AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Holiday. [HOT] [PV Sélène][TERMINE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
avatar
Sélène Mortiak


Messages : 269
Date d'inscription : 06/09/2016
Age du personnage : 26

Who Am I?
Birth place: France, Cannes
Je suis: râleuse, boxeuse et amoureuse
Song: Dangerous Women - Ariana Grande


MessageSujet: Re: Holiday. [HOT] [PV Sélène][TERMINE]   Jeu 17 Nov - 18:53

-Frêle, peut-être. Mais tu n'es pas sans défense.

Bonne réponse. S'il avait dit autre chose, je pense que je lui en aurait collé une. Ou pas. Il est bien placé pour savoir que je ne suis pas du genre à me laisser faire, j'ai mon petit caractère, et je peux m'énerver pour rien parfois. Mais dans ces cas la, il m'oblige à me défouler sur le sac plutôt que sur lui, à me fatiguer pour me changer les idées, et il réussi son coup à chaque fois. Je peux arriver à l'entrainement sur les nerfs et en ressortir toute joyeuse, juste parce que la pression est retombée. Sacré Amon, on peut dire qu'il a comprit comment je fonctionne.

En revanche moi, je ne peux pas en dire autant. Encore aujourd'hui il y a des choses que j'ignore sur lui, bien que dans l'ensemble, je sais quand il faut être sérieuse ou quand on peut "jouer". Et je pense que ces quelques jours en "tête-à-tête" vont me permettre d'en apprendre plus sur lui. Déjà rien que ce soir, je peux ajouter sur ma liste qu'il aime les bonbons, et qu'il veut tenter des nouvelles "expériences". Quoi de mieux que la danse pour rapprocher les peuples.

J'aime danser, et ce depuis toute petite. C'était une chose que je partageais avec ma mère, elle adorait me voir danser (même si à cet âge la, je faisais surtout la folle). Dès qu'elle était pas bien, je mettais un peu de musique et je bougeais mon corps dans tout les sens. Sa mort n'a pas changée ça. Mais de la à donner "cours", je pense qu'Amon me surestime. Cependant j'allais tenter le coup, je ne vais pas l'abandonner à son triste sort, je lui dois bien ça.

J'ai remarqué que quand quelqu'un danse, les autres ont plus facile à suivre, alors je mettais cela en application. Je dansais presque instinctivement, la musique étant le marionnettiste et moi son jouet. Amon me fit un joli compliment sur ma danse. Je m'approchais de lui, et si d'ordinaire je n'ose pas établir un contact physique avec quelqu'un (surtout un homme, et surtout Amon) de cette façon, ce soir j'étais totalement débridée. Alors mes mains se baladaient sur son corps, je sentais son pouls s'accélérer, ses muscles se tendre sous la pression.

Mais Amon n'est pas du genre à baisser les bras si vite. Il fini par se mouvoir, posant ses mains puissantes sur mes hanches, se rapprochant de plus en plus. Il bougeait encore timidement, mais il était déjà moins tendu. Mes mains caressèrent un instant le bas de son dos, avant que je ne m'écarte complètement de lui, marchant quelques pas à reculons. Je lui fis signe de me rejoindre, et quand il se rapprocha, je lui pris la main et fis un tour sur moi-même, me plaçant contre lui, ma main libre posée sur son ventre. Je le repoussais encore, mais nos mains jointes nous tiraient l'un vers l'autre. Mon but était de le faire bouger d'avant en arrière.

Il avait l'air de comprendre ce que j'attendais. En tout cas ce qu'il faisait était pas mal du tout, bien qu'il est encore un peu trop rigide. Il devrait bouger plus les hanches, mais je ne fis pas de commentaire.

" Tu te débrouille bien. Peu de technique mais beaucoup de volonté, j'ai l'impression de me revoir lors de notre première séance d'entraînement."

J'avais dis ça avec un sourire, car je ne n’oublierais jamais cette journée. Si aujourd'hui je boxe convenablement, ma progression me montre à quel point j'étais "brouillon" au début, tapant et bougeant au hasard, sans réfléchir. J'ai acquis de la puissance, de la souplesse et de l'endurance. Ces deux derniers me servent aujourd'hui même, dans ma danse.


"C'est la métamorphose.
Un matin on se lève et on comprend que dans le silence et la discrétion,
on est devenu quelqu'un d'autre"
- Virginie Despentes -


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Amon Sørensen


Messages : 571
Date d'inscription : 26/02/2014
Age du personnage : 31
Localisation : On the ring.

Who Am I?
Birth place: København, Danemark
Je suis: emmerdeur, fouineur, violent, incompris.
Song: Lost Cause - BleedingHeart


MessageSujet: Re: Holiday. [HOT] [PV Sélène][TERMINE]   Sam 19 Nov - 23:15



Holiday.
ft. Sélène Mortiak


Grâce à ses mouvements, les miens devenaient plus fluides. Elle m'encourageait du regard et je ne voyais pas de moquerie dans ses yeux, ce qui m'encourageait à me détendre et à bouger mieux. Il y avait quelque chose d'étrangement similaire entre la boxe et la danse... La violence en moins, peut-être... Mais quelque chose me disait que niveau défouloir, ça devait être sensiblement la même chose.

Je fermai les yeux et soupirai quand je sentis ses mains dans le bas de mon dos et que les frissons me remontèrent l'échine. Un kiné que j'avais du aller voir après une blessure lors d'un match il y avait de ça quelques années m'avait expliqué que tout était lié, dans le corps humain et que si j'avais des frissons à cet endroits là, maintenant, c'était parce qu'il y avait des tensions là où Sélène venait poser ses mains...

Mouais... ou pas...

J'étais sur un parking, en train de danser, seul en compagnie d'une très jolie femme qui semblait s'ignorer. Alors la cause de ces frissons n'était peut-être pas si transcendante que ça... Bien que je devais être un gars bourré de tensions sans s'en rendre vraiment compte.

J'avais à peine capté ce mouvement et mes mains étaient bien installées sur les hanches de Sélène que celle-ci décida de changer de pas. Et celui-là était amusant. Il consistait à l'éloigner l'un de l'autre pour mieux se rapprocher en se tenant par les mains. Pour suivre le rythme de la musique, je devais suivre la jeune femme, mais pour le reste, elle estimait que je ne me débrouillais pas mal.

Je rigolai lorsqu'elle évoqua notre première séance d'entraînement. Je l'oublierai jamais, celle-là ! Moi qui avait cru qu'après deux ou trois conseils, j'allais laisser la fille se démerder, j'avais été engagé comme prof en moins de temps qu'il n'en fallait pour le dire.

Et voilà où on en était : à danser sur le parking d'un hôtel à deux pas du Grand Canyon.

-J'ai moins de grâce que toi, même à ton premier jour...

Une façon détournée de lui dire qu'elle était belle ? Ouais. J'avoue. Mais pas tout haut.

Je continuai à danser, me laissant emporter par la jeune femme, suivant ses conseils aussi docilement qu'elle ne l'avait fait avec les miens dans la salle de sport durant ces sept dernières années. Puis au fil de la chanson, tout devenait plus naturel, et je dansais avec elle plus pour m'amuser que pour vraiment apprendre maintenant.

Je finis par la prendre par les hanches, la soulever légèrement pour la faire tournoyer sur un demi tour avant de la reposer pour continuer et tout ça en rigolant.

Jusqu'à ce qu'à la fin de la chanson, je ne sais trop comment, elle se retrouve coincée entre la carrosserie de la Mustang et moi, collée au véhicule comme à mon corps. Et mes yeux étaient plongés dans les siens. La chanson se fondit dans le silence, à l'heure qu'il était, il n'y avait plus d'animateur radio pour faire une quelconque émission. C'était une bande son qui passait...

J'allais rapprocher mon visage de celui de Sélène quand une nouvelle chanson démarra.



Je ne faisais plus attention à la musique et ne me rendis pas compte que le gars qui avait programmé cette bande son était nul en transition mais qu'en plus, on avait poussé le son de l'autoradio un peu fort...

Ce qu'un client de l'hôtel, ouvrant sa fenêtre, énorme et torse nu, ne manqua pas de nous faire remarquer, m'arrêtant brusquement dans mon mouvement. Juste à temps... ou pas.

-Hey ! Les jeunes ! Y a des gens qui essayent de dormir ici!

Je regardai le gars les yeux écarquillés de surprise, comme si ce gars me sortait d'un rêve... Je ne savais même pas encore quoi répliquer que l'homme avait déjà reclapé sa fenêtre...

Et c'est là que je me rendis compte que je collais Sélène contre la voiture, mon ventre contre le sien, mes mains sur ses flancs. Je m'écartai un peu, rigolant, un peu gêné. Tu fais quoi, là, Amon ?

-Bon... on va...

On va quoi ? Je rentrai dans la voiture pour couper la musique... Le vrai Amon était comme ça... Je ne voulais pas déranger les gens...

Je soupirai ensuite, ressortant de la voiture...

-Qu'est-ce que tu dirais d'aller voir à quoi ressemblent nos chambres, hein ? Puis peut-être dormir un peu.

@ Billy Lighter











AMON
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sélène Mortiak


Messages : 269
Date d'inscription : 06/09/2016
Age du personnage : 26

Who Am I?
Birth place: France, Cannes
Je suis: râleuse, boxeuse et amoureuse
Song: Dangerous Women - Ariana Grande


MessageSujet: Re: Holiday. [HOT] [PV Sélène][TERMINE]   Lun 21 Nov - 22:43

Il avait rigolé à l'évocation de notre rencontre, et j'étais contente de voir qu'il en gardait visiblement un bon souvenir. Quand on y pense, quelques échanges de mots et de baffes, et voila le résultat: deux personnes dansant sur un parking d'hôtel, tard le soir, comme deux fous.

