AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Special Delivery [PV Jimmy/Brooke][WERCHTER][TERMINE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Jesse Stark


Messages : 91
Date d'inscription : 20/07/2018
Age du personnage : 7
Localisation : Eastside

Who Am I?
Birth place: L.A.
Je suis: Un chanteur
Song:


MessageSujet: Special Delivery [PV Jimmy/Brooke][WERCHTER][TERMINE]   Mar 25 Sep - 15:29



Special Delivery
ft. Jimmy Reed & Brooke A. Watson


C’était le pluuuuuuuuuus beau jour de ma vie ! J’avais fait mon p’tit sac pour partir au pays des stars avec Monsieur Jimmy. J’avais un grand sac à dos avec touuuuuus mes affaires parce que Monsieur Jimmy avait dit que je partais pour toujours… J’étais content mais j’étais un peu triste aussi. Isabel avait pas pleuré mais je sentais bien qu’elle était triste. Elle m’avait serré dans ses bras…

Mais ce n’est que quand Monsieur Jimmy est arrivé pour me prendre pour toujours que j’ai compris que je reverrais plus Isabel… Alors dans la voiture de Monsieur Jimmy, j’étais un peu triste. Je pensais à Isabel… Mais à Manuel et aux autres aussi. Isabel avait dit qu’elle était fière de moi… Moi, j’aurais voulu qu’ils m’accompagnent tous mais Monsieur Jimmy m’avait dit qu’ils ne savaient pas chanter et qu’ils avaient du travail… J’ai reniflé un p’tit peu et versé quelques larmes parce que je les aimais tous bien.

Mais je voulais aussi être une star et aller au pays des stars… Isabel a dit que je ne devais pas hésiter et que je devais y aller. Qu’elle me regardera à la télé et qu’elle achètera mes albums.

Puis… Après ça… Je suis rentré dans un autre moooonde !

J’ai été dans un grand endroit où on a pris un p’tit avion. Moi, j’avais vu que des avions dans le ciel ou dans les magazines ou à la télévision. J’étais jamais rentré dedans ! Mais là, j’allais le faire avec Monsieur Jimmy. J’étais émerveillé devant l’avion même si j’avais dit à Monsieur Jimmy que c’était un peu nul d’avoir un si p’tit avion alors que les autres avaient des tous gros avions. Moi j’aurais préféré un tout gros avion mais j’avais dit à Monsieur Jimmy qu’il fallait sûrement encore plus d’argent que ce qu’il en avait pour avoir un gros avion.

On est monté dedans. On était que moi et Monsieur Jimmy dans l’avion et des Madames bien habillées. C’était beaaaaaau à l’intérieur et j’avais des étoiles plein les yeux. L’une des Madame nous a dit qu’il était 11h30 et qu’on arriverait au pays des stars à 9h… Le pays des stars s’appelait Bruxelles. Boh… Bizarre comme nom…

L’avion décolla et je poussai un « ouaaaaaaaaaaaaaaais, à moi le pays des stars !!!! » quand on s’envola dans le ciel. Pendant deux trois minutes, j’ai regardé par la fenêtre. C’était beaaaaaaaaaau. J’étais juste en face de Monsieur Jimmy sur des sièges en cuir suuuper confortable. Alors comme il y avait que Monsieur Jimmy… Bah, j’ai parlé à Monsieur Jimmy.

Je lui ai d’abord montré tout ce que j’avais pris avec moi. J’ai sortis toooooute mes cassettes. J’en avais plein et elles prenaient beaucoup de place dans mon sac. Je lui ai montré Nounours et… Bah, c’est tout. J’avais aussi de l’argent et des habits mais c’était pas intéressant. Puis, j’ai parlé à Monsieur Jimmy de Madame June et de l’Inspecteur Keller. J’ai dit que Madame June était une méchante femme que je volais parfois et que l’Inspecteur Keller avait failli me mettre en prison un jour et m’a donné des Oreo aussi. Puis, j’ai aussi parlé d’Alonso. J’ai dit qu’il était gentil. Puis, j’ai parlé de Maman, qu’elle me manquait parfois mais que ça allait grâce à Isabel mais que maintenant, j’avais plus Isabel non plus et que c’était pas vraiment trop cool. Puis, bah… Monsieur Jimmy m’a demandé si je voulais écouter de la musique…

Je me suis levé alors pour aller voir une Madame et lui demander de la musique. Elle m’avait demandé ce que je voulais mettre et j’avais dit « The Burning Fire ». Elle a hésité et m’a demandé si je ne préférais pas écouter Roadtramp ou The Army. Mais j’ai dit « si » mais après The Burning Fire. Alors, elle a mis The Burning Fire. L’album avec les flammes. Oh boh… Y’a des flammes sur tous les albums de The Burning Fire de toute façon.

J’ai arrêté de parler à Monsieur Jimmy pendant tout l’album. J’ai juste tapé le rythme sur chaque chanson sur la table devant moi. Ah et j’ai chanté un peu parfois… Juste ça… C’est tout.

Puis, on a mangé. J’ai mangé tout plein et bu tout plein ! Puis, j’ai demandé quatre fois si on était presque arrivé mais on était pas presque arrivé.

Puis… Bah, puis je me suis ennuyé. Bah oui, c’était long en fait. Je faisais des petites moues… Y’avait toujours de la musique mais j’avais envie de jouer dehors. Monsieur Jimmy ne semblait plus vouloir parler… Alors, je me suis levé et j’ai commencé à toucher à tout dans l’avion. Bah, oui, je voulais voir s’il y avait pas des trucs marrant. J’ai sauté un peu sur les sièges aussi avant qu’on me dise d’arrêter… Puis, je suis revenu à ma place et j’ai refait des moues… Puis, j’ai mangé encore…

Puis, on a enfin atterri !

-Oh enfin !!!


Je pris mon sac mais une Madame m’a dit que ça ne servait à rien, que ce n’était qu’une escale. Oh boh, c’est quoi une escale ? On m’expliqua ce que c’était… J’ai rien compris… Mais je me suis levé comme Monsieur Jimmy. Mais il m’a dit de me rassoir et de l’attendre là. Il est descendu… Pas moi…

Boh…

Je fis la moue. Boh… Pourquoi ? Je peux pas aller dehors aussi ? Je restais assis dans mon siège… Boh, apparemment, non… Je me refrognai dans mon siège et je bus un peu de coca… Puis, Monsieur Jimmy revint après une éééééternité.

