AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Like A Light In The Dark [PV Maritza][TERMINE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Jimmy Reed


Messages : 731
Date d'inscription : 12/08/2016
Age du personnage : 36
Localisation : Malibu

Who Am I?
Birth place: Los Angeles
Je suis: Le chef des Los Diablos
Song: The Man Who Sold The World - David Bowie


MessageSujet: Like A Light In The Dark [PV Maritza][TERMINE]   Lun 1 Oct - 17:12



Like A Light In The Dark
ft. Maritza Cortez


Après avoir refilé Jesse Stark à Brooke A. Watson et pris le café avec Frances dans le hall de l’hôtel, j’étais remonté jusqu’à la suite que j’avais réservée pour Maritza et moi. Une suite énorme, luxueuse, plus grande encore que l’appartement que Maritza avait à une époque occupé dans l’Eastside, à l’endroit même où j’étais allé récupérer le petit Jesse Stark qui avait, soit dit en passant, ruiné mon pantalon pour bien commencer la journée.

Et après le voyage que je venais de vivre et avant le concert qui nous attendait ce soir dans une plaine morne et grisâtre du nord de ce pays tellement minuscule que j’avais l’impression de m’y sentir à l’étroit, je n’avais qu’une seule envie : me relaxer.

Parce qu’après tout, j’étais faaaatigué, moi aussi.

J’avais ouvert doucement la porte de la suite, guettant la présence de Maritza, vidant mes poches sur un meuble à l’entrée…

J’avais envie de la voir. J’avais peur de lui parler, mais envie de la voir.

Sur un meuble, un magazine trainait… L.A.People. Frances avait réussi à m’en trouver un exemplaire. Je le feuilletai en vitesse alors que j’avais repéré le bruit d’un bain qui coulait dans la salle de bain un peu plus loin. Je tiquai de l’œil gauche, une fois, en voyant la photo de Julian Hughes et en lisant que celui-ci venait de gagner son émancipation.

Tu m’en diras tant.

Je n’allai pas cependant jusqu’à penser que j’aurais dû laisser sa mère lui mettre une raclée, le jour où je l’avais prise en flagrant délit à Fairfax.

Je refermai le magazine, le rejetai sur le meuble et m’avançai vers la porte qui donnait sur la salle de bain de notre suite. Je pris doucement la clinche en main, hésitai une seconde puis l’actionnai pour entrer doucement dans la pièce et y trouver Maritza en train de se préparer un bain plein de mousse, drapée dans un doux et chaud peignoir d’une blanche immaculée qui mettait en valeur son teint hâlé et ses yeux bleus, une rareté chez une latina.

Je m’approchai d’elle par derrière et l’enlaçai doucement, tendrement, posant mon visage contre sa nuque, respirant son odeur douce, un peu sucrée. Je ne l’avais laissée que deux jours, même pas, le temps de mon aller-retour à Los Angeles.

Et j’étais en train de me demander comment j’avais fait pendant 16 ans.

Je ne savais pas si elle serait contente de me retrouver à nouveau ou si elle grommelait déjà intérieurement de me voir débarquer…

Voire, si elle n’avait pas espéré, juste un peu, que mon avion se crashe en chemin.

Je ne savais pas où nous en étions, ni l’un, ni l’autre.

Je ne savais plus, parce que les données changeaient trop vite.

Les données changeaient avant que j’ai pu m’y faire.

J’étais peut-être trop lent, mais je n’osais pas aller plus vite.

Quand j’avais voulu aller vers ma fille, j’avais réalisé qu’il était déjà trop tard.

En était-il de même avec Maritza ?

-Partageras-tu ton bain avec moi, Maritza ?

@ Billy Lighter



This is my world and you're a tourist.


Dernière édition par Jimmy Reed le Ven 5 Oct - 17:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Maritza Cortez


Messages : 148
Date d'inscription : 05/08/2017
Age du personnage : 35
Localisation : Tijuana, Mexique


MessageSujet: Re: Like A Light In The Dark [PV Maritza][TERMINE]   Lun 1 Oct - 21:29



Like A Light I The Dark
ft. Jimmy Reed





J’ai rapidement (re)prit goût à dormir dans les bras de Jimmy. Les deux dernières nuits ont donc été un peu étranges, seule dans des lits différents et dans des pays que je ne connais pas le moins du monde.

La France ne m’a pas impressionné plus que ça. À peine y avais-je mis les pieds que j’avais déjà envie de fuir à Werchter. Les gens m’ont paru être d’une condescendance déconcertante. Le personnel de l’hôtel souriaient sans aucune sincérité et manquaient de professionnalisme sur tous les niveaux. Nous avons visités plusieurs villes, dormis dans pleins d’hôtels depuis le début de la tournée et celui où nous avons séjourné à Paris remporte la palme de la médiocrité. Ça ne fera qu’une anecdote de tournée à raconter, puisque je ne suis pas la seule à avoir eu l’impression d’être loger dans une cabane de jardin.

Qu’importe, je me trouve maintenant en Belgique, dans une chambre luxueuse qui a elle seule, pourrait loger toute ma famille.  J’ai dormis en serrant un oreiller contre moi, comme s’il s’agissait du torse de Jimmy, c’est le seul moyen que j’ai trouvé pour combler le manque causé par son absence.

Business is business.

Je dois m’y faire.

Je peux m’y faire.

Quand j’ouvre les yeux,  je peux voir la lumière du jour filtrer au travers les épaisses draperies de velours bleu royale. Je n’ai pas bougé de toute la nuit. Je suis encore allongé sur mon flanc droit, tenant l’oreille-Jimmy contre moi et ça me fait sourire. J’ai l’impression qu’un fossé se creuse entre nous deux, comme si les 16 années séparées avaient  créés des dommages irréparables. Pourtant, quand je pense à lui, l’amour que je ressens est bel et bien là, intact et aussi pure qu’au premier jour.  Malgré ses réflexions blessantes, malgré la pression médiatique qu’il redoute et désire manipuler à son (notre ?) avantage.

Avec un peu de chance, Jimmy reviendra avant qu’Olivia ne monte sur scène et mettra un peu de chaleur dans ma journée.

