AccueilRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez
 

 The Raven Waltz [PV Edward Fleming][TERMINE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Maritza Cortez
Maritza Cortez


Messages : 227
Date d'inscription : 05/08/2017
Age du personnage : 35
Localisation : Villa Reed


The Raven Waltz [PV Edward Fleming][TERMINE] Empty
MessageSujet: The Raven Waltz [PV Edward Fleming][TERMINE]   The Raven Waltz [PV Edward Fleming][TERMINE] I_icon_minitimeMer 22 Mai - 2:37



The Raven Waltz
ft. Edward Fleming






Maximo et Rosalyn sont rentrés à Tijuana depuis bientôt une semaine. Je planifie déjà leur prochaine visite en imaginant que cette fois, nous pourrions faire un immense repas de famille avec… toute la famille. Olivia et Julian seraient des notre si Dieu le veut et, ce serait formidable que de pouvoir oublier l’espace d’une soirée, toute rancœur nous assombrissant inutilement.

Peut-être que cela tient de la visite de mes petits mais l’ambiance à la maison est beaucoup plus légère. Je ne sens plus la même pression de devoir bien paraître, bien me comporter. Ça ne pèse plus sur mes épaules comme au tout début de notre relation. Jimmy et moi trouvons doucement nos marques. Peut-être est-il moins exigeant envers moi ou peut-être est-ce que j’ai assimilé certaine chose sans m’en rendre compte.
Un peu des deux, je dirais.

Dans la maison, je tiens mordicus à mon territoire tout en laissant John ses propres marques. Je cuisine aussi souvent que possible mais je le laisse nettoyer, bien qu’il m’arrive, et ça non sans essuyer des roulements d’yeux intempestifs du majordome, de prendre le chiffon et d’essuyer la vaisselle qu’il vient de déposer sur l’égouttoir.  Petit à petit, un certain dialogue c’est installé. Je n’ai absolument rien à reprocher à Isabel. La jeune femme apprend très vite et accompli sans discuter les tâches demandés.  Cela dit, je lui en demande très peu, je la trouve bien jeune pour tenir maison.  Quoi qu’il en soit, j’apprécie sa présence plus que je ne l’aurais cru. Je lui montre comment coudre, elle me parle des rares fois où elle s’est aventuré jusqu’à la plage.  Je lui montre comment tresser ses cheveux et elle m’a apprit à siffler a l’aide de mes doigts.

Quand Olivia à fuguée pour venir s’installer ici même à Los Angeles, j’ai réalisé que je ne vivrai plus jamais certaines choses avec ma fille. Notre relation était certaine houleuse par moment, et pas ma plus grande faute fort probablement mais pas un seul jour, pas une seule nuit, j’ai regretté ces instants perdu qui ne reviendront plus jamais.  Maintenant qu’elle s’est mariée secrètement, et que je suis confinée à voir mes enfants qu’aux long congés et pour des moments où je me rendrai moi-même à Tijuana, je découvre certaines affinités avec la jeune femme.

Comme si je cherchais à compenser, d’une certaine manière et quelque part, je me dis qu’elle apprécie ce genre d’attention, malgré sa carapace et qu’elle ne le dira pas clairement.

- As-tu déjà eu une robe de soirée, Isabel ?

Si j’avais pu tirer une photo du regard qu’elle m’a fait, l’air à la fois surprise, dégoûtée, fascinée, gênée enfin, voyez un peu l’air, ça aurait valu un prix humoristique.  Je lui ai proposé de l’amener faire les boutiques. En taxi, ça aurait été tout simple mais elle a refusé catégoriquement de sortir de la maison, prétextant ne pas avoir eu l’accord de Jimmy qui, pour une rare fois depuis un bon moment, s’est absenté.

- Très bien alors nous demanderons à une couturière expérimentée de venir ici même, qu’en penses-tu ?

Ça, ça semblait être un bon compromis.

