AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Our Couple, My Job, My Li(f)e [PV Axel Moriarty][Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Sonne Moriarty


Messages : 500
Date d'inscription : 12/11/2016
Age du personnage : 22
Localisation : All around the world

Who Am I?
Birth place:
Je suis:
Song:


MessageSujet: Our Couple, My Job, My Li(f)e [PV Axel Moriarty][Terminé]   Dim 23 Sep - 17:23



Our Couple, My Job, My Li(f)e
ft. Axel Moriarty






Après le coup de fil de Daniele pendant lequel je me suis sentis en confiance et voyais presque mon voyage conclu d’avance, j’ai perdu un peu de mon assurance en pensant à Axel et sa réaction quand il allait apprendre que je ne discutais pas vraiment avec lui à savoir si j’y allais ou non, mais que j’avais déjà confirmé à mon patron que je serais présente pour remplacer ma remplaçante.

Il me fallait trouver la bonne façon d’amener la chose mais, y en avait-il vraiment une alors que nous ramions très fort tous les deux pour nous ressouder ? Partir à l’autre bout du monde n’est vraisemblablement pas l’idée du siècle.

Je reste un moment adossée contre le mur sur lequel est accroché le téléphone tout en regardant ma marmaille.  Me séparer d’eux ne me plait pas plus que ça mais éventuellement, nous devrons revenir à cette réalité. Axel  a beau gagné un excellent salaire, ses parents être pleins aux As, élever 4 enfants avec ce que coûte la vie aujourd’hui ne se fait pas avec une pensée magique.

Une partie de moi veut rejoindre Daniele et l’autre, veut rester auprès de mes bébés et de mon mari.  C’est comme si, quand j’avais Daniele au bout du fil, la secrétaire en moi prenait le contrôle en établissant une liste de priorité d’action simple qui fera en sorte que tout ira parfaitement bien. Le coup de fil terminé, je redeviens Sonne, la femme, la mère, celle qui tergiverse beaucoup trop, incertaine de tout.

J’ai donné ma parole à Daniele !

‘’ Tu l’as aussi donné à ton mari !’’

Elle se débranche où, la voix de la conscience ?

Je regarde l’horloge de la cuisine et je comprends que je dois m’activer. J’ai des coups de fils à passer, une nounou à trouver puis un souper à préparer. Je dois avoir des solutions concrètes à offrir à Axel.

Je commence par appeler au bureau et, Dieu merci je tombe sur une collègue compétente qui est capable de me trouver les numéros dont j’ai besoin afin d’annuler les interviews. Ce fut facile… là où ça c’est gâté fut de me faire comprendre par des gens qui maitrisent l’anglais aussi bien que je parle Italien. À coup de grandes respirations et de contrôle de moi, je réussis à annuler les entrevues, un mal de tête en prime mais mon patron pourra dormir tranquille.

James décide qu’il a été assez patient et me fait comprendre en pleurant à plein poumons qu’il a besoin de mon attention au moment ou le téléphone sonne.  Je vais chercher mon fils et reviens rapidement décrocher. Daniele a été rapide pour rejoindre Erik et se dernier,  me rassure en me disant qu’il avait lui-même déjà une liste de perle rare à me suggérer.

Il semblerait qu’en prévision de mon arrêt de travail, et vu la situation amoureuse de mon patron, son majordome avait cru bon de se constituer une liste de nounou pouvant accourir en un claquement de doigt. C’est merveilleux, ce que l’argent peu faire !

Je comprends donc que mon problème est partiellement réglé. Il suffira de les rencontrer en compagnie de mon mari et nous pourrons choisir tous les deux la ou les nounous parfaites.

James dans les bras, je parviens à le calmer assez longtemps pour préparer  le repas, pile au moment ou j’entends des pneus crisser dans l’allée.  Axel rentre du boulot et je l’accueil, le petit dans les bras, en l’embrassant.

- Tu as eu une bonne journée ?


@ Billy Lighter






I wanted you to give me
Something unbelievable
All I got was almost
Instantly forgettable
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Axel Moriarty


Messages : 517
Date d'inscription : 23/01/2015
Age du personnage : 26
Localisation : L.A.

Who Am I?
Birth place: Chicago - Illinois
Je suis: un manipulateur
Song: Reckless Life - Guns N'Roses


MessageSujet: Re: Our Couple, My Job, My Li(f)e [PV Axel Moriarty][Terminé]   Mer 26 Sep - 10:34



Our Couple, My Job, My Li(f)e
ft. Sonne Moriarty


Il y avait beaucoup de travail à la rédaction depuis le début de la tournée de Roadtramp et de The Burning Fire. Guitar&Pen était toujours en ébullition quand des artistes locaux s’en allaient sur les routes du monde. Et ici, il ne s’agissait par de seulement deux groupes locaux mais quatre avec les deux premières parties. Cinq si on prenait en compte Tiny Suicide embarqué par Daniele Ricci.

J’avais déjà couvert la date de la Death Valley et j’en avais d’autres à couvrir pour la suite des évènements. Seulement, j’étais réticent à partir. Je ne voulais pas laisser Sonne seule avec nos quatre enfants. Je savais qu’elle aurait besoins de soutien et d’aide surtout que James n’était pas forcément facile… J’avais, donc, dit à mon patron de me trouver une doublure pour chaque date où j’étais susceptible de partir au cas où je devrais annuler pour rester auprès de Sonne. Il ne fallait pas oublié, aussi, que j’avais peur que mon absence ne lui permette de retrouver Amon, son amant… C’est pour ça que je ferais en sorte de ne partir que sur les dates où Amon sera en vadrouille aussi. Pour le savoir, j’avais des contacts chez L.A.People.

Ma journée de travail terminée, je repris ma voiture pour rentrer chez moi. La journée avait été éreintante mais je savais que voir mes enfants me redonnerais un peu de force. Puis, sentir le souper que nous a préparé Sonne ne fera qu’atténuer encore plus ma fatigue. Je commençais à apprécier les plaisirs d’une vie rangée. Celle que m’avait fait miroiter devant les yeux mon père il y a quelques années d’ici.

Je me garai devant chez moi et entrai dans ma villa. Sonne m’accueilli avec notre fils dans ses bras. Les yeux du petit James me faisaient chaque fois frissonner… Il semblait calme dans les bras de sa mère. Sonne avait le don de savoir le calmer.

Elle m’embrassa et je souris contre ses lèvres avant de passant ma main sur la tête de James.

-J’ai eu une journée fatiguante. Je suis content d’être rentré.


Je suivis Sonne vers la cuisine. On passa par le salon où nos deux filles étaient dans le parc alors qu’Alan jouait avec des petits cubes. Je les saluais avant de rejoindre la cuisine avec Sonne. La cuisine donnait sur le salon ainsi on pouvait jeter un œil à nos enfants de là où on était.

Je m’installai sur la chaise laissant Sonne achever de s’occuper du repas, notre fils dans ses bras. Je trouvais ça beau comme image.

-Et toi, comment c’est passé ta journée ? Pas trop difficile ? James n’a pas trop pleuré, aujourd’hui ? Il y a eu de la visite ?

C’était beaucoup de question mais je n’étais pas le genre d’homme à ne pas prendre en compte que la journée de sa femme à la maison a pu être éreintante aussi. Même si la question sur la visite était une façon de déceler une potentielle visite d’Amon.

@ Billy Lighter



I lead a reckless life and I don't need your advice ©️ Guns N'Roses
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sonne Moriarty


Messages : 500
Date d'inscription : 12/11/2016
Age du personnage : 22
Localisation : All around the world

Who Am I?
Birth place:
Je suis:
Song:


MessageSujet: Re: Our Couple, My Job, My Li(f)e [PV Axel Moriarty][Terminé]   Mer 26 Sep - 21:15



Our Couple, My Job, My Li(f)e
ft. Axel Moriarty





Même si je redoute la conversation concernant mon retour au travail, je suis heureuse de voir Axel rentrer du boulot. Il va pouvoir me donner un coup de main avec les bébés, je pourrai mieux bouger et finir de préparer le repas si j’en ai pas toujours un accroché à ma hanche, James, surtout. Avec celui-là, j’ai la ferme impression qu’ils ont oubliés de couper le cordon vu comment il me réclame toujours.

C’est un peu, voir beaucoup, ce qui ‘inquiète à l’idée de partir. Plus que la réaction de mon mari, celle de mes enfants m’effraient. Comment s’y feront-ils à ne plus me voir dès qu’ils réclament quelques choses, entendre le son de ma voix ou sentir mes câlins ? Je me suis bien empêtrer dans deux rôles que je veux continuer d’endosser en même temps mais qui sont pour ainsi dire diamétralement opposés.

