AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Get In The Ring [pv Billy] [TERMINE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Cash Izbel


Messages : 617
Date d'inscription : 07/10/2013
Age du personnage : 24
Localisation : L.A.

Who Am I?
Birth place: Los Angeles
Je suis: introverti, gentil, shooté
Song: Nightrain - Guns'n Roses


MessageSujet: Get In The Ring [pv Billy] [TERMINE]   Lun 14 Avr - 14:46

J'étais surexcité. Je n'étais pas tout à fait clean. J'avais fumé quelques joints pour atténuer la douleur due à mes brûlures. Ça, plus les anti-douleurs prescrits par le médecin dont j'abusais également. Je portais des chaussures dépareillées: une vieille chaussure de skate pour mon pieds brûlé, plus large, elle me faisait moins mal, et une Converse noire à l'autre. J'aurais pu simplement mettre mes deux chaussures de skate, mais je n'avais plus l'esprit assez clair pour ça.

J'étais dans les coulisses du Ginger, avec Billy, qui, pour une fois, m'avait autorisé à rester avec lui juste avant le concert. Depuis l’hôpital, on était presque inséparables et on passait le plus clair de notre temps à travailler sur notre album. Pour le plus grand bonheur de Lenny qui aurait presque baisé les pieds de Sörensen s'il avait su que tout ça c'était passé à cause de lui. Maintenant, il fallait voir combien de temps ça allait tenir.

J'accordai ma guitare. J'étais peut-être à côté de mes pompes pour ce qui était de mes chaussures, mais par contre, ma guitare s'accordait vite et sans faille, juste à l'oreille. Elle était moi et j'étais elle. Billy était assis, face au miroir,  côté de moi. Avait-on réellement besoin de parler? Non. On savait pourquoi on était là. On savait ce qu'on avait à dire ou à exprimer ce soir. Et on était venu ensemble. Et à L'heure. C'était une idée qu'on avait eu ensemble, tout le groupe.

On avait également décidé que tout serait enregistré. L'une de nos nouvelle chanson serait le titre de la VHS qui en serait le résultat. Ce serait un petit concert, mais un concert que personne n’oublierait. Historique pour le groupe.

De là où on était, on entendait les gens scander "The Lightening! The... Lightening... THE LIGHTENING... " De plus en plus fort. Et mon cœur battait déjà au rythme de la voix de nos fans et de plus en plus fort, tout comme leurs cris. J'espérais que les caméra filmaient déjà et que les preneurs de son étaient les meilleurs de L.A.

Ma guitare était accordée, plus qu'à la brancher à la prise Jack que je trouverais sur la scène montée en quatrième vitesse, mais parfaitement fiable, par l'équipe de roadies qui comprenait Abel Hudson. Les quelques accords tests que j'enchaînai étaient parfaitement clean.

Je posai ma main sur l'épaule de Billy. L'heure était venue d'ouvrir nos gueules.

Nous nous levâmes, moi, guitare en main. Billy extrêmement concentré. Nous traversâmes le couloir du Crazy qui menait à la scène. Puis, nous y montâmes. Mais c'est moi qui me dirigeai vers le micro. J'allais annoncer la couleur au public.



Guitars are like women. You'll never get them totally right. ©️ Slash


Dernière édition par Cash Izbel le Mar 6 Mai - 17:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Billy Lighter


Messages : 2098
Date d'inscription : 24/09/2013
Age du personnage : 27
Localisation : Dans la mer avec les dauphins

Who Am I?
Birth place: Lafayette, Indiana
Je suis: Instable, possessif, sensible, perfectionniste
Song: Guns N'Roses - Estranged


MessageSujet: Re: Get In The Ring [pv Billy] [TERMINE]   Lun 14 Avr - 19:45

Le Ginger ! Yeah ! Mon terrain de jeu pour la nuit ! Notre terrain de jeu, à moi, à Cash, à The Lightening au complet. On était dans les coulisses, moi, Cash. On ne se séparait plus. On créait, créait et ce soir. Ce soir, c’était notre soir.

Il accordait sa guitare alors que je réglais les petits détails de mon habillement de ce soir. Le feu, ma voix foireuse, tout était du passé. La déprime ? Pas pour moi ! Non, aujourd’hui, le monde était à moi, ce foutu L.A., je le contrôlais. J’étais à l’autre extrême de mon humeur, l’extrême de tous les possibles. L’extrême qui pourrait rendre tous les malades de mon genre maitre du monde. L’extrême qui me faisait croire que je pourrais battre tout le monde, vaincre ces enfoirés. Tous ! Que se soient les personnes qui me voulaient du mal, que mes démons imaginaires. Tous, ils n’avaient cas bien se tenir !

Bandana, casquette, t-shirt, collier. Tout était arrangé au millimètre. Le show allait être enregistré et j’avais revus tous les détails cinquante millions de fois. J’avais fait la setlist avec Cash. On avait tout prévu, absolument tout ! Le show de l’année ! C’était ça que ça allait être et personne ne le savait encore. Personne sauf nous ! Même Lenny n’était pas au courant. Pour lui, ce n’était qu’un petit show pour montrer aux médias qu’on vivait toujours. Ouais, je vivais. Je vivais bien plus que tout le monde pour l’instant. Parce que j’avais vécu, j’avais encaissé et c’était maintenant à mon tour de parler. Et ça allait faire très mal !

On pouvait maintenant entendre le public scander le nom du groupe. De plus en plus fort. Je sentais la pression monté. Cette pression qui aurait donné à Billy deux bonne heures de retard. Mais je n’étais pas ce foutu Billy. Ce soir, j’étais le maitre de L.A. ! Je me retournai vers Cash. C’était l’heure. La vraie. Celle où on est censé faire notre entrée. Et j’étais fin prêt !

Quelques secondes, deux trois teste de guitare et Cash posa sa main sur mon épaule. J’avais un sourire de gagnant sur le visage et je me levai en même temps que lui.
On traversa le couloir. Comme le couloir qui sépare le boxeur des vestiaires au ring. Oui, c’était ça. On allait se battre et on allait vaincre. Et ils allaient voir. Voir qu’on n’était pas mort. Mais aussi, voir qu’on savait rendre les coups deux fois plus forts.

