AccueilRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez
 

 So Close, No Matter How Far [OSAKA][PV Carolyn][PHONECALL][TERMINE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Eddy Cort
Eddy Cort


Messages : 2197
Date d'inscription : 24/09/2013
Age du personnage : 23
Localisation : L.A.

Who Am I?
Birth place: L.A.
Je suis: un déconneur colérique
Song: SEEK & DESTROOOOOY


So Close, No Matter How Far [OSAKA][PV Carolyn][PHONECALL][TERMINE] Empty
MessageSujet: So Close, No Matter How Far [OSAKA][PV Carolyn][PHONECALL][TERMINE]   So Close, No Matter How Far [OSAKA][PV Carolyn][PHONECALL][TERMINE] I_icon_minitimeMar 5 Fév - 22:04



So Close No Matter How Far
ft. Carolyn Adam


-EDDY !!! BIERES !!! BIERES !!! BIERES !!!

Ok… Je rigolai… Clepto en était au point où il ne parlait même plus en phrases et j’étais pas très loin derrière. Le sol de notre loge était plaquant de bières parce qu’on était même plus foutu de savoir garder la précieux liquide dans nos bouteilles.

-Naaan ! Je veux pas de bière… C’est un téléphone qu’il me faut…

Je repoussai Clepto de ma grande main en plein dans sa figure et il tomba à terre, nous faisant tous nous esclaffer. Je me levai et enjambai le corps sans vie de mon batteur… Oh… Hey… Heu… je donnai quand même un petit coup dedans pour vérifier qu’il était pas vraiment mort. Il grommela, me rassurant du même coup.

Puis je sortis de la loge, chopant quand même une bière au vol que mon batteur affalé dans un fauteuil me tendait… Puis parcourus un long, très long couloir jusqu’à trouver un téléphone que m’indiqua un roadie.

J’étais encore trempé du concert (ok, et un peu de bière aussi), il s’était terminé il y avait de ça quoi ? une heure ? à tout casser ? Et j’essayais depuis tantôt de calculer quelle heure il pouvait être à L.A., de savoir si elle avait pu voir le concert en direct. Il passait en direct ? C’était possible ça ? On devait être la matin à Los Angeles… Elle se serait levée pour regarder le concert ?

Je l’espérais un peu…

Je décrochai le téléphone et du passer par un standard pour atteindre Los Angeles. Je soupirai en écoutant les tonalité s’égrainer, fermant les yeux et appuyant mon front en sueur en respirant le plus lentement possible… Mon estomac allait se retourner et ça avait rien à voir avec la bière… Et si elle avait dû aller à l’hôpital en urgence ?

Non… Non, Eddy… Fait revenir les images de Carolyn en one-piece rose en train de regarder le concert avec Belle qui râle à moitié en se bourrant de chips parce qu’elle aime pas Roadtramp. Pense à elle en train de murmurer les chansons avec toi via la télé tout en caressant son ventre pour faire sentir au bébé les vibrations de sa voix.

Le temps me sembla long entre le moment où j’avais composé le numéro, où j’avais eu le standard puis où on m’avait mis en attente… Alors, les yeux fermés, je chantais doucement, comme pour combler le silence rythmé par les tonalités.

-Never opened myself this way
Life is ours, we live it our way
All these words I don't just say
And nothing else matters


Puis ça décrocha… Je souris en entendant la voix de Carolyn qui devait se demander qui c’était… ou peut-être pas, en fait…

-Je me demandais si vous aviez reçu mon message…

Et l’énergie qui allait avec.

@ Billy Lighter



Forever trusting who we are. No, nothing else matters ©️ Metallica


Dernière édition par Eddy Cort le Dim 24 Fév - 13:34, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Carolyn Adam
Carolyn Adam


Messages : 199
Date d'inscription : 07/06/2018
Age du personnage : 0


So Close, No Matter How Far [OSAKA][PV Carolyn][PHONECALL][TERMINE] Empty
MessageSujet: Re: So Close, No Matter How Far [OSAKA][PV Carolyn][PHONECALL][TERMINE]   So Close, No Matter How Far [OSAKA][PV Carolyn][PHONECALL][TERMINE] I_icon_minitimeMer 6 Fév - 2:28



So Close, No Matter How Far
ft. Eddy Cort






Il est encore tôt ici, il doit être très tard là-bas.

Je ne crois pas que ce soit le décalage horaire qui met le plus de distance entre nous deux, cependant.

Pour rien au monde je n’aurais raté ce concert en live.  Même si pour ça, j’ai dû me lever avant le chant du coq et que j’ai encore mon oreiller imprimé sur le visage. Déjà, la prestation d’Olivia m’émerveille mais dès que Roadtramp apparaît sur scène je suis complètement envoutée.

