AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Some People Change... Others Don't [PV Peyton][Hot]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Howard Stone


Messages : 1701
Date d'inscription : 25/11/2015
Age du personnage : 34
Localisation : Chez moi avec David

Who Am I?
Birth place: L'Eastside de L.A.
Je suis: un menteur, il parait...
Song: It's My Life - Bon Jovi


MessageSujet: Some People Change... Others Don't [PV Peyton][Hot]   Mar 4 Déc - 15:52



Some People Change... Others Don't
ft. Peyton Davis


J’avais deux groupes… J’crois que j’viens à peine de m’en rendre compte, là tout de suite. Deux groupes et quand ça sera officiel, ça fera beaucoup de bruit. J’avais pas encore vu Timmy mais j’savais qu’il allait pas tarder à me convoquer dans son bureau pour me passer un savon…

Mais c’est sa faute. L’avait qu’à pas se croire intouchable.

Là, je l’avais touché. Mais maintenant, j’allais devoir bosser deux fois plus si j’voulais encaisser l’argent promis par Reed. Si Fireworks avait du succès, j’pourrais bien devenir bien plus riche. Et vu toutes les dettes que j’devais à droite et à gauche, c’était pas plus mal d’encaisser plein de blé. Puis, j’pourrais me racheter une Ferrari.

Bref, j’nageai en plein succès. Enfin, je savais que j’allais bientôt nager en plein succès… Même si j’savais que ça allait foutre en rogne plein de monde en passant par mon manager mais aussi les autres du groupe. J’savais pas ce qu’Apolline penserait de toute mais j’étais certain que ça allait pas me permettre de la récupérer… De toute façon, j’avais l’impression que c’était mort à ce niveau-là. Et ma chanson allait rien arranger parce que les paroles, j’les avais écrite sur un coup de sang peu après notre rupture.

Mais elle représentait bien le type que j’étais.

Et quand je repensais au raison qui m’avait poussé à faire de ma chanson un produite de BSC, j’ai pas pu m’empêcher de penser à Lola… Ouais, j’l’aimais pas. Mais la dernière fois que je l’avais vue, j’lui avais mis un poing en pleine figure et elle s’était pas relevée. J’savais pas ce qui était arrivé ensuite… En tout cas, les médias n’en avait pas parlé. Mais j’savais pas ce que Peyton savait ou même comment elle allait depuis… Et j’arrivais pas à ne pas y penser depuis que j’étais revenu à L.A.

Alors, j’décidai d’aller voir par moi-même. On m’avait dit qu’elle résidait à l’hôtel alors c’est là que je me rendis. Je me plantai devant l’accueil où une réceptionniste me fit le plus beau sourire qu’il soit.

-Bonsoir. Que puis-je pour vous ?


Elle était toute souriante et pas mal jolie. J’lui souris à mon tour.

-Je voudrais le numéro de chambre de Peyton Davis…

Elle fit une drôle de moue la réceptionniste et paraissait embêtée.

-Madame Davis n’aime pas forcément être dérangée… Et je ne sais pas si je peux donner son numéro de chambre à n’importe qui.


N’importe quoi ? Boh… J’suis Howard Stone.

-Je suis un ami de Peyton… Howard Stone… Le batteur. Vous savez? The Burning Fire… Tout ça.

Elle était vraiment ennuyée. J’savais pas si elle avait peur de Peyton ou si elle avait reçu des directives ou si elle faisait ça d’initiative.

-Je sais très bien qui vous êtes mais…

J’fis une moue triste et mis mes mains dans mes poches.

-Mais ? Ecoutez… Si Peyton dis quelque chose, j’dirais que j’vous ait obligé, ok ? J’encaisserais pour vous.

J’essayais de me faire malheureux. En général, ça marchait.

Elle hésita encore avant de céder.

-Bon… D’accord.

Et elle me donna le numéro de la suite de Peyton. Je lui fis un clin d’œil et la remerciai avant de prendre l’ascenseur pour monter au bon étage. Arrivé en haut, je me plantai devant la porte de Peyton. Y’avait qu’à espérer qu’elle soit là. Je toquai à la porte trois fois de suite… Pour être sûr qu’elle entendre.

@ Billy Lighter




Dernière édition par Howard Stone le Ven 14 Déc - 10:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Peyton Davis


Messages : 165
Date d'inscription : 20/08/2017
Age du personnage : 25
Localisation : Hollywood


MessageSujet: Re: Some People Change... Others Don't [PV Peyton][Hot]   Mar 4 Déc - 19:16



Some People Change... Others Don't
ft. Howard Stone






Mon hospitalisation m’a semblé durer une éternité. Heureusement, a force de persuasion et de demande excessive, j’ai fini par obtenir mon congé à condition d’avoir régulièrement la visite d’une infirmière, de me présenter à tous mes rendez-vous sans exception et d’être toujours en compagnie de quelqu’un.

Ce soir, pourtant, je suis seule.

Même si mon besoin d’avoir mon ange gardien avec moi tout le temps prend le dessus sur tout, ce soir, j’avais besoin d’être seule. Ma tête me fait mal horriblement mal et je ne me sens vraiment pas bien. Delfino aurait insisté pour que j’aille au plus vite voir mon médecin et c’est la dernière chose dont j’ai envie en ce moment.

La simple idée de sortir et d’être aveuglé par les lumières des véhicules, les lampadaires, celles de l’hôpital… Pire s’il fallait que je croise des photographes ! Mon cerveau ne supporterait pas la luminosité des flashs.

Je suis donc seule dans ma chambre, plongée dans une semi obscurité dans un silence absolu.
Rien pour perturber ma convalescence.

Ou presque.

J’avais précisé que je ne voulais être déranger sous aucun prétexte. Il semblerait que je n’ai pas encore été assez claire pour cette petite tête de linotte de réceptionniste qui n’a pas compris ce que ma demande voulait dire en claire.

Ils embauchent des illettrés rescapés de milieu pauvre de Los Angeles et ils s’attendent à conserver une clientèle  fidèle ?  Vivement que je puisse m’établir dans une Villa digne de ce nom avec mon ange gardien.

Les trois coups à ma portent résonnent comme une fanfare. Je me bouche les oreilles en fermant les yeux en espérant que ça passe et qu’on ne sollicite pas de nouveau ma porte.

J’ai l’impression que les trois coups ne cesseront de retentir. C’est comme si leur échos se répercutaient au travers de la pièce pour revenir comme des boomerangs possédés du diables me frapper à la tête encore et encore !  Je fini par repousser les draps et de me lever en titubant pour me diriger vers la porte avant de l’ouvrir.

