AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Blocus (A prisoner's Tale) (1971) [PV TIMMY] [TERMINE)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Amon Sørensen


Messages : 564
Date d'inscription : 26/02/2014
Age du personnage : 31
Localisation : On the ring.

Who Am I?
Birth place: København, Danemark
Je suis: emmerdeur, fouineur, violent, incompris.
Song: Lost Cause - BleedingHeart


MessageSujet: Blocus (A prisoner's Tale) (1971) [PV TIMMY] [TERMINE)   Sam 15 Mar - 11:59


Le blocus d'avant les examen de fin d'année!!! Yooohoooo!!! J'adorais ça!! C'était trop génial! Y avait un tas de bouquins à lire alors qu'il faisait ultra bon dehors! Le paroxisme du plaisir oh yeah! Sans compter que j'étais deux fois plus lent que cette grosse tête de Timmy Evans! Et qu'il m'avait bel et bien promis de ne pas me laisser sortir avant que j'aie fini de lire... Je lisais quoi encore? Je refermai le livre en gardant un doigt coincé entre les pages, là où j'en étais (et donc pas trop loin), pour regarder le titre. Ah ouais "Code Civil". Oh putain. Je soupirai et laisser tomber ma tête sur le livre...

Bref, Timmy Evans était un sadique, et moi, j'avais envie d'aller boire une Carlsberg à une terrasse et me pencher pour regarder sous les mini jupes des filles quitte à risquer de tomber par terre, tout ça en profitant du soleil.

Mais non, j'étais prisonnier et mon geôlier était particulièrement attentif à ce que je ne m'évade pas. Dès que je regardais par la fenêtre, il me rappelait à l'ordre. Mais là, il venait de partir faire du café dans la petite cuisine du minuscule appartement qu'on louait à deux. Moi, je payais avec ce que mon père m'envoyait comme argent, fidèle à lui-même. Et Timmy... Ben Timmy je savais pas. Il avait peut-être un père riche aussi.

Donc. Pendant que Timmy m'avait hors de vue, j'attrapais mon walkman et enfilai mes écouteur, camouflant la petite machine sous mon t-shirt. Rien de tel qu'un bon petit Van Halen! Ca venait de sortir, mais j'adorais déjà ce groupe! Je me mis à me tortiller sur ma chaise en rythme. Ca me rappelait un de mes bons souvenirs du Danemark.

A l'époque, un peu avant que tout parte en couille en fait, je m'était trouvé un petit travail d'étudiant comme gardien de nuit dans une morgue. Cet endroit me foutait une putain de trouille bleue. Mais au moins, j'étais tranquille toute la nuit. Et en fait, j'en profitais pour m'entraîner à lire. Sauf que, tout plein de bonne volonté que j'étais, je lisais jamais longtemps et je finissais toujours par écouter de la musique à la place. Et puis un de mes collègues m'avait fait une putain de sale blague une fois. Bordel. J'ai bien cru que j'allais pisser dans mon froc cette nuit-là... Enfin soit, ça me faisait sourire encore maintenant, après coup.

Je dansais sur ma chaise, tranquille, fermant les yeux. Quand je les ouvrais, c'était juste pour les river sur le téléphone. On était quel jour? Mercredi? Freiya devait me sonner, non? Alors elle attendais quoi? Fallait que je lui dise d'envoyer une armée danoise me tirer de là...


Spoiler:
 











AMON


Dernière édition par Amon Sørensen le Mar 22 Avr - 18:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Timmy Evans


Messages : 506
Date d'inscription : 30/11/2013
Age du personnage : 31

Who Am I?
Birth place: Londres-Angleterre
Je suis: Calme, intelligent, parfois fourbe et menteur
Song: Linkin Park-Somewhere I Belong


MessageSujet: Re: Blocus (A prisoner's Tale) (1971) [PV TIMMY] [TERMINE)   Dim 16 Mar - 14:57


J’appuyai sur le bouton pour enclencher la cafetière. C’était la petite pause de la journée cent pour cent consacrée à l’étude. J’aimais étudier. Cela me permettait d’avoir le silence total et de pouvoir remplir mon cerveau de toutes sortes d’informations quelles soient utiles ou inutiles. Dans tous les cas, elles seront utiles pour réussir l’examen de demain.

Enfin le silence total c’était peut-être un peu trop demandé. Car je partageais un appartement avec Amon. Amon c’était un manipulateur né. Et c’était pour ça que je l’appréciais. Mais c’était aussi un véritable paresseux qui n’appréciait pas les joies de l’étude. Alors que moi ça me permettait de décompresser, lui, ça l’emmerdais à mort. Combien de fois ne m’avait-il pas supplié d’aller boire un verre à une terrasse ou de faire une pause pour aller au cinéma ?

Le café prêt, je nous servis un verre à chacun et je retournais dans la chambre. Amon était toujours là à danser sur sa chaise. Je m’arrêtai tout près de lui en soupirant longuement.

-Amon… Le code civil ne va pas s’apprendre tout seul !

J’avais parlé calmement parce que je n’étais pas du genre à crier. Et je détestais faire la morale à celui que je considérais comme mon meilleur ami. Il regardait le téléphone. Je savais que sa sœur avait l’habitude de téléphoner le mercredi. Il adorait sa sœur. L’amour fraternel c’était quelque chose que je ne connaissais pas étant donné que je n’avais ni frère ni sœur.

Je déposais sa tasse de café sur son bureau avant de remarquer qu’il ne m’avait pas entendu. Les écouteurs qu’il essayait de cacher sous son t-shirt devaient être coupables de ça. La musique de Van Halen résonnais à travers tellement il l’avait mis fort. Je lui tirai ses écouteurs d’un coup sec et j’affichai mon sourire le plus sarcastique.

-Je ne crois pas que Van Halen récite le code civil, tu sais !

En plus, d’après ce que je pouvais voir, il n’avait guère avancé. C’était bien dommage parce qu’il était bien capable de réussir s’il s’y mettait un peu.

-Ta sœur n’as pas encore appelé ?

Il faisait une tête bien trop heureuse. Il fallait que je le ramène sur terre.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Amon Sørensen


Messages : 564
Date d'inscription : 26/02/2014
Age du personnage : 31
Localisation : On the ring.

Who Am I?
Birth place: København, Danemark
Je suis: emmerdeur, fouineur, violent, incompris.
Song: Lost Cause - BleedingHeart


MessageSujet: Re: Blocus (A prisoner's Tale) (1971) [PV TIMMY] [TERMINE)   Lun 17 Mar - 7:44

Je ne vis pas Timmy entrer dans la chambre, trop pris que j'étais par la musique à fond dans mes oreilles. Mais quand il posa la tasse de café sur mon bureau et qu'il tira mes écouteurs d'un coup sec, je fus obligé de lui prêter attention. Mais je sourirais. J'adorais briser sa paix intérieure. Mais c'est un air sarcastique qui me répondit. On dit que deux aimants de même charge de repoussent. Ce n'était pas vrai pour nous.

-Van Halen n'en a rien à foutre du code civil et même mon cher père sera moins riche qu'eux dans quelques années.