Eddy a maintenant une belle moustache ! Ça lui donne un air sexy, un peu méchant mais tout de même tellement attendrissant ! Je suis dingue de ce mec et il me bouleverse avec sa prestation sans faille.

De le voir en live, ça me tourne quand même un peu le fer dans la plaie. De ne pas être avec eux, de ne pas vivre ça avec lui, d’être en coulisse et de danser et chanter et applaudir comme une dingue.   Je sais que je suis resté ici parce que c’était vital pour moi et le bébé, pour qu’on puisse se reposer et mettre toutes les chances de notre côté mais… Eddy me manque déjà horriblement, comme si nous étions séparés depuis des mois.

Et le spectacle prend fin.

Bien malgré moi !

J’en ai pas eu assez de lui, de sa voix, de ses paroles.

Je suis restée longtemps devant mon écran, sans cesser de le fixer, malgré Bella qui me rabâchait les oreilles en me disant que le spectacle était terminé depuis un long moment. Je sais bien mais, je n’arrive pas à faire autre chose. C’est comme si, en fermant l’écran, je coupais le contact qu’Eddy avait initié entre nous.

Son message s’est niché droit dans mon cœur et continu de résonner dans ma tête au rythme entêtant de ses battements.  Je suis assise en tailleur dans mon lit, serrant contre moi l’oreiller sur lequel il a dormit la dernière nuit qu’on a partagée et à laquelle, j’ai enfilé son-t-shirt. Je passe l’ennuie comme je peux…

Puis finalement, je m’allonge, la tête pleine d’image et de rêves. Je me vois, sautant dans les bras du plus beau chanteur du monde, alors qu’il sort de scène en sueur, les cheveux humides lui collant à la peau. Je peux presque gouter ses lèvres et sentir son haleine de bière se mêler à la mienne.

C’est tellement parfait dans ma tête que j’ai la désagréable impression de tomber en bas de mon nuage et d’atterrir brusquement dans mon lit quand le téléphone sonne. Je le laisse s’égosiller en me disant que Bella allait répondre de toute façon mais le son de la douche me laisse deviner qu’elle ne va pas se précipiter pour le faire.  Je me traîne comme je peux jusqu’au salon et attrape le combiné après d’innombrables sonneries.  

Il n’y a pas une convention non officiel mais pas pour autant respectée qui veut qu’après  7 ou 8 sonnerie, ça devient un petit peu comme exagéré ? Genre, raccrochez et essayez donc plus tard !
D’un autre côté, vu la vitesse avec laquelle je me dirige, c’est une bonne chose que j’ai un appelant tenace.

- Oui ?

Il y a… comme des grésillements sur la ligne mais la voix qui flirt avec mon oreille n’en est pas moins magnifique.

- Eddy… !

Je suis… bouche bée et de grosses larmes coules sur mes joues. J’aimerais qu’il puisse voir le sourire que j’ai sur mes lèvres et qui, malgré mes larmes, illumine mon visage.

- Oui ! Oui on l’a eu !

Il y a tellement de choses que je veux lui dire. En ai-je le temps ?  Je voudrais qu’il sache tout ce que j’ai pensé, et pas que de ce signe mais de la performance en entier et de lui, et de nous et de tout ce qui se passe. Qu’il sache que je l’aime et qu’il me manque même si ça, je sais qu’il le sait déjà mais tout ce que je trouve à dire c’est :

- Il a bougé, Eddy ! Je l’ai sentit !


@ Billy Lighter
Revenir en haut Aller en bas
Eddy Cort
Eddy Cort


Messages : 2197
Date d'inscription : 24/09/2013
Age du personnage : 23
Localisation : L.A.

Who Am I?
Birth place: L.A.
Je suis: un déconneur colérique
Song: SEEK & DESTROOOOOY


So Close, No Matter How Far [OSAKA][PV Carolyn][PHONECALL][TERMINE] Empty
MessageSujet: Re: So Close, No Matter How Far [OSAKA][PV Carolyn][PHONECALL][TERMINE]   So Close, No Matter How Far [OSAKA][PV Carolyn][PHONECALL][TERMINE] I_icon_minitimeSam 9 Fév - 19:30



So Close No Matter How Far
ft. Carolyn Adam


Je fus soulagé d’entendre la voix de Carolyn à l’autre bout du très long fil qui devait aller d’ici à L.A. Chapeau à ceux qui installaient ça, d’ailleurs parce que ça devait pas être de la putain de tarte. La ligne grésillait un peu mais au moins, j’étais maintenant sûr qu’elle était à la maison et qu’elle allait relativement bien…

Je passai une main dans mes cheveux, retins un renvoi et rigolai de ma voix un peu fatiguée après le concert, mais surtout irrégulière parce que j’étais mort bourré. Ils avaient eu le message, ils avaient vus le concert ! Et j’étais très content de ça !