Quand je me lève pour ouvrir les rideaux,  je constate que l’éclaircie ne sera que de courte duré. Le ciel au loin est gris et je n’ai même pas besoin d’ouvrir les portes de la terrasse de la chambre pour me rendre compte que dehors, il fait froid.

Un bain chaud me fera le plus grand bien.

Je me couvre d’un peignoir de l’hôtel, blanc et épais qui me réchauffe beaucoup plus que ma petite robe de nuit en satin rose ne pourra jamais le faire. Elle tient plus de la lingerie fine que du pyjama.  J’avais espoir que Jimmy ne rentre pendant la nuit et me l’enlève…

Après avoir ouvert les robinets et m’être assuré de la température de l’eau, je place le bouchon au fond de la baignoire et  j’y verse beaucoup de bain moussant.  Je compte me prélasser longtemps dans l’eau il me faut donc beaucoup de mousse.  Quand vous êtes maman, les moments de détentes dans le bain sont pour ainsi dire inexistants.

Je  prends plus de temps pour moi depuis… que j’ai quitté ma famille.

Je sursaute quand deux bras m’enlace par derrière avant de sourire et de fermer les yeux en me mordant la lèvre inférieure. Jimmy vient de me surprendre agréablement.

- Jimmy !

En une fraction de seconde, il m’a ramené à l’époque de notre première idylle. Quand il arrivait chez moi sans avertir pour m’embrasser, me faire l’amour, ou tout simplement rester dans mes bras, qu’importe tant que nous étions ensemble nous étions heureux.

C’est ce qui me manque et ce que je voudrais redécouvrir avec lui si seulement il se laissait aller un peu.

Juste un tout petit peu !

Je me retourne, incapable de faire durer le suspense plus longtemps, avide de goûter ses lèvres.

- J’espérais que tu m’y rejoignes

Il semble exténué mais à mes yeux, il demeure le plus séduisant. J’ouvre mon peignoir pour m’en débarrasser et révéler la petite nuisette que je porte.

- Tu m’aide à me déshabiller ?



@ Billy Lighter


She can take it back, she will take it back some day… ©️Pink Floyd
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Jimmy Reed


Messages : 731
Date d'inscription : 12/08/2016
Age du personnage : 36
Localisation : Malibu

Who Am I?
Birth place: Los Angeles
Je suis: Le chef des Los Diablos
Song: The Man Who Sold The World - David Bowie


MessageSujet: Re: Like A Light In The Dark [PV Maritza][TERMINE]   Ven 5 Oct - 17:21



Like A Light In The Dark
ft. Maritza Cortez


Je souris au creux du cou de Maritza quand je la sentis sursauter, caressant tendrement son ventre et collant mon torse contre son dos, mes hanches contre ses fesses, pour qu’elle sente bien que c’était moi et personne d’autre. Ma dernière intention là tout de suite était bien de lui faire peur. Même si j’avais conscience de vouloir lui faire peur par moment.

Plus peur qu’elle ne me faisait peur à moi.

Elle me reconnut en s’exclamant et je fus soulagé de la sentir se détendre entre mes bras. Je déposai un baiser dans son cou alors que la chaleur de l’eau se diffusait dans toute la salle de bain d’un luxe à la hauteur de mes attentes. La baignoire elle-même tenait plus du jacuzzi ou d’une petite piscine pour deux que d’une véritable baignoire.

Maritza se retourna vers moi avec un sourire lumineux et joueur. Je lui rendis ce sourire quand elle déclara qu’elle espérait que je la rejoigne. Je posai mon front contre le sien, m’autorisant à fermer les yeux quelques secondes, entrelaçant nos doigts…  

Cessant de penser…

Jusqu’à ce qu’elle fasse glisser de ses épaules le lourd et chaud peignoir qui dissimulait une nuisette des plus attrayantes, laissant le minimum de suspens requis pour exacerbé mon désir malgré la fatigue du voyage que je venais d’effectuer. De même que sa voix teintée du chaud accent latino qui la caractérisait me fit frissonner lorsqu’elle me demanda de l’aider à se déshabiller.

Je hochai la tête, les yeux toujours clos, et, tout en effleurant ses lèvres de miennes, faisant parfois pointer ma langue pour des caresses plus précises, suivant la courbe merveilleuse de sa bouche, mes mains quittèrent ses doigts pour glisser sur ses flancs, puis ses bras, remontant toujours jusqu’à pouvoir toucher les bretelles de son vêtement sur ses épaules.

Je l’embrassai alors vraiment, ma langue cherchant tendrement la sienne, tout en faisant glisser les bretelles de ses épaules, les accompagnant le long de ses bras, jusqu’à ce que le frêle vêtement tombe de lui-même.

Alors, je brisai le baiser, et d’un regard enfiévré de désir, pris le temps de la regarder toute entière… Elle n’avait pas changé, à chaque fois, j’étais ravi de faire ce constat. Mieux encore, elle était à mes yeux, plus belle qu’avant.

Plus inaccessible aussi. Pas de par son comportement à elle, qui n’était jamais que calqué sur ce qu’elle pensait que je puisse attendre d’elle, mais de par ma simple intolérance à l’échec. Maritza avait pour habitude de qualifier Olivia comme étant « notre plus grande réussite ». Non. Elle était sa plus grande réussite… Et mon plus lamentable échec.

Je ne pouvais pas échouer encore avec Maritza.

Je ne le supporterais pas.

Mais il fallait que je trouve comment faire. Il fallait que je trouve comment endiguer cette tendance que j’avais à vouloir tout écraser sur mon passage pour peu que ça ne me convienne pas à l’instant T.

Il me fallait du temps.

Il fallait que je m’habitue.

Il ne fallait pas que Maritza me pousse.

Parce que je ne supportais pas ça.

Pousse-moi. J’irai automatiquement dans le sens inverse.

Laisse-moi observer, analyser, écouter, apprendre à t’avoir dans ma zone de confort et je viendrai de moi-même sans même m’en rendre compte.

Mais ne change pas… Parce que chaque changement demande un recalibrage de tout le reste.

Je n’aime pas le changement. Je déteste ça.

Je l’aimais. Je devais réapprendre à le lui faire sentir.

