AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Million Dollar Baby (1974) [PV Sélène][TERMINE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Amon Sørensen


Messages : 629
Date d'inscription : 26/02/2014
Age du personnage : 31
Localisation : On the ring.

Who Am I?
Birth place: København, Danemark
Je suis: emmerdeur, fouineur, violent, incompris.
Song: Lost Cause - BleedingHeart


MessageSujet: Million Dollar Baby (1974) [PV Sélène][TERMINE]   Mar 13 Sep - 18:50



Million Dollar Baby
ft. Sélène Mortiak


Ça faisait quatre ans que j'étais arrivé à L.A. et trois ans que Timmy Evans et moi, nous dominions notre petit monde à l'université où nous faisions des études de droit. Nous savions tout, sur tout le monde, mais nous, nous étions intouchables. Si Timmy m'avait appris quelque chose, c'était que plus on en savait sur les autres, mieux on les tiendrait par les couilles.

Mais, en dehors de ça, ces foutues études de droit me faisaient suer. J'aurais déjà abandonné si mon père n'était pas derrière moi, par téléphone, pour me rappeler que j'avais bien merdé au Danemark et que j'avais tout intérêt à réussir à L.A et si Timmy ne m'avait pas pris sous son aile pour m'aider.

Du coup, avec tout ça, j'avais besoin d'un endroit à moi, et d'y faire quelque chose pour me détendre et me changer les idées. Quelque part où il y aurait des règles que je comprendrais. Quelque chose qui me défoulerait. Et j'avais trouvé ce petit sanctuaire assez vite.

Depuis quatre ans, je fréquentais la salle de sport de South L.A. C'était un quartier plutôt merdique, un drôle d'endroit pour un sanctuaire, mais c'était quand même là que je me sentais le mieux.

Cela faisait donc quatre ans que je boxais, plusieurs fois par semaine, dans un club qui n'avait rien d'officiel. Assez vite, les plus anciens avaient remarqué mon talent particulier et surtout la puissance que j'arrivais à mettre dans mes coups, surtout quand j'étais furax ou que j'avais passé une journée de merde à transpirer sur des cours qui ne m'intéressaient pas le moins du monde. Je ne me voyais pas plus avocats qu'à la tête de la fabrique d'armes de mon père, si vous voyez ce que je veux dire. Et pourtant, j'avais pas vraiment intérêt à tenter de m'engager dans les Marines en stoemeling... De toute façon, j'aurais pas été pris... Je n'avais pas la nationalité américaine...

C'était là que j'étais, ce soir, à frapper sur un sac et en imaginant que c'était cet enfoiré qui, lui, avait vraiment merdé en essayant de violer cette fille, dans mon école au Danemark. Sauf que personne avait cru à mon histoire de sauvetage et à ces coups qui étaient partis sous le coup de la colère et du dégoût et qui l'avaient tué. Ma réputation de bagarreur avait joué en ma défaveur et je me retrouvais en exil à L.A., à la place de me retrouver en taule.

J'étais dans mon monde et le sac ramassait. Après ça, j'allais peut-être arriver à m'endormir un peu plus vite que d'habitude...

Quand mes bras commencèrent à me dire merde, je ralentis un peu la cadence, sautillant plus et frappant moins. Tous les déplacements étaient importants. Rester en mouvement était important.

Il y avait peu de monde, ce soir. Fallait dire qu'on était en pleine semaine et qu'il était déjà assez tard... La plupart des boxeurs habituels avaient déjà déserté et pour finir, on ne fut plus que deux dans la salle, hormis le gérant, Vern, qui était dans son bureau à compter les dollars amassés lors des paris sur les matchs du week-end. Personnellement, j'avais remporté le mien, mais ça s'était joué de peu. L'autre personne, c'était une fille que je pensais n'avoir encore jamais vu ici, jeune, rousse, plutôt jolie... Si elle était majeur, j'étais la reine d'Angleterre.

Mais c'était pas mon problème. J'étais pas son père et j'étais pas un flic. Alors qu'est-ce que j'en avais à foutre.

Fallait que je boive, alors je m'étais arrêté un peu pour aller boire à ma gourde et en profitai pour regarder un peu comment elle boxait.

Sa technique était pas terrible, mais elle avait une putain de sacrée détermination dans les yeux. Elle cognait pour cogner, un peu à l'aveuglette, et avec un rythme qui n'en était pas un. Et puis, elle avait tendance à rester sur place. Et comme elle frappait fort, le sac avait tendance à lui revenir dessus... Je m'étais un peu rapproché après avoir posé ma bouteille.

-Attends... Attends...

Mon accent était fort et ressemblait pas mal à l'accent allemand, bien que pas tout à fait...

J'avais attrapé le sac qu'elle avait envoyé valdingué bien en arrière au vol, ce qui allait éviter qu'il ne lui revienne en pleine poire. Ensuite, je le maintins droit.

-Maintenant frappe.

@ Billy Lighter











AMON




Dernière édition par Amon Sørensen le Jeu 6 Oct - 20:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sélène Mortiak


Messages : 270
Date d'inscription : 06/09/2016
Age du personnage : 26

Who Am I?
Birth place: France, Cannes
Je suis: râleuse, boxeuse et amoureuse
Song: Dangerous Women - Ariana Grande


MessageSujet: Re: Million Dollar Baby (1974) [PV Sélène][TERMINE]   Mer 14 Sep - 15:23


Aujourd'hui, cela fera deux semaines que je suis arrivée a L.A. Un mois depuis que maman est partie. Elle me manque. C'est pour elle que je suis venue en Amérique, elle me parlait souvent de son pays qu'elle aimait tant, des endroits où elle était allée, de ce qu'elle avait fait. Elle était originaire du Nevada, et pourtant elle n'avait jamais visité L.A. bien que ce fut un de ses grands rêves. Du coup, je vivrais son rêve pour elle.

C'est bien beau tout ça, mais maintenant que j'ai enfin fini de m'installer, il faut que je me trouve un boulot dans le coin. Je me suis déjà présentée dans 2 animaleries mais aucune n'était intéressée. Il m'en reste encore une dans le coin, spécialisée dans les NAC's, ma dernière chance avant de devoir chercher plus loin. Je me décidais enfin à bouger quand je remarquais qu'il était déjà 18h34. J'avais passée la journée à bouger par ci par la pour mes papiers, a nettoyer et ranger ce studio miteux ou même les souris ont plus de confort que moi. En plus, les voisins de droite, et de gauche, et du dessus, enfin tout le monde dans cet immeuble, ont le don de faire un boucan d'enfer comme si le monde était sourd! C'est le genre de choses qui me mettent hors de moi. Aucun respect pour personne ici! Et la, pour la première fois de ma vie, je colle une bonne droite bien placée au mur, avec au passage surement deux phalanges brisées. J'aurais voulu hurler, mais gentille petite fille que j'étais, je ne voulais pas ressembler a mes voisins, du coup je vociférais intérieurement contre moi-même, mon studio, mes voisins, ma misérable vie. Mais heureusement, je ne dois pas avoir beaucoup de force car tout mes doigts répondaient a l'appel, ce qui veut dire que je suis faible physiquement, et j'aime pas ça. Vu le quartier où je me trouve, ce serais bien que je sache faire mieux que courir très vite au cas ou...

