AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Oh You Pretty Thing! [PV Maria][TERMINE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Jimmy Reed


Messages : 502
Date d'inscription : 12/08/2016
Age du personnage : 36
Localisation : Malibu

Who Am I?
Birth place: Los Angeles
Je suis: Le chef des Los Diablos
Song: The Man Who Sold The World - David Bowie


MessageSujet: Oh You Pretty Thing! [PV Maria][TERMINE]   Lun 15 Aoû - 16:50



Oh You Pretty Thing !
ft. Maria Watson


Et bien il était presque temps !

Cela faisait bien longtemps, en effet, que je n'avais pas eu l'occasion de me rendre à la Villa Ricci pour prendre du bon temps ! Il y avait plein de gens à voir là-bas (ou plutôt, plein de gens qui devaient me voir)! Moins que si c'était moi qui organisait une fête, évidemment, mais organiser une fête demande un minimum d'implication de ma part... Tandis que lorsque cela se passait chez Daniele, je pouvais venir parader en tant qu'invité de marque sans avoir à faire quoi que ce soit de la journée !

J'étais donc ravi que, pour la première fois depuis un bail, la secrétaire de Ricci, Maria Watson, une créature de rêve dont j'avais appris il y avait peu qu'elle sortait avec ce petit merdeux de Howard Stone (chose au combien incompréhensible pour moi quand je lui avais fait des avances qu'elle avait toujours déclinées), m'avait appelé personnellement chez moi. J'avais bien sûr accepté l'invitation, ne manquant pas de demander à Maria si j'aurais l'honneur de la voir à cette réception. Ce dont je ne doutais évidemment pas.

Ma voiture, une toute nouvelle Buick Regal noire décapotable avait été lavée pour l'occasion. Hors de question que j'arrive là avec ne serait-ce qu'une seule trace sur ma voiture. Je n'étais pas n'importe quel invité de Daniele Ricci.

Cependant, j'avais opté pour une tenue décontractée sans pour autant que ça fasse négligé. Un pantalon de costume noir, des mocassins brillants et une simple chemise noire dont les premiers boutons étaient laissés détachés constituaient un habillement relax tout autant que classe, signe que je ne venais pas ici pour me prendre la tête. Et puis le noir faisait ressortir mes cheveux d'or et mes yeux clairs.

J'étais venu seul, laissant sa soirée à Frances, ce qui me permettait également d'être libre comme l'air. En effet, souvent, les femmes avaient tendance à croire que Frances et moi étions ensemble. Pourtant, cela faisait un bail que je m'étais sexuellement désintéressé de ma secrétaire. Elle avait 5 ans de plus que moi et j'avais désormais 36 ans... Faites le calcul... Note à moi-même : penser à changer de secrétaire... Ou, non, mieux : en prendre deux. Frances continuerait à faire son boulot, mais je soulagerais un peu ses horaires en lui envoyant, en renfort, une nouvelle recrue d'une vingtaine d'années qui m'accompagnerait, elle, aux galas et autres fêtes...  Le tout m'évitant d'avoir à former une jeune secrétaire puisque Frances s'en occuperait... Elle pourra aussi lui apprendre tout ce que j'aime... Je suis un génie.

C'est donc en grande pompe et sous les yeux envieux et/ou admiratifs des invités déjà présents (je me devais d'arriver un peu en retard, évidemment), que je sortis de ma Buick, filant les clés et un pourboire au voiturier engagé par Ricci pour l'occasion.

Me baissant vers ce dernier, souriant, je murmurai à son oreille...

-Tu fais une seule rayure sur la carrosserie, tu es mort.

Et l'homme de hocher la tête avec un grand sourire forcé. Je lui fis deux grandes tapes amicales sur l'épaule avant de le laisser. De loin, ça me donnait l'image d'un homme riche mais proche du petit personnel.

Je parcourus ensuite l'allée jusqu'à l'entrée de la villa Ricci. Elle était relativement modeste par rapport à la mienne, mais c'était tout de même une magnifique maison et très bien placée.

J'en étais déjà à quelques verres et à quelques conversations dont j'avais déjà oublié la moitié des personnes avec qui j'avais parlé quand j'aperçus, à défaut de mon meilleur ami, sa secrétaire.

Tel un prédateur, je me mis à slalomer dans la foule présente, mon verre de whisky à la main, pour rattraper Maria Watson. J'étais arrivé par derrière elle et, une fois tellement près que je pouvais la frôler alors qu'elle se servait un verre de cocktail au bar à l'aide d'une louche, je murmurai à son oreille de ma voix grave et doucereuse.

-Vous m'avez manqué, Maria...

@ Billy Lighter


This is my world and you're a tourist.


Dernière édition par Jimmy Reed le Mar 30 Aoû - 10:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Maria Watson


Messages : 798
Date d'inscription : 23/01/2016
Age du personnage : 36
Localisation : L.A Baby

Who Am I?
Birth place: L.A
Je suis: Malade
Song: Shoot to thrill- AC/DC


MessageSujet: Re: Oh You Pretty Thing! [PV Maria][TERMINE]   Mer 17 Aoû - 18:09



Oh You Pretty Thing !
ft. Jimmy Reed


Suite aux retrouvailles entre Daniele et Evan, mon patron avait reprit le poil de la bête et avait même décidé de faire une fête pour se requinquer et se montrer au meilleur de sa forme. Bien sûre, j'avais été invité -sous le mauvais oeil d'Howard- et je n'avais pas réellement pu refuser cette fois-ci -D'autre fois, j'arrive à décliner-. Howard ne m'avait pas accompagné, alors je l'avais laissé seul à la maison alors que j'étais sortis en robe de soirée qui changeait complètement de l'ordinaire.. Après la mésaventure de Rome avec ma valise, où l'hotel m'avait prête une robe de couleur vive, je m'autorisais un peu plus de couleur, il fallait que j'ai plus confiance en moi, j'étais belle telle une femme fatale et je devais le montrer.

J'étais arrivée à la fête de Ricci avant tout le monde -C'est ça quand on travaille pour l'organisateur-, je devais lui déposé le contrat de Zach, du coup j'étais venu plus tôt pour le lui donner. Absent, je lui avais déposé sur son bureau et avait un peu discuter avec Erik avant qu'il n'arrive avec déjà des invités, du coup, nous n'avions pas parler tous les deux.

La fête battait son plein, je discutais avec plusieurs personnes, notament de la maison de disque, puis m'avais laissé tenter par un punch, après tout, j'étais à une fête et Howard ne m'en voudrais peut-être pas de ce leger écart. Alors que je servais plusieurs verres aux invités présent, je sentis un souffle dans ma nuque. La voix de Jimmy me fis sursauté, renversant le cocktail sur la nappe de la table. Je l'avais oublié celui-là.

Je me retournai alors, souriant un peu. "J'aimerais bien dire la même chose que vous Monsieur Reed mais ce n'est malheureusement pas le cas." Je posai alors mon verre vide sur la table. J'allais devoir attendre pour mon petit écart...

Jimmy était le meilleur ami de Daniele, je me demandai parfois s'il ne trouvais pas ses meilleurs amis dans une pochette surprise celui-là. Il était l'un des hommes que je détestais le plus, mais je devais toujours faire bonne figure devant lui, même après d'inombrabes avances que me faisait l'homme. Bon sang, pourquoi Howard n'était-il pas là?





@ Billy Lighter
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Jimmy Reed


Messages : 502
Date d'inscription : 12/08/2016
Age du personnage : 36
Localisation : Malibu

Who Am I?
Birth place: Los Angeles
Je suis: Le chef des Los Diablos
Song: The Man Who Sold The World - David Bowie


MessageSujet: Re: Oh You Pretty Thing! [PV Maria][TERMINE]   Mer 17 Aoû - 20:46



Oh You Pretty Thing !
ft. Maria Watson


Maria avait renversé le verre de punch qu'elle était en train de se servir quand je l'avais fait sursauter, ce qui n'avait pas manqué de me faire sourire. J'adorais faire cet effet-là car, si une partie de mon empire était gérée et tenue par l'argent que j'investissais bien et qui faisait des petits tout seul, une autre partie importante, moins connue par les non initiés, était maintenue d'une main de fer uniquement par la peur.

