AccueilRechercherS'enregistrerConnexion
-33%
Le deal à ne pas rater :
Ecran PC HP 27xq 27″ QHD Noir
199.99 € 299.99 €
Voir le deal

Partagez
 

 Hey Dude, I forgot my keys... *PV Farai

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Anonymous
Invité
Invité



Hey Dude, I forgot my keys... *PV Farai Empty
MessageSujet: Hey Dude, I forgot my keys... *PV Farai   Hey Dude, I forgot my keys... *PV Farai I_icon_minitimeJeu 16 Jan - 23:48

Hey Dude, I forgot my keys... *PV Farai Tumblr_lctoz2tlfF1qf3pelo1_500

Gaïana était fatiguée... elle n'avait sans doute plus dormi dans son lit depuis au moins 36 bonnes heures. Ayant fait la folle toute une nuit et s'étant retrouvée au commissariat de police dès le matin, Gaïana avait eu sa dose d'aventures. Elle avait pu partir après un petit incident avec ce Cash, jeune homme dont elle avait fait la connaissance dans leurs cellules et surtout la sienne... Tout compte fait. Cela lui avait permis de reprendre ses esprits, surtout leur terrible douche froide. Elle revenait trempée au bercail. Suite aussi à sa petite excursion dans la maison de Billy pour faire un sorte de contrat. Contrat dans lequel elle accepte de bosser pour le chanteur de The Lightening puisqu'il avait payé sa caution... Rien de plus plaisant de retourner chez soi après tout ça.

Il s'agissait d'un immeuble d'une grandeur acceptable situé non loin du centre, dans une rue tout de même assez tranquille. Ils devaient bien être une dizaine à vivre dans l'appartement. En arrivant, une vieille dame sortait. C'était la voisine du haut. Une dame assez ronchonne qui la regardait toujours d'un mauvais oeil la jeune ukrainienne qui ne lui avait pourtant jamais rien fait. Elle devait sans doute être coincée dans ses idées, l'idée d'être aussi libre et frivole que Gaïana devait la dégoûté et leurs entente en était très atteinte. En passant l'une à côté de l'autre, elles se saluèrent brièvement. La dame eu tout de même la délicatesse de garder la porte d'entrée ouverte et Gaïana la gratifia d'un sourire timide. Elle se sentit sale, aux yeux de la dame mais également par rapport à elle-même. Ses cheveux humides et poisseux lui collaient le visage, son débardeur et son short remis hâtivement étaient tout chiffonnés. Elle n'avait décidément pas de tenue correcte ! Vivement qu'elle rentre chez elle prendre une douche et mettre de vêtements chauds et propres et surtout, manger et dormir ! Le ventre de la jeune fille gargouillait toutes les cinq minutes, trop impatiente de pouvoir retrouver son appartement douillet. Elle voulut faire descendre l'ascenceur mais une feuille plaquée sur la porte l'en dissuada. Il était en panne pour la enième fois... Cela arrivait décidément bien trop souvent !

Tant pis, la jeune fille monta les escaliers en courant, déjà haletante en arrivant devant sa porte, au quatrième étage. Gaïana s'arrêta au palier, sa main rentrant dans son sac à main qu'elle avait pu récupérer au commissariat une fois sortie. Elle eut une pensée pour son voisin d'en face lorsque son regard se porta sur sa porte. Nouveau voisin qu'elle n'avait toujours pas vu se fit-elle remarquer...

Gaïana soupira, ses mains cherchèrent en vain son porte-clef fétiche, elle ne trouvait rien dans son sac qui le lui rappelèrent la structure de ses clefs d'appartement. Elle passa ses affaires qu'elle avait dedans en revue, ses bas-collants rézilles qu'elle n'avait pas eu le courage de remettre après son séjour au commissariat, son porte-feuille, un briquet, un demi-paquet de clopes, un paquet de mouchoirs, une petite bouteille d'eau... Mais aucun signe de clefs. Gaïana s'asseya contre sa porte, sur la paillasson. Elle retira chaque objet, sûre qu'elle retrouvera ses clefs dans le fond du sac. Dix minutes après, force était de constater qu'elle ne les avait décidément pas prises lorsqu'elle était sortie hier soir...

« Putain de merde... »

La jeune fille laissa sa tête partir en arrière, se cognant la tête contre la porte. Elle gémit et étendit finalement ses jambes... Tant pis pour l'image décadente qu'elle donnait d'elle. Elle allait avoir l'air bête devant ses voisins mais que voulez-vous... Sans doute devrait-elle se mettre en route pour aller voir son amie mais là, en ce moment même, elle n'en avait pas le courage. Elle allait d'abord attendre un petit moment, se poser tranquillement et réfléchir à ce qu'elle allait bien pouvoir faire maintenant, si d'autres possibilités se présentaient à elle.


Dernière édition par Gaïana Dugopoliac le Dim 26 Jan - 15:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité



Hey Dude, I forgot my keys... *PV Farai Empty
MessageSujet: Re: Hey Dude, I forgot my keys... *PV Farai   Hey Dude, I forgot my keys... *PV Farai I_icon_minitimeDim 19 Jan - 13:18


Hey Dude, I forgot my keys... *PV Farai 1390135210-sans-titre-1

Quelle soirée putain. J'étais passé par tout les états ce soir là ... Bon dieu ce que LA pouvait t'apporter, c'était complètement dingue : Sex, Drugs, Rock N'Roll. Plus qu'une simple phrase, c'était carrément la mentalité des citoyens de cette putain de ville. Tout le monde était rock n'roll à l'époque, tu pouvais sortir à n'importe quel heure, et trouver un bar ou un pub où les mecs étaient en train de taper un jam, où un mec baisait une nana dans des chiottes ou dans une cellule de dégrisement, et où un mec complètement bourré était en train de se taper un ride sur le comptoir du bar ... Le truc complètement cinglé, c'était que ça me plaisait vraiment ... Comme si j'avais attendu toute ma vie et que je passais à côté de quelque chose. Heureusement, j'ai fini par y emménager assez tôt. M'enfin.