C'est peut-être un signe du destin, mais mon merveilleux logement se trouve au dessus d'un salle de boxe, enfin en quelque sorte. Il y a des sacs, et des gens pour taper dedans. Ça me va, c'est facile et pas cher. Je me réservais un petit coin de salle avec un sac suspendu. Il suffit de faire comme dans les films, de taper dessus et de gagner en muscles. Sauf que dans les films le sac ne réplique pas. Le mien doit être possédé car il me revient dessus à chaque coup donné, comme si c'était un combat. Ça m'énerve encore plus.

Et la, s'en est trop! Je tapais dessus comme une folle, je voulais faire sortir tout ce qui me pesait depuis plusieurs mois, voire même plus. La mort de ma mère, l’abandon de mon père qui l'a envoyé au cimetière plus tôt que prévu, les refus des animaleries, mon manque de sommeil, mon compte en banque qui ne cesse de fondre comme neige au soleil. L'héritage de ma mère n'est pas éternel, et si je veux en avoir encore un peu pour survivre encore quelques temps, il me faut ce boulot de vendeuse! Le sac prenait tout et me le rendait avec indifférence. J'essayais de frapper fort, puis moins fort, avec le poing droit, puis le gauche, et même les deux en même temps, je n'arrivais pas à trouver le bon truc. Mais je ne vais rien lâcher, se sac aura un souvenir de moi avant que je ne m'arrête pour la soirée.

Je finis par entrer en pilotage automatique, je ne voyais plus rien, n'entendais rien, j'étais perdue dans mes pensées et j'avais mal aux poings. J'avais décidé de ne pas utiliser de gants de boxe et de simplement enrouler mes doigts dans des bandages épais, je voulais sentir chaque coup donné sur le sac.

<< Attends... Attends... >>

Je voulais arrêter mon poing pour voir qui m'avait tiré de la spirale infernale de mon esprit, mais le coup partit quand même et le sac partit en arrière. Je m'attendais déjà à le recevoir en pleine figure, vu la force du coup et le recul qu'il prenait, mais il s’arrêtât en plein vol. Un homme apparut derrière, visiblement un boxeur vu sa musculature et sa présence a l'arrière de la salle, ou les visiteurs ne peuvent pas passer sans réserver un espace. Il était beau, grand, sûr de lui avec un accent bizarre, mais pas déplaisant. Il tenait le sac bien droit.

<< Maintenant frappe. >>

Je le regardais, il a des yeux bleus a tomber par terre, des cheveux... orange vu la lumière pourrie de la salle. Il fronçât les sourcils, et je me rappelais qu'il m'avait dit de frapper. C'est le moment Sélène, montre lui de quoi tu es capable! Je pris une grande inspiration, reculais mon poing droit et le lançait de toute mes forces.


"C'est la métamorphose.
Un matin on se lève et on comprend que dans le silence et la discrétion,
on est devenu quelqu'un d'autre"
- Virginie Despentes -


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Amon Sørensen


Messages : 629
Date d'inscription : 26/02/2014
Age du personnage : 31
Localisation : On the ring.

Who Am I?
Birth place: København, Danemark
Je suis: emmerdeur, fouineur, violent, incompris.
Song: Lost Cause - BleedingHeart


MessageSujet: Re: Million Dollar Baby (1974) [PV Sélène][TERMINE]   Jeu 15 Sep - 21:23



Million Dollar Baby
ft. Sélène Mortiak


Je lui avais dit de frapper. Et tout ce qu'elle avait fait, c'était me regarder, surprise. Ouais, je sais que je suis arrivé comme un cheveux dans la soupe et que j'ai qu'à m'occuper de mes affaires... J'avais froncé les sourcils, la regardant dans les yeux. Et là, elle avait reculé son petit poing pour frapper avec tout ce qu'elle avait. Trop fort, presque à en perdre l'équilibre puisque maintenant, le sac ne reculai plus face à elle, mais restait droit comme un mur un peu mou parce que je le tenais. Depuis l'autre côté, j'avais bien senti qu'elle avait frappé, mais pas convenablement.

-Encore.

Je lui demandai plusieurs fois de recommencer. Simplement frapper, comme elle voulait, avec la force qu'elle avait envie. Pendant ce temps-là, de derrière le sac, je regardais ses yeux clairs. On pouvait y lire de la tristesse, mais pas que. Il y avait aussi une grande part de rage dans son regard et c'était cette rage que je sentais s'écraser sur le sac. Si la tristesse que je voyais là aurait pu l'amener à la dépression, la rage, elle, faisait qu'elle était debout en train de frapper un sac dans une salle de sport miteuse et même pas homologuée.

A un moment donné, brusquement, d'un mouvement rapide, je m'étais décalé du sac pour venir lui mettre une claque en pleine figure. Juste pour que ça claque bien et que ce soit impressionnant dans le bruit, mais sans faire mal. Puis, j'avais repris ma place initiale tout aussi rapidement.

-Bouge!

Il fallait qu'elle bouge. Frapper n'était pas la seule chose que devait faire un boxeur. Bouger était très important. Esquiver aussi. Certains boxeurs ont une autre technique, qui est d'encaisser encore et encore jusqu'à ce que leurs adversaires fatiguent. Mais fallait aimer avoir mal, aimer être patient et surtout, fallait être vraiment très fort pour pouvoir donner le coup de grâce à l'autre en un seul coup une fois qu'il était épuisé. Bref, c'était une technique bonne pour les poids lourds. Pas pour les petits gabarits comme elle ou même les poids moyens comme moi.

-Frappe!

Et chaque fois qu'elle voulait refrapper, elle s'immobilisait encore. Et chaque fois qu'elle s'immobilisait, je lui mettais une claque en pleine poire. Bon, c'était pas très pédagogique comme technique, mais si elle voulait vraiment boxer, si ce que je voyais dans ses yeux ne me trompait pas, elle s'accrocherait.

Je ne la laissais plus s'arrêter maintenant. Ses mouvements, ses frappes étaient encore très maladroits mais tout ce que je voulais, c'était qu'elle reste mobile. Dès qu'elle s'arrêtait, elle en ramassait une. Et encore, j'étais gentil, je faisais pas mal. Ou pas trop.

Et elle s'essoufflait.

-T'arrêtes pas ou t'en prends une. C'est quoi ton nom ?