Mes mains vinrent prendre son visage pour un baiser plus sulfureux alors que mon pantalon de costume ne pouvait plus rien cacher de mon envie d’elle.

Je murmurai à son oreille, mes mains trouvant ses fesses dans leur exploration du corps de mon amante…

-A ton tour…

Enlève-moi ce pantalon odieusement taché par l’attaque d’une vile créature de l’enfer à la voix d’or.  

@ Billy Lighter



This is my world and you're a tourist.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Maritza Cortez


Messages : 148
Date d'inscription : 05/08/2017
Age du personnage : 35
Localisation : Tijuana, Mexique


MessageSujet: Re: Like A Light In The Dark [PV Maritza][TERMINE]   Dim 7 Oct - 3:17



Like A Light I The Dark
ft. Jimmy Reed






Quand Jimmy m’a annoncé devoir s’absenter pendant un certains temps, je n’ai pas posé de questions.  S’il avait voulu que je sache ce qu’il allait faire, il m’aurait donné les informations nécessaires mais il ne l’a pas fait. Je l’ai donc embrassé et laissé partir en suivant la tournée sur la route, sans savoir quand Jimmy reviendrait. Je savais cependant qu’il ne mettrait pas le plus petit de ses orteils en France.

Je me suis languis de lui, j’ai imaginé son retour à différent moment. La nuit dans notre lit. Au matin en prenant le petit déjeuné. Sur la terrasse avec un café. J’ai espérer le voir à notre arrivé à Werchter. Le petit scénario de rêve… moi, entrant dans notre chambre, valise à la main, le découvrant installé dans le fauteuil, une bouteille de champagne prête à être sabrée.

J’ai dormis seule une nuit de plus en espérant me faire réveiller par une étreinte des plus sensuelles. À mon réveille, Jimmy brillait toujours par son absence.

C’est dans la salle de bain, alors que je préparais la baignoire qui tient plus d’une piscine que d’autre chose qu’il m’a surprit, m’enlaçant par derrière et en plaquant ses lèvres au creux de mon cou.

Si j’ai été surprise au départ, ce ne fus que parce que je me croyais seule mais j’aurais reconnu ses bras parmi milles, aussi facilement que j’ai ressentis sa présence le soir de la pièce de théâtre.
Je ne l’avais pas vu, mais je savais qu’il était là.

Lorsque je me retourne, je capture ses lèvres pour un long baiser, digne de nos retrouvailles. Il m’a manqué, je veux qu’il le ressente. Mon cœur s’emballe à son contact tout comme mes pensées s’allument de par de délicieuses étincelles.

À ma demande, Jimmy fait glisser de mes épaules les bretelles de ma nuisette qui glisse le long de mon corps non sans avoir caressé mes bras d’abord, comme s’il reprenait lentement possession de mon corps faisant naître sous la fleur de ses doigts le givre de ma peau qui se hérisse a ce doux contact.

C’est de ses yeux gourmands ensuite qu’il m’embrasse, me laissant croire que je suis pour lui, le plus beaux des joyaux. Aucun homme ne devrait sous estimer le pouvoir d’un regard amoureux sur la femme qui l’aime tout autant.

Reprenant mon visage entre ses mains, Jimmy se presse contre moi, révélant son envie tout aussi pressante que la mienne. C’est à son tour, d’exprimer son désir que je ne tarde pas à exécuter en détachant ton pantalon puis en le libérant en le faisant glisser de ses jambes avant de défaire un a un, sans jamais briser notre baiser, les boutons de sa chemises.

Je le laisse se débarrasser de ses chaussures et chaussette avant de me hisser à lui en riant, amoureuse, et de l’embrasser jusqu’à ce qu’il nous porte dans l’immense baignoire qui n’en fini plus de se remplir.

L’eau est parfaite. Plus chaude que la température du corps, juste assez pour surprendre. J’ai l’impression de flotter dans ses bras alors qu’il nous entraîne dans l’eau de la baignoire.
Jamais je n’aurai assez de l’embrasser, de l’enlacer et de l’aimer.

C’est tout ce que je veux et attends de lui.

Depuis toujours.

- Je t’aime, Jimmy !

Ma voix se perd, entre deux baisers.

Nos langues valsent ensembles, se font l’amour au son des clapotis que produisent les mouvements de nos corps dans l’eau de la baignoire. Je retrouve avec bonheur, l’amant de mon jeune temps.

L’homme avec qui je pouvais rêver.

À nouveau, je murmure son nom quand nous nous retrouvons au fond de la baignoire, lui contre la porcelaine et moi, sur ses cuisses, mes longues jambes refermées autour de sa taille. La pointe de mes seins contre son torse, mon regard amoureux plongé dans le sien.


@ Billy Lighter


She can take it back, she will take it back some day… ©️Pink Floyd
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Jimmy Reed


Messages : 731
Date d'inscription : 12/08/2016
Age du personnage : 36
Localisation : Malibu

Who Am I?
Birth place: Los Angeles
Je suis: Le chef des Los Diablos
Song: The Man Who Sold The World - David Bowie


MessageSujet: Re: Like A Light In The Dark [PV Maritza][TERMINE]   Lun 8 Oct - 20:07



Like A Light In The Dark
ft. Maritza Cortez


La suite que nous occupions ne ressemblait en rien à l’appartement dans lequel nous avion vécu les premiers chapitre de notre amour, bien à l’abri des regards… Un peu moins à l’abri des gangs rivaux… Et je ne pouvais pas dire que les souvenirs de cet appartement, dans lequel j’avais laissé tant de sentiments qui aujourd’hui me semblaient étrangers, étaient vieux…

J’y étais encore il y avait 24 heures de cela… C’était là que j’avais été cherché le petit Jesse Stark. Maritza avait élevé notre fille à Tijuana et j’avais fait de ce qui aurait pu être la première maison de Livia la pouponnière des Los Diablos.

Comme si j’avais voulu y voir grandir des enfants malgré tout…

C’était presque poétique, dit comme ça. Cela l’aurait été si ça avait été réellement mon intention inconsciente. Mais en fait… Non. J’avais juste eu besoin d’un endroit où réfugier les orphelins des Los Diablos qui avaient eu une période sombre un peu après le départ de Maritza pour Tijuana. Et comme je savais l’endroit vide… J’avais acheté le bâtiment sous couvert d’une société écran et y avait tout simplement placé les gosses qui avaient perdu leurs parents.