On monta sur la scène. Je m’arrêtai laissant Cash prendre le micro. Le micro bien au milieu de la scène, bien au-devant comme je l’avais demandé. Et Cash annonça la couleur. Et il le faisait bien, je souriais dans mon coin quand il commença à faire répéter le public. « Hey Fuckers ! ». Et le public suivait. Oui, il suivait !

C’est au dernier « hey fuckers ! » que je m’avançai près de Cash le répétant à mon tour. C’était à moi de jouer ! A moi d’envoyer le premier coup de poing !

J’étais de bonne humeur et c’est par ça que je commençai. Par dédier ma foutue chanson. La dédier à tout ce qui m’emmerdait. Et je commençai à gueuler les paroles. Sortir tous ces lyrics de paranoïaque invétéré que Billy était. Cette chanson, je la vivais. Et même si ma voix en avait pris un coup dans l’incendie, j’avais la rage de vaincre suffisante pour que cela ne se voit pas. J’allais et venait toisant le public, criant les paroles tout en vivant la musique que faisait le groupe. La guitare enragée de Cash sur ce titre. Cela annonçai ce qu’allait être le concert ! Un match, une combat mais où on sera les seuls à distribuer les coups. A les rendre plutôt parce que ce n’était qu’une vengeance, après tout !


Nothing last forever and we both know hearts can change ©️ GN'R
Revenir en haut Aller en bas
http://la81rocks.forumgratuit.be
avatar
Cash Izbel


Messages : 617
Date d'inscription : 07/10/2013
Age du personnage : 24
Localisation : L.A.

Who Am I?
Birth place: Los Angeles
Je suis: introverti, gentil, shooté
Song: Nightrain - Guns'n Roses


MessageSujet: Re: Get In The Ring [pv Billy] [TERMINE]   Mar 15 Avr - 13:11

Le concert promettait d'être mémorable. depuis quand je n'avait pas vu Billy dans un tel état de rage positive? Depuis trop longtemps. Jamais je n'aurais penser que l'article et l'incendie auraient pu mener à ça. Et ça m'en donnait des frissons alors que le public me répondait. Je ne parlais jamais, d'habitude, je n'approchais jamais du micro, laissant ma guitare parler pour moi.

Mais aujourd'hui, c'était particulier. On avait tous notre mot à dire. Et mon boulot à moi, c'était d'échauffer le public, qui nous suivrait ensuite tout au long du concert, chantant nos lyrics d'une même voix. Et je savais que certains imiteraient même ma guitare comme si c'était un chant à part entière.

A mon dernier cri, Billy vint me rejoindre au micro et hurler avec moi. On était complètement en phase. On était vraiment et peut-être pour la première fois, un groupe de rock soudé.

Je laissai le micro à Billy. Et le concert proprement dit commença. Il annonça la première chanson et le public pu bien comprendre qu'on en voulait au monde entier, mais surtout aux médias. Et quand je pus enchaîner les premiers accord, j'y mis toutes ma rage. Dans ma tête, les images que je voyais réellement étaient entrecoupées de souvenirs de l'incendies, mais aussi de bons souvenirs de notre amitié à Billy et moi. Et le tout mis ensemble aurait fait un clip génial. Mais on ne pouvait malheureusement pas extirper les images que j'avais dans ma tête, ni les sensations que j'avais ressenties en sauvant Billy des flammes.

La voix de Billy répondait à ma guitare et vis-versa. Et j'espérait que ce gros mou de Lenny regardait attentivement parce que je ne savais pas quand il allait avoir l'occasion de revoir ça. Par ce concert, on prouvait qu'on était toujours là, bien vivant, à même de créer des choses incroyables et de la faire bien. On était comme on était, avec nos qualités, nos défauts. Mais le principal n'était pas ce que les médias pouvaient bien dire sur nous, mais ce qu'on était capable de faire ressentir à nos fans. Nous étions leurs porte-parole, ils étaient notre porte voix.

Je m'approchai de Billy tout en jouant. J'étais déjà en sueur à cause des médocs, de la drogue douce que j'avais assimilée mais surtout de la colère que je déclinais sur les six cordes de ma Les Paul. Je m'appuyai contre Billy pendant qu'il chantait. A deux, nous formions un mur, un rempart contre tout ce qui pouvait nous tomber dessus. A deux, nous étions les plus forts.

Quand la chanson s'acheva, je lâchai ma guitare, la laissant pendre sur mon épaule, et allumai une cigarette. On était loin d'avoir fini. Cette chanson sur un paranoïaque qui ne se laissera pas descendre était une bonne introduction. Mais on avait passé des nuits entières sur cette setlist... Et cette chanson reflétait bien la menace qui planait sur nous et qu'on ressentait.

Je me rapprochai encore une fois de Billy et lui fit un clin d’œil encourageant. Ce concert m'éclatait. Je ne m'étais jamais autant amusé qu'aujourd'hui.

Regarde Sörensen. Tu ne nous a pas tués. Tu nous a rendus plus forts.


Guitars are like women. You'll never get them totally right. ©️ Slash
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Billy Lighter


Messages : 2098
Date d'inscription : 24/09/2013
Age du personnage : 27
Localisation : Dans la mer avec les dauphins

Who Am I?
Birth place: Lafayette, Indiana
Je suis: Instable, possessif, sensible, perfectionniste
Song: Guns N'Roses - Estranged


MessageSujet: Re: Get In The Ring [pv Billy] [TERMINE]   Mer 16 Avr - 18:04

Un groupe, ce n’est pas uniquement un tas de talents rassemblé pour faire de la musique. Nan, un groupe est un tout, quelque chose qui ne fait qu’un. Et aujourd’hui, The Lightening était une personne à part entière, en symbiose totale.

Le show avait commencé et c’est avec une rage de vaincre sans borne que je contais cette histoire de parano. Un parano qui ne se laissera pas faire. La preuve était ce concert. La preuve était que le parano en question était toujours debout pour se battre. Lui et son meilleur ami.