Je veux me sauver du son retentissant  mais quand j’ouvre la porte, la lumière vive des luminaires du corridor m’aveugle et je m’accroche à la silhouette dressée devant moi comme à une bouée de sauvetage.

- Faites que ça cesse ! Il faut que ça cesse !

Je sens mes jambes se dérobées sous moi alors que la douleur explose partout dans ma tête.

- La lumière ! La lumière ! Ça fait mal !

Puis, tout s’éteint brusquement.  Je me sens transporté à l’intérieur dans ma chambre, là où aucune lumière n’entre dans ma tête et où les sons sont filtrés au maximum.  Ma tête tourne, et le simple fait de respirer me fait mal.

Je ne suis pas certaine de comprendre ce qu’Howard Stone fait dans ma chambre, ni de quand ou comment il est arrivé ici. J’ai des… des trous de mémoires qui jouent avec moi comme avec un vulgaire yoyo.



@ Billy Lighter
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Howard Stone


Messages : 1701
Date d'inscription : 25/11/2015
Age du personnage : 34
Localisation : Chez moi avec David

Who Am I?
Birth place: L'Eastside de L.A.
Je suis: un menteur, il parait...
Song: It's My Life - Bon Jovi


MessageSujet: Re: Some People Change... Others Don't [PV Peyton][Hot]   Jeu 6 Déc - 14:07



Some People Change... Others Don't
ft. Peyton Davis


J’frissonnai un p’tit peu avant qu’on vienne m’ouvrir la porte. Pas parce que j’avais peur de Peyton. J’ai jamais eu peur de Peyton et c’est pas maintenant que ça allait commencer. Mais bien à cause de ce foutu rhume qui voulait pas me lâcher. Pourtant, j’restais à l’intérieur. Enfin, sauf maintenant… Et sauf hier… Enfin, sauf le soir quoi. Excepté aujourd’hui. Bref…

La porte finit par s’ouvrir à la volée. J’m’attendais à ce que Lola m’insulte ou un truc dans le genre. Mais elle fit pas ça du tout. Elle s’accrocha à moi. Mon visage exprimait la surprise. Il lui prenait quoi ? Elle cessait de répéter qu’il fallait que ça cesse.

-Quoi qui doit cesser ? Y’a un truc qui va pas ?

Elle délire ? J’savais pas… Mais je la sentis, d’un coup, s’écrouler. Je la retins pour pas qu’elle tombe complètement à terre.

-Hey ! Lola… Qu’est-ce qu’il y a ?


Elle disait que la lumière lui faisait mal. Y’avait pas mal de lumière dans le couloir contrairement à l’intérieur de sa chambre.

-La lumière ?


Comment la lumière pouvait lui faire aussi mal. J’comprenais rien mais quand j’la vis commencer à tourner de l’œil, je la soutins et la portai jusqu’à l’intérieur de sa chambre après avoir fermé la porte derrière moi. Il faisait beaucoup plus sombre ici.

Je la déposai sur le lit. J’savais pas trop quoi faire, en général, dans ce genre de situation. Surtout que j’savais pas ce qui lui prenait à Peyton. Une fois couchée, Lola sembla comme reprendre ses esprits alors que j’étais assis sur le lit juste à côté d’elle.

Elle avait pas l’air en forme. Elle était peut-être malade… Ou alors elle avait la gueule de bois. Moi aussi quand j’avais la gueule de bois j’supposais pas la lumière…

J’la regardai en levant un sourcil avant de tousse un peu et de finir par essayer de savoir ce qu’il y avait.

-Qu’est-ce qu’il se passe Peyton ? T’as failli tomber dans les pommes… Tu as trop bu ou quoi ?


Elle sa droguait pas, ça j’le savais… Sauf si elle s’y était mise entre temps. Mais boire, ça, elle buvait.

J’parlais doucement parce que, si c’était une gueule de bois ou un truc dans le genre, parler fort allait empirer les choses. J’suis un expert là-dedans, après tout.


@ Billy Lighter


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Peyton Davis


Messages : 165
Date d'inscription : 20/08/2017
Age du personnage : 25
Localisation : Hollywood


MessageSujet: Re: Some People Change... Others Don't [PV Peyton][Hot]   Jeu 6 Déc - 17:17



Some People Change... Others Don't
ft. Howard Stone




Ma tête me fait mal. Je peux entendre les ondes douloureuses circuler en moi et se répercuter dans ma tête avant d’exploser et de créer de nouvelles ondes douloureuses. C’est comme un cercle vicieux qui n’aura jamais de fin.  Et de peur de finir par m’évanouir, je m’accroche à mon visiteur en l’implorant de faire en sorte que ça cesse.

La douleur devient trop insupportable et je fini par abandonner et me laisse aller.

Dès que la lumière cesse de m’aveugler, je me sens un tout petit peu mieux et le confort de mon lit est sécurisant.  Je ne peux pas en dire autant de la présence d’Howard Stone. Est-il venu finir le travail ? Je peux m’attendre à tout de lui…mais certainement pas à ce regard inquiet qu’il me porte. Un truc que je n’ai jamais vu encore sur son visage.

- C’est… la douleur. Je ne supporte pas le bruit et la lumière depuis qu’un batteur en furie m’a frappé à la tête.

Ça aurait été trop simple d’être simplement entrain d’essuyer les contrecoups d’une gueule de bois magistrale.

- Tu savais pas ?

Peut-être bien que oui… ça expliquerait ce qu’il est venu faire ici.  Parce que s’il n’est pas venu finir ce qu’il a commencé l’autre jour,  de le voir ici pour prendre de mes nouvelles me semble tiré par les cheveux. Howard et moi se vouons une haine sans borne depuis tellement d’année que c’est tout simplement impossible qu’il soit venu me voir par bonté d’âme.

On se hait pourquoi en fait ?

Je ne m’en souviens plus, c’est dire !

Je respire en prenant de petites inspirations.  Même respirer profondément me fait grincer des dents parce que ça vient élancer dans mon cou et marteler ma nuque.

- Je n’ai rien dit à personne, Howard, si c’est ce qui t’inquiète. Et je ne le dirai jamais non plus.  Tu ne mérites pas ça !

Je sais que je suis allé beaucoup trop loin et que ce qui m’arrive est entièrement ma faute. La réaction du batteur était extrême mais non pas moins injustifié.

Il me faut quelques instants pour me retourner sur le dos et pouvoir le regarder. Je bouge avec minutie et en fermant les yeux parce que le simple fait de bouger la tête en fixant quelque chose me donne la nausée.  Je suis dans un putain de gros pétrin ! Comment puis-je espérer remonter sur scène si je ne peux même pas endurer une lueur de lumière de réfrigérateur et que le simple son de ma respiration suffit à déclencher une fanfare douloureuse ?