C’est auprès de Rachel que je trouvais le nom de la perle rare, celle-là même qui a fait tous les costumes sur mesure de Jimmy, ainsi que les robes de soirées de ma belle-mère, quand elle ne trouvait pas la matérialisation parfaite de ce qu’elle avait en tête.

La Dame était donc venue dans l’heure, à ma plus grande surprise et satisfaction et nous avons procédé à une séance en règle de mesure du corps de la jeune femme tout en tenant compte de ses goûts.

- C’est pour une occasion particulière

J’ai souris et fait non de la tête. Si ce n’est que le plaisir de posséder une robe de princesse, une seule, une fois dans sa vie. Quelque chose me dit que sous ses airs de garçonne, Isabelle jubile mais n’ose pas le montrer. Et puis qu’importe qu’elle ne la porte ou non, elle se prête au jeu et semble même y prendre goût.

Il est peut-être temps que je me trouve un passe-temps. Quelque chose à faire pour moi-même, m’impliquer dans une œuvre de charité, participé à des fondations, rentabilisé les heures libres que j’ai en quantités quasi illimitées.

- Je repasserai plus tard dans la semaine pour vous montrer les croquis de la robe.

Isabel s’en retourna je ne sais où quand j’accompagnais la couturière à la porte, puis jusqu’à sa voiture. Quand elle tourna au bout de l’allée, dans la rue, j’avançais de quelques pas pour admirer les plates-bandes, les fleurs de saisons et…

- Oh, les rosiers manquent cruellement d’amour.

Par une si belle journée, et comme tout le monde semble occupé et que je n’ai plus rien à faire sauf me trouver une nouvelle victime pour passer le temps, je décidais plutôt que de me rendre dans la cabane de jardin tout au fond de la propriété et de prendre tout ce que j’avais besoin pour revigorer nos rosiers et les rendre magnifique à nouveau.



@ Billy Lighter


She can take it back, she will take it back some day… ©️Pink Floyd
Revenir en haut Aller en bas
Edward Fleming
Edward Fleming


Messages : 317
Date d'inscription : 09/03/2019
Age du personnage : 35

Who Am I?
Birth place: Eastside
Je suis: un psychopathe
Song: Bloody Valentine


The Raven Waltz [PV Edward Fleming][TERMINE] Empty
MessageSujet: Re: The Raven Waltz [PV Edward Fleming][TERMINE]   The Raven Waltz [PV Edward Fleming][TERMINE] I_icon_minitimeMer 22 Mai - 17:37



The Raven Waltz
ft. Maritza Cortez


Ça faisait maintenant plusieurs jours que j’étais sur la mission d’Angelo : celle de donner un bon coup de massue sur la tête du chef des Los Diablos, Jimmy Reed. Il avait tenu à ce que ce soit moi qui m’occupe de la mission parce que, de tous ses soldats, il était certain que j’étais celui qui allait pouvoir la remplir jusqu’au bout et sans se faire prendre.

Mon objectif était simple… Pour toucher Reed et espérer qu’il mette fin à son trafic, il fallait toucher ce qu’il avait de plus cher et ce qu’il semblait avoir de plus cher, pour le moment, n’était autre que sa petite-amie, Maritza Cortez. Reed avait officialisé sa relation dans les médias et était toujours avec cette même Cortez depuis. Angelo était certain que si on le touchait là, il allait arrêter tout trafic de peur que sa mère ou un autre être cher à Reed ne lui soit retiré. Même si le plan initial d’Angelo était de garder Maritza en vie, de juste la blessé pour faire peur à Reed, j’avais rétorqué que je n’avais aucune envie qu’elle témoigne contre moi.

Du coup, j’avais carte blanche pour l’éliminer…

Quand la stratégie d’Angelo soit bonne ou pas ne m’intéressait pas. L’idée même de faire du mal à Reed était ce qu’il m’intéressait. Et je savais que Reed avait des sentiments. Il n’aurait pas fait tout ce qu’il a fait pour les Pequeñas Manos s’il n’en avait pas.

