AccueilRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez
 

 Light My Fire [PV Cash/Ruby][Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Billy Lighter
Billy Lighter


Messages : 2838
Date d'inscription : 24/09/2013
Age du personnage : 28
Localisation : Dans la mer avec les dauphins

Who Am I?
Birth place: Lafayette, Indiana
Je suis: Instable, possessif, sensible, perfectionniste
Song: Guns N'Roses - Estranged


Light My Fire [PV Cash/Ruby][Terminé] Empty
MessageSujet: Light My Fire [PV Cash/Ruby][Terminé]   Light My Fire [PV Cash/Ruby][Terminé] I_icon_minitimeMar 11 Mar - 18:24


Got thirteen channels of shit on the T.V. to choose from

Le calme, juste le son à peine audible de la télé allumée devant moi. Je zappais, encore et encore. Mon esprit est absent. Tourné uniquement vers ma vie. Billy, le pauvre petit gamin apeuré, sans défense. C’est ce même Billy là, devant la télévision. A cause d’Amon, à cause d’hier et d’aujourd’hui. L’article fièrement appelé « Sweet Child O’Mine ». Amon m’avait vaincu, Amon m’avait anéanti et je doutais vraiment qu’il se rende compte à quel point. Je lui en avais trop dit et j’avais l’impression que l’article de ce matin n’était que l’apéritif. Dedans, il avait prouvé n’être ni con, ni intelligent. Les conséquences ? Dramatique. Pour mon petit cerveau de bipolaire, ça l’était. Le drame de l’année. Ma défaite, plus que l’article. Je m’en voulais à moi, en fait, au fond. Et pourtant… J’étais calme… Trop calme… Je n’avais qu’une envie… Et il fallait que je le fasse. Il fallait que je…

I got a strong urge to fly. But I got nowhere to fly to.

Fuie… Fuir loin d’ici. Avec Ruby, si tant était qu’après cela elle veuille encore de moi. L’article, le drame… Gaïana devait avoir adoré. J’avais perdu contre elle aussi, en même temps. Il ne me restait vraiment que la fuite. Tout comme j’avais fui l’Indiana. Indiana que j’avais quitté pour ne plus avoir peur, pour ne plus être le faible. Mais je l’étais à nouveau. Car j’avais été faible et j’avais maintenant peur. De quoi ? D’Amon ? De Gaïana ? De la réaction de Ruby ? Du reste du monde ? Non, j’avais peur de Lighter. De ce qu’il pourrait faire. Car je sentais mon cerveau bouillonner alors que ma cigarette allumée depuis quelques minutes se consumait d’elle-même. Fuir donc… Mais pour aller où ? Comment je peux fuir alors que je cherche à me fuir moi-même ? Partout où j’irai, Lighter me suivra. Donc, il fallait que je le fasse… Maintenant, avant qu’il ne soit trop tard… Il fallait que je…

When I try to get through. On the telephone to you. There’ll be nobody home.
Téléphone… Téléphone à Ruby, à Cash. Je me levai, tel un zombie, et me dirigeai vers le téléphone, de la même manière… Les deux seules personnes capables de me sauver de moi-même, de me comprendre. Au moins un minimum. Je téléphonai à Cash. Personne. Je téléphonai à Ruby… Une fois, deux fois, trois fois. Mais…

Ooooh, Babe, when I pick up the phone. There’s still nobody home.

Personne. Encore et encore personne. Où était-elle ? Un homme censé aurait pensé : elle doit être sortie. Billy Lighter pensait : elle est partie, loin, à cause de l’article. Elle me hait et elle à raison de le faire ! Dramatisation. Paranoïa. Le parano est égocentrique parce qu’il croit que tout se rapporte à lui. Tous les regards, tous les mots, tout, absolument tout lui était destiné d’une manière négative. Je le savais, au fond, je m’analysais, sans cesse. Et pourtant je n’arrivais à me défaire de cette idée que tout le monde était contre moi. Même Ruby… Ruby devait être fachée. Et c’est pour cela qu’elle ne décrochait pas. Oh, Ruby, je suis tellement désolé ! Je n’avais laissé aucun message à la seule fille qui comptait pour moi…  Seul à Cash, j’en avais laissé un… Et je lui avait dit d’une voix calme, trop calme, trop neutre : « Viens… Viens vite… ».

Je m’étais ensuite retourné faisant face à mon salon. Trop bien rangé le salon… Tout comme j’étais trop calme. Seul les 70 exemplaires de L.A. People de ce matin, en pile sur ma table basse, venait perturber cet ordre méthodique. Car hier soir, j’avais rangé. A la Lighter. Tout droit, tout à égale distance. Les vinyles par ordre alphabétiques minutieusement rangé dans l’armoire qui était en dessous la télévision. Il y avait la même distance entre l’armoire en question et la table basse, qu’entre la table basse et le fauteuil. Même les canettes vides, sur l’appui de fenêtre était à égale distance les unes des autres. Et je regardais mon salon… Cette fois c’était clair… Il fallait que je le fasse… Il fallait que je…


Détruise !!! Je balançai la télé à terre avant de tout détruire. Arracher les tentures, balancer les canettes, retourner le fauteuil. Filer à la cuisine, balancer toute la verrerie des armoires. Ca fait un bruit aigus quand sa s’éclate sur le sol. Puis je pris ce foutu couteau et j’allai dans ma chambre tout déchirer. Du matelas aux couvertures. Puis je revins au salon et je lançais  le couteau droit dans le mur où il s’y planta.

En fait de compte j’avais besoin de personne ! Non ! Je n’avais jamais eu besoin de personne ! Et je n’aurais jamais besoin de personne ! Ni de Lenny, ni de Cash, ni de Ruby ! Rien, ni personne !!!

Le rangement était mort. Seul la table basse et le divan était encore là. La table avec les magazines en pile dessus. Ca uniquement et rien d’autre. Le reste n’était que carnage. Je me plantai devant la petite table. Comment des mots pouvaient autant me faire de mal, comment de simple lettres mises les unes à côtés des autres pouvait faire autant de dégâts ? Et n’en faisaient-elles qu’à moi ? Serais-je le seul à en souffrir ?

La souffrance… Devait s’arrêter… Cette souffrance qui m’entraina jusqu’à ma cuisine où je sortis la bouteille de Jack. Retour au salon où je me plante devant la table basse. Je bois un coup. Le liquide brûle ma gorge. Le vide le whisky sur la pile de ma main bandée. Le bandage est à moitié rouge. Je ne l’ai pas changé depuis hier. Je lâche la bouteille. Elle ne se brise pas, elle roule plus loin. Puis je sors mon briquet. Un Zippo. Je regarde la flamme… Elle est rougeoyante et bouge. Le feu bouge tout le temps. Le feu bouge et consume. C’est pour ça qu’il ne peut être vaincu que par l’eau. L’eau c’est calme, ça fait un bruit apaisant. Le feu, ça craque, ça fait un bruit sourd. Seul un homme calme peut raisonner un homme en rage. C’est pour ça que l’eau bat le feu…

Je lâche le briquet, les magazines prennent feu. La table aussi. Et je vais m’installé sur le seul divan encore debout. Et je regarde. Sans bouger…


Lighter t’as gagné. J’en peu plus, je rends les armes. Tu es le plus fort, t’avais raison. Raison depuis le début. Depuis que je t’ai regardé la première fois dans les yeux. Tu m’as détesté ce jour là ? Le jour où j’ai poussé mon premier cri ? Sûrement, vu que depuis ce jour tu essayes une chose : en finir avec moi. Et bien, mec, t’as réussis. Aujourd’hui, tu m’as vaincu... Tu le liras demain dans la presse… Un article d’Amon, sûrement…

A quoi je pense alors que la fumée envahi mon appartement ? Alors que le feu est toujours entrain de faire son travail ? A Ruby et à Cash… Et une larme coule. Parce que je n’arrive pas à avoir peur et, paradoxalement, ça m’effraye. Pas peur de mourir ou pas peur parce que je sais que je vais être sauvé ? J’en sais rien, au fond…

Mais bientôt je n’entends même plus mon esprit. Parce que la fumée me fait perdre peu à peu connaissance. Mes yeux se ferme, mes larmes sèches et je crois que tout est terminé…

Lyrics from Pink Floyd, Nobody Home


Nothing last forever and we both know hearts can change ©️ GN'R


Dernière édition par Billy Lighter le Mer 23 Avr - 14:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://la81rocks.forumgratuit.be
Cash Izbel
Cash Izbel


Messages : 769
Date d'inscription : 07/10/2013
Age du personnage : 24
Localisation : L.A.

Who Am I?
Birth place: Los Angeles
Je suis: introverti, gentil, shooté
Song: Nightrain - Guns'n Roses


Light My Fire [PV Cash/Ruby][Terminé] Empty
MessageSujet: Re: Light My Fire [PV Cash/Ruby][Terminé]   Light My Fire [PV Cash/Ruby][Terminé] I_icon_minitimeMer 12 Mar - 10:46


Hey you ! out there in the cold
Getting lonely, getting old, can you feel me ?

J'avais besoin de Billy. Ca faisait plus des heures que je errais sans but dans L..A.... Depuis que Billy ne s'était pas pointé au studio pour enregistrer. Et plus les heures passaient, plus j'étais angoissé. C'était le manque: je m'ennuyais, alors j'étais en manque. Mais faudrait que je tienne le coup. Parce que Billy pourrait très bien se pointer demain ou après, et on pourrait continuer, s'occuper de nouveau, oublier le reste du monde.

Hey you ! Standing in the aisles
With itchy feet and fading smiles, can you feel me ?

Mais, Billy revenait sans cesse dans mon esprit, que je soit à la plage, dans les magasins de disques où je n'achetait rien, dans un bar entrain de boire un Jack. Et je me rendis compte que ce n'était pas le manque qui m'angoissait. D'une façon que je n'arrivais pas à m'expliquer. Et pourtant, je n'osais pas aller jusque chez lui. Tout en sachant très bien que c'était pour ça que j'errais, maintenant: c'était chez Billy que je voulais aller, sans me résigner à oser le faire. Je ne voulais pas le perturber. Si je le faisait, il ne viendrait au studio ni demain, ni après, ni même dans un mois. Je devais lui laisser le temps.

Jusqu'au moment où mon estomac se retourna. J'avais peut-être bu un peu plus que ce que je pensais. Ou alors c'était l'angoisse. En tout cas, que ce soit du à l'un ou l'autre, c'est ce qui me décida à filer, en courant, chez Billy. J'étais persuadé qu'il avait besoin de moi et que si je devais y aller, c'était maintenant!

Je courus jusqu'à l'appartement de Billy et heureusement que j'avais tourné dans un court périmètre tout autour pendant toute la journée et que je n'étais pas trop loin. Mon coeur protestait, m'envoyant des coups de poings irréguliers depuis l'intérieur de ma cage thoracique, me mettant presque les larmes aux yeux. Ou alors, c'étaient parce que je ne pouvais arrêter de penser: "Billy... Billy... Billy... Non..." Sans trop savoir ce que je ne voulais pas que Billy fasse.

La porte de l'appartement était ouverte et de la fumée se distillait par dessous la porte. Je bourrai dedans, sans réfléchir. Et je découvris Billy assis dans son fauteuil, comme endormi. Le feu commençait à manger la moquette et le tapis du mur en plus de la table de salon. Tout était détruit, mais je remarquai les canettes disposées à égale distance l'une de l'autre. Ce n'était pas la première fois que je voyais ça. Mais c'était la première fois qu'il foutait le feu.

Même pas la peu d'essayer d'éteindre le feu. C'était peine perdue. Il fallait que je sorte Billy de là. Je fonçai sur lui, m'agenouillant devant lui, sentant la chaleur du feu à proximité brûler la toile de mon jeans troué et mes genoux meurtris. Je mis une claque à Billy pour essayer de le réveiller, sans succès. Je hurlais...

Hey you ! don't help them to bury the light
Don't give in without a fight.

-BILLY! BILLY! DEBOUT!

Mais seul me répondais le crépitement du feu de plus en plus menaçant. Je posai mes deux mains sur le visage de Billy. Je faisait quelque chose de dangereux en restant là. Mais je n'avais pas le choix. Je ne me sentais pas capable de le porter maintenant. Il fallait que je récupère. Mais la peur qui ne cessait de monter en moi ne laissait aucun répi à mon cœur en miettes. Les larmes coulaient abondamment sur mes joues. Parce que la fumée piquait mes yeux, parce que j'avais peur pour Billy et parce que j'imaginais pas qu'il avait pu en arriver là. Sans raison apparente.

-BILLLYYYYYYYY!!!!!!!!!

Hey you ! with your ear against the wall
Waiting for someone to call out would you touch me

Tant pis. Fallait que je prenne le risque. Je pris les deux bras de Billy et les passai par au dessus de mon épaule. Puis je le hissai tant bien que mal sur mon épaule, mais, me relevant trop vite et ma circulation sanguine complètement perturbée, la tête me tourna pendant quelques seconde. Mais il suffit que je mette mon pieds dans le feu par accident pour reprendre mes esprit. Je poussai un cri, le retirai et sortit de l'appartement, la semelle de ma basket complètement fondue.

