AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Home sweet Home (Pv Evan)[TERMINE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Gaïana Dugopoliac
Invité



MessageSujet: Home sweet Home (Pv Evan)[TERMINE]   Lun 21 Déc - 0:18



« Rien ne transforme une maison
comme la présence d'une femme charmante.
»
Laure Conan

La nuit avait été bien arrosée. Faire la connaissance avec cette jeune femme, April, avait été des rencontres les plus originales de ces dernières années. Confortablement installée dans le lit d'Evan, je ne me souvenais même plus comment j'étais rentrée. Avais-je réveillé mon hébergeur? Je ne me souvenais même déjà plus vraiment à quelle heure j'étais arrivée... Au petit matin? à midi? Combien de temps avais-je dormi? Je me sentais vide et amorphe. Les idées encore un peu noires d'une fin de soirée, des derniers effets des drogues que j'avais ingéré, les descentes. Je me retournais dans le lit et regardais le plafond, les bras écartes en croix. Pfff. Comme c'était dégueulasse ici quand même. J'en revenais pas.

Ne trouvant rien d'autre à faire, je me levais. Je parcourais la chambre en petite culotte pour attraper mon sac et m'habiller sans trop tarder. Vêtue d'un jogging et d'un T-shirt ample, je m'étirais puis hop!, c'était parti pour une bonne matinée (ou après midi?) de nettoyage! Je sortais de la chambre en catimini, ou presque puisque je me heurtais contre un carton remplis de vinyles en lâchant un "merde" sans doute pas trop discret. Comme une bête apeurée, je restais un moment immobile, toute silencieuse, le coeur battant. Pas de bruit dans les pièces voisines... Super ! On se remet en route. J'arrivais dans la cuisine, toute encombrée aussi. J'allais chercher un seau pour le remplir d'eau et de savon pour nettoyer déjà ne serait-ce que la chambre puis les autres pièces si je trouvais le temps et le courage mais voir la cuisine dans cet état déplorable me fit revoir mes priorités.

Je faisais là quelque chose que, en d'autres temps, je n'aurai jamais fait chez moi ou chez mes parents. Je nettoyais. Bon, première étape était de mettre tous les déchets à la poubelle... Il y en avait déjà trois qui trainaient à l'entrée de la cuisine, remplies à ras-bord. J'ai donc dû fouiller dans les tiroirs et armoires pour enfin trouver des sacs poubelles supplémentaires. Rien qu'avec ce qui trainait dans la cuisine, j'ai bien dû en remplir une ou quand même bien à trois quart... quelle porcherie. L'odeur était pestilentielle, j'ouvrais les fenêtres et une brise entra dans la pièce. J'en humais l'air frais. C'est bon, c'était un peu plus vivable. D'une main je pris une lavette et avec un peu de Dreft et autres produits commençais à faire un peu les poussières, à nettoyer le plan de travail, les plaques de cuissons qui avaient bien vécu vu ce qui avait cramé à l'usure. Je faisais même la vaisselle et rangeais les verres dans les armoires que je trouvais vides ainsi que le reste des ustensiles de cuisines. Deux heures et demi plus tard, on commençait à voir un peu la place, enfin ! L'odeur désagréable semblait plus ou moins être partie... A vérifier lorsque les poubelles pourrissantes seraient parties pour s'en assurer à 100% comme il en exhalait encore quelques effluves pas très alléchantes.

Je m'octroyais une pause de dix minutes pour souffler et boire un café. Je mettais en route la cafetière après y avoir ajouté du grain moulu dans le sachet et attendis quelques instants avant d'avoir un café bien noir... Sans doute un peu trop noir, surtout pour moi qui n'était déjà pas fan du tout du café... J'ouvrais le frigo dont la température devait être... égale à la température ambiante en fait. Je fronçais des sourcils et pris un berlingo de lait déjà entamé. Je l'ouvrais et reniflais. Ca allait, ça n'avait pas l'air pourri. Je remplis une demi tasse de café et sans faire attention remplis le reste de la tasse de lait, touillais avec une cuillère et amenais la tasse fumante à mes lèvres. A peine une petite gorgée en bouche, je la recrachais immédiatement dans l'évier avec grand bruit, complètement dégoûtée.

« EURK ! Mais c'est dégueulasse putain ! »

Je retournais la tasse dans l'évier pour la vider et découvrit que le lait avait tourné avec des petits morceaux solides blancs. J'aurai bien aimé sortir ce goût atroce de ma bouche mais il n'y avait visiblement rien ici pour rattraper le coup... Bon, il allait falloir faire des courses, il n'y avait rien à manger ici et puis, sortir tout ce qui était mauvais et périmé du frigo pour le mettre à la poubelle ! Décidément, Evan avait laissé pas mal de choses tourner à rien dans son appartement... Et en pensant à lui j'entendis enfin du bruit... Du salon? De dehors, dans l'escalier? Était-il parti ou dormait-il encore? Comme cela me faisait bizarre de me retrouver en train de loger avec un gars que je ne connaissais pas et qui surtout, devait peut-être presque faire le double de mon âge... Bon, j'exagère mais en tout cas, il ne faisait clairement pas partie de ma génération...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Evan "Sniper" Kurtz


Messages : 391
Date d'inscription : 17/07/2015
Age du personnage : 39
Localisation : Chez Natacha Perry

Who Am I?
Birth place: Los Angeles
Je suis: Alcoolique
Song: Legacy -The Army


MessageSujet: Re: Home sweet Home (Pv Evan)[TERMINE]   Lun 21 Déc - 19:28


Home Sweet Home

ft. Gaïana Dugopoliac


- EURK ! Mais c'est dégueulasse putain !

Je me réveillai en sursaut, me demandant d'où pouvait bien venir cette voix. Je n'avais rien compris de ce que ça avait dit tellement j'étais dans le gaz et je n'aurais pas su dire non plus si c'était la voix d'un homme ou d'une femme. Tout ce que je savais, c'était qu'il y avait quelqu'un dans mon appartement, que j'avais une gueule de bois monstrueuse et que j'avais soudain très peur. Je m'étais endormi, en jeans, baskets et torse nu, dans mon fauteuil, comme à mon habitude. C'était étonnant d'ailleurs que je n'aie pas encore d'escarres plein mon cul.

Bref, tout ça pour dire que pendant quelques secondes, j'essayai de reprendre mes esprits, essayant de gérer et la gueule de bois et l'adrénaline. Il y avait quelqu'un dans l'appartement. Et j'avais complètement oublié jusqu'à l'existence de Gaïana qui entrait et sortait de l'appartement depuis quelques jours. Je ne lui demandais jamais où elle allait. Et elle ne me demandait jamais de venir avec. Elle dormait dans le lit et je dormais dans le fauteuil dans le salon. Tout ce qu'on partageait vraiment, c'était la douche (quand je me rappelais d'en prendre une) et les chiottes.

Je me redressai lentement, très lentement, dans mon fauteuil pour ne pas faire de bruit pour ne pas me faire repérer par l'intrus. Je ne savais même pas où il était exactement où il était parce que je n'arrivais pas à me repérer dans l'appartement tellement j'étais mort. Je tendis le bras vers la table basse et, priorité absolue en cas d'effraction, j'attrapai mon parquet de clope et m'en allumai une... Rien de plus discret et de plus urgent...

Puis, j'attrapai la lampe de chevet qui était sur la même table et tirai sur le câble pour la débrancher. Puis, l'attrapai et la tint comme une arme avant de me lever et de me diriger vers là où j'entendais du bruit, soit la cuisine...

J'avançai à pas de loup... Enfin, j'essayais, vu mon état, mes vieilles Reebok blanches usées jusqu'à la corde faisant tomber les bouteilles vides qui jonchaient le sol sur mon passage. Ce n'était pas faute d'essayer de faire ça le plus silencieusement possible pourtant...

J'arrivai au niveau de la cuisine et levai la lampe en l'air, prêt à assommer l'intrus, mais au moment d'abattre mon coup, qui, de toute façon, aurait soit frappé à côté, soit aurait été tellement mou que ça aurait été loin d'être dangereux, je reconnu Gaïana. J'arrêtai directement mon geste puis vis l'état de ma cuisine à moitié rangée et nettoyé... Ma clope pendait de ma bouche et était prête à tomber parce que j'étais bouchée bée...

-Merde... Il s'est passé quoi ici ?

Je déposai la lampe sur le frigo qui ne marchait plus depuis... Bah, je sais plus combien de temps...

Je frottai mes yeux, comme si je ne pouvais pas y croire. A moitié parce que je n'y croyais effectivement pas et à moitié parce que mes yeux étaient complètement injectés de sang et que Gaïana avait ouvert la fenêtre et que la lumière du soleil me faisait mal... Je m'en approchai, nerveux, et la fermai avant de me retourner vers la jeune femme.

-Je l'avais colmatée cette fenêtre ! Où est le panneau ?

Ouais, où était mon panneau d'OSB qui me protégeait de l'extérieur ?

© Billy Lighter












SNIPER


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Home sweet Home (Pv Evan)[TERMINE]   Jeu 28 Jan - 21:34

J'essayais vainement de cracher de la salive dans le lavabo. Non, ce n'était pas possible ce goût âcre me restait au travers de la gorge, j'en avais des envies de vomir et rien ne venait. Comment pouvais-je m'en débarrasser? Allais-je tomber malade d'une intoxication? Bon, je n'en avais presque rien ingurgité et pourtant.. beurk. Ça devait être là depuis si longtemps que je m'étonnais que ce fût encore liquide.

