AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 I Don't Give A Shit [PV Sonne][TERMINE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Amon Sørensen


Messages : 808
Date d'inscription : 26/02/2014
Age du personnage : 31
Localisation : On the ring.

Who Am I?
Birth place: København, Danemark
Je suis: emmerdeur, fouineur, violent, incompris.
Song: Lost Cause - BleedingHeart


MessageSujet: I Don't Give A Shit [PV Sonne][TERMINE]   Jeu 13 Sep - 19:19



I Don’t Give A Shit
ft. Sonne Moriarty


J’avais l’impression d’être un putain de psychopathe.

Et pourtant, j’arrivais pas à m’en empêcher.

Numéro 1, je n’étais pas encore parti profiter des joyeusetés et autres accidents de bagnoles stoniens sur la tournée, pas plus que je n’avais été voir du côté de Roadtramp ce qui se tramait et de toute façon, les fans de L.A.People n’était pas forcément fan des métalleux… Par contre, Ricci faisait sûrement des conneries et j’étais en train de les rater.

Autant dire que mon boss râlait plein tube.

Mais j’avais dit que je ne pouvais pas partir pour obligations personnelles, prenant le risque qu’il mette quelqu’un d’autre sur le coup. Soit. C’était un risque qu’avec ma renommée, je pouvais me permettre de prendre.

Numéro 2, je partais, tous les matins, de mon loft de Downtown pour aller travailler chez L.A.People (sur Dowtown), en faisant un détour par Beverly Hills. C’est normal, docteur ? Non. Ce n’est pas normal.

Mais je n’arrivais pas à m’en empêcher.

Numéro 3, je sonnais tous les jours chez Guitar&Pen, en donnant des faux noms et en demandant si Axel Moriarty était au bureau (vu qu’il avait changé son numéro de téléphone, apparemment) et chaque fois qu’on me transférait, je raccrochais pendant la musique d’attente. Cela voulait dire qu’il n’était pas encore parti en tournée.

Heureusement, il n’y avait pas de numéro 4.

Jusqu’au jour où j’étais passé, le matin en allant au bureau, devant chez Sonne et que la foutue bagnole de Moriarty n’était pas dans l’allée. J’avais observé la villa pendant quelques minutes, depuis ma voiture, en me rongeant les ongles.

Le fait que la voiture ne soit pas là ne voulait pas dire « charrette »…

Mais je n’en pouvais littéralement plus. De toute façon, Moriarty savait, après tout !

Alors merde.

J’étais sorti de ma voiture, avait traversé la rue et avait tambouriné à la porte, oubliant complètement que la villa était pourvue d’une sonnette.

Oubliant aussi complètement qu’il y avait peut-être encore trois enfants en bas-âge qui dormaient dans la demeure.

Faisant complètement abstraction que si Sonne était seule, entendre frapper de la sorte à la porte pouvait lui faire très peur au point qu’elle ne vienne pas m’ouvrir.

Mais quand la porte s’ouvrit sur elle, je fis un pas en avant et sans rien dire, l’enlaçai et l’embrassai… Sans me demander une seconde si, elle, notre relation l’arrangeait toujours ou non. Je l’embrassai fougueusement, faisant aussi complètement abstraction de l’éventuel voisinage puisque la porte d’entrée était ouverte juste derrière moi.

Quand nos lèvres se descellèrent, je la regardai dans les yeux.

-Il a changé votre numéro de téléphone. Tu sais ça ?

@ Billy Lighter



I'm a nightmare, a disaster, That's what they always said ©️ Simple Plan
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sonne Moriarty


Messages : 500
Date d'inscription : 12/11/2016
Age du personnage : 22
Localisation : All around the world

Who Am I?
Birth place:
Je suis:
Song:


MessageSujet: Re: I Don't Give A Shit [PV Sonne][TERMINE]   Ven 14 Sep - 3:07



I Don’t Give A Shit
ft. Amon Sørensen





L’appel de Daniele m’a complètement scié les jambes. Je commençais à peine à retrouver un certain équilibre dans ma vie de femme, de mère et d’épouse que mon patron m’appel à sa rescousse ce qui implique de le rejoindre en Europe le plus rapidement possible. Je n’ai pas encore trouvé la force d’en parler à Axel qui déploie lui-même de grand effort concilier travail, mariage et famille. Accéder à la requête de mon patron reviendrait à tirer à bout portant sur le fil qui empêche encore notre couple de sombrer.

Ou pas.

Je n’en sais trop rien, je ne suis plus certaine de rien.

Depuis que je suis rentrée à la maison avec nos filles, je me suis efforcée de garder mes œillères bien droites pour m’empêcher de regarder ailleurs, voir si le gazon ne serait pas plus vert. J’ai gardé ma tête bien haute et j’ai fait en sorte que tout soit fait et bien fait. Une femme exemplaire qui ne cède pas à ses pulsions infidèles en sautant sur la première occasion d’appeler son amant à sa rescousse.