Je persiste tout de même à me retourner puis me redresser pour pouvoir mieux regarder Howard.  Je n’aime pas être seule et même si j’ai dit à Delfino que je préférais l’être ce soir pour me reposer, d’avoir quelqu’un avec moi, même si c’est Stone, me fait du bien.

- Pourquoi tu es ici ?


@ Billy Lighter
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Howard Stone


Messages : 1701
Date d'inscription : 25/11/2015
Age du personnage : 34
Localisation : Chez moi avec David

Who Am I?
Birth place: L'Eastside de L.A.
Je suis: un menteur, il parait...
Song: It's My Life - Bon Jovi


MessageSujet: Re: Some People Change... Others Don't [PV Peyton][Hot]   Ven 7 Déc - 13:20



Some People Change... Others Don't
ft. Peyton Davis


Peyton était pas bien et elle m’expliqua pourquoi. J’fis la moue quand elle déclara que c’était à cause d’un batteur en furie qu’elle avait mal à la tête. Ça faisait quelques semaines que je l’avais frappée. J’aurais pas imaginé que ça lui ferais encore mal aujourd’hui. J’avais frappé si fort ? Ouais… J’me rappelle que ça avait fait un sale bruit. J’me rappelle qu’elle saignait beaucoup avant que je ne prenne la fuite de peur d’y laisser ma carrière.

-J’savais… Enfin, j’me rappelle très bien t’avoir frappé… J’suis désolé… Enfin… J’savais pas que t’avais encore mal maintenant. Les médias ont rien dit. Timmy non plus. Alors j’me suis dit…


J’me suis dit quoi ? Que pas de nouvelles, bonnes nouvelles. Mais apparemment, la chanteuse allait pas bien depuis. Elle avait presque failli tomber dans les pommes y’a quelque secondes.

-Enfin, j’savais pas que t’étais arrangée à ce point-là.

Alors comment ça se faisait que j’avais pas eu d’ennui ? C’est Lola qui me donna la réponse. Elle avait rien dit à personne. Elle disait que je ne méritais pas ça. J’avais levé un sourcil parce que j’étais surpris d’entendre ça de la bouche de Lola. Elle me descendait chaque fois qu’on se voyait. Elle trouvait toujours un moyen de m’insulter et de me rabaisser. Et moi aussi j’le faisais. Parce qu’on avait jamais su se piffer parce qu’on était trop différent et que chaque fois qu’on se voyait on se mettait sur la gueule avant que ça ne finisse au lit. La dernière fois, ça avait été la même chose sauf qu’elle m’avait tellement mis à bout que j’avais pas su retenir mon coup. L’était parti tout seul.

Mais entendre Peyton dire que j’le mérite pas alors que je l’ai frappé… Ça, je n’arrivais pas à comprendre. Même si elle m’avait mis à bout, j’savais que ça se faisait pas de taper une fille. Je l’avais jamais fait avant ça. Je m’étais toujours retenu quand une ou l’autre m’ennuyait à mort. Mais là… J’avais pas su.

J’entrouvris la bouche tellement ma surprise était grande.

-Mais… J’pouvais pas te frapper, Peyton. Ça se fait pas… Même si… Ouais… T’y a été fort.


Mais maintenant, je voyais qu’elle avait mal et qu’elle bougeait lentement jusqu’à se redresser un peu. Elle m’avait pas encore insulté mais j’pense qu’elle est bien trop mal pour le faire. En fait, son attitude me déroutait un peu.

J’eus une quinte de toux après la question de Peyton. Pourquoi j’étais venu ? J’haussai les épaules après que ma toux se soit calmée.

-Justement parce que j’avais pas de nouvelle et que j’voulais savoir si tu te rappelais de ce que j’avais fait. Comme j’avais pas eu d’ennuis, j’pensais que tu avais oublié à cause du coup. J’voulais en avoir le cœur net.


Je regardais Peyton droit dans les yeux.

-T’sais… Même si je te déteste et que tu me détestes, j’ai quand même pas envie que tu souffres. C’est pas mon genre de vouloir ça.


Mais là, elle souffrait… Et c’était ma faute.

-Alors… J’suis désolé pour ça.


J’étais pas un sale type. J’avais fait des conneries, j’étais parfois un inconscient mais j’voulais de mal à personne. Même pas à Peyton.

-Timmy sait que t’as mal au point de plus encaisser la lumière? C’est temporaire, hein ? Tu vas aller mieux, hein ?

Fallait que je retrouve bonne conscience quand même. Parce que me dire que j’ai p’tètre détruit la carrière de Peyton, ça allait être dur à encaisser…



@ Billy Lighter


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Peyton Davis


Messages : 165
Date d'inscription : 20/08/2017
Age du personnage : 25
Localisation : Hollywood


MessageSujet: Re: Some People Change... Others Don't [PV Peyton][Hot]   Lun 10 Déc - 20:27



Some People Change... Others Don’t
ft. Howard Stone






Je n’ai pas la force d’entrer dans une joute verbale infinie avec Howard bien que je ne doute pas que même diminuée, je réussirais à lui clouer le bec en moins de deux. Pour dire vrai, ça me fait du bien de ne plus être seule même si de parler de tout ça ravive plus que l’évènement en lui-même.  Le coup à la tête m’a blessée, mais ce n’est rien en comparaison aux blessures bien plus profondes que je traine depuis trop longtemps.

- Nous avons fait en sorte que l’affaire demeure à l’interne de MTI puisque j’ai décrit mon assaillant n’a pas encore été démasqué. J’imagine que Don Hughes ne veut pas perdre la face si l’histoire sort dans les journaux. Voir ses artistes agressés à même leur maison de disque, ce n’est pas reluisant.

Prononcer ces mots me fait l’effet d’un marathon. J’en ai le souffle court et ressens un pincement à l’endroit même où il m’a frappé. Il parait que tout ceci est normal et que la douleur et les effets collatéraux se dissiperont d’eux même petit à petit.

Et puis quoi encore ?

Je suis sortie de l’hôpital depuis un moment déjà et je ne tolère toujours pas la lumières ni le moindre petit son trop fort ! Je reste mes journées plongées dans le noir et le silence absolument !

Malgré tout ça, je n’arrive pas à en vouloir à Stone pour ça. J’en suis l’unique responsable parce que j’ai été odieuse envers lui. Ça explique aussi que sa visite n’en soit pas une de courtoisie. Il avait simplement besoin de se rassurer sur mes intentions, c’est légal !

