AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Welcome To The Lonely Boy's Eden (1964 - 1965) [PV Evan][TERMINE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Daniele Ricci


Messages : 1238
Date d'inscription : 28/09/2013
Age du personnage : 40

Who Am I?
Birth place: Rome en Italie
Je suis: le meilleur
Song: Back In Black-AC/DC


MessageSujet: Welcome To The Lonely Boy's Eden (1964 - 1965) [PV Evan][TERMINE]   Mer 9 Sep - 14:19


Welcome To The Lonely Boy's Eden

ft. Evan "Sniper" Kurtz


-Tout est prêt, Monsieur !

Erik était arrivé pour me dire ça alors que j’étais sur la terrasse à siroter mon whisky. Ça allait être une fête d’enfer ce soir ! Faut dire que j’avais mis les petits plats dans les grands pour ce Nouvel An 1964. Tout d’abord, une villa de luxe de Malibu que j’avais loué pour cette fête uniquement. Ça m’avait couté très cher mais ça en valait de coût. C’était une grande villa avec une piscine – qui, entre nous n’allait pas servir à grand-chose étant donné qu’il ne faisait que 16 degrés aujourd’hui – vingt chambres, un grand living, une salle de bain énorme et j’en passe. Inutile de dire que j’ai dû vider le fond de mes poches pour louer ce petit bijou même pour deux jours.

Mais il fallait bien ça pour en foutre plein la vue à mes invités de ce soir. Parce qu’ils allaient être nombreux. Tout d’abord, Erik avait contacté tous mes anciens « amis », ceux que je fréquentais aux galas de riches quand j’étais adolescent. Ils venaient essentiellement d’Angleterre, des Etats-Unis et d’Italie. Ils avaient presque tous accepté l’invitation pour la simple et bonne raison que c’était l’occasion pour eux de faire la fête loin de leur parents. Débauche garantie ! J’avais aussi invité tous les managers et dirigeant de ma boîte. Bon… Là, c’était beaucoup moins fructueux. Seul deux ou trois managers et une secrétaire avait accepté l’invitation. Les autres, ils m’avaient dit des trucs du genre : « On ne viendra pas à ta fête de gosse gâté » ou encore « Tu crois quoi, gamin ? On a des familles nous ! ». Ouais ben, moi aussi ! La preuve, mon père m’avait promis qu’il viendrait aujourd’hui et j’étais impatient de lui montrer mon groupe The Army. D’ailleurs, j’allais tous leur montrer Evan et compagnie pour leur prouver à quel point j’étais le meilleur. A peine arrivé à L.A., déjà un groupe dans la poche. Si ça s’était pas être le meilleur, je ne sais pas ce que c’est.

J’avais pas arrêté de dire à Evan que mon père allait venir et qu’il fallait lui en mettre plein la vue. Je leur avait d’ailleurs conseillé de prendre leurs instruments pour l’occasion. Putain, ça allait être la fête du siècle ! Dommage que je n’avais que le pauvre Erik pour s’occuper du service. Je n’avais pas eu assez de budget pour engager des serveurs pour la nuit.

-Cool, Erik ! Plus qu’à attendre nos invités !, dis-je un grand sourire aux lèvres.

Depuis mon arrivée à Los Angeles, je parlais tout le temps anglais, même avec Erik. Je voulais que mon accent s’entende le moins possible parce que ça faisait toujours rire mes supérieurs chez BSC.

A l’intérieur de la villa, le téléphone retenti et Erik s’en alla y répondre. Mon je fixai le vide tellement je m’imaginais ma soirée parfaite. Des filles, de l’alcool, de la musique, ils allaient tous trouver ça grandiose.

Erik revint et s’éclarci la gorge ce qui me fit relever le regard vers lui.

-C’était votre père, Monsieur !, dit-il avait un visage grave.

Ah ouais… Ok… Je baissais mon regard vers le verre de whisky que j’avais en main.

-C’est bon Erik, j’ai compris… Il viendra pas…, dis-je en essayant de cacher la déception qui pointait dans ma voix.

Quel enfoiré ! Il annule à une minute de ma fête !

Dehors, on entendait les voitures qui commençaient à affluer devant la villa. Les invités étaient là.

-C’est pas grave, ça fera plus de filles pour moi. Tu devrais aller te mettre à l’entrée, les invités sont là…

Je laissais transparaitre un petit sourire alors que mon majordome approuva et exécuta mon ordre. Une fois qu’il fut parti, je soupirais avant d’afoner mon whisky. Bon, c’était pas si grave, ça ne faisait que le quatrième Nouvel An sans lui. Et ça depuis… Quatre ans…

© Billy Lighter



You're never gonna die, you're gonna make it if you try, they gonna love you
©️ Pink Floyd


Dernière édition par Daniele Ricci le Mer 9 Sep - 20:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Evan "Sniper" Kurtz


Messages : 356
Date d'inscription : 17/07/2015
Age du personnage : 39
Localisation : Chez Natacha Perry

Who Am I?
Birth place: Los Angeles
Je suis: Alcoolique
Song: Legacy -The Army


MessageSujet: Re: Welcome To The Lonely Boy's Eden (1964 - 1965) [PV Evan][TERMINE]   Mer 9 Sep - 15:09


Welcome To The Lonely Boy's Eden

ft. Daniele Ricci


Nouvel an 1964-1965, nous voilà !!!!

C'était bien la première fois qu'aucun de nous n'allais passer cette fête en famille. Mais on avait tout misé sur le réveillon de Noël, du coup, nous excusant chacun de notre côté en annonçant qu'on était invités chez Daniele Ricci, un jeune manager de BSC ! Que c'était un gars super sympa même si on pigeait pas toujours ce qu'il racontait à cause de son accent et aussi qu'il nous proposait de promotionner notre groupe en espérant que BSC nous fasse signé.

Et le nouvel an allait être non seulement une super fête chez un super gars, mais en plus, l'occasion de jouer devnt plusieurs représentants de BSC. Même si on était tous d'accord concernant le manager avec qui on signerait : Daniele et personne d'autre. Après tout, c'était lui qui nous avait repéré il y a deux mois au Crazy Ginger, et c'était lui qui nous promettait de nous faire sortir notre disque. On avait déjà tout pour End Of War ! Les chansons étaient prêtes, on avait plus qu'à les enregistrer avec, si possible, du bon matos.

J'étais donc passé prendre chacun des membres de The Army chez eux, étant le seul à avoir ce qui ressemblait de prêt ou de loin à une voiture. C'était un vieux tacot kaki, mais je l'aimais bien, ce truc. C'était mon premier véhicule et il appartenait à mon père à la base alors c'était un peu un lien sentimental qu'il y avait entre moi et ce truc bruyant.

Une fois Nuts, Cap, Sherman et nos instruments embarqués, direction Malibu ! On était déjà en train de rêver à toutes les filles qui allaient se trouver là et on se mis aussi d'accord sur la setlist qu'on allait jouer. Daniele nous avait donné une adresse, mais à Malibu, à part des routes et des villa, y avait pas grand chose... Alors vas-y pour trouver une villa au bout de routes sans fin où y avait que des villa. Bref, à force de tourner tourner et encore tourner, on fini par trouver une villa où les voitures commençaient à s'agglutiner. On allait sonner là et on allait bien voir si c'était la bonne. J'accélérai un peu pour faire hurler le moteur déjà bruyant de mon pick up.

Faite-vous remarquer un maximum, que Daniele avait dit, non ?

Et ben je savais pas à quel point on allait se faire remarquer.

-Evan ? Sniper ! Ralentit!

Le pick up dévalait la pente de plus en plus vite sans que j'arrive à ralentir, pourtant, je pilais sur les freins !

-J'AI PLUS DE FREINS!

On se mit tous à hurler et j'avais les mains crispées sur le volant ! Putain ! On allait mourir avant même d'avoir commencé notre carrière ! L'adrénaline se diffusa dans mon sang au point que s'en était presque agréable... Et puis...

BOOM !

On se crasha dans l'arrière d'une Mercedes-Benz 190SL Convertible 1960 qui était garée à proximité de la villa où on pensait que Daniele faisait sa fête... Je n'avais rien... Je me retournai vers les autres...

-Ça va, les gars?

Avec quelques gémissements, ils me répondirent que ça allait, qui avait pas de mal, c'était déjà une bonne chose...

Je sortis alors du pick up de mon côté et Sherman du sien. Le batteur alla voir aux instruments dans la benne et moi à l'avant de pick up.

-C'est bon, Sniper ! Y a pas l'air d'y avoir de casse au niveau des instruments !

Moi, je passais ma main sur le pare-choc avant du véhicule. C'était pas de la merde comme bagnole, de a vraie bonne carrosserie.

-Super ! Mon avant n'a rien non plus !

Je me redressai et regardai Sherman en levant les deux pouces en l'air et en souriant. Il me fit le même signe de son côté...

La Mercedes, par contre, faisait la gueule, mais on y avait pas vraiment pensé.

© Billy Lighter












SNIPER


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Daniele Ricci


Messages : 1238
Date d'inscription : 28/09/2013
Age du personnage : 40

Who Am I?
Birth place: Rome en Italie
Je suis: le meilleur
Song: Back In Black-AC/DC


MessageSujet: Re: Welcome To The Lonely Boy's Eden (1964 - 1965) [PV Evan][TERMINE]   Mer 9 Sep - 20:04


Welcome To The Lonely Boy's Eden

ft. Evan "Sniper" Kurtz


Bah au moins il pleuvait pas… Ouais, c’était un point positif. Puis, il y allait avoir un tas de fille. Je reprenais tout doucement mon sourire alors que mes invités affluaient dans la villa. Je me levais de mon transat pour les accueillir et le premier qui vint vers moi était un manager de BSC. Genre celui qui était dans la boîte depuis des lustres et qui frôlait la cinquantaine. Il me serra la main et souriait, je faisais de même.

-Merci d’être venu ! Ça fait plaisir de voir des collègues, dis-je sûr de moi.

Il allait voir ma petite découverte et pouvoir dire à tous les autres que j’avais le sens pour découvrir de nouveaux talents.

-Je ne suis pas venu pour toi, Ricci. Te fais pas d’illusion. Je suis venu juste pour voir ton nouveau groupe et leur proposer un manager un peu plus expérimenté que toi, gamin !

Mon sourire se fit jaune. Putain, quel enfoiré ! Aucune chance qu’il me le vole, je savais que The Army me faisait confiance et, dans ce cas-ci, mon âge était un avantage parce qu’on parlait la même langue… Enfin pas dans le sens littéral du terme mais dans le sens qu’on était tous jeunes et qu’on avait le même but : prouver ce qu’on valait. Montrer qu’on était les meilleurs. Parce que c’est ce que j’étais.

-Tu peux toujours rêver. The Army est à moi. Tu pourras tenter tout ce que tu veux, ils me sont fidèles, dis-je en souriant sadiquement.

Sur ce, je plantai là cet enfoiré pour me diriger vers la table où était disposés la bouffe et l’alcool. Je me repris un verre de whisky alors que mon talkie-walkie que j’avais acheté hier pour communiquer avec Erik me rappela à l’ordre.

-Ouais qu’est-ce qu’il y a ?, dis-je interrogeant mon majordome.

-Vous devriez venir à l’extérieur de la villa, Monsieur… C’est assez urgent…, dit-il un peu désemparé.

Putain mais qu’est-ce qu’il y avait ? Je déposais mon whisky et sortis dehors où j’entendis les cris de rage d’une femme. D’ici on aurait dit la voix de Shirley… Ne me demandez pas comment je sais ça… Je me dirigeai vers les cris et devinez quoi ? Devant mes yeux il y avait une Shirley en rage qui gueulait sur Evan et les autres membres de The Army. Erik, lui, essayais vainement de calmer la jeune fille.

-Woh… Putain…, m’exclamais-je en fixant la Mercedes défoncée.

Elle devait appartenir à Shirley cette bagnole et il y en avait pour quelques milles dollars de réparation. Les coupables : The Army vu que la voiture qui se trouvait juste derrière était leur putain de pick-up miteux. Là, pour se faire remarquer, ils s’étaient fait remarquer ces cons…

Shirley se retourna vers moi et me fis face.

-Ces petits bouseux ont défoncés la voiture de mon père, Dany ! Je vais me faire tuer ! Je ne sais même pas d’où ils sortent !

Elle était visiblement très outrée… A raison. Sauf que ces petits bouseux comme elle disait c’était hélas mes protégés. Je me grattai l’arrière de la tête, me mordant la lèvre inférieure.

-Ben c’est-à-dire que… Ces bouseux comme tu dis sont aussi invités… C’est mon groupe de rock…

Là, elle me regardait avec des yeux de merlan fris. Même Erik ne savait plus où se mettre. Avant qu’elle me frappe ou quelque chose comme ça, je continuai de causer.

-Mais ne t’en fais pas, je payerais tous les dégâts. Tu auras cas m’envoyé la facture…

J’avais pas vraiment le choix sur le coup…

-T’as intérêt, dit-elle avec un air de pimbêche à frapper dedans.

Sur ce, elle s’en alla vers ma villa et je soupirais un grand coup en regardant Evan les sourcils froncés.

-Putain, quand je disais de vous faire remarquer, c’était pas dans ce sens-là ! Cette bagnole coûte super cher ! Vous aurez intérêt à m’aider pour les frais, putain !

Cette fête commençait vraiment mal… Putain qu’est-ce que j’avais fait pour avoir des boulets pareil moi ?

© Billy Lighter



You're never gonna die, you're gonna make it if you try, they gonna love you
©️ Pink Floyd


Dernière édition par Daniele Ricci le Ven 11 Sep - 15:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Evan "Sniper" Kurtz


Messages : 356
Date d'inscription : 17/07/2015
Age du personnage : 39
Localisation : Chez Natacha Perry

Who Am I?
Birth place: Los Angeles
Je suis: Alcoolique
Song: Legacy -The Army


MessageSujet: Re: Welcome To The Lonely Boy's Eden (1964 - 1965) [PV Evan][TERMINE]   Ven 11 Sep - 11:49


Welcome To The Lonely Boy's Eden

ft. Daniele Ricci


Les instruments n'avaient rien, le pick up n'avait rien, on crevait de bol sur ce coup-là. On était prêt à décharger nos instruments quand un jeune femme s'approcha de nous, je la regardai en souriant. Waw ! On venait d'arriver et elles commençaient déjà à venir vers nous ! C'était encore mieux que ce que Dany nous avait promis !