Elle avait intérêt à me répondre sans s'arrêter ni de frapper, ni de bouger. Je voulais qu'elle arriver à parler et respirer en même temps, pour entraîner son souffle, son endurance. Ouais, j'étais pas tendre, je voulais lui montrer tout d'un coup, pas progressivement. Mais j'avais été élevé comme ça, non ? Par un père dur, qui te laisse pas le choix.

@ Billy Lighter











AMON


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sélène Mortiak


Messages : 270
Date d'inscription : 06/09/2016
Age du personnage : 26

Who Am I?
Birth place: France, Cannes
Je suis: râleuse, boxeuse et amoureuse
Song: Dangerous Women - Ariana Grande


MessageSujet: Re: Million Dollar Baby (1974) [PV Sélène][TERMINE]   Lun 19 Sep - 20:31

« Encore »

Encore, encore, encore,... il ne sais dire que ça? Je frappe, je frappe encore, et toujours. Je continuais donc, histoire de lui faire plaisir.

PAF
Une claque dans la gueule. Je ne m'y attendais vraiment pas à celle-la! Je le fixais, pensant avoir reçu le sac dans la tronche mais non, ils restaient aussi immobiles l'un que l'autre.

« Bouge »

Hein? Qu'est-ce qu'il raconte?

« Frappe »

Tiens, il change de registre. J'avais la joue en feu, je me mis en position pour frapper, mais je n'ai même pas eu le temps de faire le mouvement qu'il me donnait encore une gifle. Il me tape sur le système! Il veut quoi a la fin? Je frappais de rage sur ce sac, me disant que c'était lui à la place, bougeant un peu pour mettre mon côté gauche plus en avant. J'ai cru, pendant un moment, qu'une étincelle de satisfaction avait brillée dans son regard. Mais j'ai vite remis pieds sur terre.

Des claques, et encore des claques. Il aime la répétition. Mais j'avais fini par comprendre qu'il voulait que je bouge plus, du coup je faisais des petits sauts pour changer assez souvent de côté, et frapper avec la gauche puis la droite, rapidement, je lâcherais pas! Je commençais à avoir plus difficile à respirer, maintenant que je mettais le bas du corps en mouvement. Je ne voulais pas me prendre d'autres claques, c'est qu'il fait mal quand même. Alors, je continuais à frapper, mes mains douloureuses de devoir tant donner de rage sur se sac.

Au bout d'un moment, il s'est décidé à parler le langage humain. Wouaw, impressionnant, il ma demandé comment je m'appelais...non sans me menacer juste avant. Charmant. Je lui réponds comme une personne civilisé, ou je parle la même langue que lui et je lui en mets une? .... Je choisi de vivre.

« Sélène »

Et la, je m'arrêtais net. Soit c'est un gros con qui aime me voir souffrir, et me faire souffrir. Dans ce cas, pas la peine de perdre mon temps avec lui. Soit il attendait quelque chose de moi, et il avait intérêt a me dire quoi!

« Tu veux bien être mon prof? »

Pardon? Tu peux répéter? Je le fixais. En réalité, c'est moi qui attendais quelque chose de lui. Je venais à peine de commencer à boxer, qu'il m'avait déjà fait comprendre que je devais bouger, utiliser le bas de mon corps pour être plus souple dans mes mouvements et y mettre plus de force. J'ai encore beaucoup de choses à apprendre, et je veux les apprendre avec lui. Il me plait, son côté je-parle-pas-beaucoup-mais-je-donne-des-ordres. J'en ai besoin, après les lettres de condoléances que j'ai reçu. Tu veux me dresser à la dure? Vas-y mon pote, je te mets au défi!



"C'est la métamorphose.
Un matin on se lève et on comprend que dans le silence et la discrétion,
on est devenu quelqu'un d'autre"
- Virginie Despentes -


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Amon Sørensen


Messages : 629
Date d'inscription : 26/02/2014
Age du personnage : 31
Localisation : On the ring.

Who Am I?
Birth place: København, Danemark
Je suis: emmerdeur, fouineur, violent, incompris.
Song: Lost Cause - BleedingHeart


MessageSujet: Re: Million Dollar Baby (1974) [PV Sélène][TERMINE]   Mer 21 Sep - 16:07



Million Dollar Baby
ft. Sélène Mortiak


Malgré que je faisais attention à ne pas frapper trop fort, je voyais la joue de la rouquine devenir rouge. Cependant, elle tenait le coup, elle continuait et elle posait pas de question. Pourtant elle avait été clairement surprise à la première claque que je lui avais mise. D'autres se seraient indignés, auraient au moins demandé « mais pourquoi tu fais ça ?! ».

Mais pas elle. Elle, elle avait juste fait ce que je lui avais dit de faire. Et elle faisait de son mieux et elle frappait plus fort et elle finissait par ne plus oublier de bouger. Et même si elle se fatiguait, elle ne s'arrêtait pas.

Elle avait répondu à ma toute première question, sans s'arrêter. Elle m'avait donné son nom. Sélène. Un drôle de nom que j'avais encore jamais entendu ici, mais vu que je m'appelais moi-même « Amon », j'avais tout juste à fermer ma gueule. Enfin, plutôt, à ne pas faire de commentaires. J'étais sur le point de lui répondre en me présentant à mon tour, ce qui était la moindre des choses, quand...

Elle s'était arrêtée net, me demandant si je voulais être son prof. Là, c'était moi qui avait été pris à revers et elle n'avait même pas eu besoin de me frapper. Je l'avais regardée, surpris, dans les yeux une seconde.

-Heu...

Une seule seconde. Juste le temps de dire « heu... ». Et ma décision était prise.

-Ok.

CLAC !

Une nouvelle baffe en pleine poire.

-Et je t'ai pas dit te t'arrêter.

Pourquoi j'avais accepté, sans réfléchir plus que ça ? Il y avait sûrement un tas de raisons. A part Timmy qui était mon ami, j'étais tout seul ici, toute ma famille était au Danemark. Ma petite sœur était au Danemark. Puis, il avait cette tristesse, mêlée de détermination et de colère, dans les yeux de cette fille, qui me rappelait... moi.

Sauf que moi, je savais me battre, elle, pas encore.

-Respire.

Je la laissai boxer encore quelque chose comme trois minutes, je lui remis quelques claques, mais parfois, elle régissait déjà un peu plus vite et se mettait à bouger plus avant que ma main ne parte, du coup, je ne la frappais pas.

-Ok. C'est bon. Relâche, Sélène.

Je me dirigeai vers mes affaires et pris ma gourde.

-Marche. T'arrête pas net.

Bon, mes phrases étaient toujours pas très longues, mais j'aimais pas trop qu'on entende mon accent. Après, c'était toujours les mêmes questions qui revenaient. Qu'est-ce qu'un Danois foutait aux USA et tout le bordel ?...

-Moi, c'est Amon. Attrape.

Je lui lançai ma gourde. Si ses muscles étaient pas trop morts, elle arriverait à la rattraper. Sinon, elle risquait de lui glisser entre les doigts, mais je l'avais pas ménagée non plus.