N’empêche que ça me fait un pincement au cœur.

Personne n’est venu me voir pour prendre de mes nouvelles.  En même temps, personne sauf Timmy et Delfino ne sont au courant.  Mais mes parents… depuis que je suis à Los Angeles, ils n’appellent pas. Ils ne sont pas non plus venus me voir. J’avoue que je n’ai jamais retourné leurs appels et qu’en général, je m’arrange pour ne pas être disponible pour éviter de passer du temps avec eux.

En sommes, je suis l’unique responsable de tous mes malheurs.

- Ne sois pas désolé ! Tout ça c’est ma faute !

Tout en me déplaçant lentement sur le lit, parce que je n’arriverais pas de toute façon à bouger  autrement qu’à la vitesse de l’escargot, je me roule en boule, ramenant mes genoux contre ma poitrine et ma tête sur les cuisses du batteur.

- Timmy le sait. Mes docteurs sont optimistes mais je le sens mal, tout ça.  Chanter, c’est tout ce que je sais faire. Si je peux plus monter sur scène, je préfère crever. De toute façon, ça rendra tout le monde autour heureux de me savoir morte.

Et puis j’aurais dû en crever, de ce coup de poing. Ça aurait été la meilleure des choses si, et seulement si jamais personne aurait pu incriminer Howard.

J’imagine que de souffrir en silence est la meilleure des punitions que je puisse avoir après toutes ces années à faire chier tout ce qui respire !

- Si je te demande de rester avec moi jusqu’à ce que je dorme, tu voudrais ?


@ Billy Lighter
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Howard Stone


Messages : 1701
Date d'inscription : 25/11/2015
Age du personnage : 34
Localisation : Chez moi avec David

Who Am I?
Birth place: L'Eastside de L.A.
Je suis: un menteur, il parait...
Song: It's My Life - Bon Jovi


MessageSujet: Re: Some People Change... Others Don't [PV Peyton][Hot]   Mar 11 Déc - 18:01



Some People Change... Others Don't
ft. Peyton Davis


J’appris de la bouche de Lola que MTI menait une enquête en interne. MTI n’avait aucun avantage à rendre la chose public… Du coup, j’avais peu de chance de me faire prendre surtout que j’avais bien compris que Peyton allait rien dire… Et l’enquête devait pas être très loin parce que j’avais même pas encore été interrogé alors que j’étais là-bas ce jour-là et que tout le monde aurait pu en témoigner.

J’devais mon salut à Peyton, pour la première fois de ma vie.

-Ouais, c’est clair que si ça devient public, ça risque de pas être bon pour MTI.


J’voyais bien que parler demandait beaucoup d’efforts à Peyton. Elle avait le souffle court. Plus encore que moi après une quinte de toux qui me prenait de temps en temps. J’pensais pas qu’un coup pouvait avoir autant de conséquences. Et… Ouais, j’m’en voulais beaucoup. Même si c’était Lola, je m’en voulais.

Je m’excusai, en quelque sorte, même si fallait admettre qu’elle m’avait poussé à bout. C’était quand même pas une raison pour la frappé comme je l’avais fait. Y’avait pas de raisons valables pour faire ça. Frapper un autre type, ok… Mais pas une fille. Même si la fille en question, c’était Peyton.

Mais Peyton clama que j’devais pas être désolé. Que tout était de sa faute. J’la regardai, interloqué. Jamais Peyton avait assumé que c’était sa faute sur rien aussi loin que j’la connaisse. Jamais elle m’avait parue aussi désemparée même le soir où elle m’avait parlé de sa rupture avec Max Callaway.

Elle se roula en boule sur son lit sa tête sur ma cuisse. Elle parla des docteurs qui étaient optimistes mais elle, elle sentait bien que ça allait pas. Elle avait peur de ne plus pouvoir monter sur scène. J’me mordis la lèvre. J’comprenais. Moi non plus je ne saurais pas ce que je ferais si jamais j’pouvais plus monter sur scène. On était pas différent, là-dessus, elle et moi… On s’entredéchirait tout le temps mais, au final, on était que deux paumés qui ne savent faire que de la musique et pas grand-chose d’autre.

Mais quand elle déclara que ça rendra tout le monde heureux si elle était morte, ça me surprit beaucoup. J’posai une main dans ses cheveux.

-Dis pas ça Peyton… Y’a des gens qui tiennent à toi. Et y’a tes fans. T’as plein de fans. Il y a plein de gens qui te regretteront.


J’avais beau détester Lola… La voir comme ça, c’était quand même pas cool. Ses pensées suicidaires n’aidaient pas à me rendre bonne conscience parce que j’étais entièrement coupable de son état.

Du coup, quand elle me demanda de rester, j’hésitai pas.

-Ouais, bien sûr.

J’pouvais pas la laisser toute seule… Parce que si j’le faisais et qu’il lui arrivait quelque chose, j’serais doublement coupable.

J’enlevai mes chaussures pour me mettre un peu plus à l’aise. Alors qu’elle avait toujours sa tête sur ma cuisse, j’attrapai de mon bras un coussin pour le mettre tout bien comme il faut.

-Tiens… Le coussin ça sera plus confortable. Surtout si t’as mal à la tête.

Je l’aidai à se déplacer doucement pour s’allonger la tête sur le coussin. J’me couchai, ensuite, à ses côtés. J’étais un peu redressé pour pouvoir la regarder. L’étais jolie, Lola… C’était un truc que j’avais toujours pensé. Mais elle était tellement noire à l’intérieure que j’l’avais toujours détestée.

Mais aujourd’hui… Y’avait rien en elle que j’arrivais à détester.

-T’sais… J’suis sûr que ça ira mieux. Parce que le monde de la musique, sans toi, ça sera plus pareil. Alors faut pas que tu désespères, hein…


Elle avait toujours été là pour moi… Sa carrière a commencé avant la mienne. Et ça ferait bizarre sans Lola.

J’passai ma main dans ses cheveux. Elle avait une p’tit cicatrise sur le visage… C’était le résultat de mon coup. J’fis une petite moue en voyant ça.

Je frissonnai et j’savais pas si c’était à cause de mon rhume ou autre chose de plus physique. La proximité de Lola me faisait toujours ça… C’était déjà le cas quand elle m’insultait alors maintenant…

Et… Bah… Après quelques caresses dans ses cheveux, j’finis par déposer un baiser sur ses lèvres.