La secrétaire n'en avait pas mis sur sa robe, uniquement sur la nappe. Je me plaçai à côté d'elle, et c'est là qu'elle me fit face pour me répondre alors que je fusillais un serveur du regard. Je claquai des doigts, lui désignant le carnage qu'avait fait Maria. Non, mais, il croyait quoi, que j'allais ramasser ça tout seul ? Non, lui allait le faire tout seul, par contre. Lorsqu'il s'activa pour aller chercher ce qu'il lui fallait pour arranger ça, mon attention se reporta sur la jolie blonde. J'étais souriant, content que j'étais de la revoir... Elle était désormais une carte dans ma manche que je n'allais pas tarder à jouer.

-Maria... Impétueuse et franche, comme je l'aime...

Jamais, elle n'avais cédé à mes avances et Daniele avait l'habitude de dire que c'était une femme qui savait ce qu'elle voulait. Cela faisait quand même 10 ans maintenant que je connaissais l'employée de mon meilleur ami, et je savais comment elle était.

Après avoir posé mon whisky sur la table, là où la nappe n'était pas salie, j'avais repris un des verres propres qui étaient mis à disposition afin que les invités puissent se servir et avais entrepris de remplir un verre que je tendis ensuite à Maria Watson.

Une fois qu'elle l'eut entre les mains, je sortis un paquet de cigarettes de la poche de poitrine de ma chemise noire et l'allumai avant de désigner Maria de l'index.

-Je suis déçu, cependant, je vous croyais bien plus ambitieuse...

Et oui, tout finissait par se savoir à L.A. et on pouvait compter sur Amon Sørensen pour ne pas arranger les choses. Évidemment, j'accordais peu de crédit aux informations que diffusait L.A.People. Après être tombé sur l'article dévoilant la relation entre la secrétaire et le batteur de The Burning Fire, Howard Stone, j'avais gardé les yeux et les oreilles grands ouverts.

Et l'information avait fini par revenir, encore et encore, des rumeurs, toujours.

Mais il n'y a pas de fumée sans feu.

Les serveurs étaient enfin arrivés pour nettoyer les traces de la maladresse de Maria. Il était temps ! Daniele était d'un laxisme avec son personnel ! Heureusement qu'il avait à ses côtés quelqu'un d'aussi professionnel que Maria sinon, il n'en sortirait pas.

Je passai mon bras dans celui de Maria. En public, et étant tout de même le patron de BSC même si j'en foutais pas une, elle ne pouvait pas me repousser d'autant que mon comportement se voulait gentleman et n'avait rien d'indécent. Je la guidai à travers la foule des invités, reprenant la parole en l'éloignant des serveurs en train de nettoyer.

-Cela fait quoi ? 10 ans que nous nous connaissons?

Être rancunier avait ça de bien que j'avais une très bonne mémoire, y compris des dates. Je n'oubliais jamais un anniversaire, que ce soit d’événements ou de personnes importantes et j'avais toujours un petit mot pour exprimer ma sympathie à ces occasions.

Nous avancions toujours parmi les invités, tranquillement, elle à mon bras.

-En 10 ans presque au sommet de Los Angeles, vous n'avez pas trouvé mieux comme compagnon que Howard Stone ?

Cela pouvait passer pour une énième avance. Ce n'en était pas une. C'était une provocation.

Alors Maria ? Jusqu'où connais-tu Howard Stone ? Que t'a-t-il dit ? Et surtout, qu'est-ce qu'il ne t'a pas dit ?

@ Billy Lighter


This is my world and you're a tourist.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Maria Watson


Messages : 798
Date d'inscription : 23/01/2016
Age du personnage : 36
Localisation : L.A Baby

Who Am I?
Birth place: L.A
Je suis: Malade
Song: Shoot to thrill- AC/DC


MessageSujet: Re: Oh You Pretty Thing! [PV Maria][TERMINE]   Jeu 18 Aoû - 10:03



Oh You Pretty Thing !
ft. Jimmy Reed


C'était surtout la surprise qui m'avait fais faire ce sursaut et fait renversé mon verre. Heureusement, j'étais clean au niveau de ma robe -Même si je pense avoir de quoi me changé ici si jamais Daniele me voyait-. Je commençais à m'activé pour nettoyer la nappe mais Jimmy appella un serveur qui fut plus compétent que moi. Je poussai un soupire en regardant le meilleur ami de mon patron. "Jimmy, toujours aussi ennuyant, pourquoi vouloir toujours essayé de m'impressioné alors que vous savez pertinament que vous n'avez aucune chance avec moi?"

Il me servit un verre de cocktail que je pris en marmonnant un "merci'' histoire d'être polie. Je devais être gentille avec lui malgré l'air electrisant qui se dégageait de cette homme. Il était après tout le meilleur ami de Daniele et aussi l'homme le plus haut gradé de BSC et si je voulais un jour percé dans le management, c'était avec lui que je devais en parler, sans doute. J'imaginais déjà la chose, moi arrivant dans son bureau, lui demandant d'être manager, lui avec un sourire pervers me demandant de passer sous le bureau pour être promu...

Alors que les serveurs s'activaient pour nettoyer ma maladresse, je vis arrivé de loin la partie "donneur de leçon" du patron de BSC, personne ne voulait que je sois avec Howard, execpté peut-être Eddy. Alors que j'avançais avec lui sans broncher, je le regardais, mon verre dans mes mains. " Je ne comprend pas tellement pourquoi les gens sont sidérés de voir que je suis avec Howard, j'ai eu d'autre petits-amis en dix ans et pourtant on me laissais tranquille."

Toujours en marchant, j'avançais mes arguments qui était très mince, je dois le dire, mais c'était comme ça, j'avais choisis Howard et tout allait très bien -enfin...je crois?- "Ce n'est pas une question d'ambition, vous saurez qu'on ne choisis pas de qui on tombe amoureux. Et Daniele m'a déjà fait la leçon." Je pris une gorgée de mon cocktail. "Il n'est pas méchant et il va changer, il me l'a dit."

J'espèrais sincèrement qu'Howard tiendrait ses promesses, surtout au niveau de l'alcool, c'était son principal défaut, le reste, je gèrerais, tous ce que je voulais, c'est rentré à la maison et avoir un petit ami soft, pas alcoolisé et sans hématomes de combat de boxe.

@ Billy Lighter
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Jimmy Reed


Messages : 502
Date d'inscription : 12/08/2016
Age du personnage : 36
Localisation : Malibu

Who Am I?
Birth place: Los Angeles
Je suis: Le chef des Los Diablos
Song: The Man Who Sold The World - David Bowie


MessageSujet: Re: Oh You Pretty Thing! [PV Maria][TERMINE]   Ven 19 Aoû - 18:10



Oh You Pretty Thing !
ft. Maria Watson


A mon petit commentaire quant à son caractère la secrétaire de mon meilleur ami avait répondu du tac au tac. Maria flirtait souvent avec les limites, mais avait ce don d'arriver à ne jamais les dépasser. Ou peut-être était-ce tout simplement moi qui était plus indulgent car elle était une femme très jolie et que je ne savais que trop qu'il ne fallait pas toujours trop leur demander de réfléchir. C'était aussi peut-être ce qui me perdrait un jour, de sous-estimer un femme comme Maria. Pfff... Mouais. Non, je crois pas. Pas à ce point-là. D'accord, elle avait toujours refusé mes avances, mais de là à arriver à ébranler mon empire, je ne pense pas, non.

Elle m'avait demandé, avant de me remercier pour le verre que je lui tendais, pourquoi j'essayais toujours, même à l'heure actuelle, de l'impressionner. J'eus un sourire moqueur.

-Quel ego... Vous passez trop de temps avec Daniele...

J'avais ensuite pris le bras de Maria pour sillonner la foule alors que les serveurs s'activaient pour nettoyer la table que la secrétaire avait ruinée.

-Il se trouve que vous n'êtes pas la seule dans cette salle, Maria. Ce n'est pas vous que je cherche à impressionner par le moindre de mes gestes, mais bien tous les autres.

J'avais eu un regard panoramique alors que je souriais à l'assemblée, certains me faisant signe, d'autres faisant mine de m'ignorer alors que je voyais clairement haine ou énervement sur le visage. On m'adorait, ou on me détestait, peu m'importait, le tout était de ne laisser personne indifférent.

