AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Interview with The Best (PV Amon)[TERMINE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Daniele Ricci
avatar


Messages : 1000
Date d'inscription : 28/09/2013
Age du personnage : 40


Who am I?
Je suis: le meilleur
Relations:
Song: Back In Black-AC/DC


MessageSujet: Interview with The Best (PV Amon)[TERMINE]   Lun 29 Déc - 15:42

Depuis la sortie du single de Roadtramp ma vie était chargée. Je faisais interview sur interview avec tous les journaux, magazines, émissions de radio ou émissions de télé possible et inimaginable. Je vivais une relation d’amour haine avec les journalistes. Je les aimais car ils étaient ma vitrine mais je les détestais aussi car ils pouvaient me poignarder dans le dos quand ils le voulaient.

Seulement, j’étais le grands Ricci The Best et même l’interview que j’allais faire aujourd’hui avec Amon Sørensen ne me faisait pas peur. J’avais accepté son invitation de venir jusqu’à son loft pour faire l’interview. C’était beaucoup mieux que par téléphone et ça me permettait de ne pas polluer ma villa par son aura de journaliste. C’était aussi une manière de lui dire que je n’avais pas peur de lui comme toutes ces petites rockstars qui essayent de l’éviter ou, pour certain, d’exhorter les gens à le tuer. Moi, Daniele Ricci, j’aimais prendre les journalistes par leur propre petit jeu.

J’étais préparé à toutes éventualités. Je savais qu’il n’allait pas uniquement me poser des questions sur Roadtramp et sur le single. C’était un journaliste people, il allait aller plus loin. Parler de moi ne m’ennuyais pas, j’aimais même ça donc je n’avais aucun problème par rapport à des questions plus personnelles. Amon ne m’aurait pas, j’en étais sûr et plus sûr que Daniele Ricci ça n’existait pas.

C’est donc sans peur que j’approchai de l’appartement de Sørensen. Ma voiture était garée un peu plus haut dans la rue. On était en pleine journée et les gens affluaient dans les rues avec une démarche rapide et le nez vers le sol. Tant mieux, ils n’allaient pas m’aborder s’ils ne regardaient pas devant eux. L’immeuble où il habitait respirait la classe moyenne et je retrais à l’intérieur pour me poster devant le numéro de son loft. Un petit coup de sonnette et plus qu’à attendre le si terrible journaliste.


You're never gonna die, you're gonna make it if you try, they gonna love you
© Pink Floyd
Revenir en haut Aller en bas
Amon Sørensen
avatar


Messages : 547
Date d'inscription : 26/02/2014
Age du personnage : 31
Localisation : On the ring.


Who am I?
Je suis: emmerdeur, fouineur, violent, incompris.
Relations:
Song: Me Against The World - Simple Plan


MessageSujet: Re: Interview with The Best (PV Amon)[TERMINE]   Lun 29 Déc - 17:51

Je vivais une relation d'amour-haine avec Daniele Ricci, le meilleur manager de BSC autoproclamé. A la fois, j'admirais ce type pour qui la fin justifiait les moyen et qui n'hésitait pas à voler les poulain de ses collègue au sein même de BSC. Mais je le détestait aussi en interview. Pourquoi ? Il n'y avait pas de plus simple raison : Daniele Ricci n'avait rien à cacher ! Il se servait de ce qu'il faisait ou lui arrivait de bon pour revenir à la une des magazines. Et il en allait de même pour ce qu'il faisait où lui arrivait de mauvais !

Plus transparent que ce mec, il n'y avait pas ! J'étais même persuadé que quelques fois déjà, il m'avait tendu la perche pour que je raconte des choses sur lui dans L.A.People en croyant l'avoir. Jamais, jamais je ne pourrais atteindre un mec comme Ricci. Et je le savais. Mais le pire, c'était que lui le savait aussi. Ce qui me ramenait à l'admirer encore plus !

J'étais sûr qu'il aurait plu à Freiya...

C'était pour le premier single du groupe de metal Roadtramp qu'il venait aujourd'hui investir mon loft. J'avais essayé d'obtenir cette interview à sa villa, pour garder mon propre territoire safe. Mais on ne pouvait rien refuser à Daniele Ricci...

Avais-je un peu peur de lui ? Non. Parce qu'il n'avait peut-être rien à cacher parce qu'il crachait même sa vie privée (qui n'était en réalité pas très aboutie, quand on faisait le compte...) à la face des médias, l'avantage avec lui, c'était que celle de ses interlocuteur ne l'intéressait pas l moins du monde. Daniele Ricci ne s'intéressait qu'à Daniele Ricci et ça, c'était un avantage pour moi.

Et puis, c'était sur Roadtramp que je comptais apprendre des choses, sans compter ma carte la plus intéressante que je garderai planquée dans ma manche jusqu'au moment qui me semblera le meilleur pour la sortir. Et ça, ça pouvait faire un véritable article intéressant pour L.A.People.

Pour l'occasion, j'avais enfilé une tenue de tous les jours : un simple jeans bleu délavé, des Reebok blanches et une chemise noire dont j'avais laissé le col ouvert pour être un peu plus à l'aise. Au fond de moi, je faisais ça un peu par défi, ou par contradiction, juste pour montrer à Ricci que pour moi, il n'était qu'un gars comme les autres. Et que je n'avais pas besoin de me saper comme un roi pour sa visite.

Par contre, la veille au soir, alors que j'étais en train de regarder la télé, j'avais été pris d'une petite crise de parano. En effet, Ricci venait chez moi, dans mon domaine. Et quoi, mieux que sa demeure, peut en dire long sur quelqu'un ?

J'avais donc rangé tous mes disques qui prouvaient que, malgré tout ce que je pouvais raconter sur eux dans L.A.People, j'étais un grand fan des rockers que je dénigrais parfois. J'avais aussi caché toutes les photos qu'il y avait dans le loft : une photo de ma mère, d'autres de Freiya et moi enfants ou adolescents. Et j'avais aussi vérifié que les articles danois qui datait d'il y a 11 ans étaient toujours bien plaqués dans ma chambre. Pourquoi je gardais ça ? Peut-être simplement parce qu'ils me rappelaient qui j'étais.

Par contre, j'avais déjà préparé une bonne bouteille de Whisky 15 ans d'âge, un Glengoyne. Parce que dans le frigo, je n'avais que de la Carlsberg... Il existait des bières danoises bien meilleures que celle-là, mais allez en trouver aux États-Unis...

La coup de sonnette me tira brusquement de ma torpeur. Daniele était là. Et j'étais prêt.

Je le fis attendre un tout petit peu, et ouvrir juste avant qu'il n'ait à sonner une deuxième fois. Tout me disait que ce genre de petits coups borderline au limite de la politesse, mais sans jamais les franchir, allaient pleuvoir.

Je l'accueilli avec un grand sourire et lui serrai la main.

-M.Ricci ! Content que vous soyez venu... Entrez...

Je le guidai jusque dans le salon où le Whisky trônai au centre de la table basse vitrée.

-Ça vous dit un petit verre avant de commencer ?











AMON
Revenir en haut Aller en bas
Daniele Ricci
avatar


Messages : 1000
Date d'inscription : 28/09/2013
Age du personnage : 40


Who am I?
Je suis: le meilleur
Relations:
Song: Back In Black-AC/DC


MessageSujet: Re: Interview with The Best (PV Amon)[TERMINE]   Jeu 1 Jan - 14:15

Sørensen ouvrit la porte qui nous séparait. L’accueil d’Amon était rempli de politesse. C’était peut-être un salopard quand il écrivait des articles mais quand il m’avait en face de lui il me respectait et c’était appréciable. Je pouvais entrer magistralement dans son appartement en souriant d’un air confiant. J’allais bien m’amuser moi aujourd’hui. Son intérieur était étrange, presque vide. Il n’y avait pas de photos, juste quelques magazines de L.A.People qui trainaient. Amon devait avoir fait un grand nettoyage de printemps avant que je ne vienne ou alors il était maniaque ou bien était-ce ma visite qui l’avait fait tout ranger. Après tout, il accueillait le grand Daniele Ricci, normal qu’il fasse le ménage.

Ce qui m’intéressait le plus c’était la bouteille de whisky qu’il y avait sur la table. Tout le monde qui connaissait un peu Daniele Ricci savait que j’aimais le whisky. C’était de loin ma boisson préférée. Amon marquait des points et je commençais à l’apprécier un peu. Je ne me gênai pas pour m’installer confortablement dans son fauteuil quand il me proposa un verre.

-Avec plaisir ! Un journaliste comme toi a bien deviné que j’adorais le whisky.

S’il ne l’avait pas su, je m’en serais allé sur le champ. Cela fait bien longtemps que la presse people se demande si je ne suis pas une sorte d’alcoolique accro au whisky, donc. Ça me fait chaque fois rire, d’ailleurs, quand ils remettent ça sur le tapis car ça ne prouve rien d’autre hormis le fait qu’ils sont en panne d’inspiration. La presse people me fait rire, oui. Je m’amuse en la lisant tous les matins et en découvrant que j’ai été à tel endroit sans même y avoir mis les pieds. J’ai l’impression de lire un livre de fiction dont je serais le héro. C’est toujours très agréable en buvant son café au déjeuné.

Je toisais les grand danois qui m’avaient servis un verre. Je lui fis signe qu’il pouvait s’installer comme si j’étais chez moi. C’était automatique. Je me sentais chez moi partout.

