AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Nothing Is Like It Seems [Solo][Post R&J][TERMINE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Julian Hughes


Messages : 303
Date d'inscription : 04/08/2017
Age du personnage : 16
Localisation : Entre Malibu et Beverly Hills

Who Am I?
Birth place: Los Angeles
Je suis: un futur Jimmy Reed... En beaucoup mieux.
Song:


MessageSujet: Nothing Is Like It Seems [Solo][Post R&J][TERMINE]   Jeu 22 Fév - 20:33



Nothing Is What It Seems
ft. Kate Julian


Quand on était descendu de scène, je n’avais pas mis longtemps avant de me défaire de mon costume et d’enlever le maquillage. Je savais que ma mère m’attendait et je connaissais sa grande impatience. Je ne pouvais pas la faire attendre même si je subissais encore les symptômes de la décompression. Mes yeux étaient mouillés, mon cœur battait encore très vite mais j’étais vraiment soulagé d’avoir terminé tout ça.

J’aurais voulu fêter ça dans les coulisses avec Olivia et les autres mais je savais que ma mère ne me le pardonnerait pas si je n’allais pas la rejoindre directement. Je me disais que, de toute façon, j’aurais toute la soirée et la nuit pour profiter du sourire d’Olivia car, par chance, j’allais pouvoir aller dormir chez elle étant donné que c’est le tour de mon père d’avoir ma garde. C’était un soulagement sans fin que je devais reporter à plus tard…

Mon maquillage enlevé, j’étais sorti des coulisses pour me diriger vers le hall où était partagé le verre de l’amitié. Mademoiselle Hunt était déjà là à discuter avec les parents d’élèves de la pièce qui venait d’avoir lieu. Elle semblait très fière… Bien plus que je ne l’étais moi-même de mon propre travail. J’avais buté une fois sur mon texte en plein milieu d’une scène clé. Je savais que c’est impardonnable… Pour ma mère en tout cas, ça le sera.

Je la cherchais, d’ailleurs, des yeux jusqu’à, finalement, la trouver en pleine discussion avec un homme plutôt vieux et que je ne connaissais pas. Je m’approchais doucement d’elle… Je savais qu’ici, devant toute le monde, elle n’allait pas me passer un savon pour mon erreur. Elle allait attendre la semaine prochaine quand je reviendrais de chez mon père…

J’essayais de m’en convaincre, tout du moins…

Je finis par rejoindre ma mère qui m’offrit un merveilleux sourire en tenant son verre de champagne dans sa main. Je le lui rendis bien plus timidement. Elle me serra de son bras libre posant un baiser sur ma joue.

-Oh mon petit Julian, tu as été splendide.

Elle disait ça avec une émotion et une fierté palpable. Seule une oreille entrainée comme la mienne pouvait entendre, là-dessous, l’once de reproche. Mon cœur se serra. Mon sourire se crispa. Mais je devais garder les apparences.

-Merci maman.

Je me tournais vers l’homme qui était souriant. Il était bien habillé et était bien en chair. C’était un homme riche, ça se voyait à sa façon de se tenir et à sa prestance naturelle. Il tenait, lui aussi, un verre de champagne.

-Ta mère à raison, petit. Tu as été exceptionnel, ce soir. Un vrai artiste en herbe ! Tu pourrais faire une carrière d’acteur ou bien être mannequin comme ta mère. Tu as de l’avenir dans le métier.

Non, je n’en avais pas. Je n’avais pas envie d’être acteur. Je n’en avais jamais eu envie même avec Hank North comme beau-père. Je préférais le métier de réalisateur. J’avais des idées. Pleins d’idées. Mais je n’étais pas fait pour incarner quelqu’un d’autre que Julian Hughes. Acteur n’était pas un métier pour moi et mannequin encore moi. Je me voyais mal passer ma vie à défiler sur des planches ou à faire des shootings photos. Je lui souris tout de même prêt à lui dire, en face, comme Jimmy Reed l’aurait fait, qu’il se trompait et que mon avenir était dans la réalisation et dans l’ingénierie.