Soudainement, j'entendis du bruit dans le salon, du genre bouteilles et canettes renversées qui s'entassaient les unes sur les autres qu'on écrasait ou que l'on poussait pour faire de la place. Je replaçais une mèche de cheveux rebelle derrière mon oreille et lorsque je me retournais pour voir Evan arriver, il brandissait sa petite lampe au-dessus de la tête. Estomaquée je restais immobile alors que je vis dans ses yeux qu'il me reconnut enfin, puis stupeur... Il remarqua l'état de la pièce. Il cligna des yeux avec la lumière du soleil qui filtrait à travers la fenêtre grande ouverte.

On restait là sans doute quelques secondes, béats à se regarder. Enfin, Evan à regarder l'état de sa cuisine entièrement transformée et, moi, je craignais un peu sa réaction au vu de mon coeur qui semblait vouloir bondir hors de ma poitrine. Le rockeur avait ouvert la bouche, rajoutant encore une pincée d'incrédulité dans sa mimique alors qu'il en exprimait déjà assez de par ses grands yeux ouverts. « Merde... Il s'est passé quoi ici? » Je baissais alors le regard, les mains derrière mon dos comme une petite gamine à qui on ferait la morale ou qu'on engueulerait. Evan déposa sa lampe sur le frigo et se frotta les yeux... En rouvrant les yeux, il finit par me contourner pour aller fermer la fenêtre. Je remarquais que se mains tremblaient légèrement, sans doute déjà en manque d'alcool. J'inspirais profondément pour lui répondre, calmement.

« Euh... Tu pensais euh... m'assommer avec ça? »

D'un petit geste de tête je désignais le frigo et, par extension, la lampe posée au-dessus. Je gardais mes mains derrière mon dos, un peu gênée par la situation. Vu l'intensité du regard que me jetais Evan pour savoir où était son panneau OSB qui plongeait la pièce dans une ambiance lugubre et surtout, la maintenait dans une pénombre quasi permanente. Je reculais alors d'un pas en reprenant la parole.

« Et... C'est ça que tu cherches? »

Je le disais d'une petite voix pincée, comme je venais de mettre mes doigts sur mon nez pour éviter la mauvaise odeur des poubelles. Je fouillais un peu entre elles, inclinée au-dessus pour finalement trouver le panneau derrière, coincée entre les sacs et le mur dégarni. De l'autre main, j'attrapai la plaque... En tout cas, un premier morceau comme je l'avais plié/cassé en deux pour être moins encombrant...

« Je... J'ai bien peur qu'elle a eu du mal à survivre... au euh... nettoyage... ? »

Ma voix me semblait très ridicule, j'arrêtais de pincer mon nez et frottais ma main libre contre mon jogging. Je me mordais un peu la lèvre inférieure... C'était un peu une excuse débile pour ne pas qu'il remette le panneau sur les fenêtres mais... Je pensais réellement que ça lui ferait du bien d'avoir à nouveau un peu plus de lumière dans son petit appartement... Timidement, je lui tendais le premier morceau d'OSB pour qu'il constate lui-même qu'il était devenu... plus petit. Celui-ci arborait d'ailleurs un petit trou ici et là et semblait avoir un peu morflé avec l'humidité. Je prenais le deuxième morceau et le lui mis sur le plan de travail de la cuisine s'il désirait le prendre. J'inspirais alors un grand coup, tout en regardant autour de moi puisque je n'osais pas regarder l'état de la star ni même son regard qui devait probablement être haineux ou alors, en colère du moins... Je ne savais pas trop où me mettre. Tentons peut-être le changement de sujet...

« Et... Je me disais qu'on pouvait peut-être aller mettre euh... toutes ces poubelles dehors pour quand les éboueurs passeraient... Comme ça ce sera déjà un peu plus dégager... »

Je regardais enfin de nouveau Evan mais je n'attendis pas sa réaction pour me mettre en route. Un peu paniquée, je commençais à fermer les sacs poubelles en faisant un noeud au-dessus, ce qui nous ferait une meilleure prise pour les prendre dans les mains et le transporter jusqu'en bas de l'immeuble. Mais qu'espérais-je au juste? J'avais l'étrange sentiment qu'Evan allait me renvoyer le panneau d'OSB dans la figure pour toutes ces... bêtises.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Evan "Sniper" Kurtz


Messages : 391
Date d'inscription : 17/07/2015
Age du personnage : 39
Localisation : Chez Natacha Perry

Who Am I?
Birth place: Los Angeles
Je suis: Alcoolique
Song: Legacy -The Army


MessageSujet: Re: Home sweet Home (Pv Evan)[TERMINE]   Dim 31 Jan - 16:45


Home Sweet Home

ft. Gaïana Dugopoliac


J'étais allé directement fermer la fenêtre, ma clope se consumant dans ma bouche parce que je la fumais comme si ma vie en dépendait. J'avais un gros problème avec le monde extérieur et avec la lumière. Elle me faisait mal aux yeux et avoir une brèche ouverte dans mon appartement me donnait un sentiment d'insécurité. Je voyais suffisamment l'extérieur quand j'étais obligé de sortir pour aller chercher des bières et des clopes.

Dans mon mouvement pour aller  fermer la fenêtre, j'avais déposé la lampe que j'avais eu l'intention d'utiliser comme arme. Et une fois qu'on fut à nouveau en sécurité, la jeune femme m'avait demandé si j'avais vraiment eu l'intention de l'assommer avec ça. Je regardai la lampe puis la fille, tout en remettant en place le seul appareil auditif que j'avais, l'autre devant être tombé dans le fauteuil pendant que je dormais. Si les deux étaient tombés, jamais je n'aurais entendu la voix de la jeune femme quand elle s'était exclamée.

-Ouais... Je crois...

Je la regardai à nouveau. Comparé à moi, elle avait l'air fraîche et en forme... et surtout, beaucoup plus jeune. Mais bon dieu ! Qu'est-ce qui m'avait pris de la ramener ici. J'étais bien tranquille tout seul. Pourquoi je m'infligeais ça ?

Je regardai la cuisine, autour de moi... Jamais j'aurais pensé qu'on avait autant de place dans cette pièce... Un peu de rangement, et elle avait récupéré le double de l'espace... Je me grattai derrière l'oreille à laquelle l'appareil auditif manquait et là où s'étendait une plaque d’eczéma de plus en plus grande.

-J'ai l'habitude d'être tout seul et j'avais oublié que t'étais là...

J'avais oublié son prénom aussi. Pourtant, il me semblait que je l'avais à l'esprit même pas deux minutes plus tôt. Gardant cet oubli pour moi en espérant que ça allait me revenir, je réclamai ma plaque d'OSB afin de pouvoir colmater à nouveau la fenêtre et empêcher cette douloureuse lumière d'entrer.

J'écrasai ma clope qui en était au filtre sur le plan de travail et le laissai là, foutant à nouveau le bordel, quand la jeune femme se remis à fouiller dans les poubelle... Et je pris un à un, dépité, les morceaux qu'elle me tendit petit à petit, de plus en plus sûr que, même si j'avais voulu faire quelque chose de bien pour l'aider, c'était une très mauvaise idée...

-Oh... Putain...

Je ne m'énervais pas... J'étais beaucoup trop au bout du rouleau pour avoir encore des raisons assez importantes pour m'énerver.... J'ouvris le frigo, posant les morceau de ma défunte plaque à côté de ma lampe-matraque. Pas de bière... Je refermai le frigo et me hissai, après trois essais infructueux, sur le plan de travail sur lequel je posai mon cul, puis soupirai en me frottant les yeux, puis mon torse nu sur lequel un peu de cendre de ma clope était tombée.

Gaïana (ah ouais ! C'était ça!), évitait mon regard pour une raison qui m'échappait. J'étais devenu fataliste avec les années, et j'avais arrêté de me battre contre des trucs en sachant qu'ils finiraient quand même par arriver. Gaïana avait voulu nettoyer, elle l'avait fait. Qu'est-ce que je pouvais faire contre ça ? Ouvrir toutes les poubelles et refoutre le bordel ? J'étais pas encore cinglé à ce point-là et fallait dire qu'avoir un peu plus de place était pas plus mal, même si je passais la plupart de mon temps dans mon fauteuil, dans le salon.

Elle voulait qu'on sorte les poubelles qu'elle avait remplie... Je frottai encore mes yeux...

-Ouais... On pourrait faire ça... Peut-être demain...

Je redescendis du plan de travail et passai à nouveau au salon, faisant tomber d'autres bouteilles vides sur mon passage. Je me penchai à un moment et attrapai un disque de The Army, Panther... Et, machinalement, je me dirigeai vers mon tourne-disque pour le mettre tourner... Et là, je me rendis compte que sans mon deuxième appareil auditif, c'était chiant.

J'allai vers le fauteuil et m'agenouillai devant pour commencer à chercher après sur les côtés du coussin...

-Merde... Merde... Merde...

Sans savoir si Gaïana m'avait suivi au salon, je l’interpellai...

-J'ai perdu un... un truc... Tu veux pas m'aider ?