-C’est bien vide chez toi. Vu comme tu écris tes articles, je t’aurais plutôt classé bordelique.

Il faisait beaucoup de fautes dans ses articles et ne maniait pas aussi bien les mots que d’autres journalistes. Son atout était d’avoir les meilleurs scoops et avoir les couilles pour les modifier un peu pour qu’ils soient encore meilleurs. C’était un artiste à sa façon. Ma propre remarque me faisait sourire.

-Alors, par quoi est-ce qu’on commence ?

J’étais impatient d’entrer dans le vif du sujet et de me mesurer à Amon.


You're never gonna die, you're gonna make it if you try, they gonna love you
© Pink Floyd
Revenir en haut Aller en bas
Amon Sørensen
avatar


Messages : 547
Date d'inscription : 26/02/2014
Age du personnage : 31
Localisation : On the ring.


Who am I?
Je suis: emmerdeur, fouineur, violent, incompris.
Relations:
Song: Me Against The World - Simple Plan


MessageSujet: Re: Interview with The Best (PV Amon)[TERMINE]   Ven 2 Jan - 11:46

Le whisky fit son office, attirant le regard de Ricci. J'étais satisfait. Le manager se pavanait comme un pan, comme si l'appartement était plein de public, alors qu'il n'y avait que moi. Ce mec était unn acteur, un très bon acteur, qui jouait si bien que ça faisait probablement très longtemps qu'il avait oublié qui était le vrai Daniele... Tout comme j'avais presque oublié qui était le vrai Amon, le petit gars timide, effrayé, mais prêt à tout pour défendre sa famille, qui vivait dans mes cauchemars...

Daniele apprécia que je connaisse ses goûts. Je souris. C'était difficile de passer à côté.

-Depuis le temps, vous nous avez presque laissé le manuel du Daniele Ricci. Ce serait honteux, même pour le plus mauvais des journalistes, de ne pas tout savoir sur vous.


Je nous servis deux verres alors que le manager s'installait dans le fauteuil. Je posai son verre devant lui sur la table basse, gardant le mien en main, et il me fit signe de m'installer moi aussi. Il s'était approprié mon territoire, me faisant dresser les poils sur la nuque. Mais je devais faire fis de mes instincts territoriaux. Si je devais me venger, je pourrais toujours le faire sur papier.

Il fit une remarque sur l'appartement qui lui paraissait vide. Je levai mon verre à son attention et pris une gorgée de whisky avant de répondre, sans pour autant justifier l'aspect impersonnel de l'appart.

-Faut croire que ma demeure ne reflète pas ma connaissance des langues...

Je ne poussai cependant pas le vice jusqu'à insinuer que j'étais bilingue et pas lui. Ricci était italien et y avait passé au moins une partie de son enfance, d'après ce que je savais. Et si son accent était beaucoup moins prononcé que le mien, je ne doutais pas qu'il gardait de très bonnes bases de sa langue maternelle.

Ouais, nous étions deux exilés se battant pour le pouvoir d'une ville dans laquelle nous n'étions pas nés. Nous étions des cancers...

Ricci sembla tout à coup impatient de commencer. Je l'étais moi aussi et mon sourire me trahis intentionnellement.

-Nous devrions commencer par écouter ce nouveau single... Histoire que je sache de quoi je parle. L'avez-vous apporté ?

Je voulais entendre la musique, voir la pochette. Lire pour la première fois les nom des membres de Roadtramp... De mes futures victimes, peut-être... Les nouvelles proies étaient toujours les bien venues. Et il fallait dire que la presse people de L.A. avait besoin de sang neuf... Les frasques de The Lightening marchaient toujours très bien... Mais devenaient répétitives à la longue.

Et Ricci allait me livrer tous ces jeunes gens sur un plateau d'argent. Et, je n'en doutais pas, en connaissance de cause.

Ricci me tendit le disque. La pochette était très belle, une photo en noir et blanc datant de la guerre 14-18, une fabrique d'obus, cassant tous les clichés sur les métalleux qui vivaient dans un monde onirique, gothique, peuplé de monstres et de gargouilles. Roadtramp voulait-il montrer à la face du monde que notre propre monde regorgeait de ses propres monstres ?

-Seek'n'Destroy... La pochette est de circonstance...

Je me levait pour sortir le disque de sa pochette et l'installer dans mon pick-up...











AMON
Revenir en haut Aller en bas
Daniele Ricci
avatar


Messages : 1000
Date d'inscription : 28/09/2013
Age du personnage : 40


Who am I?
Je suis: le meilleur
Relations:
Song: Back In Black-AC/DC


MessageSujet: Re: Interview with The Best (PV Amon)[TERMINE]   Lun 5 Jan - 17:17

Aaaah le manuel du Daniele Ricci. Ça sonnait vraiment bien. Amon disait vrai : même le plus nul des journalistes devait tout savoir sur moi. Je lui fis signe qu’il avait tout à fait raison. Confortablement installé, j’avais invité Amon à faire la même chose. Son whisky était vraiment bon, il avait dû lui coûté très cher. Au moins plus cher que ça décoration parce qu’il faisait vraiment vide ici. Rien ne trainait et je l’avais fait remarquer au terrible Sørensen. A sa réponse je haussais les épaules.

-Faut croire…

Ses connaissances en langues étaient devenues sa marque de fabrique. Il avait quand même l’excuse d’être danois. Quoi que, moi je ne faisais presque pas de fautes. Or l’italien est plus lointain de l’anglais que ne l’est le danois. La différence venait peut-être du fait que j’étais le meilleur… En tout.

Passons aux choses sérieuses. Fini les formalités et les questions sur l’instant présent. Je voulais de l’action et qu’on entre dans le vif du sujet. Cette interview était mon sport de la journée. Elle était une compétition entre moi et les journalistes et j’avais un adversaire puissant en face de moi. Je devais être attentif et le prendre par surprise dès que je le pouvais. Le sourire d’Amon me montrait que lui aussi voulait commencer.

Premièrement, Amon voulait écouter le single de Roadtramp. Je m’attendais à ce qu’il veuille l’écouter. Sans répondre à sa question, je sortis le disque. J’étais fier du rendu de la pochette. Les gars avaient choisis l’image que je trouvais adéquate. La preuve qu’elle était géniale : c’est la première chose qui frappa Amon. Le rapport titre-image était génialissime.

-Une idée du groupe. Ils ont de la suite dans les idées ces petits gars.

Amon installa le disque dans son pick-up et le son bien métal de Roadtramp envahi la pièce. L’œuvre de Roadtramp et en partie mon œuvre car sans moi pas de single. J’étais fier de chaque disque sortis pas mes poulains. Je regardais Amon les yeux pétillants de malice. J’étais ultra fier et ça se voyais. Je voulais qu’il le voie.

-Du bon métal, n’est-ce pas ?

Les journalistes détestaient ça : qu’on leur pose des questions.


You're never gonna die, you're gonna make it if you try, they gonna love you
© Pink Floyd
Revenir en haut Aller en bas
Amon Sørensen
avatar


Messages : 547
Date d'inscription : 26/02/2014
Age du personnage : 31
Localisation : On the ring.


Who am I?
Je suis: emmerdeur, fouineur, violent, incompris.
Relations:
Song: Me Against The World - Simple Plan


MessageSujet: Re: Interview with The Best (PV Amon)[TERMINE]   Mar 6 Jan - 12:15


Avec Daniele Ricci, je savais ce que je devais faire. C'était simple, en fait. Il suffisait de le caresser dans le sens du poil. Et ça ne me dérangeait pas de le faire. Parce que lui, au moins, avait quelque chose à m'offrir, quelque chose que je voulais. Déjà, il était une figure emblématique du monde du Rock à L.A., et deuxièmement, il tenait peut-être entre ses mains un des groupes qui déterminerait l'avenir de la musique dans cette ville.

Bref, Daniele n'était pas n'importe qui. Pas comme tous ces petits artistes ou ces petit pseudo journalistes qui voulaient se faire une place à L.A., mais qui ne faisait pas les choses dans l'ordre. La plupart se prenait pour je-ne-sais-qui, alors qu'ils n'avaient encore rien fait. Ni rien d'intéressant, dans le fond.

Daniele, lui, était un opportuniste, narcissique de surcroît. Mais au moins, il avait des raisons de l'être. Ce qui faisait qu'il ne me donnait pas de l'urticaire. Et entre opportunistes, en plus, on se comprenaient.

Du coup, quelques compliments, un peu de whisky, et le tour était joué. Ricci était prêt à commencer l'interview. Et je n'aurais qu'à appuyer sur les bons boutons pour le faire répondre si toutefois il lui arrivait de se montrer réticent.

Il me tendis l'album et la pochette me frappa. Elle me parlait en fait, me rappelant des souvenir. Et pas toujours des bons... Mon père tenait la fabrique nationale d'armes de København. Et tous ces obus alignés, même si, entre l'époque de la photo et mes souvenirs, on était passé à d'autres technologies, me rappelait les grands hangars de la fabrique que mon père aurait été si fier de me transmettre.

Selon Daniele, l'idée venait du groupe. Quand la musique commença, par un riff à la fois simple et percutant, le manager me demanda si c'était du bon metal. Ou plutôt, m'invita à féliciter le travail du groupe... Et le sien, par la même occasion. Je lui souris. J'étais ravi qu'il me pose cette question. Parce que j'aimais la musique, même si personne n'en avait l'impression, ne voyant en moi qu'un dénigreur de rockstars et un tueur d'actrices...

