous auriez dû poser la question tout simplement.

Je lui montrai deux doigts.

- Deuxio, la procédure va être pénible, fatigante et épuisante pour Julian et son entourage. Ça aussi, je lui ai tout expliqué. Vous me prenez pour qui ? Une attardée mentale. Je connais mon boulot, alors ne me dites pas ce que je dois faire, comme je ne vous dirais pas comment il faut apprendre vos textes ou comment il faut jouer telle ou telle scène. Je ne suis pas Wonder Woman, je tente d’apporter toute mon aide à Julian qui est venu se confier à moi. Moi, une totale inconnue. Alors quand une personne vient se confier de la sorte, c’est une alarme qu’il faut saisir et être à l’écoute. Tel est aussi mon métier, Monsieur North.

Là par contre, je commençais effectivement à perdre patience devant un comportement aussi bourrin que celui-là.

- Tertio, si vous ne vous sentez pas capable de l’épauler, d’être là pour lui, de le soutenir et de faire face à sa mère, je vous conseille sincèrement de ne pas vous en mêler. Julian aura besoin de personnes solides et à son écoute parce qu’il va être désemparé. Il passera par des phases où il craquera.  Vous connaissez votre ex épouse mieux que personne et si vous ne pouvez pas faire face à tout ce que cela va impliquer, retirez-vous de cette histoire. Quant à moi, je ne l’ai pas poussé à porter plainte. Il m’a posé des questions, il m’a demandé conseil, et je ne lui ai rien caché. Il est en âge de tout comprendre.

Ma voix n’était pas montée dans les aigus et je gardais encore un ton neutre mais pourtant très ferme. Maintenant, il fallait arrêter de tergiverser et savoir vraiment si nous étions dans le même camp ou pas. Julian n’avait pas besoin d’adultes qui élèvent la voix, mais bien d’adultes conscients de tout ce que cela allait engendrer et tenir bon jusqu’au bout.

- Si vous pensez déjà qu’il peut perdre … Si vous vous sentez déjà battu d’avance … Il n’a donc pas besoin de vous. Il a surtout besoin de personne qui croit en lui, qui le protégeront.  Est-ce que ce rôle vous convient ou pas, Monsieur North ?




   
@ Billy Lighter   
Revenir en haut Aller en bas
Julian Hughes
Julian Hughes


Messages : 363
Date d'inscription : 04/08/2017
Age du personnage : 16
Localisation : Entre Malibu et Beverly Hills

Who Am I?
Birth place: Los Angeles
Je suis: un futur Jimmy Reed... En beaucoup mieux.
Song:


First step :  Medical File  [Pv Julian Hughes] Empty
MessageSujet: Re: First step : Medical File [Pv Julian Hughes]   First step :  Medical File  [Pv Julian Hughes] I_icon_minitimeMer 29 Aoû - 16:45

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]First Step: Medical File
ft. Gabrielle Moreno


Les radios avaient été longues mais j’avais, enfin, terminé. Je savais que ce n’était qu’un premier arrêt dans cette journée qui s’annonçait encore longue. Mais j’allais être content de pouvoir partir de l’hôpital. Les hôpitaux me rassuraient autant qu’ils m’angoissaient et je n’arrivais pas à savoir pourquoi je ressentais ces deux sensations contradictoires. Les hôpitaux étaient propres mais remplis de gens malades… C’était une contradiction en soit et c’était peut-être pour ça.

En tout cas, je serais content quand on sera hors d’ici même si l’idée d’aller au commissariat juste après m’angoissait tout autant.

Le Docteur Shaw m’accompagna vers le bureau du Docteur Moreno pour qu’on la prévienne que tous les tests étaient terminés. J’avais les mains dans les poches et le regard sombre jusqu’à ce qu’on arrive devant la porte du bureau d’où des voix s’élevaient. Même à travers la porte, je pouvais facilement reconnaitre la voix d’Hank… Je me raclai la gorge comprenant que mon ex-beau-père avait bien reçu mon message et était venu jusqu’ici. Mais à son ton de voix et à celui du Docteur Moreno, ça ne semblait pas se passer comme il fallait leur conversation.

J’évitai de montrer mon angoisse au Docteur Shaw. Je n’aimais pas quand Hank était sur les nerfs parce que ça m’angoissait. Surtout que quand il l’était ma mère l’était aussi en général et ça finissait toujours très mal. Je me raclai la gorge et le Docteur Shaw toqua à la porte avant qu’on ne soit invité à entrer.

Le Docteur Shaw prévint qu’on avait fini alors qu’on entrait dans la pièce. Mon regard tomba sur Hank. Il n’était pas de bonne humeur et ça se voyait… Était-il fâché parce que j’avais dénoncé ma mère ? L’idée même m’angoissa encore plus même si mon cerveau essayait de relativiser en me rappelant ma dernière conversation avec Hank. Je me raclai la gorge avant de réussi à dire quelques mots :

-Bonjour, Hank…


Je voyais bien à la tête du Docteur Moreno que la conversation ne se passait pas bien ce qui me rendait nerveux.


@ Billy Lighter


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Hank North
Hank North


Messages : 2675
Date d'inscription : 05/06/2017
Age du personnage : 39
Localisation : San Fernando Valley

Who Am I?
Birth place: Los Angeles
Je suis: nerveux...
Song: One Of My Turns - Pink Floyd


First step :  Medical File  [Pv Julian Hughes] Empty
MessageSujet: Re: First step : Medical File [Pv Julian Hughes]   First step :  Medical File  [Pv Julian Hughes] I_icon_minitimeVen 31 Aoû - 16:01

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]First step : Medical File
ft. Docteur Moreno & Julian Hughes
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


J’étais stressé, mort de trouille à l’idée de ce qui allait arriver et hors de moi. Alors les grands discours optimistes du Docteur Moreno me passaient non seulement largement au-dessus de la tête, mais sonnaient aussi à mes oreilles comme les plus grosses conneries que j’aie jamais entendues.