@ Billy Lighter











AMON


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sélène Mortiak


Messages : 270
Date d'inscription : 06/09/2016
Age du personnage : 26

Who Am I?
Birth place: France, Cannes
Je suis: râleuse, boxeuse et amoureuse
Song: Dangerous Women - Ariana Grande


MessageSujet: Re: Million Dollar Baby (1974) [PV Sélène][TERMINE]   Mer 21 Sep - 20:05

Héhé, cette fois, c’était à mon tour de lui en boucher un coin! Il m'avait regardé, surpris et avait prononcé un petit "Heu". Juste avant de me donner une énième claque. Bon celle-la, je l'avais "méritée". Après tout, j'ai désobéi à mon prof.

Tout en frappant, j'étais contente d'être tombée sur lui. Je ne connaissais personne ici. En France, j'avais pas beaucoup d'amis. La famille de mon père n'en avait rien à faire de ma mère et moi. Comme je suis assez indépendante, je vais rarement vers les autres, je me contente de prendre ce que l'on me donne, c'est à dire pas grand chose. C'est pourquoi je n'ai pas hésité une seconde à partir à L.A. Pour la première fois, je boxe, et pour la première fois, quelqu'un, un inconnu, vient de lui-même me voir et m'aider. Moi qui n'ai pas l'habitude, je me sens pousser des ailes. Peut-être arriverais-je à trouver ma place, dans la ville des Anges.

Et j'étais prête à tout pour ne pas le décevoir. C'est ma marque de fabrique. Il essayait encore de me frapper, mais j'arrivais à en esquiver quelques-unes. Quand il me dit que je pouvais arrêter et marcher, j'étais lessivée. J'avais mal aux mains (d'ailleurs, elles sont en mauvais état. De l'eau bien froide s'il vous plait!), mal aux bras, aux jambes, aux poumons. Il continuait à faire de toutes petites phrases, et son accent ressortait peu, mais je reconnu certains trait de l'accent allemand.

Un de nos voisin à Gagny venait d’Allemagne, il avait un grand chien super gentil avec qui je jouais tout le temps. Il me gardait de temps en temps quand ma mère travaillait le soir et qu'elle ne pouvait pas m'emmener avec elle. Il était un peu sénile, et il me racontait des histoires en allemand, même si je ne comprenais rien. Mais sa voix rocailleuse, curieusement, m'apaisait. Quand ma mère est tombée en dépression, elle à évidemment arrêter de travailler et nous avons du quitter notre appartement, et notre voisin par la même occasion, pour finir dans un kot pourri. Je ne me suis jamais autorisée à repenser à cet homme avant aujourd'hui, car je savais que j'allais pleurer, et ça c'est hors de question!

-Moi, c'est Amon. Attrape.

Il me lançait sa gourde et j'ai presque du faire un grand écart pour pas la ratée. J'étais pas du genre à partager les bactéries des gens, mais la, j'avais vraiment soif et l'eau était encore fraîche. Je bus à grandes gorgées, jusqu’à ce qu'il ne reste presque plus rien. Je m’essuyais la bouche, et m'approchais de lui.

<< Merci. Et désolée, je ne t'ai pas laissé grand chose. >>

Il ne me regardait pas, je m'autorisais donc à le fixer. Il est vraiment pas mal. Il a un visage séduisant, mais qui cache des souffrances. Cela se voit quand il contracte ses mâchoires, dans son regard perçant, et dans sa manie à vouloir cacher son accent. Je fais la même chose. On joue un rôle pour ne pas dévoiler se qui se cache derrière. Je comprends pourquoi il fait de la boxe, ça défoule, ça fatigue, ça change les idées. La vie est cruelle avec nous, on est cruel avec le sac. On change les rôles pendant plusieurs minutes, et notre seul limite, c'est nous.

Je lui tendais ma main ensanglantée.
<< Pour finaliser notre accord. Tu es mon prof, je suis ton élève. >>



"C'est la métamorphose.
Un matin on se lève et on comprend que dans le silence et la discrétion,
on est devenu quelqu'un d'autre"
- Virginie Despentes -


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Amon Sørensen


Messages : 629
Date d'inscription : 26/02/2014
Age du personnage : 31
Localisation : On the ring.

Who Am I?
Birth place: København, Danemark
Je suis: emmerdeur, fouineur, violent, incompris.
Song: Lost Cause - BleedingHeart


MessageSujet: Re: Million Dollar Baby (1974) [PV Sélène][TERMINE]   Dim 25 Sep - 19:39



Million Dollar Baby
ft. Sélène Mortiak


Je la fis frapper, encore et encore, jusqu'à ce que je sente que sa colère et sa tristesse laissaient place à une fatigue plus saine. C'était pas un remède miracle, ces sentiments finissaient toujours par revenir, mais ça détendait au moins quelques heures. Quand ça me permettait juste de m'endormir plus vite, j'étais déjà bien content. Et je supposais que pour la jeune femme, ça marcherait aussi. Tout du moins, je l'espérais pour elle.

Je la laissai marcher avant de lui filer à boire. Enfin, à ma façon... C'est à dire en lui lançant. Mais elle avait réussi à la rattraper. Elle avait de la ressource pour un petit gabarit. Ce faisant, j'en avais profité pour me présenter brièvement.

Elle siffla toute la gourde avant de s'approcher de moi pour me la rendre en me remerciant. Je repris ma gourde et haussai les épaules.

-Pas de quoi.

Je remis un peu d'ordre dans mes affaires, dont la gourde vide que je glissai dans mon sac. Cette fille avait un drôle d'accent elle aussi. Et quelque part, ça avait quelque chose de rassurant. D'un côté, peut-être que, du coup, elle n'entendrait pas le mien... Ou alors, si elle le captait, c'était rien... Parce qu'elle était probablement aussi déracinée que moi. J'avais eu l'occasion de voir un peu plus tôt dans son regard qu'elle ne devait pas avoir eu la vie facile. Et j'étais pas du tout du genre à croire que j'étais le seul à avoir eu des problèmes.

Quant au regard de Sélène, il semblait beaucoup plus apaisé maintenant. Quand je me redressai et lui refis face, elle me tendis sa main, signalant que ce serait comme la signature d'un accord tacite entre nous. Sa main saignait, rien d'étonnant, je l'avais pas ménagée et elle ne s'était pas ménagée elle-même non plus.

Sa petite main disparut dans la mienne.

-Ok.

Je fis pivoter sa main pour mieux voir ses phalanges ensanglantées.

-Viens.

Je l'invitai à me suivre jusqu'à un lavabo dans un coin de la salle où on disposait aussi de gel désinfectant. Je fis couler un bon jet d'eau bien froide avant de reprendre une de ses mains pour enlever le bandage qu'elle avait mis. Je constatai assez vite qu'elle ne l'avait pas fait assez épais. Résultat, ça ne protégeait rien du tout. J'eus un petit sourire et plongeai mon regard dans ses yeux clairs, une belle couleur, indéfinissable.

