AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 The Last Few Bricks [PV Timmy]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Jacob Snyder


Messages : 251
Date d'inscription : 23/09/2015
Age du personnage : 38

Who Am I?
Birth place: Buchenwald - Deutschland
Je suis: réservé.
Song: Goodbye - The Army


MessageSujet: The Last Few Bricks [PV Timmy]   Mar 16 Oct - 21:20



The Last Few Bricks
ft. Timmy Evans




Je n’avais aucune idée depuis combien de temps j’étais enfermé dans cette cellule quelque part dans un bâtiment de Bruxelles, un poste de police pas très loin de la grand place. Et les cellules étaient antiques aussi, d’ailleurs… Quatre murs de béton, des chiottes en inox, et une sorte d’énorme bloc de béton pour pouvoir m’allonger si je voulais… Avec pour couronner le tout une porte full metal avec un simple vasistas qu’ils avaient fermé.

Autant dire qu’enfermé là-dedans, j’allais juste pouvoir me calmer parce que ça allait pas être possible de m’engueuler avec quelqu’un. Et c’était pas plus mal d’ailleurs.

Les policiers qui m’avaient arrêté, une fois qu’ils avaient estimé que j’étais suffisamment redescendu dans les tours pour pouvoir comprendre ce qu’ils essayaient de me faire comprendre, m’avaient dit que j’allais être retenu pour une durée de 12 :00 et qu’une fois lesdites 12 heures écoulées, je récupèrerais mes affaire et pourrais sortir…

Je pouvais prévenir personne par contre, j’avais pas droit à un coup de fil dans l’immédiat. Pour toute réponse à ça, j’avais haussé les épaules. J’étais seul sur cette date parce qu’il n’y avait pas d’émission prévue depuis la Belgique. Alors j’avais de toute façon personne à prévenir.

Et c’était tant mieux.

La seule chose que j’étais sensée faire, c’était téléphoner à L.A.ROCKS après le concert de The Burning Fire demain (ou était-ce déjà ce soir, si on avait dépassé minuit ?) pour qu’un collègue diffuse mes premières impressions en direct. Cette arrestation passerait peut-être ni vu, ni connu. Comme si j’avais juste pris une bonne cuite et qu’on m’avait mis en cellule de dégrisement.

Sauf que je n’étais pas saoul.

Non, j’étais en colère et je fulminais encore intérieurement.

Mais je commençai à fatiguer à mesure que je perdais la notion du temps. Jusqu’à ce que la colère se came, me laissant vide, crevé et avec des courbatures et un mal de crâne horrible. Si j’avais fait les cent pas, tournant en rond dans ma petite cellule, au départ, j’avais fini par m’asseoir… Puis m’allonger pour regarder le plafond, puis j’avais fermé les yeux.

La décompression, après la rage, me donnait toujours l’impression d’avoir besoin de chialer et je détestais ça. Les larmes finirent par couler sur mes tempes brûlantes. Ce n’était même pas que j’étais triste ou que j’avais honte ou quoi que ce soit. Ce n’était pas lié à une quelconque émotion, c’était purement une réaction physique à un trop plein de stress. Comme si mon corps pleurait pour tout ce que je lui faisais subir.

Et une fois cette phase-là passée, il n’y avait plus eu que la fatigue et une bonne giclée d’endorphine.

Prends ça, Snyder.

Et dors maintenant.

Ce que j’avais fait, à même ce bloc de béton qui avait pour vocation d’être une couche de fortune.

J’avais dormi (à croire que je dormais mieux en cellule que dans mon propre lit) jusqu’à ce que le vasistas qu’on ouvrait me réveille et qu’un flic me parle au travers dans une langue que je ne connaissais pas.

-Snyder ?

Je m’étais levé, frottant mon visage et hochai la tête. Mon nom, je pouvais le reconnaître. Je confirmais.

-T’es calmé ? Lève-toi et recule au fond de la cellule.

J’aurais même pas su dire quelle langue il parlait. J’arrivais pas à l’identifier. Je répondis en anglais parce que je ne connaissais pas d’autre langue. Même pas l’allemand.

-Je ne comprends pas.

Le policier ouvrit la porte, envoyant balader la procédure et me répondant toujours dans sa langue.

-Mais ouais, aucun de vous pige jamais rien… Si je te dis que tu peux sortir, tu comprends ça ?

Je restai debout dans ma cellule, ne bougeant pas… Essayant de comprendre vraiment mais sans succès.

-Ok… Là maintenant, je te crois que tu comprends pas.

Il s’écarta de la porte et me fit un signe qui m’invitait à sortir de là.

-Allez. « Out ».

Ok, je compris donc l’essentiel et sortis de ma cellule, suivis le policier, récupérai mes affaires, signai des papiers auxquels je ne comprenais rien et on me fit sortir du bâtiment… me plantant là au milieu d’une ville que je connaissais à peine. Mes affaires étaient à The Hotel, je pourrai probablement les récupérer… Mais à mon avis, pour continuer à loger là, ça allait être proscrit…

De toute façon, avant ça, il fallait que je retrouve mon chemin et ça c’était déjà pas gagné.

Je me laissai aller contre le mur du commissariat et sortis les lacets de mes chaussures de la poche de ma veste, après avoir allumé une clope, pour les remettre… Autant commencer par les choses simples…

Après, j’essayerai de retrouver mon chemin…

A condition que je trouve d’abord un endroit où aller.