Je pouvais entendre les larmes dans la voix de Carolyn qui s’exclama qu’il avait bougé… Heu… le bébé, j’imaginais… Je souris, enroulant le câble du téléphone entre mes doigts. Putain, c’était dingue ce que le monde était flou. C’était à peine si je voyais correctement les chiffres sur les touches du téléphone.

Ils étaient peut-être écris en japonais, en même temps. Oh ouais, ça devait être ça. Ça expliquerait beaucoup de chose.

Je m’en rendais pas compte mais je balançais un peu sur mes grandes jambes, jusqu’à ce que je pose la tête contre le mur pour stabiliser le tout.

-Dis-lui de s’accrocher, hein… Tu lui dis ça de ma part. Et toi aussi, tu t’accroches.

Je pinçai les lèvres.

-Je serais perdu si je vous perdais…

Oh c’était de la belle phrase répétitive, tiens ça… Bien joué, Cort, heureusement que t’es plus doué pour écrire des chansons que pour parler sinon Roadtramp serait mal barré.

Tout autour les roadies allaient et venait, il y avait un brouhaha d’enfer et y avait des longs blancs entre ce que je disais parce que mes neurones étaient un peu éparpillés.

-Comment ça va ? Tu t’emmerdes pas trop à Los Angeles ?

Je souris.

-Bella est pas trop mère poule ?

La colocataire de ma petite-amie était une crème, mais parfois j’avais du mal à la suivre. Elle avait des réactions surprenantes parfois. Ou alors c’était moi qui étais lent… Je savais pas trop. Enfin Bella, c’était toute une histoire à elle toute seule, quoi…

@ Billy Lighter



Forever trusting who we are. No, nothing else matters ©️ Metallica
Revenir en haut Aller en bas
Carolyn Adam
Carolyn Adam


Messages : 199
Date d'inscription : 07/06/2018
Age du personnage : 0


So Close, No Matter How Far [OSAKA][PV Carolyn][PHONECALL][TERMINE] Empty
MessageSujet: Re: So Close, No Matter How Far [OSAKA][PV Carolyn][PHONECALL][TERMINE]   So Close, No Matter How Far [OSAKA][PV Carolyn][PHONECALL][TERMINE] I_icon_minitimeSam 9 Fév - 20:10



So Close, No Matter How Far
ft. Eddy Cort





Il n’y a qu’Eddy pour me faire cet effet là ! Je n’ai eu qu’à entendre sa voix pour me sentir complètement rassurée. C’est comme si, par magie, il se retrouvait ici, avec moi et m’enveloppait de ses gros bras forts tout en  m’embrassant.

J’ai eu son signe, notre bébé aussi l’a eu. Je le sais parce que je l’ai senti bouger à ce moment là, ça ne peut être plus clair, il me semble.

- Je lui dirai, je lui répète sans cesse.

Eddy fait gonfler mon cœur d’émotions. Comment ai-je pu croire qu’il m’avait lâchement largué en quittant pour l’Asie ? Je m’en veux terriblement d’avoir eu cette pensée infondée et complètement injustifiée.

- Tu ne nous perdras pas, Eddy ! On est fort tous les deux, on est des battants ! C’est un Cort que j’ai dans le ventre et il a mon sang aussi, oula !

J’essais, peut-être maladroitement, de mettre de l’humour là dedans. Depuis la visite de Sniper, j’ai prit le temps de réfléchir à certaines choses. À la pensée positive, surtout. Tout est dans l’attitude, non ?  Si j’affronte  la fin de ma grossesse en ayant un bon morale, en étant complètement détendue et zen, je mets les chances de mon côtés. Je préfère y croire et agir de cette manière plutôt que de m’apitoyer sur mon sort.

- Mes journées sont vraiment longues mais ça va. Je commence à connaître toutes les intrigues des soaps, je pourrai te faire des résumés à ton retour !

Les sources de divertissement se font vraiment rares.

- Bella est horrible !, dis-je en m’esclaffant, Elle regarde tout ce que je mange, le temps que je dors, bref, je suis entre très bonnes mains !

Une chance cependant que je l’ai, ma Bella ! Autrement, je crois que je serais déjà morte, déshydraté, pour avoir trop pleuré !

- Eddy, tu ne devineras jamais qui est passé me voir !

Il ne va pas en revenir, ce n’est quand même pas banal, comme visite surprise !

- Evan ‘’Sniper’’ Kurtz !  Et il va m’accompagner de temps en temps pour mes rendez-vous parce que je ne peux pas y aller seule et Bella parfois travail. Il était inquiet que tu puisses le voir dans un magazine, sortir de la clinique de maternité avec moi !

Je m’esclaffe à nouveau.

Sniper avait peur d’avoir le retour de flamme d’Eddy à son retour d’Asie bien que je savais que ce n’était pas le genre de mon petit ami, d’aller le cogner sans savoir le fond de l’histoire.

