AccueilRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez
 

 Two different liars [PV Amon][TERMINE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Axel Moriarty
Axel Moriarty


Messages : 580
Date d'inscription : 23/01/2015
Age du personnage : 27
Localisation : L.A.

Who Am I?
Birth place: Chicago - Illinois
Je suis: un manipulateur
Song: Reckless Life - Guns N'Roses


Two different liars [PV Amon][TERMINE] Empty
MessageSujet: Two different liars [PV Amon][TERMINE]   Two different liars [PV Amon][TERMINE] I_icon_minitimeDim 25 Jan - 12:45

Two different liars ft. Amon Sørensen


Beaux costards, beau vocabulaire, des serveuses mignonnes. Il n’y avait aucun doute, on était à l’un de ces fêtes guindées. En effet, le directeur de Guitar&Pen avait invité ses chères employées à une fête annuelle. Mais, cette année, il avait poussé le vice plus loin. Il avait aussi invité des personnalités politiques et avait élargi son invitation aux journalistes les plus influents de L.A. peu importait le magazine ou journal auxquels ils étaient affiliés. Notre cher directeur voulait-il recruter parmi eux ? Ou alors voulait-il faire le grand saut dans le monde politique ? Je n’en avais strictement aucune idée mais cette petite fête n’était pas anodine, ni pour le plaisir de chacun. Les riches ne dépensaient jamais sans raison.

Au-delà des raisons, c’est avec plaisir que j’avais accepté l’invitation et pris part à la fête. Car je me sentais comme un poisson dans l’eau ici. Je n’étais pas stressé comme pouvaient l’être ces petits journalistes, tous novices en termes de soirée mondaine. C’est à ce genre d’évènement que je pouvais exercer tout mon art de la conversation complaisante. D’ailleurs, dès le début, un des sénateurs démocrate de Californie dont j’avais déjà oublié le nom me demanda comment allait mon père. Il aurait probablement voulu que je lui dise qu’il était mort… Un républicain en moins lui aurait fait du bien à ce petit politicien. Mais c’est avec un sourire que je lui disais qu’il se portait merveilleusement bien et qu’il serait peut-être élu chef du Sénat l’année prochaine. Il le félicita d’un enthousiasme salement hypocrite. Cette conversation, c’était l’histoire de ma vie mais je ne m’en plaignais pas.

Après m’être dépêtré de tous ces politiciens en quête du sang de mon père, je réussi à séduire l’un des serveuses. Une jolie brune qui rougissait quand on lui parlait. Timide la petite mais pas assez pour refuser une escapade dans les toilettes pour une petite aventure de quelques minutes. Assez pour faire sa soirée. On termina cette petite entrevue par un rail de coke que je préparais avec tout l’art qu’il m’était donné en la matière.

Je la quittais ensuite. Elle devait travailler et moi je devais paraitre. C’est donc à l’un des tables de journalistes que je m’installai. Des journalistes que je ne connaissais pas. Sauf un. Amon.

-Les affaires vont bien Sørensen ?

Ca y est, je souriais déjà.
© Billy Lighter


I lead a reckless life and I don't need your advice ©️ Guns N'Roses


Dernière édition par Axel Moriarty le Lun 26 Jan - 19:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Amon Sørensen
Amon Sørensen


Messages : 929
Date d'inscription : 26/02/2014
Age du personnage : 32
Localisation : On the ring.

Who Am I?
Birth place: København, Danemark
Je suis: emmerdeur, fouineur, violent, incompris.
Song: Lost Cause - BleedingHeart


Two different liars [PV Amon][TERMINE] Empty
MessageSujet: Re: Two different liars [PV Amon][TERMINE]   Two different liars [PV Amon][TERMINE] I_icon_minitimeLun 26 Jan - 13:05

Two Different Liars ft. Axel Moriarty


Beaux costards, beau vocabulaire, des serveuses mignonnes. Il n’y avait aucun doute, on était à l’un de ces fêtes guindées. Et j'étais mal à l'aise. J'avais l'habitude des concerts rock, des clubs bondés qui étaient mes terrains de chasse. Autant que j'avais l'habitude des fêtes guindées, en fait. Sauf que mon rapport avec ces dernières n'étaient pas le même qu'avec les clubs. Ce genre de fêtes en costard me retournaient l'estomac, m'angoissaient, aussi sûrement que la cloche de Pavlov faisait baver ses chiens.

J'avais garé la Mustang devant la salle des fêtes, était entré et m'était installé à la table réservée à L.A. People, parmi d'autres journalistes « mineurs », le parton étant allé discuter à droite et à gauche comme un vrai politicien. Et je n'avais qu'une envie : sauter dans ma voiture, démarrer en trombe et rouler jusqu'à... Je sais pas... N'importe où sauf ici. Ma cravate m'étranglait.

Mais je me devais d'être ici. Le patron m'avait bien expliqué que j'étais le plus important représentant de L.A. People, enfin, le plus connu plutôt. Je l'avais fusillé du regard, mais les mots qui étaient sortis de ma bouche ne correspondaient pas à ce que je pensais. « Ouais... Ok, pas de problème ».

Tu es mon fils, Amon, l’héritier de la fabrique, tu iras à cette fête, tu t'y tiendras bien, et pas un mot sur l'armée.

Assis à ma table, je murmurai, en jetant un œil derrière moi, pour vérifier que Lars n'était vraiment vraiment pas là, qu'il était toujours bien à des milliers de kilomètres de L.A.

-Ja... Ok , ikke noget problem.

Un autre journaliste de L.A. People, qui était assis à la table, se tourna vers moi. Kyle, je crois que son nom était Kyle... Il me demanda si je venait de dire quelque chose. Je souris et hochai négativement la tête.

Je me rappelais de ces soirées entières passées à mentir, à parler comme si j'étais très heureux de marcher dans les pas de mon père. Et à force, j'étais devenu passable, comme menteur, puis je m'étais amélioré de plus en plus, jusqu'à devenir aussi crédible que Freiya dont le rire cristallin résonnait toujours délicatement lorsqu'elle parlait à des clients ou partenaires de Lars. J'étais le seul qui savait quand elle mentait. Même notre père n'y voyait plus que du feu tellement elle était forte à ce petit jeu... Comme lui.

Elle avait l'étoffe pour gérer la fabrique... Pas moi... Elle l'aurait désiré, en plus. Mais elle avait sa part de frustration aussi, dans l'histoire : Lars lui aurait tout donné, et peut-être même qu'il m'aurait envoyé à l'armée, voire même à la légion, pour être sûr que je sois le plus loin possible... Seul hic : Freyia était une fille... et allait devenir une femme. Tout ce bordel pour une queue entre les jambe ! J'en avais une. Et Freyia était meilleure que moi, non ?

Je secouai la tête, revenant à L.A., en 1981. Je ne buvais pas beaucoup, pas en grande quantité en tout cas, sauf pour accompagner une personne que j'interviewais, par exemple. Mais je ralentissait toujours le rythme en cours d'interview, laissant l'autre subir les effets de l'alcool qu'il buvait, en général, toujours au même rythme qu'en début d'interview.

Mais là, quand le serveur, tiré à quatre épingles dans un costume blanc, arriva pour prendre les commandes, je demandai un Whisky, un double putain de Whisky.

Est-ce que mon angoisse était contagieuse ? Possible. Mais après un moment, les autres journalistes quittèrent la table, sous prétexte d'aller chasser. Et c'était peut-être vrai ! Si on s'était trouvé dans un autre environnement, j'aurais tout fait pour en apprendre un maximum sur nos rivaux de Guitar&Pen. Mais j'étais comme... Bloqué.

Mais rien que cette fête guindée était quelque chose que j'apprenais sur eux. Ou du moins, sur les mœurs des patrons...

Ma table ne resta malheureusement pas vide longtemps. Un jeune homme aux cheveux bruns raides, sans volume, mais au sourire incomparable et aux yeux bruns sombres où il était impossible de discerner l'iris de la pupille. Deux trous noirs où on ne pouvais que se perdre. Deux trous noirs où il semblait si facile de dissimuler des mensonges.

Je lui souris, mentant moi aussi.

-Si les affaires n'allaient pas bien, je ne serais pas là pour te le confirmer, Moriarty.

Je levai la main en direction du serveur qui s'approcha instantanément de nous, laissant tombé tout le reste. Ouais... Sørensen et Moriarty ensemble. Un cocktails aussi dangereux qu'attirant. J'étais la pire crapule de L.A. People, et il était mon clone chez Guitar&Pen. J'étais d'ailleurs toujours étonné de pensé que ses critiques d'albums n'avaient encore tué personne.

-Mets-nous deux Whisky, encore, s'il te plait.

Je retombais dans mes mauvaises habitudes, celles que j'avais prises pour provoquer Lars il y avait une éternité de ça. Parler mal, là où je devais parler bien. Tutoyant les gens que je devais vouvoyer.

Le serveur ne s'offensa pas pour si peu, cela dit, et partit en quête de nos remontants. Mon attention se reporta sur Moriarty.

-Ce...

Bordel.

-Cadre... Ne correspond pas vraiment aux journalistes de Guitar&Pen que j'ai déjà rencontrés... En général, ce sont plutôt des rockers eux-même... Pas le genre à mettre un costume trois pièces... Et pourtant...

Je me penchai légèrement en avant, faisant tourner mon verre sur la table, entre mes doigts.

-C'est moi ou... Quelque part, L.A. People est plus sincère que G&P? 
© Billy Lighter


I'm a nightmare, a disaster, That's what they always said ©️ Simple Plan
Revenir en haut Aller en bas
Axel Moriarty
Axel Moriarty


Messages : 580
Date d'inscription : 23/01/2015
Age du personnage : 27
Localisation : L.A.

Who Am I?
Birth place: Chicago - Illinois
Je suis: un manipulateur
Song: Reckless Life - Guns N'Roses


Two different liars [PV Amon][TERMINE] Empty
MessageSujet: Re: Two different liars [PV Amon][TERMINE]   Two different liars [PV Amon][TERMINE] I_icon_minitimeLun 26 Jan - 19:09

Two different liars ft. Amon Sørensen


Moriarty et Sørensen, seuls sur une table ça avait quelque chose de symbolique. Car on était seuls. Lui était le seul chez L.A.People à être plus impitoyable que les autres et moi, le seul chez Guitar&Pen à être impitoyable. N’étais-ce pas beau de nous voir ensemble converser ?

J’avais posé une simple question et déjà dans la réponse du danois j’entendais son ton grinçant. Celui qu’il maniait si bien dans ses articles. C’est vrai, ma question était idiote et peut-être un peu trop rhétorique. Je souriais, déjà bien amusé par le journaliste de L.A. People. J’allais peut-être bien plus m’amuser avec lui qu’avec tous ces politiciens.

-De fait…

Le danois attira l’attention du serveur. Tiens, je ne l’avais pas remarqué ce serveur-là… Peut-être parce qu’il n’était pas regardable au fond. Trop vieux, trop coincé… Je souriais tout de même à cet homme au physique tellement disgracieux alors que mon alter-égo chez L.A. People commanda des whiskies.  Hummm, pourquoi pas ! Après un bon rail de coke, un whisky ne pourra me faire que du bien. Le serveur parti avec la commande malgré le tutoiement qui trahissait l’inexpérience d’Amon pour les soirées guindées. Inexpérience ou bien autre chose. Avec le danois on pouvait s’attendre à tout. Si ça tombe c’était le genre de mec à savoir jouer double jeu, voir triple jeu… Difficile à dire. Je ne le connaissais que part ses articles mais aussi par les quelques conversations qu’on avait déjà eu à des endroits tout aussi coincé que celui-ci.

Le danois enchaina, bien décidé à vouloir me parler. Ça tombait bien, je n’avais rien de mieux à faire. Les toilettes n’étaient pas assez sûres pour une seconde escapade et je ne voulais pas que mon petit secret ce sache. Surtout à une soirée remplie de journalistes qui seraient forcément content de pouvoir avoir un scoop ici. Si mon père apprenait ce que je faisais je pouvais dire adieu à mon héritage. Voir pire…

Donc Amon parlait. De Guitar&Pen et à quel point ce genre de fête ne correspondais pas à l’image des journalistes de ce magazine qui était souvent considéré comme de vrai rockeur qui connaissait tout sur tout en rock et qui s’habillait à l’image de leurs idoles. Du coup, de son point de vue ça rendait L.A.People plus sincère que Guitar&Pen. Ah Amon, prendrais-tu toutes tes conversations pour une éternelle interview ? Je souris d’un sourire insolent alors que le laid serveur apporta nos breuvages sur un plateau d’or plaqué. Un plateau aussi faux que nous tous, je le supposais.

-Seul les mauvais journalistes sont sincères, Sørensen. On ne perce pas quand on est sincère.

C’était la vérité fatale. Il fallait avoir peu de sens moral pour être journaliste.

-La différence entre G&P et L.A.People c’est que chez L.A.People ce sont des enfoirés déclarés et assumés. Chez G&P ce sont des enfoirés refoulés.

C’était une généralité honteuse mais fort proche de la vérité. Certes, il y avait des gens chez Guitar&Pen qui étaient de vrais rockeur dans l’âme et qui faisaient ce métier pour pouvoir parler de leurs groupes favoris et certes, il y avait aussi des gens bien chez L.A.People qui cherche juste à montrer la vérité aux gens. Mais n’était-il pas cruellement minoritaire ?

-J’ai dû me tromper de magazine. Quant à toi… Tu as du choisir le bon. Ou pas…

Je souriais, buvant ce très bon whisky hors de prix.  Lâcha quelques instant Amon du regard pour faire un clin d’œil à la petite serveuse de tantôt.
© Billy Lighter


I lead a reckless life and I don't need your advice ©️ Guns N'Roses


Dernière édition par Axel Moriarty le Jeu 29 Jan - 16:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Amon Sørensen
Amon Sørensen


Messages : 929
Date d'inscription : 26/02/2014
Age du personnage : 32
Localisation : On the ring.

Who Am I?
Birth place: København, Danemark
Je suis: emmerdeur, fouineur, violent, incompris.
Song: Lost Cause - BleedingHeart


Two different liars [PV Amon][TERMINE] Empty
MessageSujet: Re: Two different liars [PV Amon][TERMINE]   Two different liars [PV Amon][TERMINE] I_icon_minitimeMar 27 Jan - 18:15

Two Different Liars ft. Axel Moriarty


La proximité d'Axel Moriarty me rappelait toujours une chose, à chaque fois que je parlais avec lui : lui, c'était un véritable enfoiré. Il était né comme ça. Alors que moi, qu'est-ce que j'étais ? Hormis un pauvre type qui ne savait plus trop qui il était depuis 11 ans et qui utilisait un mimétisme de son père et de sa sœur comme rempart, pour survivre ? Et qui s'amusait, par ses article, à détruire tout et n'importe qui, faute de pouvoir réellement canaliser sa vengeance sur les journalistes danois et le système judiciaire de son pays... Parce que mon premier réflexe, il fallait l'avouer, avait été de fuir.