Puis, on a décollé encore. Boh, c’est si loin le pays des stars ? Je soupirais… Je fis la moue… Je me mis dans tous les sens sur mon siège… Puis, j’ai commencé à être trèèèèèès faaaaaatigué… Et j’ai dormis.

***

Je sentis qu’on me secouait doucement…

Oh non…

-Jesse…

Non, je veux pas me réveiller…

-Jesse, réveille-toi…

Oh non, tais-toi, Madame. Je suis faaaaatigué.

J’ouvris doucement les yeux parce que la Madame arrêtait pas de me secouer. Je fis la moue.

-Je suis fatigué, Madame. Je veux encore dormir dix minutes, s’il vous plait.

Je fis un regard tout endormi et tout triste. Elle passa sa main dans mes cheveux et semblait triste elle aussi de me réveiller comme ça. Elle regarda vers l’entrée de l’avion.

-Désolé, Jesse… Ça ne va pas être possible.

Je gemis de tristesse… Et elle me prit dans ses bras et elle prit mon sac à dos aussi. Elle m’amena hors de l’avion.

-Oh froid !!!!


Je me serrai plus à la Madame bien habillée par que j’avais soudain froid. Il faisait froid et il y avait du vent. J’enfuis ma figure dans le cou de la Madame qui frottait mon dos en descendant et me posa à terre quand on fut au sol. Elle me rendit mon sac que je mis sur mon dos. Je tremblotais de froid. J’ai pas de gros pull… Je frottais mes yeux aussi parce que j’étais faaaaaatigué… Puis, Jimmy se mis en marche. Je trainais les pieds derrière lui. Boh… Pourquoi il faisait jour ? On avait volé longtemps et il faisait jour.

-Boh où elle est là nuit, M’sieur Jimmy ?


Il me répondit qu’on était le matin. Hein ? Oh boh… Y’a pas eu de nuit ? Je fis une moue d’incompréhension. J’étais un peu triste aussi parce que si on était le matin, c’est que je ne pourrais pas dormir avant de soir…

Je soupirais encore et on entra dans une belle voiture. On était bien à au pays des stars. C’était pas une escale, cette fois. C’était bien vrai. Et, embarqué dans la voiture, je pus voir à quoi ressemblait le pays des stars.

Bah c’était pas beau…

Je fis la moue. Boh… Les buildings était tout petit et puis, y’avait pas de soleil. Oh boh, si c’est nul comme ça, je veux bien rentrer dans l’Eastside… Je ne le dis pas à Monsieur Jimmy… Je lui dirais quand on aura mangé. Mais il voulait d’abord qu’on aille voir un autre Monsieur avant de manger. Le Monsieur qui sera mon manager et qui s’occupera de moi et de ma carrière de star. J’ai pas tout trop compris mais apparemment, c’était un Monsieur important.

On arriva dans l’endroit où on devait voir le Monsieur. C’était un grand building mais j’avais déjà vu des buildings plus grands. Mais à l’intérieur c’était trooooop beau et je retrouvais mon sourire.

-Oh, c’est beau ici !


Je levai les yeux vers Monsieur Jimmy alors qu’on avançait dans le hall.

-Il est où le Monsieur, M’sieur Jimmy ? J’espère qu’il sera là.

J’espère qu’il aura des Oreo…

@ Billy Lighter


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Jimmy Reed


Messages : 728
Date d'inscription : 12/08/2016
Age du personnage : 36
Localisation : Malibu

Who Am I?
Birth place: Los Angeles
Je suis: Le chef des Los Diablos
Song: The Man Who Sold The World - David Bowie


MessageSujet: Re: Special Delivery [PV Jimmy/Brooke][WERCHTER][TERMINE]   Mar 25 Sep - 22:10



Special Delivery
ft. Jesse Stark & Brooke A. Watson


Je n’avais pas assisté au concert de Paris et ce pour plusieurs raison. La première et la plus simple étant que je détestais la France et plus ou moins tout ce que ce pays représentait, pour le peu que j’en connaissais. Mais la seconde raison, bien plus importante encore, était que j’avais à faire à Los Angeles.

J’y avais souvent pensé depuis la pause entre la tournée américaine et la tournée européenne… J’avais réfléchi à la meilleure façon de faire et, à vrai dire, la tournée était devenue, concernant le dossier Stark, comme une épine dans le pied.

Laisser le petit Jesse dans l’Eastside, c’était un peu joué à la roulette russe. Qui savait ce qui pouvait arriver à ce jeune prodige pendant les mois qui allaient venir si jamais je devais attendre la fin de la tournée pour l’assigner à un manager ? Il pourrait très bien disparaître, ou mourir… l’espérance de vie des petites gens de l’Eastside, surtout liées à des gangs, étant toute relative.

Il fallait donc que j’agisse vite, mais tout ça, c’était avant d’apprendre que Jack Perry avait fait venir sa petite-amie sur la tournée, ce qui allait plutôt arranger mes affaires. Perry n’aurait pas su s’occuper d’un enfant de cet âge et se concentrer sur les concerts d’Olivia en même temps. Mais sa compagne, elle, pouvait le faire.

Tout du moins était-ce ce que j’avais décidé. Moi, sans me soucier de l’avis de personne.

J’avais donc annoncé à Maritza que je rentrai à Los Angeles arranger quelques affaires et que je la rejoindrais ensuite en Belgique, dans au The Hotel de Bruxelles. Je lui avais laissé quelques adresses soi-disant sympathiques à visiter sur Paris et avait pris, depuis Madrid, un avion pour les USA.

Maritza et moi n’avions que brièvement parlé de mon entrevue avec Livia au petit-déjeuner à Rome… J’avais fait le pas en avant que ma fille attendait. Je savais que sa couleur préférée était le violet et qu’elle voulait visiter l’Afrique… C’était mieux que rien. J’avais dit à Maritza que j’avais rencontré une belle, intelligente et talentueuse jeune femme. Largement de quoi être fier.

Ce que j’étais.

Ce qu’on ne voit pas n’est pas pour autant forcément inexistant.

Le napperon sur lequel elle avait griffonné, lui, passait de tenue en tenue… Je le plaçais toujours dans la poche la plus proche de mon cœur. Je le regardais rarement, mais le ressentais contre moi. Plus fort quand Livia traversait le fil de mes pensées.  