J’avais, donc, observé, pendant de longue journée les allées et venues de la villa Reed. Perché sur une colline non loin de la villa, armé de jumelles et à couvert, j’avais essayé de calculer qu’elle serait le bon moment pour agir et comment.

Seul problème… Il y avait bien trop de monde dans cette villa.

Déjà Reed. Sur tous les jours où j’avais observé, il était resté cloitré dans la villa avec Maritza. Il n’en sortait jamais à croire qu’il n’avait pas besoin de sortir pour gagner ses milliards de thunes… Les seules allées et venues étaient faites par Isabel qui semblait maintenant travailler pour Reed d’une toute autre façon qu’avant.

Donnée intéressante… Reed laissait de plus en plus entrer son gang dans sa vie rendant la frontière qu’il mettait entre sa vie privée, sa vie professionnelle officieuse et sa vie professionnelle officielle de plus en plus floue.

Une donnée intéressante, donc… Mais ça me compliquait aussi la tâche. Isabel savait à quoi je ressemblais et toute approche pourrait compromette le plan en entier.

La villa en elle-même ne me facilitait pas la tâche… Un mur d’enceinte et un portail l’entourait. Il me fallait donc attendre le bon moment.

Et le bon moment arriva…

Reed était parti à bord de sa voiture hors de prix. C’était la première fois qu’il sortait depuis que je venais tous les jours son mon flanc de colline. Je savais que ça aurait fini par arriver… Il avait fallu que j’attende. Mais tout ça n’allait pas me permettre de pouvoir passer un autre obstacle : Isabel.

Si je sonnais à la villa prétextant quelque chose, je risquais de tomber sur elle. Et si je tombais sur elle, mon plan ne pourra pas aboutir sauf si je faisais un carnage ce qui n’était pas dans les plans d’Angelo…

Donc, il me fallait plus de patience… Peut-être que Maritza elle-même finira par sortir de son trou aussi. De là, je pourrais la suivre et l’éliminer plus loin.

Patient, je continuais d’observer et une voiture fini par arriver. Une femme en sorti et entra dans la villa Reed. J’observais, voyant parfois de temps en temps des gens passer à travers les fenêtres qu’il m’était possible de voir avec mes jumelles. Et après de trop longues minutes à mon goût, cette même femme ressorti de la villa mais accompagné de Maritza cette fois. Elle reprit sa voiture et repassa le portail sans qu’il se referme derrière elle quelqu’un aillant oublié de le fermer.

Je m’attendais à ce que Maritza rentre. Mais ce ne fut pas le cas. Elle s’avança, resta un moment à regarder les fleurs avant de se diriger au fond du jardin. De là où j’étais j’avais pleine vue par-dessus le mur et je pouvais voir les faits et geste de Maritza qui revint avec quelques outils avant de revenir près des plates-bandes fleuris qui s’étendaient sur les abords de la villa et de l’allée de chez Reed.

L’occasion était trop bonne… Je ne pouvais pas la laisser passer !

Je descendis de ma colline en courant revenant vers ma voiture qui était garée à l’écart. Je repris le volant revenant sur la route principal avant de garer ma voiture un peu plus loin de la villa Reed. Assez loin pour qu’on ne la voit d’aucune fenêtre de la vaste bâtisse. J’en sortis traversant la route pour rejoindre le trottoir et remonter la rue jusqu’à longer le mur de la villa. Aucune chance que quiconque à l’intérieur de vois dans cet angle. Mon principal ennemi restant Isabel même si elle devait être occupée à l’intérieur.

Je m’approchai du portail sans le traverser restant caché par le mur. D’ici, seule Maritza qui était à quelques mètres de moi et dans mon angle de vision pouvait me voir.

-Excusez-moi… Désolé de vous déranger, madame mais… J’ai un problème avec ma voiture. Est-ce que vous pourriez m’aider? Il me faut quelqu’un pour tenter de démarrer le moteur pendant que je vois où est pourrait se situer le problème.


Je pointant du doigt une direction derrière moi.

-Ma voiture est un peu plus bas… Vous voulez bien m’aider ?