Hey you ! would you help me to carry the stone
Open your heart, I'm coming home

Je n'ai aucun souvenir de comment je suis arrivé en bas sans encombre. Le fil de mes souvenirs ne reprend qu'avec Billy allongé sur le trottoir. Pris par une quinte de toux horrible à cause de la fumée, j'étais à genoux à côté de Billy, la tête posée contre son torse, mes larmes qui ne cessaient de couler mouillant le t-shirt de Billy. Autour de nous, une foule de curieux. Des voisins vinrent et je sentis des mains sur mes épaules, j'entendis, de très loin, des voix me dire que les pompiers arrivaient. Et partout autour, des cris de surprise quand la vitre de l'appartement de Billy se brisa à cause de la chaleur.

Mais je m'en foutais. La seule chose qui importait, c'était Billy. Je martelai tout en toussant le torse de celui-ci.

-BILLY! BILLY! REVEILLE-TOI! RESPIRES!

Il fallait qu'il ouvre les yeux! Il ne pouvait pas me laisser tout seul, perdu à L.A. parce que...

Hey you ! don't tell me there's no hope at all
Together we stand, divided we fall.

Si Billy partait... Je partirais aussi.

Et quand les sirènes se firent entendre, Billy se mit à tousser bruyamment.

Lyrics from Pink Floyd, Hey You


Guitars are like women. You'll never get them totally right. ©️ Slash


Dernière édition par Cash Izbel le Ven 14 Mar - 21:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Billy Lighter
Billy Lighter


Messages : 2838
Date d'inscription : 24/09/2013
Age du personnage : 28
Localisation : Dans la mer avec les dauphins

Who Am I?
Birth place: Lafayette, Indiana
Je suis: Instable, possessif, sensible, perfectionniste
Song: Guns N'Roses - Estranged


Light My Fire [PV Cash/Ruby][Terminé] Empty
MessageSujet: Re: Light My Fire [PV Cash/Ruby][Terminé]   Light My Fire [PV Cash/Ruby][Terminé] I_icon_minitimeMer 12 Mar - 13:53

Mes pieds pendent dans le vide. Je les fais balancer d’avant en arrière. J’ai 4 ans… Aucun son ne me vient à part celui de l’horloge de la cuisine. Je suis assis sur une chaise trop haute pour moi, je mange mes céréales. Ils craquent sous mes dents. En face de moi, mon père. Sur le côté, ma mère. Du reste, le silence. Juste les craquements des céréales et l’horloge.

« Ferme-là, William ! ». La voix de mon père, calme, trop calme. J’arrête de mâcher. Mon cœur bat plus vite. Ma mère ne dit rien. Elle se lève, va vers l’évier, commence la vaisselle. Toujours ce silence, j’avais l’impression qu’on entendait les battements de mon cœur dans toute la pièce. Puis ce bruit de verre qui casse. Ma mère a laissé tomber un verre. Sur le sol... Le liquide qu’il y avait dedans s’était répandu sur le carrelage noir et blanc. Je frémis… Je sentais la crise venir...

Mon père se leva brusquement. Fonça vers ma mère. Je bouchai mes yeux avec mes petites mains. Instinctivement. Car je savais. Tous les jours la même chose. J’entendais les cris de ma mère et les coups qui tombaient. Je me levai. Courrai vers les couloirs, m’enfermai dans le placard, sous l’escalier. Je bouchais mes oreilles pour ne plus entendre les cris et les coups. Je finis par chanter, doucement. Me balançant d’avant en arrière pour me rassurer. Mes yeux fixant la porte du placard. Quand ma chanson s’acheva je débouchai mes oreilles. Plus de cris, juste le grincement de la porte qui s’ouvre. La porte juste devant moi… Mes yeux s’écarquillent, mon cœur bat encore plus vite. Et là…


Le noir… Toujours le même rêve. Le même souvenir. Mais là, je ne me réveille pas dans mon lit. Je suis toujours dans ce noir. J’y flotte, pire, j’y plane. Où était la sortie? J'essaye de crier mais j'ai l'impression que personne ne m'entend. Pire, j'ai l'impression qu'aucun son ne sort. Et pourtant, je veux sortir. Je veux qu'on m'aide. Je veux retrouver Ruby. Retrouver Cash... Je cherche mais je ne trouve rien... Car personne ne m'entend et personne ne répond... Jusqu'à cette voix. Celle de Cash qui m'appelle. J'entend la douleur dans sa voix. Il me cherche. Oh, mais bordel... Pourquoi j'ai fais ça? Pourquoi je lui ai fait du mal? Encore... Je suis la voix... Je la suis et j'ai l'impression que ça prend des heures jusqu'à ce que...

Le réverbère m’éblouisse. Les bruits alentours m’effrayèrent. Et je toussai bruyamment. Ma gorge me brûlait. Comme si j’avais bouffé du feu. Mes yeux grands ouvert je distinguai des tonnes de gens penché vers moi. Mon t-shirt était mouillé et je pouvais sentir et entendre Cash sangloter, sa tête posé sur mon torse. Je l’avais fait pleurer. Je me rappelais de tout. L’article, le feu… Qu’est-ce que j’avais fait ? Pourquoi j’avais fait ça ? Bordel pourquoi ?

Je me redressai sur mes coudes. Les larmes aux yeux. J’étais en vie. Je n’étais pas fâché de ça. Je n’étais pas heureux non plus. Car en me ratant j’avais pu voir les dégâts de mon actes à travers les larmes de Cash.

-Je suis désolé…

Ma voix était rauque et amochée. Je toussais toutes les minutes, ma respirations était difficile. Les pompiers étaient là et avait commencé leur travail.

-Cash… Je suis désolé… Il le fallait…

Je pleurais alors que l’ambulance arrivait.


Nothing last forever and we both know hearts can change ©️ GN'R
Revenir en haut Aller en bas
http://la81rocks.forumgratuit.be
Cash Izbel
Cash Izbel


Messages : 769
Date d'inscription : 07/10/2013
Age du personnage : 24
Localisation : L.A.

Who Am I?
Birth place: Los Angeles
Je suis: introverti, gentil, shooté
Song: Nightrain - Guns'n Roses


Light My Fire [PV Cash/Ruby][Terminé] Empty
MessageSujet: Re: Light My Fire [PV Cash/Ruby][Terminé]   Light My Fire [PV Cash/Ruby][Terminé] I_icon_minitimeJeu 13 Mar - 21:57


Les yeux gonflés de Billy s'ouvrent, mélange incompréhensible de vert, de bleu et de rouge. Son regard est d'abord perdu, s'arrête une seconde, me trouvent, puis se ferment. J'ai arrêter de martelé le torse de mon ami et mes sanglots se changent en un fou rire incontrôlé. Il se met alors à tousser comme si un démon cherchait à cortir de son corps. C'est ça. C'est un exorcisme. Il s'est soigné par le feu. Et c'est entrain de marcher. J'aurais du le savoir: Billy ne fait jamais les choses à moitié.

Soulagé, je ris, je pleure, je ne sais pas trop ce que je fais et aucune guitare en ce moment ne peut m'aider à m'exprimer. Mon corps tout entier est complètement perdu et ne sait pas ce qu'il doit faire. Billy murmure d'une voix rauque. Mais je m'en fous que sa voix soit foutue, c'est pas l'important. L'important est que cet enfoiré à ouvert les yeux, qu'il ne m'a pas abandonné.

Billy s'excuse, je relève la tête, mes poings toujours accrochés à son t-shirt. Je secoue la tête. Non. Non Billy, tu n'as pas à t'excuser. Je ne comprends pas toujours tout, je ne réagis pas toujours comme il faut. Mais je sais que tu fais les choses pour une raison. Y a toujours une raison. Même si elle échappe au commun des mortels.

Je sens qu'on me manipule, mais mon attention est sur Billy. Des gens s'occupe de lui également. Un homme en blouse blanche lui enfile un masque à oxygène, un autre fait de même avec moi. On m'attrape le bras, on prends ma tension... Puis on me tire en arrière... On m'éloigne de Billy.

J'envoie un coup de coude à l'aveuglette qui doit avoir atteins sa cible parce que je suis libre. Et je reviens près de Billy comme un aimant, c'est plus fort que moi.

-Laissez-le! Ça sert à rien!

Des voix s'élèvent autour de nous.

-Non! On peut pas! Son cœur par en vrille!

Je n'y fais pas attention. A travers mon masque, j'arrive à articuler.

-C'est fini.

Je n'ai aucune conscience de la douleur. De mes brûlures, de mon cœur qui est près d'éclater. Je reste près de Billy. Puis, la voix de Lenny, pas à notre adresse.

-Vous vous imaginez si ce petit enfoiré crève?! Laissez-le là mais faites ce qu'il faut, putain!

Nouveau contact inconnu. Puis la sensation d'une aiguille dans mon bras qui suffit à me calmer instantanément. Quelque chose de connu, un repère. Cela capte mon attention, je regarde l'infirmier, interrogateur. Héroïne?

D'autres tournent autour de Billy. Je les laisse faire, tant qu'ils ne le bougent pas. Mais fusille du regard quiconque fait un geste brusque à proximité. Aussi dangereux qu'un loup protégeant son frère.


Guitars are like women. You'll never get them totally right. ©️ Slash
Revenir en haut Aller en bas
Billy Lighter
Billy Lighter


Messages : 2838
Date d'inscription : 24/09/2013
Age du personnage : 28
Localisation : Dans la mer avec les dauphins

Who Am I?
Birth place: Lafayette, Indiana
Je suis: Instable, possessif, sensible, perfectionniste
Song: Guns N'Roses - Estranged


Light My Fire [PV Cash/Ruby][Terminé] Empty
MessageSujet: Re: Light My Fire [PV Cash/Ruby][Terminé]   Light My Fire [PV Cash/Ruby][Terminé] I_icon_minitimeVen 14 Mar - 11:31

Cash pleurait et riait en même temps. De la joie ? De la tristesse ? De l’incompréhension ? Non, c’était probablement bien plus simple que ça. Uniquement la joie que je sois en vie et l’hystérie du moment. Le soulagement. Et moi ? Etais-je soulagé ? Sur le moment, alors que Cash était toujours près de moi, oui je l’étais. J’étais heureux d’être en vie pour lui. Qu’aurait-il fait si j’y étais resté ? Je n’osais même pas l’imaginer.

Je m’excuse. Mille fois je le fais. Les larmes coulent sur mon visage car j’ai l’impression que mille excuse ne changeront rien à ce que j’ai fais à Cash. Et je m’en voulais et je dramatisais. Encore. Même si là, c’était réellement dramatique et je le savais. Mais Cash me fait « non » de la tête. Cash… Cash ne m’en voulait jamais et cette idée ne fis qu’accentuer mes larmes.

Et, alors que je voulais me relever et m’en aller loin d’ici avec Cash, des gens commencèrent à ma manipuler. Masque d’oxygène. Il y avait-il concert ce soir ? Devais-je être à l’heure à un de ces foutus rendez-vous ? J’étais troublé car je ne savais pas ce qu’il se passait et le stress revint telle la grippe les jours de pluie.

Ils me séparèrent de Cash et je tendis la main vers lui sans pouvoir l’atteindre. Laissez-moi !!! Laissez-le !!! J’entendais des gens parler autour de moi. Ils parlaient tous vivement. Certains donnaient des ordres, certains criaient, d’autres stressaient ou était fâché. Je n’entends plus Cash… Je me débats. Un peu, pas assez. J’avais plus de force. Je veux me boucher les oreilles, ne plus rien entendre !! Je veux qu’on me foute la paix !!! Les médecins me manipulent sans cesse et je m’affole à chaque fois.

Cash revint vers moi. Il me dit « c’est fini ». Qu’est-ce qui est fini ? Oh Cash réponds-moi ! L’incendie ? Ma carrière ? Ma vie ? Notre vie ? Je suis trop chamboulé pour comprendre et j’entends Lenny au loin. Il est fâché, affolé. Il répond tout le temps.

-S’ils crèvent vous aurez affaire à moi !

Et d’autres trucs similaires. Je veux me lever, mais on m’en empêche. Les bruits extérieurs me rendent de plus en plus dingue alors je réussis enfin à sortir un son.

-Lâchez-moi, merde ! Foutez-moi la paix ! Foutez la paix à Cash !

Je m débats de plus en plus alors que je vois Cash se détendre. Que leur avait-il fait ? Pourquoi était-il comme ça ?

-Vous lui avez fait quoi, merde ???!!

Personne pour me répondre. Juste des « calme-toi » ou des « il faut vite le calmer » qui ne m’était pas adressé. Jusqu’à la sensation d’une piqûre qui me fis sombrer, à nouveau, dans les abîmes de mes horribles souvenirs.

----

C’est dans un lit que je me réveille. Un lit tout blanc. Celui de l’hôpital. Je me sentais très mal. J’avais mal à la tête, à la gorge. J’étais perdu… Où était Cash ? Je voyais trop flou pour savoir s’il était ici ou ailleurs… Je n'ai que le souvenir des magasines qui crâment et du mon t-shirt mouillé par les pleurs de Cash.