Ce matin-là, il pleuvait à moitié, ce qui me permet de desaouler un peu, et de me réveiller un peu, même si mes pensées étaient obnibulés par une seule chose, mon sacré bon lit douillet qui m'attendait dans mon appartement, bien chaud. Devant l'immeuble, comme d'habitude, y avait de l'activité, de la vente, de la revente, de l'achat, des mecs bourrés à souhait, des putes, enfin bref, tout ce qu'il faut pour rendre un immeuble intéressant à tout moment. Il y avait aussi quelques habitants. En passant devant la vieille du troisième, j'ai eu le droit au sermont habituel, comme quoi je foutais trop le bordel dans l'immeuble ... Fuck off. Elle ne méritait même pas que je me retourne vers elle franchement. Je lui répondis d'un simple signe de main. Vu l'état de mes yeux, et des mes lèvres complètement gersées par l'alcool qu'elles avaient avalés tout au long de la soirée, mieux valait pas que je retire mes ray-bans aviateur, ou que j'ouvre la bouche, vu l'haleine qui aurait pu s'en dégager. Ca aurait même pu la tuer ... L'idée était tentante, sans déconner. Mais bon, mes fringues trempées m'obligeaient à vite aller me changer, à prendre un bon petit dej' style bon petit thé, bacon, eggs, et tout ça sous la couette. Je rêvais pas vraiment de mieux, à vrai dire j'attendais même que ça. N'empêche, je sais pas ce que je lui avais fait à l'autre du troisième, mais elle m'avait limite claquée la porte sur les doigts. Un rire nerveux sorti de mon nez, quand je la déverouillais, cette porte. Elle s'était bien pressée pour monter, vu comment elle sautait de marche en marche pour arriver vite fait en haut. Je sais pas comment elle faisait d'ailleurs, elle devait bien faire au moins 150 kilos.

J'avais même pas essayé de mettre l'ascenceur en route, il marchait pas le jour précédent, et vu le niveau des réparateurs à l'époque et leur flemmingite aigüe bien connue des habitants de LA, je préférais monter par les escaliers, assez rudes et honnêtement assez chiant à monter. Au moins ça m'avait laissé le temps de chercher mes clés dans ces poches d'une longueur presque insolante. La poche s'était troué dans la soirée, et les clefs étaient tombés dans la doublure. Je devais avoir l'air sacrément con à foutre ma main dans la doublure; mon bras devait être carrément entièrement rentré dedans. La dégaine putain. Bon au final, à quelques marches de mon étage, je finis par mettre la main dessus. Mon petit porte clé de l'Union Jack, une des seules fiertés que j'avais gardé du Royaume Uni, avec le thé et le bacon, ornait mes clés de boite aux lettres ainsi que d'appartement.

- Enfin, putain ... Mon lit !

Activant le pas, je me dirigeais vers la porte, sans réellement la voir sur le coup. Bah ouais, j'étais tellement cuit à la vapeur en arrivant devant la porte, que j'avais même pas vu que la voisine d'en face était complètement assise par terre. Dans un moment de lucidité, je sentis comme une présence derrière moi. Et alors que j'ouvrais la porte, je me retournais vers elle. Effectivement elle gisait par terre, presque dans un état second, avec des fringues ressemblant à des lambeaux plutôt qu'à des vêtements. Que faire ? Franchement, je ne la connaissais que peu à ce moment là. Mais bon, j'étais pas quelqu'un de méchant, ni de réellement timide, alors j'essayai de l'aider un minimum.

- Salut ... Qu'est ce qui t'arrive ? T'es trempée putain, tu vas choper la crêve là.

Elle avait dû passer la nuit dehors, comme moi quoi, enfin, elle faisait ce qu'elle voulait mais bon, autant l'aider, c'est jamais cool d'avoir quelqu'un qu'à la crêve en face chez toi et qui dégueule tout ce qu'il a ingurgité juste devant ta porte. Et j'étais pas vraiment dans l'humeur d'avoir une mauvaise surprise en ressortant plus tard dans la journée, peut-être.

Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité



Hey Dude, I forgot my keys... *PV Farai Empty
MessageSujet: Re: Hey Dude, I forgot my keys... *PV Farai   Hey Dude, I forgot my keys... *PV Farai I_icon_minitimeDim 19 Jan - 20:51

L'ukrainienne avait fermé les yeux un instant. Autant son corps avait dû expier la totalité de l'alcool qu'elle avait ingurgité, autant le LSD devait faire ses derniers effets. C'était génial, cette drogue avait une montée de 6h mais autant de temps en descente. On ne remarquait généralement pas la descente lorsqu'on était avec des amis mais une fois qu'on se retrouvait seul, avec la possibilité de penser à tout et à rien, on avait tendance à se sentir moins bien. Gaïana ne s'en faisait pas trop. L'habitude. Bien sûr que ses sombres pensées la minaient un peu mais le bruit de pas dans l'escalier la sortit de sa torpeur.

Elle replia ses jambes contre elle, les enveloppant de ses bras et sa tête se déposa automatiquement sur ses genoux pour voir un jeune homme métisse arriver. Il faisait partie du quartier, si pas de l'immeuble, car Gaïana se souvint de déjà l'avoir vu deux ou trois fois. Confirmation lorsque celui-ci s'arrêta à la porte d'en face. Tiens, elle réalisait enfin qui était son voisin. Gaïana se redressa, rapprochant son sac noir près d'elle. Il y avait franchement de tout dans cette ville ! Valait parfois mieux faire attention à ses affaires... Quoi que, à réfléchir... La jeune fille n'avait vraiment rien d'enviable. Elle n'avait que quelques pièces dans son porte-feuille mais absolument rien d'autre qui aurait eu une quelconque utilité. Pas de grosse somme d'argent et aucun objet de grande valeur.

Se redressant, la nymphomane remarqua son invisibilité. Soit, le métisse était tellement absorbé par ses pensées ou sous l'effet de quelconque substance au choix et ne l'avait pas vu. Soit, c'était un véritable connard qui faisait semblant de ne pas l'avoir vue. Tout allait se jouer là. La possibilité d'une future amitié ou alors, une probable future guerre de voisins ! Il y avait déjà pas mal de coincés ou de vieux dans l'immeuble avec qui se crêper le chignon qu'un de plus ou de moins, cela ne lui changerait pas grand chose...