J'en étais venu à la raison de ma déception à son sujet. Raison qui n'était autre que sa relation avec Howard Stone. Pas de déni de la part de la secrétaire, pas de « Amon Sørensen raconte n'importe quoi ! ». Cette histoire était donc vraie.

Tenant mon verre de whisky et ma cigarette dans la même main, je m'arrêtai dans un endroit un peu plus calme, un peu à l'écart de la foule, au pied d'un large escalier qui montait à l'étage. Ici, nous pouvions parler sans avoir à supporter la présence étouffante des autres invités.

Je pris une gorgée de whisky et pris une bonne bouffée de nicotine en écoutant la secrétaire se demander pourquoi cette relation posait problème à tout le monde. Et quand elle ajouta que tout ça n'était pas une question d'ambition, je haussai les sourcils comme si c'était la plus grosse énormité que j'aie jamais entendu.

Repérant un fauteuil qui avait l'air confortable à proximité, je pris le temps de m'y installer en secouant négativement la tête de dépit. En dix ans, elle n'avait donc rien appris de ce qu'était la vie au sommet du mont Olympe ? J'avais toujours cru qu'elle essayait de l'escalader, pourtant...

-Bien sûr que c'est une question d'ambition ! L'amour, c'est drôle quand on a 16 ans... Mais après...

Une fois assis, une main tenant ma cigarette nonchalamment posée sur un des larges accoudoirs et celle qui tenait mon whisky dans l'autre, tel un roi sur son trône, je levai mon regard supérieur vers Maria qui était toujours debout. D'ailleurs, elle n'avait pas trop le choix puisque j'avais pris le seul fauteuil qu'il y avait là. Même assis et elle me surplombant, on pouvait voir que je la regardais de haut.

-Daniele a compris, lui, apparemment...

C'était surtout que Daniele savait certaines choses que le commun des mortels ignorait...

Et j'éclatai de rire quand elle affirma que Howard Stone lui avait dit qu'il allait changer... Je me repris après un moment à rigoler, prenant une gorgée de whisky avant de reprendre la parole.

-Howard Stone n'est que promesses... Je voudrais avoir la liste de celles qu'il a tenues!

Il avait promis de me payer ce qu'il me devait au moins un million de fois. J'avais cru pouvoir lui faire payer lorsque Kayden James était tombé dans le coma, pensant que Stone et The Burning Fire allait se crasher en plein vol, Howard devenant ainsi une proie plus facile pour l'un de mes gangs. Raté, Reed. Timmy Evans avait bien joué son coup et avait remis son groupe sur les rails.

Je me mis à regarder autour de moi avec un air interrogateur simulé, comme si je cherchais quelqu'un...

-D'ailleurs, où est-il ? Un gentleman se devrait d'accompagner sa dulcinée à ce genre d’événement surtout si « amour » il y a! Et pourtant, je ne le vois pas à votre bras... J'espère qu'il n'est pas souffrant!

Ouais, Maria, pourquoi Stone n'est pas là ? Pourquoi Stone est aux fêtes auxquelles je ne participe pas et pas à celle où je suis présent ? Poses-toi des questions, même si ce ne doit pas être évident pour toi... Le prince charmant n'existe pas.

-Cela fait un bail que je ne l'ai pas croisé.

@ Billy Lighter


This is my world and you're a tourist.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Maria Watson


Messages : 798
Date d'inscription : 23/01/2016
Age du personnage : 36
Localisation : L.A Baby

Who Am I?
Birth place: L.A
Je suis: Malade
Song: Shoot to thrill- AC/DC


MessageSujet: Re: Oh You Pretty Thing! [PV Maria][TERMINE]   Ven 19 Aoû - 18:41



Oh You Pretty Thing !
ft. Jimmy Reed


Ce que me disait Jimmy n'avait aucune impacte sur ma personne. Il avait beau me dire que mon égo était grand et que c'était parce que je passais trop de temps avec Daniele, je m'en foutais royalement, je savais ce que je valais et avoir jouer la carte de la fille sûre de son charme, c'était quelque chose qui, parfois, venais à moi naturellement, et ça bien avant que je ne connaisse Daniele.

Je levai ensuite un sourcil. Il cherchait donc à impressionné les gens, je me mis à rire un peu, moqueuse de son comportement. "Vous essayez d'impressionner les gens à mon bras? Comme si vous n'étiez pas sûr de vous, c'est tellement pas votre genre. Et puis vous êtes tout de même venu jusqu'à moi alors qu'il y a cette fameuse Trisha au bord de la piscine, prête à écarter les cuisses quand vous voulez. " Cette fille était toujours à toutes les fêtes, je me demandais qui l'a connaissait pour l'invité à chaque fois.

Je le regardai jouer l'hypocrite avec tous le monde, tel un prince à son balcon saluant son peuple. "Vous savez, j'imagine, que la moitié de la salle vous deteste..." Je suivais le pas, nous éloignant un peu des invités, allant près de l'escalier qui menait à l'intérieur de la villa. Buvant un peu de mon cocktail, je vis le patron de mon patron -c'était un peu ça quand même- loucher sur le seul fauteuil de disponible tout en parlant d'Howard.

Je n'aimais pas sa façon de pensé, il était encore pire que Daniele, parce qu'en plus, lui, dénigrait toute sorte de relation possible après une heure de galipette. "On peut encore y croire à nous âges, ça peut nous arrivé comme ça en un claquement de doigt." ou une mauvaise porte, comme ça avait été le cas entre Howard et moi.

Je le vis s'asseoir sur le fauteuil, en face de lui, je buvais une gorgée de mon cocktail. "L'ambition n'a rien à voir la dedans, je suis une ambitieuce et je n'ai jamais autant bossé ce mois-ci depuis que je travail pour Daniele." J'étais une bosseuse, Daniele ne pouvait pas se plaindre de cela et ce n'était pas l'amour qui allait changer cela. Il me regardait de haut, je détestais ça. Posant alors mon verre sur une des marches de l'escalier, je croisai ensuite mes bras. "Je connais l'histoire de Daniele, C'est un choix qu'il a fait."

Comme je l'avais prévus, il commença à dénigrer Howard, cela ne datait pas d'hier cet acharnement sur mon petit ami, mais j'avais appris à ne pas y faire attention même si c'était déjà la deuxième personnes à me dire qu'il ne tenait pas ses promesses. "Pour le moment il tient celles qu'il m'a faites. Je m'en fou qu'il est tenu ou non celles qu'il à faites aux autres. Moi, je ne suis pas les autres." C'était ce qui en sortait quand nous parlions lui et moi...

Il demanda ensuite où il se trouvait, me pinçant les lèvres, je regardais Jimmy. Il fallait que je me calme sinon j'allais l'insulté. "Nous ne faisons pas tout ensemble. Il n'est pas venu, il avait du travail. Il me fait suffisament confiance pour être seule ici tout comme moi je sais qu'il ne fait rien de mal. "

J'allais lui prouver que j'avais fais le bon choix en continuant cette relation.
@ Billy Lighter
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Jimmy Reed


Messages : 502
Date d'inscription : 12/08/2016
Age du personnage : 36
Localisation : Malibu

Who Am I?
Birth place: Los Angeles
Je suis: Le chef des Los Diablos
Song: The Man Who Sold The World - David Bowie


MessageSujet: Re: Oh You Pretty Thing! [PV Maria][TERMINE]   Lun 22 Aoû - 23:06



Oh You Pretty Thing !
ft. Maria Watson


Maria était un spécimen à elle toute seule... Elle était très belle, avait une classe naturelle et était d'un professionnalisme à toute épreuve. Jusque-là, ça va, comme caractéristiques, le genre de femme que je voulais bien dans mon lit une fois ou deux à l'occasion. Mais il y avait une chose, chez elle, que je détestais et qui avait toujours fait que le désir de l'avoir pour amante, ne serait-ce qu'une seule fois, n'était plus un jeu, ni simplement un caprice de ma part, c'était un absolue nécessité ! Un pur besoin de la dominer. Et cette chose, c'était qu'elle était une femme qui voulait arriver à devenir l'égale d'un homme. Elle briguait une place de manager, c'était dire !