Axel entre et je l’embrasse avant de lui demander comment fut sa journée.  Ne pas avoir eu James dans les bras, je lui aurais servit un verre, comme  il l’aime. J’attends le retour du balancier, je sais que mon questionnaire s’en vient et que sans en avoir l’air, mon mari testera la cohérence de mon récit.  Et il ne tarde pas. J’ai droit a quelques questions en vrac.

- Il a plu toute la journée donc j’en ai profité  pour faire du rattrapa dans la lessive et un peu de ménage.  Alan a déjà beaucoup de vêtement qui ne lui vont plus, je les ai mis là, tu vois ?

Il y a un tas de vêtement bien pliés sur la première marche de l’escalier. J’avais prévu les mettre dans des boîtes pour les conserver pour quand James sera un petit peu plus grand puisque les vêtements ne sont pas usés plus que ça.

- Je n’ai pas eu le temps de les ranger. J’ai fait  la vaisselle puis, Daniele à téléphoner pour me parler de la tournée, de comment les choses vont et j’en ai profité pour lui parler de sa filleule et… il te passe le Bonjour, en fait.

Ce n’est pas les termes qu’il a utilisé, en fait, il ne l’a pas salué et Axel, loin d’être con, ne croira pas non plus que  mon patron ait eu cette politesse à son endroit. C’est un peu une façon, probablement très maladroite, d’atténuer les choses.

C’était quand même le bout le plus difficile du questionnaire que je viens de répondre et j’enchaîne sans transition au reste.

- Il a beaucoup pleuré. Il n’aime plus être dans la balançoire et il ne supporte pas qu’on passe par derrière lui, je ne comprends même pas comment il fait pour s’en rendre compte, à son âge…  et non, aucune visite sauf le facteur qui a laissé une boîte pour toi. Je l’ai mise sur ta table de travail dans ton bureau. Voudrais-tu un apéritif avant  le souper ? Je n’ai pas terminé de le préparer.

C’est un bref résumé de ce à quoi ressemble notre vie de couple, entrée parfaitement dans un moule presque tout aussi parfait. Presque parce que j’ai encore du travail à faire pour y arriver. Il reste des trucs non rangés et le souper n’est pas prêt en temps mais mon homme revient tout de même du travail sans avoir des tâches qui l’attendent.  J’ai bien compris que c’est ce qu’il attendait de moi.

Avec James dans les bras, nous n’aurons rien dans nos assiettes avant longtemps alors je le place dans les bras de son père.

- Si on parvient à coucher notre fratrie tôt, tu voudrais qu’on regarde un film, tous les deux ?


@ Billy Lighter






I wanted you to give me
Something unbelievable
All I got was almost
Instantly forgettable
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Axel Moriarty


Messages : 517
Date d'inscription : 23/01/2015
Age du personnage : 26
Localisation : L.A.

Who Am I?
Birth place: Chicago - Illinois
Je suis: un manipulateur
Song: Reckless Life - Guns N'Roses


MessageSujet: Re: Our Couple, My Job, My Li(f)e [PV Axel Moriarty][Terminé]   Ven 28 Sep - 15:24



Our Couple, My Job, My Li(f)e
ft. Sonne Moriarty


On s’était installé à la cuisine. Moi assis sur une chaise et Sonne aux fourneaux pour faire le repas, James sur les bras. Notre fils était sans cesse collé à sa mère. Je ne m’en serais pas fait si ce cauchemar que j’avais fait avec la naissance de nos triplés ne me hantait pas encore et toujours. Je voyais le mal en James là où il n’y avait peut-être rien. Juste un enfant nerveux très attaché à sa mère.

J’avais eu de simples questions de Sonne à auxquelles j’avais répondu et j’envoyai à Sonne plusieurs questions d’un coup. C’était tous les jours pareils. Quand je rentrais, je demandais le récit de la journée à me femme. La confiance n’était pas encore revenue depuis qu’elle m’avait dit qu’elle me trompait avec Amon. J’avais fait changer notre numéro de téléphone depuis pour être sûr qu’il ne puisse plus appeler… Je trouvais que mes questions étaient légitimes et j’aurais acceptés d’y répondre si j’avais été à la place de Sonne.

Sonne commença par me dire qu’elle avait fait de la lessive et du ménage. Je souris quand elle me montra la pile de linge appartenant à Alan qui devenait trop petit. Alan était à un âge où il grandissait beaucoup et vite. C’était un magnifique petit garçon qui ressemblait beaucoup à sa mère. Même regard, même figure. Il n’y avait que ses cheveux qui rappelait son père et encore… Sonne avait, elle-même, quelque reflet roux dans ses cheveux blonds. J’étais fier de notre petit Alan qui était un enfant très clame qui disait déjà quelques mots comme « papa » et « maman ». Son vocabulaire grandissait chaque jour.

Sonne continua son récit pour me dire que Ricci avait appelé. Un coup de fil pour lui parler de sa tournée. Elle n’était pas simple pour Ricci d’après les médias. Il était retombé dans la drogue et sa petite-amie l’avait quitté… Mais apparemment, ce n’était qu’un coup de fil de courtoisie où il demandait des nouvelles de sa filleule. Je levai un sourcil… Ricci prenait de nouvelle de Nelly et me passait le bonjour ?

-Il a vraiment fait ça ? Demander des nouvelles d’un enfant et me passer le bonjour ? La drogue, ça change un homme !

J’esquissai un sourire sarcastique ne voyant pas du tout Ricci faire ça sauf si la drogue lui avait brouillé le cerveau.

Quant à ma question sur James, Sonne déclara qu’il pleurait beaucoup. Il ne supportait pas qu’on passe derrière lui et refusait d’aller dans la balançoire. James était encore une énigme pour nous… Je soupirai regardant notre garçon qui, pour l’instant, était calme.

-Il est un peu nerveux… Peut-être qu’en grandissant, il va s’assagir…

Je l’espérais…

Sonne déclara que j’avais reçu un colis. J’hochai la tête. C’était du nouveau matériel de bureau pour mon travail.

-Merci Sonne. Je vais pouvoir travailler plus confortablement avec ce nouveau matériel.

Elle me demanda si je voulais un apéritif car elle n’avait pas terminé le souper. Je souris. Sonne jouait parfaitement le rôle de la mère au foyer… Mais est-ce qu’elle aimait vraiment ce rôle ? Je ne pense pas… Mais elle le jouait à la perfection. J’admirais.

-Oui, je veux bien un apéritif.

Je la laissais me servir mais, avant ça, elle mis James sur mes bras ne pouvant porter le petit et faire le souper en même temps. Aussitôt dans mes bras, le petit commença à pleurnicher un peu. Rien de trop bruyant pour le moment. Je le berçai pour éviter qu’il ne crie alors que Sonne me proposait de voir un film ce soir.

-Oui, ça me ferait très plaisir. Quelque chose de relaxant. Je crois que tu en as autant besoin que moi après une journée à pouponner et à faire le ménage.

C’était une façon pour moi de la remercier pour tout ça. J’aimais ma femme et, même si elle jouait un rôle, je l’aimais quand même.

James pleurait de plus en plus et je lui parlai doucement pour qu’il cesse. C’était vraiment le chouchou de sa mère.

-Je crois que celui-ci va avoir beaucoup de mal quand il devra se séparer de toi quand il sera en âge d’aller à l’école… Tu ne penses pas ?


Je fis la moue… Heureusement, quand il sera à l’école, c’est les professeurs qui se taperont les crises de James et non plus Sonne et moi.

-Nos filles sont beaucoup plus calmes… Elles n’auront aucun mal à couper le cordon, je pense. Quant à Alan, j’ai déjà pris quelques adresses de bonnes écoles auprès de mes collègue pour quand il sera en âge d’y aller.


Nos enfants iront dans les meilleures écoles de la ville, c’est certain !


@ Billy Lighter



I lead a reckless life and I don't need your advice ©️ Guns N'Roses
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sonne Moriarty


Messages : 500
Date d'inscription : 12/11/2016
Age du personnage : 22
Localisation : All around the world

Who Am I?
Birth place:
Je suis:
Song:


MessageSujet: Re: Our Couple, My Job, My Li(f)e [PV Axel Moriarty][Terminé]   Sam 29 Sep - 22:55



Our Couple, My Job, My Li(f)e
ft. Axel Moriarty





Ce n’était visiblement pas l’idée du siècle que de dire que Daniele avait appelé pour prendre des nouvelles de Nelly et encore et saluait mon mari par le fait même.  Sauf que, je ne sais pas jusque où Axel peut m’espionner, ici même dans notre maison. Y a-t-il un moment pour retracer les appels entrant ? Il a fait changer notre numéro et l’a mis privé pour être bien certains que personne ‘’ d’indésirables’’ puisse nous ( me?) rejoindre.