-J'ai moins de grâce que toi, même à ton premier jour...

J'avais légèrement trébuché quand il m'avait dit ça. J'ai pas vraiment l'habitude qu'il me fasse de tels compliments, surtout pour me parler de ma personne et non de ma façon de boxer. Mais je me concentrais sur nos pas de danse, et je sentais qu'Amon commençait à s'amuser de plus en plus, à mesure que la chanson défilait des hauts-parleurs. Je ne l'avais encore jamais vu comme ça, cependant je m'y habituerais très facilement, car cette vision de lui me procurais beaucoup de bien.

Je sentis ses mains venir sur mes hanches, et sans aucune difficulté, il me souleva dans les air. J'avais posé mes mains sur ses épaules pour garder l'équilibre, sentant à travers son t-shirt ses muscles rouler sous sa peau, avant qu'il ne me repose au sol. On avait échangé nos places, la voiture se trouvais derrière moi, à quelques pas. Le temps que je baisse mon regard au sol, Amon m'avait plaqué à la voiture, son corps pressé contre le mien, ses mains toujours fixées sur mes hanches. Je relevais la tête pour croiser son regard, sérieux tout à coup, intense, et magnifique. Un frisson me parcouru l'échine, je pouvais le sentir jusqu'au bout de mes doigts.

J'avais l'impression que le temps s'était arrêté, que plus rien de bougeait, qu'il n'y avait rien à part lui et moi. Même la voiture et sa musique me semblait lointaine. Je ne sais pas trop ce que j'attendais, ou espérais. Mes doigts se refermèrent sur son t-shirt, et je me mordis la lèvre, avant de glisser mon regard vers les siennes, juste un instant, pour ne pas craquer sous l'envie.

C'est lui qui mit fin à cet arrêt sur image, rapprochant son visage du mien. Mais ce fût bref, car une voix d'homme me parvenais de plus haut, stoppant Amon dans son mouvement, et d'un même élan nous tournâmes la tête vers la source de ce cri. Un type torse nu braillait dans la nuit, mais je n'écoutais pas sa plainte, tournant mon regard vers mes mains toujours agrippées sur le torse d'Amon. Je sentis le rouge me monter aux joues, mais j'inspirais profondément pour me calmer, et diminuer les battements de mon cœur. Intérieurement, je pestais contre cet idiot de râleur qui avait briser... briser quoi, d’ailleurs? Je ne suis même pas sûre de ce qui allait se passer. Mon imagination, peut-être...

Il s'écarta, gêné, et je relâchais la tension dans mes doigts pour le laisser filer. Il avait amorcé un début de phrase, mais il était vite parti couper la musique dans l'habitacle, j'en profitais donc pour ramasser les cannettes que je déposais dans le coffre.

-Qu'est-ce que tu dirais d'aller voir à quoi ressemblent nos chambres, hein ? Puis peut-être dormir un peu.

Il avait retrouvé son ton habituel, alors j'en fis de même.

" Volontiers! J'espère juste que je ne t'entendrais pas ronfler à travers les murs."

De l'humour, juste histoire de penser à autre chose que ses mains sur mon corps et son visage si près du mien. Je vais avoir du mal à trouver le sommeil après ça. Je récupérais mon sac dans le coffre, et pris les cannettes qu'on avait bu pour les jeter dans une poubelle un peu plus loin. Je me rapprochais de la sortie du parking qui mène vers l'entrée, et j'attendis là qu'Amon revienne vers moi.


"C'est la métamorphose.
Un matin on se lève et on comprend que dans le silence et la discrétion,
on est devenu quelqu'un d'autre"
- Virginie Despentes -


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Amon Sørensen


Messages : 571
Date d'inscription : 26/02/2014
Age du personnage : 31
Localisation : On the ring.

Who Am I?
Birth place: København, Danemark
Je suis: emmerdeur, fouineur, violent, incompris.
Song: Lost Cause - BleedingHeart


MessageSujet: Re: Holiday. [HOT] [PV Sélène][TERMINE]   Mer 23 Nov - 14:59



Holiday.
ft. Sélène Mortiak


Je n'étais pas sûr d'avoir déjà remarqué que Sélène avait des yeux d'une couleur aussi atypique et belle. Jusqu'à ce que je me retrouve à deux doigts de faire quelque chose dont j'avais vraiment envie, peut-être depuis bien plus longtemps que je ne le croyais. Peut-être bien que c'était pas pour rien qu'Evy Fallen me revenait tellement bien. Peut-être que c'était parce qu'elle me rappelait Sélène, avec un caractère beaucoup plus merdique et trempé. Après tout, elles étaient rousses toutes les deux... Et s'amusaient à m'en mettre plein la tronche toutes les deux, bien que de façons bien différentes.

Mais ma relation avec Evy était différente de celle que je partageais avec la franco-américaine. Evy était une collègue et, si elle s'était rendue compte que je n'étais peut-être pas aussi méchant que je le laissais paraître, Sélène, elle, n'avait jamais eu à faire à ce personnage qu'était Amon Sørensen, le journaliste de L.A.People. Et du coup, tout était beaucoup plus vrai et beaucoup moins conflictuel, surtout.

Je fus cependant coupé dans mon élan par un morse qui, du haut d'une des fenêtres de l'hôtel, nous avait enjoint de faire moins de bruit. Et c'est en rougissant tous les deux en se rendant compte de ce qu'on était sur le point de faire qu'on s'était éloigné l'un de l'autre, moi pour aller éteindre la musique et elle pour aller ranger les cannettes dans le coffre de la Mustang.

Et je lui avais proposé d'aller voir nos chambres, d'abord incertain parce qu'un peu décontenancé, mais en retombant ensuite sur mes pattes. Et bordel qu'est-ce que j'avais chaud !

Je souris quand elle accepta et verrouillai la bagnole. Elle avait même ajouté un trait d'humour et le la regardai, baissant ma tête vers elle et faisant une moue comique.

-C'est ça, ouais.

Puis, désignant la fenêtre par laquelle l'énorme gars nous avait dit de nous calmer (ce en quoi, il n'avait pas tord parce qu'au moment où il avait gueulé, j'étais vraiment pas calme du tout).

-Prie plutôt pour ne pas avoir la chambre à côté de celui-là. Parce que lui, je parie qu'il ronfle!

Répondre à l'humour par l'humour, histoire de faire retomber un peu la pression, même si j'avais ressenti celle-ci comme positive.

On rentra dans l'hôtel. La réception était maintenant fermée. Je pris les clés que j'avais dans la poche et regardai les numéros qui étaient gravés dessus, tout en parcourant les couloirs. J'informai ensuite Sélène.

-On a les chambres 42 et 43...

Et une fois entre les deux portes, je pris une clé dans chaque main et plaçai ces dernières dans mon dos.

-On tire au sort.

C'était plus que probablement exactement les mêmes chambres, avec chacune une salle de bain privative équipée d'un jacuzzi, un lit deux personnes, une télé et un téléphone. D'autres infrastructures de détente étaient disponibles dans l'hôtel comme le sauna, la piscine, le bar ou la salle de jeux...

Sélène tira sa clé et puis on se retrouva comme deux cons l'un en face de l'autre. Et personnellement, après ce qui s'était passé (ou pas) sur le parking, je savais plus trop quoi faire... Alors je finis par hausser les épaules avec un sourire.

-Bonne nuit...?

@ Billy Lighter











AMON
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sélène Mortiak


Messages : 269
Date d'inscription : 06/09/2016
Age du personnage : 26

Who Am I?
Birth place: France, Cannes
Je suis: râleuse, boxeuse et amoureuse
Song: Dangerous Women - Ariana Grande


MessageSujet: Re: Holiday. [HOT] [PV Sélène][TERMINE]   Ven 25 Nov - 15:10

J'avais lancée une pique à Amon, le traitant de ronfleur, or j'en avais pas la moindre idée. J'espérais que non, ça aurait gâché son côté homme parfait. Mais il avait bien retourné la situation. Se baissant vers moi, il pointa du doigt la fenêtre du gros lard.

-Prie plutôt pour ne pas avoir la chambre à côté de celui-là. Parce que lui, je parie qu'il ronfle!

... Je ne préfère même pas imaginer le cauchemar.

" Si je l'entends encore une fois celui-la, je le mets K.O.!"

Qu'est-ce que je lui reproche? D'avoir gueulé dans le noir comme ça? D'être apparu torse nu, offrant une image peu joyeuse? Ou alors, parce qu'il avait stoppé net Amon? Pas la peine de me mentir, la troisième était la bonne. Mais pourquoi? Pourquoi j'étais aussi contrarié qu'Amon se soit arrêté? Pourquoi j'avais encore des frissons dans tout le corps? Ça ne mettais jamais arrivé avant quand.... Quand quoi? On n'a jamais été aussi proche lui et moi que se soir, surtout physiquement. Il n'a jamais été tactile avec moi, et depuis toujours j'ai pensé qu'il gardait une certaine distance avec moi, sans savoir pourquoi. Peut-être que... Non, laisse tomber, Sélène, tu te fais des idées.

Je suivais Amon jusqu’à l'hôtel, où j'entrais pour la première fois. Je n'avais encore jamais vu un endroit aussi illuminé. Je restais muette et immobile, jetant un regard de tout les côtés. Des fauteuils étaient installés en cercle de chaque côté de la réception, mais vu leur état parfait, ils ne doivent pas être souvent utilisés. Un panneau affichait tout les services que l'hôtel apportait, et je pu y lire "piscine, sauna, salle de jeux". "Centre équestre" ne m'aurait même pas choqué, tellement cet endroit semblait être le paradis sur terre.

" Tu crois qu..."