Mais on trouvait toujours, non ? Je suis sûr que ce serait ce que Ricci dirait.

Même si personne ne voulait de nous...

On trouvait toujours.

@ Billy Lighter




You're a drop in the rain, Just a number not a name… ©️ Scorpions
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Timmy Evans


Messages : 621
Date d'inscription : 30/11/2013
Age du personnage : 31

Who Am I?
Birth place: Londres-Angleterre
Je suis: Calme, intelligent, parfois fourbe et menteur
Song: Linkin Park-Somewhere I Belong


MessageSujet: Re: The Last Few Bricks [PV Timmy]   Jeu 18 Oct - 17:06



The Last Few Bricks
ft. Jacob Snyder


Nous étions arrivés en Belgique le jour qui précédait le concert de The Burning Fire au festival de Werchter. Cela faisait plusieurs dates que nous devions composer avec David McAvoy. Le public avait aimé ses prestations qui étaient supérieures à celles de Thompson. C’est ainsi qu’il aurait été très peu judicieux de le renvoyer à Los Angeles pour faire revenir Thompson. Alors, je m’étais contenté d’accepter les choses telles qu’elles étaient pour le moment. Scott, notre ingénieur du son, avait la responsabilité que tout se passe bien avec McAvoy. Il était dans son intérêt que cela se poursuive ainsi jusqu’à la fin de la tournée mondiale.

Pendant la soirée, je n’avais point eu l’envie de rester seul dans ma chambre. J’avais envie de m’imprégner de l’ambiance de ce pays et de l’hôtel où nous résidions. Il y avait des gens de diverses nationalités comme dans de nombreux hôtels huppés comme le Hilton. Cependant, il y avait, surtout, beaucoup de membres de l’équipe qui accompagnait The Burning Fire et BleedingHeart. Ils étaient tout un petit groupe de roadies dans le bar de l’hôtel où j’avais décidé de passer ma soirée en buvant quelques bonnes bières qui était l’une des spécialités de ce pays. Je restais dans mon coin, silencieux mais les oreilles ouvertes à toutes les conversations qui m’entouraient.

C’est ainsi que j’avais pu prendre connaissance des dernières petites frasques de Stone, que j’avais pu entendre les roadies discuter de l’étrangeté de McAvoy et j’avais pu les écouter se plaindre du froid. J’étais un homme de l’ombre et cela était pratique dans ce genre de situation bien qu’il ne semblait point y avoir de grande nouvelles… Jusqu’à ce qu’un autre roadie vienne prendre place parmi les autres afin de commencer à discuter de quelque chose qu’il s’était passé à l’hôtel où séjournaient les membres de BSC. Ce roadie semblait avoir joué au fouineur là-bas et en était revenu avec une anecdote des plus surprenantes.

J’avais ainsi appris que Jake Snyder, un journaliste qui était aussi un ami bien que nous ne nous voyions que dans le cadre de ses interviews, s’était bagarré avec Daniele Ricci et que Ricci avait été très arrangé dans la bataille. Cela me faisait déjà plus que sourire d’apprendre que mon rival s’était pris une raclée. Le roadie ne semblait pas avoir compris ce qui avait mené à ce bagarre mais il était, toutefois, certain que Snyder s’était fait embarqué par la police. Snyder ne méritait point un tel traitement surtout que je ne doutais point que Ricci devait l’avoir cherché. C’était un homme détestable et ceci en dehors de sa façon de travailler.

Je ne pouvais point laisser Snyder croupir dans une cellule sans aucun soutien extérieur surtout après ce que je considérais être un acte de bravoure. Je voulais lui montrer mon soutien à ma manière. C’est ainsi que j’étais remonté dans ma chambre afin d’obtenir des renseignements sur l’emplacement de Snyder. J’avais téléphoné au commissariat le plus proche. L’homme au téléphone n’avait point un très bon Anglais ce qui avait compliqué notre conversation. Cependant, j’avais réussi à savoir que Snyder ne serait enfermé que pour une période de 12h avant de retrouver sa liberté. Il me sera facile d’aller le rencontrer à sa sortie. Je pourrais ainsi savoir les raisons de cette bagarre avec Ricci.

J’avais été dormir après ce coup de fil afin d’être en forme le lendemain. Au petit matin, je m’étais préparé afin d’aller voir Snyder. J’avais renoncé au costard afin d’être dans une tenue décontractée. En tournée, je me permettais un peu plus de relâchement surtout dans ce genre de situation.

Je m’étais présenté, après de longues minutes de taxi, au commissariat. Là encore, il m’avait été très difficile de me faire comprendre. Je ne connaissais pas un mot de Néerlandais et que quelques rudiment de Français et ceci ne nous facilitait point la tâche au policier et à moi. Cependant, nous en étions arrivés à relativement nous comprendre. L’avantage étant que je gardais patience malgré tout.

Ainsi, on m’avait signalé que Snyder venait d’être relâché à l’instant et qu’il était désormais dehors. Il m’avait indiqué l’endroit où il avait été sorti et c’est là-bas que je m’étais rendu. Il ne m’avait point été difficile de retrouver Snyder.

-Bonjour Jake.