Je ne suis pas fâchée de diriger le sujet vers notre fils même si son comportement me trouble de plus en plus. Il ne réagit pas comme un bébé de son âge.  À l’observer, on croirait qu’il réfléchi, qu’il calcul même. Un bébé aussi jeune ne saurait pas faire ça. C’est donc moi qui réfléchie trop.

N’empêche que ses réactions sont de plus en plus intense  et pour  la moindre petite contrariété il éclate, se fait violence. Sauf avec moi, ou presque pas.

- J’espère que tu as raison, Axel… sinon je plains ses futurs enseignants !

Ne cherchez pas le couple Moriarty dans les prochaines années ! Nous serons en rencontre avec le principal de l’école soir après soir, après soir !

Et comme si je voulais un peu prouver mes dires, je laisse James aux bras de son père pour lui préparer son verre, celui d’Axel, pas celui de James !, et continuer de préparer le repas après le lui avoir placé devant lui.

James se tortille, force avec son petit corps comme s’il essayait d’échapper à l’emprise de son père et ça revient exactement à ce que je pensais tout à l’heure. Comment est-ce qu’un bébé peut songer à s’évader ? À part dormir, boire, tété son pouce et remplir des couches, il devrait s’extasier devant nos visages ou pleurer pour avoir de l’attention et c’est tout, non ?

J’observe la scène du coin de l’œil tout en terminant la salade de pommes de terre qui accompagnera le gigot d’agneau et, à tout hasard, je propose de visionner un film tous les deux si toutefois nous parvenons à endormir notre marmaille de bonne heure.

La réponse d’Axel, même si elle me fait plaisir, me fait grincer un peu des dents.  Je le regarde un moment, pour ne pas dire que je le fixe.  Une journée à pouponner et à faire le ménage est presque aussi éreintante qu’une journée à écrire des articles ? Je paris  ce que vous voulez qu’il ne passerait pas une demi journée à suivre le rythme que je me suis imposer pour cadrer dans sa vision de la femme au foyer par excellence !

Je ravale tous les commentaires que j’aurais pu faire et, quand la salade est prête, je commence à monter les assiettes avant de nous servir.

- Quand il sera en âge d’entrer à l’école ? J’aurai repris le boulot depuis longtemps, tu ne crois pas ?

Après demain, par exemple.

- L’automne prochain me semble un bon moment pour m’y remettre. Les bébés auront quelques mois de plus et… oh, Erik va me fournir une liste de nounou parfaite.

Si je commence par faire acheter à Axel mon retour au travail pour dans quelques petits mois, peut-être que je pourrais plus facilement lui vendre mon départ imminent en lui disant que ce n’est que  du dépannage.

Mon petit doigt me dit de ne pas compter là-dessus plus que ça.

Le repas sent divinement bon et est encore fumant que je dépose sur la table, nos assiettes à nos place respectives mais, avant de m’attabler, je reprends James et le place dans une des chaises hautes près de moi, sinon, il va hurler tout le temps du repas et… je suis incapable de l’entendre pleurer de la sorte.

Les filles babillent dans leurs parcs et Alan s’en vient, probablement attiré par l’odeur du souper.

- T’as faim toi aussi hein mon grand ?

Je le soulève et il enfouie son visage dans mon cou en rigolant. Ce que je peux l’aimer mon grand garçon !

- Tu as raisons quand tu dis que les filles sont plus autonomes. Peut-être qu’elles étaient blottis l’une contre l’autre dans mon ventre et que c’est pour ça qu’elles sont capable de rester seules, ensembles et que James se sent aussi insécure ?  

Axel m’informe aussi qu’il a déjà relevé des adresses pour la future école d’Alan. L’imaginer en petit écolier  me fais rêver même si je ne suis pas prête à le voir grandir trop vite.

- Chaque chose en son temps. Commençons par passer par-dessus mon retour au travail.


@ Billy Lighter






I wanted you to give me
Something unbelievable
All I got was almost
Instantly forgettable
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Axel Moriarty


Messages : 517
Date d'inscription : 23/01/2015
Age du personnage : 26
Localisation : L.A.

Who Am I?
Birth place: Chicago - Illinois
Je suis: un manipulateur
Song: Reckless Life - Guns N'Roses


MessageSujet: Re: Our Couple, My Job, My Li(f)e [PV Axel Moriarty][Terminé]   Mar 2 Oct - 12:37



Our Couple, My Job, My Li(f)e
ft. Sonne Moriarty


James était un petit garçon mystérieux. Ses réactions n’étaient en rien semblables à celles de ses sœurs… Mais j’essayais de rassurer Sonne et de me rassurer moi-même en disant qu’en grandissant il allait sans doute changer. Il était juste un peu turbulent suite à sa naissance difficile mais avec notre amour, il finira par être plus serein.

C’est ce que j’espérais, en tout cas… Et Sonne aussi, sinon se seront les enseignants de James qui auront du pain sur la planche.

-Moi de même… Mais je suis sûr que notre petit James apprendra à être plus serein.

Même si son regard bleu me disait tout le contraire… Mais nous torturer l’esprit en imaginant James à l’école ou dans le bureau du proviseur n’était pas une bonne chose. Il fallait aller pas après pas avec ce petit-là… Et éviter que mon cauchemar ne devienne réalité.

Je finis par avoir James sur les bras et il sembla vite insatisfait de ne plus être dans ceux de sa mère. Je le berçai le mieux que je pouvais essayant de le calmer. Ça n’avait rien d’évident. James gémissait et bougeait beaucoup… On n’était vraiment pas sauvé.

On continua notre conversation avec Sonne et l’idée de regarder un film ce soir me plaisait. Puis, je revins sur James et l’école… Et Sonne me fit constater qu’elle aura sûrement repris le travail bien avant la rentrée de James à l’école dans plusieurs années. Je levai le regard vers Sonne. Son envie de travailler n’était toujours pas passée. Je crois que je ne pourrais décidément pas l’empêcher de reprendre, un jour, le travail… Je soupirais…

-Oui, j’imagine…

Elle pensait à l’automne prochain pour reprendre ses affaires auprès de Ricci… Elle pensait le majordome de Ricci capable de lui fournir une liste de nounou… J’imagine fort bien que le petit Anthony Ricci avait déjà une nounou à moins qu’Erik ne s’en charge seul… En tout cas, ce n’était sûrement pas son père qui s’en occupé vu qu’il était à des milliers de kilomètres de L.A. et qu’apparemment il n’avait pas jugé bon d’emmener son fils… Il faut dire que la presse donnait une bien mauvaise image de Ricci ses derniers temps vu qu’il serait retombé dans la drogue.

-L’automne prochain ? Les enfants n’auront même pas un an…

Je pris un air un rien désapprobateur… Je savais que refuser m’emmenait sur le chemin d’une nouvelle dispute avec ma femme et je n’en avais pas vraiment envie. Je soupirai.

-Si tu es certaines que c’est le bon moment, pourquoi t’en empêcherais-je ? Il nous faudra vraiment trouver une nounou compétente… On devra lui faire faire un essai avant que tu ne retravailles. Je pense que c’est mieux de commencer doucement. Travailler à mi-temps, par exemple, pour commencer et habituer les bébés à une autre personne que toi…


J’aurais voulu que Sonne reprenne quand les enfants auront l’âge d’aller à l’école mais je pouvais toujours rêver… Sonne avait toujours son instinct de femme indépendante…

Le repas était prêt et sentait très bon. Sonne était une très bonne cuisinière et s’occupait de nos enfants à la perfection… Je ne comprenais pas qu’elle veuille reprendre le travail alors qu’à la maison elle excellait… Peut-être parce que s’occuper de Ricci, c’était exactement la même chose que de travailler à la maison mais avec un salaire à la clé… Après tout Ricci n’est qu’un gosse qui a besoin d’une mère pour le materné. Tout le monde sait ça… Et depuis qu’il n’a plus ni Sonne, ni Maria Watson, il part en vrille.

James commença à pleurer et Sonne me le prit des bras pour le mettre dans sa chaise haute. Alan, lui, ne tarda pas à arriver attiré par l’odeur. Sonne l’accueilli chaleureusement et je souris quand elle le prit dans ses bras pour le bonheur de notre plus grand garçon.