-Merci…


Mais je n’eus pas le temps d’expliquer mon point de vue que ma mère me coupa net. Son bras entourai mes épaules comme si elle essayait que je ne m’échappe pas.

-Tu as raison Gary. Mon fils ferait un grand acteur mais je pense qu’il a encore plus d’avenir dans le mannequinat. Il tient beaucoup de moi.

Elle m’envoya un regard bienveillant. Mon sourire disparut. Je détestais quand ma mère faisait ça. Pourtant, je savais qu’elle le faisait pour mon bien. Elle essayait de m’ouvrir des portes pour l’avenir et avait, sûrement, trouvé en ce Gary une opportunité.  

-S’il est aussi doué que toi, Kate, je peux lui proposer une séance photo… Qu’est-ce que tu en dis, petit ? Peut-être que tu pourrais y emmener le jolie Juliette. Vous aviez l’air très complice et elle était très douée. Vous êtes en couples ?


Gary parlait trop… Gary parlait mal… Et si ma mère le trouvait sympathique et utile jusqu’ici, il venait, maintenant, de signer son arrêt de mort. Je le vis dans le regard de ma mère un regard assassin qu’elle attribua à Gary.

Est-ce que j’allais sauver Gary ? Non, parce qu’il venait de me mettre très mal à l’aise avec sa questions. Je ne pouvais pas merder… Je ne pouvais pas laisser transparaitre le moindre amour pour Livia. Je devais sauver notre idylle à la Roméo et Juliette.

Je répondis, donc, avant que ma mère ne répande son venin. Je pris un air à la Jimmy Reed pour masquer mon malaise que cette conversation me provoquait au plus profond de mon être.

-Non, nous ne sommes pas en couple. Nous jouions un rôle, c’est tout. Livia est juste une fille de ma classe. Quant à votre proposition, je me dois de refuser. Je ne veux pas être mannequin quoi que ma mère en dise. Je ne veux pas non plus être acteur. Je veux être ingénieur.


Le sourire de Gary s’était effacé devant mon ton ferme. Le problème, c’est que celui de ma mère aussi. Ils me regardaient, tous les deux, sans rien dire. Je savais que j’étais allé trop loin en discréditant ma mère devant cet homme. Mais je ne m’en rendis compte que quand toutes mes phrases avaient été dites tout haut. Ce genre de chose m’arrivait de plus en plus souvent sans que je n’arrive à m’expliquer pourquoi… Il m’arrivait de ne pas réfléchir et de parler trop vite… De dire ce que j’avais sur le cœur même si ça venait à confronter ma mère. Comme si, j’étais devenu stupides avec les temps et que je n’arrivais plus à me contrôler.

J’essayais de cacher mes lèvres tremblantes. Je venais de me rendre compte de ma gaffe. Seule une partie de ma raison essayait de calmer mon angoisse en disant : « Elle va de toute façon te faire payer ton erreur, alors une de plus ou une de moins, ça ne changera rien ».

Gary se racla la gorge. Un peu comme moi, à l’instant, sauf que je l’avais fait deux fois de suite et sans raison.

-Je vois que ton fils sait ce qu’il veut, Kate. Tu peux être fier de lui. Même si c’est dommage, Julian… Tu as vraiment du talent.


Il regarda un moment ailleurs. Il cherchait une porte de sortie pour s’éclipser. Ça se voyait.

Ma mère repris la parole avant qu’il ne trouve sa porte.

-Merci, Gary ! De toute façon, s’il avait voulu ce shooting, il aurait choisi un vrai photographe...

Voilà… Gary venait de se prendre dans la tronche son compliment à Livia. Et il ne saurait, jamais, ce qui avait conduit ma mère à passer de la gentille femme à la femme acerbe.

Je ne dis rien… Tout avait été dit.

Gary eu un sourire jaune. Il savait, aussi, garder les apparences même si son orgueil venait d’être blessé.