CLAC !

Et c'est après m'avoir mis une énorme baffe en pleine figure qu'elle se mis à hurler d'une voix stridente qui cassait les oreilles. Elle était tellement hystérique que j'avais du mal à comprendre pourquoi elle gueulait. Mais en suivant ses gestes du regard, mes yeux écarquillés et ma main sur ma joue qui cuisait, je compris que l'autre voiture, que je ne regardai que maintenant et qui était pas loin d'être déclassée, était à elle... Et qu'elle n'était pas contente que l'arrière en soit tout écrasé.

Ben c'était déjà une fille qu'on pourrait pas draguer ce soir...

Quand elle s'arrêta de crier une seconde pour reprendre son souffle, je tentais un vague...

-Désolé... J'avais plus de freins...

Mais elle recommença comme si j'avais rien dit. Les autres étaient autour de moi et toutes les trois secondes, Captain essayait d'ouvrir la bouche pour s'expliquer... Mais pas moyen...

C'est alors que Daniele, notre sauveur, apparu. Et la jeune fille s'adressa alors à lui. Elle nous traita de bouseux et on se regarda entre nous. C'est clair qu'on avait ni les manières, ni la même façon de s'habiller que Daniele, mais bon... On venait pas du même milieu non plus. Pas pour ça qu'on était fondamentalement différents.

Mais je préférais me taire parce qu'elle était vraiment hors d'elle et qu'en plus, je ne demandais qu'une seule chose : qu'elle arrête de crier. On était en plein hiver et je sortais d'une putain d'otite carabinée et sa voix me faisait mal aux oreilles.

Daniele nous défendit et assura à la fille qu'il payerait pour les dégâts. Je voulais enchérir que nous, on le ferait, mais j'osais vraiment pas sortir un mot de peur que la fille de ne remette à hurler. Je soupirai de soulagement quand la jeune femme sembla satisfaite bien que toujours outrée et s'en alla vers la villa. Alors, je me tournai vers Daniele, mes yeux toujours ouverts grands comme des soucoupes de surprise.

-Waw... Pas commode, celle-là... J'ai eu un problème de freins... Je suis désolé. On t'aidera à payer...

Je frottai à nouveau ma joue qui devait être écarlate et, une fois qu'on eu chacun pris nos instruments, sauf Sherman qui allait jouer sur une batterie que Daniele avait chez lui, on suivi Daniele qui se dirigeait vers la villa.

-Puis de toute façon, c'est qui cette fille ? Pour qui elle se prend ? Tu la connais ?

C'était un peu une bête question vu que le manager l'avait invitée chez lui... Du coup, évidemment qu'il devait la connaître...

Quand on traversa la porte, un grand gars blond bien habillé proposa de nous débarrasser de nos vestes. Je n'avais jamais vu de majordome. On était aux States, pas en Europe... Et j'y connaissais pas grand chose à l'Europe, d'ailleurs, hormis ce que je savais des deux premières guerres mondiales... Du coup, je savais pas que c'était son job à lui, de prendre nos vestes.

-C'est cool, mec, mais te dérange pas pour nous ! Prend une bière et éclate-toi !

Puis, me tournant vers Daniele.

-Et lui, c'est qui ? De ta famille ?

Ouais, parce que s'il accueillait les gens avec Dany, il devait être de sa famille... Comme quand on accueille des gens à la maison, quoi...

© Billy Lighter












SNIPER


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Daniele Ricci


Messages : 1238
Date d'inscription : 28/09/2013
Age du personnage : 40

Who Am I?
Birth place: Rome en Italie
Je suis: le meilleur
Song: Back In Black-AC/DC


MessageSujet: Re: Welcome To The Lonely Boy's Eden (1964 - 1965) [PV Evan][TERMINE]   Ven 11 Sep - 15:05


Welcome To The Lonely Boy's Eden

ft. Evan "Sniper" Kurtz


T’avais intérêt à m’aider à payer, Evan ! Parce que ça allait revenir cher vu l’état de la bagnole de Shirley. Je me passais une main sur le visage en soufflant. En même temps, si Sniper ne se promenait pas avec une poubelle comme voiture, il aurait eu de bons freins.

Je le regardais en remarquant assez vite par ses gestes et l’état de sa joue qu’il s’était pris une baffe de Shirley. Je souris sadiquement sans relever la chose. Un regard suffisait pour que je lui fasse comprendre qu’il l’avait bien mérité cette baffe.

On se dirigea tous vers ma villa. J’espère qu’après ce petit incident, j’allais pouvoir profiter de MA fête. Evan me posa une série de question sur la propriétaire de la Mercedes. Il n’avait pas vraiment aimé le comportement de Shirley. Je soupirais.

-Si je ne la connaissais pas, elle ne serait pas ici, réfléchis, dis-je en levant les yeux au ciel. C’est Shirley Ellis, la fille d’un grand entrepreneur de Los Angeles. Une fille de la haute quoi… Et toutes les filles de la haute se comportent comme ça alors il va falloir t’y habituer.

Ouais, évidemment, Evan n’était pas vraiment un gars de la haute et il devait se sentir un peu comme dans une autre dimension ici. C’est un peu comme si, moi, j’allais dîner chez lui pour Noël. Un petit diner en famille, c’est pas ça qui font dans les autres classes sociales ? Bien loin d’une villa remplis d’invités de marques.

On traversa la porte et Erik était prêt à réceptionner et ranger les vestes des membres de The Army. Il sourit cyniquement à la remarque d’Evan qui lui conseillais d’aller boire une bière plutôt de de ranger les manteaux. Ça, ça ne devait pas vraiment plaire à mon majordome. Lui qui adore faire son job, la phrase d’Evan devait sonner comme une insulte. Cet ignare de Sniper me demanda si Erik était de ma famille. Je regardais Erik l’air songeur avant de reposer mon regard sur Evan.

-Si on veut. C’est mon majordome. On se connait depuis mes 5 ans. Et tu devrais le laisser prendre vos vestes, sinon il va se vexer. C’est comme si on te disait « lâche le micro Evan et va te prendre une bière, je vais chanter à ta place ». Enfin tu vois, dis-je en me foutant un peu de la tronche du chanteur.

Ouais, Erik était ce que j’avais de plus proche de ma famille aujourd’hui. Et pour l’année à venir sûrement aussi. Enfin soit, une fois The Army débarrassé de leur veste, on entra réellement dans ma villa et je montrais fièrement du bras toute la richesse de l’endroit. Les invités étaient déjà en train de parler entre eux ou bien de manger et boire ce qu’il y avait sur le buffer.

-Alors, vous avez vu ? Il y en a des gens, hein ? La classe, non?

J’étais fier d’avoir su rassembler autant de personne même si une bonne moitié de ces gosses de riche n’était même pas réellement mes amis.  

© Billy Lighter



You're never gonna die, you're gonna make it if you try, they gonna love you
©️ Pink Floyd


Dernière édition par Daniele Ricci le Sam 12 Sep - 17:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Evan "Sniper" Kurtz


Messages : 356
Date d'inscription : 17/07/2015
Age du personnage : 39
Localisation : Chez Natacha Perry

Who Am I?
Birth place: Los Angeles
Je suis: Alcoolique
Song: Legacy -The Army


MessageSujet: Re: Welcome To The Lonely Boy's Eden (1964 - 1965) [PV Evan][TERMINE]   Sam 12 Sep - 11:47


Welcome To The Lonely Boy's Eden

ft. Daniele Ricci


Daniele me regardait comme si tout ça était de ma faute... Mais personne n'est à l'abri d'un accident, pas vrai ? Ça arrive, ça fait partie des choses de la vie... On était déjà bien content que personne n'avait rien... Y avait que des dégâts de carrosserie. Sauf que ce que je ne savais pas encore, c'était que dans le monde dans lequel The Army était sur le point d'entrer, les dégâts matériels sont souvent plus important que le mal qu'on peut faire à ses semblables. Mais ça, on ne le découvrirait qu'avec le temps, sans jamais y adhérer.

Daniele répondit à mes questions sur la jeune femme qui m'avait frappé. Et je devais chaque fois froncer les sourcils et pencher un peu ma tête vers lui pour lui accorder toute ma concentration pour le comprendre. Ses phrases étaient justes, parfois même plus juste que les miennes, il fallait reconnaître qu'il était doué. Mais son accent à couper au couteau rendait les mots difficiles à comprendre. Cependant, même si je me foutais souvent de la gueule de l'Italien, j'admirais la capacité qu'il avait eue à apprendre notre langue aussi rapidement. Je doutais fort que si je débarquais en Europe maintenant, quelque soit le pays hormis l’Angleterre, je sache me démerder aussi bien que lui sur aussi peu de temps.

Vu la position que je prenais pour écouter et comprendre Daniele, on aurait pu croire que j'avais un problème d'audition, ce qui n'était pas le cas, sauf quand j'étais malade. Et pour ce mois-ci, j'avais déjà donné, merci.

Daniele m'expliquait en fait que cette gonzesse était la fille d'un grand entrepreneur de L.A. et que j'allais devoir m'habituer au comportement des gens de la haute... Je haussai les épaules...

-Ouais, j'imagine... C'est parce que tu ne connais que ce milieu-là Dany...

C'est à ce moment-là que je fis la connaissance d'Erik que je croyais être de la famille de Daniele et apparemment, j'avais pas tout à fait faux dans ce que je disais. Erik connaissait Daniele depuis que l'Italien avait 5 ans, j'en déduis que le majordome était soit italien lui aussi, soit qu'il avait vécu un moment en Italie... Sauf que lui, il avait pas d'accent, ni une tête d'Italien... Il me ressemblait plus à moi qu'à Daniele, pour tout dire...

Je tendis ma veste à Erik directement quand Daniele m'affirma que ça allait le vexer si je ne le faisait pas. Hola, je voulais vexer personne, moi... Mais je comprenais pas vraiment tout ce qui se passait ici. Pas encore, du moins. Déjà, j'avais jamais vu une baraque pareille de l'intérieur ! On passait devant ce genre d'habitation à Beverly Hills quand on passait dans le coin en bagnole, mais c'était tout. On ne pouvais pas dire qu'aucun de nous était pauvre, mes parents vivaient à Hollywood et mon père avait sa pension de l'armée et son travail de disquaire, mais Beverly Hills, fallait quand même pas y penser.

Daniele, lui, était très fier de sa baraque, et de ses invités. Je suivis son geste circulaire du bras. Des filles et des gars bien habillés, tirés à quatre épingles... Pas comme nous, on s'était habillés comme on se serait habillé pour un concert puisque Daniele nous avait dit qu'on aurait l'occasion de jouer.

Erik revint vers nous et nous proposa d'aller ranger nos instruments en attendant de pouvoir jouer, justement. Je lui donnai ma guitare en le remerciant et il s'en alla avec. Puis, je me retournai vers Daniele...

-Ouais, c'est la classe... C'est sûr, mais s'ils sont tous aussi sympas que la Shirley, je suis pas sûr que ça en vaille la peine.

Je fronçai les sourcils, souris et me dirigeai vers une table où Sherman avait dégoté des bières. J'en pris une aussi à sa suite et, niant le décapsuleur qu'il me tendait, fis sauter la capsule avec mes dents, la laissant tomber à terre.

-Et puis... Comment tu peux connaître autant de gens? C'est pratiquement impossible...

Je revins plus près de Daniele...

-Y a des gens de ta famille là-dedans ?

Je connaissais Daniele, et je l'appréciais beaucoup. Je connaissais la famille de tous mes potes, frères, sœurs, parents... Bien que nos famille à nous étaient fort réduites, mes parents étant enfants uniques tout comme moi et la guerre ayant tué les pères de Sherman et Nuts...

© Billy Lighter












SNIPER


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Daniele Ricci


Messages : 1238
Date d'inscription : 28/09/2013
Age du personnage : 40

Who Am I?
Birth place: Rome en Italie
Je suis: le meilleur
Song: Back In Black-AC/DC


MessageSujet: Re: Welcome To The Lonely Boy's Eden (1964 - 1965) [PV Evan][TERMINE]   Sam 12 Sep - 17:04


Welcome To The Lonely Boy's Eden

ft. Evan "Sniper" Kurtz


Pourquoi Evan se contorsionnait-il autant quand il m’écoutait ? Je préférais pas demander à vrai dire. Il était peut-être sourd, qui sait ? Bref, je lui expliquais en quelques mots qui était Shirley. Evan répliqua en disant que je ne connaissais que ce milieu-là. Je haussais les épaules comme Evan venait de le faire.

-Un peu comme toi, qui ne connais que des gens de ton milieu, dis-je en montrant du doigt Captain, Nuts et Sherman.

Bon, ok, c’était un gros préjugé, mais il avait commencé. Puis, il y avait du vrai dans ce que je disais et dans ce qu’Evan disait. Parce que, ouais, je ne connaissais que des gens de ce milieu-là parce que j’étais né dans ce milieu-là. Il y avait une certaine logique.

Puis, on arriva enfin dans la villa – qui était MA villa pour deux jours. Je présentai brièvement Erik vu qu’Evan ne semblait pas vraiment savoir qu’il valait mieux laisser mon majordome faire son travail. Et enfin, je pouvais montrer du bras l’étendue de mes dépenses de cette semaine. Soit, une superbe villa avec de la bouffe et de l’alcool à volonté. J’étais fier de montrer tout ça à The Army qui n’avait pas l’habitude de ce genre de luxe. Puis, il y avait aussi beaucoup d’invités, de quoi mettre l’ambiance jusqu’aux petites heures.

Alors que je montrais le coin où il y avait tous les alcools, Erik vint prendre les instruments de The Army pour les ranger en attendant le concert. Ils s’exécutèrent sans bronche. Apparemment, ils avaient bien capté comment fonctionnait Erik. On ne contredit pas Erik – sauf si, éventuellement, on s’appelle Daniele Ricci.

Je ventais mes invités – ou plutôt, je ventais le fait d’avoir autant d’invités. Ce qui me valu une remarque d’Evan sur leur sympathie. Je soupirais.

-Ouais mais bon, Evan, tu as pas vu Shirley dans son meilleur jour. Faut dire, tu es rentrés dans sa Mercedes avec ton pick-up donc c’est normal qu’elle soit désagréable.

Evidemment, s’il croyait que tout le monde était comme un Shirley énervé c’est normal qu’il ait quelques appréhensions.