Nothing last forever and we both know hearts can change ©️ GN'R
Revenir en haut Aller en bas
http://la81rocks.forumgratuit.be
Cash Izbel
Cash Izbel


Messages : 769
Date d'inscription : 07/10/2013
Age du personnage : 24
Localisation : L.A.

Who Am I?
Birth place: Los Angeles
Je suis: introverti, gentil, shooté
Song: Nightrain - Guns'n Roses


Light My Fire [PV Cash/Ruby][Terminé] Empty
MessageSujet: Re: Light My Fire [PV Cash/Ruby][Terminé]   Light My Fire [PV Cash/Ruby][Terminé] I_icon_minitimeVen 14 Mar - 21:26


Billy devient flou. Puis le reste du monde. Puis le décor change.

Je suis chez ma grand-mère, dans le jardin, les oiseaux chantent. C'est l'été, je crois. On est à L.A., mais dans un petit sanctuaire de verdure. Ma grande soeur ris en jouant à la poupée à l'entrée. Moi, j'essaye d'attraper des insectes. A côté de moi, dans un bocal, un petit lézard que je viens d'attraper. Il me regarde et je lui souris. Personne ne me comprend mieux que les animaux. Il y a Sparky le chien de ma grand-mère, Mickey le vieux rat de mon père, et moi, moi, je suis un dinosaure ou parfois un lion et encore plus souvent, le frère de Sparky.

J'ai 3 ans et devrait ne jamais arrêter de parler et de poser des questions. Mais je m'exprime très peu. Non, je parle très peu. Je m'exprime tout à fait bien, mais par des aboiement, des grognements, des rugissement... Ils sont pour moi bien plus expressifs que n'importe quel mot.

Le lézard semble me rendre mon sourire. Puis me tire la langue. Alors je lui tire la langue aussi. Puis, des myriades de couleurs attirent mon attention. Un papillon vient se poser sur une feuille juste devant moi. Je le regarde, il bat un peu des ailes. Puis, avec un geste incroyablement rapide et doux en même temps pour un enfant de mon âge, le l'attrape à deux mains, sans refermer totalement mes doigts, comme une petite prison de chair temporaire.

Une fois le papillon bien en main, je cours vers ma soeur. Et je tends mes mains vers elle, en lui souriant, mais sans piper un mot. Et puis j'ouvre doucement mes mains. le papillon est là , paisible, comme si je ne l'avais jamais emprisonné. Ma soeur me sourit en voyant les belles couleurs de ses ailes.

-Il est beau Cash! Attrapes-en d'autres!

Je hoche la tête mais mon regard est fixé sur le papillon. Il se tourne vers moi me regarde avec ses milliers d'yeux intelligents. Intelligent comme Billy, aux ailes aux dessins et aux couleurs parfaites et complexes, comme Billy. Billy bat des ailes... Et s'envole.

Pendant que moi, je tombe lourdement. Sans vraiment tomber. Je suis sur un lit. Je crois. J'ouvre les yeux pour être sûr. Je vois Billy, couché sur un autre lit à côté de moi. Un homme en blouse blanche s'approche de moi. Et, par réflexe, comme si j'avais encore trois ans, un long grognement sourd émane du plus profond de ma cage thoracique alors qu'il approche.

Mais je me lève brusquement que quand c'est vers Billy qu'un autre s'approche. Deux infirmières me retiennent ainsi que l'homme. Je mords un bras, quelqu'un hurle, mais je ne sais pas qui c'est.


Guitars are like women. You'll never get them totally right. ©️ Slash
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité



Light My Fire [PV Cash/Ruby][Terminé] Empty
MessageSujet: Re: Light My Fire [PV Cash/Ruby][Terminé]   Light My Fire [PV Cash/Ruby][Terminé] I_icon_minitimeSam 15 Mar - 18:04

- Oui allô ? Ah salut Lenny ! ... Heu... QUOI !? ... Oui... Oui je vois... Je... D'accord. Oui, tu as bien fait... Ne t'inquiète pas pour moi... D'accord, on se voit là-bas. Merci de m'avoir prévenue en tout cas.

Je repose le téléphone à sa place. Je reste un instant immobile debout, à côté de la petite table sur laquelle je viens de reposer le combiné. Je regarde ce petit appareil de plastique sans vraiment le regarder. En fait, il me faut un certain temps pour encaisser la nouvelle que je viens d'apprendre. Quel objet étonnant cet appareil n'empêche. Il peut changer la vie d'une personne en un instant. Il n'y a même pas une minute, j'étais tranquillement assise sur mon canapé, en train de regarder les offres immobilières des environs de LA. Comme si de rien n'était. Et voilà que la minute suivante, Lenny m'appelle pour m'annoncer que j'ai bien failli perdre l'homme de ma vie et son meilleur ami. La vie est vachement mal faite parfois. Pendant que j'étais en train de feuilleter ce catalogue, j'étais loin de me douter qu'à quelques rues de chez moi, dans un immeuble que je connais plutôt bien maintenant, dans un appartement qui m'est devenu familier, les poumons de deux hommes s’embrasaient dans la fumée d'un incendie. Pendant que le calme et le silence régnaient chez moi, le feu réduisait en cendre l'appartement de Billy.

Je suis encore trop sous le choc pour faire comprendre à mes membres qu'ils doivent bouger, s'activer pour aller rejoindre mes hommes. Mais ils sont têtus mes membres, ils refusent de faire le moindre mouvement. Un silence de mort plane dans mon appartement alors que, dans mon esprit, des centaines de voix crient à l'unisson. Elles forment une longue plainte aiguë et mélancolique. Puis c'est le déclic. D'un coup, j'attrape le téléphone et son support et les envoie tous les deux s'écraser contre le mur. Le plastique éclate dans un bruit sourd. J'observe les morceaux qui se sont éparpillés au sol. Alors que je réalise la violence de mon geste, je sens mes yeux se mouiller. Lentement, silencieusement, des larmes salées viennent rouler le long de mes joues pour venir s'échouer au coin de ma bouche. Je les essuie du revers de la main et je tourne le dos à la carcasse sans vie du téléphone. Il faudra que je pense à en acheter un nouveau.

Après le choc, vient la panique. Je prends conscience que le temps est compté. Qui sait dans quel état sont Cash et Billy ? Ils ont besoin de moi. Ou peut-être est-ce moi qui ai besoin d'eux ?

Je ne me suis jamais habillée aussi rapidement. Je prends les premiers bouts de tissu qui me passent sous la main. Le maquillage, on oublie. J'enfile des baskets en quatrième vitesse, j'attrape mon sac et mon blouson et sort de mon appartement. Je tremble tellement que j'ai du mal à fermer la porte à clé. Difficile de bien viser la serrure dans ces conditions. Je descends les marches d'escaliers aussi vite que je peux et, une fois arrivée sur le trottoir, je démarre ma course jusqu'au métro. Direction l'hôpital.

Dans le métro, entourée de tous ces passagers qui se bousculent, je me sens mal. Certains me dévisagent, sûrement à cause de mes yeux bouffis et rouges. Ou peut-être parce que je tremble comme une folle et que je regarde à gauche et à droite comme une imperactive. Vite vite vite vite. Dépêche-toi le métro. L'arrêt de l'hôpital arrive enfin et je me faufile entre les personnes aussi vite que je peux. Je fais un sprint final jusqu'à l'hôpital. Mes poumons sont en feu mais c'est le cadet de mes soucis. Ce n'est pas ce feu-là qui m'importe mais celui qui a bien failli tuer Cash et Billy.

J'entre dans le bâtiment par la porte principale et m'adresse à la réception, complètement affolée.

- Bonjour !! J'ai deux amis.. Ils.. Un incendie.

La réceptionniste me regarde avec de grands yeux comme si j'étais une échappée d'un asile. Je reprends ma respiration et reformule plus calmement mes mots.

- Est-ce que vous pourriez m'indiquer les chambres de Cash Izbel et Billy Lighter s'il-vous-plaît ?

La réceptionniste acquiesce de la tête et tapote quelques mots sur l'ordinateur qui se trouve devant elle. Puis elle relève la tête pour me dire qu'ils sont tous les deux dans la chambre 309, au troisième étage. Elle ajoute qu'ils ont été hospitalisés il y a 30 minutes et qu'ils viennent de se réveiller. Elle me conseille d'attendre encore un moment, le temps qu'ils reprennent gentiment conscience et qu'ils se calment.

- D'accord, je vous remercie madame.

J'attends qu'elle baisse à nouveau les yeux sur son ordinateur et je fonce vers l’ascenseur. Vite, vite, viiiiite. La boîte de métal descend et les portes grises s'ouvrent. Je m'engouffre à l'intérieur et appuie au moins quatre fois sur le bouton du troisième étage. Les portes se referment. Pendant que l’ascenseur monte au troisième, ce qui a duré au plus une minute, j'ai le temps de me faire tous les films possibles et inimaginables. Les portes s'ouvrent à nouveau, me libérant de mes pensées d'horreur. Je reprends ma course. Les numéros des chambres défilent sous mes yeux. 301, 302, 303, 304, 305, 306, 307, 308, 30... BAM ! Je fonce contre un homme en chemise blanche.

- Où aller-vous comme ça mademoiselle ? Vous ne pouvez pas entrer dans cette pièce ! Veuillez attendre dans la salle d'attente s'il-vous-plaît.

Je sens qu'on m’attrape par le bras. On me tire en arrière, m'éloignant de la chambre 309. Non... NON ! La lente plainte aigüe recommence à l'intérieur de ma tête.

- NON ! JE DOIS ENTRER ! LAISSEZ-MOI !

Je me débats comme je peux, tirant sur la chemise du médecin.

- LAISSEZ-MOI LES VOIR ! CASH ! BILLY !!
Revenir en haut Aller en bas
Billy Lighter
Billy Lighter


Messages : 2838
Date d'inscription : 24/09/2013
Age du personnage : 28
Localisation : Dans la mer avec les dauphins

Who Am I?
Birth place: Lafayette, Indiana
Je suis: Instable, possessif, sensible, perfectionniste
Song: Guns N'Roses - Estranged


Light My Fire [PV Cash/Ruby][Terminé] Empty
MessageSujet: Re: Light My Fire [PV Cash/Ruby][Terminé]   Light My Fire [PV Cash/Ruby][Terminé] I_icon_minitimeDim 16 Mar - 1:04

Le lit, il n’est pas froid. Il est chaud et moite à cause de la sueur. Je frissonnais de froid et de chaud. Est-ce que je suis malade ? Je ne sais pas, je suis encore désorienter. J’ai l’impression que la pièce est vide sans en être totalement sûr. Je regard le plafond. Je n’arrive pas à tourner la tête où à me redressé. Sûrement le choc. Ou un truc explicable par des médecins surdiplômés.
J’avais cramé mon appartement… Et probablement tout ce qu’il y avait dedans. De mes lettres de ruptures écrites part mon ex à tous mes vinyles. Je n’arrivais pas à en être triste. Comme si j’avais eu besoin de bruler tout ça. Était-ce une manière inconsciente de rayer le passer et tout recommencé ? Non. Parce que je savais qu’il en fallait plus pour rayer le passer. Brûler des objets ne suffisait pas.

J’étais bien dans ce lit. En fait, je voulais y rester. Je voulais m’y endormir. Pour toujours. J’allais fermer les yeux quand un homme en blouse blanche s’approcha de moi. J’avais peur maintenant. Ce type s’approchait. Il voulait me tuer ? Je frissonnais et c’est là que je l’entendis… Cash… Il grognait et se débattait. Je réussis, enfin, à tourner la tête vers lui. Depuis tout ce temps, il avait été dans le lit à mes côtés. Deux infirmiers essayaient de l’empêcher de se débattre et de faire hurler de douleur les infirmiers. Était-ce pour moi qu’il faisait ça ? Oui, parce que Cash tenais à moi… Merde… Il y tenait vraiment et moi, j’avais tout brûlé…

-Cash… Calme-toi… Il va rien me faire.

Je n’en étais pas certain moi-même à vrai dire. Mais je voulais que Cash se calme parce que je voulais du calme. Plus d’affolement… Juste le silence. Le médecin était au dessus de moi et commença à me parler. Mes poumons, ma gorge, la chance que j’avais eu d’être encore en vie. Tant de blabla que disaient sans cesse ces foutus médecins. Apparemment, je n’allais pas pouvoir chanter pendant un bon mois. Soit… Moi j’avais de la patience…

-Ok… Je…

J’allais faire un rant comme quoi je n’en avais rien à faire d’être dans ce foutu état mais le médecin m’ordonna de parler le moins possible. Personne ! Non personne n’empêchera Billy Lighter de causer !

C’est le son derrière la porte qui m’empêcher de dire ses quatres vérités au médecin. La voix de Ruby. Et là, ouais là je pleurs. Et le médecin ne capte que dalle. Il ne sait pas pourquoi je pleurs sans raison apparente. « LAISSEZ-MOI LES VOIR ! CASH ! BILLY ! ». Je tremble et le médecin me demande si ça va… Je réponds d’une voix d’enfant apeuré.