- Comme tu vois, en attendant, je suis plutôt bien entourée et  à mon dernier rendez-vous, le docteur a dit que le cœur du bébé battait bien et que j’avais pris du poids suffisamment selon mon nombre de semaines.

Iln ‘y a pas de meilleure façon d’aborder les choses que de prendre ça une semaine à la fois.

- Et toi ? Parle-moi de l’Asie ! C’est comment là-bas, et l’ambiance et… et quand tu as composé cette magnifique chanson ?

Je ne sais pas combien de temps nous avons pour discuter c’est peut-être pour ça que je lui poses pleins de questions en vrac, comme si j’avais peur que les secondes soient comptés et que la communication pourrait couper à tout moment.


@ Billy Lighter
Revenir en haut Aller en bas
Eddy Cort
Eddy Cort


Messages : 2197
Date d'inscription : 24/09/2013
Age du personnage : 23
Localisation : L.A.

Who Am I?
Birth place: L.A.
Je suis: un déconneur colérique
Song: SEEK & DESTROOOOOY


So Close, No Matter How Far [OSAKA][PV Carolyn][PHONECALL][TERMINE] Empty
MessageSujet: Re: So Close, No Matter How Far [OSAKA][PV Carolyn][PHONECALL][TERMINE]   So Close, No Matter How Far [OSAKA][PV Carolyn][PHONECALL][TERMINE] I_icon_minitimeMer 13 Fév - 10:12



So Close No Matter How Far
ft. Carolyn Adam


Carolyn avait l’air en forme. Je sentais bien des larmes dans sa voix, mais c’était des larmes de joie. Je m’en voulais un peu, du coup, de pas avoir appelé direct mais… Je sais pas. Je pouvais me trouver un tas d’excuse, hein. Mais aucune me satisfaisait vraiment. La vraie raison qui m’avait empêché d’appeler jusque-là, j’aurais pas su mettre de vrais mots dessus. Comme un blocage que j’aurais pas maîtrisé.

Enfin, la faute était réparée, maintenant, apparemment et puis la chanson avait eu l’effet escompté. Je croyais vraiment en ce que j’avais demandé au public, ce n’était pas que des paroles pour faire joli. J’étais pas un acteur. J’avais demandé de ‘énergie et des prières, j’en avais eue et si tout se déroulait bien au final, si la naissance de l’enfant se faisait sans encombre et que Carolyn en sortait indemne, je saurais que ce soir n’y aura pas été pour rien.

Je souris quand Carolyn affirma qu’elle faisait bien passer le message au bébé. Et qu’ils étaient des battants. Je savais pas si être un Cort aidait, mais vu la ferveur et le courage avec lesquels Carolyn a décidé d’affronter à la fois sa grossesse et la mort presque sans hésitation, alors que moi je m’étais déjà effondré, aucun doute qu’il ou elle aurait du caractère.

Je ris au téléphone, mais un rire complètement irrégulier. Un de ces quatre, j’allais faire un coma éthylique… Mais ça, ça n’avait rien à voir avec cette histoire de grossesse, ça faisait déjà un bon moment que j’étais sérieusement atteint.

Mais je gérais ! Je gérais à mort !

-Ben tu pourras peut-être en écrire des soaps et les envoyer à un producteur ou l’autre…

Vu qu’elle s’ennuyait qu’elle disait.

-Peut-être même tu pourrai révolutionner le genre.

Je souris quand elle me parla de Bella. Ok. Lynn était entre de bonnes mains, j’avais pas à m’en faire. Je rigolai.

-Ouais, elle mérite une médaille, tu dois pas être facile tous les jours.

Puis Carolyn s’emballa à l’autre bout du fil, m’interloquant et me faisant lever un sourcil. Qui pouvait bien être passé la voir ? Clepto ? Ben non, ducon, Clepto est ici… Euh, je sais pas alors.

Mais j’eus pas le temps de dire que je savais pas parce que Lynn enchaîna direct et me dévoila son petit secret qui me laissa bouche bée.

-Sniper ! Il est venu pour ce que tu m’avais raconté là…

C’était quoi encore ? Je savais qu’il y avait un lien entre Lynn et Sniper mais j’avais plus aucune putain d’idée de ce que c’était. Mais elle me fit rire encore quand elle dit que le chanteur de The Army avait peur d’un retour de flamme.

-Oh ben tu peux lui dire qui a pas de problème. Je préfère te savoir entourée…

Que ce soit par Bella, Sniper ou n’importe qui de bienveillant…

Apparemment, les dernières nouvelles étaient bonnes, le cœur du bébé battait bien, Carolyn prenait du poids. Ok… Ça me détendit un peu…

-Et on sait déjà ce que c’est ? Une fille ou un garçon ? Pas que je préfère l’un ou l’autre, c’est juste pour que je… je sais pas… Que je puisse l’imaginer mieux ?

Je m’adossai au mur.