Il n’avait point bonne mine mais qui l’aurait après une nuit passée en cellule.

-J’ai appris ce qui est arrivé hier… Cela a dû être une rude nuit. Je suis désolé pour cela. Je tenais à venir te voir pour t’aider au cas où tu en aurais besoin.

S’il séjournait à l’hôtel où il avait tabassé Ricci, il ne pourra point y séjourner à nouveau. Il lui faudra un autre endroit où dormir et je pourrais sans aucun doute l’aider pour cela.

-Ricci a fait des siennes ?

Je me retenais de le féliciter ouvertement et de marquer ma joie par un sourire des plus éloquents. Jake ne devait pas l’avoir frappé pour rien. Il devait il y avoir quelque chose là-dessous. Je voulais savoir quoi en plus d’aider un ami. Car rien ne se faisait sans rien, n’est-ce pas ?

@ Billy Lighter


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Jacob Snyder


Messages : 251
Date d'inscription : 23/09/2015
Age du personnage : 38

Who Am I?
Birth place: Buchenwald - Deutschland
Je suis: réservé.
Song: Goodbye - The Army


MessageSujet: Re: The Last Few Bricks [PV Timmy]   Dim 21 Oct - 11:13



The Last Few Bricks
ft. Timmy Evans


J’étais en train de lacer ma deuxième chaussure quand j’entendis quelqu’un me saluer en anglais. En véritable anglais… Avec l’accent et tout. Alors je m’étais redressé pour faire face à quelqu’un d’encore plus grand que moi. Certains disaient d’ailleurs qu’on se ressemblait étrangement. Je soufflai la fumée de ma clope en me frottant un œil, souriant tout de même à mon interlocuteur.

-Bonjour, Timmy.

Il disait avoir appris ce qui était arrivé la veille et compatissait, apparemment. Je mis mes mains dans mes poches, regardant un peu autour de moi.

-Heu… Merci… J’avoue être un peu désorienté… Il faut que j’aille rechercher mes affaires à l’hôtel où j’imagine que je ne pourrai pas rester encore.

Je haussai les épaules avant une touche d’humour noir.

-Si je ne sais pas où dormir la nuit prochaine, j’aurai qu’à tabasser quelqu’un d’autre, j’imagine.

L’avantage d’une cellule complètement fermée telle que celle que j’avais occupé cette nuit, c’était que personne ne pouvait m’atteindre quand j’étais dedans. Les murs étaient censés protéger le monde extérieur de ma colère ? Je l’avais pas ressenti comme ça…

C’était les murs qui me protégeaient du monde extérieur.

Timmy savait apparemment que c’était avec Ricci que j’avais eu un problème. Et je savais, moi, qu’entre les deux managers régnait une rivalité plus que flagrante. Un peu normal quand on savait qu’ils étaient les deux managers les plus en vue des deux plus puissantes maisons de disque de Los Angeles.

-On peut dire ça… Il a l’art de me foutre hors de moi… C’est pas la première fois qu’il me pousse à la violence… La dernière fois, sa secrétaire de l’époque avait réussi à ce que ça ne dégénère pas…

Je baissai les yeux, je ne savais pas si je devais avoir honte ou si j’étais dans mon bon droit dans mettre plein la tronche à Ricci pour les discours qu’il tenait.

-Mais là… C’était vraiment pas le bon jour pour me faire charrier par un Italien. Vraiment pas.

Ricci ne m’avait pas charrié à proprement parlé. Il avait fait des juifs une généralité, avait raconté une histoire dans laquelle j’avais un peu trop reconnu mon propre cas et ce qui s’était passé un peu trop récemment avec Vanessa Cartray qui m’avait planté là une fois qu’elle avait eu accompli sa fabuleuse mission héroïque…

En me laissant derrière dans un état peut-être encore pire qu’avant.

Je passai une main dans mes cheveux.

-Si on bougeait, avant que je ne cherche à ce qu’ils m’enferment à nouveau ? J’ai besoin d’un café et peut-être de manger un truc… On est en plein centre de la vieille ville, on devrait bien se trouver une gaufre, non ?

@ Billy Lighter



You're a drop in the rain, Just a number not a name… ©️ Scorpions
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Timmy Evans


Messages : 621
Date d'inscription : 30/11/2013
Age du personnage : 31

Who Am I?
Birth place: Londres-Angleterre
Je suis: Calme, intelligent, parfois fourbe et menteur
Song: Linkin Park-Somewhere I Belong


MessageSujet: Re: The Last Few Bricks [PV Timmy]   Mer 24 Oct - 16:13



The Last Few Bricks
ft. Jacob Snyder


Jake était désorienté après ce petit passage en cellule dans une ville qui devait vraisemblablement lui être inconnue. Ses affaires demeuraient à l’hôtel où il avait eu le courage de tabasser l’Italien. Cependant, nul doute qu’il ne pourrait point y retourner y loger mais le journaliste n’avait point perdu son humour sur le sujet. Il lui sera facile de pouvoir loger à nouveau en cellule s’il tabassait encore quelqu’un. J’avais souris car je trouvais sa répartie assez divertissante.

-En effet… Mais si cela peut t’aider, je peux t’offrir une chambre à l’hôtel où je loge. Il me sera facile de te procurer ça. C’est le moins que je puisse faire et cela t’évitera de devoir te salir les poings à nouveau. On passera, avant, à ton ancien hôtel pour récupérer tes affaires.