Le voyant ouvrir la porte de son appartement sans rien dire ou faire pour elle, Gaïana allait le mettre dans sa liste de «voisin connard» quand tout d'un coup, il se retourna vers elle. La remarquant enfin. Elle le regardait avec de grands yeux de gamines surprise en flagrant délit. De quoi exactement ? Ha ben... D'être bêtement assise devant sa porte, avec son mini-short qui ne cachait pas grand chose, son maigre débardeur noir sous lequel elle ne portait même pas de soutif, faute à ce Cash qui le lui avait cassé en cellule... Nouveau pincement au coeur en pensant à ce bout de tissu auquel elle tenait particulièrement. Paix à son âme. Et sa courte veste en cuire noire au-dessus qui lui gardait un minimum de chaleur.

« Euh, ouais, salut... »

Gaïana devait lever les yeux pour mieux pouvoir regarder son voisin, fronçant un peu des sourcils, l'éclairage en pleine tronche. Il portait de grandes lunettes de soleil. Cela lui donnait un style assez... Classe. Mais un peu froid également. Surtout vu d'en bas, ça foutait même un peu les chocottes. Mais elle eut un sourire en coin, amusé. Heureuse de voir que son sort inquiétait le jeune homme qui, au final, avait l'air bien bâti, même depuis son angle de vue.

« J'pense que j'ai oublié mes clefs... C'est chiant. »

Sur ces mots, elle se leva et ses mains se portèrent directement sur son short pour le rabaisser un peu. Elle le trouvait soudain un peu trop court, dévoilant un peu trop de chair à son goût... Et ses tatouages (ici). Surtout lorsqu'il y manquait les bas-collants qui lui donnait sans doute un look moins... fermière. Gaïana reposa alors son regard sur son voisin, retrouvant son petit sourire. La venue du métisse l'avait soudainement redonnée un peu de courage. Suffisamment pour se lever et vouloir se mettre en route pour voir son amie qui saurait sans doute l'aider.

« Bon, ça me sert à rien d'rester ici, je crois. Je vais aller voir une amie, elle saura sûrement me donner un coup de main... »
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité



Hey Dude, I forgot my keys... *PV Farai Empty
MessageSujet: Re: Hey Dude, I forgot my keys... *PV Farai   Hey Dude, I forgot my keys... *PV Farai I_icon_minitimeLun 20 Jan - 1:29


Hey Dude, I forgot my keys... *PV Farai 1390135210-sans-titre-1

Pas sûr que les effets de la vodka toute la soirée picolé dans pratiquement tout les bars de la Sunset Avenue se soit vraiment dissipé ... J'avais l'impression d'avoir le ventre en feu. Mais franchement, par rapport à elle, à son état actuel, je pouvais pas vraiment me plaindre. Elle était pratiquement nue, assise par terre sur le sol,à crever de froid. J'avais un minimum de lucidité qui revenait petit à petit, et qui me permettait d'agir avec un minimum de logique, ce que, quelques minutes auparavant, n'aurait sans doute pas été possible. Au final, tout était bien fait : Le fait que je me fasse virer du bar, que je rentre à l'appart plus rapidement que prévu ... On peut pas dire qu'elle n'avait pas de chance ... En tout cas pour ce moment là, j'ignorais de quoi la soirée avait été faite pour elle ... Ca devait pas être bien glorieux vu son état. Je sais je l'ai déjà dit, mais ça m'avait vraiment marqué ... Quel temps de chien en plus ce matin là. Ses yeux, à elle, étaient complètement allumés ... Elle semblait venir d'une autre planète tellement la drogue lui avait explosé les pupilles ... J'avais jamais vu ça à l'époque, et sur le coup, je trouvais ça assez drôle, parce que bon, on était jeune, c'était comme ça.

« J'pense que j'ai oublié mes clefs... C'est chiant. »

Ouais, enfin ça, ça paraissait logique en fait. Je connaissais personne capable de se caler devant sa porte juste pour le plaisir. Faut quand même préciser que la jeune femme semblait assez gênée. Elle semblait bien frigorifié en plus ... Sur le coup, franchement, je savais pas quoi faire ... J'étais tout aussi cassé qu'elle, et j'étais pas d'une utilité flagrante dans ces moments là ... Ouvrant ma porte, je déposais mes affaires. Sans fermer la porte, j'allais me rapprocher de la jolie brune. Déjà d'une, c'est la voisine d'en face, donc c'est bien d'avoir de bonnes relations avec elle, et puis je pouvais pas la laisser gisante sur mon paillasson, parce qu'elle aurait pu tout larguer dessus : Bah ouais vu son état, hein, pis je la connaissais pas moi hein ! Donc bon, autant jouer la carte de la sécurité, et la carte de la sécurité, c'était de l'aider. Ca faisait une bonne action, et une bonne action, c'est toujours bon pour la conscience mes petits.

Me rapprochant d'elle, je foutais mes lunettes sur mon crâne. En fait, elle faisait même serre-tête, puisqu'elles bloquaient mes dreads qui, par la même occasion, évitaient de se balader devant mes yeux, sentiment carrément chiant, croyez moi. Bref, elle semblait quand même cool, pis ça changeait des voisines et des voisins de plus de 50 ans tous complètement obnubilés par leur délire raciste ... Pour une fois, quelqu'un qui semblait avoir un minimum d'intérêt, et qui habitait en face de chez moi en plus ! Donc en me rapprochant d'elle, elle se leva, rabaissa son short, comme pour cacher son corps carrément bien taillée, ne nous le cachons pas, elle était quand même sacrément bien foutue. La voilà prête à partir chez une amie ... Pardon ? Je pouvais pas la laisser partir chez une amie qui habite je ne sais où, dans cette accoutrement, et trempée comme ça !

- Je ne crois pas non. Tu vas rentrer chez moi, tu vas attendre un peu. Ça serait bête que tu te fasses agresser, et que tu abîmes ton joli petit corps, sweetheart... Je vais te faire un bon thé chaud, ça va te faire retomber un peu ... Tu pourrais choper la crève dans des vêtements pareil.

La déshabillant du regard, je me collais contre la porte, la laissant passer, en espérant qu'elle ne soit pas tête brûlé au point de sortir à moitié habillé, sans sous-vêtements (je suis pas dupe hein.), dans une ville pleine de pervers, de tarés, où il pleut, et qui est immense. Sa pote pouvait vraiment être n'importe où dans ce putain de bled.

- Allez, te fais pas désirer.  

Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité



Hey Dude, I forgot my keys... *PV Farai Empty
MessageSujet: Re: Hey Dude, I forgot my keys... *PV Farai   Hey Dude, I forgot my keys... *PV Farai I_icon_minitimeLun 20 Jan - 13:06

Rentrer chez lui ? Wé. L'idée lui semblait déjà tellement réconfortante. Ce serait déjà mieux que de rester assise sur son paillasson qui lui piquait les fesses, juste devant sa porte. Dans les courants d'airs venant des cages d'escaliers qui la faisaient frissonner à chaque fois que quelqu'un entrait ou sortait de l'immeuble, tout en bas, laissant une vague d'air froid rentrer dans le bâtiment. Les bras croisés sur sa poitrine, les mains sur les pans de sa veste en cuir, elle les resserra contre elle pour garder la chaleur, se pelotonnant contre la matière intérieure.

Mais en vérité, le jeune homme ne lui laissait pas vraiment le choix. L'obligeant presque à venir chez lui, sans vouloir connaître son avis. Gaïana sourit de plus belle, surtout en entendant le petit surnom qu'il lui donnait. Sweetheart. Et bien, ils allaient bien s'entendre ! Elle qui pensait le mettre dans sa liste «connard» parce qu'il ne la voyait pas, elle allait maintenant faire une autre catégorie spécialement pour lui. «Voisin mignon et gentil». Très serviable. Elle s'en souviendrait.

Dans sa gentillesse, il lui proposait de rentrer chez lui mais également d'avoir une petite tasse de thé. Tiens. Gaïana avait pas trop l'habitude de se faire offrir du thé... Mais pourquoi pas ? Son ventre était vide, elle crevait la dalle et hormis 10 minuscules cl d'eau dans sa bouteille, elle n'allait pas aller loin. Et son porte-feuille vide.

Puis, Gaïana n'avait pas trop d'amour propre. Elle acceptait l'aide de tout un chacun, au diable son honneur ou sa dignité ! Pas besoin d'être forcément une femme forte pour être désirée. Néanmoins, il y avait des règles de vie. Devant une telle proposition, il fallait un minimum paraître hésitante, ne serait-ce que pour la forme ! On passait trop pour une sale profiteuse après, si on ne rechignait pas un peu à s'inviter ainsi chez les gens.

« J'ai pas envie de t'importuner... »

Le métisse, tout en la relookant, se tint contre sa porte pour la laisser rentrer chez lui. Gaïana fit un pas en avant et s'arrêta, regardant le jeune homme en fronçant des sourcils, son sourire amusé aux lèvres.

« Hum... Et bien. Pourquoi pas ? »

La brune s'avança alors sans le quitter du regard et passa entre le chambranle de la porte et son voisin. Une fois à l'intérieur, elle s'arrêtait, ne sachant pas où elle devait se mettre. Ca lui permettait également de faire une brève connaissance des lieux... Une vague de chaleur lui donna des frissons. La température de l'appartement était décidément bien plus agréable que celle du couloir ! Elle s'y sentait déjà bien mieux ! Gaïana se retourna alors vers le mec aux dreads qui fermait la porte derrière eux. Voilà. Ils étaient seuls. Dans l'appartement. Rien qu'à deux.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité



Hey Dude, I forgot my keys... *PV Farai Empty
MessageSujet: Re: Hey Dude, I forgot my keys... *PV Farai   Hey Dude, I forgot my keys... *PV Farai I_icon_minitimeMer 22 Jan - 0:49


Hey Dude, I forgot my keys... *PV Farai 1390135210-sans-titre-1

Semblant un peu réticente à l'idée de rentrer chez moi au départ, elle ne se fit pas tellement prier au final. J'imagine que le fait de crever de froid dans le couloir, à frotter son fessier par terre pour essayer de se réchauffer, dans des fringues en lambeaux, devant sa porte, parce qu'on a perdu ses clefs, l'a rapidement fait changer d'avis. Et à sa place, j'aurais sans doute fait pareil. Au diable l'honneur, quand on a froid, et que c'est son voisin d'en face qui te propose, et pas un étranger (même si on peut appuyer sur le fait que je ne la connaissais pas à ce moment là), fait que tu peux laisser ton amour propre de côté, et t'orienter vers cette porte, espérant te réchauffer, boire un bon truc chaud, et en plus discuter avec une personne proche de toi, tout les jours en plus. En fait, c'est exactement ce que j'allais lui proposer. C'était un peu compliqué parce que j'étais plus grand qu'elle, et elle semblait avoir pris une grosse douche froide. Mais la voyant grelotter, je réfléchissais à une solution ... Et y avait pas grand chose qui se proposait à moi ... Voire rien pour l'instant. J'allais laisser le temps faire et voir si une idée allait venir au cours de notre entrevue.

« J'ai pas envie de t'importuner... »

Parce qu'elle pensait vraiment que j'allais la laisser dans cet état ? Et puis, on sait jamais, peut-être que quelqu'un aurait pu passer me voir aujourd'hui ? Quand j'ai laissé Cash au bar, je lui ai laissé mes coordonnées, il a dû rentrer et il aurait pu passer ... Qu'aurait-il penser de trouver une femme à moitié décapé sur mon paillasson ? Je ne le connaissais pas trop mais bon ... Et puis voilà, avec la soirée d'hier, j'ai donné mes contacts à pas mal de monde ... Et puis, même, c'était pas une raison, chez nous, en Angleterre, ça ne se faisait pas de laisser une lady sur le pas de sa porte ... Surtout quand elle est grelottante, à moitié défoncé (ça se voyait vraiment dans ses yeux) et en train de cuver ... Et surtout quand elle est jolie. C'était une jeune femme d'environ un mètre soixante. Donc comme vous pouvez le constater, j'avais un bon décimètre de plus qu'elle, et je portais des tiags ce jour là, ce qui fait que j'avais bien une tête de plus qu'elle. Ces cheveux longs bruns étaient complètement trempées comme le reste de son corps d'ailleurs, assez banale, ni menue, ni gros (même si le banal aux USA se révelait être la taille XL à ce moment là. Aujourd'hui, vous pouvez même compter un bon XXL chez une femme moyenne américaine). puis, pour en revenir au moment de la prier à rentrée, elle finit quand même par se bouger un peu les fesses.