Cette histoire, je dois me rendre à l’évidence, est bel et bien terminé.  Je n’ai plus de nouvelle d’Amon depuis notre dernière rencontre, je n’ai pas la force de le contacter et, de toute façon, il n’a pas essayé de le faire... qu’en sais-je ?  Notre numéro a été changé, la maison était jusqu’à tout récemment gardé telle une vraie forteresse par Heather et je n’ai pour ainsi dire jamais été vraiment seule. Si ça se trouve, Amon à eu l’audace de se présenter ici et se sera heurter à Axel qui serait que trop fier pour m’en tenir informé, avec raison.

Ce matin, Axel est partit un petit peu plus tard que ces dernier jours. J’ai eu le temps de prendre une douche et de passer autre chose qu’un vieux pyjama. Je prévois sortir après la sieste d’avant-midi  faire une petite promenade au parc. Il fait très beau et la température est confortable. Je me réjouis déjà d’aller prendre l’air et j’en suis à préparer mon arsenal de combat (couches, préparation en poudre, bouteilles d’eau stérilisées, lingettes, couvertures, crème enfin,  tout ce que je pourrai avoir besoin) quand on tambourina à ma porte, me faisant sursauter.

- Mademoiselle Crane…

Qui d’autre qu’elle pourrait venir chez moi et frapper à ma porte en mode panique ? Elle doit vouloir plaider sa cause et me supplié de tenter l’impossible pour la faire entrer dans les bonnes grâces de Daniele Ricci.  Seulement, la demoiselle est toute menue, avec autant de force qu’un chaton famélique. Je la vois mal s’attaquer à ma porte de cette façon.

Un fou?

Un artiste mécontent d’une critique d’Axel ?  

River Moriarty.

À cette dernière pensée, j’en déglutis et je recule d’un pas en me retenant contre le comptoir de la cuisine et cherche de la main, n’importe quoi pour me défendre. Une banane.  J’aurais éclaté de rire si je n’étais pas morte de trouille.

Si il ou elle continue de frapper, l’individu va finir par réveiller les bébés.

- Fais une femme de toi, Sonne !

Je m’empare quand même de la banane puis je dirige vers la porte. Si je suis vraiment en danger, je pourrai toujours lui lancer la peau de la banane et le faire glisser. Avec un peu de chance, River ou qui que ce soit glissera et se heurtera la tête. J’ai beaucoup trop d’imagination qui me sert au final, strictement à rien…

- Oh ! Amo…

Je me retrouve dans les bras d’Amon, et la banane sur le plancher. Avant même de réaliser vraiment ce qui est entrain de produire, mon amant m’embrasse à pleine bouche, avec fougue et passion. Un baiser comme je n’en ai plus eu depuis longtemps. Un baiser dont j’ai rêvé et espérer, égoïstement.  

Amon s’écarte, j’ai la tête qui tourne.

‘’ Il a changé votre numéro de téléphone. Tu sais ça ? ‘’

J’ai la gorge nouée, l’impression d’un trou énorme dans le cœur.  Je suis incapable de parler pourtant je voudrais lui dire tant de choses.  Mon menton tremble, ce n’est qu’une question de seconde avant que je n’éclate.

Je voudrais lui hurler ‘’ Pourquoi maintenant ? Pourquoi avoir attendu si longtemps ? Pourquoi tu me fais ça ?’’

Et s’il ne l’avait pas fait, j’aurais voulu savoir pourquoi pas maintenant ? Pourquoi attendre si longtemps ?  Pourquoi il ne le ferait pas ? Je n’ose même pas le regarder. Je me détourne de lui, serrant mes bras sur ma poitrine, la tête basse, je cherche mon souffle.  C’est fou tout ce qu’un baiser peu faire comme ravage dans le cœur et la tête d’une femme.

Puis je fais volte face et reviens sur lui avec la même fougue qu’il s’est jeté sur moi quand j’ai ouvert la porte.  


@ Billy Lighter






I wanted you to give me
Something unbelievable
All I got was almost
Instantly forgettable
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Amon Sørensen


Messages : 808
Date d'inscription : 26/02/2014
Age du personnage : 31
Localisation : On the ring.

Who Am I?
Birth place: København, Danemark
Je suis: emmerdeur, fouineur, violent, incompris.
Song: Lost Cause - BleedingHeart


MessageSujet: Re: I Don't Give A Shit [PV Sonne][TERMINE]   Sam 15 Sep - 16:09



I Don’t Give A Shit
ft. Sonne Moriarty


J’avais pas réfléchi, ne répondant qu’à mes pulsions incontrôlables et j’avais embrassé Sonne… Sans l’emprisonner toutefois puisqu’une fois le baiser brisé, elle put sans effort se détourner de moi, faisant battre mon cœur plus vite et plus fort si c’était possible… Sauf que ce n’était plus de ce que je ressentais pour elle.