Sauf que je n'avais aucun talent pour la musique... Ni pour grand chose d'ailleurs. Je savais faire quoi? La liste n'était pas longue. Je savais manipuler les gens, les amener à faire ce que j'avais envie qu'ils fassent. Mais ça ne marchait pas avec tout le monde. Et pour ceux avec qui ça ne marchait pas... Non... Je ne voulais plus faire ça. Timmy était de ceux avec qui ça ne marchait pas. Mais comme c'était un ami, c'était différent.

Je hochai négativement la tête, le regard beaucoup plus sombre, quand il me demanda si Freiya n'avait pas encore appeler. Mais je feintai directement après que ça allait bien. Que c'était pas grave. MAIS SI C'ETAIT GRAVE! Qu'est-ce qui lui était arrivé? Tous les pires trucs me venaient en tête quand c'était comme ça. Et le pire, c'était que je la soupçonnais de le faire exprès par moment. Juste pour sentir l'inquiétude dans ma voix quand, finalement, elle allait appeler.

Puis, mon sourire réapparu.

-Je ne suis pas monté à l'envers, moi... Etudier me rend nerveux...

J'attrapai la tasse que Timmy m'avais apportait et soufflai dessus parce que c'était vachement chaud. Je frottai mes yeux de ma main libre et pris un air de petit garçon triste qui porte le monde sur ses épaules.

-Et les lettres commencent à se mélanger...











AMON
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Timmy Evans


Messages : 506
Date d'inscription : 30/11/2013
Age du personnage : 31

Who Am I?
Birth place: Londres-Angleterre
Je suis: Calme, intelligent, parfois fourbe et menteur
Song: Linkin Park-Somewhere I Belong


MessageSujet: Re: Blocus (A prisoner's Tale) (1971) [PV TIMMY] [TERMINE)   Ven 21 Mar - 13:23

Les études étaient très importante pour moi. C'était comme un tremplin qui m'ouvrait des portes. Mais c'était aussi une manière de tester mon intelligence et, aussi, l'améliorer encore plus. Mais j'avais devant moi un type pas motivé du tout préférant écouter de la musique et danser bêtement sur sa chaise. Il disait que Van Halen n'en avait rien à foutre du code civil.

-Peut-être bien, mais Van Halen a réussi. Toi, pas encore. Tu pourras oublier le code civil quand tu seras aussi riche que lui. Pas avant!

Il fallait bien ramener ce cher Amon sur terre et donc à ses études. Et je devais dire que je n'avais rien trouvé de mieux que de vulgaires sarcasmes jusqu'ici. J'en avais conclu que s'était l'unique manière pour faire avancer Amon. Non, il y en avait d'autres comme le défis. Il aimait bien relever des défis, Amon. On s'en lançait souvent et des choses qu'il ne vaut mieux pas raconter. Et on ne se faisait jamais prendre, on était devenu des as du mensonges et des coup monté. C'était ce qu'on avait trouvé de mieux pour passer notre temps libre.

Mais aujourd'hui, on était que nous deux et on devait étudier. Donc, notre victime à chacun était l'autre. Et j'avais commencé notre petite joute en demandant si sa soeur avait appelé. Il avait hoché la tête négativement et je pris un air faussement navré. J'avais sentis de l'inquiétude dans sa voix mais il remis tout ça sur le compte des études qui le rendaient nerveux alors que son sourire réapparut instantanément. On apprend pas à un menteur à mentir, Amon le savait pertinemment.

-Hé bien fait une pause de quelques minutes si les lettres se mélanges.

Je savais qu'Amon prenait sa dyslexie comme excuse. Il me sortais ça chaque fois qu'il voulait arrêter de travailler. Je pris son code civil en main mettant mon doigt à la page où il était arrivé.

-Vu ce que tu as lu comme pages, ça m'étonnerai que tu sois si fatigué!

Je souris sarcastiquement. Moi, ce code civil, je l'avais lu assez rapidement et ça faisait la deuxième fois que je le lisais. Il fallait que je trouve un moyen de motiver mon ami. Car, même si on s'envoyait des petites phrases bien placées là où ça faisait mal, on savait s'entre-aider quand il le fallait.

-On a cas se faire un grosse pause en se mettant Van Halen à fond et en élaborant un plan pour ennuyer Ryan...

Ryan c'était la petite sainte-ni-touche de l'université. Celui que tous les professeurs chérissaient.

-Mais après! On se remets au code civil...

Je marquai une pause pour boire un peu de café avant de reprendre mon air sarcastique.

-Peut-être que d'ici là, Freiya aura appelé et tu seras enfin rassuré.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Amon Sørensen


Messages : 564
Date d'inscription : 26/02/2014
Age du personnage : 31
Localisation : On the ring.

Who Am I?
Birth place: København, Danemark
Je suis: emmerdeur, fouineur, violent, incompris.
Song: Lost Cause - BleedingHeart


MessageSujet: Re: Blocus (A prisoner's Tale) (1971) [PV TIMMY] [TERMINE)   Sam 22 Mar - 19:07

Pour chacune de mes phrase, Timmy avait une réplique cinglante! C'était à la fois ce qui m'énervait le plus et ce que j'adorais chez lui: c'était un gars que je pouvais respecter, parce qu'il ne se laissait pas écraser. Il avait cependant le même avantage que mon cher père... Il n'était pas impulsif... Alors que moi, j'avais tendance à l'être. Si une émotion forte me prenait, que ce soit la colère, l'anxiété, la peur, l'am... ah non, ça je connais pas, c'est vrai... Enfin soit, une émotion plus forte qu'une autre, j'avais tendance à foncer dans le tas... Et pas de la façon la plus subtile qui soit...

Mais j'étais jeune, j'avais beaucoup à apprendre et surtout, pleeeeeein de temps pour me calmer. Si j'y arrivais un jour. Et pour dire vrai, c'était mal barré. Il y avait déjà un truc que je pourrais jamais m'empêcher de faire, c'était foncer dans le tas, DANS QUI QUE CE SOIT, qui oserait faire du mal, d'une façon ou d'une autre, à Freiya... Ce petit con, s'il n'était pas encore né, pouvais déjà se considéré comme un homme mort. Quelle que soit la leçon que j'avais eue dans un passé pas encore si lointain que ça.

Et si par malheur Freiya me sonnait en m'annonçant ce genre de mauvaise nouvelle, je n'hésiterais pas à prendre le premier avion pour le Danemark. Et au moins, ça me filerait l'occasion d'avoir le "mérite" de porter le surnom à la con qu'on m'avait donné là-bas.

Je ne pu faire qu'une moue signifiant que j'étais vaincu quand Timmy m'annonça qu'avant d'ouvrir ma grande gueule, il faudrait au moins que je sois aussi riche que Van Halen... Et il avait raison. Et je comptais bien y arriver. La question de savoir si ce serait à n'importe quel prix et, surtout, à la sueur de mon front était une AUTRE question.