-Elle sait… Elle sait… Elle va m’en vouloir…

Le médecin me demande qui en posant sa main sur mon bras. Je retire violement sa main de là et il recule d’un pas.

-Ne me touche pas !

Je regarde Cash, j’angoisse. Je suis tourné vers lui en position fœtal.

-Cash… Elle sait…

Cash était mon seul soutien, mon seul espoir. Qu’allais-je dire à Ruby ? Comment allais-je lui expliquer que je n’ai pas réussis ? Que je n’ai pas tenu ma promesse d’être toujours le même Billy. Je cherchais quoi dire alors que j’étais persuadé qu’elle allait entrer…

Le médecin me demande si je veux qu’elle rentre… Je ne réponds pas les yeux remplis de larmes. Déçu par moi-même. J’avais sûrement encore fait pleurer Ruby, j’avais faillis tuer Cash. Ce n’est pas mon appartement que j’ai brûlé aujourd’hui, c’est les deux seules personnes que j’aime le plus que j’ai brûlé…


Nothing last forever and we both know hearts can change ©️ GN'R
Revenir en haut Aller en bas
http://la81rocks.forumgratuit.be
Cash Izbel
Cash Izbel


Messages : 769
Date d'inscription : 07/10/2013
Age du personnage : 24
Localisation : L.A.

Who Am I?
Birth place: Los Angeles
Je suis: introverti, gentil, shooté
Song: Nightrain - Guns'n Roses


Light My Fire [PV Cash/Ruby][Terminé] Empty
MessageSujet: Re: Light My Fire [PV Cash/Ruby][Terminé]   Light My Fire [PV Cash/Ruby][Terminé] I_icon_minitimeMar 18 Mar - 15:58

Les infirmiers sont trois à essayer de me contrôler. Je sens leurs mains en tenaille sur mes bras et l'avant-bras d'un autre en travers de mon torse pour me plaquer sur le lit. C'est une fille que j'ai mordu et elle saigne. Un médecin, je crois, la fait sortir et l'accompagne en disant qu'il faut aller la recoudre. Faut jamais approcher un loup blessé.

Une autre seringue approche et je me débats toujours. Jusqu'à ce que Billy prononce quelques mots à mon attention. Je me calme instantanément. En ce moment, seul Billy a le contrôle sur moi. Le médecin s'adresse à Billy, je pense que ces humains ont décidé qu'il était inutile d'essayer de communiquer avec moi. Et ils ont raison.

Mais tout repart en vrille quand j'entends une voix on ne peux plus familière hurler de derrière la porte. Je recommence à essayer de me débattre, mais avec moins d'ardeur. Par contre, j'essaye de mordre encore. Je n'ai pas encore retrouver comment m'exprimer pour être compris, tout désorienter que je suis. Je grogne de plus en plus fort. Jusqu'à ce que j'arrive à sortir le son que je cherchais.

-RUBY!

Puis Billy, d'une voix sèche et rauque, qui ressemble à mes propres grognements. "Ne me touche pas!". Pourquoi j'ai si peur? Pourquoi je suis si dangereux? Aucune idée. Probablement parce que j'ai frôlé la mort et Billy aussi. Et puis parce que j'ai mal. Si mal. Certaines parties de mon corps me donnent l'impression d'être en feu. Mais comme je ne laisse pas les médecins approcher, personne ne peut soulager la douleur.

Puis mon nom, prononcer par Billy. Si bas que je suis obliger de me calmer pour l'entendre. Je me détends. On me lâche après avoir attaché mes poignets au lit. Je tourne ma tête vers Billy. Mon regard est le reflet du sien: angoisse et tristesse mêlée. A défaut de savoir quoi ressentir, tout perdu que je suis, je vis par procuration, à travers Billy.

-Ouais... Elle sait... Elle sait comment nous aider...

Je dis ça, parce que c'est aussi ce que je vois dans les yeux du chanteur.

Et puis j'ai besoin d'une figure féminine. J'ai besoin de ma mère, de ma soeur. De quelqu'un qui serait la douceur incarnée et qui éteindrait le feu qui brûle mon corps. Les médecins et infirmiers semblent le comprendre. L'un d'entre eux dit aux autre d'aller chercher la fille. Mon regard n'a pas quitter Billy.

-Elle t'aime Billy.

Je fus pris d'une quinte de toux horrible qui m'empêcha de continuer ce que je voulais dire. Si Ruby était là, c'était qu'elle n'avait pas peur du feu.



Guitars are like women. You'll never get them totally right. ©️ Slash
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité



Light My Fire [PV Cash/Ruby][Terminé] Empty
MessageSujet: Re: Light My Fire [PV Cash/Ruby][Terminé]   Light My Fire [PV Cash/Ruby][Terminé] I_icon_minitimeVen 21 Mar - 19:06

Je continue à me débattre. Je suis à bout de souffle et, pourtant, mes gestes sont violents, comme guidés par une force encore plus forte que tout. Une force qui provient du plus profond de mon être et qui me permet de tenir encore debout. Et de crier, encore et encore.

- Vous n'avez pas le droit de me retenir comme ça ! Je dois les voir !

Le médecin ne dit plus rien, se contentant de me retenir avec vigueur par les bras. Ses grosses mains serrées autour de mes poignets me font mal. Mais cela n'a aucune importance parce que je suis prête à souffrir encore, toujours plus, si cela me permet d'entrer dans cette pièce.
Mes yeux s'agrandissent, mon coeur bat encore plus vite lorsque des bruits s'échappent de la chambre. J'entends d'innombrables voix, que je n'arrive pas à distinguer. Mais que se passe-t-il dans cette pièce ? Pourquoi on ne me laisse pas voir mes hommes ? J'ai peur, j'ai si peur d'être confrontée à une vue trop horrible, à une réalité trop dure à accepter. Est-ce pour cela qu'on me retient à l'extérieur ? Parce que je ne pourrai pas supporter de voir ce qui se trouve à l'intérieur. Je sens mes membres se glacer et ma tête tourner. Mon dieu comme j'ai peur...

Je ne bouge plus. Je sens les mains du médecin se relâcher un peu. Je les sens se détâcher de mes poignets. Il me regarde avec une certaine pitié je crois bien. Quelle pitoyable femme je suis...

- Voilà, il faut vous calmer mademoiselle. Je vais vous conduire à la salle d'attente. Vous avez besoin d'un verre d'eau après toutes ces émotions. Suivez-moi.

Il pose une main protectrice sur mon épaule. Je le laisse faire. Je me laisse guider doucement, il m'emmène loin des hommes de ma vie. Je vais fuir ma plus grande peur. J'ai honte d'être si faible, d'être si lâche face à l'adversité. Que diraient-ils s'ils savaient que je n'ai même pas eu le courage d'aller au bout ? Mais cette réalité est bien trop effrayante pour moi. Je ne peux me résoudre à les perdre...

Je fais quelques pas maladroits, guidée par l'homme à la blouse blanche. Mais, alors que je me résigne, que je laisse ma lâcheté l'emporter, j'entends une voix. Ou plutôt un cri. Un seul mot qui se détache du vacarme qui émane de la pièce. Une voix plus forte que les autres. Une voix qui crie mon nom. Je me retourne violemment, poussant le médecin sur le côté.

- CASH !

Alors que je fonce vers la porte de la chambre, je sens qu'on m'attrape par le bras. NON ! J'ai entendu Cash, je sais qu'il est là-dedans ! Je l'ai entendu aussi clairement et aussi distinctement que j'entends les battements de mon coeur battre à tout rompre. Mais, alors que je sens à nouveau ce feu en moi se raviver, la porte s'ouvre soudainement devant nous. Un autre médecin sort, le regard soucieux.

- Calmez-vous s'il-vous-plaît. Vous pouvez entrer.

A ce moment précis, n'importe quelle personne normalement constituée aurait dû ressentir la plus grand joie du monde. Elle aurait dû être tellement heureuse de pouvoir enfin atteindre le but tant désiré. Mais non, je ne peux toujours rien ressentir d'autre que de la peur. Une peur blanche qui me paralyse.
Je prends une profonde inspiration et je fais un pas hésitant vers le deuxième médecin, celui qui me tient la porte pour me laisser entrer.

- Excusez-moi... Je vais essayer de me calmer, je réponds alors que je pénètre dans la pièce.


Je crois qu'il y a une force encore plus puissante que celle qui nous oblige à nous auto-protéger. Une force encore plus indestructible que celle qui nous maintient en vie. Cette force, on la puise dans les regards des personnes qui comptent pour nous. C'est elle qui nous permet de ne pas avoir peur de ce qui nous attend, parce que l'on sait que, quoi qu'il arrivera, on ne sera pas seul.

Voilà ce que je peux lire dans le regard de Cash à cet instant précis. C'est un flash, une fraction de seconde avant qu'il ne se mette à tousser. Mais cela me suffit pour éclaircir mes idées. Pour me donner une raison d'affronter la réalité. Quoi qu'il leur soit arrivé, je suis prête à l'encaisser. Je vais être forte pour eux.

Des yeux de Cash, je passe à ceux de Billy. Des yeux bleu-vert brillants de larmes. Je ne prête plus attention aux médecins qui me regardent, perplexes. Je ne vois plus que le visage de celui que j'aime. Je m'approche doucement de lui pour m'asseoir au bord de son lit, près de lui. Couché, replié sur lui-même, je le sens si faible. Je caresse lentement sa joue du dos de sa main. Mon pauvre amour...

- C'est bon, vous pouvez le détacher. Je crois qu'il s'est calmé. Et qu'on lui apporte un sirop pour faire passer sa toux.

La voix autoritaire du premier médecin, qui m'avait barré la route, se fait entendre dans mon dos. Je me retourne et sens mes muscles se crisper.

- Vous l'avez attaché !? Ce n'est pas un animal mais un être humain !

Je ne sais plus quoi penser. Comment dois-je réagir face à cette situation. Je n'ose plus rien dire, priant pour que quelqu'un m'explique enfin ce qu'il s'est vraiment passé dans l'appartement de Billy. Mais vais-je être assez forte pour accepter ce qu'on m'apprête à me dire ? Je n'en sais rien...
Revenir en haut Aller en bas
Billy Lighter
Billy Lighter


Messages : 2838
Date d'inscription : 24/09/2013
Age du personnage : 28
Localisation : Dans la mer avec les dauphins

Who Am I?
Birth place: Lafayette, Indiana
Je suis: Instable, possessif, sensible, perfectionniste
Song: Guns N'Roses - Estranged


Light My Fire [PV Cash/Ruby][Terminé] Empty
MessageSujet: Re: Light My Fire [PV Cash/Ruby][Terminé]   Light My Fire [PV Cash/Ruby][Terminé] I_icon_minitimeSam 22 Mar - 13:24


Recroquevillé sur moi-même mes yeux brillaient de larme et je n'arrivait qu'à dire une chose:"Elle sait, elle sait...", alors que Cash ne grognait plus. Nos regard se croisèrent alors que ma bouche ne savait plus rien dire d'autre. Mon cerveau était bloqué sur l'idée qu'elle m'en voudrait à jamais.

Je frissonne et me replie encore plus sur moi-même. "Ouais... Elle sait..." Les paroles de Cash et mon coeur fis un bond. Savait-elle tout? Savait-elle que j'avais tout détruit? Mon appartement, notre vie à tous... Allait-elle m'abandonner pour ne plus souffrir avec moi? Aucun autre mot ne sortais de ma bouche désormais. Et j'avais l'impression que cet hôpital était ma destination finale. Qu'après, je ne serais plus parce que Ruby ne sera plus avec moi. Et que parce que si je sombre, Cash sombre et que je ne me sentais pas le courage de continuer. Parce que l'inquiétude des gens que j'aimais me tuait à petit feu.

"Elle sait comment nous aider..." Encore les paroles de mon meilleur ami. Le savait-elle? Je connaissais Ruby. Ensemble on était fort... Mais qu'allait-il arriver maintenant que l'un de nous deux était faible? Allait-elle pouvoir tout porter sur ses épaules si fragiles? Ou abandonner le poids derrière elle et tout oublié... Et, au fond, j'aimerai tant que Cash aie raison.

J'avais l'impression que mon visage se reflétait dans les yeux brun de mon guitariste et que je pouvais m'y voir. Un petit gosse paumé. Encore lui. Il ne m'avait pas encore quitté celui-là. Il était toujours là, le feu n'avait fait que le rendre plus faible, plus vulnérable. Je me perdais dans le regard de Cash jusqu'à ce qu'il me ramène à la réalité. "Elle t'aime, Billy." J'aurais pleurer sans m'arrêter si les sons avaient pu sortir de ma bouche. A la place mes yeux devinrent plus brillant de tristesse et d'incertitude. La quinte de tout de Cash était la preuve réelle des dégâts que Lighter avait fait. Et je ne réussissais toujours pas à parler. Je n'arrivais pas à savoir.