Mais de la peur que ce soit terminé et que je ne m’en sois pas rendu compte.

Et ce furent les deux ou trois secondes les plus longues de mon existence.

Avant que Sonne ne se retourne. Je m’attendais presque à ce qu’elle me demande de m’en aller. Mais au lieu de ça, elle se jeta sur moi pour un nouveau baiser. Je refermai les yeux, aussi soudainement rassuré que je n’avais commencé à paniquer…

J’entrai plus avant dans la villa, la faisant reculer du même coup et fermant la porte d’un coup de pied derrière nous.

Une de mes mains se perdit dans ses longs cheveux blonds, mon cœur battait à tout rompre contre sa poitrine et mon autre main était dans le bas de son dos.

Mais on ne pouvait pas reculer à l’aveuglette indéfiniment comme ça. Enfin, elle peut-être parce qu’elle connaissait sa maison, mais moi pas.

Alors je mis doucement fin au baiser, essayant de me reprendre, les yeux mi-clos, mes lèvres caressant, effleurant encore les sienne, mon nez jouant avec le sien.

-Je suis désolé… je devrais pas être là… je prends un risque inconsidéré…

Un risque qui l’impliquait surtout elle, je n’avais pas de mariage, ni quatre enfants en jeu.

Je l’embrassai encore…

-Mais tu m’as manqué… J’en pouvais plus…

Je mordis ma lèvre.

-J’étais en train de devenir cinglé… Un vrai psychopathe.

Je me penchai légèrement la soulevai contre moi, le portant avant de lever mes yeux vers elle.

-Je devrais même être en tournée à l’heure qu’il est… Mais j’aurais pas su partir sans t’avoir revue avant.

Je lui souris.

-Comment tu vas ?

@ Billy Lighter



I'm a nightmare, a disaster, That's what they always said ©️ Simple Plan
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sonne Moriarty


Messages : 500
Date d'inscription : 12/11/2016
Age du personnage : 22
Localisation : All around the world

Who Am I?
Birth place:
Je suis:
Song:


MessageSujet: Re: I Don't Give A Shit [PV Sonne][TERMINE]   Dim 16 Sep - 23:07



I Don’t Give A Shit
ft. Amon Sørensen





La présence d’Amon me bouleverse, je ne peux pas le nier.  C’est comme s’il venait d’envoyer une boule de quille au travers du jeu que je viens à peine de remettre en place. Je n’ai même pas eu le temps de contempler le portrait que tout vient d’être envoyer en l’air. Je ne lui en veux pas. Ou alors je lui en veux de ne pas l’avoir fait avant.

Je ne parviens même pas me distancer de lui. À peine ai-je fais trois pas de reculons, aussitôt je reviens vers lui et l’embrasse avec la même fougue qu’il m’a servi. C’est bon, plus que dans mes souvenirs.  Nos lèvres, sans totalement se désunir laissent passer ses aveux, ceux d’un amant qui n’en pouvait plus de se languir.

- Je t’ai espéré, jusqu’à en avoir mal…

Je n’ose pas le regarder dans les yeux. Je me sens coupable de l’avoir laisser sans nouvelle aussi longtemps. De l’entendre m’avouer tout ça,  le sentir par la façon dont il m’étreint puis me soulève à quel point la situation le rendait dingue retourne le couteau dans la plaie. Je passe mes doigts sur sa joue avant de pencher ma tête et enfouir mon visage dans son cou.

- Je crois que je vais bien.

Quel importance, comment je vais ?  Comment lui il va m’importe plus que ma petite personne. Je suis encore sous le choc de sa présence ici quand je reviens sur mes pieds et l’entraîne au salon. C’est plus sage, je crois, que de continuer à se rapprocher de l’escalier.  Je désigne à Amon le fauteuil pour qu’il s’y installe bien que je nous sente tous les que trop instable pour tenir assis ou debout trop longtemps.

- Je ne pouvais pas te contacter. Les bébés… Axel…

J’ai tenue ma place, j’ai joué mon rôle, renfermant mes sentiments à double tour comme je me le suis promis le jour où nous sommes allés chercher les filles à l’hôpital. Puis la surveillance quasi paranoïaque de ma belle mère à mon endroit à fini par me confiner dans un moule portant sa signature. Bien qu’elle soit retournée chez elle, je suis resté coincé dans mon cadre d’épouse modèle.

Peut-être aussi que j’y ai trouvé une certaine parade. Peut-être qu’au fond, ça m’arrangeais bien de faire profil bas.

La profondeur du regard d’Amon, son visage arborant des traits tirés, ses yeux cernés,  ses cheveux en bataille, sa mâchoire couverte d’une barbe de plusieurs jours.  Chacun de notre coté avons vécue une séparation involontaire.

Involontaire mais nécessaire, ne serait-ce que pour lever le voile sur certaine choses que nous ne savons pas nommer.