Le whisky arriva, salvateur. Et je bus le premier cul sec directement pour pouvoir reposer mon verre vide directement sur le plateau en or plaqué du serveur qui s'en fut tout de suite après, comme si être tout près de nous risquait de l'irradier... Ou de le rendre comme nous... Ou encore, plus probable, de le détruire.

Je pris mon second verre dans ma main, mais sans le porter à ma bouche, écoutant mon alter-ego de chez G&P. Il maniait les mots aussi bien à l'oral que dans ses articles, mais surtout, il disait vrai. La sincérité n'avait rien à voir avec notre job. N'était-ce pas ce que j'essayais d'expliquer à une jeune journaliste de ma connaissance ?

Il termina en disant qu'il s'était probablement trompé de magazine... Et que moi j'avais choisi le bon...

-J'en serais pas aussi sûr que toi... Quoi que, quand je regarde autour de moi aujourd'hui, je ne vois rien qui ressemble de près ou de loin à ce que Guitar&Pen prétend être...

Je levai mon verre à la santé de mon interlocuteur, silencieusement, mais ne le portai toujours pas à mes lèvres, mon dernier verre me brûlant encore l’œsophage... Y avait rien à faire... Même après 11 ans dans une ville comme L.A., je ne savais toujours pas boire... J'avais donc reposé mon verre sur la table.

-Tu devrais rencontré Evelyn Fallen... Elle, elle est sincère. Et ne me croit pas quand je lui dis que ce n'est pas une bonne chose pour sa carrière.

Le petit clin d’œil du jeune homme à la serveuse ne m'échappa pas... Parce que je suivais tout le temps son regard lorsqu'il ne me regardait pas. Ça me permettait de voir ce que lui voyait... Des choses auxquelles je n'aurais peut-être pas fait attention autrement. J'appelais ça : voir à travers les yeux de ma victime, en générale... Mais Axel était bien loin d'être une victime. Nous étions plutôt deux lions dominants de clans différents, se regardant, mesurant l'autre, mais sans avoir même l'intention d'attaquer. Parce que l'autre n'avait rien que nous pouvions désirer. Je rigolai.

-Déjà !

Axel n'était pas le genre à ne pas comprendre ce à quoi je faisais allusion. Il avait sa petite réputation qu'un journaliste people tel que moi n'avait pas pu laisser échapper. Et pourtant, cette réputation restait... Comment dire... Ténue... Elle existait, mais ne faisait pas trop de bruit. Comme si elle pouvait attirer le courroux de Moriarty.

-J'imagine qu'un gosse de politicien comme toi doit se sentir comme un poisson dans l'eau, ici. Tu dois connaître tout le monde.

Alors que moi, hormis quelques journalistes, je ne connaissais personne. Bien sûr, je m'attendais à ce, que d'une façon ou d'une autre, Axel me renvoie la question. Et j'avais déjà ma réponse.
© Billy Lighter


I'm a nightmare, a disaster, That's what they always said ©️ Simple Plan
Revenir en haut Aller en bas
Axel Moriarty
Axel Moriarty


Messages : 580
Date d'inscription : 23/01/2015
Age du personnage : 27
Localisation : L.A.

Who Am I?
Birth place: Chicago - Illinois
Je suis: un manipulateur
Song: Reckless Life - Guns N'Roses


Two different liars [PV Amon][TERMINE] Empty
MessageSujet: Re: Two different liars [PV Amon][TERMINE]   Two different liars [PV Amon][TERMINE] I_icon_minitimeJeu 29 Jan - 16:19

Two different liars ft. Amon Sørensen


Amon était fort pour laisser la balle en jeu sans botter en touche ou marquer. Le fait de ne pas être « sûr » ne confirmait ou n’infirmait aucune de mes paroles. Ca laissait le doute, ça laissait le suspens. Amon était un bon joueur qui aimait jouer. Je ne pouvais pas savoir si L.A.People était un magazine qui lui ressemblait ou non parce que je ne connaissais que l’Amon qu’Amon voulait me montrer. Celui qu’il montre lors des fêtes ou à travers ses articles. Et pour l’instant je me contentais de converser avec cet Amon-là, qui, si ça tombe, était le vrai Amon. Car j’étais peut-être hypocrite mais tout le monde le savait, c’était une caractéristique hérité de mon statut de gosse de politicien. Une caractéristique que j’étais obligé d’avoir pour survivre là où j’avais grandi. Mais est-ce que le fait que tout le monde le sache et que je l’assumais complètement me rendait-il plus vrai et plus sincère que la plupart des gens ? Peut-être.

En parlant d’hypocrisie, Amon ne cessait de souligner celle de Guitar&Pen.

-Il ne faut pas en vouloir aux journalistes de Guitar&Pen. Ils sont obligés de paraitre aujourd’hui mais la plupart détestent ça. C’est le directeur de Guitar&Pen qui n’est pas comme Guitar&Pen le prétend. Lui c’est un enfoiré qui n’en a rien à foutre du rock.

Je souriais. J’aimais parler en mal de beaucoup de monde. Surtout de ceux qui agissaient comme moi mais qui ne l’assumaient pas.

Le whisky était bon même si je préférais largement le vin. On est gosse de riche ou on ne l’est pas après tout. C’était aussi le moment de parler sincérité et de prouver par a+b à quel point ce mot ne correspondait pas du tout à notre métier. Sauf pour Evelyn Fallen d’après Amon. La demi-sœur de Lighter. Oui je le savais parce qu’en bon journaliste que j’étais je lisais les magazines. Rivaux ou non. Surtout le people d’ailleurs.

-C’est une tare familiale. Elle finira par comprendre avec le temps. Elle est jeune et pleine d’illusion.

Hmm ça me donnait envie de la rencontrer. Une fille sincère, jolie qui savait écrire. Peut-être que j’arriverai à casser ses illusions plus vite que mon alter-égo.

En parlant de fille jolie, la serveuse passa et je ne pus m’empêcher de lui faire un clin d’œil. Un clin d’œil qui n’échappa pas au danois. J’avais une réputation de dragueur, certes, mais ça s’arrêtais là. De dragueur de fille, je précise. Pour le reste je brouillais les pistes à gauche et à droite, je payais les potentiels témoins. Je souriais à Amon d’un sourire qui en disait long. Oui, déjà, si tu savais…

-Les serveuses commencent tôt leur service.

Voilà comment dire « oui, déjà, si tu savais » d’une manière plus floue et qui voulait tout dire sans rien dire. Ah que j’aimais ça… Attiser la curiosité et semer le doute.

Amon enchaina pour pousser plus loin la conversation. Il jouait sur mon terrain sans sourciller. Je souris à Amon montrant discrètement du doigt quelques personnes présentes.

-Eux, c’est des sénateurs de Californie. Tous des démocrates. Donc si je me sens comme un poisson dans l’eau ? Oui et non. Vois plutôt les choses comme ça : je pratique un sport que je connais sur le bout des doigts mais en terrain adverse.

Je continuais.

-Mais oui, je connais beaucoup de monde. Tous ces politiciens, les grands directeurs de plusieurs magazines.

En même temps je pointais du doigt le directeur de Guitar&Pen qui était en train de boire un verre avec celui de L.A.People. Ils rigolaient ensemble.

-Je connais quelques journalistes et quelques serveuses. Mais de nom uniquement.

Ce qui faisait que je connaissais pratiquement tout le monde sauf quelques anonymes. Je souriais plus intensément.

-Et toi Amon ? En tant que gosse de… Gosse de quoi au fait ?

Pour achever ma question et forcer le sarcasme, je devais avoir des informations. En avoir me permettrais de ne pas tomber dans le panneau de « tu es sûrement un fils de rien de tout et donc tu ne connais sûrement personne ». Non, ce n’était pas digne de moi de me tromper. Car si je me trompais le sarcasme allait se retourner contre moi comme une vague déferlante.
© Billy Lighter


I lead a reckless life and I don't need your advice ©️ Guns N'Roses


Dernière édition par Axel Moriarty le Ven 30 Jan - 18:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Amon Sørensen
Amon Sørensen


Messages : 929
Date d'inscription : 26/02/2014
Age du personnage : 32
Localisation : On the ring.

Who Am I?
Birth place: København, Danemark
Je suis: emmerdeur, fouineur, violent, incompris.
Song: Lost Cause - BleedingHeart


Two different liars [PV Amon][TERMINE] Empty
MessageSujet: Re: Two different liars [PV Amon][TERMINE]   Two different liars [PV Amon][TERMINE] I_icon_minitimeVen 30 Jan - 12:35

Two Different Liars ft. Axel Moriarty


Grâce à Axel, je commençais à comprendre la politique de Guitar&Pen. Et je commençais aussi à saisir que, comme pour les journalistes de L.A.People présents aujourd'hui, ceux de G&P qui assistaient à cette petite sauterie ce soir avaient été triés sur le volet. Je le savais, parce que, nos rivaux, je les connaissais, pour les croiser sur mes terrains de chasse. Parce qu'on courrait tous après le même gibier, notre seule différence résidait dans le traitement de l'info, dans ce sur quoi on mettait l'accent. Je mettais en évidences les vices et les mœurs des stars, tandis que G&P et, par exemple, Axel, rendait énorme des petites erreurs de style, de riff ou de lyrics.

Et vous savez quoi ? Au final, le résultat était le même. Parce que c'était ce que cherchaient nos lecteurs respectifs Et un un lecteur de G&P pouvait être aussi virulent vis-à-vis d'un artiste pour une erreur de style qu'un lecteur de L.A. People pour une tromperie.

Mais ce soir, je ne voyais aucune trace de cette jeune photographe aux cheveux roses de chez eux, ni de cet autre journaliste énorme qui se baladait toujours avec un perfecto boueux et avait les cheveux les plus longs que j'aie jamais vu chez un homme (on se demandait d'ailleurs bien où il avait pu trouver de la boue à L.A.). Bref, tout ceux qui avaient l'air « vrais » n'avaient apparemment pas été invités à participer. Ou alors, ils avaient décliné l'invitation, ce que j'aurais mieux fait de faire aussi. Mais il fallait que je maintienne ma réputation, si je ne voulais pas la voir s’écrouler comme le château de carte bancal qu'elle était.

Je hochai la tête à Axel d'un air entendu. J'avais compris. Et j'étais d'accord avec lui.

-Tant que vous lui rapportez un chiffre d'affaire suffisant, il se fout de ce que vous racontez. Comme chez nous...

C'était grâce à ce genre de laxisme de la part de nos directeurs que j'avais réussi à me débarrasser de Felberbaum...

J'étais également d'accord avec lui au sujet de Fallen. Autant sur la tare familiale que sur le fait que ça s'arrangerait avec le temps. Quoi que ? Est-ce que c'était vraiment ce que je voulais. En voyant le regard machiavélique du jeune homme face à moi, quelque chose dans mon cerveau se réveilla, comme un signal d'alarme.

Non, Moriarty... Tu n'approcheras pas de Fallen.

Pourquoi ? Parce que je voulais la protéger ou parce que je considérais qu'elle était à moi et que j'étais le seul à avoir le droit de lui mener la vie dure ?

Je détournai son attention d'Evy en saisissant le clin d’œil qu'il fit à la serveuse. Il fit une allusion qui ne laissa aucun doute, mais sans faire d'affirmation non plus. Sauf que, petit gars, je n'ai pas besoin de plus pour faire un superbe article sur toi. Étant à L.A. People et comme Axel était un journaliste connu, j'avais le loisir de pouvoir le faire, sans qu'il puisse répliquer via son propre magazine. Qu'est-ce qu'un article sur un journaliste rival viendrait foutre dans G&P ? Alors que dans L.A. People...

Mais je restais méfiant quand même. Axel n'était pas n'importe qui et il avait le bras long. Trop long pour moi. Si les rôle étaient inversés et que c'était lui qui était immigré au Danemark, là, je pourrais jouer. Pas dans notre situation actuelle. Tout ce qu'on pouvait faire, s'était s'allier, ou se lancer dans une guerre froide saupoudrez de l'hypocrisie adorée du jeune journaliste. Le problème : pour s'allier, encore devait-on avoir un ennemi commun.

Donc, en bon diplomate que je pouvais être quand je voulais, je ne fis que rigoler à l'allusion d'Axel. Tout en lui faisant bien piger que j'avais bien compris ce qu'il voulait dire.

Et changeai à nouveau de conversation, l'aiguillant sur les gens présents qu'il connaissait. En réalité, je n'osais pas parler trop longtemps du même sujet. Je ne me laissais, du coup, peut-être pas le temps de creuser, mais à lui non plus.

Évidemment, qu'il connaissait du monde. La plupart des politiciens étaient amis ou rivaux de son père et même probablement que certains étaient les deux en même temps. Quel monde merdique... Dire que j'avais toujours essayé de le fuir... Mais alors, qu'est-ce que je foutais ici, bon dieu de merde ?

Je portai mon verre à mes lèvres, buvant en suivant toujours son regard. Quand je le reposai, ce fut pour poser une nouvelle question...

-Qu'est-ce que tous ces politiciens foutent à une sauterie de Guitar&Pen ?

Je savais comment marchait le système à mon niveau, mais je n'avais jamais chercher plus haut, tant qu'on me donnait les moyens de faire ce que je voulais et que je n'avais pas trop de contrainte. Le fait était que je n'avais aucune ambition, contrairement à ce que beaucoup de gens devaient penser. La seule ambition que j'avais, c'était détruire autant de gens qu'il me serait possible jusqu'à ce que j'aie réussi à étancher ma soif de vengeance envers le système journalistique.

Mais il n'y répondit pas, pas tout de suite. Apparemment, il estimait que je posais peut-être trop de questions et que maintenant, c'était son tour. Mais je ne m'attendais pas à ce genre de question. Une question directe, sur ce que j'étais avant d'arriver ici. Merde. Personne ne s'était jamais intéressé à moi. Personne ne m'avait jamais posé de question, parce que tout le monde pensait avoir les réponses.

Ouais, parce que, finalement, qu'était Amon Sørensen hormis un connard qui ne prenait plaisir qu'à raconter des saloperies sur les gens ? Et qui, comble de l'histoire, était payé pour ça ! Sa personnalité devait s'arrêter là, pourquoi aller voir plus loin. Même Fallen ne m'avait jamais posé de questions directement. Alors que si elle l'avait fait, qui sait ? Si j'étais dans un bon jour, j'aurais peut-être daigner répondre à deux ou trois questions.

Je cachai ma surprise en prenant une grosse gorgée de whisky. Un peu trop grosse d'ailleurs, et je du me forcer pour me retenir de tousser et faire passer le truc. Merde.