-Tu verras. Faut leur parler avant de juger.

Bon ok, une bonne partie d’entre eux étaient une bonne bande d’hypocrite mais c’est le milieu qui veut ça. Les gosses de politiciens, par exemple, c’est le pire.

Je suivis Evan jusqu’aux bières, reprenant mon whisky que j’avais abandonné là tout à l’heure. Le chanteur continuait ses questions notamment une sur le nombre d’invités que j’avais. Bah, c’était pas encore énorme comme nombre.

-Bah, je les ai rencontrés à différents galas souvent organisés par l’un de nos parents. Ou a des fêtes dans ce genre-là. C’est comme ça que ça marche, dis-je en haussant les épaules.

Des remises de prix ou de simple gala de charité où mon père était invité et qu’il n’avait d’autre choix que de me prendre avec parce que c’était souvent un putain de tradition d’emmener ses gosses à ce genre de soirée parce que ça donnait un visage plus humains à tous ses gros riches qui y venaient.

Evan s’avance plus verre moi. Mon whisky dénotait avec le choix de prendre une bière qu’avait fait Evan. A sa question, je me dérobai de son regard pendant quelques secondes avant d’y revenir.

-Non… Je suis fils unique…, dis-je avant de boire une grosse gorgée de whisky. Mon père ne viendra pas, il a trop de boulot.

J’en savait rien en fait, j’avais pas demandé à Erik les justification de son absence parce que je savais qu’il allait dire qu’il avait un rendez-vous d’affaire de dernière minute ou un truc dans le genre alors que il y a 65 pourcent de chance qu’il soit simplement tombé sur une jolie fille et qu’il préfère passé son Nouvel An avec elle plutôt qu’ici.

J’achevai mon whisky d’une traite.

-Mais on a pas besoin de lui pour s’amuser.

Je souris à Evan montrant toute mon assurance dans un moment où, sérieusement, j’étais un peu déçu.  

© Billy Lighter



You're never gonna die, you're gonna make it if you try, they gonna love you
©️ Pink Floyd


Dernière édition par Daniele Ricci le Mar 15 Sep - 16:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Evan "Sniper" Kurtz


Messages : 356
Date d'inscription : 17/07/2015
Age du personnage : 39
Localisation : Chez Natacha Perry

Who Am I?
Birth place: Los Angeles
Je suis: Alcoolique
Song: Legacy -The Army


MessageSujet: Re: Welcome To The Lonely Boy's Eden (1964 - 1965) [PV Evan][TERMINE]   Mar 15 Sep - 12:05


Welcome To The Lonely Boy's Eden

ft. Daniele Ricci


Daniele avait pas tort. On venait de deux monde différents qui, pour nous, n'étaient encore jamais entrés en collision. Aujourd'hui allait être la première fois et y avait déjà eu son lot d'étincelles quand mon vieux tacot avait enculé la Mercedes de la fameuse Shirley. Et la soirée venait à peine de commencer... Et la nouvelle année était sur le point de faire de même...

Et peut-être même que notre nouvelle vie aussi. Et Daniele nous avait déjà assez promis la fortune et la gloire pour qu'on se mette à penser que le monde qui s'étalait à l'instant devant nous, on allait pas tarder à en faire partie intégrante...

J'étais pas prêt pour ça. J'avais déjà du mal avec le ton hautain de Shirley... Et puis, j'étais pas prêt non plus à m'habiller comme les gens qui étaient ici ou même Daniele... Les combat shoes et les treillis de l'armée me convenaient très bien... Les costards, c'était pas trop trop mon truc.

On se servit à boire et je me sentis déjà mieux, plus à ma place, avec une bière en main. Au moins, c'était un truc connu dans cette énorme baraque pleine de gens. Et en même temps, il y avait quand même quelque chose dans tout ce bordel qui était attirant. Faut l'avouer... La célébrité et l'argent, c'est toujours attirant, faut pas se voiler la face et j'étais un mec comme les autres.

Daniele me disait de laisser une chance à cet endroit et à ces gens avant de juger. Je hochai la tête, j'étais bien d'accord, c'était bien mon intention... Mais cette fille m'avait agressé en premier alors niveau premier contact, ça avait pas été trop ça. Mais bon, ils ne devaient pas être tous comme ça.

-T'inquiète, Dany. J'y compte bien!

Je souris. Parce que fallait avouer qu'il y avait un tas de jolies filles dans le lot ! Et si tous les autres étaient que des gosses d'industriels ou des trucs comme ça, on avait clairement nos chances en tant que musiciens !

Je fis s'entrechoquer ma bouteille de bière avec le verre de whisky de mon futur manager. Puis, je lui demandai d'où il connaissait autant de gens. Pour moi, c'était pratiquement impossible d'avoir autant de personnes à inviter... A mes anniversaires, je faisais chaque fois une fête avec mes potes et on se marrait bien, mais on était pas 10 milles non plus ! Si on arrivait à une toute petite dizaine de personnes, avec mes parents compris, c'était déjà pas mal !

Je buvais ma bière en écoutant Daniele, réalisant qu'il vivait dans un monde assez fermé. Pratiquement tous les plus jeunes ici étaient des fils ou filles de quelqu'un. Mais eux, à part ça, ils étaient quoi ? Ça devait pas être facile d'être seulement le gosse d'un mec riche sans avoir son identité propre...

En ça, Daniele était complètement différent d'eux. Parce que lui, il se tuait à essayer de se faire un prénom. Et il avait même quitté son pays d'origine pour ça.

En parlant de ça, je lui demandai où était sa famille à lui, mais je regrettai bien vite d'avoir posé la question. Il ne voulait rien laisser paraître, mais son regard le trahi. Putain ! Quel père indigne !

Je gardai cependant ce commentaire pour moi. Et sourit.

-Ouais, c'est pas grave, on s'en fout ! T'as 4 frères, ce soir, mon pote!

Je désignai Nuts, Captain et Sherman du regard et sourit un peu plus de toutes mes dents. Puis, je posai ma main entre les omoplates de Daniele.

-Et si tu nous présentais, un peu. Comment on s'amuse ici ?

Ouais... Parce que je doutais qu'on se fasse un karaoké improvisé, quoi que, après quelques litres d'alcool, y aurait peut-être moyen de délurer un peu tous ces coincés.

© Billy Lighter












SNIPER


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Daniele Ricci


Messages : 1238
Date d'inscription : 28/09/2013
Age du personnage : 40

Who Am I?
Birth place: Rome en Italie
Je suis: le meilleur
Song: Back In Black-AC/DC


MessageSujet: Re: Welcome To The Lonely Boy's Eden (1964 - 1965) [PV Evan][TERMINE]   Mar 15 Sep - 16:57


Welcome To The Lonely Boy's Eden

ft. Evan "Sniper" Kurtz


Je devais avouer que, pour Evan, venir ici c’était un peu comme rentrer dans une autre dimension. Un peu comme si on m’envoyait faire du camping au milieu des bois. Je l’encourageais quand même à laisser une chance aux gens qu’il y avait ici. Ok, ils étaient loin d’être parfait. Il y en a même qui ont de sacrés défauts mais au moins, eux, ils étaient venu… C’était tout ce qui comptait pour moi, quelque part. Il accepta et je lui fis une tape amicale suivi d’un grand sourire. Evan n’allait pas être déçu, la fête allait être grandiose. Elle avait tout pour l’être.

On trinqua moi et Evan. Lui avec sa bouteille de bière et moi avec mon verre de whisky. Nos alcools favoris. Je lui expliquais ensuite d’où je connaissais tout ce petit monde. Ces gens-là, aussi hypocrites qu’ils pouvaient être faisaient partie intégrante de ce que j’avais toujours connu. Pour moi, les fêtes étaient automatiquement composées d’un bel endroit, d’alcool, de drogue, de musique et de gens riches venus de divers endroits. Je n’avais jamais connu les Noël en famille autour d’un sapin et d’un bon feu… Non… Si mes Noël avait été comme ça ils auraient été bien morose vu que ma famille se composait uniquement de mon père et moi.

Tiens, en parlant de ma famille, voilà qu’Evan me demanda si quelqu’un ici en faisait partie. Ben… Non… Enfin, si, d’après Evan j’avais lui, Nuts, Captain et Sherman. Quatre frères pour un héritage, c’est pas bon. J’avais retenu cette blague de mauvais goût pour à la place approuver Evan. Ouais on pouvait dire que je les avais… On pouvait dire ça pour ce soir.

Fallait maintenant faire les présentations. Il avait raison le Evan.

-Ok ! Suivez le guide !

J’avançais d’abord vers le buffet et repris un whisky avant de diriger Evan et consort vers le manager de tout à l’heure. Celui qui désir tant me voler mon petit bijou.

-Evan je te présente… Attends… Euh… Je sais plus son nom, dis-je en souriant un peu pour bien faire comprendre au type en face de moi que ce n’était pas parce qu’il avait 50 ans d’expérience chez BSC qu’il allait pouvoir me prendre mon groupe. Oh, ça me reviendra… Soit, c’est un manager de BSC, il a 60 ans d’expérience comme tu peux le voir à sa tête et il veut absolument vous voler à moi. Il me l’a dit il n’y a pas 20 minutes.

Ça c’était fait… Le manager grommela disant qu’il s’appelait Hector et qu’il avait 25 ans d’expérience – je savais tout ça, en fait… Puis, il s’approcha d’Evan pour entourer ses épaules de son bras et venter ses talents en tant que manager et rajouter à quel point j’étais jeune et inconscient. Je levai les yeux au ciel. Il n’avait strictement aucune chance.

-Encore un grosse de riche qui essaye de se faire un nom, conclut-il.

Je fis la moue. Allez Evan, montre-lui que tu ne me trahiras pas. On est frère non ? Pour un soir au moins.  

© Billy Lighter



You're never gonna die, you're gonna make it if you try, they gonna love you
©️ Pink Floyd


Dernière édition par Daniele Ricci le Jeu 17 Sep - 18:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Evan "Sniper" Kurtz


Messages : 356
Date d'inscription : 17/07/2015
Age du personnage : 39
Localisation : Chez Natacha Perry

Who Am I?
Birth place: Los Angeles
Je suis: Alcoolique
Song: Legacy -The Army


MessageSujet: Re: Welcome To The Lonely Boy's Eden (1964 - 1965) [PV Evan][TERMINE]   Mer 16 Sep - 21:16


Welcome To The Lonely Boy's Eden

ft. Daniele Ricci


Daniele nous accepta pour frères pour ce soir. Et j'en étais bien content. Moi non plus, je n'avais pas de frères biologiques et je savais ce que c'était que de passer son enfance tout seul, quand on a pas encore l'âge de voyager à gauche et à droite tout seul. Après, en grandissant, l'avantage que j'avais eu, c'était que j'avais pu choisir mes frères. Aujourd'hui, j'en avais trois. Quant à des sœurs, ben... J'en avais pas vraiment trouvé. J'étais du genre à tomber amoureux des filles très facilement, plutôt que de m'en faire des amies. Ou alors, je savais juste pas faire la différence.

Mais Daniele, lui, malgré le nombre de gens qu'il y avait ici, ne semblait pas avoir d'amis proches pour autant. Je crois que dans tout se bordel, on était encore ceux qui étaient le plus proches de lui. Et pourtant, on était loin de se connaître depuis longtemps. D'après ce que l'Italien me racontait, la plupart des gens ici, il le connaissait depuis des années.

Mais alors pourquoi personne ne semblait proche de lui ? Tout le monde semblait être plus là pour profiter de la fête organisée par Daniele plutôt que de vouloir réellement passer du bon temps avec lui.

Mais comme le disait le jeune manager, je devais donner une chance à ce monde bizarre dans lequel je venais d'entrer, le découvrir sans le juger trop vite.

Je demandai donc à Daniele d'être notre guide, de nous montrer, en gros, comment ça fonctionnait.

Et alors que je m'attendais à ce que Daniele nous présente à des gens de notre âges ou à peu près, c'est vers un vieux d'au moins 50 ans qu'il nous mena.

Je compris un peu mieux quand Daniele m'expliqua qui était ce vieux mec. Ma bière à la main, je la sirotait en regardant le gars qui fini par me tendre la main que je serrai tout en buvant. En quoi ce gars pouvait être amusant, sérieusement, Daniele ? Rien que son costard était ennuyeux... J'avais souris, essayant de ne pas rigoler en pinçant mes lèvres quand Daniele affirma avoir oublié son nom.

Je ne connaissais pas l'Italien depuis longtemps, mais j'en savais assez sur lui pour savoir qu'il n'avait pas du tout oublié le nom de ce type. Et je savais pourquoi Daniele parlait avec un ton aussi cynique. D'ailleurs, il n'en cacha pas la raison, nous expliquant qu'il voulait être notre manager.

Mais c'était un manager, un gars de chez BSC... Et donc, fatalement, c'était naturel que Daniele nous présente à un de ses collègues/rivaux.

En grommelant, le gars décida de se présenter de lui-même.

-Salut Hector !

Je lui offris mon plus grand et mon plus beau sourire. Pour The Army, le choix était déjà fait. Daniele nous avait découvert. Daniele nous avait écouté. Daniele serait notre manager, personne d'autre.

Le fameux Hector avait une vision totalement différente et assez diffamatoire de notre jeune future manager. Moi, j'avais une vision vite fait de lui...

-Dis, Hec... Comment on fait pour vouloir être le manager d'un groupe qu'on a jamais entendu ?

Je bus une coup de bière avant d'essuyer ma bouche avec mon avant-bras.

-J'ai pas beaucoup d'expérience, mais je pense qu'il faut être soit très con, soit un fan du 6ième sens de Daniele...

Je souris ensuite à Daniele, lui faisant un clin d’œil...

Et Sherman d'ajouter en passant à côté du vieux manager en lui tapant sur l'épaule.

-On a déjà un manager, mon pote... Et il s'appelle Ricci, mec...

Puis, j'en rajoutai une couche.

-Il essaye pas de se faire un nom... Mais un prénom. Et c'est tout à son honneur, mec.

Je m'étais rapprocher un peu de Ricci. On était jeunes, on était peut-être cons aussi et inconscients, et innocent et prétentieux.

Mais on allait au moins essayer.