- Daniele Ricci m’a demandé de le rejoindre le plus tôt possible.

C’est tout ce que je peux dire, et, je crois, veux tout dire.

S’il part en tournée, s’il va lorgner du côté de Sanitarium Tour, qui sait ce qui pourra se produire, sous le couvert d’une chambre d’hôtel anonyme, perdu dans une ville par mis tant d’autre.

- Je te demande pardon, Amon ! J’aurais dû trouver une façon de te contacter, mais je ne savais pas, après autant de temps, si tu espérais encore de moi.

Nous sommes qu’amants… ne nous avons pas toujours dit qu’aucuns sentiment n’entraient en jeux ?  Que nous deux ce n’était que sexuel, une façon de combler un manque et que c’était bon pour le temps que ça durerait ? Si c’était vrai, si aucuns sentiments ne seraient en jeu, nous n’aurions pas cette conversation… parce qu’Amon, tout comme moi, serait passé à autre chose comme on change de chaussettes.

L’option salon n’aura en rien freiné  ce que je ressens, relevant mon chemisier pour le faire passer par-dessus ma tête, invitant sans prononcer un seul mot Amon à en faire autant jusqu’à ce que, à demi-nus, nous retombions dans les bras l’un de l’autre.


@ Billy Lighter






I wanted you to give me
Something unbelievable
All I got was almost
Instantly forgettable
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Amon Sørensen


Messages : 808
Date d'inscription : 26/02/2014
Age du personnage : 31
Localisation : On the ring.

Who Am I?
Birth place: København, Danemark
Je suis: emmerdeur, fouineur, violent, incompris.
Song: Lost Cause - BleedingHeart


MessageSujet: Re: I Don't Give A Shit [PV Sonne][TERMINE]   Lun 17 Sep - 19:30



I Don’t Give A Shit
ft. Sonne Moriarty


Sonne était revenue vers moi pour me rendre mon baiser au centuple et je nous avais coupés du monde d’un coup de pied. A ce train-là, on allait monter les escaliers en vitesse et j’en étai au point où j’en oubliais carrément que Sonné était désormais mère non pas d’un mais de quatre enfants ! Et que je pouvais les réveiller en faisant trop de bruit… Ou même tout simplement que l’heure des biberons ou des changes ou de je ne sais quoi encore pourrait compromettre nos envies.

Non, j’étais complètement aveuglé par le fait de retrouver mon amante et de sentir son corps chaud contre le mien.

Je lui avouai qu’elle m’avait manqué en bien plus de mots que je ne l’aurais voulu submergé par l’émotion… C’était dangereux et je le savais… Parce que ce que nous vivions Sonne et moi ressemblait de moins en moi, en tout cas en ce qui me concernait, à un jeu, un simple caprice, un passe-temps ou encore un moyen de se défouler…

On ne se met pas dans des états pareils pour un simple jeu.

Le baiser prit fin et on était déjà essoufflés comme si on avait fait le tour de Los Angeles en courant… Elle cacha son visage dans le creux de mon cou et je la serrai contre moi, passa une main dans ses cheveux.

Elle croyait qu’elle allait bien…

-Tu es épuisée…

Avec quatre enfants, ce n’était pas étonnant.

Elle me tira vers le salon et me proposa d’un geste de m’installer dans le canapé. J’y pris place, même si une partie de moi sentait bien, comme quelque chose de purement instinctif, qu’il était en train de violer odieusement le territoire d’un autre…

Un autre plus petit et plus léger… C’était animal comme façon de penser.

Et pourtant, c’était exactement ce que je pensais.

Une fois assis, Sonne s’excusa presque de ne pas avoir pu me contacter. Mais je savais que me contacter était encore plus difficile pour elle que pour moi. J’attrapai sa main, mes yeux bleus levés vers elle, avec un regard réconfortant…

-Shhh shhh je sais… je sais, je ne t’en veux pas… Je ne t’en voudrai jamais pour ça.

Je n’étais que son amant, après tout, je n’avais le droit de rien revendiquer, pas même son attention.

-C’est moi qui suis désolé de…

Je regardai autour de nous comme si je réalisais seulement maintenant où j’étais.

-… de débarquer et de tout chambouler…

Mais je n’aurais pas su partir en tournée avant de la revoir. Jamais. Je serais devenu complètement dingue.

Daniele Ricci avait apparemment demandé à Sonne d’aller le rejoindre et quelque part, quelque chose en moi jubila.

Si elle partait, il faudrait quelqu’un pour s’occuper des bébés… Si elle partait, Axel ne pourrait pas lui coller aux basques.

Si elle partait, je pourrais partir aussi.

Et j’en oubliais encore une fois le bien-être de ses enfants. Alors même que je savais très bien ce que c’était que d’être un gosse et de ne pas avoir de mère… Même si la mienne avait eu une excellente excuse pour être absente.