Je ne pouvais pas éviter cette question. Parce que si je le faisais, Axel saurait qu'il y a anguille sous roche. Et je n'avais pas envie de ça.

Je choisis donc de dire la vérité. Et de m'en servir comme bouclier. Je finis par sourire, reprenant contenance.

-Chez moi, je suis comme toi... Mon père est Lars Sørensen, Directeur et Propriétaire de la FN København... A coté de lui, les politiciens sont des roturiers.

Je m'adossai à ma chaise, un air on ne pouvait plus fier sur le visage, comme si mon père était un Dieu... Heu... Non. C'en était un... Pas que je n'étais pas fier d'être le fils de mon père... Au contraire... Ce dont je n'étais pas fier, c'était de ne pas avoir été à la hauteur.

En le disant ainsi, je me plaçais au même niveau qu'Axel, voire même au dessus. Et j'espérais qu'en lui donnant une part de vérité, il n'irait pas plus loin.
© Billy Lighter


I'm a nightmare, a disaster, That's what they always said ©️ Simple Plan
Revenir en haut Aller en bas
Axel Moriarty
Axel Moriarty


Messages : 580
Date d'inscription : 23/01/2015
Age du personnage : 27
Localisation : L.A.

Who Am I?
Birth place: Chicago - Illinois
Je suis: un manipulateur
Song: Reckless Life - Guns N'Roses


Two different liars [PV Amon][TERMINE] Empty
MessageSujet: Re: Two different liars [PV Amon][TERMINE]   Two different liars [PV Amon][TERMINE] I_icon_minitimeVen 30 Jan - 18:23

Two different liars ft. Amon Sørensen


Dans cette petite fête, il fallait savoir distinguer les vrais hypocrites de Guitar&Pen et ceux qui était là par obligation. Et ça Amon commençait à bien le comprendre, ses hochements de tête étaient éloquents. L’argent… Oui, Amon, l’argent… C’est tout ce qui comptait en fin de compte. Je hochais la tête à mon tour. Guitar&Pen et L.A.People, même combat ! De beaux articles qui se vendent pour rapporter… Peu importait le contenu.

Et si des gens comme Evelyn Fallen et encore bien d’autre restait utopiste et cherchaient à être sincère, grand bien leur faisaient. Ce genre de personne était là pour faire croire au monde entier que les médias avaient encore un sens moral. Ils étaient une sorte de façade. Dans le cas de Fallen, c’était une façade qui m’intéressait. Vraiment, vraiment beaucoup. Et je ne doutais pas qu’Amon avait décelé une certaine envie dans mon regard.

Mais rapidement, mon esprit se détourna d’Evelyn pour pouvoir une dernière fois faire rougir ma dernière proie. Et j’envoyais une petite allusion innocente à Amon. C’était plus fort que moi. Mais l’avantage, c’est que je savais jusqu’à quel point je pouvais faire allusion à ma vie personnelle. Mais n’allais-je pas trop loin parfois ? Après tout, je ne connaissais pas si bien Amon… Jouais-je à un jeu dangereux ? Tant qu’il n’avait rien contre moi, je supposais que je n’avais rien à craindre. Il ne gagnerait rien à s’attaquer à moi. Il risquait plutôt de tout perdre. Et Amon était un gars intelligent. Il rigolait et je souriais. Ok, c’était bon… Il n’allait pas attaquer sur ce sujet-là.

Amon changea encore la conversation. Sa façon de passer d’un sujet à l’autre tout en restant dans la même ligne directrice me prouvait tout son talent de meneur d’interview. Pas étonnant qu’il était un des journalistes les plus craints de L.A.People. Il revint à quelque chose de plus proche, donc la fête d’aujourd’hui. Je lui expliquais que je connaissais presque tout le monde et que c’était normal. Il y avait des politiciens partout… Ce qui mena à l’interrogation d’Amon sur leur présence ici. La réponse me semblait évidente alors je n’y répondis pas. Média et politique… Une grande histoire d’amour/haine. Tellement légendaire cette histoire qu’ils aiment se voir souvent pour en rigoler ensemble. L’un ne peut survivre si l’autre ne survit pas… C’était aussi simple que cela. Je gardais la réponse pour plus tard, il ne fallait quand même pas laisser Amon dans l’ignorance.

Mais avant de répondre à Amon, il fallait que je pose une question. Je n’avais aucune idée de quel classe sociale venait Amon, je ne pouvais donc pas savoir s’il était potentiellement plus dangereux qu’il ne pouvait le paraitre. Je ne voulais pas tomber dans un panneau ou l’autre uniquement par ignorance. Alors je repris l’interview en main et c’était maintenant à moi de poser les questions.

L’avais-je pris de court avec ma question ? Aucune idée, mais avant de répondre, il but une grosse gorgée de whisky. Assez grosse pour se bruler la gorge. Je fis de même, je bus un peu de whisky. Merde, si ça tombe j’avais peut-être mis les pieds dans le plat et le pauvre Amon était peut-être orphelin… Je souris, c’était marrant de penser ça en fait…

Mais non… Ce n’était pas le cas. Mon sourire disparu directement quand il m’avoua être le fils du propriétaire de la FN Københaven. Sa signifiait que son père était probablement plus riche que le mien. Et plus puissant… Un directeur de la plus grosse fabrique d’arme du Danemark. Ça en jetait… Et Amon en était fier. Fuck… Mais alors que faisait-il ici ? Pourquoi n’était-il qu’un simple journaliste ? Vous me direz on aurait pu me poser la même question mais la différence entre moi et Amon c’est que le statut politique n’est pas héréditaire. Il fallait faire ses preuves. Alors que directeur d’une grande entreprise ça l’était…

Je pris un air sceptique avant d’achever mon verre d’une traite et de claquer du doigt vers ma petite serveuse pour lui demander une bouteille de vin blanc. Je me frottais légèrement le bout du nez dans un réflexe qui aurait pu trahir ma prise de coke si ça n’avait pas été si rapide et anodin.

-Tu es le fils d’un des hommes les plus puissants du Danemark…

Je n’étais pas jaloux, j’étais juste surpris. Je voyais Amon autrement. Je le voyais comme mon alter-égo sur beaucoup plus de points maintenant.

-Pourquoi tu es ici, Amon ? Sincèrement. Le pouvoir ne te disait rien ou alors tu étais le cadet ? A mon que tu as déçu ton père depuis tout petit…

Mon sourire revint. Si Amon était ici c’était pour une raison. Et je devais avouer que mon alter-égo me rendait foutrement curieux.
© Billy Lighter


I lead a reckless life and I don't need your advice ©️ Guns N'Roses


Dernière édition par Axel Moriarty le Jeu 5 Fév - 17:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Amon Sørensen
Amon Sørensen


Messages : 929
Date d'inscription : 26/02/2014
Age du personnage : 32
Localisation : On the ring.

Who Am I?
Birth place: København, Danemark
Je suis: emmerdeur, fouineur, violent, incompris.
Song: Lost Cause - BleedingHeart


Two different liars [PV Amon][TERMINE] Empty
MessageSujet: Re: Two different liars [PV Amon][TERMINE]   Two different liars [PV Amon][TERMINE] I_icon_minitimeJeu 5 Fév - 15:52

Two Different Liars ft. Axel Moriarty


Les rôles avaient été brusquement échangé. D'interviewer, je devenais interviewé. Et c'était aussi pour ça que les réunions de journalistes, les fêtes comme celles-ci, je les évitais dans la mesure du possible. Mais voilà... Ce n'était pas toujours possible. Et ça, Lars me l'avait bien fait comprendre il y avait des années de cela. J'avais 7 ans que j'essayais déjà d’esquiver les fêtes mondaines organisées par mon père ou ses alliés. Mais ce n'était pas si facile, avec les yeux verts et or de Lars fixés sur moi... Je me rappelais encore comme je fermais mes propres yeux, en essayant de faire fonctionner un maximum de cellules de mon cerveau... Pourquoi ?... Pour devenir invisible.

Et Axel, au niveau journalistes, était peut-être le plus dangereux de tous et ce pour une simple raison : il n'avait ni peur de moi, ni de ma réputation. Parce qu'il savait très bien qu'il avait les armes pour répliquer à part égale si j'attaquais. Bref, c'était la guerre froide.

Axel fut donc le premier à s'intéresser à moi... J'avais réussi à éviter ça en 11 ans de temps... Et Evy, elle, ne voulait savoir que pour flatter son propre égo. Parce que ouais, elle en avait un, et surdimensionné, à sa façon... La preuve en était qu'elle se pensait meilleure que n'importe quel journaliste de L.A.People, juste parce que, elle, elle disait la vérité... Enfin, soit disant... Comment elle pouvait savoir que les gens qu'elle interviewait ne lui disait pas des conneries ? Mais c'était un autre débat.

11 ans d'exil, et pas une seule question directe sur mon passé, sur d'où je venait. Normal, les réponses semblaient assez faciles à trouver : mon origine se trouvait directement dans mon nom, quant au reste... Bah, j'étais qu'on connard. Personne ne voulait savoir quoi que ce soit sur un connard, parce que tout tenait dans ce seul et unique mot. Un connard n'avait aucune perspective dans sa personnalité, selon l'opinion publique.

Alors, qui pouvait s'intéresser à un connard ? Si ce n'était un autre connard... J'aurais du m'y attendre.

Je fus donc pris par surprise. Mais heureusement, je sus assez aisément retourner la situation et le prendre, lui, par surprise. Et sa tête me donna presque l'envie de pousser un « yeah ! » de victoire.

Mais je me retins. Un bon mensonge recelait toujours une bonne part de vérité, m'avait un jour dit Lars alors qu'il planchait sur un contrat pour un client à l'autre bout du monde, là où la guerre faisait rage. Mais il ne fallait surtout pas que je laisse poindre que mon mensonge marchait. Bien que jusque là, je n'avais pas vraiment menti... Pas en mots. Mais bien dans la fierté que je laissais paraître.

Mais c'était tellement bon de voir disparaître brusquement le sourire si sûr de lui du jeune homme !

Ça ne dura pas longtemps, cela dit et il repris contenance assez vite. J'avais l'impression d'être devant un miroir, comme si je voyais ce que les réactions que j'avais parfois donnaient de l'extérieur.

Je hochai la tête lorsqu'il affirma presque à mi-voix que j'étais le fils d'un des hommes les plus puissants du Danemark. Je levai mon verre qui était de nouveau rempli et bu un coup. Aux yeux d'Axel, ça passerait pour une sorte de toast à mon père. Pour moi, c'était plutôt une façon de me donner le courage de continuer à penser à Lars, Freiya, et toute cette merde que j'avais laissé derrière moi.

Mais il ne me laissait pas de répit... Il fallait que je trouve le moyen de reprendre le contrôle de cette interview clandestine.

-Tu as raison, le pouvoir ne me disait rien. Leurs journées sont trop longues.

Vrai.

-Et puis mon père n'est pas près de mourir.

Vrai. Bien des gens à travers le monde allaient mourir grâce aux armes fabriquées à København et par des contrats signés de la main de Lars avant que lui ne rende son dernier souffle. Mais ce n'était pas une critique. Au contraire, il vendait des armes, ok. Mais si ça marchait si bien, c'était qu'il y avait des gens qui les achetaient. Alors quoi ? Qui était con, dans l'histoire ?

-Et enfin, j'ai une sœur qui fera le job bien mieux que moi.

Vrai et faux. Vrai parce que Freiya ferait ça à la perfection. Faux parce que Lars ne donnerait jamais la fabrique à Freiya.

Tout ça pouvait répondre aux questions d'Axel. Sans réel avenir intéressant pour moi au Danemark, il était crédible que je décide de venir jusqu'ici pour devenir journaliste.

-Je suis venu ici pour mes études... Et puis comme je me suis habitué à L.A., j'ai décidé d'y rester, jusqu'à ce que j'en ai marre...

Faux faux et faux. Mais... Who cares ?

Il était temps de reprendre le volant, maintenant. Je préférais conduire qu'être convoyeur. C'était vrai en voiture, et c'était vrai en interview. Je souris, l'air décontracté. Tout le contraire de ce que j'étais à l'intérieur. J'étais en train de me triturer les méninges, mais pas pour savoir ce que j'allais dire... Pour devenir invisible, à nouveau.

-Pourquoi, tu croyais que je venais d'où ?

Retourner les questions directement sur lui, en lui demandant, par exemple, pourquoi il ne faisait pas, lui, une foutue carrière de politicien comme son géniteur, en agrémentant le tout de quelques compliments sur sa personnalité que serait parfaite pour ce job, serait beaucoup trop suspect. Fallait que j'y aille subtilement.
© Billy Lighter


I'm a nightmare, a disaster, That's what they always said ©️ Simple Plan
Revenir en haut Aller en bas
Axel Moriarty
Axel Moriarty


Messages : 580
Date d'inscription : 23/01/2015
Age du personnage : 27
Localisation : L.A.

Who Am I?
Birth place: Chicago - Illinois
Je suis: un manipulateur
Song: Reckless Life - Guns N'Roses


Two different liars [PV Amon][TERMINE] Empty
MessageSujet: Re: Two different liars [PV Amon][TERMINE]   Two different liars [PV Amon][TERMINE] I_icon_minitimeJeu 5 Fév - 17:38

Two different liars ft. Amon Sørensen


Amon m’étonnait. Et il en fallait déjà beaucoup pour m’étonner. D’un seul coup, en une seule phrase, je le voyais différemment. Je le croyais étranger du monde que je fréquentais depuis ma naissance. Je le croyais vierge de fête comme celle-ci. Je le croyais sourd aux affaires et aux mots mielleux qui les accompagnait. Mais non, Amon devait connaitre tout ça. Il devait avoir vécu des soirées semblables à celle-ci des millions de fois. A moins que son cher père ne l’ait caché au fond d’une cave de sa grosse villa. Car, oui, les Sørensen devaient vivre dans une maison grandiose. Je me rappelle de mon père qui m’avait souvent dit que « les gens d’en bas » ne savait rien de notre monde et qu’ils suivaient aveuglément chef d’Etat, multinationales et lobbyistes. Et jusqu’à cet instant je croyais qu’Amon faisait partie de ces « gens d’en bas ». Mais non… Il savait tout. Et le fait que je ne m’en rende compte que maintenant blessa un peu mon égo. Parce qu’il se cachait mieux que moi…

Il venait donc d’une famille énormément riche. Son père était maitre d’un empire. Celui des armes. Alors pourquoi Amon c’était enterré à L.A. dans la peau d’un journaliste (people de surcroit) détesté de toutes les stars ? Là était la question ! Un fils cadet ? Un fils renié ? Un fils qui s’en foutait ? Ou bien c’était juste un « fuck you » envoyé à son père ? Toutes les raisons étaient valables pour moi tant qu’il me disait laquelle et je n’allais pas le lâcher.