J’essayais de limiter les risques en tentant d’éloigner Maritza de ce bunker de riche. Un plan délicat mais j’avais confiance en sa réussite.

@ Billy Lighter


Revenir en haut Aller en bas
Maritza Cortez
Maritza Cortez


Messages : 227
Date d'inscription : 05/08/2017
Age du personnage : 35
Localisation : Villa Reed


The Raven Waltz [PV Edward Fleming][TERMINE] Empty
MessageSujet: Re: The Raven Waltz [PV Edward Fleming][TERMINE]   The Raven Waltz [PV Edward Fleming][TERMINE] I_icon_minitimeJeu 23 Mai - 3:28



The Raven Waltz
ft. Edward Fleming







Je sarcle, j’arrache, je nettoie et je recommence à peine quelques centimètres plus loin, donnant le meilleur de mes connaissances en botanique aux fleurs de nos plates-bandes qui ont souffert plus que de raison à la dernière canicule. Je sais très bien que Jimmy a des jardiniers qui passent régulièrement pour l’entretient paysagé mais tant qu’à n’avoir plus rien à faire sauf cuisiner une énième fournée de cookies, pourquoi ne pas me détendre en jardinant ?

Quand Olivia avait cinq ans,  Enrique avait aménagé un petit potager dans la cours arrière de notre demeure et nous y avions planté toutes sortes de légumes ainsi que des herbes et nous prenions du temps, chaque matin, pour retirer les mauvaises herbes et vérifier que nos légumes poussaient bien.

C’était une activité mère-fille relaxante et hautement satisfaisante quand nous pouvions cuisiner des plats savoureux avec nos propres légumes. Je me souviens, un soir, Olivia avait cuisiné elle-même une tartelette aux légumes. Elle devait avoir environ une dizaine d’année et avait tout mis en œuvre pour nous servir un repas délicieux.

Je plantais mon transplantoir dans la terre et m’essuyais le front du revers de la main, prête à faire une petite pause après autant de temps le dos courbé vers l’avant.  Je suis prise de nostalgie et résiste à l’envie d’appeler ma fille, entendre sa voix, lui demander, innocemment, ce qu’elle fait, comment elle va. Savoir si elle se souvient de ce potager…

Je ne le ferai pas.

Je ne lui téléphonerai pas parce qu’elle a elle-même décidé de couper les ponts, choisissant son camp, faisant d’elle une Hughes et nous ayant tenue son père et moi, à l’écart de cet évènement pourtant important dans la vie d’une jeune femme.

Bien que je n’accepte pas son mariage, jouant volontairement la carte de l’ignorance jusqu’à ce que ce soit utile de le lui dire, je peux quand même comprendre que, par amour, nous perdons parfois de notre jugement.

Je lâchais un léger cri de surprise, sursautant en me retournant. Une vois m’a tiré de mes lamentation, je suis confuse, sur le coup puis je me lève en balayant la terre de mes cuisses et m’approche à mi chemin entre là où je me trouvais et le portail de la villa.

- ne serait-il pas mieux d’appeler un garagiste ?

Je suis méfiante.

J’entends au loin, le son d’une tondeuse à gazon. L’homme n’aurait-il pas mieux fait de demander l’aide de quelqu’un de plus  au fait de la mécanique automobile, plutôt qu’à moi qui suis entrain de ranimer des rosiers ?

Quelques pas de plus, lentement, et j’étire le cou pour voir en direction qu’il me pointe, la sans y voir la voiture en panne.

- Bon, d’accord. Mais si ça ne fonctionne pas au second essai, je reviendrai vous appeler un garagiste.

Nous sommes en pleins jours, après tout, je ne risque pas grand-chose dans un quartier résidentiel aussi tranquille.