Mais ce n'est que quand le mot "pause" traversa les lèvres de Timmy que mon regard s'illumina. Alors que jusque là, je n'avais faire que m'étirer et soupirer pendant que Timmy parlait pour bien montrer que j'en avais plus que marre de lire et de rester à l'intérieur. Et que le mot "pause" soit presque directement suivis des mots "Van Halen" et "Ryan" fit changer la nature de cette illumination. La lueur était plus intense et plus aigue. Et le sourire sarcastique de Timmy me fis penser que mon pote avait lui aussi bien besoin de cette petite pause. Je m'étirai une dernière fois avant de prendre ma tasse de café.

-AWARF!!! Ben il était temps!

Je hochai la tête tout en buvant une gorgée de café pour signifier que j'étais d'accord. Un peu de pause, un peu de code civil. Deal. J'aurais jamais fini de lire ce foutu bouquin à temps de toute façon.

-Je m'amuserais plus à utiliser mes méninges pour savoir comment réussir ce foutu examen sans lire le bouquin qu'en le faisant.

Et j'aurais aussi probablement de biens meilleurs points. Mais bon... Si Timmy était d'accord pour tous les plans qui consistait à se procurer les syllabus pirates afin de ne pas devoir assister à tous les cours... Autant il n'avait pas encore franchi la limite qui séparait ça de la tricherie crasse aux examens. Alors que moi, cette limite, j'étais tellement passé et repassé dessus qu'on ne la voyait plus.

J'ignorai sa remarque sur Freiya. Enfin non. Pas totalement. Un regard acéré de ma part ponctua sa phrase. Il savait pourtant que ma soeur n'était pas un sujet sur lequel je rigolais... Enfin si, mais pas comme ça... Je sifflai entre mes dents, j'espérais trop bas pour que Timmy puisse comprendre.

-Suis sûr qu'elle fait exprès...

Puis, me reprenant.

-Ryan Ryan Ryan! Quel coup on ne lui a pas encore fait?

Je déposai ma tasse sur le bureau, pris un crayon et le mis dans ma bouche avec une mine concentrée. Sérieusement concentré. Et c'était bien la première fois de la journée où j'étais concentré. Mais ça ne dura pas aussi longtemps que mon ami ne l'avait espéré, probablement. Il m'avait suffis d'un regard perdu vers la fenêtre à travers laquelle donnait le soleil. Erreeeeur. Mon regard revint sur Timmy, toujours aussi sérieux extérieurement, mais plus autant intérieurement.

-Carlsberg et Mini jupes m'aideront à penser... Ah... Et aussi ça me poussera à aller voir dans ton fameux code civil où se trouve la limite entre drague et harcèlement.











AMON
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Timmy Evans


Messages : 506
Date d'inscription : 30/11/2013
Age du personnage : 31

Who Am I?
Birth place: Londres-Angleterre
Je suis: Calme, intelligent, parfois fourbe et menteur
Song: Linkin Park-Somewhere I Belong


MessageSujet: Re: Blocus (A prisoner's Tale) (1971) [PV TIMMY] [TERMINE)   Mer 26 Mar - 9:27

Amon réagissait à certains mots, et le mot « pause » faisait partie de ces fameux mots. Il s’étira comme s’il avait travaillé des heures à un dur labeur. Ce qui n’était pas le cas de mon avis vu où il en était dans sa lecture du code civil. Mais moi, j’avais réellement besoin de cette pause car, moi, j’avais travaillé. Et faire un petit plan pour, encore, mettre en péril Ryan c’était une bonne manière d’entretenir ses méninges tout en faisant une pause. Bien sûr, cette pause était un deal et Amon n’en aurait droit que s’il me promettait de reprendre sa lecture du code civil juste après.

Je regardai le code civil d’Amon. Il était totalement intact vu qu’Amon l’avait très peu ouvert depuis le début de l’année. Alors que le mien, on pouvait voir que j’avais mainte fois tourné ses pages. Je relevai le regard vers Amon quand il m’affirma qu’il s’amuserait plus à se concentrer sur comment réussir son examen sans étudier plutôt que de lire le code civil. A vrai dire, je pensais très bien qu’il était capable de réussir par une centaine de stratagème. Mais le deal entre nous c’était d’étudier, de réussir nos études à la loyale. Et appendre la loyauté à Amon c’était comme essayé d’apprendre à un mouton à parler.

-Je n’en doute pas. Mais je préfère te voir souffrir en étudiant le code civil, plutôt que de te voir jubiler à tester toute sorte de manière pour tricher. Tu me connais.

Puis nous en vînmes à Freiya et je l’avais assez ennuyé sur le sujet. Il ne fallait pas pousser non plus, je ne voulais pas lui faire trop de mal. J’étais, quand même, un peu son ami. En tout cas, lui était persuadé que sa sœur le faisait exprès. Cela ne m’étonnait pas… Si elle était comme lui c’était fort probable qu’elle s’amuse à torturer son frère.

-Possible. Mais quelque part, tu le mérite, non ? Si elle savait tout ce que tu fais subir à Ryan…

Ryan, tiens, tant qu’on y était. Qu’allions-nous lui préparer cette fois ? Je me posais cette question tout bas alors qu’Amon se la posait tout haut.

-Je ne sais pas. Mais j’aimerais redoubler d’imagination cette fois-ci.

Le danois pris un crayon. Tiens, tiens… Quand il s’agissait de plan pour emmerder quelqu’un, il prenait des notes… Un sourire apparut son mon visage à cette pensée. En fait, je riais aussi de sa mine vraiment très concentrée. Et puis, il se déconcentra tout d’un coup après avoir jeté un coup d’œil par la fenêtre. Et voilà qu’il recommençait avec ces pauses excessives, ses Carlsberg et ses petites piques en références au code civil. Je soupirais. Le genre de soupire que je voulais qu’il entende.

-Je doute que tu captes la limite un jour… Même en lisant vingt fois le code civil. Tout comme tu ne comprendras jamais la limite entre petite pause de vingt minutes et sortie en ville pour le reste de la journée.

Encore un soupire et je regardai, moi aussi, par la fenêtre.

-Bon, d’accord, ça marche... Mais pas plus de deux heures !

Je savais que nous allions largement dépasser ce timing. Parce que c’était dans les plans d’Amon. Je savais qu’une fois en ville il ne voudrait pas rentré avant tard le soir. Mais ce n’était pas une défaite, non, c’était un raison de pouvoir me créer une petite vengeance rien que pour Amon.

Je mis ma veste en cuir, prêt à partir.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Amon Sørensen


Messages : 564
Date d'inscription : 26/02/2014
Age du personnage : 31
Localisation : On the ring.

Who Am I?
Birth place: København, Danemark
Je suis: emmerdeur, fouineur, violent, incompris.
Song: Lost Cause - BleedingHeart


MessageSujet: Re: Blocus (A prisoner's Tale) (1971) [PV TIMMY] [TERMINE)   Ven 28 Mar - 17:12

J'eus un grand sourire quand Timmy m'avoua qu'il préférait me torturer en me faisant lire plutôt que de me voir jubiler... Sans blague. J'aurais jamais du parier avec Timmy que j'étais capable de réussir à la "loyale". C'était une pure perte de temps puisque je réussirais quand même même si je ne faisais pas tout ça. Et j'avais du mal à ressentir de la fierté à faire ça à la FOUTUE loyale... Par contre, un bon plan réussi, ça, ça me rendait fier. Puisque de toute façon, je savais par expérience que l'honnêteté ne payait pas, le courage non plus, quant à défendre la veuve et l'orphelin, ça n'attirait que des emmerdes.