Sonne me lâcha alors sa théorie sur le pourquoi les filles étaient plus autonomes. J’approuvai de la tête.

-Oui, peut-être… Ou alors c’est leur naissance très différente qui est la cause du stress de James… Nous verrons comment il évolue et demanderons l’aide d’un spécialiste au cas où.


Quant à me moi, j’avais déjà relevé des écoles huppées pour notre Alan. Il n’a qu’un peu plus d’un an mais mieux vaut se renseigner à l’avance. Sonne, elle, disait qu’on devait d’abord penser à passer au-dessus de son retour au travail. J’approuvai de la tête le visage chaque fois sombre quand elle évoquait ça… Je ne répondis pas tout de suite me contentant d’aller chercher nos filles pour les mettre dans leur chaise haute. Elles souriaient toutes les deux. Je m’installai entre elle regardant vers Sonne.

-Dis-moi, Sonne… C’est Ricci qui est pressé de te revoir ou toi qui est pressée de retravailler ?


L’un comme l’autre était possible… Mais je voulais savoir si le problème ne venait pas de Ricci.



@ Billy Lighter



I lead a reckless life and I don't need your advice ©️ Guns N'Roses
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sonne Moriarty


Messages : 500
Date d'inscription : 12/11/2016
Age du personnage : 22
Localisation : All around the world

Who Am I?
Birth place:
Je suis:
Song:


MessageSujet: Re: Our Couple, My Job, My Li(f)e [PV Axel Moriarty][Terminé]   Mer 3 Oct - 2:26



Our Couple, My Job, My Li(f)e
ft. Axel Moriarty






James est l’électron libre de notre fratrie. Âgé d’à peine quelques mois, il démontre des signes d’une grande intelligence mal canalisée. J’ai l’impression que mon fils, à l’instar de son parrain, sera un grand manipulateur et j’en viens à me demander si ce n’est justement pas un genre d’héritage précoce que lui aura offert, sans le savoir bien entendu, Jimmy Reed.

Je dois glisser subtilement sur la conversation, mon retour au travail et je choisis de tâter le terrain en  supposant un retour hâtif en automne alors qu’Axel semblait croire que je puisse vouloir me replacer qu’une fois les enfants en âge d’user leurs fonds de culottes sur les bancs d’école dans… 5 ans ?!

Je me garde bien de lui demander s’il se fou pas un peu de ma gueule. Une telle question viendrait ruiner mes chances d’avoir une conversation calme plutôt qu’houleuse.

Ma réflexion sur l’automne ne plaît pas à Axel, ça se sent par son ton et par la façon dont  il expose la façon dont les choses se dérouleront.  Faire des tests avec la ou les nounous, travailler à mi-temps et tout ça… sauf que je n’ai pas le temps de me plier à ces exigences, je pars dans… moins de 48h !

Je me contente d’hocher de la tête et de forcer un sourire en terminant de préparer le repas puis j’installe Alan qui nous rejoint en gambadant, puis James ce qui permet à Axel d’aller chercher les filles au salon.

Quand nous sommes installé, je risque quand même de donner le fond de ma pensée  et mon retour précipité au travail n’a strictement rien à voir, Ça demeure tout de même mon opinion, travail ou non.

- De surprotéger nos enfants ne les aideront pas, Axel.  Ils ne seront pas les premiers ni les derniers à avoir des parents qui travaillent. Ils devront un jour ou l’autre sortir de nos jupes.

La naissance plus compliquée de James est quand même préoccupante et j’avoue que j’ai tendance à lui donner plus d’attention pour toute sorte de raison. J’ai peur qu’il perdu du poids, qu’il ne boit pas assez. Il est nerveux, dans son sommeil et parfois, il reste sans bouger et a fixé de ses yeux bleus glacés quelque chose que lui seul semble voir. Un truc à  faire peur…

- James est plus sensible. Il a autant besoin de toi que de moi

Axel est plus porté à s’occuper des filles et d’Alan parce que James est plus tranquille avec moi et je crois fermement que de passer un maximum de temps avec notre fils aiderait à améliorer la situation entre eux. James verrait qu’il peut être aussi confortable dans les bras de son père.

J’aide Alan avec son plat alors qu’il y plonge a deux mains en mettant déjà partout quand Axel me pose LA question que je redoutais de répondre ce soir. Il ne pouvait pas attendre après le film ? Parce que après le film je me disais que nous aurions peut-être eu encore assez d’énergie pour faire l’amour et que donc, il aurait tout simplement laisse couler… mais non, c’était de sous estimer mon mari.

Je relève la tête et je le regarde droit dans les yeux.

- Mon travail me manque. Mais c’est Ricci qui me supplie de recommencer dès que possible.


@ Billy Lighter






I wanted you to give me
Something unbelievable
All I got was almost
Instantly forgettable
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Axel Moriarty


Messages : 517
Date d'inscription : 23/01/2015
Age du personnage : 26
Localisation : L.A.

Who Am I?
Birth place: Chicago - Illinois
Je suis: un manipulateur
Song: Reckless Life - Guns N'Roses


MessageSujet: Re: Our Couple, My Job, My Li(f)e [PV Axel Moriarty][Terminé]   Jeu 4 Oct - 10:42



Our Couple, My Job, My Li(f)e
ft. Sonne Moriarty


Le souper était prêt et les conversations désagréables aussi… J’essayais de les éviter en acceptant à demi-mot le retour de Sonne au travail en automne… Ce n’était pas ce que j’avais prévu dans ma tête mais je devais faire avec les envies de ma femme que je ne pouvais décidément pas cantonnée au rôle de femme au foyer. J’aurais voulu qu’elle poursuive ça au moins jusqu’à la rentrée des triplés à l’école maternelle à leur 3 ans. Mais Sonne me semblait déjà vouloir aller changer les couches de Ricci…

Je cherchais donc à, au moins, obtenir un retour en douceur de Sonne au travail en proposant qu’elle commence à mi-temps. C’était couper la poire en deux et ça me semblait être un bon deal.

On s’installa, ensuite, à table avec tous nos enfants. J’étais entre nous deux filles et Sonne entre nos deux garçons. Et la conversation continua sur sa lancée alors que Sonne déclara que surprotéger nos enfants ne les aideront pas. Certains enfants ont, en effet, deux parents qui travaillent parce qu’ils doivent travailler. Nous, nous avons la possibilité financière de pouvoir n’avoir qu’un parent qui travaille, c’est donc l’occasion de pouvoir avoir un retour de Sonne au travail en douceur afin d’habituer les enfants. Des changements radicaux ce n’est pas une bonne chose surtout pour James.

-J’en suis conscient Sonne… Avoir une mère au foyer ne signifie n’est pas un synonyme de surprotection… Je me disais juste que comme on en avait l’occasion, on pouvait prendre notre temps et faire les choses en douceur.


J’avais vraiment peur qu’un détachement brusque de James à sa mère ne soit néfaste… Mais Sonne déclara que James avait autant besoin d’elle que de moi. Je soupirai.

-J’en suis conscient. C’est pour ça que j’ai refusé de couvrir plusieurs dates des tournées en cours. Pour pouvoir être avec vous.


J’aimais nos enfants et je voulais que tout fonctionne au mieux. Ma désintoxication, notre mariage et la naissance de nos triplés m’avait convaincu d’épousé la même vie que mes parents. Une vie qui, finalement, me convenait.

Mais qui ne convenait pas à Sonne… Car elle voulait retravailler… A mon que ça ne soit Ricci le problème ? La question valait le coup d’être posée et je ne tardai pas à le faire. Sonne répondit que son travail lui manquait mais que c’était bien Ricci qui lui suppliait de recommencer au plus vite. Je levai un sourcil.

-Quoi, sa remplaçante n’est pas assez sexy ?

Je ricanai.

-Ou alors elle ne lui fait peut-être pas des lignes de coke assez droite et il a besoin d’une autre personne pour pouvoir les lui faire… Tu sais qu’il a replongé, je suppose ? Les dernières photos de lui n’étaient pas très flatteuses… Il t’a dit pourquoi il avait absolument besoin de toi au plus vite ?

Parce que si c’était pour avoir un secrétaire-amante parce qu’il est en manque, il pouvait rêver.