@ Billy Lighter


She can take it back, she will take it back some day… ©️Pink Floyd
Revenir en haut Aller en bas
Edward Fleming
Edward Fleming


Messages : 317
Date d'inscription : 09/03/2019
Age du personnage : 35

Who Am I?
Birth place: Eastside
Je suis: un psychopathe
Song: Bloody Valentine


The Raven Waltz [PV Edward Fleming][TERMINE] Empty
MessageSujet: Re: The Raven Waltz [PV Edward Fleming][TERMINE]   The Raven Waltz [PV Edward Fleming][TERMINE] I_icon_minitimeJeu 23 Mai - 15:50



The Raven Waltz
ft. Maritza Cortez


Maritza sursauta de cria de surprise. Elle ne semblait pas avoir la conscience tranquille ou bien ma simple voix semblait faire peur. Ou alors, elle devait être perdue dans ses pensées et je venais de l’en arracher brutalement.

Quoi qu’il en soit, je l’avais surprise mais ça ne me décontenança pas. Je lâchai quelques excuses banales avant d’expliquer mon problème d’ordre mécanique. Maritza s’approcha… Lentement et s’arrêta à mi-chemin entre l’endroit où elle était et l’endroit où j’étais toujours à l’abri des fenêtres de la villa Reed.

Elle déclara que c’était peut-être mieux d’appeler un garagiste. Elle semblait méfiante. Ça mère devait lui avoir bien enseigné qu’on ne devait pas adresser la parole aux inconnus. J’hochai la tête l’air un peu gêné.

-Oui, je sais… Mais un garagiste prendrait du temps à arriver. Je suis en route pour aller chercher ma fille chez sa mère. Je lui ai promis une sortie à la plage et je n’ai pas envie d’être trop en retard. Je n’ai pas l’occasion de la voir souvent … J’ai quelque notion de mécanique alors si je pouvais avoir votre aide juste quelques minutes, je pourrais peut-être trouver le problème sans devoir attendre le garagiste.

Je me grattai l’arrière de la tête jouant l’homme gêné de devoir raconter sa vie pour se justifier. Rien de tel que d’essayer d’éveiller la compassion de la proie pour faire baisser sa méfiance. Or, l’idée du père divorcé qui souhaite faire plaisir à sa fille et que cet incident l’en empêche pouvait sensiblement éveiller la compassion que Maritza qui avait aussi une fille, c’était de notoriété publique.

Elle s’approcha un peu et accepta disant que si ça ne fonctionnait pas au second essayait, elle appellerait un garagiste. Parfait. Je n’aurais pas besoin de deux essais. Ma voiture fonctionnait parfaitement bien.

Je souris d’un sourire soulagé.

-D’accord. Merci, madame !


Elle finit donc par me suivre et on descendit la rue jusqu’à ma voiture qui était garée entre la villa Reed et une autre villa de riche d’où on entendait le son d’une tondeuse. Avantage, ces deux villas étaient entourée de mur et donnait peu de visibilité sur la route où était garée ma voiture. Tout comme les deux villas étaient un peu espacées. Les riches aimaient avoir leur espace.

Je montrai la voiture du doigt.

-C’est celle-là.

On s’arrêta devant ma voiture et j’ouvris le capot passant les clés à Martiza.

-Prenez place au volant et, à mon signal, vous pourrez essayer de démarrer.

J’avais bien pris mes précaution que rien ne trainait à vue de quiconque à l’intérieur de ma voiture. Tout était rangé dans le coffre ou dans la boîte à gants. Je voyais très mal Maritza fouiller dans ma boîte à gants…

Je faisais semblant de regarder et toucher à des trucs dans le capot de ma voiture tout en parlant.

-J’ai de la chance d’être tombé sur vous. Votre voisin n’a même pas répondu quand j’ai sonné à la grille… Vous vous appelez comment ?

J’écoutais sa réponse en continuant de faire semblant de réparer quelque chose dans ma voiture. Et je finis par relevé la tête après un moment.

-Voilà… Vous pouvez essayer de démarrer… Si ça ne fonctionne pas, je pourrais voir d’où vient le problème.