Je donnais toute l’intensité possible dans mon regard alors qu’Amon m’apporta des réponses. Le métier et le pouvoir ne l’intéressait pas. Bonne raison. Son père n’était pas près de mourir. Toute chose a une fin, Sørensen, même les pires enfoirés mourraient un jour. Et, enfin, il avait une sœur meilleure que lui. Là, je plissais un peu plus les yeux dans un regard un peu dubitatif. Pas que je doutais qu’une femme ne soit pas meilleur en vente d’armes qu’Amon, non. Mais j’étais sceptique… C’était rare voir controversé de léguer son empire a une femme quand il y avait un fils qui suivait. Très rare… Impossible…

-Tu devais vraiment être nul pour que ton père choisisse ta sœur à ta place pour la succession. C’est un acte désespéré tout de même.

Je souriais encore buvant de temps à autre mon verre de vin. Le ton de ma voix montrait à quel point je trouvais qu’il me manquait quelques informations importantes. Et je restais sur l’idée qu’il devait avoir eu de l’eau dans le gaz avec son père. Ou autre chose… Amon cacherait-il un petit secret ? Parce que moi j’avais bien fuis mon père et son métier à la con, mais un secret j’en avais un. Pourquoi ce serait différent pour Amon ?

Donc, il était ensuite venu se perdre à L.A. pour ses études. Et « tombant amoureux » de la ville il est resté et es devenu journaliste.

-Belle histoire… Un type nul en affaire et nul en orthographe qui devient journaliste. C’est bien beau…

Il devait être persuasif le petit Amon pour s’être fait engagé chez L.A.People. Je me demande bien comment ça est arrivé. Bah, il suffira que je demande à son parton…

J’en avais assez profité. Ou plutôt, Amon jugea que j’en avais assez profité parce qu’il reprit directement le cours de « l’interview ». Il décréta que c’était à son tour de poser des questions. Vas-y, renvoie moi ce que je t’ai envoyé… Vas-y, je suis prêt !  Mais sa question, je ne l’avais pas vraiment anticipé. Je m’attendais à autre chose. Je bu mon vin d’un coup et m’avançai un peu sur la table pour être plus proche du journaliste.

-Sincèrement ?

Je reculai ensuite m’affalant un peu sur le dossier de ma chaise ma main accrochée à nouveau à mon verre de vin.

-Un type qui viens d’une famille ni pauvre, ni aisé et qui essaye que son nom reste dans les annales comme étant le pire enfoiré que le journalisme ait connu.

Et à part la classe sociale j’avais l’impression de ne pas être si loin de la vérité.

-Mais tu n’es en fait qu’un gosse de riche qui a décidé de ne pas suivre les traces de son père et qui, pour une raison inconnue, cherche à… Rester dans les annales comme étant le pire enfoiré que le journalisme ait connu.

Tiens ça me rappelait quelqu’un… Ah, oui, moi ! Sauf qu’Amon n’était pas connu aux Etats-Unis et qu’il n’avait pas les manières d’un gosse de riche… Je pris ensuite un air un peu pensif, presque innocent.

-J’aimerai bien rencontrer ta sœur… Elle doit en avoir des compétences…

Provocation innocente? Non, non… Une réelle et bien méchante provocation.
© Billy Lighter


I lead a reckless life and I don't need your advice ©️ Guns N'Roses


Dernière édition par Axel Moriarty le Lun 9 Fév - 18:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Amon Sørensen
Amon Sørensen


Messages : 929
Date d'inscription : 26/02/2014
Age du personnage : 32
Localisation : On the ring.

Who Am I?
Birth place: København, Danemark
Je suis: emmerdeur, fouineur, violent, incompris.
Song: Lost Cause - BleedingHeart


Two different liars [PV Amon][TERMINE] Empty
MessageSujet: Re: Two different liars [PV Amon][TERMINE]   Two different liars [PV Amon][TERMINE] I_icon_minitimeSam 7 Fév - 17:16

Two Different Liars ft. Axel Moriarty


Je savais que le jeu que l'on jouait maintenant était délicat. Et d'ailleurs, c'était bien malgré moi que j'y jouais, pour une fois. Normal, d'habitude, c'était moi qui décidait quand et avec qui jouer. Mais là, je n'avais pas le choix. C'était jouer, ou s'écraser. Et je n'étais pas près de m'écraser. Pas devant Axel. Parce qu'il était encore à un niveau avec lequel je pouvais tenter de rivaliser.

Mais c'était un jeu dangereux. Parce que ne pas donner assez de détails à Moriarty pourrait le pousser à poser des questions plus dangereuses encore, plus poussées et plus précises, qui ne me laisserait pas de place pour extrapoler. Mais si j'en donnais trop, je risquais de me contredire ou de ne pas être cohérent. Et là résidait à la fois le challenge et ce qui me foutait la trouille.

Je marchais sur des œufs.

Et je compris que j'étais déjà aller trop loin en donnant beaucoup trop de détails sur le pourquoi je n'avais pas décider de reprendre l'empire de mon père quand Axel fronça les sourcils, sceptique. Tout pouvait être crédible... Sauf Freyia. Mais ma fierté envers elle m'avait pousser à la mettre en avant, elle, et ses capacités pour marcher dans les traces de Lars.

Il disait que je devais être vraiment nul pour que mon père choisisse Freyia... Jusque là, ça allait, c'était facile de répondre à ça. Et ce n'était pas vraiment mentir non plus.

-Qui a dit que c'était lui qui avait choisis ?

C'était vrai. Je pouvais avoir choisi de partir sans lui en laisser le choix. Je pouvais avoir choisi de laisser ma place à Feyia pour être tranquille. Tout comme Freyia pouvait vraiment avoir fait ses preuves. Et mieux encore, ce pouvait être les partenaires et les clients de mon père qui pouvaient avoir choisis, de façon tacite, en préférant simplement ma sœur. J'avais cet avantage qu'Axel ne pouvait pas savoir ce genre de chose. Ma réponse sous forme de question ne laissait pas la place à une seule chose : l'hypothèse que Lars ait eu l'esprit ouvert.

J'avais souris en la posant, cette question. Il fallait que je garde cette impression de fierté. Si celle-ci s'écroulait, ce serait mon masque entier qui tomberait. D'ailleurs, Axel trouvait mon histoire bien belle... Une remarque sur mes capacités orthographique fusa, mais ne me toucha pas vraiment. Je commençais sérieusement à avoir l'habitude. Et puis c'était devenu une marque de fabrique, presque.

Mon sourire s'allongea, découvrant légèrement mes dents.

-Nul en affaire, nul en orthographe, mais qui a le bras long. Tu es bien placé pour savoir que ça suffit pour faire à peu près ce qu'on veut, si on s'arrange pour que ça ne s'ébruite pas trop.

Pas comme ça, du moins. Il fallait une réputation pour être craint, c'était ce que je pensais. Mais il fallait que cette réputation soit bien construite. Tout ça, c'était la théorie. Mon père avait une réputation très bien construite : il était craint et respecté. J'avais essayé de faire la même chose chez L.A. People, et j'avais merdé : j'étais craint, ouais... Mais pas respecté. Billy Lighter avait appelé ses fans à me tuer et Evelyn Fallen s'amusait à essayer de me tenir tête à longueur de journée.

A partir de là, j'avais essayé de reprendre l'interview en main, subtilement pour qu'Axel ne se sente pas en danger. Pour ça, je gardait la conversation ciblée sur moi, mais vue à travers son esprit à lui.

Je rigolai devant les hypothèses qu'il m'exposa. Hypothèses qui avaient toujours la même conclusion.

-C'est le résultat qui compte, non ? Et c'est plutôt réussi...

Rester dans les anales, j'y resterais. Comme le plus grand trou du cul de L.A. People et qui, en plus, ne savait pas écrire. Et c'était bien le but : décrédibiliser la presse. Et un connard pouvait y suffire.

Je crus bien que j'allais avoir droit à une petite pause pour remettre mes idées en place quand Axel pris un air pensif. Ouais, c'est ça, pense, rappelle-toi que t'as autre chose à foutre que de m'emmerder et tire-toi. Reviens quand je serai prêt, et dans un autre environnement.

Mais plutôt que de me laisser mettre mes idées en place, il prononça quelques mots. Quelques mots qui suffirent à mettre mon cœur et mes neurones sans dessus-dessous. Cerveau reptilien en mode « on »... Pour le reste, ce fut le blackout. Y avait pas besoin de me faire un dessin pour que je comprenne l'allusion de Moriarty.

Je me projetai brusquement en avant, l'attrapai par ses cheveux raides, et lui cognai la tête sur la table, brusquement, avant de le lâcher aussi vite que je ne l'avais attrapé. Bien des regards s'étaient tournés vers nous, et je levai les mains en signe d'apaisement alors que personne ne bougeait, ne comprenant pas ce qui venait de se passer.

Mais comme personne ne voulait que cette fête soit dans les journaux le lendemain pour une affaire autre que des serrages de mains, tous ces gens bien élevés se détournèrent bien vite de nous, faisant comme si rien ne s'était passé.

J'avais agis sur un coup de sang, et c'était une erreur, je le savais. Mais c'était trop tard. Mais quelque chose me rassurait quand même : il y avait quelques années, pour la même réflexion, Axel aurait été bien plus arrangé.

Je me levai et soulevai mon interlocuteur par le col de son costard pour l'aider à se lever à son tour. Le choc lui avait un peu ouvert le front. Je sifflai dans mes dents alors que la pression en moi redescendait et que je sentais les cases de mon cerveau se ranimer une à une.

-Vient, on va nettoyer ça avant que t'en foute partout.

On traversa la salle, les convives nous suivant discrètement des yeux, et on alla se réfugier dans les chiottes. Le calme me fit du bien. Je fermai la porte derrière nous et m'appuyai sur la porte de tout mon poids. Personne ne pourrait rentrer sans forcer.

-T'aurais pas du dire ça, Moriarty.
© Billy Lighter


I'm a nightmare, a disaster, That's what they always said ©️ Simple Plan
Revenir en haut Aller en bas
Axel Moriarty
Axel Moriarty


Messages : 580
Date d'inscription : 23/01/2015
Age du personnage : 27
Localisation : L.A.

Who Am I?
Birth place: Chicago - Illinois
Je suis: un manipulateur
Song: Reckless Life - Guns N'Roses


Two different liars [PV Amon][TERMINE] Empty
MessageSujet: Re: Two different liars [PV Amon][TERMINE]   Two different liars [PV Amon][TERMINE] I_icon_minitimeLun 9 Fév - 18:14

Two different liars ft. Amon Sørensen


Les raisons qui avait empêché ou poussé Amon à ne pas reprendre, dans le future, l’entreprise de son père était assez floues. Il y avait bien sa sœur mais ça ne semblait pas crédible. Une femme qui reprend l’entreprise de son père, surtout quand il s’agit d’une entreprise d’armes, est peu crédible. Mon scepticisme perçait alors que je remettais en cause les compétences d’Amon en raison du choix de son père pour sa sœur. Ce qu’il me répondit semait le doute. D’après Amon ce n’était pas vraiment son père qui avait choisis. Qui d’autre que lui ? Les compétences naturelles de sa sœur était-elle exceptionnelles au point qu’il n’y avait aucun doute sur le choix et que donc il s’imposait de lui-même au vieux Sørensen ? Ou bien Amon avait catégoriquement refusé et donc son père n’avait d’autre choix que sa fille ? Difficile à dire tant Amon essayait de brouiller les pistes et tant les possibilités pouvaient être nombreuses. Et il allait résister alors pourquoi forcer le passage ? J’y reviendrais peut-être plus tard quand il sera plus éméché. Je me contentais donc de hausser les épaules non sans sourire.

Et je préférais envoyer un bon vieux sarcasme au lieu d’être sérieux. Amon avais de sacré lacune en orthographe, probablement parce que l’anglais n’était pas sa langue maternelle. Mais le danois, malgré ses défauts mis en avant le fait qu’il avait le bras long.

-Le pouvoir des contacts et de la réputation !

J’étais d’accord avec lui sur le coup. C’était notre points communs (un des…). Et cette petite parenthèse me fit perdre le contrôle de mes questions. Amon sauta sur l’occasion pour reprendre la main et me questionner à son tour. Sans avoir vraiment peur de sa question, je lui donnais ma pensée réelle et tout ça menait de toute manière au même résultat. Peu importe ce qu’était Amon, au fond, ce qui comptait c’était que j’avais bien compris ce qu’il voulait devenir.

-Plutôt réussit ? C’est un succès total, ouais !

But atteint Amon ! Tu n’as plus qu’à te fixer d’autres objectifs comme celui de bien écrire. Peut-être qu’à ce moment-là tu pourras arriver à mon niveau.

Je cherchais maintenant, à mon tour, à reprendre les choses en main. Et quoi de plus efficace qu’une petite provocation ? Il m’avait parlé de sa sœur, pourquoi ne pas jouer sur ce terrain-là ? Et je lançai les dés. Parce là provoque c’était comme le 421, tu perds ou tu gagnes. Et… BAM. C’était le bruit que venait de faire ma tête quand elle heurta la table. J’avais perdu ? Non… Pas vraiment, j’avais juste mal calculé mon coup. J’avais trop dosé.

Je relevais la tête doucement me tenant le front alors que mes cheveux, au départ gominé en arrière, retombais légèrement devant mon front. Je regardais Amon alors que j’étais un peu abasourdi.

-T’es dingue !

Les regards, maintenant posés sur nous, ne me posaient pas de problème. En général, ce qui se passait dans ce genre de fêtes restait dans ce genre de fêtes et ne filtrait pas. Ca entretenait le mythe en quelques sortes.

Ma tête me faisait mal et je tirais ma main de mon front. Ca saignait un peu. Pas de quoi en faire un drame mais le geste avait été si soudain que j’étais un peu sonné. C’est noté : le sujet sœur d’Amon était une très mauvaise idée… Il y tenait sûrement beaucoup. Rien qu’avec son geste, je venais d’en apprendre autant sur lui que sur les relations qu’il entretenait avec sa sœur. Bien joué, Moriarty !

Amon me souleva par le col. Il m’entraina vers les toilettes que j’avais quitté tout à l’heure. Amon s’appuya contre la porte alors que j’ouvris le robinet, appuyant mes deux mains contre l’évier et regardant mon front ouvert et un peu bleu dans le miroir. « T’aurais pas dû dire ça, Moriarty ! ». Je ne me retournai pas.

-On peut dire que tu ne sais pas garder ton sang-froid, toi !

Je souriais d’un sourire carnassier. Amon pouvait le voir dans le miroir de là où il était. Moi, je le regardais lui à travers la glace.

-Je ne faisais que glorifier les compétences de ta sœur en matière d’affaire. Je ne voulais pas l’offenser.

C’était un peu ironique il fallait le dire. Je savais très bien où Amon voulait en venir. Je me mouillais la figure avec l’eau avant d’éteindre le robinet et me retourner vers Amon.

