AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 I don't like black and white [PV Gaïana/Cash/Ruby] [TERMINE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Billy Lighter


Messages : 2136
Date d'inscription : 24/09/2013
Age du personnage : 27
Localisation : Dans la mer avec les dauphins

Who Am I?
Birth place: Lafayette, Indiana
Je suis: Instable, possessif, sensible, perfectionniste
Song: Guns N'Roses - Estranged


MessageSujet: I don't like black and white [PV Gaïana/Cash/Ruby] [TERMINE]   Lun 20 Jan - 21:09

-Dépêches-toi un peu, j’ai faim !

J’étais dans mon salon à attendre que Gaïana m’amène ce qu’elle avait préparé à manger… Attends… Laissez-moi devinez… Elle avait sûrement encore fait des spaghetti bolognaises ! Comment je le savais ? Elle m’avait servis ça tous les jours depuis que je l’avais sorti de prison !!! J’avais l’impression qu’elle savait faire que ça… Ou alors elle le faisait exprès ce qui ne m’étonnerai pas !

Soit, elle nettoyait plutôt bien et c’était déjà ça. Mais ça ce voyait qu’elle n’était pas née pour faire femme de ménage… Elle était plutôt taillée pour d’autres trucs.

La jeune soviétique arriva (enfin !) avec la bouffe… Des spaghetti… Ben tiens. Moi qui croyais pouvoir manger mieux avec elle à la maison… C’était raté. Bordel, mon rêve de toutes les filles fortiches en cuisine s’écroulait.

-T’en a mis du temps.

J’avais été un vrai enfoiré avec elle pendant cette semaine. J’étais du genre exigeant à mort. Genre chaque truc doit être bien droit, bien à sa place. Tout doit être parfaitement clean et s’il y a une crasse quelque part elle devait nettoyer, à nouveau, l’entièreté de l’appartement. Ca m’arrivait même de salir après son passage juste pour le fun.

Pourquoi tant de haine ? Parce que dés la première fois que j’avais croisé le regard de cette fille elle avait osé me défier. Et on ne défiait pas Billy Lighter sans s’en mordre les doigts, surtout quand on était une fille (qui plus est avait baisé mon guitariste).

Je commençai à manger tout en parlant à Gaïana.

-Après on s’en va. Et tu viendras avec moi.

Ouais parce que aujourd’hui, c’était le jour où on devait aller vérifier si toutes nos directives avaient été remplie pour l’enregistrement du disque. En gros, si les roadies avaient fait leur travaille pour qu’on puisse faire le nôtre en paix.

Je regardais ma montre. Il était 15h (ouais je bouffe des spaghetti à 15h si j’en ai envie !!!). Je regardai Gaïana.

-On devait être au rendez-vous il y a 3h… Donc ça va, je peux manger en paix… Une heure de plus ou de moins…

D’ailleurs j’avais mangé lentement pendant que Gaïana rangeait la cuisine. Quand j’eu fini je me levai et regardai la soviétique.

-On y va. Il y aura Cash là-bas. C’est ta récompense pour avoir survécu à cette horrible semaine.

J’esquissais un sourire. J’adorai la position de force que j’avais face à la jeune femme. Je savais que c’était peut-être un jeu dangereux, surtout que Gaïana avait du caractère.

Nous partîmes dans ma Lamborghini jusqu’aux studios de MTI. Arrivé la on entra. Un roadie (probablement un nouveau, je détestais les nouveaux) me fis remarqué mon retard en fronçant les sourcils et en montrant sa montre du doigt. Je lui envoyai un regard noir.

-C’est pas moi qui suis en retard. C’est vous tous qui êtes en avance !

Voilà, c’était dit ! Bon, première chose à checker : MA LOGE ! J’y allais, suivit de Gaïana. J’ouvris la porte et… BORDEL !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! Ce foutu carrelage… Non… Non.
Je ne bougeais plus d’un centimètre… Ce carrelage… Il était… C’était… On dirait un putain de jeu d’échec… Ce noir et ce blanc… Non… Bordel qui est le roadie qui a foutu ma loge là. J’étais tout blanc et… Je calais…

-Non… Pas ça… Je vais pas pouvoir… Bordel le carrelage…

La journée commençais bien…


Nothing last forever and we both know hearts can change ©️ GN'R
Revenir en haut Aller en bas
http://la81rocks.forumgratuit.be
avatar
Gaïana Dugopoliac


Messages : 471
Date d'inscription : 01/01/2014
Age du personnage : 22

Who Am I?
Birth place: URSS (actuelle Ukraine)
Je suis: une séductrice hors pair.
Song:


MessageSujet: Re: I don't like black and white [PV Gaïana/Cash/Ruby] [TERMINE]   Mar 21 Jan - 1:11


Voilà, ça recommençait ! Il ne cessait de geindre, de se plaindre pour un rien comme un gosse de huit ans ! Voilà ce qu'il était !! Un gamin pourri gâté ! Rien de plus immature que de vouloir se venger parce que les choses n'allaient jamais comme il le voulait. La pauvre Gaïana en acceptant qu'il paye sa caution en échange de travailler pour lui, avait au final accepter d'être un véritable bouc émissaire. Rôle qu'elle faisait cependant à la perfection, avec l'ironie nécessaire pour rire de la situation avec un peu de recul. Même si, certains soirs, elle rentrait parfois chez elle avec une véritable envie de tuer ce roux mal baisé ! Rien de pire qu'un mec ou une meuf frustré qui doit faire passer son mal être par un quelconque autre moyen... Moyen qu'était Gaïana. Lui faire récurer son appartement comme jamais il a dû l'être. Billy devenant carrément maniaque, rien que pour la faire bosser plus longtemps. Il y prenait du plaisir. Et elle s'en rendait bien compte. Courage, il n'y en avait que pour un mois. Voilà déjà une semaine de passée. 30 jours - 7 = 23 jours. Donc environ trois semaines encore, et deux jours. Elle pouvait le faire ! Après... Elle continuera le jeu de Billy. Ce sera... Son tour de vengeance. Si Billy jouait ce jeu-là, elle en ferait de même... Elle n'aurait plus aucune raison de se retenir. En attendant, elle en apprenait bien plus que n'importe qui sur Billy. Ses habitudes, son mode de vie... Si bien qu'elle devait être la personne la plus proche, la plus présente dans sa vie pour le moment. La poisse !

La jeune fille s'impatientait autant dans la cuisine que Billy dans la salle à manger. Les pâtes, prenant un malin plaisir à ne cuisiner que ça pour énerver le rouquin, ne voulaient décidément pas cuire ! Merde... Elle n'avait pas tourné le bouton pour faire chauffer la plaque à fond ! Logique que ça n'avançait qu'à petit feu ! Gaïana lâcha un long soupire alors que Billy la houspillait pour la enième fois de la journée. Fichtre ! Qu'il aille se faire foutre !

Dix minutes après, elle arrivait enfin avec la bouffe. Sa sauce était limite cramée, les pâtes un peu trop salées. Elle déposait les plats sur la table avec dédain et laissa le chanteur se débrouiller.

« Désolé, j'savais plus où j'avais mis le sel de cyanure sensé t'empoisonner. »

Rien de bien réel, il n'y avait aucun poison dans ce qu'elle avait préparé, à la va-te-faire-foutre tout de même. Elle faisait ce qu'il lui demandait mais elle gardait cependant ses réparties toujours aussi piquantes, aussi... Provocantes. Pas question de jouer la lèche-botte ! Qu'elle le supplie ou pas, il prenait quand même un plaisir insensé à la contrôler.

Heureuse d'avoir une minute de répit, plutôt que d'avoir à passer l'aspirateur sur le tapis, à faire les poussières avec un chiffon humide, à changer les poubelles, à nettoyer les carreaux ou à ranger les vêtements qu'il laissait traîner qu'elle était obligé de relaver, replier et remettre en place. Pour deux minutes plus tard, voir d'autres vêtements au sol car Billy avait justement une crise de narcissisme qui lui obligeait de changer trois fois de vêtements en un minimum de temps. Rien que pour elle. Décidément, elle devait se sentir honorée de tant d'attention à son égard. Sa copine pourrait même en être jalouse. Bref. La jeune fille s'assit à table. Son pied se posant sur le rebord de la chaise, sa cuisse contre elle. Elle entourait sa jambe de ses bras, position typique de Gaïana (incapable de s'asseoir normalement) et posa sa tête sur son genoux pour regarder Billy manger et l'écouter parler de son programme.

Voilà qui était curieux ! Pas de ménage à la mords-moi le noeud cet après-midi. Que préparait ce psychopathe ? La soviétique avait appris à se méfier de lui. Rien n'était laissé au hasard avec lui. Tout était minutieusement préparé à l'avance. Même son retard était prévu deux jours avant.

Gaïana sourit à la remarque de Billy concernant l'heure. Elle devait l'admettre, son côté de mec toujours à la bourre lui plaisait. Pour la seule et unique raison qu'elle s'y reconnaissait totalement dans son trait de caractère. Excepté qu'elle ne le faisait pas exprès et qu'il s'agissait de retard minimes. Il s'agissait au grand maximum d'une demi-heure, voir une heure et demi si le hasard était vraiment contre elle en chemin !

« Oui, tu as raison. Fais à ton aise, ce serait bête que tu t'étouffes à vouloir manger trop vite. Ce serait une mort bien pitoyable... J'imagine déjà bien les journaux parler du "malheureux décès de Billy Lighter, chanteur de The Lightening, asphyxié par des spaghettis bolognaise qu'il mangeait trop vite..." »

Sourire victorieux ! Encore un pour toi, Billy chéri ! Car en plus de l'embêter ainsi, elle savait maintenant aussi que le jeune homme détestait la presse plus qu'autre chose, excepté elle, peut-être. Elle tenait là peut-être sa future vengeance... Puis, 23 jours, elle avait encore le temps de cogiter. Et elle pouvait même encore attendre. Après tout, la vengeance est un plat qui se mange froid. Glacé même. Billy allait amèrement le regretter d'avoir laissé, ou plutôt d'avoir invité par un deal farfelu, la soviétique à entrer dans sa vie. Surtout que désormais, elle savait qui ils étaient. Ces foutues rockstars dont la presse désirait connaître tous les secrets et le déroulement de leurs vie intime dans tous les détails. Qui serait le pire cauchemar de qui, hein ? L'avenir nous le dira très bientôt.

Gaïana ne resta pas assise plus longtemps, après ses deux répliques acides, valait mieux ne rien avoir à se reprocher. Elle rangea donc la cuisine qu'elle avait laisser dans un état déplorable... Même pour faire de la cuisine aussi simple qu'un spaghetti bolognaise il fallait qu'elle foute le bordel dans la pièce en laissant tomber une chose ou l'autre tel que de la farine qui s'étalait sur toute la surface du sol. Vive la révolution des genres ! Un jour, les femmes domineront le monde !! Ménage, cuisine et enfants ce sera pour les hommes !

Il lui fallut bien une demi-heure pour bien tout remettre en place. Et lorsqu'elle revint dans la salle où Billy avait terminé de manger son repas avec flegme, il décidait qu'il était l'heure de par... QUOI ? CASH ?! Son rythme cardiaque s'accéléra lorsque le roux prononça son nom. Bien, bien. Voilà qui était une excellente nouvelle. Les yeux bleus de Gaïana croisèrent ceux de Billy qui affichait un sourire satisfait, de sa position de force par rapport à elle. Il ne perdait rien pour attendre car oui, son jeu était très dangereux... Si en plus Billy était si gentil avec elle, la petite flamme de son petit caractère de démon n'allait pas s'éteindre si facilement ! Surtout si on lui apportait régulièrement un peu d'oxygène pour entretenir la combustion, haha.

Le voyage dans la voiture de Billy fut une toute autre histoire. C'était la deuxième fois qu'elle se retrouvait dedans en compagnie du jeune homme qui conduisait comme un fou furieux. Ouais, un vrai mal baisé, j'vous dis. Elle en sorti avec soulagement, le coeur au bord des lèvres alors qu'elle se tenait au battant de la porte... Et bien, c'était de la bombe la Lamborghini ! Sensations fortes garanties ! Mais pas le temps de souffler, Billy habité d'une énergie nouvelle entrait déjà dans le bâtiment alors que Gaïana trottinait derrière lui comme un vulgaire chien suivrait son maître. En rentrant, voilà que Billy engueulait déjà roadie. Bon, vous connaissez déjà mon avis sur les frustrations, hein... Ils se dirigèrent alors vers sa loge et là, comble de l'histoire, sa loge avait un carrelage en damier ! Le visage du chanteur vira au blanc verdâtre. Gaïana le poussa légèrement pour passer le pas de la porte et entrer dans la loge pour voir de plus près, s'affairant près de certains détails eux aussi décorés de la même façon.