© Billy Lighter












SNIPER


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Daniele Ricci


Messages : 1238
Date d'inscription : 28/09/2013
Age du personnage : 40

Who Am I?
Birth place: Rome en Italie
Je suis: le meilleur
Song: Back In Black-AC/DC


MessageSujet: Re: Welcome To The Lonely Boy's Eden (1964 - 1965) [PV Evan][TERMINE]   Jeu 17 Sep - 18:25


Welcome To The Lonely Boy's Eden

ft. Evan "Sniper" Kurtz


Pourquoi j’avais commencé par présenter ce type de BSC à The Army ? Pour être sûr de prendre suffisamment d’avance pour être certain qu’il ne me vole pas mon bijou. The Army était ma clé pour démarrer ma petite vie à L.A. et je comptais bien le garder pour moi tout seul.

Hector avait fini par se présenter lui-même. Bah ouais vas-y, montre nous ta mauvaise humeur Hec’, t’es tellement réputé pour être un gars ennuyeux que tu n’as strictement aucune chance d’avoir The Army pour toi. Le vieux manager en profita pour me rabaisser un maximum mais j’en avais rien n’à foutre, je commençais à avoir l’habitude. C’était comme ça depuis le que j’avais débarqué chez BSC. Il n’y a pas un jour où ces managers soi-disant meilleurs que moi, ne m’envoie pas une petit pique en rapport avec mon âge, mes origines ou mon statut sociale de gosse de riche. C’est pour ça que je devais réussir et que j’allais réussir. Pour ça et, aussi, parce que j’étais tout simplement le meilleur.

Le mieux c’était la réponse d’Evan. Putain, le chanteur de The Army avait trop raison.

-C’est vrai, ça, Hec’ ! Vas pas trop vite, tu les as même pas entendu, dis-je après la remarque d’Evan.

J’essayais de me retenir de rire quand Evan continua à causer en réussissant à, non seulement insulter Hector, mais en plus me valoriser d’une manière qui me plaisait beaucoup. Le 6ème sens de Ricci, ça devrait être une marque déposée. Mon sourire ce faisait très large alors que je transperçais le manager de BSC du regard. Seul le sourire et le clin d’œil d’Evan me firent détourner le regard.

Sherman s’y mis aussi avant qu’Evan ne dise une vérité. Ouais, mec, Ricci c’est déjà connu. Et bientôt, se sera Daniele Ricci qui sera connu. Je deviendrais incontournable dans cette ville. Alors que toi, Hector, personne ne te connait et personne ne te connaitras. Putain que ça faisait du bien de voir la tête du manager de BSC se décomposer au fur et à mesure des arguments de The Army.
On était tous resserré comme un groupe soudé et, tel un leader que j’étais, je m’approchais d’Hector et lui tapai une fois sur l’épaule.

-Sans rancune, mec !, dis-je en souriant de toutes mes dents.

Je me retournai ensuite vers The Army.

-Venez ! Je vais vous montrez des gens bien plus intéressent. Dans le genre. Euh… Des jolies filles ça vous dit ?

Pas besoin de demander, je savais que oui. Je menais mon groupe vers un groupe de fille qui était rassemblée non loin des alcools. J’y reconnus deux jeunes actrices italiennes qui avaient réussi à Hollywood il y a peu et que je connaissais depuis mes 16 ans ainsi que Sharon, la fille d’un magnat du pétrole américain. Elle était aussi la filleule de ma mère et je la connaissais depuis que je suis né.

-Les gars. Vous n’allez pas être déçu avec ses trois-là. Surtout, on partage, chacun son tour !

Une fois arrivée devant les trois filles, je leur offris mon meilleur sourire.

-Les filles, je vous présente mon groupe : The Army. Voilà Sniper, Sherman, Nuts et… Euh… C’est quoi encore toi ?, dis-je en me retournant vers Captain en faisant mine d’avoir complètement oublié son nom.

-Captain, dit-il en faisant la moue.

-Ah ouais, Captain, c’est ça !

Les filles rigolèrent et chuchotèrent deux trois mots entre elles avant de se présenter à leur tour. Sharon, Carla et Angelina. La première précisa le lien qui nous liait pour montrer à Evan qu’on se connaissait depuis un bail.

-Alors c’est ça ton fameux groupe de rock, Dany, faut avouez qu’ils sont mignons, dit Sharon en regardant Evan.

-Ouais ! Mais le mieux, c’est qu’ils savent faire de la musique. Et pour moi, c’est tout ce qui compte le reste je m’en fiche un peu…

Ouais, c’était mieux ! Avec un groupe pareil, j’allais gagner des thunes. Je mis mes mains dans mes poches pendant qu’ils faisaient connaissance et mes doigts entrèrent en collision avec le sachet de coke que j’avais dans la poche. Après qu’ils se soient partagé les filles, j’allais prendre ma dose, c’était clair.   

© Billy Lighter



You're never gonna die, you're gonna make it if you try, they gonna love you
©️ Pink Floyd


Dernière édition par Daniele Ricci le Sam 19 Sep - 19:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Evan "Sniper" Kurtz


Messages : 356
Date d'inscription : 17/07/2015
Age du personnage : 39
Localisation : Chez Natacha Perry

Who Am I?
Birth place: Los Angeles
Je suis: Alcoolique
Song: Legacy -The Army


MessageSujet: Re: Welcome To The Lonely Boy's Eden (1964 - 1965) [PV Evan][TERMINE]   Ven 18 Sep - 21:05


Welcome To The Lonely Boy's Eden

ft. Daniele Ricci


Ce que j'avais dit au vieux manager était probablement très prétentieux. Parce qu'en fait, The Army n'était encore nulle part. On ne savait pas si on allait réellement réussir. Pourtant, j'avais parlé comme si j'en étais sûr. Simplement parce que c'était le cas. Je ne me posais même pas de questions. Je laissais aller les choses et surtout, j'y croyais à fond. Le fait que Daniele se soit intéressé à nous était déjà une victoire pour nous ! Un pas vers... Vers quoi, exactement ? Je crois qu'on n'en savait rien.

Et j'étais pas le seul, dans le groupe, à y croire. Sherman avait appuyé mes paroles en en rajoutant tout en tapant sur l'épaule de Hector comme s'il était désolé pour lui, mais qu'on était déjà pris... Ce qui était le cas... Qu'on était déjà pris, pas qu'on était désolés...

Et on prouvait en même temps à Daniele combien on avait confiance en lui. Il était jeune ? Et alors ? Nous aussi, non ? Et il savait s'amuser ! Alors c'était tout benef' pour nous ! Pourquoi on irait prendre un gars qui allait passer son temps à nous materner ? J'avais une mère, pour ça...

Le jeune manager semblait plus que satisfait qu'on l'ait valorisé devant son rival. Après tout, c'était pas très éthique non plus de voler les talents découverts par d'autres...

On finit par quitter Hec' que j'avais déjà oublié pour me concentrer sur ma bière. Et c'est là que Dany nous proposa de nous présenter de jolies filles. Je lâchai le goulot de ma bouteille.

-Oh ouais ! Il est presque temps, Dany!

Et on fut pas déçus ! Pour ce qui était des jolies filles, Daniele avait pas lésiné sur les moyens, comme pour le reste, d'ailleurs ! Je rigolai quand Daniele affirma qu'on devait partager...

-Tu rigoles ! Il y a bien assez de jeunes femmes pour tout le monde !

Sherman avait déjà flashé sur une fille d'ailleurs, mais elle ne faisait pas partie du groupe que nous présenta Daniele. Il nous présenta une à une et je souris, les regardant avec mes grands yeux. C'était peut-être le seul atout que j'avais avec le fait d'être chanteur et guitariste... Ah ben, tout bien réfléchi, c'était pas si mal...

Et Daniele bloqua sur Captain... Je me tournai vers mon ami en me retenant de rire. Ces deux-là... Y avait rien à faire. Pas qu'ils ne s'aimaient pas... C'était juste que... Je crois qu'ils étaient beaucoup trop différents l'un de l'autre...

Et moi, j'étais coincé entre les deux...

Daniele, lui, n'en ratait pas une dès qu'il pouvait le faire chier. On ne se connaissait pas depuis longtemps, mais ils agissaient déjà comme un vieux couple.

Je ne pus me retenir de rougir quand les filles se mirent à chuchoter entre elle. Putain, je me sentais comme revenu du temps où j'étais à l'école devant des filles qui me plaisaient... Temps qui n'était pas si lointain, en fait.

Et ce fut pire quand elles affirmèrent qu'on était mignons... Je murmurai entre mes dents serrées.

-Oooh... Putain... !

Deux des jeunes femmes partageaient leur accent avec Daniele... Et c'est donc naturellement que je me dirigeai vers celle qui avait la même façon de parler que moi. Je n'avais aucune idée de qui elle était et à vrai dire, j'en avais un peu rien à foutre de savoir ce qu'il y avait sur son compte en banque. Elle me plaisait, c'est tout. Bon, elle n'avait rien de véritablement original, mais on aurait tort, à une fête pareille, de ne pas s'amuser un peu. J'avais pas de petite amie alors je pouvais faire ce que je voulais. D'autant que je doutais que parmi les filles qu'il y avait ici, il y en ait une seule qui cherchait véritablement une relation sérieuse... Hormis celles qui étaient venue accompagnées et qui l'avaient donc déjà, leur relation sérieuse.

Non, les autres devaient être les versions féminines de Daniele Ricci, venues ici pour draguer, boire, se montrer et probablement essayer de finir le nuit en compagnie d'un gars qui leur plaisait... Pour ensuite disparaître... Jusqu'à la prochaine fiesta pour tout recommencer au début.

Et ça, c'était bien nouveau pour nous aussi... Parce que dans cette fête, je n'étais pas sûr que tout le monde se connaissait... Alors que les fêtes auxquelles on avait l'habitude de participer et qui était, en général, des fêtes de notre quartier ou de notre école et là, tout le monde se connaissait... De même que toutes les histoires de quand on était gosses, dont certaines dont on avait bien honte.

Je tendis la main à la jeune femme qui la pris, mais pas en la serrant comme l'aurait fait un gars... C'était plus doux et plus sensuel. J'étais en train de me faire draguer dès les premières secondes. Et le pire, c'était que ça marchait.

-Je m'appelle Evan.

Elle se présenta comme étant Sharon. Cool ! C'était toujours bon à savoir... On sait jamais...

Daniele disait qu'on savait faire de la musique... Et que c'était tout ce qui comptait. Et ça me ramena à la réalité. Nuts et Cap parlaient avec les italiennes... Moi, je m'adressai à Sharon, enchaînant sur ce que venait de dire Daniele, en passant mon bras autour des épaules de mon manager, fier comme pas deux.

-Ouais ! Et Daniele nous a permis de faire un mini concert ce soir ! Un concert qui se terminera à minuit. T'imagines ! A la dernière note de la dernière chanson, on sera en 1965 !

Je trouvais ça magique, même si ça allait nous demander de respecter un timing précis, ce qui rajoutait au challenge et au stress. Ouais, parce que je stressais. On avait l'habitude de jouer au Crazy Ginger, et le public de ce club commençait à avoir l'habitude de nous voir. Mais là, on était dans un tout autre environnement.

Je regardai Daniele puis Sharon...

-Et j'espère que ça ira...

Je secouai ma bouteille. Vide. Putain, déjà !

-Heu...

Je regardai autour de moi et vit une table avec des bouteilles pleine.

-Ah ah !

Je m'éclipsai deux secondes et revint avec mon ravitaillement.

© Billy Lighter












SNIPER


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Daniele Ricci


Messages : 1238
Date d'inscription : 28/09/2013
Age du personnage : 40

Who Am I?
Birth place: Rome en Italie
Je suis: le meilleur
Song: Back In Black-AC/DC


MessageSujet: Re: Welcome To The Lonely Boy's Eden (1964 - 1965) [PV Evan][TERMINE]   Sam 19 Sep - 19:53


Welcome To The Lonely Boy's Eden

ft. Evan "Sniper" Kurtz


Bien assez pour tout le monde ? Ouais, c’était vrai. Il y avait largement assez de belles filles pour ne pas finir la soirée tout seul. Et je comptais bien en profiter. Avant tout, je voulais en trouver une pour chacun des membres de The Army afin qu’ils se souviennent longtemps de cette soirée. Parce que là était le but : que les gens se souviennent qu’ils ont passé la meilleur soirée de leur vie chez Daniele Ricci !

-Pas faux, il y en a plus qu’assez ! Vous avez l’embarras du choix, les gars !

Arrivé près des trois filles, que je connaissais à différent niveaux, je présentai les membres de mon groupe – dont j’étais fier et que donc je présentais à tout le monde – en faisant exprès d’oublier le surnom de Captain. Pourquoi ? J’en sais rien, en réalité, c’était juste que j’adorais l’emmerder.

Les filles étaient visiblement ravies qu’on leur porte de l’attention et elles déclarèrent que les membres de mon groupe étaient mignons – à l’image de leur manager, bien sûr. Evan en rougissait. Bah voyons, il en fallait peu pour le faire rougir. Ce n’était qu’une fille, Evan. Si un jour tu deviens une rockstar tu devras t’y habituer. Sinon, ta couleur de peau deviendra rouge… Il s’exclama ce qui fit rire Sharon.

C’est cette dernière qui attira le plus le regard d’Evan. C’est clair qu’elle était jolie mais, en plus, elle n’était pas bête. On n’avait pas de liens familiaux. Ma mère avait été sa marraine parce qu’elle était la meilleure amie de la mère de Sharon. Rien de plus. Ma seule réelle famille était mon père… Rien de plus.

Evan se présenta et je sentais bien que Sharon l’avait déjà dans son viseur. En attendant, je regardais aux alentours pour savoir qu’elle fille serait à mon goût ce soir tout en conversant avec Sharon. Evan ajouta son grain de sel en récapitulant comment allait se passer le concert de ce soir. Ouais, ça allait pas être simple de finir pile la minute de la nouvelle année, mais c’était un défi qu’on avait envie de relever. Je l’avais proposé aux gars qui s’étaient empressés d’accepter.

-Techniquement ça sera pas facile. Mais j’ai confiance en eux, dis-je totalement sincère.

Evan espérait que tout ce passerait bien pendant que moi, j’en étais certain. J’avais jamais rien raté dans ma vie et ce n’était pas à la veille de l’année 1965 que ça allait commencer. Non ! The Army allait être dans le timing, je le savais.