-Les bandes, c'est pas que pour le style.

Je libérai finalement sa main du bandage, lui faisant signe qu'elle pouvait mettre sa main sous l'eau et me passer l'autre dont j'enlevai aussi le bandage. L'eau très froide allait contracter les petits vaisseaux et faire cesser le saignement.

Une fois ses deux mains sous l'eau, je lui désignai le gel.

-Tu peux laver avec ça, sinon ça va s'infecter.

Et si ça s'infectait, elle allait avoir très mal la prochaine fois. Parce que si j'étais son prof, comme elle disait, infecté ou pas, je la ferais boxer quand même.

Je la laissai faire et m'appuyai d'une épaule contre le mur de blocs de béton.

-T'as un drôle d'accent... Tu es d'où?

Bon, ok, j'avoue, c'était de la basse vengeance contre une parfaite innocente. Mais quelque part, je savais très bien que poser la question impliquait qu'elle pourrait me la retourner.

Mais comme on avait l'air d'être un peu dans la même merde, ça me gênait moins...

@ Billy Lighter











AMON


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sélène Mortiak


Messages : 270
Date d'inscription : 06/09/2016
Age du personnage : 26

Who Am I?
Birth place: France, Cannes
Je suis: râleuse, boxeuse et amoureuse
Song: Dangerous Women - Ariana Grande


MessageSujet: Re: Million Dollar Baby (1974) [PV Sélène][TERMINE]   Lun 26 Sep - 20:22

Ma main semblait ridiculement minuscule dans la sienne. Il l'a retourna pour voir les blessures, et me proposa de le suivre jusqu’à un lavabo dans un coin. Pratique. J'aurais du boire au robinet pour éviter de lui siffler toute son eau. Même si l'eau n'a pas l'air très... potable. Il prit une de mes mains et s'attela à enlever les bandages. On se fixa un moment, et j’eus même droit à un petit sourire. Je lui rendais, avant qu'il ne reporte son attention sur ma main. Le résultat était tout simplement affreux. J'avais les jointures des doigts ouverts et des hématomes commençaient à apparaitre sur la partie supérieurs des phalanges. Et bien sûr du sang un peu partout, sur les bandages, mon poignet et autour de mes ongles.

Je plaçais ma main sous l'eau bien froide tandis qu'il s'occupait de l'autre main, tout en me faisant la remarque que les bandages, c'est pas que pour faire jolie. Sans blague, je m'en souviendrais la prochaine fois. Une fois mes deux mains sous l'eau, je pris le temps de bien expirer, puis inspirer profondément. Plusieurs fois, pour calmer le rythme de mon cœur, et aussi par pur plaisir. Le fait de m’être défoulée ainsi me procure une réelle satisfaction physique et mentale.

Amon me montra le gel désinfectant, et vu son ton sérieux j'avais plutôt intérêt à l'utiliser. Je frottais doucement mes mains, grimaçant intérieurement sous la douleur. Je ne le laisserait pas voir que j'ai mal. Il me demanda d'où je venais. Aïe! Il fallait qu'il demande. Sors lui un truc vite fait, Sélène, ne te dévoile pas!

" Je viens de France. Ma mère est américaine, mon père français. Ma mère est morte depuis peu d'un cancer et mon père nous a abandonné comme un lâche. J'ai déménagé depuis peu à L.A., mais comme je parlais anglais avec ma mère, ce n'est pas un problème. Je n'ai rien avec moi à part une vieille photo de ma mère et moi, peu de temps avant sa mort. Je cherche du boulot dans le coin. "

J'avais pris mon temps pour répondre, et j'avais parler lentement en pesant mes mots. Inconsciemment, je commençais à appuyer sur mes blessures pour ne pas craquer, penser à autre chose que ma mère, et en même temps pour me punir de raconter tout ça à un inconnu. Un inconnu? Non, c'est Amon, mon prof. C'est donc plus vraiment un inconnu, j'ai même retenu son nom, ça veut dire beaucoup! Et j'ai bien l'intention d'en apprendre plus sur lui. Je veux encore entendre son accent, voir ses yeux malicieux, et le voir me sourire.

" Et toi, d'où tu viens?"

Je lui posais la question en le regardant dans les yeux, heureuse de lui renvoyer la grenade piégée. A ton tour d'ouvrir les portes de ton jardin secret.


"C'est la métamorphose.
Un matin on se lève et on comprend que dans le silence et la discrétion,
on est devenu quelqu'un d'autre"
- Virginie Despentes -


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Amon Sørensen


Messages : 629
Date d'inscription : 26/02/2014
Age du personnage : 31
Localisation : On the ring.

Who Am I?
Birth place: København, Danemark
Je suis: emmerdeur, fouineur, violent, incompris.
Song: Lost Cause - BleedingHeart


MessageSujet: Re: Million Dollar Baby (1974) [PV Sélène][TERMINE]   Mer 28 Sep - 13:31



Million Dollar Baby
ft. Sélène Mortiak


Je l'observais en train de se laver les mains. Elle respirait plus profondément, reprenant son souffle. Mais au moins, elle semblait soulagée alors que lorsque je m'étais approché d'elle tout à l'heure, elle m'avait semblé à deux doigts de craquer. C'était un peu pour ça que j'étais venu la voir. A cause de ce que j'avais vu dans ses yeux. Et pour faire diversion. Pour ne pas qu'elle s'écroule en pleurant à côté du sac qui lui revenait tout le temps en pleine poire.

Mais maintenant, ça avait l'air d'aller. Rien de tel que la fatigue pour atténuer toute la merde qu'on peut trimballer dans son crâne. J'en savais quelque chose.

Appuyé contre le mur, ma curiosité avait pris le dessus. Je savais pertinemment que poser la question de ses origines allait se retourner contre moi. Mais bon... On était tout seuls, dans un quartier merdique de L.A. et on était de parfaits inconnus l'un pour l'autre... Alors, je prenais le risque.

Mais alors que je croyais qu'elle allait répondre brièvement, vaguement, à la question, elle me fit un résumé assez complet de ce qui l'avait amenée jusqu'ici... Je l'écoutai attentivement. Une mère décédée, un père qui n'en avait rien à foutre, elle était ici avec rien...

Je baissai les yeux, regardant mes baskets. De la pointe de l'une d'elle, je vins chipoter à une plinthe qui se déchaussait du mur.

-Un nouveau départ à L.A... Désolé pour ta maman.

Je supposais que c'était ça qu'elle était venue chercher ici. Elle venait se reconstruire loin de tout ce qu'elle avait connu jusqu'à maintenant, espérant mieux.

Alors que pour moi, c'était complètement différent...

Et, comme prévu, la question me revint aussi sûrement qu'un boomerang. Je relevai les yeux vers elle, avec un petit sourire pas trop sûr.