Tout en souriant toujours, je fis pivoter ma chaise de droite à gauche tout en le regardant.

-Non... je découvre à l'instant tes talents de bourreau... T'aurais fait un tabac au 15e siècle!

Puis, la conversation tourna sur Freiya une dernière fois. Sauf que là, la réflexion de Timmy me fit avoir un rire assez sadique tout en mordillant le crayon que j'avais pris pour noter mon plan concernant Ryan. Rectification NOTRE plan.

-Si Freiya savait ce que je fais subir à Ryan, elle me ferait ériger un statue en or en plein centre de Copenhagen...

Et je n'avais aucun doute que si elle avait eu ce pouvoir, ce serait de toute façon déjà fait. Ok, ce serait une statue un peu plus petite que celle qu'elle aurait fait construire à son effigie, qui serait elle même encore un peu plus petite que celle que mon père aurait fait pour lui, mais une statue quand même.

Et c'est évidemment avec maints et maints soupirs que Timmy abdiqua devant mon instistance pour sortir. Il n'avait pas vraiment le choix. il savait aussi bien que moi que tant qu'on ne serait pas sortis un peu, je ne l'aurais pas laissé se concentrer une seule seconde. Quand il enfila sa veste en cuir, je bondis de ma chaise comme un chien qui a compris qu'on allait enfin le sortir un peu. Je ne voyais pas pourquoi il mettait une veste. Il faisait une de ces chaleur toride à Los Angeles... Si j'avais pu, je me serais mis torse nu. Malheureusement je ne pouvais pas: si je faisais ça, j'allais souffir et passer des nuits blanches à me retourner dans mon lit pour essayer de trouver un position qui ne frotte pas sur les coups de soleil.

Je restai donc sage et en t-shirt.

-Pas plus de deux heures, ça marche!

Y aurait toujours deux ou trois trucs pour dépasser le timing... On sortit de ce foutu appartement et je saluai les deux filles de l'étage en dessous qui gloussèrent à notre passage. Arf... Aucune classe. Et quand on fut finalement hors de l'immeuble, on se mit à marcher dans le rue, direction le centre ville. moi, les mains dans les poches, Timmy... ben à la Timmy.

Je fis deux pas plus rapide et me mit à marcher à reculons pour pouvoir faire face à Timmy.

-Alors, Ryan. Qu'est-ce qu'on ne lui a pas encore fait subir?

Jusque là, on avait fait des trucs basiques. Timmy s'était occupé de lui faire une réputation de merde, ce qui avait foutu un peu la brouille dans son petit couple si mignon bla bla bla... Quant à moi, je m'étais occupé de choses plus triviales telles les pneus de sa bagnole... Si je voulais faire un sale coup à quelqu'un et qu'il fallait se salir les mains, j'avais au moins gardé ça de l'ancien moi: je le faisais moi-même.

-Et pourquoi tu lui piquerais pas sa petite copine, hein? T'as foutu la merde, mais personne sait que c'est toi! Alors séduit la! C'est pas comme si ça allait être difficile pour toi! Et puis ça te fera du bien en même temps.

Ouais... parce que je me faisait une véritable mission de prévoir les plans culs de mon ami, en générale...











AMON
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Timmy Evans


Messages : 506
Date d'inscription : 30/11/2013
Age du personnage : 31

Who Am I?
Birth place: Londres-Angleterre
Je suis: Calme, intelligent, parfois fourbe et menteur
Song: Linkin Park-Somewhere I Belong


MessageSujet: Re: Blocus (A prisoner's Tale) (1971) [PV TIMMY] [TERMINE)   Dim 30 Mar - 9:28

Un sourire ironique s’afficha sur ma figure quand il m’annonça découvrir mes talents de bourreau. J’affichais tant d’ironie parce que je m’étais pourtant attelé à lui montré cela dès nos premier blocus ensemble.

-Tu les découvre ? Permets-moi fort d’en douter. Te torturer est ma manière de décompresser lors des blocus et tu es à chaque fois ma victime principale pour ce genre de pratique.

Son allusion au 15ème siècle ne calme pas l’ironie qu’il y avait dans ma voix. Le 15ème siècle, l’époque où l’Angleterre était une nation puissante alors que les Etats-Unis se faisaient coloniser. Mais tout cela était une bien mauvaise façon de dénigrer Amon étant donné que mon ami ici présent était Danois. Tous deux, nous venions du vieux continent.

Puis nous en vînmes à Freiya et je me vis confirmer qu’elle était aussi sadique que lui étant donné qu’il était persuadé qu’elle érigerait sa statue si elle apprenait tout ce qu’il faisait subir à Ryan.

-Hé bien, c’est du joli. Ta statue au centre d’une ville, la meilleure manière de faire fuir les touristes.

L’idée d’un Amon immortalisé en statue faisait froid dans le dos. Même si c’était mon ami je n’aimais pas qu’il soit trop content parce qu’il aimait bien trop cela.

Ensuite vint le deal que je savais qu’il n’allait guère respecter. Deux heures c’était bien trop peu pour un fêtard comme lui. Et je réfléchissais déjà à une manière de me venger de cela tout en enfilant ma veste en cuir. Je savais qu’il faisait chaud dehors mais j’aimais beaucoup cette veste. C’était l’un des choses que j’avais repris de l’Angleterre et un cadeau de ma mère. La porter me rappelait mon pays natal.

Après quelques promesses, nous sortîmes dehors et Amon marchais à reculons pour pouvoir me regarder tout en parlant. Moi j’avançai les mains dans les poches à écouter mon ami. Et il me posa une question pour les moins existentielles. On lui en avait déjà fait voir de toutes les couleurs à ce pauvre Ryan. Grâce à nous, il avait maintenant la pire réputation de toute l’université. Ou devrait-je dire à cause de nous ? Je réfléchissais au plan du siècle quand Amon me devança en proposant une idée. Lui voler sa petite amie. La seule personne qui ne l’avait pas encore lâchée. Pour l’instant cela me plaisait, mais beaucoup moins quand il trouva intéressant que je la séduise.

-La séduire ? Moi ? Alors comme ça tu me balances en première ligne ?!

Oui car c’était comme ça que je voyais les choses. Si je la séduisais j’étais à découvert alors que j’aimais justement le fait que personne ne sache qu’on était lié de près ou de loin aux malheurs de Ryan.

-Et puis qui te dit que cela me fera du bien ?

J’avais accéléré le pas comme excédé par Amon et ce qu’il venait de dire.

-Pourquoi ce ne serait pas toi qui t’y collerais ?

Très bonne question, en effet !


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Amon Sørensen


Messages : 564
Date d'inscription : 26/02/2014
Age du personnage : 31
Localisation : On the ring.