Mince, où est Amon? Je tournais la tête à m'en faire un torticolis, et le vis déjà marcher dans le couloir. Je le rattrapais en courant aussi discrètement que possible, même si le sol recouvert de tapis m'empêchait de faire du bruit. J'observais Amon, ou plutôt sa nuque, et j’eus une décharge dans la mienne. Je baissais vite mon regard, le suivant dans les couloirs, quand je le vis sortir deux clés de sa poche pour se diriger vers les bonnes chambres, la 42 et la 43. Une fois arrivé, il s'arrêta et je failli me cogner contre son dos.

-On tire au sort.

Face à moi, il cachait ses deux mains derrière lui. Je choisis la droite, celle avec laquelle il m'a frappé pour la première fois à la salle. Pas top comme souvenir, mais à voir où ça nous à mené, je me dis que peut-être c'est la bonne. La 42. Et maintenant? L'un en face de l'autre, à ne rien se dire, on devait être drôle à voir. Je regardais ma clé, cherchant quoi dire.

-Bonne nuit...?

Je souris et relevais mon regard jusqu'au sien.

" Bonne nuit, avais-je dis d'un air et d'un ton faussement joyeux et innocent, comme s'il ne s’était rien passé quelques minutes plus tôt. On se retrouve dans.... quelques heures au petit-déjeuner. Je te laisse le soin de nous préparer un super programme demain."

J'insérais ma clé et disparu dans ma chambre. Je m'adossais à la porte, honteuse de m'être comportée comme une gamine de 14 ans devant l'homme qu'elle aime, incapable d’aligner trois mots sans paraître ridicule et le laisser planté la, dans un couloir d'hôtel. Mais maintenant que j'étais toute seule, je regrettais déjà...


"C'est la métamorphose.
Un matin on se lève et on comprend que dans le silence et la discrétion,
on est devenu quelqu'un d'autre"
- Virginie Despentes -


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Amon Sørensen


Messages : 571
Date d'inscription : 26/02/2014
Age du personnage : 31
Localisation : On the ring.

Who Am I?
Birth place: København, Danemark
Je suis: emmerdeur, fouineur, violent, incompris.
Song: Lost Cause - BleedingHeart


MessageSujet: Re: Holiday. [HOT] [PV Sélène][TERMINE]   Ven 25 Nov - 17:47



Holiday.
ft. Sélène Mortiak


Sélène avait l'air d'en vouloir au gros morse qui avait gueulé par la fenêtre. Ouais... moi aussi je lui en voulais. Ce gros lard avait cassé mon effet, m'avait stoppé net dans mon élan et je n'étais pas sûr de pouvoir retrouver un bon moment pour remettre ça.

Et j'étais tellement perdu dans cette pensée frustrante que je n'avais même pas remarqué qu'à un moment donné, en marchant d'un pas décidé à l'intérieur de l'hôtel, j'avais un peu distancé la jeune femme de laquelle, pourtant, j'avais tellement envie d'être proche.

Une fois devant les chambres, je lui avais fait tiré la sienne au sort. Elle avait eu la 42, j'allais donc prendre la 43. Je lui avais alors souhaité la bonne nuit parce que, arrivé là, je ne savais plus trop quoi faire pour prolonger la soirée... Sans que ça ne paraisse trop rentre dedans...

Rien qu'à cette pensée, je me rendis compte que je n'en étais plus à me demander ce que je ressentais pour Sélène, mais comment arriver à le lui faire comprendre sans être ni grossier, ni plat, ni avoir l'air con, ni trop intrusif...

Bref, c'était compliqué.

Et puis, de toute façon, le temps que je me pose la question, elle avait pris congé, ce à quoi j'avais répondu par un hochement de tête distrait avant de me retrouver comme un con dans le couloir.

Maintenant qu'elle était dans sa chambre, je soupirai... Et voilà, t'es trop con Amon, mais surtout, t'as pas de couille.

Une chance que t'as 3 jours pour rattraper le coup...

Alors, je pénétrai dans ma chambre et refermai derrière moi. La première chose que je fis fut allumer la télé sur une chaîne qui passait je ne sais quoi comme night show. Je ne regardais même pas, je voulais juste un bruit de fond.

Je posai mon sac, y pris ce qu'il me fallait et me dirigeai vers la salle de bain. J'y pris mes quartiers, installant les quelques vêtements que j'avais pris avec moi et décidai de me déshabiller pour la nuit.

Je m'étais ensuite installé sur le lit, devant la télé, mais sans vraiment la regarder. Je me repassais en boucle le mouvement instinctif que j'avais eu, essayant d'imaginer ce que ça aurait fait si j'avais été jusqu'au bout.

Et là, les plombs sautèrent.

Plus de télé, plus de bruit de fond et plus de lumière...

-Et merde...

Je me relevai, fis le tour de la chambre, mais il n'y avait pas de tecot électrique pour remonter les fusibles.

J'étais prêt à me foutre au lit, à défaut de pouvoir faire autre chose... Quand je réalisai que la panne de courant était un prétexte vieux comme le monde, mais un prétexte quand même. Je voulais tenter de nouvelles expériences, non ? Sortir de la routine... Alors, fallait que je me bouge le cul.

Alors, je sortis de ma chambre pour aller frapper à celle de Sélène, toujours en boxer... Pas fait exprès...

Je l'interpellai à travers la porte.

-Sélène... Sélène ! T'as du courant toi ? Les plombs ont sauté dans ma chambre...

@ Billy Lighter











AMON
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sélène Mortiak


Messages : 269
Date d'inscription : 06/09/2016
Age du personnage : 26

Who Am I?
Birth place: France, Cannes
Je suis: râleuse, boxeuse et amoureuse
Song: Dangerous Women - Ariana Grande


MessageSujet: Re: Holiday. [HOT] [PV Sélène][TERMINE]   Ven 25 Nov - 21:24

J'entendis vaguement la porte de chambre d'Amon se refermer. J'étais encore adossée contre la mienne. Je pris une grande inspiration, et me dirigeais vers le lit, immense, une invitation au sommeil... et à autre chose. Je lançais mon sac dessus, de rage et de frustration, et le vidais de son contenu pour placer mes vêtements dans les placards. Je passais dans la salle de bain pour me préparer, et je remarquais qu'il y avait nos seulement une douche (et pas petite en plus, on y tiendrait à deux sans problème...) mais également un jacuzzi, tout aussi spacieux. Mon dieu.... je n'avais encore jamais vu un jacuzzi d'aussi près.

Je retournais dans la chambre et restais plantée devant le lit, le cerveau en ébullition. Je me demande vraiment à quoi ressemble le loft d'Amon. Sûre qu'il à un lit aussi grand que celui-la. Sa salle de bain? Pareil. A-t-il une salle de jeux lui aussi? Un sauna peut-être? Je sais même pas si c'est possible d'avoir tout ça dans sa maison, mais a voir la qualité de vie qu'il mène, je me doute bien qu'il n'a pas une vieille petite maison avec une chaudière capricieuse. Et je pari même que sa Mustang a une chambre pour elle toute seule. Pff, n'importe quoi, je perds la boule.

Je me déshabillais et restais en sous-vêtements, puis je m'affalais comme une crêpe sur le lit. Je pris la couverture contre moi pour me réchauffer et me réconforter. J'aurais dû écouter Amon et prendre mes peluches avec, je n'aurais pas été seule. Je crie Amon au secours car une araignée géante est dans la douche? Non, pas crédible, il sait que j'ai pas peur. Un intrus est passé par la fenêtre? Non plus, je l'aurais mit K.O. avant qu'il n'ai le temps de faire quoi que ce soit.

Je soupirais. Comme je l'avais dis, je ne trouverais pas le sommeil ce soir. Je ne suis pas fatiguée, j'ai bien dormi dans la voiture, mais attendre une heure raisonnable pour sortir faire quelque chose.... c'est trop long pour attendre et ne rien faire. J'allumais la télé, et je restais ainsi abruti derrière, repassant en boucle ce moment dans ma tête, où j'étais à deux doigts d'embrasser Amon. Ça y est, je l'ai dis. C'est bien ça qui allait se passer non? Qu'aurait-il pu faire d'autre? Collé ainsi contre moi...

Bon, faut que je fasse quelque chose! Je me levais et allumais les lumières de la chambre, toutes en même temps, même celles de la salle de bain. Je vais faire des abdos, et des pompes, puis peut-être aussi des squats, et... PAF. Plus rien. Merde... J'ai tout fait sauter. Je ne voyais rien, les rideaux étaient tirés donc même la clarté de la lune ne pouvait pas m'aider. J'étais face au lit, donc l’interrupteur est dans mon dos, près de la porte. Je me retournais, et au même moment, j'entendis Amon m’appeler de l'autre côté.

Mon cœur fit un bon de travers rien qu'a l'idée de savoir qu'il est derrière. Mais visiblement mon insomnie lui a causé des tords à lui aussi, car le pauvre n'avait plus de courant non plus. J'imagine que la chambre 42 et 43 ont le même réseau électrique. Je me dirigeais vers la porte à tâtons, et quand je sentis le bois sous mes doigts, je cherchais la poignée que j'actionnais pour ouvrir en grand ma porte.

Amon était la, devant moi, en boxer. Un simple boxer, rien d'autre. Un réflexe vieux comme le monde me fit baisser le regard pour le mater, admirant ses épaules larges, son torse musclé et... Bref, j'ai du faire de l'apnée quelques secondes car je repris mon souffle comme si je n'avais plus respiré depuis longtemps. Je me rappelais que j'étais en sous-vêtements moi aussi, et je remerciais ma bonne étoile pour m'avoir soufflé la bonne idée de mettre mon ensemble noir en dentelle, car je sais que je suis pas vilaine à voir ainsi.