@ Billy Lighter


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Peyton Davis


Messages : 165
Date d'inscription : 20/08/2017
Age du personnage : 25
Localisation : Hollywood


MessageSujet: Re: Some People Change... Others Don't [PV Peyton][Hot]   Jeu 13 Déc - 17:30



Some People Change... Others Don't
ft. Howard Stone





J’ai une dette énorme envers Howard même si du point de vu général, ça pourrait sembler être lui qui en ait une pour m’avoir frappé et laissé pratiquement morte sur le sol de mon studio. Avec les séquelles horribles que je me traîne depuis, la balance peut sembler peser d’avantage de son côté mais je ne vois pas les choses de cette manière et j’ai besoin de le lui dire. Qu’il sache aussi que je ne dirai jamais rien de son implication dans ma ‘’mésaventure’’.

En lui confessant que j’ai envoyé les soupçons sur un homme qui n’est jamais venu chez MTI en vrai, je me dois aussi de lui dire que j’ai mentionné cependant que nous avions couché ensemble, Howard et moi.

- J’avais peur que ça finisse par ce savoir et qu’ils fassent un lien, tu comprends ?

J’ai fait ce qui me semblait être le plus logique pour le protéger et compte tenue de l’état de mon cerveau au moment de répondre aux questions, je juge m’en être pas si mal sortie. Si je peux au m oins ne pas avoir ça sur la conscience quand je mourrai, ce serai déjà bien. Je n’entrevois pas mon avenir de façon très positive. Je ne sens aucune amélioration depuis ma sortie d’hôpital, c’est même pire j’en ai peur. Au bruit assourdissant, voilà maintenant que je ne tolère plus la lumière, même celle de la simple lampe de chevet m’aveugle.  Mon équilibre est incertain. Je tremble sur mes jambes et elles deviennent faibles après quelques pas seulement.

Ma carrière est finie et sans elle, je ne suis plus rien. Je préfère crever maintenant, achever ce supplice infernal au plus vite et rendre un putain de service à l’univers entier qui sera débarrassé de moi.  Howard croit qu’un tas de gens me regretteront.

Qui ?

Parce que sauf pour les fans qui tourneront vite la page dès une nouvelle starlette, Olivia Cortez par exemple, sortit de je ne sais où et qui a encore la couche aux fesses !  Les gens oublient vite dès qu’on leur offre un nouveau divertissement. Nous sommes tous que des étoiles filantes, il ne faut jamais l’oublier !

Howard accepte de rester avec moi le temps que je m’endorme. Je n’aime pas rester seule en ce moment même si j’ai besoin de calme.  Jamais cependant je n’aurais cru trouver réconfortante la présence d’Howard dans la même pièce que moi.  Il a quelque chose de différent. Les remords peut-être ?  Qu’importe ce à quoi cela peut être dû, je le laisse m’aider à me réinstaller dans mon lit, lui, tout contre moi et l’écoute me dire que sans moi, le monde de la musique je serait plus jamais le même.

Il se porterait probablement que mieux !

- Je ne désespère pas, Howard. Je suis réaliste.

C’est surtout la première fois de ma vie que je ne vois plus rien de positif devant moi.

Je ferme les yeux lorsqu’il commence à jouer dans mes cheveux, essayant de me détendre et de profiter de ce geste comme d’un massage puis je sens ses lèvres se poser sur les miennes. Sous la surprise, parce que je ne m’attendais pas du tout à ça, disons que nos préliminaires ont toujours été plus brutaux que doux, je fige et pousse sur son épaule avec ma main. J’ai envie de lui, comme à chaque fois qu’on se retrouve.  Sauf qu’avant, je justifiais ça comme la récompense après la guerre.  Là ce n’est qu’une question de désir, mais je ne pensais pas qu’il pourrait en avoir envi lui aussi.

- Ça ne risque pas d’être ma meilleure performance, tu sais.

J’ai mal à bouger dans le lit, alors m’imaginer  faire des courbettes sous la couette…

Ça ne m’empêche pas de venir tirer sur son t-shirt et de le remonter jusqu’à ce qu’il puisse le passer par-dessus sa tête et le lui retirer ensuite. Son torse est brûlant, tout comme son front. Lui comme moi ne sommes visiblement pas au sommet de notre forme.

- Un jour, j’aimerais savoir pourquoi nous sommes incapables de ne pas finir au lit quand on est ensemble. , murmurais-je contre ses lèvres avant de l’embrasser plus passionnément.



@ Billy Lighter
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Howard Stone


Messages : 1701
Date d'inscription : 25/11/2015
Age du personnage : 34
Localisation : Chez moi avec David

Who Am I?
Birth place: L'Eastside de L.A.
Je suis: un menteur, il parait...
Song: It's My Life - Bon Jovi


MessageSujet: Re: Some People Change... Others Don't [PV Peyton][Hot]   Ven 14 Déc - 10:54



Some People Change... Others Don't
ft. Peyton Davis


Lola me cacha pas qu’elle avait dit à Timmy qu’on avait couché ensemble le jour où j’l’avais frappé. Mais elle avait envoyé la piste sur quelqu’un d’autre pour… Me protéger. Elle avait fait tout ça pour pas que j’me fasse prendre. Elle avait fait ça parce qu’elle avait peur que MTI fasse eux-mêmes les liens. J’approuvai de la tête.

-Ouais… J’comprends.


Je comprenais tout ça… Mais ça faisait bizarre de s’être fait protéger par la fille que j’avais frappée. Surtout qu’il s’agissait de Lola. Moi qui croyais que si elle s’était rappelée de ce que je lui avais fait elle n’aurait pas hésité à me balancer et à ruiner ma carrière, je m’étais trompé. Elle avait fait tout le contraire et, maintenant, j’culpabilisais d’autant plus de la voir comme ça.

Parce qu’elle était vraiment mal. Au point même de se dire que sa carrière était terminée et qu’elle préférerait mourir. C’était pas cool d’entendre ça de la bouche de quelqu’un. Même si j’aimais pas Lola pour tout ce qu’on s’était fait au fil des années. Alors j’essayais de lui dire qu’elle manquera à plein de monde. Mais ça semblait pas la convaincre. J’voyais bien qu’elle en doutait de tout ça. Et… C’était triste. Y’avait vraiment personne qui l’aimait ? Ou elle qui aimait vraiment quelqu’un ? Même pas ses parents ? En y repensant, ses parents me semblaient être de gros enfoirés. Un p’tit peu comme les miens. Mais pas vraiment de la même manière.

J’pris un air triste parce que j’arrivais pas à lui remonter un rien le moral. Alors quand elle demande à ce que je reste jusqu’à ce qu’elle s’endorme, j’acceptai. J’la fis s’installer comme il faut sur un coussin. J’étais bourré de remords alors j’pouvais pas la laisser toute seule. J’allais même jusqu’à la rassurer en disant que ça irais mieux et qu’il fallait qu’elle y croit. J’suis sûr que ça allait s’arranger.