Who Am I?
Birth place: København, Danemark
Je suis: emmerdeur, fouineur, violent, incompris.
Song: Lost Cause - BleedingHeart


MessageSujet: Re: Blocus (A prisoner's Tale) (1971) [PV TIMMY] [TERMINE)   Lun 31 Mar - 10:20

Beaucoup, en nous voyant de l'extérieur sans trop nous connaître, auraient parié que toute cette histoire d'examen nous mettait sur les nerfs et que c'était la raison pour laquelle on s'envoyait piques sur piques. Mais en fait non, c'était même plutôt la preuve qu'on était totalement détendus. Si on avait vraiment été nerveux, on se serait plutôt serré les coudes et on aurait fait front, à deux contre le monde.

J'adorais l'air suffisant que prenait Timmy en affirmant qu'il me faisait souffrir à chaque blocus. Evidemment, c'était vrai! Mais de là à ce que j'avoue avoir souffert jusqu'ici... Quant à sa petite blague sur la statue, elle me fis éclater de rire. Des dictateurs beaucoup plus laids que moi et avec bien plus de victimes à leur actif avaient déjà leurs statues dans quelques grandes villes du monde et ça n'avait jamais empêcher le tourisme.

On finit finalement, et il était temps, par sortir. Le soleil de Los Angeles agressait mes yeux clairs, mais je préférais cette souffrance à celle que Timmy faisait subir à mon cerveau. Et au fur et à mesure que j'établissais mon petit plan personnel, je voyais bien dans le regard de mon ami qu'il n'était pas d'accord. J'adorais quand il n'étais pas d'accord. Parce qu'il fallait trouver les arguments pour le convaincre.

Et le meilleur, c'était que je n'arrivais même pas à savoir s'il faisait semblant d'être choqué ou s'il l'était réellement. Parce que parfois, il faisait exprès de ne pas être d'accord avec moi. Juste pour que j'essaye de le convaincre. Parce qu'il fallait dire ce qui était: entre lui et moi, c'était toujours lui le plus fort jusqu'à maintenant. Mais j'apprenais chaque jour avec lui. Selon moi, seule Freiya aurait su rivaliser réellement avec lui. Parce qu'elle était vraiment comme ça... Moi, beaucoup moins à la base.

-Première ligne?

J'eu un sourire en coin.

-Comme si la mission était désagrable!

Je me remis à ses côté parce que je venais déjà de manquer de renverser quelqu'un en marchant à reculons. Et si je m'en foutais de mettre quelqu'un par terre, j'avais pas trop envie de, moi, me retrouver le cul à terre. Je regardai Timmy. La fille avec qui Ryan sortait était loin d'être un laidron. Et c'était justement ce qui attirait mon attention. S'il sortait avec un moche, il l'aurait mérité. Mais ce n'était pas le cas. Et ça me contrariait. Et ce n'étais pas bon quand j'étais contrarié.

Je pris mon air le plus sérieux, celui que j'espréais convainquant. Et je n'avais même pas idée de combien je pouvais ressembler à mon père.

-Ca te ferait du bien parce que... Timmy... On vit dans le même appartement, je connais aussi bien la fréquence de tes relations que tu ne connais les miennes. Tu vas finir prêtre à ce rythme là.

Je savais qu'il avait peur de recommencer une relation et bla. bla. bla. Soit, ok, mais on ne parlait pas de relation sérieuse là. Je souris.

-Autant joindre l'utile à l'agréable.

Puis il me demanda pourquoi ce ne serait pas moi qui m'y collerait. Je fis un signe de dénégation.

-Cette fille me hait. Sinon, mon petit gars, je la prendrais direct la première ligne...

Je marquai une pause et me grattai la tête.

-J'ai écrasé son chat avec ma voiture. J'ai pas fait exprès.

Je souris, satisfait. Ce n'était même pas un mensonge. Enfin... la moitié de ma phrase n'était pas un mensonge. On arriva devant une taverne dont la terrasse était pleine de monde, mais moins quand même que si on était pas en période d'examen. Sans demander son avis à Timmy, je pris place à une table libre. La jeune serveuse qui devait avoir quoi? 17 ans? vint vite débarasser les verres vides des occupants précédents. Elle nous sourit, je lui rendis son sourire d'un air entendu. Ce genre de chose allait me perdre un jour. Puis, je reportai mon attention sur Timmy.

-Tu prendras quoi? Carlsberg pour moi. Je paie.

C'était pas vraiment un problème pour moi. Alors j'étais généreux à mes heures.

-Contre toi, elle a rien la copine de Ryan. Même Ryan se doute pas qu'il te dois les 3/4 de ses malheurs. Par contre moi... Je suis moins subtile que toi.

Le caresser dans le sens du poil ne me dérangeait pas, si ça pouvait aider à le convaincre.











AMON
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Timmy Evans


Messages : 506
Date d'inscription : 30/11/2013
Age du personnage : 31

Who Am I?
Birth place: Londres-Angleterre
Je suis: Calme, intelligent, parfois fourbe et menteur
Song: Linkin Park-Somewhere I Belong


MessageSujet: Re: Blocus (A prisoner's Tale) (1971) [PV TIMMY] [TERMINE)   Mer 2 Avr - 8:03

Amon et moi nous avions déjà fait bien beaucoup de plan depuis notre première rencontre. Chaque fois ils étaient de plus en plus vils. Mais celui que me proposai Amon à cet instant me donnais l’impression que je n’aurais pas le contrôle de la situation et quel pourrait nous échapper à tout moment. Car il s’agissait de sentiments, et les sentiments étaient incontrôlables. Ils m’avaient bien des fois fait défaut dans le passé et je ne voulais en rien que cela se reproduise.

Amon trouvais la mission agréable avec un petit sourire en coin qui me fit faire disparaître le mien. Je n’aimais pas quand on commençait à parler de ses choses qu’étaient « draguer », « sortir avec », ou encore « aimer ». Tant de chose source de souffrance. Mais Amon voyait les choses bien différemment, il était plutôt du genre à draguer plusieurs filles en même temps pour une soirée de bon temps.

-Si elle n’est pas désagréable, la mission. Hé bien fait là…

Amon avait changé de position et s’était remis à mes côtés. Le soleil tapait de plus en plus fort et j’avais vraiment très chaud sous ma veste en cuir. Je la retirai et l’attacha autour de la taille par les manches. Mon ami, lui, prenait son air sérieux. Et quand il prenait cet air, je ne savais jamais s’il l’était réellement ou si c’était une feinte. Il disait connaitre la fréquence de mes relations et tout ça l’inquiétait. Je ne disais rien, je l’écoutais jusqu’au bout regardant son sourire réapparaitre. Il expliquait qu’il ne pouvait pas séduire cette fille à ma place car elle le détestait… Moi, je ne souriais pas, je n’en avas guère envie. J’avais l’impression d’avoir perdu le contrôle total de ce plan et je n’aimais guère ça.

-Je ne finirai pas prêtre, je suis marié à mes cours de droit ! Et pour ce qui est de la fille, je doute que ce soit la seule qui ne t’aime pas… D’autres te détestes pour bien d’autres choses…

Nous prîmes place à la terrasse d’une taverne et je suivis Amon à une table vide. Mon ami avait déjà repéré la serveuse qui ne tarda pas à venir prendre notre commande.

-Moi je prendrais la bière la plus chère que vous avez, merci.