-Je ne m’attendais pas à une réaction pareille ! Tout le monde se disait déjà que tu étais un connard, mais là ils vont se dire que tu es un connard violent.

Je souriais, frottant à nouveau mon nez me ma main gauche mais bien moins discrètement que tout à l’heure. Le coup à la tête m’avais fait perdre quelques-uns de mes repères, dont celui que je devais « paraitre » devant Amon.

-C’est pour ça que tu es partis ? Parce que tu étais incapable de supporter les railleries de ses enfoirés d’hypocrites d’hommes d’affaires et que tu risquais de leur casser la gueule à tout moment ?

C’était un hypothèse…
© Billy Lighter


I lead a reckless life and I don't need your advice ©️ Guns N'Roses


Dernière édition par Axel Moriarty le Ven 13 Fév - 17:18, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Amon Sørensen
Amon Sørensen


Messages : 929
Date d'inscription : 26/02/2014
Age du personnage : 32
Localisation : On the ring.

Who Am I?
Birth place: København, Danemark
Je suis: emmerdeur, fouineur, violent, incompris.
Song: Lost Cause - BleedingHeart


Two different liars [PV Amon][TERMINE] Empty
MessageSujet: Re: Two different liars [PV Amon][TERMINE]   Two different liars [PV Amon][TERMINE] I_icon_minitimeMar 10 Fév - 16:26

Two Different Liars ft. Axel Moriarty


Axel était sceptique quant à mon choix de carrière, toujours. Mais il pouvait toujours essayé de creuser, j'avais eu le temps d'enterrer les cadavres depuis longtemps et en prime, de couler une dalle de béton par au dessus. Affaire classée. Mais j'étais quand même toujours obligé de surveiller le périmètre afin que des types comme le jeune journaliste ne débarquent pas avec avec des bulls pour une petite opération excavation... Mais jusque là, j'avais réussi à faire fuir tout qui s'était un peu approché de ma zone de contrôle.

Quoi que... Ce qui suivit fut une attaque frontale. Qui me fit justement perdre le contrôle. Trois petites secondes avaient suffit.

Un succès total... Mouais... Non... Pas vraiment. Ouais, j'avais la réputation d'être le pire enfoiré que le journalisme ait connu. Mais ce n'était pas ce que j'étais vraiment. Et ce que je venais de faire, soit éclater la tronche d'un gosse de sénateur sur la table, le prouvait. Mais encore une fois, ça ne faisait ressortir qu'une partie de ce que j'étais vraiment... Et ce n'était pas forcément la meilleure.

J'escortai le jeune homme un peu brutalement jusqu'aux toilettes et barricadai la porte avec mon propre corps. Axel n'était pas à la mort, mais il garderait la trace de notre... pff, pouvait-on appeler ça une « altercation » ? En tout cas, il allait garder une belle bosse pendant toute la soirée et quelques jours à venir.

Je ne me rendis compte que je transpirais que quand je croisai le regard d'Axel à travers le miroir. Un regard brun qui ne perdait jamais le nord. Je secouai négativement la tête quand il dit que je ne savais pas garder mon sang-froid, l'approuvant du même coup. Il était un peu trop tard pour nier maintenant... Ça n'aurait servi qu'à me rendre ridicule... Et à donner des raisons à Axel de me railler... Et c'était bon, là, je lui en avais déjà donné assez.

Je frottai ma figure d'une main, m'appuyant toujours sur la porte, alors qu'Axel en rajoutait une couche. Mais heureusement, mon premier coup de sang m'avait, quelque part, tellement foutu les jetons que mon corps était incapable de remettre ça. J'avais été trop loin une fois, et alors que Freyia n'était même pas impliquée. J'allais aller où, si ça recommençait ici ?

Tout ce que j'arrivai à faire, c'est feindre un rire dont je voulais qu'Axel comprenne que c'était vraiment pas le moment.

-Ah Ah Ah...

Mais par contre, il avait raison quand il disait que tout le monde me prenait pour un connard... Et que maintenant, j'allais être décrit comme violent. Je haussai les épaules.

-Les seuls à pouvoir mettre ça par écrit ici sont les journalistes de mon propre magazine. Et s'ils avaient été capables avant de raconter ce genre de truc dans un article, ils ne le feront plus maintenant qu'ils savent que j'en suis réellement capable.

Je me décollai légèrement de la porte, comme pour voir si celle-ci n'allait pas s'ouvrir dès que j'allais la quitter. Puis, voyant que ça avait l'air bon, je m'approchai de l'évier juste à côté de celui qu'occupait Axel et me regardai, comme lui, dans le miroir. Je ris jaune quand Axel me demanda si c'était ça qui avait fait que je m'étais taillé, loin.

-Quelque chose dans ce genre-là, ouais.

Prudence ou pas, Axel n'avait pas remis Freyia sur le tapis. Qui pourtant, était à l'origine de ma brusque crise de violence.

Je me regardai droit dans les yeux. Leur couleur était semblable à ceux de Lars, mais je n'avais pas la même froideur dans le regard. Il y avait quelque chose d'incertain dans le mien. Et autre chose sur lequel j'arrivais pas à mettre de mots. Comme si j'étais deux personnes superposées, pendant un instant. Puis ça disparu. Je secouai la tête.

Je me détournai du miroir, m'appuyant sur le lavabo et croisant les bras pour regarder Axel se dépatouiller avec son front.

-T'es bien conscient que tu vas pas pouvoir cacher ça.

Je souris.

-A moins que tu ne trouves une femme dans l'assistance pour te prêter du maquillage, et encore...

Je me reprenais, petit à petit. Je soupirai, mais en souriant.

-Je serai peut-être un connard violent pour tous ces hypocrites à partir de maintenant, mais toi, Moriarty... Tu seras un connard qui est allé trop loin.

J'avais désigné la bosse sur son front en disant ça.
© Billy Lighter


I'm a nightmare, a disaster, That's what they always said ©️ Simple Plan
Revenir en haut Aller en bas
Axel Moriarty
Axel Moriarty


Messages : 580
Date d'inscription : 23/01/2015
Age du personnage : 27
Localisation : L.A.

Who Am I?
Birth place: Chicago - Illinois
Je suis: un manipulateur
Song: Reckless Life - Guns N'Roses


Two different liars [PV Amon][TERMINE] Empty
MessageSujet: Re: Two different liars [PV Amon][TERMINE]   Two different liars [PV Amon][TERMINE] I_icon_minitimeMer 11 Fév - 12:47

Two different liars ft. Amon Sørensen


Donc le sang-froid n’était pas le fort d’Amon. Ma blessure et son approbation en était l’ultime preuve. M’être fait avoir de cette manière ne m’avait pas vraiment plut malgré le fait que j’en savais maintenant beaucoup plus sur Amon. C’est pour ça que j’en rajoutais une petite couche afin de bien montrer que ce coup ne m’avait pas déstabilisé.

Et l’humour que j’employais pour dire à Amon que maintenant tout le monde allait le prendre pour un connard violent ne faisait rire que moi. Amon n’était pas du tout d’humeur, ça se voyais à sa façon de se tenir et au fait qu’il transpirait. C’était clair que ce qu’il venait de se passer l’avait un peu déstabilisé. Et moi, hormis mes tics qui revenaient de temps en temps sans crier gare, je restais plutôt calme. Une chose : Amon ne craignait pas ses collègues, c’était ses collègues qui le craignaient. Il se disait donc hors de danger.

-Je me doute… Ils auront trop peur de finir la tête sur la table.

Je rigolai me retournant à nouveau vers le miroir alors qu’Amon se place à côté de moi. Personne n’ouvrit la porte. Personne ne nous avait suivis. J’étais seul avec Amon dans les toilettes. Et ça me faisait rigoler intérieurement. Je crois que si Amon savait tous mes secrets il ne resterait pas ici. Soit, c’était le moment d’attaquer à nouveau et de mettre en lien cet incident avec notre conversation précédente. Amon rigolais jaune, je le mettais décidément bien mal à l’aise le pauvre. Mais sa réponse restait digne de la meilleure des langues de bois. Je n’allais rien tirer de cette réponse hormis le fait que le facteur « violent » était pour quelque chose. On se regardait tous les deux chacun dans le miroir en face de nous. Une image symbolique du narcissisme ? Certains artistes auraient pu dire ça. Mais moi, c’était plutôt cet horrible bosse ensanglanté qui m’ennuyais alors qu’Amon ça semblait être son propre reflet. Il quitta ses pensées pour me regarder et reprendre un peu de contenance pour railler ma blessure. Je souris.

-Pourquoi cacherais-je une blessure de guerre ? Je pourrais inventer un tas d’histoire où je suis le héro pour justifier ça.

Et non, je n’ai pas besoin de maquillage !

-Puis me maquillage ça tue la peau !

Il m’attaqua encore reprenant mes propres paroles pour me les renvoyer à sa sauce. Il n’avait pas tort. J’avais été trop loin parce que je ne savais pas les limites d’Amon.

-Trop loin ? Oui, connaitre les limites des autres c’est faire un grand pas vers une victoire future !

Je lui fis un clin d’œil provocateur. C’est là qu’entrèrent, collé l’un à l’autre le directeur de Guitar&Pen et une fille qui n’était autre que la femme du directeur de L.A.People. Ils se tenaient la main. Je souriais sadiquement alors que le regard du directeur croisa le mien et celui d’Amon.

-Boss ! Alors comment va la fête ?

Augmentation en vue !!!!

-Amon, je te présente le directeur de Guitar&Pen.

J’envoyais un regard satisfait à Amon alors que le directeur balbutiait des mots incompréhensible signe de sa surprise de nous voir ici à le prendre en flagrant délit.
© Billy Lighter


I lead a reckless life and I don't need your advice ©️ Guns N'Roses
Revenir en haut Aller en bas
Amon Sørensen
Amon Sørensen


Messages : 929
Date d'inscription : 26/02/2014
Age du personnage : 32
Localisation : On the ring.

Who Am I?
Birth place: København, Danemark
Je suis: emmerdeur, fouineur, violent, incompris.
Song: Lost Cause - BleedingHeart


Two different liars [PV Amon][TERMINE] Empty
MessageSujet: Re: Two different liars [PV Amon][TERMINE]   Two different liars [PV Amon][TERMINE] I_icon_minitimeMer 11 Fév - 19:36

Two Different Liars ft. Axel Moriarty


Je me regardais dans le miroir, me disant qu'il y avait une chose que je ne pigeais pas : pendant 11 ans, les choses étaient allées relativement bien et pourtant, il y avait eu des périodes où ça avait été vraiment difficile. L'université, déjà. Où ma seule bouée de sauvetage avait été Timmy Evans. Et puis tous ces autres moment où sans Freyia, je m'étais sentis complètement perdu. Mais jamais je n'avais été réellement violent. J'avais failli plusieurs fois, la dernière en date étant cette fois où j'avais dégommé ce gars qui m'avait provoqué lors d'un tournois de boxe illégal. Et devant la jeune photographe de MTI, en plus. Mais ça avait été sans conséquence... Quand on fait de la boxe, faut s'attendre à prendre des coups.

Mais aujourd'hui, c'était différent... Parce que les témoins étaient différents. J'étais en train de compromettre mon propre territoire, soit, les gens avec lesquels je travaillais. Et ça, c'était pas bon, pas bon du tout.

Mais ça n'expliquait pas pourquoi ça arrivait maintenant. Pourquoi j'arrivais mieux à me contenir avant. Et la réponse me sauta aux yeux. C'est ça, qui fit que j'arrêtai de regarder mon reflet pour me tourner vers Axel et attaquer encore.

La réponse était simple, en fait, une fois qu'on s'en rendait compte et qu'on arrivait à la formuler... Au départ, quand j'étais arrivé à L.A. et puis quand j'avais été diplômé, c'était moi le jeune gars qui devait faire ses preuves, quitte à détruire les anciens qui avaient pignon sur rue en tant que journalistes. C'était moi qui pouvait jouer d'arrogance, de stratégie, chercher les failles et foncer dedans quand je les trouvais.

Mais maintenant, j'avais passé le cap de la trentaine, ce qui, dans le business, revient à être aussi vieux que dans un sport de haut niveau. Et surtout, des plus jeunes arrivaient sur le marché. Des plus jeunes comme Axel, qui se croyaient et étaient tout puissants... Parce que leur jeunesse leur permettait de guérir plus vite, de se reprendre plus vite... Et même s'ils étaient lents, ils avaient un truc qui commençaient à me manquer pour se rattraper : le temps.

Et c'était plus difficile pour moi que pour n'importe quel autre connard de trente ans... Pourquoi ? Parce que je n'étais pas vraiment un connard... Bien que j'aurais voulu l'être... Si je l'avais été, je serais probablement au Danemark, à vendre des armes en compagnie de Lars.

Du coup, j'attaquais, encore et encore. Et j'avais devant moi un adversaire assez habile pour savoir à quel point mon cas était désespéré. Et au final, ses mots me rassurèrent. Je n'étais pas encore tout à fait perdu. Parce que si les réponses d'Axel n'avaient pas été aussi satisfaisantes, j'étais près à parier que j'aurais quitté la fête sur le champ. J'aurais pris la Mustang et aurait roulé jusqu'au loft de Ginger... Et je lui aurais tout déballé, sans mentir.

Heureusement, il était aussi perturbé par ce que je lui avais infligé que moi par ce qui s'était passé. 50/50... J'étais encore dans la course.

Il commençait même à me faire rire. Jaune d'abord, puis un peu plus franchement... Parce qu'il ne cachait pas vraiment son jeu, avec moi. Il me considérait donc comme un égal et non pas comme une cible à détruire. Non, ça, c'est toi qui le fait, Amon. Le seul qui est toujours en guerre, dans l'histoire, c'est toi.

Il avait bien compris que personne chez L.A. People n'oserait prononcer un mot sur ce qu'ils venaient de voir, justement parce qu'ils venaient de voir ce qui pourraient leur arriver si c'était le cas. Quant à lui, ben, il pouvait raconter ce qu'il voudrait quant à sa « blessure de guerre ». Et en plus, il semblait contre l'idée du maquillage. Et c'est d'abord ça qui me fit rire franchement.

-On est précieux à ce que je vois.

C'était un sarcasme sans en être un... Axel avait grandit dans le paraître, l'image et c'était normal que son physique lui soit important... Et pourtant, si j'avais vraiment su...

Mon rire un peu moqueur se changea cependant en rire complice quand il dit quelque chose qui ressemblait à « j'ai perdu cette bataille, mais pas la guerre »...

Bon, j'étais peut-être pas le seul à être en guerre, finalement...

-T'es jeune... Mais t'as plus grand chose à apprendre...