-Ils ont plus que de l'idée ! Il font un metal lisible, compréhensible... Un metal susceptible de toucher un plus grand public que la plupart des autres groupes.

Bref, Ricci avait, pour moi, trouvé la poule aux œufs d'or...

Je ne savais pas à quoi ressemblait les membres du groupe, mais j'eus la réponse quand, après un long moment où mon regard s'était perdu dans les obus, je retournai la pochette. Et là, je fus surpris. Si je ne les avais jamais vus, j'en avais entendu parler à la radio par Vintage Joe, avant que celui-ci ne rende l'âme.

-Je ne savais pas qu'il y avait une fille dans le groupe... Une fille qui fait du metal, c'est rare, non ?

Oh, bien sûr, il y avait Girlschool qui s'était formé en 1978, mais ici, c'était encore différent. Girlschool était un groupe formé UNIQUEMENT de filles... Roadtramp, eux, avaient une seule fille parmi eux. Et les groupes mixtes étaient rares. Ce qui était normal en fait : une fille parmi un groupe d'hommes devait semer la zizanie, même sans le vouloir.

Et je ne me rendais pas compte que mes questions n'étaient pas calculées. Je posais juste les questions que j'avais envie de poser, emporté par la musique que j'étais. J'écoutais aussi les paroles, et déjà, j'adoptais la chanson. J'avais l'impression que ces petits gars, et cette petite gonzesse, lisaient dans mes pensées. Seek'n'Destroy était mon mode de fonctionnement.











AMON
Revenir en haut Aller en bas
Daniele Ricci
avatar


Messages : 1000
Date d'inscription : 28/09/2013
Age du personnage : 40


Who am I?
Je suis: le meilleur
Relations:
Song: Back In Black-AC/DC


MessageSujet: Re: Interview with The Best (PV Amon)[TERMINE]   Jeu 8 Jan - 15:34

Interview with The Best ft. Amon Sørensen


J’attendais les compliments et je voulais qu’Amon me dise que le travail que Roadtramp avait fait ainsi que le mien était du très beau travail. C’était ce que j’attendais de cette interview dans le fond. Je voulais que le terrible Amon Sørensen me montre qu’il aimait ce que Roadtramp avait fait.

Je n’eus pas les félicitations que j’attendais mais une critique positive de la part de Sørensen. Dans ce qu’il disait, il avait raison et c’était pour toutes ces raisons que j’avais mis ma confiance en Roadtramp. Je savais qu’ils allaient pouvoir rassembler de nombreux fans. Amon était du même avis.

-Lisible, compréhensible et efficace. Il ne faut rien de plus pour faire un bon groupe. Le talent fait le reste et Roadtramp en a.

Amon ne faisait que regarder la pochette dans toutes ses coutures à croire qu’il cherchait devant un symbole caché. Il la retourna enfin pour pouvoir voir les têtes des principaux intéressés et de Zoey Dandeth, la guest de l’album. Depuis que Cort m’en avais parlé, je m’étais dit que j’allais suivre de très près cette jeune femme parce qu’elle avait un talent certain pour son jeune âge. En engageant Roadtramp j’avais peut-être encore trouvé une autre petite perle. L’affaire était à suivre.

Zoey attira une question d’Amon. Une question pas vraiment dangereuse, c’était le début de l’interview et une introduction à notre petite guerre des mots et interprétations qui s’annonçaient.

-Elle n’est pas dans le groupe. Ce n’est qu’une guest sur cet album. Elle s’appelle Zoey, c’est une amie de Cort et sa bande. Elle a remplacé Eddy à la guitare alors que sa main était dans le plâtre. Eddy a voulu l’avoir sur le single pour la remercier.

Les choses était au claire de ce côté. Et puis le fait d’avoir laissé cet hommage à Zoey donnait une bonne image de Roadtramp et BSC.

-Oui c’est rare de voir des filles faire du métal mais ça arrive. Zoey fait partie de ces exceptions. Les filles savent aussi faire de la musique après tout, l’histoire du rock nous l’a déjà montré des tonnes de fois.

Mon sourire était bien échauffé et je répondais facilement aux questions d’Amon. Je savais que ça allait se compliquer car après tout, Amon n’était pas là pour le côté purement musical de Roadtramp. Il était là pour d’autres choses.
© Billy Lighter


You're never gonna die, you're gonna make it if you try, they gonna love you
© Pink Floyd


Dernière édition par Daniele Ricci le Mar 13 Jan - 17:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Amon Sørensen
avatar


Messages : 547
Date d'inscription : 26/02/2014
Age du personnage : 31
Localisation : On the ring.


Who am I?
Je suis: emmerdeur, fouineur, violent, incompris.
Relations:
Song: Me Against The World - Simple Plan


MessageSujet: Re: Interview with The Best (PV Amon)[TERMINE]   Jeu 8 Jan - 18:19

Interview With The Best ft. Daniele Ricci


Daniele Ricci savait pertinemment qu'il tenait entre ses mains quelque chose qui allait le rendre encore plus populaire que ce qu'il n'était déjà. Et il en était évidemment satisfait. Plus que ça, même, il en était fier, ce qui était un euphémisme vu qui j'avais en face de moi.

-Lisible, compréhensible, efficace...

Je lui souris.

-Et commercial... Ce qui est bien là le meilleur dans l'histoire, non ?

Ça y était, j'étais lancé. Roadtramp allait certainement percer. Peut-être même rester dans l'histoire comme étant le groupe qui a rendu le metal populaire, qui l'a offert dans une version pour le Grand Public. Et c'était tout à leur honneur, quelque part. Même si je voyais déjà d'ici ce profiler les critiques de certains fans de métal qui voudraient garder ce style exclusivement pour eux. Et verraient peut-être Roadtramp comme des traîtres.

Mais ce qui devait intéresser particulièrement Ricci, ce n'était pas tout ça. La seule question qui devait lui trotter dans la tête, c'était : combien ça va me rapporter ? Qu'est-ce que Roadtramp va pouvoir apporter à ma réputation ?

Je désignai la pochette que j'avais toujours en main, tout en m'adressant au manager.

-Ces petits gars ne s'en rendent peut-être pas encore compte, mais ils vont devenir une machine à fric.

Je ne retenais pas mes mots, avec Ricci. Je le prenais dans le sens du poil, certes, mais je restait un journaliste. Qui plus était, si lui était le meilleur manager de L.A., j'étais le pire journaliste de L.A... Et chacun de nous tenait à le rester. Et on savait qu'on pouvait s'aider l'un l'autre.

Daniele m'expliqua que la fille sur le disque était une amie d'Eddy Cort, le chanteur... Je souris, découvrant mes dents.

-Une amie d'enfance, sans blague ?


Si Daniele ne m'avouait pas de lui-même qu'elle était bien plus que ça. Ce n'était pas grave, elle le deviendrait avec quelques mots bien placés dans un article. Quant à la vérité... Bah... A notre époque, qui s'en souciait encore ? C'était nous, les médias, qui créions la vérité.

Je pris une gorgée de mon whisky. Je me rappelais de mon interview avec Billy lighter dans les bureaux de L.A. People et comment ce dernier s'était entaillé la main. Quel contraste avec l'interview actuelle ! Daniele savait, comme moi, ce qu'il fallait faire pour gagner, et n'avait aucun scrupule à le faire. Le rocker roux, lui, se battait toujours pour des valeurs telles que la vérité, la sincérité, l'amour, même...

Sans se rendre compte que ça faisait bien longtemps que tout ça était mort.
© Billy Lighter











AMON
Revenir en haut Aller en bas
Daniele Ricci
avatar


Messages : 1000
Date d'inscription : 28/09/2013
Age du personnage : 40


Who am I?
Je suis: le meilleur
Relations:
Song: Back In Black-AC/DC


MessageSujet: Re: Interview with The Best (PV Amon)[TERMINE]   Mar 13 Jan - 17:44

Interview with The Best ft. Amon Sørensen


Amon était déjà en quête de failles. L’album de Roadtramp avait beaucoup de qualités dont celle d’être commercial. C’était si vrai. Je ne pouvais pas démentir Amon et je savais que si je rentrais dans la faille j’allais lui faire échec sur sa première tentative.

-Je suis manager, c’est mon boulot de rapporter de l’argent à la boîte qui m’emploie. Sinon, je serais viré depuis longtemps. Oui commercial, oui. C’est une grande qualité d’être commercial. C’est le jeu qui veut ça.

Je souris de toutes mes dents. Tout ça était une évidence pour moi et c’est donc avec toute la transparence du monde que je répondis à Amon. Au journaliste de répliquer que Roadtramp allait devenir une machine à fric.  C’est ingrat comme mot mais c’était vrai dans un sens. Puis, c’était le but du jeu non ?

-J’y compte bien. Ça s’appelle le win-win.

Eddy Cort avait signé, je jugeais donc qu’il voulait bien devenir riche et célèbre. En plus, si une maison de disques employait des rockstars c’était pour que ça leur rapporte. Depuis quand dans ce monde on faisait quelque chose gratuitement ? Après tout BSC ne voulait pas dire Bénévoles Sur Commande. Je savais qu’Amon ne m’aurait pas sur l’argent car j’assumais entièrement le caractère mercantile de mon activité.