-Faut croire que j’aime bien me faire des films tout seul…

Je devrais pas… Parce que si ça merdait, tus ces rêves là aussi allaient crouler.

Pourtant, j’arrivais pas à ne pas le faire…

Alors le changement de conversation fut le bienvenu, quelque part. Même si j’aimais parler de l’enfant. C’était pas l’enfant le problème, c’était cette foutue grossesse.

-Oh ici c’est…

Je rigolai.

-C’est un pays bizarre. La bouffe est vraiment étrange, mais c’est super bon. Puis les gens sont trop trop polis. Puis tout est comme… super bien rangé… Le public est génial et beaucoup d’Américains nous ont suivis, c’est dingue ! Livia t’envoie le bonjour au fait… Et puis Brooke aussi.

Je pris une bonne gorgée de bière…

-Et pour la chanson… je sais plus trop… Je l’ai fait petit morceau par petit morceau, un peu partout et n’importe quand… Une partie la nuit juste avant que je parte, pendant que tu dormais, dans le lit… J’arrivais pas trop à dormir… je savais plus trop si j’avais envie de partir ou pas…

Je frottai mes yeux.

-Je crois que c’est là que j’ai écrit le plus gros…

@ Billy Lighter




Forever trusting who we are. No, nothing else matters ©️ Metallica
Revenir en haut Aller en bas
Carolyn Adam
Carolyn Adam


Messages : 199
Date d'inscription : 07/06/2018
Age du personnage : 0


So Close, No Matter How Far [OSAKA][PV Carolyn][PHONECALL][TERMINE] Empty
MessageSujet: Re: So Close, No Matter How Far [OSAKA][PV Carolyn][PHONECALL][TERMINE]   So Close, No Matter How Far [OSAKA][PV Carolyn][PHONECALL][TERMINE] I_icon_minitimeMer 13 Fév - 16:07



So Close, No Matter How Far
ft. Eddy Cort





La voix d’Eddy, même si elle est éraillée dû à la fatigue, le spectacle qu’il vient de faire et forcément, l’alcool aussi,  demeure le plus beau réconfort dont je pouvais avoir besoin en ce moment.  Je n’aurais pas voulu voir un signe, là où il n’y en avait pas vraiment et rêver toute seule d’une histoire d’amour alors qu’elle était en suspend. Il n’y avait qu’Eddy qui pouvait me rassurer là-dessus.

Je sens que je peux passer à autre chose, me concentrer sur le positif afin d’être en les meilleures dispositions mentales pour mener le combat jusqu’à la fin.

Je raconte un peu comment ça se passe pour moi depuis son départ, les soaps que je regarde religieusement et auxquels Eddy me propose de faire concurrence en écrivant mes propre histoire, pourquoi pas ?,  puis en parlant de Bella et de ses bons soins.  Ce serait injuste de m’apitoyer sur mon sort et vouloir faire la terre cessé de tourner parce que j’ai peur.  J’ai le choix de vivre ça sereinement ou d’en faire un enfer.

J’ai fait mon choix.

- Je suis bien entourée, oui et j’ai ton t-shirt aussi… faudrait d’ailleurs que je le lave mais…

Si je le lave, il perdra de son odeur et ça, je ne veux pas, même si Bella me dit que je sens  le chien mouillé depuis le temps que je le porte.  Moi je trouve que ça sent la sueur d’homme et le fond de bouteille de bière…

Je joue nerveusement avec le fil du téléphone, hésitant à lui révéler  le sexe du bébé. Pas que je ne veux pas qu’il sache mais parce que j’avais imaginé tellement de possibilité sur comment lui annoncer qu’il me prend un peu de court et que les options sont limités, au téléphone.

- Tu peux t’imaginer qu’un jour, tu iras prendre une bière avec ton fils et tu lui donneras des tuyaux sur les femmes. C’est un garçon, Eddy !

Le docteur a cependant dit qu’il était tôt pour  le conformer à cent pour cent mais qu’il était impossible que notre bébé soit pourvu de deux cordons ombilicales.  La prochaine échographie confirmera ce que nous savons déjà.

Je le laisse gérer cette information là, comme si je le voyais sourire à l’autre bout du fil.  Depuis que je le sais, je les imagine, lui et petit Cort, se lancer la balle dans le jardin, allé à la pêche ou je ne sais pas, une activité que ferait un père avec son fils. Et moi je cuisinerai des cookies et serai une maman qui ira à tous les matchs de baseball, même si je hais le baseball.

Moi aussi, j’ai besoin de rêver. D’imaginer ce que vit Eddy au travers de ce qu’il en dit.  Je le questionne sur comment ça se passe là-bas.  Je veux tout savoir, avoir l’impression d’y être avec lui.  Il me fait sourire aussi, il me met des images dans la tête.

- Ah ouais ? Ils mangent leur pizza avec des baguettes ?