" Moi aussi, je n'ai plus d'électricité. Je sais pas comment ça se fait, je ne sais pas où se trouve le.. le.. le panneau életique, électrique!"

Et voila que j'en perds mon vocabulaire. Mes yeux n'arrêtaient pas de passer de son visage à son corps, et je luttais pour les garder fixés sur le sol, mais j'avais du mal, beaucoup de mal...


"C'est la métamorphose.
Un matin on se lève et on comprend que dans le silence et la discrétion,
on est devenu quelqu'un d'autre"
- Virginie Despentes -


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Amon Sørensen


Messages : 571
Date d'inscription : 26/02/2014
Age du personnage : 31
Localisation : On the ring.

Who Am I?
Birth place: København, Danemark
Je suis: emmerdeur, fouineur, violent, incompris.
Song: Lost Cause - BleedingHeart


MessageSujet: Re: Holiday. [HOT] [PV Sélène][TERMINE]   Dim 27 Nov - 12:11



Holiday.
ft. Sélène Mortiak


J'avais appelé Sélène à travers la porte, lui demandant si elle avait du courant. Je ne m'étais même pas posé la question de savoir si elle dormait déjà (bien que ça aurait été très rapide) ou si elle était sous la douche ou autre. Je ne m'étais posé aucune question parce que je savais pertinemment que si je commençais avec ça, je n'irais nulle part. J'allais me coucher et rester là à regarder le plafond, sans bouger. Alors, j'avais foncé. Et tant pis. Au pire, ce qui se passerait ici, au Grand Canyon, resterait au Grand Canyon.

C'était la meilleure façon de penser parce que si je me mettais la pression, c'était foutu.

Sélène avait ouvert la porte et je fus surpris de la voir peu, mais magnifiquement habillée... J'avais plus l'habitude de la voir en survêtement de sport ou en tenue de ville on ne pouvait plus normale, bien qu'il ne fallait pas grand chose pour la mettre en valeur, qu'en sous-vêtements noirs très classes.

Heureusement pour moi, j'étais tellement surpris que, quand mes yeux la parcoururent de haut en bas, je devais avoir plus l'air comique que pervers. Mon cerveau eut une sorte de blackout de quelques secondes à tel point que je ne me rendis pas compte que c'était son cas à elle aussi. Même dans la pénombre due à la panne, ses cheveux et ses yeux semblaient rayonner. Sans compter que sa peau laiteuse laissait autour d'elle comme une aura douce et lumineuse.

Ou alors, c'était moi qui avait des hallucinations...

Ce fut la jeune femme qui brisa le silence. Nos chambres devaient disposer du même réseau, et c'était tant mieux. Elle disait ne pas trouver le panneau électrique. Je finis par me reprendre un peu pour lui sourire. Chercher le panneau électrique, il fallait que je m'accroche à cette idée concrète pour ne pas devenir complètement fou de la voir aussi belle.

-Attends... Je vais jeter un coup d’œil.

J'entrai à l'intérieur de sa chambre. C'était un petit pas pour l'humanité, mais un grand pas pour Amon Sørensen qui n'avait pas eu droit à ce genre d'expérience depuis un bail parce qu'il était trop couillon pour s'attacher à quelqu'un. Trop couillon de montrer qui il était vraiment à quelqu'un.

Parce qu'il fallait se l'avouer. Cela faisait 7 ans que Sélène et moi, on traînait ensemble. Si ça ne devait être qu'une attirance purement physique, on serait passé à l'acte depuis un bail. Et c'était très loin d'être le cas.

C'était peut-être l'effet Grand Canyon qui faisait que je ne m'en rendais compte que maintenant. Ou alors c'était parce que je n'avais pas la pression de L.A. et que je voulais être moi-même, ce qui impliquait que je devais laisser s'exprimer ce que je ressentais.

J'en savais rien. Tout ce que j'espérais, c'était que je n'étais pas en train de faire une connerie.

Heu... Quelle connerie, Amon ? Dans les faits, tu pars juste à la recherche d'un panneau électrique... Le reste est psychologique...

Ouais... Et hormonal aussi...

J'étais passé à côté de Sélène, la quittant des yeux à contre cœur. On y voyait pas grand chose, dans cette chambre. Alors, j'avais commencé par ouvrir les rideaux pour avoir un peu de la lumière venant de l’éclairage public à l'extérieur.

Je sentais la présence de Sélène dans mon dos alors que je cherchais, en tâtonnant, une boîte qui pourrait ressembler à ce que je cherchais, mais en vain.

Je me retournai alors vers la rouquine.

-Le panneau doit se trouver ailleurs, mais il n'y aura personne pour nous aider à cette heure-ci...

Mon regard bifurqua vers la salle de bain...

-C'est con... Sans électricité, tu peux même pas te faire un jacuzzi...

Puis, la regardant à nouveau alors que je rougissais. Heureusement qu'il faisait noir...

-Ton... Ta tenue te va très bien...

Je parlais beaucoup trop, non ? Beaucoup plus que je n'en avais donné l'habitude à Sélène en tout cas. Je m'approchai d'elle et jouai doucement avec une mèche de ses cheveux... Je voulais me retrouver aussi proche d'elle que je ne l'avais été sur le parking. Mais à ce moment-là, c'était venu naturellement et je cherchais désespérément à refaire la même chose consciemment.

-Oh et puis merde!

J'avais posé mes mains sur ses joues, encadrant son visage, et m'étais penché pour poser mes lèvres sur les siennes. Si elle me frappait pour ça, elle me frappait, mais qui ne tente rien n'a rien.

@ Billy Lighter











AMON
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sélène Mortiak


Messages : 269
Date d'inscription : 06/09/2016
Age du personnage : 26

Who Am I?
Birth place: France, Cannes
Je suis: râleuse, boxeuse et amoureuse
Song: Dangerous Women - Ariana Grande


MessageSujet: Re: Holiday. [HOT] [PV Sélène][TERMINE]   Dim 27 Nov - 21:35

On était tout les deux en mode bloqué visiblement, car il ne se passa rien pendant quelques secondes. J'avais dis alors quelque chose, pour remettre la machine en marche, surtout la mienne. En tant normal, j'aurais croisé les bras devant moi pour masquer un peu de peau, me cachant de la vue de la personne devant moi. Mais pas cette fois, j'avais envie qu'il me regarde, que je lui fasse autant d'effet qu'il en avait sur moi. Il avait réagi à mon intervention, me souriant avant de passer la porte pour entrer, laissant mon regard perdu dans le vide.

Même si on ne se toucha pas, je sentis un frisson me parcourir le bras, et mon cœur faire des bonds. Je refermais la porte, un peu décontenancée par toutes ces émotions nouvelles. J'avais 18 ans quand j'ai rencontré Amon, j'étais paumée, je cherchais juste un emploi, une bonne situation. Je passais mon temps à mettre de l'ordre dans ce foutoir qu'était ma vie, mais à chaque fois un ouragan passait et je pouvais tout recommencer. Il n'y avait qu'une seule chose qui ne bougeait pas. Amon.

J'étais une gamine, l'amour pour moi ne signifiait rien. Je n'avais encore jamais eu de petit copain, trop timide, et surtout je voyais en eux l'homme qui avait détruit ma mère. J'avais peur de vivre la même chose qu'elle, de perdre mon temps, de ne plus penser à moi, de me laisser faire comme une faible. C'était pour ne jamais l'être que je voulais apprendre à boxer. Je pensais que taper sur un sac était suffisant, que je serais forte rien qu'avec ça, que jamais je ne me ferais avoir par un homme. J'avais eu la prétention de dire que jamais je ne tomberais amoureuse.

Mais il avait fallu quelques mots de sa part pour briser toutes mes convictions.

Je le regardais ouvrir les rideaux, chercher un peu partout après cette foutue boîte électrique. Même si je le voyais de dos, je pouvais sentir ma peau bruler d'envie de toucher la sienne, mon cœur battait à mes tempes pour me convaincre de faire ce que je n'osais pas faire depuis longtemps, mes doigts picotaient au souvenir de s'être retrouvés collés contre son torse, et mes hanches avaient encore l'empreinte de ses mains. Je m'approchais de lui, incertaine de ce que je désirais de lui.

Il s'était retourné vers moi, et d'après ses dires, pas de panneau ici et personne pour venir régler le problème de lumière. Ça m'était égal. Mon corps ne réclamait pas de lumière.

-C'est con... Sans électricité, tu peux même pas te faire un jacuzzi...

Je lui fis un petit sourire, avant de me mordre la lèvre pour ne pas dire quelque chose que je n'assumerais pas.

-Ton... Ta tenue te va très bien...

Il s'était rapproché de moi, et avait prit une de mes mèches entre ses doigts. Je baissais le regard et tournais la tête vers sa main pour que ma joue et mes lèvres soient en contact avec sa peau. Cela me fit comme une décharge, mes mains en profitèrent pour se poser sur son ventre chaud. Je relevais à peine la tête, bloquée par ma peur de croiser son regard, mais ses mains se posèrent doucement de chaque côté de mon visage pour le relever. Il répéta le même geste qu'un peu plus tôt, collé contre moi, posée contre la voiture. Mais cette fois, rien pour stopper son mouvement.

Ses lèvres se posèrent sur les miennes, et je fermais les yeux, tandis qu'à l’intérieur de mon corps un Big Bang miniature se produisait. Je le lui rendis, timidement au début, mais j'en voulais plus. Mes mains glissèrent dans son dos pour le ramener vers moi, coller son ventre au mien, et j'en eus un léger gémissement. Il était chaud, et j'avais l'impression d'être un corps congelé qui recevais enfin de la chaleur. Mes doigts parcoururent ses côtes, son torse, passant sur ses tétons et remontant vers sa nuque, où enfin ils se mêlèrent à ses cheveux. Mon cerveau était au abonnés absent, car il n'y avait plus qu'un instinct primaire et animal pour animer mon corps ainsi.