Abandonnant moi-même ma quête, je repris une clope dans mon paquet sur la table basse et m'assis à terre, appuyé sur mon fauteuil dans lequel, quelque part, devait se trouver mon appareil auditif manquant. J'allumai ma clope, regardant le disque qui tournait les sourcils froncés, mais je n'avais plus le son en stéréo avec une oreille en moins... Une fois ma clope entamée, je tendis le bras pour prendre une bouteille de bière dans mon casier, juste à côté de moi... Et la décapsulai.

-Pfffff...

© Billy Lighter












SNIPER


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Home sweet Home (Pv Evan)[TERMINE]   Mar 9 Fév - 21:15

Je me retins à contrecoeur de faire une remarque à Evan lorsque celui-ci écrasait son mégot sur le plan de travail de la cuisine... Que je venais à peine de nettoyer quelques minutes plus tôt où j'avais galérer à retirer tous les résidus de sauces ou autres substances non identifiées collées sur les surfaces de la cuisine... Je me retenais surtout parce que je lui rendais les plaques d'OSB complètement niquées. Et son « Oh putain... » avait fini par me convaincre que, oui, je faisais mieux de me taire pour la clope. J'étais chez lui et d'un claquement de doigt, il pouvait me foutre à la porte... Et je n'avais vraiment pas envie de retrouver les trottoirs de Los Angeles, peu importe au combien je me suis amusée bourrée dans ces mêmes rues. La situation dans laquelle j'étais y changeait tout.

J'avais donc commencé à triturer les sacs poubelles tandis qu'il ouvrait et refermait la porte du frigo, entièrement vide, puis qu'il tenta de s'assoir sur le plan de travail juste à côté du mégot. Il semblait encore à moitié endormi, passant inlassablement ses mains sur ses yeux, près de ses oreilles comme si le sommeil le guettait encore et qu'il s'assoupirait s'il n'avait pas un minimum de euh... bah euh... activité physique.

Ma proposition pour sortir les poubelles ne l'avait guère enchanté. Pas étonnant, un ours comme lui...  J'étais même étonnée qu'il était dehors le jour où il m'a trouvé assise dans la rue. Je devais avoir un bol pas croyable pour cela. Je commençais doucement à me dire que tout ce que j'avais fait n'avait servi strictement à rien... Ouais, en fait, que j'aie nettoyé la cuisine ou pas, il s'en fout royalement quoi. Je soupirais en me redressant, passant ma main dans le dos qui me tiraillait un peu, après avoir passé ce temps penché sur ces maudits sacs. Evan traversa la cuisine pour de nouveau s'affaler dans son repaire. Bon, les poubelles attendront bien un peu. Cependant, d'un coup de lavette je délogeais le mégot près de la cuisinière et le foutais dans une poubelle encore ouverte. Je fis la moue en passant tout près, cette odeur me surprendrait toujours.

De l'autre côté de l'appartement, j'entendais la voix de la rockstar, entremêlée à une chanson qui me semblait déjà avoir quelques années. Je me tournais vers le salon et le rejoignis l'instant d'après alors qu'il cherchait quelque chose dans son fameux fauteuil. Je fronçais des sourcils en le regardant faire, il était complètement décontenancé et il abandonna très rapidement ses recherches comme à bout de force ou tout simplement, qu'il se disait que cela n'en valait peut-être pas la peine. Comme il s'asseyait, adossé sur son fauteuil, je supposais c'était que ce n'était vraiment pas très important et n'essayais donc pas de l'aider... La musique continuait à tourner en bruit de fond, enfin, si ça ne tenait qu'à moi, c'était limite le volume pour un concert en plein air mais... Tiens, je me demandais d'ailleurs comment les voisins n'avaient pas déjà rouspété pour tout ce bruit... À moins qu'Evan était tout simplement trop bouché pour entendre quelqu'un toquer à la porte pour se plaindre et écouter sa musique. Je souris à cette pensée et m'installais à côté du guitariste, mais sur le fauteuil.

Le temps me parut long, interminable. Les secondes s'égrainaient comme des minutes et les minutes comme des heures. Dans ce silence, sans être complètement un silence puisqu'il y avait un disque de The Army sur les platines, je réfléchis doucement à ma situation. Je ne pouvais pas rester ici éternellement, même si je faisais un peu le ménage, je n'étais d'aucune utilité pour Evan... Et je l'ennuyais certainement plus qu'autre chose, ce n'était plus qu'une question de temps avant qu'il ne me demande de partir.

Je me laissais aller contre le dossier du fauteuil, complètement efflanqué vu son âge et ce que Evan traînait toujours dedans, enfin, il y faisait carrément sa vie. Mon regard s'était perdu dans la fumée de cigarette de la rockstar qui dépassait sa tête puis se dissipait plus haut dans l'air ne laissant que l'odeur de la nicotine dans la pièce. Quelque chose me dérangeait sous mes fesses et je me dandinais sur le canapé pour en ressortir un des appareils auditifs. Je me penchais alors sur le colocataire et le lui présenta.

« C'était ça que tu avais perdu? »

Je le lui rendis puis me rassit dans le fond du fauteuil.

« Dis, tu as jamais voulu changer ça? »

Je ne parlais pas de l'appartement qu'il fallait nettoyer plus souvent ou des fenêtres qu'il fallait ouvrir de temps en temps et en retirer les plaques OSB pour y voir plus clair dans le salon mais plutôt de sa vie actuelle, dans toutes ses dimensions. Pendant tout ce temps où j'ai logé ici, je n'ai jamais vu qu'Evan dans son fauteuil, à dormir, fumer, boire et écouter de la musique et tout cela en boucle... C'était triste. Je me demandais, au fond, si je ne pouvais peut-être pas y faire quelque chose. Il y avait sûrement moyen de l'aider, non?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Evan "Sniper" Kurtz


Messages : 391
Date d'inscription : 17/07/2015
Age du personnage : 39
Localisation : Chez Natacha Perry

Who Am I?
Birth place: Los Angeles
Je suis: Alcoolique
Song: Legacy -The Army


MessageSujet: Re: Home sweet Home (Pv Evan)[TERMINE]   Jeu 11 Fév - 17:34


Home Sweet Home

ft. Gaïana Dugopoliac


La musique allait très fort, d'autant que je n'avais temporairement (du moins, je l'espérais) plus qu'un seul tympan pseudo-fonctionnel. Et très sincèrement, je n'étais plus sûr que la voix que j'entendais à moitié et qui venait des baffles ressemblait en tant soit peu à celle que j'avais maintenant, salie par le goudron de toutes les clopes que je fumais et engourdie par l'alcool que j'ingérais. Je ne savais même pas si Gaïana, dans l'autre pièce, savait qui j'étais ou non. Si j'étais un parfait inconnu pour elle ou si j'avais tellement changé qu'elle aurait été incapable de reconnaître la jeune rockstar de la fin des années 60 que j'avais été.

Soit, ce n'était pas vraiment le putain de soucis maintenant. Tout ce qui m'importait, c'était de retrouver mon putain d'appareil auditif. Mais j'avais très vite abandonné ma quête pour me contenter de fumer ma clope assis par terre, appuyé sur mon fauteuil, et de prendre une bière. Je la buvais toujours aussi tranquillement quand Gaïana vint me rejoindre et s'assit sur mon fauteuil.

Sans vraiment y faire attention et juste, probablement, parce que j'avais besoin d'un contact, ce que je n'avais pour ainsi dire jamais, je laissai ma tête s'appuyer contre la jambe de la jeune femme. Mais dans mon esprit, aucune mauvaise pensée. Il me fallait toute ma concentration pour écouter la musique. L'album en était à notre chanson instrumentale qui portait le nom de l'album, Panther... Mes lèvres s'étaient donc arrêtée d'égrainer silencieusement les paroles, vu qu'il n'y en avait plus.



J'avais fini par fermer les yeux et j'étais à deux doigts de me rendormir, rassuré par la chaleur de la peau de la jeune soviétique et à deux doigts de renverser ma bouteille de bière sur moi et de laisser ma clope brûler mes doigts, quand je rouvris mollement mes paupières en sentant Gaïana se dandiner dans le fauteuil. Elle se pencha ensuite vers moi et me tendis mon appareil auditif manquant.

Je regardai d'abord mon vieux truc tout usé, qui commençait à déconner à moitié, mais que j'étais tellement content de retrouver, ne fusse que pour écouter la musique. Même si ça restait pas terrible. Puis, je posai ma bière à terre et le pris de ma main maintenant libre. Puis, mon regard se posa sur la jeune femme que j'avais ramassé dans la rue, ne lui promettant rien, si ce n'était qu'elle serait au sec et un peu plus en sécurité que dehors. Je ne le regrettais pas, et pas seulement parce qu'elle venait de retrouver mon truc.

-Merci...

Ma gratitude se lisait clairement dans mon regard.

Je baissai les yeux, un peu honteux de mon appartement, en fait. Et encore plus honteux que ce soit au point qu'elle s'était sentie obligée de s'y mettre pour que ce soit vivable.

-Et merci pour la cuisine aussi...

Je remis mon appareil auditif en place, grimaçant parce que ça me faisait mal aux endroits où ma peau était irritée, autour de mes oreilles.

-Aïe... Putain...