@ Billy Lighter



I lead a reckless life and I don't need your advice ©️ Guns N'Roses
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sonne Moriarty


Messages : 500
Date d'inscription : 12/11/2016
Age du personnage : 22
Localisation : All around the world

Who Am I?
Birth place:
Je suis:
Song:


MessageSujet: Re: Our Couple, My Job, My Li(f)e [PV Axel Moriarty][Terminé]   Ven 5 Oct - 16:42



Our Couple, My Job, My Li(f)e
ft. Axel Moriarty








Il me faut vraiment déployer de grands efforts pour éviter de m’emporter sur la façon de faire concernant mon retour au travail ou la gestion de notre ménage puisque de toute évidence, Axel avait son idée préconçue sur le sujet et elle ne tenait pas en compte mon retour au travail, précipité ou non.

Je vois clair dans ses intentions, qui ne sont pas foncièrement mauvaises. Je ne crois pas qu’Axel avait l’intention de faire de moi une femme au foyer pour me punir mais parce que c’est, pour lui, un schéma réconfortant d’une situation dans laquelle il a évoluée. Cela correspond à  ce qu’il recherche mais ce n’est pas ce que moi j’ai envie.

Peut-être que nous avons les moyens de pouvoir vivre à l’aise avec son seul salaire. Il est bien plus que suffisant, mais mon épanouissement vient avec un peu plus qu’un gâteau des anges bien exécuté.

Jusque là, je suis resté douce et docile en l’écoutant, répondant à ses questions comme il se doit et en étant le plus diplomate possible mais sa remarque sur ma remplaçante puis surtout sur la mauvaise phase que traverse Daniele sont la goutte qui fait déborder le vase de ma patience.

Je foudroie Axel du regard.

- Est-ce que tu t’entends ? Tu crois vraiment que Daniele a besoin de Mademoiselle Crane, ou même de moi pour lui faire des lignes de coke ? Et toi, Axel, quand tu te faisais des lignes dans une chambre d’hôtel, tu avais besoin de ton amant pour qu’elles soient droites ?

Je me lève en faisant reculer ma chaise un petit peu plus brusquement que ce à quoi je m’attendais et elle se reverse me surprenant, tout comme Alan qui ne semble pas certains d’aimer ce qu’il voit.
Je prends mon assiette et vais la vider dans la poubelle avant de la laisser tomber dans l’évier.

- Il a besoin de moi parce que je suis compétente, Axel ! Il a besoin de moi parce que je sais faire un job pour lequel tu m’as encouragé à postuler. Et il a besoin de moi parce que justement il ne va pas bien et qu’avoir une personne qui n’a pas envie de l’enfoncer encore plus auprès de lui pourrait peut-être l’aider, justement !

Je suis furieuse et je me sens blessée.

S’il avait été question d’Amon,  j’aurais encaissé les remarques blessantes et gratuites, probablement en m’en mordant l’intérieur de la joue assez pour me blesser encore plus que les paroles de mon mari mais il s’agit de mon patron qui n’a absolument rien à voir avec  le véritable conflit qui sévit entre  Axel et moi.

- Je vais prendre une douche. Puis j’irai dormir. J’imagine que tu sauras te débrouiller avec la vaisselle, donner les bains des enfants, les biberons et les mettre au lit ? Ou tu as besoin de ta chère maman pour te tenir la main ? Ah mais non, tu es un grand garçon, pas comme mon patron, pas vrai, mon chéri ?

Je reviens vers la table pour replacer ma chaise et embrasser Alan sur le front.

Une longue douche me fera du bien et pourquoi pas de m’installer au lit avec un livre. Quelques heures que pour moi sans avoir à me soucier de la vaisselle et des enfants… laisser retomber la poussière et on verra ensuite dans quelles dispositions nous serons, Axel et moi. J’ai quand même  un petit détail à lui annoncer… mais il peut attendre à demain.


@ Billy Lighter






I wanted you to give me
Something unbelievable
All I got was almost
Instantly forgettable
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Axel Moriarty


Messages : 517
Date d'inscription : 23/01/2015
Age du personnage : 26
Localisation : L.A.

Who Am I?
Birth place: Chicago - Illinois
Je suis: un manipulateur
Song: Reckless Life - Guns N'Roses


MessageSujet: Re: Our Couple, My Job, My Li(f)e [PV Axel Moriarty][Terminé]   Dim 7 Oct - 14:17



Our Couple, My Job, My Li(f)e
ft. Sonne Moriarty



Je ne voulais pas de conflit et, pourtant, c’était moi qui avait mené notre conversation jusqu’au conflit. A vrai dire, entendre que Ricci voulait le retour de Sonne au travail m’avait fait fulminé. Pas sur Sonne mais sur Ricci lui-même. Ma femme avait accouché de 3 enfants prématurés et ces enfants avaient besoin de leur mère pendant leurs premiers mois de vie. Et voilà que Ricci agissait comme un petit garçon jaloux en requérant que ma femme reprenne le travail au plus vite. Nos enfants avaient plus besoin que Sonne que Ricci lui-même. Si Ricci avait envie d’une mère, il n’avait qu’à aller voir la sienne. Oh, pardon… Elle est morte. Je suis faussement désolé.

Je me fis, alors, acerbe envers le manager italien en parlant de son addiction et ce que représenterais le travail de Sonne. Et cette dernière s’emballa alors insinuant que Ricci n’avait pas besoin d’elle pour se faire ses lignes avant de retourner mes remarques acerbes sur le manager italien sur moi. Je fronçai les sourcils la foudroyant, moi aussi, de regard.

-Non, je les préparais seul. Mais je sais que Ricci ne sait rien faire tout seul !


Sonne se leva d’un bond effrayant Alan au passage. Ce n’était sûrement pas la première fois qu’Alan était témoin d’une de nos disputes. Et chaque fois, il détestait ça. Mais j’étais trop centré sur ma discussion que pour rassurer notre fils.

Sonne déclara que Ricci avait besoin de lui pour ses compétences en soulignant bien fort que c’était moi qui l’avait encouragé à postuler pour ça. Je soupirai… Oui et c’était un de mes regrets… Sonne ajouta que Ricci avait besoin d’elle justement parce qu’elle n’allait pas l’enfoncé plus. Je ricanai.

-L’enfoncer plus ? Il est déjà au 400ème dessous, Sonne. Tu aurais dû voir les photos…

J’étais ignoble et je blessais Sonne. Je le voyais mais j’étais désabuser de me dire qu’elle allait reprendre le travail bientôt.

Et ma femme ne s’arrêta pas là. Furieuse, elle m’expliqua la suite de la soirée. Elle à faire ce qu’elle voulait et moi à m’occuper des enfants. Elle ne me laissait aucun choix. Je fronçai les sourcils à la remarque sur ma mère et après qu’elle ait embrassé Alan, je répliquai fermement.

-Je saurais parfaitement m’occuper des enfants !

C’est la dernière chose que je sus dire avant que Sonne ne quitte la pièce…

Et la soirée fut compliquée… Déjà pour donner les biberons aux triplés. Ils avaient faim en même temps mais je n’avais que deux mains. J’ai nourri James en premier pour éviter de l’entendre pleurer pendant des heures. Puis, j’ai nourri nos deux fille avant de les préparer un à un et de les mettre au lit… Si nos deux filles se sont rapidement endormies, ce n’était pas le cas de James que j’ai dû garder sur les bras même après qu’Alan se soit endormi à son tour. J’ai bercé James et je crois qu’il était finalement passé minuit quand il s’est endormi. Je l’ai remis dans son lit avant de rejoindre Sonne qui dormais déjà. J’étais exténué. Je soupirai regardant Sonne dormir. Je me disais que la soirée aurait tourné autrement si je n’avais pas parlé de Ricci...

Je pris un moment avant de m’endormir mais je réussis finalement à le faire avec un sentiment d’amertume…

****
J’avais eu une courte nuit et la journée avait été éprouvante comme le jour avant. A moins que ça ne soit la fatigue qui provoque ça… Du coup, c’est exténué que j’étais rentré à la maison. Je n’avais plus reparlé à Sonne depuis le souper d’hier. Je ne regrettais pas ce que j’avais dit sur Ricci parce que je le pensais toujours mais si je voulais que Sonne me pardonne, je devais au moins lui dire que je ne pensais pas ce que je disais hier même si c’était un mensonge.

J’entrai dans notre villa un sourire fatigué aux lèvres.

-Sonne ! Je suis rentré !

J’avançai dans la maison à la recherche de ma femme.