« Hum... Et bien. Pourquoi pas ? »

De toute façon, j'étais plus rassurée de la savoir au chaud chez moi, même si je ne la connaissais pas que dehors, sur ce parquet d'un froid presque insolent, quand tu voyais la chaleur qu'il pouvait faire dans ma piaule ... C'était vraiment bizarre comme immeuble. Certaines piaules étaient renommés comme froide et demandaient à être chauffer tout l'hiver, tandis que la mienne ... C'était vraiment tout l'inverse ... La fenêtre donnait vers le sud, et quand les nuages étaient dégagés, je pouvais même voir la mère ... C'était un privilège, et je le reconnaissais ... Sans m'en vanter, je profitais de la chaleur du soleil qui donnait dans la journée, qui me permettait d'éviter des factures inutiles de chauffage qui m'auraient vraiment ruinés ... Ca faisait toujours ça de moins à penser. Bref la voilà rentrer sans vraiment savoir où se mettre.  Pas étonnant vu le bordel que l'appartement pouvait afficher ... Je n'avais même pas encore défait tout les cartons, et à vrai dire, j'avais pas eu vraiment le temps ... Un p'tit sachet en papier était éclairé par le soleil sur la table. Il contenait de multiples bonnes choses : Bacon, thé, vinyles ... Tout ça venant directement d'Angleterre.

- Installes toi où tu veux, enfin où tu peux, fais comme chez toi.

Une fois rentré à mon tour, je ferma la porte à double tour, histoire de ne pas être embêter par le pochtron du quatrième. Je l'avais surnommé comme ça parce que, quand il rentrait bourré le matin, dans les mêmes créneaux horaires que moi, il avait toujours la bonne idée de rentrer sans frapper et de venir boire un dernier coup chez moi, comme si il avait besoin de finir la soirée ici, alors que la sienne était fini depuis bon nombre d'heures. Je l'avais vu une fois en ville, il passait sa soirée dans les vieux bars où on passait du Larry King, ce vieux rockeur complètement détruit depuis des années ... Pas vraiment le genre d'endroit à la mode ... Mais plutôt un vieux bar d'arsouille ... Et vu ma compagnie du jour, j'avais pas envie de lui tomber dessus ce jour là ... Et puis même, on était tranquille là.

L'appartement était carrément agréable, la chaleur était tenable, mais tout de même agréable pour quelqu'un comme moi qui avait bien passer deux bonnes heures à attendre un taxi depuis la Sunset, pour finalement finir à pied et mettre trois heures à traverser Los Angeles. Sans compter les arrêts dans les bars qui me semblaient sympathique. Tout ça pour dire, que là, un peu de chaleur, humaine, et naturelle, ne pouvait faire que du bien. Le soleil s'était levé, et il rendait mon appartement une chaleur que j'appréciais, ce jour là. Sortant le thé du sac, j'en profitais pour ranger le reste de son contenu, dans le meuble, croisant mes quelques réserves de rhum et de Whisky, à utiliser en cas de besoin les soirs de solitudes, quand tu as le crayon dans la main, pour écrire ou réecrire des paroles, qui pourraient, te propulser. Etonnemment, je me rendis compte à ce moment là que, premièrement, je ne connaissais pas le nom de la jeune femme, et qu'en plus, elle avait pas vraiment la tête à boire du thé. J'en conclus donc qu'il fallait mieux lui proposer autre chose. En cas de besoin ... C'est peut-être ce moment !

- D'ailleurs, quel malpoli, je ne me suis même pas présenté ! Farai, enchanté ... Et puis, si le thé ne te tente pas, j'ai d'autres liquides qui pourraient te tenter : Rhum, Whisky, et je dois même avoir du vin français ...

Le vin français était très recherché à l'époque ... Tout le monde voulait y goûter, c'était vraiment quelque chose qui coûtait très cher et que peu de personnes pouvaient s'offrir. J'avais réussi à en ramener un carton d'Angleterre, le prix n'étant pas le même. J'avais beau avoir six bouteilles, je n'avais pas envie pour autant de les gaspiller, au prix que ça peut coûter ici. Et puis j'étais pas prêt de retourner sur Londres de si-tôt. Au diable le thé, je sortis cette tequila mexicaine du placard, que je venais de trouver en ville le jour précédent et sortit un petit verre de la commode, puis deux, avant de m'en servir un verre, sortant ensuite les autres bouteilles que j'avais, les présenter à la jolie brune en face de moi, la laissant choisir à son gré.

- Fais-toi plaisir ... Si tu veux du thé ou du café, dis le moi hein. Je force personne à boire !

Et c'est ainsi, que je sifflai mon premier verre de Rhum à Los Angeles, cul sec, claquant mon verre sur la table violemment, laissant tomber ma tête en arrière pour profiter de la montée de chaleur dans le nez. Bon dieu ce que c'était bon putain. Oui, c'était bon de se siffler un verre de rhum, et c'était bon aussi d'avoir un peu de compagnie, sans pour autant avoir soixante personnes autour de soi, ni de la musique à en casser quelques tympans, peu importe la qualité de celle-ci. Sans attendre sa réponse, je me servis un deuxième verre. Et puis, une idée me vint. Je sortis le citron, le sel, que je posais sur la table. Vas t-elle tilter ? Le degré d'alcool me faisait faire n'importe quoi.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité



Hey Dude, I forgot my keys... *PV Farai Empty
MessageSujet: Re: Hey Dude, I forgot my keys... *PV Farai   Hey Dude, I forgot my keys... *PV Farai I_icon_minitimeMer 22 Jan - 15:32

La pièce était un véritable capharnaüm de boites en cartons sens dessus-dessous. Mais Gaïana s'y sentait bien. Elle adorait le désordre car ça donnait une certaine vie et un certain charme aux bâtiments, selon elle. Les appartements de vieux, cirés et pomponnés jusqu'au moindre recoin la mettait plus mal à l'aise car elles lui donnaient toujours une impression de vide. Vide qui ne savait être complété à cause de la maniaquerie de ses habitants.

Alors que son regard inspectait les lieux avec minutie, Gaïana soupira et regarda le jeune homme fermer la porte à clef. Bonne ou mauvaise nouvelle ? La soviétique ne savait pas comment le prendre. Mais soit. Elle ne laissa pas paraître sa réflexion et pensa plutôt à se mettre à l'aise laissant ses bras retomber le long de son corps maintenant qu'elle ne devait pas économiser l'énergie thermique de son corps. Au contraire, elle tentait d'absorber la chaleur douce qu'inondait la pièce et du soleil dont les rayons venaient éclairer la table.  