Les questions d’argents étaient réglées et on passa aux choses plus sérieuses c’est-à-dire le groupe. Et tant qu’on était à parler de bénévoles, voilà venir le sujet Zoey. En quelques mots j’expliquais le pourquoi du comment de sa présence sur le single et quand la presse people peut parler, elle parle et c’est en insinuant une histoire de cul qu’Amon ironisa une question avec un sourire carnassier.

-Oui une amie d’enfance. C’est ce qu’il m’a dit. Maintenant, du reste, il fait ce qu’il veut. Après tout ce que je veux c’est le fric, non ?

A mon tour d’ironiser. C’était de bonne guerre, je trouvais. Je donnais peut-être Eddy Cort en pâture en n’infirmant pas ce qu’insinuait Amon mais de toute manière je savais que le journaliste aurait menti alors autant garder mon statut du type qui dit la vérité. Puis ça lui fera des pieds à Eddy, il allait devoir s’y faire.

La bataille continue et le whisky, lui, se vide.
© Billy Lighter


You're never gonna die, you're gonna make it if you try, they gonna love you
© Pink Floyd


Dernière édition par Daniele Ricci le Mar 20 Jan - 15:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Amon Sørensen
avatar


Messages : 547
Date d'inscription : 26/02/2014
Age du personnage : 31
Localisation : On the ring.


Who am I?
Je suis: emmerdeur, fouineur, violent, incompris.
Relations:
Song: Me Against The World - Simple Plan


MessageSujet: Re: Interview with The Best (PV Amon)[TERMINE]   Sam 17 Jan - 13:07

Interview With The Best ft. Daniele Ricci


Ce que j'adorais chez Daniele Ricci, c'était qu'il assumait totalement ce qu'il était, ou le personnage qu'il jouait. Il m'affirmait que pour lui, le fait que Roadtramp soit commercial était la meilleure qualité du groupe. Il était vénale, le savait, et ne le cachait pas.

Il était donc bien meilleur que moi à ce jeu-là. Il jouait mieux, ou du moins, était plus à l'aise dans son personnage de manager capitaliste que je ne l'étais dans mon personnage de journaliste people dénué d'éthique. Daniele était-il vraiment ce qu'il montrait à la face du monde ? Peut-être... Après tout, le peu que je savais du passé du manager pouvait coller avec sa personnalité actuelle. Tandis que si quelqu'un avait fouillé dans mon passé, ce que j'espérais que Fallen ne fasse quand même pas trop, tout du moins, pas trop vite, ma personnalité actuelle ne collait pas du tout avec ce que j'étais avant, au Danemark.

Le sourire ne quittait pas le visage du manager, de même que le mien. Du win-win... Ouais, il aurait une situation win-win avec les jeunes gars de Roadtramp, et il savait, tout comme moi, que cette interview serait aussi du win-win. Daniele me connaissait et savait que ce qu'il dirait serait déformé.

Et il me laissait d'ailleurs le champs libre. Sur le sujet Zoey, par exemple. Là était le win-win.

-Et on sait tous les deux que le single se vendra mieux si la gamine sort avec le gosse, de même que L.A. People, pas vrai ?

La vérité était de toute façon relative. Daniele et moi, on pouvait la créer de toute pièce. Parce qu'on était assez influent à L.A. et on disposait des moyens pour faire penser quelque chose au plus grand nombre. Et quand un grand nombre croyait en quelque chose, ce quelque chose devenait la vérité. Un ersatz de vérité, certes... Mais ça, les gens étaient trop cons pour s'en rendre compte.

Je resservis Daniele en whisky. Je buvais un peu moins vite que lui afin de rester alerte. Je n'étais pas sûr de tenir l'alcool aussi bien que le manager de BSC. Je lui tendis à nouveau son verre avant de m'appuyer à nouveau confortablement dans mon fauteuil.

-Et on sait aussi tous les deux que les rumeurs courent très vite à L.A....

Je bus une gorgée de mon whisky et reposai mon verre sur la table. Me penchant en avant. Je n'avais jamais été fait pour rester en place. J'étais bien trop nerveux de nature. J'avais été un enfant angoissé, je restais un adulte angoissé.

Je me levait et rangeait le disque de Roadtramp dans sa pochette, laissant Daniele mariner dans le petit suspens que j'avais instauré quant à cette fameuse rumeur. Une fois le disque rangé, je le retournai encore une fois. Les trois membres du groupe affichés sur la pochette faisaient des grimaces de gosse. Et je souris quand je portai mon attention sur les remerciements. Les gosses appelaient le manager « Lele »... Je gardai cette carte dans ma manche pour plus tard.

Puis, je mis fin au suspens.

-Il suffit de se stationner devant le Stryge bar pour entendre parler d'une future première partie pour Roadtramp... Une première partie de The Lightening... Ce qui signifierait une alliance entre BSC et MTI...

Echec.
© Billy Lighter











AMON
Revenir en haut Aller en bas
Daniele Ricci
avatar


Messages : 1000
Date d'inscription : 28/09/2013
Age du personnage : 40


Who am I?
Je suis: le meilleur
Relations:
Song: Back In Black-AC/DC


MessageSujet: Re: Interview with The Best (PV Amon)[TERMINE]   Mar 20 Jan - 15:31

Interview with The Best ft. Amon Sørensen


Eddy allait plus que certainement s’en sortir d’une petite rumeur sur son potentiel couple avec la guest du single. C’était tout gentil comme rumeur et puis si c’était vrai pourquoi le cacherait-il ? Aucun danger à l’horizon. J’avais mesuré le risque de laisser l’ambiguïté sur le sujet et jugeais qu’un article à ce sujet n’aurait pas de conséquences sur le cerveau de Cort.

En plus Amon avait raison. Une histoire d’amour entre ces deux-là allait provoquer la curiosité du public et donc faire vendre encore un peu plus le single. Qui, même sans cette histoire, se vendra comme des petits pains. C’était tout bonus pour moi et tout bonus pour Amon. Si je pouvais faire plaisir au danois, pourquoi pas.

-Effectivement. Le win-win il n’y a que ça de vrai.

Amon était un manipulateur de vérité et, plus que certainement, un manipulateur tout court. Moi j’étais un opportuniste intelligent, très intelligent. Mon degré d’opportunisme était tel que c’était avec le sourire et un signe de remerciement que j’acceptai le verre de whisky d’Amon. Le whisky il n’y avait que ça de vrai. Pas de faux-semblant dans le whisky, il ne te mentira jamais.

Je buvais avidement quand Amon pointa le doigt sur une évidence. Les rumeurs couraient vite.

-A L.A. comme partout. Les rumeurs c’est comme la peste.

Le non verbal d’Amon témoignait d’une certaine nervosité alors que moi j’étais bien relax et confortablement calé  dans le fauteuil. Le danois ne tenait pas en place et rangea le disque dans sa pochette qu’il admira une dernière fois. Moi, j’attendais sereinement le prochain de sujet de conversation. L’argent, c’était fait ; les rumeurs de couple, c’était fait ; au suivant maintenant.

La première partie. On en était déjà là. Pour répondre à ça, je devais me la jouer avocat. C’est-à-dire dire ce qu’il faut dire et omettre ce qu’il ne faut pas dire. Je m’arrêtai de boire pour faire tourner mon whisky dans mon verre d’un geste circulaire et répétitif.

-Une alliance ? Je ne sais pas si c’est vraiment le mot. Je dirais plutôt une co-tournée. MTI s’occupera des affaires de The Lightening et BSC de celles de Roadtramp. On se parlera uniquement pour fixer les heures de concert. Pour les dates et les lieux, c’est à MTI de choisir. Roadtramp ne fait que la première partie après tout. En plus, les membres de The Lightening apprécient ceux de Roadtramp, je trouvais bête de gâcher une occasion de pouvoir faire plaisir à mes poulains et aussi aux fans qui aiment les deux groupes.

Je n’avais pas encore parlé à Lighter, ni à son manager, ni à MTI. Mais c’était comme ça que je voyais la tournée et je savais que MTI allait accepter mes conditions. Parce que je savais que MTI aimait l’argent et que donc ils verraient surtout le fait qu’avec Roadtramp comme première partie, ils allaient pouvoir rameuter un plus grand public et donc faire plus d’entrée. Moi je voyais plus loin que l’argent, bien plus loin que ça. Derrière cette tournée je n’allais peut-être pas gagner beaucoup de rentrée mais j’allais gagner de la réputation, de la gloire et aussi un gain d’énergie. MTI allait prendre ça comme du win-win mais le retour de flamme allait être merveilleux.
© Billy Lighter


You're never gonna die, you're gonna make it if you try, they gonna love you
© Pink Floyd


Dernière édition par Daniele Ricci le Dim 25 Jan - 15:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Amon Sørensen
avatar


Messages : 547
Date d'inscription : 26/02/2014
Age du personnage : 31
Localisation : On the ring.