Ce qu’on ne voit pas n’est pas forcément inexistant.

Je ne voyais plus vraiment la Maritza que j’avais connue, remplacée par une femme exigeante, froide, focalisée sur ses propres besoins, ses propres frustrations datant de 16 ans plus tôt… Réclamant réparation… Je n’estimais pas pour autant qu’elle avait disparu. Je croisais les doigts pour qu’elle n’ait pas disparu.

Auquel cas, je ne pourrai m’en vouloir qu’à moi-même.

Je me disais que la quitter un peu plus de 24 heures lui laisserait peut-être le temps de respirer… Et peut-être que je lui manquerais un peu… Même si ça m’étonnerait fort…

J’avais dormi dans la maison de BSC, sur Beverly Hills, après ce long trajet en avion. Puis, j’étais allé récupérer ce que j’avais à récupérer dans l’Eastside. Une autre petite perle enterrée sous un tas de merde…

Et une fois qu’il fut avec moi, après avoir fait le rapide deuil de ses amis en comprenant qu’il n’était pas négociable de les emmener avec nous, je me dis une seule chose :

Heureusement que j’avais pris le temps de dormir en arrivant.

Parce que le trajet vers Bruxelles… fut pénible.

N’empêche que je ne pus m’empêcher de sourire à plusieurs reprises. Il était intelligent, le petit Jesse, avait une bonne répartie par moment. J’avais ri quand il avait parlé du « pays des stars » et autres réflexions que seul un enfant peut faire.

Il m’avait montré toutes ses affaires ou presque, il avait parlé et je l’avais écouté. Il avait un tas de choses à raconter et j’étais attentif…

Enfin pendant les deux premières heures et demie de vol…

Il y avait bien un moment où il n’aurait plus rien à dire, non ? Un moment où il s’arrêterait ? Il aimait bien dormir, moi aussi, il y avait sûrement moyen de trouver un compris, là-dedans, non ?

Ok… Apparemment non… Alonso lui avait donné de la cocaïne avant de me le confier ou quoi ?

Je lui avais proposé d’écouter de la musique… Et… il avait choisi The Burning Fire. J’avais fait un signe à l’hôtesse de laisser couler sinon, il ne me laisserait jamais tranquille. Une fois la musique enclenchée, j’eus à nouveau l’immense plaisir de l’entendre chanter et il tapait de ses petites mains sur tout ce qui pouvait faire du bruit en rythme.

Howard Stone… en miniature.

J’avais froncé les sourcils en le regardant de plus près et c’en était presque effrayant…

Puis j’avais dû me retenir de rire quand le petit avait commencé à faire des moues, assis à sa place. Je savais, je sentais que si je riais, il allait recommencer à me parler comme un vrai moulin  à parole.

Il y avait eu le moment aussi où il s’était mis à toucher à tout et à sauter sur son siège. Et je m’étais plutôt amusé de voir les hôtesses essayer de maîtriser ce petit monstre…

Les laissant toutes seules avec lui le temps de l’escale, pendant que j’étais allé me promener dans l’aéroport.

La seconde partie du vol fut plus aisée… Le petit s’endormit…

Et moi aussi.

C’était fou ce que les enfants pouvaient être épuisants.

Quand nous avions finalement atterri à Bruxelles, j’étais descendu directement sur le tarmac, laissant à l’une des hôtesses le soin de réveiller Jesse avec lequel je la vit descendre.

-Merci, Myranda… vous pouvez le déposer.

Je regardai l’enfant qui se frottait les yeux et tremblait de froid.

-Bien. Allons-y.

J’allumai une cigarette et me mis à avancer… jusqu’à ce que l’enfant pose une question plutôt pertinente. Je ralentis pour le laisser me rattraper et qu’il puisse marcher à ma hauteur.

-Mon petit avion pas cher a été plus vite que le soleil, Jesse. C’est ce qu’on appelle le décalage horaire.

Je le fis embarquer dans une Cadillac que j’avais louée, le laissant monter à l’avant sans me formaliser avant d’embarquer moi-même côté conducteur.

Tout en conduisant, je lui expliquai la suite du plan.

-Nous allons aller rencontrer Jack Perry. Toute star a un manager et Monsieur Perry sera ton manager. Il faudra faire ce qu’il te dit de faire. Si tu as une question, c’est à lui qu’il faudra la poser. C’est aussi à lui qu’il faudra demander quand tu voudras quelque chose.

Je lui souris.

-Mais tu verras, tu apprendras vite.

Si Howard Stone savait le faire, un enfant de 5 ans pouvait le faire aussi.

On arriva assez vite à l’hôtel malgré les embouteillages. Cette ville était vraiment… Mal foutue, c’était un véritable enfer !

Mais je souris quand Jesse s’extasia à l’intérieur de l’hôtel.

-Il faudra t’y faire, Jesse… parce que dorénavant, tu verras beaucoup de belles choses.

Je lui désignai un fauteuil un peu plus loin dans le hall.

-Perry ne devrait pas tarder. Il n’est jamais en retard. Viens. Nous allons nous installer là pour rencontrer ton manager et ensuite, tu iras très certainement déjeuner.

Moi aussi, mais pas avec lui.

Je m’installai sur le fauteuil et le laissai grimper à côté de moi. Je souris à Mademoiselle Page quand celle-ci accourut vers moi, ses talons claquant et résonnant dans le hall.

-Bonjour, Frances.

Elle regarda Jesse bouche bée. Mais ne posa pas de question. Peut-être que c’est elle que je devrais épouser, ce serait plus simple.

-Bonjour, Monsieur Reed… Heu… Monsieur Perry vous prie de l’excuser… Mais…

Elle se tourna légèrement pour me désigner d’une main une belle jeune femme qui n’était autre que la compagne de Perry.

-Mademoiselle Watson est là pour pallier son absence. Il est partit rencontrer des musiciens apparemment prometteurs.

C'est le problème quand on préviens à la dernière minute, Jimmy Reed.

Je regardai Frances, puis Mademoiselle Watson… Avant de sourire. De toute façon, dans un premier temps, Watson allait être plus importante que Perry.

-Bien. Merci, Frances. Ce sera tout pour l’instant. Quoi que… Si vous pouviez nous trouver quelque chose à boire. Du café, par exemple, ce serait très gentil à vous.

Puis, à Brooke A. Watson, je désignai le fauteuil en face de Jesse et moi.