La clope, j’en avais besoin, et le regard de défi, c’était pour qu’elle me foute la paix avec ça. Ou qu’elle essaye et me donne une bonne raison d’exploser vraiment. Parce que parfois, ça faisait moins mal de péter les plombs que de tout garder à l’intérieur.

Elle soutint mon regard et dès sa première phrase, je savais que c’était foutu : je ne l’écouterais même pas à moitié. Dans l’état d’énervement dans lequel j’étais, j’étais pratiquement incapable de comprendre deux phrases mises l’une à la suite de l’autre. Pire, je n’entendais que ce que je voulais bien entendre.

Elle commença par dire qu’elle ne faisait pas de promesse. Pas de chance, j’ai une bonne mémoire, peut-être trop bonne pour mon propre bien.  

-Ah ouais ? Et qui as dit : « J’ai promis à Julian qu’il n’irait pas dans un Centre pour adolescents… ». C’est moi, peut-être ? Vous avez une drôle de façon de faire aucune promesse.

S’il y avait bien un truc que je ne supportais pas, c’étaient les gens qui étaient même pas foutu de pas se contredire eux-mêmes sur dix putains de minutes. J’avais juste l’impression d’être pris pour un con, dans ces cas-là. Ou qu’on essayait de me mener en bateau, voire les deux.

-Vous me prenez pour qui, une attardée mentale ?

Ben ouais, un peu, quand on dit « blanc », puis « noir » juste après, c’est mauvais signe, M’dame.

Je ricanai, j’aurai été pâle comme un mort si la colère ne me rendait pas rouge de rage.

-Et sa mère saura.

Pour le reste, j’écoutais pas, me contentant de fumer furieusement. Le Docteur Moreno s’était levée pour s’approcher de moi et vriller ses yeux dans les miens et blab bla bla, continuait à déblatérer ce qui pour moi n’était jamais que conneries sur conneries. Je me levai aussi, pour reprendre quelques centimètres de hauteur par rapport à elle.

Tu veux jouer à l’intimidation ? On va jouer.

Une autre phrase ressortit du lot et qui me fit appuyer à nouveau mon regard sur elle.

Moi, une totale inconnue.

Je pointai un index furieux au niveau de sa poitrine.

-C’est bien le problème. Je vous connais pas, on ne vous connait pas. Vous sortez de nulle part, du jour au lendemain, vous croyez pouvoir claquer des doigts et arranger tous les problèmes des gens ? Non. Non, ça fonctionne pas comme ça !

Je n’aimais pas les gens que je ne connaissais pas… Je n’aimais pas ce qui était nouveau, je n’aimais pas le changement. Je n’aimais pas faire connaissance avec des gens. J’avais mon petit monde sécurisant et je comptais bien qu’il reste comme ça.

Être bousculé, j’aimais pas ça et c’était exactement ce que Gabrielle Moreno était en train de faire, me bousculer.

Avec tout ce que ça impliquait.

Et plus elle montait dans les tours, plus je montais aussi. Elle se disait à l’écoute des gens, mais avec moi, elle faisait exactement l’inverse de ce qu’il fallait faire pour que je me calme.

Je la désignai de l’index quand elle eut fini de déblatérer ce qu’elle avait à déblatérer.

-Vous pouvez pas m’écarter. Vous pouvez faire tout ce que vous voulez, je suis lié à ce dossier quoi qu’il arrive et que je le veuille ou non. Si Julian sort du bois, je serai là pour lui et pour remuer la merde avec lui. Je lui avais déjà proposé de le faire avant que vous arriviez avec tous vos bons sentiments. Il avait refusé à ce moment-là. Alors pensez pas que vous êtes une héroïne dans cette histoire.

Je plissai le nez, dégoûté par l’humanité entière depuis longtemps, de toute façon.

-Personne sauvera le monde, il est destiné à merder.

J’entendis un raclement de gorge derrière moi et je savais que c’était Julian parce que c’était un de ces tics qu’il avait. Je me retournai puis me levai pour aller vers Julian. Lui au moins, je le connaissais. Il était un repère au milieu du chaos. Ouais, je suis au courant qu’étant l’adulte et lui l’ado en détresse, ça devrait être le contraire, merci.

-Ça va, mon grand ?

Mon regard passa de Julian à Moreno et retour, prenant deux secondes pour essayer de me calmer.

-Tu fais confiance à cette… dame ? Je veux t’aider, comme je te l’ai dit l’autre fois. Mais je sais pas si on peut se fier à n’importe qui…

Et encore moins à une femme, nom de dieu…

@ Billy Lighter



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Don't look so frightened this is just a passing phase
one of my bad days [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] Pink Floyd
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




First step :  Medical File  [Pv Julian Hughes] Empty
MessageSujet: Re: First step : Medical File [Pv Julian Hughes]   First step :  Medical File  [Pv Julian Hughes] I_icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

First step : Medical File [Pv Julian Hughes]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» One step ahead
» " Ne pas bouger n'est pas si simple -- Julian.
» Get wild (+) Julian.
» Julian & Nolwen ▬ Grand Hall
» A medical student between two doctors

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Hors-jeu :: Archives :: Sujets archivés-