Son voisin lui conseilla de faire comme chez elle. Pas de soucis, elle ne se gênerait pas, si elle se sent bien quelque part, chez quelqu'un. Elle se tourna vers un carton encore fermé et elle retira sa veste, dévoilant encore ses autres tatouages sur ses bras (ici ♥), qu'elle déposa alors sur le carton. Désormais uniquement en short et débardeur noir... Elle frissonna une dernière fois mais plutôt parce que son corps cherchait à se réchauffer.

« Merci, c'est vraiment... gentil, de ta part. »

Le regard de Gaïana revenait sur le métisse à qui elle sourit timidement. Elle passa une main dans ses cheveux teints en brun avant de venir agripper le dossier d'une chaise à la table. Le garçon, s'excusant d'être malpoli (ha bon? vraiment?) se présenta par la même occasion. Farai. Elle retourna le prénom plusieurs fois dans sa tête. Farai. Farai. Oui, c'était un prénom qui sonnait bien. Très bien même. Gaïana en sourit de plus belle, l'ambiance décontractée établie l'invitant à se sentir tranquille.

« Haha, ne t'en fais pas ! Je suis également enchantée de faire ta connaissance ! Moi, c'est Gaïana. »

La possibilité de boire un petit quelque chose tenait toujours, juste que Farai lui proposait de boire ce qu'elle voulait si elle n'avait pas envie de thé. Qui lui auraient tout aussi bien convenu, pour se réchauffer. Mais elle le laissa proposer les divers boissons qu'il avait. Bien, c'était intéressant tout ça. Il prit même le temps de les lui montrer, à son aise en fouillant dans sa commode. Il avait eu moins quelques trucs ranger dans ses armoires, bon début ! Farai précisa tout de même qu'elle ne devait pas se forcer à choisir un alcool, il pouvait très bien lui faire un thé ou du café aussi. Mais Gaïana garda le silence pour observer le métisse se servir à boire, un bon petit rhum. Il le but cul sec et cette vision arracha à la soviétique un nouveau sourire d'amusement. Alors qu'il se servait un deuxième verre, une étincelle passa dans les yeux de Farai. Il avait une idée en tête. Le métisse alla chercher du sel et du citron. Il n'en fallait pas plus à Gaïana pour savoir ce dont il avait envie... Après tout, oui.. Pourquoi pas faire une after avec lui ?

« Oh, teq paf. Carrément! »

Son sourire toujours aux lèvres, une lueur de défi passait dans son regard alors qu'elle ne quittait pas le jeune homme des yeux. Gaïana bougea la chaise pour pouvoir s'y installer, pliant sa jambe gauche sous elle pour avoir l'air plus grande.

« Je suis preneuse ! »
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité



Hey Dude, I forgot my keys... *PV Farai Empty
MessageSujet: Re: Hey Dude, I forgot my keys... *PV Farai   Hey Dude, I forgot my keys... *PV Farai I_icon_minitimeVen 24 Jan - 1:41


Hey Dude, I forgot my keys... *PV Farai 1390135210-sans-titre-1

La voilà rentrée chez moi. Franchement, j'avais pas honte, parce que c'était vraiment le bordel, rien n'était vraiment rangé encore. Pourtant, elle ne semblait pas mal à l'aise, et ça semblait la rendre même mieux de voir mon appart dans cet état. C'est pas étonnant, ça donne de la vie à une pièce ... Le tout dans une certaine mesure, parce que si c'est le bordel uniquement pour que ce soit le bordel ... Vaut mieux que tu ranges ... Enfin tout ça pour dire, que les apparts à l'époque, les miens, ressemblaient souvent à ça. J'étais pas quelqu'un de maniaque, et puis je savais me retrouver dans mon bazar. Un bazar organisé que je disais. Ca pouvait en faire rire certains, mais moi ça me plaisait. Jamais un papier ne disparaissait, ni quoi que ce soit. Je savais où chaque chose était. Et à cet époque, j'avais pas énormément de rangement non plus, l'appartement était franchement pas grand.

Ma piaule devait être une deux pièces, coin cuisine pour ce que je surnommais la dining room, mais qui était surtout une pièce à vivre. C'était assez vieillo comme décoration à l'intérieur, mais ça me plaisait, pis vu les nombres de pétards et de clope que j'ai fumé là dedans ... ça me faisait pas mal planer en plus. La chambre, elle, était assez grande, presque aussi grande que la dining room. J'avais une petite salle de bain et une baignoire, ce qui était presque luxueux dans un vieux bâtiment pareil. Je possédais pratiquement aucun meuble de ma chambre, le lit, la table de nuit, l'armoire ... Tout était inclus dans la location ... Ce qui signifait que si je cassais quoi que ce soit, il fallait que je rembourse ça ... Et honnêtement, je préférais mettre mes sous dans du matos musique, que dans une armoire que j'avais pété après un bad trip ... Pour en revenir à la jeune femme, elle semblait bien plus détendue que dans le couloir, relâchant même ses bras, pour pouvoir se réchauffer auprès des rayons du soleil qui percaient les volets, complètement troués ... De balles peut-être ? J'en sais fichtrement rien, mais ils étaient dans un sale état en tout cas.

La laissant s'installer, je commencais déjà à descendre ma bouteille de rhum en la regardant s'installer. J'étais pas étonné de voir apparaitre quelques tatouages sur ses bras. Ils étaient de bons goûts, mais l'alcool que j'ai récolté dans le sang ces jours là m'ont pratiquement fait oublié leur signification ... Je me suivient surtout de celui sur son bras droit ... C'était un grand rectangle noir, divisé en trois parties ... Pourquoi, hein, ça, je n'en ai aucune idée, mais il était sympa. La déshabillant des yeux, de haut en bas, je voyais pourquoi elle grelottait. Elle était simplement vétu d'un débardeur et d'un short. Et la pluie n'avait sans doute rien arrangé. Les descentes de certaines drogues peuvent aussi vous donner quelques frissons ... Elle avait dû bien consommer la madame.

Elle finit par lâcher, enfin, un petit sourire, qu'elle m'offrit. Oh oui, elle était jolie c'est vrai. Elle s'installa dans une de mes chaises en osier que j'avais ramené avec moi d'Angleterre. Une des choses qu'on ne pouvait pas retrouver en Californie. L'osier, c'était quelque chose qui m'aurait vraiment manqué si j'étais parti sans. J'avais pas apporté grand chose du Royaume d'Elisabeth, mais c'était une des choses auquel je tenais. Surtout que c'était un héritage familial. Elle finit par me donner son prénom ... Gaïana ... Une chose est sûre, c'était pas un prénom qui était commun aux Etats-Unis, même si ça ne faisait que quelques jours que je vivais là bas, ça c'est clair.