J'avais du mal à n'admettre n'était-ce que l'idée qu'elle pense pouvoir y arriver comme... comme Daniele l'avait fait, par exemple. C'est-à-dire par un don pour reconnaître les groupes qui étaient susceptibles de fonctionner, un goût prononcé pour la musique et un sens des affaires aiguisé... Non, impossible...

Cependant, face à elle, je ne me démontais pas... Pourquoi m'énerver ? Si elle voulait devenir manager chez BSC, c'était à moi qu'il reviendrait quand même, à la fin, d'en prendre la décision. Alors elle pouvait la jouer comme elle voulait...

Si elle avait accepté mes avances, elle serait peut-être déjà manager au lieu d'être la secrétaire de mon meilleur ami.

Je rigolai donc, simplement décontracté, quand elle essaya d'inverser les rôles en disant que j'essayais d'impressionner les autres à son bras. Je n'avais pas besoin d'elle, ni même de faire quoi que ce soit pour que ce soit le cas. Mais j'étais d'humeur bon prince, alors...

-Disons que je vous accorde un point. C'est de bonne guerre.

Et j'avais eu un sourire en coin, limite mauvais, quant elle avait parlé de Trisha. Je n'étais pas venu, ce soir, vers Maria pour espérer l'avoir dans mon lit, j'étais persévérant, mais pas idiot. Pourquoi me fatiguer à essayer de convaincre Maria quand je n'avais qu'à attendre qu'un jour, elle entre dans mon bureau avec l'idée de concrétiser ses ambitions en management ?

Non, j'étais venu voir Maria non pas pour impressionner quiconque, ni pour gagner ses faveurs. J'étais venu voir Maria pour servir mes propres intérêts.

Elle ajouta en une énième pique que la grande majorité des gens présents dans la salle me détestait. Décidément, elle me prenait vraiment pour un con. Mais mon sourire restait tout de même bien présent...

-Je suis très au courant. Se faire aimer n'est pas le principe. Se faire connaître est la clé et il n'y a pas une seule personne ici qui ignore le nom de Jimmy Reed.

Alors que celui de mon père, lui, tombait déjà tout doucement dans l'oubli.

Installé plus au clame et confortablement assis dans mon fauteuil, nous en étions venu à Howard Stone. Et je n'eus pas besoin d'entendre beaucoup Maria parler pour comprendre que ses quelques neurones de femme en étaient raides dingues et, du coup, s'évertuaient à fabriquer du rêve. Bah... Elle ne serait pas la première déçue par le batteur de The Burning Fire...

Elle fit quelques commentaires hautement philosophiques sur l'amour et comment ça pouvait arriver n'importe quand et tout le tralala qui allait avec. Mouais. Je fis une moue amusée avant de tirer une bouffée sur ma cigarette, l'air de dire « ouais, si tu le dis... ».

Et donc, par extension, selon elle, l'ambition n'avait rien à voir dans sa relation avec Howard. Ce qui était exactement ce que je venais de lui dire : sortir avec Howard n'allait pas l'aider dans ses ambitions... Mais évidemment, pour elle, sortir avec Stone n'avait rien à voir avec ses ambitions professionnelles. Je soupirai alors qu'elle se vantait de ne jamais avoir autant travaillé que ce mois-ci pour Daniele...

-Mon père croyait aussi que travail et ambitions allaient de paire... Il en est mort sans jamais avoir pu profiter de ce qu'il avait accompli.

Je lui avais affirmé que Daniele avait compris, lui, que sortir avec Stone n'était pas une bonne idée puisque c'était elle-même qui m'avait dit qu'il lui avait fait la leçon. Mais elle avait tout compris de travers en pensant que c'était de l'histoire de Daniele et de ses ambitions et objectifs à lui (je suppose) que je parlais...

-Quand je dis que Daniele, lui, a compris, je ne parle pas de son histoire, mais bien de ce qu'il pense de votre relation avec Stone.

Parce que Daniele savait que Stone était dans ma ligne de mire et il n'avait probablement pas envie que sa secrétaire de trouve sur ma trajectoire pour l'atteindre. Il ne lui avait sûrement pas dit comme ça, mais avait certainement essayé de lui faire passer l'idée de s'acoquiner avec le batteur.

D'un geste bref, je fis tomber la cendre de ma cigarette dans un cendrier posé sur une petite table à côté de mon fauteuil. Je ricanai sans me cacher quand Maria affirma que le petit merdeux tenait les promesses qu'il lui avait faite... Qu'elle n'était pas les autres... Il fallait reconnaître que Howard avait un don pour le leur faire croire... Il était limite un plus grand enfoiré que moi ! Moi, au moins, je ne laissais pas croire à une femme qu'elle était importante pour moi.

J'avais demandé où était le batteur. Et là, rien qu'à voir les lèvres de la secrétaire se pincer, je savais que j'avais bien visé. Elle essaya de le défendre...

-Aaah... il avait du travail... C'est vrai... Il ne doit probablement rien faire de mal. C'est un gentil garçon, Howard. Il est peut-être à la salle de sport de South L.A. en train de parier sur de matchs de boxe. Paris qu'il va perdre, probablement, comme d'habitude, ce qui ne va pas arranger son cas...

Je haussai les épaules.

-En même temps, vu ses dettes et la lenteur de son groupe à sortir son prochain album, on peut pas lui en vouloir d'essayer... C'est pas le moment d'aller faire la fête...

Sans compter ce qu'il me devait pour la drogue...

Je regardai Maria dans les yeux, plongeant mes yeux bleu-vert dans les siens en souriant.

-Vous lui faites confiance, alors tout va bien dans le meilleur des monde.

@ Billy Lighter


This is my world and you're a tourist.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Maria Watson


Messages : 798
Date d'inscription : 23/01/2016
Age du personnage : 36
Localisation : L.A Baby

Who Am I?
Birth place: L.A
Je suis: Malade
Song: Shoot to thrill- AC/DC


MessageSujet: Re: Oh You Pretty Thing! [PV Maria][TERMINE]   Mar 23 Aoû - 17:17



Oh You Pretty Thing !
ft. Jimmy Reed


Je savais que tôt ou tard, cette attitude dominatrice que j'avais avec Jimmy Reed me ferais du mal proffesionelement, mais je ne pouvais pas m'en empêcher, je voulais toujours lui tenir tête et, même si j'étais à son gout, ce n'était pas mon genre de mec et surtout, je n'étais pas du genre à passer sous le bureau pour avoir une augmentation, il devait déjà bien le savoir.

Quand je lui avait annoncer que j'étais la personne qui rayonnais le plus de nous deux -bien sûre, j'avais dis ça juste pour l'énervé- il m'avait accorder cette reflexion, je me mis à rire un peu "Vous êtes de bonne humeur ce soir dites-moi"

Il avait toujours le dernier mot et c'était quelque chose que je haïssais chez lui. Il m'avait annoncer qu'il s'en fichait pas mal d'être détestait, c'était son nom qu'il voulait que tout le monde connaisse. Je haussai les épaules. "C'est une drôle d'idée...Si je voulais qu'on retienne mon nom et qu'on me connaisse; j'aimerais que cela soit de façon positif. Mais bon, on n'est pas tous des gens amicaux."

Je ne me disais pas folle amoureuse d'Howard, la preuve, j'ai beau chercher dans mes souvenirs, je ne lui avait même pas encore dit que je l'aimais contrairement à lui qui me l'avais annoncer sur un répondeur qu'il avait laissé à plusieurs endroits dans la ville. Et pourtant, tous le monde me disait que j'en étais amoureuse et que j'étais folle. Alors peut-être que oui, j'étais folle et amoureuse de lui, je me faisait une raison. Bien sûre, j'étais une ptite naïve, je le savais depuis longtemps et le regard de Jimmy m'indiquait tout à fait cela. "De toute façon, que vous me croyez ou non, je m'en fiche un peu." Au moins c'était clair.