Pour les faire grandir et prendre ensuite la relève.

C’est tout de suite moins poétique.

Je préférais la version 2.

Et pourtant, c’était comme si y retourner en personne, dans cet endroit, avait réveillé quelque chose de tapi profondément en moi… Quelque chose qui me donnait envie de retrouver Maritza comme si les 16 dernières années n’avaient pas existé.

Et j’avais besoin de me débarrasser de mon pantalon souillé par Jesse Stark.

Maritza s’en chargea avec toute la sensualité qui la caractérisait, s’attaquant ensuite à ma chemise sans que nos lèvres ne se quittent. Mes mains voyageaient à l’aveugle sur son corps nu… Elle dégageait une chaleur comme si elle était gorgée de soleil, ce qui était le bienvenu dans ce pays terne et froid. J’effleurai la courbe de ses fesses du bout des doigts tout en frissonnant quand les siens venaient caresser ma peau.

Je soufflai de plaisir quand elle fit glisser ma chemise le long de mes bras et j’eus le loisir de croiser son regard… Juste avant qu’elle ne se mette à rire et que je l’aide à se hisser sur moi, nus tous les deux comme au premier jour, pour nous laisser aller dans la baignoire. Je lui rendais ses baisers en centuple, jusqu’à ce que, le souffle court, j’accueille son « je t’aime » avec un vague sourire…

-C’est ce qui te rend unique en ce monde, Maritza.

Je l’embrassai à nouveau, la serrant contre moi, une main dans le bas de son dos, l’autre sous ses fesses, voguant au gré de l’eau jusqu’à ce que je ne puisse plus reculer.

Ma langue trouva la sienne, l’enlaça et Maritza pouvait sentir mon désir pour elle, à défaut que je sache réellement comment lui montrer mon amour qui existait pourtant bel et bien. J’ondulai légèrement des hanches, la faisant monter et descendre sur l’eau, faisant en sorte que nos sexes se caressent et que ses seins glissent contre mon torse quand notre étreinte n’écrasait pas délicieusement ses seins contre moi.

Quand le baiser prit fin, je rouvris les yeux et pris à nouveau son visage entre mes mains pour que nos regards ne dévient pas l’un de l’autre…

Continuant mon discours comme si ne nous étions pas interrompus pour un baiser.

Elle m’aimait et elle était bien la seule…

-Ça, et le fait que tu sois la seule personne au monde à qui j’aie dit « Je t’aime ».

Je ne lui laissai pas le temps de réagir, l’embrassant à nouveau comme si ma vie en dépendait. Parce qu’en plus de l’amour qu’elle avait déjà connu à une époque, c’était ma profonde solitude que ce baiser trahissait.

@ Billy Lighter



This is my world and you're a tourist.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Maritza Cortez


Messages : 148
Date d'inscription : 05/08/2017
Age du personnage : 35
Localisation : Tijuana, Mexique


MessageSujet: Re: Like A Light In The Dark [PV Maritza][TERMINE]   Sam 13 Oct - 19:09



Like A Light I The Dark
ft. Jimmy Reed





Le bonheur de retrouver Jimmy, vraiment, totalement.

Lui, moi, notre amour.

Ce n’est pas l’Eastside, ça ne le sera plus jamais. Nous avons changés depuis, la vie nous a changés. Plus jamais je ne serai Maritza, la jeune fille à la fois ambitieuse et innocente. Non plus que Jimmy ne sera plus mon amant énigmatique.

Tout ça est derrière nous.

Maladroitement, nous tentons de reproduire un schéma ou plutôt de rebâtir une histoire qui n’était rien de plus que l’issu fantasmagorique de deux jeunes gens qui aimaient plus grand que l’amour lui-même. Et qui se sont pendus avec cet amour.

La vie nous offre une seconde chance et déjà, nous sommes entrain de la saboter.

Lui, autant que moi.

Aujourd’hui, alors qu’il me retrouve dans la salle de bain de notre chambre d’hôtel, j’abandonne tout au profit de son étreinte.  Je veux goûter à nouveau à la passion qui nous à réunis. N’est-ce pas tout ce qui devrait compter ? Au-delà des années, de notre fille même.

Rien ne devrait être plus important que notre amour.

Dans ses bras, je le couvre de baisers alors qu’il nous porte jusqu’à la baignoire. Le contraste de l’eau avec la température de ma peau me fait frissonner tout en murmurant contre ses lèvres mon amour pour lui.

Si ça fait de moi un être unique, tant mieux.

Je l’aime sincèrement.

Complètement.

À en avoir mal au ventre et à l’âme.

Malgré qu’il me blesse plus souvent que nécessaire depuis nos retrouvailles.

À sa déclaration, s’ajoute une confession qui fait couler une larme sur ma joue.

Jimmy scelle à nouveau nos lèvres dans un baiser d’une fougue peu commune. Non pas qu’il n’a jamais fait preuve de dévotion dans nos échanges mais jamais il ne fait preuve de vulnérabilité comme en ce moment. C’est impossible à cacher, malgré le baiser, malgré ses caresses.

Mon cœur chavire.

Je me presse d’avantage à lui, comme si je pouvais entre en lui, capturer son âme, la panser avec la miennes.  Mes mains partent de ses hanches pour remonter le long de son torse jusqu’à venir sur ses épaules et finir dans ses cheveux. D’un mouvement de hanche, je nous unis puis en relançant de plusieurs, jusqu’à onduler des hanches créant des vagues dans la baignoire-spa, je lui fais oublier, si c’est possible, les tourments de son cœur.

Entre deux baisers, et même contre ses lèvres, je lui murmure à l’infinie combien je l’aime.
Je lui fais l’amour comme si c’était à la fois notre première et dernière fois.