Même avec mon imagination débordante, je n’arrive pas à imaginer Eddy mangé avec des baguettes ! Trop de grosses mains, les baguettes trop délicates, ça ne va pas ensemble !

- Salut les de ma part aussi ! J’ai hâte de les revoir !

Puis je l’entends boire. C’est de la bière ! Je suis certaine que ça en est ! Et j’en veux ! J’ai soif moi aussi ! Mon dieu ! Le goût de la bière sur les lèvres d’Eddy, je salive !

Mon amoureux me ramène vite à notre conversation, m’expliquant qu’il l’a écrite par moment. Ça été des journées difficiles, juste avant son départ, je genre de journée que je ne veux plus jamais revivre de toute ma vie.

- Elle est magnifique cette chanson Eddy.  J’ai hâte de pouvoir l’entendre à nouveau.

Je replace le coussin dans mon dos, puis mes cheveux en coinçant le cornet entre mon épaule et mon oreille.

- Eddy… tu as fait ce qu’il fallait. Et puis que tu le veuille ou non, tu es avec moi tout le temps. Je penses à toi, je t’imagine avec… tu sais ce truc qu’on les Samurai…

Non en fait je l’ai carrément imaginé avec une couche de Sumo et je me suis prit un méga fou rire en pleine nuit. Bella m’a cru devenir cinglé, même.

- Si tu arrives à me sonner de temps en temps, j’aimerais vraiment ça. Avoir des nouvelles, pouvoir entendre ta voix et pouvoir te dire chaque fois que je t’aime et que je suis fière d’être ta petite amie.


@ Billy Lighter
Revenir en haut Aller en bas
Eddy Cort
Eddy Cort


Messages : 2197
Date d'inscription : 24/09/2013
Age du personnage : 23
Localisation : L.A.

Who Am I?
Birth place: L.A.
Je suis: un déconneur colérique
Song: SEEK & DESTROOOOOY


So Close, No Matter How Far [OSAKA][PV Carolyn][PHONECALL][TERMINE] Empty
MessageSujet: Re: So Close, No Matter How Far [OSAKA][PV Carolyn][PHONECALL][TERMINE]   So Close, No Matter How Far [OSAKA][PV Carolyn][PHONECALL][TERMINE] I_icon_minitimeJeu 14 Fév - 21:15



So Close No Matter How Far
ft. Carolyn Adam


-Oh putain… C’est là qu’il est mon t-shirt !

Je me marre… Des heures que j’avais cherché après cet enfoiré de t-shirt et il était juste chez Carolyn ? Oh ben… il était sûrement mieux là-bas qu’ici, t’façon. Lui au moins, il pouvait profiter de Carolyn tout le temps pendant que moi, je rongeais mon frein à l’autre bout du monde. Surtout là que j’arrivais pas vraiment à m’éclater à cause du stress.

Et là qu’elle me parlait d’échographie et tout et qu’elle allait y aller avec nul autre que Sniper, je lui posai quand même la question de savoir si on savait déjà le sexe du bébé ou pas. Je ne savais pas vraiment à partir de quand on pouvait voir ce genre de chose et très sérieusement, ma première expérience échographie s’était pas vraiment passée super bien puisque c’était là qu’on avait appris que ça merdait… juste un peu…

J’aurais été à L.A., j’étais pas sûr que j’aurais été franchement serein à l’idée de retenter le coup pour une nouvelle séance. Non merci. Limite, j’étais content que Sniper y aille à ma place. Lui pourrait peut-être encaissé mieux que moi. Je savais pas, en fait, je le connaissais pas vraiment, le chanteur de The Army, j’étais que fan de ce type.

Mais Lynn avait l’air d’avoir confiance alors je faisais confiance en son jugement à elle. Comme je le faisais pour la grossesse toute entière d’ailleurs, puisque c’était elle qui avait voulu continuer et que je l’avais pas non plus empêchée de le faire.  

Je la sentis hésiter… A moins que ce ne soit comme une sorte de décalage téléphonique dû au fait qu’on était à des milliards de kilomètres l’un de l’autre… Je savais pas. Peut-être aussi que c’était juste l’alcool qui ralentissait ma perception du temps.  

Mais sa voix finit par me revenir et il me fallut tout le long de sa tirade, malgré que celle-ci était plutôt claire dès le début, pour piger que c’était un garçon… Et je crois que mon visage s’était illuminé comme tout Las Vegas, pour le coup… Même si… Même si en fait, si elle m’avait dit que c’était une fille, ça m’aurait fait exactement le même effet, mais bon…

-Un petit gars…

Bon… En fait, je m’imaginais prendre une bière avec un bébé en couche culotte là parce que j’arrivais pas trop à m’imaginer plus loin… Non, ce que je voyais, plus sérieusement, c’était… je me voyais à la fin d’un concert, aller vers les coulisses et le voler gentiment à sa mère qui se tiendrait juste au bord de la scène, pour saluer le public avec lui.