Il le fallait, sinon, je m’en voudrais jusqu’à la fin de ma vie.

Lola disait qu’elle désespérait pas mais qu’elle était réaliste. Je baissai un peu les yeux espérant que les médecins pourront l’aider. En attendant, j’l’aidai à ma façon en caressant ses cheveux pour l’aider à s’endormir. Elle ferma les yeux. Et il me fallut pas beaucoup de temps avant de l’embrasser doucement sur ses lèvres. J’savais pas pourquoi j’avais fait ça… Enfin si… J’avais envie d’elle comme à chaque fois. Sauf que, cette fois, y’avait pas de fond de haine. Donc… Pas d’excuse, en quelque sorte, pour ce que j’venais de faire. Mais, j’en avais eu envie.

Lola me poussa un p’tit peu. Elle était surprise. J’devais avouer que j’aurais aucune explication à lui fournir parce que j’en avais pas… J’savais pas pourquoi j’avais fait ça.

Mais elle me posa aucune question. Elle déclara seulement que ça ne risquait pas d’être sa meilleure performance. J’haussai les épaules.

-Ça n’a pas d’importance…


Ça sera pas la meilleure pour moi non plus. Ce foutu rhume me foutais des courbatures et la fièvre me mettait pas au mieux de ma forme. De toute façon, je comptais pas… Aller plus loin. Non, là, j’me mentais clairement à moi-même. J’avais envie d’aller plus loin.

Comme à chaque fois.

Mais cette fois, y’aura pas de violence. Ça sera plutôt totalement le contraire.

Elle enleva mon t-shirt. J’avais déjà très chaud à cause de la fièvre mais c’était pire maintenant pour une toute autre raison.

Et Peyton se demanda pourquoi on était incapable de ne pas en arriver là. J’avais pas de réponse… Mais j’avais autant envie de savoir qu’elle. Ou pas… Parce que, parfois, mieux vaut rien savoir que d’avoir une réponse claire qui ne nous plairait pas.

Elle m’embrassa passionnément. J’fermais les yeux oubliant la fièvre pour me donner tout à elle. J’sais pas combien de temps le baiser dura mais quand on le briser ce fut pour que je réponde :

-P’tètre qu’on le saura jamais…

En tout cas, on pouvait même plus dire que c’était une question de haine… J’pensais pas que c’était de l’amour non plus. L’amour, c’était autre chose. Non… Ça devrait être un autre truc. P’tètre juste une attirance… Un truc inexplicable qui nous faisait nous faire nous retrouver au même endroit à chaque fois qu’on se voyait.

J’savais que Peyton aimait bien y aller vite et fort… Mais, cette fois, j’pouvais pas faire ça comme ça. J’avais peur d’empirer les choses et elle était déjà pas bien. Alors j’enlevai ses vêtements un par un… J’parcourrai son corps de mes doigts couché à côté d’elle. J’descendis jusqu’à son intimité et remontai pour faire durer le plaisir.

Elle allait détester…

Alors pour ne pas forcer sa patience, je l’embrassai. J’avais l’habitude de martyriser ses lèvres mais, pas cette fois… Là, j’l’embrassai comme j’aurais embrassé une fille que j’aimais bien. Puis, j’descendis sur ses seins. Ses tétons durcirent au passage de ma langue. Mais j’restais pas longtemps parce que j’connaissais Lola… Alors, j’descendis encore plus bas pour m’occuper de son entrecuisse. J’allais pas y rester longtemps non plus. Juste le temps de faire monter un peu le plaisir de Lola. Il parait que c’est un bon remède contre le mal de tête… S’en était p’tètre un pour le rhume aussi. Je touchai plusieurs fois le petit bouton rose qui lui provoqua des p’tits sursauts. J’souris pour me mettre au-dessus d’elle.

-Désolé de te faire attendre…

J’disais ça en frottant nos sexe l’un à l’autre. J’respirais plus vite et ma respiration était sifflante… P’tain, la dernière fois que j’avais eu un rhume aussi carabiné, c’était quand j’étais p’tit… Et c’était pas un rhume…

Je l’embrassai en faisant les mouvements de vas et vient mais d'une façon plus douce que rapide. Parce que, moi, j’avais pas envie que ça aille trop vite…



@ Billy Lighter


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Peyton Davis


Messages : 165
Date d'inscription : 20/08/2017
Age du personnage : 25
Localisation : Hollywood


MessageSujet: Re: Some People Change... Others Don't [PV Peyton][Hot]   Ven 14 Déc - 21:55



Some People Change... Others Don't
ft. Howard Stone





Je ne comprenais pas comment nous avions pu nous retrouver, Howard et moi, à s'embrasser alors que je me relève  péniblement  de l'agression  qu'il a eu à mon endroit.  C'est dingue quand on y pense mais ça revient toujours à ça  donc... ce n'est peut-être  pas une si grande surprise finalement.

On dit aussi que là haine est le sentiment  jumeau de l'amour car l'un sans l'autre, on se retrouve qu’avec une indifférence  totale. Y a t-il une conclusion à tirer de ça ?  Possible. Mais ça, ça restera toujours un mystère de la vie !

D'un baiser, naît  un plaisir beaucoup plus grand et plus fort. Un désir qui me fait craindre quand même de ne pas être à la hauteur. Dans les circonstances actuelles, il serait mieux servit d’un bon coup de poignet et d’une boîte de papier mouchoir.

Pour lui, ça n’a aucune importance.

Suis-je la seule de nous deux à avoir eu un coup à la tête ?

Mon cœur palpite et dans la foulée, je lui retire son chandail et lui caresse le torse. Howard est tout aussi impliqué que moi, imitant mon initiative et me débarrasse  du peu de vêtements  que je porte, à savoir, un grand t-shirt  et une culotte. Ses lèvres fiévreuses parcourent mon corps et provoquent des soubresauts  partout en moi et plus encore quand il fini entre mes cuisses. Je ne pensais plus être capable de vivre de telles sensations !  C'est si bon d'oublier  un instant la douleur qui me ronge par en dedans depuis des semaines !

Et quand il remonte pour se placer au dessus de moi, un petit sourire absolument craquant sur ses lèvres, il s’excuse de prendre son temps. Je ne peux que trouver ça mignon et attendrissant de savoir que malgré  tout, il s'efforce quand même de faire selon mes préférences !  C'est en lui caressant la joue que je désir le rassurer.