-Installez-vous, s’il vous plait, ce ne sera pas long. Et pour commencer, je suis ravi de vous rencontrer… Et j’en profite pour vous présenter notre nouvelle petite star : Jesse Stark…

J’avais posé ma main sur la tête de l’enfant, souriant à Watson.

-Dis bonjour, Jesse.

Spoiler:
 

@ Billy Lighter



This is my world and you're a tourist.


Dernière édition par Jimmy Reed le Mer 26 Sep - 9:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Brooke A. Watson


Messages : 85
Date d'inscription : 22/10/2017
Age du personnage : 28
Localisation : History Classroom


MessageSujet: Re: Special Delivery [PV Jimmy/Brooke][WERCHTER][TERMINE]   Mer 26 Sep - 0:22



Special Delivery
ft. Jesse Stark & Jimmy Reed





Oh ! J’ai dormis longtemps et profondément ! Tout ce voyagement en avion et en autocar vont finir par avoir raison de ma petite routine de professeur bien rangée.  Je m’étire dans le lit, cherchant Jack à tâtons d’abord avec mon pied puis, ne rencontrant pas de jambes chaudes et poilues, je fronce des sourcils avant de tourner la tête sur l’oreiller et de constater que je suis seule dans notre lit.

- Jack ?

N’obtenant pas de réponse, je relève la tête un peu plus pour découvrir que notre chambre est vide. Jack est probablement descendu à la réception de l’hôtel cherché les journaux d’ici ou commande notre petit déjeuner, qui sait ?  Paresseusement, levant mes bras au dessus de ma tête, je m’étire en baillant avant de me lever en m’enroulant dans  le drap du lit.

Sur la table basse, je trouve une feuille de papier sur laquelle je reconnais l’écriture de mon petit ami.  Je la soulève délicatement, comme si j’avais peur qu’un mouvement brusque puisse effacer les mots tendre de mon amoureux.  Je comprends pourquoi je me suis réveillée toute seule, et je ne lui en veux pas le moins du monde. Business is business comme on dit !

Par contre, la seconde partie de la lettre me mets un tout petit peu mal à l’aise. Je n’ai encore jamais rencontré officiellement le patron de Jack et sa réputation n’est plus à faire. J’espère sincèrement que ce qu’écrit Jack est véridique et que je n’aurai pas à le rencontrer directement, sa secrétaire particulière faisant l’affaire !

‘’À 10h00…’’

- Bon sang ! Il est 9h30 !

Il faut que je m’active ! Et pas le temps pour une douche je me contente d’un brossage de dent en profondeur et d’enfiler une tenue correcte, au cas où j’aurais effectivement à croiser l’imposant homme d’affaire.  Je suis de celle qui prépare ses valises en fonctions de différentes éventualités ainsi donc j’ai des vêtements décontractés, des robes de soirées, des tenues sobres mais de bon goût, des fringues pour le sport… On ne sait jamais quand nous aurons droit à un petit jogging ou une séance de gym !

Je n’ai que le temps de me regarder dans la glace pour m’assurer que je suis correct et surtout, que mon rouge à lèvre, quoi que très sobre, ne tache pas mes dents.  La dernière chose que je souhaite est bien de faire honte à Jack en donnant une mauvaise impression.

Malgré tout ça, j’arrive avant 10h dans le hall de l’hôtel ou j’aperçois déjà celle que j’ai déjà croisée sans toutefois avoir été officiellement présentée et que je reconnais comme étant Mademoiselle Page.  Je m’approche d’elle, un sourire sincère sur mes lèvres et je lui end la main, poliment.

- Bonjour… Jack n’a pu venir, il avait un autre engagement mais il m’a demandé de passer pour prendre le… les… documents ?

Je comprends à son regard que je ne suis pas la personne qu’elle espérait mais il semblerait que je ferai quand même l’affaire.  Dans ses mains, je ne vois aucun porte document ou  même de paquet ou qu’importe, quelque chose que j’aurais pu prendre et monter à notre chambre pour Jack. Au contraire, elle me dirige plutôt vers… Jimmy Reed en personne, installé sur le fauteuil de la réception de l’hôtel.

Professionnelle, Mademoiselle Page  indique le petit changement en me présentant moi, ce qui ne m’aide aucunement à me mettre à l’aise vis-à-vis d’une personne comme Reed qui remercie sa secrétaire et l’envoie chercher du café. Ignorant si je fais partie du ‘’nous’’ qui aura du café, j’admet quand même que je ne refuserais pas une tasse.

Jimmy Reed m’intime de m’assoir, ce que je fais, comme si, plutôt que d’une invitation courtoise, il m’avait ordonné de le faire.

- Moi de même, Monsieur Reed.

Du même souffle, il me présente le petit garçon installé à ses côté sur le grand fauteuil. Il a de magnifique et grands yeux bruns et une bouille d’angelot absolument adorable.  Son neveu ? Son fils peut-être ?

Je le saurai tôt ou tard mais il serait mal avisé de l’interrogé  librement. Le petit, Jesse Stark est la nouvelle petite star, de BSC sans nul doute sinon je ne vois pas le lien… hey ! Mais je n’ai pas bu mon café encore !

- Bonjour, Jesse ! Heureuse de te rencontrer également.  Je me nomme Brooke !

Regardant toujours le petit tendrement, je me permets de pensée tout haut en affirmant que le petit est mignon comme tout. Puis, difficilement, je détourne le regard pour revenir sur Monsieur Reed et surtout, pour récupérer les documents pour  Jack.

- Jack m’a demandé de venir pour lui, afin de récupérer des…

Mon regard ce porte ensuite sur le jeune garçon et j’ai un léger rire nerveux, mon cerveau associant le petit aux documents, idée farfelue que je balais rapidement de mon esprit.

- Enfin… je suis là…

Ce qui semble être une évidence…



@ Billy Lighter
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Jesse Stark


Messages : 91
Date d'inscription : 20/07/2018
Age du personnage : 7
Localisation : Eastside

Who Am I?
Birth place: L.A.
Je suis: Un chanteur
Song:


MessageSujet: Re: Special Delivery [PV Jimmy/Brooke][WERCHTER][TERMINE]   Mer 26 Sep - 14:51



Special Delivery
ft. Jimmy Reed & Brooke A. Watson


Plus vite que le soleil ? Boh… Comment il a fait ça le p’tit avion ? Décalage horaire ? Je baillai parce que tous ces mots étaient trop trop dur à comprendre et que j’avais froid et en plus et que j’étais fatigué aussi. Et puis, je savais maintenant qu’on était le matin et que je ne pourrais pas dormir avant longtemps et j’étais un peu déprimé à cause de ça.