J'avais lâché mon mégot qui avait bel et bien fini par me brûlé les doigts et l'écrasai d'un coup de basket pour ne pas foutre le feu. Je soupirai ensuite et m'adossai de nouveau au fauteuil. Je n'avais aucune envie d'en virer Gaïana ? Elle était vraiment belle sur son trône de fortune et puis, j'étais simplement content de ne plus être tout seul. Je ne m'en rendais pas encore vraiment compte. J'avais tendance, au réveil, à oublier qu'elle était là. Mais ça, c'était dû à l'abus d’alcool qui, avec les années, avait fini par me griller des neurones.

Elle me posa alors une question alors que je portais ma bière à ma bouche. Je la regardai, tout en buvant un coup, mes grands yeux fixés sur son visage. Depuis combien de temps je n'avais pas osé regarder quelqu'un comme ça, droit dans les yeux ? Je n'en savais rien, mais ça aussi n'avait pas de prix. A tel point qu'on pouvait apercevoir le fantôme de ce que j'étais dans mes yeux bleu-vert maintenant un peu plus éveillés.

-Changer quoi ?

J'eus un vague sourire.

-En soi, ta présence est déjà un changement...

Je m'appuyai sur sa jambe à nouveau, en soupirant et regardai ma bière.

-Pour le reste, j'ai essayé plusieurs fois...

J'étais un alcoolique. Et j'avais peur du manque. Peur de ne plus être assez engourdit pour supporter la mort des membres de The Army et l'abandon de Daniele... Sans parler de ce que mon comportement avait fait à Jess et Babs.

Je grattai nerveusement mon torse nu à cette pensée.

© Billy Lighter












SNIPER


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Home sweet Home (Pv Evan)[TERMINE]   Ven 12 Fév - 1:08

J'avais été un peu étonnée quand Evan avait laissé sa tête aller contre ma jambe. J'avais froncé les sourcils puis laissait couler. Au final, je pense que ce contact lui faisait autant de bien qu'à moi. C'était une chaleur réconfortante... Et pour un homme seul comme Evan, je ne pouvais sans doute pas imaginer à quel point... Il devait se sentir tellement seul, ici, dans cette appartement cloisonné dont il ne sortait presque jamais...

Le rockeur était un rien somnolant, les yeux mi-clos. Il ne manquait que le filet de bave au coin des lèvres pour parfaire à l'image de l'alcoolique avec sa clope et sa bière en main. Mais c'était à ce moment-là où j'avais senti l'objet coincé sous mes fesses. Je lui retrouvais son appareil et le lui tendais. Il lui fallut un petit moment pour réaliser et il détailla l'oreillette un moment avant de déposer sa bière et de prendre l'appareil de ma main. On se regardait un moment, une nouvelle expression sur son visage, d'une sincérité qui me faisait presque froid dans le dos. « Merci » qu'il dit. Je souris tandis qu'il baissait son regard et ajoutait « Et merci pour la cuisine aussi... »

« Ce n'est vraiment rien... Je n'avais quand même rien d'autre à faire. »

Bon, c'était un peu faux. J'aurai pu sortir pour chercher un travail, pour chercher un logement, me droguer, me piquer ou juste me manger un méga hamburger avec des frites... Mais après avoir passée toute la nuit dehors, j'avais la tête en compote et je n'aspirais qu'à rester tranquille à la "maison" si je puis dire. Bien que voir la cuisine et les autres pièces dans un état si déplorable m'insupportais... Je n'avais pas pu le laisser dans un tel état si je voulais y "vivre" confortablement, ne serait-ce qu'un peu...

Evan grimaçait en remettant son appareil. De là où j'étais il était vrai que je voyais sa peau légèrement rougie à force d'avoir cet engin tout le temps sur les oreilles. « Aïe... Putain... » Son mégot tomba au sol et il eu vite fait de passer son pied au-dessus pour l'éteindre. Vive les traces de cendres.. Oui, je sais, il n'y a qu'une femme pour penser à ce genre de choses, surtout maintenant que j'avais nettoyé la cuisine et que visiblement, Evan en avait quand même été content.

Assise au fond du fauteuil alors que je fixais un point droit devant moi, je lui demandais :
« Dis, tu as jamais voulu changer ça? »
« Changer quoi ? (...) En soi, ta présence est déjà un changement...  »

Je souris à mon tour et Evan redéposa sa tête contre ma jambe. D'un geste affectueux, venant d'un instinct que j'appellerai presque maternel, je passais ma main dans ses cheveux légèrement gras pour les ébouriffer.

« Pour le reste, j'ai essayé plusieurs fois... »

Je lâchais alors un grand soupire exaspéré et me redressais, me tenant plus droite sur le divan de fortune. Délicatement je me dégageais de la tête d'Evan et me levait. Je fis les quatre pas qui me séparaient du tourne-disque et en diminuait le son maintenant qu'Evan avait récupéré son deuxième appareil auditif. Au moins, j'entendrais ce à quoi je pensais. Mais en même temps que je diminuais le son, je me surpris à voir la couverture du disque 33tour et le prit en main pour le regarder de plus près. J'y remarquais une photo et dessus... Un visage étrangement familier. Le carton toujours en main, je me retournais vers la rockstar et m'assit devant lui en tailleur, peu importe la saleté du tapis sur lequel j'avais posé mes petites fesses.

Revenons en à nos moutons, si j'ai baissé le son, c'était pour pouvoir parler plus librement à Evan sans être dérangé par les chansons de The Army... Ou moins. Je pris à mon tour une bouteille et ouvrit la bière comme je pouvais, à la sauvageonne, manquant de m'arracher une dent avec une petite moue. Décapsulée, je l'attirais à mes lèvres et bu deux bonnes goulées. En face de moi, Evan, que je regardais à nouveau droit dans les yeux. J'affichais une expression pleine d'espoir, un léger sourire et je tentais de faire transparaître à travers mon corps une forme de motivation.

« Mais j'étais pas là ces quelques fois où tu as essayé... »

Je lui rendais alors un petit sourire charismatique. C'était décidé pour moi, j'allais faire de mon mieux pour aider Evan, le faire un peu sortir de sa bulle. Je ne m'attendais pas à le faire arrêter de boire, ni à lui demander d'avoir un appartement toujours en ordre mais certainement pouvait-il faire des efforts pour arriver à décrocher ces panneaux OSB de ses fenêtres pour faire face à la lumière du jour et ne plus vouloir être aussi isolé...

« Bon, il faut absolument qu'on fasse des courses, on a vraiment plus rien... »

Pour preuve, je lui désignais d'un petit geste de tête son bac de bière... Que des bouteilles vides... Enfin, avec quelques trous puisqu'Evan semblait égarer certaines autres bouteilles ailleurs, je ne sais où exactement. On avait aussi le frigo qui ne devait contenir maintenant que quelques miettes.

« On descendra le plus gros des sacs poubelles en même temps. Ce sera déjà bien, non? J'achèterai de quoi faire des blini pour ce soir, c'est une spécialité de chez moi, ça te dit? C'est super bon. En général on en fait pour des fêtes genre comme pour fêter la fin de l'hiver, blablabla, ou de rares occasions... »

Je penchais un peu la tête pour voir si Evan suivait tout ce que je disais. Je levais alors ma bouteille pour trinquer avec l'alcoolique.

« Ce jour marquera une nouvelle vie pour nous deux! On fera des efforts tous les deux! »

Enfin, si Evan voulait encore bien de moi, je risquais peut-être encore d'être mise à la porte avec toute cette histoire que je faisais... Je laissais néanmoins ma bouteille se cogner dans un "kling" contre celle d'Evan et but une gorgée. Je la bus presque cul sec et redéposa la bouteille dans le bac en passant ma langue sur mes lèvres pour en chercher les dernières gouttes de bière. Je reposais mon attention sur la rockstar, je pris la couverture du disque de The Army afin qu'il puisse bien la voir en détail et désignais la photo.

« Au passage... Tu pourrais me dire... C'est toi là, sur la photo?? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Evan "Sniper" Kurtz


Messages : 391
Date d'inscription : 17/07/2015
Age du personnage : 39
Localisation : Chez Natacha Perry

Who Am I?
Birth place: Los Angeles
Je suis: Alcoolique
Song: Legacy -The Army


MessageSujet: Re: Home sweet Home (Pv Evan)[TERMINE]   Ven 12 Fév - 15:30


Home Sweet Home

ft. Gaïana Dugopoliac


La jeune Gaïana était vraiment gentille. Elle avait fait du rangement dans la cuisine et avait retrouvé mon précieux et détesté appareil auditif. Pendant des années et encore maintenant, ces trucs me complexaient. Mais Gaïana dormait dans mon appartement, on partageait le même espace, alors je ne pouvais pas vraiment me cacher à son regard. Je ne pouvais pas aller me planquer à la salle de bain pour les enlever et les remettre, ni me balader à longueur de journée (ou de nuit, j'avais un peu perdu le fil), avec une capuche sur la tête pour ne pas qu'elle le voit. C'était tout simplement impossible. Sinon, je l'aurais fait.

J'avais donc remis ce foutu truc et j'avais remercié sincèrement Gaïana pour tout ce qu'elle avait fait aujourd'hui. Elle m'avait alors demandé si j'avais jamais voulu changé des trucs. J'avais répondu d'abord par l'innocence avant de dire, à raison, que sa présence était déjà un putain de gros changement. Un signe que j'évoluais ? Possible. Fut un temps où je ne sortais que complètement camouflé, il n'y avait encore que 5 ans de ça... Jusqu'à ce que je me rende compte que j'avais bien assez changé, que j'étais assez ravagé pour être méconnaissable, que j'étais devenu littéralement quelqu'un d'autre.