La voyant enfin plus tranquille, je lui servis un petit verre de Tequila, que j'avais spécialement sorti pour elle, puisqu'à ce moment là, moi, j'étais plutôt Rhum. Les deux bouteilles de Vodka ne m'avaient visiblement pas calmés, j'étais toujours assez chaud à boire un bon coup, mais je préférais commencer avec un alcool que je connaissais bien ... Ma mère étant une descendante Arawak (tribu antillaise du XVè), le rhum était un alcool presque banal à la maison. On l'utilisait dans différentes recettes, ou même remèdes. J'aimais vraiment cet alcool, non pas parce qu'il était sans doute l'un des plus forts achetable en grande surface, mais parce que j'aimais ce goût, et cette chaleur qu'il m'envoyait dans la bouche ... Rien de mieux pour se réveiller le matin ... J'avoue, ça sonne vraiment alcoolique quand même.

- Prête ? J'espère que tu sais boire une Tequila.

Lui coupant le citron, je m'étalais un peu de sel sur le bras. Pour résumer à vous, petits ignares que vous êtes ce qu'est une Tequila Paf, il s'agit d'un verre de Tequila (avec du soda type limonade c'est encore mieux) qu'on doit boire cul sec, et ensuite on doit lécher le sel, qui a été préalablement imbibé de citron jaune (le vert c'est pour le rhum uniquement !). Le lêcher en général sur sa peau si on est seul et sur la peau des autres si on ne l'est pas ... Vous voyez ce que je veux dire. Enfin bref, je coupais un morceau de citron, et j'écrasais le citron entre mes mains, répendant un peu de son jus sur mon bras, rempli de sel, avant de la regarder plein de malice. J'avais pas l'impression que c'était une grande connaisseuse en alcool en fait ... Ses yeux indiquaient plutôt la connaissance en poudre qu'en liquide ... Lui tendant mon bras, je lui dis

- Cul-sec, le verre, et lèches.

Cette boisson est tellement spéciale. Elle est capable de retourner n'importe qui. N'importe qui peut dérailler avec un truc pareil, et c'est justement ce que je voulais voir. J'étais pas dans un état lucide, et ma logique était parti bien bien loin. J'aurais sans doute pas tenté le coup de la tequila avec n'importe qui dans la rue que j'aurais rencontré quelques minutes auparavant, mais elle me semblait intriguante, voire même très intéressante ... Pas le temps pour les présentations, autant y aller directement. Alors, que demander de plus ? Vous avez une voisine comme ça, on tente des rapprochements, c'est comme ça. Je me resservis un petit verre de rhum, pendant que mon autre bras était tendu. Evidemment, je ne mis pas longtemps à le siffler. Celui là, il m'a vraiment envoyé loin. Là, j'étais retourné dans l'état second que j'avais connu auparavant dans la soirée. Me voilà retombé dans les abîmes de ma pensée.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité



Hey Dude, I forgot my keys... *PV Farai Empty
MessageSujet: Re: Hey Dude, I forgot my keys... *PV Farai   Hey Dude, I forgot my keys... *PV Farai I_icon_minitimeDim 26 Jan - 16:33

Gaïana préférait de loin être dans l'appartement de son voisin que plutôt que dans celui de Billy là-tantôt. Et pis encore, dans la voiture du rouquin lorsqu'il conduit. Elle aurait pu tombé sur pire. Puis, même avec son amie elle ne pourrait peut-être pas continuer sur une note plus positive comme ici.

Elle continua de regarder le métisse lui préparer son verre de tequila et puis, mieux encore, le voir se saupoudrer de sel et asperger son bras d'un peu de jus de citron. Son regard n'avait cessé de le fixer intensément, alors qu'il se concentrait dans sa tâche. Une fois fait, il donna le verre de tequila à Gaïana et celle-ci le prit dans ses deux mains.

Farai se prépara néanmoins un autre verre de rhum et se rapprocha de la jeune fille pour lui tendre son bras. Alors, d'abord boire le verre cul sec, puis lécher... Gaïana affichait un grand sourire enfouit derrière son verre, ses yeux étincelants de malice examinaient l'expression tout aussi joueuse du jeune homme.

« Très bien. »

Sa main s'empara alors du bras de Farai, l'obligeant par la même occasion à se rapprocher alors qu'il amenait son verre à ses lèvres et qu'il but. Une fois qu'il l'avait vidé, Gaïana s'abreuva à son tour, ingurgitant le liquide transparent qui lui brûla l'oesophage et lui fit faire une petite grimace qui s'effaça rapidement lorsqu'il se pencha sur le bras de son voisin. L'alcool semblait lui avoir fait perdre le nord un instant, complètement perdue. Elle se concentra néanmoins sur sa tâche et sa bouche se posa sur l'avant bras du jeune homme qu'elle commença à lécher sensuellement, goûtant le sel et l'amertume du citron jaune alors qu'elle déposait son verre sur la table à tâtons. Elle avait fermé ses yeux pour tenter de ne penser qu'aux sensations, aux saveurs qu'elle percevait à travers ses papilles. Sa bouche remonta lentement le long du bras du métisse. Elle ouvrit les yeux pour voir la tête du son voisin puis les referma pour laisser sa langue parcourir les derniers centimètres de peau encore couvert de sel citronné.