Je m'abandonnais complètement, libérant tout ce que j'avais gardé en moi depuis si longtemps.


"C'est la métamorphose.
Un matin on se lève et on comprend que dans le silence et la discrétion,
on est devenu quelqu'un d'autre"
- Virginie Despentes -


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Amon Sørensen


Messages : 571
Date d'inscription : 26/02/2014
Age du personnage : 31
Localisation : On the ring.

Who Am I?
Birth place: København, Danemark
Je suis: emmerdeur, fouineur, violent, incompris.
Song: Lost Cause - BleedingHeart


MessageSujet: Re: Holiday. [HOT] [PV Sélène][TERMINE]   Mer 30 Nov - 15:09



Holiday.
ft. Sélène Mortiak


Je crois que c'est au moment où je la vis se mordiller la lèvre inférieure que je me décidai à faire quelque chose. Et mon compliment maladroit sur sa tenue ne m'avait pas suffit. J'en voulais plus et je ne voyais pas vraiment de bonne raison de m'en priver plus longtemps. Rien ne me retenait, pas vrai? Rien ne m'avait jamais empêché de faire ce que je voulais, ici, à L.A durant les onze dernières années. Et pourtant, je les avais tout de même vécues comme si j'avais toujours été sous la coupe de Lars... Mais faire de mon père le seul responsable de la vie solitaire que je menais était trop facile et hypocrite, il y avait aussi eu une autre raison qui m'avait empêché de construire quelque chose si loin de mon pays natal: j'avais toujours fait comme si j'allais pouvoir rentrer à la maison demain.

Et maintenant que mes lèvres étaient sensuellement soudées à celles de Sélène, une femme aussi déracinée que moi, je n'en étais plus si sûr.

J'appuyai notre baiser quand je la sentis, de ses mains dans mon dos, m'inviter à me coller à elle. J'obéis à ses attentes, docile, et eus le plaisir d'être avec elle, peau contre peau, pour la première fois depuis notre rencontre. Elle était douce, elle répendait tout autour d'elle comme une aura chaleureuse et ses mains dans mes cheveux me détendirent au point que je mis fin au baiser pour en profiter un maximum.

Pour lui faire comprendre que j'adorai ça et que je ne voulais pas qu'elle s'arrête, j'enfouis mon visage dans le creux de son cou et y déposais des petits baisers qui me permettaient de la goûter. Elle était chaude et sucrée.

Onze ans sans avoir droit à ne serait-ce qu'une caresse amicale ou amoureuse... C'était un fardeau que je ne me rendais compte d'avoir porté que maintenant que Sélène m'en débarassait.

La jeune femme s'abandonnait et, je la fis reculer doucement vers son lit où nous nous assayâmes maladroitement parce qu'aucune de nous deux ne semblait vouloir prendre le temps deux secondes de regarder où on allait, trop occupés à découvrir de nouvelles sensations.

Ce ne fut qu'une fois installés, assis sur le lit, que je pris le temps d'éloigner un peu mon visage du sien pour la regarder dans les yeux. Le reflet de l'éclairage public donnait au vert tirant sur l'émeraude de ses iris une lueur partculière d'autant qu'ils étaient brillants d'une fièvre seine, soeur de celle qui me prenait aux tripes en ce moment même...

Il ne nous restait pas énormement de vêtements pour cacher notre désir et le mien se voyait autant que je ne le ressentais chez Sélène... Je souris avant de l'embrasser encore, mes mains parcourant ses flancs recouverts du voile noire de sa nuisette qui la mettait magnifiquement en valeur.

Une fois allongés, je l'invitai à se coucher sur moi, remontant les voiles que je pouvais remonter, parcourant sa peau frissonnante du bout de mes doigts, lentement, doucement, sensuellement. Les yeux fermés, je voulais en profiter au maximum, parce qu'on ne sait jamais de quoi demain est fait. J'avais cru le savoir, et j'étais resté seul pendant onze putains d'années...

Je voulais peut-être aller trop vite, mais je voulais voir plus loin. J'avais été interrompu une fois dans ma lancée, sur le parking, et je n'avais aucune envie que ça se reproduise. Sélène seule avait le droit de m'en mettre une, si elle estimait que j'allais trop loin.

Car il n'était plus question de prof et d'élève, dans cette histoire... Nous étions égaux. Aussi surpris l'un que l'autre, probablement, de ce qui était en train de se produire.

@ Billy Lighter











AMON
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sélène Mortiak


Messages : 269
Date d'inscription : 06/09/2016
Age du personnage : 26

Who Am I?
Birth place: France, Cannes
Je suis: râleuse, boxeuse et amoureuse
Song: Dangerous Women - Ariana Grande


MessageSujet: Re: Holiday. [HOT] [PV Sélène][TERMINE]   Mer 30 Nov - 21:28

Notre baiser s'était approfondit lorsque nos deux corps se plaquèrent l'un à l'autre, s'emboîtant parfaitement. Mes mains continuait de caresser ses cheveux, et il aimait ça car il m'invita à continuer en écartant son visage pour m'embrasser dans le cou, plusieurs fois. Chaque petite pression sur ma gorge, accompagnée par son souffle, me procurais une myriade de frissons qui se répandirent dans tout mon corps, qui eu un tressaillement tellement s'était bon. Ma respiration s'accéléra légèrement, et je lui mordis l'oreille pour masquer mon exaltation, empoignant ses cheveux en arrière pour ramener sa bouche contre la mienne.

Je me donnais à Amon, il pouvait faire ce qu'il voulait, je n'attendais que ça. Je continuais de découvrir ses lèvres et leur goût, tandis que nous nous dirigions vers le lit d'un pas mal assuré. Il s'asseyait, m'entraînant avec lui, et je fini par me retrouver agenouillée près de lui. Son visage s'écarta quelques secondes durant lesquelles il m'observa avec ses yeux bleu illuminés par l'éclairage extérieur. Je ne sais pas ce qu'il pouvait pouvais bien voir dans mon regard, mais j'espère que toute mon désir et mon excitation transparaissaient dans le vert de mes yeux.

J'avais dis quoi, déjà? Que jamais je ne tomberais amoureuse? Ce n'est pas moi qui ai dis ça, en tout cas plus maintenant. Je comprends mieux pourquoi j'ai continué la boxe après avoir acquis une certaine expérience. On s'entraîne encore ensemble, mais pour moi c'est un prétexte pour le voir et le toucher, ne pas le perdre, et garder une place dans sa vie.

Je collais mon front au sien, effleurant sa lèvre de mon pouce, comme pour en dessiner chaque courbe dans mon esprit. Un sourire les anima, avant qu'elles ne viennent à nouveau bruler les miennes de passion. Mon corps ondula sous les caresses délicieuses de ses mains, ma nuisette formant la dernière barrière entre nos chairs.

Il finit par s'allonger, et j'admirais son corps ferme et lisse, ses muscles tendus roulant sous sa peau avec sa respiration plus rapide. Baissant le regard vers son boxer gonflé, je répondis à son invitation et vint me mettre à califourchon sur lui, passant une jambe de chaque côté de son corps, mon intimité posée sur le renflement de son vêtement. J'apposais mes mains au bas de son ventre, juste au dessus de son boxer, puis les fis avancer vers son torse, où je déposais plusieurs baiser, remontant vers son cou pour y enfouir mon visage et mordiller sa peau souple. Ce n'était pas un suçon, pas encore.

Je me retrouvais ainsi allongée sur lui, ma poitrine frôlant la sienne. Je basculais la tête sur le côté pour repousser mes cheveux, avant de l'embrasser tendrement, lentement, laissant ma langue chercher la sienne pour un baiser plus profond encore, comme si je voulais sonder son esprit et y laisser la trace de mon passage. Il remonta le tissu qui nous séparait, et ma peau fut animée de soubresauts tant le contact répété de ses doigts était doux et léger.

Je me redressais pour retirer d'un mouvement langoureux ma nuisette, pour faire monter le plaisir, révélant mon fin soutien-gorge qui se cachait encore en dessous. Je bougeais un peu les hanches, doucement, pour chauffer encore plus la zone sensible de son anatomie, qui est toujours cachée à ma vue. Je voulais inciter Amon à retirer les dernières étoffes qui me couvraient les zones les plus réactives de mon corps, d'autant plus que maintenant l'attache de mon soutien-gorge est libre d'accès. Je sentais entre mes cuisses un feu s'animer lentement suite aux tendresses qu'il m'offrait, et je compris que si nos derniers vêtements ne tombent pas bientôt, je ne resterais pas aussi gentille...


"C'est la métamorphose.
Un matin on se lève et on comprend que dans le silence et la discrétion,
on est devenu quelqu'un d'autre"
- Virginie Despentes -


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Amon Sørensen


Messages : 571
Date d'inscription : 26/02/2014
Age du personnage : 31
Localisation : On the ring.

Who Am I?
Birth place: København, Danemark
Je suis: emmerdeur, fouineur, violent, incompris.
Song: Lost Cause - BleedingHeart


MessageSujet: Re: Holiday. [HOT] [PV Sélène][TERMINE]   Ven 2 Déc - 13:13



Holiday.
ft. Sélène Mortiak


Tout en elle m'invitait à continuer : ses baisers langoureux et insistants, ses caresses encore un rien timides sur mon corps, son pouce sur mes lèvres et ses yeux verts au regard intense. Maintenant, je savais que j'avais le droit de ne pas m'arrêter. Elle ne me frapperait pas si je continuais, mais bien si je m'arrêtais.