- Tout est parfait Howard, vraiment parfait.

En plaçant une main derrière sa nuque,  je ramène son visage au mien pour l’embrasser langoureusement  alors qu’il me caresse tout aussi sensuellement entre les cuisses avec son sexe qui ne semble pas affecté aucunement par le rhume, lui ! En relevant lentement mes jambes, parce que j’ai toujours cette horrible impression d’être faite de porcelaine et d’être sur le point de me fracasser en morceaux d’un moment à l’autre, je cambre des hanches juste assez pour provoquer notre union charnelle.

Un long soupire s’enfuie d’entre mes lèvres.

Est-ce possible de trouver autant de plaisir dans les bras même de celui qui m’a rendue si faible ? Ça ne fait qu’ajouter une nouvelle brique de contradiction au mur que nous élevons ensemble entre nous deux. À croire qu’on y laisse volontairement une grande ouverture.

Je décèle nos lèvres pour pouvoir le regarder et jouir littéralement de tous ses mouvements en moi.  Je me sens revivre chaque fois qu’il heurte profondément en moi et ce, même s’il est d’une douceur déconcertante.  Nos corps sont en fusion autant parce que lui comme moi, sommes brûlants mais probablement pas pour les mêmes raisons.

Son torse pèse contre ma poitrine sans me faire mal. C’est même agréable de sentir le corps du batteur, avoir l’impression que nos cœurs se challenges à savoir lequel bat le plus fort. Pouvoir respirer son odeur. Je ne m’étais jamais rendu compte avant maintenant qu’il sent vraiment très beau et à quel point sa peau est douce.

- Howard ! C’est tellement bon !

Et je suis sincère.

Je me cambre encore d’avantage alors que mon plaisir devient de plus en plus grand et que tout mon corps semble entrer dans une transe d’excitation intense. Je crierais bien son nom au moment de jouir mais ma voix se casse dans ma gorge mais mes gémissements ne manquent pas de trahit la puissance avec laquelle il me propulse vers l’extase.


@ Billy Lighter
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Howard Stone


Messages : 1701
Date d'inscription : 25/11/2015
Age du personnage : 34
Localisation : Chez moi avec David

Who Am I?
Birth place: L'Eastside de L.A.
Je suis: un menteur, il parait...
Song: It's My Life - Bon Jovi


MessageSujet: Re: Some People Change... Others Don't [PV Peyton][Hot]   Sam 15 Déc - 11:39



Some People Change... Others Don't
ft. Peyton Davis


Est-ce qu’un coup sur la tête pouvait absolument tout changer ? Y’avait des gens qui changeaient du jour au lendemain sans rien recevoir sur la tête… En tout cas, j’voyais Peyton autrement depuis que j’étais entré dans sa chambre ce soir. Y’avait pas eu une seule insulte, pas une seule once de haine. C’était même tout le contraire. Et… J’aimais cette Peyton-là.

Et, comme à chaque fois, je finis entre ses cuisses. Mais pas de la même façon que les autres fois. D’habitude, c’était violent. Y’avait pas de regard pour l’autre. Juste de la haine et une envie de se faire plaisir au détriment de l’autre. Ici… J’faisais attention parce que je savais qu’elle souffrait. Je savais que c’était totalement contradictoire par rapport à ce qu’aimais Lola. Elle, elle aimait quand ça allait vite et fort. J’faisais tout le contraire. Pourtant, elle protestait pas. Elle se laissait faire…

Mais quand je remontai, c’était pour lui dire que je m’excusais de prendre mon temps. J’m’attendais à une remarque… Une insulte… Les trucs habituels. Les trucs qui faisaient plus mal qu’ils n’en avaient l’air. Mais c’est une caresse que je reçus et… Un « tout est parfait, Howard ». Mon p’tit sourire se fit encore plus franc voir même reconnaissant.

Je laissai Peyton rapprocher mon visage du sien pour qu’on s’embrasse encore. Mon sexe faisait des vas et vient entre ses cuisses. Le truc c’est que c’était limite trop bon pour être vrai. A croire que la fièvre me rendait faible et que le coup faisait de même avec Peyton… Ou alors on était chacun trop amoché pour se haïr. Parce que ça demande une foutue énergie de haïr quelqu’un. Surtout sans vraiment de raisons. Parce que c’était quoi, non raisons, finalement ? J’savais même plus… A part le fait qu’on s’est insultés dès le premier juste parce qu’on n’aimait pas la gueule et la personnalité de l’autre.

C’était assez naze…

Lola trouva l’énergie pour qu’on ne fasse plus qu’un. J’poussai un gémissement de plaisir contre ses lèvres. Je la pilonnai mais plus doucement que j’avais l’habitude de le faire avec elle. Mon corps brûlait mais c’était tolérable parce que le plaisir était plus puissant que le rhume. Finalement, j’accéléré un peu et j’enfouis ma figure dans le creux du cou de Lola. J’l’entendis dire que c’était bon. J’souris contre son cou en profitant pour aller plus profondément jusqu’à-ce que les gémissements de Lola m’indiquent qu’elle atteignait l’orgasme. Rien que sa voix me suffit à la rejoindre. Je gémis plus longtemps mes muscles se contractant au moment de l’extase finale.

Je retombai doucement sur Peyton. Y’avait nos cœurs qui battaient à l’unisson. Bizarrement, son corps me semblait tiède alors que le mien était brûlant. La différence était saisissante. J’me redressai pour caresser son visage doucement.

-Y’avait pas à t’inquiéter…T’as rien perdu du tout à ce niveau…

J’souris. C’était même mieux que toutes les autres fois réunies.

Une p’tit frisson me parcouru me ramenant à cette sensation désagréable de chaud-froid. J’passai une main dans les cheveux de Peyton avant de me glisser à côté d’elle. J’ramenai les couvertures bien sur nous et la serrai un p’tit peu contre moi ma figure à sa hauteur.

-J’crois… J’vais rester la nuit ici. Ça te dérange pas ?

J’avais pas envie d’aller ailleurs. J’étais bien ici.

J’étais couché sur le côté mon front contre le côté de la tête de Peyton. J’posai un baiser dans son cou, les yeux fermés.



@ Billy Lighter


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Peyton Davis


Messages : 165
Date d'inscription : 20/08/2017
Age du personnage : 25
Localisation : Hollywood


MessageSujet: Re: Some People Change... Others Don't [PV Peyton][Hot]   Sam 15 Déc - 20:38



Some People Change... Others Don't
ft. Howard Stone






Le temps que l’orgasme dure, je ne ressens plus aucun des maux qui m’assaillent depuis l’agression dont j’ai été victime chez MTI. Comme quoi  mon bourreau est à la fois ma cure qui me permet de croire que ma vie n’est peut-être pas finie.  Tout ceci n’est rien de plus qu’à l’image de la relation qu’Howard et moi entretenons, si nous pouvons appeler ça une relation.