@ Billy Lighter



I lead a reckless life and I don't need your advice ©️ Guns N'Roses
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sonne Moriarty


Messages : 500
Date d'inscription : 12/11/2016
Age du personnage : 22
Localisation : All around the world

Who Am I?
Birth place:
Je suis:
Song:


MessageSujet: Re: Our Couple, My Job, My Li(f)e [PV Axel Moriarty][Terminé]   Dim 7 Oct - 16:48



Our Couple, My Job, My Li(f)e
ft. Axel Moriarty






Sous la douche, je repense à la scène que je viens de faire et je le regrette. Axel a le don de me piquer et je me demande s’il s’en rend compte.  En fait, ce n’est pas ses remarques en tant que tel envers mon patron qui m’ont blessée, mais le fait qu’encore et toujours, c’est la coke qui est à l’origine de la faiblesse d’un homme.

Mon histoire passée avec Atticus est révolue depuis longtemps au point que j’ai l’impression plus souvent qu’autrement de n’avoir jamais vécu cette vie là. Si ce n’était d’Alan pour me le rappeler de temps en temps avec ses yeux et cheveux hérités de son père, je n’y repense plus. Dans ma tête et dans mon cœur, Axel est le père de mon fils au même titre qu’il est le père des trois autres.

En de rare moment, comme ce soir, il m’arrive d’y songer et de me demander ce qu’aurait été notre vie à Atticus et moi s’il n’avait pas vécu dans les excès de la drogue. Aurions-nous pu vraiment être heureux et vivre une vraie vie de famille ?

Que serait notre vie à Axel et moi si je n’avais jamais découvert sa dépendance à la cocaïne ?

J’étais heureuse quand je le croyais sobre, entre le moment où j’ai découvert un sachet de coke dans ses poches dans nos premiers moments de couple et le jour où je l’ai surprise en bonne compagnie à l’hôtel le nez bien poudré.

J’aurais mieux fait de ne pas y aller, ce soir là et continuer de me bercer d’illusion en croyant mon ménage comme parfait. Me mettre la tête dans le sable. Si j’avais fait ça, aurais-je croisé la route d’Amon de la même manière ?

Et puis les rumeurs que je refusais de croire sur mon patron et sa rechute. Et même si Axel me l’a placé sous le nez pendant le repas, je me refuse toujours d’y croire.  Daniele est épuisé, Mademoiselle Crane n’a visiblement pas su tenir les rennes pour l’éviter de sombrer. Mademoiselle Watson… Maria… enfin. Je ne comprends pas.

Ma présence pourrait l’aider, le rassurer. Qui sait ? Sinon, pourquoi se serait-il rabaisser à demander mon aide ? Déjà, à la base,  qu’il ait prit la peine de me contacter pour me supplier de le rejoindre démontre qu’il est désemparé. Avant, il aurait attrapé n’importe qu’elle femme moindrement compétente dans l’entourage immédiat de Roadtramp ou de la jeune Cortez pour  porter le chapeau.

Daniele a besoin de moi… ce n’est que temporaire… les enfants seront bien avec leur père… ce n’est que temporaire… je reviendrai vite à la maison… ce n’est que temporaire… les enfants vont me manquer !

Ce n’est que temporaire !

*
Au retour d’Axel du bureau, ma valise est faite, les entretiens avec les nounous sont prévus pour le soir même et la maison est parfaitement rangée. Il n’y a que le repas qui n’est pas tout nouveau tout chaud au four. Nous devrons nous contenter des restes de la veille réchauffés.

Je suis ébranlée par la visite de mon amant et de tout ce qu’il a réveillé en moi.

Au-delà de la demande de Daniele Ricci, je meurs d’envie de retrouver Amon. Je me suis questionné après son départ sur ce que ce besoin peut signifier pour moi et Axel sans jamais mettre le doit sur le problème.  Quand je pense à Axel, je ressens beaucoup de déception, d’amertume mais aussi de l’amour. Je l’aime, malgré tout ce que nous traversons et c’est probablement pour ça que je l’aime parce qu’après tout ça, nous persistons et tenons le coup.

Amon.

C’est autre chose.

C’est une passion folle qui m’enveloppe, me transporte, me rend folle.

Et il y a aussi ce que je refuse encore de m’avouer même si c’est aussi évident que le nez en plein centre du visage.  Le plus troublant, c’est de savoir qu’il en va de même pour Amon. Si ce n’était que de moi, la question ne se poserait même pas. Je réprimerais mon désir pour lui jusqu’à l’étouffer et l’effacer de ma mémoire et de mon cœur.

- Je suis ici, Axel.

Au milieu du salon, avec mes valises.

Quand il entre, j’inspire profondément. Mon cœur bat, mes jambes menacent de me lâcher mais j’irai jusqu’au bout.

- Je pars rejoindre Daniele cette nuit. Mon vol est réservé, il m’attend.

J’en ai la voix étranglée de sanglots. Je ne pars pas sans regrets, sans avoir conscience que je risque gros mais ma décision est prise, et je ne reviendrai pas dessus.

- Ce soir, nous rencontrons des nounous chaudement recommander par Erik et Daniele assumera tous les frais qu’occasionnera mon absence. J’ai donc décidé d’en prendre deux, plus une femme de ménage et un traiteur qui fera tous les repas. J’ai aussi choisis et informé mon patron que je reviendrai à Los Angeles chaque fois qu’il y aura un battement dans les dates, même si je ne dois être à la maison que pour quelques heures. Dès que la tournée reviendra en Amérique, je serai de retour à la maison et ferai la navette en amenant Alan et James ou les filles avec moi.

Voilà… j’ai déballé mon sac et… attend avec une grande appréhension la réaction de mon mari.


@ Billy Lighter






I wanted you to give me
Something unbelievable
All I got was almost
Instantly forgettable
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Axel Moriarty


Messages : 517
Date d'inscription : 23/01/2015
Age du personnage : 26
Localisation : L.A.

Who Am I?
Birth place: Chicago - Illinois
Je suis: un manipulateur
Song: Reckless Life - Guns N'Roses


MessageSujet: Re: Our Couple, My Job, My Li(f)e [PV Axel Moriarty][Terminé]   Mar 9 Oct - 14:08



Our Couple, My Job, My Li(f)e
ft. Sonne Moriarty



J’appelais Sonne du hall afin de savoir où elle se trouvait dans la maison pour venir la saluer après une journée de travail. Je souriais… Je voulais être de bonne volonté pour oublier la soirée d’hier qui avait mal tourné et pouvoir, ce soir, profiter de ma femme dans une bonne ambiance.

J’entendis Sonne me dire qu’elle était là du salon. Je souris et la rejoignis jusqu’à découvrir ma femme au beau milieu de la pièce entourée de divers bagages. Ma bouche s’entrouvrit devant ce spectacle. J’en avais le souffle coupé mes yeux rivés sur les bagages qui appartenaient à Sonne. En quelques secondes plusieurs conclusions me traversèrent l’esprit mais c’est celle du divorce qui prédominait. Dans ma tête, la dispute d’hier aura été celle de trop et Sonne avait décidé de me quitter sans préavis sûrement pour rejoindre son amant de L.A.People. Je ne voyais que ça sur le coup de l’émotion.

Mais ce n’était pas ça.

Mes yeux remontèrent sur Sonne qui déclara qu’elle allait rejoindre Ricci cette nuit. Elle avait réservé son vol. Tout était déjà prêt.

-Quoi ?!

Je m’exclamai de la sorte. C’était ça reprendre le travail cet automne ? Se foutait-elle de moi ?! Avait-elle pensé qu’elle me mettait sur le fait accompli sans que je puisse dire quoi que ce soit ?! Se rendait-elle compte dans la merde dans laquelle elle me foutait ?!

Je n’arrivais pas à trouver des mots assez forts pour qualifier ce que je ressentais. A la place, je laissais Sonne parler des nounous recommandée par Erik qui viendront ce soir pour qu’on puisse en choisir une. Elle avait, aussi, engagé une femme de ménage et un traiteur. Tout ça sur le compte de Ricci. J’avais des yeux grands comme des soucoupes. Je n’en revenais pas de ce que me disait Sonne. Elle ajouta qu’elle reviendrait à chaque battement et qu’une fois que la tournée reviendra en Amérique, elle prendra de temps en temps les enfants deux par deux.

-Je…


Je ne savais pas quoi dire.

-Tu te rends compte dans quelle situation du me met ? Tu décides du jour en lendemain de partir rejoindre ton patron en Europe et tu nous demande de choisir une nounou à l’arrache ? Je n’étais pas contre que tu reprennes le travail, Sonne, même si je n’en étais pas heureux. Mais là ! Là c’est me mettre sur le fait accompli ! Et les enfants n’auront même pas le temps de s’habituer ou même de comprendre la situation !