Elle n'avait rien dit, alors j'avais reposé ma tête sur sa jambe, espérant me rendormir assez vite. Elle avait passé sa main dans mes cheveux et j'avais soupiré d'aise. Putain, j'avais oublié comme ce genre de simple geste de tendresse faisait du bien, combien c'était rassurant.

J'aurais voulu qu'elle continue jusqu'à ce que je m'endorme, mais elle avait soupiré d'exaspération, sans que je comprenne vraiment pour quoi. Et elle s'était levée brusquement... Arf, fallait pas rêver que ça dure... Je la suivis de mes yeux mi-clos et elle alla baisser le volume de la musique...

-Hey...

Rien de bien convainquant dans cette « protestation »... J'avais fit ça d'un ton beaucoup trop mou. Je n'avais même pas remarqué qu'elle avait la pochette de mon album en main quand elle était venue se placé en tailleur en face de moi, son dos bien droit, ses petits seins fièrement en avant. Elle n'avait plus rien de la jeune femme au bout du rouleau que j'avais repêché dans la rue... Et quand je me rendis compte où était placé mon regard, je rectifiai le tir en remontant de quelques crans jusqu'à son visage et à ses yeux déterminés.

Elle se décapsula une bière et je souris vaguement, persuadé qu'elle s'était fait mal aux dents en le faisant. Elle aurait dû demandé, je l'aurais fait, mes dents à moi étaient foutues alors plutôt que d'user les siennes... Elle affirma qu'elle n'était pas là les fois où j'avais essayé de me reprendre...

-Non... C'est vrai... Mais d'autres étaient là... Ma femme était là.

Et si Babs n'y était pas arrivée, je doutais que la jeune soviétique, malgré que j'appréciais qu'elle veuille tenté le coup, y arrive. Putain... On m'avait même envoyé en centre de désintox avec Daniele et tout ce qu'on avait trouvé à faire, c'était foutre le feu à l'établissement pour pouvoir s'enfuir.

Cependant, je lui souris... Tu veux essayer, et ben essaye...

-Tu proposes quoi ?

Elle proposait qu'on commence par faire les courses et je suivis son geste. En effet, après ce casier, on allait se retrouver à sec. Le problème d'être deux, c'était qu'on consommait plus de bières. Je me grattai encore nerveusement le torse. On allait jamais s'en sortir...

Je la laissais parler, la perspective de manger un vrai repas qu'elle aborda était tentante et puis elle voulait partager un peu de sa culture. Mais cependant, je ne souriais plus... Et quand elle eu terminé, avec son enthousiasme qui semblait emplir tout l'appartement, je fis la grimace et baissai les yeux...

-Un seul problème dans ton plan... Va falloir choisir : bières ou blinki... Faut tenir à deux, jusqu'à la fin du mois, avec ce que j'ai... Et j'ai pas grand chose.

Le plus gros de ce que je gagnais sur le reste des ventes des albums de The Army passait dans le loyer et la pension alimentaire de Jess. Avec le reste, je devais survivre. En général, je mangeais peu et me contentait de pâtes et nouilles instantanés... Mes plus grosses dépenses personnelles restaient les bières et le clopes.

Je portai quand même un toast avec elle à son utopie, faisant s'entrechoquer ma bière contre la sienne. A la survie ! Qu'on aurait pu dire... Parce que si on voulait bouffer convenablement ET boire ET fumer, ça allait être chaud.

Elle bus sa bière cul sec et je fis de même, replaçant ma bouteille dans le casier, l'imitant. Je me mordillai légèrement la lèvre inférieure quand elle passa sa langue sur ses lèvres. Pfff Sniper, reboit une bière et arrête tes conneries, le temps où tu pouvait prétendre à ça est révolu... Ça a plus de chance de te tuer que de te faire du bien...

Je repris donc une bière pleine dans le casier et fut surpris de la voir maintenant avec la pochette de The Army en main en train de me désigner une photo. Je décapsulai ma bouteille avec mes dents avant de hocher vaguement la tête.

-C'était moi...

Je relevai mes yeux vers elle, la seule chose qui se rapprochait encore un peu de ce qu'il y avait sur cette photo qui sortait d'une autre vie. Je soupirai et pris une longue gorgée de bière.

-Tu veux qu'on les sorte, ces poubelles?

© Billy Lighter












SNIPER


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Home sweet Home (Pv Evan)[TERMINE]   Dim 14 Fév - 14:52

Mon Tee-shirt était sans doute trop ballant, je le mettais généralement avec quelque chose en-dessous dans le genre brassière car sans rien, il était peut-être un peu suggestif. J'avouais ne pas y avoir pensé ici, voulant juste avoir quelque chose d'ample et confortable surtout. Je remarquais qu'Evan avait laissé traîner son regard une seconde de trop sur le décolleté pour paraître anodin. Je ne laissais cependant rien transparaître, inutile de faire de remarque là-dessus surtout que la rockstar finit par rapidement relever la tête pour me répondre.

« Les autres, c'était de la gnognotte. Ils y connaissent rien là-dedans. »

Je lui rendis son sourire et discrètement, je relevais mon tee-shirt. Juste pour dire que... Ce soit peut-être pas trop tentant. Et alors qu'Evan se montrait enclin à faire quelques efforts, il me demandait ce que je lui proposais. Toujours aussi fringante et me redressant encore un peu, je déballais mes idées. Bon, ce n'était rien de spécial, si on faisait ça déjà aujourd'hui, cela me semblait être un grand pas. Evan était loin et il ne serait pas "normal" du jour au lendemain. Ces changements, ils demandaient un traitement de fond, une aide et une surveillance disons constante. Et surtout, quelqu'un pour les épauler. Je n'étais certainement pas la fille qui donnait le meilleur exemple, surtout vu la nuit que j'avais passé, à de nouveau prendre des drogues pour m'amuser mais... Je tenterai de me montrer la plus forte des deux. Mes mésaventures les mois passés m'avaient appris de nombreuses choses. Je pensais avoir touché le fond mais c'est là qu'Evan est arrivé sur ses grands chevaux et m'a proposé de venir chez lui. Rien que cela, ça me permettait tout juste de garder la tête hors de l'eau. Si j'en sortais complètement, je pourrais en sortir Evan aussi, très certainement.

Pendant que je déballais mes idées sur ce que l'on pouvait faire aujourd'hui, je sentais Evan légèrement nerveux. Il se grattait une fois le torse puis à un moment donné, son sourire se flétrit complètement sur son visage. Mon colocataire m'expliquait alors le soucis. Je l'écoutais avec attention, penchant un peu ma tête de côté comme si cela améliorerait ma capacité à comprendre son point de vue. Je gardais le silence une seconde, pensive, puis mon sourire revint rapidement. Je posais un doigt en-dessous de son menton pour l'inviter à remonter a tête et me regarder.

« C'est bon. Je pense que je devrais avoir assez de petits sous pour nous permettre deux ou trois repas cette semaine... Tu t'occupes de la bière et moi, de la bouffe. Dès demain, j'essaie de trouver quelque chose pour trouver des sous. »

Evan ne savait certainement pas d'où venait cette argent, une petite dame âgée qui avait malencontreusement oublié son porte feuille à un arrêt de bus, hum hum. Enfin, peu importe. Je pense que le plus important pour nous deux, à l'instant présent. Ce serait d'une fois remplir nos estomacs vides.  Dans mon discours, je me retins également de lui dire que lui devrais en échange faire des efforts dans l'appartement. C'était peut-être trop précipité. On devrait y aller petit à petit. s'il était vraiment prêt à faire des efforts peut-être le fera-t-il de lui même ou demanderait-il ce qu'il pourrait faire par la suite. Pas forcément aujourd'hui, mais un autre jour si ça évolue bien.

« Ce jour marquera une nouvelle vie pour nous deux! On fera des efforts tous les deux! »

Et on trinqua. Evan avait encore une moue dubitative, il n'y croyait peut-être pas à 100% mais quoi? Ne dit-on pas que l'espoir fait vivre? C'était ça qu'il lui manquait à ce bon Evan... De l'espoir. De quoi rêver d'un jour meilleur, de pouvoir retrouver un job normal, de trouver de meilleurs appareils auditifs plus discrets et qui lui feraient moins mal. De rentrer chez lui et qu'en ouvrant son frigo, il trouve quelque chose à manger pour son repas du soir...

« C'était moi... » Qu'il me répondait ensuite lorsque je lui avais montré la photo sur l'album. J'ouvris de grands yeux et mon sourire s'élargit sur mon visage. Mon dieu! J'avais une légende vivante devant moi ! Non, mince, je dormais carrément dans son appart. Du coup, je tournais la tête autour de moi, regardant l'endroit d'un oeil nouveau. Mais ce que je voyais autour de moi n'était pas neuf pour autant, excepté la cuisine qui était mieux rangée et propre.