-Je vois… Bon, je vous laisse. Kate… Julian… Bonne soirée à vous deux.

Et il s’en alla nous laissant seuls. Ma mère me regarda et ses sourires d’apparts disparurent d’un coup. Je déglutis et me mordis la lèvre. Mon cerveau m’envoyant des messages clairs : « elle ne peut rien te faire ici ».

Ma mère lança sur un ton dur :

-Fait-moi visiter l’école !

Je la regardais, surpris de sa demande. Ma mère connaissait l’école par cœur.

-Mais… Maman…

Elle me coupa et lança d’un ton calme mais dur :

-Fait-moi visiter l’école !

Je me mordis la lèvre.

-D’accord…


Je n’avais pas le choix et c’est accompagner de ma mère que je sortis du hall.

@ Billy Lighter


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Julian Hughes


Messages : 303
Date d'inscription : 04/08/2017
Age du personnage : 16
Localisation : Entre Malibu et Beverly Hills

Who Am I?
Birth place: Los Angeles
Je suis: un futur Jimmy Reed... En beaucoup mieux.
Song:


MessageSujet: Re: Nothing Is Like It Seems [Solo][Post R&J][TERMINE]   Sam 24 Fév - 11:17



Nothing Is What It Seems
ft. Kate Julian


Je marchais… Lentement… Très lentement… Les bruits des talons de ma mère sur le carrelage rendaient l’ambiance sinistre alors qu’on s’était éloigné du groupe de gens.

-Ici… C’est les casiers…


Ce couloir était long et s’étendait jusqu’à une bifurcation qui menait à différentes salle de classe. Je marchais lentement. Trop lentement pour ma mère.

-Je me fiche des casiers, Julian !

Elle disait ça d’une voix ferme et j’accélérai un peu le pas pour expliquer à ma mère quel classe était quoi. Je montrai celle où on avait souvent cours avec Mademoiselle Watson… Je lui montrai le bureau de Monsieur Maguire. Mais ma mère ne regardait même pas. Elle traçait droit devant. Je ne savais pas ce qu’elle cherchait précisément. Et je n’osais même pas demander. Je savais ce dont ma mère était capable.

Mais je n’aurais jamais pensé qu’elle en soit capable ici… Du coup, j’avais encore l’espoir qu’elle ne me fasse qu’une frayeur. En tout cas, ça marchait. Mon cœur battait très vite et je tremblais. Tout ce que j’avais envie c’était de partir de cette école et d’aller chez Livia. C’est tout ce que je voulais faire.

On arriva à un carrefour. Au fond à droite se trouvait l’infirmerie et j’avais tellement les yeux rivés au sol que je ne vis pas Jimmy Reed, un peu plus loin, qui se dirigeai vers l’infirmerie. Ma mère, elle, l’avait vu.

-Julian chéri, montre-moi un peu ta classe de sciences.


Sa voix était redevenue tout douce. Je ne savais pas ce qui lui prenait tout à coup mais je n’osais pas demander. Je bifurquais à gauche et traversai le couloir. Ma mère regardait, de temps en temps, derrière nous. Ensuite, bifurquai à droite. Au fond se trouvai la salle de science.

-C’est ici…

Ma mère ouvrit, alors, violemment la porte de la classe. Elle n’était pas verrouiller. Le prof de science oubliait, chaque fois, de verrouillé. Ma mère me poussa à l’intérieur du coup sec.

Non… Non, pas ici.

Je me retournai vers elle, les mains tremblante. Mais je n’eus le temps de rien dire qu’elle m’envoya un poing en plein dans les côtes. Ça faisait mal. Maman frappait fort et sur des hématomes qui n’avaient pas encore guéri. J’eus le souffle coupé. Je me tenais les côtes.

-Voilà pourquoi tes parents ne sont pas un obstacle pour moi.