A la limite, c'était même moi qui avait à apprendre de lui. Parce que lui n'avait pas rejeté l'hypocrisie. Il l'avait adoptée, en avait fait une partie de lui... Et en avait fait une arme surpuissante. C'était ce que j'avais essayé de faire aussi, mais beaucoup trop tard... Ça aurait été plus facile si je n'avais pas eu cette timidité qui me caractérisait quand j'étais môme.

J'allais revenir sur un truc qu'il avait dit et qui ne me venait à l'esprit que maintenant... Mais avant que j'aie pu ouvrir la bouche, c'est la porte des chiottes qui s'ouvrit. Et là, un sourire sadique se dessina sur mon visage. Qui c'est que v'la ??? Le directeur de G&P et Madame L.A.People ! Vive le scoop !

Je parlai pratiquement en même temps qu'Axel.

-Tout se passe bien, Madame ?

Alors là, pour mal tomber, ils auraient pas pu faire mieux, même dans mes rêves les plus fous. Sincèrement, j'avais du mal à me retenir de jubiler. Augmentation en vue !!!

La femme, la quarantaine environs, eu un sourire raide, mal à l'aise... C'est là qu'Axel me présenta le directeur de chez G&P, comme si je ne savais pas qui il était. Mais je jouai le jeu et serrai la main de l'homme qui était raide comme un piquet lui aussi.

-Ravi de vous rencontrer, j'adore ce que vous faite !

Hypocrisie quand tu nous tiens !

Puis, je désignai à mon homologue la femme tirée à quatre épingle, et qui, pour le coup, risquait de ne plus l'être longtemps.

-Axel, je te présente la charmante épouse du directeur de L.A.People.

Je fis claquer mes deux mains entre elles.

-Bon, et bien, nous allons y aller, n'est-ce pas, Axel ?

Je précédai Axel et lui ouvrit la porte pour l'inviter à sortir et à laisser les deux tourtereaux entre eux. Quand Axel enquilla, je le suivis dans la salle. Mais comme on avait l'air d'à nouveau bien s'entendre, notre petit incident ne resterait que ce qu'il était : un petit accrochage.

Je choppai deux coupes de je-sais-pas-quoi sur un plateau qui passait et en donnai un à Axel. Nous fîmes s'entrechoquer nos verres.
-Dis-moi... Ta petite « blessure de guerre »... Tu vas pouvoir raconter plein d'histoires dont tu es le héros, c'est bien ça que tu as dit...

Je désignai l'ensemble de la salle d'un geste.

-Mais tu n'as pas peur de ce qu'ILS vont raconter ?

© Billy Lighter


I'm a nightmare, a disaster, That's what they always said ©️ Simple Plan
Revenir en haut Aller en bas
Axel Moriarty
Axel Moriarty


Messages : 580
Date d'inscription : 23/01/2015
Age du personnage : 27
Localisation : L.A.

Who Am I?
Birth place: Chicago - Illinois
Je suis: un manipulateur
Song: Reckless Life - Guns N'Roses


Two different liars [PV Amon][TERMINE] Empty
MessageSujet: Re: Two different liars [PV Amon][TERMINE]   Two different liars [PV Amon][TERMINE] I_icon_minitimeVen 13 Fév - 17:19

Two different liars ft. Amon Sørensen


Amon était plus détendu parce qu’il arrivait à faire de l’humour sur ma superbe bosse que j’arborais sur le front. Je reniais le maquillage pour pouvoir prétendre à une blessure de guerre. C’était bien plus intéressant. Amon rigola de plus belle devant mon intérêt pour ma peau. J’avais une image, je me devais de la garder. Je souris devant sa remarque.

-Il faut bien ! Je ne voudrais pas me laisser aller.

Faisais-je référence à la barbe de trois jours d’Amon ? Ouais peut-être. Moi qui me rasait toujours de prêt je ne devais pas prendre exemple sur le danois. Et pour ce qui était de notre petite altercation, je me disais que j’avais loin d’avoir perdu la guerre et la remarque d’Amon me flatta un peu. J’avais beaucoup appris en effet. Je ne fis que sourire encore plus n’ajoutant rien.

On fut d’un coup coupé dans notre petite bataille. Mon cher directeur et la femme du directeur d’Amon entrèrent et furent pris en pleine adultère. De quoi attisé ma totale attention. Et celle d’Amon. Alors que je saluais mon boss, Amon saluait la femme du sien. Je souriais, il souriait. On était en telle position de force qu’on s’en délectait aussi. Je présentais mon boss à Amon et Amon me présenta la femme du sien. Oh que je jubilais ! Alors que mon boss et sa maitresse étaient tellement crispé qu’on aurait pu les croire malades.

-Bonsoir Madame. Vous êtres ravissante !

Je la saluais comme on saluait les dames de pouvoir. Mais dans cette petite pièce, elle n’avait de pouvoir que le titre car c’était moi qui avait la main maintenant. Moi et Amon. Comme quoi le pouvoir est relatif. Mais ce n’était pas le moment de négocier. Non, il était trop tôt. Il fallait les laisser crever de trouille avant de négocier une éventuelle augmentation. Amon avait lu dans mes pensées car il décida qu’il était temps qu’on s’en aille.

-Oui, on a encore quelques verres à boire et quelques mains à serrer.

Je souris une dernière fois à mon boss avant de passer la porte que m’avait ouvert Amon. Il choppa une coupe sur le chemin, on trinqua et j’en bus la moitié d’un coup. Cette soirée était bien plus intéressante qu’elle ne semblait l’être au départ. J’avais appris beaucoup de chose et j’avais bien mérité un remontant.

Mais ce n’était pas fini, Amon repris la conversation là où on l’avait laissé. Il ne perdait pas le nord c’était clair. J’achevai ma coupe et la posa sur le plateau d’un serveur qui passait par là pour ensuite m’allumer une cigarette. Amon souleva un problème, car autant lui ses collègues le craignait, autant moi il ne faisait que me critiquer… Oui mais…

-Non, je m’en fiche. Que veux-tu qu’ils racontent ? Que je suis un provocateur ? Je pense que ça tout le monde le sait déjà. Je n’ai rien à cacher, moi.

Faux ! Mais ça Amon ne le savait pas. J’avais gratté la coquille du journaliste de L.A.People mais lui n’avait pas cherché à creuser la mienne parce que je paraissais trop bien. J’avais ça dans la peau. J’aurais pu faire un très bon acteur.

-Tu vas demander une augmentation de combien ?

Je souris, je voulais savoir combien il serait prêt à demander à la femme de son boss pour fermer sa gueule.
© Billy Lighter


I lead a reckless life and I don't need your advice ©️ Guns N'Roses
Revenir en haut Aller en bas
Amon Sørensen
Amon Sørensen


Messages : 929
Date d'inscription : 26/02/2014
Age du personnage : 32
Localisation : On the ring.

Who Am I?
Birth place: København, Danemark
Je suis: emmerdeur, fouineur, violent, incompris.
Song: Lost Cause - BleedingHeart


Two different liars [PV Amon][TERMINE] Empty
MessageSujet: Re: Two different liars [PV Amon][TERMINE]   Two different liars [PV Amon][TERMINE] I_icon_minitimeSam 14 Fév - 11:21

Two Different Liars ft. Axel Moriarty


Monsieur G&P et Madame L.A.People savaient aussi bien que nous qu'ils étaient en très mauvaise posture. Ils s'étaient servis à nous, les deux plus impitoyables journalistes de L.A., sur un plateau en or. Du vrai or, cette fois. Dans la grande salle, ils faisaient partie des gens les plus importants de la soirée et on pouvait identifier leur importance à la qualité de leur tenue. Ouais, tout était dans l'apparence, ce soir et avec ma barbe de trois jours, je ressentais un brin de fierté : ils étaient tous en toc, et j'étais le seul qui soit fait d'un peu d'acier.

Axel et moi étions fondamentalement différents physiquement. Mais nos sourires à l'heure actuelle étaient digne de ceux de frères jumeaux. Des sourires qui ne laissaient à nos potentielles victimes aucun doute sur nos intentions futures les concernant.

Du coup, il était inutile de nous attarder ici. Le mieux était le les laisser mijoter dans leur propre trouille, assez longtemps pour que les enchères montent.

Nous repartirent dans la salle, pas vraiment bras dessus, bras dessous, mais presque. Une chose avait changé, nous avions trouvé ce qu'il manquait d'essentiel à une alliance entre nous : un ennemi commun... Ou plutôt un bouc-émissaire commun. Et je me rendais compte également d'une chose : à quoi servirait que je fasse d'Axel un ennemi ? Il ne chassait pas sur mes plate bandes, il ne travaillait pas au même endroit que moi. Mais il faisait comme moi, sur un autre niveau. Bref, il me complétait et participait, à sa façon, à ma déconstruction méthodique des médias...

Axel engloutit, en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire, le verre que j'avais chopé pour lui au vol. Mais comme j'étais plus calme, plus à l'aise maintenant, tant avec Axel qu'avec l'environnement, je pris le temps d'apprécier le mousseux.

Et je posai à Axel la question qui me brûlait les lèvres depuis un moment. Mais ça n'avait pas l'air de l'inquiéter, ce que les autres allaient bien pouvoir raconter sur l'histoire de sa bosse. Pourtant, je voyais là dedans un potentiel incroyable. Lui, pensait que les autres ne penseraient à raconter qu'une seule chose : qu'il était un provocateur, ce qui n'était pas faux du tout. C'était bien en provocant, qu'il avait gagné cette marque, non ?

Je souris, réfléchissant deux secondes, avant de reprendre.

-Tu n'as peut-être rien à cacher en vérité. Mais la vérité n'a rien à voir avec notre travail, que tu m'a dit tantôt...

Je bus un coup et continuai.

-Personnellement, si je faisais partie de ceux qui n'ont pas participé à la fête que que je te vois disons, demain, dans la rue avec cette marque... Ou qu'un de mes photographe en choppe une bonne photo... Je dirais que les Tiny Suicides t’ont passé à tabac après ta dernière critique.

Je souris, passant légèrement ma langue entre mes dents tellement j'étais amusé par l'idée.

-Et si par hasard je faisais partie des journalistes ayant assisté à la scène de tout à l'heure, je raconterais que tu as vraiment été un petit con, pour le coup.

Mais je ne donnai pas de détails, parce que quel que soit le scénario qui me venait en tête, aucun n'était gratifiant pour moi non plus.

Et Axel en vint à ce qui semblait l'intéresser vraiment... Les thunes. Ça me fit marrer.

-Ce ne sera pas aussi simple que pour toi. J'aurai probablement ça sous la forme d'étrennes. Mais je ne vais pas demander une somme. Ce qui est beaucoup pour moi doit être peu, pour elle. Je la laisserai donc estimer combien vaut le prix de mon silence. Histoire de ne pas gagner moins que ce que je pourrais.

Nous parlions calmement, en souriant. Sans parler fort, mais sans chuchoter non plus. Des chuchotements auraient automatiquement attiré l'attention des autres.

Ce que j'adorais, dans ce qui venait de se passer, c'était qu'on n'était même pas sûr de ce qu'allaient faire nos patrons dans les chiottes. Si ça tombe, elle l'aidait juste parce qu'il ne se sentait pas bien ou que sais-je ? Mais au final, ça revenait au même, parce qu'on en revenait toujours à la même chose : peu importait la vérité, quand tout L.A. croirait à un article.

© Billy Lighter


I'm a nightmare, a disaster, That's what they always said ©️ Simple Plan
Revenir en haut Aller en bas
Axel Moriarty
Axel Moriarty


Messages : 580
Date d'inscription : 23/01/2015
Age du personnage : 27
Localisation : L.A.

Who Am I?
Birth place: Chicago - Illinois
Je suis: un manipulateur
Song: Reckless Life - Guns N'Roses


Two different liars [PV Amon][TERMINE] Empty
MessageSujet: Re: Two different liars [PV Amon][TERMINE]   Two different liars [PV Amon][TERMINE] I_icon_minitimeDim 15 Fév - 14:08

Two different liars ft. Amon Sørensen


D’une altercation l’un contre l’autre on en était venu à s’allier dans le même combat : celui de manipuler à souhait nos supérieurs. C’était jouissif et d’un intérêt bien plus intéressant que celui de découvrir les bas-fonds de la vie d’Amon. J’aimais taper subtilement sur ceux qui étaient encore plus haut dans la hiérarchie sociale que moi.

Et Amon semblait aimer ça aussi. Je l’avais remarqué bien avant qu’on ne laissa nos victimes dans leur doutes et qu’on commença à boire ensemble presque à la santé de notre petite victoire personnelle. Non, pas presque, c’était carrément ça. C’est alors que le journaliste de L.A.People me ramena à ma bosse. Les histoires qu’on pourrait faire dessus ne me touchais pas et je lui disais que je n’en avais franchement rien n’à faire de ce que pouvait en penser les autres personnes présentes ici. Car de cette altercation je ne voyais pas ce qu’on pouvait en tirer d’intéressant. Mais c’était sans compter sur l’imagination débordante de Sørensen qui voyait tout un tas d’histoire à raconter sur mon compte. Du genre que j’étais vraiment un petit con ou bien encore que je m’étais fait frapper par les membres de Tiny Suicide. Je souriais d’un sourire confiant. Car c’est ce que j’étais confiant.

-Tu en as de l’imagination Amon, c’est sûrement pour ça que tu fais des ravages chez L.A.People. Et quand bien même l’un de ces abrutis invente une histoire pareille ça ne fera que prouver que je suis un enfoiré et quelque part ça ne m’affectera ni moi, ni ma réputation outre mesure. Et s’il te vient à l’idée de l’écrire toi-même cet article et bien éclate-toi ! Si tu aimes perdre ton temps, c’est tout à ton honneur.

C’était pour bien lui prouver que je n’en avais rien à faire et qu’il pouvait se faire plaisir si l’envie l’en prenait. De toute façon, si l’article, en fin de compte, nuit réellement à ma réputation et bien je serais là pour arrondir les angles et semer le doute.

Bien loin de cet article hypothétique, j’en vins à aborder des choses plus concrète comme les thunes qu’on allait pouvoir soutirer de nos supérieur. Chose bien plus concrète et simple pour moi car Amon me souligna le fait que son revenu serait sous forme d’étrennes. C’est le mot poli pour pots-de-vin dans ce cas-ci. Quant à sa tactique elle était très intelligente.

-Tu as raison, de cette manière elle va sûrement te donner plus qu’espérer. Tu vas faire quoi de tout ce fric ? Te faire quelque fille ? A moins que tu ais une copine et que tu lui offre quelques trucs qui l’intéresse.

Encore une question bien innocente mais dont la réponse allait encore me permettre de connaitre plus Amon. Car quoi de plus éloquent que de savoir ce qu’un type fait de ses thunes ? J’achevai mon verre de mousseux et en pris un autre. Ouais, là je commençais à le sentir un peu tout l’alcool de cette soirée multiplié à la coke de tout à l’heure. Mes yeux et mes gestes moins sûr devait trahir cette légère ébriété.
© Billy Lighter


I lead a reckless life and I don't need your advice ©️ Guns N'Roses


Dernière édition par Axel Moriarty le Jeu 19 Fév - 12:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Amon Sørensen
Amon Sørensen


Messages : 929
Date d'inscription : 26/02/2014
Age du personnage : 32
Localisation : On the ring.