Le médecin sort et je sens mon coeur battre plus vite alors que la sentence allait tomber. Ruby entre en compagnie de deux médecins. Mon regard se fixe sur elle. Elle a l'air si inquiète, si perdue. Elle regarde Cash avant de croiser mon regard. J'ai l'impression que mon coeur va s'échapper tellement il bat fort. Moi qui ne voulait plus voir le sourire de mon amour disparaitre, voilà que j'étais en face de la vision que je ne voulais pas voir. Elle s'approche, s'installa à côté de moi. J'aurais mérité tous les coups, j'aurais mérité qu'elle m'abandonne après tout le mal que je lui avait fait. Mais elle ne fis rien de tel, elle passa le dos de sa main sur ma joue chaude de fièvre. Un simple geste qui soignait l'angoisse présent dans mon coeur. Ma mère, elle-même, ne m'avait jamais accordé tant de tendresse dans les moments où j'étais seul et meurtri. Non, elle ne m'en voulait pas. Et c'était comme une délivrance de le savoir.

Les médecins parlent. Cash attaché, du sirop. Il y a trop de monde ici. Ruby s'offusque quand elle apprend qu'ils avaient attaché mon meilleur ami. Et je sursaute toutes les secondes à cause de l'agitation autour de nous. Le médecin explique à Ruby qu'il n'avait pas eu le choix. Que c'était pour son bien à lui. Il détache mon ami, lui donne son sirop. Je tremble, seul le contact avec la main de Ruby m'empêche d'exploser... Encore. Oh, baby, si tu savais. Entre rockstar et bête de foire il n'y avait qu'un seul pas pour tous ces enfoirés. Je me ressaisi même si mon regard est toujours dans le vide où il était retombé. Et ma voix rauque s'élève, faible mais ferme, dans la pièce.

-Laissez-nous.

C'était adressés aux médecins et infirmiers présents dans la pièce. Ils hésitent puis finissent par s'en aller en recommandant à Ruby de les appeler au moindre problème. Je relève le regard vers mon amour. Lentement. Et j'arrive à nouveau à parler. Je savais que Ruby voulait la vérité, car elle méritait de le savoir. Car, qui d'autre que moi, pouvait mieux expliqué ce qu'il s'était passé dans mon appartement?

-Tout à brûlé, baby. J'ai tout brûlé, il a tout brûlé. J'ai survécu... Pourquoi?

Mon débit était tantôt rapide, tantôt lent. Je n'arrivais pas à comprendre mon geste. Et, en même temps, j'étais persuadé que, sur le coup, j'avais voulu y rester.

-Cash. Il est venu et il m'a sortis de là. Tout à brûlé...

Mon regard se pose sur mon guitariste. C'était à cause et grâce à lui que j'étais là. Vivant pour pouvoir recevoir les gestes remplis de tendresse de mon amour, vivant pour voir les dégâts de mes actes. C'était ça ma vie. Des extrêmes toujours ressenties au même moment, pour les mêmes choses.


Nothing last forever and we both know hearts can change ©️ GN'R
Revenir en haut Aller en bas
http://la81rocks.forumgratuit.be
Cash Izbel
Cash Izbel


Messages : 769
Date d'inscription : 07/10/2013
Age du personnage : 24
Localisation : L.A.

Who Am I?
Birth place: Los Angeles
Je suis: introverti, gentil, shooté
Song: Nightrain - Guns'n Roses


Light My Fire [PV Cash/Ruby][Terminé] Empty
MessageSujet: Re: Light My Fire [PV Cash/Ruby][Terminé]   Light My Fire [PV Cash/Ruby][Terminé] I_icon_minitimeLun 24 Mar - 18:44

Quand j'entendis la voix de Ruby répondre à mon appel, j'étais près à tout détruire pour lui permettre d'entrer et de voir Billy. Mais j'étais attaché avant de pouvoir faire quoi que ce soit. Heureusement, les médecins la laissèrent entrer et elle croisa mon regard. J'avais eu un stress, juste avant qu'elle n'entre, que les craintes de Billy soient fondées. Qu'elle ne viennent ici que juste pour dire à mon ami qu'elle partait, que c'était fini.

Parce que si elle disait ça... Ce serait vraiment la fin. Pas seulement de leur couple. De tout, de The Lightening, de Billy, de moi, et du monde. J'avais déjà vécu une fois une rupture de Billy. Et si on avait survécu, ce n'était que parce qu'on avait eu de la chance. Et je ne pensais pas pouvoir forcer cette chance une seconde fois. Mais je m'étais sentis, pendant tout ce temps, comme l'enfant dont les parents décident de divorcer. A la plus laide place qui soit. Et je ne voulais pas revivre ça.

Mais la groupie qui n'en était plus une croisa mon regard. Et je me détendis. Dans mon regard, on pouvait lire que je protégerais Billy, quoi qu'il arrive. Quoi qu'elle puisse dire. Si je devais mourir, si Billy devait mourir, je ne le ferais pas sans me battre. Mais dans celui de Ruby, j'avais pus voir en répartie qu'elle ne l'abandonnerait pas. Ni moi d'ailleurs.

Et je la suivis des yeux quand elle alla vers Billy. les médecins, eux, me détachèrent et me donèrent du sirop, l'une chose faite sur ordre de Ruby, l'autre, sur celui d'un médecin. Avant que Billy ne lance à son tour un ordre. Et personne ne broncha. Tout le monde sortit. Je serais presque sorti moi aussi tant le ton de Billy était convainquant.

Et une fois tout le monde dehors, Billy se mit à parler. Et je fermai les yeux, écoutant le spectre qui restait de la voix de mon chanteur, de mon ami, de la seule personne qui comptait vraiment. Parce que c'était à travers lui que je pouvais communiquer. Ouais, tout avait brûlé. Mon corps était encore en feu.

Mais peu importait. On était vivant.

De mon lit, je tendis le bras. A court de mot. Je tendis le bras vers le lit de Billy en cherchant son regard et sa main. Cherchant le contact. Mais il était trop loin et je ne pu qu'effleurer le dos de Ruby. Je toussais encore un peu, mais moins fort.

Et quand la douleur, le frottement des draps, fus trop dérangeante, je décidai de m'assoir, en grimaçant. Moi aussi je voulais aller près de Billy. Je laissai mes jambe pendre dans le vide et l'une d'elle qui avait fait un court séjour dans les flammes, était brûlée jusqu'au genou.


Guitars are like women. You'll never get them totally right. ©️ Slash
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité



Light My Fire [PV Cash/Ruby][Terminé] Empty
MessageSujet: Re: Light My Fire [PV Cash/Ruby][Terminé]   Light My Fire [PV Cash/Ruby][Terminé] I_icon_minitimeVen 28 Mar - 9:47

Je sens le corps de mon amour s'agiter à chaque mouvement et à chaque mot de l'un des médecins. Je continue à passer affectueusement ma main sur sa joue. Je la glisse le long de son cou jusqu'en haut de son torse. Sa peau est brûlante. D'un coup, je sens Billy se contracter légèrement. Il n'arrive qu'à laisser échapper deux mots de sa bouche, deux mots à peine audibles mais pourtant fermes. J'observe les médecins, l'un après l'autre, en attendant leur réaction. Une infirmière chuchote quelque chose à l'oreille de l'homme qui m'avait retenue. Puis ils quittent tous la pièce en me recommandant de les appeler au moindre problème. J'acquiesce et ils s'en vont.

A ce moment précis, Billy relève la tête et me regarde dans les yeux. Je comprends alors que je vais enfin savoir ce qu'il s'est passé. J'essaie de ne rien laisser transparaître mais je sens que mon coeur est prêt à tout rompre dans ma poitrine. Le pauvre, il en a vu de toutes les couleurs aujourd'hui.

Je ne quitte pas des yeux Billy, l'invitant par mon regard tendre à s'exprimer. Je suis prête à l'écouter. Il commence à parler, d'une voix frêle et éraillée. Il a tout brûlé. A ces mots, je baisse les yeux. Je sens les larmes me monter aux yeux. J'essaie du mieux que je peux de les contenir. Mon corps est parcouru d'un frisson glacé alors que ma main n'a toujours pas quitté la peau brûlante de mon amour. J'ai peur. Je suis prise d'une angoisse effroyable, comme si toutes mes peurs, tout ce que j'avais toujours craint, s'étaient matérialisées dans cette unique phrase.

Pourtant, je dois apprendre à surpasser l'horreur qui glace mon corps. Je dois lever à nouveau la tête et faire face. Il faut que je sois forte pour lui, pour eux.

Remember when you were young, you shone like the sun.
Shine on you crazy diamond.
Now there's a look in your eyes, like black holes in the sky.
Shine on you crazy diamond.

Ce n'est que lorsque je sens Cash m'effleurer le dos que j'arrive à me sortir de la torpeur dans laquelle j'étais enfermée. Je me redresse et me tourne vers le guitariste. Il vient de s'asseoir péniblement au bord de son lit. Ses deux jambes, dont l'une meurtrie, viennent pendre dans le vide. Mes yeux passent de l'un de mes hommes à l'autre. Je me détache de la peau fiévreuse de Billy pour venir m'accroupir devant Cash.

- Ta jambe... Mon pauvre Cash...

Je me relève pour venir écarter quelques mèches rebelles qui tombent devant ses yeux. Puis je viens déposer un tendre baiser sur son front. Je me redresse ensuite complètement. Je passe derrière le lit de Cash et, de mes deux mains, je le pousse en direction de celui de Billy. Maintenant, il n'y a plus que quelques centimètres qui les séparent.

- Voilà, c'est beaucoup mieux comme ça.

Je regagne alors ma place initiale à côté de Billy. Mon amour. A cet instant précis, j'ai l'impression que les deux hommes qui occupent cette chambre sont les deux seules personnes qui comptent à mes yeux. Les deux seules personnes pour lesquelles je suis prête à tout donner. Si seulement je pouvais les protéger...

You reached for the secret too soon, you cried for the moon.
Shine on you crazy diamond.
Threatened by shadows at night, and exposed in the light.
Shine on you crazy diamond.
- Pink Floyd

♪ ♫ ♪
Revenir en haut Aller en bas
Billy Lighter
Billy Lighter


Messages : 2838
Date d'inscription : 24/09/2013
Age du personnage : 28
Localisation : Dans la mer avec les dauphins

Who Am I?
Birth place: Lafayette, Indiana
Je suis: Instable, possessif, sensible, perfectionniste
Song: Guns N'Roses - Estranged


Light My Fire [PV Cash/Ruby][Terminé] Empty
MessageSujet: Re: Light My Fire [PV Cash/Ruby][Terminé]   Light My Fire [PV Cash/Ruby][Terminé] I_icon_minitimeSam 29 Mar - 18:24

Ma voix rauque et les mots qui en sortaient étaient comme une délivrance. Ruby m’encourageait à continuer alors je continuai. Mettre tout en mot rendait encore plus réel ce qui était arrivé. Et quand je vis que Ruby essayait de ne pas pleurer ça me fis tellement mal que je n’arrivais pas à pleurer moi-même. Comme s’il y avait une limite pour pleurer et qu’elle avait été dépassée… Tellement dépassée qu’aucune larme ne sortait. Ruby, pourquoi j’ai fait ça ? Pourquoi est-ce que je nous inflige tout ça à toi, à Cash, à moi, à nous ?

Sa main parcourait mon visage et mon cou. Je la sentais si froide. Comme si on me posait un glaçon dessus. Et ça me faisait du bien. J’avais l’impression que cela calmait ma fièvre. Je ne voulais pas qu’elle brise le contact. Je voulais qu’elle me dise : « Billy tout ira bien ». Quel me le dise même si c’était un mensonge. Je voulais qu’elle me mente pour qu’on aille mieux.

J’avais tout dis dans un chaos de mots mis les uns à côté des autres, entrecoupée de mes angoisses et de mes questions sans réponse. Car Ruby ne pouvais trouver une réponse à mes pourquoi. Personne ne le pouvait. Et elle ne dit rien. Etait-elle fâchée ? Etait-elle triste ? Toutes ses questions qui s’entrechoquaient dans ma tête me donnaient la migraine.

Une migraine qui s’amplifia quand Ruby brisa le contact pour rejoindre Cash. Un Cash meurtri qui avait réussi à s’assoir sur son lit. Je les regardais avec l’envie de leur dire à quel point je tenais à eux. A quel point je voulais soigner leurs blessures.
Ma petite Ruby rapprocha nos lits avant de revenir près de moi. Cash était tout près lui aussi, si près que je pouvais même le toucher. Je tendis la main, frôlant ses cheveux frisés.

-Je suis désolé Cash… Je voulais pas que tu sois blessé.

J’étais sincère. En fait, j’étais toujours sincère. Parfois trop. Tellement sincère que je ne pouvais pas mentir à Ruby sur les raisons de cette tentative d’en finir.

-Ruby… C’est à cause de l’article. Il ne faut pas croire ce qu’il y a dedans… Cet Amon sait tout de moi… Je ne fais rien avec la soviétiques. Il ne faut pas le croire…

Mon discours était toujours décousu, mais mes idées étaient claires. Mais était-ce vraiment la faute de tout cela si j’avais essayé de tout brûler ? Ou était-ce juste la goute de trop ? Je n’en étais pas vraiment sûr.