Puis je me mélangea les pinceaux, pensant que Jimmy parlait de l'histoire de Daniele, j'ai pu passé pour une cruche à c moment là face à Reed, il a pu être heureux intérieurement pendant quelques secondes, je lui accordais cela, mais je me rattrapa vite. "Quoi qu'il en soit, Qu'on parle de son histoire ou de son avis, ce n'est pas lui qui vit cette histoire, et ce n'est pas vous non plus, cela ne concerne que moi et Howard et même si nous ne sommes pas dans la même boite, nous ne sommes pas concurent et nous faisant en sorte de ne jamais parler des projets de l'un ou de l'autre, du moins s'ils sont important-. "

Jimmy m'avait prit en traite, il avait eu un sourire mauvais quand je lui avait annoncer qu'il n'était pas là parce qu'il avait du travail. Je poussai un petit soupire. "En ce moment il est loin de tous ça." Jimy parlait de dettes, de paris et tous ça ne me disait rien de bon, les yeux de Jimmy planté dans les miens, il arrivait à me faire un peu peur dans ses mots. "De toute façon, s'il fait une connerie, je le saurais tôt ou tard et il saura arrêter tout ça et ne plus avoir de dette. Je l'aiderais pour cela."

Je prenais mon verre et indiqua au serveur que je voulais un nouveau cocktail, il me versa un verre et je le remercia.



@ Billy Lighter
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Jimmy Reed


Messages : 502
Date d'inscription : 12/08/2016
Age du personnage : 36
Localisation : Malibu

Who Am I?
Birth place: Los Angeles
Je suis: Le chef des Los Diablos
Song: The Man Who Sold The World - David Bowie


MessageSujet: Re: Oh You Pretty Thing! [PV Maria][TERMINE]   Jeu 25 Aoû - 12:09



Oh You Pretty Thing !
ft. Maria Watson


Maria me trouvait de bonne humeur. Et c'était vrai, je l'étais, de bonne humeur. Je tenais entre mes mains la compagne de Howard Stone qui croyait connaître son petit ami alors que, comme toutes les autres avant elle, elle ne devait pas en connaître le tiers du quart, de ce petit merdeux. La seule différence qu'il y avait avec toutes les autres femmes que Howard avait sautées, c'était que celle-ci, il semblait s'y accrocher. Et fermement encore.

Alors si je ne pouvais pas l'avoir via mes gangs, j'allais l'avoir via Maria et frapper là où ça fait mal.

Alors ouais, j'étais de bonne humeur.

Contrairement à Maria, j'étais réaliste et je n'étais pas dupe. Je n'avais pas besoin d'elle pour savoir que les gens dans la salle ne se comportaient bien avec moi uniquement parce qu'ils pouvaient en tirer quelque chose ou parce qu'ils avaient peur... Mais je m'en foutais parce que je ne finançais quand même, au final, que ce qui m'intéressait, que ce que j'aimais ou les projets que je voulais voir aboutir.

Ces gens auraient pu me haïr ouvertement, j'aurais quand même financé les projets de certains parce que je faisais passer l'art avant le reste. Mais ça, les gens ne le comprenaient pas et je me gardais bien de le leur expliquer. Pourquoi les autoriser à le faire quand ils faisaient l'inverse naturellement, me donnant une position encore plus dominante sur tout ce petit monde que je ne l'avais déjà ?

Après, si le fait que ces gens qui avaient quelque chose de valable à me proposer me détestent était une chose... Que moi je les déteste, pire, que je détestent ce qu'ils faisaient dans leur art, en était une autre...

Maria affirmait, dans son monde idéal, que si son nom devait être connu, elle espérait que ce soit en positif... Je rigolai en secouant légèrement la tête.

-C'est pourquoi je suis à ma place et que vous êtes à la vôtre, Maria. Trouvez-vous à n'importe quelle place un tant soit peu importante et les jalousies naîtront, entraînant presque systématiquement la haine même si vous êtes la personne la plus appréciable au monde. Savez-vous que la plupart des gens ici qui me regardent avec de grands sourires et des regards haineux, je ne les connais même pas ? Et eux ne connaissent de moi que ce que la presse en dit...

C'était un peu peu pour se faire une idée sur quelqu'un, non ? Maintenant, c'était sûr que je n'étais pas le mec le plus sociable, le plus sympa et le plus gentil de Los Angeles. Le seul qui avait un tout petit aperçu de du gars que j'aurais pu être si je n'étais pas né avec une cuillère en argent en bouche et si j'avais eu droit à un peu plus d'affection de la part de mon paternel, c'était Daniele. Je ne savais pas pourquoi. Peut-être parce que, d'une certaine façon, lui aussi avait tout... Et lui aussi n'avait rien.

Quant à Howard, assis sur mon trône, je supportais les niaiseries de sa petite amie qui comprenait les choses de travers et était coincée dans un rêve éveillée dont je ne savais pas si les responsables étaient ses hormones ou ses neurones...

Elle se foutait de ce que je croyais, elle persistait dans son amour pour le batteur. Tant mieux tant mieux, c'était ce que je voulais. Qu'elle croit que je faisais ça pour le pur plaisir de dénigrer Howard, mais semer quand même la graine du doute dans son cerveau... Qu'elle se pose des questions, qu'elle en pose à Howard et que ça ébranle leur si idyllique histoire. Parfois, il faut savoir que ce genre de chose peut faire bien plus mal que de se faire tabasser par une bande de latinos bien drillés.

J'avais beaucoup aimé la voir s'emmêler les pinceaux au sujet de Daniele et encore plus de la voir essayer de rattraper le coup comme elle pouvait. Elle alla même jusqu'à parler du fait qu'ils n'étaient pas concurrents même s'ils n'étaient pas dans la même boîte. J'avais froncé les sourcils, perplexe. Mais où tu vas, là, Maria ? Qui a parlé de ça ? Tu t'égares... Preuve que je venais de bien la faire vaciller sur sa confiance en elle.

Elle avait soigné son apparence, se conduisait comme une vraie femme d'affaire dans l'attitude, mais elle avait trop de sentiments, elle était trop fleur bleue et pas assez impitoyable pour faire partie de ce monde-là en dehors de la fonction de secrétaire.

Je lui avais parlé des paris, des dettes de Howard. Il en avait envers moi, mais il devait peut-être de l'argent à d'autres aussi... Mais j'affirmai sur un ton ironique que s'il lui avait promis de changer et qu'elle lui faisait confiance alors, tout allait extrêmement bien !

Et quel plaisir de voir la peur dans ses yeux, même si celle-ci était légère. Elle avait essayé de me tenir tête pendant toute la conversation, mais personne ne pouvait rien contre Jimmy Reed et encore moins une femme qui se la jouait.

Elle avait encore essayé de se rattraper. Elle affirmait que Howard saurait s'en sortir et qu'elle l'aiderait au besoin. Je posai mon verre vide sur la table à côté du cendrier dans lequel j'écrasai ma cigarette, alors que Maria, elle, avait repris un verre. Ouais, avec tout ça, t'as bien besoin d'un petit remontant, ma belle.

Je me levai de mon siège, et m'approchai de Maria, quand je fus à sa hauteur, je posai ma main sur son épaule et approchai mon visage du sien avant de placer ma tête de manière à pouvoir lui dire presque à l'oreille.

-Il est temps de vous y mettre alors.

Je posai un baiser léger et chaste sur sa joue au passage, réflexe que j'avais acquis du temps où je traînais pas mal dans l'Eastside, du temps de Ricardo. Dans ce monde-là, cela avait une signification bien précise, ce genre de baiser, un truc ayant à voir avec une superstition... Et j'étais sûr que ce bon vieux Daniele aurait eu tout de suite compris, lui. Je me replaçai face à elle, la regardant dans les yeux une seconde avec un sourire mauvais. Puis je passai à côté d'elle, me retirant et partant à la recherche d'un autre type d'amusement...

@ Billy Lighter


This is my world and you're a tourist.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Maria Watson


Messages : 798
Date d'inscription : 23/01/2016
Age du personnage : 36
Localisation : L.A Baby

Who Am I?
Birth place: L.A
Je suis: Malade
Song: Shoot to thrill- AC/DC


MessageSujet: Re: Oh You Pretty Thing! [PV Maria][TERMINE]   Jeu 25 Aoû - 12:39



Oh You Pretty Thing !
ft. Jimmy Reed


Jimmy était insupportable, pourtant, je voulais avancer professionellement, j'avais besoin de lui, je savais que tôt ou tard ,j'allais devoir me confronter à lui. Et ce moment était très proche, peut-être même trop proche. J'espère que cette fête soit le bon moment pour lui demander ce service mais je savais aussi que cela n'allait pas être gratuit. Il fallait pourtant que je lui tienne tête.