Bien que s’il lui venait à l’idée de frapper encore sur l’Italien je n’y verrais point la moindre objection. Plus Ricci souffrait et plus je me sentais bien et, ces derniers temps, il semblait souffrir tout seul sans besoin d’aide extérieure. C’est ce qu’avait rapporté Amon dans L.A.People.

Je n’avais point caché savoir ce qui l’avait mené à finir en cellule. Cependant, je n’avais pas connaissance des raisons qui avait poussé Jake à s’en prendre de la sorte à Ricci. L’Italien avait l’art de savoir être énervant. Il savait provoquer car il se sentait protégé par son simple nom. Cela ne lui a pas suffi, hier, à ne point s’attirer les foudres de Jake et cela lui est bon.

Cependant, Jake ne m’avait point donné les raisons exactes de la bagarre. L’Italien l’avait énervé et ce n’était point la première fois que ça arrivait bien que la fois précédente, son ancienne secrétaire et petite-amie avait réussi à avorter les choses. Il n’avait point eu cette chance hier.

-Je suis persuadé qu’il l’a bien cherché… Il a la provocation facile.

J’étais persuadé aussi qu’à force de conversation avec Jake, j’apprendrais ce qui a mis hors de lui le journaliste. Bien qu’il m’avait semblé me donner un semblant d’indice. Il avait une dent contre les Italiens.

-As-tu couvert des dates en Italie ? Tu as eu des problèmes avec les Italiens ?

Il s’agissait d’une piste que j’essayais d’ouvrir en questionnant. Jake était avare en détails mais je savais que sa coquille allait s’ouvrir si j’arrivais à poser les bonnes questions et à l’amener là où je voulais.

Cependant, tout en faisant cela, je crois que l’idée de boire un café et de manger un bout était très bonne.

-Oui, allons-y. Cela ne devrait pas être compliqué à trouver.

Je lui avais servi un sourire et nous nous étions mis en marche vers un endroit où s’installer. La ville où nous étions était bruyante mais ça ne me perturbait pas. L.A. n’était pas plus calme aux heures de pointes surtout à Downtown.

-L.A.Rocks t’a payé une place dans l’hôtel de Roadtramp ? C’était fait exprès ou c’est un hasard ? Si c’est un hasard, c’est un mauvais hasard car ça t’as amené à voir Ricci.

L.A.Rocks aurait des actions chez BSC que cela ne m’étonnerait guère. Il n’y avait qu’à entendre comment Sydney Grey s’adressait à moi. Jake me semblait être une exception de la radio.


@ Billy Lighter


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Jacob Snyder


Messages : 251
Date d'inscription : 23/09/2015
Age du personnage : 38

Who Am I?
Birth place: Buchenwald - Deutschland
Je suis: réservé.
Song: Goodbye - The Army


MessageSujet: Re: The Last Few Bricks [PV Timmy]   Jeu 25 Oct - 22:00



The Last Few Bricks
ft. Timmy Evans


Plutôt que de massacrer encore quelqu’un, Timmy me proposa de me dégoter une chambre dans l’hôtel où il logeait. Le Hilton, donc, là où The Burning Fire créchait. Je passerais d’une tournée à une autre, en gros. Ou je changeais de sponsor… De BSC à MTI.

Je terminai de lacer ma chaussure et me redressai face à Timmy, un peu débraillé, les yeux un peu rouges de fatigue même si j’avais quand même dormi… Et putain, j’avais bien besoin d’une douche aussi.

Je regardai mes poings, ma cigarette coincée entre mes lèvres, mes phalanges un peu gonflées, un peu ouvertes par endroit. Si mes mains étaient dans cet état-là… Je me demandais bien comment était la tête de Ricci… Pas que je regrettais mon geste… Non… Ce qui m’inquiétait, c’était de ne plus me rappeler vraiment bien des choses à partir du moment où je m’étais jeté sur le manager italien.

Je relevai les yeux vers Timmy et hochai la tête.

-Heu… Ouais… Je crois que… Enfin, ce serait vraiment gentil à toi… Mais si tu n’y arrives pas, ne te tracasse pas, j’ai de quoi financer une nuit d’hôtel…

Je frottai mes yeux…

J’avais plus ou moins raconté à Timmy ce qui s’était passé la veille, passant sur les détails qui m’avaient faits dégoupiller. Mais Timmy connaissait aussi bien, si pas mieux, Daniele que moi.

-La provocation…

Je soufflai furieusement la fumée de ma clope.

-Il y a des choses qui dépassent la provocation…

Si je ne me rappelais plus du moment où mes poings s’étaient écrasés sur la figure de Ricci, je me rappelais un peu trop bien de ce qu’il avait raconté avant.