Ma position n’avait pas changé, j’étais juste moins contracté, plus serein. Mon regard passant de Ruby à Cash à intervalles régulier. Car je ne pouvais me défaire ni de l’un, ni de l’autre.

Une quinte de toux m'empêcha d'en dire plus pour l'instant. Ma voix était dans un état lamentable mais, pour l'instant, c'était le dernier de mes soucis. Mais je savais pertinemment que quand j'irai mieux, j'allais regretté tout ce que j'avais fait aujourd'hui.


Nothing last forever and we both know hearts can change ©️ GN'R
Revenir en haut Aller en bas
http://la81rocks.forumgratuit.be
Cash Izbel
Cash Izbel


Messages : 769
Date d'inscription : 07/10/2013
Age du personnage : 24
Localisation : L.A.

Who Am I?
Birth place: Los Angeles
Je suis: introverti, gentil, shooté
Song: Nightrain - Guns'n Roses


Light My Fire [PV Cash/Ruby][Terminé] Empty
MessageSujet: Re: Light My Fire [PV Cash/Ruby][Terminé]   Light My Fire [PV Cash/Ruby][Terminé] I_icon_minitimeMar 1 Avr - 19:12

Une fois la chambre vidé de tout qui n'était pas nous, la musique commença à jouer dans ma tête. Une note, longue, comme une plainte comme un cri, qui allait cescendo avant de devenir plus rythmée. Une plainte qui représentait ce que Billy et moi on ressentait en ce moment, notre angoisse, la peur de ce qui se passera demain.

So nobody ever told you baby
How it was gonna be
So what'll happen to you baby
Guess we'll have to wait and see
Et comme un fantôme, j'entendais dans ma tête Billy chanter des mots qui venaient de moi. Enfin je le croyais. A moins que ce ne soit une sorte de télépathie. Nos peurs sur la même longueur d'onde, elles s'entremêlaient pour ne faire plus qu'une.

Ruby se tourna vers moi et s'accroupi devant moi. Comme ma mère quand je me faisait mal, elle bougea mes cheveux de mes yeux avant de me parler d'une voix douce. Peut importait les mots qu'elle prononçait, c'était la musique de sa voix que j'écoutais et que je comprenais. Elle s'inquiétait autant pour moi que pour Billy. Je voyais dans son regard qu'elle avait compris que si elle ne faisait qu'un avec Billy, il en allait de même avec moi. Ce n'était pas une option, mais une évidence.

Mais si à trois, nous n'étions qu'un, cela ne faisait il pas de nous un être solitaire perdu dans un monde qu'il ne comprend pas? Un monde trop dur pour un être trois fois plus sensible que tout autre? Avec les nerfs à fleur de peau, tout le temps.

Young at heart an it gets so hard to wait
When no one I know can seem to help me now
Old at heart but I musn't hesitate
If I'm to find my own way out

Still talkin' to myself
and nobody's home

Ruby déposa un baiser sur mon front et je baissai les yeux. Cela faisait un bon moment maintenant que je l'avais laissée entrer dans ma vie, en faire partie intégrante. Avant même peut-être que Billy ne l'accepte, lui, pour ce qu'elle était: une partie de nous. Celle qui maintiendrait l'équilibre.

Je ne rouvris les yeux que lorsque les lèvres de Ruby quittèrent mon front. Je ne disais rien. Ma gorge me faisait mal, mais ce n'était pas la raison de mon silence. Je n'avais jamais beaucoup parlé et dans ces moments où les émotions étaient à leur comble, je n'y arrivais vraiment pas, car je ne savais pas les exprimer. Seule la musique dans ma tête aurait pu parler à Billy et Ruby. Mais je n'avais rien, pas de guitare, pour le faire.

Ruby rapprocha mon lit de celui de Billy et je pu, à défaut de pouvoir jouer, transmettre mes émotions à Billy par le toucher. Il effleura une mèche de mes cheveux et je posai ma main sur son autre bras en évitant les éventuelles brûlures. Et il se mit à parler. Il me demanda pardon. Il dit qu'il ne voulait pas me blesser et je plongeai mes yeux dans les siens. Pour qu'il comprenne que je ne lui en voulais pas, tout en pressant un peu plus son bras. Comme si je ne voulais plus le lâcher. Que je ne voulais pas le quitter. Jamais.

When I find out all the reasons
Maybe I'll find another way
Find another day
Puis, Billy expliqua la raison de son geste. Ce qui l'avait poussé à faire ça. Et la colère remplaça le bouillon d'émotions innommables qui était en moi depuis mon réveil. Et mon regard passa de Billy à Ruby. Parce que elle, je le savais, pourrais supporter cette colère. Pas Billy.

I knew the storm was getting closer
And all my friends said I was high
But everything we've ever known's here
I never wanted it to die

Lyrics from Guns n'Roses - Estranged



Guitars are like women. You'll never get them totally right. ©️ Slash
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité



Light My Fire [PV Cash/Ruby][Terminé] Empty
MessageSujet: Re: Light My Fire [PV Cash/Ruby][Terminé]   Light My Fire [PV Cash/Ruby][Terminé] I_icon_minitimeVen 4 Avr - 23:04

Je ne peux me détacher du contact entre Billy et Cash. Sa main posée sur son bras. Le regard qu'ils s'échangent. Il n'y a rien de plus beau. Je pourrai les observer ainsi pour toujours. Les gens pourront dire ce qu'ils veulent, ils peuvent critiquer les deux musiciens aussi longtemps qu'ils voudront, ils ne connaissent rien du lien qui les unit. Et ils ne pourront jamais le briser.

Savoir qu'une personne nous aime est la plus belle des sensations. Je ne parle pas seulement de Billy et moi. Je parle avant tout d'amitié, de cet amour si fort, encore plus que celui qui lie un couple. Parce que l'amour, ça va et ça vient. On ne choisit pas à quel moment cela va nous tomber dessus. Et, une fois que c'est le cas, on doit faire avec.

En ce qui concerne l'amitié, c'est différent. On se choisit mutuellement. Il n'y a pas de compromis, de coeur brisé. En regardant ces deux hommes, je comprends que je ne pourrai jamais rivaliser avec le lien qui les unit. Je ne peux que faire mon possible pour le protéger du monde extérieur. Je dois le préserver comme je protégerai une rose aux pétales fragiles. A la moindre secousse, l'une d'elle se détacherait. Mon devoir est de converser cette magnifique fleur, cette amitié, pour que jamais elle ne se fane.

Billy se met à parler d'un article, d'un certain Amon et d'une soviétique. Une soviétique ? Je relève la tête, les sourcils froncés. J'ai l'impression d'être complètement stupide ou alors d'avoir manqué un épisode. De quoi Billy peut bien parler ? Et qui est cette soviétique ?

Une violente toux l'empêche de poursuivre son explication. Le temps de quelques secondes, des pensées par millier envahissent mon esprit. Sans que j'arrive à leur donner un sens. Je me sens complètement perdue et impuissante face à cette situation. Je redresse la tête et cherche les yeux à Cash, dans l'espoir d'y lire les réponses à mes questions. Mais tout ce que je peux voir, c'est une colère sourde y briller intensément. Qu'est-ce qui le met en colère ? Et qu'est-ce que cet article a à voir avec le fait que Billy a voulu réduire en cendre son appartement ? Encore tant de questions qui restent sans réponse... Et cela me terrorise.

- Je... je ne comprends pas Billy. De quel article tu parles ? Qui est Amon ? Et cette soviétique ?

J'ai un mauvais pressentiment. Maintenant que je sais que mes deux hommes sont sains et saufs, voilà que de nouvelles menaces s'abattent sur eux. Sur nous.

Dès fois, je me dis que je devrais lire plus souvent la presse, pour savoir ce qu'il se dit sur The Lightening et surtout sur Billy. Non pas parce que je suis prête à croire ce qu'elle raconte. Mais parce que je veux connaître ceux que je dois combattre. Pour pouvoir mieux protéger mon amour.

J'ai peur mais je ne dois pas l'être. Billy et Cash vont tout m'expliquer, me rassurer et me dire que je n'ai pas à m'inquiéter. Si ce Amon est une menace, on le détruira ensemble. Si cette soviétique tente de briser mon couple, je la réduirai moi-même en pièces. Je ne laisserai rien n'y personne détruire ce que j'ai de plus précieux, qui s'est matérialisé dans le contact entre Cash et Billy.

- Il n'y a que vous deux que je croirai. Alors expliquez-moi, s'il-vous-plaît..., j'ajoute en les regardant tour à tour.
Revenir en haut Aller en bas
Billy Lighter
Billy Lighter


Messages : 2838
Date d'inscription : 24/09/2013
Age du personnage : 28
Localisation : Dans la mer avec les dauphins

Who Am I?
Birth place: Lafayette, Indiana
Je suis: Instable, possessif, sensible, perfectionniste
Song: Guns N'Roses - Estranged


Light My Fire [PV Cash/Ruby][Terminé] Empty
MessageSujet: Re: Light My Fire [PV Cash/Ruby][Terminé]   Light My Fire [PV Cash/Ruby][Terminé] I_icon_minitimeSam 5 Avr - 19:27


Le contact. Celui de la main de Cash sur mon bras. Ce simple contact suffit à me donner confiance et à tout raconter. Plus rien ne me faisait peur rien que grâce à ce contact. Rien que grâce au regard que m'envoie Cash. Ce feu... Celui que j'avais mis a mon appartement n'avait pas tué le lien qui m'unissait à Cash. Peut-être même l'avait-il rendu plus fort. En tout cas ce lien me permettait de parler et seul un quinte de toux m'arrêta dans mon élan.

Dans les yeux de Cash je pouvais voir le feu et tout ce que j'avais fait depuis le début de The Lightening. Des éclaires de génies, des éclaires de rage et de douceur. C'est autant ce qui qualifiait l'amitié que j'avais avec Cash que l'amour que j'avais avec Ruby. Je savais depuis longtemps que la vie n'était pas rose et je savais depuis bien longtemps que c'était l'humain lui-même qui se mettait des bâtons dans les roues... Et hier, j'avais encore vu ce que l'humain pouvait faire pour pouvoir réussir au détriment d'un autre. Comment Amon me cuisinait pour avoir son triomphe de gloire autant sur le moment qu'à celui de la parution de l'article. Sans penser aux conséquences. Irrationnelle ma tentative d'en finir? Juste démesuré mais ce qui n'est pas démesuré n'est pas Billy Lighter. Et je sais bien que la conséquence de cette interview en a provoqué d'autre. L'angoisse de Ruby, les blessures de Cash. Et cette même conversation ici en aura d'autres... Tout ce paye et on récolte ce que l'on sème... Au départ l'homme doit choisir: vivre au détriment des autres, vivre avec les autres, vivre pour les autres. Moi j'avais choisis de survivre...

Cash regardait ma petite-amie. Je ne captais pas son regard ni ce qu'il signifiait. Je les regardais l'un puis l'autre. Comme si j'attendais leur jugement. Comme si ma vie dépendait de la leur. Ce qui en soi était un peu le cas. Sans eux, plus de Billy. Et ma Ruby repris la parle comme perdue. La soviétique, l'article, elle ne savait rien de tout ça. Le drame je l'avais donc fait pour rien. J'avais donc tout brûlé pour des reproches imaginaires qu'aurait pu me faire Ruby. Et j'avais envie de pleurer à chacun de ses questions. Elle ne croirait que nous... Je la regardai, le regard de trop. Mes larmes commencèrent à couler sans que je puisse les retenir.

-La soviétique... Gaïana... Celle que tu as rencontré aux studios...

Gaïana... Ruby... L'une pour le Billy sadique, l'autre pour moi. Inconsciemment je savais que j'avais pris Gaïana comme exutoire. Comme si j'en avais eu besoin pour préservé Ruby de tout le sadisme dont je pouvais faire preuve. Et maintenant que sa peine était terminé, je n'avais plus personne pour préservé Ruby de ça...

Je finis par me lever. Ma tension devait être basse parce que le monde tournais autour de moi. J'allais rejoindre tout doucement et en m'accrochant au bord du lit, mes habits laissé un peu plus loin. De la poche de mon pantalon je sortis l'article. Je l'avais préservé de l'incendie. Pour être sûr qu'il crève avec moi... L'article sur moi, sur Ruby, sur Gaïana... Pourquoi m'en ai-je fais tant pour un article si vague?

-Je te promets... Jamais je t'ai trompé avec cette fille!

Je pleurais toujours et mon discours était entrecoupé de sanglots. Je tendis l'article à Ruby tout en retrouvant mon lit et je n'osais plus la regarder. Je regardais Cash. Je cherchais une bouée de sauvetage dans son regard. La force de continuer à expliquer mon geste.

-Hier, Amon... Celui qui a écrit l'article... J'avais un interview de prévu avec lui. C'est la faute de Lenny!!! On a fait l'interview et... J'ai tenu... Il cherchait à savoir si j'avais une copine, il cherchait à pouvoir approuver ce qu'on disait sur moi et Cash... Et j'ai tout dis... Toute la vérité sur tout. Je suis sûr que d'autres articles vont suivre celui là...