Il payait donc je me faisais un plaisir de lui faire remarquer que je n’avais aucune pitié pour ceux qui payaient. Quand on me payait le restaurant, c’était pareil, je prenais les plats les plus chers. Mais notre conversation continua sur la copine de Ryan. Je ne voyais plus d’issus.

-Tu es bien moins subtile et c’est bien ça qui causera notre perte à tous les deux. Si un jour tu te fais prendre, tu me dénonceras ? Que je sache si je dois te tuer avant ou non.

Là, je souriais enfin car je lui avais lancé un pique en même temps d’avoir détourné la conversation et j’étais plutôt satisfait de cela.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Amon Sørensen


Messages : 564
Date d'inscription : 26/02/2014
Age du personnage : 31
Localisation : On the ring.

Who Am I?
Birth place: København, Danemark
Je suis: emmerdeur, fouineur, violent, incompris.
Song: Lost Cause - BleedingHeart


MessageSujet: Re: Blocus (A prisoner's Tale) (1971) [PV TIMMY] [TERMINE)   Dim 6 Avr - 14:21

Timmy n'appréciait vraiment pas mon petit plan. Mais je le fis marcher jusqu'au bout, même si je savais déjà que c'était peine perdue. Pas que je ne voulais pas draguer la fille oi-même, au contraire, mais depuis l'histoire de son chat, je pense que ça ne valait même pas la peine d'essayer. Tout ce que ça allait donner, si j'essayais, c'était de nous griller tous les deucx pour tous les déboires passés de ce cher Ryan.

Timmy affirma que la jeune femme qui était la cible de notre conversation n'était pas la seule à ne pas m'aimer. Je haussai les épaules tout en marchant. Ca faisait bien longtemps que j'avais abandonné l'idée de me faire aimer...

Soit. On s'installa finalement à la terrasse et la jeune serveuse arriva vite fait pour nous servir. Evidemment, mon ami commanda la bière la plus chère sans même se demander s'il allait l'aimer ou pas, mais juste par plaisir parce qu'il savait que c'était moi qui payais. Sauf que ce n'était qu'une demi vistoire parce qu'en fait, cet après-midi, on allait boire au frais de ce cher Lars Sörensen. Je regardai la serveuse, lui souris, sourire qu'elle me rendit.

-Mettez moi la même chose que mon ami ici présent, en plus de la Carlsberg. S'il vous plait, ce sera bien aimable.

Je lui fis un clin d'oeil et elle s'éclipsa puis, je me mis à rire de la situation en la désignant à Timmy du pouce. En secouant la tête l'air de dire que tout ça était bien trop facile. J'étais la pire des putes quand je voulais et je pouvais clairement utiliser mon physique pour arriver à mes fins.

Mais Timmy mis fin à mon petit moment de rigolade en me posant une question qui sonnait comme importante. Même si son ton et son visage la faisait passer pour une question comme ça, en passant. Je pensai "Non." mais je répondis:

-Ca dépend du bourreau. Qui de lui ou de toi me tueras le premier... Deux minutes de vie sont deux minutes de gagner pour trouver comment m'en sortir.

La jeune femme revins avec les deux bières les plus cher et ma Carlsberg brinqueballant sur son plateau. Arrivée près de nous, elle failli tout faire tomber, mais, par réflexe, je me relevai brusquement et attrappai le plateau qui était dans ses mains pour le stabiliser.

-Ouf... Merci, c'est bon, on va se démerder, pas de problème.

Je posai le plateau sur la table alors que la jeune femme s'en allait, toute rouge, à l'intérieur du café. Je sevis Timmy et lui tendis sa bière avant de me servir moi-même. Si ça avait été n'importe qui d'autre, je me serais servis en premier. Je bus une bonne gorgée de la bière payée aux frais de papa.

-Pas mauvaise, très bon choix Timmy.

Quelques minutes passèrent où je fermai les yeux et profitai du soleil. Avant de rouvrir les yeux et de regarder Timmy.

-Tu veux faire quoi? Après les études, je veux dire? Que je sache à quoi ça nous mène toutes ces conneries de rester enfermés à lire.











AMON
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Timmy Evans


Messages : 506
Date d'inscription : 30/11/2013
Age du personnage : 31

Who Am I?
Birth place: Londres-Angleterre
Je suis: Calme, intelligent, parfois fourbe et menteur
Song: Linkin Park-Somewhere I Belong


MessageSujet: Re: Blocus (A prisoner's Tale) (1971) [PV TIMMY] [TERMINE)   Mer 9 Avr - 12:56

Je pouvais vraiment être un sale type quand je le voulais. Commander la bière la plus chère de ce bar était un idée d'un total irrespect pour l'homme qui s'était dévoué à tout payé. Mais l'homme en question, c'est-à-dire Amon, pouvait être lui aussi un sale type alors je me pouvais bien d'abuser de son trop plein d'argent de temps à autre. Surtout que lui aussi abusa de son argent en commandant la même chose que moi en plus de sa Carlsberg. Je pris un air choqué. Bien sûr je ne l'étais pas réellement mais c'était pour la forme.

-Alors c'est l'argent de papa comme je vois. Deux bien je trouve cela bien abusé, mon cher.

Je ne pense pas que, si l'argent avait été de mes parents, j'aurais aussi facilement tout dilapidé d'un seul coup. J'aurais eu quelques remords et j'aurais été un parfait économe. Mais Amon n'avait pas la même affection pour son père que moi pour mes parents. Au contraire, j'avais souvent vu qu'il avait une dent contre lui. Quelque chose dont il ne m'avait jamais clairement parlé. Mais j'étais nullement du genre à parler histoire de famille avec le Danois.

Puis j'en vins à la subtilité légendaire de mon ami Sörensen. Parce qu'il fallait que je sache si oui ou non je pourrais lui faire confiance s'il était au pied du mur. C'était vital que nous nous fassions confiance l'un à l'autre et qu'aucune trahison ne soit faite entre nous. Mais, il fallait voir la vérité en face. Nous étions tous deux de vrais menteurs et de vrais manipulateurs et donc tous deux de potentiels traître. Et la réponse d'Amon était loin de me satisfaire.

-Pense que j'ai toujours un coup d'avance sur quiconque. Je serais donc, à chaque fois, le premier à te tuer au cas où.

Un sourire de mise en garde pour appuyer mes propos et voilà que la serveuse revins avec notre commande. Distraite, elle était sur le point de renverser l'entierté du plateau. Mais, grâce à un réflexe heureux d'Amon, rien ne tomba au sol pour le plus grand soulagement de la serveuse.

Nous dégustâmes nos bières et je devais avouer que la plus chère du bar valait son prix. Pleine de goûts, pas trop amère, un bière comme je les aime. Et, alors que je croyais qu'Amon allait parler à nouveau de notre plan, il changea totalement de sujet me demandant ce que je comptais faire plus tard. Sur le coup, je fus un peu surpris.

-Hé bien...

Je me laissais le temps de réfléchir. J'avais souvent pensé à mon avenir et, depuis peu, tout me paraissait plus clair.