C’était ça, en vrai, que je voyais. Ça, c’était un truc que je voulais vivre avec ce petit bonhomme qui aurait pas volé sa venue au monde !

-Putain, c’est génial, ma belle !

Carolyn, elle, voulait en savoir plus sur l’Asie… et elle me fit rire en me demandant s’ils bouffaient leurs pizzas avec des baguettes.

-Non… C’est encore plus simple. Y a pas de pizzas ici. Je suis pas sûr qu’ils savent que ça existe… Moi, en tout cas, je savais pas que ce qu’ils bouffent existait. Alors je suppose que ça fonctionne dans les deux sens.

Lynn voulait que je salue Livia et Brooke de sa part…

-J’y manquerai pas…

Si je m’en rappelle encore demain.

Je lui parlai de la chanson aussi, puisqu’elle demandait et j’étais vraiment heureux qu’elle la trouve magnifique même si c’était pas vraiment une chanson joyeuse. Lynn, elle, pensait que j’avais fait ce qu’il fallait en partant pour cette tournée. Ouais, j’avais pas vraiment le choix en même temps, je me serais mal vu planter les autres en chemin, même si le cas de Carolyn était quand même grave… J’étais pas tout seul, dans ce groupe, tout ça ne tenait pas qu’à moi.

Puis peut-être que ça avait été pour un mieux de m’éloigner un peu. J’étais prêt à parier que j’aurais empoisonné la vie de Carolyn plus qu’autre chose si j’étais resté à ruminer à L.A. avec en plus le remords d’avoir empêché Roadtramp de partir.

Enfin bref, Carolyn m’en voulait pas et ça, c’était un autre poids en moins sur mes épaules. Je fronçai les sourcils quand elle dit qu’elle m’imaginait avec un truc de samouraï…

-Heu… Non… non, je sais pas ce qu’on les samouraïs, Lynn…

Je rigolai… Parce que si cette tournée m’avait appris une chose depuis qu’elle avait commencé, c’était que je connaissais pas grand-chose du monde. Mais j’apprenais… A chaque pays qu’on traversait, j’apprenais un peu plus.

Carolyn avait un truc à demander… Que je lui sonne de temps en temps…

-Bah ok… ! Je ferai ça !

Je crois que dans toute ma jeunesse et mon innocence et avec le taux d’alcool que je trimballais, je voyais pas trop ce que ça changeait que je sonne 10 fois ou une fois par jour ou même que je sonne tout court… Ou alors, c’était qu’un truc qui était différent entre homme et femme ou entre elle et moi. Je savais pas… Je savais qu’elle m’aimait. J’avais pas besoin d’en avoir la confirmation orale à tout bout de champ ou de l’entendre dire qu’elle était fière. Je pouvais le voir, je pouvais le sentir…

Mais si ça pouvait plaisir que je lui sonne pour qu’elle me le dise alors j’allais le faire. Ce serait ma façon à moi de lui montrer que c’était réciproque. J’imagine…

Clepto me fit de grand signe depuis le bout du couloir et, je sais pas pourquoi, je levai le cornet du téléphone en l’air pour lui hurler :

-C’EST UN PETIT GARS ! MEC ! C’EST UN PETIT GARS !

Et Clepto d’accourir… Heu… Plus ou moins… jusqu’à pouvoir me sauter dessus et me piquer le putain de téléphone pour vociférer.

-LYYYYNN !!!!!!!!! FELICITATIONS AU PETIT GARS ! PUIS A TOI AUSSI HEIN ! HEU… Eddy fait pas trop de connerie, il est sage, on le surveille… On le ramènera tout propre on le passera au car-wash avaAAAAAAAAAARGH !

-Rends-moi le… putain… de téléphone ! Ah !

J’avais réussi à repousser le batteur et criai à mon tour.

-Je t’aime, chérie ! Je t’aime, mais tu sais ça !

-Bouhou ! C’est trop romantique ! J’adore ça !

@ Billy Lighter



Forever trusting who we are. No, nothing else matters ©️ Metallica
Revenir en haut Aller en bas
Carolyn Adam
Carolyn Adam


Messages : 199
Date d'inscription : 07/06/2018
Age du personnage : 0


So Close, No Matter How Far [OSAKA][PV Carolyn][PHONECALL][TERMINE] Empty
MessageSujet: Re: So Close, No Matter How Far [OSAKA][PV Carolyn][PHONECALL][TERMINE]   So Close, No Matter How Far [OSAKA][PV Carolyn][PHONECALL][TERMINE] I_icon_minitimeVen 15 Fév - 18:45



So Close, No Matter How Far
ft. Eddy Cort





Eddy a besoin de quelques instants pour percuter la nouvelle et se faire lui-même les images de ce que sera sa relation avec son fils. J’aimerais savoir à quoi il rêve alors que moi-même je les imagine, dans quelques années, discuter tout en buvant quelques bières. Notre fils sera peut-être un musicien, comme son célèbre papa ou un sportif, juste pour être complètement à l’opposé de ses parents mais qu’importe ce que notre fils fera plus tard, il sera un gamin génial !