Et je n'avais aucune envie de m'arrêter. Je n'étais même pas sûr que j'en aurais été physiquement capable.

Son corps ondulait, fluide, au passage des mes mains sur sa peau blanche. Je lui avais souris quand j'avais vu que son regard bifurquait vers mon boxer... Et avec quelques caresses bien placées, je m'étais allongé et l'avais invitée à s'installer sur moi. Et je ne pus retenir un long soupir d'aise et de plaisir quand je sentis sa chaude intimité caresser mon sexe encore emprisonné dans le tissu maintenant gênant de mon boxer.

Je voulais la sentir, toute entière, contre moi. Je voulais la faire exploser de plaisir et il semblait que ce soit plus que réciproque. On était sur la même longueur d'onde, encore plus que lorsque nous boxions... J'eus un léger soubresaut quand elle posa ses mains sur le bas de mon ventre, là où je sentais un feu brûler de passion pour la rouquine.

Quand son visage s’enfouit dans mon cou pour en mordiller puis sucer doucement la peau, me faisant rigoler et respirer fort en même temps, mes mains vinrent voyager dans ses cheveux un moment avant de remonter les pans de sa nuisette pour que je puisse sentir la chaleur de sa peau, en dessous.

Sa poitrine me frôlait, et même si c'était surtout le contact du tissu de son sous-vêtement que je sentais, ça n'en était pas moins prometteur et je fermai les yeux, dans l’expectative tout en profitant du moment présent, de sa langue qui jouait avec la mienne, comme si, nos vêtements nous empêchant de ne faire qu'un pour l'instant, on cherchait désespérément à trouver un autre chemin.

L'impatience prit le dessus et, alors que j'étais sur le point de tirer sa nuisette vers le haut pour l'en débarrasser, c'est Sélène qui se redressa pour l'enlever. Je me contentai alors de la regarder faire, d'admirer la moindre ligne de son corps qui se découpait dans la pénombre, éclatant grâce à l'éclairage extérieur. Je me mordais la lèvre inférieure sans me rendre compte qu’imperceptiblement, instinctivement, j'essayais de frotter mon sexe contre le sien alors que je commençais, même à travers nos vêtements, à la sentir humide.

J'avais l'impression de crever agréablement de chaud, d'ailleurs, une fine pellicule de sueur me recouvrait déjà. Je n'aurais jamais cru qu'elle me ferait autant d'effet. Elle avait d'abord été une élève, puis une amie, bien que je ne lui ais jamais dit mais toujours montré. Et maintenant, elle se révélait être une délicieuse amante... Elle n'était plus la jeune fille timide et paumée qu'elle avait été. C'était désormais une femme accomplie et forte et elle me donnait l'impression de vouloir me le prouver.

Idée à laquelle j'adhérais totalement.

Une fois qu'elle eut rejeté sa nuisette sur le côté, je me redressai légèrement, d'abord sur le coude et la regardai avec un air espiègle. Plus question de jouer les gênés maintenant, ni d'hésiter, on était trop loin déjà pour ce genre d'hypocrisie : j'avais envie d'elle, point.

Je murmurai :

-J'en veux plus.

Je me redressai alors encore plus, presque assis, mon torse contre sa poitrine et vins passer mes mains dans son dos pour faire sauter les attaches de son soutien-gorge et le faire ensuite glisser doucement le long de ses bras, la dévorant du regard et découvrant des parties de son corps que jamais en 7 ans, je n'avais encore eu le loisir d'admirer. Je laissai tomber le petit vêtement sur le lit et, après un regard gourmand, la serrai contre moi avant d'aller parcourir, de mes lèvres et de ma langues, ces délicieuses petites friandises au bout de ses seins.

Ce faisant, je l'allongeai sur le dos, me plaçant sur elle. L'embrassant et me soutenant sur une main, j'utilisai l'autre pour faire glisser le dernier morceau de tissu qui la couvrait le long de ses jambes.

@ Billy Lighter











AMON
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sélène Mortiak


Messages : 269
Date d'inscription : 06/09/2016
Age du personnage : 26

Who Am I?
Birth place: France, Cannes
Je suis: râleuse, boxeuse et amoureuse
Song: Dangerous Women - Ariana Grande


MessageSujet: Re: Holiday. [HOT] [PV Sélène][TERMINE]   Ven 2 Déc - 19:19

Je le sentait encore sur la réserve, comme s'il attendait de voir jusqu'où il pouvait aller avant que je ne le repousse. L'idée même de l'écarter de moi m'était inconcevable, déjà droguée par les sensations qu'il me faisait vivre. Au contraire, je le voulais proche de moi, tellement proche, que s'en était douloureux de devoir supporter ces vêtements qui empêchaient la liaison parfaite de nos deux corps. Après plusieurs années de frustration, à le voir distant et moi incapable de faire le premier pas, maintenant je voulais tout de lui.

Par mes caresses, mes baisers, mes mouvements, je voulais lui prouver que je lui était totalement acquise, qu'il n'y avait plus de barrière, je veux et je serais celle qui fera vibrer son être tout entier.

J'avais pressée ma féminité contre son boxer, enchantée d'en sentir le tissu tendu par l'excitation d'Amon,  qui expira un geignement de plaisir. Mais je n'allais pas m'arrêter là, j'allais lui donner tout et plus encore, jusqu’à ce qu'a la fin on soit totalement assouvi l'un de l'autre, du moins pour quelques heures. Son bas-ventre avait réagit à la caresse de mes mains, et j'avais continué d'explorer son corps, ne pouvant m'empêcher de goûter sa peau douce en lui suçant le cou. Il avait un goût salé, qui me donnait encore plus soif de lui.

Ses mains vinrent s’emmêler avec mes cheveux, avant d'aller danser sur mes côtes, de charmer ma peau qui ne se fit pas prier pour répondre à son contact, ma peau si incroyablement sensible en présence d'Amon, comme si elle tentait de fusionner avec la sienne. J'avais retiré ma nuisette pour lui offrir plus de surface à caresser, sentant son bassin se mouvoir légèrement, le regard absorbé par les lignes de mon corps.

Il se releva un peu, et je plongeais mes yeux dans les siens, malicieux. Il murmura quatre mots qui achevèrent d'humidifier mon intimité, accélérant les battements de mon cœur et ma respiration. Il se redressa contre moi, et je glissais mes mains dans ses cheveux, tandis que ses doigts pianotèrent sur ma colonne pour détacher mon soutien, qui glissa plus loin où il ne nous gênera plus, me soutirant un soupir de contentement.

Mes seins enfin libres, Amon les aguicha jusqu’à leur extrémité, ce qui me fit gémir et arquer la poitrine pour savourer chaque coup de sa langue humide, avant qu'il ne me couche sur le dos, se plaçant au dessus de moi, m'enveloppant de sa carrure et de ses bras. Il m'embrassa, mes mains vagabondaient sur ses épaules et son dos, où je sentais ses muscles se gonfler sous l'action de son bras libre qui s'appliquait à me retirer ma lingerie.

Je remontais les jambes pour lui faciliter la tâche, effleurant ses hanches, ses côtes, l'attirant à moi pour taquiner son sexe avec le mien, nu et mouillé. Je brûlais d'envie de l'avoir en moi, de le sentir bouger entre mes cuisses. Je l'obligeais à se redresser, à ce mettre debout, venant le rejoindre sur le sol froid. Ça ne durera pas longtemps, juste le temps de tirer son boxer vers le bas, libérant son membre aussi dur que mon intimité est souple.

Je me collais à lui, l'embrassant doucement et longuement, me frottant à lui pour laisser mon corps découvrir cette zone encore inexplorée. Je baissais une main vers nos bassins joint, touchant son sexe délicatement pour en étudier sa forme, sa taille, sa force.

Le souffle court, impatiente, je m'écartais à regret pour m'allonger lentement sur lit, contemplant toute sa virilité. Je remontais mes mains sur mon entrejambe, sur mon ventre et mes seins, le sollicitant de regard à venir me rejoindre, à prendre possession de ce que je lui donne. J'étais prête, mon corps n'attendait plus que lui pour être complet.


"C'est la métamorphose.
Un matin on se lève et on comprend que dans le silence et la discrétion,
on est devenu quelqu'un d'autre"
- Virginie Despentes -


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Amon Sørensen


Messages : 571
Date d'inscription : 26/02/2014
Age du personnage : 31
Localisation : On the ring.

Who Am I?
Birth place: København, Danemark
Je suis: emmerdeur, fouineur, violent, incompris.
Song: Lost Cause - BleedingHeart


MessageSujet: Re: Holiday. [HOT] [PV Sélène][TERMINE]   Lun 5 Déc - 17:28



Holiday.
ft. Sélène Mortiak


Alors même que Sélène devait avoir l'habitude de mes phrases courtes, celle que je prononçai, murmurant et le souffle court, n'eut pas moins d'effet sur la jeune femme dont je sentis le pouls accélérer d'un coup, de même que sa respiration. Quatre mots qui avaient comme enclenché quelque chose, nous propulsant jusqu'au point de non retour où le plaisir était tellement fort qu'on pouvait laisser de côté toute pensée cohérente ou négative.

J'avais échangé nos places pour, après avoir découvert les courbes de ses petits seins dressés d'excitation, levé le suspens sur les derniers centimètres carrés de son corps parfait encore dissimulés à ma vue. Je ne sentais chez elle plus aucune gêne, au contraire, c'était comme si elle voulait tout me montrer. Elle voulait que je la touche et je voulais la toucher, la caresser. Elle voulait que je la fasse se sentir femme et elle me persuadait de par ses gestes et ses gémissements encore légers que je serais à la hauteur.