Who Am I?
Birth place: København, Danemark
Je suis: emmerdeur, fouineur, violent, incompris.
Song: Lost Cause - BleedingHeart


Two different liars [PV Amon][TERMINE] Empty
MessageSujet: Re: Two different liars [PV Amon][TERMINE]   Two different liars [PV Amon][TERMINE] I_icon_minitimeMar 17 Fév - 12:17

Two Different Liars ft. Axel Moriarty


Nous fêtions notre victoire à l'avance, confiants. Et maintenant que nous étions sur la même longueur d'onde, je me sentais moins seul, plus fort, même si je n'étais pas près d'accorder une entière confiance au jeune journaliste de G&P. C'était plutôt comme une trêve... ou un pacte. Sachant qu'on était dangereux l'un pour l'autre, il valait mieux éviter une confrontation. Et faire plus de dégâts ailleurs. Les américains étaient bien en train de faire la même choses avec leurs « potes » les Russes, non ?

C'est pour ça que je préférai mettre en garde mon allié contre les autres journalistes, sachant ce que moi-même je serais capable de faire, si j'y avais trouvé quelque intérêt. Et Axel me complimenta, en disant que j'avais de l'imagination. Je souris, mais pas vraiment franchement, comme si j'étais perplexe, que je ne croyais pas vraiment ce qu'il disait. Ce qui était le cas, si j'avais vraiment assez d'imagination qu'il ne m'en fallait, j'aurais trouvé un scénario pour expliquer autrement ce qui s'était passé avec Axel. Voire même trouvé comment me défendre mieux au tribunal, 12 ans plus tôt.

-Ouais... peut mieux faire...

Je haussai mes épaules, finit mon verre et le déposai sur un plateau qui passait avant de glisser mes mains dans les poches de mon costume. Axel me disait en souriant que même si j'écrivais cet article moi-même, ça ne l'affecterait pas outre mesure. Je rigolai.

-C'est un challenge ?

Je le dardai de mes yeux bleu-vert. Il savait que j'en étais capable. Et il tentait le diable. Preuve qu'il n'avait réellement pas peur.

Et ce qui l'intéressait, je le savait maintenant, c'était l'argent. Il était purement vénal. Bien que je n'arrivais pas à douter qu'il aime la bonne musique. Ce qui expliquait ses critiques souvent juste, mais plus souvent encore écrite de manière à choquer, avec des mots parfois trop forts. Des articles écrits pour choquer et donc, écrits pour être lus. Les gens, les lecteurs, les fans, étaient un peu masochistes en fait. Et c'était pourquoi des sadiques comme nous s'en sortaient si bien.

Axel me demanda ce que j'allais faire de l'argent que j'allais gagner suite à notre dernier scoop. Une petites suites de questions aux apparences anodines. Mais il jouait les journalistes people, là. Et on apprend pas à un vieux singe à faire la grimace... Ces questions pouvaient lui apporter énormément de réponses. Déjà, il saurait si j'étais célibataire ou non, et si je ne l'avais pas été, le cadeau que j'aurais pu évoquer lui aurait donné bien des indices sur la nature de cette relation hypothétique. Mais je choisis de lui répondre, pourtant... Parce que je savais déjà quel serait mon prochain coup.

-Je vais m'offrir quelques disques... Et stocker le reste...

Alors même que je parlais, je cogitais déjà sur ce qu'Axel pourrait tirer de ces informations. Rien n'indiquait que j'étais réellement seul. Je pouvais très bien stocker afin d'acheter une vraie maison pour y loger un couple ou même une famille. J'avais été trop évasif pour qu'il puisse le savoir. En tout cas, il pourrait en retirer que j'étais prudent. Et que j'aimais vraiment la musique.

Mais en fait, je stockais pour, un jour, peut-être retourner chez moi... Ou mieux encore : loger Freyia à L.A.

Mon sourire reparut.

-Et toi ? Tu vas faire quoi de ton augmentation ? Graisser la patte à Legrio pour qu'il t'accorde une interview avec The Lightening ?

J'étais au courant que le redoutable Axel Moriarty n'avait jamais réussi à obtenir une interview avec le groupe... Alors que d'autres journalistes de G&P l'avaient fait. Dont, notamment, le gros avec sa veste en cuir et ses cheveux longs qui n'avait pas été invité à la petite sauterie de ce soir.

Même moi, j'avais eu l'occasion d'interviewer Billy Lighter, en personne, du temps où Lenny Knowles était encore leur manager et facile à amadouer. Mais jamais aucun article n'était paru à la suite de cette interview... Parce que je ne l'avais pas fait. La rencontre avec Billy avait été quelque chose d'étrange... Et d'émotionnellement dur, pour tous les deux. Seuls Billy, Lenny et moi-même savaient que cette interview avait un jour eu lieu.
© Billy Lighter


I'm a nightmare, a disaster, That's what they always said ©️ Simple Plan
Revenir en haut Aller en bas
Axel Moriarty
Axel Moriarty


Messages : 580
Date d'inscription : 23/01/2015
Age du personnage : 27
Localisation : L.A.

Who Am I?
Birth place: Chicago - Illinois
Je suis: un manipulateur
Song: Reckless Life - Guns N'Roses


Two different liars [PV Amon][TERMINE] Empty
MessageSujet: Re: Two different liars [PV Amon][TERMINE]   Two different liars [PV Amon][TERMINE] I_icon_minitimeJeu 19 Fév - 12:57

Two different liars ft. Amon Sørensen


Pourquoi j’avais flatté l’imagination d’Amon, déjà ? Ah oui, parce qu’il inventait des histoires toutes aussi vraisemblables que fausses sur ma bosse et les origines de son apparition. Mais Amon ne semblait pas totalement satisfait de celles-ci. C’était sans doute mon attitude détachée qui devait le rendre perplexe. Me croyait-il quand je lui disais que je n’en avais strictement rien n’à foutre ? Aucune idée. Pour lui prouver, je poussais le vice plus loin lui disant presque qu’il pouvait le faire lui-même cet article. Un challenge ? Je haussais les épaules en souriant mais sans approuver ou désapprouver. A lui de voir. Ou plutôt à me de voir s’il allait oser ou non. Moi j’étais prêt je n’avais aucune peur et aucune pression.

Bien au-delà de ma réputation, les thunes étaient mon principal intérêt. J’en avais à profusion grâce à mon père (pas à mon boulot mal payé de journaliste) mais obtenir l’argent par mes propres moyens m’intéressait beaucoup. Surtout par un chantage ou bien un trafic quelconque car ça alliait thunes et influence sur autrui. Et aujourd’hui, l’argent, Amon et moi on allait en avoir. Pas une petite somme à mon avis car la peur des gens puissants les rend tout de suite moins radins. Mais ce que le danois allait faire de cet argent était aussi intéressant à savoir. Ma question était tournée de manière à savoir s’il avait quelqu’un avec qui partager sa vie ou bien s’il était seul au monde. Mais la réponse du danois ne me donna aucune indication. Aucune ! A part des choses que je savais déjà. Je souris. Il était fort, il commençait à lire dans mon jeu.

-Lit mes critiques avant de choisir les disques.

C’était une manière de dire : bravo Amon, tu as réussis à éviter les sous-questions. Le fait de stocker de l’argent ne m’indiquait pas s’il était accompagné ou non. Tout le monde quel qu’il soit pouvait stocker du fric. Moi-même je le faisais.

Et bien sûr, comme j’avais raté mon coup, je reçu un retour de flamme enrobé d’un sarcasme bien placé qui me fis perdre mon sourire classique. Il savait que je n’avais jamais réussi à interviewer le groupe de Legrio. J’avais raté ma chance quand Lenny les « contrôlait » parce que Lighter était vigilant. Beaucoup de journalistes de Guitar&Pen avaient réussi à avoir une interview sauf moi et ça m’emmerdait.

-Moi… Economiser pour une villa plus grande !

C’était faux, mais l’énervement de la question d’Amon se ressentait dans ma voix.

-Et je n’aurais pas besoin d’argent pour avoir une interview avec The Lightening ! J’y arriverai avec mon intelligence. Je les aurais au bon moment, dans les meilleures conditions qui soit.

Mon sourire revint alors que j’essayais de me calmer un peu.

-Et puis, je ne suis pas le seul journaliste à n’avoir jamais réussi à interviewer Lighter et compagnie ! Toi non plus, que je sache.

Pourtant je savais que Lighter détestait Amon, c’était donc qu’ils s’étaient déjà rencontré mais dans quel condition, là était le mystère.

-Mais bizarrement, il a un jour incité son public à te tuer. Je me demande bien pourquoi. Tu as insulté sa soeur ou quoi?

Je regardais intensément Amon. Insulter les soeurs des autres ça faisait mal, j'étais bien placé pour le savoir.
© Billy Lighter


I lead a reckless life and I don't need your advice ©️ Guns N'Roses


Dernière édition par Axel Moriarty le Dim 22 Fév - 10:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Amon Sørensen
Amon Sørensen


Messages : 929
Date d'inscription : 26/02/2014
Age du personnage : 32
Localisation : On the ring.

Who Am I?
Birth place: København, Danemark
Je suis: emmerdeur, fouineur, violent, incompris.
Song: Lost Cause - BleedingHeart


Two different liars [PV Amon][TERMINE] Empty
MessageSujet: Re: Two different liars [PV Amon][TERMINE]   Two different liars [PV Amon][TERMINE] I_icon_minitimeVen 20 Fév - 14:13

Two Different Liars ft. Axel Moriarty


Je rangeai bien au chaud le petit challenge lancé par Axel dans un coin de mon cerveau. J'examinerai la chose de plus près plus tard, quand je serais au calme et que je pourrai concentrer tous mes neurones dessus. Parce que ça n'allait pas être un exercice simple et je n'étais d'ailleurs pas très chaud pour le faire, même si une partie de moi avait envie de relever le défi. Je l'aurais fait sans hésiter, si je n'avais pas peur d'un retour de flamme. Parce qu'après tout, j'avais donné assez de pistes d’investigations à Axel... Et puis, je savais que, si vengeance il y avait, il ne pourrait pas le faire via un article, parce que justement, G&P ne se prêtait pas à ça, contrairement à L.A.People. Mais du coup, comment répliquerait mon alter-ego ? C'était ça, la question. Je ne pouvais pas prévoir. Et c'était ça qui me faisait hésiter.

Le sourire d'Axel me signala que j'avais pas mal répondit à la question : qu'allais-je faire de mes thunes. Et je souris en retour. J'avais compris ce que signifiait son sourire, aucun doute qu'il avait compris ce que signifiait le mien : un remerciement à son propre compliment silencieux.

Il me conseilla de lire ses critiques avant de choisir les disques que j'allais acheter. En réalité, je le faisais déjà, bien que je recoupait toujours avec des critiques moins acerbe, pour avoir, en quelque sorte, un juste milieu.

-Je le fait déjà...

Je lui retournai ensuite sa question, mais sous forme de sarcasme. Et alors que je le sentis presque directement se crisper. Je n'aurais pas cru que le jeune journaliste vivait si mal le fait de ne jamais avoir pu interviewer The Lightening. Mais je le comprenais, j'aurais été frustré aussi, si j'avais été dans le même cas que lui... Tout autant que je comprenais le groupe. Ils étaient très célèbres, certes, mais ils semblaient toujours sur le fil du rasoir... Et un tout petit quelque chose pouvait les faire tomber. J'avais eu de la chance, et je n'avais même pas exploité la chose... Justement pour ne pas faire tomber un de mes groupes favoris.

Je rigolai quand il affirma qu'il allait économiser pour une villa plus grande. Mouais, j'y croyais peu, mais ça se pouvait. J'attrapai un nouveau verre au vol. Au point où j'en étais... J'espérais juste ne pas faire de grattes à la Mustang en rentrant. Ça, ça me ferait chier...

Mais Axel n'allait pas s'arrêter là sans se justifier, jurant que par ruse, il allait bien finir par obtenir une interview avec The Lightening et que, de surcroît, il n'était quand même pas le seul journaliste à ne jamais avoir eu l'opportunité de le faire. Mais je pris la remarque avec bien plus de sérénité que lui, puisque cet interview, je l'avais bel et bien eue... Et surtout, parce que je ne regrettais pas de n'en avoir rien tiré, préférant « protéger » The Lightening. Ce n'était pas la première fois que je protégeais des plus faibles, c'était même une de mes caractéristiques principales, avant que ça ne se retourne contre moi.

-Au bon moment, dans les meilleures conditions qui soient ? Bonne chance pour trouver ça... C'est de The Lightening qu'on parle, pas de The Burning Fire.

L'ancien groupe de Timmy était bien plus accessible et bien moins imprévisible que The Lightening. Moins intéressant aussi sur certains point, surtout pour la presse People. C'était du rock « gentil »... Et pourtant, j'aurais parié que le premier à mourir où à tomber dans le coma, ça aurait été Lighter ou Izbel... Pas James...

Je bu un coup tout en écoutant Axel cogiter tout haut. Je ne relevai pas la énième petite pique qu'il lança et qui rapportait à ce qu'il avait fait plus tôt. Il se demandait pourquoi Billy Lighter me portait une telle haine alors que théoriquement, on ne s'était jamais rencontrés pour une entrevue. Et la réponse me vint tellement facilement que j'en fus surpris moi-même.

-Billy aime les concept. Tu l'as déjà vu en live ? Tu as déjà vu faire une rant ? Billy se bat contre des concepts, contre de la fumée, contre la guerre, l'autorité, les média.

Je bus un coup et souris.

-Et je suis un concept à moi tout seul. 

C'était peut-être, voire même sûrement, très prétentieux de dire un truc pareil. Mais Axel était prétentieux, lui... Et il s'attendait à ce que je fasse de même. Parce qu'il me pensait presque à son niveau.
© Billy Lighter


I'm a nightmare, a disaster, That's what they always said ©️ Simple Plan
Revenir en haut Aller en bas
Axel Moriarty
Axel Moriarty


Messages : 580
Date d'inscription : 23/01/2015
Age du personnage : 27
Localisation : L.A.

Who Am I?
Birth place: Chicago - Illinois
Je suis: un manipulateur
Song: Reckless Life - Guns N'Roses


Two different liars [PV Amon][TERMINE] Empty
MessageSujet: Re: Two different liars [PV Amon][TERMINE]   Two different liars [PV Amon][TERMINE] I_icon_minitimeDim 22 Fév - 10:51

Two different liars ft. Amon Sørensen


Sørensen lisait déjà mes critiques ? Ça ne m’étonnait pas vraiment, j’écrivais très bien et beaucoup de fans de musique lisaient Guitar&Pen. Et quand tu lis Guitar&Pen, il est difficile de passer à côté de mes articles tellement ils sont différents des autres.