Sonne me demanda de la pardonner, pour ne pas avoir appelé…

Je pris son visage à deux mains, me tendant vers elle, pour qu’elle me regarde droit dans les yeux.

-Ne dis pas ça. Je ne mérite pas tes excuses. Parce que je sais que ce que je fais est mal.

Je ne pouvais pas foutre le bordel dans une famille par pur désir pour Sonne. Je n’avais pas le droit de priver des enfants de leur mère.

Et pourtant je le faisais quand même.

Je l’embrassai, puis elle enleva son chemisier. J’enlevai mon t-shirt et Sonne se retrouva à califourchon sur moi. Mes mains sur ses fesses, je l’embrassai avec désir, impatience et le goût de l’interdit, voire même du Mal, était exquis.

Quand je détachai son pantalon pour le lui enlever avant de plonger mes lèvres sur ses seins rebondis et ma main dans sa culotte, mes doigts entre ses lèvres intimes, je fus au moins sûr d’une chose.

J’étais définitivement un Sørensen : peu importait la morale, l’éthique…

La fin justifiait les moyens.

@ Billy Lighter



I'm a nightmare, a disaster, That's what they always said ©️ Simple Plan
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sonne Moriarty


Messages : 500
Date d'inscription : 12/11/2016
Age du personnage : 22
Localisation : All around the world

Who Am I?
Birth place:
Je suis:
Song:


MessageSujet: Re: I Don't Give A Shit [PV Sonne][TERMINE]   Mer 19 Sep - 22:49



I Don’t Give A Shit
ft. Amon Sørensen





Tu es épuisée…

Je suis épuisée !

Je suis épuisée ?

- Je survis, Amon. Je fais le nécessaire pour passer au travers, jour, après jour.

J’aime mes bébés et j’aime être leur mère. Les voir sourire quand je les tiens tout contre mon cœur. Caresser leurs dos quand ils dorment, voir leurs petits yeux émerveillés quand quelque chose les fascinent. C’est la chose à la fois la plus effrayante et magnifique au monde que d’être une mère.

Bien que j’ai souvent répété ne pas être prête, ne pas avoir souhaité en avoir trois d’un seul coup, maintenant qu’ils sont là, je ne voudrais pas qu’il en soit autrement, même contre toute la richesse du monde. Je serai à jamais et pour toujours une mère.

Et une mère n’a pas le droit d’être épuisée, comme me l’a bien fait comprendre Heather Moriarty.
Cependant, il n’aura fallu qu’Amon réapparaisse dans ma vie pour me faire comprendre que le trou immense dans mon cœur n’était pas le résultat d’une culpabilité trop lourde à porter, mais plutôt au manque d’un être auquel je m’attache de plus en plus et bien malgré moi.

Mon amant s’installe sur le canapé que je lui désigne, les demandes de pardons vont et viennent entre nous comme une joute à savoir lequel est le plus coupable. Coupable de quoi? De rien en fait puis qu’il n’est nullement question de savoir qui aurait dû faire quoi.

Pourquoi est-ce que j’ai aussi mal ?

Je voudrais arrêter le temps pour tout le monde autour de nous  et pouvoir profiter de lui autant que j’en aurai envie. Jusqu’à ce que mon corps cède d’épuisement et se consume de passion.  C’est d’ailleurs ce qui nous fait nous retrouver à moitié nus, enlacés à s’embrasser encore et encore jusqu’à en perdre le souffle.

La passion.

Amon est tout aussi avide que moi. Nos retrouvailles s’intensifient  au point ou j’en perds mon pantalon et que la bouche de mon amant dévore ma poitrine gonflée.  Et s’il a déjà une main dans ma culotte, honorant mon intimité de douces caresses, il n’est pas en reste alors que je défais également l’attache de son pantalon, le libérant de sa prison de textile.

Tout s’enchaîne rapidement. J’en perds le fil, il n’y a plus rien d’autre que moi et Amon. Il me transporte, me retenant de son bras fort jusqu’à me faire allonger sur le tapis du salon. Je rigole contre les lèvres de mon amant  quand  un jouet couine sous mon dos.

- Ça casse un peu l’effet, non ?

Pas longtemps en tous les cas.

Du bout des doigts, je caresse les flancs d’Amon en le regardant dans les yeux.  Il m’a manqué, beaucoup plus que je ne voulais bien me l’admettre.  Puis mes mains finissent sur tes fesses et je les lui empoigne férocement, soufflant de plaisir quand nos sexes frottent l’un à l’autre.


@ Billy Lighter






I wanted you to give me
Something unbelievable
All I got was almost
Instantly forgettable
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Amon Sørensen


Messages : 808
Date d'inscription : 26/02/2014
Age du personnage : 31
Localisation : On the ring.