« Hé ! Cool ! Putain, on va pouvoir jouer aux dames version taille humaine ! »

Souriant, elle se retourna pour voir la tête de Billy qui avait encore dû blêmir à en mourir de rire ! Mais le regard de Gaïana se posa sur deux autres personnes au loin, derrière Billy, qui, alertés par la venue du rouquin sadique, venaient vers nous. La jeune fille reconnut directement les cheveux frisés du guitariste avec qui elle avait passé une matinée plus qu'agréable au commissariat. Ne résistant pas à l'envie de le prendre dans ses bras, elle courut sortir dans le couloir, bousculant une deuxième fois son «patron» décidément toujours dans le chemin ! Et arrivant près de Cash, elle lui sauta dessus comme une véritable groupie en criant son nom ! Ses mains venant instinctivement dans la nuque du jeune homme pour couvrir sa bouche de baisers, et rien à foutre du reste. Même de la fille qui était à côté de lui et devait se poser des questions la concernant.





Revenir en haut Aller en bas
avatar
Cash Izbel


Messages : 627
Date d'inscription : 07/10/2013
Age du personnage : 24
Localisation : L.A.

Who Am I?
Birth place: Los Angeles
Je suis: introverti, gentil, shooté
Song: Nightrain - Guns'n Roses


MessageSujet: Re: I don't like black and white [PV Gaïana/Cash/Ruby] [TERMINE]   Mar 21 Jan - 13:58

Quand j'étais arrivé au studio en début d'après-midi, Billy n'étais pas là. Ça ne m'avait pas étonné. C'était pas comme si ça arrivait jamais. J'en avais profité pour installer d'abord ma guitare dans le studio et faire déjà quelques balances. Une fois que ce fut fait, je m'étais installé derrière la table de mixage, sur un coin de la table. J'avais sortis une feuille de papier de ma veste en cuir que je n'avais même pas pris la peine d'enlever et j'avais achevé la chanson que j'avais commencé a écrire dans un bar blues avant de me faire chopper par les flics. En plus, depuis, Billy n'avait cessé, par son comportement, de m'inspirer.

Dirty revenge for my dirty thoughts
You've fall off the sky with the bright light
From Heaven to a new Hell, Lord
How does it feel to turn to a demon?

For my mistake I'll take the blame
But won't get on my knees before you
As your light as fade to black
Watch me in the eyes and see


J'étais toujours en train d'écrire quand Ruby arriva au studio et au même moment, un roadie bien sympa me déposa une bouteille de Jack Daniels. Je saluai vaguement Ruby qui vint vers moi et commença a jouer avec mes cheveux tout en regardant ce que je faisais. Et moi, je continuais a écrire.

I'm a Soldier Of The Storm
And will always fight for you
So let the rain wash our sins
Cos I am you and you are me.


Voilà, je pensais bien avoir fini. J'avais dit ce que j'avais a dire, peut-être un peu maladroitement, mais j'esperais tout de meme que ça plairait à Billy. C'était des excuses à la Cash Izbel, des excuses qui n'en étaient pas.

J'avais fini, mais ne disais rien, profitant des mains de Ruby dans mes cheveux et de l'alcool qui me brûlait l'oeusophage. C'était un contact affectueux et simple, sans arrière-pensée (d'autant que je ne savais toujours pas de quoi il retournait entre elle et Billy), juste ce dont j'avais besoin. Car j'etais un peu déprimé ces temps-ci, déprimé d'avoir déçu Billy, déprimé de devoir laisser Gaïana à sa merci parce qu'il m'avais interdit d'approcher de son appart à moins de 100 mètres.

Je n'avais mis qu'une seule exigeance sur le drive:avoir assez de réserves de Jack pour les journées d'enregistrement, et vu que j'avais déjà une bouteille en main, que je sirotais tranquillement, je n'avais pas vraiment besoin de vérifier si mes désirs avaient été respectés.

C'est seulement quand je commençai à somnoler, rassuré par la présence de notre groupie attitrée que je voyais de plus en plus comme une confidente silencieuse, que je sursautai brusquement, quand la voix de Billy, unique, se fit entendre dans le studio. Il était déjà en train de gueuler sur un roadie.

Puis je le vis passer à travers la vitre qui me séparait du studio proprement dit. Il allait vers sa loge dans laquelle je n'avais pas encore osé pénétrer. Je me levai pour aller le rejoindre. Parce qu'au-delà de toutes les merdes qui pouvaient se passer, et qu'on avait déjà traversées, Billy restait le seul véritable ami que j'avais.

Ruby me suivit. Et quelle ne fut pas ma surprise de voir Gaïana sortir brusquement de la loge, bousculant Billy, pour venir se jeter dans mes bras. Un sourire avait tout juste eu le temps d'illuminer mon visage avant que je ne la réceptionne, la portant contre moi et la laissant me couvrir de baisers avant de lui rendre la pareille, mais dans un baiser langoureux, fermant les yeux. Je ne savais pratiquement rien de cette fille, en vérité, mais c'était en grande partie ça qui m'excitait. Sans compter le fait que notre "relation" n'était basée sur aucune promesse. Puis je la reposai au sol, non sans la garder contre moi, sa tête posée sur mon épaule comme pour la rassurer. En même temps, elle avait du passer une semaine légèrement merdique. Et je n'avais même pas eu le droit de l'avoir au télephone lorsque je sonnais à Billy.

Et au final, je me demandais si on aurait pas eu plus de libertés en restant en cellule. Perdant une main dans les cheveux de Gaïana, je regardai Billy, sans aucune rancoeur dans le regard. J'avais trop envie de lui montrer ma chanson, mais pour ça, je voulais d'abord le mettre de bonne humeur.

-Hey, Billy, ça va, mon pote?

Pas de réponse, et Billy était toujours tourné vers sa loge, comme s'il y avait vu un fantôme. Je pris le visage de Gaïana entre mes mains pour la regarder dans les yeux, l'embrassai encore une fois tellement son regard me suppliait de le faire, puis la décollai de moi, la laissant en retrait avec Ruby.

J'étais pas du genre à faire les présentations... Et puis il fallait que je m'occupe de Billy.

J'arrivai pas derrière lui et regardai par dessus son épaule ce qui n'allait pas. Et je blêmis presque autant que mon ami rouquin. Du putain de carrelage noir et blanc. Putain! Manquait plus que ça! Si j'avais eu le moindre espoir de mettre Billy de bonne humeur, je pouvais l'oublier.

-Puuutain de meeerde...

On resta là, tous les deux, pendant au moins une minute, à contempler, horrifiés, le carrelage. Puis, je finis par dire, sans même vouloir faire de l'humour:

-J'aurais peut-être du prendre des bombes de couleur noire cette fois-ci...


Guitars are like women. You'll never get them totally right. ©️ Slash
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité



MessageSujet: Re: I don't like black and white [PV Gaïana/Cash/Ruby] [TERMINE]   Ven 24 Jan - 11:44

Je marche, je marche d'un pas rapide dans les rues bondées de la ville des anges. Autour de moi, des odeurs de nourriture viennent me chatouiller les narines. Quelle heure est-il ? J'en sais rien. Midi passé, une heure peut-être ? Quoi qu'il en soit, mon estomac me rappelle par de petits gargouillements que je n'ai pas encore pris le temps de manger. Et il serait temps que je le fasse avant d'arriver au studio. En effet, je risque de rester là-bas une bonne partie de l'après-midi. Je fais donc un petit détour par une boulangerie où j'achète un sandwich, une barre de chocolat et un café au lait. Tout en me rendant à la station de métro, j'avale en quelques gorgées le liquide caféiné. Puis, à l'arrêt, j'entame mon sandwich. Je garde la barre de chocolat pour plus tard.

Je descends du métro et je gagne rapidement le studio de la MTI. A la réception, je salue le portier, que j'ai l'habitude de croiser maintenant, je récupère mon fidèle badge et je file en direction du studio.

Je pénètre en même temps qu'un roadie à l'intérieur de la pièce. Ce dernier tient à la main une bouteille de Jack Daniels, ce qui m'indique qu'un ou plusieurs membres du groupe sont déjà arrivés. On se dirige les deux vers Cash, lui pour poser la bouteille devant lui, moi pour le saluer à ma manière : je passe mes mains derrière sa nuque pour commencer à jouer avec ses cheveux. De temps en temps, je glisse ma tête par-dessus son épaule pour le regarder écrire. Puis je me remets à jouer avec ses mèches folles. Je m'appuie légèrement sur lui, sans pour autant le déranger. Juste pour lui rappeler que je suis là. Mes gestes sont affectueux et doux. En fait, je crois que je suis un peu en manque de tendresse depuis quelques jours. Billy a été plutôt occupé et on n'a pas eu le temps de beaucoup se voir. Je ne lui en veux pas mais je suis comme ça : j'ai besoin d'affection. Alors je me console un peu sur les épaules robustes de mon guitariste préféré.

Alors qu'on est bien les deux là, à profiter de ce moment de complicité silencieuse, une voix que je connais par coeur vient résonner contre les murs. Mon coeur fait un bond : Billy ! D'accord, d'accord, il faut que mes pulsions affectueuses se calment là. Déjà parce que je ne sais toujours pas si les autres sont au courant pour notre relation. Je ne sais même pas si Billy l'a dit à Cash. Alors je me contente de suivre ce dernier jusqu'à la loge de mon petit-ami (ne l'appelle pas encore comme ça Ruby, pas devant les autres. Pas avant de savoir hein.)

A ce moment là, je suis prise dans un vrai ascenseur émotionnel. D'abord il y a la joie de revoir Billy. Puis la surprise à la vue de cette jolie fille qui est sortie à toute vitesse de la loge de Billy. Ensuite l'inquiétude à l'idée que c'est peut-être avec elle qu'il a passé ces derniers jours. Puis la surprise de la voir se jeter dans les bras de Cash pour l'embrasser à pleine bouche. Ensuite du soulagement. Mais très vite, je panique à nouveau. Mais qui est cette fille bordel ? Leur nouvelle groupie attitrée ? Vu sa tenue, cela me paraît très possible. Mais pourquoi Lindsay ne m'a rien dit hein ?

Billy n'a pas bougé de sa position initiale, fixant quelque chose par terre, sur le sol de la loge. Cash se dirige vers lui, me laissant seule avec la nouvelle groupie. Range tes griffes Ruby, tu as peut-être tout faux sur cette fille. N'attaque pas de suite. Je me tourne vers elle, un sourire aimable aux lèvres.

- Salut, moi c'est Ruby.

Je me précipite cependant vers les deux musiciens lorsque j'entends Cash lâcher un « putain de merde » alarmant. Je jette un coup d'oeil à Billy. Il est blanc comme un linge. Je me mets à détailler sa loge du regard, essayant de chercher quelle pourrait être la cause de son malaise. La groupie et Cash me mettent la puce à l'oreille : il s'agit du carrelage (?). Je jette un dernier regard inquiet à mon Billy tout pâle avant de me glisser à côté de lui pour prendre discrètement sa main dans la mienne. J'entrecroise mes doigts entre les siens et j'attends une réponse de sa part.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Billy Lighter


Messages : 2136
Date d'inscription : 24/09/2013
Age du personnage : 27
Localisation : Dans la mer avec les dauphins

Who Am I?
Birth place: Lafayette, Indiana
Je suis: Instable, possessif, sensible, perfectionniste
Song: Guns N'Roses - Estranged


MessageSujet: Re: I don't like black and white [PV Gaïana/Cash/Ruby] [TERMINE]   Ven 24 Jan - 22:04

Avec Gaïana, c’était comme ça depuis une semaine. Elle me faisait des spaghetti tous les jours juste pour m’emmerder, je salissais juste pour la faire recommencé le ménage. Je la rappelais à l’ordre, elle m’envoyait une réplique remplie d’ironie en pleine gueule. A vrai dire, c’était une bien drôle de relation. Comme si on prenait un malin plaisir à emmerder l’autre, mais qu’on aimait, aussi, en recevoir plein la gueule. Qui allait gagner à ce petit jeu ? Celui qui serait le plus malin, le plus patient. J’étais largement en position de force. Je comptais gagner ma guerre contre… Bah d’ailleurs, elle faisait quoi comme métier cette Gaïana ? A vrai dire, je ne m’étais même pas poser la question… Bah surement un truc comme serveuse… Voir prostituée. Ouais, elle avait bien la dégaine d’une prostituée !

Je la presse pour qu’elle m’apporte ma bouffe et, hop, une petite réplique acide. Le cyanure, hein ? Fallait dire qu’elle avait de la réplique. Mais je me contentais de la regardé avec un sourire ironique. Je commençais à avoir l’habitude des petits commentaires de Gaïana.

Et notre petite guerre continua. Je lui parlai de mon retard. Bim ! Elle m’envoya une histoire tordue qui pourrait se retrouvais dans la presse le lendemain au cas où je m’étranglais avec ma bouffe. Autre réplique acide, autre sourire ironique de ma part. Mais je ne répliquais pas, pensant déjà à comment je pourrais la faire souffrir pour tout cela à l’avenir. Car, ouais, la vengeance était, décidément, un plat qui se mangeait froid.