Je ne haussai pas la voix mais je parlais durement.

-Mais tu ne me laisses pas vraiment le choix. Ta décision est prise comme je vois. Vas-y ! Pars ! Va rejoindre Ricci parce qu’apparemment il a plus besoin de toi que nous.

Je fronçai les sourcils. J’étais en rage mais je gardais ça à l’intérieur.

-Et la nounou aura intérêt à être à la hauteur ! Si ton patron paye tout, je t’assure que je suis prêt à en prendre deux s’il le faut et pas les plus bons marchés !

Qu’il taxe le Ricci ! Qu’il paye tout, donc ! S’il me prend ma femme, j’ai tout le même le droit à cette compensation financière et à abuser de son argent.



@ Billy Lighter



I lead a reckless life and I don't need your advice ©️ Guns N'Roses
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sonne Moriarty


Messages : 500
Date d'inscription : 12/11/2016
Age du personnage : 22
Localisation : All around the world

Who Am I?
Birth place:
Je suis:
Song:


MessageSujet: Re: Our Couple, My Job, My Li(f)e [PV Axel Moriarty][Terminé]   Jeu 11 Oct - 21:31



Our Couple, My Job, My Li(f)e
ft. Axel Moriarty





J’ai lâché le morceau comme si je lançais une bombe aux pieds d’Axel.  Une putain de grosse bombe qui s’apprête à sauter d’une seconde à l’autre et, comme riposte, mon mari me la renvois d’un solide coup de pied.

Ça semble légal.

Je suis prête à endosser tous les reproches, encaisser toutes les critiques, même à faire face à la menace. Je ne changerai pas d’idée.

La visite d’Amon m’a fait prendre conscience que j’ai besoin d’un temps d’arrêt pour savoir où j’en suis, ce que je ne peux pas faire en continuant de tergiverser entre un et l’autre. Le problème, dans l’équation, c’est qu’en allant rejoindre Daniele, j’ai aussi donné rendez-vous à Amon et ça, avouons le, c’est contre productif si je veux me mettre les idées claires.

- Je m’en rends compte, Axel ! Ce n’est pas plus facile pour moi, même si ça n’en a pas l’air !

J’ai passé ma journée à  pleurer en silence, gardant un sourire sur mon visage pour que les enfants ne ressentent pas mon chagrin.

Je suis à bout, j’ai besoin de changer d’air, de me retrouver un peu.

De faire le point.

Encore.

Essayer de comprendre comment je peux être amoureuse d’Axel et être incapable de me séparer d’Amon.

Faire un choix.

Je crois que ça s’impose.

- C’est injuste, ce que tu dis, Axel ! C’est une situation que personne n’avait prévu et j’y vais parce que je suis la seule qui peut l’empêcher de couler un peu plus.  Je vais tout faire pour revenir le plus rapidement possible… je…

Je n’ai pas la force d’argumenter.

La première nounou va arriver bientôt et je n,ai pas envie de la rencontrer le visage bouffi de larmes.

- Il va payer pour tout le personnel que nous engagerons pendant mon absence.

Si l’argent est son unique préoccupation, je me rends compte de la place que j’occupe dans son cœur. Ça rendra probablement mon questionnement plus simple.

- Nous pourrons en prendre deux, ainsi qu’un service de traiteur a domicile et une femme de ménage je t’ai déjà dit ça, Axel. Ne t’en fais pas.

C’est de l’ironie.

- Hier, Axel, j’avais vraiment besoin de passer du temps avec toi. Pour nous. Je n’ai pas compris tes piques sur mon patron qui n’ont fait que me blesser moi, en ricochet. Je suis sincèrement désolée de ma réaction. Elle était démesurée. J’en ai conscience. Mais parfois, avant de frapper sur quelqu’un en te servant de ses problèmes, il est plus sage de se regarder dans un miroir et être certains que les gens que l’on aime ne sont pas eux même blesser par ces dépendances là.

J’ai échoué avec Atticus. Ça semble réussir avec Axel mais à quel prix ? Mon patron demande mon aide, je ne peux pas le laisser tomber…


@ Billy Lighter






I wanted you to give me
Something unbelievable
All I got was almost
Instantly forgettable
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Axel Moriarty


Messages : 517
Date d'inscription : 23/01/2015
Age du personnage : 26
Localisation : L.A.

Who Am I?
Birth place: Chicago - Illinois
Je suis: un manipulateur
Song: Reckless Life - Guns N'Roses


MessageSujet: Re: Our Couple, My Job, My Li(f)e [PV Axel Moriarty][Terminé]   Lun 15 Oct - 12:04



Our Couple, My Job, My Li(f)e
ft. Sonne Moriarty



Ce n’est pas facile pour elle ? Alors pourquoi partait-elle ? Pour sauver Ricci de ses problèmes ? Elle ne le sauvera pas. Parce que même si, par hasard, elle arrivait à le sortir de la drogue, il n’en restait pas moins un alcoolique. Et ça, c’est quelque chose de tellement génétique que Ricci n’en sortira pas. Parce qu’il n’en a certainement pas envie surtout depuis qu’il est à nouveau célibataire.

Je ne savais pas, du coup, si c’était vraiment aussi « pas facile » pour elle ou si c’était histoire de se donner bonne conscience qu’elle se convainquait de ça. Quant à se rendre compte de ma situation, elle disait s’en rendre compte mais ça ne l’empêchait pas de rester sur sa décision de partir du jour au lendemain me laissant seul avec nos enfants.

Et même si elle déclara pouvoir, avec l’argent de Ricci, engager de quoi tenir la maison et s’occuper des enfants pendant que je travaillais, ça n’en restait pas moins des décisions qu’elle avait prise sans m’en parler avant. Elle avait programme, avec Erik, les entrevues avec les baby-sitters et s’était occupée d’engager un traiteur et une femme de ménage. Tout ça sans me demander mon avis, tout ça sans en discuter avec moi, sans débattre !

Et le pire, c’est qu’elle osait dire que c’était une situation que personne n’avait prévu ! Peut-être oui, mais elle n’était pas obligé de répondre au claquement de doigt de Ricci ! Tout ça pourquoi ? Pour l’empêcher de couler plus ?!

-Le plus rapidement possible… C’est ça oui… Bien moins rapide que ton retour au travail à mon avis…

J’étais peut-être un peu piquant mais j’étais dans une position que je n’appréciais pas. J’avais l’impression de ne pas avoir mon mot à dire dans l’histoire. Que Sonne dictait ma vie et celle de nos enfants. Et la seule chose dont je pouvais me réjouir c’est que tout ce qu’on devra investir pour l’absence de Sonne c’était Ricci qui le payera. Du coup, je déclarai vouloir deux baby-sitters et non une. Autant profiter de l’argent de Ricci quitte à chambouler ma vie !

-C’est le moins qu’il puisse faire !

En gros, je voulais dire qu’heureusement qu’il faisait ça et que c’était le minimum qu’il puisse faire pour nous pour que Sonne réponde à son caprice.

Sonne confirma qu’on pourra prendre deux baby-sitters. Oh mais j’y comptais bien ! C’était moi qui allait devoir vivre avec tout se personnel alors j’aimerais au moins avoir mon mot à dire sur le peu qu’il reste à discuter !

-Oui en espérant que les baby-sitters qu’on va rencontrer ce soir seront compétente. Sinon, je pourrais toujours changer en cours de route si elles ne me plaisent pas.

Sonne enchaina disant que hier elle avait besoin de passer du temps avec moi. Et elle n’avait pas compris mes petites piques envers Ricci qui, apparemment, lui avait fait mal à elle. Je savais qu’entre Sonne et la drogue, il y avait une profonde histoire de haine et que mes piques sur un Ricci drogué ne devait l’avoir blessée. Mais j’étais énervé par le fait qu’elle réponde au claquement de doigt de Ricci… Comme si elle n’avait attendu que ça pour se sortir de sa vie de femme au foyer… Je levai les yeux au ciel soupirant.

-Moi aussi hier, j’aurais voulu passer du temps avec toi.


Je l’aimais. Sinon, je serais déjà parti depuis longtemps…

-Mais discuter de ton retour au travail et le fait que ça soit Ricci qui demande m’a mis hors de moi. Nos enfants n’ont que trois mois… Ils sont encore petits… Alors oui, entendre que la demande venait de Ricci et que tu étais prête à y répondre m’a mis en colère et je n’ai pas mesuré mes mots.

Même si chacun de mes mots envers Ricci, je les pensais. Mais mon but n’était pas de faire mal à Sonne même si je trouve sa décision égoïste.