Et quand ça sera fait, il me restera à faire mon boulot et m’en aller…


@ Billy Lighter


Revenir en haut Aller en bas
Maritza Cortez
Maritza Cortez


Messages : 227
Date d'inscription : 05/08/2017
Age du personnage : 35
Localisation : Villa Reed


The Raven Waltz [PV Edward Fleming][TERMINE] Empty
MessageSujet: Re: The Raven Waltz [PV Edward Fleming][TERMINE]   The Raven Waltz [PV Edward Fleming][TERMINE] I_icon_minitimeJeu 23 Mai - 23:28



The Raven Waltz
ft. Edward Fleming







Je ne m’attendais pas à me faire interpeller depuis la rue alors que je me trouvais plongé dans mes pensées, truelle et transplantoir en main.  Sauf pour un peu de terre aux genoux que je balaye en y frottant le revers de mes mains, mon allure n’est pas trop négligée. Si je devais me faire avoir par un journaliste à potin et donner une mauvaise image du clan Reed en étant montré dans les pages d’un torchon couverte de terre, Jimmy ne me le pardonnerait pas.

Je joue quand même de prudence sans entrer en mode paranoïaque. Il ne faut pas voir de mauvaises intentions partout, mais je préférerais aller appeler un garagiste, ce qui me semble quand même être l’option la plus sage mais l’homme n’a pas le temps d’attendre et, forcément, quand il me parle de sa petite fille qui l’attend… je ne peux que m’imaginer Olivia qui a attendu Jimmy trop longtemps.  

Je ne peux pas être complice du mauvais sort qui causera du chagrin à cette fillette. J’accepte donc de suivre l’homme jusqu’à sa voiture mais non sans lui dire qu’après deux essais, si ça ne fonctionne pas, je reviendrai appeler un garagiste. Sa fille comprendra, je l’espère, que son papa a eu un contre temps.

L’homme ouvrit le capot et je pris ses clés avant de me placer  à côté de l’habitacle, porte conducteur ouverte, prête à m’y engouffre pour démarrer quand il me dira que je peux le faire. À l’intérieur de la voiture, tout est propre. Ça me surprend parce que, sauf pour les voitures de Jimmy qui passent plus de temps à se faire dorloter que n’importe qu’elle autre voiture de ce monde, il y a toujours un peu de bazard dans les bagnoles, non ? Un paquet de chips ou une carte routière, un contenant de lave glace qui devrait être dans le coffre arrière mais qui traine sous la banquette arrière mais, non, la voiture de l’homme est bien rangée.  Je ne saurais dire pourquoi ce détail me saute aux yeux.

- Je ne connais pas mes voisins. Mais peut-être qu’ils ne sont pas à la maison.

En tous les cas, les employés travaillent à l’extérieur, du moins quelques uns.  Il faut chaud, en plein cœur de la rue sous le soleil plombant et je commence à me dire que c’est très long de s’improviser garagiste. Je ne perds toutefois pas patience, ce n’est quand même pas de sa faute s’il est tombé en panne près de chez moi.

- Maritza, et vous ?

Les présentations faites, il me donna le signal et la voiture démarra comme un charme, ce qui me laissa à la fois perplexe et surprise.

- Il semblerait que vous vous y connaissiez en mécanique. Vous ne serez donc pas en retard pour votre rendez-vous à la plage avec votre fille.

Voilà ce qui me titillait l’esprit, sans m’en rendre compte. Il n’y a pas de sac de vêtement, de ballon de plage, de glacière avec un goûter ou quelque chose permettant de croire qu’il s’en va passer un moment à jouer dans le sable avec sa gamine. Il pourrait tout avoir rangé dans le coffre arrière mais…

Ça me travail quand même.

Je sors de la voiture en y laissant les clés dans le contact, sans refermer la porte.

- Je n’aurai pas été d’une grande utilité, mais je suis contente de vous avoir aidé.

Comme je ne m’attends pas à ce qu’il puisse encore avoir besoin de moi, je le salut travrserai la rue quand le taxi qui vient aura passé.