Mais d’abord un cadeau. Je lui donnais le droit de voir Cash. Un cadeau empoisonné ? Non. Juste une raison pour pouvoir la torturer encore plus par après ! Car… Fallait le dire, j’adorai ça. J’aimais lui donner ce qu’elle voulait au moment même où je voulais bien qu’elle le reçoive. Un sentiment de pouvoir.

Dans la voiture, c’était à mon tour de rire. J’avais bien vu en revenant du commissariat que la jeune soviétique n’appréciait pas vraiment que je roule comme un fou furieux. Alors… C’est exactement ce que je fis. Je roulais à 140 dans les rues de L.A. à dépasser sans même mettre mon foutu clignotant. Et quand on arriva, je me délectai de la tronche de Gaïana.
-Quoi t’aimes pas les montagnes russes ? Pauvre petite…

Je rigolais… J’entrai dans le bâtiment… J’engueulais un emmerdeur de roadie. De quoi me passer un peu les nerfs quoi… Puis fallait que je vois ma loge et là………………………………… Horrible carrelage… Calage total… Arrive plus à respiré… Horrible vraiment……

Je ne bougeais plus. Je ne dis même rien quand Gaïana me bouscula pour entrer dans la pièce et faire une horrible remarque concernant une partie de dames géantes potentiellement faisable ici. Et elle me bouscula à nouveau pour rejoindre ce que je présumai être Cash vu l’enthousiasme de ma femme de ménage.

Je ne bougeais toujours pas. Je voyais le sol… En fait je ne voyais QUE le sol. Noir, blanc, noir, blanc,… J’en avais la tête qui tournait. Je n’allais pas pouvoir rentrer là-dedans, c’était vraiment impossible. Blanc, noir, blanc,… Comme le couloir, le salon dans ma baraque dans l’Indiana… Comme… La cuisine aussi… Non… Pas là… S’il vous plait.

J’entendis vaguement la voix de Cash qui me demandais si ça allait. Mais je ne lui répondis pas… Tout était trop lointain pour que je réponde. De toute façon, il ne fallut pas longtemps avant qu’il comprenne. Son « putain de merde » était suffisante pour que je n’aie pas à me justifier… Puis… Bim ! Une réplique de Cash sur la bombe couleur… BORDEL POURQUOI IL ME PARLAIT DE CA A UN MOMENT PAREIL. Cela me rappelait instinctivement Ruby… Ma Ruby…

Et en parlant de Ruby, c’est sa voix que j’entendis derrière moi. Mais j’avais l’impression que c’était un rêve, que je déconnais complètement et que j’entendais des voix. Des voix qui me permettais de ne pas pêter un gros câble face au carrelage que j’avais en face de moi.

D’ailleurs, j’allais le pêter ce câble et pêter tout ce qu’il y avait à l’intérieur de ma loge… Mais… Je ne le fis pas. Enfin plutôt je fus coupé dans mon élan par un contact, le contact de la main de Ruby dans la mienne. Je sortis de mon trip et relevai la tête, l’air vraiment désespéré. Ruby était là… Elle m’avait manqué. Je regardais son beau regard, serrant un peu plus ça main.

-Le carrelage… Faudra qu’il le change… Ils le feront, hein ?

Ma voix était légèrement apeurée, presque suppliante. Avant de me reprendre un peu.

-Ouais ils le feront !

Et s’il fallait décarreler et recarreler, ben ils allaient le faire ! Je me retournai vers Gaïana. Ruby ne devais sûrement pas la connaitre. Fallait donc que je la présente. Malgré mon envie de garder le contact avec la main de Ruby, je le brisai. Pourquoi ? Parce que personne ne savait encore que j’étais en couple avec elle. Et, bizarrement, je n’avais pas envie de le dire. Pas tout de suite. Peut-être dans dix minutes.

Je montrai Gaïana du doigt.

-Elle c’est Gaïana. Ma femme de ménage.

Puis je montrai Ruby.

-Et, elle, c’est Ruby ma… Heu… Groupie.

Ca faisait bizarre de l’appeler ainsi. Cela faisait bien longtemps que je ne la considérai plus comme telle. En tout cas, les présentations étaient faites.

-Bordel le carrelage… Oh salut Cash…

J’étais à la masse… Ni heureux, ni malheureux. J’étais dans le même état que si je m’étais pris un coup sur la tête… Mais le carrelage quoi…


Nothing last forever and we both know hearts can change ©️ GN'R
Revenir en haut Aller en bas
http://la81rocks.forumgratuit.be
avatar
Gaïana Dugopoliac


Messages : 471
Date d'inscription : 01/01/2014
Age du personnage : 22

Who Am I?
Birth place: URSS (actuelle Ukraine)
Je suis: une séductrice hors pair.
Song:


MessageSujet: Re: I don't like black and white [PV Gaïana/Cash/Ruby] [TERMINE]   Dim 26 Jan - 14:56

Billy pensait être en position de force... Peut-être maintenant, mais il faut savoir qu'un jour la roue tourne ! Et que ce jour-là ce sera à Gaïana de lui en faire baver. Mais soit, la tronche qu'elle tirait lorsque la voiture s'immobilisa enfin devant le bâtiment de MTI devait amusé le chanteur car ce fut à son tour de lancer une pique.

Si elle aimait les montagnes russes ? Ouais... Disons quand celles-ci n'étaient pas aux mains d'un danger publique qui n'attends que le bon moment pour les faire se cracher. Cela ne lui échappait pas que Billy, en plus de prendre plaisir à la contrôler et la faire récurer son appartement, adorait voir sa tête se décomposer devant une voiture ou un carrefour qui s'approchait trop vite, avant de changer brusquement de direction dans un crissement de freins et de repartir de plus belle dans une nouvelle accélération. Jamais Gaïana n'avait vu l'intérêt de porter de ceintures de sécurité, jusqu'à maintenant. Bien que même ainsi, la jeune fille était persuadée qu'elle crèverait sur le coup si Billy faisait un accident..

« Non mais t'as eu où ton permis de conduire ? Dans une pochette surprise ?! »

Mais cela n'avait plus aucune importance dès lors qu'elle se retrouvait dans la loge de Billy, en train de faire une petite danse de la joie, juste pour le plaisir de l'embêter et encore moins lorsqu'elle se jeta dans les bras de Cash qui la réceptionna et la souleva un instant, poids plume qu'elle devait être. Leurs lèvres se trouvèrent et la soviétique eu quelques frissons qui lui parcoururent tous le corps en reconnaissant son odeur derrière les effluves d'alcool, sa peau salée, la chaleur enivrante de son corps et elle se blotti contre lui, un instant. Le monde lui semblait soudain plus léger alors qu'elle posait sa tête sur son épaule. Elle ferma les yeux, la main de Cash se perdant dans ses cheveux bruns. Ce contact la rassura plus encore, telle une enfant dans les bras protecteurs de son père.

Celui-ci s'inquiéta pour Billy. Ouais, bonne idée parce qu'il est vraiment pas clean comme mec. Il se cachait un véritable monstre sous sa tignasse fauve peut-être Cash trouverait-il de quoi le rendre moins... Sadique. Et à ces pensées, Gaïana posa son regard sur la deuxième personne qui était arrivé en même temps que Cash. C'était une belle fille, blonde, avec des tatouages sur le bras aussi. Mais qui était-elle? Et que représentait-elle exactement pour le groupe ? Elle n'avait pas l'air d'être quelqu'un qui travaillait pour eux, tout comme Gaïana aussi, en fait.

Le jeune homme qu'elle enlaçait dans ses bras bougea légèrement et l'attention de l'ukrainienne se reposa sur lui, relevant son visage pour voir celui du guitariste. Elle mourrait d'envie d'en savoir plus sur lui, de connaître son corps plus en profondeur mais également sa personnalité, sa vie. Elle se promit d'essayer d'en savoir plus sur lui, dès qu'elle serait débarrassée de Billy. Ses yeux fixaient intensément ceux de Cash qui sembla comprendre l'envie de Gaïana. Il l'embrassa et elle y répondit en se serrant un peu plus près de lui. Il mit fin au baiser pour pouvoir se dégager délicatement et se préoccuper un peu plus de son ami. Gaïana le regarda un moment jusqu'à ce que la blonde ne se tourne vers elle avec un petit sourire à peine forcé. Elle se présentait. La soviétique n'eut pas le temps de répondre car son interlocutrice se précipita vers les deux membres du groupe de The Lightening. Un sourire satisfait sur ses lèvres, elle s'avança à son tour mais s'arrêta plus loin pour regarder la scène avec un peu plus de recul. Voir cette Ruby prendre la main du chanteur que celui-ci serra en parlant du carrelage.

Le rouquin sembla s'en remettre petit à petit et il se retourna alors vers la brune, qui s'était adossée contre le mur du couloir, pour la présenter comme... sa femme de ménage. Tiens donc. Bien sûr, il compléta les présentations en présentant sa fameuse groupie dont il coupa le contact en lâchant sa main. Et bien, pas triste le Billy. L'ukrainienne avait du mal à croire qu'il avait une groupie. Pouvait-on être aimé et aimer tout en étant si méchant ?

« Ou son souffre-douleur, si tu préfères. »

Dit-elle pour compléter les propos de Billy la concernant. Ne nous voilons pas la face, elle n'était certainement pas une femme de ménage ordinaire. Ruby allait rapidement être au courant de ce que Billy avait fait comme deal avec elle pour en être arrivé là. Peut-être cela l'énerverait, de savoir que son mec avait fait sortir une chaudasse de cellules pour qu'elle fasse son ménage et sa cuisine. Cela lui donnait de nouvelles idées de vengeance... Ruby, vu à la moue dépitée qu'elle avait et qu'elle tentait de cacher, semblait être déçue de n'être considérée que comme une simple groupie pour Billy. Il y avait toujours moyen de faire du mal, dans un couple. Si Gaïana ne trouvait rien de plus... subtil, elle utilisera ce subterfuge et tant pis si le chanteur devinera plus facilement qui sera derrière tout ça.

« Je parie que cette histoire de carrelage va me retomber dessus dès demain matin. »

L'ukrainienne leva les yeux au ciel et se redressa laissant une main sur le mur comme pour encore avoir un contact stable sur lequel s'appuyer.

« Ce mec est la réincarnation de Satan, crois-moi. »

Elle avait parlé à l'intention de Ruby, pour la mettre en garde contre les démons qui se cachaient sous l'air angélique que Billy avait à ses côtés... Peut-être le savait-elle déjà ou voulait-elle fermé les yeux sur cette vérité ? Ou peut-être pas encore au courant... Tant de choix étaient possibles. Gaïana se demandait soudain si elle aurait été capable de vouloir faire du mal à Billy au point de faire souffrir la belle blonde aussi, elle ne semblait pas l'avoir mérité. Tellement différente de son idole roux. Mais l'ukrainienne n'était pas du genre à vraiment réfléchir aux conséquences de ses actes...





Revenir en haut Aller en bas
avatar
Cash Izbel


Messages : 627
Date d'inscription : 07/10/2013
Age du personnage : 24
Localisation : L.A.

Who Am I?
Birth place: Los Angeles
Je suis: introverti, gentil, shooté
Song: Nightrain - Guns'n Roses


MessageSujet: Re: I don't like black and white [PV Gaïana/Cash/Ruby] [TERMINE]   Dim 26 Jan - 18:11

J'avais, un peu à contre-coeur, quitté le contact de ma princesse soviétique pour aller vers Billy. Ouais, on n'était pas dans la merde. Il faudrait absolument qu'on trouve une solution à ce foutu carrelage sinon, MTI pouvait dire adieu à son album et ses thunes, et moi, à la tournée. Parce que je ne vivais que pour être sur la route. C'était en route que j'avais la meilleure inspiration... Et c'était aussi en tournée que je me droguais le moins, parce qu'en tournée, j'étais occupé.

Il n'y avait rien de plus difficile pour moi que de revenir à L.A., sans autre but qu'attendre que Billy se décide à créer et à enregistrer. Et c'était un peu pareil pour Sean, même si lui se prenait encore bien moins la tête que moi, attendant que les choses se passent. Et quand je ne créais pas, que je ne jouais pas, il ne me restais plus qu'une seule chose à faire: prendre de l'héro. Je savais déjà que dès qu'on s'y remettrait sérieusement, ça allait se calmer, que je penserais plus à ma guitare qu'à la poudre.

Mais en attendant, il y avait ce carrelage qui s'étendait devant nous. Noir, blanc, noir, blanc... Je savais que l'esprit de Billy, pourtant bien plus développé que la moyenne, s'était arrêté sur ces deux couleurs. Ruby arriva à notre hauteur alors qu'on était toujours terrifiés et que j'avais sentis Billy se raidir quand j'avais parlé des bombes de couleurs... En toute innocence, ayant oublié que notre engueulade, au départ, partait des ces-dites bombes.