« C'est encore et toujours toi. Mon dieu dis... Mon père t'adorait, à notre arrivée ici en Amérique, vous êtes le premier groupe qu'il a découvert, son premier disque et il vous écoutait en boucle ! Ça a bercé toute mon adolescence... »

Je levais les yeux au ciel, dans mes pensées, encore ravie de ma petite découverte... Wahou... C'était énorme... J'avais désormais encore plus envie de l'aider! Il fallait que je recontacte Amon après, que je lui raconte que j'ai trouvé Evan et qu'il fallait le remettre sur un piédestale dès qu'il serai rétablis et... Et... Et Evan me coupa dans mes pensées. « Tu veux qu'on les sorte, ces poubelles? » Je le regardais, une nouvelle bouteille de bière en main. Non mais, il allait tous les finir là ! Je lui pris la bouteille, la dernière sans doute pour en prendre une gorgée. Puis je la lui rendis, mes mains claquant gentiment mes petites cuisses pour me donner du courage.

« Oui, allons-y! »

À mes paroles, j'ajoutai le geste. Je me levais gracieusement, me sentant pousser des ailes. Je tendis la main vers la rockstar pour l'aider à se relever puis je filais fermer les derniers sacs encore ouvert dans la cuisine, c'est bon, on pouvait y aller! Oups! Je retournais cependant vite fait dans la chambre pour y prendre mes derniers billets pour pouvoir acheter le repas de ce soir... Aujourd'hui, on fête notre survie avec des blinis !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Evan "Sniper" Kurtz


Messages : 391
Date d'inscription : 17/07/2015
Age du personnage : 39
Localisation : Chez Natacha Perry

Who Am I?
Birth place: Los Angeles
Je suis: Alcoolique
Song: Legacy -The Army


MessageSujet: Re: Home sweet Home (Pv Evan)[TERMINE]   Mar 16 Fév - 11:39


Home Sweet Home

ft. Gaïana Dugopoliac


Au moment où la jeune femme avait relevé son t-shirt, je m'étais déjà désintéressé des formes que j'avais pu y apercevoir pour me concentrer sur son regard. Je savais, de toute façon, que je n'avais aucune chance et, en plus, j'étais persuadé que, si même ça avait été le cas, avec ma condition physique actuelle, ça m'aurait fait plus de mal que de bien. Mon dernier rapport sexuel devait dater de... Pfff... Je savais plus trop. J'avais d'abord profité un peu du reste de mon reste de notoriété, mais ça n'avait pas duré. Puis, je me rappelais avoir payé pour ça quelques fois, bien que pas souvent, et le prix avait été en dévaluant en même temps que les rentes de The Army et que la qualité des prostituées... Puis j'avais été m'aventurer de moins en moins loin de chez moi et les pauvres filles dont certaines, voire la plupart, n'avait pas d'autre choix que de faire ce genre de truc pour pouvoir bouffer, étaient tellement ravagées que ça n'aurait pas été une bonne idée, avec tout le respect que je leur devais. Après tout, j'étais très loin de valoir mieux qu'elle.

Elles comme moi faisions partie des meubles désormais, du paysage de l'Eastside...

Mais pas Gaïana. Elle m'avait sauté aux yeux justement parce qu'elle ne faisait pas partie des meubles, parce qu'elle était une anomalie dans ce microcosme que j'avais appris à connaître les yeux fermés. Un microcosme qui s'étendait de la poste au bout de la rue, au night shop juste en face de mon propre appartement.

En gros, en ne la laissant pas à la rue, j'avais réparé cette anomalie. L'avais-je fait parce que je ne voulais pas que la jeune femme finisse comme toutes ces filles autour desquelles même un type aussi désespéré que moi n'irait pas tourner ? Ou est-ce que je l'avais fait pour moi-même ? Juste pour que la rue redevienne comme avant ? J'en avais aucune idée.

Il semblait que la soviétique voulait maintenant me rendre la pareille, en gros. Elle avait commencé par remettre un peu d'ordre et envahissait maintenant l'appartement avec un enthousiasme qui me faisait sourire sans grande conviction. Et ce avec toute la force et une pointe de naïveté que lui donnait sa jeunesse. Elle avait certainement vécu un tas de trucs dans sa courte vie, sinon, elle ne se serait pas retrouvée sur le trottoir de l'Eastside, de plus, elle était, vu son nom et son léger accent, fille d'immigrés dans le pays ennemi du sien.

Bref, tout ça pour dire qu'elle n'avait pas eu une vie plus simple que moi jusque-là. La différence, c'était que je traînais ça depuis bien plus longtemps et qu'avec les années, l'espoir, il en a ras-le-cul et il se fait la malle.

Je haussai les épaules quand elle affirma que « les autres » dont j'avais parlé, n'y connaissait rien. Et en même temps, j'avais eu un sourire encore moins convaincu...

-Peut-être... Va dire ça à ma femme... Demande-lui si elle en a pas souffert.

Je savais pertinemment que si. Je m'en rendais compte dans les moments de lucidité comme ceux-ci, où je venais de m'éveiller et n'avait pas encore eu le temps de tuer cette lucidité en question à coups de bière. Et niveau alcoolisme et toutes les merdes qui allaient avec, j'étais sûr que Babs en connaissait un putain de rayon !

Sauf que j'avais jamais accepté le fait que j'étais malade. Et que je m'étais donc jamais soigné. Encore aujourd'hui, je ne considérais pas vraiment l'alcool comme la maladie, mais plutôt comme le médicament.

Après tout, ça m'aidait à dormir, à ne pas sombrer dans la folie à cause des irritations autour de mes oreilles, à ne pas m'en vouloir, à ne pas voir les fantômes de Nuts, Sherman et Captain, à oublier que j'étais sourdingue et à oublier tout court. Alors, si, ça, c'était pas efficace ! J'allais même jusqu'à oublier que Barbara n'était plus « ma femme » mais « mon ex-femme »...

Gaïana avait ensuite continué et je lui avais plus ou moins expliqué pourquoi toutes ces bonnes résolutions allaient être un putain de parcours du combattant. La première étant que je ne m'appelais plus Crésus depuis... En quelle année on était déjà ? Enfin, un putain bon bout de temps, je crois...

Malgré tout, elle avait l'air de dire que si on s'y mettait à deux, vu qu'il lui restait un peu de thune, on pourrait peut-être s'en sortir et se faire quelques repas corrects... Ok... Sur mon torse, une marque rouge apparaissait à force de me gratter. Elle avait relever ma tête d'un doigt sous mon menton, me forçant à la regarder. Alors comment je pouvais refuser, lui dire « non, fais ce que tu veux, moi, je restes ici. », hein ?

-Ok... Si tu veux...

J'avais une fille de 11 ans pleine d'enthousiasme elle aussi... Et je n'avais pas envie de casser celui de Gaïana, qui me rappelait Jess à ce niveau-là, en jouant les vieux cons désespérés... Même si, au final, bien que je gardais ça pour moi, je partais clairement perdant.

Ce qui me rassurait chez Gaïana, c'était qu'elle buvait avec moi, et voulait m'aider sans vraiment me faire la morale. Et aussi que finalement, elle ne valait pas vraiment mieux que moi. On partait du même niveau en fait. Et, en y réfléchissant bien, dans tout ce qu'on avait essayé jusque-là, du temps de The Army et un peu après, je n'avais jamais été dans ce genre de situation.

Par contre, j'avais été surpris quand elle m'avait demandé si c'était bien moi sur la pochette de l'album. J'avais répondu la vérité, pour les mêmes putains de bonnes raisons que celles pour lesquelles j'avais accepté son histoire d’entraide... Et là, son regard avait changé et le mien s'était fixé sur le sol. Fallait s'en douter, de celle-là...

La jeune femme s'était tue après son petit « hourra ! », probablement perdue dans ses pensées, mais je ne pouvais pas vraiment en être sûr étant donné que je n'osais plus vraiment croiser son regard. Putain, elle devait se dire que l’idole de son père était devenu une putain d'épave...

Alors, je lui avais proposé de sortir les poubelles. Fallait choisir entre rester-là face à face et tomber sur l'inévitable sujet « The Army » ou sortir. La peste ou le choléra, en gros...

Je me rallumai une clope, sans plus trop savoir ce que j'avais fait de la dernière... Mais rien ne semblait se mettre à cramer, donc, ça devait être bon. Puis Gaïana m'avait piqué ma bière pour y boire une gorgée, sans que mon cerveau ait le temps de me faire réagir pour me défendre. Puis, elle avait posé la bouteille et s'était levée, tout sourire... Je l'avais regardée, mes grands yeux fatigués levés vers elle qui était limite en train de sautiller.

Je voyais pas trop ce qu'il y avait de si attrayant dans l'idée de sortir les poubelles, mais bon...

J'avais attrapé sa main qu'elle me tendait et son aide ne fut pas de trop pour me relever. Elle commença à s'activer à droite et à gauche alors que moi, je restais debout sur place, ma clope se consumant dans ma bouche, à regarder autour de moi après un t-shirt à enfiler... J'en trouvai un, loin d'être très frais, mais ça ferais l'affaire, et le mis. Gaïana sorti de la chambre à ce moment-là et je vérifiai que j'avais bien quelques billets dans la poche arrière de mon jeans.

Ouais, c'était bon... Mais j'avais déjà la flemme de sortir. Et puis, j'avais vu qu'il faisait un grand soleil dehors par la fenêtre que Gaïana avait dégagé dans la cuisine. Bref, j'allais encore souffrir...