@ Billy Lighter


She can take it back, she will take it back some day… ©️Pink Floyd
Revenir en haut Aller en bas
Edward Fleming
Edward Fleming


Messages : 317
Date d'inscription : 09/03/2019
Age du personnage : 35

Who Am I?
Birth place: Eastside
Je suis: un psychopathe
Song: Bloody Valentine


The Raven Waltz [PV Edward Fleming][TERMINE] Empty
MessageSujet: Re: The Raven Waltz [PV Edward Fleming][TERMINE]   The Raven Waltz [PV Edward Fleming][TERMINE] I_icon_minitimeVen 24 Mai - 13:17



The Raven Waltz
ft. Maritza Cortez


Pendant que je faisais semblant de réparer la mécanique de ma voiture, j’avais dit à Martiza que les voisins n’avaient pas répondu quand j’avais sonné à leur grille. Elle rétorqua qu’elle ne les connaissait pas mais disait qu’ils étaient peut-être partis.

-Oui… C’est ce que je me suis dit aussi.

Après ça, je demandai quel était son nom. Je le connaissais très bien mais c’était histoire de faire la conversation. Parce que j’aimais pouvoir parler avec mes victimes quelques minutes avant qu’elles ne meurent… Plus je vieillissais et plus j’appréciais ce moment où j’arrivais à les berner.

-Moi c’est James.


Le nom n’était pas choisi de façon anodine. James était le vrai nom de Jimmy et je savais qu’il n’aimait pas spécialement qu’on l’appelle comme ça. Tout comme je détestais me faire appeler Fleming. Et je n’avais pas choisi mon propre prénom et encore moins mon surnom au cas où Maritza l’aurait déjà entendu de la bouche de son petit-ami plein aux as.

Après ça, je lui donnai le signal déclarant qu’elle pouvoir essayer de faire démarrer la voiture. Ce qu’elle fit sans plus attendre et la voiture se mit à vrombir sans aucun difficulté. Je souris refermant le capot alors que Maritza disait que je m’y connaissais en mécanique et se réjouissait que je ne sois pas en retard pour ma fille.

-C’est mon père qui m’a tout appris…

En réalité il ne m’a rien appris… Mais celui que j’avais décidé d’être aujourd’hui avait un père bien plus sympathique que ne l’était le mien. Je souriais toujours regardant Martiza.

-Ma fille sera contente. Elle m’a parlé de la plage toute la semaine au téléphone.

Martiza s’extirpa alors de la voiture. C’est ce moment-là que j’aurais choisi, initialement, pour mettre à exécution le chapitre final de mon plan mais un taxi était en approche.

Ce n’est pas grave… J’avais l’habitude des imprévus.

Maritza disait n’avoir pas été d’une grande aide mais qu’elle était heureuse d’avoir pu m’aider.

-Vous avez été d’une plus grande aide que vous ne l’imaginez.

Elle était prête à partir me saluant au passage et attendait que le taxi passe pour traverser. Je me détournai quelque seconde dos à la route le temps qu’il passe et quand Martiza allait traverser je l’interpellai directement.

-Attendez…

Quand elle arrêta son geste pour se retourner, je pris un air gêné m’approchant un peu d’elle. Le taxi s’éloigna mais je devais attendre qu’il soit totalement hors de vue.

-En fait, je me demandais si…

Je me mordis la lèvre faisant semblant d’hésiter.

-Si on ne pourrait pas s’échanger nos numéros… Je sais c’est un peu gonflé mais… Qui ne tente rien n’a rien…


Le taxi était hors de vue… Je pouvais y aller ! Et avant que Maritza ne puisse réagir mon discours et mon ton changea du tout au tout.

-Non, finalement, oubliez… Jimmy Reed ne serait pas d’accord.

Je sortis alors mon silencieux de la poche intérieur de ma veste d’un geste rapide et, sans hésiter la moindre seconde, je tirai en pleine poitrine de Maritza. A l’exact même endroit où Alonso m’avait tiré dessus il y a quelques années. Elle tomba au sol juste après que je me sois délecté de toutes les expressions qui passèrent sur son visage et, sans afficher le moindre sourire, je rentrai dans ma voiture démarrant en trombe en la laissant se vider de son sang au bord de la route.