La présence de Ruby sembla détendre un rien Billy. C'était pas plus mal. Je tapai une fois sur l'épaule de Billy, pour lui montrer que moi aussi, j'étais là pour lui. Et à sa question posée d'un air suppliant, je répondis, le regard dans le vide.

-Hey... Je suis sûr qu'Abel pourra faire quelque chose. Il changera peut-être pas le carrelage, mais il trouvera bien un truc.

Quitte à changer la loge de pièce. Sinon, je pensais bien que tout y était, jusqu'au grand bol avec que des M&M's verts. Ah... Et j'étais même pas censé me trouver là par contre... Mais je me rappelais plus les heures où j'étais autorisé à entrer dans la loge de Billy.

Et finalement, Billy se décida à se retourner et je sentis tous mes muscles se détendre. Surtout quand il pris la peine de présenter les deux filles. Bon, ok, ses présentations étaient ce qu'elles étaient... Mais au moins, il ne s'emballait pas. Et j'étais sûr que c'était uniquement parce qu'il voulait se faire bien voir par Ruby.

Il présenta Gaïana comme étant sa femme de ménage et je soupirai... Qu'est-ce que je pouvais dire? J'aurais bien voulu enchaîner sur ce que Billy venait de dire, donner une autre valeur à Gaïana, mais je ne savais pas trop laquelle. Elle n'était pas vraiment une groupie... Quoi que peut-être que si vu que je ne savais rien d'elle. Tout ce que je savais, c'était que j'avais encore vachement envie de...

Je regardai Ruby.

-J'ai rencontré Gaïana l'autre jour et comme on... comme elle était un peu dans la merde, Blly a proposer de l'aider en lui donnant du travail.

Tout en parlant, j'étais allé rejoindre Gaïana. Maintenant, Ruby et Billy nous faisaient face. Deux "couples", un méga contraste. Billy et Ruby se tenaient raides comme des piquets l'un à côté de l'autre, tandis que moi, je laissai tomber ma tête et mes cheveux, le tout étant trop lourd, sur l'épaule de Gaïana qui se soutenait au mur. Ma voix étouffée par ma position, je parlais de Ruby à Gaïana, juste après que Billy l'ai présentée uniquement comme étant une groupie.

-Ruby est une amie. Ca fait longtemps qu'elle nous suis.

Je relevai la tête et souris à Ruby.

-Et elle me pique mes clopes quand elle arrive dans les loges, à chaque fois.

C'était pas du tout un reproche, c'était une habitude qu'avait Ruby. Je savais qu'elle préférait, après les concert, parler avec Billy. Ils passaient des nuits à parler pendant la dernière tournée. A des heures où moi, j'étais juste incapable d'aligner deux mots.

Et je ne fus par contre pas surpris le moins du monde quand Gaïana parla de Billy. Qu'elle dit à Ruby que c'était Satan incarné. C'était pas un peu ce que je disais dans ma chanson? Et bien si... Ca se rapprochait très fort de ça. Je regardai Billy dans les yeux mais sans le fusiller du regard. Je savais que dans mon seul regard, il comprendrait que je n'approuvais pas vraiment ce qu'il faisait subir à Gaïa... Je ne savais pas exactement de quoi il en retournait comme traîtement, mais je pouvais aisément l'imaginer.

-Putain... Billy...

Mais je n'en ajoutai pas plus. Je me contentai de me coller un peu plus à la jeune soviétique, la faisant lâcher le mur pour qu'elle s'appuie sur moi. J'étais derrière elle et entourait ses épaules de mes bras. Je regardai Billy... Je comptais lui montrer ma chanson, j'avais pas perdu le nord... Et s'il aimait bien, je comptais bien lui demander une petite faveur...

-Faut que je te montre un truc... Ruby a déjà vu... Mais si tu veux, tu peux venir voir aussi Gaïa.

J'étais même pas sûr qu'elle savait qu'on faisait partie de The Lightening. Quoi qu'en ayant passé une semaine avec Billy, elle avait du avoir du mal de passer à côté. Je lâchai les épaules de Gaïana et pris sa main pour l'emmener jusque dans la salle de mixage. Et là, je tendis la feuille de papier qui était toujours sur la table à Billy. Et je devais avouer que j'étais un peu stressé.

Spoiler:
 


Guitars are like women. You'll never get them totally right. ©️ Slash
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité



MessageSujet: Re: I don't like black and white [PV Gaïana/Cash/Ruby] [TERMINE]   Dim 2 Fév - 11:21

Billy répond à mon contact et plonge son regard dans le mien. Je dois avouer que j'ai un peu de mal à contenir mon affection grandissante pour lui. Mais je tente tant bien que mal de me retenir. Je ne sais pas pourquoi mais j'ai le sentiment que je ne dois pas trop en faire, que je dois attendre son feu vert. Mais pourquoi ? Pourquoi dois-je retenir ainsi mes sentiments ?

Bon, ok. Apparemment Billy a horreur du carrelage style damier noir et blanc. Dommage, je l'ai trouvé plutôt joli la première fois que je suis venue visiter le studio avec Abel.

Je sens la main de mon petit-ami glisser pour ensuite s'éloigner de la mienne. Mais ? Je sens un sentiment de malaise m'envahir. Celui-ci s'accentue encore davantage lorsque Billy passe aux présentations. La jolie jeune femme s'appelle Gaïana et est... la femme de ménage de Billy ?? Mais depuis quand ? Et pourquoi ne m'a-t-il rien dit ? Surtout qu'elle est loin d'être déplaisante... Et je suis sûre que voir cette jolie fille faire la poussière devant lui doit être également des plus plaisants ! Cette dernière agrémente sa présentation se qualifiant de « souffre-douleur ». Est-ce que c'est censé me rassurer ça ? Cash finit de compléter la présentation en m'expliquant qu'il a rencontré Gaïana il n'y pas longtemps et que Billy lui a proposé du travail parce qu'elle était dans la merde. Bon, d'accord. Je comprends mieux mais tout de même !

Lorsque j'entends mon propre petit-ami me présenter en tant que groupie devant Cash et Gaïana, je crois halluciner. La jeune femme continue sur sa lancée en m'affirmant que Billy est la réincarnation de Satan. Je décide de prendre cette remarque avec humour, surtout parce que j'ai besoin de me détendre.

- Pour ça, je veux bien te croire. Monsieur est un vrai tyran. Pas vrai chéri ?, dis-je à l'attention de Billy en lui donnant un petit coup de coude taquin.

Je souris en entendant la remarque de Cash à mon sujet. Il est vrai que je n'ai pas du tout le même comportement envers Cash et Billy. Avec le guitariste, je me comporte comme si j'étais avec un grand frère. Tout est simple et sans prise de tête avec lui. Je lui pique des clopes, je me moque de lui, on rit ensemble. On fait la fête, on déconne quoi. Avec Billy, tout est plus compliqué. Mais je crois que c'est parce que les sentiments n'aident pas. Quand on aime, on se pose trop de questions. Et ce n'est jamais vraiment une bonne chose. Parfois je me dis que tout serait plus simple si je n'étais pas tombée amoureuse de Billy. Mais comment faire pour renier ces sentiments ? Impossible...

Billy et moi, d'un côté, faisons face à Cash et Gaïana de l'autre côté. On dirait deux couples qui se défient. Je trouve cette répartition totalement ridicule, tout comme ma réaction face à cette situation. Pourquoi est-ce que je perds tout le temps mes moyens quand je suis confrontée à mes sentiments ? Pourquoi est-ce que Billy me rend la tâche si difficile ?

C'est Cash qui brise la tension qui s'était installée entre nous. Il dit à Billy qu'il a un truc à lui montrer. Il doit s'agir du texte que je l'ai vu écrire en arrivant. Texte magnifiquement bien écrit et bien trop vrai, s'il concerne bien la personne à laquelle je pense.

Quoi qu'il en soit, je suis Cash et Gaïana jusqu'à la table de mixage. Je me positionne de l'autre côté de celle-ci, faisant ainsi face aux trois autres. Le guitariste tend sa feuille à Billy et ce dernier commence la lecture. Je ne peux pas m'empêche de le fixer du regard, détaillant ainsi son expression concentrée. Reprends-toi Ruby !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Billy Lighter


Messages : 2136
Date d'inscription : 24/09/2013
Age du personnage : 27
Localisation : Dans la mer avec les dauphins

Who Am I?
Birth place: Lafayette, Indiana
Je suis: Instable, possessif, sensible, perfectionniste
Song: Guns N'Roses - Estranged


MessageSujet: Re: I don't like black and white [PV Gaïana/Cash/Ruby] [TERMINE]   Dim 2 Fév - 14:22

Cash me rassura sur le carrelage disant qu’Abel allait faire quelque chose. Non ! Abel DEVAIT faire quelque chose et le plus vite sera le mieux ! J’approuvai de la tête les dires de Cash avant de briser le contact que j’avais avec Ruby afin de la présenter à Gaïana, ma jeune femme de ménage soviétique.

Je présentais les deux filles d’une manière qui n’était pas très gratifiant ni pour l’un, ni pour l’autre. Ruby était bien plus qu’une groupie et je regrettais déjà de ne pas l’avoir présenté pour ce qu’elle était directement. J’avais peur que l’information soit retournée contre moi. J’avais peur que quelqu’un utilise Ruby pour me nuire ou ne gâche notre couple. Encore un délire de parano ? Peut-être, mais il faut être réaliste, les gens sont prêt à tout pour arriver à leurs fins ! Mais je voyais bien à quel point Ruby n’avait pas très bien pris cette présentation. Cela se voyait dans son regard que je commençais à connaitre par cœur. Et là, est-ce que je m’en voulais ? Ouais… A mort !

Gaïana agrémenta la présentation que j’avais faite d’un « souffre-douleur ». Je devais avouer que c’était totalement vrai et parfois, je me demandais même si elle n’était pas plus ça que femme de ménage. Je prenais vraiment un malin plaisir à lui en faire voir de toutes les couleurs. Mais qu’elle dise cela devant Ruby ne me plaisait guère. Ce n’était pas vraiment le côté de moi que je préférais, mais je me devais de vivre avec. Et si Ruby pouvait l’ignorer ce serait cool.

Cash avait sentis la tension monté et avait présenté les deux filles d’une manière probablement plus fidèle que la mienne. A quelques détails près vu qu’il ne savait rien de ce qu’il y avait entre moi et Ruby.

-Ouais… Voilà comment elle est devenue ma femme de ménage… J’aurais préférer une plus efficace mais bon, c’est de ma main d’œuvre pas trop chère.

Sourire sadique. Encore une fois. Mais Gaïana n’en resta pas là disant que j’étais la réincarnation de Satan. Mais… Ruby allait vraiment croire que je battais cette fille à la fin… Ce qui n’était pas le cas ! Sinon elle ne ferait pas autant sa maligne.

J’allais me défendre violemment mais Ruby me devança. Pour elle j’étais un tyran. Le coup de coude me prouvait qu’il fallait que je prenne ça avec humour. Je me détendis et je sentais bien dans la phrase du Ruby qu’elle voudrait être perçue pour ce qu’elle était, c’est-à-dire ma petite-amie. Serait-il temps d’assumer ? De le dire à Cash, à Gaïana, à tout le monde ? Et cela même si je risquais que tout se complique encore plus ? Ouais il fallait…

-Ouais… Mais un tyran juste…

Enfin ça c’est ce que je croyais. Nous nous faisions tous face. Moi et Ruby d’un côté et Cash et Gaïana juste en face. C’était assez… Spécial… Et la tension entre nous l’était tout autant. Mais Cash brisa tout cela en nous proposant de voir le texte qu’il avait écrit. Cela attira fortement mon attention. Un texte écrit par cash avait toujours une certaine valeur pour moi.

-Ok, montre !

J’avais même souris à mon guitariste. Preuve de mon enthousiasme et de mon envie d’oublier ce foutu carrelage. On se dirigea vers la table de mixage et je pris la feuille que me tendais Cash. Ruby nous faisait face de l’autre côté de la table. Je sentais son regard perçant sur moi. T’en fais pas baby, je vais assumer.

Je lu les paroles et elles me touchèrent directement. Cash n’était pas très fort pour s’exprimer par la parole, mais dés qu’il écrivait ou qu’il utilisait sa guitare il arrivait à exprimer tout ce qu’il ressentait. Et chaque fois il arrivait à me toucher. Parfois même à me faire pleurer. Je sentais dans ces lyrics que ses dernières semaines avait été dur pour lui… Et tout ça à cause de moi. Je relevais les yeux vers Cash et on pouvait y voir de la compassion, mais aussi des regrets. Les secondes s’écoulèrent sans que je ne dise rien.

-C’est…

Je m’éclairci la gorge afin de mieux m’exprimer.