Evan s’éclipsa pour, j’en déduis, prendre une nouvelle bière. Sharon me regardait, penchant la tête légèrement sur le côté. Son regard. Il n’en fallait pas plus pour que je comprenne.

-Tu peux l’avoir… J’en trouverai une autre, dis-je en buvant le reste de mon whisky.

Elle souriait. Elle pouvait avoir Evan ainsi j’allais pouvoir en trouver une autre. Parce que d’habitude quand Sharon était à la même fête que moi, ça finissait toujours pareil. Il fallait changer un peu et elle semblait bien aimer mon protégé alors pourquoi l’en privé.

Evan revint avec sa bière.

-T’as gagné le jackpot, dis-je sans préciser de quel jackpot je parlais.

Je finis par sortir ma came de ma poche la montrant à tous ceux qui était autour de moi – c’est-à-dire The Army et les trois filles.

-Bon, ça vous dit de partager ? Une ligne chacun ! C’est moi qui offre !

Nuts semblait intéressé, si bien qu’il en lâcha la main de l’italienne. Captain faisait la moue quant à Sharon elle soupira avec un sourire aux lèvres.

-Dany, fait pas cette connerie. Ton père serait pas d’accord, dit-elle en désapprouvant de la tête.

Mon père ? Ah bon… Il désapprouverait ? Faudrait déjà qu’il le voit.

-Mon père ? Tu vois mon père quelque part ? Puis, je crois pas qu’il soit en position de dire quoi que ce soit, dis-je en transperçant Sharon du regard.

Ouais parce que un alcoolique qui dit à un drogué d’arrêté de se drogué, faut dire que c’est plus que limite.

Elle soupira mais sans ajouter quoi que ce soit. Je me retournais ensuite vers Evan.

-Et toi ? T’en veux ?, dis-je en souriant.

Allez Evan ! On va s’éclater, mec !  

© Billy Lighter



You're never gonna die, you're gonna make it if you try, they gonna love you
©️ Pink Floyd


Dernière édition par Daniele Ricci le Mer 23 Sep - 20:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Evan "Sniper" Kurtz


Messages : 356
Date d'inscription : 17/07/2015
Age du personnage : 39
Localisation : Chez Natacha Perry

Who Am I?
Birth place: Los Angeles
Je suis: Alcoolique
Song: Legacy -The Army


MessageSujet: Re: Welcome To The Lonely Boy's Eden (1964 - 1965) [PV Evan][TERMINE]   Mar 22 Sep - 17:18


Welcome To The Lonely Boy's Eden

ft. Daniele Ricci


Daniele nous avait expliqué que placer notre concert afin que celui-ci prenne fin exactement à minuit était stratégique. Cela permettrait de faire rester les gens pendant toute la soirée à la villa que Ricci avait louée. Et de terminer par un coup d'éclat. Je ne voyais pas trop s'il parlait vraiment du concert que The Army allait donner ou s'il y avait autre chose qui serait une surprise pour nous aussi. Enfin, j'étais pas du genre à me tracasser et puis j'aimais bien les surprises.

De plus, on inversait une tendance. D'habitude, dans ce genre de soirée, les groupes jouaient et puis se mêlaient à la foule des invités. Ici, ça allait être le contraire. Daniele disait que nous voir avant allait piquer la curiosité des gens qui seraient là et je supposais que c'était plus particulièrement les autres managers de BSC qu'il visait. L'Italien avait aussi ajouté que s'ils nous voyaient avant, les gens allaient déjà se faire une idée, à nos têtes et à notre style, de la musique qu'on faisait... Et que, peut-être, on en surprendrait plus d'un. Personnellement, je l'espérais. Parce que mon père avait l'habitude de dire, en parlant de groupes de rock : « L'important, ce n'est pas qu'on parle d'eux en bien ou en mal. L'important, c'est qu'on parle d'eux. »

Et le moins qu'on puisse dire, c'est que Daniele avait tout prévu pour qu'on parle de nous.

J'étais allé me recherché une bière, et à mon retour, j'avais découvert Sharon et Daniele se regardant avec un regard complice. Je ne savais pas encore à quel point notre futur manager était un séducteur... Mais ce regard là ne laissait aucun doute. Ces deux-là se connaissaient mieux qu'ils ne voulaient bien le dire. J'étais pas totalement à côté de mes pompes non plus. Mais ça semblait ne poser problème à aucun des deux que je m'approche un peu de la jeune Sharon...

Daniele m'annonça que j'avais gagné le jackpot. Je fronçai d'abord les sourcils parce que j'avais été distrait par mes propres pensées concernant Sharon et Daniele, puis souris quand mon franc tomba.

-Ah... Ouais...

Je rigolai et fit un clin d’œil à Sharon, me détendant un peu.

Je portai ma bouteille à mes lèvres et c'est à ce moment-là que Daniele sortit de sa poche, sans aucun complexe, un petit sachet de poudre immaculée. Je faillis m'étrangler avec ma bière. Et ouais, là d'où je venais, t'avais intérêt à pas te faire trop remarquer si t'avais ce genre de dope en poche ! Alors qu'ici, Daniele s'en cachait pas. Il frimait, même ! Et en proposait à tout le monde.

Je restai perplexe, mes yeux grands ouverts de surprise et ma bouteille en main.

Je devais faire quoi, là, maintenant ?

Je regardai Nuts qui avait un regard curieux, Sherman qui était dans le même état de questionnement que moi et Captain qui hochai déjà négativement la tête. On était tous des gosses de militaire mais c'était lui, même si son père était aveugle, qui avait reçu l'éducation la plus militaire, sans pour autant être extrême. Disons qu'il avait un tas de principes auxquels il ne dérogeait pas... Puis ses parents étaient un peu vieux jeu aussi... Moi, mon père s'était reconverti en disquaire et s'il ne haïssait pas l'armée parce qu'elle lui avait apporté beaucoup, il faisait la part des chose, en tirant uniquement le meilleur pour mon éducation. Quant à Sherman et Nuts... Ben ils avaient été élevés par leurs mères seules.

Sharon soupira mais gardait le sourire, mettant Daniele en garde. Comme pour me soutenir, je pris la main de la jeune fille. Comme pour lui faire comprendre que j'étais d'accord avec elle.

Et c'est là que j'appris qu'on ne pouvait rien faire contre l'art de la réplique de l'Italien. Son père était même pas là pour passer le nouvel an avec son fils alors il était pas vraiment en position de dire quoi que ce soit. Je me pinçai les lèvres, regardant Sharon et haussant les épaules... Ben ouais, qu'est-ce que tu veux répondre à ça, il a raison...

Daniele attira alors mon attention en me demandant si j'en voulais. Je regardai Sherman qui me regardait toujours comme s'il était mon reflet et n'était donc pas d'une grande aide. Captain l'était beaucoup plus puisqu'il avait une réponse radicale à la question... Tout autant que Nuts... Ce qui faisait que je ne pouvais me fier qu'à moi-même...

Je regardai ma bouteille de bière puis souris à Daniele d'un air désolé...

-Non, merci, ça va, j'ai assez avec ma propre drogue...

Je souris un peu gêné. J'avais juste la trouille, en fait. J'avais pas vraiment envie de crever d'une overdose ou pire : d'être incapable de faire le concert tantôt !

Et j'étais tellement loin de savoir que dans quelques années, ce que j'avais en main allait réellement me foutre en l'air autant qu'aurait pu le faire la drogue de Daniele...

Sherman, avec un air soulagé, ajouta que c'était son cas aussi, que rien ne valait une bonne cuite ! Nuts, par contre et malgré les objections de Cap qui fini par lever les yeux au ciel, s'approcha de Daniele. Il avait jamais pris ce truc et il était de nature curieuse... Moi, je faisais pas de remarque. Qui j'étais pour dire à un type de mon âge ce qu'il devait faire ou pas ? Puis peut-être que si ça lui plaisait pas, il en prendrait plus jamais.

Captain me regardait et je lui lançai un regard plein d'impuissance... Je suis pas le père de Nuts, merde !

Mais je décidai quand même de lancer à Daniele et Nuts.

-Hey, faites gaffe avec ça, ok ?

Je croisai ensuite le regard de Sharon qui semblait approuver...  

© Billy Lighter












SNIPER


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Daniele Ricci


Messages : 1238
Date d'inscription : 28/09/2013
Age du personnage : 40

Who Am I?
Birth place: Rome en Italie
Je suis: le meilleur
Song: Back In Black-AC/DC


MessageSujet: Re: Welcome To The Lonely Boy's Eden (1964 - 1965) [PV Evan][TERMINE]   Mer 23 Sep - 20:39


Welcome To The Lonely Boy's Eden

ft. Evan "Sniper" Kurtz


Chez Evan, il faut toujours le temps que ça monte. Dès notre première rencontre j’avais remarqué que c’était pas un rapide. Pas qu’il était bête, non au contraire, c’est juste qu’il avait souvent la tête ailleurs. En tout cas, il finit par comprendre qu’il avait le champ totalement libre pour Sharon. Pendant qu’il ferait connaissance avec elle, je partirai en quête d’exotisme – si c’était encore possible parce qu’à première vue je n’avais pas encore vue une seule fille que je n’avais pas eue, ici.

Mais avant toute chose, il fallait se détendre un maximum et pour cela j’avais la potion magique : une bonne dose de cocaïne. Evidemment, j’étais le genre de type à partager – enfin, dans certaines circonstances uniquement – et donc j’en proposai à The Army et aux filles. La tête d’Evan était mémorable, il était en mode : mais qu’est-ce que c’est que ce truc… Ou alors il se demandait sûrement ce que je foutais avec ça dans ma poche… C’est vrai que j’avais vu The Army prendre la moindre drogue… Bah, fallait un début à tout et c’est aussi pour ça que j’en avais proposé à tout le monde.

Sharon me sortis ses mises en garde habituelles. Daniele fait pas ci, Daniele fait pas ça, Daniele la drogue c’est mal. C’est pas la première fois qu’elle me le disait, déjà à notre dernière fête ensemble il y a 1 an elle me l’avait dit. Et comme d’hab’, j’avais souris, approuvé et puis je l’avais quand même sniffé ma came. Sauf qu’aujourd’hui j’avais rajouté une petite réplique pour mettre directement fin aux mises en garde de Sharon. Faut dire, elle avait sorti la mauvaise carte en parlant d’Antonio. Les absents ont toujours tort, non ? Puis, cet enfoiré méritait que je sniffe dans son dos.

Alors qui en voulait de ma drogue ? Sniper ? Nuts ? Sherman ? Captain ? Ah non, pas Captain. Il avait déjà désapprouvé depuis dix minutes. Sniper – qui tenait la main de Sharon – envoya un regard à Sherman. Ils hésitaient tous les deux. C’était pas le cas de Nuts qui, lui, voulait tenter l’expérience. Ah ben, voilà ! Au moins un qui allait pas me laisser tout seul ! Les indécis finirent par se décider et refusèrent mon offre. Putain, je connais au moins mille personnes qui auraient voulu de cette came, mais eux non… Je haussais les épaules.

-Comme vous voulez ! Mais vous rater une expérience unique !, dis-je en appuyant sur le dernier mot.

Putain, j’étais un bon vendeur quand même ! J’étais… Le meilleur en fait. Captain avait essayé de dissuader Nuts mais il n’y avait rien à faire. Lui, par contre, c’était le plus mauvais vendeur de tous les temps. J’affichais un sourire sadique. Bien fait, Cap’ !

Je regardais Evan :

-Au moins, si tu n’en prends pas tu feras le bonheur de Sharon. Apparemment, elle n’aime pas la drogue !, dis-je en souriant à la jeune femme.

Et je ne savais pas pourquoi, d’ailleurs, mais il y avait quelque chose. Un bad trip peut-être. Putain, tous ses gens qui avaient fait des bad trip. Moi, ça ne m’était jamais arrivé. Peut-être parce que je suis le meilleur, voilà tout.

-Ça n’empêche que tu es un couillon, Evan, dis-je avec un sourire encore plus large.

-Dany !, dit une Sharon outrée.

Je rigolais avant de m’installer à l’un des tables non loin d’Evan et Sharon. Nuts et les deux italiennes me rejoignirent sans hésiter. Et hop, une ligne chacun !

-Après vous, dis-je en montrant de la main ma super came étalée sur la table.

Les deux filles n’hésitèrent pas une seule seconde alors que Nuts se mordais la lèvre inférieure.

-Vas-y, Nuts ! Ça va pas te tuer !

Après une longue hésitation, il sniffa la moitié de la ligne. Je souris, fière de mon petit Nuts !

-Bah tu vois, c’est pas compliqué !

Je sniffais la mienne avec autant d’expérience que de rapidité. Sans hésiter plus longtemps, je m’en refis une directement après. Mes deux lignes sniffées, je me retournais vers Evan.

-T’aurais dû essayer, Kurtz. T’aurais dû.

Je rangeais le reste de ma coke dans ma poche.

-Mon moment de partage est terminé, maintenant.

Je suis un sale égoïste de toute façon… Nuts – qui avait entre-temps terminé sa ligne – avait déjà les yeux dans le gaz.  

© Billy Lighter



You're never gonna die, you're gonna make it if you try, they gonna love you
©️ Pink Floyd


Dernière édition par Daniele Ricci le Jeu 24 Sep - 19:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Evan "Sniper" Kurtz


Messages : 356
Date d'inscription : 17/07/2015
Age du personnage : 39
Localisation : Chez Natacha Perry

Who Am I?
Birth place: Los Angeles
Je suis: Alcoolique
Song: Legacy -The Army


MessageSujet: Re: Welcome To The Lonely Boy's Eden (1964 - 1965) [PV Evan][TERMINE]   Jeu 24 Sep - 16:14


Welcome To The Lonely Boy's Eden

ft. Daniele Ricci


Les deux italiennes et Nuts étaient partants pour essayer la came de Daniele. Sincèrement, j'étais pas très chaud à cette idée et Sherman non plus. Pour ce qui était de Captain, c'était même pas la peine d'en parler. Je pariais même qu'il avait abandonné l'idée de passer la soirée et peut-être la nuit avec l'une des deux italiennes qui lui avait tapé dans l’œil, juste parce qu'elle allait sniffer avec les autres. Bah c'était son choix... Et j'étais pas sûr qu'il avait tort d'abandonner l'idée. Au moins, il était cohérent avec lui-même...