Et je fus comme tiré de mes ruminations quand Timmy Evans posé des questions… Mais avant, je proposai d’aller manger quelque chose… Boire un café… C’était peut-être pas bon pour ma nervosité… Mais j’en avais besoin quand même…

On se mit en marche, nous éloignant du commissariat et prenant le beffroi de l’hôtel de ville comme point de repère pour arriver sur la grand place où les touristes s’agglutinaient pour admirer les façades dorée des bâtiments… Et tout en marchant, mes mains dans mes poches et les yeux rivés sur le sol et non sur les prouesses architecturales d’un autre temps, je daignai répondre aux questions de l’anglais…

-J’ai couvert la date à Rome… Mais c’est avec une italienne de Los Angeles que j’ai eu un problème, juste avant…

Je haussai les épaules en ricanant, cynique…

-Je ne sais pas si je dois en vouloir aux Italiens, aux femmes ou aux deux... J’approcherai plus une italienne, déjà, ça, c’est clair.

Les odeurs de gaufres commençaient à se faire sentir, venant de partout à la fois. Il n’y avait qu’à tendre la main pour en avoir, il y en avait tous les 5 mètres.

Timmy, lui, se demandait si c’était fait exprès que j’aie logé dans le même hôtel que les gens de chez BSC…

Je passai une main sur ma figure, jetant mon mégot dans le mouvement.

-Heu… j’en sais rien… Je ne sais plus vraiment… C’est des arrangements qui se font entre mon patron et les maisons de disque ça… mais ce n’est peut-être qu’un mauvais hasard, comme tu dis… Je n’ai pas envie de loger là une nouvelle nuit, de toute façon… Si je vois Ricci, j’achèverai ce que j’ai commencé.

Je regardai Evans…

-J’espère que vous êtes pas portés sur les blagues racistes à la con, de votre côté…

@ Billy Lighter



You're a drop in the rain, Just a number not a name… ©️ Scorpions
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Timmy Evans


Messages : 621
Date d'inscription : 30/11/2013
Age du personnage : 31

Who Am I?
Birth place: Londres-Angleterre
Je suis: Calme, intelligent, parfois fourbe et menteur
Song: Linkin Park-Somewhere I Belong


MessageSujet: Re: The Last Few Bricks [PV Timmy]   Mer 31 Oct - 15:57



The Last Few Bricks
ft. Jacob Snyder


J’avais proposé à Jake une place dans l’hôtel où nous séjournions moi, mes groupes et les membres du crew. Le journaliste méritait d’y obtenir une place après la satisfaction qu’il m’avait faite de refaire le portrait de l’Italien. J’avais l’espoir qu’Amon n’avait rien raté des évènements d’hier et que le résumé des faits ainsi qu’une photo de Ricci soit relaté dans L.A.People.

-Tu n’as pas à t’en faire. J’arriverais à t’avoir une chambre.

Il n’aurait point à débourser une rond. MTI ne me refusait point quelques faveurs. Don Hughes savait que je n’en abusais point et il avait une confiance aveugle en moi. Je ne pouvais qu’en profiter pour héberger Snyder.

Je n’avais point eu de détails sur le conflit entre Snyder et Ricci bien qu’il s’agissait de quelque chose de pire qu’une simple histoire de provocation de la part de l’Italien. Les choses étaient bien pires et ceci ne faisait qu’alimenter mon insatiable curiosité.

Cependant, il n’était point judicieux de paraitre focalisé sur le sujet. C’est ainsi que nous nous étions mis en marche afin de trouver un endroit où nous restaurer après une nuit qui avait été plus que rude pour le journaliste.

Jake était à cran et avait une dent contre les Italiens. Il ne s’agissait plus uniquement de Ricci mais d’une mauvaise expérience avec une Italienne de Los Angeles. Cela ressemblait à une histoire qui avait bien mal tourné. Peut-être une histoire de sentiments. Cela est fort possible. J’étais passé par là avec Eileen. Cela m’avait donné le même sentiment envers les femmes que celui que Snyder semblait ressentir en ce moment.

-Les deux… Je pense qu’il veut mieux se méfier des deux. J’imagine qu’il s’agit d’une histoire de cœur qui a mal tournée ?

Snyder devait être tombé amoureux d’une Italienne et celle-ci lui avait fait faux-bons ou l’avait quitté sans ménagement. Les femmes étaient parfois volatiles… Elles faisaient de grand discours sur l’amour mais dès qu’elles sont lassées, elles s’en vont. J’avais vécu cela pendant mon adolescence. J’avais été stupide de récidiver et de tomber dans le piège récemment. Désormais, je savais à quoi m’attendre et je savais que je ne devais plus rien attendre.

Diverses odeurs de gaufres et de chocolat chaud parvenaient à mes narines et donnait envie de s’assoir à l’intérieur de l’un de ces cafés. Cependant, j’étais pris par ma conversation avec Jake. Il ne savait point s’il était tombé dans le même hôtel que Ricci par le pur hasard ou bien si cela avait été décidé entre sa radio et la maison de disques. Quoi qu’il en soit, Jake n’avait point envie d’y remettre les pieds.

-Oui, cela je n’en doute pas. Je vois qu’il t’a vraiment mis sur les nerfs. Si c’est un hasard, c’est vraiment la faute à pas de chance.

Nous nous dirigions sans nous concerter vers un café un peu plus loin. La devanture me plaisait et nous serons mieux assis pour discuter. Jake avait alors espéré que nous n’étions pas raciste de notre côté. Il devait parler de moi et de tous ceux qui composaient la tournée version MTI. Mes yeux bleus étaient marqués par la perplexité.

-Non… Je n’ai jamais entendu personne dire la moindre chose raciste même pour blaguer. Le racisme n’a rien de drôle…

Nous nous étions installés à une table tout en ne lâchant point la conversation.