@ Billy Lighter


She can take it back, she will take it back some day… ©️Pink Floyd
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Jimmy Reed


Messages : 731
Date d'inscription : 12/08/2016
Age du personnage : 36
Localisation : Malibu

Who Am I?
Birth place: Los Angeles
Je suis: Le chef des Los Diablos
Song: The Man Who Sold The World - David Bowie


MessageSujet: Re: Like A Light In The Dark [PV Maritza][TERMINE]   Lun 15 Oct - 21:16



Like A Light In The Dark
ft. Maritza Cortez


J’avais dit ce que je pensais à Maritza, soit qu’elle était probablement la seule en ce monde à m’aimer, tous types d’amour confondus. Et il en était de même concernant le fait qu’elle était la seule à avoir réussi à faire que je me laisse aller à ce genre de sentiment…

Même si quand j’étais encore jeune et un rien innocent, c’était plus simple. Beaucoup plus simple que maintenant.

Maintenant que j’avais oublié comment on faisait.

Il devait quand même me rester quelque bribes de la chose quelque part parce que lorsque ces mots eurent franchi la barrière de mes lèvres, pour aller s’échouer sur celles de Maritza à quelques millimètres seulement, sa réaction fut instantanée…

Une larme, une seule… coula sur la joue douce et parfaite de la latina.

Et comme pour ne pas la voir, j’embrassai à nouveau Maritza de tout mon cœur, fermant les yeux.

Les gens me disent hermétiques à l’émotion.

On ne nait pas hermétique. On ne devient pas hermétique. C’est impossible.

On peut seulement faire semblant de l’être.

Or, je suis une éponge. J’absorbe toutes les émotions des gens qui m’entourent, je les ressens x1000.

Et ce n’est pas viable.

J’ai trouvé la parade à cela. J’ai appris à trier les émotions faciles à gérer et celles plus compliquées à accepter et à recevoir. La haine, la colère, la peur sont des émotions facile à gérer, facile à engendrer aussi. Personne n’attend rien d’une personne qu’il hait.

Tandis que je ne sais que faire de l’admiration, de l’amour, de la compassion, de la tristesse, de l’espoir… On attend beaucoup de la personne que l’on aime, que l’on admire ou avec qui on nourrit des projets.

J’avais réussi à slalomer pendant 16 ans entre toutes ces émotions, ces sensations que je redoutais.

Je voulais que plus personne n’attende rien de moi.

Les choses auraient été complètement différentes, probablement, si je n’avais pas envoyé Maritza à Tijuana. Nous aurions continué sur notre lancée, au jour le jour, et petit à petit, j’aurais amené Maritza dans mon monde… Ou elle m’aurait emmené dans le sien, qui peut savoir ?

Mais le retour d’Olivia, puis de Maritza, avaient changé la donne d’une façon abrupte.

Parce que justement, je n’étais pas hermétique.

Si je l’avais été, je n’aurais pas accepté que Perry fasse signer Livia pour m’en rapprocher.

Pas plus que je n’aurais été à la pièce de théâtre où ma fille jouait Juliette sur scène.

Et donc, je n’aurais pas revu Maritza.

Et je ne serais pas en train de combattre toutes les émotions que les avoir si près de moi, sans savoir comment m’y prendre, engendraient.

Le baiser se brisa, mes yeux bleus croisèrent ceux de Maritza qui nous unit dans un mouvement sensuel qui provoqua chez moi un long souffle de plaisir. Je caressai ses lèvres des miennes, sans l’embrasser, laissant la pointe de ma langue dessiner la ligne de sa lèvre supérieure.

Maritza se mit à onduler des hanches sur moi, montant, descendant, me caressant de la plus intime des façons. J’avais chaud, plus chaud que l’eau de la baignoire-spa. Je frissonnai sous les mains de mon amante qui remontaient sur mon corps pour se perdre dans mes cheveux. Je ronronnai de plaisir entre deux baisers… Presque de soulagement tellement j’aimais sentir ses mains dans mes cheveux.

J’accompagnai ses mouvements, le souffle court contre les lèvres de Maritza. Je gémissais tout en la caressant tout le long du dos, prenant ses fesses à pleines mains pour réclamer silencieusement des mouvements plus avides et à l’écoute de ses propres envie, je baissai la tête pour embrasser ses seins aux pointes durcies…

Dans mon oreille, Maritza chuchotait des mots d’amour pendant que j’accélérais nos mouvements, pendant que les sensations incroyables qu’elle me procurait me rendaient fou… Des mots qui n’auraient probablement pas dû m’effrayer autant, me mettre autant sous pression.

Jamais je ne serai à la hauteur de l’amour qu’elle me portait.

Jamais.

@ Billy Lighter




This is my world and you're a tourist.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Maritza Cortez


Messages : 148
Date d'inscription : 05/08/2017
Age du personnage : 35
Localisation : Tijuana, Mexique


MessageSujet: Re: Like A Light In The Dark [PV Maritza][TERMINE]   Jeu 18 Oct - 0:13



Like A Light I The Dark
ft. Jimmy Reed






Dans les bras de Jimmy, je touche l’infini.

L’infiniment grand et l’infiniment petit.  

Une déferlante d’émotion qui me chavire et me transporte. J’e m’accroche à nos baisers, désespérément, comme si notre amour était encore la seule bouée possible pour moi.  J’ai compris depuis longtemps que c’est la seule chose que nous avons en commun.  Même Olivia, ce qu’elle est, ne tient plus à nous unir.

C’était risqué et stupide de croire que notre fille pouvait rassembler ce qui a été depuis longtemps balayé, par la force des choses que nous n’avons su contrôler.  Je reste accrocher à ce rêve qui n’est désormais rien de plus qu’un rêve.

Tout ce que je veux aujourd’hui c’est être libre.

Ne pas attendre qu’on m’autorise à aimer ou être aimer, puisque de toute façon, mon cœur, je l’ai donné depuis longtemps à un seul homme qui l’a malmené de bien des façons mais qui pourtant, aujourd’hui le tient à lui seul entre ses mains pour le tenir en un seul morceau.

Yeux dans les yeux,  dans un mouvement suave des hanches, je nous unis, moi, sur lui, mes bras autour de ton cou. Nos lèvres se cherchent, se trouvent, se font l’amour, elles aussi.

Dans ses bras, je trouve tout ce dont j’ai besoin et rien de plus.

Je n’ai pas besoin de plus, de toute façon.

Quand nous ne sommes que lui et moi, il parvient toujours à me rendre heureuse, à me faire sentir belle et importante.

Quand nous sommes seuls.