Cash, à l’aide de ses six cordes, métamorphosait sa propre rage en musique. Il venait parfois s’appuyer contre moi alors que je chantais toujours avec la même énergie. Plus fort encore à côté de Cash, plus fort que jamais !

Le public nous répondait chantant des lyrics qu’il connaissait par cœur. Le Ginger prenait de plus en plus un aspect pro-The Lightening. Comme si au son des instruments et de ma voix on formait une armée prête à nous défendre. Une armée avec une partie de soldats éphémères venus pour nous soutenir un soir et de soldats fidèles qui nous défendront encore quand notre musique aura cessé de secouer le club de nos débuts.

La chanson terminée, Cash s’alluma une cigarette et je croisai son regard. Le mien déterminé alors que son clin d’œil ne faisait que renforcer ma détermination. J’empoignai le micro pour m’adresser au public. D’une voix sûre, pleine d’ironie envers ceux qui m’avait fait du mal, j’annonçais moi-même les nouvelles du jour. Les vraies, pas celles que pourraient raconter L.A. People.

-La chanson suivante, elle sera sur le prochain album. Elle est dédiée à ma petite amie ! Et si vous lisez cette foutue presse people vous saurez en déduire le titre !


Je lançai un regard vers Cash et il démarre ce riff. Celui qu’il avait trouvé par hasard alors qu’il s’amusait avec sa guitare. Cette chanson est pour toi Ruby, pour tous les bons moments passés avec toi. Ces moments où on se perd et où on se retrouve.

Je pris le micro en main et commençait à chanter avec une passion énorme. De là, je faisais ce que j’avais à faire, dire la vérité, comme Ruby m’avait dit de le faire. Ne laisse pas la presse parler avant toi, il faut dire les choses avant qu’elles ne nous échappent.

Je voyais les gens éblouis par ce nouveau titre. Et je passai près de Cash m’appuyant contre son épaule. « Where do we go now ? » Dans ma relation, dans ce concert, dans la vie en général. Je n’en savais rien. Mais j’avais la certitude que tout irait parce que j’étais dans cet état d’esprit là. Ruby et moi on serait heureux, ce concert allait être une réussite et j’aurais la vie que je mérite.

Et si cette chanson parlait bien d’amour, ce n’était qu’une intro qu’une histoire que je racontais par cette setlist faite minutieusement. Le parano qui ne se laisse pas faire, le parano amoureux. Et bien, le parano se vengera.

La musique résonne et je croise le regard de Cash. Il est en symbiose totale avec sa guitare. Le voir comme ça me donne des frissons. Ceux qui me prouvent qu’il est le meilleur guitariste au monde.


Nothing last forever and we both know hearts can change ©️ GN'R
Revenir en haut Aller en bas
http://la81rocks.forumgratuit.be
avatar
Cash Izbel


Messages : 617
Date d'inscription : 07/10/2013
Age du personnage : 24
Localisation : L.A.

Who Am I?
Birth place: Los Angeles
Je suis: introverti, gentil, shooté
Song: Nightrain - Guns'n Roses


MessageSujet: Re: Get In The Ring [pv Billy] [TERMINE]   Jeu 17 Avr - 15:03

Billy, sur scène comme en dehors, était un personnage unique. Et c'était probablement bien mieux comme ça. Je ne souhaitais à personne d'être comme Billy, cela impliquait trop de malheur, trop de rage contenue pendant trop longtemps, trop de tristesse. Mais artistiquement, j'étais attiré par lui, par son charisme naturel et pas du tout faux. Il était une bête de scène, son corps entier parlait pour lui et projetaient les lyrics dans l'air avec une violence que peur de chanteur pouvaient se vanter d'avoir.

La chanson se termina. Et il était temps d'en commencer une autre. C'était notre propre version de L.A. People. Notre propre version de ce qui se passait dans nos vie. Et cette chanson était dédiée à Ruby. Ruby que Billy aimait tant. Ruby dont je ne me rappelais même plus comment avait pu être la vie sans elle, avant. Ruby qui était toujours là pour nous soutenir et qui donnait à mon meilleur ami l'amour qui lui avait tant manqué jusque là. Un amour que je partageais, d'une autre manière, mais que je ne savais transmettre.

C'était à moi de démarrer alors que ma cigarette se consummait dans ma bouche. Le riff, la chanson entière, était simple à jouer. Simples riffs d'échauffement à la base, que j'avais joué chez notre batteur avant de commencer à répété. Et Billy, qui s'était soudainement lever pour se retirer et s'enfermer dans une pièce. Et moi, qui avait continuer sans faire attention à li, à jouer ce riff, encore et encore, un riff que je n'appréciais pas particulièrement parce que trop simple à mon goût.

Dix minutes, un quart d'heure peut-être, plus tard, Billy avait reparu, avec une chanson presque complète. Il m'avait parlé, encore et encore, de cette chanson qu'il voulait faire pour Ruby, sans encore avoir d'idée. Et ce rif d'échauffement avait été le déclic.

Arriva le dernier bridge... Je me rappelais de ce jour, le jour où il avait écrit les lyrics et où on l'avait joué pour la première fois. Arrivé à ce bridge, il était à court de parole. Et puis, il avait posé cette question. Cette question vague, mais tellement pertinente.

Je ne savais pas où on allait, ce soir, sur scène. Mais on y allait tout droit et avec détermination. Le public devenait fou et j'avais vraiment sousestimé le pouvoir de ces riffs. Quant à moi, j'étais content d'être un métisse et d'avoir autant de cheveux. Personne, pas même Billy, ne pouvait voir les larmes qui coulaient sur mes joues et qui se perdaient dans la sueur sur mon visage.

Je crachai le mégot de cigarette qui me pendait de la bouche. Et la chanson toucha à sa fin. Là, je repoussai mes cheveux pour y voir quelque chose. Parce que je ressentais quelque chose d'incroyable. Et quand je vis le public, je cru que mes jambes allaient me lâcher. Mon coeur défaillait, mais c'était tellement bon! Leurs acclamations, je n'avais jamais entendu ça! Et sûrement pas grâce à une balade!