-C’est superbe, Cash. On va pouvoir en faire une chanson. Faudra que tu me trouve un riff.

Je laissais transparaitre un sourire. Puis je me rappelais la présence des deux filles. Dont celle de Gaïana. Et là, j’eu comme l’envie de me venger de ma petite femme de ménage favorite. Je fis le tour pour le retrouver à côté de Ruby et tendit la feuille à Gaïana.

-Pour le rythme… J’ai des idées. Mais je pense que Gaïana va pouvoir m’en trouver un ! Vas-y, comment tu chanterais ça ? Je suis sûr que tu chante très bien ! Montre ça à Cash et à ma copine !

J’avais repris totalement le contrôle de mes émotions. Un sourire de nouveau très sadique se dessina sur mon visage. Si elle refusait, je la prendrais pour une lâche. Si elle acceptait et qu’elle chantait faux, je pourrais utiliser ça pour l’ennuyer lorsqu’elle ferait le ménage. Et si elle chantait bien… Je perdais tout… C’était quitte ou double !

Je serrai Ruby contre moi. Ouais, j’avais assumé !

-Allez ! A capella !


Nothing last forever and we both know hearts can change ©️ GN'R
Revenir en haut Aller en bas
http://la81rocks.forumgratuit.be
avatar
Gaïana Dugopoliac


Messages : 471
Date d'inscription : 01/01/2014
Age du personnage : 22

Who Am I?
Birth place: URSS (actuelle Ukraine)
Je suis: une séductrice hors pair.
Song:


MessageSujet: Re: I don't like black and white [PV Gaïana/Cash/Ruby] [TERMINE]   Mar 4 Fév - 17:54

Il fallait avouer que Gaïana n'aidait pas à descendre la tension entre eux, au contraire, elle s'amusait à l'alimenter. Depuis la fin de son adolescence, la fille avait appris à jouer avec le feu. La rébellion, les affronts, les petites guerres perfides, les coups bas... On ne se frottait pas à Gaïana sans s'y piquer. Billy ne semblait pas encore l'avoir compris, à ses risques et périls. Mais ça viendra. Ses crimes ne resteront pas indéfiniment impunis.

La façon dont Cash racontait leur hum... rencontre, si je puis dire, fit sourire la soviétique. Son «Billy a proposé de l'aider» lui semblait sonner assez faux à ses oreilles. C'était une façon de voir les choses, un doux euphémisme car le deal de Billy lui semblait plutôt être une aide empoisonnée. Cette généreuse proposition s'est rapidement révélé être un véritable piège, un cauchemar dont aucun réveil ne l'en sortira. Elle n'avait jamais autant flirté avec les problèmes. Les nombreuses dettes qu'elle avait amassé par la faute du chanteur qui lui bouffait un temps monstre... Et le temps, c'est de l'argent. Gaïana se demandait encore comment elle allait bien pouvoir s'en sortir. Elle ne tenait cependant pas à contredire le guitariste qui semblait avoir un don pour détendre Ruby par ses paroles rassurantes. Pauvre Ruby qui devait se sentir dépassée par les événements et la situation.

La réplique de Billy fit disparaître son fin sourire, qui fut très bref, le remplaçant par un regard noir qui dévisageait le roux. Son allusion à la main d'oeuvre à moindre coût la mettait hors d'elle, heureusement pour lui, Cash était venue la rejoindre pour poser sa tête sur son épaule et reporté leur attention sur la blonde. Pas seulement groupie, visiblement, Billy avait l'art de rabaisser les femmes, mais surtout une amie selon les dires de Cash. Entre eux, s'était installé un petit rituel, une habitude qui réconfortait chacun. Et à cette pensée, Gaïana sourit à la jeune femme qui lui faisait face lui trouvant un air plus sympathique. L'ukrainienne appréciait plus encore le regard pesant néanmoins sans méchanceté que Cash devait jeter au rouquin alors qu'elle se laissait aller contre le guitariste, et Billy ne put qu'acquiescer lorsque Ruby avoua le caractère tyrannique de son «chéri» en lui donnant une taloche aimante du coude. Nous étions donc d'accord, tous, sur le caractère démoniaque du chanteur. D'une certaine façon.

Gaïana aimait ce virement de situation qui ne plaisait guère à Billy. Elle devait s'attendre au pire venant de lui. Leur relation n'était semée que de petites vengeances qu'ils se dédiaient mais au lieu d'y penser, la soviétique laissait Cash la prendre dans ses bras, trouvant un réconfort dans ce contact. Qui fut de courte durée car le guitariste proposa à tout un chacun de venir voir un truc qu'il lui fallait montrer. Gaïana n'allait certainement pas lui dire non et c'est donc avec plaisir qu'elle le suivit alors qu'il l'entrainait en la tenant par la main. Et l'autre couple ne fut pas long à les rejoindre dans la salle de mixage. La blonde se tint de l'autre coté de la table où se trouvait une feuille que Cash prit pour la donner à son ami. Un silence s'installa, le temps que celui-ci lise le texte que Cash avait mis du coeur à écrire.

Les doigts emmêlés avec ceux du guitariste, Gaïana restait en retrait tout en laissant sa tête se poser contre le bras musclé du basané. Cash était positionné entre elle et la guitariste et cela lui plaisait. Au moins elle le voyait, au mieux elle se porterait. Elle voyait en Cash comme un bouclier, le prince charmant qui la sauverait des griffes de la bête rousse démoniaque. Son autre main vint vers le visage de Cash pour lui quémander un autre baiser le temps que Billy termine de lire puis leur attention se reposèrent sur le chanteur qui se racla la gorge, tout ému. La jeune fille ne l'avait toujours pas lu et mourrait d'envie de savoir ce qu'il y avait d'écrit de si troublant sur cette feuille pour émouvoir le chanteur au point de faire de si belles éloges à Cash.

Billy se plaça en face d'eux, près de sa Ruby. Un frisson glacé parcouru Gaïana en voyant le sourire qu'il affichait en reprenant la parole. Son corps se contractait légèrement contre Cash. Billy se pensait rusé...

« Je n'y vois pas l'intérêt si tu dis déjà avoir des idées... »

Ses yeux gris-vert se posèrent sur Ruby puis Cash et de nouveau sur Billy.

« Et tu n'as donc rien d'autre à faire que de m'esquinter à me faire faire des choses toutes plus inutiles les unes que les autres ?? Et tiens donc, c'est ta copine maintenant... Faudrait savoir. »

La jeune fille prit la feuille que lui tendait Billy, non pas qu'elle allait chanter, fallait pas croire. Si un jour elle devait chanter, elle le ferait pour son bon plaisir seul ou avec de très bons amis, pour rigoler ou s'amuser en petit comité. Elle ne se sentait pas l'âme d'une musicienne et encore moins d'une chanteuse, artiste certes... Mais pas du genre musical. Billy pouvait aller se faire foutre... Elle se désolait pour la pauvre blonde à ses côtés...

« Comme ça me saoulerait un mec qui s'assume pas... Vraiment. C'est tellement pathétique. »

Son regard de braise se leva de la feuille pour examiner le visage de Billy, voir sa réaction. Voilà que les hostilités recommençaient lorsqu'elles avaient à peine eu le temps de s'arrêter. Les efforts de Ruby et de Cash afin de dissiper ce froid entre eux volaient sans doute en éclats.

Gaïana commença alors à lire les belles paroles que Cash avait écrite pour son chanteur. Elles étaient magnifiques et à son tour, fut troublée par les mots qu'il avait choisi pour s'exprimer. Elle était surprise, agréablement. On ne sait pourquoi, elle n'imaginait sans doute pas que le mec allumé et drogué avec qui elle avait fait quelques galipettes au commissariat puisse aussi être si sensible. Sa main se resserra sur celle de Cash et elle le regarda avec une mine bouleversée, fascinée.

« C'est magnifique... Cash... »

Les mots lui manquaient pour décrire la beauté et la véracité de son texte, tel un poème de Charles Baudelaire dont elle se souvenait, Une Charogne, poème où la beauté transparaissait à travers la laideur en comparant le cadavre à une femme courtisée. Son texte la laissait sans voix et la jeune femme était persuadée que la chanson ferait fureur.





Revenir en haut Aller en bas
avatar
Cash Izbel


Messages : 627
Date d'inscription : 07/10/2013
Age du personnage : 24
Localisation : L.A.

Who Am I?
Birth place: Los Angeles
Je suis: introverti, gentil, shooté
Song: Nightrain - Guns'n Roses


MessageSujet: Re: I don't like black and white [PV Gaïana/Cash/Ruby] [TERMINE]   Mer 5 Fév - 14:37

Je ressentais la tension ambiante dans la pièce et ça ne me plaisait vraiment pas. Parce que j'étais un hypersensible et que je si je parlais peu et que j'avais tout le temps l'air paumé, ce n'était pas pour autant que je ne savais exactement ce qui se passait autour de moi. Comme si ça ne suffisait pas à Billy d'avoir Gaïana comme cible depuis une semaine, il sembla que la présentation qu'il avait faite de Ruby ne plaisait pas à la jeune femme.

C'était pourquoi, comme je l'avais souvent fait avec mes parents, j'avais eu vite fait de calmer d'abord les choses en "rectifiant" les mots employés par Billy et puis j'avais attiré l'attention sur moi. Parce que quitte à ce qu'il y ait des emmerdes, je préférais que ce soit moi qui prenne plutôt qu'une des deux filles.

Et même si Ruby pris la "blague" de Gaïana à propos de Billy qui était un tyran, avec philosophie, je sentais quand même qu'elle avait mal pris quelque chose sans trop arriver à mettre le doigt dessus. Mais aucun doute que ça la rendait triste. Probablement parce que Billy ne la considérait que comme une groupie et non comme une amie... Je savais pas vraiment.

C'est pourquoi, plutôt que de sontinuer à se toiser face à face, ce qui me mettait plutôt mal à l'aise, je proposai à Billy et aux filles de venir voir ma chanson. On aurait au moins droit à quelques minutes de répis pendant qu'il lisait. La main de Gaïana dans la mienne, sa tête posée sur mon bras, je sentais sa chaleur et je ne demandais qu'une seule chose, c'était de pouvoir être seul avec elle un moment, histoire de retrouver avec un peu plus de lucidité ce à quoi elle m'avait fait goûter en cellule.

Et elle sembla lire dans mes pensées parce que pendant que Billy était absorbé dans sa lecture, elle tourna ma tête vers elle alors que j'étais en train de guetter le moindre changement d'expression sur le visage de Billy. Mais je ne pus lui refuser un baiser si gentiment demandé et sentit des frissons me parcourir l'échine jusque dans le bas du dos rien qu'à la douceur et au goût de ses lèvres.

Ce fus Billy qui attira notre attention à nouveau et on se retourna vers lui comme un seul homme quand il se racla la gorge. Ruby, à côté de lui, passait son regard de Billy à moi, avec une expression confiante. Et rien qu'au regard de Billy, je compris que j'avais réussi à le toucher... Je lui souris et hochai juste la tête pour le remercier...

-Merci, j'ai déjà un bon ri...

Mais Billy m'interrompit, tendant la feuille à ma princesse soviétique et lui demandant de chanter, a capella, avec un sourire carnassier que je ne connaissais que trop bien. Je regardai Gaïana puis Ruby, brusquement, les yeux écarquillés quand Billy la qualifia non plus de groupie, mais de "copine"... Je devais avoir la "what the fuck face" la plus drôle du monde, mais vu la situation, j'étais pas sûr de vouloir en rire.

-Quoi?! Ruby et toi... Mais pourquoi tu m'a rien dit, mec??

Quand Gaïana répliqua, automatiquement, comme si c'était devenu un reflexe pour elle, un jeu qu'elle jouait avec Billy, je serrai un tout petit peu plus sa main. Juste une légère mise en garde pour qu'elle fasse attention.

J'étais à la fois surpris et un peu déçu que Billy ne m'ait pas mis dans la confidence quand même. Mais peu importait ce que je disais: Billy était repartit dans un trip sadique. Et je commençait sérieusement à me demander ce qu'il avait bien pu faire faire comme conneries à Gaïana pendant toute cette semaine.

Mais la jeune soviétique n'était pas prête à se laisser faire. C'était tout àson honneur mais en même temps, ça me foutait légèrement les jetons. Parce que je savais Billy instable... Mais je ne savais pas encore où étaient ses limites. Et je n'étais pas sûr que lui-même le sache.

-Billy, laisse-la putain... Elle est pas chanteuse ni même musicienne. Mais elle reste un putain d'être humain, bordel.