Ses jambes caressèrent mes flancs, mes hanches, mes côtes, tandis que je lui retirais le dernier bout de tissu qu'elle portait. Je lui avais dit que sa tenue lui allait très bien, mais je la découvris encore plus belle alors qu'elle était dépourvue de tout atour. Juste avant qu'elle ne m'attire contre elle, juste après un long baiser échangé entre nous, mon regard l'avait parcourue de la tête aux pieds alors que je me soutenais au dessus d'elle. Je me découvrais capable de procurer du plaisir simplement en la regardant. Et je n'étais pas sûr que Sélène ait déjà été regardée comme je le faisais à l'instant, avec non seulement un désir non dissimulé, mais une douceur qui était des plus rares chez moi.

Elle m'attira à elle et je me laissai faire, soupirant d'aise en la sentant mouillée, chaude et souple contre moi alors qu'elle invitait mon sexe à faire connaissance avec le sien. Mais contrairement à elle, je n'étais pas encore tout à faire libre, ce qu'elle s'empressa d'arranger.

Elle me poussa en arrière alors que je voulais l'embrasser encore et encore, comme incapable maintenant de me détacher d'elle. Mais elle était exigeante, cependant et je finis par obtempérer pour me mettre debout. J'eus comme froid une seconde, avant qu'elle ne me rejoigne pour retirer mon boxer que j'envoyai valser d'un coup une fois qu'il fut à mes pieds. Elle se lova alors à nouveau contre moi et je l'accueillis dans mes bras pour réceptionner un baiser long et doux qui n'avait rien d'un baiser échangé entre deux amants occasionnels qui ne cherchent qu'une partie de jambe en l'air. J'avais déjà vécu ce genre d'expérience... Et ça n'avait rien à voir.

J'étais grand, elle était petite, et je sentais son ventre contre mon sexe durci... Notre baiser n'avait pas encore pris fin et, fermant les yeux, je sentis sa main nous caresser tous les deux alors qu'elle descendait, descendait, jusqu'à me couper le souffle de surprise et de plaisir quand elle me toucha sensuellement là où j'étais le plus sensible, raidissant bien d'autres muscles de mon corps et me faisant sourire en l'embrassant.

Le baiser prit fin, et je repris mon souffle qui restait tout de même celui d'un coureur de marathon, de même que les battements de mon cœur me faisaient penser que celui-ci allait se faire la malle... Amusé, je regardai Sélène s'éloigner de moi, se recoucher sur le lit sans jamais me quitter des yeux et se caresser elle-même dans une douce invitation à venir la rejoindre.

Je ne me fis pas prier deux fois.

Mais je ne me précipitai pas non plus.

Je m'approchai d'elle, au bord du lit, m'agenouillai presque devant elle comme si elle était une déesse que je vénérais, ce qui était un peu le cas là, tout de suite, et je vins d'abord caresser doucement son intimité de ma langue avant de remonter doucement, la caressant de tout mon corps au passage jusqu'à retrouver son  cou, son visage puis ses lèvres.

Et c'est en la regardant dans les yeux que je laissai Sélène m'accueillir doucement en elle, expirant lentement avant de poser mon front contre le sien et de commencer à aller et venir avec des mouvements sensuels.  

@ Billy Lighter











AMON
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sélène Mortiak


Messages : 269
Date d'inscription : 06/09/2016
Age du personnage : 26

Who Am I?
Birth place: France, Cannes
Je suis: râleuse, boxeuse et amoureuse
Song: Dangerous Women - Ariana Grande


MessageSujet: Re: Holiday. [HOT] [PV Sélène][TERMINE]   Mar 6 Déc - 20:04

Il trônait au dessus de moi, et il me regardait, de haut en bas. Cette position protectrice et possessive me tira un sourire, je pourrais l'admirer ainsi pendant des heures. Son regard était intense, brûlant, me touchant à travers ma peau pour laisser une marque ineffaçable sur ma chair de ce qu'il y a entre nous. Un tatouage ne pourrait être plus explicite.

Ses yeux m'apportèrent un message clair: ce qu'ils voyaient ne les décevait pas. Et j'avais la ferme intention de convaincre ses autres sens que jamais avant moi ils vivront une telle explosion de sensations, de chocs, une telle effervescence.

J'avançais ma main vers son visage, calquant ses formes et sa douceur sur le papier transparent qu'était mon âme, passant dans ses cheveux, lissant une mèche entre mes doigts, avant de lui réclamer encore un baiser. Je n'avais pas pu empêcher mon corps de se frotter à lui, cherchant à s'unir au sien, mais il restait un dernier ennemi à abattre. Je n’eus pas beaucoup d'effort à fournir pour débarrasser Amon de cette gêne que je pouvais imaginer, maintenant que son sexe est libre, qu'il devait se sentir fort à l'étroit. Il m'avait prit dans ses bras dans un geste tendre, m’enveloppant de sa chaleur et de son corps qui recouvrait parfaitement le mien, comme s'ils étaient fait pour s'emboîter. Il ne reste plus qu'une seule partie à joindre, et le puzzle sera complet.

Je découvrais de la main cette zone qui fait de lui un homme, lui procurant un plaisir non dissimulé que je pouvais sentir dans ses muscles contractés d'excitation, partageant leur désir avec les miens. Un sourire se dessina sur ses lèvres dont le reflet se posa sur mon visage, me suivant tout le temps que je pris pour m'installer sensuellement sur le lit, l'invitant à venir s'étendre sur moi pour un voyage loin du monde réel et solide, où les barrières physique ne sont que poussières.

Il s'approcha lentement, tel un félin en chasse, baissant la tête devant moi pour goûter de sa langue mon intimité, mon ventre, mon cou et mes lèvres, aguichant mon corps avec le sien. Nos yeux, miroirs du désir de l'autre, se firent face, et je le suppliais de ne plus me faire attendre plus longtemps. Ses caresses ont allumés un feu violent, dont les braisent coulent dans chacune de mes veines, embrasant mon être tout entier.

Quand enfin je sentis son sexe entrer doucement en moi, je laissais un long gémissement m'échapper, ma tête partant en arrière sous le coup de l'ivresse de ce contact physique interne, ou la peau fine et pure reste secrète, sensible. Il posa son front contre le mien, dans un geste doux, fermant les yeux. Je l'observais quelques secondes ainsi, les yeux mi-clos, heureuse de voir Amon sans masque, mais sous sa forme parfaite, naturelle, magnifique.

Son rythme lent de va-et-vient n'était que pour m'exciter davantage, il connait si bien mon corps qu'il sait comment le mener au supplice. Je remontais les jambes au dessus de son dos pour le faire venir plus profondément encore, pour l’amener à l'essence même de mon désir, à la source de tout mes plaisirs latents. Je bougeais lentement mon bassin pour intensifier les sensations qui se déversaient dans mon corps, me procurant une décharge jusqu'au bout des doigts.

Je repris possession de la bouche d'Amon, l'attirant à moi pour sentir son poids sur mon corps, sa peau contre la mienne. Plus aucun espace n'existait entre nous, nous étions complet l'un de l'autre. Je n'avais pas encore atteint le paroxysme de notre union, mais je sentais des petits spasmes agiter mes membres, mon esprit, mes sens, me promettant un septième ciel plus que satisfaisant. Il me tardait d'y être, alors je mouvais mes hanches plus rapidement, arquant le dos, stimulant Amon avec ma langue.

Il n'était pas question de dominant et de dominé, nous étions synchrones, en harmonie. Deux cellules différentes qui s'unissent pour former un tout, un nouveau, Nous.


"C'est la métamorphose.
Un matin on se lève et on comprend que dans le silence et la discrétion,
on est devenu quelqu'un d'autre"
- Virginie Despentes -


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Amon Sørensen


Messages : 571
Date d'inscription : 26/02/2014
Age du personnage : 31
Localisation : On the ring.

Who Am I?
Birth place: København, Danemark
Je suis: emmerdeur, fouineur, violent, incompris.
Song: Lost Cause - BleedingHeart


MessageSujet: Re: Holiday. [HOT] [PV Sélène][TERMINE]   Jeu 8 Déc - 15:01



Holiday.
ft. Sélène Mortiak


Nos préliminaires avaient été intenses autant que doux. Une découverte sensuelle d'une nouvelle facette qu'on se dévoilait l'un à l'autre. Et on en voulait plus, tous les deux, il fallait qu'on aille voir toujours un peu plus loin. Et il n'était pas question ici de challenge ou de domination, mais d'une complicité grandissante qui ne pouvait plus se contenter de conseils sur comment donner correctement un coup de poing...

Nous voulions apprendre tous les deux à connaître l'autre d'une toute autre façon et nous en étions arrivés à un point où c'était devenu un besoin physique. Le besoin de faire partie de l'autre, de ne faire qu'un.

Nous comblions ces envies avec des mouvement d'abord lents, intenses. Les jambes douces de Sélène vinrent se nouer autour de ma taille pour m'inviter à y aller plus fort, à venir chercher plus loin mon plaisir et toucher le sien. Quand j'eus l'impression de frôler le Nirvana, elle commença à bouger elle-même son bassin et mes gémissements de plaisir rejoignirent les siens qui ne faisaient qu'ajouter à mon excitation.

Elle vint rechercher mes lèvres et je lui rendis son baiser, y manifestant tout le plaisir que je ressentais maintenant que j'étais en elle, comblé par sa chaleur alors que chacun de des mouvements de son sexe provoquait une douce caresse qui embrassait le mien.

Quand elle accéléra le rythme, je fis de même et je dus mettre fin au baiser pour pouvoir respirer, les muscles de plus en plus tendus de plaisir. J'avais l'impression agréable que mon cœur était descendu en dessous de ma ceinture et j'espérais que Sélène pouvait sentir ces battements frénétiques qui étaient pour elle.