-København, Danemark.

En rester là n'était pas très fair-play... Je pris une inspiration avant de continuer, regardant ses petites mains qu'elle continuait de frotter l'une contre l'autre. Je haussai les épaules.

-J'ai eu des problèmes là-bas. J'attends que ça se tasse, puis j'y retourne. Ma famille est là-bas... Et j'ai pas de problème avec eux.

Contrairement à Sélène pour qui seule sa mère valait le coup, et sa mère avait rendu l'âme. La mienne aussi, d'ailleurs, mais ça faisait un bail. J'étais tout gosse. Et puis, je ne haïssais pas mon père. Il était comme il était, il avait ses idées bien arrêtées mais pouvais-je vraiment lui en vouloir de voir en moi la relève ? Pas vraiment, non... Même si ça créait des tensions entre nous.

Puis, il y avait Freiya. Et elle me suffisait amplement comme raison pour vouloir rentrer à la maison.

J'aurais pu mentir à Sélène, lui dire que j'étais là juste pour mes études comme ça se faisait souvent. Mais non. Elle ne m'avait pas menti (tout du moins, ça n'en avait pas l'air), je ne voyais pas de raison de lui mentir en retour. 50/50. Par contre, j'étais pas cinglé au point de lui dire que j'avais buté un gars, même si je ne l'avais pas vraiment fait exprès. J'étais recherché, en Europe, vu que mon père m'avait fait quitter le pays pour que j'échappe à la prison.

Pas tellement que j'avais peur qu'elle me dénonce ou quelque chose comme ça. Non. C'était juste que je ne voulais pas lui faire peur à elle.

Je pris un draps qui pendait à un crochet sur le mur et lui tendis. Avec tout ça, ça faisait un moment qu'elle se lavait les mains sans s'en rendre compte.

-Je crois que ça va, maintenant.

@ Billy Lighter











AMON


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sélène Mortiak


Messages : 270
Date d'inscription : 06/09/2016
Age du personnage : 26

Who Am I?
Birth place: France, Cannes
Je suis: râleuse, boxeuse et amoureuse
Song: Dangerous Women - Ariana Grande


MessageSujet: Re: Million Dollar Baby (1974) [PV Sélène][TERMINE]   Mer 28 Sep - 16:57

Il était désolé pour moi. Il avait baissé les yeux en me disant cela. Comme tout le monde. Alors comme ça il vient du Danemark? Je ne connais que de nom, mais il parait que c'est très beau la-bas. Enfin, c'est ce que racontait ma prof de géographie, Mme Grubot. Tout le monde l'appelait Grosbot, car elle était... corpulente. Mais personne n'était plus passionnée, surtout quand elle nous contait ses nombreux voyages dans le monde.

-J'ai eu des problèmes là-bas. J'attends que ça se tasse, puis j'y retourne. Ma famille est là-bas... Et j'ai pas de problème avec eux.

Il avait dit ça avec un haussement d'épaules. Alors, lui aussi il est tout seul ici? A la différence près qu'il à au moins un foyer, avec une famille qui l'attend. Mon départ à du être plus facile, car je ne laissais rien derrière moi. Des problèmes? S'il n'a pas de problèmes avec sa famille, c'est d'ordre judiciaire alors. Je lui poserais bien la question, mais pour un premier contact, il vaut peut-être mieux rester soft, d'autant plus qu'il commence à faire des phrases de plus en plus longues.

Il me tendait un essuie, me signifiant qu'il était temps que j’arrête de me frotter les mains. Mes blessures avaient cessés de saigner, mais j'étais encore rouge, surtout après les avoir frictionnés pendant plusieurs minutes. J'acceptais l'essuie et me séchais les mains, avant de regarder mes plaies plus attentivement. Je vais devoir passer à la pharmacie pour m'acheter de la crème cicatrisante, je n'ai rien de tel dans mon petit studio miteux.

" Pourquoi tu as accepté de t'occuper de ma carrière de boxeuse? " Dis-je avec un sourire, cherchant à détendre un peu l'atmosphère.

Depuis qu'on avait commencé à parler de nos vies respectives, le ton utilisé était devenu plus chargé, et l'air semblait encore plus pesant. J'imagine que cela devait être aussi difficile pour lui que pour moi de parler ainsi à un inconnu, ou presque. Quoi qu'il ai eu à endurer, c'était du lourd, au point qu'il à du fuir son pays, voire même l'Europe pour être venu si loin. Je ne sais même pas quel âge il à.

" Tu as quel âge, au fait? "

J'étais fatiguée, j'avais mal partout, et il aurait été plus judicieux de tourner court à tout ça pour aller me coucher et me reposer. Mais je ne voulais pas me retrouver toute seule, encore. Je ne sais même pas dans combien de temps je le reverrai, même si c'est mon prof. J'étais nerveuse à l'idée qu'il me tourne le dos, qu'il me dise au revoir et qu'il s'en aille sans me jeter un dernier regard, comme si je ne valais rien.


"C'est la métamorphose.
Un matin on se lève et on comprend que dans le silence et la discrétion,
on est devenu quelqu'un d'autre"
- Virginie Despentes -


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Amon Sørensen


Messages : 629
Date d'inscription : 26/02/2014
Age du personnage : 31
Localisation : On the ring.

Who Am I?
Birth place: København, Danemark
Je suis: emmerdeur, fouineur, violent, incompris.
Song: Lost Cause - BleedingHeart


MessageSujet: Re: Million Dollar Baby (1974) [PV Sélène][TERMINE]   Ven 30 Sep - 15:17



Million Dollar Baby
ft. Sélène Mortiak


Elle avait pris l'essuie que je lui tendais et se sécha les main. Avec l'eau froide, ça avait cessé de saigner. Ça allait cicatriser et renforcer sa peau aux jointures de ses doigts, tout du moins, si elle revenait bel et bien boxer plusieurs fois par semaine comme elle l'avait laissé sous entendre en me demandant d'être son coach. Elle saignerait encore, pendant les prochaines séances, bien que la première chose que j'allais devoir lui apprendre, ce serait à se protéger les mains, à faire ses bandages convenablement. Mais même avec ça, elle saignerait. Jusqu'à ce que ça rentre.

On s'était posé et renvoyé une question. 50/50 et je la jouais fair-play. C'était plus facile avec quelqu'un qui n'avait aucun lien avec moi. Tout du moins jusqu'ici. Ce qu'on se racontait ne risquait pas d'atteindre les autres élèves de droit de l'université que je fréquentais et ici, à la salle de sport, les gars qui venaient boxer avaient souvent bien plus à se reprocher que moi.

De même que le fait que je sois allé vers elle pour l'aider ne se saurait pas non plus.