Ma mission était terminée… Je n’avais plus qu’à prévenir Angelo et lire le résultat dans L.A.People.



@ Billy Lighter


Revenir en haut Aller en bas
Maritza Cortez
Maritza Cortez


Messages : 227
Date d'inscription : 05/08/2017
Age du personnage : 35
Localisation : Villa Reed


The Raven Waltz [PV Edward Fleming][TERMINE] Empty
MessageSujet: Re: The Raven Waltz [PV Edward Fleming][TERMINE]   The Raven Waltz [PV Edward Fleming][TERMINE] I_icon_minitimeVen 24 Mai - 21:50



The Raven Waltz
ft. Edward Fleming







Il n’aura fallu que de quelques petites vérifications sommaires pour que la voiture démarre, comme un charme, quand James me demande de tourner la clé. Je ne m’y connais pas en mécanique mais, je trouve ça étrange qu’une voiture arrête subitement, alors que, de ce que je peux voir, l’indicateur a essence indique un réservoir plein.

Ce qui compte, tout de suite, c’est que sa voiture fonctionne et que je puisse traverser la rue et retourner m’occuper de mes rosiers en attendant le retour de Jimmy.

Je suis déjà prête à mettre un terme à cette courte rencontre et traverser la rue mais il semble que James ait encore à me demander. Un verre d’eau peut-être ? Je l’avoue, ma patience commence à légèrement prendre le large, peut-être est-ce parce que je sens que quelque chose n’est pas net.

Et pour cause !

Il veut en fait que nous échangions nos téléphones.

Je le toise du regarde, prête à le remballer alors que le taxi passe tout juste derrière moi mais je n’ai pas le temps de réagir qu’il mentionne que Jimmy ne serait pas d’accord. Je me suis fais avoir comme une débutante par un journaliste, une taupe, un je ne sais quoi malotru qui n’a rien à faire ici.

Puis…

Il lève une arme et la pointe vers moi.  J’ai d’abord cru qu’un danger me guettais par derrière, aussi stupidement que cela puisse paraitre, je n’ai jamais cru, un jour,  être la cible d’un tireur fou.  La douleur irradie mon corps alors que je porte ma main à ma poitrine avant de tomber au sol.

Il y a comme un tsunami dans mes pensées. Comme si mon cerveau se court-circuitait et m’envoyait des pensées sortie de nulle part du genre ‘’ Tu as jardinner avec un pull blanc et tu ne l’as pas taché de terre mais in sera imbibé de sang !’’ ou encore ‘’ Et si personne ne me vient en aider, je vais mourir sur le trottoir, comme une sans-abri ? ’’

Je voudrais crier mais rien ne sort de ma bouche qui se remplit d’un goût ferreux dégoûtant, suffoquant.  La lumière du jour devient aveuglante au point où je dois fermer les yeux et, quand je les ouvre, tout est noir. Tout semble fonctionner au ralenti, et, alors que l’air devient de plus en plus rare, je ne pense qu’à Jimmy.  Sait-il à quel point je l’aime ?

Je ne peux pas croire que je vais mourir sans le lui avoir dit une dernière fois.




@ Billy Lighter


She can take it back, she will take it back some day… ©️Pink Floyd
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




The Raven Waltz [PV Edward Fleming][TERMINE] Empty
MessageSujet: Re: The Raven Waltz [PV Edward Fleming][TERMINE]   The Raven Waltz [PV Edward Fleming][TERMINE] I_icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

The Raven Waltz [PV Edward Fleming][TERMINE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Une Garde Pure [ prio ; Oméni, Raven, Gylfie ]
» Carnet de Raven Darkholme
» TERMINE : Petit meurtre entre amis. (Edward)
» Mes yeux s'égarent ... [Lysandre][TERMINE]
» SUJET TERMINE - L'alcool, les bêtises, toi et moi. [Allie]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: L.A Rocks :: Malibu :: Villa Reed-