Who Am I?
Birth place: København, Danemark
Je suis: emmerdeur, fouineur, violent, incompris.
Song: Lost Cause - BleedingHeart


MessageSujet: Re: I Don't Give A Shit [PV Sonne][TERMINE]   Sam 22 Sep - 12:20



I Don’t Give A Shit
ft. Sonne Moriarty


-Tu survis ?... sonne, je suis bien placé pour savoir que survivre, ce n’est pas vivre…

Elle n’était pas heureuse, pas totalement, et ça se voyait, au-delà du fait qu’elle était crevée. Je ne doutais pas qu’elle aimait ses gosses, tous les quatre. Mais je savais aussi que son mariage avec Moriarty n’avait jamais réellement été heureux.

Bordel… Déjà le jour même du mariage, j’avais l’impression qu’elle avait passé la soirée à deux doigts de fondre en larmes. Sans compter que Maria Watson avait en plus choisi la fin de la fête pour faire un malaise, pour bien faire.

On se retrouva au salon, installés dans le canapé. A qui la faute de notre malaise à tous les deux ? Aux deux, probablement et on s’excusait mutuellement pour différentes raisons, comme si on cherchait à prendre toute la culpabilité de l’autre, pour se protéger l’un l’autre.

Mais de quoi ? Si nous n’étions, finalement que des amants occasionnels.

Et il fallait croire que pour nous en persuader, pour nous rappeler que tout ça n’était que sexuel, on se retrouva à moitié nus, à s’embrasser fougueusement, à se caresser. Des caresses osées, ma main plongeant directement entre ses cuisses.

Jusqu’à ce que, libérés de nos vêtements en quelques secondes seulement, je la soulève du divan pour l’allonger à terre, surpris d’abord puis riant en entendant un jouet couiner sous son dos.

-Pas pour longtemps.

Je pris le jouet, et l’envoyai balader à l’autre bout de la pièce, dévorant la poitrine de mon amante nue allongée sur la moquette moelleuse du salon, mes hanches baissées pour que mon sexe viennent caresser celui de Sonne, humide, doux, brûlant.

Je grognai entre ses seins, mes cheveux caressant ses tétons puis vint rechercher ses lèvres entre les miennes. J’en oubliai Moriarty, où nous étions, et toute retenue en frissonnant sous les caresses des doigts de Sonne sur mes flancs.

Je souris contre ses lèvres quand elle empoigna mes fesses à deux mains, appuyant notre étreinte alors que je me soutenais de mes deux mains posées de chaque côté de sa tête, ses cheveux d’or en éventail couvrant mes mains.

Brisant notre baiser, j’admirai son corps qui portait les marques de sa grossesse difficile et la cicatrice de son accouchement par césarienne. Mon regard ne jugeait pas, n’était pas dégoûté et nous faisions l’amour en pleine lumière, le soleil de L.A. pénétrant dans le salon par toutes les fenêtres dont aucun, à cette heure-ci, n’était occultée.

-Tu es belle. Ne doute jamais de ça.

Je lui souris, me penchai encore pour l’embrasser tendrement… Puis plus avidement…

Jusqu’à nous unir d’un coup de bassin puissant sans être violent, son prénom passant entre nos lèvres à quelques millimètres les unes des autres.

@ Billy Lighter



I'm a nightmare, a disaster, That's what they always said ©️ Simple Plan
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sonne Moriarty


Messages : 500
Date d'inscription : 12/11/2016
Age du personnage : 22
Localisation : All around the world

Who Am I?
Birth place:
Je suis:
Song:


MessageSujet: Re: I Don't Give A Shit [PV Sonne][TERMINE]   Sam 22 Sep - 21:29



I Don’t Give A Shit
ft. Amon Sørensen






Amon a raison quand il dit que survivre n’est pas vivre mais que puis-je faire de mieux que de lutter jour après jour pour ne pas sombrer ? J’ai 4 enfants qui dépendent de moi. J’ai un mari qui m’aime et que j’aime quoi que ma relation avec Amon puisse laisser croire. Est-ce possible d’aimer deux personnes en même temps ?  Faut croire que oui… Où est-ce la complémentarité des deux hommes qui me donne cette impression ?

Je souffrais en silence de ne plus avoir de contact avec Amon mais ma tête, raisonnable, me confortait dans l’idée que c’était la chose à faire. Maintenant qu’il est ici et que je suis de nouveau dans ses bras, la raison prend la clé des champs, la passion l’emportant haut la main.

J’ai envie de lui, là, tout de suite, faisant fit du danger. Axel pourrait rentrer à tout moment, les bébés se réveiller et me réclamer, qui sait si Heather Moriarty n’est pas finalement resté à Los Angeles et est planqué derrière une fenêtre depuis tout ce temps, attendant de me prendre en défaut.  Je sais bien que cette dernière pensée tient plus de la paranoïa que de la réalité vraie mais le risque demeure tout de même bien présent.