Heureusement, Billy s'approcha de moi et je pus me soutenir à lui, m'affalant littéralement sur son épaule. J'avais besoin de reprendre mon souffle et que mon coeur se calme. Et je le fis comprendre à Billy en serrant fermement son épaule. J'étais torse nu et collai mon torse sur son biceps pour lui faire comprendre que j'avais besoin de deux minutes en lui faisant sentir les battement irréguliers de mon coeur. Les émotions étaient trop fortes.

Je criai dans son oreille, pour qu'il puisse m'entendre par dessus les cris du public.

-J'adore ça... On vit pour ça.


Guitars are like women. You'll never get them totally right. ©️ Slash
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Billy Lighter


Messages : 2098
Date d'inscription : 24/09/2013
Age du personnage : 27
Localisation : Dans la mer avec les dauphins

Who Am I?
Birth place: Lafayette, Indiana
Je suis: Instable, possessif, sensible, perfectionniste
Song: Guns N'Roses - Estranged


MessageSujet: Re: Get In The Ring [pv Billy] [TERMINE]   Dim 20 Avr - 21:42

Ce riff si simple et les paroles qui l’étaient tout autant. Tout ça plaisait au public. Toucher le public, c’est ce que Lenny m’avait dit le jour où on avait signé. Il m’avait dit : « si tu as le public, tu as gagné, Lighter ! » Ce jour-là je lui avais répondu que cela ne suffisait pas. Qu’il fallait bien plus. Qu’il fallait tout contrôler. Et aujourd’hui, je comprenais en regardant dans les yeux brillants d’un petit ado du premier rang, que le public n’était pas une partie de l’équation qu’il fallait avoir pour gagner. Non, le public était la formule pour résoudre cette équation et non l’une des inconnues. Il était la clé pour tout obtenir ! Il faisait et défaisait les groupes quoique le groupe en dise. Et aujourd’hui, j’étais le maitre de ce public. J’étais donc le maitre du monde !

La chanson toucha à se fin dans une folie furieuse. Je mis toute ma voix dans le dernière phrase tenant les notes le plus longtemps qu’il m’était possible de le faire. Avec la guitare de Cash qui suivait ma voix à la trace. Cash, toujours caché sous ses cheveux de métisses. Cash, qui était probablement le mec le plus simple et le plus complexe à la fois. Peu de gens savait réellement qui il était. Moi-même je me demandais si je le cernais totalement parfois. On était si différent, mais on vivait pour la même chose. Pour le spectacle qui se passait juste devant nous.

Les filles criaient nos noms. Les jeunes chantaient les paroles alors même que la chanson était finie. Et les habituer en redemandaient, encore et encore. Je n’avais jamais vécu ça en tournée. Pas à ce niveau-là. Parce qu’en tourné je n’y étais pas autant sensible. Ici, c’était un combat et ceux devant nous étaient nos adeptes ralliés à notre cause.

Je regardai mon guitariste alors qu’il cracha son mégot de cigarette et il dégagea ses cheveux de son visage. On pouvait voir ses yeux noirs fixer le public. Il était comme pétrifier par le spectacle qu’il avait devant lui. Je m’approchai de lui, le concert n’était pas encore fini, ce n’était que l’introduction. Le combat final, c’était pour plus tard. Cash se soutint à moi et reprenait son souffle. Je le sentais comme défaillant et je sentais son cœur battre irrégulièrement. Son cœur, l’une des choses les plus fragiles chez Cash. Ce cœur qui avait plusieurs fois faillit arrêter le mien.

Mais je restai calme alors que Cash cria dans mon oreille que l’on vivait pour ça.

-Ouais, je vois Cash.

J’avais dit ça comme un gamin émerveillé. Un gamin qui viens de se rendre compte de pourquoi il est venu au monde. Mais les battements de cœur de Cash me ramenèrent à la réalité et je fis signe à un roadie sur le côté de m’amener de l’eau. Il s’exécuta et je donnais la petite bouteille à Cash tout en m’approchant de son oreille.

-On reprendra quand tu seras prêt.

Je ne voulais pas le mettre en danger pour une question de timing. Parce que j’emmerdais le timing de toute façon. Je me retournai vers le public en faisant quelques vocalises manière de dire. Après tout, la chanson suivante était celle de Cash. Il avait tenu à la mettre dans la setlist. J’attendais son signal.


Nothing last forever and we both know hearts can change ©️ GN'R
Revenir en haut Aller en bas
http://la81rocks.forumgratuit.be
avatar
Cash Izbel


Messages : 617
Date d'inscription : 07/10/2013
Age du personnage : 24
Localisation : L.A.

Who Am I?
Birth place: Los Angeles
Je suis: introverti, gentil, shooté
Song: Nightrain - Guns'n Roses


MessageSujet: Re: Get In The Ring [pv Billy] [TERMINE]   Mer 23 Avr - 11:32

Sur la dernière phrase de la chanson, j'avais sentis un long frisson me parcourir l'échine alors que Billy tenait la dernière note le plus longtemps possible de sa voix naturellement eraillée. On pouvait encore, par moment y entendre les stigmates de l'incendie de son appartement. Mais on avait été bien soignés. Et personnellement, j'étais maintenant tellement à fond dans ce concert, porté par la rage de Billy et par mon amour des lives que je ne sentais plus la douleurs dans ma jambe brûlée. Et je m'étais mis, durant cette chanson qui avait amené le public à un orgasme auditif, à courir et sauter partout dans mes baskets dépareillées.

Quand on s'était arrêtés, mon coeur n'en pouvais plus et mon ami m'avait soutenu le temps que ça se calme. S'il n'avait pas été là, il aurait fallu que je m'appuye une minute contre les amplis. Mais pensais-je qu'il faudrait quand même que j'aille voir un médecin à propos de cette foutue pompe? Et bien non... Mon coeur ayant toujours eu une faiblesse, je considérait ça comme un rythme normal, comme si je pensais que c'était la même chose pour tout le monde. Bien que l'héroïne ait un peu aggravé les choses ces derniers temps.