Et j’en viens à me dire que… c’est ce qui devrait être. Sans nous cacher, rester dans l’ombre, être la femme qui l’attends à la maison, qui prend soin de lui, qu’il l’aime comme il est en droit de l’être.

Mes mouvements deviennent plus intense, plus rythmé.  L’eau s’agite autour de nous.  Mes seins, contre son torse, font presque mal tant je me presse à lui alors que je nous mène à l’orgasme.

Mon cœur bat contre le sien,  je peux presque les entendre résonner dans mes tympans. Je prends tout mon temps pour ralentir, continuant de l’embrasser jusqu’à ce que, épuisée, mes lèvres glissent jusqu’au creux de son cou.

Le silence est troublant mais je n’ose pas le briser.

Je me sens incroyablement bien dans ses bras, au chaud. La sécurité que nous confère notre amour m’apaise.  Je regrette d’avoir été trop gourmande alors qu’au fond, tout ce que je voulais, était de pouvoir lui donner ce qu’il est en droit d’avoir.

Mon amour.



@ Billy Lighter


She can take it back, she will take it back some day… ©️Pink Floyd
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Jimmy Reed


Messages : 731
Date d'inscription : 12/08/2016
Age du personnage : 36
Localisation : Malibu

Who Am I?
Birth place: Los Angeles
Je suis: Le chef des Los Diablos
Song: The Man Who Sold The World - David Bowie


MessageSujet: Re: Like A Light In The Dark [PV Maritza][TERMINE]   Ven 19 Oct - 18:13



Like A Light In The Dark
ft. Maritza Cortez


Maritza et moi ne fîmes bientôt plus qu’un, nous embrassant fougueusement. J’accompagnais ses mouvements, la dévorant presque tout en la faisant monter et descendre dans l’eau pour nous unir plus profondément encore.

Entre deux baisers, je murmurais son prénom… Comme dans les rêves que j’avais faits parfois, pendant les 16 dernières années, quand Maritza me manquait trop… Ou que quelque chose, dans la journée, avait rappelé son souvenir à mon esprit inconscient qui me la transmettait alors en rêve.

Un rêve qui redevenait réalité…

Un rêve que je cherchais à rationnaliser plutôt qu’accepter.

Je sentais le cœur de Maritza battre en chœur avec le mien. Se synchronisant puis se répondant. Je mettais tout ce que j’avais dé bon, si toutefois il restait encore quelque chose, dans nos ébats.

A défaut de retrouver comment pouvoir lui montrer mon amour au jour le jour, je profitais de cette bulle qu’était notre salle de bain temporaire pour le faire.

J’aimais Maritza… Je l’avais toujours aimée… Ou est-ce que je ne faisais que m’en convaincre ? Est-ce qu’en réalité, je n’étais plus capable d’aimer personne ? Est-ce que j’avais vraiment oublié comment on faisait ?

Qui me dirait quand je faisais un pas dans le bon sens ?

Qui me dirait quand j’allais dans le mauvais sens ?

Qui me donnerait des limites ?

Maritza pouvait le faire.

Maritza devait oser le faire.

Elle accéléra ses mouvement, me faisant gémir et enfouir mon visage dans son cou, plus vulnérable à ce moment que je ne voudrai jamais l’admettre.

L’orgasme fut long, intense, comme si c’était la première et la dernière fois. Je laissai Maritza ralentir, essoufflé que j’étais, et accueilli son visage au creux de mon cou à mon tour, la laissant se reposer contre moi, caressant tendrement ses longs cheveux mouillés, ton dos… Redressant parfois un rien la tête pour que mes lèvres puissent trouver sa joue et y déposer un doux baiser…

Le silence s’installa, mais ce n’était pas l’un de ces silences lourds au chacun jaugeait l’autre, moi cherchant l’arnaque et elle attendant le prochain coup au cœur.

Non, c’était le silence qui suivait une véritable déclaration d’amour…

Puis j’eus besoin de savoir.

J’eus besoin de savoir si les deux femmes de ma vie se liguaient contre moi…

Ou s’il y avait encore de l’espoir pour Maritza et moi.

-Est-ce que tu es au courant qu’Olivia s’est mariée ?

@ Billy Lighter



This is my world and you're a tourist.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Maritza Cortez


Messages : 148
Date d'inscription : 05/08/2017
Age du personnage : 35
Localisation : Tijuana, Mexique


MessageSujet: Re: Like A Light In The Dark [PV Maritza][TERMINE]   Sam 20 Oct - 3:11



Like A Light I The Dark
ft. Jimmy Reed




Je vendrais mon âme au diable pour que cet instant dure éternellement.  Quoi qu’en renouant avec mon amour de jeunesse, n’est-ce pas ce que j’ai fait ?

Ma poitrine plaquée contre son torse,  nos cœurs battant le rythme de la même chanson,  je me revois, jeune et insouciante, quand je croyais encore que  notre amour pouvait tout vaincre. Jimmy est aussi beau qu’avant, quelques pattes d’oies aux coins des yeux  ne le rendent que plus sexy.

Nous avons vieillit mais cet instant me prouve qu’au fond, nous sommes les mêmes.

Le silence ne m’effraie pas, au contraire. Il n’y a pas plus belle mélodie que celle de nos corps qui ralentissent, jusqu’à demeurer immobile l’un contre l’autre, yeux dans les yeux, sourires complices.

Jusqu’à ce que mon sourire se fige et que mon sang ne fasse qu’un tour.

- Q…qu’as-tu dis ?

Oh ! Je sais que j’ai très bien entendu sa question mais elle ne fait aucun sens pour moi.  Olivia, n’est qu’une enfant, elle n’est pas majeure elle ne peut pas s’être mariée !?

Lentement, je quitte les cuisses de Jimmy  pour me laisser aller a ses côtés dans la baignoire, complètement médusée.

En fait, je ne sais pas ce qui me choque le plus dans ce qui vient de se passer.  Le fait d’apprendre que ma fille s’est possiblement mariée, cette information là doit encore être vérifiée, car je n’en crois pas un mot, ou le fait que Jimmy m’est abruptement ramené à la réalité en utilisant notre fille.

- D’où tiens-tu cette information là ?