J'en savais rien en fait, mais je supposais que si Gaïana l'avait été, elle aurait relevé le défi. Je n'avais ni haussé le ton, ni changé ma façon de parler habituelle. Je ne le faisais jamais. Sauf quand j'étais vraiment mort bourré et que je racontais une histoire drôle. Par contre, je n'avais pas remarqué que, laissant Gaïana légèrement en retrait, je m'étais avancé de deux pas vers Billy, comme pour faire bouclier entre elle et lui. Et du regard, c'était Ruby que j'implorais. Si elle était vraiment sa petite amie, elle devait avoir un certain pouvoir sur lui.

Ou pas.

Et avec tout ça, j'avais même pas fait attention au fait que Gaïana avait quand même pris le temps de lire ma chanson. Ma priorité, c'était que Billy lui lâche les baskets.


Guitars are like women. You'll never get them totally right. ©️ Slash
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité



MessageSujet: Re: I don't like black and white [PV Gaïana/Cash/Ruby] [TERMINE]   Ven 7 Fév - 21:40

Je suis ravie de voir que la chanson de Cash plaise autant à Billy. Je crois même qu'il en est un peu ému. Voilà que ce dernier se met déjà à parler de chanson. Je ne peux m'empêcher d'afficher un grand sourire. Il est évident que je suis plus qu'impatiente de voir le groupe se mettre à l'oeuvre. Et les voir aussi inspirés est super !

Alors que je pensais qu'une atmosphère créatrice allait se mettre peu à peu en place, voilà que Billy se met à provoquer Gaïana. Il lui tend la feuille en la défiant de chanter les paroles qui y sont écrites. Je ne comprends pas très bien quel jeu ils sont en train de jouer ces deux-là. En fait, je ne sais toujours pas très bien ce que présente la jeune femme pour Billy.
Ce dernier a d'ailleurs fini par lâcher le morceau, comme si de rien n'était. Même si je ne comprends pas totalement ce qui est en train de se passer dans cette pièce, je suis quand même contente qu'il ait enfin décidé de me présenter comme étant sa copine.

Même si je lui en veux toujours un peu, je ne peux m'empêcher de le laisser me prendre dans ses bras. Pourquoi n'ai-je pas la force de lui en vouloir ? Pourquoi est-ce que je lui pardonne toujours tout ? J'ai parfois l'impression que je suis en train de me faire avoir en beauté. Que tout ceci n'est qu'une grande mascarade. Une mascarade dont je suis l'actrice principale.
Tant pis pour moi. Tant pis pour ma fierté. Je laisse faire mon coeur et passe mes bras par-dessus ceux de Billy, entrecroisant mes doigts entre les siens. Cash a l'air très surpris de cette révélation. Je laisse cependant le soin à mon petit-ami de lui répondre. D'abord parce que c'est à lui que le guitariste s'est adressé. Et aussi parce qu'il faut qu'il termine ce qu'il a commencé.

Même si, à première vue, j'ai considéré Gaïana comme une menace, je ne peux m'empêcher de prendre sa défense lorsqu'elle se met à se plaindre auprès de Billy. Je me tourne vers lui, avec un air un peu sévère fixé au visage.

- C'est vrai tiens, pourquoi est-ce que tu t'en prends à elle comme ça ? Elle t'a fait quelque chose ?

J'en sais rien en fait, peut-être que c'est le cas. Si je ne connais presque rien de relation que la jeune femme entretient avec Billy, je saisis très vite de quelle nature est celle qu'elle a avec Cash. Ils ont l'air bien mordus ces deux-là. J'espère simplement que Gaïana pourra apporter au guitariste la stabilité qui lui manque. Mais je ne la connais pas encore assez pour savoir si ce sera en effet le cas ou pas.

- Heureusement que je suis là pour lui apprendre à assumer !, je réponds en faisant une grimace à l'attention de mon petit-ami.

J'essaie de prendre les remarques de la jeune femme avec humour. Je n'ai pas spécialement envie de rentrer moi aussi dans leurs petits lancés de pics et j'ai encore moins envie de m'énerver. Alors j'en ris. Mais, au fond de moi, je sais qu'elle n'a pas tord. Est-ce qu'un jour Billy sera prêt à assumer notre relation au reste du monde, à la dévoiler ? Je n'en sais rien. Je ne sais même pas si c'est la bonne chose à faire... Je ne sais même pas quoi en penser.

Entre-temps, Gaïana a également lu les paroles écrites par Cash et elle a également été touchée par elle. Voilà au moins un point sur lequel nous sommes tous d'accord : les mots du guitariste sont d'une beauté déstabilisante.

- Bon, je propose qu'on arrête tous de se lancer des pics et qu'on commence ce pourquoi on est venu. Vous êtes d'accord ?

Mon ton n'est pas spécialement autoritaire, même s'il doit quand même laisser trahir une certaine lassitude. Je ne veux pas laisser les tensions prendre l'avantage sur la musique. Parce que, oui, je suis extrêmement impatiente que les enregistrements commencent. Alors je me permets de presser un peu la chose. On ne peut pas toujours avoir ce qu'on veut. Mais si on essaie parfois, on arrive à l'obtenir.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Billy Lighter


Messages : 2136
Date d'inscription : 24/09/2013
Age du personnage : 27
Localisation : Dans la mer avec les dauphins

Who Am I?
Birth place: Lafayette, Indiana
Je suis: Instable, possessif, sensible, perfectionniste
Song: Guns N'Roses - Estranged


MessageSujet: Re: I don't like black and white [PV Gaïana/Cash/Ruby] [TERMINE]   Sam 8 Fév - 10:45

Mon défi était lancé et je regardais Gaïana d’un regard qu’elle commençait à trop bien connaitre. Ruby avait entrecroisé ses doigts entre les miens ce qui me donnait bien plus de contenance face à la soviétique. Mais c’est la voix de Cash qui s’éleva en premier. Il était surpris que je sois en couple avec Ruby. Ou plutôt il était surpris que je ne lui ais rien dit à ce sujet. Il fallait dire que j’avais de très bonnes raisons de ne pas l’avoir fait. Je fixais sa mémorable « what the fuck face ».

-Si je te l’avais dit Cash, le monde l’aurait sur le lendemain même…

Et les médias aussi. Et je ne voulais pas que l’affaire s’ébruite avant que je ne sois bien installé avec Ruby et que tout soit bien stable. Même si le mot « stable » n’est pas vraiment approprié pour qualifier la relation que j’avais avec la jolie blonde. Elle était aussi stable que mes émotions pouvaient l’être. Et pourtant j’aurais bien voulu que se soit le contraire. Je ne voulais pas que les médias foutent tout en l’air comme ils avaient l’habitude de le faire. C’était déjà dur assez sans eux.

Je reposai mon regard sur Gaïana. J’attendais sa réponse. J’attendais de voir si elle aurait les couilles de le faire. Et je fus bien déçu quand elle déclina l’offre. Elle disait que ça n’avait aucun intérêt et me renvoya la balle en disant que je n’assumais pas. Cash pris la défense de sa soviétique et, ensuite, Ruby s’y mis aussi. Trois contre un ce n’était pas juste ! Sa grimace quand elle parla du fait qu’elle m’aidait à assumer ne me faisait pas rire.

-C’est bon ! Je rigolais c’est tout ! Et puis c’était ma vengeance parce qu’elle me sert tout le temps des spaghettis bolognaise ! Je lui paye sa caution et c’est comme ça qu’elle me remercie, avec des sourires provocateurs et des spaghettis bolognaise !

Le premier regard que Gaïana m’avait lancé dans cette cellule au commissariat m’avait donné l’envie de lui faire ravaler son sourire de petite fille confiance. C’est pour cela qu’on en était là à s’envoyer des pics et à s’entre-détruire. Je soupirai et repris la feuille des mains de Gaïana.

-Ok… Ca signifie que tu ne sais pas chanter… Tant pis… Ce n’est pas donné à tout le monde…

Arrêter ses foutus pics, c’était ce que voulais Ruby. Et j’étais prêt à le faire parce que c’était ma petite-amie qui me l’avait demandé. Je n’avais pas envie de la décevoir. Pas aujourd’hui. Donc j’allais laisser de côté ma petite guerre avec Gaïana pour me concentrer sur Ruby et sur ce qu’elle désirait. La soviétique, je m’en occuperai plus tard. J’envoyai un sourire à ma petite-amie. Un sourire bienveillant.

-D’accord, on va faire ça. Suivez-moi.

Je pris Ruby par la main et on se dirigea à l’intérieur du petit studio où il y avait un micro et les guitares de Cash. Tout était bien prêt pour l’enregistrement de l’album et, hormis ce foutu carrelage, mon drive semblait avoir été respecté. Je lâchai la main de Ruby pour me diriger vers le micro.

-On va vérifier s’il marche…

Je commençai à chanter mais le micro n’était, bien sûr, pas allumer. Il fallait un technicien pour ça… Bordel pourquoi il fallait toujours un foutu roadie… Gaïana devait sûrement se délecter du vent que je venais de me prendre. Je la regardais.

-Vas nous chercher un roadies capable de faire marcher tout ses trucs, Gaïana chérie !

Le dernier terme était ironique, bien sûr. J’avais l’impression que j’allais encore me faire mal voir. Je regardais Ruby.

-Tu verras, j’ai écris une chanson pour toi ! Je te la montrerai…


Nothing last forever and we both know hearts can change ©️ GN'R
Revenir en haut Aller en bas
http://la81rocks.forumgratuit.be
avatar
Gaïana Dugopoliac


Messages : 471
Date d'inscription : 01/01/2014
Age du personnage : 22

Who Am I?
Birth place: URSS (actuelle Ukraine)
Je suis: une séductrice hors pair.
Song:


MessageSujet: Re: I don't like black and white [PV Gaïana/Cash/Ruby] [TERMINE]   Mar 11 Fév - 21:31

Cash paraissait étonné de savoir que Billy et Ruby soient ensemble. Pourtant, cela se sentait mais Billy devait certainement avoir ses raisons, même si elles paraissaient futiles pour l'ukrainienne. Il désirait que le secret ne s'ébruite pas ? Un frisson la parcourut toute entière, grisée. Voilà, elle tenait là sa vengeance. Elle n'avait pas besoin de plus. Elle saurait que cela le mettrait dans une colère tellement noire... Gaïana en jubilait d'avance.

La main de Cash se crispa dans la sienne lorsqu'elle avait répondu farouchement au chanteur. Sans doute était-ce là le moyen qu'il avait trouvé pour la mettre en garde. Oui, Billy se défendait très bien aussi, après tout. Et son humeur changeante était digne d'un vrai cyclothymique. Il n'avait pas fallu longtemps à Gaïana pour le comprendre et s'en amuser. Voir Billy hors de lui était ce qu'elle avait vu de plus hilarant, sauf lorsque cela se retournait contre elle, mais où étaient les limites... C'était autre chose. Et au fond, la jeune fille s'en foutait pas mal. Si Billy continuait, elle continuerait aussi. Elle aura le fin mot de l'histoire.

Heureusement pour Gaïana, Ruby et Cash prenaient sa défense. Ils ne s'imaginaient peut-être pas que l'ukrainienne était une fine manipulatrice. Elle arrivait très souvent à ses fins, par un moyen ou un autre. Ne dit-on pas que les filles étaient vicieuse ? Toujours à se venger subtilement mais pas de main morte. La soviétique n'échappait pas à cette généralité. Un petit sourire victorieux naissait sur ses lèvres, uniquement adressé au chanteur. Tel une petite soeur à qui les parents donnaient raison alors qu'entre eux deux, ils savaient pertinemment qui avait fait la bêtise. Ce n'était que partie remise.

La blonde demanda alors à Billy ce qu'elle, sous-entendu Gaïana, avait bien pu faire pour mériter tous ces châtiments. Pour défense, il expliqua que c'était à cause du sempiternel spaghetti bolognaise qu'elle lui faisait. Mais il avait omit, volontairement, de dire toutes les autres choses qu'il lui demandait de faire, en-dehors du diner.

« Rien ne t'oblige à répondre aux provocations, hein... Puis, t'oublies déjà tout ce que je fais d'autre pour toi. Tu devrais déjà me remercier... Ne serait-ce que pour te supporter à longueur de journée. »

Billy reprit la feuille dans ses mains et à la proposition de Ruby, ils allaient changer de pièce non sans recevoir une dernière réplique piquante du rouquin. Gaïana, pas chanter ? Qu'est-ce que ça pouvait bien lui faire ?

« Peu importe, en admettant que je sache chanter ou non, je ne chanterai jamais pour toi. »

Soit. Passons à autre chose, oui. Ruby et Billy sortirent alors de la pièce pour rentrer dans le petit studio. Gaïana les suivit, aux côtés de Cash, lui tenant toujours la main. Elle leva son visage pour poser sur lui un regard complice.

« Faudrait qu'on se voit, après. Continuer ce qu'on a pas su... terminer. »

Elle l'avait quasi chuchotée, Gaïana ne désirait pas mettre le rouquin au courant. Après tout, ce n'était pas de ses oignons. Il avait su les garder éloigner pendant une semaine, maintenant, rien ne les empêchait de se revoir de leur côtés...