Cette conversation nous mettait l'un comme l'autre mal à l'aise. On semblait ne savoir aucun des deux si on pouvait parler librement ou non et pourtant, on se lançait quand même, semblait-il. Elle faisait des phrases plus longues que les miennes, elle avait tout déballé d'un coup, mais sans tomber pour autant dans le mélodrame, bien que j'avais senti à un moment donné sa gorge se serrer un peu. Mais c'était un peu compréhensible, elle venait de me dire, en gros, qu'elle était ici, toute seule et sans emploi...

Pas facile, surtout quand on vient de perdre quelqu'un de proche, j'imagine.

Du coup, je m'étais dévoilé un peu aussi, comme pour m'excuser d'avoir poser la question qui l'avait amenée à déballer tout ça...

Et de fil en aiguille, on apprenait un peu à se connaître, sans même s'en rendre vraiment compte.

Et après ces sujet un peu lourd, la jeune femme avait décidé de passer à autre chose. Bon, on avait compris qu'on était tous les deux un peu paumé dans un énorme pays loin de chez nous pour des raisons qui ne regardaient plus ou moins que nous-même. Maintenant, elle voulait juste savoir pourquoi j'avais accepté sa proposition.

Je lui avais souris, la regardant dans les yeux et haussant les épaules.

-J'avais aucune raison de dire non...

Et puis fallait avouer que Sélène était vraiment une jolie jeune femme, avec un visage doux et des cheveux d'une couleur lui donnant quelque chose de spécial. Alors si je pouvais me donner l'occasion de la revoir, sans aucune autre prétention que celle-là, pourquoi pas ?

-S'entraîner à deux sera plus amusant...

C'était sincère. Quand je venais ici et que je m'entraînais, j'étais souvent tout seul, sauf quand le vieux Jack venait me coacher un peu, souvent avant les matchs du week-end. Alors si je pouvais avoir un peu de compagnie, ne serait-ce que pour tester certain coups, je disais pas non.

Je me rendais compte que je me sentais seul, en fait.

-J'ai 23 ans. Toi? Et t’habite où ? Si je peux demander...

Elle avait l'air jeune. Plus jeune que moi... Quant à où elle habitait, elle n'était pas obligée de répondre. Je comprendrais qu'elle ne veuille pas dire ça au premier venu. Fallait se protéger un minimum...

@ Billy Lighter











AMON


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sélène Mortiak


Messages : 270
Date d'inscription : 06/09/2016
Age du personnage : 26

Who Am I?
Birth place: France, Cannes
Je suis: râleuse, boxeuse et amoureuse
Song: Dangerous Women - Ariana Grande


MessageSujet: Re: Million Dollar Baby (1974) [PV Sélène][TERMINE]   Dim 2 Oct - 20:36

En France, j'allais dans une école pour filles. Ma mère ne voulait pas que je sois confrontée aux garçons trop tôt, sûrement qu'elle cherchait à me protéger mais cela n'avait fait que renforcer mes problèmes de communications, surtout avec les garçons. D'ailleurs, je n'ai jamais eu de petit copain, et si j'avais eu le malheur d'en avoir un, ma mère m'aurait sermonnée toute ma vie. J'avais fini par croire que tout les hommes sont comme mon père, lâches, manipulateurs, libertins, et qu'ils n'en valent pas la peine. J'avais tort.

-J'avais aucune raison de dire non...

Il doit être le premier à n'en trouver aucune. Si je devais compter le nombre de fois où on m'a dit non... Même "pi" ne pourrait rivaliser. Au final, j'avais compris que je perdais mon temps à demander, que j'étais faite pour être solitaire. Cela m'avait permit d'être débrouillarde, de n'être dépendante de personne et de ne rien attendre de la vie. Je prends ce que l'on me donne, me gardant bien d'en demander plus, même à ma mère. Elle était trop jeune pour suivre un homme au bout du monde, trop jeune pour avoir un enfant, et trop jeune pour s'en occuper convenablement. Elle m'a déjà oubliée plusieurs fois devant la grille de l'école, trop fatiguée par le travail pour se souvenir que j'étais vivante, que j'avais besoin de manger, boire, et surtout que j'avais besoin d'amour. On avait inversé les rôles, je m'occupais d'elle et elle n'en avait rien à faire.

Je lui avais demandé son âge, il était donc logique que je lui dise le mien. Il m'avait demander où j'habitais. Je pourrais lui mentir, ou cacher un peu la triste réalité et me protéger, ne pas se dévoiler encore plus. Mais je n'en avais pas envie. Curieusement, j'avais confiance en Amon. Au point où j'en suis, je lui confierais bien ma vie, ou ce qu'il en reste. Peut-être que lui arriverait à en tirer quelque chose de bien.

Je levais mon bras et pointais de mon index le plafond.

"J'habite la-haut, au-dessus de la salle. Comme je n'ai pas encore de travail, je ne peu pas m'offrir mieux. Et quand on à 18 ans, les propriétaires ne sont pas très enthousiastes. Cependant, je ne peux pas me plaindre, j'ai un toit, de l'eau courante et l'électricité. Et les anciens locataires ont laissé un matelas, j'ai aussi de quoi dormir."

J'avais fais mon plus beau sourire en disant cela. Je ne voulais pas passer pour une pauvre âme en peine. J'espère juste que les valises sous mes yeux ne vont pas me trahir, et que mon air fatiguée ne soit qu'à cause de la séance de boxe, en tout cas aux yeux d'Amon.

"Et toi? Tu es encore étudiant? Tu fais où tes études?"

Il faut changer de sujet, pour pas qu'il me pose encore d'autres questions sur ma condition.


"C'est la métamorphose.
Un matin on se lève et on comprend que dans le silence et la discrétion,
on est devenu quelqu'un d'autre"
- Virginie Despentes -


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Amon Sørensen


Messages : 629
Date d'inscription : 26/02/2014
Age du personnage : 31
Localisation : On the ring.

Who Am I?
Birth place: København, Danemark
Je suis: emmerdeur, fouineur, violent, incompris.
Song: Lost Cause - BleedingHeart


MessageSujet: Re: Million Dollar Baby (1974) [PV Sélène][TERMINE]   Mar 4 Oct - 14:41



Million Dollar Baby
ft. Sélène Mortiak


La conversation devenait plus fluide, nos questions restant tout de même basiques. Qui es-tu ? Que fais-tu ? Où vas-tu ? La base. Et on apprenait où étaient les limites, à éviter les zones sensibles. Il était bien trop tôt pour qu'on tente une approche plus franche. Il semblait qu'on fonctionnait de la même façon. En tout cas, personnellement, je restais sur mes gardes, prêt à me renfermer au moindre risque d'intrusion trop prononcée. Chaque chose en son temps, on y va cool et avec le temps, on verrait si ça colle ou pas. Si on sait se piffer ou non. S'il y a moyen de construire quelque chose ou pas.

Ce n'était pas pareil qu'avec Timmy. L'Anglais et moi avions basé notre amitié sur tout autre chose : l’intérêt personnel. Dans notre relation, chacun y trouvait son compte, mais rien n'était gratuit.