Mais après cette demi-révélation sans réelle importance vint un sarcasme extrêmement irritant de la part d’Amon. Oui, je n’avais jamais réussi à interviewer The Lightening. Jamais… Et ça me frustrait au plus haut point, si bien qu’il m’était difficile de cacher cette frustration à Amon. Lighter, Izbel, Stix et les autres, j’avais envie de les cuisiner à toutes les sauces avec des questions pourtant purement centrée sur leur musique. Mais c’est ce que je pourrais faire de leurs réponses qui m’intéressaient. Je savais que Lighter faisait toujours attention en interview, qu’il pesait chaque mot, qu’il prenait parfois des heures à expliquer un seul concept uniquement pour être bien sûr que tout le monde ait compris. Je voulais vivre ça ! Mais je ne le pouvais pas encore tellement le groupe était méfiant.

Amon rigola à mes remarques défensives. Je lui affirmais aussi que j’allais y arriver à les interviewer et sans même devoir utiliser ma prime. Sans oublier de faire remarquer à mon alter-ego que, lui aussi, n’avait jamais interviewé The Lightening pour, probablement, fort les mêmes raisons que moi. Mais le journaliste de L.A.People était sceptique quant au fait de pouvoir interviewer The Lightening au bon moment et dans les meilleures conditions qui soient.

-Difficile mais pas impossible ! Tu verras quand mon article sortira.

J’y croyais car j’avais déjà une ébauche de plan. Il me restait plus qu’à trouver un allier qui pourrait m’aider dans ma petite quête d’interview.

Je pris aussi une autre coupe pour faire passer la frustration que les mots d’Amon avaient éveillée en moi. Puis, en y réfléchissant bien je me rappelais une des fameuses rant de Lighter qui vivait directement Amon. Bizarre quand on sait que le journaliste n’avait jamais interviewé le chanteur. Très bizarre… Tellement que je posais directement la question à Amon sous forme d’un énième sarcasme, bien sûr. La réponse d’Amon me fit lever un sourcil. Alors comme ça monsieur ce prend pour un concept. Il croyait que Lighter l’avait visé pour illustré la méchanceté pur et simple de la presse people. Je rigolai.

-Mouais… Un concept, c’est ça oui…

J’afonais ma coupe.

-Plutôt le fait que tu fasses des articles sur lui et sur sa vie privée sans même l’avoir rencontré, je me trompe ?

Oui parce que je me rappelais bien de cet article d’Amon qui révélait la relation du chanteur avec l’une de ses groupies. Et puis aussi l’article de la rupture… Celui-là Amon n’était pas passé à côté.

-Puis, si c’est vraiment le cas et qu’il t’a vraiment visé pour un concept et bien faut avouer que c’est assez nul de crever alors que tu n’as même pas pu l’interviewer. Tu seras mort vraiment pour rien.

Oui parce que Lighter avait incité son public à tuer Amon. Ce qui n’était pas rien et connaissant les fans du groupe, ils étaient assez dingues pour passer à l’acte. Je souriais.
© Billy Lighter


I lead a reckless life and I don't need your advice ©️ Guns N'Roses


Dernière édition par Axel Moriarty le Lun 23 Fév - 19:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Amon Sørensen
Amon Sørensen


Messages : 929
Date d'inscription : 26/02/2014
Age du personnage : 32
Localisation : On the ring.

Who Am I?
Birth place: København, Danemark
Je suis: emmerdeur, fouineur, violent, incompris.
Song: Lost Cause - BleedingHeart


Two different liars [PV Amon][TERMINE] Empty
MessageSujet: Re: Two different liars [PV Amon][TERMINE]   Two different liars [PV Amon][TERMINE] I_icon_minitimeLun 23 Fév - 14:59

Two Different Liars ft. Axel Moriarty


Pour la première fois depuis le début de cette soirée mémorable, j'avais l'impression d'avoir l'avantage sur Axel Moriarty. Parce que je n'avais pas de frustration concernant The Lightening. Alors que lui commençait à perdre légèrement ses moyens. Et un tic commença à me sauter aux yeux : cela faisait plusieurs fois maintenant qu'il avait tendance à renifler et à se frotter le nez. Parfois plus discrètement que d'autres. Le genre de signe qui ne trompe pas. Ici, à L.A. et dans la classe sociale dont faisait partie Axel, c'était monnaie courante.

Mais ça me faisait quand même une carte en plus dans mon jeu. Si ce genre d'addiction était en effet rependue, la révélation au public était bien moins tolérée.

Axel, bien que nerveux au sujet de The Lightening, restait confiant. Et moi, je gardais le sourire.

-Si jamais tu obtiens cette interview, je te souhaite bien du courage.

Parce que je savais d'expérience qu'il fallait être blindé pour affronter Lighter. Il fallait être prêt à être submergé d'émotions parfois contradictoires, mais surtout d'une puissance que j'avais rarement vue. Et contagieuses, avec ça.

-Et avec la tournée qui arrive, les failles vont se former dans le système de protection du groupe. Hors de L.A., il sera plus difficile pour MTI de maintenir Stix et Izbel sous contrôle...

Et il serait alors facile de les interviewer. Et eux, grisés par cette nouvelle tournée, seront moins prudent. Il était certain que Billy Lighter était le but de bien des journalistes, mais Stix et Izbel représentaient des trophées tout aussi compliqués à obtenir.

-En tout cas, je me réjouis de lire ton article.

Mon ton sous-entendait clairement « si un jour, il sort... »...

Et je me mis à rire quand, sarcastique, il enchaîna sur ma vantardise balourde à propos du concept que j'étais. Il disait que c'était plutôt à cause du fait que j'écrivais des articles sur Lighter sans même l'avoir rencontré, que le chanteur ne pouvait pas me piffer...

-Là est justement tout le concept. Lighter est une image, un avatar, dont je fais ce que je veux dans mes articles. C'est ça, qu'il ne supporte pas. Ça et le fait que ça rapporte à L.A.People.

J'eus un sourire mauvais.

-Mais ce qu'il devrait dire dans ses rants, ce n'est pas de me tuer... C'est dire aux gens, notamment ses fans, qu'ils sont vraiment cons d'acheter L.A.People... Vu que la vérité ne s'y trouve pas. C'est eux, ses fans entre autres, et personne d'autre qui font de moi ce que je suis.

Et Axel d'enchaîner en disant que ce serait quand même con de mourir sans avoir interviewer le chanteur... Que c'était mourir pour rien.

J'afonai ma coupe avant de répondre:

-Non... Je ne serai pas mort pour rien. Parce que je sais ce que je fais.

Je n'avais rien contre Lighter ou contre aucun autre artiste. Mais les menaces de Lighter, son appel à la haine, Montrait l'importance des médias... Et aussi leur pouvoir de destruction. Et c'était bien ce que je cherchais à faire éclater au grand jour.
© Billy Lighter


I'm a nightmare, a disaster, That's what they always said ©️ Simple Plan
Revenir en haut Aller en bas
Axel Moriarty
Axel Moriarty


Messages : 580
Date d'inscription : 23/01/2015
Age du personnage : 27
Localisation : L.A.

Who Am I?
Birth place: Chicago - Illinois
Je suis: un manipulateur
Song: Reckless Life - Guns N'Roses


Two different liars [PV Amon][TERMINE] Empty
MessageSujet: Re: Two different liars [PV Amon][TERMINE]   Two different liars [PV Amon][TERMINE] I_icon_minitimeLun 23 Fév - 19:22

Two different liars ft. Amon Sørensen


Mes tics devenaient incontrôlables au fur et à mesure que je buvais. Ma vigilance était au plus bas mais je comptais beaucoup sur le fait qu’Amon était lui aussi éméché. Je ne savais pas s’il tenait l’alcool ou non mais on était fin de soirée et je ne voyais pas en quoi mes tics pouvaient trahir quoi que ce soit. A moins que je ne sois un peu trop confiant.

L’alcool combiné à la frustration ne m’empêchait pas d’avoir des plans et des objectifs. Celui d’interviewer The Lightening dans les meilleures conditions était un objectif que je comptais bien atteindre tôt ou tard. Amon me souhaitait bon courage et je ponctuais d’un haussement d’épaules plein de dédain. Je n’avais pas peur de Lighter ! Et comme le disait Amon, la tournée qui allait venir allait peut-être me donner l’opportunité d’interviewer un des membres du groupe.

-C’est vrai que ça facilitera les choses. Je les aurais tous ! Ensemble ou un par un !

J’exagérais ma détermination et Amon en rajouta une couche avec une phrase pleine de sous-entendus. Mon comportement de frustré avait laissé des failles dans mon chef et Amon en profitait comme jamais. Il le verra mon article, qu’il y croie ou non.

Amon prenait trop de confiance, tellement qu’il se croyait maintenant être un concept. Un concept que Lighter essayait de détruire. Il en avait de l’imagination. Mais moi, je voyais quelque chose de plus réaliste quant à la haine que portait Billy Lighter à Amon Sørensen. Je le voyais dans les articles que faisait Amon. Combien en avait-il fait sur Billy ? Je n’en sais rien mais à chaque fois le chanteur devait avoir ses poils qui se dressent tellement les paroles d’Amon peuvent faire mal. Et là encore, mon sarcasme fut supplanté par Amon et son intelligence tactique. Il avait raison de A à Z. Lighter détestait qu’on s’empare de son image pour faire vendre des trucs qu’il n’approuvait pas. Il détestait appartenir à quelqu’un ou à quelqu’un chose. Je l’avais souvent entendu dire qu’il ne s’appartenait même pas à lui-même et donc refusait totalement qu’une entité extérieur à lui remplisse se rôle qu’il était incapable de remplir lui-même. Amon avait raison, Billy se trompait d’ennemi. Je levai ma énième coupe devant Amon pour lui montrer qu’il avait raison et que j’étais vaincu.

-Je ne peux qu’être d’accord.

Je me mis à boire cette coupe avec la même avidité que j’avais achevé les autres. Je ne m’arrêtai en plein afond que pour toiser Amon alors qu’il me disait qu’il ne serait pas mort pour rien car il savait ce qu’il ferait. Ce message avait un sens qui allait probablement au-delà de ce que je n’en tirais sur le coup.

-C’est bien pour ça que tu es dangereux pour eux, les rockstars. Pour eux…

Je balayais d’un doigt nos collègues présents dans cette salle.

-Et pour moi.


Car Amon était intelligent… Et solitaire. Il ne fera rien contre moi sauf s’il en trouve l’intérêt et on ne sait jamais ce qu’il peut arriver dans la vie de chacun. Mais jamais on ne sera des meilleurs amis, on sera toujours deux connards intelligent avec nos buts personnels et si jamais j’empêche Amon d’atteindre les siens ou vice-versa et bien on essayera de détruire l’autre sans remord.

Ma coupe achevée, je la posais sur l’un des plateaux que tenait un serveur qui passait justement à côté de moi au bon moment. Je regardais ma montre afin de montrer à Amon que mon temps était compté ici. J’en avais assez appris.

-Tu as gagné cette manche Sørensen.

On se serra la main et je me retirai de cette fête au fond tellement banale.
© Billy Lighter


I lead a reckless life and I don't need your advice ©️ Guns N'Roses
Revenir en haut Aller en bas
Amon Sørensen
Amon Sørensen


Messages : 929
Date d'inscription : 26/02/2014
Age du personnage : 32
Localisation : On the ring.

Who Am I?
Birth place: København, Danemark
Je suis: emmerdeur, fouineur, violent, incompris.
Song: Lost Cause - BleedingHeart


Two different liars [PV Amon][TERMINE] Empty
MessageSujet: Re: Two different liars [PV Amon][TERMINE]   Two different liars [PV Amon][TERMINE] I_icon_minitimeMar 24 Fév - 16:55

Two Different Liars ft. Axel Moriarty


Axel semblait avoir baissé complètement sa garde depuis que je l'avais frustré en lui parlant de sa fameuse interview inexistante de The Lightening. Et j'enchaînais les coups, assez facilement malgré l'alcool qui me faisait tourner légèrement la tête. En fait, j'avais l'impression de me retrouver sur un ring et donc, en terrain connu. Et j'avais finalement coincé Axel dans un coin et je comptais bien le marteler jusqu'au K.O., ou jusqu'à ce qu'il jette l'éponge.

Faute de mieux, Axel n'avait que son optimisme et sa détermination pour parer les coups. Il essaya une fois de contre-attaquer, essayant d'éliminer ma vantardise en détruisant mon idée de « concept ». Mais ce fut un piètre essais, d'autant qu'une fois que j'étais lancé, je devenais un vrai bélier prêt à rentrer dans le lard de n'importe qui. Et puis, je me rendais compte que les mots me venaient plus facilement, plus naturellement, quand j'étais un peu schnoll.

Et puis... j'avais toujours un gros avantage : j'étais peut-être légèrement saoul, mais je n'étais pas shooté...

Et plus je parlais, plus je comprenais que les défenses d'Axel s'écroulaient les unes après les autres. Et s'il était prudent, il n'allait pas tarder à jeter l'éponge. Il avoua d'abord être d'accord avec moi et je ne pus empêcher mon sourire de s'allonger. Feinte ? Ou pas ? Je me tenais prêt à essuyer un coup bas...

Coup bas qui ne vint jamais... Au contraire, comme pour signer sa défaite, le jeune journaliste termina très vite son verre... Et affirma que j'étais dangereux pour tous les journalistes présents dans cette salle... Lui y compris.

Et c'était l'un des plus beau compliment qu'on m'eut jamais fait !... Peut-être le seul aussi, après tout. Mais je me raidis brusquement : pendant un quart de seconde, j'avais failli perdre tous mes moyens, baisser ma garde, et si jamais Axel l'avait vu, ça aurait signé ma défaite pour ce soir...

Sa coupe achevée, il me tendit la main. Je la lui serrai. Et lui fit un clin d’œil. J'avais certes gagné cette manche.

-Mais le jeu ne fait que commencer, Axel...
© Billy Lighter


I'm a nightmare, a disaster, That's what they always said ©️ Simple Plan
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Two different liars [PV Amon][TERMINE] Empty
MessageSujet: Re: Two different liars [PV Amon][TERMINE]   Two different liars [PV Amon][TERMINE] I_icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

Two different liars [PV Amon][TERMINE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [wip]scene a amon hen
» Little liars have their charms
» Mes yeux s'égarent ... [Lysandre][TERMINE]
» SUJET TERMINE - L'alcool, les bêtises, toi et moi. [Allie]
» 04. Des cupcakes pas comme les autres (2) [TERMINE]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: L.A Rocks :: Downtown :: Salle des fêtes-