Puis, on a embarqué dans une super belle et grosse voiture. Je retrouvais un peu mon sourire en m’installant dedans à côté de Monsieur Jimmy qui conduisait. Je montais pas souvent dans des voitures. Parfois, Alonso me conduisait d’un côté à l’autre de la ville pour travailler mais c’était les seuls fois. Mais là, c’était la première fois que je montais dans une aussi belle voiture.

Et y’avait que la voiture qui était belle parce que le pays des stars, lui, était pas beau. J’étais un p’tit peu déçu de ça. Je voulais pas vraiment vivre ici, moi… Je regardais le paysage en faisant une p’tite moue alors que Monsieur Jimmy me parlait de l’homme que j’allais rencontrer. Il s’appelait Jack Perry. Je dû répété le nom plusieurs fois dans ma tête pour le retenir… C’était un manager. Il allait s’occuper de moi parce que c’était ce que les managers faisaient. Ils s’occupaient des enfants ? Boh, non, Jesse… Les managers s’occupaient des stars. Même si c’était pas des enfants… Boh, pourquoi ? Les adultes stars ont besoin d’un Alonso pour les aider ? Boh, je m’embrouille.

-D’accord… Les questions, c’est pour Monsieur Jack… Ok…

Pas pour Monsieur Jimmy ? Boh, il vaut mieux pas. Il cause pas trop beaucoup Monsieur Jimmy. Il disait juste que j’allais apprendre vite.

-Oh boh, oui.


Manuel disait que j’apprenais pas vite… Mais Isabel disait, elle, que j’étais intelligent pour mon âge. Boh, pourquoi les gens se contredisent tout le temps ?

On finit par arriver là où on devait rencontrer Monsieur Jack. Quand on entra dans le gros building, je pu enfin voir quelque chose de beau. Monsieur Jimmy disait que je devais m’y faire parce que maintenant j’allais voir beaucoup de belles choses. Je lui dis que le pays des stars est pas beau du tout ? Oh non, il vaut mieux attendre d’avoir mangé.

-Oh cooool !


Il me montra un beau fauteuil et disait que Monsieur Jack allait bientôt venir. Après l’avoir rencontré, on ira manger. Enfin, j’irais manger. Bah, Monsieur Jimmy ira pas manger, lui ? Boh… Il a peut-être pas faim.

-Oh c’est bien parce que j’ai trèèèès faim. J’espère qu’il y a des hamburgers. J’aime bien moi ça.


Je grimpai sur le fauteuil près de Monsieur Jimmy. Et on attendit même pas trois secondes quand deux Madames arrivèrent. Ooooh, qu’elles étaient jolies ! Une Madame blonde qui s’appellait Madame Frances et une Madame brune qui s’appellait Madame Watson, je crois. Bah, c’était pas un Monsieur qui devait venir ? Il était devenu une Madame ? Je fis une drôle de moue perplexe alors que Madame Watson et Monsieur Jimmy discutaient. Monsieur Jimmy avait menti ? Boh, possible. Les gens mentaient tout le temps.

J’arrêtais de réfléchir quand Monsieur Jimmy me présenta et me demanda de dire bonjour. Je souris un peu timidement… Boh, je suis pas timide d’habite mais elle est belle la Madame.

-Bonjour Madame.


Elle se présenta et était toute gentille. Elle s’appelait, en fait, Madame Booke et pas Madame Watson. L’autre Madame et Monsieur Jimmy s’était trompés. Elle disait que j’étais mignons et je souris d’un sourire mignon encore plus.

-Vous aussi vous êtes trop jolie, Madame Brooke.

Puis elle parla à Monsieur Jimmy de Jack et disait qu’elle était là. Je fis la moue parce que je ne comprenais plus trop rien. Puis, je regardais vers Monsieur Jimmy.

-M’sieur Jimmy, vous êtes un menteur… Vous avez dit qu’on avait rendez-vous avec un Monsieur et c’est une Madame. Je savais pas que vous aussi vous mentiez. C’est pas beau, vous savez.

Je pris un air triste. Pas parce que j’avais eu une Madame à la place d’un Monsieur… En fait, je préférais avoir une Madame… Mais parce que Monsieur Jimmy était comme les autres : un menteur. Bah, j’en étais un aussi mais c’est parce que je faisais comme les autres… Moi, j’y peux rien…


@ Billy Lighter


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Jimmy Reed


Messages : 728
Date d'inscription : 12/08/2016
Age du personnage : 36
Localisation : Malibu

Who Am I?
Birth place: Los Angeles
Je suis: Le chef des Los Diablos
Song: The Man Who Sold The World - David Bowie


MessageSujet: Re: Special Delivery [PV Jimmy/Brooke][WERCHTER][TERMINE]   Jeu 27 Sep - 20:08



Special Delivery
ft. Jesse Stark & Brooke A. Watson


Je soupirai. C’était fou ce que ce voyage m’avait épuisé. Jesse, lui, ne semblait pas fatigué le moins du monde maintenant qu’il était bel et bien réveillé.

-Si tu veux des hamburgers, il y aura des hamburgers, Jesse, c’est l’avantage d’être une star.

J’allais l’envoyer prendre des cours chez Ian Hunter, ce serait plus efficace.

Je montrai à l’enfant un canapé sur lequel nous nous installâmes, lui à côté de moi, en attendant Jack Perry. Mais ce ne fut pas Jack Perry que m’annonça finalement ma secrétaire quand elle accourut vers moi, mais bien la compagne de celui-ci. Je la savais professeur d’histoire à Fairfax High School, je savais aussi qu’elle était la cousine de Maria Watson. J’en savais peut-être plus sur Brooke A. Watson que sur ma propre fille, d’ailleurs.

Comment ? C’était très simple. Ma secrétaire hantait les couloirs de la tour BSC comme une âme en peine depuis des années. Et dans cette tour, il y a d’autres secrétaires, appartenant à d’autres managers et qui constituaient à elles seules un réseau d’informations les unes sur les autres ainsi que sur le moindre employé de la tour encore plus efficace que le meilleur réseau d’information mis au point par l’US Army.