Jack ? L.A.People ?  Olivia elle-même ?

Olivia n’est qu’une jeune fille ! Il me semble que c’était encore hier que j’apprenais être enceinte d’elle. Je la revois, haute comme trois pommes, organiser des concerts pour ses peluches. Elle enfilait mes plus belles robes pour se faire des costumes de scène. Elle portait même mes talons dans lesquels flottaient ses petits pieds.

Mon regard se porte sur Jimmy.

Je ne sais pas quoi dire.  Je suis sous le choque.

- Il faut que ce soit faux !  Olivia n’est même pas majeure, comment aurait-elle pu obtenir une dérogation ?

Je refuse de croire que Jack ait pu être complice d’une telle ignominie.

Je me dois de rester calme et de réfléchir. Confronter Olivia maintenant risquerait de nous la mettre à dos et en pleine tournée, je crains les répercussions désastreuses qui pourraient en découler.

Puis, mon cœur se serre.

Ce que je craignais qu’il arrive en sachant ma fille ici arrive mais l’ennemi visé n’était pas le bon.


@ Billy Lighter


She can take it back, she will take it back some day… ©️Pink Floyd
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Jimmy Reed


Messages : 731
Date d'inscription : 12/08/2016
Age du personnage : 36
Localisation : Malibu

Who Am I?
Birth place: Los Angeles
Je suis: Le chef des Los Diablos
Song: The Man Who Sold The World - David Bowie


MessageSujet: Re: Like A Light In The Dark [PV Maritza][TERMINE]   Sam 20 Oct - 15:13



Like A Light In The Dark
ft. Maritza Cortez


Quand mon regard croisa celui de Maritza, quand elle s’écarta de moi sous le coup de la surprise, je fus soulagé de voir dans ses yeux qu’elle en savait encore moins que moi sur cette histoire de mariage. Si j’avais eu le moindre soupçon là-dessus, le fragile équilibre que nous tentions désespérément de trouver serait devenu une véritable chimère et nous aurions pu oublier tout espoir de pouvoir former à nouveau quelque chose d’approchant un tant soit peu à un couple.

Je laissai le temps à Maritza d’intégrer l’information, de prendre le choc en pleine figure. Que Livia ne m’ait rien dit concernant son mariage est une chose compréhensible. Je ne suis rien d’autre qu’une déception pour elle, comparé à l’idée qu’elle avait pu se faire de moi.

Notre rencontre à Rome aurait cependant été toute autre, plus que probablement, si entre le moment où je l’avais réveillée tendrement en lui caressant les cheveux et celui où nous nous étions retrouvés installé à la terrasse du café, je n’avais pas obtenu l’information de son union avec Julian Hughes dans son journal intime.

Parce qu’à partir de ce moment-là, j’avais vu son envie de faire connaissance comme une façon d’obtenir à terme une reconnaissance officielle de ma paternité… Et donc un certain droit sur mon héritage… Qui serait alors revenu à Hughes.

Bref, à partir de là, je n’avais plus vu la quête d’Olivia envers moi comme une recherche d’identité, mais comme un complot pas si mal ficelé.

Alors la rencontre s’était changée en test. Et j’avais cherché à faire mal. Et en général, dans ces cas-là, je ne ratais jamais mon coup.

Même si dans le fond, je m’en voulais aussi à moi-même d’avoir été trop lent, d’avoir échoué avec Olivia.

Maritza se laissa aller à côté de moi dans la baignoire et je passai un bras autour de ses épaules pour la laisser se blottir contre moi et apprendre les cachotteries de sa propre fille.

Je posai mes lèvres contre sa tempe, caressant tendrement son bras du bout des doigts, lui donnant le soutien dont elle avait besoin pour encaisser.

-Je l’ai lu dans son journal intime. Elle s’est unie à Julian Hughes, le fils du patron de MTI.

Je soupirai et enfoui une main dans la chevelure de Maritza.

-Pour la dérogation, il aura fallu que quelqu’un de majeur ait donné son accord pour elle. Si ce n’est pas toi… Alors c’est certainement ton ex-mari. Ou tout simplement que Don Hughes aura graissé la patte à qui il fallait…

Si Livia avait dit à Julian pour sa filiation avec moi… Et que Don aurait eu un miraculeux coup de génie en y voyant comment engloutir BSC par une alliance entre son fils et ma fille biologique…

Je pris le visage de Maritza entre mes mains alors que je la sentais au bord de la panique.

-Quoi qu’il en soit, Livia t’a caché ça. A toi, sa propre mère. Si ton ex-mari est dans le coup aussi, il n’est pas plus vertueux.

Je posai mon front contre celui de mon amour…

-Je suis désolé, ma belle… j’ai échoué avec Olivia… Et maintenant, elle a choisi elle-même son propre nom.

J’embrassai tendrement Maritza.

-Je ne veux pas échouer avec toi…

J’écartai doucement mon visage du sien, la regardai dans les yeux et écartai une mèche de cheveux qui barrait son beau visage.

-Amon Sørensen est en ville. Je vais officialiser notre relation… La nôtre. Toi et moi.

Olivia veut prendre mon entreprise ? Je vais lui prendre sa mère.

Et cacher un véritable amour sous un coup de pute.

@ Billy Lighter



This is my world and you're a tourist.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Maritza Cortez


Messages : 148
Date d'inscription : 05/08/2017
Age du personnage : 35
Localisation : Tijuana, Mexique


MessageSujet: Re: Like A Light In The Dark [PV Maritza][TERMINE]   Sam 20 Oct - 16:40



Like A Light I The Dark
ft. Jimmy Reed





Jimmy aurait lâché une radio dans la baignoire que je n’aurais pas été autant sous le choc.  Ses paroles reviennent en boucle dans ma tête, un truc à me rendre complètement folle! Puis toutes ces questions qui s’enchaînent dans ma tête. Comment cela a-t-il pu être possible alors que je n’ai pas donné mon accord pour ce mariage ? Pourquoi ne m’en a-t-elle pas parlé ?  Pourquoi garder ça secret ? A-t-elle fait ça pour me punir d’une façon aussi tordu que cruelle, pour mes propres actions ?