-Je voudrais allier ma passion à mes qualités! J'aime beaucoup la musique et travailler dans l'industrie musicale m'intéresse beaucoup. Je me vois bien travailler pour une maison de disques. Je ne sais pas encore bien à quel poste.

C'était une ébauche d'idée et, quoi qu'Amon en dise, je trouvais que les études que l'ont faisaient étaient utiles. Savoir le droit par coeur avait l'avantage de pouvoir l'utiliser contre lui-même. C'était une chose non négligeable à savoir.

-Et toi, que voudrais-tu faire après?

Il était vrai qu'on ne s'était jamais vraiment posé la question.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Amon Sørensen


Messages : 564
Date d'inscription : 26/02/2014
Age du personnage : 31
Localisation : On the ring.

Who Am I?
Birth place: København, Danemark
Je suis: emmerdeur, fouineur, violent, incompris.
Song: Lost Cause - BleedingHeart


MessageSujet: Re: Blocus (A prisoner's Tale) (1971) [PV TIMMY] [TERMINE)   Lun 14 Avr - 7:14

Une expression totalement cynique apparut sur mon visage quand Timmy se rendit bien évidemment compte que l'argent que j'utilisais n'était pas à moi... Comment pourrait-il l'être? Ca se saurait si on était payés pour lire ces foutus bouquins de droit... Et ça me motiverait peut-être... Les grands penseurs américains devraient y penser, plutôt que de glander.

-Rien n'est abusé par un temps pareil dans la Cité des Anges, Timmy. Ici, on peut avoir beaucoup en en faisant le moins possible...

Je lui fis un clin d'oeil. Après une dernière pique concernant une éventuelle trahison de ma part, ce qui, paradoxalement, était pas près d'arriver, nos bière arrivâmes en équilibre intable. Timmy pensait réellement que je pouvais le trahir... En ça, j'avais donc réussi. Timmy en était presque à penser de moi ce que tout le monde pensait. Un sourire se dessina sur mon visage. Et je ne réalisai pas que c'était un sourire un rien triste.

Je rattrapai les bière et la serveuse s'en fut, gênée. Mais nous, on l'avait déjà oubliée.

-A ta santé et à ma future mort alors, Timmy...

Je commençai par goûter la bière la plus chère. Une Duvel, importée de Belgique. Riche, elle avait un bon goût de bois fruité.

Puis je posai une questiopn complètement inattendue à Timmy. En voyant son expression surprise, je bus une gorgée de bière tout en souriant et mes yeux vert brillèrent. Toujours un coup d'avance, hein, Timmy... Sauf que tu l'avais pas vue venir, celle-là...

J'écoutai cependant attentivement sa réponse. Parce que ça m'intéressait. Evidemment, je savais que sa passion était le rock, tout comme la mienne. on pouvait passer des nuits entière à repasser les histoires des plus grands groupes de rocks, dates à l'appuis, à comparer et à confronter nos connaissances respectives.

-L'industrie musicale... Une très bonne idée. Tu es taillé pour ça. A mon avis, tu auras un réel succès.

Et il me retourna ma question. Je fis tourner mon verre entre mes mains. Je ne savais pas dire la vérité en face. Je pouvais mentir sans problème, mais pas dire ce que je pensais vraiment.

-Me venger...

Puis je regardai Timmy, mais mon regard avant changer. Il était plein de haine autant que de détermination.

-Les journalistes peuvent raconter n'importe quoi. Ils peuvent faire et défaire les gens. C'est eux qui ont le pouvoir. C'est ce que je vais faire.

On avait tellement raconté de connerie sur moi. J'avais été jugé avant même d'entrer pour la première fois dans une salle d'audience. La première à m'avoir jugé avait été Karen Fleberbaum qui s'était trouvé au mauvais endroit au mauvais moment et que je ne connaissais que de nom (Freiya devait d'ailleurs être entrain de lui faire passer plus qu'un sale quart d'heure). Je n'avais même pas eu le temps de m'expliquer. Ni avec elle, ni avec personne. Puis les journalistes m'avaient donné mon surnom qui résonnait encore dans ma tête quand je dormais. Puis les juges, finalement, n'avaient eu trop de choix que de suivre le mouvement sous peine de s'attirer les foudre de l'opinion publique. Et la seule qui aurait pu 'éviter toutes ces merdes... Je ne l'avais jamais revue. Seuls mon père et Freiya m'avait soutenus. Mon père parce que j'étais son sang uniquement. Freiya, pour m'éviter d'avoir des problèmes. Mais on avait quand même fini par être séparés... Pendant deux ans, avant que je ne puisse me tailler du Danemark.

Je changeai de bière et bu ma Carlsberg d'un trait. La tête commença instantanément à me tourner.

-Toi aussi, dans l'industrie du disque, tu pourras faire et défaire les gens. C'est toi qui décidera de ce que les gens écouterons.













AMON
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Timmy Evans


Messages : 506
Date d'inscription : 30/11/2013
Age du personnage : 31

Who Am I?
Birth place: Londres-Angleterre
Je suis: Calme, intelligent, parfois fourbe et menteur
Song: Linkin Park-Somewhere I Belong


MessageSujet: Re: Blocus (A prisoner's Tale) (1971) [PV TIMMY] [TERMINE)   Mar 15 Avr - 14:18

Un vrai paresseux, c’est ce qui me vint à l’esprit quand Amon me parla de Los Angeles et du fait qu’ici on pouvait avoir tout en en faisant le moins possible. L’argent, il le tenait de son père.

-La ville rêvée pour Amon Sörensen le paresseux.

Moi aussi je pouvais être cynique. Et mon expression ressemblait maintenant à celle qu’affichait Amon. Mon ami qui pourrait être un potentiel traître. C’est en tout cas ce dont j’avais le plus peur. Qu’il me trahisse sans vergogne. Je ne savais pas s’il en était vraiment capable mais au cas où il me fallait couvrir mes arrières et les menaces c’est tout ce que j’avais trouvé pour ça. Et quand je lui avouai que je le tuerai le premier au cas où, il me sembla avoir vu une once de mélancolie apparaitre sur sa figure. Peut-être l’avais-je déçu en disant cela. Après tout, j’avais l’impression que j’étais son seul ami tout comme il était le seul mien.

Nos bières arrivèrent non sans avoir failli se briser au sol. Comme quoi, une petit après-midi détente pouvait être vite gâchée rien qu’à cause d’une serveuse maladroite. Mais « l’incident » fus vite clos et on avait bu à la future mort de mon chère ami.

-Oui, qu’elle soit lente et douloureuse.

Je souris. Là, c’était de l’humour. Si je devais tuer Amon se serait une mort rapide, c’était quand même un ami. Un ami ne méritait pas la torture quoi qu’il ait fait.

La bière était très bonne et je me réjouis de ce choix totalement fait au hasard. Et Amon me posa une question qui amena ma surprise. Mon ami était plein de ressource et avait la capacité de me surprendre. Peu de gens pouvaient se vanter d’un tel exploit. Et je lui répondis calmement lui parlant de mes projets dans l’industrie musicale. Il approuva mon projet et je ne pus que lui sourire avant de lui renvoyer la question.