Who am I?
Je suis: emmerdeur, fouineur, violent, incompris.
Relations:
Song: Me Against The World - Simple Plan


MessageSujet: Re: Interview with The Best (PV Amon)[TERMINE]   Ven 23 Jan - 11:32

Interview With The Best ft. Daniele Ricci


Les journalistes people, en générale, posait des questions basiques : « Est-ce que Daniele, alias Lele, avait une petit amie en ce moment ? », « des problème de drogue ? », « si oui, avait-il l'intention de faire une cure de désintoxication ? », « était-il vrai que sa maîtresse était la dernière grande star sortie de l'industrie d'Hollywood ? »... Ceux-là n'avaient rien compris, s'ils devaient encore poser ces questions. Parce que moi, tout ça, je le savais... Et puis, si au pire j'avais besoin que Daniele vive une histoire d'amour ou de sexe avec le nouveau manager de The Lightening, il la vivrait... Sur papier du moins, et le temps qu'il y ait des démentis des deux côtés, L.A. People se serait déjà vendu comme des petits pains. Et même une attaque en justice et une amende ne dépasserait pas le montant du chiffre de vente.

Non, je ne travaillait pas comme les autres journalistes people. Je posais des questions digne de Guitar&Pen (la première raison étant que j'étais moi-même fan de rock), ajoutant une question plus basique par-ci par-là pour rappeler à mon interlocuteur que j'étais juste un journaliste people, pas trop intelligent, et pas trop dangereux. Et je faisais pareil avec Daniele, même si je savais qu'il savait que je n'étais pas tout à fait ce que je voulais faire croire.

Le truc qui faisait que mon article serait différent d'un article de Guitar&Pen, c'était le traitement de l'information. Changer un mot ici, faire une petit exagération là... Et le tour était joué ! On obtenait un article digne de L.A.People. Ce qui me permettait de bouffer, de faire le plein de la Mustang... Et de me venger...

Mais avec Ricci, j'avais l'impression d'essayer d'attraper une anguille... Et si c'était un jeu d'échec digne de ce nom, je n'y trouvais pas autant de plaisir qu'avec Lighter. A chaque question, je pouvais lire les émotions de Lighter comme dans un livre. C'était une torture, pour lui. Ricci, lui, savait et acceptait pleinement ce qu'il était... Et les « attaques » glissaient sur lui comme l'eau sur le plumage d'un cygne.

Je souris au manager et pris une gorgée de Whisky.

-Et je me nourris de rumeurs...

Ce qui signifiait plus clairement que je n'avais pas besoin de lui pour les confirmer. Mais qu'il avait une chance ici de me donner les outils pour que les choses se rapprochent un peu plus de la vérité... Sa vérité.

Il le compris bien, intelligent qu'il était, et m'affirma que la tournée n'était pas une alliance, mais un simple partenariat, si on voulait... Un partenariat dans lequel chacun s'occuperait de ses affaires. Je rigolai... Il me prenait un peu pour un con, pour le coup.

-Vision idéale pour vous, mais difficile à croire dans le monde réel. La tournée engendrera des produits dérivés sur lesquels apparaîtrons les nom des deux groupes. Rien que pour ça, j'imagine qu'il y aura nombre de réunion concernant les chiffres d'affaire... Et qui aura le plus gros pourcentage ? BSC avec ses petits gars chevelus, ou MTI avec ses rockstars ? Sans compter tout le reste de l'organisation... Vous ne pourrez pas éviter MTI et vous le savez.

Mon sourire carnassier revint, mais avec quelque chose qui l'adoucissait. Un truc qui s'approchait de la compassion, sans en être vraiment. Le fantôme de l'ancien Amon...

-De plus, ce n'est plus avec ce bon vieux rigolo de Lenny Knowles qu'il faudra traiter. Mais avec un nouveau venu, plus jeune, plus ambitieux et moins stressé... Et de ce que j'en sais, il a un avantage sur l'ancien manager du groupe : il a l'aval de Lighter...

L'aval de Lighter, mais d'après les bruits qui courraient chez MTI la dernière fois que je me suis incrusté là-bas, pas vraiment celui de Cash Izbel...
© Billy Lighter











AMON
Revenir en haut Aller en bas
Daniele Ricci
avatar


Messages : 1000
Date d'inscription : 28/09/2013
Age du personnage : 40


Who am I?
Je suis: le meilleur
Relations:
Song: Back In Black-AC/DC


MessageSujet: Re: Interview with The Best (PV Amon)[TERMINE]   Dim 25 Jan - 15:26

Interview with The Best ft. Amon Sørensen


Amon se nourrissait des rumeurs tout comme les médecins nourrissaient leur portefeuille d’argent en cas d’épidémie. Il avouait noir sur blanc ceci, mais il fallait voir plus loin petit Amon.

-Tu les crées aussi.

Je soupçonnais Amon d’en n’avoir créé quand il n’arrivait pas à trouver une rumeur digne de ce nom. Puis j’avais dit ça pour prouver que je n’étais pas dupe et que je savais que quand un journaliste n’avait rien à se mettre sous la dent il arrivait à se créer des victimes. Amon avait juste l’art de mieux le raconter que les autres si bien que tout le monde y croit.

Comme je l’avais prévu et après qu’on ait tous les deux tâter le terrain, il entra dans le vif du sujet et de la co-tournée que MTI et BSC voulait faire. Ou plutôt, la tournée que je voulais faire parce qu’Eddy m’avait donné une bonne idée.  Je comptais tirer un max de cette tournée « alliance » comme le disait Amon. Il continua à attaquer sur ce terrain. Il avait senti des failles dans mon plan et me les exposa. Qu’avais-je pensé déjà ? Ah oui, que le but de la tournée n’était pas l’argent, mais la réputation. Le problème c’était que je ne pouvais pas être transparent sur ma vision de la chose sinon mon plan tombait à l’eau.

-La réponse, tu la connais, Amon. MTI empochera plus que BSC en ce qui concerne les produits dérivés. C’est logique, Roadtramp est un nouveau groupe. Ils doivent se faire les dents. Pour ce qui est du reste de l’organisation, ce n’est pas parce que nous sommes des maisons de disques rivales que nous ne pouvons pas nous entendre. On connait nos intérêt et on en a certain en commun dont celui que la tournée se passe au mieux possible.


Ca j’en étais sûr, MTI voudra que tout ce passe bien et ça primera sur nos petites rivalités. J’avais l’intention que ce soit le groupe phare de MTI qui fasse tout foiré et que le mérite revienne à BSC. Je serais le sauveur d’une tournée bidon !

Amon jubilait à chaque fois qu’il pointait une faille. C’était comme un tic chez lui. Je préférais me contenter de sourire, toujours de la même manière. Ce qui me donnait un air assuré et joueur.

De fil en aiguille, Amon me parla du manager de The Lightening. Le tout nouveau manager, Legrio. Il avait réussi à être dans les petits papiers de Lighter ce qui était un avantage pour lui. Moi aussi je lisais la presse, Amon.

-De Lighter, certes, mais pas des autres d’après ce que je sais. Mis à part ça, il a l’air d’être un gars sérieux qui a le souci de bien faire. Je pense qu’on pourra très bien s’entendre. Si Lighter l’aime bien, c’est qu’il est intelligent et j’aime les gens intelligents. J’ai hâte de le rencontrer.


J’aimais surtout monter que j’étais plus intelligent que les gens intelligents.  Mon whisky était encore vide et je tendis mon verre à Amon. J’avais soif.
© Billy Lighter


You're never gonna die, you're gonna make it if you try, they gonna love you
© Pink Floyd


Dernière édition par Daniele Ricci le Sam 31 Jan - 17:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Amon Sørensen
avatar


Messages : 547
Date d'inscription : 26/02/2014
Age du personnage : 31
Localisation : On the ring.


Who am I?
Je suis: emmerdeur, fouineur, violent, incompris.
Relations:
Song: Me Against The World - Simple Plan


MessageSujet: Re: Interview with The Best (PV Amon)[TERMINE]   Lun 26 Jan - 18:11

Interview With The Best ft. Daniele Ricci


Je bus mon whisky cul sec quand Daniele prononça une évidence. Ouais, je créais les rumeurs, si besoin était. Et le pourcentage de lecteur de L.A. People qui croyait à mes article posait le regard là où je voulais qu'il le pose. Et de fil en aiguille, j'avais parfois une toute petite influence sur ce qu'il se passait à L.A., dans le monde du rock. Et ça, c'était jouissif.

Mais j'étais trop malin pour l'avouer clairement. Et trop respectueux envers Ricci pour nier. Il me tenait tête, dans cette joute verbale, je lui devais bien de lui signaler qu'il avait bien raison dans ce qu'il disait, qu'il avait gagné cette manche... Et je savais aussi qu'il remporterait probablement cette bataille... Mon aphon confirmait qu'il avait raison, sans devoir prononcer les mots. Mais Ricci vivait avec le même type de code que moi. Et c'était un italien, de surcroît. Et n'étaient-ils pas les meilleurs pour les messages codés ?

Je me resservis de whisky, puisque mon verre était désormais vide. Mais le rouge me montait au joue. Pas l'habitude de boire autant, ni si vite. Mais je devais bien ça à Ricci. Je m'adossai au dossier de mon fauteuil, mon verre dans ma main droite une fois que le liquide ambré l'eu de nouveau rempli.

Fallait que je sorte une de mes meilleures carte pour arriver à la hauteur de Ricci, maintenant. Du coup, l'interview tourna autour de la future potentielle première partie de Roadtramp et de Maureyn Legrio, le nouveau manager de The Lightening.

Mais Ricci évita ces obstacles que je mettais sur sa route aussi facilement que le reste. Ça en devenait presque énervant. Et ça l'aurait probablement été si j'avais eu devant moi quelqu'un d'autre que le meilleur manager de BSC. Mais là, il me forçait juste à me surpasser.