Jimmy, son bras autour de mes épaules, embrasse mon front puis m’avoue avoir obtenu l’information dans le journal intime même d’Olivia.  Jamais je n’ai osé violer l’intimité de ma fille en lisant son journal mais je me demande si, au final, je n’aurais pas eu mieux fait de le faire.

- Tu n’aurais pas dû lire son journal… même si ça t’as permis de découvrir ce qu’elle nous cache.

Une nouvelle comme cella là, nous l’aurions apprit tôt ou tard, d’une façon ou d’une autre, elle se serait trahit en parlant ou qu’importe.  

La façon dont Jimmy l’a su, n’a aucune importance quand, au final, on voit avec quel problème nous sommes entrain de jongler.

- Si Enrique a fait ça…

Je  n’ai aucune idée de ce que je ferai mais ça ne se fera pas en douceur, je le crains, non plus que je n’aurai peur de parler au père de Julian entre quatre yeux et lui faire savoir ce que je pense de lui !

Jimmy se contente de dire qu’il a échoué avec Olivia.

Je ne peux dire jusqu’à quel point il a raison, ou tord.

Je connais Olivia. Je doute que son geste fut dirigé vers nous. C’est une adolescente passionnée, fougueuse et qui  voit trop grand. Elle s’est amouraché du jeune Hughes et à cru que leur amour était éternel… a l’instar de moi le matin même ou Jimmy m’a brisé le cœur. Je nous croyais amoureux et unis puis tout a pris abruptement fin.

‘’ elle a choisi elle-même son propre nom.  ’’

Des larmes coulent le long de mes joues.

- Son nom… elle a toujours maudit Cortez… elle réclamait le droit de porter celui de son père comme ses camarades et je me taisais. Je lui refusais le droit de savoir.  Tu n’as pas échoué, Jimmy. C’est moi, et sur toute la ligne !

Jimmy plonge son regard dans le mien avant de me dire qu’il a l’intention de contacter un journaliste  pour officialiser notre relation.  À nous promener en coulisse, main dans la main, voyager ensemble, partager la même chambre, je croyais que c’était ce que nous faisions, sans avoir besoin de le crier à haute voix. En quoi cela nous ramènera notre fille ?

Et puis je comprends.

Ou je crois comprendre.

Jimmy veut montrer à Olivia que notre cadre familiale existe et que sa place est parmi nous.

- D’accord, faisons ça.

Je reprends ma position initiale, sur les cuisses de Jimmy mais mon dos contre son torse. Il y a des années de ça, je ne rêvais que de m’appeler «  Madame Reed »…



@ Billy Lighter


She can take it back, she will take it back some day… ©️Pink Floyd
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Jimmy Reed


Messages : 731
Date d'inscription : 12/08/2016
Age du personnage : 36
Localisation : Malibu

Who Am I?
Birth place: Los Angeles
Je suis: Le chef des Los Diablos
Song: The Man Who Sold The World - David Bowie


MessageSujet: Re: Like A Light In The Dark [PV Maritza][TERMINE]   Dim 21 Oct - 21:09



Like A Light In The Dark
ft. Maritza Cortez


Je ne pus m’empêcher d’esquisser un sourire quand Maritza affirma que je n’aurais pas dû lire le journal de Livia.

-L’information, c’est le pouvoir, Ritza.

L’argent est une forme de pouvoir, mais l’information est plus puissante. Entre un homme qui a beaucoup d’argent et un homme qui a beaucoup d’informations, c’est à coup sûr l’homme qui détient l’information qui a l’avantage.

Et je ne cracherais pas sur une information, quelle qu’elle soit, pour une simple question de principe. Même vis-à-vis de ma propre fille… Si tant était que j’aie jamais eu le droit de la considérer comme telle.

Mais désormais, cette question ne se posait même plus. N’avait plus lieu d’être.

Je répondis alors aux interrogations de Maritza alors qu’elle se demandait comment ce mariage avait été possible sans son accord. Entre Enrique et Don Hughes, les deux enfants avaient eu largement de quoi obtenir le droit de sceller leur union dans le plus grand secret.

Qu’Olivia se soit mariée, même avec Julian Hughes si tel était son désir, je n’en avais que faire, en réalité. Ce qui rendait la chose gênante, ce qui transformait tout ça en une arnaque monumentale à mes yeux, c’était le secret qui entourait ce mariage.  

J’en conclus, faisant une nouvelle fois rouler des larmes sur les joues de Maritza, qu’Olivia avait choisi son propre nom. Les choses auraient-elles tourné autrement si j’avais ouvert grand les bras à Olivia le jour où je l’avais croisée pour la première fois dans le bureau de Daniele Ricci ?

Mais Maritza choisit plutôt de prendre la responsabilité de cet échec en mettant cela sur le fait qu’elle avait toujours refuser à Olivia de savoir qui j’étais.

Très bien… Cela fait un échec de moins sur mon ardoise que je m’empressai donc d’effacer mentalement.

Ce qui faisait énormément de bien à mon intolérance à l’échec.

Mais je ne fis pas de commentaire, n’appuyai pas sur une plaie qu’elle était déjà en train de se faire à elle-même. Mais ne faisant rien pour l’apaiser non plus.

J’essuyai cependant ses larmes de mes pouces, caressant ses joues au passage tout en la regardant dans les yeux, lui affirmant que puisque Sørensen était en ville, j’allais en profiter pour officialiser notre relation, qu’on ne puisse plus prendre Maritza pour une simple conquête parmi d’autres.

Parce que c’était le cas…

Maritza marqua son accord.

Même si je n’en avais pas besoin pour agir.

@ Billy Lighter



This is my world and you're a tourist.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Like A Light In The Dark [PV Maritza][TERMINE]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Like A Light In The Dark [PV Maritza][TERMINE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Pokemon SLLN (Solar Light and Lunar Dark)
» [F] ▲ CARA DELEVINGNE - she's the light in the dark
» toby&billie - I'd be damned Cupid's demanding back his arrow So let's get drunk on our tears and Searching for meaning But are we all lost stars, trying to light up the dark?
» but are we all lost stars, trying to light up the dark? ❤ joanne.
» Aymeric- But are we all lost stars, trying to light up the dark?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: L.A Rocks :: Tournées :: Sanitarium Tour 1983-