Et maintenant un chose me taraudais l'esprit... Pourquoi j'y étais allé? Pourquoi j'avais franchis les portes de la rédaction de L.A. People ce jour-là? Pas dans l'esprit de vaincre et sûrement pas par plaisir... Alors pourquoi? Pour avoir un raison d'en finir? Par pur masochisme? Par sens du devoir? Je n'en savais rien... Mais je l'avais fait... Et d'un coup mon regard changea alors que je me perdais dans celui de Cash, mes sanglots cessèrent. Ma voix devint froide et mon expression dure.

-Je vais le tuer.

Ca sonnait sérieux. Ca l'était. Je voulais que cet Amon souffre. Qu'il comprenne. Je voulais le frappé et voir son sang coulé comme il avait fait coulé le mien. Rien qu'en y pensant une vive douleur se fit sentir dans ma main bandée. Les médecins avaient refais comme il faut le bandage. Je grimaçais.

Don't accept what's happening
Is juste a case of others' suffering
Or you'll find that you're joining in
The turning away


Nothing last forever and we both know hearts can change ©️ GN'R
Revenir en haut Aller en bas
http://la81rocks.forumgratuit.be
Cash Izbel
Cash Izbel


Messages : 769
Date d'inscription : 07/10/2013
Age du personnage : 24
Localisation : L.A.

Who Am I?
Birth place: Los Angeles
Je suis: introverti, gentil, shooté
Song: Nightrain - Guns'n Roses


Light My Fire [PV Cash/Ruby][Terminé] Empty
MessageSujet: Re: Light My Fire [PV Cash/Ruby][Terminé]   Light My Fire [PV Cash/Ruby][Terminé] I_icon_minitimeMar 8 Avr - 11:10

J'écoutais la conversation entre Ruby et Billy comme j'écoutais, quand j'étais enfant, les conversations de mes parents, à quatre pattes en dessous de la table. J'avais appris à faire bouger mes oreille ou du moins, à les sentir bouger, à pouvoir les dresser comme celles des loups que je voyais dans les nombreux documentaires animaliers que je regardais à la télévision.

C'était ce que j'étais entrain de faire: je dressais les oreilles, je n'en perdais pas une miette. Mais ce n'était pas tant leurs mots que j'observais et analysais. C'était leurs gestes, le ton de leurs voix, leur regard, le moindre de leur mouvements, le plus petit des tressaillements... Tellement plus éloquents que les mots. C'était comme ça que j'avais appris à savoir quand les disputes allaient éclater entre mes parents. Comme ça que je savais quand je devais fuir.

Sauf que je n'étais plus un enfant et que je ne pouvais plus fuir. Il fallait que je reste auprès de Billy si je voulais qu'il survive. Si je voulais que The Lightening continue sa route. Et pourtant, l'envie de fuir me démangeait, parce que j'avais peur de ne pas être à la hauteur. Ruby aussi avait peur, mais c'était surtout l'incompréhension qui dominait chez elle. Quant à Billy, au fur et à mesure qu'il expliquait pourquoi il avait foutu le feu à son appart, je le sentais partager ma colère, arriver au même niveau, puis la dépasser.

Je n'avais pas lu cet article. Mais Amon Sörensen, je connaissais. Il était réputé pour faire des articles cinglants ou diffamatoires, mais avec toujours une toute petite pointe de vérité qui rendais tout possible à croire pour les lecteurs de L.A. People. Je n'avais jamais fait vraiment attention aux articles de presse, quels qu'ils soient. Mais parce que moi, je savais ce que je faisais et je m'en foutais un peu de ce que les gens pensaient que je faisais.

Billy se leva. Et je descendis de mon lit moi aussi, prêt à le suivre parce que je pensais qu'il allait s'habiller et partir se venger directement. Il était très capable de le faire. Après tout, il avait déjà sauté de ma voiture alors que je roulais à du 50km/h... Je sautai à cloche pieds jusqu'à Billy... Mais il pris juste un morceau de papier dans la poche de son jeans pour le tendre à Ruby. C'était l'article. Je m'appuyai sur l'épaule de Billy. La colère n'avait pas quitté mon regard. Et j'aurais suivi Billy n'importe où... Pas de doute, on allait encore, d'ici peut, pouvoir ajouter une case vandalisme à nos casiers respectifs. On allait pas se laisser faire.

J'ouvris la bouche, et d'une voix basse et rauque, dit à Billy, pendant que Ruby lisait l'article:

-Pourquoi tu m'as pas dit pour l'interview? Je serais venu avec... Ensemble, on lui aurait mis bien profond à cet Amon!

Je toussai un peu avant de regarder Ruby.

-Billy a raison. On ne peut pas lui laisser croire qu'il a gagné.

Puis je regardai Billy. Il voulait tuer ce type. Et il était sérieux. Il l'aurait fait s'il avait été en forme. Heureusement, il ne l'était pas.

-Il y a d'autres moyens de faire mal, d'autres moyens de se venger.

Je pouvais être une véritable plaie si je m'y mettais. Mais peu de gens le savais. Et Billy faisait partie de ces gens.



Guitars are like women. You'll never get them totally right. ©️ Slash
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité



Light My Fire [PV Cash/Ruby][Terminé] Empty
MessageSujet: Re: Light My Fire [PV Cash/Ruby][Terminé]   Light My Fire [PV Cash/Ruby][Terminé] I_icon_minitimeMer 16 Avr - 11:23

Complètement perdue, je regarde Billy se lever. Des larmes se sont mises à rouler le long de ses joues. Des larmes qui me brisent le coeur car je ne sais pas quelle est leur cause. Je sens mon coeur faire un petit bond dans ma poitrine lorsqu'il prononce le nom de Gaïana. Avais-je raison de m'inquiéter à son sujet ? Je me mets à paniquer lorsque Cash se lève pour aller rejoindre Billy. Ils ne vont quand même pas sortir dans cet état ? Pas maintenant ?

Mais ils ne s'en vont pas. Billy sort juste un bout de papier de la poche de son pantalon. Il me promet qu'il ne m'a jamais trompée avec Gaïana. Plus le temps passe et plus j'ai l'impression de ne plus rien comprendre. Comme si la terre avait décidé de continuer à tourner sans m'attendre et que j'étais resté en arrière, dans le décor. Mon amour continue à pleurer à gros sanglots. Je voudrais tant apaiser sa douleur. Je me sens tellement impuissante...

Billy me tend le bout de papier qui se trouve être un article de journal. Je jette un dernier regard inquiet à mon petit-ami avant de porter mon attention sur l'article...

Je fais un bon de surprise. C'est... nous. Billy et moi. En train de nous embrasser. Mais quand a été prise cette photo !? Alors que je commence la lecture de l'article, je prends conscience que plus que jamais il va falloir que nous protégions notre relation, notre vie privée. Je prends conscience que je dois protéger Billy de son statut de rockstar. Et Cash aussi.

Je lis l'article en silence. J'entends Cash et Billy parler à voix basse mais je suis bien trop ailleurs pour pouvoir comprendre ce qu'ils disent. Plus j'avance dans ma lecture, plus je sens une colère froide m'envahir. Je comprends mieux ce qu'il s'est passé dans cet appartement. Mais ce que je ne comprends pas, c'est pourquoi Billy a rendu ce service à cet Amon Sörensen. En partant au quart de tour comme il l'a fait, il a donné une raison a ce pseudo-journaliste de continuer son petit manège. La presse people crée les histoires qu'elle va ensuite publier.

Je relève la tête et regarde à tour de rôle Billy puis Cash. Ce dernier me dit qu'on ne doit pas laisser Amon Sörensen gagner. Et là je recommence à m'inquiéter. Ils ne peuvent pas entrer dans son jeu. Je les vois déjà en train de saccager le bureau du journaliste ou de mettre le feu aux poubelles devant les bureaux de rédaction. Non, ils ne doivent pas s'abaisser à son niveau.

- Billy, tu n'aurais pas dû réagir comme ça. Je te l'ai dit lors de notre première soirée ensemble et je te le répète encore. Je ne croirai jamais ce que dit la presse people... Et vous deux, vous ne devriez pas vous laisser avoir par elle.

Mon ton sonne comme un reproche. Pourtant, c'est loin d'être mon but. Je ne les juge pas, loin de là. Je veux juste les protéger, leur faire comprendre que jamais je ne laisserai un ramassis d'ordures me dicter ce que je dois penser de mon petit-ami et de son meilleur ami. Cash a été attrapé avec de l'héroïne ? D'accord, c'est grave et cela m'inquiète encore plus que le fait que mon petit-ami me « tromperait » avec cette soviétique. Mais c'est à Cash de m'expliquer ce qu'il s'est passé, pas ce journaliste à deux balles.

- Si vous répliquez, c'est cet Amon Sörensen qui aura gagné. A mon avis, la meilleure chose à faire est de contacter Lenny et de faire un communiqué de presse pour dire la vérité. Sur nous deux, sur Cash et sur Gaïana. Si on ne cache plus rien au public, la presse people n'aura plus de matière pour nous détruire. Mais se venger ne servira à rien.

Mon ton est redevenu calme, un peu trop même. Mais j'en ai besoin si je veux garder mon sang-froid. Avec cet article, c'est ma propre personne qu'on a attaquée. On a publié ma photo, une photo des plus intimes, dans un magazine. Il est normal que cela m'énerve. Mais je dois rester calme pour Cash et Billy. Parce que je suis la seule personne capable de les protéger du reste du monde. Enfin, c'est ce que je crois en tout cas.
Revenir en haut Aller en bas
Billy Lighter
Billy Lighter


Messages : 2838
Date d'inscription : 24/09/2013
Age du personnage : 28
Localisation : Dans la mer avec les dauphins

Who Am I?
Birth place: Lafayette, Indiana
Je suis: Instable, possessif, sensible, perfectionniste
Song: Guns N'Roses - Estranged


Light My Fire [PV Cash/Ruby][Terminé] Empty
MessageSujet: Re: Light My Fire [PV Cash/Ruby][Terminé]   Light My Fire [PV Cash/Ruby][Terminé] I_icon_minitimeJeu 17 Avr - 13:19

Notre photo sur papier. Une photo volée. C’était la goutte qui avait fait déborder le vase. Et c’est cette photo, cet article que je tendis à Ruby alors que je pleurais toujours comme un gamin. Et, alors qu’elle lisait, je m’étais mis à m’accrocher au regard de Cash. Comme si je cherchais un soutien. Un appui alors que mon envie de tuer Amon se faisait de plus en plus sentir dans mon corps parcourus de spasme provoqués par les sanglots.

Cash me parlait d’une voix rauque. Aussi rauque que pouvait l’être la mienne. Et il me demandait pourquoi je ne lui avais rien dit pour l’interview. Qu’y aller à deux aurait permis d’éviter un drame. Un drame que j’avais provoqué. Et je ne savais que répondre parce que je n’avais pas la réponse. Je ne savais même pas pourquoi j’y avais été à cette interview. Comme si j’avais oublié pendant une journée que j’avais un foutu libre arbitre.

-Je… Je sais pas Cash…

Je n’arrivais pas à comprendre mon action. Et j’avais de plus en plus l’impression que j’y suis allé pour avoir une raison d’en finir. Mais pourquoi ? Tout allait bien. J’avais Ruby, j’avais Cash, des idées pour un album. Alors pourquoi ? Je ne savais pas… Et savoir que j’étais capable d’agir ainsi sans raison apparente me faisait peur.

Cash croyait en la vengeance et il en fit part à Ruby. Tuer le journaliste n’était pas à son programme alors qu’il était bien au mien. Non, Cash voyait bien d’autre vengeance et je savais que Cash était capable de faire bien plus mal qu’il n’y parait. Parce que je connais le vrai Cash. Celui que jamais personne ne connaitra. Et j’approuvai ce qu’il venait de dire d’un signe de tête entendu.

Ruby avait relevé la tête et j’avais croisé son regard. Mon regard froid s’était dissipé et fis place à un regard perdu. Parce que j’avais peur de ce qu’elle allait dire. Elle avait lu l’article, mais qu’allait-elle pensé du drame que j’avais fait à cause de ça ? Me prendre pour un dingue ? M’en vouloir ?

Mais elle ne me laissa pas vraiment le temps de me poser plus de questions. Et je baissai la tête à ses dires. Je savais, je savais qu’elle ne lisait pas ce genre de chose. Et je savais qu’elle ne les croyait pas. C’était d’ailleurs le jour où elle m’a dit ça que j’ai compris qu’elle était différente. J’aurais dû lui faire confiance cette fois-ci encore. Mais je n’avais pas réussi. Et je sentais bien les reproches dans la voix de Ruby. Tant de reproches qui me faisaient mal.

-Désolé…

Un « désolé » à peine audible. Mais je le pensais vraiment. Je voulais pouvoir lui faire confiance et la protéger tout à la fois. Et elle continua de parler alors que j’avais toujours la tête baissée. Elle ne pensait pas vengeance, elle pensait tactique. Elle pensait que si c’était nous qui donnions l’information on pourrait anticiper et éviter ce genre d’évènement… Le silence ce fis avant que je ne relève la tête, mes yeux mouillés à cause de mes pleurs qui avaient enfin cessés.