Je me mordis la lèvre inférieure et croisai le regard de Sherman quand notre futur manager affirma qu'on ratait une expérience unique. Et s'il avait raison ? Il était encore temps de revenir sur notre décision. On pouvait quand même pas se tuer si on en prenait qu'une toute petite dose... Non. Je secouai la tête, signifiant à Sherman que décidément, j'avais trop peur... Et puis, Sharon avait pas l'air pour qu'ils prennent de la drogue. Alors j'allais pas la décevoir et rater ma chance avec elle juste pour un trip à la con...

C'est d'ailleurs ce qu'affirma aussi Daniele... Je fronçai les sourcils et fit la moue.

-Ouais, ben au moins, je saurai encore faire le bonheur de quelqu'un, moi...

Ouais, parce que j'étais pas sûr que cette poudre était vraiment bonne pour la libido non plus, après tout. Et je préférais pas tenter le diable.

Il en rajouta une couche en disant que j'étais un couillon. J'allais répliquer, mais Sharon me devança, ce qui me fit sourire avec un air de défi en regardant l'italien. Style : hey, t'as vu ça, au moins, elle est de mon côté alors à choisir entre ta came et cette fille...

Y avait pas photo...

On les suivit quand même jusqu'à la table et j'avais lâché la main de Sharon, mais elle s'était empressée de la reprendre, s'accrochant même carrément à mon bras. Et je devais dire que j'adorais son contact. Avec une dextérité surprenante, Daniele forma des lignes avec la poudre. Putain, c'était clair que c'était pas sa première fois, loin de là.

Je voulais être auprès de Nuts. Il avait décidé de le faire, ok, mais si ça tournait mal, je voulais être là pour pouvoir réagir le plus vite possible... Je me penchai vers mon ami curieux.

-Hey, t'es sûr ? Parce qu'on doit jouer, tantôt...

Nuts me dit de pas trop m'en faire. Il avait facile, lui... Moi aussi, j'avais tendance à penser que j'étais le plus fort par moment, que j'étais immortel. Mais je tenais à pouvoir donner un concert nickel. Et j'avais peur qu'il flanche.

Il me rassura.

-D'ici là, les effets se seront estompés, mon pote... T'inquiète... Je veux juste voir ce que ça fait.

Et Daniele de l'encourager. Et Nuts sniffa la dope. Je fis la grimace en même temps. Quand il releva la tête, ce fut avec un regard bizarre... Super... Bon, plus qu'à croiser les doigts pour qu'il déteste ça et sache jouer quand même.

Daniele me dit une nouvelle fois que j'aurais dû essayer. Je haussai les épaules.

-Je suis con, pas cinglé.

Et Sharon déposa un baiser sur ma joue, ce qui me fit sourire, comme pour me récompenser de pas avoir cédé... Ben, elle pouvait bien remercier la trouille que j'avais pour ça, parce que mon refus n'avait tenu qu'à ça.

Daniele rangea sa coke, disant fièrement que son moment de partage était terminé. Sherman, lui, s'amusait à tester les réflexes perturbés de Nuts en le touchant du bout du doigt comme les gosses avec les cadavres d'animaux.

Ma bouteille de bière étant vide, le majordome de Dany m'en apporta une d'initiative, me surprenant agréablement.

-Wow ! Cool ! Merci !

Puis, me tournant vers Daniele.

-Il est efficace ton Erik !

Je bus une longue gorgée de ma bière, j'allais laisser Nuts à ses découvertes puisque de toute façon, Captain semblait avoir décider de veiller sur lui le temps que les effets seraient là.

Mais j'étais quand même curieux.

-Heu... Dany, il va lui arriver quoi, à Nuts ? Genre il va voir des zombies ou quelque chose comme ça ? T'as l'air normal, toi... Un peu excité, mais normal quand même...

Daniele semblait toujours hyperactif, de toute façon... Il tenait jamais en place...

Les deux italiennes se mirent à rigoler pour je ne sais quelle raison en jouant avec les cheveux l'une de l'autre... Quant à moi, ben je commençais à ressentir les effets rassurants de l'alcool et l'inquiétude s'estompait en même temps qu'un vague sourire se mit à planer en permanence sur mes lèvres. Et Sharon n'était pas pour rien dans cette histoire... Elle se collait à moi de façon de plus en plus prononcée et ses baiser réguliers descendaient dans mon cou...

© Billy Lighter












SNIPER


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Daniele Ricci


Messages : 1238
Date d'inscription : 28/09/2013
Age du personnage : 40

Who Am I?
Birth place: Rome en Italie
Je suis: le meilleur
Song: Back In Black-AC/DC


MessageSujet: Re: Welcome To The Lonely Boy's Eden (1964 - 1965) [PV Evan][TERMINE]   Jeu 24 Sep - 19:48


Welcome To The Lonely Boy's Eden

ft. Evan "Sniper" Kurtz


Non, décidément, non. Evan ne voulait pas de ma came. Il ne voulait pas tester ce que ce que le monde de la jet set pouvait lui offrir. Bah, c’est pas grave, comme on le dit, il y en aura plus pour les autres. Puis, Evan, il préférait être totalement fit pour pouvoir profiter de Sharon. Comme si se faire quelque ligne changerait quelque chose aux performances. Moi ça ne changeait rien, j’étais toujours le meilleur en tout même complètement stone.

-Moi de même mon cher Evan ! Tu t’en rendras rapidement compte. On comptera à la fin combien on en a eu chacun.

Je parlais des filles bien sûr. De toute façon, Evan était un couillon voilà tout. Ça se voyait dans ses yeux qu’il crevait de trouille d’essayer. Pareil pour Sherman. Il n’y avait que Nuts qui avait un peu de courage, ici. Sharon défendit le pauvre Evan – comme s’il n’était pas assez grand pour le faire tout seul – et  ce dernier était fier que la fille soit de son côté. Je haussais les épaules. Faites ce que vous voulez, moi je vais prendre ma coke ! Point !

Je mis en place le champ de bataille en lançant des petits regards à Nuts. Evan lui, était carrément au côté de son pote en lui demandant s’il était sûr de son coup. Ouais, le concert… J’avais zappé le concert. Bah, la coke ça excite donc il sera en forme ! Pas de quoi s’inquiéter. Puis, une dose n’allait pas le tuer. Nuts le rassura. Ouais, d’ici au concert, il sera redescendu. Et il sniffa. Bien, petit ! Et je fis pareil. Et t’aurais dû faire de même Evan.

-C’est pas aussi risqué qu’on ne le croit, Kurtz.

Pas si on savait ce qu’on faisait et je le savais. Une fois mes deux lignes sniffées, je rangeais la coke reprenant, par la même occasion, mon bon vieux rôle de sale égoïste. Le groupe trainait autour de Nuts. Putain, c’était dingue à quel point l’expérience de la drogue semblait être nouveau pour eux quatre. 21 ans et ils avaient encore rien vécu, c’était bien triste.

Je frottais mon nez avant de me retourner vers Erik qui revenait avec une bière pour Evan. Je connaissais Erik, il faisait ça pour montrer qu’il voyait tout. D’ailleurs, ça faisait son petit effet vu que le chanteur remarqua l’efficacité de mon majordome.

-Je sais, c’est le meilleur.

Erik souris à sa manière et me présenta son plateau où trônait un bon vieux whisky. Je le pris.

-Merci, Erik.

Je bus une longue gorgée de whisky alors que Captain faisait la nounou de Nuts. En les voyants, j’étais content de ne pas avoir eu une nounou comme Captain. Je crois que je n’aurais pas survécu si ça avait été le cas.

Evan s’inquiétait aussi du sort de son ami si bien qu’il me posa la question de savoir ce qui allait lui arriver. Putain, Sniper n’y connaissais vraiment rien en drogue. C’était dingue…

-Oh… Il va juste mourir, rien de plus, dis-je totalement sérieux avant de pouffer de rire. Non, je déconne, il va juste être totalement excité, c’est tout.

Tout comme je commençais déjà à l’être. Je me levai rapidement et fit face à Evan. Sharon était déjà en train de le coller et de le couvrir de baiser.

-Je suis normal parce que deux doses ne suffisent pas à me faire voir des flamants roses…

Ce qui n’était pas le cas des deux actrices italiennes qui déliraient déjà. Je me frottais rapidement les yeux, un des seuls signes qui pouvait trahir ma prise de drogue. Quant au reste de mon attitude, elle ne trahissait pas ça pour la bonne raison que j’étais d’un naturel un peu hyperactif.

Sharon me regardait droit dans les yeux entre deux baisers attribués à Evan. Je savais qu’elle essayait de me faire regretter d’avoir renoncé à elle pour de la drogue.

-Sharon, fait attention, si ça tombe, Evan est vierge. Tu as vu, il sait même pas ce que provoque la coke, dis-je faussement sérieux.

J’aurais pu être jaloux – bon ok, je l’étais un peu -, mais une autre fille vint par derrière moi pour passer sa main sous mon t-shirt dans mon dos. Elle me murmura à l’oreille si Evan était bien un membre du groupe dont je m’occupais.

-Ouais, c’est bien ça. Evan, je te présente Grace, dis-je sans un regard à la fille vu que le mien était toujours braqué sur Evan et Sharon. Evan est le chanteur de mon groupe.

Ouais, mon groupe ! En arrière-plan, on pouvait entendre Nuts se mettre à vaguement chanter debout sur une chaise. Wow, c’était violent. J’aurais du couper la came… Oublié… Pas grave.

Bon, j’avais mon coup pour la soirée. Grace fera l’affaire entre deux doses. Pendant qu’Evan et elle discutait, j’écoutais leur conversation me laissant emporter par les caresses de Grace.

Jusqu’à ce que Nuts renverses le plateau remplis de mon pauvre Erik, provoquant les cris d’effrois des personnes alentours Je me retournai vers la scène à une vitesse hallucinante.

-Putain de merde…, dis-je éclatant d’abord de rire avant de me mettre la main sur ma bouche devant le regard ennuyé d’Erik…

Je me mordis la lèvre inférieure pour ravaler mon fou rire.

-J’aurais dû couper la came, dis-je en regardant d’abord Evan puis Erik.

Mon majordome restait silencieux mais n’en pensait pas moins à mon avis. Captain, lui, était limite furax… 

© Billy Lighter



You're never gonna die, you're gonna make it if you try, they gonna love you
©️ Pink Floyd


Dernière édition par Daniele Ricci le Dim 27 Sep - 16:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Evan "Sniper" Kurtz


Messages : 356
Date d'inscription : 17/07/2015
Age du personnage : 39
Localisation : Chez Natacha Perry

Who Am I?
Birth place: Los Angeles
Je suis: Alcoolique
Song: Legacy -The Army


MessageSujet: Re: Welcome To The Lonely Boy's Eden (1964 - 1965) [PV Evan][TERMINE]   Dim 27 Sep - 12:35


Welcome To The Lonely Boy's Eden

ft. Daniele Ricci


J'avais jamais vu un tel esprit de compétition chez quelqu'un. Daniele était toujours à la recherche de compétition afin de prouver qu'il était bel et bien le meilleur, comme il aimait tant à le dire. Bien sûr, j'aimais bien aussi parler sur l'une ou l'autre connerie mais plus dans le sens de montrer que j'étais capable de faire tel ou tel truc, le plus souvent juste parce que c'était marrant. Mais Daniele, lui, n'avait aucun problème à parier sur le nombre de filles qu'on pourrait se faire chacun... Je haussai les épaules, lui montrant que je n'en avais rien à foutre de m'en faire 20. Je laissais aller les choses, parce que Sharon avait son mot à dire aussi, dans l'histoire.

-Tu vas créer des monstres, Dany... C'est déjà fait, d'ailleurs ! Regarde Shirley, par exemple...

Tandis qu'à entendre Daniele, les jeunes femmes présentes ce soir ne semblaient ne rien être de plus que des cibles à atteindre. C'était clairement réducteur et j'avais pas été élevé comme ça... Mais bon... J'avais rarement entendu Daniele parlé de sa mère alors qu'il parlait très souvent de son père... Alors je savais pas si elle avait été vraiment présente dans sa vie ou pas. Et sincèrement, j'osais pas poser la question. L'Italien avait déjà vraiment pas de bol que son père ne daigne pas venir ce soir, j'allais pas en rajouter une couche.

Avec le temps, je pensais bien que, de toute façon, on en saurait plus sur notre manager et vis-versa.

Ceux qui le voulaient avaient ensuite profité de la drogue de l'Italien. Parmi nous, seul Nuts avait « osé » essayer. Les deux files étaient maintenant hystérique à rigoler pour que dalle et Nuts... Et bien Nuts était en pleine découverte, les yeux grand ouvert sur le vide pendant que Cap restait près de lui.

Erik nous ravitailla en boisson et je demandai à Daniele ce qu'il allait advenir de mon pote maintenant qu'il était bien sous influence pour la première fois de sa vie. Et quand il me dit qu'il allait juste crever, je fis la moue.

-Ahah, mouais... C'est ça...

Il lui en aurait jamais donné si ça avait été vraiment le cas. Daniele comptait bien trop sur nous pour le projeter au sommet chez BSC, il ne nous l'avait jamais caché. Alors je doutais réellement qu'il prenne de tels risque. Et puis j'avais bien remarqué que, de toute façon, les lignes qu'il avait fait pour chacun n'étaient pas équitable. Il s'était bien sûr réservé les plus grosses doses pour lui-même alors qu'à Nuts, il lui en avait donné vachement moins... Normal, c'était la première fois de Nuts aussi...

Quand Dany me dit que mon pote allait juste être complètement excité, je me tournai vers lui et Captain tout en buvant une longue gorgée de bière.

-Putain, mec... Je sais pas comment tu fais. T'as pris de quoi rendre un rhinocéros complètement cinglé !

Et malgré que je m'inquiétait pour lui, les baisers de Sharon me déconcentraient. N'empêche, il m'avait l'air calme, à moi, Nuts... Plus calme que s'il avait rien pris, à vrai dire... Quant à Daniele, il mit Sharon en garde, ce qui me fit retournée ma tête vers lui.

-Quoi ?! Mais non! La coke et le reste, c'est pas la même chose !

Une jeune femme se glissa alors par derrière lui et passa ses mains sous le t-shirt de l'Italien. Putain... Quand même... Faudra un jour qu'il m'explique comment il faisait ! Daniele me la présenta comme étant Grace. C'était une jeune femme magnifique, mais il fallait dire que ce soir, toutes les jeunes femmes présentes ici avaient été triées sur le volet par notre manager et elle semblaient toutes être nées pour être mannequins...