Il expliqua que les jalousies seraient toujours là, ça, ce n'était pas nouveau, il croyait quoi? M'apprendre le showbiz, j'y étais depuis dix ans, je connaissai le déroulement de ce monde. Nous ne pouvons pas plaire à tous le monde mais Jimmy, lui, était encore pire qu'une personne normal. "Je suis loin d'être bête monsieur Reed" Avais-je commencer à dire, mes yeux planté dans les sien pour lui montrer que je voulais lui tenir tête malgré ma petite place de secrétaire. "Vous aimez être haït par les gens parce ça vous permet d'exister, vous les laisser mariner dans une tourmente, comme vous tenter de le faire avec moi actuellement, mais sachez qu'être détesté n'ai pas exister. Pensez-vous donc qu'au moment de votre mort, les gens qui vous haïsse, vont venir vous pleurer?"
Je me mit à rire un peu ironiquement "Je suis même certaine qu'on vous assassinera et que l'heureux coupable sera l'un des personnes dans cette fête." Après tout, il y avait presque tout L.A ici...

Sur son perchoir, il écoutait mes niaiseries car oui, je savais qu'il s'agissait de paroles d'une pauvre femme amouraché d'un batteur qui cumulait les conquêtes d'un soir, je savais que j'étais con de pensé que tout irait bien, que j'étais un spectacle très amusant pour Reed. Dans ma robe gesticulant  pour lui prouvé qu'Howard était clean. Il s'était ensuite levé et m'avais murmuré à l'oreille qu'il était temps que je l'aide. Fronçant les sourcils, je regardais Jimmy commencé à s'éloigné après son baiser sur la joue qui me paraissait comme un geste ironique.

"Jimmy!" me retournant vers lui, l'interpellant. Je vins alors à nouveau vers lui pour que personne ne nous entende. "Je dois vous parler, et pas d'Howard, mais d'affaires." Je n'avais pas du tout l'idée d'un quelconque message subliminal même si il pourrait le croire, mais le fait qu'Atticus Fetch m'ai demander de travailler pour lui, pouvais avoir un grand interet pour la boite de Jimmy.

Je regardais alors Reed, posant mon verre sur la table à mes côtés, j'allais user de mes charmes pour avoir ce que je voulais, sans pour autant lui donner ce qu'il voulait depuis quelques temps. Près de lui, je lui murmurais alors d'un ton suave de me rejoindre dans le bureau de Daniele, dans la villa. Le Laissant, je me dirrigeais d'un pas leger vers l'intérieur de la villa, montant à l'étage, Erik, le majordome de Daniele, me regarda Alarmé.

"Que faites-vous Maria!
-Je vais demander une augmentation qu'il ne pourra pas me refuser."


J'entrai dans le bureau, seule, je m'installai sur le bureau, assise, les jambes croisés, en l'attendant.

@ Billy Lighter
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Jimmy Reed


Messages : 502
Date d'inscription : 12/08/2016
Age du personnage : 36
Localisation : Malibu

Who Am I?
Birth place: Los Angeles
Je suis: Le chef des Los Diablos
Song: The Man Who Sold The World - David Bowie


MessageSujet: Re: Oh You Pretty Thing! [PV Maria][TERMINE]   Jeu 25 Aoû - 18:31



Oh You Pretty Thing !
ft. Maria Watson


Maria m'avait affirmé être loin d'être bête et j'avais eu un regard qui voulait tout dire. Ce n'était pas ce qu'elle m'avait prouvé jusqu'ici. Elle ne savait pas où était sa place, et encore moins y rester, elle jouait avec les limites, faisait le forcing, et, cerise sur le gâteau, elle sortait avec Howard Stone. Si elle avait compris quelque chose au show business, elle ne laissait en paraître que le contraire. Mais soit. Laissons-la rêver si ça lui plaît. L'heure viendrait où elle reviendrait à la réalité et la chute serait rude. Tout ce que j'espérais, c'était que je serais au premier rang pour voir ça.

Elle continuait en disant qu'être haï n'était pas exister. Et pourtant, j'existais, non ? Rien ne se faisait à BSC sans passer par moi et j'avais pouvoir de vie ou de mort sur une bonne partie des junkies de L.A., c'était pas beau, ça ?

En parlant de mort, elle me demanda si je pensais que les gens allaient venir me pleurer quand je rendrais mon dernier souffle, ce qui me fis clairement rigoler. Elle n'était donc que rêve et philosophie à deux balles ? Et où était le réalisme, là-dedans ?

Je passai ma langue sur mes lèvres, savourant ce moment avant de lui répondre.

-Quand je serai mort, je serai mort, Maria. Je ne serai pas là pour compter les gens qui seront à mes funérailles. D'ailleurs, on ne m'aura pas encore mis six pieds sous terre que je serai déjà en train de briguer la place de Lucifer.

Elle me voyait déjà assassiné par l'une des personnes présentes ce soir.

-Bien. Je ferai tout particulièrement attention à vous, dans ce cas.

Je n'étais pas là pour spéculer sur l'avenir, avoir des échanges philosophiques ou imaginer comment se déroulerait ma propre mort. J'étais là, à discuter avec la secrétaire de Ricci, uniquement pour mettre Howard Stone à mal avec sa petite amie et peut-être récupérer mon fric dans la foulée. Ce à quoi j'avais mis brièvement les points sur les « i » en parlant à l'oreille de Maria avant de poser un baiser mortel sur sa joue.

Je m'en allais en direction de la piscine où Maria m'avait dit que j'y trouverais Trisha. Elle au moins, à part ouvrir la bouche pour gémir de plaisir, elle n'allait pas m'emmerder avec des questions existentielles auxquelles j'aurais de toute façon une réponse...

Mais j'avais à peine fait quelques pas que j'entendis Maria m'appeler par mon prénom, ce qui me fis sourire et lever les sourcils. C'était moi qui en aurait bien gémi de plaisir pour le coup. En 10 ans, je n'avais pas souvenir que Maria Watson m'ait déjà appelé autrement que « Monsieur Reed ». Et ça avait eu le don de piquer ma curiosité en même temps que la partie de mon cerveau qui gérait le plaisir.

Tu as besoin de moi, Maria ? Peut-être que je vais jouir encore plus vite que je le pense, mais peut-être pas à cause de ce que tu penses.

Je m'étais retourné vers elle, changeant d'expression dans le mouvement et simulant un air surpris. Elle avait posé son verre et s'était approchée de moi. Je m'étais penché légèrement quand elle avait fait mine de vouloir me murmurer à l'oreille. Elle voulait que je la rejoigne dans le bureau de Daniele... Je passai ma langue sur mes lèvres. Qu'est-ce que j'adorais ça... Qu'elle ait changé d'avis ou pas, je savais que j'avais déjà gagné.

J'avais hoché la tête avec un sourire espiègle, impatient d'y être.

Je l'avais regardée se diriger vers le bureau de son patron, reprenant un verre sur un plateau qui passait à ma hauteur... Je le bus pas si lentement que ça avant de le poser à côté de celui de Maria qui avait disparu de ma vue... Puis, je pris le même chemin.

J'arrivai au niveau du bureau de mon ami et rencontrai son majordome.

-Bonsoir, Erik.

Celui-ci me salua en retour avec son flegme et sa discrétion naturelle et ne me posa pas de question. Brave gars...

J'entrai pour découvrir Maria assise jambes croisées sur le bureau et refermai la porte derrière moi, m'y appuyant ensuite nonchalamment en croisant les bras et en penchant la tête sur le côté avec un sourire.

Mais je ne m'approchais pas. Elle n'avait qu'à venir prendre ce qu'elle voulait. Je n'allais certainement pas me déplacer pour elle après toutes les fois où elle m'avait repoussé.

@ Billy Lighter


This is my world and you're a tourist.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Maria Watson


Messages : 798
Date d'inscription : 23/01/2016
Age du personnage : 36
Localisation : L.A Baby

Who Am I?
Birth place: L.A
Je suis: Malade
Song: Shoot to thrill- AC/DC


MessageSujet: Re: Oh You Pretty Thing! [PV Maria][TERMINE]   Jeu 25 Aoû - 19:02



Oh You Pretty Thing !
ft. Jimmy Reed


Je jouais avec le feu, il allait falloir que je me l'a joue fine pour ne pas tomber dans mon propre jeu, ce qui n'allait pas être une mince affaire. J'avais jouer la provocatrice avec Jimmy pour qu'il ne me laisse pas de côté alors que j'avais besoin de lui. C'était une situation que je détestais au plus haut point, mais il fallait que je passe par lui pour avec le statut de manager.