Ses mains qui avaient tenu le poignet du jeune homme le tirèrent encore plus près d'elle et il se trouvait contre sa chaise en osier alors que Gaïana ramenait sa deuxième jambe sous elle pour pouvoir se tenir à genoux laissant son corps s'appuyer contre celui du métisse. Celui-ci semblait beaucoup stable, maintenant qu'elle avait un équilibre précaire dû à ses sens embrouillés par le shot de tequila. Ses lèvres remontaient toujours le long du bras de Farai, suçant et mordillant sa peau par intermittence alors qu'il n'y avait plus de sel . Sauf qu'elle dû s'arrêter là où commençait la manche de son tee-shirt. Elle ouvrit les yeux et regardait de nouveau Farai. Sa main gauche vint dans la nuque du musicien puis sa droite en fit de même. Elle se mordit la lèvre inférieure tout en lui lançant un regard de braise. Gaïana posa délicatement sa bouche sur celle de Farai puis l'embrassa. Ses mains redescendirent le long du torse musclé de celui-ci pour lui retirer son tee-shirt bien trop encombrant.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité



Hey Dude, I forgot my keys... *PV Farai Empty
MessageSujet: Re: Hey Dude, I forgot my keys... *PV Farai   Hey Dude, I forgot my keys... *PV Farai I_icon_minitimeMar 11 Fév - 0:36


Hey Dude, I forgot my keys... *PV Farai 1390135210-sans-titre-1

Gaiana, si c'est bien comme ça qu'elle s'appelait, semblait vraiment à l'aise ici. Disons que vu son état, elle avait dû connaître pire à travers la soirée. Personnellement, j'étais bien pété en rentrant sur la route, mais j'avais réussi à marcher plutôt droit, à ne pas perdre mes clefs, et à rentrer sain et sauf sans mes vêtements complètement en lambeaux. Bref, l'important, c'est ce qui se passait sous mes yeux là, et franchement, j'avais pas à me plaindre, j'avais la voisine d'en face dans l'appart', qui me fixait pendant que je finissais de saupoudrer mon bras pour le lui tendre.

Dans son regard je voyais de la malice, mais en même temps un peu d'appréhension ... Disons que la jeune femme avait l'air de plutôt bien connaître les diverses alcools et drogues disponibles en ville, autant ça, un bon vieux téquila paf, qui a délié plusieurs milliers de langues et de braguettes, semblait l'étonner, et plutôt l'intéresser. On peut dire que c'est plutôt positif, non ? Même si tu connais pas, l'important c'est de t'y intéresser ... Enfin c'est comme ça que je voyais la chose à ce moment là, personnellement.

Esquissant ne serait-ce qu'un petit sourire, je la regardais s'employer, la regardant poser sa main sur mon bras, pour l'amener à elle, se sifflant le verre cul sec, comme prévu, avant de s'ingurgiter le sel qui était répandu sur le long de mon bras. Cette jolie voisine savait comment jouer avec sa langue, ça pour sûr ! Une chair de poule ? Tiens tiens, ça faisait longtemps que ça ne m'était pas arrivé. La pluie ? Ouais ... Mais quand une nana te fout la chair de poule, c'est autre chose. Foutu jeu de langue.

Et alors qu'elle me tirait contre elle, j'en profitais pour siffler mon verre de rhum qui semblait bien seul sur la table, la bouteille étant déjà pratiquement vide ... Posant mes yeux sur la jeune femme à côté de moi, je reposa le verre sur la table, sans vraiment m'intéresser à savoir si il était bien sur la table. Là n'était pas mon principal intérêt de la matinée, honnêtement. Puis elle finit par prendre les devants, lancant un regard brûlant d'envie avant de venir déposer ses lèvres contre les miennes.  Sans demander son reste, elle me foutu torse nu, avant de poser délicatement ses mains sur moi. Posant une de mes mains contre ses hanches, je la rapprochais, encore un peu plus, de façon à ce que nous puissions "échanger nos chaleurs corporelles". Elle était pas encore bien réchauffé.

Venant discrètement lui mordiller le cou d'un côté, je prenais de ma main libre le sel, tout en continuant mon travail buccal sur son cou, encore humide. Me détachant après quelques secondes délicates, je vins tranquillement chercher son oreille, histoire de lui chuchoter sensuellement quelques mots.

- "Où vais-je étaler ce sel ... J'ai le droit à ma teq paf aussi, non ?"

Lui jetant un regard plein d'envie, je lui glissais un sourire malicieux.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité



Hey Dude, I forgot my keys... *PV Farai Empty
MessageSujet: Re: Hey Dude, I forgot my keys... *PV Farai   Hey Dude, I forgot my keys... *PV Farai I_icon_minitimeJeu 13 Fév - 22:23

Les mains de Gaïana avaient vite fait de dérober le bord du tee-shirt et soulevant le tissu, elle retira le vêtement de Farai. Ses yeux dévorèrent son torse magnifiquement bien défini. Il avait des muscles saillants, de véritables tablettes de chocolat. Elle se mordillait à nouveau les lèvres à la vue de ce spectacle qui la faisait frissonner d'avance.

Farai l'enlaçant d'un bras, la rapprocha de lui. Serré l'un contre l'autre, elle sentait la peau brûlante du jeune homme, fort contraste comparé à sa chaleur corporelle en chute libre depuis sa sortie du commissariat. Son corps et ses cheveux dreadeux avaient quelque relents de cigarettes mais cela ne dérangeait en rien Gaïana qui se laissait aller contre lui. Les lèvres du jeune homme vinrent se perdre dans son cou pour la mordiller. La soviétique ferma les yeux, sensible à ces manifestations. Ses paupières se soulevèrent lorsque la bouche de Farai abandonna son cou. Elle sentit son haleine souffler près de ses oreilles, zone érogène, qui donnait à cette situation un caractère peu plus érotique encore.

A son tour, elle sentait ses poils se hérisser sur sa peau, chair de poule. Enivrée par ces effleurements qui l'électrisaient. Ses yeux verts se reposèrent sur Farai qui avait repris son sel, une étincelle de défi dans le regard.

« hmmm. »

Elle rendit son sourire malicieux, en glissant sa main froide sur son bras, elle arriva jusqu'à sa main qui tenait encore le sel. Elle le lui prit des mains et son autre main s'envola sur la table pour prendre ce qu'il restait de citron jaune. Toujours face à Farai à qui elle lançait un bref coup d'oeil, elle dégagea ses cheveux de son décolleté. Le basané avait demandé où il pourrait étaler ce sel mais son attention avait été suffisamment explicite. Pas besoin d'être devin pour comprendre où il voulait en venir, où donc il voulait aller chercher son fameux sel. Gaïana pressa le citron au-dessus de ses seins et le jus perla sur le renflement de sa poitrine où elle étala à son tour une poignée de sel. Elle jeta un regard hautain vers lui, un petit sourire mauvais sur les lèvres.

« Je t'en prie, Sweetheart... »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Hey Dude, I forgot my keys... *PV Farai Empty
MessageSujet: Re: Hey Dude, I forgot my keys... *PV Farai   Hey Dude, I forgot my keys... *PV Farai I_icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

Hey Dude, I forgot my keys... *PV Farai

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Hors-jeu :: Archives :: Sujets archivés-