-Ok... D'accord... J'imagine que pour en être aussi sûr, MTI et BSC se sont déjà rencontrés à ce sujet...

Je souris et plissai les yeux. Si réunion il y avait eu, je le saurais... Timmy se serait empressé de me sonner pour me passer l'info et aussi quelques trucs qui y avaient été dits.

C'était une question, malgré l'absence de point d'interrogation. Alors, réunion, ou pas réunion ? Comment Ricci pouvait être sûr de ce qu'il assurait.

Quant au nouveau manager de The Lightening, sa propre place était bancale. Malgré ce qu'on aimait, moi y compris, faire croire, Lighter n'était pas la seule icône de The Lightening... Les gens oubliaient trop souvent que le guitariste avait un charisme étrange, bien à lui... Et pouvait faire changer d'avis à Lighter à l'usure.

-Pas des autres ? Pourquoi ? Cash Izbel en pense quoi ?

Je savais que Ricci avait ses propres informateurs... Et aussi... Je lui donnait une chance d'ébranler, avant même que la tournée ne commence, les fondation du jeune Legrio. Pour l'instant, les désaccord étaient interne...

Allez, Ricci, fait-moi plaisir... Fait-toi plaisir...

Attaque.

Quoi que, juste avant une tournée en partenariat avec MTI, c'était dangereux... Et je me demandais si Ricci allait oser semer la zizanie...
© Billy Lighter











AMON
Revenir en haut Aller en bas
Daniele Ricci
avatar


Messages : 1000
Date d'inscription : 28/09/2013
Age du personnage : 40


Who am I?
Je suis: le meilleur
Relations:
Song: Back In Black-AC/DC


MessageSujet: Re: Interview with The Best (PV Amon)[TERMINE]   Sam 31 Jan - 17:45

Interview with The Best ft. Amon Sørensen


Je savais que j’avais raison pour les rumeurs. Amon les créait ou en profitait c’était selon. Son afon était la preuve que Ricci The Best avait encore la bonne réponse. Il était obligé de reprendre un verre car moi je les enchainais les uns après les autres. L’habitude de boire était bien ancrée en moi, je faisais la fête au moins une fois par semaine et ce n’était un secret pour personne.

Amon reprit un verre de whisky mais je n’étais pas sûr qu’il puisse continuer l’interview si le rythme qu’il avait jusque-là s’accélérait. Amon était intelligent et n’allait pas laissé l’alcool prendre le dessus sur ses paroles calculées. Il disait que pour que je sois aussi sûr sur la tournée BSC/MTI on devait s’être déjà rencontré à ce sujet. Non, ce n’était pas le cas mais ça n’allait pas tarder et ce sera sûrement déjà fait quand l’article d’Amon sortira. Je ne confirmai pas ni d’une parole, ni d’un hochement de tête. Sa phrase était sûrement une interrogation mais comme ce n’était pas formulé sur la forme d’une question et bien je n’étais pas obligé d’y répondre. Je ne fis que sourire et il pouvait tirer ce qu’il voulait de ce sourire.

Il attaqua à nouveau grâce au sujet Legrio. Je n’avais jamais rencontré Legrio personnellement mais tout le monde en parlait. Il avait déjà quelques difficultés avec son groupe mais pour une fois ce n’était pas Lighter le problème mais les autres. The Lightening était vraiment une plaie pour tous les managers du monde. J’étais bien heureux qu’ils soient à MTI. Je ne cachai pas à Amon que je voulais rencontrer cet homme et que je connaissais ces difficultés actuelles. Mon cher interlocuteur joua la carte de l’ignorance. Beau mouvement, Amon.

-Des divergences artistiques. Mais c’est normal d’en avoir de temps en temps dans un groupe. Legrio et Lighter ont un projet intéressant qui à première vue ne plait pas à Izbel et les autres. Maintenant il ne s’agit que d’un petit désaccord. Legrio me semble assez intelligent pour pouvoir s’en sortir. Je ne pense pas que ça va changer grand-chose à l’entente du groupe.

Je ne voulais pas attaquer Legrio pour la bonne raison que je ne le connaissais pas encore personnellement. Je préférais le rencontrer avant de savoir ce que j’allais en faire. Il pourrait m’être utile qui sait.

-Je ne sais pas ce qu’en pense vraiment Izbel, je ne suis pas dans sa tête. Je pense que, comme d’habitude, le problème se situe entre Izbel et Lighter et pas entre Izbel et Legrio. C’est toujours la même histoire avec ces deux-là. La communication n’a jamais été leur fort.

Ce n’était pas un scoop ce que j’avançais ici.

-De toute façon ce n’est pas mon groupe, Sørensen, je me trompe ? Roadtramp va très bien sinon.

Mon sourire pour montrer que je voyais clair dans son petit jeu. Il essayait que je casse du sucre sur les autres avant un tournée MTI/BSC.
© Billy Lighter


You're never gonna die, you're gonna make it if you try, they gonna love you
© Pink Floyd


Dernière édition par Daniele Ricci le Sam 7 Fév - 18:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Amon Sørensen
avatar


Messages : 547
Date d'inscription : 26/02/2014
Age du personnage : 31
Localisation : On the ring.


Who am I?
Je suis: emmerdeur, fouineur, violent, incompris.
Relations:
Song: Me Against The World - Simple Plan


MessageSujet: Re: Interview with The Best (PV Amon)[TERMINE]   Jeu 5 Fév - 13:43

Interview With The Best ft. Daniele Ricci


J'étais en train de me prendre tout seul à mon propre piège. En buvant aussi vite, je sentais que les effets de l'alcool allaient entamer ma vigilance. Il fallait que je lève le pied et que je laisse Ricci me distancer pendant que je laissais mes neurones se désintoxiquer. Il fallait donc que je fasse semblant de boire, en portant régulièrement, mais pas trop, mon verre à ma bouche, mais en y trempant juste les lèvres.

Et comme pour compenser ma légère distraction due à l'alcool j'attaquai sans discontinuer. Sur le sujet de la tournée d'abord, sur Maureyn ensuite, pour terminer sur ce que le guitariste Cash Izbel en pensait. J'écoutais les réponse du manager, un sourire narquois aux lèvres. Ricci était prudent, ne disait pas un mot plus haut que l'autre, n'infirmait ni n'affirmait quoi que ce soit. Pas maintenant. Si je voulais des mots acerbes, je devrais attendre la fin de la tournée, quand tout ce qui n'aura pas tourné rond pendant la tournée aura tapé sur le système de chacun, tant que MTI que chez BSC.

Et mon article pouvait être la base de certains désaccords, ce pouvait être le ver dans la pomme. Et Ricci le savait aussi bien que moi. C'est pour ça qu'il évitait tout ce qui était clair et net. Il ne voulait pas être responsable de la première erreur. Il voulait attendre que ce soit MTI qui la fasse.

-Vous auriez du vous lancer en politique plutôt que dans le business de la musique... Pourquoi ne pas l'avoir fait ?

C'était une question dont la réponse pouvait figurer dans mon article. Tout en partant du premier single de Roadtramp, j'allais offrir aux lecteur de L.A. People une vision plus claire (ou pas) de la personnalité de Daniele. Lever un peu le mystère sur le charisme de l'homme tout en le renforçant. Parce que si je voulais que la notoriété de Timmy augmente, je devais faire de son rival quelqu'un de poids. Dans la guerre entre les deux manager, j'étais plus que l'arbitre, j'étais celui qui distribuait les cartes.

-Est-ce que Timmy Evans sera de la partie, pour la tournée ? On connaît la rivalité entre vous et l'ex manager de The Burning Fire... Mais Burning Fire n'est plus que l'ombre de lui-même, sans Kayden James et Evans, que je sache, n'a plus de groupe phare... Par contre, j'ai entendu dire qu'il serait peut-être présent pour épauler Legrio qui débute dans le business.

Question que je posais plus pour moi que pour L.A. People. Je n'avais pas eu l'occasion de voir Timmy depuis un bout de temps, les choses s'enchaînant tellement vite tant pour lui que pour moi. Mais la dernière fois que je l'avais eu au téléphone, il vivait le parfait amour avec sa photographe... Il faudrait un jour que j'aille foutre un peu mon grain de sel là-dedans. Je n'aimais pas ça.

Mais je savais aussi que pour Ricci, je touchais une corde sensible. Et il je le voyais mal ne pas répondre clairement, ne serait-ce que sur un coup de sang.

Mais Ricci eu vite fait de me recadrer, de me ramener là où l'interview était moins dangereuse pour lui et le projet de tournée à venir.

-Je vois ça.

Je posai mon verre sur la table basse et repris la pochette du disque et la retournai face à lui, lui montrant le verso.

-Et ils vous sont extrêmement reconnaissants à ce que je vois.

Je rigolai. Je faisais référence au petit surnom que les gars avaient osé lui donner. Une première dans l'histoire de Daniele Ricci.
© Billy Lighter











AMON
Revenir en haut Aller en bas
Daniele Ricci
avatar


Messages : 1000
Date d'inscription : 28/09/2013
Age du personnage : 40


Who am I?
Je suis: le meilleur
Relations:
Song: Back In Black-AC/DC


MessageSujet: Re: Interview with The Best (PV Amon)[TERMINE]   Sam 7 Fév - 18:01

Interview with The Best ft. Amon Sørensen


On avait le droit à un double défi. Celui de ne pas se faire avoir par l’autre et celui de ne pas se faire avoir par l’alcool. Sur le second, moi, Ricci The Best, je gagnais par expérience. Amon continuais de boire mais ça vitesse de débit c’était significativement ralentie. Même si la bataille du plus gros buveur n’était pas vraiment ce qui importait, il jouait quand même un rôle sur notre attention à tous les deux et sur notre capacité de réflexion.