L'héro... Billy venait de parler de sa petite amie, Ruby, notre ange gardien. Maintenant, c'était à moi de parler de la mienne... de ce petit démon qui me collait à la peau, qui, comme une amante, ne demandait qu'à faire qu'un avec moi, qu'à couler dans mes veines.

La sueur me dégoulinait le long des cheveux, le long du dos et là où je me tenait le plus souvent, à la gauche de Billy, commençait à se former une flaque d'eau, comme à chaque concert. Un roadie, sur un signe de Billy, apporta une bouteille d'eau que Billy me tendis. J'aurais préféré une bière, mais bon... On devait continuer et je n'étais pas la diva du groupe. Je pris la bouteille en remerciant Billy d'un signe de tête et pendant que je buvais, il partit faire des vocalises et jouer un peu avec le public. C'était la première fois que je le voyais réellement communier avec le public, casser cette distance de sécurité qu'il laissait prudemment entre eux et lui d'habiude.

Je jetai la bouteille d'eau encore à moitié pleine dans le public et se fut la ruée. Et ça faisait toujours un effet bizarre. Comme de lancer un steak dans une fosse pleine de chiens affamés. Et c'était vraiment effrayant. Si je sautais là dedans, j'allais finir déchiqueté ou alors simplement me faire porter sur quelques mètres par le public? Et pour la première fois, j'avais un aperçu de ce que voyais Billy. Et de pourquoi il en avait si peur.

J'étais prêt, maintenant... Prêt à parler de mon amour, de celle qui ne quittait jamais mon esprit.... Ce n'était un grand secret pour personne et assez de rumeurs couraient là dessus. Et j'avais toujours l'épée de Damoclès du centre de désintox d'Hawaii qui me plânait au dessus de la tête. Lenny n'en démordait pas. Mais je ne lui donnais pas non plus de raisons de changer d'avis.

J'empoignai ma guitare. Mais ce n'était pas à moi de commencer. Je fit un signe au batteur, qui commença. Je n'annonçai pas la chanson au micro, je n'étais pas fait pour parler. J'étais fait pour jouer. Et Billy parlait pour moi. Il était la case qui manquait dans mon cerveau. Après le batteur, c'est le guitariste rythmique qui s'y mis. Et puis ce fut mon tour. Je jouai avec ma guitare quelques slides qui annonçaient la bizarrerie de la chanson. Cette chanson qui expliquait pourquoi The Lightening merdait souvent, trop souvent: parce que notre amitié était gangrénée et qu'il était trop tard pour amputer.



Guitars are like women. You'll never get them totally right. ©️ Slash
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Billy Lighter


Messages : 2098
Date d'inscription : 24/09/2013
Age du personnage : 27
Localisation : Dans la mer avec les dauphins

Who Am I?
Birth place: Lafayette, Indiana
Je suis: Instable, possessif, sensible, perfectionniste
Song: Guns N'Roses - Estranged


MessageSujet: Re: Get In The Ring [pv Billy] [TERMINE]   Mer 23 Avr - 18:31

De simples petites vocalises que je faisais répéter au public. Comme le faisait mes idoles quand j’étais jeune. Tous ces groupes dont j’écoutais les chansons en cachette à la radio quand j’étais petit. Des groupes qui communiquaient avec le public comme jamais je ne saurais le faire. Et c’est lors de ces petites vocalises que les mots de ma sœur me revinrent en tête. Elle m’avait parlé de ce contact avec mes fans, de tout ce que je pouvais leur apporter rien qu’en leur parlant. Je comprenais maintenant en les voyant répéter chacun de mes mots comme une prière. J’avais le pouvoir. Pas forcément sur eux mais, en tout cas, j’avais le pouvoir de choisir à me faire détester ou à me faire aimer.

Mais mon émerveillement fut d’un coup brisé lorsque Cash envoya la bouteille d’eau dans le public. Ils s’étaient tous rués dessus comme des animaux… Contradictoire encore… Le public si aimant, si dangereux. Les deux à la fois. Il y a cinq secondes leurs yeux brillants me montraient qu’ils étaient fragiles et pleins de rêves et, maintenant, ce qu’il devait rester de la bouteille me montrait leur dangerosité, leur appétit pour tout ce qui émanait du groupe.

Je sortis de mes pensée pour me retourner vers Cash. Il avait repris des couleurs et semblait fin prêt. La batterie démarra puis les autres instruments et ma voix. Une chanson écrite par le groupe. La drogue, elle parlait de ça pour Cash. De l’héroïne. Sa relation avec l’héroïne m’avait toujours rendu malade. L’effet qu’elle lui faisait, ouais j’en étais jaloux. Comme une petite-amie qui fouterait le brin dans le groupe. L’héro était cette petite-amie, sauf que pour la quitter il ne suffisait pas de la foutre dehors et d’effacer son numéro de téléphone. Non, l’héro ne se quittait pas comme ça… Elle ne se quittait pas tout simplement, et j’en ai vite prit conscience…

Je dansais au rythme de la musique, fermant les yeux la plupart du temps. Car, si Cash pensait à l’héroïne en lâchant les notes de cette chanson, pour moi elle représentait une toute autre addiction. Une addiction qui changeait autant que je pouvais changer. Tantôt addict’ aux caresses de Ruby, tantôt addict’ à l’alcool, ou a bien d’autre chose. J’étais un éternel addict’, seule l’addiction changeait. Et l’arrêt de toute addiction entraine la tristesse… C’était pour ça que Cash avait tant de mal à décrocher…

La chanson s’acheva alors que je commençais à être un peu essoufflé. Ils étaient loin les concerts de deux heures… Trop loin. Je regardais Cash et m’approchai de lui parlant de son oreille.

-C’est le moment ! Je la fait cette foutue rant !

C’était le moment ! Le moment de parler ! On me blâmait souvent de ne pas communiquer assez avec le public, mais paradoxalement, on me blâmait aussi de faire trop de rant… Allez comprendre… Billy ne cause pas assez, mais Billy cause trop… FUCK YOU !