La voix ferme de ma mère s’éleva dans la pièce. Elle venait de récité la phrase sur laquelle j’avais buté pendant la pièce. Je me tenais toujours les côtes et je n’osais pas la regarder. La dernière fois que je l’avais fait, il y a quelques jours, elle avait cru que je la défiais. Alors je m’abstenais, ce soir, d’aggraver mon cas. Parce que je ne voulais pas d’autres coups. Le stress provoqué par la pièce m’avait fait suffisamment mal.

Mais ma mère n’en avait pas fini. Elle mit sa main dans mon cou et commença à pincer très fort.

-Répète, Julian !

Tout ce que je réussi à lâcher, c’est des gémissements de douleur. Je me retenais de pleurer. Livia allait voir que j’avais pleuré.

-Voilà… Pourquoi… J’ai mal, maman, arrête. Je sais que j’ai raté… Je le sais…


Je savais que dire ça ne m’amènerait pas sa sympathie. Et elle m’envoya un autre coup dans les côtes. Je voulais que ça s’arrête mais je savais, qu’ici, à l’abri des regards, ça serait impossible.

-Répète, Julian !


Je ne dis plus rien. Je ne faisais que reprendre mon souffle après ces deux coups dans mes hématomes déjà douloureux. Ma mère, devant mon silence, leva sa main. Je savais ce qui m’attendait et je fermai brutalement les yeux. A la fois pour retenir mes larmes et pour ne pas voir le coup venir.

@ Billy Lighter


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Jimmy Reed


Messages : 717
Date d'inscription : 12/08/2016
Age du personnage : 36
Localisation : Malibu

Who Am I?
Birth place: Los Angeles
Je suis: Le chef des Los Diablos
Song: The Man Who Sold The World - David Bowie


MessageSujet: Re: Nothing Is Like It Seems [Solo][Post R&J][TERMINE]   Dim 25 Fév - 14:54



Nothing Is Like It Seems
ft. Julian Hughes & Kate Julian


J’avais discuté un bon moment avec Mademoiselle Hunt. Enfin, c’était surtout elle qui avait parlé et je m’étais contenté de hocher la tête en regardant les alentours. Mon esprit était déjà ailleurs, focalisé sur les deux prochains points critiques de cette soirée : ma rencontre toute proche avec Olivia et la surprise de voir, ou non, Maritza débarquer à la maison qui appartenait à BSC à Beverly Hills.

Hunt n’était idéale que pour meubler le peu de temps qui me séparait encore de Livia alors que j’avais envoyé Delfino l’écarter du commun des mortels.

Quand j’eus estimé que cela devait être bon, je pris congé de Hunt et m’éclipsai du hall où avaient désormais lieu les festivités. Une fois dans l’un des longs couloirs tapissés de casiers de Fairfax High School, je m’allumai une cigarette une fois que je fus vraiment seul et que le brouhaha de la fête diminua pour presque disparaître alors que je m’éloignais en direction de la salle d’attente de l’infirmerie où Olivia Cortez devait m’attendre.

Mais un autre bruit succéda très vite à celui des voix des convives: celui de talons qui claquent furieusement sur le sol. Je suivis le bruit pour voir Julian Hughes et sa mère qui progressaient dans un autre couloir. Je croisai le regard de Kate brièvement.

A côté de ce regard, celui de Kraken dans Keeping Our Lands était celui d’un agneau qui vient de naître.

Je regardai dans la direction opposée, vers la salle d’attente de l’infirmerie où Olivia devait être en train de m’attendre…

Elle m’avait attendu 16 ans, elle n’allait pas être sur deux minutes de plus…

J’emboîtai donc le pas, lentement et à distance, au mannequin et son fils, écrasant ma cigarette sur la première poubelle que je trouvai. Le visage tuméfié de Jessica me revenait en mémoire, elle qui était venue me voir quelques jours seulement avant la représentation de la pièce pour me demander de détruire la fiancée d’Hank North… Et m’annoncer la rupture du Golden Triplet.