Alors qu'elle arquait le dos en arrière, offrant à ma vue et à ma langue les pointes délicieuses de ses seins, je m'appliquai à stimuler tous les points susceptibles de lui procurer du plaisir.

Quand je me sentis approcher de l'orgasme, je mis tout ce qui me restais dans les mouvements de mon bassin, me cambrant vers le haut en me soutenant sur mes bras, plus loin de Sélène, ne laissant pratiquement que nos intimités en contact. Ses petites contractions involontaires et ses gémissements qui ressemblaient de plus en plus à des cris d'extase (n'en déplaise à notre ami le morse) allaient finir par me faire flancher et mon souffle était on ne pouvait plus court.

Pendant un moment, aucun de nous ne sembla vouloir que ça s'arrête. On voulait comme faire durer le plus longtemps possible ce moment où le plaisir était à son paroxysme sans être déjà l'orgasme. Jusqu'au moment où je sentis Sélène se resserrer légèrement autour de moi et où un cri long des plus excitant franchit la barrière de ses lèvres. Il ne m'en fallut pas plus.

Manifestant moi aussi combien c'était bon, j'enfouis mon visage dans le cou de Sélène, donnant les derniers doux coups de reins alors que j'explosais en elle, le cœur palpitant d'émotions et des sensations qu'elle avait éveillées chez moi.

Je repris un rythme plus lent, comme si je n'avais aucune envie de m'arrêter, comme si je pouvais redémarrer directement pour un nouveau tour. Mais non, fallait pas rêver... La nature est mal faite, finalement...

A défaut, je vins embrasser tendrement Sélène tout en respirant plus profondément et en fermant les yeux. J'avais l'impression d'être complètement stone ou bourré. Mais je crois que pour la première fois depuis un bail, j'étais tout simplement heureux.

Mes mouvements ralentirent jusqu'à cesser totalement. Et je me couchai sur le flanc, l'entraînant doucement dans mon mouvement pour rester en elle, au chaud, là où j'étais en sécurité.

Je lui souris, les yeux mi-clos et dégageai son visage les mèches de ses cheveux flamboyants qui venaient lui titiller le bout du nez.

@ Billy Lighter











AMON
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sélène Mortiak


Messages : 269
Date d'inscription : 06/09/2016
Age du personnage : 26

Who Am I?
Birth place: France, Cannes
Je suis: râleuse, boxeuse et amoureuse
Song: Dangerous Women - Ariana Grande


MessageSujet: Re: Holiday. [HOT] [PV Sélène][TERMINE]   Jeu 8 Déc - 18:12

Mon corps était brûlant, traversé de tremblements et de spasmes, animé par un désir et une excitation des plus palpables. Je n'ai jamais été plus vivante qu'a cet instant, avec Amon près de moi, en moi.

Le rythme de nos frictions s'accéléra, et la jouissance que je sentais monter me fit cambrer le dos de plaisir. Ma poitrine ainsi offerte, il en profita pour titiller tous mes points sensibles, électrisant mes cellules comme un coup de foudre. Il se porta au dessus de moi pour concentrer toute son énergie dans son bassin qui bousculait sensuellement le mien, plus fort et plus rapidement. Ma matrice se resserrait autour de son sexe, ne voulant pas le laisser filer, et nos souffles se firent court, nos gémissements se répondirent, se calquant pour témoigner de notre plaisir commun.

Nous gardions le rythme ainsi, comme s'il était possible d'appuyer sur "repeat" pour ne jamais s'arrêter, mais nos deux corps chargés de passion manifestèrent leur arrivée à l'orgasme. Il ne m'en fallu pas plus pour libérer un cri de délectation. Comme une horloge bien réglée, Amon posa sa tête contre moi, dans le creux de mon cou, déversant tout son désir entre mes jambes. J'enfonçais mes ongles dans la peau de son dos quand je sentis mon intimité se remplir de son offrande, tandis qu'un dernier spasme me secoua. Toutes les tensions de nos corps disparurent, et un calme serein s'empara de nous.

L'éruption qui avait ébranlée nos sens se calma, mais ses caresses intimes ne cessèrent pas immédiatement. Il m'embrassa doucement, nos deux souffles se firent plus long, comme si nous avions été privé d'air pendant longtemps. Il fini par s’arrêter, se couchant sur le côté en m'entraînant avec lui pour ne pas briser notre union tout de suite. Mes cheveux glissèrent sur mon visage, Amon prit soin de les écarter, sans quitter mes yeux du regard. Je lui souris en retour, heureuse. Je m'approchais de lui pour mordiller son menton, pour déposer un baiser sur son cou, pour me blottir dans ses bras. Je joignais mes deux mains sur son torse, juste au dessus de son cœur dont les battements sont encore perceptibles sous la paume de ma main, caressant sa peau de mes doigts.

Je lui aurais bien dis trois petits mots très important, mais il était encore trop tôt. Je n'avais aucun doute sur mes sentiments, mais nous venons à peine de nous trouver, de nous découvrir l'un l'autre autrement qu'en boxant. Je le lui dirais, un jour, au bon moment. Pour l'instant, je compte bien profiter des ses vacances, de l’hôtel, et d'Amon. En trois jours, nous avons tout le loisir de joindre nos corps autant de fois qu'il faudra. D'ailleurs, j'ai une petite idée de ce que je lui proposerais avec le jacuzzi...

Il n'y avait aucun bruit autour de nous, seule la respiration douce d'Amon berçait mon esprit, son souffle glissant sur mes cheveux comme une caresse. Mes yeux se ferment tout seul, finalement je n'aurais aucun mal à dormir ce soir.


"C'est la métamorphose.
Un matin on se lève et on comprend que dans le silence et la discrétion,
on est devenu quelqu'un d'autre"
- Virginie Despentes -


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Amon Sørensen


Messages : 571
Date d'inscription : 26/02/2014
Age du personnage : 31
Localisation : On the ring.

Who Am I?
Birth place: København, Danemark
Je suis: emmerdeur, fouineur, violent, incompris.
Song: Lost Cause - BleedingHeart


MessageSujet: Re: Holiday. [HOT] [PV Sélène][TERMINE]   Mar 13 Déc - 13:55



Holiday.
ft. Sélène Mortiak


J'aurais cru être pris de culpabilité directement après, commencer à cogiter sur le moyen de m'en sortir, de fuir... Mais non, cela ne se produisit pas. Et pourtant, je savais très bien que nous n'allions rester que trois jours ici, loin de l'effervescence de Los Angeles. Je ne pourrais pas cacher Sélène éternellement à la face du monde. Ce ne serait pas juste pour elle, même si, me connaissant, j'allais essayer. Cela dit, elle avait un sacré caractère et si ça tombait, elle allait vivre tout ce que ça allait impliquer bien plus facilement que moi.

Si j'avais arrêté de penser le temps de nos ébats, la machine était maintenant remise en route alors que j'écartais les mèches de cheveux du visage de Sélène. Elle finit par me sourire, comblée, heureuse.

Et c'est pour ça que je ne culpabilisais pas comme je m'étais pourtant attendu à le faire. Ce qui venait de se passer n'était en rien une folie passagère ou l'excitation de ces vacances improvisées.

C'était l'expression de quelque chose qu'on couvait tous les deux depuis bien trop longtemps. Et ici, loin des espions de la grande ville dans laquelle nous étions des exilés, on avait laissé libre cours à nos sentiments.

Elle me mordilla le menton, me chatouillant, avant de m'embrasser dans le cou et je rigolai de la voir aussi joueuse. Je lui volai encore quelques baisers en retour, la laissant s'endormir, blottie, nue, contre moi.

Il me fallut un peu plus de temps, mais pas pour réfléchir à comment fuir ou comment m'excuser auprès d'elle de nos actes. Non... Je réfléchissais à comment on allait gérer ça une fois rentré à L.A tout en caressant son dos nu du bout des doigts et en admirant son calme.

Je finis par m'endormir sans avoir trouvé la solution. Mais il me restait encore trois jours.

Trois jours où je ne réfléchis au final pas énormément. Entre les séances de jacuzzi, profiter de la chambre de Sélène (l'autre ayant été laissée totalement à l'abandon une fois que j'avais été y récupérer mes affaires), profiter de la piscine aux heures où tous les touristes marchaient le long du Grand Canyon, on passa plus de temps à se détendre, à profiter l'un de l'autre qu'autre chose.

Je laissais aux autres les paysages désertiques du coin, les longues marches fatigantes. J'avais, à l'hôtel, d'autres paysages à explorer et un sport bien plus amusant que la marche à pratiquer, le tout en excellente compagnie.

Mais on ne pouvait quand même pas partir sans avoir vu le Grand Canyon et, au final, nous ne sommes réellement sortis de l'hôtel qu'une seule fois, main dans la main. La terre rouge du Grand Canyon me donnait l'impression que Sélène était directement issue de celle-ci...

Et une fois au sommet, j'avais volé un long baiser à la franco-américaine... Nous avions posé les premières briques de quelque chose qu'au fond de moi, j'espérais solide.

Mais je savais que si ça ne plaisait pas à L.A., elle serait la plus efficace des démolisseuse...

Sans compter mes ennemis...

@ Billy Lighter











AMON
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Holiday. [HOT] [PV Sélène][TERMINE]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Holiday. [HOT] [PV Sélène][TERMINE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» Napoléon à Sainte Hélène
» [Salle à manger]Petit diner entre amis [TERMINE]
» Hélène GRIMAUD
» [THEME] Baiser volé [TERMINE]
» Les histoires d'amour finissent mal, en géneral...[FB 1753] [TERMINE]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: L.A Rocks :: L'étranger :: USA-