J'étais alors venu vers lui et avait été entreprenante, sans doute avais-je réussis puisqu'il était, à présent, en face de moi, dans le bureau de Daniele. Il ne bougeait pas d'un poil et moi non plus, pourtant, j'avais bien compris que j'allais devoir moi-même aller à lui. Il était bien trop fier pour se mettre à genoux face à une "simple secrétaire". Je m'en fichai qu'il sois à mes genoux ou pas, ce que je voulais, c'est qu'il me signe ce contrat que j'avais dans mon sac pour être manager.

Je descendit de la table, allant vers lui, seul le bruit des talons raisonnait dans la pièce, puis, m'arrêtant à quelque centimètre de lui, je plantais mes prunelles dans les siennes alors que je déboutonnais son haut, le tirant vers moi pour venir l'embrasser. Embrasser, ce n'était pas trompé, si? Quoi qu'il en soit, je me prettais intérieurement que cela serait la seule chose qu'il aurait. Je l'entrainais dans le fauteuil de Daniele. Le grand fauteuil noir était très confortable. Jimmy assis sur le fauteuil, je me penchai vers lui. "A présent que vous êtes assis, vous allez m'écouter."  

Il était coincé, assis dans la chaise, moi tenant fermement les accoudoirs, nos visages près l'un de l'autre. "Je dois devenir manager le plus vite possible car je suis sur un coup qui ferait que BSC écraserait toutes les autres boites de L.A C'était pas très fin ça Maria mais tant pis.



@ Billy Lighter
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Jimmy Reed


Messages : 502
Date d'inscription : 12/08/2016
Age du personnage : 36
Localisation : Malibu

Who Am I?
Birth place: Los Angeles
Je suis: Le chef des Los Diablos
Song: The Man Who Sold The World - David Bowie


MessageSujet: Re: Oh You Pretty Thing! [PV Maria][TERMINE]   Jeu 25 Aoû - 19:38



Oh You Pretty Thing !
ft. Maria Watson


Maria avait fini par s'approcher de moi avec une détermination dans le regard qui ne m'inspirait qu'encore plus d'amusement. Et je ne fus pas déçu, déjà, dans un premier temps. Elle se rua vers moi, m'embrassant en déboutonnant ma chemise. Je lui rendis son baiser, en profitant le temps que ça durait parce que je connaissais Maria, depuis le temps, et je n'étais pas totalement con. Pourquoi avoir refuser encore et encore et craquer aujourd'hui ? Elle devait avoir quelque chose d’extrêmement important à demander. Et c'est là que ça allait devenir réellement intéressant.

Alors qu'elle m'entraînait vers le siège de Daniele, et que je me laissais faire, fermant les yeux et comptant sur elle pour me guider convenablement, j'en profitais pour l'embrasser dans le cou puis remonter à ses lèvres. J'allais prendre tout ce que je pouvais, tant que je le pouvais. Elle était amoureuse de Howard Stone, je ne l'avais que trop bien compris un peu plus tôt. Et elle était trop à cheval sur ses principes pour réellement tromper le batteur. Il y avait anguille sous roche.

Je me retrouvai assis à la place de mon meilleur ami avec un « ouf ! » de surprise quand j'étais tombé dedans. On était déjà arrivé ? C'était déjà fini ? Dommage...

D'autant plus que Maria se remit à parler... Elle était penchée au dessus de moi et mon regard s'attarda un peu sur son décolleté alors que j'appuyai ma tête sur ma main. Elle voulait que je l'écoute et j'avais relevé mon regard vers elle, un sourire amusé aux lèvres, l'invitant silencieusement à continuer... A parler évidemment... Bien que...

Je marquai évidemment un peu mon exaspération en soupirant, mais en continuant à sourire et en la regardant, tête haute, les yeux à moitié clos comme si j'allais m'endormir.

Elle affirma vouloir devenir manager le plus vite possible parce qu'elle était sur un coup qui allait projeter BSC au devant de toute les maisons de disque de L.A. Quoi ? C'était pas déjà le cas ?

Je rigolai brièvement, moqueur.

-Ah ah...

Puis, reprenant brusquement une expression beaucoup plus sérieuse, calme, comme si elle m'avait demandé si je voulais un autre verre.

-Non.

Et mon sourire de réapparaître de plus belle. Pourquoi « non » ? Parce que j'avais le pouvoir de dire non. Parce que Maria avait voulu jouer. Parce que Maria avait voulu flirter avec les limites, faisant passer sa fierté et ses principes avant toute chose, avant ses ambitions. Mais, comme son tout nouveau compagnon, elle avait parié, et elle avait parié mal.

@ Billy Lighter


This is my world and you're a tourist.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Maria Watson


Messages : 798
Date d'inscription : 23/01/2016
Age du personnage : 36
Localisation : L.A Baby

Who Am I?
Birth place: L.A
Je suis: Malade
Song: Shoot to thrill- AC/DC


MessageSujet: Re: Oh You Pretty Thing! [PV Maria][TERMINE]   Ven 26 Aoû - 8:24



Oh You Pretty Thing !
ft. Jimmy Reed


Jimmy profitait de la situation, c'était bien ce que je voulais, qu'il soit bien pour pouvoir négocier mon contrat de manager, il fallait que je sois déterminé. Ma peau frissonait à ses baisers non pas d'une envie de lui sauter dessus mais plutôt de dégout. Pourtant, je l'avais laisser faire, jusqu'à le mettre assis sur cette chaise de bureau alors qu'il avait fait un "ouf" de soulagement. Je levai un sourcil. Il croyait quoi? Que j'allais le laisser tomber à terre? Je n'étais pas une de ses cruches qu'il se tapais et qui n'était pas douées.

Son attitude était impoli, cela ne me surprenais pas bien sûre, il m'éprisait les femmes, pour lui, elles n'étaient que des jouets et avoir une femme devant lui qui lui demandait d'être l'égal d'un homme, c'était tout sauf ce qu'il voulait. Son soupire et ses yeux plus à loucher sur mes seins montrait parfaitement son envie de continuer la conversation sous un autre angle. Puis il m'avait regarder. Riant avant de refuser mon augmentation.

Toujours près de lui, je m'asseyais sur lui, lui tenant fermement le col de sa chemise défaite par mes soins avant de l'avoir mit sur cette chaise. "Croyez moi, le contrat que j'ai décrocher est plus que prometteur, c'est une personne ayant déjà du succès." Je tirais dans le tiroir de droite et en sortit un cigard que j'allumais avant d'en tirer une bouffée. "Mise à part Daniele, nous n'avons pas de gros manager chez BSC. Vous avez devant vous la petite-amie  d'une personne lié à la boite conccurente à la votre, vous devez donc vous en doutez, j'ai des informations, des projets que cette maison de disque va faire et croyez moi, d'ici quelques mois, BSC ne sera plus qu'une petite boite sans interet." Je continuais de le regarder dans les yeux. "Avec Atticus Fetch dans nos locaux, on va écrasé la conccurence même s'ils sortent de nouveaux projets."

Bien sûre, je jouais un peu du bluff parce que mise à part The Burning Fire qui allait sortir un nouvel album, je n'avais pas d'autre projet, mais je jouai plutôt bien la fille qui en savait plus que necessaire. Je jouais de ma relation avec Howard mais je n'allais rien laisser passer. "Mais si vous préféré que j'aille voir MTI, tant pis pour vous mais vous allez vite mettre la cléf sous la porte..." avais-je dis en me levant de sur Jimmy, le cigard dans la bouche.