Je pris mon micro attendant que le public se calme. Puis je pris la parole.

-Est-ce que vous lisez les magazines people ? Vous savez, ces magazines qui essayent de parler musique et qui finissent toujours par parler du papier cul que les stars utilisent pour s’essuyer le cul ! Et ben, dernièrement j’ai été la cible préféré de L.A. People. Alors aujourd’hui je serais une pauvre star qui détruit son appart’, trompe sa copine et qui, accessoirement, n’a plus de voix. Well… J’en apprends des choses moi en lisant ses trucs-là… Des choses sur moi-même que je ne savais pas… Tout ça pour dire que, Amon Sorensen, l’auteur de tous ces articles ferait bien de se renseigner sur quel papier cul j’utilise avant de venir raconter n’importe quoi ! C’est à vous de choisir si vous voulez croire toutes ces conneries ou me croire moi ! Donc, pour être claire, j’aime ma petite-amie, j’ai démoli mon appart’ et j’ai une putain de voix ! Et Amon peut venir me sucer pour vérifier ! Et s’il en redemande, je suis prêt : get in the ring motherfucker !

J’allais me retourner vers Cash pour qu’il envoie la musique qu’on avait préparé mais je me ravis, décidant de dire la phrase de trop.

-Ah… Et si vous croiser Amon dans le rue… Kill him !

Là je me retournais vers Cash, il pouvait envoyer la sauce.



Nothing last forever and we both know hearts can change ©️ GN'R
Revenir en haut Aller en bas
http://la81rocks.forumgratuit.be
avatar
Cash Izbel


Messages : 617
Date d'inscription : 07/10/2013
Age du personnage : 24
Localisation : L.A.

Who Am I?
Birth place: Los Angeles
Je suis: introverti, gentil, shooté
Song: Nightrain - Guns'n Roses


MessageSujet: Re: Get In The Ring [pv Billy] [TERMINE]   Sam 26 Avr - 19:02

Billy avait une façon de danser sur la chanson que j'envoyai qu'il me donnait à moi aussi l'envie de bouger. Mais cette fois, loin de rester coller à lui ou de m'affaler sur lui, je courrais d'un côté à l'autre de la scène. Pas vraiment conseillé pour mon cœur fragile, mais comme je ne le savais pas encore, je n'en tenais pas compte. De toute façon, la musique à elle seule suffisait à me tenir en vie. Elle, était la pensée de l'héro à qui était dédiée cette chanson. Cette Héroïne qui me bouffait et en même temps, me procurait ce dont j'avais besoin pour vivre dans les jours creux de The Lightening. Car il y en avait plus qu'on ne pouvais le penser, des jours creux, dans la vie de notre groupe. On pouvait passer des mois sans composer quelque chose de correct, des semaines sans se voir, vivant nos vies chacun de notre côté sans trop savoir où on allait. Parce que c'était ça, The Lightening: une bande de solitaires qui, mis ensemble, formaient une véritable bombe.

Et quand je m'ennuyais, je plongeais... Mais il suffisait d'un coup de fil de Billy, d'une suite de riffs encourageant, pour que l'envie de composer et d'écrire me sorte de mon addiction. Malheureusement, on était tous trop instables pour que ça dure.

Ce concert était un one shot, on le savais tous. On appréciait le moment d'autant plus parce qu'on ne savait pas quand une telle osmose se reproduirait, quand on allait encore exploser pour en mettre plein la vue à nos fans, et plein la gueule à nos détracteurs.

Et quand cette chanson se termina, j'avais moi aussi réglé ce que je devais à nos fans. J'avais avoué officiellement cette addiction que personne n'ignorait. Mais au moins, j'étais en parfait accord avec moi-même. J'étais un tox, je le savais et je l'assumais. Pour le meilleur et pour le pire.

Ce qui se passa ensuite. C'était pratiquement indescriptible. On savait, Billy comme moi, qu'ici était le cœur de ce concert. La setlist était trop parfaite tellement calculée... Du Billy tout craché. Et je me rendais compte que planifier tout à la seconde près n'avait pas que des désavantages. Pas quand tu as vraiment quelque chose à dire, à revendiquer. Et ce qu'on voulait ce soir, c'était tuer Amon Sörensen.

Billy était essoufflé, moi aussi. Il vint près de moi, et m'annonça que le moment était venu. On aurait eu un épouvantail à l'effigie d'Amon, on y aurait foutu le feu, juste pour l'image. Je hochai la tête pour accord. Et Billy se mit à parler au public. Moi-même j'étais de ceux qui s'impatientait d'habitude pendant les rants interminables de Billy. Mais pas aujourd'hui. J'approuvais chacun des mots qui sortit de la bouche du chanteur. Et si j'avais hériter de la capacité de parler, j'aurais hurler ces mots avec lui, j'aurais achevé les phrases qu'il commençait car, sans qu'on ait écrit quoi que ce soit, je savais exactement ce qu'il allait dire. Mais mon temps n'était pas encore venu. Je ne pourrais me déchaîner que sur le signal de Billy.

Et je pensai bien qu'il allait me le donner, quand il se ravisa, hurlant une dernière phrase à la foule déchaînée.

"-Ah… Et si vous croiser Amon dans le rue… Kill him !"

Tout était maintenant dit. Devait-on s'inquiéter de cette dernière phrase? Devait-on peser nos mots quand on voyait ce qu'ils avaient fait de la bouteille que j'avais lancé à nos fans? Peu importait maintenant. Le mal était fait. Et je n'en éprouvais aucun remords. Mais cette face de ma personnalité, qui la connaissait en dehors de Billy?

J'envoyai la sauce.

Et je découvris quelque chose d'incroyable alors que la voix de Billy s'élevait dans tous les amplis, se lovant dans les mélodies que lui offraient mes riffs. Jouer comme ça, en croyant vraiment à ce qu'on disait, me plaça dans un état proche de l'orgasme. Et pas au sens figuré. La musique, rien que la musique, et les fans qui nous répondaient, qui, pour la première fois, semblaient COMPRENDRE ce qu'on leur disait, me donnait réellement la trique.