Dans notre petit jeu principal, Amon ne cessait ses assauts. D’abord sur la tournée, maintenant sur le manager de The Lightening et ses relations avec son groupe. Toutes des questions délicates que j’esquivais avec toute la classe qui m’était donnée. Je n’aimais pas être prudent, ce n’était pas ma stratégie favorite. Je préférais de loin les réponses fantasques, celles qu’on ne s’attend pas mais avec Amon devant moi et avec des sujets aussi sensibles j’étais obligé d’être prudent. Quand je connaitrais mieux Legrio, je pourrais en parler en me positionnant sur mon cas mais ça attendra la fin de la tournée. Là, je pourrais me lâcher sur le cas de tout le monde et surtout sur le mien.

Amon avait bien capté ma stratégie, cette dernière étant pratique en politique. Le grand Sørensen me voyait bien politicien.

-Parce que les gens n’aiment pas les politiciens.


Or, je voulais qu’on m’admire et qu’on même. Je préférais être un businessman qu’on envie et qu’on aime pour ses frasques plutôt qu’un corrompus détestés par le peuple. Les gens aiment les héros, pas les tortionnaires.

-Et puis, je suis trop intelligent pour ça. Je laisse la politique à ceux qui en ont l’intelligence.

Je détestais les politiciens autant que le peuple les détestaient. Puis, nos chères chef d’état vienne me manger dans la main en général, alors pourquoi descendrais-je à leur niveau ? Je ponctuais mes raisons d’un sourire assuré. Amon pouvait bien crier au monde ce que j’en pensais, ça me ferais même plaisir.

Puis vint une nouvelle attaque. Il me parla de mon principal rival, Timmy Evans. Longtemps, il avait manager The Burning Fire jusqu’à ce que Kayden tombe dans le coma et que le groupe ne sombre. D’après Amon, il pourrait peut-être épauler Legrio.

-Timmy qui ?

C’était un petit sarcasme gentil. Timmy Evans était redoutable mais était bien moins aimé et connu que moi. Les relations publiques n’étaient pas son truc et depuis que The Burning Fire ne pratiquait plus je n’en avais plus entendu parler. Ce qui n’était pas le cas d’Amon vraisemblablement.

-S’il veut épauler Legrio, il le peut. Je ne voudrais pas que ce pauvre Timmy soit au chômage. Puis que ferais deux manager, jeune qui plus était, ensemble ? Ils risquent de se contredire plus qu’autres chose…

C’est pour ça que j’étais meilleur, parce que j’avais de l’expérience et que j’avais des contacts. Il me restera à évaluer la véritable force d’une alliance Legrio-Evans. Amon avait au moins eu la bonté de me prévenir.

Assez parlé de Timmy. Rien que d’entendre son nom me donnait de l’urticaire. J’essayais de ramener l’interview sur Roadtramp, sujet que je maitrisais et qui ne me donnais aucun coup de sang. C’est là qu’Amon repris la pochette pour me montrer les remerciements. Roadtramp avait l’habitude de m’appeler Lele. Je préférais Ricci The Best.

-Cort est un mystère pour tout le monde… Ça lui passera…

Je posais aussi mon verre vide. Amon avait abordé beaucoup de sujet alors je préférais me taire pour voir s’il avait encore un autre à aborder.
© Billy Lighter


You're never gonna die, you're gonna make it if you try, they gonna love you
© Pink Floyd


Dernière édition par Daniele Ricci le Jeu 12 Fév - 11:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Amon Sørensen
avatar


Messages : 547
Date d'inscription : 26/02/2014
Age du personnage : 31
Localisation : On the ring.


Who am I?
Je suis: emmerdeur, fouineur, violent, incompris.
Relations:
Song: Me Against The World - Simple Plan


MessageSujet: Re: Interview with The Best (PV Amon)[TERMINE]   Dim 8 Fév - 11:31

Interview With The Best ft. Daniele Ricci


Je sentais mes joues blanches devenir rouges à force de boire. Heureusement que j'avais laissé poussé, par flemme plus qu'autre chose, une barbe de trois jours. Négligence que je n'aurais jamais pu avoir à København, sous les yeux de Lars. Mais ici, le seul avantage, c'était que je faisais ce que je voulais. N'empêche que le prix à payer était dur. Si j'avais été sûr que si je me rasais, Freyia débarquerait ici, je serais déjà en train de le faire.

La bouteille de whisky était presque vide. Daniele avait pris le pli de se resservir lui-même quand il avait remarqué que je ne suivais plus, ou plus assez vite. Du coup, il avait sifflé plus de la moitié du liquide ambré à lui tout seul. Et ça ne semblait pas l'amoindrir le moins du monde, lui.

Il esquivait tellement bien mes question, tout en me donnant tout de même un semblant de réponse, que je lui demandai pourquoi il ne s'était pas lancé en politique. A la base, ce n'était pas une question pour l'interview, mais plutôt une remarque qui signifiait « Hey, Ricci, tu vas répondre à mes questions, une fois ? ».

Et, comme s'il l'avait compris, à cette question-là, il y répondit. Ok, je savais pourquoi. Cette question ne représentait aucun danger pour ses projet à venir. Donc, aucun problème, les politiciens pouvaient bien en prendre plein la tronche. Et puis, il y avait une autre bonne raison pour ne pas se lancer en politique. Et ça, je le savait par Lars : on ne défait pas un businessman aussi facilement que l'ont défait un politicien.

Bien que... Il devait sentir que L.A. People en avait quand même le pouvoir. Peut-être pas pour le défaire, mais pour lui mener la vie dure. Parce que pour un Daniele Ricci, il restait extrêmement prudent par rapport à d'autres interviews que j'avais lues de lui et qu'il avait données à d'autres journalistes. Mais non, pas de réponses fantasques pour Amon...

Et encore moins quand j'abordai le sujet de mon meilleur ami qui allait épauler le jeune Legrio, d'après les rumeurs. Ou tout du moins, qui ferait partie de la tournée, ne serait-ce qu'en simple membre de MTI. Je souris, parce que je savais que Timmy rendais Daniele malade, et inversément.

Je rigolai carrément quand il répondit par une ignorance feinte.

-C'est toujours le grand amour, comme je vois.

Ça allait faire plaisir à Timmy quand j'allais le lui dire. Et là, aucun doute qu'il participerait à la tournée Roadtramp-The Lightening.

Mais encore une fois, Daniele resta prudent dans sa réponse, bien qu'une pointe de sarcasme fusa quant à Timmy qui pourrait se retrouver au chômage. Et j'étais un peu d'accord avec Ricci. Il fallait que je vois Timmy pour lui dire d'arrêter un peu de jouer les ventouses à sa photographe et de venir faire le tour des bars avec moi pour trouver de nouveaux talents.

-Ouais, pas faux... En espérant que la cohabitation se passe bien, non seulement entre MTI et BSC, mais aussi entre Evans et Legrio. Qui sait ? Si ça foire, c'est vous qui aller y gagner...

Je souris... Je doutais que Ricci n'aie pas penser à ça. Mais ce qu'il pensait, il n'osait pas le dire tout haut ici. Alors j'essayais de l'aider un peu...

Et puis il y avait le surnom marrant que Roadtramp avait donné à Ricci. Mais apparemment, l'idée venait de Cort. Je regardai encore une fois la pochette pour voir le visage de celui dont on parlait. Jeune, de longs cheveux blonds, une grimace... Pas l'air d'être du genre à créer des problèmes. Si ce n'est par des conneries de jeunesse, des trucs gentils... Même si je savais que l'habit ne fait pas le moine.

-Un mystère pour tout le monde ? On peut avoir plus de détails ? Cort est le leader du groupe ?

Les chanteurs étaient souvent considérés comme les leaders, mais je ne prenais pas ça pour une règle générale. Et puis, en savoir un peu plus sur le groupe me permettrait non seulement de rediriger mon article sur eux, mais aussi de savoir à quoi m'attendre si un jour je devais les interviewer.

Comme depuis le début, j'écoutai attentivement Ricci me parler de son nouveau groupe. Et comme depuis le début, je ne notai rien, comptant uniquement sur ma mémoire. Mes éventuels oublis seraient une place laissée à mon imagination ou simplement les choses qui n'étaient pas intéressantes.

Je le laissai parler, sans commentaire. J'interviendrais à la fin, s'il y avait quelque chose à creuser.

-Une dernière question, simplement pour avoir un avis. Vous savez que Joe « Vintage Joe » Goodman nous a quitté dernièrement. Overdose. Un commentaire ? Heureusement, il ne laisse pas d'enfant derrière lui...

Cela signait presque la fin de l'interview. Les gens du peuple aimait savoir ce que les stars ressentaient face à la disparition de l'un d'entre eux. Rien que cette question pouvaient amener des lecteurs.