-Ricci ferait-il des blagues racistes sur les Américains ? C’est pour cela que tu l’as frappé ? Il a dû faire plus qu’une blague pour te faire sortir de tes gonds…

Un serveur était passé. Il avait été plus simple de nous comprendre pour prendre commande car il avait des notions d’Anglais. J’avais commandé un thé à la menthe.



@ Billy Lighter


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Jacob Snyder


Messages : 251
Date d'inscription : 23/09/2015
Age du personnage : 38

Who Am I?
Birth place: Buchenwald - Deutschland
Je suis: réservé.
Song: Goodbye - The Army


MessageSujet: Re: The Last Few Bricks [PV Timmy]   Dim 4 Nov - 11:56



The Last Few Bricks
ft. Timmy Evans


Il semblait que j’avais trouvé au moins une première solution à mon problème : Evans allait faire en sorte que je puisse dormir à l’hôtel Hilton. Je le remerciai comme il se devait, tirant sur ma clope, mes mains encore un peu tremblantes, symptôme systématique de l’énervement… ou de la descente d’énervement…

Et comme c’était beaucoup trop lourd à porter, même pour moi, j’avais commencé à parler, en commençant par ma blessure la plus récente, celle que Vanessa m’avait laissée. Je ricanai quand Evans demanda si c’était une histoire de cœur qui avait mal tourné.

-Une histoire de cœur ? Non. Pire. Une histoire de confiance.

Ça n’avait pas eu vraiment le temps d’être une histoire de cœur… Ce n’était pas encore tout à fait la même histoire que celle que j’avais vécue avec Alexie. Ce qui me faisait le plus mal, ça n’avait pas été de m’imaginer pouvoir commencer quelque chose de réellement sérieux avec la journaliste de chez Guitar&Pen, c’était que je lui avais tout dit… J’avais vidé mon sac. Bordel ! On était même allés jusqu’à Buchenwald ensemble !

Bref, je m’étais ouvert à elle comme je ne l’avais jamais fait avec personne. Mais je n’avais rien été de plus au final pour elle que quelque chose de cassé qu’elle avait tenté de réparer. Et quand elle avait eu considéré sa mission terminée, qu’elle s’était donné suffisamment bonne confiance. Ciao, bello ! Je vais me trouver quelqu’un d’autre à réparer…

Même les odeurs délicieuses qui nous titillaient les narines n’arrivaient pas à me dévier de la merde que j’avais dans le crâne. Et j’avais l’impression de m’embourber dedans. De m’enfoncer dans ma propre colère.

Conclusion, je n’avais pas envie de retourner loger à The Hotel et de toute façon, aucun doute que j’étais fiché comme Persona non grata maintenant.

On se dirigea vers un café qui avait l’air plus ou moins typique et à la devanture chaleureuse. Ouais, je serais pas contre un petit endroit peu lumineux, un peu confiné. Quelque part où je pourrais me foutre dans un coin et ruminer tranquillement ma fureur.

J’avais expliqué à Timmy que c’était un peu la faute de personne si Ricci et moi on s’était retrouvés au mauvais endroit au mauvais moment ensemble.

Mais à force de causer, je causais trop, bien évidemment. Et forcément, et je ne pouvais pas lui en vouloir, les questions de Timmy Evans tombèrent alors que nous étions désormais confortablement installés dans le café… J’avais pris une place dans un coin d’où je pouvais voir quiconque entrait dans l’établissement et avec un mur derrière moi qui ne permettrait à personne de me prendre en traitre par derrière.

Je me rallumai une cigarette, en tremblant toujours de rage et pris le temps pour répondre à Evans, commandant un café au serveur qui s’était présenté à nous…

-Peu importe qui était visé par ses « blagues » à la con ! C’est le principe qui me tue. Prendre un bouc émissaire pour amuser la galerie ?! Pour se hisser péniblement dans une position supérieure quand il n’est qu’un petit junkie pété de thunes qui se croit tout permis?!

J’essayai de me détendre sans grand succès, serrant les dents au point que quand j’ouvris à nouveau la bouche pour parler, ma mâchoire craqua bruyamment.

-Je ne peux pas accepter ça. Et je regrette pas ce que j’ai fait hier ! Peut-être que ça lui prouvera qu’il n’est pas aussi intouchable qu’il ne le croit !

@ Billy Lighter



You're a drop in the rain, Just a number not a name… ©️ Scorpions
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Timmy Evans


Messages : 621
Date d'inscription : 30/11/2013
Age du personnage : 31

Who Am I?
Birth place: Londres-Angleterre
Je suis: Calme, intelligent, parfois fourbe et menteur
Song: Linkin Park-Somewhere I Belong


MessageSujet: Re: The Last Few Bricks [PV Timmy]   Jeu 8 Nov - 15:25



The Last Few Bricks
ft. Jacob Snyder


Jake s’ouvrait peu à peu à moi. Il me suffisait de poser les bonnes questions au bon moment pour cela. Il avait eu une mauvaise expérience avec une Italienne de Los Angeles mais ce n’était point une histoire de cœur qui s’était mal terminée mais une histoire de confiance. Snyder était fortement blessé par ceci. Je n’aurais point de détails mais cela alimentait une plus sa haine envers les Italiens en général ou bien les femmes en général. Une confiance brisée menait bien souvent à cela. Ça m’était arrivé pendant mon adolescence. Cet évènement avait forgé, en partie, l’homme que je suis aujourd’hui.