Ils retrouvèrent Billy et Ruby dans le studio. Le démon regardait l'endroit avec circonspection, à la recherche du moindre défaut qui pouvait, une fois de plus, le mettre en colère ou lui faire un blocage. Une chance pour eux que tout était impeccable. Gaïana lâchait la main de Cash à regret pour le laisser jouer avec son instrument de musique. Elle allait s'installer sur le côté près de Ruby, tout en gardant un oeil sur les deux stars. Et c'est exactement à ce moment là que Billy se prit un beau bide en chantant dans le micro éteint... Totalement épique ! Un énorme sourire sur les lèvres, elle le regardait et en articulant bien, elle tentait de lui faire deviner le mot qu'elle disait sans prononcer le moindre son et indiquait clairement : "PI-TO-YABLE!"

Le chanteur ne perdit pas totalement le contrôle, après avoir eu une tête un peu incrédule et bête, il se reprit et lui demanda alors de chercher un roadie pour venir mettre en marche tous ces engins.

« Tes désirs sont des ordres, bébé... »

Elle fit une petite courbette comme ferait un seigneur devant un roi puis elle sortit de la pièce pour retrouver quelqu'un capable de les aider. Elle se laissait guider par son instinct, se perdant dans les nombreux couloirs... Longtemps. Trop longtemps?





Revenir en haut Aller en bas
avatar
Cash Izbel


Messages : 627
Date d'inscription : 07/10/2013
Age du personnage : 24
Localisation : L.A.

Who Am I?
Birth place: Los Angeles
Je suis: introverti, gentil, shooté
Song: Nightrain - Guns'n Roses


MessageSujet: Re: I don't like black and white [PV Gaïana/Cash/Ruby] [TERMINE]   Mer 12 Fév - 20:36

J'étais un peu déçu quand même quand Billy justifia ne pas m'avoir dit pour lui et Ruby en disant que s'il me l'avait dit, le monde entier le saurais le lendemain. Je fronçai les sourcils, mais à cause de mes cheveux, personne ne pouvait le voir. J'étais pourtant bien le dernier, et Bill le savait, à raconter notre vie à tout va. Surtout quand il s'agissait des affaires de Billy. Et surtout d'affaires de filles... Elles défilaient à une vitesse tellement dingue dans nos vies, les filles, que je voyais paas l'intéret d'en parler... En interview, je ne parlais que musique et fiestas...

La tension montait... montait... Continuait de monter... Et je me taisais alors que j'avais l'impression que les deux filles versaient des litres d'huile sur le feu que j'essayais péniblement de maîtriser sans avoir la prétention de l'éteindre. Je devais être celui dans cette salle qui connaissait le mieux Billy Lighter. Et Billy Lighter n'était pas quelqu'un qu'on calmait par quelques mots doux ou par une diversion bien gérée. Non. Billy Lighter n'oubliait jamais!

CD'est finalement Ruby qui mit fin à mon angoisse. Et aussi le fait que Billy ait obtempéré quand elle dit qu'il était temps de commencer à "travailler". Je la remerciai du regard, surpris aussi qu'elle ait un tant soit peu de pouvoir sur notre chanteur. Mais comme ce n'était que le début de leur relation, je m'abstins de me réjouir trop vite. Rien n'était joué... Loin de là... Tout ça ne faisait que commencer.

Mais j'étais quand même ravi quand on quitta la salle de mixage pour le studio proprement dit. Surtout que, alors qu'on passait la porte, ma main serrant toujours doucement celle de ma princesse soviétique, elle me glissa quelque chose qui sonna comme une promesse à mon oreille. Et pas de doute qu'on arriverait, à un moment donné, à s'éclipser. Mon corps tout entier en bouillonnait déjà.

J'avais donc tout ce qu'il me fallait pour oblier complètement l'héro: la promesse de belles parties de plaisir avec Gaïana et avec ma guitare maintenant que Billy était prêt à s'y mettre. C'était le meilleur remède, en ce qui me concernait: tant que j'étais occupé, je n'avais aucun besoin de me droguer, la musique me suffisant amplement puisque je pouvais me réfugier dans le monde que je m'étais créé avec ma guitare.

Je ne lâchai cependant Gaïana qu'à contre coeur, mais je ne fus pas seul trop longtemps. Je pris ma guitare puis envoyai un clin d'oeil prometteur à la jeune femme qui avait pris place près de Ruby... Si ces deux-là pouvaient s'entendre, ça arrangerait vraiment mes bidons...

J'enchaînai quelques accords, souriant, content d'enfin pouvoir jouer. Et surtout, de revoir Billy derrière un micro. Je voulais entendre sa voix s'élever, passer des aigus au grave comme si c'était aussi facile que de passer d'une corde de guiatre à l'autre! Et puis je voulais qu'on montre aux filles ce qu'on valait vraiment!

Je me rapprochai tout près de Billy. Je parlai un peu avec lui de comment je voyais la chanson. Enfin plus ou moins parce que je n'utilisais que des mots liens entre des acord ou des riffs de guitares pour illustrer mes propos. Mais mon regard ne cessait de se reporter sur Gaïana avant de revenir sur le rouquin. Et j'étais bien content qu'on en ait fini avec toutes ces piques pour le moment.

Evidemment, j'écoutais aussi les idées de Billy, qui, elle, évidemment, se portaient plus sur le chant. Je hoichai la tête, tout à fait d'accord avec ce qu'il proposait, parce que c'était purement du Lightening. Et c'était ça, la musique que je voulais faire. Surtout sur une chanson qui parlait de mon allégence au groupe et de mon dévouement à mon meilleur ami.

Je me mis à jouer une intro alors qu'on s'était mis d'accord... Un riff bien rythmé qui annonçait la couleur de la chanson et sur lequel pourrait se calquer Billy, comme s'il faisait une traduction de ce que la guitare disait. Parce que c'était ça qu'était Billy, sur certaines de nos chanson: une intermédiaire mélodieuse qui, étant le seul à pouvoir me comprendre, traduisait au grand public ce que je voulais dire... Mais cette voix, cete traduction, ne vint jamais. Je m'arrêtai quand je me rendis compte qu'il y avait un problème. Et Billy envoya Gaïana à la recherche d'un roadie...

-Hey! Te perds pas, hein!

J'avais un peu envie d'aller avec elle... Voire même très envie. Je tournai la tête vers Billy... Mais non, l'abandonner maintenant serait un très mauvais choix stratégique, surtout si c'était pour aller retrouver la seule fille qui osait lui tenir tête. Je continuais à jouer des trucs qui me passaient par la tête tout en parlant... Alors que Gaïana quittait la pièce.

-On en a déjà quelques unes des chansons, Billy. Plus qu'à se mettre d'accord avec Sean et Jack sur les détails et ça devrait aller. On a au moins de quoi faire deux albums...

Puis, une idée me vint en tête...

-Et pourquoi pas faire un album concept une fois? Un album qui raconterait une histoire?

Je me tournai vers Ruby, pour avoir son avis. Après tout, pour moi, elle faisait partie de la famille... Pendant ce temps-là, Gaïana ne nous avait toujours pas ramené de roadie... Ni ses jolies petites fesses d'ailleurs...



Guitars are like women. You'll never get them totally right. ©️ Slash
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité



MessageSujet: Re: I don't like black and white [PV Gaïana/Cash/Ruby] [TERMINE]   Dim 16 Fév - 10:36

Je réponds au sourire de Billy et me laisse prendre par la main. Ensemble, on pénètre dans le studio d'enregistrement où se trouvaient déjà le micro et plusieurs guitares, appartenant à Cash sans doute. Je sens la main de mon petit-ami se séparer de la mienne. Alors que lui se dirige vers le micro qui trône au milieu de la pièce, je vais m'installer sur une table. Comme je suis petite, mes pieds viennent pendre dans le vide. Ils sont déjà prêts à se balancer au rythme de la musique. Gaïana ne tarde pas à venir me rejoindre et elle s'installe juste à côté de moi. Je lui envoie un sourire sympathique. Après tout, je viens de prendre sa défense et puis, je me dis que ce qui se passe entre ces trois-là ne me regarde peut-être pas après tout. Enfin, j'essaie de m'en convaincre. Il faut que j'apprenne à faire confiance à Billy.

J'oublie très vite mes petites angoisses. En effet, Cash s'est mit à jouer, laissant de délicieux accords venir régaler mes oreilles. Et voilà, mes pieds se balancent doucement. Du moment que leur musique est là, je n'ai pas de souci à me faire. Je sais que tout ira bien.
Les deux rockeurs s'échangent quelques mots. Je les observe en silence, en jetant simplement de temps en temps un petit regard bienveillant à Gaïana. Mais celle-ci, trop obnubilée par la présence de Cash, ne les a sans doute pas remarqués. Pas grave, je la comprends. Difficile de regarder autre chose que la personne qui te fait perdre la tête...

Cash continue à jouer ses merveilleux accords, n'attendant plus que Billy pour réellement commencer la chanson. Cependant, alors qu'il s'approche du micro pour y déverser toute sa puissance, rien de vient. Le micro n'est pas branché. Et voilà que mon petit-ami repart dans une de ses crises de tyran. Parfois, je me demande pourquoi il agit comme ça. Est-ce qu'il en tire une certaine satisfaction ? Mais je ne peux rien faire. D'abord parce que je ne me sens pas de lui faire la morale devant les deux autres. Et puis surtout parce que je l'aime. En lui ouvrant mon coeur, je lui ai fait une promesse. Celle de l'accepter comme il est, avec ses qualités et ses défauts.

Je grimace cependant en entendant l'échange de pics que s'adressent à nouveau Gaïana et Billy. Chérie ? Bébé ? Mon petit-ami ne laisse pas le temps à ma jalousie de revenir. Il me dit qu'il a écrit une chanson pour moi et qu'il me la montrera. Mais pourquoi tu me fais ça hein ? Pourquoi est-ce que tu me déçois la seconde d'avant et tu me fais les plus belles promesses celle d'après ? Je vais en perdre la tête je sens.

- J'ai hâte d'entendre ça, je réponds en essayant de ne pas laisser transparaître mon malaise intérieur.

Après une petite courbette, Gaïana disparaît par la porte. Mon attention se reporte alors sur Cash, qui s'est mit à parler du nouvel album. Je sens mes yeux briller d'impatience lorsqu'il précise qu'ils ont assez de chansons pour faire deux albums. Je ne savais pas qu'ils avaient déjà autant bossé ! Et cela ne peut que me réjouir.

- Oh ouais, c'est carrément une bonne idée ça !, je réponds en hochant la tête. Mais est-ce que vous avez un fil conducteur ? Un thème qui relie toutes les chansons que vous avez déjà écrites ?

Un album concept, c'est juste génial comme idée. Je tourne la tête pour lancer un regard à Gaïana mais je me rappelle que celle-ci a quitté la pièce il y a plusieurs minutes déjà. Et elle n'est toujours pas revenue avec un roadie. Pourtant, ce n'est pas ce qui manque ici, surtout depuis la préparation du nouvel album. Je descends de la table et m'adresse à Cash et Billy.

- Gaïana met du temps à trouver un roadie. Je vais aller l'aider.

Je me tourne vers la porte par laquelle elle est passée il y a plusieurs minutes, prête à quitter le studio d'enregistrement.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Billy Lighter


Messages : 2136
Date d'inscription : 24/09/2013
Age du personnage : 27
Localisation : Dans la mer avec les dauphins

Who Am I?
Birth place: Lafayette, Indiana
Je suis: Instable, possessif, sensible, perfectionniste
Song: Guns N'Roses - Estranged


MessageSujet: Re: I don't like black and white [PV Gaïana/Cash/Ruby] [TERMINE]   Sam 22 Fév - 17:24

Tout ce qu’elle avait fait pour moi ? Elle n’avait pas fait grand-chose à part nettoyer… Et, même si je savais que c’était un calvaire de me supporter, c’était plutôt elle qui devait me remercier de l’avoir sortis de cette foutu cellule. Elle aurait eu bien plus d’ennuis ne serais-ce que financier si je n’avais pas payé sa foutue caution.

Changer de pièce… Ouais c’était une bonne idée. Le petit studio c’était bien mieux. Cash fonça vers ses précieuses guitares alors que les deux filles s’installèrent sur une table. J’avais, auparavant, lâché le contact avec Ruby. C’est dans ces moments là, quand la tension est plutôt présente, que j’aurais aimé m’enfuir avec elle sur une île déserte. Mon guitariste commença à enchainer des accords. Bordel, les mélodies que pouvait faire ce type en quelques minutes étaient exceptionnelles. Je crois que si je ne l’avais jamais rencontré, je ne serais jamais devenu une rockstar. Pourquoi ? Parce que je n’aurais jamais trouvé quelqu’un comme Cash… Quelqu’un qui réussit à véhiculer une tonne d’émotion rien que par les six cordes de sa guitare.