-Tu as raison… On dira toute la vérité, comme ça il n’y aura plus rien à craindre…

Mais Amon ne devait pas s’en sortir comme ça. Il allait quand même payé. Peut-être pas en y laissant sa vie mais en y laissant sa réputation.

-On ne cassera rien, on ne tuera personne. Mais… Il ne faut pas qu’il s’en sorte. On va d’abord montrer qu’on est bien vivant et on va rendre Amon tellement peu crédible qu’il va s’en prendre plein la gueule.

Ouais, c’était tout ce qu’il méritait. Je regardais tantôt Cash, tantôt Ruby comme en attente d’une approbation.


Nothing last forever and we both know hearts can change ©️ GN'R
Revenir en haut Aller en bas
http://la81rocks.forumgratuit.be
Cash Izbel
Cash Izbel


Messages : 769
Date d'inscription : 07/10/2013
Age du personnage : 24
Localisation : L.A.

Who Am I?
Birth place: Los Angeles
Je suis: introverti, gentil, shooté
Song: Nightrain - Guns'n Roses


Light My Fire [PV Cash/Ruby][Terminé] Empty
MessageSujet: Re: Light My Fire [PV Cash/Ruby][Terminé]   Light My Fire [PV Cash/Ruby][Terminé] I_icon_minitimeJeu 17 Avr - 15:33

Billy pleurait. Mais ça ne voulait pas forcément dire que Billy était désemparé, que Billy était foutu. Non, pleurer, pour Billy, était déjà un signe de cicatrisation. Avant toute reconstruction, il devait évacuer. Et il évacuait toujours par les pleurs. La violence. Ca, c'était un mauvais signe chez Billy. Pas les sanglots.

Combien de fois avais-je vu pleurer Billy? Un tas de fois. Tellement que je ne pouvais plus les compter. Et il ne se cachait jamais pour le faire. Il n'avait aucune honte à pleurer en public. Chose que je n'aurais jamais su faire. Mais j'avais d'autres façon pour évacuer. Ma guitare en étant une.

J'avais vu Billy pleurer pour une faute d'orthographe, j'avais vu Billy pleurer pour des filles d'un soir, j'avais vu Billy pleurer en écrivant des chansons, piégé qu'il était par ses propres mots. J'avais vu Billy pleurer sur scène parce qu'un mec, au premier rang, l'écoutait attentivement, buvait ses paroles, deux sillons dessinés par des larmes calmes qui coulaient sur ses joues alors que le reste du public se déchaînait. Et Billy avait pleurer. Parce que ce gars au premier rang avait tout compris.

Et maintenant, j'étais sûr qu'il pleurait parce qu'il n'avait aucune idée de comment il en était arrivé là. De pourquoi il avait été à cette foutue interview seul, de pourquoi il n'avait pas fait confiance à Ruby... J'avais moi-même vu l'article le jour de sa parution, en feuilletant vaguement L.A. People. Je l'avais lu, j'avais vu la photo, et tout ça m'avait semblé sans importance. Parce que je savais la vérité. Parce que Gaïana couchait avec moi, pas avec Billy et parce que Ruby et Billy était bel et bien ensemble et qu'est-ce que ça pouvait foutre?

Les gens pouvaient croire ce qu'ils voulaient. Ca m'empêcherait pas de respirer. Mais Billy n'était pas comme ça. Il voulait que tout soit parfait. Que la vérité reigne partout. Dans le ond idéal de Billy Lighter, on ne mentait pas aux enfants... Dans le monde idéal de Billy Lighter, on faisait tout, trop, pour ceux qu'on aimait.

Ruby nous mis en garde, attirant notre attention. Elle nous dit, en gros, de faire gaffe, de ne pas faire de connerie sans réfléchir. Elle nous conseilla Lenny et un communiqué de presse. Et j'eus une idée. Je secouai la tête. Non.

-Non. Pas Lenny. Pas la presse. On va faire ce qu'on fait de mieux.

Je regardai Billy. Il savait ce qu'on faisait de mieux. On avait de nouvelles chansons. Et aucun doute que ce qui venait de se passer nous en inspirerait d'autre. On allait faire un live complètement inattendu. Un ive qui n'aurait rien à foutre là alors qu'on était sensé être en enregistrement. On prendrait tout le monde de court. On allait les enculer et voir s'ils aimaient ça.


Guitars are like women. You'll never get them totally right. ©️ Slash
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité



Light My Fire [PV Cash/Ruby][Terminé] Empty
MessageSujet: Re: Light My Fire [PV Cash/Ruby][Terminé]   Light My Fire [PV Cash/Ruby][Terminé] I_icon_minitimeSam 19 Avr - 11:32

Voir Billy ainsi, aussi vulnérable, me brise le coeur. Il garde la tête baissée pendant que je parle. Et j'ai l'impression de lui faire plus de mal qu'autre chose. Pourtant, tout ce que je veux, c'est le protéger. Je veux qu'il soit heureux, comme il l'était le soir où on a chanté Desperado. Chanson qui sella pour toujours une promesse silencieuse entre nous. Je voudrais que son visage s'illumine à nouveau comme lorsqu'il est sur scène, accompagné de Cash et du reste du groupe.

Il lève enfin la tête et c'est un regard rempli de larmes qu'il plonge dans le mien. J'ai parlé, j'ai dit ce que j'avais à dire. Pour moi, il ne faut pas entrer dans le jeu d'Amon, il ne faut pas s'abaisser à son niveau. Cash et Billy m'ont écoutée. Maintenant c'est à eux de parler, d'exprimer leur point de vue. Je les écoute en silence, hochant de temps en temps la tête. Je leur fais confiance. Leur façon de réagir face à ces événements est différente de la mienne. Mais c'est normal. J'accorde peut-être trop de confiance à Lenny, au public. J'ai peut-être encore l'espoir que ce dernier n'est pas assez dupe et qu'il acceptera la vérité qu'on lui offrira. Pour Billy et Cash, il n'y a que par la musique qu'ils peuvent montrer ce dont ils sont capables. Je comprends ça en écoutant le guitariste parler. Utiliser la musique pour montrer sa force. Il n'y a rien de plus beau. Je leur fais confiance, je sais qu'ils sont capables de grandes choses à travers leur art.

- Je vous fais confiance, je sais ce dont vous êtes capables.

Je n'ai rien d'autre à ajouter parce qu'ils savent très bien à quoi je fais allusion. Puis je me lève. Je m'approche de Billy et me glisse entre ses jambes. Je relève doucement sa tête et plonge mon regard dans ses yeux encore humides. Lentement, de mes doigts fins, j'essuie les dernières traces de larmes.

Billy n'est encore qu'un enfant. Ou peut-être que c'est en moi que s'éveillent des instincts maternels qui sont restés enfouis un peu trop longtemps ? Je n'en sais rien. Mais ce que je sais, c'est que je donnerai ma vie pour l'enfant qui se trouve devant moi. Je dois protéger ses rêves, protéger son petit coeur fragile. Et essuyer ses larmes à chaque fois que le reste du monde brisera son coeur.

- Ensemble, on va trouver une solution. Tous les trois..., j'ajoute en me tournant vers Cash.

Ce sont eux ma famille à présent. Billy, Cash, Los Angeles, la musique. Ils m'ont tous accueillie alors que je n'étais encore qu'une gamine. Une petite fille de 17 ans qui venait de quitter Nashville. Ils m'ont tous offert une place, un toit où dormir, des chansons à écouter, un coeur à aimer.

Je dois protéger ce que j'ai de plus précieux ou je finirai orpheline, perdue dans un monde bien trop grand, bien trop sauvage pour moi.

Je pose mes deux mains sur les joues de Billy et dépose un doux baiser sur ses lèvres. Je suis dingue de lui, je l'aime comme je n'ai jamais aimé personne. Tout est différent avec lui. Parce qu'il n'y a pas que lui. J'aime ce qu'il est, j'aime sa musique, j'aime son monde, j'aime The Lightening et j'aime Cash. C'est tout un monde que je dois aimer. Et que je dois protéger pour ne pas qu'il s'effondre.

Je me détache des lèvres de Billy, presque à contre coeur. Je relève la tête et regarde à présent Cash comme j'aurais regardé mon petit frère.

- Mais pour l'instant vous devez vous reposer. Vos voix sont dans un sale état. Et on doit soigner vos blessures.

Blessures physiques ou psychologiques ? Je ne le sais pas très bien moi-même. Peut-être les deux ?
Revenir en haut Aller en bas
Billy Lighter
Billy Lighter


Messages : 2838
Date d'inscription : 24/09/2013
Age du personnage : 28
Localisation : Dans la mer avec les dauphins

Who Am I?
Birth place: Lafayette, Indiana
Je suis: Instable, possessif, sensible, perfectionniste
Song: Guns N'Roses - Estranged


Light My Fire [PV Cash/Ruby][Terminé] Empty
MessageSujet: Re: Light My Fire [PV Cash/Ruby][Terminé]   Light My Fire [PV Cash/Ruby][Terminé] I_icon_minitimeLun 21 Avr - 19:03

J’avais approuvé Ruby, je n’allais rien cassé, absolument rien. Je n’allais rien casser pour elle. Mais rien casser ne signifiait pas que je n’allais rien faire. Non, Amon et ce qu’il avait fait à nos pauvres vies, tant de choses qui ne pouvaient pas rester impunies. Et Cash avait l’idée. Il savait ce que l’on devait faire. Lenny n’était pas fiable, notre musique l’était. Et c’est ce que mon guitariste essayait de faire comprendre à ma petite-amie. C’était un concert, une preuve qu’on était toujours en vie et qu’on était plus fort qui ferait taire tous ces journalistes qui ne souhaite que notre malheur à nous trois.

C’est mon regard fragile, remplis de larmes qui accueille la confiance que nous donne Ruby. Elle n’objecta rien, elle accepta notre façon de faire. Je l’aurais remercié mille fois si je n’avais pas eu le gorge si serrée par l’émotion. Elle s’approche de moi et passe ses fins doigts sur mes larmes encore chaudes d’angoisse et de tristesse. De simples gestes qui me prouvent qu’elle était là pour moi. Je laisse apparaitre un demi-sourire exprimant mon bien-être de l’avoir à mes côtés. De savoir qu’elle était là malgré tout. Et je laisse mes mains se poser sur ses hanches pour la savoir encore plus proche de moi.

« Ensemble, on va trouver une solution. Tous les trois,… » Le sentiment de ne plus être seul. Ma Ruby avait toujours les bons mots, elle avait toujours les solutions aux problèmes, elle voyait juste et, surtout, elle essayait de me comprendre. Elle était à la fois l’amour qui me manquais dans cette foutue vie mais, aussi, la mère que je n’avais jamais eu. Elle combinait tout ça dans son petit cœur de jeune fille. Et j’avais toujours peur de ne pas assez lui en donner en retour.

Elle dépose ses petites mains sur la peau chaude de mes joues. Et, bientôt, ses lèvres se déposent sur les miennes. Quand je pense que j’avais voulu en finir alors que de simples petites choses comme celle-ci suffisaient à mon bonheur. Pourquoi fallait-il que j’en vienne chaque fois à cet extrême alors que ma Ruby m’attendait à la maison ? Et Cash, qu’aurait-il fait sans moi ?

Quand elle brise le baiser je me fais une promesse. Une promesse de rester en vie pour eux et pour pouvoir à nouveau gouter aux lèvres de Ruby. Je le regarde alors qu’elle s’adresse à Cash et à moi nous disant qu’il fallait avant tout soigner nos blessures.

-Oui, baby.

J’approuve, je l’écoute, je n’objecte pas. Je n’avais pas envie car je savais qu’elle avait raison. Nos blessures physiques allaient probablement vites guérir. Quant aux autres, on n’en guérit jamais, ma vie m’avait appris ça.

Je regarde Cash, j’étais fatigué et lui aussi. Je posais ma tête sur l’épaule de Ruby, fermant les yeux. Aujourd’hui, j’étais Billy le Phœnix. Celui qui est renait de ses cendres. Amon n’as qu’à bien se tenir !


Nothing last forever and we both know hearts can change ©️ GN'R
Revenir en haut Aller en bas
http://la81rocks.forumgratuit.be
Contenu sponsorisé




Light My Fire [PV Cash/Ruby][Terminé] Empty
MessageSujet: Re: Light My Fire [PV Cash/Ruby][Terminé]   Light My Fire [PV Cash/Ruby][Terminé] I_icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

Light My Fire [PV Cash/Ruby][Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» morrigan ► light my fire
» Un bain de soleil [Libre] {Hentaï} [Terminé ]
» Un article intéressant de Régine Chassagne du groupe Arcade fire
» [UPTOBOX] Fire Girls [DVDRiP]
» [Terminé] Holly VS Ruby

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: L.A Rocks :: Hollywood :: Appartement de Billy Lighter-