Frances n’avait eu qu’à ouvrir ses oreilles pour en savoir très long sur la compagne de Jack Perry. Parce qu’une fois que le beau manager avait annoncé ne plus être célibataire, dans l’une ou l’autre conversation entre collègues, j’imagine, ça avait commencé à jaser fort parmi les employées de BSC.

Les femmes étaient très utiles lorsqu’on savait comment les utiliser.

Et j’avais donc demandé à Frances, avant de mettre mon plan « Jesse Stark » en branle, de me faire un topo sur ce qu’elle savait de la compagne de Perry afin d’être sûr de ne pas tomber sur quelque chose de l’acabit de Bailey North. Et le résultat ne m’avait pas déplu. Brooke A. Watson avait tout le potentiel pour être une bonne mère de substitution et saurait aider Perry à gérer le jeune garçon.

Elle était parfaite pour le rôle que je voulais lui donner. Impression qui fut confirmée quand la jeune femme se retrouva devant moi. Perry avait du goût en matière de femme, mais surtout, celle-ci dit ce qu’elle avait à dire, sans en faire trop, attendant de savoir ce que je lui voulais. Et je ne pus que sourire en entendant l’échange entre elle et l’enfant.

Elle le trouvait mignon ? Tant mieux. Parce qu’elle allait se le coltiner à longueur de journées dès que j’allais quitter ce hall pour aller déjeuner. Et comme l’impression semblait réciproque, tout allait pour le mieux dans le monde de Jimmy Reed.

-Oui. Il est très mignon. Très talentueux aussi, un véritable prodige.

La jeune femme annonça que Jack l’avait mise sur le coup pour récupérer… Ce qu’il y avait à récupérer.

Je lui souris.

-Et bien c’est…

Le petit m’interrompit en m’interpellant.

Je haussai les sourcils avant de rire et de répliquer :

-Oui, Jesse. Mais sache que je ne t’ai pas menti. La plus grande des menteuses, c’est la vie et elle m’a menti aussi. Je pensais aussi que nous allions voir Monsieur Perry. Mais rassure-toi, la vie n’a pas fini de te mentir.

En espérant que ça lui donne assez de matière à analyser pour qu’il me laisse en placer une. Je reportai mon attention sur Mademoiselle Watson.

-Je disais donc que Jesse ici présent est celui que vous êtes chargée de récupérer. Je souhaiterais que Jack devienne le manager de Jesse, au même titre qu’il est déjà celui d’Olivia. En espérant qu’il pourra s’occuper aussi bien de l’un que de l’autre.

Je posai ma main sur la petite épaule de Jesse. Attention à ce que tu vas raconter, maintenant, Jimmy.

-Jesse est orphelin. Il chantait jusqu’ici dans les rues de l’Eastside, pas vrai, Jesse ? Mais lorsque j’ai découvert son talent et la pauvre vie qu’il menait, je n’ai pu m’empêcher de lui offrir cette chance d’avoir une belle vie.

J’appuyai mon regard sur Brooke.

-Vous et Jack me semblez tous désignés pour mener à bien cette « mission », si je puis dire.

Je marquai une brève pause, remerciant Frances qui était revenue avec un plateau sur lequel il y avait du café pour Brooke et moi et un chocolat chaud pour le petit Jesse. Je pris le chocolat et le posai délicatement devant l’enfant.

-Tiens… C’est pour toi. Fais attention de ne pas renverser, s’il te plait.

Puis, à nouveau à Brooke.

-En espérant bien sûr que vous soyez plus fiable que votre cousine. Je ne voudrais pas que Jack se retrouve seul du jour au lendemain.

@ Billy Lighter



This is my world and you're a tourist.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Brooke A. Watson


Messages : 85
Date d'inscription : 22/10/2017
Age du personnage : 28
Localisation : History Classroom


MessageSujet: Re: Special Delivery [PV Jimmy/Brooke][WERCHTER][TERMINE]   Jeu 27 Sep - 22:16



Special Delivery
ft. Jesse Stark & Jimmy Reed







Le petit garçon est on ne peut plus mignon.  Il dégage un truc que je ne saurais expliquer, qui impose des câlins c’est ce que je ressens quand je le regarde : l’envi de lui faire des câlins. Les présentations d’usages faites, et après une brève intervention du petit garçon qui se voit offrir un court exposer sur les aléas de la vie et ses mensonges,  je reporte mon attention sur le patron de BSC.

Ma surprise est grande, aussi grande que ma bouche qui forme un ‘’O’’ avant de se refermer abruptement, me faisant me secouer la tête.  J’hésite un instant avant de lui demander s’il est sérieux où si il me prend pour la plus grande valise du monde.  Savoir qu’il a songé à Jack, en tout premier lieu pour manager ce qu’il considère être un talent d’envergure me flatte pour mon petit ami qui travail très fort avec Olivia ce n’est pas ce qui me choque dans l’histoire.

Monsieur Reed n’a visiblement aucun scrupule à manipuler la vie des gens comme bon lui semble pour son propre plaisir.  

- Pardon ?

J’ai peut-être été un peu sèche dans ma question. Il me faut assimiler la nouvelle et, en même temps, voir comment annoncer à Jack que son patron nous confis un orphelin et tout ce qui vient avec.

En terme plus clair, Jack et moi  devenons du jour au lendemain parent par procuration de la nouvelle saveur du mois de BSC.

- Merci., dis-je à Mademoiselle Page qui revient avec les cafés et le chocolat chaud de Jesse.

J’aurais fait un tour de manège que je ne serais pas autant étourdie.

- Merci, Monsieur Reed pour le compliment…

Je vais ravaler ma fierté et me garder de lui dire ce que je pense de lui, là, tout de suite. Je ne comprends pas comment on peut parler de la vie d’un enfant comme d’un simple produit à placer quelque part. Il y a des gens qui passent leur vie à tout tenter pour enfanter et qui n’y parviennent pas et me voilà responsable d’un garçon sur les bras comme s’il venait de tomber du ciel.

En fait, c’est un peu ce qui vient de se produire.

Je ne relève pas le commentaire désobligeant sur ma cousine, j’aurais été méchante et je ne veux, pour rien au monde, voir la carrière de Jack payer pour mes paroles.  Je me permets cependant une réflexion.