Il s’approcha de moi et on discuta de la chanson. Je voyais ses regards incessants vers Gaïana. Il semblait l’apprécier encore plus que je ne me l’étais imaginé. Et moi, tout ce que je faisais, c’était de torturer la jeune soviétique et le priver de voir Cash. Non, pire, je l’autorisais à voir Cash mais uniquement quand bon me semblait. Est-ce que je le regrettais ? A l’instant même, oui. Mais je savais que se ne serait plus le cas quand j’entendrai à nouveau la voix de la soviétique. C’était plus fort que moi. J’avais une victime et j’aimais jouer avec. Un rien psychopathique peut-être… Mais n’est-on pas tous un peu psychopathe quelque part ?

Je l’écoutais exprimer ses idées à travers sa guitare. Moi je lui expliquais les miennes à l’aide de ma voix et de quelques explications qu’on pourrait dire « techniques ». Même si je n’en connaissais pas les termes réellement techniques. Non, j’avais mes propres termes que Cash et les autres membres de mon groupe comprenaient.

Quand on eut finis de se mettre d’accord, je revins vers mon micro et me mis à chanter dedans… Enfin plutôt chanter dans le vide vu que celui-ci n’était pas allumé. Merde ! Je détestais quand ça faisait ça. Surtout devant Gaïana ! Je me retournai instantanément vers elle et Ruby. Et je pus lire clairement le mot « pitoyable » à travers le grand sourire de la jeune soviétique. Je fronçai les sourcils et l’envoyai me cherché un roadie. Non mais… Faut dire que j’avais apprécié le « tes désirs sont des ordres » même si cette phrase était remplie d’une ironie malsaine. Tout comme les « bébé » et « chérie » qu’on s’envoyait depuis quelques jours déjà. Une manière d’avoir le contrôle sur l’autre. Rien d’affectif, juste le contrôle. Mais aussi tants de mots bien égoïste vu que ma petite-ami ne devait certainement pas apprécier que je parle d’une autre fille en ces termes et, qui plus est, devant elle… Elle s’en alla et je sentis la pression en moi descendre de quelques crans.

Suffisamment pour que je puisse parler à Ruby de la fameuse chanson que j’avais écrite pour elle. Elle avait hâte de l’entendre. Je lui souriais d’une manière bienveillante. C’était l’occasion de parler album et Cash sauta sur celle-ci. On avait de quoi faire deux albums. Ouais c’était vrai. On avait beaucoup travaillé dans l’ombre ces derniers temps. Mais Cash n’en resta pas là, il voulait un album concept (ou plutôt il me demandait l’autorisation pour qu’on fasse un album concept), du genre qui raconte une histoire du début à la fin. Ruby était enthousiaste. Moi je réfléchissais.

-Ouais, j’aime beaucoup l’idée.

Ma réponse sous-entendais un mais. J’admirai les groupe qui faisait se genre d’album. Le problème c’est que mes chansons étaient aussi bipolaires que moi. Les unes parlaient d’un amour heureux, les autres de haine envers le monde entier. Tant de choses contradictoires et que je voyais difficilement relier entre-elle…

Alors que j’allais développer mon idée, Ruby décidé d’aller voir où en était Gaïana. Je fis une moue déçue, mais la laissa tout de même partir. Je fixai Cash.

-Relier tout ensemble c’est pas simple. Ca m’intéresse à mort… Mais il nous faudrait d’autres chansons et deux bonnes années devant nous. Je suis prêt à les prendre !

Je marquais une pause. Moi j’étais prêt… Peut-être pas la maison de disque.

Gaïana n’était toujours pas revenue et mon micro ne marchait toujours pas. Je fixai alors mon guitariste.

-Gaïana… Tu la considère comment ? Réponds-moi ! Comme une groupie ?

Je voulais des réponses.


Nothing last forever and we both know hearts can change ©️ GN'R
Revenir en haut Aller en bas
http://la81rocks.forumgratuit.be
avatar
Cash Izbel


Messages : 627
Date d'inscription : 07/10/2013
Age du personnage : 24
Localisation : L.A.

Who Am I?
Birth place: Los Angeles
Je suis: introverti, gentil, shooté
Song: Nightrain - Guns'n Roses


MessageSujet: Re: I don't like black and white [PV Gaïana/Cash/Ruby] [TERMINE]   Sam 1 Mar - 13:17

Gaïana partie, j'avais beaucoup plus de facilités à me concentrer. J'avais pas le meilleur contrôle de mes hormrones et les filles avaient l'art de me mettre dans un état pas possible. Mais cela me permis de parler de mon idée d'album concept et de demander l'approbation de Ruby du regard. Ce qu'elle fit plus que bien! Je connaissais Billy et même si je savais qu'il pouvais être un véritable monstre, il devait aimer clairement Ruby. Et s'il aimait Ruby, celle-ci aurait un peu de pouvoir sur lui. Et si je pouvais faire de Ruby une intermédiaire quand, à moi seul, je ne pouvais pas convaincre Billy, ce serait tout benef.

Billy, lui avait comme projet de faire une chanson pour Ruby. Je n'étais vraiment pas contre: plus ses sentiments étaient forts et complexes, plus les chansons qui en ressortaient étaient belles. Et une histoire d'amour à la Billy etait tout ce qu'il y avait de plus fort et de plus compliqué. Parce qu'il s'inventait des obstacles tout seul.

Ruby demanda quel serait le fil conducteur de l'album concept dont j'avais l'idée. Je n'avais pas vraiment d'idée précise, mais une seule certitude.

-L.A., la maison, ce serait le thème, si Billy est d'accord.

Cette ville qui m'avait vu venir au monde et qui avait adopté Billy, orphelin de l'Indiana. Et qui, tel un dieu païen et omiprésent qu'on aimait autant qu'on le craignait, avait le droit de vie ou de mort sur nous. Ruby, d'après ce que je savais, n'était à L.A. que depuis quelques années, et je me demandais si elle pouvais vraiment comprendre le concept. Et si ce n'était pas le cas, ce n'était pas grave, on aurait l'occasion de le lui faire comprendre en créant cet album, peut-être dans deux ou trois ans.

Je souris à Billy quand il dit que l'idée lui plasait et qu'on y réfléchirait. On allait déjà faire cet album-ci, ce qui serait déjà pas mal. Je hochai la tête, totalement d'accord, mais heureux à l'idée que The Lightening avait un bel avenir devant lui.

Ruby décida d'aller voir où en était Gaïana. Elle s'était sûrement perdue mais j'osais pas y aller. Billy allait mal le prendre, si je faisait ça. Une fois Ruby, notre ex-groupie, sortie du studio, Billy se tourna vers moi, ses prunelles flamboyante. Et il me posa une question. Je haussai les épaules.

-Comme une groupie? J'en sais rien... Elle connaissait même pas le groupe avant qu'on se rencontre en taule. J'aime bien être avec elle...

Je rigolai.

-Elle est douée, tu sais.

Je lui tirai la langue.

-Mais je sais pas si je serais jaloux si je la voyais avec un autre. Elle fait ce qu'elle veut, je fais ce que je veux. Et c'est ça que j'aime dans cette histoire.

J'arrêtai de sourire. A mon tour de poser une question.

-Et toi? Pourquoi tu m'a pas dit que tu sortais avec Ruby. Tu sais bien que j'irais pas raconter ces conneries à droite ou à gauche.

Dans mes yeux à moitié cachés par mes cheveux, un autre message se distillait: "Comment tu veux que je te protège si je sais que la moitié de ce qui se passe?".


Guitars are like women. You'll never get them totally right. ©️ Slash
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Billy Lighter


Messages : 2136
Date d'inscription : 24/09/2013
Age du personnage : 27
Localisation : Dans la mer avec les dauphins

Who Am I?
Birth place: Lafayette, Indiana
Je suis: Instable, possessif, sensible, perfectionniste
Song: Guns N'Roses - Estranged


MessageSujet: Re: I don't like black and white [PV Gaïana/Cash/Ruby] [TERMINE]   Sam 1 Mar - 19:53

L’album concept. Allais-je le faire pour Ruby ? Car je savais que les trois quart de mon approbation venaient du fait que Ruby était emballé par le projet. Refuser, c’était pour moi comme si je la décevais. Encore… Je l’avais déjà bien assez déçu dans notre relation qui était pourtant tout juste à ses débuts. On s’était aimer, puis on s’était disputé avant de s’aimer à nouveau. Je ne savais même pas ce qu’allait être notre relation demain.

Quoi qu’il en soit, et même si j’avais prévenu Cash qu’un album concept prendrait des années, il me proposa déjà une idée. Un album qui parlait de L.A. C’était une idée à retenir. C’était là que j’avais rencontré Cash, c’était là que j’avais rencontré Sean et les autres membres du groupe. C’était ma ville d’adoption alors que l’Indiana ne voulait plus de moi. C’était cette ville qui m’avait tant inspiré et qui m’avait donné le courage d’arriver à un but. Et je venais à croire, maintenant, que ce n’était pas The Lightening qui s’était formé à L.A., mais L.A. qui avait formé The Lightening. Il avait rassemblé des gars avec des vies bien différentes, mais des gars qui avaient le même but : créer de la musique.

-Je suis d’accord.

Je n’avais pas besoin de justifier mon accord. Et puis, d’abord, cela ne servait à rien que je me justifie car je savais que le « oui, je veux bien » suffisait à Cash.

C’est là que Ruby s’en alla pour aller voir où en était Gaïana. Cette soviétique sadique devait sûrement s’être perdue dans le labyrinthe qu’était le studio. Ou alors elle avait trouvé un roadie pas trop mal et faisait je ne savais trop quoi avec. Ou alors (et je me doutais bien que c’était totalement possible) elle s’était enfuie… Loin de moi. Si c’était le cas, je la retrouverai et lui ferai payer.

D’ailleurs, cette histoire de Gaïana amena en moi une question. Je la posai directement à Cash. Comment considérait-il Gaïana ? Était-elle un simple passe temps ? Ou alors bien plus que ça ? Je voulais des réponses et Cash me les procura sur le champ. Et j’eu le malheur de me rendre compte qu’il n’en savait rien… D’habitude, Cash savait. Il savait quand une fille n’était qu’un simple passe temps. Là il ne savait pas… Tout ce qu’il me disait c’est qu’elle était douée et qu’il ne serait pas jaloux si elle allait avec un autre.

-Mouais… J’espère pour toi. Faut pas s’attacher à ce genre de fille. Elle n’est pas stable tu sais…

C’était tout moi ça. Trouver des défauts chez les autres et me méfier de ses mêmes défauts alors que j’avais exactement les même. Si Gaïana n’était, en effet, pas stable. J’étais pire en termes de stabilité. Et Cash me fréquentait… Donc je suppose que ça ne le changeait pas trop… Mais je savais ce qu’un manque de stabilité faisait à un couple. J’étais bien placé pour le savoir. Et, on ne le dirait peut-être pas comme ça, mais je n’avais pas envie de Cash souffre inutilement.

Il souriait et avait même tiré la langue. Il parlait de sa relation avec Gaïana sans le moindre complexe. Bordel, comment faisait ce type pour avoir toujours l’air décontracté ?
Soit, Cash, comme pour se venger, me posa, à son tour, une question. Je m’attendais à celle-là… Je n’y répondis pas tout de suite essayant de percé ce que signifiait son regard à moitié caché par sa touffe de cheveux légendaire. Il aurait voulu savoir plus tôt, je le sentais bien.

-Je sais… J’avais l’impression que si je le disais, tout allait s’écroulé. Les choses sont toujours plus compliquées quand elles sont officielles. J’avais l’impression que si je ne disais rien, je serais protégé d’une rupture…

Ce que je ne savais pas, c’était que toutes les ruptures étaient de ma faute. Je regardais Cash, j’avais un visage grave et je lui fis signe que la discussion était terminée. Je ne voulais pas entendre son avis la dessus… Pourquoi ? Parce que j’avais peur… J’avais toujours peur… J’avais peur qu’il me rassure ou qu’il me dise que j’avais tort de penser ainsi… Je le savais, je ne voulais pas qu’on me le dise.

-Je vais me chercher à manger…

Je sortis du studio...


Nothing last forever and we both know hearts can change ©️ GN'R
Revenir en haut Aller en bas
http://la81rocks.forumgratuit.be
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: I don't like black and white [PV Gaïana/Cash/Ruby] [TERMINE]   

Revenir en haut Aller en bas
 

I don't like black and white [PV Gaïana/Cash/Ruby] [TERMINE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Black and White [Mickey ][Fin]
» [Sondage] Quelle est votre plus grosse phobie ?
» La Danse y'a qu'ça de vrai ! | Recrutement ouvert à tous ! ♥
» You're parasite in black and white # 19/03 - 16h51
» → récapitulatif des personnages : élèves

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: L.A Rocks :: Hollywood :: Studios de MTI-