Je soupirai. Sonne allait partir. Si je la forçais à rester ça n’arrangera pas les choses, ça les empirera.

-Je te laisse partir… Je me débrouillerais avec les enfants et les employés de maisons. Mais Sonne… J’espère seulement que tu ne vas pas là-bas avec l’espoir de le sauver. Parce que si tu y vas pour ça, tu vas certainement avoir une très mauvaise surprise.


Pour moi, Ricci était un cas désespéré. Et je ne voulais pas que Sonne souffre de ça.

-Ne te met pas la pression pour lui.

Met la toi plutôt pour tes enfants… Eux peuvent encore avoir une vie digne de ce nom avec une mère aimante à leurs côtés. Pour Ricci, c’est trop tard.




@ Billy Lighter


I lead a reckless life and I don't need your advice ©️ Guns N'Roses
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sonne Moriarty


Messages : 500
Date d'inscription : 12/11/2016
Age du personnage : 22
Localisation : All around the world

Who Am I?
Birth place:
Je suis:
Song:


MessageSujet: Re: Our Couple, My Job, My Li(f)e [PV Axel Moriarty][Terminé]   Mar 16 Oct - 2:15



Our Couple, My Job, My Li(f)e
ft. Axel Moriarty





Autre que le fait de laisser mes enfants, ce qui fait le plus mal dans ma décision, car oui j’en ai conscience, c’est de décevoir Axel, encore une fois.  Pourtant, malgré  milles raisons de rester ici auprès de mon mari et de mes enfants, il n’a suffit que d’une seule bonne raison de me faire partir.

Si à mes yeux c’est une bonne raison, elle n’en demeure pas moins la pire d’entre toutes.

Amon.

J’encaisse la remarque d’Axel sur mon retour ici le plus tôt possible. Qu’importe ce que je dirai, je sais que je ne pourrai le certifier et qu’il est en droit de me le reprocher. Je ferais la même chose, sans aucun doute, si nous inversions les rôles.

Je ravale mes larmes, ce serait injuste et inutile d’en ajouter. Il ne me croirait probablement pas sincère.

Le suis-je ?

Je tente tout de même de rester forte, c’est peut-être aussi ce qui le blesse le plus, et de lui dire de ne pas s’en faire pour les frais puisque mon patron m’a assuré de tout prendre en charge. Un sacré montant pour m’appeler à sa rescousse. N’est-ce pas une preuve, aussi minime puisse telle être, qu’il est à ce point désespéré et qu’il est prêt à tout pour m’avoir à ses côtés ?

Ma tentative de lui expliquer mon comportement d’hier, versus mes attentes et même de lui présenter des excuses sembles être un coup d’épée dans l’eau. Axel est hermétique à mes paroles sauf quand vient le temps de me poignarder avec.

Je suis prête à baisser les bras, me contenter de prendre mes valises, de les amener près de la porte et attendre les premières postulantes nounous. Mais la remarque d’Axel me fige sur place. Est-il inquiet pour moi ? Est-ce une marque d’amour déguisé sous un avertissement ?  Mon cœur me cri de le prendre comme tel, ma tête m’implore d’être prudente.

Impulsive, je me jette sur lui, dans ses bras. J’ai besoin de le serrer fort contre moi, de pleurer contre son torse, de respirer son odeur. De le retrouver comme au premier jour. Quelque part entre ce moment là et aujourd’hui, nous nous sommes perdus.

Pourquoi ?

Comment ?

- Je te jure que la décision n’a pas été facile. J’ai mal en dedans. Vraiment. Mais quelque chose me dit qu’il faut que j’y aille. Si j’avais voulu partir, je l’aurais fait y’a longtemps, Axel.

Mais j’ai persisté ici. J’ai fait en sorte de tenir un rôle dans lequel il lui plaisait de me voir. Je serais encore dans mon rôle de ménagère  si Daniele n’avait pas demandé ma venue. J’ai une envie furieuse de lui arracher ses vêtements.

Je ne saurai jamais s’il m’aurait laissé faire puisque nous sommes interrompus par le carillon de l’entrée. Je n’ai que le temps de m’essuyer le visage, de respirer un bon coup et de me presser les joues pour me donner une meilleure mine.

The show must go on, comme on dit !


@ Billy Lighter






I wanted you to give me
Something unbelievable
All I got was almost
Instantly forgettable
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Axel Moriarty


Messages : 517
Date d'inscription : 23/01/2015
Age du personnage : 26
Localisation : L.A.

Who Am I?
Birth place: Chicago - Illinois
Je suis: un manipulateur
Song: Reckless Life - Guns N'Roses


MessageSujet: Re: Our Couple, My Job, My Li(f)e [PV Axel Moriarty][Terminé]   Jeu 18 Oct - 11:31



Our Couple, My Job, My Li(f)e
ft. Sonne Moriarty



Je venais d’envoyer à la figure de Sonne tout ce que je pensais. J’étais déçu de la voire partir au moindre claquement de doigt de Ricci. Je ne savais pas quelle valeur notre famille avait aux yeux de ma femme. Mais je commençais à me dire qu’elle préférait largement sa vie professionnelle à notre vie de famille. Elle préférait largement changer les couches de Ricci plutôt que celles de nos quatre enfants.

C’est, en tout cas, ce que je pouvais conclure de son départ précipité.

Les nounous, la femme de ménage et le traiteur me semblait être une façon pour elle de se donner bonne conscience. Tout comme Ricci payait tout pour s’assurer d’avoir ma femme à ses côtés. En fait, ce qui me chagrine le plus je crois que c’est le fait que j’ai fait beaucoup d’efforts pour que ça fonctionne entre nous et que Sonne n’en faisait aucune. Je n’avais plus entendu parler d’Amon depuis un moment mais je savais qu’en tournée elle croisera le journaliste à plusieurs reprises. A se demander si elle n’y va que pour Ricci…

Je n’avais, donc, pas vraiment de remords à lui dire ce que je pensais. Mais je l’aimais bien trop que pour me contenter de lui envoyer mes griefs à la figure. Alors j’avais achevé mon discours en espérant pour elle qu’elle n’allait pas là-bas pour sauver Ricci. Parce que si elle le faisait, elle allait recevoir un échec cuisant… Et je voulais lui éviter ça en la mettant en garde. Je ne voulais pas que ma femme me revienne en mille morceau parce qu’elle aura échouée… Non… Elle devait se contenter de son travail de secrétaire. Elle ne devait pas endossé le rôle de celle qui sauvera Ricci de la drogue. Parce que je pensais sincèrement que Ricci n’en sortira pas.

Sonne, contre toute attente, se jeta alors dans mes bras et se mis à pleurer. Je ne savais pas comment je devais prendre ça. Je ne savais pas ce qu’il lui passait par la tête. Je la serrai contre moi sans rien dire. Est-ce que mon avertissement venait de lui faire prendre conscience que partir ne servait à rien ? Ça me semblait trop beau pour être même envisageable.

Non, à la place Sonne se contenta de se justifier disant que sa décision n’avait pas été facile à prendre. Qu’elle avait mal. Mais qu’il fallait qu’elle parte quand même. Et que si elle avait voulu partir, elle l’aurait fait depuis longtemps.

Moi aussi j’avais mal de la voir partir… Sauf que moi, je n’ai aucun choix que de continuer à avoir mal. Parce que je n’ai eu aucun choix dans l’histoire. Je devrais juste subir les conséquences du sien. Les enfants aussi…

Tout ça pour Ricci… Et ce sentiment abstrait qu’avait Sonne de devoir le rejoindre.

Je ne dis rien… Je n’en rajoutais pas… Sa décision était prise. Et elle ne semblait pas encore avoir assez mal que pour revenir dessus.

On ne saura jamais ce qu’aurait donné la suite de mon silence… Parce qu’alors que celui-ci se prolongeait, le carillon de la villa sonna annonçant le début des entretiens avec les nounous.

Cette nuit Sonne allait partir… Cette nuit, je serais seul avec nos enfants.



@ Billy Lighter


I lead a reckless life and I don't need your advice ©️ Guns N'Roses
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Our Couple, My Job, My Li(f)e [PV Axel Moriarty][Terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Our Couple, My Job, My Li(f)e [PV Axel Moriarty][Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Boule et Tessie couple de caniches toy abricot
» Couple sous couverture. Trouée
» Les nominés pour le prix du plus grand couple (fictif ou non
» [Inutile] Topic des hommes mariés ou en couple
» couple de vieux

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: L.A Rocks :: Beverly Hills :: Villa d'Axel Moriarty-