Alors qu'ici, avec Sélène, une relation n'était d'aucune utilité, elle était purement superflue.

Mais peu importait, j'en avais envie, un peu ce même genre d'envie que celle qui nous prend quand on voit un truc sympa dans la vitrine d'un magasin et qu'on y entre pour l'acheter alors que cette chose ne servira strictement à rien. Mais on en a envie, c'est tout. C'est un extra.

C'est pour ça que je n'avais aucune raison de refuser sa demande d'être son coach, si toutefois, je pouvais vraiment prétendre à ce titre... Ce que je ne pensais pas. Mais ça allait être plus sympa à deux. Plus un partage que du véritable coaching. Quoi qu'avec mon caractère et mes phrases courtes, ça allait quand même fort ressembler à ça.

Alors que je n'y croyais pas du tout, elle répondit à ma question, pointant son index vers le plafond. Et je la regardai ensuite, surpris. Elle habitait donc juste au dessus ?! Pas besoin d'être un putain de génie pour savoir que les chances de nous revoir venaient d'augmenter de quelques pourcentages.

De plus, elle en profita pour me laisser savoir son âge, sans me le dire vraiment, ce qui dessina un petit sourire sur mon visage. Belle, la déviation.

Elle vivait avec le strict minimum, mais rien en moi ne laissa paraître que j'avais pitié d'elle. Non. Pour la simple et bonne raison que ce n'était pas le cas. Si elle avait des couilles assez, elle s'en sortirait très bien toute seule.

-Pas facile. Mais c'est un bon test. Et ça t'endurcira.

Ouais, si elle s'en tirait, elle pourrait être d'autant plus fier d'elle d'autant que le mérite ne reviendrait qu'à elle seule.

J'avais pas vraiment la « chance » de vivre une telle expérience. Mon loyer et mes factures étaient payées avec l'argent que m'envoyait mon paternel, Lars, me laissant tout entier à ces études que je détestais. Je lui avais pourtant dit que je ne voulais rien, que, cet exil, ce serait ma façon de grandir, d'apprendre à me démerder et de savoir un peu ce que c'était de vivre réellement... C'étaient de fausses excuses. Ce que je voulais en réalité, c'était qu'il me lâche un peu la grappe... Ce qu'il s'était bien abstenu de faire.

Il y avait des fois où j'aurais bien voulu que ma mère et mon petit frère aient survécu... Histoire qu'il y ait un hériter de rechange... Ou bien, que mon père n'ait pas un esprit aussi conservateur et se rende compte que Freiya avait 20 000 fois plus les capacités que moi pour prendre sa place.

Je retournai vers mes affaires et commençai à les rassembler pour les ranger dans mon sac. Je m’interrompis juste pour répondre à sa question suivante. Le faire devenait un peu plus naturel.

-Ouais. A Berkeley. En droit...

Je ricanai légèrement, ironique...

-Et j'adore ça...

Je terminai d'empaqueter mes affaires, avant de me redresser, mon sac sur mon épaule, face à Sélène. Il allait falloir que j'y aille.

-Tu cherches un job dans quoi ? On sait jamais que je verrais quelque chose...

Je lui avais souri ensuite.

-Je serai là vendredi soir. Je viens le lundi, le mercredi et le vendredi.

Pour les entraînements. Les matchs illégaux qui me permettaient de me faire un peu d'argent en plus se déroulaient le week-end. Mais j'allais pas tout lui dire dès le premier jour...

-Faut que j'y aille.

@ Billy Lighter











AMON


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sélène Mortiak


Messages : 270
Date d'inscription : 06/09/2016
Age du personnage : 26

Who Am I?
Birth place: France, Cannes
Je suis: râleuse, boxeuse et amoureuse
Song: Dangerous Women - Ariana Grande


MessageSujet: Re: Million Dollar Baby (1974) [PV Sélène][TERMINE]   Mar 4 Oct - 19:51

Quand j'avais glisser mon âge dans ma phrase, je lui avais tiré un sourire, petit, mais un sourire quand même. Je ne lui avais pas répondu directement, pour ne pas passer pour une gamine, ce qui m'arrivais souvent ces derniers temps, surtout lors de mes entretiens d'embauches ou quand je rencontrais les propriétaires des studios que j'avais visité.

Il ne paru pas du tout touché par mes conditions de vie, me répondant que cela me permettra de m'endurcir, que c'était un test. Sympa, sa conception de la vie et ses épreuves. Après tout, il a pas tort, soit tu te bats et tu réussi, soit tu abandonne et tu es recalé, sauf que la vie n'offre pas de seconde session. Je pense que jusqu’à présent, j'étais plutôt bonne élève. Un père absent, une mère décédée, aucune famille, un studio pourri et pour l'instant aucun avenir. J'aurais pu basculer dans le noir depuis longtemps, mais j'étais pas du genre à me laisser couler, à perdre la face et devenir un simple cailloux inutile.

Il commençait à ranger ses affaires, tandit que je récupérais mes bandages près de l’évier. Je l'entendis me dire qu'il faisait des études de droit, à Berkeley (connais pas) et qu'il adorait ça. Menteur, il avait ricané à sa propre blague, et pour un peu j'aurais ris avec. Je trouve qu'un élève en droit, s'il est vraiment passionné par cela, ne perdrait pas son temps dans une salle de boxe, et encore moins à coacher une gamine. Il s'était redressé pour me faire face, voulant savoir dans quoi je cherchais un boulot.

" Je cherche une place dans une animalerie, j'ai un entretien bientôt. Je pense que ça devrait le faire, mais merci."

Je lui rendais son sourire, avant qu'il ne me donne mon programme d'entraînement (en quelque sorte). Trois soirs par semaine, il se rendait à la salle, et par conséquent moi aussi. Après tout, je n'ai rien de mieux à faire, et comme j'habite au-dessus, je ne risque pas d'avoir d'excuse pour rater l'entraînement ou être en retard. J'opinais de la tête, me préparant déjà psychologiquement à devoir subir une nouvelles série de douleurs très bientôt, et je pouvais compter sur Amon pour s'en assurer. Il devait y aller, alors je murmurais un "salut" avant de lui faire un signe de la main.


"C'est la métamorphose.
Un matin on se lève et on comprend que dans le silence et la discrétion,
on est devenu quelqu'un d'autre"
- Virginie Despentes -


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Million Dollar Baby (1974) [PV Sélène][TERMINE]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Million Dollar Baby (1974) [PV Sélène][TERMINE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le handicap et vous...
» MILLION DOLLAR BABY. – Kamelia [TERMINÉ]
» Million Dollar Baby
» L'aide de 1 million dollar US promit du Cameroun à Haiti dans la tourmente
» Hogan critique The Rock! Star Jersey Shore dans le ring ++

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: L.A Rocks :: Flashbacks-