-Salut Grace!

Je souris à la jeune femme et Sharon, qui avait probablement autant d'esprit de compétition que Daniele, passa une main dans ma nuque, l'autre sur ma joue, me forçant à ne pas porter ma bouteille à ma bouche et me fit tourner la tête pour m'embrasser. Je m'y attendais pas et gardai les yeux grand ouverts. J'étais à moitié bourré alors bye bye mes réflexe, il me fallait un peu plus de temps pour comprendre ce qui m'arrivait. Mais je finis par fermer les yeux. Bordel... Je me rappelais pas avoir été déjà embrassé de cette façon là... Pas au milieu d'une foule de gens, du moins...

Mais mon plaisir fut vite interrompu par un bruit de verre brisé. Je me retournai brusquement pour voir que Nuts était debout sur une chaise et le pauvre Erik avec un plateau dévasté à ses pieds, entouré de verres brisé. Je me décollai de Sharon pour approcher de Nuts en courant. Daniele, lui, il riait... « J'aurais dû couper la came », qu'il disait. Je savais pas s'il disait ça pour plaisanter ou sérieusement.

Nuts, lui chantait... Et pas spécialement bien, c'était pour ça que c'était moi qui le faisait. Fallait qu'il se taise... Sinon le monde allait fuir juste avant notre concert.

J'attrapai le bras de Nuts et tirai pour essayer de le faire descendre.

-Descend de là ! Allez, Nuts ! Mark ! Descend !

Mais j'avais beau tiré, on aurait dit qu'il était beaucoup plus fort qu'avant !

Je me tournai vers Dany.

-Tu viendrais pas m'aider avant qu'il détruise quelque chose d'important ?

Genre... notre réputation avant même qu'on ait commencé...

© Billy Lighter












SNIPER


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Daniele Ricci


Messages : 1238
Date d'inscription : 28/09/2013
Age du personnage : 40

Who Am I?
Birth place: Rome en Italie
Je suis: le meilleur
Song: Back In Black-AC/DC


MessageSujet: Re: Welcome To The Lonely Boy's Eden (1964 - 1965) [PV Evan][TERMINE]   Dim 27 Sep - 16:44


Welcome To The Lonely Boy's Eden

ft. Evan "Sniper" Kurtz


Créer des monstres moi ? Bon c’est vrai que certaines filles avaient appris à me détester mais c’est uniquement parce qu’elles ne comprenaient pas comment la vie fonctionnait, voilà tout. Puis, Shirley, elle était déjà comme ça avant que je la rencontre… Je haussais les épaules en levant les yeux au ciel, style que c’était vraiment pas ma faute si Shirley était désagréable.

Mais bon, la course aux filles, ça viendra après la course à la coke. Nuts avait été le seul membre de The Army à vouloir tenter le grand saut. Je savais pertinemment qu’ils devaient faire un concert ce soir mais j’avais clairement calculé les risques pour ne pas mettre en péril la suite de la fête. Nuts n’allait pas crever, ni être grandement diminué avec si peu de coke dans le sang. Je m’étais gardé la plus grande part avec deux lignes bien dosées. Mon corps était habitué, ça faisait depuis mes 17 ans que j’en prenais.

C’est d’ailleurs tout fit – contrairement à Nuts et les deux Italiennes – je refis face à Evan et Sharon qui étaient collés l’un à l’autre. Je « rassurai » Evan quant à l’état de Nuts affirmant qu’il allait tout simplement crever. Sniper n’était pas aussi naïf que je l’aurais cru et ne marcha pas dans mon petit délire morbide. Nuts ne risquait en fait pas grand-chose mais la dose que j’avais pris préoccupait Evan qui regardait son ami qui était très calme. Ouais, ben, ça c’était le calme avant la tempête.

-T’en fait pas, Evan. Il y a rien n’à craindre pour aucun d’entre nous, dis-je en lui faisant une tape amicale.

Les inquiétudes de mon chanteur disparurent assez vite parce que Sharon le couvrait de baisers. De quoi déconcentrer n’importe qui, il fallait avouer. Ça me permit de lâcher une petite pique destinée à Evan. Après tout, il était peut-être vierge, il ne semblait pas connaitre grand-chose à la vie, le pauvre. Evidemment, Evan réagit du tac au tac ce qui m’arracha un sourire sarcastique.

-Avoue, Evan. Il y a pas de honte à ça tu sais, dis-je en rigolant.

J’arrêtais de rire quand je sentis Grace se faufiler derrière moi pour passer ses mains sous mon t-shirt. Si dans mon esprit cet endroit était rempli de cible, j’en étais une aussi pour les jeunes femmes que j’avais invité et, apparemment, je venais d’être touche avant même d’avoir commencé ma propre chasse. Et c’était d’autant plus gratifiant. Pas besoin de chasser, les filles viennent à moi sans que je doive lever le petit doigt. Je présentai Grace à Evan alors que les deux filles s’étaient tout simplement ignorée. De l’eau dans le gaz ? Fort probable… Sharon – jalouse ? -  embrassa Evan. Vous auriez dû voir la tête du chanteur, c’était tout simplement mémorable. On aurait dit qu’il n’avait encore jamais embrassé une fille de sa vie. Je me retenais de rire alors que les caresses de Grace se faisaient plus insistantes.

C’est le bruit de verres qui cassent qui firent cesser cette petite guerre entre les deux filles. Nuts avaient balancé – sans le faire exprès, je suppose – le plateau d’Erik à terre. J’éclatai de rire avant d’étouffer se dernier par respect pour mon majordome qui était très embêté. Il ramassait déjà les morceaux alors que je déclarais que j’avais oublié de couper la came ce qui me valut un regard noir de Captain et Sharon. Les gens commençaient à se rameuter vers nous intrigué par ce qui se passait et par le chant particulièrement misérable de Nuts.

Evan s’était rué vers lui alors que je n’avais pas encore bougé le petit doigt bien trop occupé à boire mon whisky entre deux caresses de Grace. C’était drôle de voir Evan essayer de faire descendre son pote de la chaise où il était perché. Il demanda même mon aide. Pourquoi, il est pas bien là-haut ? Au moins il n’y a plus rien à casser là où il est. Sharon m’exhorta à aider Evan. Je soupirais, achevais mon whisky, passais mon vers vide à Sharon et m’avançais vers Evan et Nuts. Je tirai un grand coup sur le bras de Mark qui finit par se retrouver à terre. Il se releva tout aussi vite et continua à chanter, mais sur le sol cette fois ce qui était moins dangereux.

-T’en fais pas, Evan. D’ici une heure, Nuts ne sera plus le seul à délirer de la sorte.

-Et j’espère qu’ils casseront bien moins de chose que lui, Monsieur Ricci, dit Erik qui s’était avancé vers nous. Car sinon, nous serons à court de verres. Monsieur Andrews, je pense que Monsieur McAuliff sera plus à l’aise assis sur un siège, il devrait redescendre d’ici quelques minutes étant donné la faible dose qu’il a pris.

Captain s’exécuta et remercia Erik. J'envoyais un regard innocent à mon majordome qui soupira retournant à son service. Sharon, elle retourna près d’Evan pour continuer ce qu’elle avait commencé. Décidément, elle semblait complètement accro à Sniper. Je repris un whisky et m’avançais vers le future couple de la soirée, Grace sur mes talons.

-Captain gère, Evan. Ton pote sera fit pour le concert. Mais dis-moi, je m’arrêtais pour regarder d’abord Sharon puis Evan. Vous voulez que je vous réserve une chambre pour deux, parce que là, c’est bien parti pour ! N’oublie pas, Evan, tu dois tenir jusqu’au concert, pas question de fuir dans les chambres juste avant.

Moi, sadique ? Naaan.

© Billy Lighter



You're never gonna die, you're gonna make it if you try, they gonna love you
©️ Pink Floyd


Dernière édition par Daniele Ricci le Jeu 1 Oct - 20:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Evan "Sniper" Kurtz


Messages : 356
Date d'inscription : 17/07/2015
Age du personnage : 39
Localisation : Chez Natacha Perry

Who Am I?
Birth place: Los Angeles
Je suis: Alcoolique
Song: Legacy -The Army


MessageSujet: Re: Welcome To The Lonely Boy's Eden (1964 - 1965) [PV Evan][TERMINE]   Mar 29 Sep - 21:37


Welcome To The Lonely Boy's Eden

ft. Daniele Ricci


Une fois mon inquiétude concernant Nuts, Dany et la cocaïne passée grâce à l'alcool et à la jeune femme qui, désormais et pour ce soir, m'accompagnait, Daniele en profita pour commencer à me provoquer comme un gamin. Ce à quoi je répondis comme un gamin outré. En même temps, on avait encore que 21 et 22 ans. On était clairement des gosses. Des gosses qui avaient déjà dans les mains toutes les possibilités et les pouvoirs avec lesquels mêmes des adultes ne s'en sortaient pas. La grande différence, c'était justement notre jeunesse qui nous permettait de ne pas nous rendre compte qu'une seule erreur pourrait nous être fatale à tous.

On vivait donc toutes ces choses que la chance et notre talent nous offraient à fond !

Ce fut à mon tour de sourire, n'empêche, quand une autre jeune femme se faufila par derrière notre manager. Il semblait ne pas s'y attendre et lui qui parlait de choisir parmi les jeunes femmes présentes depuis le début de la soirée n'aurait finalement pas le choix, à première vue.

Mais alors que les deux femmes rivalisaient entre elles pour ce qui était de nous caresser de façon de plus en plus insistante et limite osée (encore quelques bières et je sais pas si j'allais encore résister longtemps...), c'est le bruit de verre brisé qui nous fit tous nous retourner vers Nuts. Et là, adieu les filles, elles passaient au second plan ! Mon ami avait besoin d'aide, je pouvais pas le laisser comme ça. Je m'étais alors précipité vers lui.

Il ne s'était pas fait mal vu qu'il continuait à chanter. Mais s'il restait là-haut, il risquait, vu son état, de se casser quelque chose et j'avais pas envie que ça arrive. Et pas seulement pour le concert... Mais impossible de le faire descendre de sa foutue chaise ! Et puis je m'en venais un peu mal pour le pauvre Erik qui faisait que son job (tout seul pour je sais pas combien de gens), qui se donnait à fond, et que Nuts venait de saboter.

Et Daniele qui se la coulait douce, son verre de whisky en main, à nous regarder en rigolant. Alors que c'était sa faute si Nuts était dans cet état de merde... Et il n'en eu rien à foutre quand je l'appelai à l'aide. Mais dès que Sharon ouvrit la bouche, il déplaça son foutu cul. Comme quoi, il suffisait d'être bien roulée pour faire faire à Ricci ce qu'on voulait. Pas de bol pour moi, ce n'était pas mon cas.

On tira ensemble chacun sur une main de Nuts et je faillis tomber en arrière quand Nuts décida enfin à descendre ou à se laisser tomber, je savais pas trop. Heureusement, j'arrivai à garder plus ou moins mon équilibre. Et quand je me fut rattrapé, je trouvai finalement tout ça assez marrant et me mit à rire comme un con quand Nuts qui était tombé à terre se releva pour se remettre à chanter une de nos chanson. Wow... ah abh tant pis, je rattraperai le coup plus tard.

Daniele m'affirma que d'ici une heure, Nuts ne serait plus le seul à délirer. J'en doutais pas et répondis à Daniele, toujours en rigolant à moitié... Ben ouais, y avait déjà moi qui commençait à perdre mes quilles, alors tous les autres qui carburaient à des trucs beaucoup plus fort que la bière allaient être beaux...

-Ouaaais... Je sais. Enfin, je m'en doute...

Je désignai Nuts derrière moi du pouce tout en récupérant une bouteille de bière dont j'étais même pas sûr que c'était la mienne.

-Hey ! Tu m'avais pas dit que Nuts se transformerait en Hulk ?! T'as vu comme on a dû tirer dessus pour l'avoir ?

Et Erik de venir à notre hauteur, de même que Sharon et Grace qui se glissèrent chacune derrière nous. Elles ne nous regardaient plus, elles se regardaient entre elles toujours avec ce regard de défi, se contentant de nous caresser par dessous nos t-shirt et je savais pas pour Daniele, mais ça me foutait des frissons partout, surtout dans le bas du dos...

Mais je me concentrais, enfin j'essayais de me concentrer, sur le majordome. Il parlait de mes amis en les appelant «Monsieur » suivi de leurs noms de famille. Et ça me faisait pouffer de rire comme un con à chaque fois. Il disait qu'il espérait que les autres gens casseraient moins de choses que Nuts... Je levai ma bière vers lui pour attirer son attention.

-Been... Si tout le monde se transforme en monstre, je veux pas te faire peur, mais y risque d'y avoir des dégâts.

Je rigolai avant de biberonner à nouveau le goulot de ma bouteille... Et c'est à Captain, qui lui semblait certainement prendre les choses plus au sérieux que moi que Erik finit par donner des conseils concernant Nuts.

Daniele se rapprocha alors un peu de nous, pour nous demander avec un air sarcastique si on voulait une chambre pour plus tard. Je souris, tout à fait sérieux. Daniele me donnait une occasion de le prendre de court et l'alcool aidait beaucoup.

-Ouais... Fait ça...

Mon sourire s'agrandit et je fis un clin d’œil à Sharon.

-On va en avoir besoin.

Je posai ma bouteille de bière d'un air décidé sur le meuble laqué à proximité et passai une main dans le dos de Sharon pour ensuite l'embrasser fougueusement.

***


23 heures. Il était temps pour The Army de monter sur scène ! Après avoir vérifier, à trois autour de lui, si Nuts était opérationnel, s'il était de retour parmi nous, on fut rassuré. Par contre, il était assez content de sa petit expérience. Bah, c'était Nuts, il dirait peut-être plus la même chose demain matin s'il se chopait une cuite de coke et se mettait à gerber partout chez sa mère...

Captain nous nous demanda, après avoir soupiré un bon coup :

-Prêts, les gars ?

Je répondis par un grand sourire, plaçant la sangle de ma guitare sur mon épaule, je la brancherais une fois sur scène. Sherman se déclara « prêt à s'éclater » et Nuts exhala un grand « Yeah! ». Comme avant chaque concert, on ferma tous quelques secondes les yeux. Au départ, on le faisait pour les pères de Nuts et Sherman morts au front. Puis au fur et à mesure qu'on avait écrit nos chansons, on avait généralisé cette pensée à tous ceux que la guerre avait pu toucher.