Cet élément, combiné aux accusations visant Hank North et dont les alliés commençaient tout doucement à sortir du bois à coups de démentis… Plus le regard constamment terrifié de Don Hughes… Et l’angoisse dans la voix de Julian lorsqu’il avait buté sur sa réplique durant la représentation…

Tout ça me poussait à aller jeter un œil sur ce qui allait suivre. Et si Kate semblait essayer de me semer, c’était sans compter sur le bruit que faisaient ses chaussures haut de gamme sur le carrelage du couloir.

Avançant lentement, j’arrivai finalement devant une salle de classe.

-Répète, Julian !

-Voilà… Pourquoi… J’ai mal, maman, arrête. Je sais que j’ai raté… Je le sais…

J’ouvris doucement la porte et la voix criarde et furieuse de Kate retentit plus fort.

-Répète, Julian !

Kate leva sa main dans le but de l’abattre sur son fils, mais, dos à moi, elle ne semblait ni m’avoir vu, ni m’avoir entendu.

-Kate…

Je m’appuyai, bras croisés dans l’encadrement de la porte et le mannequin, rouge de gêne comme si je l’avais prise en train de se toucher et non de battre son fils, fixa son regard sur le mien.

-Oui… Je te vois, Kate. Frappe Julian et je te garantis que ce sera la dernière fois que tu auras l’occasion de le faire.

Ma voix était grave, calme et posée.

Comme elle ne sembla pas vouloir baisser la main, j’en rajoutai une couche.

-J’ai vu le visage de Jessica, Kate.

Je levai la tête et baissai mon regard sur elle.

@ Billy Lighter



This is my world and you're a tourist.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Julian Hughes


Messages : 303
Date d'inscription : 04/08/2017
Age du personnage : 16
Localisation : Entre Malibu et Beverly Hills

Who Am I?
Birth place: Los Angeles
Je suis: un futur Jimmy Reed... En beaucoup mieux.
Song:


MessageSujet: Re: Nothing Is Like It Seems [Solo][Post R&J][TERMINE]   Lun 26 Fév - 11:21



Nothing Is What It Seems
ft. Kate Julian


Je fermai les yeux. Le coup allait tomber. Il allait tomber comme tous ceux qui étaient tombés avant lui. Je savais que ça allait faire mal. Les gifles de ma mère étaient, souvent, plus douloureuses que ses coups de poing.

-Kate…


Un mot. Une voix. Une voix que je connaissais pour l’avoir déjà entendu. Une voix que j’admirais. Je rouvris les yeux alors que ma mère s’était retournée sur mon inattendu sauveur.

Jimmy Reed.

J’écarquillai les yeux devant la prestance de Reed. Je ne regardais plus que lui. Le bras de ma mère, toujours en l’air, semblait comme pétrifié. Le patron de BSC somma à ma mère de ne pas me frapper. Il la menaçait comme personne, avant lui, ne l’avait menacé. Hank m’avait déjà sauvé. Mais jamais il n’avait parlé à ma mère comme Jimmy venait de le faire. Calmement… Posément…

Mes lèvres tremblaient devant cette situation inédite. Je n’osais pas bouger alors que Jimmy ajouta qu’il avait vu le visage de Jessica. Je levai le regard vers ma mère qui finit par baisser sa main. Les miennes étaient toujours posées sur mon abdomen douloureux.

Ma mère fixa Jimmy à la fois rouge de honte et furieuse.

-Jessica ? Je n’ai fait que me défendre. Tu peux demander à Dany !


Elle était complètement retournée vers Jimmy. Elle ne me regardait pas. Je me retenais de tousser ou de me racler la gorge.

-Ne parle pas de tout ça… C’est compris ?

Je sentais moins sur assurance dans sa voix… Comme si… Comme s’il elle avait été pris en flagrant délit d’un crime. Pourtant en 15 ans, tout ça m’avait semblé normal sans l’être. Mon père n’avait jamais contesté ça… Hank l’avait contesté, m’avait protégé mais rien n’avait changé pour autant même s’il subissait le même sort que moi… Jessica Hill n’avait rien dit non plus quand elle avait vu ma mère faire… Du coup, j’avais pensé que ce que ma mère faisait était extrême… Mais légal et qu’elle le faisait par amour pour moi.