Et là, encore une surprise. Il voulait se venger, je le regardai avec un air interrogateur décelant la haine dans son regard. Il voulait être journaliste pour pouvoir raconter ce qu’il voulait. Il avait une vision parfaite du journalisme. C’était de vrai manipulateur. Faire et défaire les gens. Il le pourrait autant que je le pourrais dans l’industrie du disque. Il avait totalement raison.

-Oui, on pourrait faire à l’échelle de la ville ce qu’on fait à l’échelle de l’école.

Je bus un coup de bière avant de percé mon ami du regard. Le mien luisant d’une lueur d’envie de savoir.

-Te venger de qui précisément ? Qui le future journaliste Amon Sörensen veut-il défaire avec ses articles ?

Il en avait trop dit, il devait répondre.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Amon Sørensen


Messages : 564
Date d'inscription : 26/02/2014
Age du personnage : 31
Localisation : On the ring.

Who Am I?
Birth place: København, Danemark
Je suis: emmerdeur, fouineur, violent, incompris.
Song: Lost Cause - BleedingHeart


MessageSujet: Re: Blocus (A prisoner's Tale) (1971) [PV TIMMY] [TERMINE)   Jeu 17 Avr - 9:04

Je souris en portant le toast avec mon ami. Je savais que quand Timmy parlait de mort, il ne fallait pas l'entendre au premier degré. Il y avait plusieurs sorte de mort. J'étais déjà mort plus d'une fois, en fait: quand le gentil petit Amon était devenu Amon le bagarreur, quand j'avais quitté le Danermark pour Los Angeles, et peut-être d'autres fois encore, plus subtiles et qui m'échappaient.

Timmy et moi, on savait très bien que parfois, tuer une réputation faisait bien plus de dégâts que la mort réelle. Parce qu'un mort est un mort, mais un type dont la réputation ou dont la vie est bousillée est toujours bien vivant pour le sentir passer. Et j'en savais quelque chose. Il dit qu'on pouvait faire à l'échelle de L.A. ce qu'on faisait à l'école. Je souris et le pointait du doigt.

-C'est exactement ça!

Nous buvâmes en silence un moment avant que je ne relance la conversation, surprenant mon ami. Mais, en me retournant la question, c'était à lui de me prendre au piège. J'étais jeune et impulsif, encore trop impulsif pour réfléchir à tous les détails que je devais protéger, et Timmy, lui, fonçait dans les failles que je lui exposais. Comme un boxeur lorsque son adversaire a le malheur de baisser sa garde. Et en faisant ça, il m'entraînait. Chaque vous porté était quelque chose que j'apprenais.

Mais maintenant, j'étais obligé de répondre. Ne serait-ce que pour montrer que j'acceptais de prendre ce "coup" bien mérité. Cependant, je soutins son regard.

-Me venger des médias eux mêmes, et des gens qui y croient.

Je pris une grande gorgée de bière, cherchant les mots pour m'expliquer.

-Je serai le ver qui corrompra toute la pomme. Je donnerai au journal qui m'engagera une réputation de merde. Mais personne ne pourra me virer.

Je désignai les gens aux alentours, sans même baisser la voix. J'assumais totalement mes propos.

-Parce que tous ces moutons me croiront, voudront me croire! Parce que ce sont des charognards attirés par le malheur, le sexe, et l'odeur de la mort. Je leur donnerai ce qu'ils veulent. Et ils me donneront ma vengeance. Et le pouvoir qui va avec.

Je me pensais bel et bien gagnant sur tous les plans et j'avais eu beau retourner la chose sous tous les angles, je n'y avais pas encore trouver de faille. Tant mieux.

Je levai mon verre à nouveau, trinquant tout seul. Les gens autour de nous nous regardèrent un moment, avant de reprendre leurs occupations ou conversations. Ils oubliaient si vite...

-Toi aussi, tu y arriveras, Timmy. A ta façon, mais le résultat sera le même. Nous seront craints et respectés.

Ils m'appelaient "Bøddelen" dans les journaux danois. Il était temps que je l'accepte.











AMON
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Timmy Evans


Messages : 506
Date d'inscription : 30/11/2013
Age du personnage : 31

Who Am I?
Birth place: Londres-Angleterre
Je suis: Calme, intelligent, parfois fourbe et menteur
Song: Linkin Park-Somewhere I Belong


MessageSujet: Re: Blocus (A prisoner's Tale) (1971) [PV TIMMY] [TERMINE)   Mar 22 Avr - 10:37

Notre ambition future n'était autre que de faire exactement la même chose que ce que l'on faisait à l'école, mais en touchant un maximum de gens et avec des conséquences beaucoup plus conséquentes. Les habitudes sont tenaces et la manipulation était la nôtre. C'était pour ça qu'on s'entendait si bien.

J'appréciai ma bière si chère. Une bière d'une telle qualité se devait d'être appréciée et pas seulement parce qu'elle était d'un prix exorbitant. Nous nous regardions dans le blanc des yeux et il me posa une question. Surpris, je lui avais répondu sans dérangement aucun, j'avais juste été surpris du sujet qui n'était pas le genre de chose qu'on parlait habituellement lui et moi. Et, comme pour me venger, je lui avais renvoyé automatiquement sa propre question. Et sa réponse m'exposa à une réalité: Amon voulait se venger de quelque chose ou de quelqu'un. Evidemment, cela provoqua ma curiosité et donc, une autre question de ma part.

Etre journaliste pour ce venger des médias c'était bien une idée d'Amon. Mais c'était vrai que c'était plus simple de se venger de quelque chose qu'on cotoie tous les jours. Je n'ouvris pas la bouche, l'écoutant jusqu'au bout. Et son plan était magnifique. Amener la gangrène dans son propre journal sans se faire virer, c'était une idée de génie. Il savait les gens dupes et sensibles aux journaux. Il semblait comprendre les dégâts que cela pouvait faire, comme s'il l'avait vécu lui-même.

Les gens autour de nous nous regardaient parce qu'Amon ne cessait de les désigner. Il les dénigrait mais en même temps, il ne pouvait se passer d'eux pour sa vengeance. C'est ce que je pensais.

Il leva son verre alors que j'admirai silencieusement son plan et mes yeux pétillaient de malice en entendant cela. Il disait que je pourrais faire pareil de mon côté et que nous serons respecté et craint. Je levai mon verre, à mon tour.

-Respecté, craint et adulé parce qu'ils ne pourront se passer de nous.

Je ne savais toujours pas ce qui poussait Amon à désirer une telle vengeance. Peut-être l'avenir me l'apprendra-t-il.


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Blocus (A prisoner's Tale) (1971) [PV TIMMY] [TERMINE)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Blocus (A prisoner's Tale) (1971) [PV TIMMY] [TERMINE)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» 21 AVRIL 1971 /21 AVRIL 2010 DISPARUTION D'UN LEADER VISIONNAIRE !
» My Fairy Tale || RPG City/fantastique
» L'amour est une rose, chaque pétale une illusion, chaque épine une réalité. [PM] & Dorian
» Les Remparts recherche des membres qui ont remporté la coupe Memorial en 1970-1971
» Deux ans au Groupement d'Instruction de la Légion étrangère, 1971 - 1973

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: L.A Rocks :: Flashbacks-