Je me retrouve bien vite allongé sur la moquette du salon, Amon par-dessus moi avant d’être brièvement interrompu par un jouet qui se retrouve vite à l’autre bout de la pièce et les lèvres de mon amant, elles,  sont tout aussi rapidement attirées par ma poitrine avant qu’il ne relève la tête et vienne m’embrasse avidement.

Mon bassin cherche le sien en donnant de petits coups. Nos sexe se trouvent, flirts, s’appellent, en manque l’un de l’autres.  C’est comme si je redécouvrais son corps que je connaissais plutôt bien dans nos derniers moment. Du bout des doigts, j’effleure ses flancs avant de finir sur ses fesses et de les empoigner fermement.  Notre baiser prend fin, me laissant sur ma faim alors qu’il semble lui me dévorer des yeux.  Je ne suis pas particulièrement à laisse avec mon corps qui ne fini pas de ‘’ guérir’’. Mon ventre est toujours flasque, beaucoup moins qu’il ne le fut mais  il n’est plus aussi ferme, il est striés de vergetures dont aucune crème miracle n’arrive à en atténuer la couleur et ma cicatrice, toujours rouge, me traverse le bas ventre pour compléter le tableau.

Elle est loin l’époque ou je me pavanais en dessous affriolant au Golden Nipples et dont les hommes salivaient sur mon passage. Mon corps était parfait. Aujourd’hui, il est ravagé par le passage de 4 petits êtres que j’aime plus que tout au monde.

C’est injuste pour Axel, qui s’évertue à me faire comprendre que pour lui, je suis toujours aussi belle qu’avant mais dont les paroles ne m’atteignent à peu près pas. Je crois que j’ai fini par croire que c’était sa façon à lui de tenter de me faire me sentir en paix avec mon corps, son 50% de parentalité.  Alors que dans la bouche d’Amon, ces mots me vont droit au cœur, m’emplissent les yeux de larmes.

J’ai mal.

La femme que je suis à vraiment très mal.

Et je me soigne en embrassant Amon, en sollicitant de lui, un peu de chaleur humaine. Il entre en moi et je pousse déjà un long gémissement. Mon corps se remémore, des souvenirs pourtant pas si lointain. Son sexe va et viens en moi, je relève les jambes et délaisse ses fesses pour prendre mes mains dans ses cheveux.  

Je me refuse de le perdre de nouveau.

Ses mouvements sont rapides, puissants et empreint d’une douceur désarmante. Nos corps s’imbriquent parfaitement bien jusqu’à l’orgasme qui frappe rapidement. Étions nous à ce point en manque l’un de l’autre ou est-ce la peur de se faire prendre qui  nous a fait démarrer au quart de tour et grimper si haut, si vite ?

Je préfère ne pas répondre à cette question.

Parfois, il est plus sage de ne pas savoir.

- Il faut que tu t’en ailles !

Mais dans ma tête, je lui hurle de rester. Ou de m’amener.

- Pars en tourner, Amon, je t’y rejoindrai !



@ Billy Lighter






I wanted you to give me
Something unbelievable
All I got was almost
Instantly forgettable
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Amon Sørensen


Messages : 808
Date d'inscription : 26/02/2014
Age du personnage : 31
Localisation : On the ring.

Who Am I?
Birth place: København, Danemark
Je suis: emmerdeur, fouineur, violent, incompris.
Song: Lost Cause - BleedingHeart


MessageSujet: Re: I Don't Give A Shit [PV Sonne][TERMINE]   Dim 23 Sep - 19:56



I Don’t Give A Shit
ft. Sonne Moriarty


C’est la première fois que nous avons l’occasion de nous retrouver depuis l’accouchement de Sonne. Et je le ressens comme la fin d’une foutue traversée du désert. C’est normal ? Non, ce n’est pas normal. Et j’en ai conscience. Et ça me fait peur.

Mais pas assez pour m’arrêter alors que je nous allonge tout deux par terre, sur la moquette, envoyant valser le symbole même de la maternité de Sonne, comme pour dire que je n’en ai rien à foutre. Sonne est une mère, d’accord.

Mais elle reste aussi une femme. Celle qui me torture l’esprit depuis que je ne peux plus la voir clandestinement aussi facilement qu’avant.

Et c’est comme si c’était notre première fois tout court. Quelque part, c’est un peu vrai. C’est la première fois que je l’ai pour moi seul. Car je n’avais jamais fait l’amour avec Sonne que lorsqu’elle était enceinte, jusqu’ici. Je suis tombé raide dingue d’une femme enceinte d’un autre. Et ça ne m’a pas fait ciller le moins du monde !

Alors ce n’était certainement pas quelques vergetures, quelques cicatrices, qui allaient me faire peur, me dégoûter d’elle.

Je le lui fis comprendre. Je le lui dis tout haut. Parce que je savais qu’elle en avait besoin. Maintenant plus encore que jamais auparavant.

Tout en étant extrêmement bien conscient, comme de tout le reste, d’avoir le beau rôle, le rôle facile dans l’histoire.