Je jouais vite, je jouais fort. Et j'eus bien l'impression que je n'allais jamais pouvoir m'arrêter tellement c'était bon. Mais aussi parce que je ne savais pas comment calmer cette sensation. Mais cela se fit naturellement, sur les derniers mots de Billy. Et ils me fallut quelques secondes, une fois que j'eus finis de taquiner les cordes de ma guitares, pour reprendre mes esprits et réaliser jusqu'à quel point j'étais allé. Et je crois que Billy capta mon regard à ce moment-là. Le regard du type qui revient de tellement loin qu'il ne reconnait même plus sa maison à son retour.

Restait une chanson avant le coup de grâce, une chanson dédiée à nos fans qui la connaissaient par cœur puisqu'elle figurait sur notre premier et unique album jusqu'ici. Une chanson qu'on leur devait, pour nous avoir écouter. Mais c'était aussi une chanson dont seul Billy était capable de parler. En ce qui me concernait, ma guitare parlait pour moi.



Guitars are like women. You'll never get them totally right. ©️ Slash
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Billy Lighter


Messages : 2098
Date d'inscription : 24/09/2013
Age du personnage : 27
Localisation : Dans la mer avec les dauphins

Who Am I?
Birth place: Lafayette, Indiana
Je suis: Instable, possessif, sensible, perfectionniste
Song: Guns N'Roses - Estranged


MessageSujet: Re: Get In The Ring [pv Billy] [TERMINE]   Sam 3 Mai - 17:37

Kill him. Je n’avais que ça en tête alors que Cash commença la chanson qu’on avait écrite spécialement pour ces foutus médias. Oh oui, je voulais tuer Amon. Mais je n’étais pas suffisamment égoïste pour me réserver le pouvoir d’en finir avec lui. S’il pouvait crever de la main d’un autre c’était tout aussi satisfaisant pour moi. Car, dans son cas, il n’y avait que le résultat qui comptait.

Et je courus dans tous les sens, chantant cette chanson qui ne laissait la place à aucune interprétation. Des lyrics crus, sans équivoque possible. La cible était claire, les raisons étaient décrites minutieusement et les insultes crachées au public qui semblait bien comprendre ce que je voulais dire. Ouais pour la première fois je me sentais compris. Et il ne suffit d’un regard vers Cash pour me rendre compte qu’il voyait ce que je voyais. Mais n’étais-je pas allé trop loin ? Non, je savais que je pouvais aller encore plus loin. Et, à vrai dire, je me fichais des conséquences de mes dires, de mes lyrics et de l’entièreté de mes actes. Rien ne comptait que le show et que le message de haine que je voulais envoyer à Amon. Et je ne comptais que la jouissance même de voir sa tête se décomposer quand il apprendra ce qu’il s’est passé ici ce soir.

La chanson se termina, le bruit déchainé de la guitare de Cash s’arrêta, seul demeurait les cris incontrôlables d’un public entièrement rallié à notre cause. « Get in the ring », ils ne cessaient de crier. Et je regardai vers Cash, son regard semblait revenir d’une longue bataille. Mais une bataille qu’il avait gagnée. Et c’était le moment d’enchainer avec l’Oeuvre.

Une chanson. La chanson qui avait fait connaitre notre groupe. Pour ses paroles, pour son riff indescriptible. Ma chanson… Que j’avais écrit pour toutes mes relations foireuses. Mais aussi pour toutes celles avenir. Car l’avenir est incertain. Je vivais la chanson, fermant les yeux quand la guitare de Cash envoyais ses solos. Quant aux paroles, je les chantais variant ma voix, tantôt grave, tantôt aigüe, tantôt dure, tantôt douce.

Le public était captivé et moi émotionnellement touché par le moment. Alors que je disais que la personne la plus cher pour moi pouvait me quitter et que je devrais faire sans elle si c’était le cas. Car ça m’étais déjà arrivé. Avais-je survécu ? Oui, mais toutes blessures laisse des cicatrices.

Et c’est sur un dernier coup de batterie que cette œuvre s’acheva. Et je me retournai vers Cash les yeux remplis de larmes. Par des larmes de tristesses, non des larmes d’émotions. La charge émotionnel fournie dans le chanson était trop forte pour que je retienne toute ces larmes. Je lâchai mon micro et vint m’assoir sur le petit escalier qui menait à la batterie. J’étais essoufflé et je reprenais mon souffle tout doucement, regardant toujours Cash droit dans les yeux.


Nothing last forever and we both know hearts can change ©️ GN'R
Revenir en haut Aller en bas
http://la81rocks.forumgratuit.be
avatar
Cash Izbel


Messages : 617
Date d'inscription : 07/10/2013
Age du personnage : 24
Localisation : L.A.

Who Am I?
Birth place: Los Angeles
Je suis: introverti, gentil, shooté
Song: Nightrain - Guns'n Roses


MessageSujet: Re: Get In The Ring [pv Billy] [TERMINE]   Sam 3 Mai - 22:36

Nous distillions l'Oeuvre pour la énième fois à notre public. Et nous le faisions avec autant de plaisir que la première fois. Cette chanson était celle de Billy. mais elle nous représentait tous, à des degrés différents. La peur d'être seul, la peur d'en devenir dingue, la peur d'être incompris, le sentiment que ça faisait. Qui dans ce monde ne l'avait jamais ressentit? Billy était certes assez ravagé pour penser qu'il était le seul. Ma vision à moi, elle, n'avait été altérée par aucun mauvais traitement. Ce que Billy ressentait un million de fois plus fort que la moyenne,  on le ressentait tous quel que soit notre pays d'origine. Ce n'était pas une question de frontière.

Je me laissai bercer par la musique, puis la laissai m'envahir. Ne faisant plus qu'un avec ma guitare, je ne sentais même plus mes bras, plus ma tête. L'effet de flotter dans l'air comme le faisaient les notes de musique... Cet effet que j'avais déjà expérimenté lors d'une overdose. Sauf que cette fois-ci, je n'allais pas me retrouver à l’hôpital.