- Il faut être sans cœur pour manipuler la vie d’un enfant dans le but de s’enrichir.

Si Jack et moi pouvons faire la différence pour Jesse, en lui offrant un foyer, de la sécurité et de l’amour, nous le feront, mais l’argent dans tout ça n’est clairement pas une priorité en ce qui me concerne. Si le but de Reed en recrutant cet enfant était uniquement de doré un petit peu plus sa retraite, il me fait pitié ! J’en ai les yeux bordés de larmes.

Ce n’est qu’un enfant… pas une machine à générer des billets.

- Tu veux venir voir là où tu vas dormir, Jesse ?

En ce qui me concerne, l’entretient avec Reed est terminé. Jack verra à son retour des détails, si je peux dire ça ainsi.



@ Billy Lighter
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Jesse Stark


Messages : 91
Date d'inscription : 20/07/2018
Age du personnage : 7
Localisation : Eastside

Who Am I?
Birth place: L.A.
Je suis: Un chanteur
Song:


MessageSujet: Re: Special Delivery [PV Jimmy/Brooke][WERCHTER][TERMINE]   Ven 28 Sep - 11:35



Special Delivery
ft. Jimmy Reed & Brooke A. Watson


Si je voulais des hamburgers, j’allais avoir des hamburgers… Monsieur Jimmy avait dit ça ! J’étais une star ! Je pouvais avoir ce que je veux. Je souris d’un grand sourire. Moi, je veux juste un hamburger pour le moment parce que j’ai faim.

Mais avant on devait voir Monsieur Jack. Et Monsieur Jimmy nous fit asseoir dans le hall du trop bel hôtel. Monsieur Jack habitait dans un hôtel ? Les stars habitaient dans des hôtels au pays des stars ? Je croyais qu’ils habitaient dans des trèèèèèès grandes maisons… Boh… Bah le pays des stars est vraiment plus nul que je ne l’avais imaginé.

On attendit pas longtemps avant que deux Madames arrivent. Une seule Madame resta. Elle s’appelait Madame Brooke et elle était troop jolie.

Elle me trouvait mignon, moi je la trouvais belle. Et Monsieur Jimmy disait que j’étais mignon et un véritable prodige. C’est quoi un prodige ? Boh… Je sais pas mais ça à l’air gentil. Monsieur Jimmy est soudain gentil et dit des choses gentilles sur moi ? Tantôt il avait l’air agacé et tout… L’étais bizarre Monsieur Jimmy.

Et il mentait ! Moi, je suis déçu de voir qu’il ment. Encore un qui ment. Boh… Mais Monsieur Jimmy disait qu’il ne mentait pas mais que c’est la vie qui mentait. Elle lui avait menti parce qu’il croyait aussi qu’on rencontrerait Monsieur Jack. Je fis la moue en plissant les yeux.

-Oh non, M’sieur Jimmy, vous êtes bête… C’est pas la vie qui ment, c’est les gens…


La vie, elle ment pas… Quand elle dit : « tu es mort », ben t’es mort… Quand elle dit : « t’as faim », ben t’as faim. Moi, je suis pas toujours malin mais je sais ça. Monsieur Jimmy, pas… Monsieur Jimmy était un menteur comme tout le monde. C’est les gens qui n’arrêteront pas de me mentir.

M’en fout. Je leur mentirais aussi, voilà !

Et Monsieur Jimmy se mis à parler à Madame Brooke. Il disait qu’il voulait que Monsieur Jack soit mon manager. Monsieur Jack était déjà manager d’Olivia. Boh… C’est qui Olivia ? Je fis une moue de réflexion. Boh, je sais pas…

Monsieur Jimmy mis sa main sur mon épaule et je l’écoutais dire que j’étais orphelin et que je chantais dans l’Eastside.

-Oui, je chantais mais je faisais pas que ça, Monsieur Jimmy.


Bah, je volais aussi et je travaillais pour Alonso. Ça gagnait plus que chanter. Enfin, avant… Maintenant chanter ça gagnait plus !

Monsieur Jimmy disait que quand il avait vu ma pauvre vie, il avait voulu m’en offrir une plus belle. Ma pauvre vie ? Boh… Elle était pauvre ma vie d’avant ? J’avais des amis, j’avais de l’argent, je pouvais jouer dehors… Ah oui, je travaillais… Ah oui, ça c’était nul. Bah, pour l’instant, Monsieur Jimmy, le pays des stars est moche et c’est pas beaucoup mieux que ma vie d’avant… J’ai quand même été réveillé, moi, dans le p’tit avion…

Madame Brooke semblait choquée. Elle faisait une drôle de tête. Je penchais un peu la tête sur le côté. Je ne comprenais pas vraiment pourquoi elle faisait cette tête. Parce que je viens de l’Eastside ? Oui, les gens d’Hollywood, ils ont peur des gens de l’Eastside… Madame Brooke venait d’Hollywood ? Boh non, Jesse, elle vient du pays des stars, elle vit ici…

Oh, je comprends rien encore…

Mais je compris mieux les choses quand l’autre Madame revint avec du chocolat chaud.

-Oh !!! Chocolat !!!

Je souris et commençais à boire le chocolat. Je fis une grimace.

-Oh, c’est chaud ! Oh c’est amer ! Beurk !


Boh… C’est pas du Nesquick…

Oh, c’est de plus en plus nul. Je fis une moue triste et tournai ma cuillère dans le chocolat pas bon et je relevai la tête quand Monsieur Jimmy disait qu’il espérait que Madame Brooke soit plus fiable que sa cousine. Boh, Madame Brooke a une cousine ? Boh… C’est quoi « fiable » ?

Je n’aimais pas être perdu mais je l’étais là… Puis, Madame Brooke déclara qu’il fallait être sans cœur pour manipuler la vie d’un enfant pour s’enrichir. Madame Brooke ne semblait pas content. Je la regardais un peu triste. Je ne comprenais toujours rien. Je ne comprenais plus ni Monsieur Jimmy, ni Madame Brooke… On dirait qu’il parlait mais que le message était ailleurs… Parfois quand Manuel parlait à des adultes, c’était la même chose. Je ne comprenais rien parce qu’il parlait mais le message était ailleurs…

Puis après ils disent que je suis bête… C’est pas gentil !