Je savais avant même de commencer que je ne serais pas une amante d’exception ce soir. Je n’ai pas la force de prendre des initiatives qui puissent  ajouter un peu de piquant ou ne serait-ce qu’une caresse un tant soit peu provocatrice.  Je laisse tout le loisir à Howard de contrôler du début à la fin sauf pour ce bref moment où je nous ai unis en cambrant des hanches.

Entre ses mains, je suis tellement bien. Je me laisse guider et complètement absorber par cette spirale de douceur. Avant ce soir, je n’aurais jamais cru que le plaisir pouvait aussi être doux. Je suis du genre à prendre mon pied en ayant mal, en faisant mal.  Howard était l’un de mes jouet favoris à ce petit jeu parce qu’il en redemandait encore.

Nous sommes complètements ailleurs ce soir.

Quand tout redevient plus calme, mais avant que nos respirations ne reprennent un rythme régulier, mon amant épisodique me rassure en me disant que je n’avais pas à m’inquiéter sur ma performance de ce soir. Je sais bien qu’il ne veut que me rassurer mais il n’y a rien de bien excitant à faire l’amour à une femme qui demeure allongée sur le lit. Cela dit, pour moi, c’était vraiment très, très bon.

Je me contente de l’enlacer avant qu’il ne finisse par se laisser tomber à mes côtés et qu’il nous recouvre avec les draps pour nous tenir bien au chaud bien qu’il soit lui-même un véritable petit radiateur vivant.  

Je n’arrive pas à réfléchir mais je crois que c’est la première fois qu’il y a un moment ‘’après’’. Ce genre d’instant où les deux corps demeurent allongés et entrelacés sous les couvertures à simplement faire le vide dans leur tête et profiter du temps qui passe sans ce soucié de rien d’autre.

Ça fait du bien.

- Je n’osais pas te le demander.

Je suis heureuse qu’il ait décidé de rester pour la nuit.

- Les prochaines aussi, si tu en as envie.

Autant qu’il le voudra.

Howard s’installe et quand il est bien placé, lentement je me tourne sur le côté pour que mon dos s’appuie bien contre le torse du musicien et qu’il puisse passer son bras sur mon ventre.  Je ferme les yeux et écoute le silence. Le vrai silence. Pas celui qui est perturbé par un horrible sifflement qui vient de mes maux de têtes.  

C’est un silence apaisant qui est par moment ponctué de la toux d’Howard ou de faibles gémissements, les miens ou les siens, ce genre de petits sons qui  précèdent le moment de sombrer.

- Si dans 10 ans on n’est pas marier, on se mariera ensemble.

Il est quand même malgré tout, l’homme qui revient le plus souvent dans ma vie.


@ Billy Lighter
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Howard Stone


Messages : 1701
Date d'inscription : 25/11/2015
Age du personnage : 34
Localisation : Chez moi avec David

Who Am I?
Birth place: L'Eastside de L.A.
Je suis: un menteur, il parait...
Song: It's My Life - Bon Jovi


MessageSujet: Re: Some People Change... Others Don't [PV Peyton][Hot]   Dim 16 Déc - 11:21



Some People Change... Others Don't
ft. Peyton Davis


J’avais aimé ce que j’venais de faire avec Lola. Entre nous, d’habitude, le mot « douceur » existait pas. Y’avait toujours eu que de la violence. Mais, ce soir, c’était complètement différent. Et j’avais adoré ça.

J’ramenai les couvertures sur nous pour nous tenir chaud. J’avais chaud mais, en même temps, j’avais froid, donc les couvertures étaient pas de trop. C’était la toute première fois que j’restais tout contre Peyton après avoir fait l’amour. En fait, c’est la première fois que j’faisais l’amour avec elle. Les autres fois, on pouvait pas vraiment appelé ça comme ça.

Et ça faisait bizarre d’être aussi bien près de Lola. D’habitude, j’sortais jamais vraiment indemne de nos p’tits jeux qui consistait essentiellement à se faire mal de toutes les façons possible. Un p’tit jeu qui avait très mal tourné la dernière fois. Mais, j’crois que j’préférais largement ce qu’on vivait aujourd’hui.

Pour ça que j’avais envie de rester. Et j’le lui demandais. Apparemment, elle en avait envie aussi même avant que j’demande. J’me serrais un peu plus contre elle en souriant alors qu’elle alla encore plus loin en disant que j’pourrais rester les prochaines nuits aussi.

-J’viendrais un maximum de nuits possible.


J’pouvais pas lui promettre de venir tous les jours. Mais chaque fois que j’le pourrais, j’le ferais. Juste pour pouvoir revivre un truc comme ce soir.

-Merci…

J’soufflai ça les yeux fermés après que Peyton se soit retourné pour se coller à moi, mon torse contre son dos. Mon bras entoura son ventre et j’le caressai doucement avec mon pouce. Tout ça les yeux fermés alors que le silence se fit entendre dans la pièce. Y’avait que ma toux qui brisait ça… Et quelques gémissements aussi qui signifiait qu’on sombrait tous les deux.

J’frissonnai de temps en temps mais pas assez pour nous perturber tous les deux. Puis, Peyton brisa le silence pour dire une phrase que j’aurais pu être étonné… Mais finalement, je l’étais pas. Et j’lui soufflai, les yeux toujours fermé :

-Ouais… Si dans 10 ans on n’est pas marié, on se mariera ensemble.


Ça me semblait coulé de source et ça me semblait pas si dénué de sens que ça à ce moment précis. Moi et Peyton... Marié parce que toujours seul. Ouais, ça avait p’tètre même trop de sens. Parce que, en un sens, on est plus lié qu’on ne peut l’imaginé.

Le silence revint. Mes quintes de toux s’espacèrent parce que je m’endormais. Ce que j’finis par faire, figé dans la position qu’on était, moi l’enlaçant et elle collée contre moi.



@ Billy Lighter


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Some People Change... Others Don't [PV Peyton][Hot]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Some People Change... Others Don't [PV Peyton][Hot]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» People change.. (Mairead)
» The Haitian People Need a Lobbyist
» Rèl kay Makorèl: sanble nou gen boat people ki peri nan Boyton
» Boat-people: L'etat ne peut rester les bras croises
» DOLLARISATION / À chaque entreprise son taux de change

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: L.A Rocks :: Hollywood :: Hôtel-