@ Billy Lighter
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Jimmy Reed


Messages : 502
Date d'inscription : 12/08/2016
Age du personnage : 36
Localisation : Malibu

Who Am I?
Birth place: Los Angeles
Je suis: Le chef des Los Diablos
Song: The Man Who Sold The World - David Bowie


MessageSujet: Re: Oh You Pretty Thing! [PV Maria][TERMINE]   Lun 29 Aoû - 21:15



Oh You Pretty Thing !
ft. Maria Watson


J'avais refusé. Mais Maria continua, se hissant sur moi et me tenant fermement par les pans de ma chemise déboutonnée qui laissait mon torse nu. La sentir sur moi provoqua une excitation immédiate et mon cerveau réagit également par une once d'espoir. Mais je devais rester réaliste. Je savais qu'il ne fallait pas espérer. Jamais Maria et son arrogance, sa fierté, ne s'abaisseraient à ça. Elle n'irait pas plus loin que de jouer de ses charmes et de ses formes.

Mais si j'étais bien conscient que l'espoir était proscrit en ce qui concernait mes désirs, ce n'était pas le cas de la secrétaire qui revenait à la charge.

Elle argumentait... Et elle argumentait encore. Il y avait ce contrat pour lequel elle faisait tant de mystère, cette poule aux œufs d'or qu'elle voulait m'apporter sur un plateau. Elle était apparemment prête aussi à jouer les agents doubles... Je souris. Laisse-moi rire, petite Maria. Après tous les discours que tu m'as tenu pendant le peu de temps qu'on a discuté ce soir, tu vas jouer les espionnes chez MTI ? Tu vas te servir de Stone ? Tu te fous de moi ?

Ouais, c'était bien ce qu'elle espérait faire, se foutre de moi. Obtenir ce qu'elle voulait sans passer à la caisse. Je n'étais pas assez naïf pour ça. Et je ne parlais pas que de mes avances qu'elle avait repoussées... Ça, ce n'était que la partie émergée de l'iceberg, loin d'être le plus important, juste un détail. Non. Maria avait voulu me tenir tête ? Et bien maintenant, elle allait le regretter.

Je la regardais, la tête appuyée sur mon poing, le regard plongé dans le sien et mon excitation grandissait à mesure que je sentais venir ce moment où elle allait vraiment se rendre compte que ma décision était prise et ce depuis longtemps.

J'étais prêt à prendre ce risque, à laisser tomber un contrat important juste parce que l'attitude de la secrétaire ne me plaisait pas. Juste parce que j'étais shooté à quelque chose de pire que ce que je vendais aux junkie de L.A. : le pouvoir. Je pouvais le faire, je pouvais décider du destin de Maria Watson et j'allais le faire.

Mais le sommet, le meilleur, ce fut quand le nom d'Atticus Fetch sortit de la bouche de la secrétaire. Là, je me retins de rire, montrant bien à Maria que tout ça me faisait bien rigoler. Elle crut me menacer en disant que si elle partait, avec Atticus, chez MTI, BSC allait pouvoir fermer.

Là, j'éclatai de rire, me moquant cette fois clairement d'elle.

-Qu'est-ce que vous n'avez pas compris, quand j'ai dit « non »?

Je me levai à mon tour, la rejoignant, le torse agréablement libéré des boutons de ma chemise. J'aimais être à l'aise.

Je la regardais dans les yeux d'un air supérieur, parce que je l'étais. Elle était belle, elle était attirante, mais elle s'y prenait mal. Très mal. Jouer l'arrogance n'était pas à faire, qu'on soit un homme ou une femme, d'ailleurs. Et me menacer était la plus mauvaise idée qu'on puisse avoir. Si Maria avait été un tant soit peu intelligente, jamais elle n'aurait dit tout ce qu'elle avait dit depuis le début de cette soirée. Surtout pas en sachant qu'elle avait besoin de moi.

Je repris la parole sur un ton calme, un peu trop calme (ma mère qualifiait ce ton de dangereux), après m'être clairement foutu de sa gueule. Et cependant, je continuai de sourire d'un sourire mauvais.

-Insultes toute la soirée, menace, vous pensez vraiment que ça me donne envie de vous propulser à la place de manager ? Vous trouvez certainement votre manœuvre très intelligente, cependant, vous vous débrouillerez sans l'aval de BSC.

Je fronçai légèrement les sourcils.

-Et ne vous en faites d'ailleurs pas pour BSC, on s'en tirera très bien sans Atticus Fetch. Je n'ai pas pour habitude de financer des choses que je n'aime pas.

Et je n'aimais ni le style, ni la musique, ni la façon de parler de Fetch. De plus, il était loin d'être une valeur sûre vu qu'il était tombé en dépression et avait arrêté la musique pendant un moment, sortant du circuit. Alors quoi ? Le relancer pour que dans deux mois, il retombe en dépression pour une broutille ? Non merci. S'il y avait bien une chose que je ne supportais pas, c'était les dépressifs.

Je posai ensuite ma main sur l'épaule de la secrétaire et lui souris.

-Bonne chance chez MTI.

Je retirai ma main de son épaule et, me désintéressant totalement d'elle, sortis du bureau de mon meilleur ami. J'attendis de croiser des gens dans le couloir pour reboutonner ma chemise. On m'avait vu monter à la suite de Maria jusqu'au bureau. De ce simple geste, j'allais lancer des ragots qui allaient parcourir L.A. à la vitesse de la lumière.

@ Billy Lighter


This is my world and you're a tourist.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Maria Watson


Messages : 798
Date d'inscription : 23/01/2016
Age du personnage : 36
Localisation : L.A Baby

Who Am I?
Birth place: L.A
Je suis: Malade
Song: Shoot to thrill- AC/DC


MessageSujet: Re: Oh You Pretty Thing! [PV Maria][TERMINE]   Mar 30 Aoû - 8:29



Oh You Pretty Thing !
ft. Jimmy Reed


J'étais sûre et certaine qu'il allait m donnr une chance, du moins, j'avais de l'espoir, je savais qu'il allait me mettre des bâtons dans les roues mais j'étais prête à boxer pour avoir ce statut de manager dans la maison de disque. Tout le monde serait derrière moi, tout le monde - ou presque- voulait voir une femme manager. Sauf que seul Jimmy Reed décidait et je savais que j'étais mal barrer avec lui à cause de sa rancune et de son esprit fermé.

Les femmes, ça ne restait plus dans les cuisines et ça n'écartaient plus les jambes pour un rien, sauf que dans l'univers de Reed, c'était encore ce temps là, c'était pour ça, aussi, qu'il ne m'aimait pas, et le fait d'avoir repoussé ses avances plusiueurs fois n'arrangeait pas les choses. Désolé Reed, je ne suis pas une femme soumise.

Pourtant, c'est lui qui avait le pouvoir, et il m'avait bin fait comprendre qu'il me laisserais à la place de petite secrétaire. A quoi bon continur d'argumenter alors qu'on a devant soit quelqu'un qui se foutait ouvertement de ma gueule et qui profitait juste de la vue et de ma position sur la chaise de bureau.

Je m'étais alors levée et éloigné de lui en argumentant encore, puis, il éclata de rire au nom de mon protégé et à l'argument ultime de la double espionne. Il s'était ensuite approché de moi, ne lâchant pas son regard. Je n'étais pas du genre à laisser tombr quand je voulais quelque chose, même si je devais passer par la case Jimmy Reed. Nos corps se touchant, je continuais d'espéré.

Je fronçais les sourcils. "Chez BSC, personne ne vous aime, et je préfère encore être sincère avec vous plutôt que d vous lécher les bottes comme tous vos chiens. Vous avez fait votre choix, mais sachez que ce n'est pas la dernière fois que vous ntendrez parler de Maria Watson." Et il partit.

Je restai là, à pesté contre cette homme. Si je n pouvais pas être manager chez BSC, autant que j sois indépendante. Je serais beaucoup moins stressé qu'avec une maison de disque dans les bras, on allait s'en sortir tous les deux, j'en était certaine.

Je sortis alors du bureaut, des gens me faisant de grands yeux me croisait. "Quoi?" avait-je rétorqué avant de rejoidnre la fête.
@ Billy Lighter
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Oh You Pretty Thing! [PV Maria][TERMINE]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Oh You Pretty Thing! [PV Maria][TERMINE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Maria Sharapova vs Xoxo Leah
» Pretty Little Liars [Drame]
» [Salle à manger]Petit diner entre amis [TERMINE]
» 04. Pretty little liars.
» Maria Vs Vickie Guerrero

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: L.A Rocks :: Beverly Hills :: Villa de Daniele Ricci-