© Billy Lighter











AMON
Revenir en haut Aller en bas
Daniele Ricci
avatar


Messages : 1000
Date d'inscription : 28/09/2013
Age du personnage : 40


Who am I?
Je suis: le meilleur
Relations:
Song: Back In Black-AC/DC


MessageSujet: Re: Interview with The Best (PV Amon)[TERMINE]   Jeu 12 Fév - 11:23

Interview with The Best ft. Amon Sørensen


Jamais Daniele Ricci ne rentrerai en politique parce que Daniele Ricci tenait à l’admiration que les gens lui portaient. C’était aussi simple que ça. Entrer en politique serait un pas en arrière dans ma carrière. Diriger BSC était le pas en avant ! Et même si dans les faits et officieusement c’était à peu près le cas, ça ne l’était pas encore ni dans les responsabilités ni dans le salaire. Car le big boss de BSC faisait tout en fonction de moi et le poids de mes paroles en réunion était bien plus important que celui de mes congénères.

Mes ambitions, je les gardais aussi pour moi car après tout Amon ne me posait aucune question là-dessus. Il préféra passer sur le sujet Timmy Evans. Ma rivalité avec le manager de MTI était largement connue du grand public alors je pouvais bien me lâcher un peu là-dessus. Le jeune Timmy aussi discret que dangereux. Pourtant, pour l’instant, Timmy était encore plus discret que d’habitude parce que son groupe phare était dans la mouise. C’est pour cette raison que je me permis d’ignorer l’existence de l’Anglais. Car où était-il ce Timmy ? Ça faisait rire Amon.

-C’est une rivalité saine, bien entendu.

Ce n’était pas faux parce qu’elle rapportait autant à moi qu’à Timmy. Puis ça nous faisait ressortir le meilleur de nous-même. Par contre, l’idée qu’il s’allie avec Legrio pour la tournée MTI/BSC était à double tranchant. Leur collaboration pouvait faire dans ravage et mettre mes plans en berne ou bien ils n’allaient pas s’entendre et c’était un bénéfice supplémentaire pour moi car, dans ce cas de figure, ce n’est pas un mais deux managers de MTI qui perdraient la face. Amon l’avait bien compris, c’était de la stratégie élémentaire.

-C’est sur le moment qu’on verra comment ça se passera. Avant la tournée se sera difficile de voir si tout se passera bien ou non.

J’étais très bon, mais je n’étais pas encore medium. Tout dépendera de la relation Evans-Legrio, Legrio-The Lightening, Evans-The Lightening, Izbel-Lighter, Lighter-public et Ricci-Roadtramp. D’ailleurs, pour ce dernier cas, Amon pointa du doigt le surnom que m’avait donné Eddy Cort. Le petit nom était moins bien élogieux que Ricci The Best. Bien sûr, ma réponse évasive attisa la curiosité d’Amon et, par je ne sais quel magie journalistique, il passa sur une sujet qui pourrait s’avérer sensible : qui est le leader du groupe. Ils étaient quand même fort ses journalistes, ils arrivaient toujours à ramener les bonnes questions sur le tapis.

-Ce n’est qu’une expression. Cort est quelqu’un qui aime beaucoup rigoler et faire la fête. Ce surnom est une manière d’être amical. Il est très jeune, c’est encore un adolescent, c’est normal.

Je remettais donc se surnom sur sa jeunesse et donc le fait que je ferme les yeux là-dessus était une manière de montrer que j’étais indulgent envers les jeunes. Le jeune public allait apprécier.

-Pour ce qui est du leadership, il n’y en a pas vraiment un chez Roadtramp. C’est un groupe d’ami, ils se concertent tout le temps pour prendre une décision. C’est un jeune groupe, il n’y a pas encore de problème d’égo. Eddy Cort est peut-être considéré comme leader par le public mais c’est uniquement parce que c’est le frontman. Tout le monde sait que le public à tendance, automatiquement, à considérer les frontman comme leader. Mais la réalité est différente de ce stéréotype.

Ma réponse était réelle. Je n’avais pas ressenti qu’Eddy Cort était plus important qu’un autre dans le groupe. Pourvu que ça dure, ainsi je serais l’unique leader.

Après mon développement, j’attendais la réaction d’Amon tout en terminant la bouteille de whisky. L’interview devait impérativement toucher à sa fin parce sans whisky ça n’avait plus d’intérêt. Amon lisait dans mes pensées parce qu’il passa à Vintage Joe, l’icône de la radio qui nous a quittés il y a peu. Quand un journaliste en venait aux hommages, c’était que l’interview se terminait.

-Vintage Joe était une icône. Il avait le don de faire connaitre aux gens des groupes peu connu afin de leur donné un peu plus de notoriété. Sa voix restera gravée dans l’histoire de la radio. C’était quelqu’un que je respectais beaucoup.

C’était une grande perte pour le journalisme car Vintage Joe avait le rock dans sa peau et il faisait ses émissions pour la musique qu’il aimait et non pour se égo personnelle. C’était un exemple pour tous.

-Nous voilà aux hommages, je suppose que tu en as terminé.

Je déposais mon verre vide tout en regardant Amon pour voir si j’avais raison ou s’il avait encore un lapin à sortir de son chapeau.
© Billy Lighter


You're never gonna die, you're gonna make it if you try, they gonna love you
© Pink Floyd
Revenir en haut Aller en bas
Amon Sørensen
avatar


Messages : 547
Date d'inscription : 26/02/2014
Age du personnage : 31
Localisation : On the ring.


Who am I?
Je suis: emmerdeur, fouineur, violent, incompris.
Relations:
Song: Me Against The World - Simple Plan


MessageSujet: Re: Interview with The Best (PV Amon)[TERMINE]   Jeu 12 Fév - 12:45

Interview With The Best ft. Daniele Ricci


On arrivait en fin d'interview et je devais commencer à me concentrer pour enregistrer ce que Daniele Ricci me disait. Et je devais d'ailleurs tellement faire d'effort que j'en avais complètement oublié de continuer à boire mon verre de whisky pour accompagner le manager. Je ne faisais plus que poser les questions et écouter les réponses depuis un moment.

Daniele avait bien évité les questions, je devais l'avouer. Il était resté plus ou moins politiquement correct du début à la fin pour ne pas compromettre d'avance le projet de tournée The Lightening/Roadtramp – MTI/BSC. Et c'était bien joué. Sauf qu'au final, c'était quand même moi qui allait relaté tout ce qu'il avait dit. Et il se pourrait bien que j'oublie deux ou trois mots en chemin... Ou que j'en ajoute d'autres pour faire joli...

Parce qu'il m'avait quand même donné de quoi me faire les dents et aussi assez de matière pour rester crédible. Même à travers le filtre que j'étais, les mots sonneraient comme du Daniele Ricci. Et sa réputation n'allait pas être sans m'aider un peu. Tout le monde le connaissait comme un homme d'affaire, un voleur de talent, de surcroît. Alors si je le rendais encore un peu plus vénal qu'il ne l'étais vraiment, ça passerait pratiquement inaperçu.

Par contre, l'interview allait faire vendre ce numéro de L.A.People ! Il suffisait maintenant que je trouve un bon titre, un truc accrocheur, un truc qui allait choquer. Et une belle photo, aussi, qu'un ou l'autre photographe de L.A.People aurait pris hier ou avant-hier. Et avec tout ça, j'allais pouvoir aller frimer dans le bureau de Ginger. Parce que s'interviewer elle-même ou interviewer son frère, c'était un peu trop facile, quand on était la demi-soeur de Billy Lighter. Être convoqué par Daniele Ricci en personne, c'était tout autre chose !

Daniele me parla de Roadtramp, qui semblait être vraiment composé de petit gars sympa. Et pourvu que ça dure !... Ils n'étaient pas réellement intéressants pour moi, en tant que journaliste, pour l'instant. Il l'étaient, bien sûr, pour mes oreilles d'après ce que j'avais entendu en début d'interview et aucun doute que le lendemain, j'allais aller chercher mon propre exemplaire du disque. Mais je ne pouvais pas faire un article choc sur eux pour l'instant. Dans mon article, seule les éloges de Ricci pour eux allaient donc figurer. Parce que pour qu'un groupe fasse des conneries intéressantes, il fallait que ce groupe monte, très très haut.

J'en était arrivé aux hommages et Daniele, à la fin de la bouteille de whisky... Et il n'avait même pas l'air plein. A se demander comment il faisait. Évidemment, il me sortit des trucs bateau sur le journaliste radio. Ouais, bizarrement, quand on meure, on devient un homme bon... Je me demandais si ça allait être la même chose pour moi, quand j'allais rendre mon dernier souffle. Mais j'avais un sérieux doute.

Daniele me sortit de mes pensées en me demandant si j'en avait terminé. Son verre était vide, je me levai donc. Il était temps que je reprenne possession de mon territoire.

-Ouais. Oui. C'est terminé.

Je lui tendis la main.

-Merci à vous, ça a été un honneur. J'essayerai de faire ça bien.

Je souris, d'un sourire entendu. Daniele savait certainement à quoi s'attendre au moment même où il m'avait appelé pour cette interview.

© Billy Lighter











AMON
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: Interview with The Best (PV Amon)[TERMINE]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Interview with The Best (PV Amon)[TERMINE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Une interview de Jean Raspail
» AN EXCLUSIVE INTERVIEW WITH MARIE FLORE LINDOR-LATORTUE
» (Galerie Amon Barad) Osgiliath // Mordor
» Interview Cedras
» Après l'Amon Hen...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: L.A Rocks :: Downtown :: Loft d'Amon Sørensen-