-Pfff...

Lentement, mais sûrement, je me dirigeai vers la cuisine à la suite de la soviétique. Je pris un sac poubelle dans chaque main et les soulevai. Ça va, ils n'étaient pas trop lourds...

On sorti de l'appartement et la volée de marche pour descendre au rez-de-chaussée apparu devant moi...

-Oh putain de merde...

Fumant comme une locomotive, j'entrepris de descendre d'un pas mal assuré. Et quand je fus en bas, j'étais trempé de sueur et déposai les sacs par terre pour reprendre mon souffle.

-Je te préviens, je ferai pas ça tous les jours... Putain...

Je m'appuyai sur le mur, incapable d'aller plus loin avant d'avoir repris mon souffle. Ma tête tournait légèrement. J'aurais été curieux de savoir quand même combien de temps il me restais à vivre... Et je doutais que ce soit faramineux...

Tant qu'à essayer de me reprendre, je regardai Gaïana et lui posai une question.

-Comment tu vas trouver de l'argent dans les jours à venir ?

© Billy Lighter












SNIPER


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Home sweet Home (Pv Evan)[TERMINE]   Lun 14 Mar - 23:15

C'est vrai, en regardant la pochette de The Army et le Evan qu'il est devenu, il y avait un véritable monde de différence. C'était le jour et la nuit, une vie qui a été complètement chamboulée. Mais ce n'était pas une raison de critiquer, ils étaient ce qu'ils étaient, rien ne pouvait leur enlever la gloire qu'ils avaient eu à cette époque. C'était quelque chose qui leur appartenait, à tous les membres du groupe bien qu'Evan soit le seul à pouvoir encore en profiter au jour d'aujourd'hui. Bien que profiter était un bien grand mot puisqu'il ne profitait plus de rien finalement.

Le rockeur s'alluma une cigarette tandis que je lui prenais la bouteille de bière et buvais. Ça y est, il était temps de se remettre en mouvement. J'avais hâte que le couloir et la cuisine soient un peu plus dégagés, cela nous permettra plus d'aisance durant au moins quelques jours. Du moins, je l'espérais. Je m'étais levée souplement pour vaquer à mes occupations pour préparer notre brève escapade tandis que l'alcoolique semblait être un peu perdu avant qu'il ne trouve un tee-shirt vite fait. Arff. Pas très propre le vêtement, faudrait y penser aussi et ajouter ça dans la listes des choses à faire... Mon dieu que cette liste serait longue avec toutes les choses que je voyais se rajouter à chaque instant! Mais chaque chose en son temps... On fera également en fonction des priorités...

Deux sacs poubelles dans les mains chacun et j'avais fait en sorte de prendre les plus chargés. Voilà, nous étions prêts pour notre escapade. J'entendais déjà Evan lâcher un gros soupire d'exaspération... Allez mon pote! C'est pas la mort non plus! J'ouvrais la marche, passant devant Evan avec les deux sacs puants. Je commençais à descendre la volée d'escaliers que derrière moi j'entendais un « Oh putain de merde... » qui me fit rire.

Heureusement pour Evan, il n'y avait qu'une volée de marche à descendre, ce qui était bien assez pour lui qui était complètement essoufflé d'avoir porter ces poubelles dans les escaliers en tentant de garder son équilibre et ne pas se rétamer. Je l'avais regardé descendre, le sourire aux lèvres. Il valait mieux en rire qu'en pleurer de toute manière.

« Je te préviens, je ferai pas ça tous les jours... Putain... »
Je souris de plus belle et lui répondit aussi simplement :
« Non, on les descendra juste toutes les semaines le jour où les éboueurs passeront. »

Je voyais sa tête se décomposer et cru déceler dans son regard qu'il m'enverrait bien aller me faire foutre. Ou alors il le pensait fort. Ou bien c'est moi qui m'imaginait très bien réagir de la sorte à sa place. D'une main je repassais une mèche rebelle derrière mes oreilles.

« Je vais vite encore descendre deux autres sacs, je reviens. »

Ben oui, il y en avait du bordel à sortir chez Evan. Au moins, ça lui donnerait le temps de respirer un peu. Je remontais donc les escaliers en courant et revint deux minutes plus tard avec les poubelles. L'ancienne rockstar était adossée contre un mur, encore en manque d'air. Je restais immobile, les mains sur les hanches le temps qu'il reprenne encore de son souffle à son aise. Evan reprenait son souffle en me regardant. Il posa une question à laquelle je ne m'attendais pas vraiment. Je venais m'accouder avec lui contre le mur.

« On verra bien, je finis toujours par me débrouiller en général. On ne sait pas de quoi demain sera fait, alors autant en profiter un peu. En plus j'ai une de ces dale! Pas toi? Viens, on y va! »

Je déplaçais les poubelles sur les trottoirs. Evan me suivit et direction la superette du coin. Superette du coin qui était bah... au coin. Le temps qu'on arrive jusqu'au magasin, Evan avait presque entièrement récupéré. On se sépara le temps que chacun prenne ce qu'il devait prendre.Evan irait sans doute prendre les bières quant à moi, je réfléchissais et traversais les petits rayons pour trouver les différents ingrédients pour les blinis. J'avais pris un petit panier pour mettre les différents achats dedans tandis que j'étudiais le contenu des rayons. Alors, il me fallait de la farine, des oeufs, du beurre, levure et du lait... Bon, je suppose qu'Evan devait au moins encore avoir du sel chez lui. Au vu du prix, je pouvais nous permettre de trouver un petit accompagnement pour ne pas les manger nature. Je cherchais Evan du regard pour lui demander son avis, je voyageais un peu dans le magasin et le retrouvais dans un ou deux rayons plus loin.

« Hé Evan! Tu veux quoi avec tes blinis? Ça peut se manger un peu comme des crêpes, sucré ou salé... Enfin, tu fais un peu comme tu veux. Tu as envie de quelque chose en particulier du coup? »

Mon petit panier accroché au bras, je le regardais comme une véritable femme qui fait ses courses. Putain, ça doit être ça de vieillir... De faire des choses d'adultes. J'arrêtais pas depuis ce matin en fait... Je sens déjà les rides arriver, au secours!
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Evan "Sniper" Kurtz


Messages : 391
Date d'inscription : 17/07/2015
Age du personnage : 39
Localisation : Chez Natacha Perry

Who Am I?
Birth place: Los Angeles
Je suis: Alcoolique
Song: Legacy -The Army


MessageSujet: Re: Home sweet Home (Pv Evan)[TERMINE]   Mer 16 Mar - 14:12


Home Sweet Home

ft. Gaïana Dugopoliac


Heureusement, Gaïana n'avait pas l'intention de faire ça tous les jours. C'était déjà ça. Je ne me sentais vraiment pas capable de faire ça, mais, une fois par semaine peut-être que je pourrais le faire... A condition de savoir exactement quel jour on était et que jour où les éboueurs passaient. Je savais même pas quand c'était... Mais apparemment, Gaïana, elle, était au courant... En même temps, elle était peut-être restée assez longtemps dans la rue pour les voir passer quelques fois.

En bref, si je voulais prendre ne serait-ce que cette seule bonne résolution, j'aurais besoin de la jeune femme.

Elle prenait les choses avec le sourire. En rigolant, même, alors que moi, je trimais à mort. Mais quelque part, je ne lui en voulais pas. Parce qu'au fond de moi, je savais qu'elle avait raison mais aussi parce que ça faisait un bon moment que je n'avais pas entendu quelqu'un rire. Si ce n'était Jess quand elle arrivait à se faufiler jusque dans l'Eastside.

Alors, j'avais fait l'effort, même si je m'étais retrouvé complètement essoufflé en bas de l'immeuble.

-Va pour une fois par semaine... Mais faudra que tu me dises quand on est... J'ai un peu perdu le fil...

J'avais souris autant que mon essoufflement me le permettais, après quoi, Gaïana était remontée chercher d'autres sacs. Je n'avais pas proposé de remonter avec elle pour l'aider, si je faisais encore une fois ce trajet, j'allais crever.

A la place, pendant qu'elle y retournais, je m'allumai une nouvelle clope, enfouissant ensuite mes mains dans mon vieux jeans, attendant qu'elle redescende...

Elle revint plus vite que je ne pensais. Évidemment, elle était plus jeune et en meilleure santé. Et puis elle souffrait d'un optimisme incroyable... Une fois les sacs disposés sur le trottoir, je lui demandai quand même où elle comptait trouver l'argent dans les jours qui venaient... Elle affirma qu'elle se démerderait... Ça n'avait rien de rassurant, ça, par contre. Je ne voulais pas qu'elle s'abaisse à faire des saloperies pour qu'on s'en sorte.

Elle me demanda si j'avais faim... Wow... une chose à la fois, Gaïana était une vraie pile électrique, pour moi. Fallait que je suive le rythme... Toujours concentré sur cette histoire d'argent, j'avais hoché négativement la tête à sa question. Non, je n'avais pas faim. Je mangeais uniquement quand je sentais que j'allais tomber dans les vapes, ce qui était déjà arrivé. Et évidemment, moins je bouffais, moins j'avais envie de bouffer...

-Mais... Gaïana... Fait pas n'importe quoi pour l'argent non plus, ok ?