Nous n’avions point arrêté de converser jusqu’à notre arrivée à une devanture accueillante. Les odeurs parfumées de gaufres et de café m’avait ouvert l’appétit. Nous y étions entrés pour nous installer dans un coin tranquille de ce petit café. Il était si simple de rediriger la conversation sur ce qui m’intéressait, c’est-à-dire sur ce qui avait conduit Snyder à casser la figure de Ricci. Il était évident qu’il s’était passé quelque chose de grave pour en venir à une telle extrême bien que Jake semblait être un homme qu’il était si facile d’énerver. Je pouvais sentir qu’il n’était point serein et ce n’était pas la première fois que je voyais ce genre de fureur trop peu contenue en lui. Il était sur le qui-vive prêt à bondir sur la première personne qui tenterait de lui nuire.

Cependant, cette fureur et la rage des évènements d’hier le faisaient parler. La bagarre venait de blagues douteuses et racistes faites par Ricci qui n’auraient point plu à Snyder. Le comportement de l’Italien avait rendu malade Jake. Ricci avait cet art bien à lui de se mettre en avant afin d’amuser la galerie. J’avais déjà été témoin de ce petit manège grotesque. Cette manie de se mettre toujours en avant devait cacher un manque profond de quelque chose. C’est pour cela que je savais que Ricci n’était point intouchable. Il avait des failles, des faiblesses, des blessures qu’il cachait au monde. Je l’avais égratigné en ressortant, avec Amon, des vieilles histoires sur The Army. Cependant, j’étais certain qu’il y avait bien d’autres histoires à déterrer.

Snyder ne regrettais point ce qu’il avait fait. Sa mâchoire avait craqué avant qu’il ne me fasse part de ceci. Il dégageait une angoisse terrible. Ainsi, quand mon thé et son café étaient arrivés, je me demandais s’il n’était pas plus judicieux qu’il boive mon thé.

-Ce genre d’homme se croira intouchable quoi qu’il advienne. Je ne pense pas que les évènements d’hier vont le faire changer en aucune façon. Ricci restera ce petit riche qui cherche désespérément à ce qu’on le qualifie de « meilleur du monde ».

Cependant, ce que je pouvais voir, c’est que Ricci commençait à perdre pied au fur et à mesure des mois. J’avais le sentiment que son règne prendra bientôt fin. La drogue le rongeait et cela ne pourrait que le conduire à sa perte. Il faisait le travail pour moi.

-Cependant, il ne va certainement pas en rester là avec toi. Votre altercation va certainement se retrouver dans la presse. Cela va ternir ton image et, connaissant le personnage, Ricci va très certainement mener des actions contre toi.

C’était à envisager. Ricci pouvait mener des actions contre Snyder en justice.

-Il faut espérer que Ricci ait assez de cœur pour ne pas le faire mais je doute que cela soit le cas.

Il y a très certainement moyen de minimiser les dégâts si jamais Ricci en venait à cela.



@ Billy Lighter


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Jacob Snyder


Messages : 251
Date d'inscription : 23/09/2015
Age du personnage : 38

Who Am I?
Birth place: Buchenwald - Deutschland
Je suis: réservé.
Song: Goodbye - The Army


MessageSujet: Re: The Last Few Bricks [PV Timmy]   Dim 11 Nov - 11:31



The Last Few Bricks
ft. Timmy Evans


Plus je parlais, pire c’était… Plus je parlais, plus je tremblais… Je n’avais pas vraiment cessé depuis que je m’étais réveillé dans ma cellule, mais ressasser les faits de la veille empirait les choses. Je m’étais rallumé une cigarette et une fois mon café sur la table, commençai à alterner nerveusement caféine et nicotine.

J’écoutai Timmy Evans enchaîner sur ce que je venais de dire et finis par stopper les mouvements que je faisais de porter ma tasse à mes lèvres puis ma clope à ma bouche en écarquillant les yeux d’abord… Puis en fronçant les sourcils ensuite.

Le manager anglais affirmait que notre altercation allait se retrouver dans la presse. Ouais, Sørensen allait sûrement pas manquer le coche s’il était dans le coin. Mais ce ne fut pas ça qui valut ma surprise…

C’était le fait que Timmy dise que Ricci allait certainement mener des actions contre moi. Et par action, il parlait d’actions en justice, si je comprenais bien !

-Pardon ?!

Je n’avais pas pensé du tout à cette éventualité… Pour la simple et bonne raison que… je ne me sentais nullement coupable dans cette histoire. Pas plus que je n’avais de remords concernant ce que j’avais fait.

Je m’emballai, pointant Evans de ma clope coincée entre mon majeur et mon index.

-Donc c’est lui qui tient des propos antisémites et c’est moi qui vais prendre ?! Et tu trouverais ça normal ?!

Il avait pris des poings dans la tronche. Ça se répare, ça cicatrise !

Il y a d’autres blessures, par contre, qui ne guérissent jamais.

Je tirai longuement sur ma clope, comme pour essayer de calmer les battements de mon cœur si forts que je les sentais dans mes tempes, que je l’entendais dans mes tympans et que mes jambes en devenaient molles.