Nos corps flirtaient, ma peau contre la sienne, ma main qui caressait son ventre. Mon regard trouva le sien, humide de larmes.

-Ne pleure pas… Sonne… ne pleure pas.

Et elle se jeta vers moi pour m’embrasser avec fougue. Je nous unis d’un coup de bassin avide et pourtant doux en même temps… Lui faisant l’amour vite et intensément… A cause du manque… Et à cause de la dangerosité de la situation. Cet interdit qui me grisait toujours autant.

Ses mains me firent frissonner en remontant de mes fesses jusque dans mes cheveux alors que ses seins tressautaient à chacun de mes assauts. Je l’embrassai encore, longuement… un baiser pourtant avorté par l’orgasme qui nous pris tous les deux presque par surprise.

Je ne m’arrêtai pas tout de suite, me contentant de ralentir d’abord, essoufflé, en sueur.

J’allais l’embrasser encore mais quand mon regard croisa le sien, ce fut pour qu’elle me supplie presque de m’en aller. Comme si on venait d’entendre Axel ouvrir la porte d’entrée alors que ce n’était pas du tout le cas.

Sonne avait peur de fantômes qui n’étaient pas là.

-Qu… Ok…

Je comprenais… parce que je ne devais pas oublier que notre situation n’avait rien de légitime, que je n’avais rien à foutre là, au milieu du salon des Moriarty.

Je me levai presque d’un bond, mais non sans lui avoir volé un baiser d’abord, pour commencer à me rhabiller en vitesse en la regardant.

J’enfilais mon t-shirt quand elle ajouta que je n’avais qu’à aller en tournée, qu’elle me rejoindrait. Alors, mon sourire réapparut et une fois prêt à partir, je vins lui voler un nouveau baiser.

-Je serai en Belgique, Sonne. Je serai en Belgique.

@ Billy Lighter



I'm a nightmare, a disaster, That's what they always said ©️ Simple Plan
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sonne Moriarty


Messages : 500
Date d'inscription : 12/11/2016
Age du personnage : 22
Localisation : All around the world

Who Am I?
Birth place:
Je suis:
Song:


MessageSujet: Re: I Don't Give A Shit [PV Sonne][TERMINE]   Dim 23 Sep - 23:12



I Don’t Give A Shit
ft. Amon Sørensen





Tout va vraiment trop vite.

Mes sentiments, ce qui se passe dans mon cœur je veux dire.  Faire l’amour avec mon amant ravive des émotions que je n’ai plus ressenties depuis un bon moment.  Nos corps se retrouvent dans une telle intensité, j’en suis bouleversée, complètement divisée entre mon bonheur d’être dans ses bras et la culpabilité de tromper Axel, à qui j’ai promis mon cœur.

Je me suis enfermée dans un rôle que j’endosse complètement.

N’est-ce pas ce qui je suis ? Ce que je dois être ? Une mère et une épouse.

Pourtant il n’a suffit que de me retrouver face à Amon pour tout faire voler en éclat, renouer avec la folie, une liberté, un vent de folie.

Je me sens incroyablement bien, sous son corps en sueur, jouissant de chacun de ses coups de bassins. Son sexe butant profondément en moi, mais ce n’est pas que ça. Les baisers, les regards, les gémissements entrecoupés de hoquets de rire.

Le calme qui suit l’orgasme me glace le sang.

Il doit partir, tout de suite, et ne jamais revenir ici.

En l’implorant de quitter ma demeure, je m’arrache le cœur. Et je vois bien dans ses yeux la surprise suivis de près de sa déception.

Amon se relève, s’habille, je l’imite, tremblante. Je me sens soudainement faible, vide.  Je voudrais m’accrocher à lui, je voudrais qu’il reste. Mais c’est impossible.

L’espoir naît de son sourire. Quand il m’embrasse juste avant de partir, me laissant avec un rendez-vous en Belgique.

Quand la porte se referme derrière lui,  j’appuie mon front contre la porte avant de la frapper de toutes mes forces du mes deux poings.  Je sanglote comme si je vivais une peine d’amour. Est-ce que je suis entrain d’en vivre une ?

Possible.

La question demeure…

Qui mon cœur pleure t-il ?

Amon ou Axel ?


@ Billy Lighter






I wanted you to give me
Something unbelievable
All I got was almost
Instantly forgettable
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: I Don't Give A Shit [PV Sonne][TERMINE]   

Revenir en haut Aller en bas
 

I Don't Give A Shit [PV Sonne][TERMINE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» (libre) i don't give a damn, i don't give a shit ₪ 24 janv, 23h15
» Kyota - I don't give a shit.
» i don't give a shit idgaf — falcon
» Bubu - I just don't give a shit
» I'LL GIVE YOU ANYYYYYYYYYTHING, I'LL GIVE YOU ANY RING.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: L.A Rocks :: Beverly Hills :: Villa d'Axel Moriarty-