Ni vol, ni crime, ni prostitution. Je ne voulais pas qu'elle se foute dans la merde pour un vieux con comme moi.

-Si tu trouve pas, on se serrera juste un peu la ceinture, c'est tout...

Je lui avais dit ça alors qu'on marchait jusqu'au petit magasin où j'avais l'habitude d'aller me ravitailler. Une fois dedans, je me dirigeai direct vers le rayon où se trouvaient les packs de bières, je pris ce qu'il me fallait, à mon rythme. Je regardais un peu partout. Putain, je n'arrivais plus à oublier que c'était ici que j'étais tombé sur le manager anglais.

Ce fut Gaïana qui me sorti de ma torpeur, un panier déjà plein de choses... Si elle n'avait pas eu un air un peu négligé dû à son mode de vie actuel, elle aurait eu l'air d'une vraie petite femme...

-Heu... Fait comme tu veux... C'est pareil pour moi. Tu sais mieux que moi ce qui est le meilleur.

Je me dirigeai ensuite vers la caisse où Brenda, la caissière, me demanda si ça allait avec un sourire interrogateur et des coups d’œil vers la jeune femme qui m'accompagnait. D'un regard et d'un hochement négatif de la tête, je lui fit comprendre de ne pas se faire des idées...

-Juste une compagne de misère... Faut bien s'entraider...

Elle hocha la tête, compréhensive et sans jugement, mais un peu déçue, semblait-il...

Je me tournai vers Gaïana... Je voulais rentrer... J'avais eu ma dose d'air frais pour au moins une semaine, jusqu'à la prochaine sortie des poubelles.

-Bon... Tu viens, ou quoi ?

Je demandai ensuite une farde de clopes à Brenda qui me la posa sur le comptoir.

© Billy Lighter












SNIPER


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Home sweet Home (Pv Evan)[TERMINE]   Dim 3 Avr - 0:16

Super, bonne nouvelle qu'Evan me dise qu'il était prêt à descendre les poubelles une fois par semaine. Ce serait déjà ça, puis je me répète, mais on fera les choses petit à petit. Si on arrive à mettre tous les déchets à la poubelle et à les mettre à la rue quand il faut, on avancera déjà d'un grand pas.

« Super, je te dirais le jour avant quand il faut mettre les poubelles, ce sera plus simple. »

Je lui souris en retour avant de m'éclipser. À mon retour avec les poubelles en main, Evan fumait déjà une clope et avait l'air surpris que je sois redescendue aussi vite. À deux, on déposa les poubelles sur la rue et la rockstar me posait la question de l'argent auquel je répondais évasivement. On se débrouillerait. On devrait bien. Il le fallait. Et alors qu'on marchait dans la rue, Evan persista.

« Mais... Gaïana... Fait pas n'importe quoi pour l'argent non plus, ok ? » Petit silence. Puis il précisa que dans le cas où ça n'irait pas on se serrerait juste un peu plus la ceinture. Je posais ma main sur son bras, confiante.

« T'inquiètes, je ferai gaffe. Et je ne ferai pas n'importe quoi. »

Du moins, j'essayerai. Difficile à un junkie d'arrêter de se camer, à un alcoolique d'arrêter de boire et à un fêtard de rester cloîtrer chez lui. Mais je m'étais déjà beaucoup calmée et j'espérais qu'en prenant un peu de responsabilités vis-à-vis du membre de The Army, je finirai par grandir dans ma tête et être effectivement responsable pour de bon. Fini les excès, les fêtes à n'en plus finir, les gueules de bois à toute heure de la journée...

Nous avions chacun traverser le magasin à notre façon. Evan motivé à retrouver sa bière se dirigeait directement dans son lieu de ravitaillement de bières tandis que je passais en revue les différents rayons, à la recherche des ingrédients dont j'avais besoin. Je retournais cependant dans celui de "Sniper" pour avoir son avis quant à la garniture qu'il voulait.

Réponse vague. Bon, il s'en foutait un peu à priori. Il ne m'avait répondu qu'avec un hochement négatif de la tête quand je lui avais demandé s'il avait faim là-tantôt. Sans doute avait-il tellement l'habitude de sauter des repas que cela ne lui faisait ni chaud ni froid maintenant. Héhé! Nous verrons bien lorsque l'odeur de la cuisson des délicieux blinis vont venir chatouiller ses petites narines à la maison, muahahah! Je me voyais déjà reine de la cuisine maintenant... Espérons que je ne les rate pas, on serait pas dans la mouise sinon.

« Bon... Tu viens, ou quoi ? »

Je relevais la tête vers la rockstar. Oups! Il était déjà à la caisse près d'une brunette. Je marchais d'un pas rapide vers le rayon des produits frais, en sortait un fromage de chèvre, un paquet de saumon fumé et de la ciboulette que je rajoutais dans mon petit panier de fortune. Evan n'avait pas l'air super à l'aise et surtout pressé de rentrer visiblement.

« Me voilààà!! » disais-je à voix haute pour Evan et Brenda qui m'attendaient déjà depuis deux bonnes minutes.

Je foutais tout sur le comptoir et la caissière scanna le tout. Avant même qu'elle nous dise le prix, j'avais sorti mon argent de ma poche et lui tendis dès qu'elle annonça combien on lui devait. Et voilà que l'on transportait le tout jusqu'à la maison, comme on pouvait. J'avais demandé un sac à Brendra pour mettre tous les achats légers : les ingrédients des blinis, la farde de clopes.. D'une main je portais le sac et de l'autre, je proposais à Evan de l'aider à porter son pack de bière. À deux ce serait bien plus léger et facile.

Sur le chemin je lâchais un grand soupire, contente d'avoir fait tout ça aujourd'hui. Il me semblait que la journée filait à toute allure. Mais au moins, en rentrant cette fois-ci, il y aurait une cuisine dégagée pour pouvoir préparer de quoi bouffer et une petite table pour y manger.

« Une bonne chose de faite. Demain, je dors, quelle journée pffiou!! » Je pense au final, que ça valait autant pour Evan que pour moi.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Evan "Sniper" Kurtz


Messages : 391
Date d'inscription : 17/07/2015
Age du personnage : 39
Localisation : Chez Natacha Perry

Who Am I?
Birth place: Los Angeles
Je suis: Alcoolique
Song: Legacy -The Army


MessageSujet: Re: Home sweet Home (Pv Evan)[TERMINE]   Dim 3 Avr - 10:53


Home Sweet Home

ft. Gaïana Dugopoliac


On avait traîné dans le magasin. Enfin, elle avait traîné. Et quand, au final, je la vit revenir avec les courses, je me dis que si on mangeait tous les jours comme des rois comme aujourd'hui, on allait jamais s'en sortir. J'allais même jusqu'à me dire que ce n'était pas étonnant que je l'aie trouvée dans la rue. Et putain, j'espérais qu'elle n'allait pas finir par m'y entraîner avec elle. Gaïana semblait avoir toute la bonne volonté du monde et ne pas vouloir me faire de mal, je ne la connaissais quand même pas plus que ça...

Je n'eus pas le temps de prendre mon portefeuille dans ma poche arrière que la jeune femme payait déjà Brenda, un jolie sourire fier aux lèvres. J'étais beaucoup moi sûr de moi qu'elle, concernant tout ça... Et je me sentais un peu perdu. Ça faisait 10 ans que je vivais tout seul, que je n'avais à demander l'avis de personne sur ce que je faisais ou pas... Faudrait que je m'habitue à la présence de Gaïana...

Brenda nous souhaita bon appétit et on quitta enfin le magasin. Bon, on allait rentrer, mettre de la musique et boire une bière... Et Gaïana ferait à manger. Alors qu'on avançait, j'essayais de visualiser la scène. Mais je n'avais toujours pas faim. C'était même de pire en pire.

Parce que je n'avais plus l'impression que je rentrais chez moi. J'avais plutôt l'impression que mon chez-moi était compromis. Parce que je n'aurais plus le pouvoir total de décision...

Elle me proposa son aide pour porter le casier et je la laissai faire. C'était vrai qu'à deux, c'était plus facile. Et c'était là-dessus que je devais me focaliser : certaines choses seraient plus faciles. Déjà, il n'y aurait plus la solitude...

Fallait que j'imagine que c'était comme si Jess était en vacances à l'appartement. Ce qui n'arriverait jamais.

Bref, j'étais sceptique et méfiant sur les grandes choses que Gaïana pensait qu'on allait pouvoir faire en s'entraidant... Et je me demandais si j'aurais pas mieux fait de faire comme tous les autres gens de L.A. : passer mon chemin.

Mais je n'étais pas comme ça.

Je souris à Gaïana quand elle annonça qu'après cette journée éprouvante, demain, elle dormirait...

-Ouais... Demain, on dort...

Et on continua notre court chemin jusqu'à l'appartement. Où une nouvelle vie bizarre allait commencer. Pour tous les deux.

© Billy Lighter












SNIPER


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Home sweet Home (Pv Evan)[TERMINE]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Home sweet Home (Pv Evan)[TERMINE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Fan club Chi sweet home ! SWEEEEEET ! =D
» Home Sweet Home [pv Bonnie]
» [Kawa - Ishigaki] Home, sweet home...
» 07. Home Sweet Home
» Home sweet home. — Heaven & Tala

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: L.A Rocks :: Eastside :: Immeuble d'Evan Kurtz-