Madame Brooke semblait triste maintenant. Je ne voulais pas que Madame Brooke soit triste. Je l’aimais déjà beaucoup. Elle est triste à cause de moi ? Je fis une moue triste… Je voulais pas la rendre triste, moi…

Elle me regarda et me demanda si je voulais voir où j’allais dormir. Oh ! Madame Brooke, n’était pas fâchée sur moi ! Je souris.

-Oh oui, je veux bien !!!

En disant ça, j’avais fait un geste très brusque avec ma cuillère et la tasse tomba de la table en se renversant un peu sur le pantalon de Monsieur Jimmy. Moi, j’étais assis à genou alors j’avais rien eu. J’équarquillai les yeux et fis un « O » avec ma bouche avant de lever mon regard sur Monsieur Jimmy.

-Oups…

Bah c’est pas grave si j’avais plus de chocolat, il était pas bon…

-Oh désolé M’sieur Jimmy… C’est pas ma faute, c’est la faute de la vie…

Je me levais de mon siège et je vins à côté de Madame Brooke prêt à la suivre pour voir où j’allais dormir. Oh, j’ai justement envie de dormir. Et de manger aussi.

-Je vous suis, Madame Brooke.

Moi, je voulais bien suivre Madame Brooke partout !



@ Billy Lighter


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Jimmy Reed


Messages : 728
Date d'inscription : 12/08/2016
Age du personnage : 36
Localisation : Malibu

Who Am I?
Birth place: Los Angeles
Je suis: Le chef des Los Diablos
Song: The Man Who Sold The World - David Bowie


MessageSujet: Re: Special Delivery [PV Jimmy/Brooke][WERCHTER][TERMINE]   Sam 29 Sep - 21:45



Special Delivery
ft. Jesse Stark & Brooke A. Watson


Mademoiselle Watson ne fut que surprise dans un premier temps que je lui annonçai qu’elle était là pour réceptionner Jesse Stark et non… quoi qu’elle ait pu penser devoir réceptionner. Je m’allumai une cigarette avant de répondre à son expression de surprise.

-Vous avez bien entendu.

Je n’allais pas répéter deux fois la même chose. J’avais faim, à l’instar de Jesse et je n’étais pas là pour faire trainer les choses en longueur. Qu’elle le prenne et Jack Perry, lui, saurait quoi faire. 7

D’autant que le petit, lui, avait une sacrée tendance à la réplique et qu’il était même excellent à ce jeu-là, l’innocence de l’enfance le laissant sans filtre et d’autant plus cinglant. Ce n’était pas la vie qui mentait, c’étaient les gens.

-En effet, Jesse, j’éviterai les métaphores à l’avenir.

J’expliquai donc à Mademoiselle Watson que Jesse était un orphelin qui chantait dans la rue, ignorant l’enfant quand il affirma qu’il ne faisait pas que ça. Soit… Et j’ajoutai que Jack Perry et sa compagne me semblaient tout désignés pour s’occuper de Jesse.

Ce qu’ils en feraient ensuite m’importait peu, à partir du moment où ils en faisaient un petit chanteur rentable, une star, comme l’avait souhaité Alonso. Pour le reste, ils pouvaient en faire ce qu’ils voulaient : l’adopter, lui trouver une famille d’accueil, que sais-je encore… Perry aura probablement plus d’imagination que moi.

Dans tous les cas, cela ne pourrait pas être pire que la vie qu’il menait dans l’Eastside.

Et Brooke Watson ne pouvait pas, je l’espérais, être pire que ne l’était sa cousine.

Mademoiselle Page avait ramené du café pour nous et un chocolat chaud pour Jesse. J’en pris une gorgée, faisant fi autant des états d’âme de la jeune femme que je voyais clairement passer sur son visage, que des protestations de Jesse concernant son chocolat chaud.

Et pour toute conclusion à cette affaire, Mademoiselle Watson me prouva qu’elle était bien de la même engeance que sa cousine.

Je souris en coin.

-Il faut être sans cœur pour s’enrichir, tout simplement, Mademoiselle Watson.

Je me penchai vers elle.

-Mais je pense que ce qui vous dérange le plus n’est pas que je manipule la vie de l’enfant, mais que je manipule celle de votre petit couple d’amoureux.

Je m’installai à nouveau dans le fond de mon siège pour tirer sur ma cigarette. Mademoiselle Watson avait les larmes aux yeux.

Était-ce donc si terrible ce que je venais de faire ?

Car qu’est-ce que je venais de faire si ce n’était un pacte win-win avec Jesse Stark ?

Je lui offrais l’occasion d’avoir une bonne famille, un bel avenir, et, dans tous les cas, de vivre au chaud, d’avoir à manger tous les jours et d’être scolarisé… Le tout bien loin des fusillades et des gangs de l’Eastside.

Était-ce donc si terrible que pour valoir les larmes de Brooke A. Watson ?

Notre conversation était terminée, tant dans mon chef que dans le sien. Et au final, j’avais ce que je voulais, puisqu’elle proposa à Jesse de lui montrer où il allait dormir. Pour le reste, ce qu’en pensait Mademoiselle Watson ne m’importait pas le moins du monde.

Jesse était enthousiaste et me fis sourire jusqu’au moment où ce que je sentais qui devait arriver arriva et il renversa sa tasse sur moi.

-Et merde !

Je fis la moue à Jesse alors que Frances accourrait. Je regardai l’enfant dans les yeux.

-File.

La faute de la vie, je t’en foutrai, moi.

L’enfant se leva pour aller vers Mademoiselle Watson et ils s’en furent. Mission accomplie, Jimmy.

-Ça va, Monsieur Reed ?

Je soupirai et levai les yeux vers ma secrétaire.

-Tout va bien, Frances. Un peu de chocolat chaud ne va pas me tuer.

Les réflexions du môme, par contre…

Je lui désignai la tasse que Mademoiselle Watson n’avait pas touchée.

-Ça vous dit, une tasse de café ?

@ Billy Lighter



This is my world and you're a tourist.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Special Delivery [PV Jimmy/Brooke][WERCHTER][TERMINE]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Special Delivery [PV Jimmy/Brooke][WERCHTER][TERMINE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Special Delivery [Cézanne]
» Special delivery ♥ vous avez commandé de la compagnie ? [Kaoru]
» Jimmy Jaccobs Vs The Rock
» Allez viens j't'emmène au vent || Brooke ♣
» London Stiller...she's a special girl

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: L.A Rocks :: Tournées :: Sanitarium Tour 1983-