Daniele était avec nous alors qu'on était là, tous les quatre à se déconnecter quelques secondes. Je ne savais pas s'il comprenait réellement ce qu'on faisait ou à quoi servait notre petit rituel. Il n'avait jamais posé la question encore, peut-être parce qu'il n'en avait pas encore eu l'occasion.

On rouvrit les yeux et je signalai à notre manager qu'on allait y aller, qu'il pouvait aller nous présenter sur scène, vu que c'était sa fête, que c'était lui l'hôte et vu qu'un était pas encore un groupe connu. Ça allait être l'occasion pour lui de faire un petit discours et de se mettre en avant.

© Billy Lighter












SNIPER


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Daniele Ricci


Messages : 1238
Date d'inscription : 28/09/2013
Age du personnage : 40

Who Am I?
Birth place: Rome en Italie
Je suis: le meilleur
Song: Back In Black-AC/DC


MessageSujet: Re: Welcome To The Lonely Boy's Eden (1964 - 1965) [PV Evan][TERMINE]   Jeu 1 Oct - 20:15


Welcome To The Lonely Boy's Eden

ft. Evan "Sniper" Kurtz


Bah voilà ! Il était redescendu le Nuts ! Enfin, de la chaise en tout cas, pour le reste il faudra attendre un peu. Quand le cul de Nuts fut au sol, Evan éclata de rire et moi, je le rassurais en disant que, de toute façon, bientôt tout le monde sera dans le même état de Nuts – voir bien pire. Au moins, il s’en doutait, à croire qu’il était pas aussi naïf qu’il n’y paraissait. Mais pour ce qui était des effets de la coke, là il était encore en plein inconnue le pauvre Evan.

-Bah… Il est pas vert que je sache, dis-je en regardant Nuts puis Evan. Si tu n’es pas encore au courant sache que la coke ça rend plus fort. Idéal si tu veux faire un jogging.

Je rigolais. Nan, la coke plus le jogging, je sais pas si c’est très conseillé. Mais bon, je supposais qu’Evan n’était pas assez con que pour essayer. Enfin con je sais pas, ne pas avoir les couilles ça par contre je pouvais l’assurer.

Erik vint finalement à la rescousse de Nuts prenant un ton que je connaissais plus que bien et qui signalait que j’avais fait une connerie. Je pris mon plus bel air d’innocent tout en savourant les caresses de Grace qui venait de se remettre derrière moi. Evan n’était pas certains que le reste de la vaisselle reste intact ce que je confirmai à Erik d’un sourire éloquent. Un sourire un rien sarcastique fut la seul réponse que nous envoya Erik.

On laissa donc Captain s’occuper de Nuts vu que Monsieur Captain savait tout faire mieux que tout le monde. Putain, ce type avait dû lire trop de comics où on parle de justice, de loyauté et de respect… Trois valeurs qui – quoi qu’en pense le monde – n’existent pas. Surtout dans la jet set.

C’est donc sur Evan que je décidais de continuer à déverser toute mon insolence. Pour ça, c’était passé par l’ironie. Et quoi de mieux que de contrer l’ironie que de prendre tout ça au sérieux. Il la voulait sa chambre et il la voulait ma Sharon. Je soupirais non sans garder mon sourire. Lorsqu’ils s’embrassèrent, je regardais Grace.

-Bon, on va laisser les petits enfants jouer.

Je laissais donc là Evan, emportant avec moi Grace, le butin de ma soirée.

▲▲▲

Presque 23h, l’heure que j’avais fixée pour le concert. Mon assemblée aurait le droit à une heure entière de The Army. Ils allaient découvrir à quel point je suis le meilleur découvreur de talent que L.A. ait jamais connu. Hector allait s’en mordre les doigts. D’ailleurs, il n’avait fait que se morfondre dans l’alcool depuis notre petite conversation de toute à l’heure. Une vraie victoire pour moi.

J’avais lâché Grace depuis une heure déjà, vagabondant de filles en filles entre deux lignes de coke et deux verres de whisky. Il était maintenant temps de rejoindre The Army derrière la scène que j’avais installé dans la journée – enfin plutôt qu’Erik et quelques autres personnes avaient installé dans la journée. Ils étaient là au complet et totalement opérationnel et Captain demanda à l’armée s’ils étaient tous prêt. Ils l’étaient. Ils ne pouvaient que l’être, c’était mon groupe. Je les regardais en souriant, trépignant sur place, les yeux rougis par l’excès d’alcool et de drogue. J’avais hâte de voir mon groupe à l’œuvre devant tous ces « fils et filles de ».

Evan et cie fermèrent tous les yeux. C’était leur rituel avant de monter sur scène. Je respectais les rituels parce que ça leur réussissait. Tout ce qui aidait à réussir n’avait pas à être remis en question. Moi, mes yeux, ils étaient toujours ouverts et ils clignaient rarement à cause de la coke.

Le rituel prit fin et j’eus le feu vert d’Evan. Je lui fis part par un grand sourire de mon enthousiasme, puis fis ma grande entrée sur scène. Mes « amis » s’étaient tous rameuté devant la scène. Et ils applaudissaient mon entrée comme si leur vie en dépendant. Putain qu’est-ce que j’adorais ça. Je leur montrais mes plus beaux regards et mes plus grands sourires tout en m’approchant du micro.

-Ce soir est le soir que vous n’oublierez jamais. Ce soir, vous aurez la chance d’entendre en exclusivité le groupe qui va bientôt crever les chartes du monde entier. Ce soir, vous aurez la chance d’offrir à vos oreilles la plus belle musique que vous n’avez jamais entendue. Vous aurez l’opportunité de pouvoir dire à tous vos amis que vous avez pu voir Sniper, Nuts, Captain et Sherman en concert privé avant même qu’ils ne sortent leur premier album. Ce soir, j’ai le bonheur de vous offrir pour vous et vous seuls : THE ARMY !, déclarais-je en pointant du bras le fond de la scène.

Un dernière clin d’œil et je laissais place à mon groupe, croisant Evan au passage.

-Mets leurs en plein la vue. Et n’oublie pas : minuit, pas une seconde de plus.

Sur ce, je laissais The Army à son travail, rejoignant je bord de la scène.

© Billy Lighter



You're never gonna die, you're gonna make it if you try, they gonna love you
©️ Pink Floyd
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Evan "Sniper" Kurtz


Messages : 356
Date d'inscription : 17/07/2015
Age du personnage : 39
Localisation : Chez Natacha Perry

Who Am I?
Birth place: Los Angeles
Je suis: Alcoolique
Song: Legacy -The Army


MessageSujet: Re: Welcome To The Lonely Boy's Eden (1964 - 1965) [PV Evan][TERMINE]   Mar 6 Oct - 18:15


Welcome To The Lonely Boy's Eden

ft. Daniele Ricci


Daniele avait clairement exagéré sur l'alcool et la drogue, je pus le voir dans ses yeux quand je m'adressai à lui pour lui dire que c'était bon, qu'on était prêts. Il clignait frénétiquement des yeux et quand ils restaient ouverts assez longtemps, je pouvais voir qu'ils étaient injectés de sang. Cependant, je n'étais pas là pour lui faire la morale. Déjà, j'en avais pas envie parce qu'en fait, je trouvais ça normal qu'on exagère à une fête, surtout au nouvel an. Et puis de toute façon, un mec complètement bourré n'a pas le droit de faire la morale à un mec complètement shooté.

Daniele souriait comme un gosse le matin de noël. Et j'étais personnellement dans le même état d'euphorie. La raison était simple : il était temps pour nous tous de faire nos preuves, de montrer ce qu'on savait faire, et d'envoyer se faire voir les gens comme ce mec, Hector, qui croyaient que parce qu'ils étaient plus âgés, ils valaient mieux que nous. Je ne dévalorisais pas les gens plus âgés que moi, au contraire, j'avais tendance à les mettre sur un pied d'estale à l'instar des vétérans à qui The Army rendait hommage à longueur de concerts. Mais ce que j'aimais moins, c'était qu'on nous prenne pour des moins que rien juste parce qu'on était jeunes... Et c'était surtout parce que j'avais déjà vu Daniele face à ses « collègues ». Alors ce concert, j'allais non seulement le faire pour moi, mais aussi pour le jeune italien.

Son discours m'avait fait sourire. Et même si mon cerveau était embrumé, mon esprit était complètement excité. Daniele nous faisait confiance, on lui faisait confiance et on allait conquérir ce putain de monde ! On allait profiter de cette liberté que nos pères avait gagnée à force de se battre, certains allant jusqu'à donner leurs vies pour des fils qu'ils ne verraient jamais.

On monta sur scène et c'est là que je croisai Daniele qui m'ordonna d'en mettre plein la vue à notre audience et surtout, de respecter le timing. Aucun problème, on avait autant envie que lui que notre concert se termine au moment où le feu d'artifices commencerait.

Je hochai la tête en souriant et lui tapai amicalement sur l'épaule avant de me diriger, guitare sanglée sur mon épaule, vers mon micro. On n'avait plus besoin de se présenter vu que Daniele venait de le faire. Alors on commença par Back Home qui résumait assez bien tout le message que The Army voudrait passer durant toute sa carrière. Loin de ce que les hippies prôneraient plus tard, The Army valorisait les combattants et l'honneur que représentait se battre à leur niveau, mais n'était pas forcément pour ce que les gouvernements prenaient comme décisions.

Pendant une heure, on enchaîna les chansons de ce qui serait, plus tard, notre premier album intitulé End Of War et ce fut un pur succès. Au premier rang se trouvait Sharon et l'italienne qui avait tapé dans l’œil de Nuts. Elle nous applaudissaient et hurlaient comme de vraies groupies (elles seraient nos premières groupies d'ailleurs). Captain laissa les larmes monter à ses yeux quand on joua End Of War car il pensait certainement à son père qui y avait laissé sa vue.

De temps à autres, je lançais un coup d’œil amusé à Daniele qui se trouvait au bord de la scène et que Grace avait rejoint. Je m'éclatais, et je tenais à ce qu'il le sache, même si ça devait se voir à la façon dont j'interprétais les chansons, à notre contact avec ce tout nouveau public. Au pont qui se construisait entre nos deux mondes et qui, le temps d'un concert, nous reliait.

Et quand la dernière note de The War Is Over, un hommage à tous les soldats qui n'avaient pas de noms, s'éteignit, une bombe éclata derrière nous, toute de jaune et de rouge, que l'on pouvait voir s'étendre dans le ciel à travers la baie vitrée juste derrière nous. Le timing était parfait et des frisson parcoururent ma colonne vertébrale.

C'est là que je sus que c'était ça que je voulais faire et cette sensation que je voulais retrouver et ce, le plus souvent possible, quoi qu'il en coûte. Je voulais mourir sur scène en menant mon propre combat.  

© Billy Lighter












SNIPER


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Daniele Ricci


Messages : 1238
Date d'inscription : 28/09/2013
Age du personnage : 40

Who Am I?
Birth place: Rome en Italie
Je suis: le meilleur
Song: Back In Black-AC/DC


MessageSujet: Re: Welcome To The Lonely Boy's Eden (1964 - 1965) [PV Evan][TERMINE]   Jeu 8 Oct - 17:14


Welcome To The Lonely Boy's Eden

ft. Evan "Sniper" Kurtz


Je leur en avais mis plein la vue avec mon discours, non ? Ils ne pouvaient qu’avoir apprécié et devaient tous être surexcité à l’idée de voir mon groupe sur scène. Je croyais en The Army presque autant que je croyais en moi. Il fallait donc pas demandé à quel point j’y croyais.

Je croisai Evan à qui je donnais une dernière directive qui était d’en mettre plein la vue au public qui était ici ce soir et aussi de finir à l’heure prévue. Il avait capté et me le fis comprendre par une sourire et une tape amicale. Kurtz était pas un gars difficile à comprendre. Puis, je rejoignis le bord de la scène, la meilleure place pour voir le groupe. J’avais toujours le droit à la meilleure place. C’était mon groupe, après tout.

Le concert commença en trombe. J’avais laissé la liberté à The Army de choisir la setlist. Le côté musicale, c’était leur registre, moi, je dirigeais tout le reste comme une chef d’orchestre. Mais bien loin de regarder The Army, je regardais le public. Mon public. Mes yeux injectés de sang embrassaient l’audience au rythme de la musique de mon groupe. Je voyais ces gosses de riches sauter, danser et gesticuler au son de ma découverte. Je voyais toutes ces filles bien maquillés se trouver de nouvelle idole dans ce que je leur offrais. Je les voyais tous réunis ici pour ce groupe qui était le mien. Et, putain, j’adorais ça.

Grace vint me rejoindre pour se coller à moi suivant d’abord mon regard vers le public avant de définitivement se braquer sur Evan et consort. Je regardais de temps à autre mon groupe croisant le regard amusé d’Evan qui s’éclatait sur scène. Je levai le pouce en souriant pour qu’il comprenne qu’il était sur la bonne voie. Comme un coach qui encourage son joueur. Grace me chuchota qu’ils étaient excellent.

-Je sais, lui murmurais-je.

Ça ne pouvait pas être autrement parce que c’était moi qui les avais trouvés. Et se serait moi qui les mènerais au sommet de la gloire.

Quand la dernière note fut jouée, le jeu d’artifice s’étendit derrière la baie vitrée provoquant en moi un énorme frisson et surprenant une assemblée maintenant en délire.

C’était le plus beau spectacle de ma vie. C’était mon Nouvel An offert par moi et pour moi. Un rêve de gosse à l’échelle Ricci que je réalisais aujourd’hui. Et moi et moi seul savions que tout ça allait durer éternellement.

© Billy Lighter



You're never gonna die, you're gonna make it if you try, they gonna love you
©️ Pink Floyd
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Welcome To The Lonely Boy's Eden (1964 - 1965) [PV Evan][TERMINE]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Welcome To The Lonely Boy's Eden (1964 - 1965) [PV Evan][TERMINE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Une journée éprouvante [PV Eden]
» Mickaël Eden
» Dimitri Payet (by Eden-Hazard)
» Inscription d'Eden Marshall
» Chambre d'Eden, Vesna et Chih-Nii

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: L.A Rocks :: Flashbacks-