Jimmy Reed me faisait douter aujourd’hui de ce fait inébranlable…

Ma mère regarda quelques secondes Jimmy et, sans se retourné, elle passa à côté de lui.

-Viens, Julian chéri… On va rejoindre ton père. Il veut, sans doute, te féliciter.

J’approuvai de la tête sans rien dire et je la suivis. Je levai le regard sur Jimmy quand j’arrivai à côté de lui. Je ne pouvais pas lui dire « merci »… Si ma mère l’entendait, j’allais passer un autre sale quart d’heure. Alors je me contentai de faire passer le message en un regard. Un seul regard. Avant de passer la porte et de suivre ma mère vers le hall.

@ Billy Lighter


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Jimmy Reed


Messages : 717
Date d'inscription : 12/08/2016
Age du personnage : 36
Localisation : Malibu

Who Am I?
Birth place: Los Angeles
Je suis: Le chef des Los Diablos
Song: The Man Who Sold The World - David Bowie


MessageSujet: Re: Nothing Is Like It Seems [Solo][Post R&J][TERMINE]   Mer 28 Fév - 11:53



Nothing Is Like It Seems
ft. Julian Hughes & Kate Julian


Kate essaya de se défendre au sujet de Jessica. Elle me fournit même un éventuel témoin en la personne de Daniele. Mais je ne dis rien, me contentant de ne pas la quitter des yeux. Cela suffisait. Jusque-là, Kate avait bien réussi à se cacher, mais son excès de colère d’aujourd’hui l’avait menée à faire l’erreur de battre son fils ici, où bien des gens pouvaient lui tomber dessus à l’improviste.

Pas de chance pour elle, c’était moi qui l’avais prise en flagrant délit.

Kate n’était plus « cachée » et elle en était rouge de honte autant que de colère et de frustration. Mais je ne bougeai pas, ne cillai pas. Je n’avais pas peur de Kate et elle le savait.

Elle avait baissé sa main, mais je ne regardai toujours pas l’enfant qui se tenait les côtes. Si je le regardais, je risquais fort de ramener l’attention de Kate sur lui et ça aurait été une grosse erreur de ma part. Pas tant que la situation n’était pas totalement désamorcée.

Kate me cracha de ne pas parler de ça.

Je ne dis toujours rien.

Ne promis rien.

La laissant avec cette graine d’incertitude qui, je l’espérais, allait germer et grandir en elle pour que la prochaine fois qu’il lui prendrait l’envie de frapper son enfant, elle sente à nouveau mon regard sur elle… Comme si je pouvais la voir même quand je n’étais pas là, uniquement parce que maintenant…

Je savais.

Je ne fis que m’écarter légèrement de l’encadrement de la porte, les bras toujours croisés, pour la laisser passer. Quand Julian me croisa, je pus enfin baisser mon regard sur lui et croiser le sien. J’y vis une reconnaissance pure, quelque chose que je n’avais que rarement l’occasion de voir à mon égard car quand je faisais ce genre de chose, d’habitude, c’était via des intermédiaires.

Jamais en personne.

Je hochai presque imperceptiblement la tête pour lui signifier que son message silencieux avait été reçu.

@ Billy Lighter



This is my world and you're a tourist.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Nothing Is Like It Seems [Solo][Post R&J][TERMINE]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Nothing Is Like It Seems [Solo][Post R&J][TERMINE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Nouveau gn post-apocalyptique!
» La femme de chambre poursuit le NY Post pour diffamation
» présentation Bob Solo [Validée]
» Dreamers bring ideas, projects to post-quake Haiti
» Chasse de chasseur de renards (C, solo)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: L.A Rocks :: Hollywood :: Fairfax High School-