Comme si tout mon sang était redirigé vers mon cerveau pour alimenter ma colère. Je tapai du poing sur la table, faisant tressauter nos tasses sur la table, attirant quelques regards sur nous. Mais la majorité des gens présents ne devaient probablement pas comprendre un traitre mot de ce qu’on disait en anglais.

-Et j’ai pas besoin de la charité de Ricci. S’il entame des actions en justice, je te garantis que je vais me battre pour me défendre ! Parce que ce serait injuste que je sois puni pour ce que j’ai fait et qu’il ne le soit pas pour ce qu’il a dit.

@ Billy Lighter



You're a drop in the rain, Just a number not a name… ©️ Scorpions
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Timmy Evans


Messages : 621
Date d'inscription : 30/11/2013
Age du personnage : 31

Who Am I?
Birth place: Londres-Angleterre
Je suis: Calme, intelligent, parfois fourbe et menteur
Song: Linkin Park-Somewhere I Belong


MessageSujet: Re: The Last Few Bricks [PV Timmy]   Sam 17 Nov - 14:03



The Last Few Bricks
ft. Jacob Snyder


Je venais de surprendre Jake Snyder. Il semblerait que le journaliste avait oublié que tout ceci pouvait prendre une tournure plus grave. Presse à part, l’Italien n’allait certainement point s’arrêter là. Il s’agissait d’une agression bien que Jake avait des raisons d’avoir frappé Ricci. J’étais plus que sûr que Ricci était le genre d’homme à utiliser les voies judiciaires pour se venger d’une bagarre. Il avait l’argent et le pouvoir pour cela. C’était bas mais il en avait le pouvoir.

Je ne savais point si Ricci allait aller jusque-là mais l’option était à envisager. Cependant, Jake ne l’avait point envisagé.

Il était déjà très nerveux mais tout cela n’arrangeait point les choses. Je n’avais pourtant fait que le prévenir de cette éventualité. Le problème était qu’il ne se sentait point coupable. Ricci avait tenu des propos antisémites et c’était tout aussi condamnable que quelques coups. Nous étions passés de propos racistes à des propos antisémites. Ce n’était point la même chose et tout ceci me faisait penser que les choses étaient bien plus personnelles du point de vue de Snyder. Cela prenait un tout autre sens et me permettait de faire des déductions moi-même.

-Je ne trouve pas cela normal. J’essaye juste de penser comme quelqu’un comme Ricci. Ce genre d’homme n’hésitera pas à essayer de t’enterrer. Pour lui, tu es quelqu’un d’insignifiant qui a osé faire un crime de lèse-majesté.

Tout ceci ne calmait point Jake. Il ressentait une profonde injustice. Sa colère se manifestait plus amplement quand il avait tapé sur la table. Ceci ne m’avait point fait sourciller mais ça avait surpris les autres clients ainsi qu’un serveur qui avait failli renverser son plateau rempli. Ceci avait fait s’agiter mon thé dans ma tasse.

Snyder n’allait point en rester là. Si jamais Ricci osait intenter une action en justice contre Jake, il allait se battre. Cependant, il était bien plus facile d’attester de coups reçus que de donner des preuves de paroles antisémites. Il y avait bien des témoins mais j’avais bien peur que ceux-ci ne se rangent du côté de Ricci rien qu’à cause de son influence et de ce qu’il représente pour beaucoup. Jake avait peu de chance de l’emporter mais ceci ne m’empêchera pas de lui apporter mon soutien dans son action.

-Je te comprends. Ricci dispose très certainement d’avocats couteux et très forts. Son simple nom lui apporte tout ce qu’il souhaite. Ce combat-là sera difficile voire impossible à gagner.

Je parlais avec beaucoup de calme.

-Cependant, je peux t’apporter mon soutien dans cette bataille. Je suis sûr que certains roadies ont dû être témoins des choses. Il faudrait les pousser à témoigner pour qu’ils racontent ce qu’ils ont entendu en cas d’action en justice. Ceci pourrait t’être bien utile pour espérer arriver à une certaine forme de justice.

Il était toujours possible d’obtenir un bon témoignage qui mettrait Ricci à mal. Cependant, cela était très loin d’être gagné.

-Bien sûr, il ne s’agit que de spéculations. Nous ne savons pas si Ricci aura le culot d’aller jusque-là. S’il le fait, il te faudra un bon avocat. J’ai quelques contactes si tu le souhaites.

MTI avait des avocats assez bons. Cependant, il faudra que Snyder mette le prix.

-Tout ça t’as rendu bien nerveux… Je pense que du repos dans une bonne chambre ne te fera pas de mal.

J’avais eu les informations que je cherchais. Jake avait été bavard assez pour me les donner. J’allais suivre la suite de cette histoire de très près.



@ Billy Lighter


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: The Last Few Bricks [PV Timmy]   

Revenir en haut Aller en bas
 

The Last Few Bricks [PV Timmy]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» feuilles de brick
» Deux mascottes pour le prix d'une !
» Roman photo de zouf
» Les dossiers de Timmy !
» @ Timmy - Parlons un peu de ton coach des Bruins ...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: L.A Rocks :: Tournées :: Dynamite Tour 1983-