Je revins à moi en même temps que les larmes de Billy coulèrent sur ses joues. Pas de quoi s'alarmer. Les larmes de Billy étaient rarement une mauvaise chose. Au contraire, elles étaient salutaires et aussi expressive que n'importe quel mot qu'il avait pu prononcer pendant cette chanson.

Et quand la batterie mis un point final à l'Oeuvre, deux secondes s'écoulèrent. Deux secondes de silence totale alors que la salle était bondée. Un silence tellement profond que j'eus l'impression d'entendre une des larmes de Billy s'écraser par terre en même temps que je la voyais. C'était impossible, mais la magie du moment faisait son oeuvre. Nous étions entrés, pendant ces deux secondes, dans une autre dimension.

Puis Billy lâcha le micro et, aux prises avec ses propres émotions, alla s’asseoir sur l'escalier menant à la batterie. Les autres nous connaissaient trop bien et nous laissèrent le temps. Moi le premier... Je laissai Billy se reprendre pendant environs trente secondes avant d'aller le rejoindre et de m’asseoir à mon tour, à ses côtés, ma guitare sur mes genoux. Puis, Billy laissa tomber sa tête sur le côté et moi aussi. mon front trempé vint se poser contre le sien. Mais nos regards, eux, faisaient face au public qui commença à nous applaudir, redescendu sur terre. Et jusqu'à la fin des applaudissement, nous restâmes front contre front, nous soutenant physiquement et émotionnellement l'un l'autre.

Un roadie apporta un micro à Billy... Tout ce qui venait de se passer n'était pas prévu, sur la set list. Et le roadie avait l'air un peu stressé, contrairement à nous.


La guitare rythmique entra en action.

Billy se mit à siffler.

Je me levai, me tins prêt.

Il était temps d'envoyer tout le monde se faire foutre.


Guitars are like women. You'll never get them totally right. ©️ Slash
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Billy Lighter


Messages : 2098
Date d'inscription : 24/09/2013
Age du personnage : 27
Localisation : Dans la mer avec les dauphins

Who Am I?
Birth place: Lafayette, Indiana
Je suis: Instable, possessif, sensible, perfectionniste
Song: Guns N'Roses - Estranged


MessageSujet: Re: Get In The Ring [pv Billy] [TERMINE]   Mar 6 Mai - 16:06

J’étais assis et j’avais l’impression que tout tournais autour de moi. Mais rien ne tournais, c’était juste l’ivresse du moment qui me donnait cette impression. J’étais essoufflé et mon cœur battait à cause de toute l’émotion que j’avais partagée. C’était toujours très éprouvant de partager des émotions pareilles et à chaque fois j’y mettais un investissement de malade.

Je regardais Cash et il finit par me rejoindre posant son unique moyen de communication sur ses genoux. Je posais instinctivement ma tête sur son épaule. Ce geste qu’on faisait si souvent en concert. Un geste spontané qui m’apportait un soulagement et un soutien inimaginable. « Une épaule sur laquelle se reposer » c’était littéralement ça, mais aussi ça l’était dans un sens plus profond. Cash était mon ami, il me comprenait. Je sentis son front toucher le mien alors que mes yeux voyaient l’effet que notre concert faisait sur le public. L’effet escompté par le Billy surpuissant de tout à l’heure. Les applaudissements n’étaient qu’une consécration de plus. Je les écoutais alors que ma respiration se faisait de plus en plus normale. Bordel quel sentiment de puissance je ressentais là. Maintenant, plus rien ne pourrait m’arrêter, ni maintenant, ni jamais.

Le public en voulait encore. On allait leur donner le bouquet final. Un roadie m’apporta mon micro que j’avais laissé tomber. Je n’avais aucune considération pour les micros… Je me levai et rejoignit l’avant de la scène. Notre guitariste rythmique commença ce qui allait être le clou du spectacle. Mais aussi quelque chose qui, le Billy au fond de moi, savait oser.

Je me mis à siffler. Des sifflements qui annonçaient une balade. Une balade qui n’avait rien d’une jolie histoire d’amour qui finit bien. C’était une balade du ras-le-bol. Et je me mis à chanter. Calmement. Des paroles horribles. Des paroles traitant d’un point de vue qui était celui du petit Billy bouseux de l’Indiana. Un point de vue qui envoyait se faire foutre absolument tout le monde, car Billy blâmait tout le monde, le persécuté, les persécuteur. Tout le monde. Et quelque part, ça ne disait qu’une chose : « on n’est pas grand-chose au fond, juste un point de vue… ». Un point de vue que j’avais partagé un moment donné et puis plus… Et j’avais bien l’impression que tout le monde comprendrais ce message. Je l’avais écrit en pensant à Amon tout en me disant que j’étais un con de dire tout ça… Mais avais-je vraiment la capacité d’évaluer les conséquences que de telles paroles pourraient provoquer ? Que hors contexte, tout cela pourrait être vraiment odieux ? Non, je ne pense pas, parce que moi je les comprenais ! Les gens riaient, personne ne s’indignaient. Ils me suivaient tous ! Et s’ils n’avaient pas compris, n’était-ce pas ça le pire ? Quelque part je n’y pensais pas ! Parce que j’étais sûr qu’ils comprendraient ! Ouais je l’étais !

Fin de l’histoire. Les guitares arrêtèrent leur douce mélodie et les applaudissements retentirent de tout part. Je me retournais vers le groupe.

-On a réussi !

Le conquérant Billy avait gagné ! Amon tu es fini !


Nothing last forever and we both know hearts can change ©️ GN'R
Revenir en haut Aller en bas
http://la81rocks.forumgratuit.be
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Get In The Ring [pv Billy] [TERMINE]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Get In The Ring [pv Billy] [TERMINE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Hogan critique The Rock! Star Jersey Shore dans le ring ++
» War of The Ring
» Billy Bat par Naoki Urasawa
» [Salle à manger]Petit diner entre amis [TERMINE]
» Figurines Lord of the Ring

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: L.A Rocks :: South L.A. :: The Crazy Ginger-