Il est silencieux, mais je sais qu’il sourit.

Comme je souriais moi, rêveuse, heureuse et émue quand le docteur m’a dit  que ce petit morceau de vie qui grandit en moi était un petit garçon. C’est fou tout ce qui peut se passer dans une tête en un si court laps de temps.

Serais-je à la hauteur pour offrir les bonnes bases à mini Cort, savoir répondre à ses besoins, lui prodiguer de bons conseils, ceux d’une mère à son fils. J’y connais rien en petit garçon. Et s’il ne me trouvait pas à la hauteur ?  Si mon fils me trouvait râleuse comme mère ? Ou trop protectrice, le genre de mère qui freine les élans de son enfant de peur d’avoir peur.

Je vous le jure !

J’ai eu le temps aussi de faire mon bilan financier et de calculer combien il me faudrait pour assurer sa scolarité, au moins jusqu’à l’université pour en faire un avocat, un médecin ou un astronaute, pourquoi pas !  Je crois que même en vendant un rein, un poumon et je ne sais plus quel autre organe qui vient en paire, au marché noir, je n’aurai pas assez pour que mon fils manque de rien.

Et toujours dans cette demie seconde qui m’a semblé durer une éternité, j’ai aussi eu le temps de me dire qu’avec la force de mon amour maternel, avec  toute la bonne volonté du monde, et avec l’aide de son papa, je ferai de ce petit homme, quelqu’un de bien dans la vie.

Je ne sais pas si c’est la même chose pour Eddy, mais je suis passé par toute une gamme d’émotions en apprenant que je portais un garçon.

Je retiens presque mon souffle maintenant, attendant sa première véritable réaction, qui vient après quelques petites secondes qui m’ont-elles aussi, semblées durer une éternité.  Peut-être qu’Eddy peut entendre à son tour mon sourire. Ou qu’il l’imagine illuminer mon visage.

Petit Cort n’a plus qu’à s’accrocher. En attendant,  moi aussi j’ai des questions et une imagination débordante à assouvir. Eddy m’explique qu’il n’y a pas de pizza, il me fait rire avec ses explications, je le vois que trop bien devant un menu écrit dans un dialecte impossible a essayer de se trouver quelque chose a manger de pas trop exotique.  

- Ouais, ça doit fonctionner dans les deux sens.  Ils sont probablement choqués devant nos pizzas et nos hamburgers au fromage.

Après une promesse de saluer en retour Livia et Brooke, mes impressions sur sa nouvelle chanson,  les émotions que je vis suite à son départ, j’entends Eddy s’exclamer à haute voix, que c’est un garçon.

Je rigole, beaucoup, parce qu’ensuite c’est Clepto que j’ai au bout du fil, toujours cohérent dans son incohérence, me félicitant pour  le bébé et me promettant de me ramener un Eddy, bichonner que je pourrai récompenser pour bonne conduite.

C’est un cafouillage téléphonique qui s’en suit, alors qu’Eddy demande à Clepto de lui rendre le téléphone.

- Moi aussi je t’aime mon amour !  Et je sais que tu le ressens bien, et tout le temps !

Et Clepto de commenter d’assez prêt pour me faire douter que j’ai parlé à mon amoureux ou à son ami.  Ils me font rigoler un bon coup ces deux là puis…

- Allo ?

La ligne grésille et je n’entends plus rien.

- Eddy ? Tu es là mon amour ?

Ah ben, bravo ! À force de se disputer le cornet du téléphone, ils ont fini par couper interrompre la communication.  Je pourrais être déçue mais, non, au contraire. Je sais qu’Eddy s’amuse, qu’il est aussi bien entouré que je le suis et qu’en plus, il m’aime et il pense à moi.


@ Billy Lighter
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




So Close, No Matter How Far [OSAKA][PV Carolyn][PHONECALL][TERMINE] Empty
MessageSujet: Re: So Close, No Matter How Far [OSAKA][PV Carolyn][PHONECALL][TERMINE]   So Close, No Matter How Far [OSAKA][PV Carolyn][PHONECALL][TERMINE] I_icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

So Close, No Matter How Far [OSAKA][PV Carolyn][PHONECALL][TERMINE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» DMITRI & JAYCEE ♒ What's the matter with you ?
» Close to my fire [Keane]
» Petite escapade à Osaka
» 1er cours de 3é année : L'introduction à la matière [Close]
» Keep your friends close, and your ennemies closer.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: L.A Rocks :: Tournées :: Sanitarium Tour 1983-